Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'luciano spalletti'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Évènements de Inter Club Paris

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

214 résultats trouvés

  1. Victor Newman

    Luciano Spalletti

    Luciano Spalletti, né le 7 mars 1959, est un footballeur italien devenu entraîneur. Joueur de Serie C1 du milieu des années 1980 jusqu'au début des années 1990, c'est en tant qu'entraîneur qu'il acquiert une certaine notoriété dans le milieu du football, notamment en officiant sur le banc de l'AS Rome. Biographie Joueur en Serie C Luciano Spalletti commence à jouer au football à l'âge de 12 ans dans un petit club de Toscane au poste d'attaquant. Rapidement repéré par les recruteurs de la Fiorentina, il intègre son centre de formation et est repositionné au milieu de terrain. Milieu de terrain travailleur, Luciano Spalletti fait sa carrière de joueur dans les divisions inférieures d'Italie. Il passe par Virtus Entella, Spezia, club où il devient capitaine emblématique, Esperia Viareggio et Empoli. Il prend sa retraite à l'âge de 34 ans. Des débuts réussis en tant qu'entraîneur Luciano Spalletti commence sa carrière d'entraîneur à l'Empoli, dernier club dans lequel il ait joué, en 1993. Il endosse d'abord les rôles d'adjoint et de formateur avant de prendre les rênes de l'équipe en 1995 L'équipe évolue alors en Serie C1. Dès sa première saison il finit deuxième du championnat et accède ainsi à la Serie B. L'exercice suivant en deuxième division se conclut également par une promotion, le club toscan finit en effet deuxième et accède ainsi à la Serie A. Pour sa première saison dans l'élite, il termine à la 12e place et maintient ainsi son club en première division. Une confirmation difficile Le jeune entraîneur est désireux de prendre en mains une équipe plus ambitieuse et signe ainsi avec la Sampdoria à l'été 1998. Mais Luciano Spalletti connaît à Gênes son premier échec, il est en effet limogé au bout de 28 journées et le club ligurien finit relégué en fin de saison. Il signe ensuite au FBC Unione Venezia, mais le Toscan est démis de ses fonctions en mars 2000 et le club encore rétrogradé en Serie B à l'issue de la saison. Luciano Spalletti se retrouve sans club. Il s'engage durant la deuxième partie de saison 2000-2001 à l'Udinese Calcio à la suite du licenciement de Luigi De Canio et les sauve de la relégation. Le technicien fait ses valises pour l'AC Ancône, qui évolue au deuxième échelon national, et y réalise une saison moyenne, finissant à une modeste 8e place. Une carrière relancée à l'Udinese Il mène l'Udinese Calcio à la quatrième place synonyme de qualification pour la Ligue des champions. Le succès à la Roma Spalletti signe à l'AS Rome lors de l'été 2005. Il démissionne de son poste en août 2009 en regrettant le manque de moyens mis à sa disposition par la direction du club romain. Le succès en Russie En décembre 2009, Spalletti devient l'entraîneur de Zénith Saint-Pétersbourg. Il remporte deux fois le championnat russe en 2010 et lors de la saison 2011-2012. Il est limogé du club après avoir perdu la première place du championnat le 11 mars 2014. Retour à la Roma Le 14 janvier 2016, il est nommé entraîneur de l'AS Rome en remplacement de Rudi Garcia Palmarès Empoli FC Serie C1 Vice-champion : 1996. Coupe d'Italie de Serie C Vainqueur : 1996. Serie B Vice-champion : 1997. AS Rome Serie A Vice-champion : 2006, 2007 et 2008. Coupe d'Italie Vainqueur : 2007 et 2008. Supercoupe d'Italie Vainqueur : 2007. Finaliste : 2006 et 2008. Zénith Saint-Pétersbourg Premier League Champion : 2010, 2011-2012. Coupe de Russie Vainqueur : 2010. Supercoupe de Russie Vainqueur : 2011. Finaliste : 2012 Posté le 23 mai 2017 par Antony GILLES Sources associé(e)s: Wikipedia
  2. Nainggolan, Icardi et Spalletti. Si l'Inter a pris les trois points mercredi dans la course aux huitièmes de finale, le mérite revient aussi à l'entraîneur capable de tenir son équipe malgré le début de saison difficile avec en particulier cette défaite contre Parme à domicile. L'équipe a désormais une âme, elle joue mieux et surtout elle gagne. Cinq victoires d'affilées ce qui ne lui est jamais arrivé en nerazzurro : Il regarde les nerazzurri se congratuler au milieu du terrain et saluer les supporters sous la Curva, avec le visage satisfait de l'équipe du quatrième chapeau qui rentre chez elle avec six points en deux matchs. Il profite sûrement de ses instants, conscient d'avoir fait un pas de plus pour "ramener l'Inter là où elle le mérite". Spalletti retourne ensuite dans les vestiaires se projetant déjà au match contre la SPAL, à l'AC Milan et au Barça parce qu'il sait bien que dans le football tout peut changer tellement vite. Mais cela n'enlève pas un fait : cinq victoires de suite, de Tottenham au PSV en passant par la Sampdoria, la Fiorentina et Cagliari. Ça ne lui était jamais arrivé à Milan."  ®Samus - internazionale.fr
  3. Giorgio Squinzi, président de Sassuolo, est un milanista reconnu et a toujours ressenti une rivalité particulière avec l'Inter. A un point où il accroche une nouvelle plaque dans son bureau après chaque victoire contre les nerazzurri. En début de saison, Spalletti avait déclaré que l'Inter voulait interrompre cette tradition mais la défaite en début de saison a contrarié cette mission. Et aujourd'hui, interviewé par la Gazzetta dello Sport, Squinzi fanfaronne : "A la veille du match, Spalletti m'avait dit que je n'aurais pas de plaque à afficher cette fois-ci. Finalement si." Mais en tant que milanista, il fait moins le malin quand on évoque les chinois. Le patron de Sassuolo parle du Suning en terme plutôt élogieux même, évitant la comparaison avec les chinois qui ont géré pendant un an le Milan : "C'était une situation plutôt étrange au début... ceux de l'Inter sont, eux, plus fiables". On rappellera une statistique qui doit certainement expliquer cette rancœur et le fait qu'il sort le PQ à chaque victoire contre l'Inter : Plus grosse défaite à domicile : Sassuolo 0-7 Inter le 22/09/13 (Palacio, Taïder, Pucino, Alvarez, Milito, Cambiasso) Plus grosse défaite à l’extérieur : Inter 7-0 Sassuolo le 14/09/14 (Icardi, Icardi, Icardi, Kovacic, Osvaldo, Guarin) CQFD Samus - Internazionale.fr
  4. Victor Newman

    L'après-match cash de Luciano Spalletti

    L'Inter s'est imposée sur le terrain de Bologne, signant ainsi sa première victoire de la saison. Une victoire difficile qui aura vu le jour, en seconde période. Luciano Spalletti s'est livré dans la presse et le moins que l'on puisse dire, c'est que l’entraîneur n'est pas satisfait de la prestation de ses hommes. "Nous avons inscrits trois très beau buts, Bologne a craqué aussi, c'est ce qui a déverrouillé le match, car ils ont été obligés de jouer à visage découvert et nous ont offerts des espaces. Pour moi, nous avons très bien commencé, ensuite la partie s'est équilibrée, mais il y avait toujours des risques suite à la verticalisation de leur jeu et de leur vitesse, mais nous n'avons jamais été pris à la gorge. Je voulais innover au poste de trequartista." "Nous avons un groupe important, mais il est clair que les rotations doivent encore apporter de l'équilibre et de la sérénité, pour jouer comme aujourd'hui. C'est évident que face à ce type d'équipe, nous devons contrôler le ballon et être supérieur numériquement. Aujourd'hui, nous avons éprouvé des difficultés dans les derniers mètres adverses. Le ballon a circulé de gauche à droite et nous étions confrontés à des deux contre deux, lors de leurs contres, c'était risqué. Bologne a joué un très bon match au niveau tactique, on arrivait pas à percer leur ligne défensive." "Certains joueurs n'étaient pas à leurs niveaux et je dois prendre cela en considération. D'après moi, il faut se casser le cul pour parvenir à faire plus que de prendre des points, il y a un travail à faire du matin au soir et les jours qui suivent. Nous avons besoin d'une structure comportementale, d'être une équipe importante. L'équipe se prend des coups et elle se doit de savoir bien réagir c'est important, car si l'adversaire est ordonné, c'est notre équipe qui ne l'est pas. Peu de joueurs étaient à leur niveau, et il a fallu suer pour l'emporter, il a fallu de la qualité, des noms, de la disponibilité et un comportement adéquat..." "C'était risqué d'aligner Lautaro car hier, il avait suivi l'entrainement, mais son muscle était encore dur aujourd'hui, et il y avait un risque de blessure. La meilleure solution était d'aligner Keita à ce poste, mais avec des caractéristiques différentes. Car c'est un joueur qui se déplace beaucoup plus. Nous n'avons pas été assez incisif, mais nous avons été toujours ordonné et nous n'avons pas permis à Bologne de développer son jeu sur le long terme, mais nous avons tout de même été bousculé." "Nainggolan a réalisé une très belle prestation et a inscrit un joli but. C'est typiquement sa façon de marquer, mais il doit encore revenir à une bonne condition physique, pour jouer en toute continuité. Il ne se donne pas qu'à 4 ou 5 reprises dans le match, il se donne une bonne vingtaine de fois. Il chasse le ballon en attaque, il fait tout pour le reprendre à l'adversaire, même s'il y va de façon féroce. Cela peut sembler être peu de choses, mais c'était des choses positives. Il sait bien que pour vous, ce qui compte, c'est de marquer des buts, c'est par là que passe les titres." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Une réunion s'est tenue hier, entre Spalletti, la Direction de l'Inter représentée par Ausilio et Gardini, et l'équipe à Appiano Gentile. Et le message envoyé par le Club et l’entraîneur a été clair: Arrêter de parler du Scudetto, l'objectif reste de terminer dans les quatre premiers. Une façon de garder les pieds sur terre Et également d'évacuer la pression après 1 seul point pris en deux matchs. Comme nous en informe la Gazzetta Dello Sport: "Vers 11h, les joueurs et l'entraîneur se sont réunis à la salle de gym. Cette réunion a pris la tournure d'une séance psychologique, avec Spalletti qui a parlé pendant 40 minutes, bien au-dessus de sa moyenne d'une conversation normale lors d'une journée d'après-match." "Spalletti n'a pas analysé les erreurs via la vidéo. Il le fera dans les prochains jours, peut-être même aujourd'hui. Mais il a profité de ce temps pour mettre en évidence la différence de performance entre la première et la deuxième mi-temps, en demandant à l'équipe de s'expliquer." Pourquoi un tel comportement ? "Si vous êtes capable de jouer comme ça dans les 45 premières minutes, alors dites-moi pourquoi, en seconde mi-temps, l'Inter a disparu du terrain". Voilà le sens du discours. Un manque de soif de compétition, un manque de personnalité chez les protagonistes, une mauvaise gestion du match et une incapacité à réagir dès que le premier épisode négatif arrive. Cela s'était également produit face à Sassuolo. Telles sont les quatre points, les quatre chefs d'accusation, sur lesquels les joueurs ont été questionné. Quelqu'un a parlé de confusion tactique, en référence au changement de modulo, avec la transition du 4-2-3-1 au 3-4-2-1. En utilisant D'Ambrosio comme latéral droit, donner un "nombre" à ce schéma tactique devient un exercice inutile. Et il semble même que Spalletti veuille continuer sur cette voie. Vu la polyvalence des joueurs, l'équipe doit être capable d'interpréter et de lire un match. Le Ninja est prêt à passer à l'action En parlant de joueurs, il semble qu’il est temps de voir Radja Nainggolan sur le terrain: "C’est le joueur qui peut garantir du tempérament et de la personnalité, ce n’est pas une coïncidence si le produit phare de la campagne de recrutement, le "Ninja", s’est entraîné hier, et il le fera toute la semaine." explique la Gazzetta. "Radja devrait être capable de tenir au moins 60 minutes ce samedi face à Bologne et l'Inter devra être capable de pouvoir gérer ses changements de rythme. A ce stade, le Belge devient aussi l'homme idéal pour naviguer, à la perfection entre les deux dispositifs de de référence prôné par Spalletti." Le saviez-vous ? Radja était prêt à monter face au Torino et à tout donner, même s'il n'était pas encore, en pleine possession de ses moyens. Il voulait venir en aide à l'Inter. Il aurait dû monter en seconde période, mais les blessures d'Asamoah et de Vrsaljko, ont contraint Spalletti à le laisser sur le banc... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Il y avait beaucoup d'amertume au terme d'Inter-Torino, pour un match qui s'est bien passé grâce à une excellente performance en première période, mais qui a ensuite mal tourné, en décevant les nombreux tifosi de l'Inter au Meazza, qui a sifflé ses joueurs en fin de match. Marqué par ce résultat, Luciano Spalletti s'est montré insatisfait aux micros de Sky Sport. Ce dernier, n'a d'ailleurs pas hésité à annuler le jour de repos prévu ce lundi, comme sanction suite à la prestation de ses joueurs. "Cela devient difficile de venir dire pourquoi nous nous sommes perdus, suite à une balle de 40 mètres où nous sommes arrivés en retard et à cause de mauvaises interprétations. Je n'ai pas d'autres analyses pour expliquer ce premier but du Torino. Nous avons encaissé un but inexplicable. Il est clair qu'il est resté dans la tête des joueurs et que toute cette pression a commencé à rejaillir sur l'équipe, de sorte que nous n'avons pas été en mesure de développer correctement le jeu. C'est inquiétant de prendre un tel but sans avoir une réaction correcte par la suite. Je suis inquiet car ce sont ces moments qui ont caractérisé l'Inter ces dernières années et l'année dernière. À certains moments, nous perdons toute connotation." Handanovic ? "Sur le premier but du Torino, il n'y a pas qu'Handanovic qui se soit troué, ce serait trop facile. C'est une évaluation légère qui peut arriver, mais vous devez recommencer à jouer. À mon avis, après le 2-2, nous avons vu ce résultat, qui était méritoirement entre nos mains, et nous avons réagi un peu." L'Anti-Juve ? "Nous pouvons le devenir, mais je le répète, nous devrons nous battre avec 4-5 équipes. Nous devons encore développer cette mentalité, pour pouvoir affronter ce genre d'équipe qui remportent des championnats important. Nous devons d'abord récupérer 20 points sur le Napoli." "Même s'il est vrai que le mercato était important, avec des recrues importantes, car l'année dernière j'avais 15 joueurs à ma disposition, à présent j'en ai 20. Face à Sassuolo, nous avons réalisé un mauvais match, aujourd’hui nous avons encaissé un but insignifiant et nous avons connu un black-out après ce but. C'est à ce moment-là où nous avons cessé de jouer." "Pour être défini comme l'Anti-Juve, il faut savoir le prouver sur le terrain." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Victor Newman

    L'Inter inquiète, la Curva Nord met la pression

    Le faux départ de la bande à Spalletti inquiète l'Inter. Luciano Spalletti tente de secouer l'équipe, mais c'est un fait : l’entraîneur est déjà sous pression... Le Corriere della Sera a analysé cette période difficile que traverse l'Inter en ce début de Championnat, un faux-départ inattendu. L'Inter et Spalletti devront travailler mentalement... Mais se préoccuper aussi du milieu de terrain: fragile, instable, sous pression, l'Inter s'est déjà détachée de l'étiquette Anti-Juve. "Vous nous avez imposé cela, mais nous devons d'abord construire une équipe avec une mentalité forte, qui est capable de réagir à certaines situations", a analysé Spalletti. Deux lacunes importantes, pour une équipe qui était candidate à un rôle majeur en Serie A. Le mystère de l'Inter est déjà le souci de Spalletti "En effet, Luciano est contraint de reprogrammer une équipe qui s'est fait démontée dans ses certitudes, et ce dès ses premiers matchs face à Sassuolo et face au Torino. L'Inter ne dispose que d'un point misérable dans son escarcelle et d'une avalanche de doute. Une Absence de mentalité correcte, une absence de réaction, une condition sportive pas au niveau... Cela explique ce début catastrophique, mais cela ne le justifie pas." "Ce sont des difficultés communes aux grandes équipes mais l’Inter les payent, contrairement à la Juventus et à Naples qui s’enfuient déjà avec 5 points d’avance. "Nous ne devons pas chercher trop d’excuses ou d’alibis. Parler de manque de mentalité est faire un pas en arrière. Quand Spalletti est arrivé la saison dernière, il a repris en main une équipe sans fil logique et lui a donné une identité, maintenant c'est à lui de la retrouver. Vous ne pouvez pas faire plus de calculs, le prochain match à Bologne devra être gagné " souligne l'ancien défenseur Riccardo Ferri. "Il n'y a pas de logique dans une équipe capable de dominer le Torino en première mi-temps et de disparaître en seconde. L'anomalie de cette situation inquiète le Club et Spalletti, qui a annulé la journée de repos et s'est entretenu avec l'équipe. Un rappel à l'ordre pour attirer l'attention, pour ne pas se voir déjà vainqueur, pour fournir une réaction tangible lorsque vous rencontrez des difficultés." "Spalletti était très contrarié après le match contre le Torino, plus que pour les erreurs individuelles de D'Ambrosio et d'Handanovic, il l'a été pour l'attitude de l'équipe. Il n’y a pas de secteur plus coupable qu'un autre, mais match amicaux inclus, l'Inter 2018/2019 a toujours souffert en défense avec 10 buts encaissés en 9 matchs". "Le vrai problème n'est pas la défense, Le coeur du problème est le milieu de terrain: le duo Vecino-Brozovic ne tient pas la route. L'Inter a un problème de qualité et de physique dans ce secteur. Ce n'est pas un hasard si le club avait tenté de recruter Vidal et ensuite Modric." La Curva Nord remercie le Suning et met la pression sur l'Inter de Spalletti En effet, une bannière exposée a attirée l'attention au Giuseppe Meazza. Une bannière réalisée par la Curva ."Pour le club: Les promesses ont été tenues, toutes les demandes ont toutes étés respectées. Pour le Mister et les Joueurs : Pas d'excuses, pas de mots. Montez sur le terrain et gagnez". Ce message montre le poids qui pèse sur les épaules de Spalletti, pour toute la saison. Luciano Spalletti est l'Homme placé au cœur même du projet du "Village Nerazzurro" pour le meilleur et pour le pire. Pour sortir de cette mini-crise, l’entraîneur titularisera Radja Nainggolan, à Bologne. Le Belge n'est pas apte à tenir 90 minutes de jeu, mais l'espoir de Luciano est que sa présence augmente le sentiment de sécurité dans l’ensemble du groupe. On devrait aussi voir le retour du brésilien Miranda, un autre joueur avec de la personnalité : "Les joueurs de l'Inter doivent comprendre l'importance du maillot qu'ils endossent, surtout lorsque vous représentez vos couleurs devant 60 000 spectateurs, comme ce dimanche à San Siro. Spalletti doit travailler sur la mentalité, il aura surement beaucoup de travail à faire, car beaucoup de joueurs reviennent de la Coupe du Monde. Mais après la pause internationale, on devra revoir la véritable Inter. Mais il lui manque quelque chose au milieu de terrain. En attaque, Lautaro pourrait apporter de la qualité." note l'ancien de la maison Nicola Berti. "Ce début de saison est difficile, avec avec seulement un point en deux matchs, nous avions récemment vu pareille situation avec Gasperini et De Boer, des millésimes malchanceux. Personne ne pouvait s’attendre à certaines difficultés avec Spalletti: l’année dernière, il a commencé avec 4 victoires consécutives et 9 victoires dans les 11 premiers matchs, dont le Derby: "Peut-être que Spalletti ne peut pas se faire comprendre par les joueurs. Les journalistes disent que l'Inter est l'anti-Juventus? Ce sont des excuses pour l’entraîneur pour justifier ces résultats négatifs. L'équipe manque de mentalité" assène Sandro Mazzola aux micros de Rmc Sport. Samedi à Bologne, l'Inter ne peut que gagner, dissoudre son mystère et cette crise qui la prend déjà à la gorge. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. JY DS

    Conférence d'avant match de Spalletti

    Appiano Gentile - Demain, le premier match à domicile du championnat 2018/2019 aura lieu. Au Meazza, les nerazzurri défieront le Torino. Luciano Spalletti a répondu aux questions des journalistes lors de l'habituelle conférence de presse d’avant-match : Comment expliquez-vous la contre performance de la semaine dernière ? "Nous sommes toujours convaincus que nous avons fait les bons choix lors du match contre Sassuolo, mais il est clair que quelque chose n’a pas bien fonctionné. Je ne sais pas encore exactement qui sera titulaire ou pas par rapport à la formation passée. Ce qui m'a déplu, c'est que nous avons déçu les fans de l'Inter, nous avons embarrassé ceux qui nous supportent... car au cours du match, nous avons mis à mal les certitudes que nous avions acquis et pour lesquelles nous nous sommes battus lors de la conquête de la quatrième place. Je suis convaincu du sérieux et de la disponibilité de chacun, et les joueurs savent ce qu’ils doivent faire. L'éthique, la manière de raisonner et de se comporter résolvent tous les problèmes." Et votre prochain adversaire ? "Il n’est pas facile de juger le Torino, le club a une tradition et c’est une équipe qui se battra sur chaque ballons. Elle joue avec les qualités du couteau entre les dents. Nous devons avoir de la personnalité pour toujours chercher la victoire à n'importe quel moment de la partie." Êtes-vous l'anti-Juve ? "Je dois d’abord me soucier que nous soyons les anti-Roma et les anti-Napoli vu qu’ils sont arrivés devant nous la saison dernière. Nous sommes une équipe solide et nous devons réaliser un grand championnat." Nainggolan sera-t-il là ? "Nainggolan est convoqué mais nous devons faire attention. Le personnel médical du Dr Volpi supervise et évalue les risques par rapport à la blessure et à la récupération." Comment va l'équipe ? Notamment Dalbert ? Au cours d'un match Dalbert doit savoir vivre avec les tensions de notre football et ensuite trouver un équilibre afin d’être capable de démontrer sa qualité. Il n'a rien perdu, je le connais bien. Icardi a toujours été un grand bomber. Il a des caractéristiques très précises il peut également s’améliorer. A part Nainggolan, tout va bien. Skriniar a totalement récupéré, Keita doit se mettre à disposition comme tout le monde. Maintenant nous devons choisir et choisir correctement, nous avons besoin d'un équilibre." ® JY DS - Internazionale.fr
  9. Milan - Après une petite année à Monaco, Keita Baldé revient en Italie, acceptant l'offre de l'Inter qui avait déjà tenté de le recruter dans le passé. Spalletti le voulait et l’attaquant sénégalais sait que cela peut être pour lui la saison charnière. Après les débuts amers de dimanche dernier contre Sassuolo, le nouvel achat des nerazzurri a pris la parole aujourd'hui lors de la conférence de presse habituelle. Voici ses déclarations : Son arrivée à Milan "Quand l’Inter vous fait une proposition ce n’est pas difficile d’accepter. J'ai passé un bon moment à Monaco, mais le club a fait de gros efforts pour m'amener ici et j'ai vraiment apprécié le travail de la société. En France je ne suis resté qu’un an mais je m’y sentais très bien. Monaco est un club important, il y a une belle histoire et c’est le lieu idéal pour un jeune joueur, mais j’ai toujours aimé Inter. J’ai toujours apprécié ce club et je ne pourrais jamais lui dire non." Spalletti a évidemment pesé lourd. "Spalletti a une grande expérience, il connaît bien notre championnat, je pense qu'il peut jouer un rôle important pour ma croissance et je suis à sa disposition. Mon rôle sur le terrain ? Je n'ai pas de préférences les quatre que je peux faire sont tous, à ma portée. Je suis disponible pour lui, je vais jouer là où il me voit le mieux. S'il me veut en défense, je peux jouer défenseur sans problème. Je le ferais pour moi et pour l’équipe. Un joueur moderne doit être prêt à tout." La Serie A "Nous, les anti-Juve ? Nous devons penser uniquement à nous, pour bien faire et pour gagner tous les matchs. Si nous gagnons tout, nous finirons premier du classement donc nous devons penser uniquement à ce qui se passe chez nous. J’aime être un protagoniste et me sentir important. Je suis ici pour bien faire. Changer d'équipe ? Non, dans un an je me vois encore ici. Il y a environ trois ans, l'Inter avait essayé de me recruter, maintenant c’est enfin chose faite. Je suis prêt pour travailler dur. Nous avons perdu un match, mais je suis confiant, nous nous sentons bien physiquement, mais nous ne devons pas nous laisser distraire." ® JY DS - Internazionale.fr
  10. Sassuolo - Avant la rencontre Luciano Spalletti disait que les joueurs étaient prêts. Après cette première défaite de la saison et la performance aperçue, force est de constater ce n'est pas transcendant. "Nous devons faire mieux c'est certain. Des défaites comme celles-là enseignent toujours beaucoup de choses mais vous mettent aussi en difficulté. Nous savions que ce serait une rencontre comme ça, avec eux en opérant en contre attaque. Ils ont choisi le bon moment et ont bien joué le coup. Malheureusement c'est facile de perdre le ballon sur un terrain comme celui-ci. L'herbe s'accroche sous les crampons et le joueur glisse. Nous avons pris quelques contre-attaque mais au final c'est sur un pénalty qu'ils gagnent. J'ai vu une réaction positive après le 1-0, mais en face c'est une équipe d'attente et avec ce score c'est encore plus compliqué. Bien entendu une défaite pour commencer affecte l’enthousiasme et place déjà la pression au centre du jeu, mais il reste une cinquantaine de duels à faire et nous savons comment gèrer la situation." "Dalbert ? Le résultat final ne peut dépendre seulement de la performance d'un ailier. Ce n'était pas exact dans la lecture du jeu mais il a fait son match." ®gladis32 - internazionale.fr
  11. Déclarations du Mister lors de la conférence de presse à la veille du match contre Sassuolo : "Nous sommes entièrement satisfaits, mais maintenant nous devons jouer les matchs, maintenant place au football qui compte, soyons concentrés tout de suite." APPIANO GENTILE - "Les conditions générales du groupe sont bonnes, nous sommes prêts à jouer contre n'importe qui, ce qui signifie essayer de gagner contre n'importe quel adversaire". C'est ainsi que Luciano Spalletti a débuté la conférence de presse à la veille du match contre Sassuolo, la première de la saison, celle que nous attendons tous. "Notre équipe est plus forte, elle a conscience de ses possibilités et des objectifs à atteindre. Nous devons jouer pour améliorer le classement de la saison dernière". "Nous pouvons essayer de nous battre pour le Scudetto. Je félicite les sociétés qui ont ramené des personnalités importantes dans ce championnat. Il y a la Juventus qui est plus forte que tout le monde, et les cinq autres qui peuvent essayer de la concurrencer, nous sommes parmi les cinq". "Perisic connaît très bien notre équipe, Vrsaljko moins, mais surtout aucun d'entre eux n'a joué un match avant cette saison, nous devons donc réfléchir à nos choix". "Les pressions, je les subissais il y a des années, maintenant je suis juste excité de recommencer, mais ce début de saison est étouffé par ce qui s’est passé à Gênes, nous sommes aux côtés des victimes comme de tous ceux qui souffrent actuellement. Ne pas faire jouer les rencontres ? L’objectif devrait plutôt être que cela ne se produise plus jamais. Nous sommes vraiment désolés et nous partageons la douleur de toutes les familles qui souffrent actuellement, même dans les vestiaires nous en avons parlé et tout le monde a été très touché". "La société a fait du bon travail, le public a fait mieux car ce sont surtout eux qui nous attendent. Nous sommes entièrement satisfaits, mais maintenant nous devons jouer les matchs, maintenant place au football qui compte, soyons concentrés tout de suite". "Nainggolan se remet, nous devons faire attention à ne pas commettre d’erreurs dans cette reprise. Il y a des choses qui doivent être faites avec intelligence. Je compte revoir Brozovic en chef d’équipe, qui a compris sa position et comment il doit faire la différence pour l’équipe". "Vecino a eu une inflammation l'année passée, il a été quasiment absent tout le temps et donc il sera capable de montrer ce qu’il vaut réellement cette saison. C'est un joueur qui a un potentiel supérieur par rapport à ce qu’il a montré la saison dernière". JY DS - Internazionale.fr
  12. Le mercato cinq étoiles des nerazzurri interroge sur le système utilisé pour cette nouvelle saison. Comment gérer la présence de trois défenseurs centraux de niveau international ainsi que mettre en évidence la relation Lautaro-Icardi ? Analyse et retour sur la saison passée. L’indéboulonnable 4-2-3-1 La saison dernière, les nerazzurri ont entamé pratiquement toutes les rencontres dans ce dispositif si cher aux yeux de Spalletti. En effet, Luciano aime voir évoluer sur le terrain un bloc compact qui se projette très vite vers l’avant. Ce fonctionnement a été constaté tout au long de sa longue carrière d’entraîneur, à l’Udinese puis à la Roma, favorisant un jeu offensif tout en restant bien concentré derrière. Cette philosophie de jeu s’est également exportée à l’étranger pendant cinq ans du côté de la Russie et plus exactement à Saint-Pétersbourg au Zénith. Afin de pratiquer son jeu à l’Inter, Luciano a décidé de miser sur des profils moins offensifs qu’à Rome mais plus endurants et capables de revenir défendre afin de disposer d’un onze équilibré et non coupé en deux. Ces joueurs au profil infatigable sont représentés par Perisic et Candreva, leurs rôles étant d’épuiser les latéraux adverses par de fulgurantes accélérations le long de la ligne de touche et de centrer sur Icardi, véritable renard des surfaces. Malheureusement, coach Spalletti s’aperçoit que la manière de jouer de son équipe ne surprend plus personne à force de réitérer les mêmes mouvements au fil des matchs. Candreva et Perisic deviennent inexistants et le poste de numéro 10 n’est pas fait pour Borja Valero jouant trop bas pour pouvoir alimenter le capitaine trop esseulé devant. Pendant trois longs mois l’Inter est en crise et le seul véritable danger de l’équipe sera Icardi. Afin d’enrayer cette spirale négative et interminable, Spalletti demande à sa direction de trouver un véritable meneur de jeu à moindre coût. Le salut reviendra une nouvelle fois aux directeurs sportifs, Piero Ausilio et Walter Sabatini, dénichant un talent déchu dans son club Rafinha, cadet de la fratrie Alcantara. En six mois, le brésilien va faire ce que peu de joueurs ont réussi à réaliser en ce laps de temps : conquérir tout un peuple. Grâce à sa grinta, sa science du jeu et à son aisance technique les tifosi sont conquis, le problème du meneur de jeu jouant trop bas est réglé et l’Inter arrive à se qualifier pour la Champions League en terminant quatrième. L’éventuel 3-5-2 Ce dispositif a également pu être visible la saison dernière, en cours de match le coach toscan aime passer à une défense à trois afin de contrôler voir dynamiter la fin de match s’il le faut. Pour ce faire, Spalletti utilisait dans une configuration offensive l’intégralité de ses joueurs offensifs en laissant sur la pelouse Perisic, Rafinha, Icardi et en faisant rentrer Karamoh véritable poison pour les défenses adverses en fin de match. Au niveau de sa défense, il faisait monter Cancelo plus haut sur le terrain grâce à son aisance et à son importance sur le jeu offensif de son équipe, au détriment d’un D’Ambrosio au profil plus défensif qu’il préférait aligner dans une défense à trois avec Skriniar et Miranda à ses côtés, ce système se nomme le « 3+1 ». Cette configuration a permis à Spalletti de jeter toutes ses forces dans la bataille quand le score était en défaveur des nerazzurri et de mieux contrôler les fins de match avec une défense très regroupée à cinq derrières quand le score le permettait. Cependant, le système à cinq derrière dès le début de match n’a jamais souri à la Beneamata le souvenir de Walter Mazzarri utilisant toujours cette composition hante encore l’esprit des tifosi. Aussi, le passage de la défense à trois en cours de match perturbe les automatismes des joueurs sur le terrain en demandant plus de discipline défensive de la part des latéraux/ailiers et une bonne coordination des défenseurs axiaux. Quelle formation choisir pour la nouvelle saison ? Après un mercato qui redonne des couleurs et s’approche de plus en plus au standing de l’Inter, c’est un véritable casse-tête dans la tête de Spalletti qui voit l’intégralité des postes doublés avec des joueurs de qualité. Ainsi : Lautaro Martínez, Nainggolan, De Vrij, Asamoah, Baldé Keita, Vrsaljko et Politano ont rejoint Appiano Gentile. La réflexion de Luciano est de trouver le bon compromis pour pouvoir faire monter en puissance un groupe disposant d’un noyau en y incorporant les nouvelles recrues. Au sein de son 4-2-3-1 fétiche, il va y avoir une féroce concurrence entre Miranda et De Vrij, Skriniar étant titulaire indiscutable avec ses performances de la saison passée. De plus, une autre question se pose : comment mettre dans les meilleures dispositions le duo Lautaro-Icardi ? Au vu des matchs de pré-saison, Lautaro a réussi à se faire une place en tant que second attaquant en raison de la blessure de Nainggolan mais il faudra voir s’il y a de la continuité dans ses performances au regard de son âge et de son apprentissage du championnat italien. Il sera aussi question de savoir qui occupera l’aile droite de cette Inter 2018-2019 entre Candreva, Karamoh et Baldé Keita, le dernier arrivé semble avoir une longueur d’avance mais les performances remarquées du jeune Karamoh la saison dernière demandent une continuité. La défense à trois permettrait de régler le dilemme des défenseurs centraux et permettrait aux tifosi de profiter du duo argentin en attaque mais rajouterait un problème : que faire des ailiers ? En réponse à ces nombreux problèmes de richesse d’effectif, Spalletti semble miser sur la continuité en optant pour la poursuite du 4-2-3-1 sur la pelouse du Giuseppe Meazza, apportant plus de certitudes que le 3-5-2 et mieux adapté au jeu de l’Inter et à la philosophie de son coach. Stéphane Cotte - Internazionale.fr
  13. "Avanti #senzatregua" l'aventure avec le natif de Certaldo se prolongera jusqu'en 2021 ! En effet, le FC Internazionale Milano est heureux d'annoncer la prolongation du contrat de Luciano Spalletti, qui sera aux commandes des Nerazzurri pour les trois saisons à venir. Indice sur la Présidence ou pas, le contrat a été signé en présence de Steven Zhang. Spalletti s'est livré sur sa prolongation: "Je remercie la famille Zhang et le Club, qui m'ont offert l'occasion de signer cette extension. Je tiens à souligner que cette signature est seulement la partie bureaucratique de quelque chose qui était déjà en route de toute façon. C'est pourquoi nous avons la volonté de continuer à combattre ensemble pour le bien de ce club qui très important, la prolongation de mon contrat n'a jamais été remise en question." "Il y a eu immédiatement une relation d'estime et de confiance mutuelle. Nos rapports quotidiens ont fait apparaître de plus en plus une prise de conscience qui dénote que nous rêvons des mêmes choses pour l'Inter, pour nos Tifosi. Je peux dire que le pacte de nos désirs communs, à dater d'aujourd'hui, se renforce pour le monde interiste." Le salaire Selon Sport Mediaset, Luciano Spalletti percevra un salaire de 4M€ pour les 3 années à venir. Ce dernier pourrait également se voir revalorisé dans le temps. L'image du jour Steven Zhang est en pleine forme et n'a pas hésité à jouer la carte de l'humour sur Instagram en affichant sa poignée de main avec Luciano Spalletti qui est devenue virale sur les réseaux sociaux. La légende dit ceci : "Félicitations à Mister Spalletti pour la signature de ce nouveau joueur". Steven fait clairement référence à son entraîneur, mais plus qu'un simple poste humoristique, ce message est surtout une démonstration de l'ambiance qui règne actuellement du côté de la Casa Inter. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. L'entraîneur de l'Inter a été interviewé après le match contre l'Atletico Madrid, voici ses déclarations : "Le geste de Lautaro vous plait et plait à l’opinion publique, ce que nous avons montré de positif lors de la première mi-temps et nous devons toujours le montrer. Il y a eu ce geste de Lautaro mais il y a eu aussi beaucoup de balles perdues. Lautaro marque un beau but c’est vrai, mais il doit apprendre à garder le ballon, il faut parler avec ses coéquipiers car si vous perdez le ballon et que vous prenez un but, vous allez blâmer tout de suite les défenseurs… Les tifosi de l’Inter veulent voir du beau football, ils s’en foutent que les joueurs jouent pour faire plaisir aux journalistes Ce qui a été fait en première mi-temps a été bon mais en seconde nous aurions du faire comme en première. Nous faisions face à un adversaire que nous avons réussi à gérer, mais en deuxième période, ils ont mis des joueurs forts qui peuvent prendre des bonnes décisions sous la pression de l’adversaire. Il y a un gros travail supplémentaire à fournir concernant la continuité, l’insistance et la complétude. Ils ont vraiment une équipe de folie... Simeone parvient à transmettre cette mentalité de dur à cuire que lui connait le monde entier. Nous avons perdu des ballons qui ne peuvent pas être perdus, lorsque vous augmentez le rythme, certains réduisent leur niveau de performance. Je suis toujours satisfait quand je m'approche de la porte de la Pinetina, l’objectif doit toujours être le même. Le rêve Modric ? Je ne sais pas… Le directeur s’occupe de ça, il gère les relations avec les autres équipes. Déjà, le fait que celui qui ait remporté la finale de la Ligue des Champions manifeste son intérêt pour notre projet me remplit de joie. Je ne sais pas s'il est difficile de ramener des joueurs comme celui la mais la société a bien travaillé pour solliciter son intérêt. Si je veux revenir ici en juin ? Mais oui, après avoir gagné le championnat, on devra venir ici pour jouer la finale de la Ligue des Champions". Pleins feux toujours sur l'arrivée éventuelle du croate à Milan, une hypothèse difficile mais pas encore abandonnée. ®JY DS - Internazionale.fr
  15. JY DS

    Spalletti dessine le triangle gagnant

    Vidal après Brozovic et Nainggolan : l'entraîneur de Certaldo aura finalement le milieu de terrain qu'il demandait. Un milieu avec de la personnalité et tous avec la même motivation : la revanche sur la Juve. Vidal, Brozovic et Nainggolan ont beaucoup en commun. Au-delà de leur forte personnalité, comme l'explique Davide Stoppini dans l'édition de la Gazzetta dello Sport, les trois offrent à l’Inter un physique capable de résister à tout type d'impact. Vous pouvez parler de buts, d'assist, de récupération ou de tirs au but. Les trois ensembles sont complémentaires, ils sont agressifs, prêts et polyvalents. Il n'y en a pas un qui ne soit pas capables de jouer le rôle de milieu de terrain d'au moins deux manières différentes. Bien sûr, il faudra les guérir à 360 degrés et en prendre soin. Au-delà du rêve Modric, comment Spalletti les mettra-t-il sur le terrain? Il peut décider de les placer en 4-2-3-1 avec Vidal à côté de Brozovic, même s'il n’est pas dit que l'arrivée du chilien ne pousse pas Spalletti à miser sur la défense à 3. Et peut-être dans certains matchs aligner un couple de tréquartistes musclés comme Nainggolan et Vidal derrière Icardi pour augmenter l’apport offensif. Sans oublier que les trois armoires à glace aux pieds d’argile seront unies dans leur désir de vengeance contre la Juve pour des raisons sportives (Brozo), de société (Vidal) et pour des questions de tifoserie (Nainggolan) – Il sera très difficile de marquer contre l’Inter. ®JY DS - Internazionale.fr
  16. A l'Inter, les recrues et les sponsors affluents, mais s'il y a bien une personne qui a fait trembler le club dès la fin de la saison écoulée, c'est Luciano Spalletti, qui en refusant de prolonger immédiatement son contrat a mis une pression énorme sur le Suning pour éviter un séisme en interne. Ne jamais commettre deux fois la même erreur Le Mercato prendra fin dans deux semaines et une toute dernière transaction devra avoir lieu, celle de la prolongation du contrat de Luciano Spalletti. Franc, direct, le natif de Certaldo n'a pas apprécié du tout, le fait d'être passé pour un con, il y a un an, avec une campagne de recrutement promise, qui n'a jamais eu lieu. De fait, alors que l'Inter venait à peine de se qualifier en Ligue des Champions et que Steven Zhang confirmait son intention de prolonger, dans les plus brefs délais son entraîneur, celui-ci avait calmé tout le monde en refusant cette proposition de contrat. "Oui, je me sens bien à l'Inter, le contrat peut être rédigé en 5 minutes, celui qui m'a rédigé le premier contrat sait comment faire..." Voici les différentes déclarations de Spalletti. Mais avant de prolonger, Luciano avait prévenu: "Je signerai mon contrat, en fonction du Mercato qui sera réalisé". Le Corriere Dello Sport confirme que le mariage entre Spalletti et l'Inter va le prolonger En effet, Spalletti peut à présent attendre sa prochaine recrue aux portes d'Appiano Gentile et réaliser qu'il s'agira bel et bien d'Arturo Vidal qui arrive. Ce ne sera pas une longue attente et il le verra de ses propre yeux. Mais avant d'en arriver là, Luciano a connu un chemin de croix à l'Inter... Malgré tout, en une seule saison, il aura permis à l'Inter de se qualifier pour la Ligue des Champions. Encore mieux, il a forcé le club à réaliser l'un des meilleurs mercato de ces dix dernières années. A force de grandes ambitions, Luciano Spalletti a façonné l'Inter à sa propre image et le renouvellement de son contrat ne sera qu'une simple formalité. La seule confirmation relative à son contrat, c'est qu'il sera signé juste avant la reprise du championnat et qu'il sera valide jusqu'en 2021. Spalletti s'est montré dur envers ses joueurs et envers sa Direction, d'autres auraient été plus mou, face au charisme du Suning et pourtant, encore samedi, après le match à Nice, Spalletti réclamait des joueurs pour combler les derniers failles et Ausilio a répondu immédiatement. Le Suning s'exprimait peu, mais à présent, il semble qu'il y ait un un maximum de compréhension entre toutes les parties. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. gladis32

    Spalletti: "C'est comme un cadeau"

    Luciano Spalletti est venu commenter le calendrier de la Serie A, tout juste publié. L'Inter commence crescendo pour avoir un mois de décembre très sérieux. Voici ses propos. "Le début du championnat cache toujours beaucoup d'embuches car vous ne connaissez pas encore les vraies forces qui feront la saison. C'est un vrai jour de fête, c'est comme ouvrir un cadeau la découverte du calendrier. Personne n'a jamais démontré que le première rencontre conditionnée le résultat final en mai. Nous devons bien évidemment essayer de le gagner. Et puis ça rendrait service au président de Sassuolo qui n'a plus de place pour accrocher ces victoires à son bureau." - Pour rappel Giorgio Squinzi avait déclaré "Chaque fois que nous avons battu l'Inter j'ai mis une photo dans mon bureau avec le résultat et la date. Je n'ai plus d'espace..." La première à Milan contre le Torino "La vraie curiosité était de savoir à quel moment nous serions au Meazza. Être à domicile c'est toujours un gros coup de pouce. Ce sera une soirée exceptionnelle." "La difficulté dans le foot c'est de faire de bons résultats régulièrement. Faire face à n'importe qui en tentant de prendre de petits avantages, aussi bien contre les gros ou les supposés plus petits. Il reste beaucoup de choses à mettre en place pour nous et les autres. Nous travaillons assez bien en ce moment et nous développons notre programme au maximum. Il y a eu quelques complications après les matchs amicaux et nous avons forcé les joueurs à faire double effort. A les tirer par le col. Mais nous faisons aussi attention à ce que ça ne soit pas trop chargé non plus." ®gladis32 - internazionale.fr
  18. Victor Newman

    Conférence d'après-match de Luciano Spalletti

    Luciano Spalletti s'est livré à la suite du match nul opposant l'Inter à Sheffield, sur le score de 1-1. Notre entraîneur s'est livré à Inter TV. "Ce soir, tout s'est bien déroulé car Sheffield était déjà en très bonne condition physique. Nous avons joué dans un stade qui offrait des couleurs, de l'ambiance et qui poussait son équipe, et nous avons bien résisté. Ils se sont lancés sur toutes les balles, mais l’équipe a prouvé qu'elle savait réagir. À un moment donné, nous avons changé notre façon de disputer cette rencontre tactiquement." "Dans l’ensemble, nous avons montré que nous avons des joueurs intelligents dans l'équipe, des joueurs qui peuvent coexister. Je cherchais à voir comment ils allaient aussi se comporter sur le terrain." Lautaro ? "Ses caractéristiques sont différentes de celles d'un meneur de jeu, aujourd'hui il s'est très bien comporté et il jouait souvent de façon verticale, ce qui serait la position la plus correcte pour jouer avec Mauro. Ils ont montré qu'ils étaient deux joueurs intelligents et qu'ils pouvaient co-exister. Nous sommes assez serein et content de ce match." "Dans les prochains jours, nous en saurons plus sur la blessure de Dalbert, même si la peur d'une blessure grave semble être présente. Ce sont les dangers du moment. J'ai dit que cette année nous travaillons sur la défense avec 3, nous nous entraînons pour. Ce soir nous avons bien fait tourner le ballon et nous avons subit qu'une seule réelle action dangereuse. C'est un modulo que je pourrais utiliser." Sarri ? "Je le rencontrerai avec plaisir, je l'ai vu proposer le meilleur football. A présent, je vais le revoir alors qu'il évolue dans le meilleur championnat du monde." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Sur ces deux premières semaines de ritiro, le jeune belge fait une excellente impression. En A depuis la reprise à Appiano, Xian Emmers a directement été mis à disposition de Spalletti, qui voulait voir ce qu'il avait dans le ventre. Le milieu capable de jouer sur plusieurs postes (à droite dans un trio, juste devant la défense...) n'a pas surpris le coach qui le regardait déjà attentivement la saison dernière. Spalletti pourrait avoir un plan pour lui, il l'a déjà fait avec d'autres. Les précédents Il y a d'abord eu Simone Perotta qui a explosé devant la défense sous Corini à l'époque Chievo. Il a eu du mal à confirmer avec la Roma jusqu'à l'arrivée de Luciano Spalletti, qui l'a repositionné plus haut. Il est par la suite devenu un acteur clé des mécanismes offensifs romains. Et il y aussi et surtout Radja Nainggolan qui a pris une autre dimension sous les ordres du coach. Emmers a les capacités de perforer et des qualités techniques qui rappellent ces deux là. Il pourrait décider de répéter l'expérience avec lui et donner à l'Inter un talent maison prêt à l'emploi. L'Inter à tout prix Xian Emmers ne perd pas une occasion de montrer son attachement au club et son désir de rester à Milan. Les tifosi n'y sont pas indifférents et réclament sa confirmation dans l'équipe, pour que ce talent soit lancé avec courage dans le grand bain. Applaudi lors de son entrée contre le Zenit, il est le premier des jeunes à rentrer sur le terrain pendant ces rencontres d'été. Son travail acharné lors des entrainements et ses bonnes performances jusqu'ici peuvent changer son avenir. D'un possible prêt ou d'une vente à profit, il pourrait finalement rester à Milan et devenir un renfort pour notre équipe. @gladis32 - internazionale.fr
  20. Avec un recrutement intelligent, l’Inter s’est doté de joueurs de qualités et de joueurs pouvant être polyvalents : Asamoah, de Vrij, Nainggolan, Politano et Lautaro Martinez. Il ne manque qu’un ailier et un milieu de terrain pour renforcer le noyau de l’Inter, qui pourrait éventuellement finir par faire craquer Bordeaux, par le biais d’un prêt de Malcolm. La vraie Inter de Spalletti Avec Don Luciano à la baguette, l’Inter s’est renforcée qualitativement et elle pourra se permettre d’employer plusieurs modulo différent, en passant d’une défense à trois ou à 4 joueurs. Au milieu de terrain, l’objectif semble être Paredes, qui voit sa côte grimper à Milan. Par rapport à Dembélé, Paredes peut couvrir plusieurs rôles et offrir à Spalletti d’autres alternatives... Si les recrutements de Vrsaljko et Paredes sont actés, l’Inter aura réalisé son Mercato... Voici les dispositifs: Le 4-2-3-1 Le 4-3-3 Le 3-4-2-1 Le 3-4-1-2 Quatre dispositifs différent pour Spalletti, qui a pour l’heure débuté sereinement avec une défense à 4 et deux joueurs derrières l’attaquant. Reste à savoir, une fois le travail de pré-saison abattu, si l’Inter se dirigera avec un seul meneur de jeu et deux attaquants, étant donné que Lautaro Martinez a déjà prouvé hier, qu’il pouvait revendiquer d’avoir une place dans notre onze de base. Qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. L’entraineur de l’Inter, Luciano Spalletti s’est livré sur la victoire des siens face à Lugano et sur Mauro Icardi. "J’ai eu de bonnes sensations, car Lugano est déjà une équipe qui est prête pour débuter son championnat, j’ai vu des qualités qui m’ont fait plaisir, les entraînements sont très bons. Les joueurs m’ont démontré beaucoup de qualité et de rapidité, il y a un certain contraste dans le caractère mental de l’équipe. Parfois c’était limite, l’arbitre est passé au-dessus de certaines actions qui auraient pu devenir dangereuses, mais nous avons su gérer et nous adapter." Qu'avez-vous ressenti en revenant devant les Tifosi, après la préparation à la Pinetina ? "Je sais une chose, les Tifosi nous attendaient en dehors de la Pinetina, car, comme ils l’ont déjà démontré l’année passée, ils sont présent, ils ont attendu et défendu également leurs sentiments pour nos couleurs, nous devrons répondre présent pour respecter tout cet amour qui entoure l’Inter." Demande de Iacchetti: Je t’estime beaucoup Luciano et je te félicite, mais pourquoi Icardi n’a pas joué une seule minute, était-il blessé avant de commencer le match ? "Durant la première phase de notre préparation, il a réalisé un travail personnalisé et bien déterminé, en rapport aux petits soucis qu’il a connu. J’ai préféré le conserver, il a la même importance que les autres, vous pouvez rester sereins, lors de la prochaine rencontre, il sera présent." Lugano ? "C’était une équipe teigneuse qui te rentre dedans et qui varie son jeu. Ils ont fait voyager le ballon avec rapidité, c’était un test attendu. Je m’attendais probablement à encore plus de difficultés, car nous débutions seulement maintenant. Les muscles sont les meilleurs repères pour montrer que le travail réalisé a été bien fait." "Nous avons besoin de continuer à aller de l’avant, de ne pas nous créer de problèmes et de continuer notre préparation de façon correcte. Aujourd’hui, c’était un vrai test qui s’est clôturé de la meilleure des façons, nous avons inscrit des beaux buts et le ballon a bien tourné avec rapidité. Je m’attendais à voir de la compacité et à voir une certaine qualité lorsque l’on faisait tourner le ballon rapidement." L’intégration des nouveaux ? "Lautaro a immédiatement fait voir sa force physique lorsqu’il partait au but, Asamoah s’est montré en taille patron dans son rôle, la prestation de De Vrij, même si nous étions en défense à 4, était bonne. Nainggolan a fait ce qu’il avait à faire." Luciano Spalletti est revenu sur un passage le concernant, lors de l’interview parue dans le Corriere Dello Sport de Walter Sabatini, ancien membre du Suning Sports. "Je n’apprécie pas que vous ayez changé l’adjectif dont a fait usage Sabatini lors de l’Interview, il m’a appelé et nous sommes déçu. Mais vos déclarations n’auront aucun impact sur mes rapports avec Walter. Walter a déclaré que je suis une personne qui exprime ses tensions, c’est totalement différent de ce que vous avez écrit." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Une formation de fer pour mettre fin à la domination de la Juventus, tel serait le nouveau stratagème de Spalletti, selon la Gazzetta dello Sport. Le coach serait en passe de former une défense à trois la saison prochaine. Comme avec l'AS Roma précédemment, il imagine faire l'alternance entre le 3-4-2-1 et le 4-3-2-1. Avec Asamoah et Perisic à gauche qui seraient le pendant de son ancien duo Florenzi-Salah, et Nainggolan qui ferait... du Nainggolan. Car en Italie, le vainqueur final est presque toujours celui qui souffre le moins dans sa partie de terrain, et presque jamais celui qui marque le plus... La BBC de la Juventus a fait des petits, du muscle, des centimètres en plus et des joueurs costauds aussi bien physiquement que mentalement. Composition actuelle de l'Inter Avec Skriniar (1m88 80kg), De Vrij (1m89 79kg) et Miranda (1m86 78kg) le mur semble avoir des bases solides. Et cela pourra toujours apporter son soutien sur les phases arrêtées offensives. Un domaine qui tient particulièrement à coeur à Luciano Spalletti Qu'en pensez-vous ? ®gladis32 - internazionale.fr
  23. L'enthousiasme continue à augmenter autour de l'Inter de Luciano Spalletti : Après l'arrivée de Nainggolan, en plus de celles de de Vrij, Asamoah et Lautaro Martinez, la Direction de l'Inter se plie en quatre afin de combler les dernières lacunes du noyau qui sera mis à la disposition du natif de Certaldo. Selon un article publié dans le Corriere dello Sport, la prochaine étape sera la prolongation de Spalletti En effet, le contrat de notre entraîneur arrive actuellement à échéance en Juin 2019 et la déclaration de notre Directeur Sportif, Piero Ausilio, semble aller dans ce sens : Le renouvellement de Spalletti ? "Quelque chose va se mettre en place dans les prochains jours..." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Luciano Spalletti s’est livré à quelques déclaration, lors d’un événement organisé par l’Inter Club Toscana. "J'avais deux objectifs importants. Le premier, que mon fils passe son diplôme et ensuite, ce que nous avons vécu. Je vous avais dit, que si nous nous qualifions pour la Ligue des Champions nous nous rencontrerions et c’est le cas. Comme Tifosi, je vous remercie car vous avez toujours été là, même durant les moments les plus dur. Vous avez été déterminant. Je vous remercie, en mon nom et au nom de l’équipe." "Vous nous avez toujours escorté, vous nous avez indiqué le chemin avec vos sentiments. Être ici, à l'intérieur de la vie de l'Inter, c’est magnifique! Ce dernier match était un rêve, un objectif important. Maintenant, nous nous devons de nous donner encore plus. Même pendant les vacances, car nous devons continuer à nous construire pour toute la saison. Nos Directeurs Ausilio et Gardini réalisent un travail important, c’est à leur tours de jouer. C’est à eux de faire en sorte de composer, pièce par pièce, une équipe qui peut être à la hauteur des Tifosi." Le Mercato ? "Quand je suis arrivé à l'inter je n'avais pas imaginé une telle présence massive des tifosi, cela te motive et te charge de responsabilités, mais c’est aussi d’une telle beauté. Les tifosi sont ceux qui sont les plus déterminants. Nos directeurs réalisent un travail correct, l’Inter aussi. .Nous avons deux équipes, une qui est sur le terrain et une qui est en coulisse, et les deux donnent le meilleur d’elles-mêmes." "Nous avons commencé à jouer au "Caissier" pour faire face à nos comptes, et nous avons constaté et décidé que le travail, cette année-ci, allait être différents des autres saisons: Moins de discours, plus de faits.!" "Il y a des enjeux à respecter, nous devons apprendre à faire face à ces enjeux, les règles sont celles-ci et nous devons nous y préparer. Nous réalisons un travail important, et il y aura un nombre limité de joueurs qui pourront être repris sur la liste de la Ligue des Champion’s. Certaines considérations devront être prises en compte." Icardi ? "Icardi ne part pas, il reste avec nous car c’est un joueur important. Le groupe de garçons que j'ai à ma disposition est exceptionnel, peu de fois dans ma carrière, j'ai vu des hommes si professionnels et si respectueux.. Nos joueurs ont eu une disponibilité totale pour tout ce qui concerne le sentiment d'appartenance et d'engagement." Notre point de départ pour cette nouvelle saison ? "Il débute immédiatement au triple coup de sifflets à l’Olimpico face à la Lazio. Car nous avons immédiatement ressenti cette volonté d’en vouloir, d’être là, que nous allons vivre de nouvelles et belles sensations. Preuve en est, au jour d’aujourd’hui la campagne d’abonnement est déjà bien plus importante que celle de l’année passée." "Ce sera la première phrase que je vais dire à nos joueurs: De se donner encore plus au niveau de notre appartenance, car nous en aurons besoin pour obtenir des résultats." La défense avec De Vrij ? "C’est malheureux car cela se répercute sur Andrea Ranocchia qui a été malchanceux à quelques reprises, mais qui a une grande personnalité. De Vrij aura la capacité de pouvoir joueur un grand nombre de matchs. Des enfants d'ici m'ont demandé si, avec l'arrivée de Vrij, nous pourrions également voir la défense à trois: Et effectivement, nous jouerons de cette façon." Nainggolan ? C'est la turbine qui nous manquait, notre moteur. Le fait de savoir qu’il a été mis sur le mercato m’a fait très plaisir. Il a tout pour se battre contre chaque adversaire. C'est un Ninja, il sait faire face à n’importe qui. Tout le monde connait l’amour qui entoure l’Inter, nous avons les tifosi les plus présents du championnat, cette masse de gens nous a toujours suivi, dans tous les stades. Mes joueurs ont énormément apprécié cela, même encore plus que nos résultats. Et c'est ce qui a également séduit Radja, il n'y a pas que ma présence qui compte, il y a également eu la présence de l'amour des Tifosi et il a pu s'en rendre compte, lors de nos confrontations." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. En effet, d'après le Corriere Dello Sport, Luciano Spalletti a clairement informé le club qu'il ne compte pas signer immédiatement son nouveau contrat. On n'arnaque par Spalletti deux fois "Luciano Spalletti va partir pour l'Amérique aujourd'hui, où il va retrouver l'un de ses enfants qui a été diplômé. Mais c'est une surprise pour personne, c'est bel et bien Don Luciano qui est le Commanditaire de l'opération Naingollan et du fait que le Club soit obligé de faire de son mieux pour le satisfaire." Et oui! Luciano a reporté toute discussion sur l'extension de son contrat, expirant en 2019, à la fin de l'été lorsque le Mercato aura clarifié les véritables ambitions de l'Inter. Et pourtant la proposition pour la prolongation de son contrat est déjà prête. Le Saviez-vous ? L'arrivée de Radja Nainggolan ne priverait pas l'Inter du retour de Rafinha ! En effet, Alessandro Sugoni, spécialiste du Mercato sur Sky Sport, nous en explique la raison : "Rafina est reparti pour Barcelone, mais il a toujours une grande envie de porter le maillot Nerazzurro. A présent, tout dépendra de la décision du FC Barcelone qui devra faire savoir à l'Inter, s'il est considère l'hypothèse d'un prêt de deux ans avec un paiement différé." La balle est dans le camps du FC Barcelone, mais il se pourrait que ce dernier marque son accord également pour satisfaire Rafinha. Dans un tel cas, l'Inter pourrait se retrouver au milieu du terrain avec le Duo Rara-Rafi.... Fallait oser faire cette proposition et Piero Ausilio n'a pas hésité un seul instant, Marco Branca appréciera... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×