Aller au contenu
  • alex_j
    alex_j

    La Super League pensait qu'elle avait un partenaire silencieux: la FIFA

    Publiquement, l'instance mondiale dirigeante du football a critiqué cette Super Ligue européenne séparatiste. En privé, cette instance s'était entretenu pendant des mois avec les fondateurs pour approuver la compétition.

     

    Note: plutôt dans la journée, internazionale.fr vous a livré une version condensée de l'article publié dans le NY Times. Cette fois ci, voici la traduction intégrale de l'article paru ce matin.

     

    Niché dans les pages et les pages du jargon financier et juridique qui constituent le contrat fondateur de la Super League, le projet raté qui, le mois dernier, menaçait brièvement les structures et l'économie séculaires du football européen, faisait référence à une exigence ''essentielle''. La condition a été jugée si importante que les organisateurs ont convenu que ce plan séparatiste ne pouvait pas réussir sans la satisfaire et était pourtant si secret qu'il fut infligé un nom de code dans les contrats partagés entre les fondateurs.

    Ces documents, dont des exemplaires ont été examinés par le New York Times, font référence à la nécessité pour les fondateurs de la Super League de conclure un accord avec une entité étiquetée obliquement W01 mais facilement identifiable comme la FIFA. Cet accord, selon les documents, était ''une condition essentielle pour la mise en œuvre du projet SL''.

    Publiquement, la FIFA et son président, Gianni Infantino, se sont joints à d'autres dirigeants du football, fans et politiciens pour critiquer ce projet qui aurait permis à un petit groupe d'équipes européennes d'élite accumuler une part toujours plus grande de richesse du sport.

     

    Mais en privé, selon des entretiens avec plus d'une demi-douzaine de dirigeants de football, dont un propriétaire de club de Super League, Infantino était au courant du plan et savait que certains de ses lieutenants les plus proches avaient engagé des pourparlers depuis des mois, au moins jusqu'à fin Janvier, sur le soutien de la FIFA à la ligue séparatiste.

    La Super League a peut-être été l'échec le plus humiliant de l'histoire du football moderne. Annoncé par 12 des clubs les plus riches tard un dimanche soir d'avril, il a été abandonné moins de 48 heures plus tard au milieu d'un orage de la part des supporters, des ligues, des équipes et des politiciens. Ses équipes fondatrices ont depuis présenté des excuses, certaines à plusieurs reprises, pour y avoir participé, et quelques-unes pourraient encore faire face à des conséquences financières et sportives importantes.

    Mais les discussions en coulisse qui ont conduit à une semaine de drame public ont mis à nu les tensions frémissantes entre la FIFA et l'instance dirigeante du football européen, l'UEFA, sur le contrôle de milliards de dollars de revenus annuels, exposé une série de relations effilochées parmi certains des leaders du sport qui peuvent être irréparables et a soulevé de nouvelles questions sur le rôle joué par la FIFA et Infantino dans le projet qui a ébranlé les fondations du football.

     

    La FIFA a refusé de répondre aux questions spécifiques liées à l'implication d'Infantino ou de ses collaborateurs dans la planification de la Super League. Au lieu de cela, il a souligné ses déclarations précédentes et son engagement envers des processus dans lesquels ''toutes les parties prenantes clés du football ont été consultées''.

    Les discussions de la Super League avec la FIFA ont commencé en 2019. Elles étaient dirigées par un groupe connu sous le nom de A22, un consortium de conseillers dirigé par les financiers espagnols Anas Laghrari et John Hahn et chargé de mettre sur pied le projet de Super League. Les responsables de l'A22 ont tenu des réunions avec certains des plus proches collaborateurs d'Infantino, dont le secrétaire général adjoint de la FIFA, Mattias Grafstrom.

    Lors d'au moins une de ces réunions, le groupe séparatiste a proposé qu'en échange de l'approbation de son projet par la FIFA, la Super League accepterait la participation d'une douzaine de ses équipes phares à une Coupe du monde annuelle des clubs soutenue par la FIFA. Les équipes ont également accepté de renoncer aux paiements qu'elles auraient engrangés en y participant, une aubaine potentielle pour la FIFA pouvant atteindre 1 milliard de dollars chaque année. Après leurs premières rencontres, les conseillers ont rapporté avoir trouvé un public réceptif.

     

    Obtenir le soutien de la FIFA n'était pas qu'une simple haie à sauter; le consentement de l'organisation était nécessaire pour éviter que le projet ne s'enlise dans des litiges coûteux et longs et pour éviter toute sanction pour les acteurs qui y ont participé.

    Mais c'était aussi un contrat d'assurance pour les joueurs. Lors d'une précédente discussion de la Superligue en 2018, la FIFA avait émis de sombres avertissements selon lesquels des joueurs pourraient être bannis de leurs équipes nationales pour avoir participé à une ligue non autorisée.

    Au milieu de l'année dernière, les conseillers de l'A22 disaient aux clubs que ''la FIFA était à bord'', selon un propriétaire de club. D'autres personnes interrogées, dont plusieurs ayant une connaissance directe des réunions qui ont parlé de manière anonyme parce qu'elles seraient confrontées à des poursuites judiciaires pour divulgation publique d'informations soumises aux règles de confidentialité, ont déclaré que la FIFA était au moins ouverte à l'idée d'une nouvelle ligue. Mais ils ont dit que l'organisation et ses dirigeants sont restés sans engagement, du moins officiellement, jusqu'à ce que plus de détails sur la structure du projet soient en place.

    Confiants de pouvoir obtenir le soutien dont ils avaient besoin, les organisateurs ont discuté de divers concepts pour leur nouvelle ligue avant d'arriver sur celui qu'ils ont présenté au monde ce 18 Avril. La Super League, comme on l'appellerait, aurait 15 membres permanents mais permettrait l’accès à cinq équipes supplémentaires chaque saison.

    A22 travaillait sur les itérations d'une superligue depuis trois ans. Laghrari, un cadre du cabinet de conseil Key Capital Partners qui connaît depuis son enfance le président du Real Madrid, Florentino Pérez, devait être le premier secrétaire général de la ligue. Pérez était depuis longtemps le moteur d'une superligue, mais maintenant, alors qu'il était confiant d'avoir la FIFA à bord, les étoiles ont commencé à s'aligner pour lui et son ami.

    Dans Infantino, Pérez et Laghrari avaient trouvé un président énergique désireux de refaire le business du football. Infantino a souvent parlé d'être ouvert à de nouvelles entreprises et propositions, il a défendu l'expansion de la Coupe du Monde et de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA ces dernières années, alors qu'il cherchait à affirmer la domination de la FIFA sur le jeu des clubs d'une manière qui ne ressemble aucunement à ses prédécesseurs.

    Pérez et Laghrari ont également trouvé des esprits semblables chez les hommes qui contrôlaient la plupart des meilleurs clubs européens. La plupart ont été attirés par un projet qui promettait d'ouvrir un robinet de nouveaux revenus tout en garantissant que les coûts seraient contrôlés, conduisant à d'énormes profits et à l'accès à une compétition des élites à perpétuité.

     

    Pourtant, même lorsqu'ils ont reçu des assurances des conseillers de l'A22 sur l'implication de la FIFA, certains propriétaires sceptiques ont fait leur propre diligence en contactant directement les hauts responsables de la FIFA. Et le mot qu'ils ont reçu, selon un responsable ayant une connaissance directe d'au moins une de ces conversations, était le même qu'ils entendaient de Madrid: si le plan était élaboré d'une certaine manière, la FIFA ne s'y opposerait pas.

    Ces entretiens ont donné aux clubs et à JPMorgan, la banque d'investissement américaine qui avait accepté de financer le projet, un niveau de confiance quant à sa viabilité. Leur confiance a cependant vacillé lorsque des fuites sur une potentielle superligue ont émergé dans des reportages en Janvier, accompagnées de murmures sur l'implication de la FIFA dans les pourparlers.

    Alarmé par ces informations, Aleksander Ceferin, le président de l'UEFA, a tenu une réunion en urgence avec Infantino au siège de l'UEFA à Nyon, au cours de laquelle il a directement demandé à Infantino s'il était impliqué dans le plan. Infantino a déclaré qu'il ne l'était pas, mais il a d'abord hésité lorsqu'on lui a demandé de s'engager dans une déclaration condamnant les propositions. Au milieu de pressions intenses et de demandes croissantes de commentaires, il a toutefois reculé.

    Le 21 Janvier, une déclaration a été publiée au nom de la FIFA et des six confédérations. Elle déclara qu'une ligue européenne ''fermée'' ne serait pas reconnue par la FIFA ou les confédérations et a réitéré la menace d'une interdiction de la Coupe du monde pour tout participant.

    La déclaration a choqué les organisateurs de la Super League, car leurs discussions avec la FIFA jusqu'à ce stade avaient été positives. Mais selon les personnes impliquées dans la planification, ils ont également senti un signal dans sa formulation: la FIFA a déclaré qu'elle ne reconnaîtrait pas une compétition fermée, mais la Super League prévoyait maintenant de compléter sa liste de 15 membres permanents avec cinq qualifications chaque saison.

    Les conseillers de l'A22, selon le propriétaire du club, ont insisté sur le fait qu'une échappatoire signifiait que tout n'était pas perdu. ''Ils ont signalé que la FIFA était toujours ouverte à quelque chose'', a-t-il déclaré.

     

    Le plan des fondateurs était de lier la Super League à la Coupe du monde des clubs de la FIFA, a déclaré le propriétaire. De cette façon, les clubs engageraient jusqu'à 12 des plus grandes équipes d'Europe dans la compétition mondiale d'Infantino en échange de la bénédiction de la FIFA pour leur nouvelle ligue. Pour adoucir l'accord, ils ont envisagé de renoncer à 1 milliard de dollars de paiements potentiels pour permettre à la FIFA de conserver cet argent en tant que paiement de solidarité qui pourrait être consacré à des projets de développement du football dans le monde entier.

    On ne sait pas si d'autres discussions ont eu lieu entre la FIFA et les clubs de la Super League dans les semaines qui ont précédé l'annonce de leur projet. Mais la FIFA a été la dernière des principales instances dirigeantes du football à publier une déclaration officielle sur la ligue proposée après celles des clubs, et elle ne l'a fait qu'après que l'UEFA, les meilleures ligues et les politiciens aient clairement exprimé leur opposition.

    Arrivé alors que Ceferin appelait les dirigeants de la ligue séparatiste ''des serpents et des menteurs'', la déclaration de la FIFA était beaucoup plus mesurée. Toute discussion sur l'exclusion des joueurs de la Coupe du monde a été discrètement abandonnée, et la FIFA a plutôt proposé un langage nuancé et conciliant. La FIFA a déclaré qu'elle était ''fermement en faveur de la solidarité dans le football et d'un modèle de redistribution équitable qui peut aider à développer le football en tant que sport, en particulier au niveau mondial''.

    Il a également réaffirmé qu'il ne pouvait qu' ''exprimer sa désapprobation à l'égard d'une ligue séparatiste européenne fermée en dehors des structures internationales de football.''

    Pour ceux qui ont participé à cette ''séparation'', les mot, comme ils l'avaient fait en Janvier, étaient suffisamment vagues pour suggérer qu'il y avait encore de l'espoir pour leur projet, que la FIFA pourrait encore être disposée à apporter son soutien.

    En moins de 48 heures, cependant, leurs espoirs ont été déçus. L'opposition au plan avait alors atteint son paroxysme. Les fans en Grande-Bretagne protestaient dans les rues, et les politiciens avaient menacé de promulguer des lois pour bloquer cette ligue.

     

    Infantino, tout comme il l'avait fait en janvier, a de nouveau subi la pression de Ceferin pour se distancier des plans. Il l'a fait dans un discours prononcé au congrès de l'UEFA le 20 Avril dans lequel il s'est effectivement éloigné du projet de Super League.

    "Nous ne pouvons que désapprouver fermement la création de la Super League. Une Super League qui est une boutique fermée. Une rupture avec les institutions actuelles, des ligues, des associations, de l'UEFA et de la FIFA. Il y a beaucoup à jeter pour le gain financier à court terme de certains. Ils doivent réfléchir et assumer leurs responsabilités.''

    Quelques heures plus tard, se rendant compte que la condition ''essentielle'' que leur contrat avait exigée ne se concrétiserait pas, les premiers clubs ont commencé à s'éloigner. À la tombée de la nuit, les six clubs anglais avaient annoncé leur sortie. À minuit, trois autres fondateurs avaient suivi.

    Aujourd'hui, seules trois équipes (le Real Madrid, la Juventus et Barcelone) restent des résistants, refusant de signer une lettre d'excuses exigée par l'UEFA comme condition de leur réintégration dans le football européen. S'ils ne signent pas, tous les trois s'exposent à des sanctions importantes, y compris une éventuelle interdiction de la Ligue des champions.

    Infantino, quant à lui, fait face à ses propres pressions, sans parler des accusations de trahison. Le chef de la ligue espagnole, Javier Tebas, l'a ouvertement appelé l'un des cerveaux derrière la ligue séparatiste et a déclaré qu'il l'avait dit à Infantino lorsque les hommes se sont brièvement rencontrés au Congrès de l'UEFA.

    "C'est lui qui est derrière la Super League, et je lui ai déjà dit en personne", a déclaré Tebas ce mois-ci. "Je l'ai déjà dit et je le répète: derrière tout cela, il y a le président de la FIFA, Gianni Infantino."

    Affaire à suivre...

     

    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    Infantino est pire qu’Agneli ... Ceferin doit se méfier de lui s’il est vraiment sage !

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...