Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Supprimer les pubs

    Les publicités diffusées sur notre site le sont uniquement aux visiteurs non connectés. Créez votre compte maintenant ou connectez-vous pour bénéficier du site sans aucune publicité.

  • Moriero: "J'attends toujours la fin de Juve-Inter 1998. Simeone rêve de revenir"

    C'est au tour de Francesco Moriero de raconter son histoire et de répondre aux questions de fans qui ont parlé en direct sur Instragram.

     

    "Nous sommes enfermés chez nous comme il se doit. Les choses vont bien dans le Salento et nous ne devons pas abandonner. La vente aux enchères avec Miccoli s'est terminée vendredi. J'ai mis aux enchères trois de mes maillots que j'ai portés pour l'Inter et un à mes débuts dans l'équipe nationale. La vente s'est bien déroulée. Nous aidons les familles du Salento pour les produits de première nécessité : nous avons atteint près de 3600 euros ! Maintenant, Miccoli a mis aux enchères deux maillots signés : un par Totti et un par Mutu. Cela aussi se terminera aussi vendredi. Nous nous déplaçons pour aider ceux qui en ont besoin, nous les enfants du Salento, donnons un coup de main ici, même si l'urgence est partout en Italie."

     

    1696550732_Conte2.1.PNG.3d89d263e95f83223f41c1d9a752b2e1.PNG

     

    Antonio Conte :

    "L'Inter faisait un excellent championnat puis il y a eu cette baisse de régime... aussi pour une question de profondeur de banc. L'Inter essaie de construire quelque chose d'important, il faut du temps, en Italie ce n'est pas facile de gagner. Nous avons l'un des entraîneurs les plus intelligents qui construit un certain type de mentalité, nous aurions pu nous battre pour le Scudetto mais il ne manque pas grand chose pour atteindre un grand objectif."

     

    L'entraînement pendant une telle période :

    "Nous travaillons beaucoup avec le staff. Nous comptons sur l'intelligence du footballeur pour continuer à bouger. Ce n'est pas facile. Nous essayons de donner des exercices à la maison en faisant ce que nous pouvons. Pour le footballeur, le terrain est fondamental, vous pouvez bouger autant que vous le souhaitez, mais être avec vos coéquipiers, courir, essayer des solutions et des tactiques que vous ne pouvez faire que sur le terrain. Un footballeur intelligent reste en forme, mange bien et a une vie régulière. Mais c'est étrange de parler de football en ce moment."

     

    ETvLPJMX0AAvJIw.thumb.jpg.58cd9e36a249742fed1299d39f4d5b2c.jpg

     

    Cette semaine c'était les 10 ans de Inter - Barça :

    "Je me souviens de ce grand résultat ! J'aime me souvenir clairement de mon Inter même s'il y a un shut-down sur le football en ce moment. Nous allons revoir les matchs historiques. Je lis peu sur le football car beaucoup parlent, tout le monde a son mot à dire, nous sommes toujours sur Instagram. Je n'ai jamais vu autant de mes anciens compagnons qu'en ce moment, nous envoyons des salutations et messages sympas, j'entends Dabo, Frey etc. Simeone était très sérieux, pour moi il a toujours été un leader, il vous envoyait des pics et vous ne pouviez jamais baissez votre garde. Pour moi, il était un vrai leader même si Zanetti, Bergomi et bien d'autres faisaient partie de cette équipe. Simeone vous massacrait mentalement et vous ramenait déjà en tant que footballeur. Nous vivions tous dans le même bâtiment. Je me souviens que dans la maison de Simeone, c'était comme dans un vestiaire, il avait des photos des buts, des fanions..."

     

    Un retour de Simeone à l'Inter ?

    "Je pense que c'est son rêve, il est resté attaché à ces couleurs. Nous avons vécu des années merveilleuses mais n'oublions pas qu'il y a maintenant un coach extraordinaire sur le banc. En effet, je pense aussi que les deux sont très similaires, perfectionnistes, très sérieux déjà en tant que footballeurs. Avec Antonio, nous avons grandi ensemble, il est comme un frère, il a toujours été maniaque, il ne voulait pas perdre même dans un match et il exultait comme dans le match. Pareil pour el Cholo, toujours entré avec conviction car il voulait marquer. Les sud-américains ont toujours un petit plus comparés aux italiens. Par exemple, il venait au match en chantant. Et nous avions beaucoup de Sud-Américains ! A contrario, Bergomi était silencieux et concentré, mais il était le seul et se laissait emporter."

     

    dfgdfg.JPG.2360cfcd398db2f3aa67553ad2bd254d.JPG

     

    Le match à Moscou : (référence à la campagne de la C3 en 1997-1998)

    "En ce moment, à la maison avec mes enfants, nous passons en revue quelques matchs. Je ne les ai pas vus depuis longtemps, nous avons vu celui avec Strasbourg, Parme, le Spartak Moscou. Je me souviens qu'il y faisait -13, un truc comme ça. Nous sommes entrés dans le vestiaire avec très peu de chauffage et il faisait incroyablement froid ! J'étais couvert comme jamais mais j'avais toujours froid. Dans les vestiaires, nous avons essayé de nous réchauffer, quelqu'un a également bu une goutte de vodka ! Mais à nos yeux, nous savions que nous faisions face à une équipe solide, il y avait un air particulier, nous étions toujours conscients de pouvoir gagner. Mais Ronaldo est allé voir Simoni et lui a dit qu'il allait résoudre le problème, ils ont fait un pari avec le chien que Simoni qu'il a ensuite appelé Taribo. Ils ont commencé fort et ont ouvert la marque (Thikonov à la 12e, ndlr). Simeone m'a ensuite dit d'aller devant et d'y rester car nous sentions que nous allions marquer. J'avais les pieds gelés qui me faisaient mal. Je ne sais toujours pas comment mais j'en place une, la tête de Cholo aide et nous égalisons. Ensuite, Ronaldo a marqué ce fantastique but, 2-1 au final. Par contre, je ne me souvenais pas du match contre Strasbourg. Je l'ai vu il y a quelques jours et je pense que c'est l'un des meilleurs matchs de l'Inter. Il n'y avait pas d'espaces, l'un des matchs où Zanetti et moi avons joué à droite avec Cauet à gauche et nous avons fait la différence. Mais ce fut un match très difficile résolu grâce à un superbe but de Simeone (l'Inter avait perdu 2-0 à la Meinau avant de renverser la situation 3-0 au retour, ndlr)."

     

    Tu te vois en Candreva ?

    "Je suis né à Lecce et en tant qu'entraîneur, j'avais Mazzone, j'aimais pousser mais il exigeait que je revienne défendre. La force de ce rôle réside dans le fait de ne pas trop penser à l'adversaire. J'aimais attaquer et divertir les gens. Ensuite, j'ai aussi toujours joué en 3-5-2, à l'Inter, nous avions ceux qui nous couvraient, mais la différence était faite par l'intelligence des joueurs. Aujourd'hui, nous travaillons beaucoup plus sur la tactique."

     

    nuovo.archivio.foto_.iuliano.ronaldo.rigore.750x450.jpg.2583cd098f270c270a9a0b4eeb5b8712.jpg

     

    Le championnat 1997-1998 :

    "J'attends toujours la fin de ce match Juve-Inter. Il était difficile d'accepter ce résultat, des choses étranges se sont produites ! Peut-être que la Juve aurait gagné de toutes façons. Sur Ronaldo il y a eu une erreur incroyable, personnellement je me suis vu voler le championnat, ou du moins la possibilité de me battre jusqu'au bout. Bon, il y en a eu d'autres. Mais nous nous sommes amusés, une équipe de grands joueurs et de grands hommes. Le stade était toujours plein. La coupe UEFA a été une immense joie, nous avons battu une Lazio très forte. Nous étions convaincus de gagner cette coupe, c'était une C3 avec des équipes fortes. Mais nous avions Zamorano, Ronaldo, Zanetti, Bergomi, comment na pas avoir une mentalité de vainqueur ?"

     

    Une anecdote sur Roberto Baggio :

    "Un grand ami, un bon gars, un professionnel. Il venait toujours en premier. Nous allions à Pinetina à 10h30 et repartions à 19h30. Ma femme pensait que j'avais quelqu'un d'autre ! La mentalité a changé aujourd'hui. Le grand champion se démontre également en essayant de faire équipe. L'Inter nous unit et les relations sont restées. Roberto était un joueur fantastique et il avait une force mentale impressionnante. Je l'ai poussé à venir à l'Inter, évidemment Moratti l'a ramené mais j'ai aussi travaillé pour le convaincre ! Nous avons fait les matchs avec lui, Ronaldo, Recoba, Djorkaeff, puis Vieri est arrivé, une quantité et une qualité incroyable."

     

    1873106675_West1.0.JPG.0bc2f6bb5db77240b8c246b0ddcec009.JPG

     

    Taribo West :

    "C'était un marrant, il y eut des matchs d'entraînement contre lui où il battait tout le monde. Il est toujours allé un peu fort. Un jour, Simoni a pris le ballon et lui a dit que s'il continuait comme ça, nous ne jouerions pas à onze du dimanche. Il voulait montrer qu'il était là, c'était effrayant, mais il était très gentil. Il a dit une fois à l'entraîneur « Dieu m'a dit que je devais jouer » et il (Lippi) lui a répondu qu'il ne lui avait rien dit à lui."

     

    La première place jouable ?

    "L'Inter doit se battre ! La Lazio fait un championnat fantastique, c'est une équipe qui s'amuse, mais l'Inter a beaucoup mûri. Ils doivent jouer pour le championnat. Qui prendrais-je pour la renforcer ? Moriero, Miccoli, Ronaldo, Zamorano. Sérieusement ! J'aime Mertens, également Allan. Deux joueurs que je verrais très bien à l'Inter, ou dans n'importe quelle équipe que je managerais. Ensuite, vous devez comprendre le modulo que Conte a dans sa tête."

     

    Lautaro Martinez :

    "Je le garderais, l'Inter est l'Inter et l'Inter doit garder des joueurs forts. Il fait partie d'un grand club qui veut gagner en Italie et en Europe."

     

    Un mot sur vous ?

    "Je pense que j'étais un joueur normal, je remercie les fans pour les compliments mais c'était un type de football différent ! Je suis étonné quand je lis que le football dans les années 80 et 90 était plus lent que maintenant, absolument pas ! Avant il y avait beaucoup plus de qualité, si aujourd'hui il y a moins de qualité il faut courir plus, il faut compenser. Un qui était le plus fort à mon avis, à part Pelé et Maradona évidemment, c'était Ronaldo. Je l'ai vu faire des choses que je n'avais jamais vues auparavant. Mais sans problèmes de genou il aurait continué beaucoup plus longtemps. Il était agile, le Meazza était silencieux quand il prenait le ballon. Même à l'entraînement, c'était quelque chose !"

     

     

     

    ®alex_j - internazionale.fr

    • J’aime 1
    • Cool 2


    Réactions & Commentaires

    Commentaires recommandés

    Sympa l'anecdote sur le match à Moscou ^^

     

    Sur son dernier paragraphe c'est toujours sujet à débat, mais comparer les époques et les différences dans le jeu ça me semble toujours un peu en décalage. Faut tout remettre dans le contexte.

     

    Taribo West, je suis quasi certain que l'on ne connait même pas 10% d'anecdotes cocasses sur lui. Sacré personnage. Le joueur ne m'a pas spécialement marqué. Par contre cette équipe du Nigéria c'était quelque chose. D'ailleurs je ne peux que conseiller d'aller voir les confrontations contre le Brésil et l'Argentine, elles sont dispos sur YT. Il y a du talent partout, et pas mal de futurs nerazzurri :D Déjà rien que les compos : Babayaro, West, Ikpeba, Kanu, Okocha. Du côté des argentins : Ayala, Zanetti, Ortega, Crespo, Simeone, Gallardo, Almeyda. Côté Brésil : Dida, Bebeto, Ronaldo, Roberto Carlos...

    • Goaaal 1

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites

    @gladis32: Zanetti t'a entendu. Publié le Le 24/04/2020 sur le site Onze Mondial

    "La légende de l'Inter Milan s'est confié sur une géniale anecdote concernant son coéquipier de l'époque, Taribo West.

    Quand Javier Zanetti se remémore le bon vieux temps. Lors d'un live Instagram, le joueur le plus capé de l'histoire de l'Inter Milan s'est confié sur une anecdote amusante de son ancien partenaire, Taribo West. "Une année, en janvier, il avait disparu. On l'appelait et il ne répondait pas. Il s'est pointé le 1er février en me disant : "Capitaine, je me suis marié. Dans mon pays, c'est un mois de vacances"". s'est-il amusé.

    Et pour continuer dans l'humour, la légende intériste s'est livré sur une deuxième anecdote à propos du défenseur nigérian. "Un jour, il nous invite chez lui pour son anniversaire à 19h. On arrive à huit ou neuf, et il a commencé à prier une heure, deux heures, trois heures... On avait trop faim. Une fois terminé, il nous dit que l'anniversaire est fini et nous sommes repartis sans manger" a-t-il raconté. À noter que l'ancien arrière-gauche est notamment passé par l'AJ Auxerre, entre 1997 et 1999."

    http://www.onzemondial.com/serie-a/2019-2020/inter-milan-l-anecdote-amusante-de-zanetti-sur-taribo-west-216395

    Taribo, un joueur que j'aime bien... ça change un peu...

    Partager ce commentaire


    Lien vers le commentaire
    Partager sur d’autres sites


    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • Derniers commentaires dans l'actualités de l'Inter

  • En ce moment sur le forum

  • A voir également

Baretto

Baretto

    Vous devez être connecté pour pouvoir chatter

    Nos t-shirts sur l'Inter !

    Voir la boutique

    Les visages oubliés de l'Inter

    Voir les articles