Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • alex_j
    alex_j

    Adriano: "Une superstar brésilienne Interiste qui s'approcha trop près du soleil"

    "Nous n'avons pas pu le sortir du tunnel de la dépression. C'était ma plus grande défaite, je me sentais impuissant."

    Javier Zanetti.

     

    L'histoire d'Icare et de son père, Daedalus, est une histoire d'insouciance qui aboutit à une chute tragique de la grâce. Cela a également provoqué l'idiome: "Ne volez pas trop près du soleil".

     

    adriano-pes.jpgAu milieu des années 2000, Adriano Leite Ribeiro était LE représentant du football brésilien. Les développeurs du jeux de Pro Evolution Soccer ont donné à l'attaquant une note de 99, en partie à cause de son terrible et destructeur pied gauche, mais aussi parce qu'il était le joueur préféré de Shingo Takatsuka, cadre de Konami. La route d'Adriano depuis la favela de Vila Cruzeiro à Rio de Janeiro, une région gangrénée par la criminalité et la pauvreté, gouvernée par des trafiquants de drogue lourdement armés, jusqu'au sommet du jeu national n'était pas inconnue. Pour de nombreuses superstars brésiliennes, la route des haillons à la richesse était comme un rite de passage.

     

    En 2002, la zone a été le théâtre de l'enlèvement et du meurtre barbare du journaliste d'investigation brésilien Tim Lopes. Lopes s'est fait couper les membres par une épée de samouraï avant d'être brûlé à mort, son corps couvert de pneus et d'essence dans une pratique baptisée micro-ondas (micro-ondes en référence au four micro-onde). Le crime a mis en évidence l'existence du poder paralelo (pouvoir parallèle) où les criminels contrôlent les zones de Rio en toute impunité, laissant le football comme le seul espoir d'évasion pour beaucoup. La renommée et la fortune sont les effets secondaires bienvenus de cette libération.

     

    1_aB6dgFKVHRTkvjInoQp-MQ.pngGrandir de cette façon laisse des traces. La quête d'argent et de statut devient une dépendance qui oblige les individus à marcher sur une ligne étroite entre la célébrité et l'auto-implosion. Cette détermination était évidente lorsque Adriano, 16 ans, a gravi les échelons du club brésilien Flamengo, se frayant un chemin dans la première équipe en un an. En tant que jeune, Adriano a été stampé pour sa brillance et étiqueté "le futur Ronaldo". Cette habitude "d'accabler" les jeunes prospects avec la corrélation des talents passés est répandue en Amérique du Sud.

     

    Son chemin, jadis jonché d'obstacles et d'influences négatives, est devenu clair lorsqu'il a suivi les traces d'Il Fenomeno, signant pour l'Inter à l'âge de 19 ans. Ronaldo était sans doute le plus grand numéro neuf de l'histoire et une légende du Brésil et des Nerazzurri, les attentes étaient donc élevées. Les problèmes au genou de Ronaldo ont offert une première opportunité au merveilleux enfant qui a inscrit son premier but lors d'un match amical contre le Real Madrid, via un coup-franc tonitruant qui a souligné sa puissance. Cependant, le retour du double vainqueur du Ballon d'Or a entravé les chances de l'apprenti.

     

    1_BLRFmrX0AjL4r9Api8xdJw.pngLe glamour de Milan était très éloigné de la pauvreté de la favela et Adriano avait du mal à s'adapter. La solide défense de Serie A et le manque de temps de jeu ont rendu l'ajustement plus difficile. Le garçon surnommé "l'empereur'' avait besoin de minutes et un prêt à la Fiorentina les lui a fournis. Ses performances impressionnantes pour la Viola ont incité Parme à convenir d'un prêt de deux ans. Là, il a formé un duo formidable avec Adrian Mutu (qui a ensuite bougé à Chelsea et échoué à un test de dépistage de drogues), marquant 22 buts en 36 apparitions et réaffirmant sa réputation comme l'un des plus grands talents du football mondial. Le jeune homme de 22 ans avait le monde à ses pieds et ses anciens employeurs sont venus l'appeler. En janvier 2004, l'Inter s'est allégée d'un peu plus de 23 M€ pour le ramener au Mezza. Plus tard cette année-là, il expédia son pays à un septième titre de la Copa America, remportant le Soulier d'Or avec un dernier but égalisateur contre l'Argentine.

     

    Adriano était sorti de la chaîne de production brésilienne avec les capacités techniques attendues, mais il offrait quelque chose de différent. Une silhouette imposante à la pointe de l'attaque, sa silhouette musclée combinée à un rythme trompeur, une force, un équilibre et une puissance le rendaient injouable. Comme le résultat d'une expérience génétique pour créer l'attaquant moderne parfait. La décision de l'Inter d'exercer son option de rachat semblait avoir porté ses fruits alors qu'il continuait marquer. Il était maintenant presque méconnaissable de la part du garçon parti pour la Fiorentina et Parme. Il appréciait son football et sa vie à Milan. Mais alors la tragédie a frappé.

    Quelques instants avant un match de qualification de l'UEFA Champions League contre le FC Bâle, Adriano a reçu un appel téléphonique déchirant. Son père bien-aimé, Almir, était décédé d'une maladie soudaine à l'âge de 44 ans. Le jeune homme qui était devenu une force inébranlable a été soudainement arrêté dans son élan.

     

    1_qIo5Q2nhWUidAVekYHXJeA.pngL'ancien coéquipier de l'Inter, Javier Zanetti, a décrit l'appel téléphonique qui a tout changé:

    "Adriano avait un père auquel il était très attaché. Avant la saison, quelque chose de choquant s'est produit. Il a reçu un coup de fil du Brésil:
    Adi, papa est mort…"


    "Je l'ai vu dans sa chambre; il lança le téléphone et se mit à crier. Vous ne pouviez pas imaginer ce genre de cri. J'ai encore la chair de poule à ce jour. Depuis ce jour Massimo Moratti et moi avons veillé sur lui, comme s'il était notre petit frère."

     

    L'incident a galvanisé l'attaquant pendant un moment. Il a continué à marquer des buts et a joué comme un possédé. Cette forme a apporté plus de récompenses, notamment des contrats et une amélioration des négociations contractuelles. Cependant, l'homme vers qui il s'est tourné une fois pour obtenir des conseils, celui qui lui a dit de ne pas voler trop près du soleil, était parti. Adriano a entamé une spirale descendante à la fois personnellement et professionnellement. Au fur et à mesure que sa dépression s'approfondissait, les influences négatives qui étaient autrefois facilement évitées devinrent un soulagement de l'obscurité. Il a rempli le vide avec des substances addictives qui ont eu un impact sur sa forme et sa forme physique. Sa dépendance à l'alcool et aux drogues a également affecté sa discipline. Sa forme médiocre a assombri son humeur davantage et le joueur et le club ont souffert.
     

    zlatan-adriano.jpg1_F6JfmxwIBBG0Q9UFNX-AVw.png

     

    En 2007, Adriano a atteint un nouveau plus bas alors qu'il se heurtait aux officiels de l'Inter et au staff pour sa mauvaise attitude et son éthique de travail. La superstar autrefois injouable était devenue un fardeau intolérable. Les séances d'entraînement manquées après les visites en boîte de nuit devenaient trop lourdes, quelque chose devait être fait. Malgré les démons, il y avait des soubresauts de forme, mais son rôle à l'Inter est devenu solitaire. Il a été renvoyé chez lui en congé sans solde à plusieurs reprises pour "faire le tri" et a même passé un séjour en prêt à Sao Paulo. Mais malgré un but au Derby de Milan en février 2009, son passage à l'Inter était terminé. En avril, il s'est présenté en retard pour ses convocations internationales et a finalement résilié son contrat avec nous.

     

    Adriano a signé un contrat d'un an avec son premier club Flamengo. Un retour au but décent a incité l'AS Roma à donner à l'attaquant une autre opportunité en Italie. Un contrat de trois ans offrait une sécurité, mais les démons ont continué à le hanter et il n'a fait que cinq apparitions pour la Louve. Sans la fierté de son père ou le besoin d'argent pour le motiver, le Brésilien n'a plus ressenti le besoin d'endurer les sacrifices d'un athlète professionnel, préférant boire. Il est retourné au Brésil en 2011 et a fait quatre apparitions pour les Corinthiens avant d'être libéré de son contrat. En janvier 2016, une autre chance est apparue lorsque Adriano a annoncé un transfert sensationnel au côté du Miami United, qui comprenait une participation de 40% dans le club. Cependant, son mauvais état le limitait à une apparition officielle avant de s'échapper à nouveau des projecteurs. En 2018, des rumeurs d'un autre retour professionnel ont fait surface lorsqu'il s'est lancé dans un nouveau programme d'entraînement au Flamengo. Cependant, le joueur de 35 ans n'a pas encore signé d'accord avec le club.

     

    Accablée par des comparaisons injustes avec les plus grands du passé et écrasée par une profonde douleur personnelle, la brillante carrière d'Adriano s'est engagée sur une voie autodestructrice. Alors qu'il montait en flèche, son insouciance et son orgueil prirent le contrôle et le rapprocha de plus en plus du soleil, sa montée soudaine seulement surpassée par sa descente dramatique dans l'obscurité.

     

    Cet article est une traduction de "Adriano: Inter’s Brazilian superstar who flew too close to the sun" par Harry Collins paru sur le site gentlemanultra.com le 31 Juillet 2018.

    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    Très bel article. 

    La preuve comme quoi n'importe quel événement peut basculer une carrière voir même une vie. 

    Malgré une carrière achevée prématurément, Adriano est resté l'idole de nombreux joueurs comme Lukaku qui s'en inspire (toute proportion gardée 😁). 

    Dommage je n'ai pas trouvé l'histoire ou il devait apparemment signer au Havre. 

     

    • J’aime 4

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Rapide , technique, puissant ... une vraie force de la nature !

    son match contre le Milan (victoire 3-2 saison 2005-2006)  srestera l’une de ses meilleurs performance . Son but contre la Roma (frappe très lointaine en finale allé de la Copa restera à mes yeux son meilleur but ... et que dire de son but contre l’Udinese pleine course depuis Le milieu de terrain !

     

    IMPERATORE 👑

    • J’aime 3

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Merci pour ce superbe article traduit ! @alex_j

    Même si il me fait mal, quel tristesse ce joueur, j'oublierais jamais. Il m'en a vendu du rêve ! (le témoignage de Javier est poignant)

    UN MONSTRE inachevé a jamais !

    • J’aime 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ce type mérite un film à la hauteur de son talent. En tout cas le story telling est là, y'a tout même je dirais ^^ - C'est le romantisme ce joueur. Encore plus avec du recul.

     

    Putain cette équipe dans PES, même Morfeo il était cheaté xD

    • J’aime 3
    • Haha 2

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Adriano a gauche Ibrahimovic à droite mon pauvre Crespo ne touchait jamais le ballon dans PES6. Et aujourd’hui tout le monde se paluche sur Haaland...

    • Haha 2

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Adriano à l'époque des réseaux sociaux, il casse internet :phear:

    • J’aime 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Abramovitch nous avait proposé un chèque de 100 million refusé par Moratti à juste titre.

    Il faisait papier-Pierre ciseaux avec Mihalovic pour savoir qui allait tirer le coup franc.

    Mourinho l’appelait le soir, pour voir s’il était pas en boîte de nuit, il écoutait s’il y avait pas de bruit . 
     

    Adriano c’est ce joueur qui avait peur de rien, talentueux, il a mis tout sorte de buts, à n’importe quel distance, le monde entier le voulait et il était à l’inter.

    On ne pourra décrire ce joueur, mais on peut se rappeler de lui comme l’un des meilleurs attaquants que la terre ai portée. 
     

    A PES, j’utilisais sa rage sur les frappes, j’étais tellement fier et son départ m’a beaucoup touché, jamais plus jamais on verra un attaquant de cette trempe. 
     

    Imperator !! 

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Une de mes déceptions dans le football avec le départ de R9 au lieu de Cuper.

    • J’aime 2

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Ah Adriano.

    Je crois qu'il restera un de mes meilleurs souvenirs de supporter intériste.

    C'est un des joueurs qui m'a fait aimer le club, au même titre que des Ronaldo, Vieri, Recoba etc...

    Sa puissance et sa frappe n'avaient pas d'égal.

    Il avait tout pour rentrer dans la légende, la vie en a voulu autrement.

    Force à lui!

    Modifié par FlokIkki
    faute d'ortographe
    • J’aime 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également