Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'interview'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Actualités de l'Inter
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Calendrier des matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris - Parigi Nerazzurra
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris - Parigi Nerazzurra
  • Photos de Inter Club Paris - Parigi Nerazzurra

Calendriers

  • Amicaux
  • Série A
  • ICC
  • Évènements de Inter Club Paris - Parigi Nerazzurra

20 résultats trouvés

  1. Milan - Luciano Spalletti était l'invité d’une soirée organisée par un Inter Club proche de San Siro. Notre coach a tenu a exprimé son amour et son estime pour notre tifoserie TIFOSI "Je tiens vraiment à vous remercier pour le soutien dont vous nous faites part. Avec vous, tout devient plus facile. Dès les premiers instants de notre rencontre, j'ai compris que vous teniez à vous faire remarquer, je ressentais que vous vouliez aussi partager un peu de notre responsabilité. J'en ai eu la confirmation immédiatement lorsque je me suis retrouvé à San Siro. C’était important de sentir immédiatement votre soutien, cela nous a rendu plus fort. Ensuite on peut parler des entraîneurs, il y a eu Trapattoni, Herrera, Mourinho… et à chacune de ces périodes historiques, nous avons toujours pu compter sur vous, car vous étiez toujours proche de nous." Impact sur le monde interiste "Cette confiance, ce sentiment, je l’ai ressenti dès les premières secondes. Je ne croyais pas, lorsque je suis devenu l’entraîneur de l’Inter, et avec tout ce qu’il s’était produit à l’Inter, que je trouverais une telle amitié, un tel amour aussi vivant pour cette équipe et pour le Club." Le Meazza chaud bouillant "Nous avons une moyenne de 60.000 personnes au stade, dans une ville tel que Milan où tout devrai fonctionner, c’est comme si nous serions revenu dans le passé, avec les saveurs antiques des Maîtres du ballon rond. La présente de tant de personnes et d’enfant à San Siro nous pousse également, je ressens cela quand je vois les stades remplis et vous qui chantez pour nos couleurs." Le futur de nos jeunes promesses "Je veille sur les jeunes en collaboration avec Stefano Vecchi qui est exceptionnel. Il est venu en stage de pré-saison avec nous et nous avons parlé de ses gamins, puis, nous nous sommes accordé, afin que je puisse avoir l’opportunité de les voir en situation réelle. Je suis très serein, car je sais bien que je peux faire confiance à nos entraîneurs pour les jeunes. Les joueurs savent qu'ils doivent montrer ce qu’ils ont dans le ventre, tant au niveau footballistique qu'au niveau mental, il y a besoin d’avoir ces deux aspects pour devenir un champion." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Milan – A l’ occasion d’une œuvre de bienfaisance, Luciano Spalletti s’est livré à la Gazzetta Dello Sport : "Nous avons engrangé trente points durant cette première phase du championnat, c’est énorme et ce n’était pas facile. Au début, j’ai dû secouer un peu tout le monde. Je ne pouvais pas faire de choix. Il y avait le poids de l’équipe, de la société, et des tifosi. Maintenant mon travail est fait et je peux choisir qui je veux conserver, et qui je veux voir partir. Nous avons posé des bases importantes et revenir en arrière serait très difficile." Comment vous sentez-vous avec tout ce qu’il s’est déjà passé ? "Je regarde mes joueurs dans les yeux. Ils ont tous l’envie de construire quelque chose d’important, nous sommes différents. C’est une Inter différente en respect à ce qu’elle a déjà connu dans le passé, nous avons rencontré des difficultés, mais nous sommes dans une période positive." Que peut viser l’Inter ? "A présent nous sommes à cinq. La Roma est revenue dans la course, après un début de saison négatif, et la Lazio est très très proche." Et le Milan? "Il à un retard très important, c’est inattendu. Dans ma carrière, je n’ai jamais vu d’aussi grande remontée. Quand je suis arrivé à la Roma, j’avais 5 à 6 points de retards sur plusieurs équipes, et à la fin de la phase aller, nous avions nous 7-8 points d’avance. (Ndr, il s’agit de la saison 2015-2016. La Roma avait d’ailleurs pris 18 points comparé à l’Inter)." Votre Inter est-elle avantagée par l’absence de Coupe d’Europe ? "C’est vrai, mais nous aurons aussi rapidement des matchs de championnat en milieu de semaine. Je devrai donc titulariser des joueurs qui ont joué que très peu actuellement, et je ne les oublies pas. Je remplace ce qui ne fonctionne pas et, actuellement, l’Inter tourne bien... Si j’ai prêté attention à la réaction des joueurs après le match face au Torino ? Ici, nous avons que des valeurs importantes, certains se rebellent après une défaite, comme mes joueurs se sont rebellés après ce match." Un jugement sur les nouveaux joueurs ? "Vecino et Borja Valero sont deux joueurs du pays, je savais immédiatement que l’on taperait dans le mille, même si je ne m’attendais pas à voir Borja à un tel niveau. Ce n’est pas facile, pour lui, de courir et de donner de l’intensité. Skriniar est un champion, il est incroyable : Il a de la personnalité, respire la sérénité, il fait toujours les bons choix, même dans les moments les plus délicats." Comment va Icardi ? "Il a une inflammation au genou, mais il va mieux. Il n'a recommencé à courir qu’hier, son genou n’a pas regonflé, c’est un bon signe." Joao Mario veut plus d’espace... "Je le connais bien, je ne suis pas surpris par ses paroles. C’est normal qu’il tienne à être le plus souvent possible titulaire et je le considère comme un titulaire. Mais ses équipiers, qui évoluent aussi à son poste, ne font pas de mauvaises choses." L’arrivée, en janvier, de Ramires ? "Vous venez de me parler de la volonté de jouer de Joao Mario, et maintenant vous me parlez d’un autre joueur qui pourrait occuper sa place...Est-ce que vous souhaitez me mettre dans la merde avec mon joueur ?" Quel Mercato nous allons faire en janvier ? "Si on peut améliorer quelque chose, nous serons présents, mais ce n’est pas facile de trouver des joueurs plus performants que ceux que j’ai dans mon équipe. Ce qui me déçoit le plus, c’est qu’actuellement on parle d’une Inter chanceuse, alors que l’on a déjà touché à dix reprises les montants." Mon avis sur Chiesa ? "Il est très fort. C’est l’un des plus jeunes joueurs actuellement en circulation. Le mérite en revient à son père qui lui a transmis son caractère et tant de bonnes notions. Ce que j’aime chez lui c’est le fait qu’il a toujours à l’esprit, l’équipe. Il ne monte pas sur le terrain en pensant à sa propre prestation." Pourquoi avoir ouvert le hashtag #senza tregua (sans relâche) ? "Parce que tu dois être en phase avec ton temps et gardez le contact avec le monde qui utilise les réseaux sociaux." Ventura se prépare à vivre une rencontre terrible… "Et il va la va gagner tout en restant lui-même. Il fera face aux critiques qui lui ont été formulées. Je pourrais voir Italie-Suède au menu du « Restaurant de Ventura" certains ne le connaisse pas. Il est capable de renverser la situation, il faut faire confiance à Ventura. Son Italie peut gérer les tensions." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Milan – 10 buts inscrit lors du dernier quart d’heure sur 23 parties disputées, toutes compétitions confondues. Uune préparation athlétique très élevée à la hauteur de ses attentes, voilà ce qui a permis à l’Inter de reprendre le chemin de la victoire. Les deux collaborateurs de Luciano Spalletti se sont livrés sur notre entraîneur à la Gazzetta dello Sport: L’Inter de Spalletti ne meurt jamais “Dans les dernières minutes, tout se joue dans le mental. Durant cette période, le message footballistique que Spalletti fait passer à l’équipe émerge. Le groupe dispose de cette caractéristique et il s’est adapté à la philosophie de l’entraîneur. Spalletti veut un football positif. Il n’a jamais changé sa méthode d’approche sur la préparation d’un match. J’estime qu’il est devenu un préparateur du Calcio, une discipline complexe, il cherche toujours à avoir une approche intégrée. Actuellement, les entraîneurs cherchent à recréer l’intensité d’un match, à l’entrainement." Absence de Coupe d’Europe : Avantage ou inconvénient ? "Au niveau de la condition physique, c’est un avantage pour l’Inter, mais en même temps, cela peut être un inconvénient, car si tu joues l’Europe, tu implique plus de joueurs dans les matchs. Il faut prêter attention à la quantité de matchs, à la fréquence des rencontres, à l'importance d'un match. Mais en modulant les efforts et les recouvrements, vous pouvez obtenir un bon retour, même avec deux rencontres à disputer dans la semaine. Cela vous permet de maintenir votre condition et là, c’est une question individuelle." "Nous ne pouvons pas savoir actuellement, si les joueurs qui disputent qu’un match par semaine, garderont toujours ce même rendement. Les statistiques doivent être interprétées, car il n’existe pas de science exacte sur l’efficacité d’un joueur sur le terrain. Il peut être dans la meilleure des conditions, tout comme la pire, mais à la fin, si un travail athlétique préparé a été défini et respecté, cela nous apportera de la satisfaction, car le joueur aura suivi les consignes technico-tactique de l’entraîneur sur tout le match." "Sur ces aspects-là, nous pouvons vous dire que nous sommes dans une situation générale positive et la marge de croissance est encore importante. Nous ne savons pas jusqu’où peut aller l’équipe, mais nous sommes convaincus qu’elle peut encore se renforcer à tout point de vue. Cette perception de savoir qu’elle peut s’améliorer est très rassurante." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Milan - Milan Skriniar est devenu le chouchou de la tifoserie de l’Inter et l’international slovaque s’est livré au quotidien de son pays : Sport. Amour des tifosi "Cela me fait plaisir de voir les tifosi parler en bien de moi. Quand je suis arrivé, les tifosi m’ont demandé à changer de préno,m car je portais celui de notre rival. C’était quelque chose de divertissant. Mais c’est très beau de voir la façon dont me perçoivent les tifosi, je l’apprécie." Si je suis arrivé à l’Inter au meilleur moment ? "Je dirais oui. Si je n’avais jamais joué, vous ne penseriez pas la même chose, mais j’ai commencé à jouer tout de suite. Spalletti a cru en moi et je lui ai fait comprendre qu’il avait pris la bonne décision. Je voulais venir qu’à l’Inter et je suis très fier que tout se passe pour le mieux. Nous sommes parvenus à établir un nouveau record pour le club, qui n’avait jamais engrangé 29 points en 11 parties." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Milan – Notre second gardien s’est livré à Premium Sport, sur la saison actuelle de l’Inter : Le Toro "Le Torino est une belle équipe composée de joueurs de qualité et c’est toujours difficile de le jouer, mais nous avons eu la possibilité, en cours de match, de pouvoir prendre l’avantage, il faut voir l’aspect positif de ce match nul. Il y aura des choses à analyser et nous sommes tous ici pour travailler et nous améliorer, nous devons rester les pieds sur terres et revenir sur le passé ne compte plus, il faut uniquement penser à l’avenir. Nous ferons le bilan de la situation à la fin du championnat et nous nous concentrons, afin de faire du bon travail, match après match. Nous allons bien nous préparer pour affronter l’Atalanta." Handanovic "J’aime toujours me sentir en condition, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer : Je suis disponible et je m’entraîne bien. Nous sommes un beau groupe de gardien, je m’y sens bien et pour moi, il s’agit d’une expérience positive jusqu’à présent." Si Samir est le meilleur gardien de la Serie A? "Actuellement oui, il s’est encore amélioré depuis son époque à l’Udinese, je voyais déjà qu’il pouvait devenir un phénomène. Il se donne toujours à 300%, il dispose d’une palette complète et mérite toutes ses félicitations." L’objectif "Replacer l’Inter là où elle le mérite, le plus haut possible. La Champion's League est importante, mais nous travaillons sans trop y penser et nous souhaitons aller de l’avant." Le noyau ? "Je ne le connaissais pas auparavant, je ne peux donc pas me permettre de le juger. Spalletti est très fort et il nous a remis sur des bons rails, il te met en condition afin que tu puisses t’exprimer au mieux, il nous demande énormément, mais il se dépense aussi énormément." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Milan – Roberto Mancini s’est livré dans une très longue interview au Corriere dello Sport. Le natif de Jesi s’est livré sur l’Inter de Spalletti : Si je suis surpris de voir l’Inter troisième avec 9 victoires et 3 nuls ? "Non, je ne suis pas surpris, je savais qu’il s’agissait uniquement d’une question de temps pour retrouver les sommets. Nous avons construit une base importante qui s’améliore d’année en année." Quel est l’impact de Spalletti sur ce départ canon des Nerazzurri ? “Luciano est très certainement un très bon entraîneur et il a aussi à sa disposition des joueurs importants, les mérites sont partagés." Dans le onze de base actuel, il y a 7 joueurs qui étaient présent au début de la saison dernière, n’avez-vous pas la sensation d’avoir bâclé votre travail de moitié ? "A chaque fois qu’il y a un processus de croissance, tu peux commettre des erreurs et faire des mauvais choix, mais on ne voyait que l’équipe. Mon travail a été réalisé à moitié, comme cela vaut pour tous les entraîneurs qui se font remercié, mais cela me fait plaisir de voir l’Inter de nouveau au sommet." Est-ce que vous changeriez quelque chose, de cette semaine qui vous a été fatale en 2016, avec Thohir et Bolingbroke ? "Absolument pas. Je m’étais bien occupé de la préparation athlétique, mais il y a un autre discours à tenir : la phase pré-championnat a été très mal organisée : Il y avait eu trop de reports et pas assez de séances d’entrainement. Certaines rencontres se sont tenues dans le seul but de récolter de l’argent, ces matchs-là n’auraient pas dû être programmés." Jusqu’où peut arriver l’Inter ? Peut-elle viser la qualification à la Champion’s ou rêver du Scudetto ? "Si elle parvient à maintenir une cadence élevée, elle pourra lutter jusqu’à la fin pour le titre." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Milan - Luciano Spalletti a tenu une conférence de presse au centre d'entraînement de l'Inter avant l'affrontement de Série A de demain entre son Inter et l'Hellas Verona au Stadio Marc'Antonio Bentegodi, coup d'envoi prévu à 20h45. Cet Inter ne peut pas se permettre de se détendre ... "Il y a beaucoup d'équipes qui tournent à plein régime. Pas seulement nos concurents directs , mais aussi la Fiorentina ou la Sampdoria qui reviennent très fort. Nous ne pouvons pas arrêter." Est-ce que Marcelo Brozovic est revenu de sa blessure? "Oui et il a très bien fait ces dernières séances d'entraînement." Avec votre 11 titulaire avez-vous trouvé un équilibre sur le terrain ? "Nous devons trouver notre équilibre dès le départ. Maintenant, ces joueurs ont démontré qu'ils méritaient de jouer. S'il n'y a pas de problèmes, je ne vois pas pourquoi nous devons apporter des changements. " Comment considérez vous Dalbert et Cancelo ? "Ils sont arrivés dans un nouveau championnat, ils sont entrain de vivre une nouvelle expérience expérience. Ce sont des armes que nous pouvons utiliser même si nous avons un bon arsenal. Mais Nagatomo et D'Ambrosio ont aussi très forts. " Qu'attendez-vous de la fenêtre de transfert de janvier ? "Maintenant, pour nous, cela devient difficile parce que nous devons rester concentrés sur les joueurs que nous avons. De nos jours les prix pratiqués sont élevés. Maintenant, nous devons voir si nous sommes bien équipés pour atteindre notre objectif. Si nous voyons une nécessité nous y réfléchirons mais nous n'avons pas besoin de beaucoup de noms pour atteindre nos objectifs. Je suis très content des joueurs que j'ai. Aujourd'hui, il est plus important de voir qui pourrait partir. Pour moi, cette équipe est capable finir en tête." Comment évaluez-vous Ramires ? "Cela ne nous convient pas d'en parler maintenant. C'est un peu comme le discours de la lutte pour le Scudetto. Je ne pense pas qu'il soit utile d'en parler pour le moment.'' Combien de points sont nécessaires pour accéder à la Champions League ? "Je n'ai fait aucun calcul mais les confrontations directes sont fondamentales. Il y en a beaucoup parce que la Sampdoria et l'Atalanta sont de super équipes. Comme l'est également le Torino. Ensuite, nous avons les 6 meilleures équipes qui deviendront 7 parce qu'il y a toujours une équipe surprise. Regardez la Lazio aujourd'hui. Ils sont un candidat idéal pour terminer dans le top 4. Vous constatez la même chose à propos de la Roma,de Naples et de la Juventus, qui sont également dans cette catégorie. Les Bianconeri ont la meilleure équipe, un stade moderne que nous souhaitons tous avoir." Qu'est-ce que l'Inter a besoin d'améliorer ? "Nous ne devons pas laisser filer les points demain. L'équipe doit se comporter comme une équipe solide. Nike nous donne l'équipement à utiliser dans tous les matches, pas un pour les matches faciles et un pour les difficiles. Le fait que nous ayons une telle affluence montre que nos fans n'évaluent pas le type d'équipe contre lequel nous sommes opposés. Ils apprécient que l'Inter soit là. Et nous leur avons montré dans le passé que nous pouvons être forts mentalement. Maintenant, nous devons pousser fort sans être méconnaissable. Nous savons ce qu'il faut faire." Les titulaires se sentent-ils bien physiquement ? "Oui, Vecino est complètement rétabli . Je l'ai emmené contre la Sampdoria à cause de ça, sinon je ne l'aurais pas remplacé." Vecino peut-il encore progresser ? "Il est très complet. Il peut tout faire. Je vais vous montrer qu'il a aussi une bonne frappe de balle, la capacité de marquer des buts, il a la balle collée à ses pieds et peut passer devant son homme. Il a dû s'adapter à une nouvelle situation et il est payé ce qu'il vaut. Fiorentina ne sont pas des poulets de printemps, il en valait la peine. Maintenant, il est dans l'équipe. " Est-ce que vous entreprenez une approche différente contre les plus petites équipes ? "Je ne pense pas. Je crois plus dans le fait que ce n'est qu'une coïncidence que nous avons fait plus d'erreurs contre eux, mais nous avons toujours fait tout ce que nous aurions pu faire. Nous voulons nous démontrer chaque jour que nous sommes dignes de l'Inter. C'est quelque chose qui continue de nous stimuler tous les jours." "Nous souhaitons que ces performances durent le plus longtemps possible et que l'Inter retrouve la place qui a toujours été sienne."
  8. Milan – Notre capitaine, auteur d’un doublé, s’est livré à Inter Tv : "Aujourd’hui, je suis assez mécontent, c’était un match où nous avons tous fait de belles choses et nous avons pris le risque de repartir avec le point du match nul. Car c’est ce qu’il s’est passé. Nous devons nous améliorer sur ce type de situation, on ne peut pas prendre la fatigue pour excuse, même si nous avons joué il y a trois jours. A la fin du match, nous avons souffert, mais nous avons réalisé une excellente première période." Les occasions ? "J’ai dû, parfois, aller rechercher moi le ballon et je n’en suis pas satisfait. Demain, nous analyserons les différents faits de match. Nous avons joué durant 60 à 70 minutes de façon spectaculaire, en nous amusant dans le jeu, mais ce qu’il s’est passé ensuite n’est pas bon, surtout après une telle partie." La première place ? "C’est très beau, c’est la récompense du travail que nous abattons tous, de l’équipe au staff, nous avons un objectif en tête et c’est beau d’occuper cette position, même si c’est pour une nuit, après dix journées." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Milan – Trois points remportés avec un peu de souffrance et la première place provisoire de la Serie A. L’Inter de Spalletti réalise tout simplement un début de saison exceptionnel et la fusion est retrouvée entre nos Tifosi, et plus particulièrement la Curva Nord, qui a félicité les joueurs et notre entraineur pour la Grinta démontré lors du match. Nos joueurs ont félicités les tifosi et vice-versa A la fin de la rencontre, Spalletti s’est livré en conférence de presse: Il y a eu du répondant de la part de votre adversaire. On dirait que le match a changé à l’heure de jeu, lors du remplacement de Vecino. L’équipe semble aller mieux, mais elle semblait aussi fatiguée ? "Matias a joué toute la rencontre face au Napoli car je n’avais plus d’autre milieu, aujourd’hui, il n’était pas à 100% mais les médecins ont fait de leurs mieux pour me permettre de l’avoir à disposition. Il était arrivé en bout de course, et je me devais de le remplacé. L’unique chose que je regrette, c’est que l’équipe a décidé de baisser le rythme, tout allait bien, nous avons perdu deux ballons, nous les avons mal géré et la Samp a capitalisé au maximum ces situations, je les en félicite. La Sampdoria a également confirmé qu’elle était une équipe forte, tout comme l’an passé, même si des joueurs ont quitté l’équipe de Giampaolo." Pensiez-vous atteindre 26 points et qu’avez-vous fait en fin de match devant le banc de la Samp… "Le nombre de points m’importe. C’est une chose à laquelle je ne veux pas prêter attention. Ce à quoi je fais attention, c’est au travail, à la façon dont répondent les joueurs, comment ils se regardent, participent tous ensemble. Sur cela, je suis content, même si je leur ai déjà dit avant. Pour nous, notre parcours est simple, nous ne devons viser à chaque fois que la victoire, nous avons l’obligation de remporter tous nos matchs. Il n’y a pas de répit pour les joueurs qui endossent notre maillot et ce sera comme ça jusqu’à la fin de la saison. Les joueurs l’ont compris et j’a, face à moi, une véritable équipe composée de vrais professionnels." Moi et Conti à la fin du match? "C’est comme un frère, nous nous sommes retrouvés 50 fois ensemble, nous nous connaissons par cœur et il m’avait prévenu qu’en recrutant Skriniar, que nous avions recruté un très grands joueurs." 14 titulaires utilisés, est-ce sur ce socle que vous êtes en train de vous construire ? "Cela marche bien, si tu dois créer un cœur et de l’animation, tu dois aussi avoir de la chance et nous en avons.... il sourit. Ils doivent tous savoir qu’ils peuvent être titulaire. Je procède à des changements, quand je vois que l’équipe tourne bien grâce à ceux qui se sont donnés sur le terrain, autrement tu peux mettre un joueur hors-course, mais c’est la loi du Calcio. C’est important que le groupe entier se sente très concerné." Dalbert ressentait une fatigue musculaire et j’ai songé à l’aligné, ensuite j’ai décidé de jouer en plaçant Vecino plus bas dans l’équipe. "J’ai fait rentrer Santon pour redonner du physique en fin de match, c’est une capacité qu’il est capable de t’apporter. Il y a toujours certains détails qui te font décider d’un choix. De plus, il connait le San Siro, celui qui a le plus souffert est Vecino car il s’est vraiment donné en première mi-temps, il doit à présent se remettre en condition et être serein, dans un stade où tout le monde pourrait avoir peur, car lorsque vous arrivez au Meazza, c’est la dernière étape du voyage et vous devez vous montrer capable de prendre sur vous et d‘avancer." "Avant le Meazza était devenu un problème pour l’Inter. Maintenant, c’est un problème pour ceux qui viennent nous affronter, l’environnement a pris forme malgré le fait qu’il y avait une certaine perplexité au début. Nous n’en sommes qu’au début et je pense que mes joueurs sont encore capables de s’améliorer." Vous détenez actuellement un record de point avec « cette » Inter. Vous êtes ‘Il Fenomeno » de cette inter vu que l’équipe et ses tifosi semblent vous avoir adopté à l’Inter… "Ce n’est pas moi qui joue au ballon, qui court, qui m’arrête, et qui me donne chaque dimanche, ou le mercredi ou le jeudi, c’est selon. Ce sont les joueurs qui sont les plus important. C’est un groupe de garçons avec lequel je passe volontiers des heures. Ils arrivent tous 1h30 avant le début de l’entrainement, j’ai vraiment de la chance d’être ici et j’espère que le succès de notre victoire, ce soir, ne remettra pas tout cela en discussion, il rit." Pouvons-nous parler d’une Inter da Scudetto? "Mais je vous ai déjà répondu sur cela, je n’en tiens pas compte. Nous avons énormément de matchs à disputer et j’ai besoin d’avoir des garçons qui doivent se donner et réaliser des choses extraordinaires. Il y a des joueurs qui savent de football, qui jusqu'à présent étaient en difficulté et qui sont maintenant très bien. Lentement, vous gagnez en confiance et l’atmosphère change et vous n’avez plus peur de ce qui peut vous arriver." Giampaolo a déclaré que l’Inter avait peur, durant les cinq dernières minutes de la rencontre, avez-vous également ressenti cela ? "Je n’ai ressenti aucune peur, je savais que la Samp pouvait faire mal, mais j’avais aussi la certitude, qu’avec ce que mes joueurs ont donné sur le terrain, que cela n’allait pas se passer de la sorte." Petit message de la part de Steven Zhang envers les supporters via Instagram: "Cette équipe mérite votre soutien!" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Milan - Interviewé par Sky Sport, le milieu de terrain de la Juve Sami Khedira, a rendu hommage à l’excellent début de championnat de l’Inter : "Le Napoli, en ce moment, est dans une forme excellente, ils réalisent de très bons résultats, tout comme l’Inter. Ce sont deux équipes de qualité, cette saison sera aussi dure que la saison passée, mais la saison est encore longue et il reste 30 matchs. Pour nous, le maximum fixé est d’être à 5 points du Napoli, car il restera du temps pour les récupérer." "Je pense aussi que l’Inter s’est bien améliorée, elle a recruté un très grand entraîneur. On voit que l’équipe a une structure dans le jeu et elle ne subit que très peu de buts. De plus, elle ne perd plus la tête. L’Inter a une bonne organisation et dispose d’un grand potentiel offensif, avec Perisic et surtout Icardi que l’on a bien vu ce dimanche. Ce sera difficile de jouer les deux équipes et l’Inter sera un adversaire dangereux pour la lutte au Scudetto." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Milan – Invité au programme "Che fuori tempo che fa", notre ailier s’est livré sur les émotions spéciales que peu procurer un Derby : face à l’Ac Milan, Antonio Candreva a réalisé l’un de ses meilleurs matchs depuis qu’il porte le maillot de l’Inter. L’international italien a été déterminant en délivrant une splendide passe décisive à Mauro Icardi : “Dans le Derby, tu ressens une atmosphère particulière. Giuseppe Meazza est toujours merveilleux, on a encore vu voir qu’hier soir, c’était le stade le plus beau du monde. Je dois remercier tous nos tifosis. Avec Spalletti, je me sens extrêmement bien, nous avons emprunté une route positive, par rapport à celle de notre saison noire écoulée." Il poursuit en plaisantant : "J'ai fait quelques bêtises étant jeune." Vous jetiez le maillot ? "Non pire !" Que faites-vous pour vous divertir ? "Je passe du temps avec ma fille et nous jouons ensemble." Etes-vous déçu par la Juve qui n’est plus en tête ? "Non !" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Milan – Antonio Candreva s’est prêté au jeu de l’interview à quelques jours du Derby de Milan. Protagoniste du but qui envoie l’Italie en barrage, Antonio s’est livré sur ses attentes face aux Cugini : Antonio, est-ce que c’est la rencontre qui déterminera une consécration définitive ? "Nous savons que nous sommes l’Inter, nous devons gagner tous les matchs ou du moins, tout faire pour y parvenir. C’est encore trop tôt pour dire si ce sera un match capital ou pas. Nous savons que le Derby est important et si nous l’emportons, cela nous donnera encore plus de ressources pour affronter le Napoli." A quel Milan vous attendez-vous ce dimanche ? Faudra-t-il se méfier de quelque chose en particulier ? "Je ne m’attends à rien. Ce sera un match difficile, le Milan arrive avec une série en cours négative, ils seront nerveux, mais nous, nous nous montrerons encore plus engagés car nous voulons gagner le Derby." Votre impression sur Cancelo ? "Elle est positive même si je l’ai vu peu car j’ai dû partir en équipe nationale. Je sais qu’il est chez nous pour faire du bien, ce sera quelque chose d’important pour la suite de la saison." Spalletti ? "Il nous demande énormément de choses, il ne te donne pas de points de référence mais il te montre l’aspect relatif de la situation. Il est comme pareil à chaque match, pour lui, le plus important, c’est d’avoir le bon comportement sur le terrain." Pourtant l’Inter joue mal… "Je ne suis pas d’accord, c’est mon opinion. Face à la Fiorentina, nous avons fait un très grand match, face à la Roma une très grande seconde période, avec Spal c’était un bon aussi. C’est évident que nous pouvons nous améliorer, mais si nous gagnons même en jouant mal c’est tout bon, je pense toujours à bien jouer et à toujours vouloir gagner." On parle du rôle du Trequartista, un poste que vous avez déjà occupé… Est-ce que les critiques concernant les centres ratés vous atteignent ? "Sur le terrain, tu as peu de temps pour penser. Il y a sans doute, sur les nombreux centres que je fais, certains qui vont trop loin, je peux le comprendre et je dois m’améliorer. J’ai aussi Mauro, on s’entraine ensemble sur les passes longues et les passes courtes. Ce poste est disponible, mais je n’ai pas encore fait mes preuves pour prétendre y occuper. Au final, le plus important, ce n’est pas d’occuper un poste, mais de s’investir de façon positive. Nous sommes revenus récemment des matchs internationaux et dès aujourd’hui, nous nous préparons à la rencontre. C’est peut-être une solution qui pourra permettre d’élargir le jeu, mais tout peut se passer dans un match." Comment pouvez-vous prétendre à vous investir autant, alors que vous allez penser, durant quelques mois, au Mondial.... "Comme je l’ai déjà dit, il y a de la tension, la crainte qu’il ne nous arrive rien de mal, pour moi, pour le pays, nous ne devons pas penser à cela car ce serait très dur à digérer. Actuellement, on joue le championnat pour plusieurs mois encore, je dois être concentré uniquement là dessus, sur l’Inter. Ensuite, après la trêve du mois de novembre, j’aurais tout le temps pour penser à la Nazionale." Vous étiez sifflé, remplacé…ensuite vous êtes l’un des meilleurs face à l’Albanie avec l’Italie, où est la logique ? "Il y a des choses que vous dites vous (les médias), vous pensez que je tourne mal à l’Inter et bien en Nazionale. Pourtant l’Inter affiche un bilan de six victoires et un match nul, c’est un début de saison positif et j’ai ma conscience tranquille. J’ai toujours bien bossé avec mes équipiers lors de nos premières sorties. Je peux toujours m’améliorer, on peut toujours s’améliorer." Est-ce qu’il y a une équipe à éviter pour les barrages ? "Il n’y a aucune équipe à éviter. Lorsque tu disputes ce genre de rencontre, tous les matchs sont durs à affronter. Nous devons encore attendre le tirage au sort et dans un mois nous jouerons notre qualification." Aimeriez-vous être l’Homme du match de ce Derby ? "Cela me plairait mais cela ne servirait à rien si on ne remporte pas les trois points. Pour me faire plaisir, j’espère gagner le Derby en y inscrivant mon premier but avec l’Inter et j’espère que ce sera exactement ce qu’il se passera." Votre premier but avec l’Inter ? "Je fais référence dans un Derby.....(il sourit)." Le fait de ne pas avoir encore marqué lors du Derby de Milan vous trotte-t-il dans la tête ? "Le but n’est pas une de mes obsessions. J’aime aider mes partenaires à marquer, j’aime le faire le plus tôt possible, l’important c’est d’être décisif, peu importe la manière, le plus important, c’est le bien de l’équipe. Cette année, nous voulons arriver au sommet." Quels sont les différences entre le Derby de Milan et le Derby de Rome ? "Je pense que ce sont des matchs très attendus, la semaine qui précède le Derby est belle à vivre car on se rend compte qu’il va se passer quelque chose de fou. Je pense qu’ils sont très similaires. Ce sont deux grands derbys à disputer." Est-ce que les deux prochains matchs pourront en dire plus sur la saison à venir ? "Ce sont deux matchs importants. En premier, il y a le Derby, puis nous irons à Naples, mais nous devons nous concentrer sur le match de ce dimanche. Ensuite, nous nous attarderons sur le Napoli." Qu’est-ce qui vous traverse l’esprit actuellement ? "Je vous en ai déjà beaucoup dit, je veux réaliser des choses importantes, avec les maillots que j’endosse. Je sais que si nous l’emportons ce dimanche, nous pouvons écarter une équipe qui voulait lutter pour les premières places. C’est important pour nous de suivre notre chemin, de faire notre propre championnat." Que pensez-vous des sifflets à votre encontre, malgré le fait de réaliser une bonne saison ? "Cela fait partie du métier, parfois tu es acclamé, parfois tu es sifflé. L’important est de toujours se donner au maximum et sortir du terrain en ayant mouillé le maillot, cela veut tout dire." Ce but si important avec la Nazionale, vous le vouliez… "C’est un but important pour nous, pour l’Italie qui devait l’emporter face à l’Albanie après un non-match face à la Macédoine. Nous tenions à gagner afin de pouvoir être tête de série lors du tirage au sort, cela va avoir une importance. Je suis revenu à l’Inter avec l’enthousiasme qui m’accompagne toujours, il y a des parties importantes à préparer et je suis chargé à bloc." ®Antony Gilles & gladis32 – Internazionale.fr
  13. Milan – "J’ai vécu le match de manière si intense que j’étais complètement aphone à la fin du match, c’est pour cela que j’ai demandé à mon second, Marco Domenichini de parler à ma place." Pensez-vous que l’équipe répond bien à vos attentes ? Chaque joueur semble vouloir devenir important, comme Perisic.... "C’était mon travail le plus facile, car j’avais un matériel de qualité qui avait besoin de retrouver de l’ordre dans ses idées. Si tu dois inventer ou créer des nouvelles idées, cela devient plus difficile. J’ai des joueurs de grandes qualités, des professionnels exceptionnels, nous sommes sur la bonne route et nous estimons que nous devons tous continuer à nous améliorer car nous voulons devenir une équipe encore plus forte." Le saviez-vous ? Andrea Paventi était present pour Sky Sport 24 ce mardi à Appiano Gentile. L’équipe s’est entrainée et Spalletti a offert un jour de libre à ses joueurs : “L’entrainement était intense, les titulaires ont travaillé à part, seul ou en groupe, ceux qui n’ont pas joué ou qui ont joué peu ont disputé une mini-rencontre avec la Primavera avec une pluie de but. C’est une façon de se remettre dans le bain immédiatement et oublier les résultats positifs déjà obtenu, tout en se penchant aux nouvelles rencontres, car toutes seront difficiles. L’Inter veut arriver au maximum de sa condition et avec le maximum de points pour le Derby." "Spalletti se félicite de cette période et apprécie les adaptations du club en regard aux situations d’Icardi et Perisic. Pour tout vous dire, Spalletti est arrivé en bicyclette à Appiano et il compte faire pareil à la fin de l’entrainement." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Milan - Journée riche en émotion pour Ivan Perisic qui a prolongé son contrat avec l’Inter jusqu’en 2022. Voici le Communiqué Officiel du Club: "Le FC Internazionale Milano est fier d’annoncer la prolongation du Contrat d’Ivan Perisic, qui continuera à porter nos couleurs jusqu’au 30 juin 2022. Né à Split le 2 février 1989, Ivan est arrivé à l’Inter au cours de la saison 2015-2016 : Il totalise 81 présence en Serie A – Coupe d’Italie et Europa League. Il a été l’auteur de 20 buts jusqu’à présent sous nos couleurs, et ce n’est qu’un début." Son Interview d'après-signature : "C’est une journée spéciale, je ressens un peu d’émotion et je suis très aussi très content, après tout le stress vécu durant cet été. A présent, je vais de l’avant et je pense uniquement à l’Inter. Depuis que j’ai signé, ma seule pensée est uniquement le terrain." "Je ne me suis pas livré à beaucoup d’interview, mais je peux vous dire que j’avais parlé avec Monsieur Spalletti lors de la préparation estivale et il m’a dit qu’avec lui, je pourrais être un Ivan encore Meilleur. Même Handanovic m’a parlé de Spalletti, du temps où ils étaient à l’Udinese, et lorsqu’il m’en parlait, c’était toujours et tout le temps en bien." "Nous avons réalisé de très belles performances pour nos deux premiers matchs et nous devons continuer de la sorte. Les Tifosi sont tellement plus nombreux et pour nous c’est quelque chose d’encore plus positif, c’est plus facile de jouer avec leurs soutiens." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Milan – Interviewé à Coverciano, à l’occasion de l’événement Nereo Rocco, Luciano Spalletti s’est livré sur l’Inter de ce début de saison et de son mercato estival: Nereo Rocco ? "Il était très important pour le Calcio, car par-dessus tout, il a été l’un des premiers entraîneurs italiens à gagner à l’étranger. Il avait cette capacité d’être le Chef de famille et ne disposaient de points de référence important. Tu savais éviter de tomber dans certains pièges que tu peux rencontrer lorsque tu te projettes vers l’avant, c’était un football différent, mais il est toujours pratiqué à l’heure actuelle, avec une équipe qui peut se verrouiller en jouant défensivement avec ses 11 joueurs. C’était son football et il a connu son apogée durant de nombreuses années." Le Mercato ? "Le fait d’être satisfait devient simple : Je suis extrêmement fier d’entraîner une équipe comme l’Inter. Même s’il y a eu certaines choses que l’on a vécu difficilement à la fin de celui-ci, par rapport à ses débuts, mais nous étions tous actifs dans celui-ci, même le Président : Quand nous avons discuté, il m’a fait part de sa volonté d’intervenir massivement, et notre Administration a réalisé un travail formidable à tous les niveaux. Nos deux directeurs sportifs sont des ceintures noires dans le Mercato : Il faut avoir confiance en leurs travaux et je suis extrêmement content et serein de l’équipe qui est à ma disposition : J’ai rencontré des garçons exceptionnels et je suis impatient de les retrouver." Ma réaction avant le départ de Murillo ? "A ce moment-là, je n’avais pas la nécessité d’écouter mes joueurs et de connaitre leurs disponibilités. Ensuite, vu le déroulement de la situation, les choses ont pu changer. De plus j’ai constaté aussi que Miranda et Skriniar sont meilleurs que D’Ambrosio et Ranocchia. Je me fie énormément aux qualités de mes joueurs : Je les vois intéressé et disponible, et j’évalue leurs prises de position. Cela se fait aussi avec Zinho qui est un jeune joueur talentueux à tout point de vue : Il faut faire confiance au jeune." Karamoh ? "Nous avons un effectif précis et tous seront appelés à faire leur partis du travail : Karamoh fait partie de ce type d’évaluation. C’est un jeune garçon, il doit acquérir de l’expérience avec sérénité. Dalbert est déjà plus fourbe dans des phases de jeu, mais dans notre football, tout fini par payer." "J’ai bien aimé de voir Dalbert accosté Karamoh, après un entrainement. Karamoh m’a demandé : "Est-ce que l’on s’entraine toujours ici ?" et Dalbert lui a répondu : "Bienvenue dans le monde du Calcio". Il y a des nouvelles choses qu’il devra assimiler, mais il a des accélérations sur 70/80 mètres qui te laisse sur place. Quand il arrive devant le gardien, il est habitué à l’affronter en 1 contre 1, il doit savoir quel est le point faible du gardien, et cela il l’acquiert avec de l’expérience." Icardi ? "Même hors de la surface de réparation, il est capable de déboussoler les gardiens, son premier but, dimanche était exceptionnel. Il sait tirer dans n’importe quelle situation et surtout, quand tu le vois hors du terrain, tu peux remarquer, qu'en lui, vit un grand professionnel et c’est un très brave garçon, il est d’une simplicité unique, il est d’une bonté et il sait mettre quelqu’un sur la bonne voie." Si la Nazionale m’a contacté ? "Dans un futur proche ? Ventura a des qualités, je le connais bien, j’aurais pris les mêmes décisions, il affrontait une grande nation et eux avaient besoin de l’emporter. C’était au match aller qu’il aurait pu remporter la rencontre." Les déclarations de Moratti à mon égard ? "Il est toujours agréable de tout le monde, c’est le Président de l’histoire du football italien, pas uniquement de l’Inter. Ces félicitations me font plaisir : je l’ai rencontré une fois et j’ai été surpris c’est de la disponibilité. Il ne m’a pas encore donné de conseils, mais je m’y attends." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Milan - Yann Karamoh est un nouveau joueur de l’Inter, il s’est livré à Inter Channel. Heureux ? "Je suis très content de ce transfert, j’espère pouvoir apporter ma contribution dans l’équipe et parvenir à réaliser les objectifs du club. C’est immédiatement une grande opportunité pour toi… C’est une grande opportunité pour moi, arriver dans un club qui a tant de champions. J’ai eu l’occasion de suivre l’Inter durant l’été et elle a fait de grand résultats." Quel style de joueur es-tu ? "Je suis vif, je dribble, je sais changer le rythme de mes mouvements dans une rencontre." San Siro et les matchs importants… "Je ne sais pas ce que je vais vivre encore, mais j’espère connaitre très rapidement ce stade. Cela va me faire quelque chose de vraiment spéciale, car je regardais des rencontres dans ce stade étant petit, des grands joueurs ont foulés cette pelouse." Que veux-tu dire aux Tifosi ? "J’espère que nous gagnerons le Scudetto dès cette année." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Milan – Notre nouveau défenseur s’est livré à Premium Sport, sur la saison à venir : "Le championnat est différent des matches amicaux : Nous avons fait de belles prestations et réalisé de grands résultats, mais à présent nous devons être fin prêt pour la Fiorentina." Si je ressens de l’émotion ? "Oui, ce sera mon premier match avec l’Inter à San Siro, j’en suis si heureux.." Si nous sommes "la surprise" de cette pré-saison ? "Nous nous sommes améliorés match après match, à présent nous devons penser à Firenze et nous devons l’emporter. Je veux que l’on commence bien le championnat, et je le veux aussi pour nos Tifosi." La Champions League? "C’est notre objectif : L’Inter doit la disputer chaque année et nous devons faire en sorte qu'elle y parvienne. Nous avons une belle équipe et de bons joueurs. Nous allons disputer ces places avec d’autres équipes. Nous n’allons pas penser que nous sommes en Italie, nous allons jouer comme nous l’avons fait en Chine face aux grands clubs. En Italie, tu as des grandes équipes comme la Juventus, le Milan et le Napoli.” Le fait que j’ai coûté cher ? "Ce n’est pas de ma faute si on a déboursé autant pour moi. Je suis ici pour aider l’équipe et si les Tifosi me font une standing ovation, ce sera la plus belle chose pour moi." Miranda ? "Il est très expérimenté, si je ne comprends pas quelque chose, il me le traduit et jouer avec lui devient plus facile. Je veux aider l’équipe, c’est mon objectif personnel : Je veux bien jouer." Schick ? "Nous nous sommes parlé, il m’a dit que tout va bien, nous allons voir ce qu’il va se passer, il n’est au courant de rien. Je dirais simplement que des grands clubs se sont penché sur lui, c’est un très grand joueur et il deviendra un Top player, car quand il monte sur le terrain, c’est pour faire la différence." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Milan - Après Milan Skriniar, l’Inter a officialisé l’arrivée de son nouveau milieu de terrain: Borja Valero. Ce dernier s’est livré au jeu de l’interview en salle de presse à Riscone di Brunico: Internazionale.Fr a le plaisir de vous proposer l'intégralité des déclarations de notre nouveau milieu de terrain: Qu’elle est l’importance, pour vous, d’avoir vu que l’Inter a tellement fait pour vous recruter ? "C’était important. Après plusieurs mois de problèmes à la Fiorentina, j’avais besoin de changer d’air et l’Inter a fait son maximum pour me recruter." Qu’est-ce qui vous a convaincu de quitter Florence ? "Si je devais être sincère, je ne serais jamais parti, mais durant ces derniers mois, il y avait trop de problèmes. L’inter est une aventure intéressante et j’ai l’envie de prouver ce que je peux faire de la meilleure des façons." Est-ce que la présence de Spalletti a été importante dans votre choix ? "C’était important, c’est un entraîneur très fort. Il est important sur et hors du terrain et il peut être aussi d’une grande d’aide pour les plus jeunes." Quelle était la nature de vos problèmes à la Fiorentina ? "Tout était lié à la nouvelle direction sportive. Nous n’avions pas la même vision des choses. Elle ne voyait pas l’importance que je pouvais avoir, parfois, il faut savoir penser à soi-même." Que retiendrez-vous de la Fiorentina ? "Je peux uniquement parler de ma situation personnelle, pour moi la Fiorentina restera la Fiorentina." Pouvez-vous occuper plusieurs postes ? Décrivez-vous ? "Je suis polyvalent, je peux donc jouer partout au milieu du terrain, j’aime jouer au football et je veux le prouver pendant encore pas mal d’années." A quel accueil vous attendrez-vous au Franchi ? "Je m’attends à un grand accueil. J’ai tout donné pour Florence et pour la Fiorentina." Astori a parlé de votre situation... "Il ne connaissait pas la situation…Elle était insoutenable, cela ne pouvait plus durer." Pensez-vous comme Monchi, ressentez-vous le besoin d’appeler Nainggolan ? "Je laisse faire ce travail aux directeurs sportifs de l’Inter." Votre avis sur Radja ? "C’est un très grand joueur." Un joueur comme vous est utile pour bien faire tourner l’équipe... “Beaucoup ont confiance en moi. Je ne suis pas quelqu’un qui court ou qui marque, mais j’ai toujours l’envie de jouer et de prouver à tous que vous avez raison de croire en moi." Pour la Nazionale, vous payez le fait d’être dans une équipe composée de joueurs phénoménaux ? "Cela m’a pesé, mais je m’y suis senti comme un enfant. Je les ai vu remporter tant de titres, c’est un très grand honneur pour moi d’y avoir évolué." On commence à parler d’une Inter de Scudetto…vous êtes venu ici pour le gagner ? "Je ne veux pas viser un objectif aussi grand. Nous en sommes au début, nous devons voir ce que nous parviendrons à réaliser. Il ne faut pas vouloir aller trop vite." Quelle est la volonté de l’Espagne ? "Personne ne croyait en la jeunesse espagnole, ensuite nous avons gagné des championnats de jeunes jusqu’à finir par tout gagner. Nous avons très bien bossé." Que pouvez-vous transmettre à l’Inter ? "Je veux que l’équipe prenne conscience de ce qu’elle est capable de faire." Vous avez parlé avec Pioli ? "On a discuté, mais jamais de l’Inter. J’ai été accosté par la Roma, mais à ce moment-là je me sentais bien à la Fiorentina." Avez-vous eu le temps de faire la connaissance de vos équipiers ? Croyez-vous que l’équipe soit déjà compétitive ou qu’il faudrait encore investir pour occuper les premiers rôles ? "Je crois que le noyau est compétitif, il est composé de joueurs qui sont très fort. A présent, le travail de Spalletti sera de faire en sorte de nous mettre tous en position de gagner et d’être le plus haut possible au classement." Un duo avec Gagliardini vous plairait-il ? Vous seriez bien assorti ensemble ? "C’est encore trop tôt pour le dire, nous verrons dans le futur. C’est Spalletti qui prendra la décision et je donnerais tout." Avez-vous quelque chose à dire à Perisic pour qu’il reste ici ? "Je n’ai pas à rentrer dans ce genre discours. Nous avons parlé de notre passé et nous allons juste nous en tenir à ça." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Brunico – Luciano Spalletti s’est livré au jeu de l'Interview suite au second entrainement de l'Inter de cet après-midi. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations de notre entraîneur : L’objectif ? "L’objectif est la Champion’s et voir nos joueurs de la Primavera grandir. Je veux tout ce que veut un supporter : des résultats, des joueurs motivés. Une attention à 365° car nous aurons aussi à faire face à certaines situations. Nous devons être disponible pour tous ceux qui nous aiment. Les Tifosi disent qu’ils nous aiment, nous nous devons de les aimer. Nous ferons de notre mieux pour que je puisse voir de la fierté en nos tifosi." Ce que j’attends de cette préparation ? "Je m’attends à mettre l’accent sur les concepts qui servent l’équipe pour qu’elle soit au niveau qu’elle mérite. Nous devons maintenir une certaine distance entre les joueurs qui compose l’équipe, entre nos remparts, nous devons agir en tant qu’équipe. Je dois aussi subdiviser l’aspect physique pour tenir sur le terrain 90 minutes." L’aspect mental ? "Je les ai trouvés très disponibles. Ils ne sont pas assez sereins pour montrer leurs qualités. Je dois les mettre en conditions afin qu’ils puissent se développer de la meilleure des façons. Ce sont des joueurs qui sont disponibles. Ils veulent aussi prouver leurs motivations." Mon idée du Calcio ? "Nous devons être une équipe qui soit alignée de manière correcte sur le terrain. Qui doit tenter de profiter des espaces laissés par les jeux de nos adversaires... Plus nous garderons le ballon, moins nous serons fatigués. Nous devrons être attentif à tout car vu que nous sommes l’Inter, on se doit d’avoir un jeu du niveau de l’INTER." Est-ce que la Serie A peut retrouver ses couleurs des années 80 ? "Elle est en croissance constante, il y a des équipes qui se sont bien renforcées, ce sera un championnat difficile. Nous devrons nous battre jusqu’au dernier match pour atteindre la Champions League car il peut y avoir plusieurs points de différences avec les équipes qui peuvent être devant nous. Il devrait y avoir, jusqu’à la fin de la saison, six équipes qui se disputeront la Champion’s." Quel discours avez-vous tenu à l’équipe ? Quelles sont vos sensations ? "Mes sensations sont les mêmes que celles que j’avais déjà auparavant. Elles sont tellement faibles que je suis dur avec les joueurs. Je veux par-dessus tout, que tout devienne facile dès le début et voir de la disponibilité. Je suis convaincu que c’est une équipe qui a des qualités. Nous nous sommes dits certaines choses que nous pouvions nous dire tous ensemble et nous nous sommes dit certaines choses en face à face. Ma façon de leur parler a été celle d’une personne qui était extérieure à cette situation et qui leur dit à présent quel est le parcours que nous devrons suivre tous ensembles. Ils doivent faire en fonction de ce qu’ils ont prouvé, moi je suis ici pour entraîner l’Inter et j’ai quitté une équipe qui elle était parvenue à me faire plaisir en se qualifiant pour la Champion’s." Borja Valero ? "Il doit être placé dans le paquet des autres joueurs dont on parle souvent. Vous me posez des questions pièges. Nos directeurs sportifs font attentions à mes demandes et ils se montre très volontaires actuellement, et vous, vous sortez de nulle part. Suivez les mégots, cela veut dire que vous serez sur le bon chemin."Mon impression sur le groupe ? "Ils font tous preuves de bonnes intentions. Je suis très optimiste. Outre le fait qu’ils se montrent disponibles à m’écouter, je pense qu’ils ont le désir de tracer leurs routes. Ce sont eux qui viennent me demander comment faire pour faire les choses bien. Nous devons être les plus professionnels possibles, je suis convaincu qu’il y aura quelques joueurs qui se révéleront car je suis convaincu de leurs qualités. J’en suis même extrêmement convaincu." Le Mercato ? "L’objectif est de se battre jusqu’à la fin pour la CL. Il y aura d’autres équipes qui vont lutter pour y parvenir également. Nous devons nous sentir concerné par l’objectif via un travail constant, dur et continuel. Je veux intégrer certaines choses dans la qualité du noyau de notre équipe qui me semble correcte, mais j’ai encore besoin de savoir certaines choses. J’y travaille. Le fait d’aller chercher des joueurs d’expériences te donnes des certitudes constantes et journalières. Tu auras ton joueur qui se montrera plus explosif en qualité et qui pourra te permettre des alternatives. Il faut parvenir à trouver cet équilibre entre l’équipe dans son mental et dans son jeu, il faut parvenir à avoir un équilibre et un mentale d’une équipe forte, je veux avoir une équipe du niveau de l’Inter. "Pourquoi le fait de rejoindre l’Inter devrait être un fardeau ? C’est quelque chose que j’ai ressenti immédiatement. Le témoignage le plus important que j’ai reçu est venu de Josè Mourinho car il m’a écrit. Il m’a souhaité le meilleurs pour les résultats à venir car c’est une équipe qu’il a dans son cœur. Je peux citer tant de messages qui me sont parvenu depuis que nous avons débuté notre stage." "Pour comprendre ce discours, tu as besoin de joueurs qui se sentent bien, car nous sommes dans un championnat ou ce n’est pas toujours facile de démontrer ces qualités. Nous, nous avons le besoin de le faire immédiatement. Si un joueur doit intégrer l’équipe, il doit le faire par envie et il se sentira apte à bien jouer. En toute sincérité, nous cherchons à faire comprendre à tous quelles sont nos intentions, que cela se traduise par l’un de mes regards, je ne veux pas voir de confusions." Brozovic? "Tout dépendra de ses propres intentions. Il a des qualités qui sont évidentes, mais même si c’est un joueur complet qui sait tout faire, il est inconstant. Tout dépendra de lui. Car c’est un joueur de qualité comme un autre. Ce qu’il a fait jusqu’à présent, ne suffit pas. Il a besoin de prouver d’autres choses, je lui ai déjà fait savoir." Perisic et Icardi? "Je dois faire un discours général, je ne veux pas faire du porte à porte. La qualité des joueurs que l’on a recruté sur le Mercato est indéniable. Ensuite ils sont devenus de simples joueurs normaux, mais il s’est passé ce qu’il s’est passé actuellement. Icardi est un joueur fort, talentueux, par-dessus tout dans la surface de la réparation." "Tous voudraient avoir un joueur aussi fort que lui. Il y a tellement d’équipes qui serait intéressé. Il va y avoir des équipes qui vont tenter de l’empêcher de le maintenir hors de la surface de réparation. Lui doit être bon et sentir le bon moment pour attaquer le bon espace. Je ne pense pas qu’il sait encore jouer de cette façon, mais j’ai déjà constater qu’il sait bien communiquer avec ses équipiers. Il faut aussi qu’il soit bon à faire des rotations au second poteau ou couper les lignes pour se placer au premier poteau et être en embuscade. Pour l’instant, je suis curieux de voir ce qu’il sait faire sur le terrain, je sais déjà ce qu’il sait faire dans la surface de réparation et ce n’est pas rien." Si j’ai des souvenirs avec la Roma ici à Brunico? "Je profite de l’occasion pour souhaiter bonne chance à la Roma et à mes anciens joueurs qui m’ont tellement donné. C’est moi qui ai décidé de partir de la Roma. J’espère les revoir avec fierté. Je me souviens qu’il n’y avait pas la même salle de gym, elle était différente, mais les tailles du terrain sont les mêmes que celles d’aujourd'hui." Le Milan a déjà fait six recrutements, êtes-vous inquiété par ce mercato ? "Pourquoi, les autres années nous n’avons pas fait de recrutement ? Nous ne nous sommes pas grandement amélioré, cela dépend de qui tu recrutes. Pour moi la garantie de l’AC Milan se nomme Montella : C’est un grand entraîneur qui a de l’expérience. Il a fait de très bons résultats avec une équipe qui a moins de qualité que la mienne. Ce sera un adversaire difficile, mais pas parce qu’il fait des achats. Cela se joue à 11 contre 11, tout dépend de ce que feront les joueurs alignés sur le terrain." Dans cette équipe, est-ce qu’il y a un joueur qui peut vous apporter ses propres fantaisies, comme Joao Mario? "J’ai regardé plusieurs vidéos. Pour moi, c’est une bonne acquisition. Mais il faut du temps pour comprendre les qualités des joueurs, un seul entrainement n’est pas suffisant pour te permettre de faire une évaluation. Je suis certain qu’il a des qualités de courses de couvertures différentes d’autres joueurs tels que Gagliardini et Kondogbia. Il a de bonnes jambes et je l’ai toujours vu jouer au milieu, mais il peut aussi être en mezz’ala. Selon moi, c’est possible qu’il joue en étant avancé de 5 mètres plus en avant ou 5 mètres plus en retrait, c’est difficile de trouver des joueurs qui peuvent occuper ce poste." "Quand je regarde ses qualités de jeu, il peut y travailler. Dans une semaine je serai plus à l’aise pour le définir. Ici tout a débuté assez vite, je suis arrivé il y a quelques jours, ensuite je suis allé en Chine et maintenant il y a les matches. Je dois être apte à savoir gérer tout cela, et par-dessus tout ne pas réclamer immédiatement le maximum. Je ne suis pas du genre à travailler de manière approfondie dans des conditions tempétueuses. Le travail sur le terrain est important et nous devons faire les choses avec calme et de façon répétitive." "La partie est un mélange de beaucoup de choses qui doivent être réalisées. Celui qui marque des buts fera la différence. Les buts sont le bruit de la disponibilité de la part de toute l’équipe. Si j’ai tout le monde qui répond présents, j’aurais dix joueurs qui serons toujours apte et qui ne seront pas fatigué. Si deux joueurs doivent attendre que les 8 autres reprennent des forces, là tu t’épuises plus. Ce qui te massacre le plus c’est de courir après l’adversaire." "C’est nous qui devrons avoir le contrôle du ballon. Si tout le monde va dans la même direction, cela te donne la possibilité de faire des buts. Plus tu vas vers l’avant, plus tu as besoin de presser aussi ton adversaire. Tu dois profiter des espaces pour les joueurs. Autrement tes adversaires vont contrer ton mouvement et tes défenseurs se devront d’être attentif. De plus, tu perds en lucidité et des mètres importants, tu as besoin de jouer en équipe et de savoir tout faire." Ausilio ? "Je le remercie pour ses compliments." Si je me sens à l’aise ou sous pression ? "Certains choses m’ont été promises, si elles ne sont pas maintenues, je partirais, je l'ai dit. Les promesses doivent être maintenus. Des joueurs devrons être achetés. Je ne suis surement pas meilleur que ceux qui m’ont précédé. Eux ont été meilleurs que moi. Je dois parvenir à faire quelque chose de différent, à avoir et à intégrer certains joueurs. En plus vous écrivez que Spalletti peut dépenser jusqu’à 150M€. Si je ne tire pas le meilleur d’eux, c’est vous qui allez me tirer dessus ou quelqu’un d’autre qui le fera… Qui vous a communiqué cette somme, pourquoi l’avoir écrit, êtes-vous sûr de vos chiffres ?" Ce que je ne veux plus revoir ? "Je ne veux plus jamais voir que l’on renonce à gagner, c’est une qualité importante. C’est quelque chose que je ne veux pas voir dans notre vocabulaire. Si vous pensez déjà de cette façon avant même d’avoir commencé, durant tous matches, cela ira dans ce sens. Si tu ne sais pas te montrer compact ou si tu ne sais pas où aller. Il a vraiment fallu ne plus avoir un haut niveau de dignité pour voir ce qu’il s’est produit dans les matches que j’ai analysé de l’Inter une fois que j’ai pris mes fonctions." Les ambitions ? "Je pourrais vous en dire plus une fois le mercato fini. J’ai besoin d’avoir des aspirations. Je crois en certaines visions. De mon point de vue, je cherche à être le plus réalité possible. J’ai un contrat de deux ans et selon moi la seconde année dépend du travail réalisé lors de la première saison. J’ai à faire à des joueurs qui ont vu passer devant eux 4-5-6 entraîneurs de qualité. C’est aussi de leur faute s’il n’y a pas eu des résultats, il ne faut pas tenter de la faire croire l’inverse, à personne. Ils ont une seule possibilité de faire bien cette année, pas uniquement pour moi, mais pour tous les gens qui composent l’Inter. Ils doivent se donner pour toute la saison." Le top player qui peut faire la différence ? "Si tu as des grands joueurs, la différence sera faite à chaque matches. Tu as aussi plus de possibilités de marquer. Cette année, j’ai eu des joueurs qui ont fait partis du top 10 du classement des meilleurs buteurs et j’ai aussi eu des défenseurs qui ont fait de leurs mieux en défense." Les caractéristiques des joueurs pour le 4-2-3-1 ? Si c’est mieux un Salah ou un Di Maria ? "J’estime qu’un ailier doit arriver. Si on parle de Candreva, il allait de l’avant et il est aussi parvenu à marquer des buts en jouant dans le dos de la défense. Si je lui demande d’aller plus dans le terrain, il ne pourra pas s’exprimer et se marchera sur les pieds avec son premier attaquant, et cela ne fera qu’empirer la situation. Icardi a marqué tant de buts sur des passes de Candreva, cela en est devenu un classique. Salah le fait moins bien, mais il peut te faire très mal en contre." "Quand tu as des joueurs avec des caractéristiques importantes, tu trouves toujours un moyen de coexister. Nous avons deux des plus braves recruteurs dans nos rangs Ausilio et Sabatini connaissent le Mercato mieux que quiconque. Même si je parle plus à mon aise avec Sabatini. A présent, je dois rassurer mes joueurs, ils sont tous prêt à aller de l’avant. Je dois aller retravailler avec eux et nous nous reverrons pour discuter dans quelques jours." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Milan – Steven Zhang, le fils de Jindong Zhang, le propriétaire du Suning et de l’Inter s’est livré sur le futur club et de sa volonté à lui faire à nouveau côtoyer les sommets.Internazionale.fr a le Plaisir de vous proposer son interview octroyée à la Cnbc:"Le Calcio en Europe, est comme une religion, les gens en sont fous. Le Suning est une compagnie pour les consommateurs et veut investir dans une équipe de football pour lui permettre d’ouvrir une porte vers des nouvelles réalités, de nouveaux horizons, de nouvelles cultures. Le Suning a investi dans le Calcio, nous voulions ce Club. Le Calcio est le Calcio, il est fait de haut et de bas."Quels est le programme pour la saison à venir ? Que ferez-vous si Conte ne signe pas ? Qui pourrait venir ?"Tout est possible. Un entraineur est important pour une équipe, cela vaut aussi pour les joueurs, c’est comme une maison qui doit trouver ses bons pensionnaires. Nous avons besoin de joueurs, d’un management, nous tenons à cœur au Club et nous souhaitons qu’il s’exprime avec cœur et esprit. Ce n’est pas bien de penser à la prochaine saison, c’est plus juste de penser à l’emplacement du club dans les deux, trois, cinq, dix années à venir."Allez-vous énormément investir dans le club ? En recrutant beaucoup de joueurs de qualité ?"Quand on parle d’une rénovation, on ne songe pas aux sommes que l’on devra dépenser derrière, mais plutôt à la stratégie que nous devrons avoir pour investir dans le club. Tout dépend des recettes du Club. La première chose est d’investir dans les facilités, les jeunes, les académies pour avoir une croissance qui sera salutaire pour le club. Je veux voir des jeunes se former et les voir s’exprimer un jour, du mieux possible, en équipe première."Que pouvez-vous dire aux tifosi qui sont tellement déçus du rendement de l’équipe ?"D’avoir de la patience et confiance au club. Je sais que les Tifosi aime profondément le Club. Nous ferons de notre mieux et nous allons le faire pas-à-pas. Nous ne savons pas changer les choses en un mois, ni en une partie ; Le prochain match est toujours le plus important, spécialement lorsque tu es propriétaire de l’Inter, un Club qui a tant de pouvoirs et de responsabilités. Il faut aller de l’avant et penser aux investissements nécessaires à long terme, c’est le plus important pour le club."Que diriez-vous pour clôturer cette interview ?"N’ayez crainte, l’équipe jouera rapidement bien. C’est une énorme responsabilité, et c’est pour moi une affaire personnelle." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×