Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Supprimer les pubs

    Les publicités diffusées sur notre site le sont uniquement aux visiteurs non connectés. Créez votre compte maintenant ou connectez-vous pour bénéficier du site sans aucune publicité.

  • Nuit magique au Meazza : "Inter 3, Aston Villa 0"

    Après sa victoire 2-1 contre le Bayer Leverkusen, l'Inter peut espérer remporter une quatrième C3. Retour sur un match d'anthologie, le 7 Novembre 1990, 16e de finale de la coupe UEFA, Inter vs Aston Villa.

     

    Prélude

    On dit qu'après un coucher de soleil, c'est toujours l'aube. Il en a toujours été ainsi, pour tout, et la conscience de pouvoir regarder le soleil se lever nous fait espérer que tôt ou tard ce soleil se lèvera vraiment. Mais il y a deux éléments essentiels pour que tout cela se produise : l'un est la certitude du coucher de soleil précédent, l'autre est le sentiment de découragement qu'il laisse. Si la conscience de ces deux événements est absente, alors l'aube restera loin.

     

    Coucher de soleil

    Il est 23 heures le mercredi 24 octobre 1990 et dans le ciel anglais le soleil s'est déjà couché depuis un certain moment. Mais à Birmingham, la lune n'est toujours pas dans le ciel. En effet, l'Inter revient dans les vestiaires de Villa Park après une défaite cuisante. Pas tant pour le score lui-même, un froid 2-0 à l'automne (buts de Nielsen et Platt), que pour le poids qu'un tel résultat prend si vous êtes obligé de le renverser pour continuer à rêver.

    Ils sont en fait en huitièmes de finale de la Coupe UEFA et la porte pour le deuxième tour passe par un retour au Meazza. Au tour précédent, l'Inter avait éliminé le Rapid de Vienne, après avoir perdu 2-1 en Autriche et gagné 3-1 à domicile, un petit retour, un petit aperçu de ce que le destin avait voulu présenter aux Nerazzurri quelques semaines plus tard. Mais maintenant, devant nous se trouvent les Britanniques, bien mieux côtés, de David Platt, et l'entreprise est bien plus difficile. Avant de regagner les vestiaires, dans l'obscurité de ce soir-là, les Nerazzurri avaient cherché le confort de la lune, absente, mais ne trouvaient que beaucoup plus de déception. À ce moment-là, il en était certain, le coucher de soleil était là et le découragement était grand. L'opération de rédemption pourrait démarrer.

     

    Confiance

    Les paroles de Trapattoni traversent le cœur des Nerazzurri... qui y croient. Les billets sont tous vendus quelques jours avant le match : Aston Villa arrive au Meazza le 7 novembre, avec une victoire 2-0 au match aller en poche, et un stade full est attendu, avec 80 000 personnes qui feront de La Scala un chaos.

    Cette Inter est parfois la même qui a remporté le scudetto des records deux ans plus tôt. Dans le but, il y a toujours Walter Zenga, maintenant un étendard Nerazzurro; devant lui son oncle Bergomi, Ferri, Battistini et l'arrière gauche d'Allemagne Andie Brehme; la pression au milieu de terrain est donnée par l'omniprésent Nicola Berti, Bianchi, Pizzi et le monumental Lothar Matthaus; les deux fers de lance sont Aldo Serena, bombardier du dernier Scudetto, et Jurgen Klinsmann, ancien champion de Stuttgart et champion du monde avec l'équipe nationale : il est la valeur ajoutée d'une Inter qui, en Italie, n'avait pas réussi à s'imposer après le treizième titre, mais il voulait le faire en Europe. Le retour au premier plan passe aussi de ses pieds.

     

    KlinsmannOuverture

    Cet Aston Villa est une équipe solide, ainsi que très physique, mais à sept minutes de jeu, le premier rugissement réchauffe le onze Nerazzurro : Battistini balance derrière la moitié du terrain, Jürgen Klinsmann s'enfonce, s'embourbe dans la défense adverse et après avoir aussitôt subi une charge du défenseur, tombe... mais il parvient à toucher les filets. Le gardien ne peut rien faire. L'Inter est déjà en tête, 1-0 et le rêve continue ou renaît.

    Alors que le public acclame leurs favoris, leurs stars, le jeu continue et l'équipe de Trapattoni est maîtresse du terrain, écrasant les Anglais qui sont dans l’incapacité de lancer une attaque ou un contre mortel. La première étape se termine, mais il reste encore beaucoup de temps pour tenter l'assaut.

     

    Rêve

    Dans les vestiaires, l'entraîneur de Cusano Milanino recharge correctement l'équipe et à son retour sur le terrain, les Nerazzurri dévorent leurs adversaires, faisant preuve d'une grande pression et d'une agressivité doublée par rapport à la première mi-temps. A la 62e minute, notre numéro dix, Lothar Matthaus, tire un coup franc – corner, très à droite de la surface. Le ballon est dirigé vers le poteau le plus proche où Pizzi s'étend pour une tête; au deuxième poteau se trouve Berti, l'idole du stade, qui frappe d'une demie volée gauche vers le poteau opposé. Le filet vibre pour le 2-0, et le vrai match, comme le suggère Pizzul dans le commentaire, commence maintenant.

    Aston Villa s'effondre sous les coups du Meazza, galvanisé par cette nouvelle situation d'égalité; les Nerazzurri semblent courir deux fois plus. C'est précisément la sensation qu'on ressent à la 74e minute, lorsque Brehme lance Pizzi sur l'aile, qui s'envole et, après avoir raté le premier centre, frappe le second, peut-être hors jeu, qui sait ? Alessandro Bianchi attend au deuxième poteau, qui centre à la volée et bat à nouveau Spink. Le 3-0 envoie l'Inter au paradis et Aston Villa en enfer. L'Inter a une autre chance avec Klinsmann d'arrondir le score, mais notre panzer gaspille son obus après avoir très bien construit son action.

    Ça se termine comme ça. Pour les 80 000 fans du Meazza, c'est une grande fête. Le retour est complet, l'Inter est au troisième tour de la Coupe UEFA (qu'elle remportera ensuite en mai contre la Louve, une équipe fière de perdre) et la lune revient briller dans le ciel avant que le soleil ne renaisse.

     

    Résumé vidéo

     

    • J’aime 3
    • Goaaal 2


    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    Trop jeune pour l’avoir connu... mais notre cathédrale du foot en feu portée par un public en délire, excellent ⚽🇮🇹

    • J’aime 2

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

Baretto

Baretto

    Vous devez être connecté pour pouvoir chatter

    Nos t-shirts sur l'Inter !

    Voir la boutique

    Les visages oubliés de l'Inter

    Voir les articles