Sign in to follow this  
Followers 0
Young Gotti

Explicit LyriXXX

153 posts in this topic

Bon je pense que vous avez compris le but du topic, postez les paroles quii vous ont le plus marqué, quel que soit le style musical, la langue et la durée du morceau (pas de discriminations ici -_- ).

 

Je commence:

 

Idéal J - Un Nuage De Fumée

 

Artiste: Idéal J

Album: Le Combat Continue

Année: 1998

 

Refrain:

 

Un nuage de fumée me contient

Dans un simple joint ma rage je contiens.

Un liquide nocif m'atteint, puis soudain

Le Malin qu'il contient déteint sur mes traits.

Là tout 'evient abstrait, j'tire un trait sur le respect.

(Quand nos peines se dressent au dessus de nos forces,)

Là tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect

(Lorsqu'on est devenu c'qu'on a pas voulu être.)

 

Un nuage de fumée me contient

Dans un simple joint ma rage je contiens

Un liquide nocif m'atteint, puis soudain,

Le Malin qu'il contient déteint sur mes traits.

Là tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect.

Tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect

Mon âme clame que l'on plane

Dans une atmosphère de drame

On rame

 

Un nuage de fumée me contient,

Dans un simple joint ma rage je contiens

Un liquide nocif m'atteint, puis soudain,

Le Malin qu'il contient déteint sur mes traits.

 

Couplet I:

 

J'sais qu'un nuage de fumée néfaste me contient,

Parce que dans un simple joint ma rage je contient, très bien,

À qui c'la profite, dis moi qui y tient ?

Mesquins sont restés ceux qui ont décidés d'élire les tiens.

À petit feu mais à coup sûr, je consume mon futur.

Ce nuage devient un mur, que je crois me protéger des coups durs,

En fait, chacun de nous sait fuir une réalité ou s'être

Enfermé dans un vice qui d'vient vite ton complice de tous les jours,

Laisse moi m'exprimer à ce sujet,

Et te démontrer le jeu auquel on est sujet,

On nous a vu, spliff à la bouche dans la té-ci,

Déambuler dans les rues,

Sans même faire gaffe aux plus petits,

Faut pas que tu t'trompes,

On nous a également montré l'exemple,

On aurait pu penser que ça nous aurait servi d'exemple,

Mais incapables à ce jour d'assumer nos responsabilités,

On préfère leur dire:

"J'vais te niquer si j'te vois fumer !"

Comme si ça nous avait empéché de le faire!

Regarde comme tu t'affaires sur les traces de Lucifer,

car comme tout le monde t'as pensé pouvoir gérer,

Maintenant, t'allumes un spliff avant même d'avoir déjeuné

Un nuage de fumée, infâme

Enfume ton âme

En vain, t'essaies de semer les drames qui consume ton âme

Accepte qu'à l'évidence une dépendance s'établit

Tu noies ton cerveau dans l'absence et peu à peu, tu t'oublies

Simulacre au goût âcre d'une vie qui t'as fais battre en retraite

Parce que t'es devenu ce que t'as pas voulu être

Si la vérité, j'viens faire éclater

C'est sûrement que j'me trouvais dans un moment de lucidité

Car un nuage de fumée m'a trop souvent ralenti

Perverti mes pensées ou ramolli l'esprit

Et j'prie pour qu'mon petit Frère n'en soit jamais épris

J'prie pour que ma vie s'éloigne à jamais de ce vice.

 

Refrain:

 

Un nuage de fumée me contient

Dans un simple joint ma rage je contiens

Un liquide nocif m'atteint, puis soudain,

Le Malin qu'il contient déteint sur mes traits.

Là tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect.

Tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect

Mon âme clame que l'on plane

Dans une atmosphère de drame

On rame

 

 

Couplet II:

 

J'sais qu'un liquide fluide, nocif m'atteint

Puis soudain, le malin qu'il contient déteint sur mes traits

Là, tout d'vient abstrait

Je tire un trait sur le respect

L'inconvénient, tu sais, c'est qu'avant de penser, je fais

C'est vrai, combien de tes refrés ont dû maîtriser l'alcool

Mais sont tombés sous son effet

Quand un liquide fluide, nocif coule dans ton sang

Je sais qu'en quelque temps,

Tu te sent un combattant

Un guerrier, un chevalier

Pour tout niquer, t'as pas besoin d'alliés

Tu fais des trucs de fous à lier, damné

Pire encore sont ceux qui ont détruit leur famille

Battu leur femme, maltraité leurs gosses

Dans un simple verre, leurs rêves se condamnent

Lorsqu'on est dev'nu ce qu'on a pas voulu être

Par cette vie déçu, s'autodétruire

Voilà ce qu'on se met en tête

Et ça, c'est vrai pour toi lui et moi

On se maintient sur le fil de la vie jusqu'au faux pas

As-tu observé la tristesse de ceux qu'on loupé leur jeunesse

Donc se noient dans l'ivresse, ont des blessures profondes

Sur leur sort se morfondent en fait

Quand on s'enferme dans une bouteille

C'est qu'y a quelque chose qu'on regrette

C'est net et clair que la vie dans le flash est un éclair

Les conséquences morales sont aussi amères que sévères

Première chose, tu fais du mal à ceux que t'aime

J'ai jamais su pourquoi on fait du mal à ceux qu'on aime

Est-ce l'extrême profondeur de nos peines

Qui nous assènent d'une haine

Qui elle entraîne une violence quotidienne

Qu'elle soit physique ou morale

Perpétrée ou subie, à chaque fois, elle fait mal

 

 

Refrain:

 

Un nuage de fumée me contient

Dans un simple joint ma rage je contiens

Un liquide fluide m'atteint, puis soudain,

Le Malin qu'il contient déteint sur mes traits.

Là tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect.

Tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect (x2)

 

 

Un nuage de fumée me contient

Dans un simple joint ma rage je contiens

Un liquide nocif m'atteint, puis soudain,

Le Malin qu'il contient déteint sur mes traits.

Là tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect.

Tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect

Mon âme clame que l'on plane

Dans une atmosphère de drame

On rame

 

Un nuage de fumée me contient

Dans un simple joint ma rage je contiens

Un liquide nocif m'atteint, puis soudain,

Le Malin qu'il contient déteint sur mes traits.

Là tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect.

Tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect

Mon âme clame que l'on plane

Dans une atmosphère de drame

On rame

 

Un nuage de fumée me contient

Dans un simple joint ma rage je contiens

Un liquide nocif m'atteint, puis soudain,

Le Malin qu'il contient déteint sur mes traits.

Là tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect.

Tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect

Là tout d'vient abstrait, j'tire un trait sur le respect.

L'inconvénient, tu sais, c'est qu'avant de penser, je fais

J'tire un trait sur le respect.

 

 

Si vous voulez que j'up la chanson, faîtes moi signe! A vous.

Edited by Young Gotti
0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Artiste: Richard Gotainer

Titre: Le Youki

 

LE CLIP A VOIR ABSOLUMENT ! ! !

 

Les paroles:

 

Il était où le gentil ti Youki

Où il était le gentil ti toutou

Il était où hein il était où

Où il était le gentil ti Kiki

Et où il est le pépère au ouah ouah

Youki sait-il où c'était son pépère

Il était où hein son papa

Le beau pépère que son Kiki préfère

 

Et sa mémère alors et sa mémère

Où elle est la mémère à son nounouche

Elle était où hein sa mémère

Qui donne du susucre avec la boubouche

 

Il était où hein le Youki

Il était où le gentil ti toutou

Il était où hein le Youki

Le gentil ti toutou il était où

 

Où ça aah où ça

Où ça aah où ça

 

Où c'est qu'il était son papy

et son pépère où c'est qu'est ti

Où c'est qu'il était le Youki

Le gentil Kiki à mamie

 

Où ça aah où ça

Où ça aah où ça

 

Il était là le bouchon ti kitchou

Il était là le plus beau des Kouki

Il était là qui le beau koukou

Le plus joli de tous les beaux Youki

Et c'est à qui tout ça c'est à Kiki

A qui c'était les papattes poilues

Et la queue queue hein c'était à qui

C'est à Youki la queue queue qui remue

 

Et le Youki alors il est à qui

A qui c'est ti le mignon chopinou

A qui c'est ti hein le beau Youki

A son papy ou bien a sa nounou

 

Il est à qui hein le Kiki

Il est à qui le gentil ti toutou

Il est à qui hein le Youki

Le gentil ti toutou à qui c'est ti

 

A qui aah à qui

A qui aah à qui

 

Si c'était pas à son papy

A son pépère alors à qui

A qui il était le Youki

Si c'était pas à sa mamie

 

A qui aah à qui

A qui aah à qui

 

Qu'est ce qu'il a fait là oh la le vilain

Kiki a mangé des bouts de caca

Non mais des fois oh vilain tout plein

Non mais Kiki qu'est ce qui m'a fichu ca

Veux tu venir ici gros dégoûtant

Et pas bouger assis debout couché

A son panier oh le méchant

Va te coucher son pépé l'est fâché

 

Kiki t'as vu pépère est en colère

Le pépère à Youki fait des gros yeux

Viens voir ici viens voir sa mémère

Avec mémère on n'est pas malheureux

 

Le plus culcul hein c'était qui

Mais qui c'est ti des deux le plus neuneu

Le plus neuneu hein c'était qui

C'est qui c'est qui le plus culcul des deux

 

C'est qui aah c'est qui

C'est qui aah c'est qui

 

Et si c'était pas son papy

Le plus culcul alors c'est qui

Le plus neuneu avec Kiki

C'est son papy ou sa mamie

 

C'est qui aah c'est qui

De toutes façons c'était pas le Youki

Alors c'est qui

Et si c'était pas son papy

Le plus culcul alors c'est qui

Le plus neuneu avec Kiki

C'est son papy ou sa mamie

C'est qui aah c'est qui

De toutes façons c'était pas le Youki...

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

P'tain, ça c'est un classique! J'avais écouté son best of une fois chez un pote (y'a longtemps de cela :D ) et on était tordu à chaque rime. Dans le même style y'a Didier Super -_- On dérive là, on dérive... ^^

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Titre: 17 octobre

Artiste: Medine

Album: Table d'écoute

Année: 2006

 

 

Alger, capitale, au commencement des « sixties »

Les pieds-noirs quittent le navire, les colons dératisent

1961, période estivale, c’est la guerre d’Algérie et son festival

Et son lot de discrimination, de tortures, d’exactions tout un ramassis d’ordures

Quelques degrés au Nord de l’équateur

Je quitte l’Algérie française, un pincement dans le coeur

Voici mon parcours Ahmed, fils de Mohamed

Gangrené du corps par la misère du Maghreb

Par les meurtres les soirs de couvre-feu, par la peur du soldat français qui ouvre le feu

Ouvre les voiles petit paquebot libérateur

Emmènes moi au pays des employeurs

Loin de l’inactivité beur algéroise

Loin de ceux qui transforment nos mosquées en paroisses

Basilique de Notre-Dame d’Afrique s’éloigne de mon regard lorsque les mouchoirs s’agitent

Verse une larme dans la méditerranée

Une goutte d’eau dans la mer contient la peine de ma terre damnée .

 

Accoste à Marseille, port autonome, Citée Phocéenne un étranger parmi les autochtones

Direction Saint Charles gare ferroviaire embarquement quai 7, voiture 6, wagon fourrière

Croise le regard des îlotiers me foudroyant le cœur comme un tir de mortier

Reçoit la flèche de la haine par les appelés du « Contingent »

"Tes papiers !

- Je suis français missié l’agent "

Chemin de fer, terminus Paris Gare de Lyon

La métropole et son peuple par million

Quelques dizaines de francs serrés dans un poing

Serviront de premier contact au café du coin

Moi qui cherchait de la chaleur j’eu le sang glacé

Quand mes yeux rencontrèrent les leurs couleur iceberg bleuté

Bluffé par leur manque d’hospitalité ainsi sont-ils ?

Moralisateurs sans moralité

Démoralisé je reprends le chemin lequel me conduira dans les quartiers maghrébins

Nanterre, monticule de bidonvilles habitation précaire pour mon entrée en vie civile

 

"Je ne laisserais pas les cœurs du FLN faire la loi dans Paris !

A partir de maintenant pour un coup reçu … vous en rendrez 10 ! "

 

Ici rien de bon pour les ratons m’a dit le commissaire sanguinaire de mon canton

Après m’avoir uriné sur les mains, le gardien de la paix casse du cru au quotidien

17eme jour du mois d’octobre, le FLN a décidé de mettre fin a l’eau propre

En effet, le journal de la veille titrait :

"COUVRE-FEU RECOMMANDÉ POUR LES IMMIGRÉS"

Non ! La réaction ne s’est pas faite attendre

Algériens de France dans les rues nous allons descendre

Protester contre leurs lois discriminatoires

Investissons leurs ponts et leurs centres giratoires

Embarqué dans un cortège pacifique, nous réclamons justice pour nos droits civiques

Mais la police ne l’entend pas de cette oreille

En cette période nous sommes un tas de rats rebelles

Marchons en direction du pont Saint-michel

Nous verrons bien quelle sera l’issue de cette querelle

Une fois sur la berge j’aperçois le cortège d’accueil

Qui souhaite faire de ce pont notre cercueil

Les camps s’observent et se dévisagent

Un silence de mort s’installe entre les deux rivages

Puis une voix se lève, scande " A bas le couvre-feu " et ouvre le feu

La première ligne s’écroule et commence la chasse à l’homme

Je prends mes jambes à mon cou, comme un pur-sang je galope

Mais le pont est cerné, nous sommes bernés

Dans une prison sur pilotis nous sommes enfermés

Pas une, pas deux mais une dizaine de matraques viennent me défoncer le crâne

Et mes os craquent sous mon anorak

Ma bouche s’éclate bien sur le trottoir

Leurs bouches s’esclaffent bien grandes de nous voir

" Nous allons voir si les rats savent nager

Au fond de la Seine vous ne pourrez plus vous venger "

Inconscient, gisant dans mon propre sang

Les brigadiers en chef par tous les membres me saisissant

Amorce ma descente là où passent les péniches

S’assurent de ma mort frappant ma tête sur la corniche

Je tombe comme un déchet au vide-ordure

Dans la chute violemment ma nuque a touché la bordure

Liquide poignardant tout mes orifices, le fleuve glacial un bûcher chaud pour mon sacrifice

Monsieur Papon a jugé bon de nous noyer

Aucun pompier pour étouffer le foyer

On n’éteint pas des braises avec un verre de GASOLE

Sans penser aux tirailleurs et combattants zouaves

Mon cadavre emporté pas le courant

Seras repêché dans les environs de Rouen.

 

D’étranges nénuphars flottent sur la Seine

Séquence long métrage les yeux plongés dans la seine

Dégât des eaux pour les gens des humans-zoo

Déshumanisés les basanés ne font pas de vieux os

 

D’étranges nénuphars flottent sur la Seine

Séquence long métrage les yeux plongés dans la seine

Dégât des eaux pour les gens des humans-zoo

Déshumanisés les basanés ne font pas de vieux os

Un sceau de pisse dans lequel on nois des rats

Octobre noir, ratonnade sur les boulevards

Ici rien de bon pour les ratons m’as dit le commissaire Maurice Papon

4 mois plus tard on ratonne a Sharon

Les "crouilles" et les "cocos" qui aident les "bougnoules"

132 ans d’occupation française ont servis à remplacer nos cœurs par des braises

Algérie en vert et blanc, étoile et croissant

Devoir de mémoire grandissant.

Jezzaïre.

 

FLN => Front de Libération National (mouvement indépendantiste algérien qui apparu dans les années 50)

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sniper, Sans Repère.

 

La place d'un père, la place d'une mère dans une famille

La place de deux êtres chers censés s'aimer pour la vie

Unis par leur volonté, par les sentiments en commun

Simplement réunis, on craint rien

Enfin c'est c' qu'on dit mais pas toujours c' qu'on voit

J'ai demander pourquoi, on m'a répondu c'est la vie

Puis-je donner mon avis? Faut qu' j' reste en dehors de ça

Quand l'amour s' transforme en haine et qu'on s' déchire devant moi

Voila ce qu'il en est, et c' n'est pas autrement

Comprend tant d'angoument pour l'histoire de mes tourments

Le temps évolue, j'ai fait face aux soucis, j'ai grandi

Maman est là, mais papa est parti et la j'ai compris

Qu' t'as préféré tourner la page

J'étais pas du voyage, dire qu' j' te croyais au paradis

Vu qu' l'alcool fait des ravages

Tu t'es pas rattrapé et sans même te retourner

J' t'ai vu t'éloigner du rivage

Et s' tu as ta vie merdique j'en sais trop rien

Dev'nu alcoolique et tu fais du mal aux tiens

Combien de fois tu l'a vexer, combien de fois t'étais pas la

Combien de bleus sur ses bras, car quand on aime on n' compte pas

 

Tu es parti

Sans même que l'on ne puisse te dire au revoir

Au fond d' mon coeur

Tout est devenu si noir

Tu es parti

Sans même que l'on ne puisse te dire au revoir

Au fond d' mon coeur

Il reste encore un espoir

 

Oh papa, si j'avais j' t'aurais dit

Non ne pars pas!

J'étais trop p'tit pour comprendre

J'ai dû grandir sans toi

Même si mama c'est bien occupée d' moi

Il me manquait un repère, un père derrière moi

J'fermais les yeux et j'imaginais ton visage,

J'savais juste que t'étais noir vu mon métissage

A l'école on m' demandait

Ton papa il fait quoi?

Les autres se marraient quand moi je ne répondais pas

Le jour ou j' suis tombé sur cette photo de mariage

Le puzzle de ma vie a commencé son assemblage

J'ai enfin su à quoi tu ressemblais

Impossible d'expliquer l'effet qu' ça m'a fait

1990 le téléphone sonne

Après l'orage le soleil rayonne

Mama m'appelle et m' dit quelqu'un veut t' parler

J'ai juste entendu allo j'ai compris qui c'était

Quelques semaines plus tard te voilà devant moi

Est ce la réalité ou s' rêve que j' vis à chaque fois

T'es resté 8 ans puis t'es r'parti

T'es retourné au pays

 

Tu es parti

Sans même que l'on ne puisse te dire au revoir

Au fond d' mon coeur

Tout est devenu si noir

Tu es parti

Sans même que l'on ne puisse te dire au revoir

Au fond d' mon coeur

Il reste encore un espoir

 

A la suite de ton départ

J'ai dû m' faire une raison

Quand elle a dit au grand frère,

Maintenant t'es l'homme de la maison

Elle si fière dev'nue la cause de mes souffrances

Devant nous l'air de rien, mais qui pleurait en silence

J'aimerais plus t'en vouloir, à l'inverse de mon coeur

Une rancoeur intérieure d'avoir juste un géniteur

A toute personne délaissée, sans présence de darons

Divorcée ou décédées, qu'ont juste hérité d'un nom

 

Oh papa! J'ai mis 4 ans pour effacer ma rancune

Un père on en a qu'un une mère on n'en a qu'une

J'ai ranger ma fierté, j' t'ai rejoins là-bas

Les larmes ont coulées quand tu m'as pris dans tes bras

Moi j' l'ai r'trouvé, d'autres ont pas eu cette chance

J'leur dédie ce morceau et partage leur souffrance

Ceux victimes d'un abandon, d'un divorce ou d'un décès

Ceux qui vivent avec le coeur brisé

 

 

Tu es parti

Sans même que l'on ne puisse te dire au revoir

Au fond d' mon coeur

Tout es devenu si noir

Tu es parti

Sans même que l'on ne puisse te dire au revoir

Au fond d' mon coeur

Il reste encore un espoir

 

 

:cry:

 

J'écoute très rarement du rap, mais cette chanson elle m'a fait pleurer.

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le matraquage radiophonique de cette chanson m'avait vraiment rendu fou, pourtant la qualité est présente. Le seul problème, c'est cette prod assez lassante qui colle super bien au contexte mais pas à ma tête :P

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca va, je l'ai pas trop entendu a la radio. Enfin, j'écoute RTL2 donc c'est normal :bigrin:

 

Ca va, je l'ai pas trop entendu a la radio. Enfin, j'écoute RTL2 donc c'est normal :bigrin:

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Fonky Family - Chez Nous (2006).

 

SAT

D'où je viens, les parents bossent dur pour que leurs gosses fassent

des études

Mais dès qu'il tourne le dos, la rue prend le relais et les éduque

D'où je viens, y'a des gens remarquables au grand coeur

Des mômes qui pour certains seront des flics et d'autres des

braqueurs

Doù je viens, pères, mères ont le visage marqué de peur que le petit

opère arme au point et visage masqué

On y fête toutes les fëtes, on y parle toutes les langues

C'est un miracle qu'il n'y ait pas chaque jour une nouvelle guerre

des gangs

D'où je viens, y'a beaucoup d'amour meme si c'est la guerre

On y trouve tout et son contraire comme partout sur la terre

D'où je viens y'a des croyants, des pratiquants

Les simples habitants cotoient les narco-trafiquants

Y'a aucune gloire à venir d'où je viens mais j'en suis fier

J'y ai connu mes freres, le bonheur, j'y ai souffert

Je sais pas où je vais je sais d'où je viens

J'étais sincère quand j'ai dit:"Jamais de ma vie j'oublierai d'où je

viens"

 

LE RAT LUCIANO

Chez moi, murs et visages ont pris de l'âge, plein ont pris le large

C'est nique les limites, nique les manières, ceux qui parle, c'est

la rage

On aime trop la liasse, les grammes de sum, la marque, la drague à

la Pequeno

On a tous un alias, tous le sum

Chez moi c'est flambe, beau cul, grosse caisse, gros cube

Le jeune joue l'ancien, l'ancien, la nouvelle recrue

On a tous les vices, toutes les armes, toutes les drogues, tous les

accents

Dédicace toute la ville tous les âges tous les absents

C'est plus le Marseille d'autre fois, on compte plus sur nos droits

Un millions dans la cité, plus de la moitié au-dessus des lois

Y'a plus de flingues, plus de crimes, plus de fric, plus de vol,

plus de biz, plus de flics, plus d'anti-uniformes

Au bon vieux temp, y'avait pas toute cette merde

Et puis nique cette merde

Si tu tiens pas le coup, quitte cette merde

Ici, c'est la loi du tallion, la loi du millieu, on veut le million

Tailler à Milan, à Miami ou à mille lieux

 

REFRAIN

C'est chez nous

C'est de là que tout est parti

C'est là qu'on a grandi

C'est là que sont nos racines

C'est chez nous

Tu peux dire qu'on a mangé, trouvé qu'on a changé mais c'est de là

qu'on c'est forgé

C'est chez nous

Un monde à part

Y vivre ça marque

Le jour où tu le quittes, ça te manque

Parec que c'est chez nous

Où qu'on aille on se souvient

On sait pas où on va mais au moins on sait d'où on vient

 

MENZO

Tu sais petit, on s'interroge, on rêve, vit au jour le jour

J'ai grandi au milieu de la misère d'la misère, la haine et l'amour

Autour de moi, y'a toujours eu des crapules et des gens biens

Le but, c'était qu'on mette les notres à l'abri, si je me souviens

car chez nous, c'est ou tu coules, ou tu souffres ou tu t'en sors

Y'a certaines conditions qu'un être humain ne peut accepter

C'est pas en laissant les siens dans la merde qu'on se fait

respecter

Vaut mieux un frigo plein qu'un reservoir vide

La vie, c'est posseder un toit, pas de frimer dans un bolide

Comme j'avais rien d'un caïd, fallait que je m'en sorte au plus vite

 

J'préférais dealer ma zic que d'la coke ou du shit

Ici les bas, les valeurs et les priorités des gens ont changé

J'ai pu me sortir de là, mais j'ai vu que ça allait déranger

J'avance et laisse derrière tous ceux qui me jalousent et parlent

Tout ce que j'ai vécu reste dans mon coeur et ça où que je parte

 

REFRAIN

 

DON CHOA

D'où je viens, c'est la ville perdue au milieu de la campagne

D'où je viens, même les mémés aiment la castagne

Je viens du pays de Nougaro, Zebda, Image et Gold

Sale sud, Wild west, rangez les colts

Je parle de chez nous, même si j'habite à Mars mino

Je viens de là oû on se souvient de Beto Marcico

Là où la police te laissent mourir, même si tu crie à l'aide

Est-ce que baudit baisait avec Patrice Alegre

Je viens de là où le centre ville est reservé aux gros salaires

De là où l'AZF, c'était pas une fausse alerte

21 septembre 2001, on se souvient

Moi, je parle de mon pays parce que je sais d'où je viens

T'interroge pas sur mon rôle ou la place du Rap

Croise-moi à Esquirol ou à la place du Cap

Où je vais, j'en sais rien, peut-être vers la chute ou la gloire

Mais je sais d'où je viens, et toi aussi tu va le savoir.

 

REFRAIN

 

 

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'écoute très rarement du rap, mais cette chanson elle m'a fait pleurer.

 

Malheureusement cette chanson me parle trop :cry:

 

Artiste: Cascada

Titre: Everytime we touch

 

I still hear your voice,

When you sleep next to me.

I still feel your touch,

in my dreams (my dreams)

Forgive me my weakness,

But I don't know why,

Without you it's hard to survive

 

(chorus)

'Cause every time we touch,

I get this feeling

And every time we kiss,

I swear I can fly

Can't you feel (or hear) my heart beat fast,

I want this to last,

Need you by my side

'Cause every time we touch,

I feel the static,

And every time we kiss,

I reach for the sky,

Can't you hear my heart beat so

I can't let you go,

Want you in my life.

 

 

Your arms are my castle,

Your heart is my sky.

They wipe away tears that I cry (i cry)

the good and the bad times,

We've been through them all.

You make me rise when I fall...

 

(chorus)

'Cause every time we touch,

I get this feeling

And every time we kiss,

I swear I can fly

Can't you feel (or hear) my heart beat fast,

I want this to last,

Need you by my side

'Cause every time we touch,

I feel the static,

And every time we kiss,

I reach for the sky,

Can't you hear my heart beat so

I can't let you go,

Want you in my life

 

'Cause every time we touch,

I get this feeling

every time we kiss,

I swear I can fly

Can't you feel (or hear) my heart beat fast,

I want this to last,

Need you by my side

 

:coeur:

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

P'tain, ça c'est un classique! J'avais écouté son best of une fois chez un pote (y'a longtemps de cela :D ) et on était tordu à chaque rime. Dans le même style y'a Didier Super -_- On dérive là, on dérive... ^^

Didier super trop mdr! :bigrin:

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Didier Super à une si je me souviens bien un titre spécial par Télérama qu'on attribiue qu'au couillon pour donner un ordre d'idéé Yoko Lenon vait reçu cette distinction.

 

Sinon pour les paroles :

 

Heartbeats/José Gonzalez : Pour ceux qui connaissent c'est la pub Sony avec les balles qui rebondissent :

 

One night to be confused

one night to speed up truth

we had a promise made

four hands and then away

 

both under influense

we had devine scent

to know what to say

mind is a razorblade

 

to call for hands of above

to lean on

wouldn't be good enough

for me, no

 

one night of magic rush

the start a simple touch

one night to push and scream

and then releaf

 

ten days of perfect tunes

the colors red and blue

we had a promise made

we were in love

 

to call for hands of above

to lean on

wouldn't be good enough

for me, no

 

to call for hands of above

to lean on

wouldn't be good enough

 

and you, you knew the hands of the devil

and you, kept us awake with wolf teeths

sharing different heartbeats

in one night

 

to call for hands of above

to lean on

wouldn't be good enough

for me, no

 

to call for hands of above

to lean on

wouldn't be good enough

for me, no

 

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Titre: L'homme à abattre

Artiste: Sinik

Album: B2zoooo ferme ta bouche (c'est pas vrai au cas ou :D )

Année: 2007

 

J'ai commencé au fond des caves, en survêt' et nouvelle Stan

J'ai mis dix ans pour être connu, parce que j'suis pas la Nouvelle Star

Fais marcher ton odorat, ton flow sent la mort aux rats

Mon parcours est honorable, me compare pas à Pokora

A l'époque j'avais un groupe, on était quatre dans l'amalgame

Le thème était toujours le même: le macadam, le vague à l'âme

Ca fait onze ans que je péra, que j'ai les crocs

Vous étiez où quand j'étais pauvre, quand le grec faisait des chromes

J'aidais mon crew dans les ghettos, les bidonvilles

Mixtapes et petites compils, bizness et petites combines

J'ai rappé dans des salles où les rappeurs ne mettaient pas les ieps

Quand le public se met des balayettes

Ta vie c'est les embrouilles, des boulettes qui te gazent

Ma vie c'est les concerts privés, de bouteilles qui se cassent

Ma vie c'est la violence, les pleurs et les gauche-droite

Les embûches et les croches pattes, les fleurs quand les proches partent

N'oublie jamais, tu peux me clash, je vais botter ses fesses

Hey, j'en suis pas là grâce aux votes SMS

J'ai mérité ma place, j'suis désolé mon vieux

Personne ne m'a aidé pour exaucer mon voeu

 

 

J'suis l'homme à abattre, l'ennemi du flingue et de la balle

Le cauchemar de la juge et de la BAC

L'assassin qui rappe, qui n'en a rien à battre

Celui qui vient d'la cave, représente les chiens d'la casse

(x2)

 

 

J'ai pris ta rime comme une attaque, dans R.A.P j'ai lu l'article

Au fil du temps, t'as régresser, tu rappais mieux dans Lunatic

A cette époque c'était le top, t'aurais pu casser la baraque

Maintenant c'est plus le crime qui paie, c'est la Star Ac

T'en as eu marre de voir ma gueule un peu partout

Hey, si t'es métis, t'es forcement un peu babtou (Cet enchainement est monstrueux)

Désolé mais la relève te fait kiffer ton poste

Demande à la SACEM qui est ton boss

Alors comme ça, tu veux me clash avec ton débardeur

T'as remplacé Ali pour faire un groupe avec Tony Parker

Dans tes chansons, tu joues le fou, tu fais parler les guns

Ici on n'y croit pas, car un voyou n'appelle jamais les keufs (Blahhhh!!!)

Après ce clash, tu n'auras plus qu'à faire une fugue

Ce mec est un menteur, c'est le bitume avec une flûte (Oh merde lol)

Tu parles mal, mais dis moi toi qui sait tout

Si tu kiffes pas Sinik et Diam's, t'écoute pas et puis c'est tout

 

 

J'suis l'homme à abattre, l'ennemi du flingue et de la balle

Le cauchemar de la juge et de la BAC

L'assassin qui rappe, qui n'en a rien à battre

Celui qui vient d'la cave, représente les chiens d'la casse

(x2)

 

 

La rumeur dit que j'ai changé, que dans les clubs je rentre VIP

Mais pensez vous que mes albums effacent plus d'24 ans de vie

La rumeur dit que ma bagnole est une allemande

La rumeur dit que j'suis tombé pour une amende (Pour Kizito)

La rumeur dit que j'ai de l'or qui part en couilles (?)

La rumeur dit que si t'es blanc tu vends beaucoup (Pour Despo)

La rumeur dit qu'j'ai promis telle ou telle chose

Plus grave, la rumeur dit qu'j'ai trahi tel ou tel soss (Pour Zoxea? Donc son clash serait pour Sinik?)

La rumeur dit que beaucoup de gens veulent que je crève

Moi je réponds que beaucoup de gens savent où je crèche

La rumeur dit que je me cache, que je fuis

Ceux qui l'écoutent ne savent peut être pas que je suis...

 

 

J'suis l'homme à abattre, l'ennemi du flingue et de la balle

Le cauchemar de la juge et de la BAC

L'assassin qui rappe, qui n'en a rien à battre

Celui qui vient d'la cave, représente les chiens d'la casse

(x2)

 

 

Hey, moi à la base j'suis là, j'casse les couilles à personne

Hey, si tu me manques de respect poto, j'serais toujours là à répondre

Hey, ça c'est pas un clash, c'est un carton jaune

La prochaine fois ça sera pire

Tant qu'tu parles, je réponds...

Malsain L'assassin, S.I.N.I.K, 6.0.9

Edited by Liri
0

Share this post


Link to post
Share on other sites

It's way too late to be this locked inside ourselves

The trouble is that you're in love with someone else

It should be me. Oh, it should be me

Sacred parts, your get aways

You come along on summer days

Tenderly, tastefully

 

It's so me, we make time

Try to find somebody else

This place is mine

 

Set the day, you know exactly how I feel

I had my doubts little girl

I'm in love with something real

It could be me, that's changing!

 

It's so me, we make time

To try and find somebody else

We pass a line

 

Now season with health

Two lovers walk on lakeside mile

Try pleasing with stealth, rodeo (?)

See the stands long ending path

 

Oh, how I love you

And in the evening, when we are sleeping

We are sleeping. Oh, we are sleeping

 

It's so me, we make time

We try to find somebody else

Who has a line

 

Now season with health

Two lovers walk on lakeside mile

Try pleasing with stealth, rodeo

See the stands long ending path

 

 

Interpol - C'mere :coeur:

 

ca reflette totalement mon "état d'esprit" actuel...

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Titre: Attraverso Me

Artiste: Adriano Celentano

Album: Quel Punto

Année: 1994

 

Tu dici sempre che mi ami

e le attenzioni che hai per me

non mi fan credere il contrario

quanto bello sarebbe star con te

Se mi addormento sul divano

cammini in punta di piedi tu

e dici a tutti di fare piano

mentre dolce mi copri

con un playt

mi copri con un playt

 

Come puoi comprendere l'amore

se ami solo me eh

Se poi nei confronti dei tuoi simili

indifferente sei

Se mi ami non puoi trascurare

chi sta intorno a noi

Amare è un'attitudine

che forse tu non hai

Forse tu non hai...

Forse tu non hai...

 

 

Se andiamo a cena con gli amici

tu servi bene solo me

pensando che questo è amore

mentre un emarginato mi sento io

Come puoi dire che mi ami

se non sei in grado di dire che

che attraverso me ami il mondo

e che attraverso me ami pure te

ami pure te

 

Se per caso mi sto divertendo

con qualcuno al bar

t'incupisci per quei miei sorrisi

che credi solo tuoi

e non pensi che amando gli altri

ami ancora me

che per questo io ti amerei

ti amerei di più

ti amerei di più

ti amerei di più

 

 

Non è portandomi a letto

che puoi mandare via da me

la solitudine di un uomo

che dal resto del mondo

vuoi staccar

ti amerei di più

 

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Session Booba:

 

Eh beleck, c'est du haut d'gamme pas d'amalgame gamin ("Destiné" sur Temps Mort)

> http://www.radioblogclub.com/open/102721/b...20Kayna%20Samet

 

Majors, heindeck, j'vais faire monter les tarots, quand j'ai la clé

j'm'en sers pour casser l'carreau, merde ! ("Strass & Paillettes" sur Temps Mort)

> http://www.radioblogclub.com/open/107552/s...Et%20Paillettes

 

C'est la patate quand y a plus d'chattes, que l'effet du shit chute

Quand tu dois faire un que-tru, qu'tes potes se chient d'ssus

Déçu des embrouilles on connaît l'issue

Des gouttes de sang, et pas d'francs malheureusement

En tant d'guerre j'suis à la caserne

J'ai envie d'ken, j'ai la force comme Anakin, j'opère au laser

Oh la sère-mi, mes frères pensent qu'à s'suriner, à dépenser jusqu'à s'ruiner

Réunis

Die au Justerini

Trop d'timiniks quand les victimes nient

Qu'ils sucent ma bite, j'suis mi-homme mi-bête

Mis au courant par l'beat ça paye dès minuit

Et si ma haine diminue

C'est qu'les porcs sont morts et qui m'reste plus qu'dix minutes

Dans c'monde de putes, j'ai du mal à fixer ma vie

Si j't'ai baisé viens pas m'dire qu'c'est ma fille ("H.L.M. 3" sur Mauvais Oeil)

> (pas trouvé de lien pour cette chanson magique :( )

 

Et ce n'est qu'un petit aperçu...

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très belle chanson qui est plus que d'actualité :nikel:

 

Artiste: Yannick Noah

Chanson: Aux Arbres Citoyens

 

Le ciment dans les plaines

Coule jusqu'aux montagnes

Poison dans les fontaines,

Dans nos campagnes

 

De cyclones en rafales

Notre histoire prend l'eau

Reste notre idéal

"Faire les beaux"

 

S'acheter de l'air en barre

Remplir la balance :

Quelques pétrodollars

Contre l'existence

 

De l'équateur aux pôles,

Ce poids sur nos épaulees

De squatters éphémers...

Maintenant c'est plus drôle

 

Puisqu'il faut changer les choses

Aux arbres citoyens !

Il est grand temps qu'on propose

Un monde pour demain !

 

Aux arbres citoyens

Quelques baffes à prendre

La veille est pour demain

Des baffes à rendre

 

Faire tenir debour

Une armée de roseaux

Plus personne à genoux

Fait passer le mot

 

C'est vrai la terre est ronde

Mais qui viendra nous dire

Qu'elle l'est pour tout le monde...

Et les autres à venir...

 

Puisqu'il faut changer les choses

Aux arbres citoyens !

Il est grand temps qu'on propose

Un monde pour demain !

 

Puisqu'il faut changer les choses

Aux arbres citoyens !

Il est grand temps qu'on s'oppose

Un monde pour demain !

 

 

Plus le temps de savoir à qui la faute

De compter la chance ou les autres

Maintenant on se bat

Avec toi moi j'y crois

 

Puisqu'il faut changer les choses

Aux arbres citoyens !

Il est grand temps qu'on propose

Un monde pour demain !

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Buvez toujours avec modération

Ne dépassez pas les limitations

Le beurre fondu donne le cancer

Et tout ce qui est bon bouche vos artères

Baissez le son pour vos voisin

Il est interdit de fumer des joints

Et méfiez vous des étrangers

Ne faites jamais l'amour sans capoter

Mettez la ceinture a l'arriere

Pensez "retraite complémentaire"

Prenez vos anti dépresseurs

Et surtout, n'oubliez pas d'avoir peurrrrr

 

Pendant c'temps là les chats ronronnent

Les chiens s'enfilent par tous les trous

Et les singes nous regardent du haut de leur arbre

En pensant qu'ils auraient pu etre nous

 

...

 

Christophe Aleveque - Attention :coeur:

Edited by Luisette
0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Titre: Girlfriend in a coma

Artistes: The Smiths

Album: Strangeways here we come

Date: 1987

 

Girlfriend in a coma, I know

I know It's serious

Girlfriend in a coma, I know

I know It's really serious

 

There were times when I could

Have murdered her

but you know, I would hate

Anything to happen to her

 

No, I dont want to see her

 

Do you really think

Shell pull through ?

Do you really think

Shell pull through ?

Do ...

 

Girlfriend in a coma, I know

I know - its serious

My, my, my, my, my, my baby, goodbye

 

There were times when I could

Have strangled her

but you know, I would hate

Anything to happen to her

Would you please

Let me see her !

 

Do you really think

Shell pull through ?

Do you really think

Shell pull through ?

Do ...

Let me whisper my last goodbyes

 

I know - its serious

 

Cette chanson est une merveille :coeur:

Edited by MarcoNerazzuro
0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Titre: Manque de Q

Artistes: -M-

Album: Le Baptême

Date: 1997

 

 

Je m'suis r'trouvé,

Fauché faute de veine

Plumé qu'à c'la n'tienne,

Plus d'carte de crédit

Haan

Mauvais au jeu,

Mauvais en haleine,

Looser en amour,

Allez, à qui l'tour ?

Han

 

{Refrain:}

Et je regarde ma vie en pleurant sur mon manque de cul

Rien n'va plus

Et je regarde les filles en pleuran-ant sur mon manque de cul

Rien n'va plus

J'triche sur mon âge...

Au jeu, j'ai toujou-ours

été très très sage

D'ailleurs c'est dommage...

C'est c'qui me rend malheureux

Blacke Jean Jack ils me surnommaient

Mais quel ridicu-ule sobriquet

Alors je mise et je remise

Ma chemise.

 

Plus, un peu plus, beaucoup plus, encore plus, toujours PLUS,

Encore, encore, ça vient, ça vient, plus fort, plus fort,

Ca vient, ça vient...

Et puis poum ! plus rien du tout....

A poil, plumé, pas pourri gâté,

Non, plutôt mal barré,

C'est l'enjeu du jeu.... TOUT SUR LE TAPIS !

Je perds mon fric,

Je perds mon froc,

Je perds ma trique, j'la vends au troc,

C'est le yin et le yang du Franc, du Yen...

 

{au Refrain}

 

J'entendais: "Vends pas ta raison.... C'est une machination !"

421, j'sens qu'ça vient, j'sens qu'ça vient,

Rouge ou Noir...un cauchemar !

Les mauvais jours, j'suis mauvais joueur,

Je sais, les bonjours courent toujours,

Fauché jusqu'au strip tease,

J'me fous a poil, quelle bêtise,

Ce s'rait comme une mauvaise série à la Dallas,

On m'appellerait, Black JJ de Las Végas...

 

{au Refrain}

 

Machine à sous, machine à cons, machination.

 

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Hey, si t'es métis, t'es forcement un peu babtou (Cet enchainement est monstrueux)

Désolé mais la relève te fait kiffer ton poste

Demande à la SACEM qui est ton boss

Alors comme ça, tu veux me clash avec ton débardeur

T'as remplacé Ali pour faire un groupe avec Tony Parker

Dans tes chansons, tu joues le fou, tu fais parler les guns

Ici on n'y croit pas, car un voyou n'appelle jamais les keufs (Blahhhh!!!)

Après ce clash, tu n'auras plus qu'à faire une fugue

Ce mec est un menteur, c'est le bitume avec une flûte (Oh merde lol)

Tu parles mal, mais dis moi toi qui sait tout

Si tu kiffes pas Sinik et Diam's, t'écoute pas et puis c'est tout

 

 

Je l'écoute la et j'avoue que ce couplet est monstrueux^^

kiffer ton POSTEEEEEEEe

Surtout quand il l'immite qui est ton BOSSSS

lol

 

Mais bon c'est pas pour autant que j'aime pas BOOBA

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah moi je le hais plus que jamais. ^_^

 

Titre: Où les anges brulent

Artistes: Lino (Arsenik)

Album: Paradis assassiné

Date: 2005

 

Les putains de jours passent et se ressemblent,

Les tours cachent l’horizon, les splifs tournent, rasemblent,

On fait ses classes dans les cours de prisons,

Les soç, la famille, disons que les grosses liasses stimulent,

Enterre les amis, souvent on y passe mais la vie continue,

Un putin de vice peut en cacher un autre,

Il dissimule sa haine, la reum elle, la rue lui a déjà prit un fils,

Le daron, parle comme il cogne, mais à force on s’habitue,

Ca pue les coups, le cœur béton comme un bout de bitume,

Il tue le temps, à moins que se soit le contraire,

Avec ses confrères dans le crime il tombe dans tous les pièges que la rue tend,

Gratte deux trois rimes de quartiers sur les shmits

Et les tards enragés, une moitié du temps, et l’autre pété au shit,

Il a des rêves, pourtant, des envies d’éxil, guette la carte du monde,

Relie les lettres de son frangin au placard,

Ca dit le vrai luxe c’est être libre, l’homme est pas fait pour la cage,

Personne n’est parfait, comme leur dernier braquage,

Alors il gamberge en âge, allongé sur son lit superposé,

Pense à changer de berge, les yeux explosés, il pense,

 

« - Oué c’est qui là?

- C’est moi, eh descends tout de suite la, descends, oué c’est chaud, ils ont niqué (….),

- Quand?

- putin c’est fils de pute, là, là ttte a l’heure mon pote,

- Ah oué?

- ils étaient là, ils ont … il est a l’hosto la le type qui s’est fait planté

- Vas y j’arrive »

 

Il se lève, prends son (….) sous le lit, enroulé dans une veste,

Sourit à sa mère lui fait un geste de la main,

Claque la porte, rejoints le reste de l’équipe, les potes,

Ca sent le roussit mais peu importe, putin, faut que ces putes crèvent,

La daronne, guette par la fenêtre, regarde son fils partir,

Cette nuit, c’est la dernière fois qu’elle entendra parler de lui.

 

Refrain:

 

Où vont les anges? (fois 4)

 

Elle a l’âge des premières fois, l’âge où on teste la vie,

L’âge où on aime, autant qu’on se déteste,

L’âge où le seul avis qu’on ai, c’est celui des autres,

Tous dans le même navire, elle était cool avant que sa reum perde les os,

Tout s’écroule quand ses parents divorcent, les coups,

Les rapports de force, plus personne à l’écoute car plus de réseaux,

Adoléscence meurtrit, cicatrices ambulantes,

Le cœur bléssé prend le premier petit con venu pour une ambulance,

Une vie stressée sans but, sans tarder,

Elle donne son petit corps à qui sait la regarder,

Et encore c’est une grande pute,

La vie, elle assemble ses putains d’souvenirs,

Elle se rappelle, les nombreuses visites nocturnes,

De papa dans sa chambre,

 

 

 

Et elle fume, fait le mur, enrage, déjà mur avant l’âge,

Attend sa mue après l’orage, ça ne peut qu’être mieux,

Elle tombe accroc d’un raclo plein de promesses,

Tout est OK, jusqu’au jour où elle lui annonce qu’elle est cloquée,

Le jour de ses 18 piges tout est noir ce soir de décembre,

On l’a retrouvé dans sa baignoire, baignant dans son sang .

 

Refrain:

 

Il a le poing tranché, des gouttes de sang viennent tacher le sol,

Encore une gorgée d’alcool, encore un cachets chargés,

Il guette son visage déformé dans la glace, brisé,

C’était le fils sage, désormais ses putains de démons le suivent à la trace,

D’un monde asseptisé, pousser à réussir très tôt,

A viser le top, à vivre les rêves de ses parents, leur véto, oui il en crève,

Gosse transparent, éternel premier de la classe,

Tout part en couille et se casse, personne n’a rien vu venir,

Il se fracasse la tête contre les murs,

Passe la plupars de son temps seul devant la glace,

Genre, c’est à moi que tu parles?

Génération X, héritiers de la violence des ainés,

Une étincelle sur une trainée de poudre qui voulait juste être aimée,

Des années, à kiffer sur une fouf qui s’en branle, l’étouffe,

Il s’en prend à dieu, prie le diable, s’imaginant à deux dans le gouffre,

Il a des pulsions meurtrières et veux sortir des ténèbres,

Le souffre douleur d’hier, deviendra célêbre, tristement,

Le poing tranché, des gouttes de sang sur le sol,

Encore une gorgée d’alcool, encore un cachet,

Les armes chargées de son daron, entassées dans un sac de sport,

Il se dirige vers son lycée pour inverser le score,

Il arrive, pointe une première cible, et la ça tourne au drame,

La suite, elle fera la une des journaux ….

 

Pour les gosses d’ici, de là-bas, du bled, ou d’ailleurs,

Quartiers difficiles ou pas, j’plaide,

Qui est coupable quand ça tourne au drame, que le coup part,

Y’a même des SOS, dans les cocktails molotov,

La réalité prend le dessus, les anges brulent, tu pars et qui s’en souvient?

Ecoutes-les hurler même pour rien, parce qu’on est pas criminels, on le devient,

 

Refrain: (fois 2)

 

:worshippy::worshippy::worshippy: Lino

 

------------------------------------------------------------------------------------------

Titre: Lecture aléatoire

Artistes: Medine

Album: Table d'écoute

Date: 2006

 

 

J'ai mis mon casque et mon blouson

Sorti ma vieille gouze grise appropriée pour la saison

En peau de bison, iPod dans l'intérieur poche du baladeur

Fais passer le fil par la manche

Au bord de la manche, où tous les jours sont dimanches

Piétine les flaques d'eau comme pour prendre ma revanche

Ma revanche sur les trottoirs, trop tard

Petit Apple commence la lecture aléatoire

Aux premiers rangs de "L'Ecole Du Micro D'Argent"

L'étoile de méthane et le pharaon croyant

M'enseignent que demain c'est loin, que la vie c'est long

Que seulement le salut trouvé, les salariés s'allongent

Encyclopédie musicale de Marseille

Lorsque je détestais l'école et ses conseils

Sans oseille, on braque les skeuds à la FNAC

C'est IAM ; Je Suis en larmes à chaque fin de tracks

J'appuie sur avance comme "Sur La Gâchette"

Et sur l'écran s'affiche les Suprême triples lettres

November Tango Mike transcende Paris en maquis

Et naquit le rap hardcore des parkings

Le ghetto a ses Beatles, aux disques à moins de dix keuss

Dans la caisse on bosse IV My People's

Mais la rouille rongera la chaîne

Tout sera moins cool (Kool) quand Joey deviendra star dans les chaînes (Shen)

 

 

Certains m'ont donné envie de connaître des choses

Et d'autres m'ont donné envie de chanter ces choses

Certains m'ont donné envie de comprendre les choses

Quand d'autres m'ont donné envie de gueuler ces choses

Sais-tu vraiment ce qu'est le rap français ?

Pas une machine à sous mais une machine à penser

Lecture 1998, aléatoire 2006.

 

 

Désormais on a le temps pour les regrets

Et malgré nous les choses se font de force ou de gré

"Mauvais Oeil" ou la rage des immigrés

Lorsque la police scientifique traçait cette Lettre à la craie

Indépendants qui créent l'émeute à chaque show case

Radios et majors font semblant d'avoir des boules quiès

Révolution dans les songes, il faut évoluer le son

C'est le jour et la nuit sur chansons

Booba, Ali Boumayé, mon coeur est foudroyé, voyez

Rien ne serre de larmoyer ou d'aboyer

L.U.N.A.T.I.C, y'a plus qu'des moitiés maintenant

Mes gens pleurent la voix des bâtiments

Empoisonnez les ondes et les zones sans maison

Les dinosaures de Brazzaville ont déversé leur Poison

"Quelques Gouttes Suffisent" pour polluer le fleuve

Alligators et crocodiles dans un chef d'oeuvre

Monster de Cérémonie, pas Master, mais pasteur

A la parole cinglante, c'est Lino Mister

Mystérieux comme la nuque de la lune

Envoie ses couplets météores depuis la planète crapule

Sais-tu vraiment que tu resteras number one ?

Et combien de tes couplets j'ai rappé face à mon miroir ?

Ceci pour prendre à César ce qui t’appartiens

De l'Arsenik en flacon de parfum

 

 

Certains m'ont donné envie de connaître des choses

Et d'autres m'ont donné envie de chanter ces choses

Certains m'ont donné envie de comprendre les choses

Quand d'autres m'ont donné envie de gueuler ces choses

Sais-tu vraiment ce qu'est le rap français ?

Pas une machine à sous mais une machine à penser

Lecture 1998, aléatoire 2006.

 

 

Tous les juniors ont un Idéal

Le mien s'appelait Kery James et habitait dans le Val de Marne

C'était notre Malcolm X à nous

Une panthère noire sur des remix à nous

Chaque morceau t’envoie des décharges émotives

C'est la conscience du rap, d'une musique punitive

Avalanches d'images et déluges de métaphores

A l'image de la main noire serrant la bannière tricolore

Disque d'or dans nos coeurs, sans avoir vendu de disques

A l'époque où peu de rappeur prennent des risques

"Le Combat Continue" sans arrêt

"J'ai Mal Au Coeur", aucun morceau ne nous refera cet effet

Et puis changement de cap spirituel honorable

La suite logique à la suite d'un drame

L'Intouchable tombe, un homme de foi est né

Deux ans plus tard "Si C'Etait A Refaire", album de l'année

Onze morceaux qui glacent le sang, redonnent naissance,

Redonnent son sens, sans instance au terme conscience

A ce jour, son style est regretté

Une légende s'est éteinte, son retour on ne peut qu'espérer

 

 

Certains m'ont donné envie de connaître des choses

Et d'autres m'ont donné envie de chanter ces choses

Certains m'ont donné envie de comprendre les choses

Quand d'autres m'ont donné envie de gueuler ces choses

Sais-tu vraiment ce qu'est le rap français ?

Pas une machine à sous mais une machine à penser

Lecture 1998, aléatoire 2006.

 

:worshippy::worshippy::worshippy: M-E-D-I-N-E

Edited by Liri
0

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'aime bien tes goûts musicaux Liri :bigrin:

 

je pourrais en mettre des textes mais y'en aurait trop de médine :P

0

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est clair que Sinik a fait fort dans son dernier titre B)

 

Artiste : Kool Shen

Titre : Un ange dans le ciel

Audio + Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=8KeQLBCIXAM

Histoire : Hommage à Lady V, danseuse de NTM et compagne du rappeur, disparue dans un accident de voiture en 2000.

 

Chère Vivi, je t'écris cette lettre

Plein de solitude, l'âme en peine comme d'habitude

Depuis que t'es partie

Depuis que t'es plus là

C'est plus la même

J'ai perdu ma reine

Et d'un coup mon royaume tout entier s'est vidé

Mon visage aussi s'est ridé, mon coeur lui s'est bridé

Un truc en moi ce matin-là s'est brisé

Et même si je réponds ça va merci

J'ai dans la bouche comme un mauvais goût d'inertie

J'essaye de le masquer mais c'est dur Vivi, je te jure ouais, putain c'est dur

J'ai l'impression qu'il y a plus rien, j'ai peur en fait

Depuis que tes yeux me regardent plus, il se passe plus rien

J'ai plus même trop en fait je le sais ouais

Et ça je le vis mal

J'enchaîne les merdes et t'es plus là au final

Il me reste quoi à moi à par des souvenirs, des tonnes de photos usées

Et puis ton sourire trop longtemps figé

J'peux plus, ou plus pareil

Alors chaque jour je me tue même un peu plus que la veille

Et je tue le temps parfois mal,

Là-haut tu le sens, je le sais

Mais tu me manques bébé tu me manques

 

{Refrain:}

Un ange dans le ciel

Ouais, seigneur accueille un ange de plus

Un ange dans le ciel

Vivi je te dis pas adieu mais à plus

Un ange dans le ciel

Un ange de plus

Un ange dans le ciel

Vivi, pour toi j'ai fais pleurer ma plume

 

Toi et moi on a tout fait

Toujours prête à me donner ton oxygène dans les moments où tu sentais que j'étouffais

T'étais prête à tuer si on me touchait

Prête à décrocher la lune même si je la voulais

On a grandi ensemble, construit ensemble

Traversé les pires moments

Vieillir ensemble c'est ce qu'on voulait même si on était plus ensemble

On s'en foutait c'est ce qu'on visait

Tu te rappelles, nos fous rires, nos premiers instants, ton sourire

Les moments de silence qui voulaient tout dire

Et on pouvait se nourrir l'un de l'autre

Ouais, tellement j'étais toi t'étais moi

Et ça nos proches en étaient témoins

T'étais ma vie, mon coeur et mon sang

T'étais mes tripes mon moteur et mon sens à tout ça

Alors depuis je tue le temps parfois mal et de la haut tu le sens

Je le sais bébé mais tu me manques

 

{au Refrain}

 

Qu'est-ce que je peux dire de plus

À part qu'il n'y a pas qu'à moi que tu manques

C'est un gouffre que t'as laissé Vivi

Tu sais qu'aujourd'hui y'a pas que mes nuits à moi que tu hantes

Pour Fatou aussi y'a plus d'été

T'en fais pas Vivi non t'en fais pas

On va relever la tête

Je sais que t'aurais voulu nous voir plus forts

Alors on va faire ce qu'il faut pour s'en remettre

Bébé t'inquiète

 

{au Refrain, x2}

0

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
You are commenting as a guest. If you have an account, please sign in.
Reply to this topic...

×   You have pasted content with formatting.   Remove formatting

  Only 75 emoticons maximum are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

Sign in to follow this  
Followers 0

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.