Aller au contenu
  • Victor Newman

    Gigi Simoni : Icardi et Perisic doivent partir. Mou serait l’idéal"

    Luigi Simoni, l’un des entraîneurs les plus aimés de la Beneamata, s’est livré sur son Inter et l’Inter du présent :

     

    image.png

     

    "Il faut qu’il y ait une harmonie de groupe pour atteindre des objectifs. Si tu ne gagnes pas, tu ne vas nulle part et tu dois faire face à des problèmes de vestiaire."

     

    La confrontation Icardi-Perisic ?

    "Les joueurs d’aujourd’hui sont bien plus des individualités, ils pensent en premier à leurs intérêts personnels avant de penser au bien de l’équipe."

    Il ne faut pas l’oublier, mais avant un certain Josè Mourinho, c’était Gigi Simoni qui était le dernier entraîneur à offrir un titre européen à la Beneamata, lors d’une nuit parisienne magique, le 6 mai 1998.

    "Cette Inter avait tant de personnalité et d’audace, je n’y ai jamais connu aucun problème. Il y avait une alchimie fantastique entre les garçons. Je le répète toujours et je l’ai même dit à Moratti : Je n’ai plus jamais revu une Inter comme celle que nous avions en 1997-1998 où nous avions tous les joueurs qui s’entendaient aussi bien."

     

    Si j’en ai le mérite ?

    "Non, il revient aux joueurs. Ils faisaient preuve d’humilité, d’éducation. Ce n’était pas une fausse modestie, c’était valable pour tous : De Ronaldo à Zanetti, en passant par Simeone, Zamorano et Bergomi….Tous avaient en tête que l’unique chose qui comptait, le bien de  l’équipe. Il n’y avait ni envie, ni jalousie."

     

    image.png

     

    Et dire que vous aviez à gérer le joueur le plus important du monde…un certain Ronaldo.


    "Il sourit…un sourire qui en dit long….Au début, j’étais curieux de connaitre la tournure des évènements…Nous venions de nous offrir le joueur le plus fort et le plus connu au monde, je m’attendais à faire face à un joueur qui allait faire sa Diva mais c’était tout l’opposé. Ronie était d’une disponibilité et d’une douceur unique. Il était toujours prêt à donner un coup de main, il n’a jamais fait peser le poids d’être considéré comme le meilleur. Il n’a jamais eu ni un geste, ni une parole hors de propos durant l’année et demi où nous étions ensemble, il ne m’a jamais posé de problème."

     

    Restez-vous en contact ?

    "C’est d’une évidence…Il est lui-même venu me rechercher. Nous nous sommes déjà vu aussi bien à Milan qu’à Coverciano."

     

    La dernière fois que je l’ai vu ?

    "Il y a deux mois, il m’a fait une surprise en venant me saluer, c’est un Fuoriclasse, sur et hors du terrain."

     

    image.png

     

    Si Ronaldo jouait aujourd’hui, pensez-vous qu’il serait capable d’inscrire 50 buts ?

    "Je crois bien que oui. On n’en inscrivait pas plus de 30, il y a une vingtaine d’année. Les défenses de l’époque marquaient l’homme. S’il était sur le terrain aujourd’hui, il y serait dévastateur."

     

    Vous êtes, avec Josè Mourinho, les deux seuls entraîneurs à avoir pu transmettre une philosophie de groupe aux  joueurs... Comment auriez-vous géré le cas Icardi ?

    "En premier lieu, je tiens à dire que je ne sais que très peu de choses sur toute cette histoire. Chaque jour mettant en évidence une situation différente et les protagonistes déclarant tout et son contraire, c’est pour cela qu’il m’est impossible de dire qui a tort et qui a raison. Ce genre de situations laissent des cicatrices importantes dans un vestiaire. Le Club était un peu effacé, il aurait dû y avoir une intervention immédiate pour mettre fin à ce débat. De mon point de vue, il y a eu trop de confusion : Trop de chefs."

     

    image.png

     

    Spalletti s’est-il bien comporté ?

    "Comme entraîneur, je l’apprécie et je le considère parmi les meilleurs. Il éprouve toutefois des difficultés avec des personnalités encombrantes : A Rome Totti, à Milan, Icardi, il n’a pas été chanceux, il faut l’avouer. Il est vrai qu’en 60 ans de football, je n’ai jamais connu une situation de ce genre, une situation comme celle qu’à connu dernièrement l’Inter. Je n’ai jamais eu de joueurs qui faisaient primer leurs intérêts sur ceux du groupe. J’ai entraîné tant de champions qui étaient tous, avant toute chose, de Grands Hommes. Les temps ont changés."

     

    Pensez-vous à une réconciliation possible des joueurs ou en fin de saison, les routes devront être différentes ?

    "Je crois qu’il sera très compliqué de surmonter cette fracture. Il faudra plus qu’un effort du club pour protéger son entraîneur. Ce n’est pas possible d’avoir autant de contrastes dans le vestiaire, sans que le Club n’y mette un frein immédiatement. J’imagine qu’en fin de saison, Perisic et Icardi partiront."

     

    Et avec les tifosi ?

    "La fracture est trop importante, elle sera difficilement effaçable. Il s’est créé une situation de désamour, preuve en est les prises de positions répétées de la Curva. A présent, il faut faire preuve d’unité pour défendre la troisième place."

     

    image.png

     

    On parle d’un changement d’entraîneur en fin de saison, sur qui miseriez-vous ?

    "Il faut en avoir un qui sait recompacter un groupe : Mourinho serait l’idéal vu comment il a su créer un groupe solide durant son expérience à l’Inter. Certains retour peuvent s’avérer complexe, mais en cas de séparation avec Spalletti, j’estime qu’il serait utile de miser sur le portugais. Je suis favorable à son retour."

     

    Un souvenir de votre expérience à la tête de l’Inter ? Un regret ?

    "Aujourd’hui non, je suis fier de l’année et demi que j’y ai vécu. J’ai gagné la coupe de l’UEFA et je suis arrivé second derrière la Juve. Et nous savions tous comment c’était tenu cette compétition qui aura connu des épisodes particuliers qui auront impacté le classement final. De plus, je pense détenir un record."

     

    Lequel ?

    "Aucun autre entraîneur n’a été renvoyé après avoir battu la Salernitana et le Real Madrid, le jour même où il venait de remporter le titre de meilleur entraîneur italien avec la Panchina d'Oro. Si ça c’est pas du record…..Il sourit"

     

    ®Antony Gilles - Internazionale.fr

    • J’aime 1


    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    "Je n’ai jamais eu de joueurs qui faisaient primer leurs intérêts sur ceux du groupe. "

    Il a tout dit

    • J’aime 3

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Une bonne poignée de notre vestiaire devrait lire cette interview ... le groupe avant les intérêts individuels.

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Voilà pourquoi je pense qu’on devrait se séparer d’Icardi pour la prochaine saison. Je l’aime bien mais à tout les coups on aura de nouveau des problèmes avec lui et sa femme . Malheureusement quand sa femme parle Icardi préfère plutôt écouter elle que le vestiaire...

    Modifié par Serpent-NA

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    Moi je veux bien qu’ils partent mais il faut les remplacer correctement....

    • J’aime 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Nerazzurri récemment passés par là   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également



×
×
  • Créer...