Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'luciano spalletti'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Série A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Évènements de Inter Club Paris

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

196 résultats trouvés

  1. Avec un recrutement intelligent, l’Inter s’est doté de joueurs de qualités et de joueurs pouvant être polyvalents : Asamoah, de Vrij, Nainggolan, Politano et Lautaro Martinez. Il ne manque qu’un ailier et un milieu de terrain pour renforcer le noyau de l’Inter, qui pourrait éventuellement finir par faire craquer Bordeaux, par le biais d’un prêt de Malcolm. La vraie Inter de Spalletti Avec Don Luciano à la baguette, l’Inter s’est renforcée qualitativement et elle pourra se permettre d’employer plusieurs modulo différent, en passant d’une défense à trois ou à 4 joueurs. Au milieu de terrain, l’objectif semble être Paredes, qui voit sa côte grimper à Milan. Par rapport à Dembélé, Paredes peut couvrir plusieurs rôles et offrir à Spalletti d’autres alternatives... Si les recrutements de Vrsaljko et Paredes sont actés, l’Inter aura réalisé son Mercato... Voici les dispositifs: Le 4-2-3-1 Le 4-3-3 Le 3-4-2-1 Le 3-4-1-2 Quatre dispositifs différent pour Spalletti, qui a pour l’heure débuté sereinement avec une défense à 4 et deux joueurs derrières l’attaquant. Reste à savoir, une fois le travail de pré-saison abattu, si l’Inter se dirigera avec un seul meneur de jeu et deux attaquants, étant donné que Lautaro Martinez a déjà prouvé hier, qu’il pouvait revendiquer d’avoir une place dans notre onze de base. Qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. L’entraineur de l’Inter, Luciano Spalletti s’est livré sur la victoire des siens face à Lugano et sur Mauro Icardi. "J’ai eu de bonnes sensations, car Lugano est déjà une équipe qui est prête pour débuter son championnat, j’ai vu des qualités qui m’ont fait plaisir, les entraînements sont très bons. Les joueurs m’ont démontré beaucoup de qualité et de rapidité, il y a un certain contraste dans le caractère mental de l’équipe. Parfois c’était limite, l’arbitre est passé au-dessus de certaines actions qui auraient pu devenir dangereuses, mais nous avons su gérer et nous adapter." Qu'avez-vous ressenti en revenant devant les Tifosi, après la préparation à la Pinetina ? "Je sais une chose, les Tifosi nous attendaient en dehors de la Pinetina, car, comme ils l’ont déjà démontré l’année passée, ils sont présent, ils ont attendu et défendu également leurs sentiments pour nos couleurs, nous devrons répondre présent pour respecter tout cet amour qui entoure l’Inter." Demande de Iacchetti: Je t’estime beaucoup Luciano et je te félicite, mais pourquoi Icardi n’a pas joué une seule minute, était-il blessé avant de commencer le match ? "Durant la première phase de notre préparation, il a réalisé un travail personnalisé et bien déterminé, en rapport aux petits soucis qu’il a connu. J’ai préféré le conserver, il a la même importance que les autres, vous pouvez rester sereins, lors de la prochaine rencontre, il sera présent." Lugano ? "C’était une équipe teigneuse qui te rentre dedans et qui varie son jeu. Ils ont fait voyager le ballon avec rapidité, c’était un test attendu. Je m’attendais probablement à encore plus de difficultés, car nous débutions seulement maintenant. Les muscles sont les meilleurs repères pour montrer que le travail réalisé a été bien fait." "Nous avons besoin de continuer à aller de l’avant, de ne pas nous créer de problèmes et de continuer notre préparation de façon correcte. Aujourd’hui, c’était un vrai test qui s’est clôturé de la meilleure des façons, nous avons inscrit des beaux buts et le ballon a bien tourné avec rapidité. Je m’attendais à voir de la compacité et à voir une certaine qualité lorsque l’on faisait tourner le ballon rapidement." L’intégration des nouveaux ? "Lautaro a immédiatement fait voir sa force physique lorsqu’il partait au but, Asamoah s’est montré en taille patron dans son rôle, la prestation de De Vrij, même si nous étions en défense à 4, était bonne. Nainggolan a fait ce qu’il avait à faire." Luciano Spalletti est revenu sur un passage le concernant, lors de l’interview parue dans le Corriere Dello Sport de Walter Sabatini, ancien membre du Suning Sports. "Je n’apprécie pas que vous ayez changé l’adjectif dont a fait usage Sabatini lors de l’Interview, il m’a appelé et nous sommes déçu. Mais vos déclarations n’auront aucun impact sur mes rapports avec Walter. Walter a déclaré que je suis une personne qui exprime ses tensions, c’est totalement différent de ce que vous avez écrit." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Une formation de fer pour mettre fin à la domination de la Juventus, tel serait le nouveau stratagème de Spalletti, selon la Gazzetta dello Sport. Le coach serait en passe de former une défense à trois la saison prochaine. Comme avec l'AS Roma précédemment, il imagine faire l'alternance entre le 3-4-2-1 et le 4-3-2-1. Avec Asamoah et Perisic à gauche qui seraient le pendant de son ancien duo Florenzi-Salah, et Nainggolan qui ferait... du Nainggolan. Car en Italie, le vainqueur final est presque toujours celui qui souffre le moins dans sa partie de terrain, et presque jamais celui qui marque le plus... La BBC de la Juventus a fait des petits, du muscle, des centimètres en plus et des joueurs costauds aussi bien physiquement que mentalement. Composition actuelle de l'Inter Avec Skriniar (1m88 80kg), De Vrij (1m89 79kg) et Miranda (1m86 78kg) le mur semble avoir des bases solides. Et cela pourra toujours apporter son soutien sur les phases arrêtées offensives. Un domaine qui tient particulièrement à coeur à Luciano Spalletti Qu'en pensez-vous ? ®gladis32 - internazionale.fr
  4. Victor Newman

    Luciano Spalletti

    Luciano Spalletti, né le 7 mars 1959, est un footballeur italien devenu entraîneur. Joueur de Serie C1 du milieu des années 1980 jusqu'au début des années 1990, c'est en tant qu'entraîneur qu'il acquiert une certaine notoriété dans le milieu du football, notamment en officiant sur le banc de l'AS Rome. Biographie Joueur en Serie C Luciano Spalletti commence à jouer au football à l'âge de 12 ans dans un petit club de Toscane au poste d'attaquant. Rapidement repéré par les recruteurs de la Fiorentina, il intègre son centre de formation et est repositionné au milieu de terrain. Milieu de terrain travailleur, Luciano Spalletti fait sa carrière de joueur dans les divisions inférieures d'Italie. Il passe par Virtus Entella, Spezia, club où il devient capitaine emblématique, Esperia Viareggio et Empoli. Il prend sa retraite à l'âge de 34 ans. Des débuts réussis en tant qu'entraîneur Luciano Spalletti commence sa carrière d'entraîneur à l'Empoli, dernier club dans lequel il ait joué, en 1993. Il endosse d'abord les rôles d'adjoint et de formateur avant de prendre les rênes de l'équipe en 1995 L'équipe évolue alors en Serie C1. Dès sa première saison il finit deuxième du championnat et accède ainsi à la Serie B. L'exercice suivant en deuxième division se conclut également par une promotion, le club toscan finit en effet deuxième et accède ainsi à la Serie A. Pour sa première saison dans l'élite, il termine à la 12e place et maintient ainsi son club en première division. Une confirmation difficile Le jeune entraîneur est désireux de prendre en mains une équipe plus ambitieuse et signe ainsi avec la Sampdoria à l'été 1998. Mais Luciano Spalletti connaît à Gênes son premier échec, il est en effet limogé au bout de 28 journées et le club ligurien finit relégué en fin de saison. Il signe ensuite au FBC Unione Venezia, mais le Toscan est démis de ses fonctions en mars 2000 et le club encore rétrogradé en Serie B à l'issue de la saison. Luciano Spalletti se retrouve sans club. Il s'engage durant la deuxième partie de saison 2000-2001 à l'Udinese Calcio à la suite du licenciement de Luigi De Canio et les sauve de la relégation. Le technicien fait ses valises pour l'AC Ancône, qui évolue au deuxième échelon national, et y réalise une saison moyenne, finissant à une modeste 8e place. Une carrière relancée à l'Udinese Il mène l'Udinese Calcio à la quatrième place synonyme de qualification pour la Ligue des champions. Le succès à la Roma Spalletti signe à l'AS Rome lors de l'été 2005. Il démissionne de son poste en août 2009 en regrettant le manque de moyens mis à sa disposition par la direction du club romain. Le succès en Russie En décembre 2009, Spalletti devient l'entraîneur de Zénith Saint-Pétersbourg. Il remporte deux fois le championnat russe en 2010 et lors de la saison 2011-2012. Il est limogé du club après avoir perdu la première place du championnat le 11 mars 2014. Retour à la Roma Le 14 janvier 2016, il est nommé entraîneur de l'AS Rome en remplacement de Rudi Garcia Palmarès Empoli FC Serie C1 Vice-champion : 1996. Coupe d'Italie de Serie C Vainqueur : 1996. Serie B Vice-champion : 1997. AS Rome Serie A Vice-champion : 2006, 2007 et 2008. Coupe d'Italie Vainqueur : 2007 et 2008. Supercoupe d'Italie Vainqueur : 2007. Finaliste : 2006 et 2008. Zénith Saint-Pétersbourg Premier League Champion : 2010, 2011-2012. Coupe de Russie Vainqueur : 2010. Supercoupe de Russie Vainqueur : 2011. Finaliste : 2012 Posté le 23 mai 2017 par Antony GILLES Sources associé(e)s: Wikipedia
  5. L'enthousiasme continue à augmenter autour de l'Inter de Luciano Spalletti : Après l'arrivée de Nainggolan, en plus de celles de de Vrij, Asamoah et Lautaro Martinez, la Direction de l'Inter se plie en quatre afin de combler les dernières lacunes du noyau qui sera mis à la disposition du natif de Certaldo. Selon un article publié dans le Corriere dello Sport, la prochaine étape sera la prolongation de Spalletti En effet, le contrat de notre entraîneur arrive actuellement à échéance en Juin 2019 et la déclaration de notre Directeur Sportif, Piero Ausilio, semble aller dans ce sens : Le renouvellement de Spalletti ? "Quelque chose va se mettre en place dans les prochains jours..." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Luciano Spalletti s’est livré à quelques déclaration, lors d’un événement organisé par l’Inter Club Toscana. "J'avais deux objectifs importants. Le premier, que mon fils passe son diplôme et ensuite, ce que nous avons vécu. Je vous avais dit, que si nous nous qualifions pour la Ligue des Champions nous nous rencontrerions et c’est le cas. Comme Tifosi, je vous remercie car vous avez toujours été là, même durant les moments les plus dur. Vous avez été déterminant. Je vous remercie, en mon nom et au nom de l’équipe." "Vous nous avez toujours escorté, vous nous avez indiqué le chemin avec vos sentiments. Être ici, à l'intérieur de la vie de l'Inter, c’est magnifique! Ce dernier match était un rêve, un objectif important. Maintenant, nous nous devons de nous donner encore plus. Même pendant les vacances, car nous devons continuer à nous construire pour toute la saison. Nos Directeurs Ausilio et Gardini réalisent un travail important, c’est à leur tours de jouer. C’est à eux de faire en sorte de composer, pièce par pièce, une équipe qui peut être à la hauteur des Tifosi." Le Mercato ? "Quand je suis arrivé à l'inter je n'avais pas imaginé une telle présence massive des tifosi, cela te motive et te charge de responsabilités, mais c’est aussi d’une telle beauté. Les tifosi sont ceux qui sont les plus déterminants. Nos directeurs réalisent un travail correct, l’Inter aussi. .Nous avons deux équipes, une qui est sur le terrain et une qui est en coulisse, et les deux donnent le meilleur d’elles-mêmes." "Nous avons commencé à jouer au "Caissier" pour faire face à nos comptes, et nous avons constaté et décidé que le travail, cette année-ci, allait être différents des autres saisons: Moins de discours, plus de faits.!" "Il y a des enjeux à respecter, nous devons apprendre à faire face à ces enjeux, les règles sont celles-ci et nous devons nous y préparer. Nous réalisons un travail important, et il y aura un nombre limité de joueurs qui pourront être repris sur la liste de la Ligue des Champion’s. Certaines considérations devront être prises en compte." Icardi ? "Icardi ne part pas, il reste avec nous car c’est un joueur important. Le groupe de garçons que j'ai à ma disposition est exceptionnel, peu de fois dans ma carrière, j'ai vu des hommes si professionnels et si respectueux.. Nos joueurs ont eu une disponibilité totale pour tout ce qui concerne le sentiment d'appartenance et d'engagement." Notre point de départ pour cette nouvelle saison ? "Il débute immédiatement au triple coup de sifflets à l’Olimpico face à la Lazio. Car nous avons immédiatement ressenti cette volonté d’en vouloir, d’être là, que nous allons vivre de nouvelles et belles sensations. Preuve en est, au jour d’aujourd’hui la campagne d’abonnement est déjà bien plus importante que celle de l’année passée." "Ce sera la première phrase que je vais dire à nos joueurs: De se donner encore plus au niveau de notre appartenance, car nous en aurons besoin pour obtenir des résultats." La défense avec De Vrij ? "C’est malheureux car cela se répercute sur Andrea Ranocchia qui a été malchanceux à quelques reprises, mais qui a une grande personnalité. De Vrij aura la capacité de pouvoir joueur un grand nombre de matchs. Des enfants d'ici m'ont demandé si, avec l'arrivée de Vrij, nous pourrions également voir la défense à trois: Et effectivement, nous jouerons de cette façon." Nainggolan ? C'est la turbine qui nous manquait, notre moteur. Le fait de savoir qu’il a été mis sur le mercato m’a fait très plaisir. Il a tout pour se battre contre chaque adversaire. C'est un Ninja, il sait faire face à n’importe qui. Tout le monde connait l’amour qui entoure l’Inter, nous avons les tifosi les plus présents du championnat, cette masse de gens nous a toujours suivi, dans tous les stades. Mes joueurs ont énormément apprécié cela, même encore plus que nos résultats. Et c'est ce qui a également séduit Radja, il n'y a pas que ma présence qui compte, il y a également eu la présence de l'amour des Tifosi et il a pu s'en rendre compte, lors de nos confrontations." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. En effet, d'après le Corriere Dello Sport, Luciano Spalletti a clairement informé le club qu'il ne compte pas signer immédiatement son nouveau contrat. On n'arnaque par Spalletti deux fois "Luciano Spalletti va partir pour l'Amérique aujourd'hui, où il va retrouver l'un de ses enfants qui a été diplômé. Mais c'est une surprise pour personne, c'est bel et bien Don Luciano qui est le Commanditaire de l'opération Naingollan et du fait que le Club soit obligé de faire de son mieux pour le satisfaire." Et oui! Luciano a reporté toute discussion sur l'extension de son contrat, expirant en 2019, à la fin de l'été lorsque le Mercato aura clarifié les véritables ambitions de l'Inter. Et pourtant la proposition pour la prolongation de son contrat est déjà prête. Le Saviez-vous ? L'arrivée de Radja Nainggolan ne priverait pas l'Inter du retour de Rafinha ! En effet, Alessandro Sugoni, spécialiste du Mercato sur Sky Sport, nous en explique la raison : "Rafina est reparti pour Barcelone, mais il a toujours une grande envie de porter le maillot Nerazzurro. A présent, tout dépendra de la décision du FC Barcelone qui devra faire savoir à l'Inter, s'il est considère l'hypothèse d'un prêt de deux ans avec un paiement différé." La balle est dans le camps du FC Barcelone, mais il se pourrait que ce dernier marque son accord également pour satisfaire Rafinha. Dans un tel cas, l'Inter pourrait se retrouver au milieu du terrain avec le Duo Rara-Rafi.... Fallait oser faire cette proposition et Piero Ausilio n'a pas hésité un seul instant, Marco Branca appréciera... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Luciano Spalletti s'est montré clair depuis un bon bout de temps: "Si tu disputes la Champion's, tu dois parvenir à y mettre en place tes idées et de la mentalité, mais à un moment donné, tu auras besoin d'avoir à ta disposition des joueurs de qualités." Le Suning aurait entendu son entraîneur D'après la Gazzetta Dello Sport, Luciano Spalletti en a remis une couche sur le Suning, en déclarant qu'il s'attendait à un Mercato à la hauteur du standing de son propriétaire : "Le peuple Nerazzurro s'attend à ce que le Suning se décide, à sa façon, à récompenser Luciano Spalletti qui est parvenu à remplir ses objectifs malgré toutes les difficultés auxquelles il a été confronté, que cela soit via le Suning qui n'a pas tenu ses promesses lors des deux précédentes sessions du Mercato ou la fin de saison compliquée en Serie A. Quoiqu'il en soit, malgré tout, l'objectif a été atteint et la Champion's League sera de retour au Meazza." Luciano, le Psychologue Il y a eu quelques turbulences en coulisse immédiatement après Lazio-Inter, avec Luciano Spalletti qui a pris la décision de parler en toute transparence et en tout premier lieu avec sa Direction, puis avec la presse : "Pour franchir un palier plus important tu as besoin de joueurs, c'est inutile de bavarder, sinon tu vas devoir faire profil bas dès le début de la saison, tout en te montrant clair avec les Tifosi." Du côté du Suning, l'idée est de satisfaire Luciano Spalletti. Pour ce se faire il y a déjà une liste de priorités techniques dictées par Luciano qui a été remise au plus haut sommet de notre Hiérarchie. Reste à présent à savoir si les deux parties tiendront paroles, et si c'est le cas, l'Inter pourra songer à parler de nouveau du Scudetto. En effet, pour Jindong Zhang, il faut à tout prix que l'Inter évite de nouvelles sanctions de la part de l'UEFA, raison pour laquelle, le club doit avoir ses comptes à l'équilibre au 30 juin 2018. Si cela se passe bien, le Suning prévoit un Mercato important dès le mois de juillet afin de célébrer le retour du Club dans l'Europe qui compte. Après avoir remis Brozovic dans le droit chemin, Luciano parviendra-t ‘il a en faire de même avec Jindong Zhang et le Suning ? Qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. La Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur l’Interview de Luciano Spalletti qui était présent hier à Pérouse pour un débat sur le calcio. Icardi ? "Je suis un entraîneur qui, chaque soir, s’entretient avec son Directeur sportif, Piero Ausilio. Ce dernier me fait part du déroulement de la situation, s’il y a des choses qui peuvent se concrétiser et s’il y a des choses qui ne dépendent pas de nous. Quand nous nous sommes quitté, nous nous sommes concentré sur le Futur de Mauro et de son numéro 9." "La saison prochaine, il peut inscrire encore plus de buts et devoir lui trouver un remplaçant ne serait pas une chose aisée. Mais si quelqu’un vient, te paye la clause libératoire et que le joueur souhaite partir, tout ce que tu peux penser devient superflu." La victoire de l’Olimpico ? "Mes garçons m’ont fait voir qu’ils disposaient d’une certaine maturité, ils m’ont surpris. Je me sens bien avec eux, j’ai aussi appris beaucoup de choses avec mes joueurs. J’ai proposé une idée pour avancer et eux m’on suivit, ils ont répondu à mes demandes positivement après une longue période difficile et compliquée. J’étais ferme et je ne leur permettais pas de reculer, ne fut-ce que d’un centimètre." Le Scudetto ? "C’est un sujet qui sert de trampoline pour la presse, c’est un fait qu’elle se comporte d’une façon verticale, mais il y a la nécessité d’être correct. Nous avons encore eu pas mal de distance dans les points sur les équipes qui étaient au sommet : la Juve et le Napoli. Notre mérite a été de se rapprocher et d’accrocher un peu la Roma, mais la Juve et le Napoli sont deux équipes extrêmement fortes." "Ils l’ont prouvés en Ligue des Champions. Lorsque tu joues des rencontres européennes, à un moment tu ressens que ces joueurs ont le mental, et qu’ils ont l’envie, jusqu’à un certain point, d’être les plus fort. La Roma a d’ailleurs prouvé être une équipe talentueuse et son entraîneur est très bon." La prochaine saison en Série A ? "Je m’attends à un championnat disputé, comme celui de cette saison, car les forces en présences s’équivalents. Je vois bien un retour de l’Atalanta, de la Lazio et du Milan, même si cette année, il était hors-sujet. De plus, c’est aussi aux entraineurs à organiser leurs équipes sur leurs façon de jouer et de parvenir à poser des problèmes face à des adversaires plus forts. Il suffit de prendre comme exemple Marco Giampaolo et sa Sampdoria." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Ce jeudi s’est tenu la conférence de presse de fin de saison de Luciano Spalletti. Fort d’avoir atteint l’objectif fixé par le Suning, notre entraîneur s’est livré à la presse, en étant, comme à son habitude, franc et honnête. "Je remercie le club de m’avoir donné la possibilité de vivre ces émotions avec ces couleurs qui à présent me correspondent bien aussi, je remercie le Club, mes collaborateurs, tous les entraîneurs qualifiés, les personnes qui se sont montrées fortes caractériellement parlant pour arriver à faire en sorte que nous atteignons ce niveau, ces personnes qui nous ont permis de résister et de traverser les moments de difficultés que nous avons connus. A présent nous nous retrouvons tous avec beaucoup de satisfaction. Je remercie aussi le personnel qui travaille ici à la Pinetina, Stefano Vecchi et naturellement les Tifosi." "Les Tifosi sont les fondations et je suis celui qui pose les bases, sans eux, cela m’aurait été difficile de construire quelque chose...Avec nos tifosi nous sommes capable de construire des gratte-ciels remplis de victoires. C’était si beau à Rome, ils étaient si nombreux, je les ai vu si fier, ils méritaient absolument ce qui venait de leur arriver." "La volonté de l’équipe a toujours été d’aller de l’avant, ce qui a rendu nos résultats très importants, ils sont restés éloignés de la Champion’s League, mais ils ont mérité et obtenu l’accès à cette qualification, nous avons mis notre nez dans la merde, durant les dernières minutes et on a vu que tout le monde se donnait avec son cœur et nous avons eu de la chance, nous avons vu cette volonté de réussir, de vouloir jouer la qualification." "C’était une finale de championnat disputée. Il y avait aussi de nombreux tifosi présents pour la Juve et la Roma en Champion’s, sans oublier les qualités absolues qu’a proposé le Napoli dans son jeu. Nous avons vu des équipes comme la Lazio et l’Atalanta qui auraient mérité d’atteindre les compétitions européennes. Le retour d’Ancelotti dans notre championnat confirme qu’il est en croissance et ce sera un plaisir de le revoir à mes cotés, c’est aussi une fierté car il s’agit d’une personnalité italienne qui a réalisé des belles choses à travers le monde." Ce qui nous a fait le plus mal ? "Il y a eu beaucoup de bons moments durant la saison, mais le plus dur était la défaite face à la Juve, vu le déroulement du match, mais le moment le plus difficile et que je n’aurais jamais voulu vivre c’est ce qui s’est produit pour la famille Astori. Je l’ai connu et j’en reste proche." Le retard avec les premiers ? "Nous devons être ambitieux, nous voulons nous améliorer, parce que nous voulons rester dans les premiers, nous nous y sentons bien et il y a probablement des choses qui se sont produites, que nous avons vécu et qui nous permettrons de faire encore un mieux, nous voulons réduire cette différence." "Cette différence devient remarquable et elle a été comprise au sein de l'équipe. La réalisation de notre résultat représente un accomplissement, pas une simple étape. Vous devez bien travailler, vous devez être bon, l'année dernière au début de saison, nous nous sommes loupés. Comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, vous ne pouvez pas faire rêver les Tifosi, nos objectifs sont importants et l’Inter a son histoire, ses forces et vit avec du cœur, vous devez être honnête vis-à-vis de ceux qui vous donnent cette émotion et qui vous confient leurs cœurs." Le Mercato ? "Le Club l’a très bien commencé, mais le plus important, ce sera de tenir compte de ce qui est fondamental. Le football a changé, tout a changé, avant, on pouvait donner un penalty sans possibilité de revenir sur cette décision, à présent c’est possible. Il faut prendre en compte tout cela." "J’ai besoin de faire de la clarté sur le Settlement Agreement qui a été signé par le propriétaire précédant du club et dont nous avons hérité et qui nous force à respecter certains critères. Nous devons faire attention à nos comptes et assainir la société, comme nous l’avons toujours fait. Il y a des spécialistes qui travaillent sur ce sujet, mais il y a besoin de remettre certaines choses à leur place et d’investir méthodiquement, il ne faut plus faire comme l’année passée et parler des joueurs d’un certain calibres car cela devient difficile par la suite." "Je ne dis pas que cela ne puisse pas se produire, mais cela passe aussi à travers les parties qui se sont déroulées. Et à ce sujet, je peux déjà vous dire qu’il ne nous est, actuellement pas possible de racheter Cancelo et Rafinha, il faudra revoir la situation dans le futur." Icardi ? "Garder des joueurs de ce niveau est difficile. Il y a la volonté du joueur, son point de vue sur le rôle qu’il veut tenir, s’il a envie ou pas de rester. Ce n’est pas le cas avec Mauro, mais je ne peux pas dire ce qu’il se produira si une offre est déposée sur la table, c’est quelque chose qui peut se comprendre, c’est le Mercato." "C’est évident que si des joueurs importants partent, cela diminue ta possibilité de grandir, mais ils doivent admettre qu’ils ne sont pas plus important que le club. Tout dépend de cela." Mon contrat ? "En ce qui concerne mon contrat, je me sens bien à l’Inter et même si nous n’avions pas atteint notre objectif, cela n’aurait rien changé pour moi. Un objectif se construit avec tellement de facteurs, de travail, d’idées, de fatigue, de toutes ces choses importantes. Le club a répété hier, qu’il souhaitait me proposer un nouveau contrat, mais ce qui m’intéresse, c’est d’avoir le contrat qui me semble le plus juste. Je ne signerai pas un contrat avec l’Inter pour deux années de plus juste pour avoir une revalorisation salariale. Je dispose déjà d'un contrat." "Notre championnat est si beau, les stades sont pleins, les enfants viennent au stade, les Tifosi de l’Inter et du Milan apportent un enseignement important, ce que l’on vit au Meazza est incroyable, c’est une mentalité européenne." Skriniar ? "Vous voyez toujours sur son visage de la sérénité, c’est lui qui te fait aller où il veut, il se met à la disposition de l’équipe. C’et un garçon qui a du caractère, qui a de la personnalité, de l’intégrité et du physique. Milan a toujours dit qu’il veut rester à l’Inter et si son futur venait à être mis en discussion, cela me déplairait au plus haut niveau." Que s’est-il passé avant le match face au Benevento ? "Il semblait y avoir une conjonction astrale, les joueurs pensaient qu'il y avait des raisons externes qui n'avaient rien à voir avec le football. Je n’ai pas de mots pour vous l’expliquer, c’est difficile. On voyait que les joueurs pensaient qu’ils avaient des comptes à rendre, et c’est dans ce genre de moment-là, que vous devez précisément prendre des décisions bien définies." "Dans notre dernier match, face à la Lazio, j’ai vu des joueurs très forts, qui avaient retrouvé leurs qualités. La différence c’est de mettre en pratique la force mentale que nous puisons sur ces 20 dernières minutes de la saison." Si j’ai remarqué l’état dans lequel était Ranocchia ? "Vous l’avez lynché pendant des années, même lorsque je suis arrivé. Il est ici à l’Inter et il y restera. C’est un joueur très fort mentalement, cela s’est vu lors de son entrée en jeu. Je peux vous dire que dans les vestiaires, d’autres peuvent avoir des choses sur la conscience. Il monte au créneau et n’hésite pas à se confronter, même s’il s’agit d’une mauvaise passe à traverser. J’ai une méthode de mesure pour voir qui se donne à 100% et Ranocchia est Interiste à 100%”. Les objectifs de la saison à venir ? "Comparé à l’année passée, je ne veux plus vous voir citer des noms dont nous savons tous qu’ils ne pourront jamais venir. Il me semblait que vous pouviez aller mettre votre main là où vous vouliez, que vous montriez vos muscles sur vos raisonnements et ce de façon grossière, c’est pour cela que j’ai dit Basta. Pour atteindre un objectif, je dois être capable d'avoir les moyens de l’atteindre et cela n’a pas été le cas." Si j’aurais dû m’auto-critiquer ? "Non, je suis quelqu’un de droit. Nous avons fait un mercato similaire, par rapport aux joueurs que nous avions déjà dans l’équipe. Borja est un grand joueur, Vecino aussi, mais y avait aussi Kondogbia. J’allais jusqu’à l’entraîner le soir, jusqu’à 20h, car j’avais envie qu’il reste. Valence a élevé sa clause à 80M€. Medel a de la qualité et du caractère." "Des joueurs de qualité sont partis, ensuite c’est clair que lorsque tu as Skriniar qui arrive et qui se révèle… M’accréditer pour atteindre un objectif de la sorte, cela ne se fait pas. En Italie, il y a beaucoup de bonnes équipes, on y a vu un beau football, la présence des tifosi aux stades en est la preuve. Mes joueurs ont été brave pour se qualifier en Champion’s." "J'ai l'impression de voir une petite différence, vu la façon dont le club s’est comporté en début de saison. C’est la vérité, car nous étions également en difficulté numérique, puis nous avons pris Lisandro, c’est clair que…mais bon…" Des améliorations pour l’année prochaine ? "Que voulez-vous me faire dire ? Le Milan faisait son Mercato et moi je me devais de faire des économies sur celui-ci. Milan aurait dû être devant nous. L’Atalanta était devant, la Lazio aussi, la Roma, vous savez tous ce qu’il s’est dit. Professionnellement parlant, tout le monde sait ce qu’il s’est passé. Nous sommes une équipe qui a eu le classement qu’elle méritait d’avoir, c’est inutile d’en dire plus." Brozovic ? "Je n'ai guère pris de temps avec lui, je l'ai pris dans la première partie de la saison pour l’aligner dans un secteur où j’étais évidemment limité. Au lieu de cela, par son état de préparation, il m'a laissé un vide. Il lui manquait des qualités pour jouer dans ce rôle bien spécifique. Il m’a montré ensuite qu’il était capable d’occuper un poste bien précis et d’en avoir." "C’est un joueur très fort à son poste, il a parfois joué au milieu, mais il a toujours eu cette attitude d’être le meneur de jeu. Face à la Lazio, il a fait deux courses incroyables de 70 mètres et il m’a prouvé qu’il était capable de me donner un coup de main important. Il n’y aura plus d’alternance pour son poste, c’est un joueur très fort et je compte repartir avec lui." Le Scudetto ? "Pour l’atteindre, il faudrait réaliser un mercato avec des dépenses importantes pour se rapprocher de ce niveau. Nous avons l’aspiration de faire de notre mieux. Cela fait partie de notre programme, mais pour atteindre un tel projet, tu as besoin de quelques années, ce n’est pas réaliste pour la saison prochaine, si je disais l’inverse, je ferais du mal aux Tifosi en les faisant rêver." "Les tifosi doivent être protégés comme eux, lorsqu’ils nous ont soutenu lors de notre traversée du désert. Parfois, ils sortaient du Meazza avec un gout amer, mais ils voyant que l’équipe voulait s’en sortir et ils nous ont soutenu tant d’autres fois. Après la rencontre face à Sassuolo, je suis allé dans le vestiaire dire ce que je pensais aux joueurs, c’était avant la rencontre entre la Lazio et Crotone, je ne savais pas comment ce match allait se finir, mais la Direction était présente. Par la suite, les joueurs ont fait un effort et j’ai vu de la bonne foi, une bonne attitude, un grand professionnalisme et des qualités humaines." Barella et Nainggolan ? "Je pense que ce sera, selon moi, plus facile d’en discuter avec Ausilio et les agents, c’est leurs jobs. Il faut comprendre que l’on doit continuer certaines choses. C’est à Ausilio à faire voir ses qualités à Gardini et à Antonello. Ausilio sait parfaitement les choses que nous devons faire, pour ne pas nous porter préjudices car nous devons maintenir une certaine balance au final. Barella est un bon joueur, Nainggolan, aussi." Lautaro Martinez ? "Je l’ai seulement vu en vidéo, mais j’entends des gens en dire du bien, je fais confiance à Zanetti et Milito qui l’ont suivi et qui connaissent sa valeur. C’est clair qu’il y a tout un parcours à faire, voir comment il va se comporter, mais le joueur, d’après ce que l’on m’a dit est fort techniquement, physiquement et sain mentalement." Les arbitres ? "Dans ce dernier match, l’arbitre était d’une qualité impossible à atteindre vu la complexité de la rencontre. Je lui souhaite de pouvoir arbitrer la Finale du Mondial, vu que nous n’y sommes pas présent. Nous nous sommes toujours comporté de la même façon, en donnant et en recevant du respect. Nous avons aussi connu quelques confrontations sans solutions, mais nous avons pris la décision de ne pas créer de problèmes." "Des chiffres le prouvent : Deux avertissements pour protestations : Perisic sur Bonucci et D’Ambrosio sur la faute de Pjanic. Un joueur peut être expulsé dans un match pour deux fautes, ou pour avoir été réprimandé pour des protestations, car ce n’est pas au rôle de ce joueur, de venir protester au tour de l’arbitre." Ma rencontre avec la Direction ? "Je dois faire attention à la façon dont je parle, le Club devra être bon à la fin et me rendre des comptes, pour ensuite savoir ou sera investi nos dépenses Le marché sera réalisé selon ces critères." Mon futur ? "Je ne change pas d'avis sur mon avenir, nous sommes heureux de travailler ensemble." S’il y a des alternatives à Rafinha et Cancelo ? "Il y a un délai à respecter, c’est clair qu’ultérieurement, nous pourrons tenter quelque chose. Nous devons disposer, de façon général, d’un noyau avec un certain nombre de joueurs. Pour certains postes, nous sommes complets, mais pour d’autres, vous devez recruter et commencez à travailler en gardant toutes les portes ouvertes." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. L’Inter et son entraîneur se sont rencontré ce mercredi soir, Steven Zhang et Luciano Spalletti se sont livrés à la presse, à l’issue de cette entrevue, qui s’est tenue au siège de l’Inter. Steven Zhang "Spalletti va prolonger rapidement. Nous avons tous travailler durement cette saison, des joueurs au staff, et cela passe également par notre entraîneur. Nous sommes tous heureux d’avoir atteint notre objectif. Ce résultat est arrivé grâce au travail de tous. Nos joueurs sont fiers, nous le sommes tous. A présent, nous nous préparons à la nouvelle saison et nous verrons ce qu’il sera juste de faire durant cet été. Il y aura plus de matchs à disputer l’an prochain, nous travaillons quotidiennement sur cette question. Je suis confiant pour le futur." "Tous les tifosi de l’Inter veulent revoir leur clubs faire son retour parmi les plus grands et l’Inter est en Champions League. Nous devons tous être heureux, même nos adversaires devront l’être car ce sera fascinant de nous rencontrer en Ligue des Champions." Si les tifosi peuvent rêver ? "Je n’aime pas parler de rêve, je veux atteindre des résultats en avançant un pas après l’autre, en travaillant. Tout ne se fait pas en un jour, nous devons travailler comme nous l’avons fait cette saison : Travailler dur et obtenir des résultats saisons après saisons, jours après jours. Nous avons dépensé 110M€ pour arriver aux résultats actuels pour l’Inter." "Nous voulons obtenir de meilleurs résultats avec l’Inter dans les prochaines années, mais il faut nous laisser du temps." Luciano Spalletti “Je suis venu ici pour participer à une scène de victoires, alors que plus personne n’y croyait. Nous, nous sommes parti depuis le début en étant convaincu d’y arriver, nous avons tout donné pour faire taire nos détracteurs. Et à présent, on en profite." Vous vous voyez à l’Inter, encore plus d’une année ? "Oui, très longtemps." Le contrat ? "C’est le jour de la signature du contrat d’Ancelotti aujourd’hui, non ? Si je vous dis que j’ai aussi signé, comparé à lui, je ne suis rien et cela passerait inaperçu, on en reparlera dans les prochains jours ." Si je suis heureux ? "Non, Je suis extrêmement heureux mais ce n’est pas tout, nous avions l’espoir d’y arriver, et comme on dit, là j’ai touché le Paradis." Ce jeudi, à 16h00, une conférence de presse a été organisée par l’entraineur qui veut rencontrer les journalistes. Les sujets abordés devraient être les remerciements à l’équipe pour la qualification. Luciano a laissé libre ses joueurs de faire ce qu’ils voulaient après le match de l’Olimpico. Il ne s’était d’ailleurs pas présenté en conférence d’après-match, préférant laisser ses protégés profiter de ces moments. Luciano vous donne donc rendez-vous à 16h, mais comme il l’a déjà dit, il est le plus fier des hommes et vu son émotion à la fin du match, l'Inter l'a touché en plein coeur: "E vostra!" "Elle est pour vous" en s'adressant aux Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Atteindre la Champion’s League a été un rêve, mais c'est également le fruit d’un travail de fond. Sur ce dernier point, le Club a analysé le match face à la Lazio, mais également l’ensemble de la saison. Cette rencontre face à la Lazio a valu bien des émotions au peuple interiste, quel spectacle et quelle soirée nous avons vécu… A présent, L’#InterIsHere. Spalletti a rendu une âme à une équipe fantomatique Avec le but égalisateur, lors du 2-2, Mauro Icardi a terminé meilleur buteur de l’exercice en inscrivant 29 buts en 34 matchs, pour un championnat comptant 38 journées. La qualification est également passée par : 20 766 passes, 80% de nos passes ont eu lieu dans la moitié du terrain de nos adversaires 460 tirs cadrés 66 buts marqués : 12 du flanc gauche, 37 du flanc droit 15 de la tête 6 penaltys. 61 des 66 buts ont été réalisé à l’intérieur de la surface de réparation. 5 buts étaient lointains et 2 ont été converti sur des phases arrêtées. Mais par-dessus tout, la Champion’s a été remporté par des Hommes qui ont en eux un Cœur Nerazzurro En effet le public interiste est, une nouvelle fois cette saison, le meilleur public d’Italie, avec une affluence totale de plus d’un million de spectateurs sur ces cinq dernières années. Pour sa troisième année de suite, l’Inter confirme son statut d’un club disposant du plus grand nombre de Tifosi lors de ses matchs à la maison, ce qui est un exploit lorsque l’on prête attention aux présence dans les stades en Serie A. La moyenne, pour la Serie A 2017/2018 (spectateurs) s’élève à 24 507 tifosi, soit une augmentation de 10,03% (22 217). Il s’agit de la meilleure année de l’ultime quinquennat : +10.2% par rapport à la saison 2015/16, +11.1% par rapport à la saison 2014/15, +4.4% par rapport à la saison 2013/14. Après 18 journées on pouvait déjà constater cette croissance (+0.3%), avec une moyenne de 24 445 tifosi au stade. Notre Beneamata fait sauter la banque L’Inter, confirme son leadership, son Scudetto du public, avec une présence moyenne de 57 529 tifosi, soit une augmentation de 23,4% par rapport à la saison 2016-2017. Pour les Nerazzurri, il s’agit du meilleur résultat absolu sur le dernier quinquennat avec un total précis de 1 093 053 tifosi présents au Meazza. Le Milan arrive en seconde position avec une présence moyenne de 52 453 tifosi (+30,1%) Le Napoli est troisième avec une moyenne de 42 587 tifosi (+16.4%) en respect pour les deux clubs à l’édition 2016/17. La Juve est quatrième (39.257) et la Roma cinquième (37.450). Le prix du “Sold-Out” revient au Meazza à l’occasion d’Inter-Juve et de Milan-Napoli, avec la présence de 78 328 tifosi. En troisième position, on retrouve, le San Paolo à l’occasion de Napoli-Juve (55 567 tifosi) Joao Cancelo, meilleur dribbleur de la Série A en 2018 Durant cette seconde partie du championnat, le peuple interiste a pu admirer la classe de Joao Cancelo, un joueur auquel tient l’Inter, mais qui sera dur de conserver vu le comportement du Fc Valence à ce sujet Joao a dribblé, centré, proposé sa vision du jeu au milieu de notre terrain, réalisé des gestes techniques que l’on ne voyait plus depuis un certain Maicon…. Quoiqu’il arrive, Joao sera dans les tablettes de la Série A. Selon Opta, Cancelo a réalisé 39 dribbles, soit dix de plus que n’importe quel autre défenseur sur la même période. Cette statistique non-négligeable pousse les dirigeants de l’Inter a trouver « La » solution pour tenter de parvenir à racheter le joueur appartenant au Fc Valence. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. L’Inter a triomphé au Stadio Olimpico de Rome, les joueurs sont rentrés le soir même à Milan et ont passé la nuit en boite de nuit, en présence également de notre numéro deux, Steven Zhang. Pour rappel, le fils de notre propriétaire avait fondu en larmes de joie, en rejoignant les joueurs sur le terrain. Un signe révélateur qui prouve son attachement à l’Inter, qui aura vécu une saison intense et riche de tension. La Ligue des Champions "Avant tout, je veux remercier les tifosi, les joueurs et le staff technique. Nous avons tout donné cette saison, nous avons aussi tous souffert et connu des hauts et des bas, mais à la fin, nous sommes parvenu à obtenir le résultat que nous voulions." "Tout le monde a contribué à ce que nous atteignons cet objectif : "Fino alla fine”, tel est l’esprit de cette Inter. C’est pour cela qu’il existe. L’Inter est un club qui transmet de l’espérance et de l’énergie positive envers toutes les personnes à travers le monde." "J’étais encore confiant lors de l’entrée du dernier quart d’heure, je n’avais pas perdu espoir, comme toujours." Spalletti et Icardi "Ce sont les points de départ qui ont initié notre début de saison. Nous avions choisi Spalletti et de recruté des joueurs juste pour le noyau." Si Spalletti va être prolongé ? "Ce n’est même pas une question à me poser." Et pour Icardi ? "C’est pareil !" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. En effet, depuis la fête de l’Olimpico, Luciano et le Suning sont prêt à travailler ensemble : A la fin du match, Luciano Spalletti semblait être monté au septième ciel, c’est d’ailleurs le tout premier à être allé voir les tifosi interistes: "E’ per voi, è vostra!" : "Elle est pour vous ! a-t’ il crié à plusieurs reprises, en évitant bien sûr d’adopter ce genre de comportement devant les tifosi biancoceleste qui étaient fantomatiques. Pour Luciano, le principal était d’aller fêter cette qualification avec son public, et il s’agira pour lui d’une nuit rempli d’émotions fortes. C’était le premier à rejoindre le bus des joueurs avec fierté et en criant de joie ceux qui brandissait nos couleurs. Dans un tel contexte, difficile de croire à un adieu, l’objectif a été atteint et Luciano est passé d’un chantier, à la création d’un groupe solidaire qui s’est forgé dans la souffrance et qui en est ressortit vainqueur. Le Duel tactique remporté sur Inzaghi Dans un match, d’une telle ampleur, l’entraîneur a son rôle à jouer et Spalletti a pris ses responsabilités : Spalletti a modifié l'équipe pour la première fois en plaçant Candreva, totalement perdu à droite pour le replacer sur la gauche, afin d'agrandir le champs d'action de Vecino, tout en maintenant Rafinha. L'Inter est revenue, une première fois, au score grâce à Brozovic, et après une demi-incertitude de De Vrij et un tir en "retourné" de Danilo d'Ambrosio, qui était déjà au sol. Spalletti a changé à nouveau son équipe en seconde période en jouant l'attaque totale, avec Eder, puis Karamoh, au moment même où la Lazio n'avait pas plus d'énergie et était incapable de redémarrer. L'Inter avait l'emprise psychologique, surtout avec le remplacement d'Immobile pour Lukaku, un signe qui témoigne de la peur de Simone Inzaghi. Rocchi s'est également montré à son avantage, octroyant en tout premier lieu un pénalty sur une faute du bras de Milinkovic, avant de consulter la Var et de le refuser, il n'y avait pas d'intention de faute... Quelques minutes plus tard, cette fois, pas besoin du Var avec la faute de De Vrij sur Icardi dans la surface de réparation. La Lazio perdra totalement les pédales lorsque Lulic sera expulsé à la suite d’un double avertissement, après une faute stupide sur Brozovic. Brozovic, toujours dans les bons coups ce soir, et ressuscité par Spalletti, est également à la base du troisième but, c'est lui qui botte le corner qui atterrit sur la tête de Vecino. L'image marquante de la Lazio, sera celle de son colosse, Milinkovic, qui s'écroulera, sur le troisième but interiste." L'Inter a lavé l'affront du 5 mai 2002 et elle le doit, avant tout, au travail psychologique et physique réalisé par le Staff de Spalletti et par Spalletti lui-même, qui a su remettre, en une seule saison, l'Inter sur le droit chemin.... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Durant plusieurs années, il n'y a eu de cesse que de voir de profonds changements à l'Inter, à la fois pour l'équipe et pour le Club en lui-même. Mais si une chose n'avait pas changé, c'est le fait que l'Inter était considérée comme une entreprise de broyeur d’entraîneurs. Sous Moratti, sous la Présidence de Thohir et même sous la propriété du Suning. Les entraîneurs étaient pourtant de qualité pour l'Après-Mourinho Rafael Benitez: 4 mois Leonardo: Parti de lui-même en fin de saison au PSG, il offrira à l'Inter son dernier titre: La Coupe d'Italie Roberto Mancini: nouvel entraîneur de la Nazionale, détenteur du plus grand nombre de Scudetti remportés avec l'Inter Walter Mazzarri: Entraîneur du Napoli, il a signé à l'Inter et y a connu son premier licenciement Andrea Stramaccioni: Trop jeune malgré l'équipe du Triplé, il a surtout payé le fait que l'équipe croule sous les blessures. Claudio Ranieri: Le bâtisseur du "Miracle de Leicester" Gian Piero Gasperini: 5 matchs Frank De Boer: 3 mois, la saison passée Stefano Pioli: Qui a pris la relève de Frank de Boer, mais qui a totalement perdu le contrôle de son équipe qui a coulé en fin de saison dernière. L'arrivée de Luciano Spalletti, pourtant qualifiée avec la Roma Des Records en Ligue des Champions, cet été rentre dans le projet de l'Inter, il fallait un entraîneur avec de la poigne et qui soit LE Leader dans un vestiaire qui n'avait de cesse, que de se désolidariser de son coach, afin de le faire renvoyer. L'Inter a rencontré une baisse de régime cet hiver, mais le problème ne date pas de maintenant. Même avec Josè Mourinho l'année du Triplé, l'Inter avait vu son avance fondre au classement, au risque de perdre son Scudetto pour la Roma si la Sampdoria n'avait pas gagné. C’est un fait Notre Beneamata a tendance à hiberner trop longtemps. Cette saison, avec l'arrivée de l'hiver, l'équipe de Spalletti a commencé à connaitre des problèmes: Joueurs fatigués, désolidarisation, démotivation, pas de banc.....une seule constance : deux défaites, dont une élimination en Coupe d'Italie face au Milan, et une série de match nul. L'Inter ne perdait pas, mais l'Inter ne gagnait pas non plus. Ce qui peut le mieux définir Luciano Spalletti, dans sa capacité à entraîner, c'est Marcelo Brozovic: Un joueur "perdu" qui, depuis qu'il a suivi un travail psychologique et placé au poste idéal dans notre onze de base, reste sur une très belle série de matchs de haut niveau. La stratégie du Suning porte ses fruits De part sa rigidité, le Suning parvient à construire une structure qui commence à voir le jour : l'Inter, tel un enfant, commence à marcher seul. Il ne faut pas une pluie de millions d'euros pour recruter des joueurs de talents, preuve en est les arrivées de Stefan De Vrij et de Kwadwo Asamoah. La direction italienne est convaincue, plus que par le passé, que cette année l'Inter a su poser des bases solides, et le mérite en revient à Spalletti qui en une seule saison est parvenu à engranger un nombre de points important. Pour retrouver un "nombre de points" aussi proche, il faut tout simplement revenir à la saison 2010/2011. Durant cette crise hivernale, Spalletti a su se comporter comme un Leader qui a apporté de la discipline à l'intérieur d'un vestiaire qui trop longtemps faisait ce qu'il voulait. La Récompense C'est une semaine décisive pour l'Inter qui, face à la Lazio dimanche soir, jouera sur 90min sa qualification en Ligue des Champions. Cette rencontre aura un impact sur l'avenir de nombreux Nerazzurri, mais pas sur Luciano Spalletti. Son avenir a déjà été décidé et peu importe le résultat face à la Lazio. C'est même mérité vu ce qu'il est parvenu à faire, cette saison, avec une équipe de bras cassés... Piero Ausilio l'a d'ailleurs répété : "Le futur de Spalletti n'est pas lié à la qualification à la prochaine Ligue des champions." Spalletti devrait prolonger son mariage avec le club jusqu'en 2021. L'Inter veut ouvrir un cycle qui a du sens et il s'agit également d'un beau signe de confiance, envers un entraîneur qui a prouvé qu'il avait la capacité à gérer notre noyau, même dans les pires moments de difficultés, même sans un recrutement désiré obtenu. Les conditions préalables au renouvellement, ont été cimentées au fil du temps et le fait est qu'à présent Spalletti a carte blanche sur la programmation estivale de l'Inter. Luciano Spalletti mérite de rester, au moins une saison de plus à l'Inter, qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Luciano Spalletti a un enjeu de taille ce week-end. En effet, le natif de Certaldo sera quoiqu’il arrive confirmé à son poste et ce indépendamment du résultat à Rome, compte tenu de l'excellent travail accompli cette saison. Les déclarations de Piero Ausilio présagent également d’une future réunion pour un renouvellement du contrat. Mais c’est un fait, le Suning sera heureux de voir son Inter se qualifier en Ligue des Champions, il s’agirait d’un pas en avant important. Et comme le révèle le Corriere Della Serra, Spalletti a tout intérêt à terminer quatrième, car cette place lui vaut une belle prime, un bonus personnel qui s’élève à 1 million d’euros. La question de la saison : Pourquoi Eder ne joue pas aux côtés d’Icardi ? Réponse de Spalletti : "C’est un choix difficile, surtout en cette période de la saison. Oui, Eder est inférieur à Mauro et les aligner ensemble pourrait ôter quelque chose d’important au jeu pratiqué par Mauro. Il y a eu de l’amertume après le match face à Sassuolo, mais tout est encore possible à l’Olimpico. Je tiens déjà à applaudir nos tifosi, qui du fait de leur présences, sont déjà un public de Champion’s League." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Le latéral portugais, Joao Cancelo, arrivé à l'Inter cet été en prêt avec un droit de rachat fixé à 35 millions, est devenu un pilier du Onze de Luciano Spalletti et le club voudrait garder Cancelo à tout prix. Tout sera cependant décidé à Rome, comme le rapporte le journal espagnol SuperDeporte : l'Inter jouera l'accès à la prochaine Ligue des Champions contre la Lazio et l'avenir de Cancelo dépendra presque entièrement de ce résultat. L'intention de l'Inter est en effet d'assurer la qualification pour poursuivre les opérations de Cancelo et Rafinha, grâce aux apports économiques fournis par la Ligue des Champions. Sans cet argent, la possibilité pour l'Inter d'exercer le droit de rachat pour Cancelo serait très compliquée. Ce droit expirera le 30 mai et le montant convenu sera également utilisé par Valence pour régler ses comptes. À ce jour, cependant, le club espagnol n'aurait pas reçu d'offre d'autres clubs qui soit plus élevée que le droit de rachat en faveur de l'Inter. Valence espère donc, en cas de non-rachat par le club de l'Inter, vendre le portugais à un chiffre plus élevé.
  18. L’Inter était parvenu à réduire l’écart avec la Lazio et la Roma, mais cela pourrait ne pas suffire pour accéder à la prochaine Ligue des Champions. Pour l’Inter, un tel échec aura un impact direct sur le Mercato. Le manque à gagner minimum est de 40M€. Mais le Club compte aller de l’avant du bon pied pour renforcer un noyau qui dispose d’une bonne base, il ne faudra pas révolutionner l’ensemble de l’équipe. L’Inter s’est déjà assurer les services du talentueux Lautaro Martinez et a posé les premières pierres, quant au recrutement de De Vrij et Asamoah. Une seule incertitude : Les futurs de Cancelo et Rafinha Si le portugais est conservé, Spalletti aura déjà sa défense titulaire. Dans le cas d’un échec avec Valence, Ausilio devra partir à la recherche d’un ailier. Il semble par contre "plus simple"de voir Rafinha continuer son aventure à l’Inter par le biais d’une prolongation du prêt avec le Fc Barcelone. Au niveau des sorties, l’Inter se doit, pour rester ambitieuse, de conserver certains "intouchables" à l’heure actuelle, à savoir Skriniar, Brozovic qui a littéralement explosé en cette seconde partie de saison avec Luciano Spalletti, Perisic et Icardi. Luciano Spalletti, dans ses demandes, souhaite disposer d’un milieu de terrain de carrure internationale, et plus précisément d’un joueur capable de marquer du milieu de terrain. Plusieurs noms sont cités, avec les intouchables Strootman et Vidal, en passant par les italiens Cristante, Barella et Pellegrini, qui est également suivi par la Juve. Pour renforcer ses ailes et soutenir Perisic et Candreva, l’idée serait de se pencher vers Marlos (Shakhtar), Lamela, Verdi et Depay, qui est également suivi par le Milan Ac. Spalletti confirmé par le Suning, même s’il y a des "Conte" à rendre…. Malgré la défaite et les contestations arbitrales découlant du Derby d’Italie, le Suning aurait l’intention de conserver Luciano Spalletti, pour la saison prochaine. L’équipe a su prouver qu’elle était capable de jouer et de dominer en infériorité numérique la Juventus. L’emporter dans de telles conditions aurait marqué l’histoire de la Serie A et du Derby, mais cela aurait également humilié la Vieille Dame. Pour le Suning, l’Inter a grandi énormément cette saison, ce match est la preuve qu’elle est devenue une vraie équipe, une équipe qui veut à présent pratiquer un beau football et qui veut avoir une accise solide. Vu le déroulement de la rencontre, celle-ci peut renforcer les liens entre les joueurs et l’entraîneur et provoquer également une soif de revanche pour la saison à venir… Pour le Suning, le mérite en revient à Spalletti, qui même s’il s’est troué sur les remplacements, et l’entraîneur a eu le mérite de le reconnaître, aurait reçu une confirmation qu’il continuera à pratiquer un excellent travail à Milan. Pour le Suning et l’Inter, ne pas que qualifier en Ligue des Champions, pourrait faire très très mal, mais le Club veut continuer à aller de l’avant sur ce projet et cela passe déjà par la conservation de l’entraîneur car Spalletti a su recréer un groupe et une véritable équipe, des éléments que Steven Zhang a tenu à souligner. Voir Luciano Spalletti se faire remercier serait donc une surprise, mais tout comme cela fut le cas avec Stefabi Pioli, il y a un an, son licenciement n’est pas à exclure, surtout que le Suning apprécie énormément Antonio Conte qui est annoncé sur le départ, en Premier League…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Il y a tellement de déception et d'amertume qui ont découlé du Derby d’Italie. De la déception pour le résultat, mais également de la colère en regard à la direction du match réalisé par Orsato. Alessandro Antonello, le Président-Directeur Général de l’Inter, s’est livré à Inter Tv Deux jours après le match contre la Juventus, avez-vous dissipé votre colère, suite aux événements qui ont eu lieu au Meazza ? "Absolument pas, l'entraîneur avait demandé à l'équipe d'être très féroce sur le terrain et c'était le cas. Des choses inacceptables sont arrivées et nous sommes très en colère. Le club mérite le respect, tout comme nos Tifosi." Le risque est peut-être d'avoir un contre-coup, alors qu’il ne reste plus que trois matchs à disputer avant le terme de la saison…Comme Steven Zhang l'a déclaré après le match, il est essentiel de gagner les prochains pour essayer d’atteindre la Ligue des Champions…. "Il n'y aura absolument pas de baisse de tension, les gars ont montré sur le terrain ce qu'ils peuvent faire. Ce sont de grands professionnels, nous attendons une réaction rapide. Le but reste inchangé et nous le démontrerons dimanche prochain contre l'Udinese " Hier, Vous étiez, avec toute la Direction, à Appiano Gentile. Qu’elle a été l’importance de cette journée vis-à-vis de l’équipe, qui doit recharger ses batteries en vue de la prochaine rencontre, qui peut s’avérer cruciale pour cette saison ? "Je tiens à souligner que moi-même et toute la direction avons toujours été proches de l'équipe, tout au long de la saison. Même si certains veulent faire passer un message différent, mais je peux vous garantir que nous sommes tous unis et concentrés afin que nous puissions atteindre l'objectif saisonnier, qu’'est la Champions League ". Quel message voulez-vous envoyer à l'entraîneur, à l'équipe et aux Tifosi ? "Nous avons perdu une bataille, mais ce n’est pas de notre faute. Mais nous voulons gagner notre guerre sportive, pour nous et pour nos Tifosi". L'équipe, à 10 contre 11 était supérieure à la Juventus au niveau du jeu. Est-ce une bonne satisfaction ? "Nous sommes fiers de la performance de nos garçons, qui ont mis de la passion et de l'âme sur le terrain, même en infériorité numérique. Notre public était alors exceptionnel, il nous a soutenus du début à la fin ". Avez-vous vu la vidéo d'Allegri et Tagliavento qui circule sur le web et qui exaspère les Tiifosi ? Pjanic a même déclaré que l’arbitre avait faire usage de compensation, dans la distribution de ses cartons jaunes. Tout cela ne semble-t-il pas exagéré ? "Ce qui s'est passé a été visionné en Mondovision, il a été vu par 80 000 personnes au stade, dans 170 pays connectés, et devant plus de 700 millions de personnes. Ce n'était sûrement pas une belle publicité pour le football Italien, en fait, c’est peut-être une risée européenne. En passant en revue tous les épisodes, il est clair que certaines choses étaient complètement contre l’Inter, qu’avez-vous à dire à ce sujet ? "Nous avons décidé de nous exprimer seulement aujourd'hui pour éviter de faire des commentaires chauds, en étant influencés par les émotions du moment. Nous avons passé en revue tous les épisodes et nous ne pouvons pas expliquer, pourquoi au cours d'une même partie, deux poids et deux mesures ont été utilisés. Dans le monde du football, beaucoup de choses changent mais il semble que certaines d'entre elles restent inchangées. Cependant, nous sommes fiers de notre Histoire." ® Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Bergame - Luciano Spalletti est venu défendre ses joueurs, auteurs une nouvelle fois d'une performance très critiquable sur le terrain de l'Atalanta. Selon lui nous sommes sur la bonne voie. "Nous n'avons pas bien joué en première période, surtout les dix premières minutes. Nous avons fait trop d'erreurs et nos adversaires nous ont créé beaucoup de difficultés, physiquement et sur le pressing. Nous n'avons pas eu la vitesse nécessaire pour être dangereux. C'était mieux par la suite où nous avons eu 4-5 occasions nettes, et ce jusqu'au coup de sifflet final." Trois rencontres sans marquer... "Je ne vois pas de problèmes particuliers dans ce sens. Même aujourd'hui sur un terrain compliqué notre performance est là. Les ballons arrivent proprement à Icardi qui doit venir jouer et dribbler avec ses coéquipiers (Icardi a touché vingt ballons, soit cinq de plus qu'Eder qui a joué une vingtaine de minutes). Les trois derniers matchs étaient bons de notre part, sauf cette première mi-temps aujourd'hui. L'équipe se crée toujours diverses occasions." Pourquoi ce remplacement de Rafinha ? "Pour moi il n'était pas en jambes. Et il était certainement déçu de son occasion ratée juste avant. Je ne m'inquiète pas c'est un professionnel exemplaire et un très bon joueur." Prochaine échéance, mardi contre Cagliari. "Candreva sera là, Vecino doit être réévalué par contre." ®gladis32 – internazionale.fr
  21. Milan - Karamoh, auteur de onze apparitions avec l'Inter marquant notamment le but de la victoire contre Bologne en février a révélé comment Luciano Spalletti lui avait demandé d'être patient car ce dernier aurait pu quitter le club en janvier. "Pour moi, c'était difficile de ne pas jouer au début. Cependant les dirigeants et Mr Spalletti m'ont parlé et m'ont demandé d'être patient. Cela m'a convaincu. Après le mercato et ma signature à l'Inter, j'étais dans une phase personnelle où il fallait que je me re-concentre sur moi-même, que je me retrouve et que je passe du temps avec ma famille. Je suis entré dans une spirale assez étrange on va dire." ®Rheyou Diamweli – internazionale.fr
  22. Turin - Après une rencontre totalement dominé par les nôtres mais remportée par le Toro, Luciano Spalletti est venu défendre ses joueurs. "Il y a des fois où ça ne se passe pas comme vous le voulez, même en insistant. Ce fut une belle rencontre mais c'est une défaite injuste et non méritée. Nous avons bien joué dans l'ensemble même si parfois nous n’étions pas très équilibrés sur le terrain. Leurs relances nous ont gêné sur ce plan. Perisic a été malheureux et il y a eu plein de petites choses contre nous mais nous ne méritions pas cette défaite. Je fais confiance aux joueurs ils sont professionnels. C'est une occasion gaspillée mais il faut rebondir pour rester dans la course jusqu'à la dernière journée. A ce stade les trois points valent double. Nous devons gagner à Bergame." Le choix de titulariser Valero "Rafinha revient d'une longue période d'inactivité et dernièrement il a enchainé trois matchs en une semaine, il était un peu à court d'énergie. Les dernières rentrées de Borja étaient bonnes et aujourd’hui il a bien joué. C'est un joueur qui peut toujours apporter une importante contribution." ®gladis32 – internazionale.fr
  23. Appiano Gentile – A quelques heures du Derby, Luciano Spalletti s’est livré au "Media Center" du Quartier Général du club, en vue de la traditionnelle conférence d’avant match... Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer un condensé de son interview : "Il y a quelque chose de différent au niveau de notre façon de jouer, nous avons retrouvé le chemin de la victoire et de l’enthousiasme. Nous sommes toujours restés posé avec la tête au travail que nous nous devons de réaliser. Seulement quand tu ne parviens pas à récolter de points, c’est normal de vivre un moment de moins bien. L’équipe se sent bien, elle a proposé deux partitions convaincantes, les statistiques le prouvent." Une baguette magique ? "Le mérite de toute cette atmosphère en revient aux joueurs, qui réalisent leur job, la tête posée, quelques fois ils peuvent aussi être dérangés mentalement, mais ce sont encore des jeunes garçons et s’ils écoutent leurs cœurs, s’ils écoutent ceux qu’ils aiment, ils réussissent tout ce qu’ils entreprennent. Nous ne manquons de rien, nous sommes classés là où nous devons l’être, je dispose d’une équipe forte et en forme, comme le club et ses tifosi, nous voulons atteindre nos objectifs." Est-ce que le Derby sera décisif ? "J’en ai discuté avec mes joueurs qui ont été bons pour se remettre dans une position qui, même si elle n’est pas décisive, peut valoir son pesant d’or sur ce match si important, il n’y a pas beaucoup de possibilités pour rentrer à la maison avec les trois points." Une révolte Nerazzurra ? "Selon moi, elle est le fruit de la prestation des joueurs, les garçons ont le cœur interiste, et cela vaut aussi pour la période que nous avons vécu, une période où nous étions la tête sous l’eau et qui les a affectés. Je vois qu’ils aiment leurs jobs, ils aiment jouer des rencontres si importantes, ce sont eux-mêmes des tifosi." Un point de départ ? "Je veux qu’ils parviennent à exprimer le maximum de leurs possibilités durant les matchs, tout le monde se donne au travail durant la semaine, le fait qu’ils pensent positivement est la suite d’un travail personnel, ils se donnent correctement et se mettent en condition pour aborder un match." La continuité de Brozovic ? "Brozovic est actuellement le taulier à son poste. C’était mon erreur de ne pas l’insérer à ce poste et c’était involontaire de ma part, toutes les statistiques et sa façon de jouer me prouvent qu’il doit occuper ce poste. Il ressent plus de responsabilités et je pense que lorsqu’il est en face à face, il perd moins de ballon, fait preuve d’un meilleur niveau et fait circuler plus rapidement le jeu, c’est un joueur très talentueux vu le poste qu’il occupe, c’est lui qui est le chef d’orchestre de cette partition." Les joueurs sur la touche ? "Je n’ai aucune préoccupation, tout le monde est à disposition et chaque joueur veut être aligné." La période négative Nerazzurra ? "Nous l’avons connu comme cela arrive pour chaque équipe. Dans un championnat long et difficile, il y a toujours une période où tu ne parviens plus à réaliser ce que tu souhaites, c’est une période que nous connaissons chaque saison et cela te complique la tâche. C’est clair que je n’étais pas heureux de traverser cette période, mais dans la tête des joueurs, il y a toujours eu la volonté d’en sortir et de reprendre le contrôle de la situation." Les différences avec le match aller ? "Je sais que le Milan est une équipe de qualité, elle a un potentiel important, nous allons jouer cette partie en étant convaincu de nos forces. Ils jouent bien, ils ont des ailiers qui combinent et permutent avec les latéraux en milieu de terrain, ils savent jouer un jeu court. Nous avons les qualités et les possibilités de changer nos hommes en attaque et ce, à tous les niveaux et c’est fondamental d’avoir cette certitude d’être autrement plus fort sur le terrain, nous voulons dominer le jeu. Nous avons besoin de leur rentrer dedans." Le Derby de la révolte ? "Je ne sais pas ce que nous avons à perdre, mais je sais bien mieux ce que nous avons à gagner. Nous sommes devant au classement, et vu notre mentalité, cela ne devrait pas changer énormément, même si les points à engranger sont à présent différents à récolter." Duel d’hommes ? "Personnellement, ce duel peut rejaillir plus, mais il y a aussi le fait que chaque équipe voudra rapporter un résultat dans son escarcelle. J’aime ces petits détails qui font un derby, outre la personnalité à avoir sur le terrain, tu ressens une foule de sentiments sportifs." Les ailiers ? "Le fait est que les deux équipes disposent de joueurs qui sont capable de faire la différence, en un contre un, sur une intuition, il est clair qu’ils sont à la hauteur du haut niveau qu’exige le Milan et l’Inter. Le plus important sera de remporter la guerre du milieu de terrain." Joao Cancelo ? "Je suis très heureux de tous ceux qui composent l’Inter : De la Ville, de l’équipe, qui est une équipe splendide à tous les points de vue, j’ai été bien accepté, j’ai été soutenus même lors de périodes où toutes les attentions étais portés sur certaines composante de l’équipe. Actuellement, tout le monde apprécie ses qualités, on peut voir qu’il est heureux." L’approche du match ? "Comme je l’ai déjà dit, nous devons leur rentrer dedans, trouver la bonne façon pour le faire rapidement et y aller directement en y imposant nos forces." Les formations ? "Les formations de ces derniers matchs sont la conséquence de ce que l’on a pu voir sur le terrain. Si tu trouves le remède qui te remets en condition, tu n’as plus à craindre de rechutes. Ceux qui ont joués dernièrement ont prouvés de quoi ils sont capables, à présent nous aurons des rencontres à l’extérieur et nous devrons exprimer la même volonté dans notre façon de disputer ces rencontres." Les félicitations de Gattuso ? "Je le remercie, mais je ne me fie pas à lui, c’est lui qui a remporté notre premier Derby." En parlant de Gennaro Gattuso, voici ce qu’il faut retenir de sa conférence de presse à Milanello : "Dans les Derby, cela arrive parfois que l’équipe qui l’emporte n’est pas la favorite. L’Inter, durant ces dernières semaines a changée, elle a inscrit 10 buts pour 0 encaissés. Ils sont en pleines bourrent et leurs joueurs sont de retour au maximum de leurs possibilités. Nous nous sentons bien et ce Derby, a depuis tant de temps, une valeur significative. J’espère revoir la même prestation que celle que l’on a pu voir face à la Juventus. Les tifosi seront nombreux, et ce sera à nous à leurs renvoyer l’ascenseur. Les tifosi ont déjà fait leurs parts du travail avec le record de recettes, nous devons en faire un point de partance pour les remercier. Nous devrons être les meilleurs mentalement et avoir le couteau serré entre les dents. Nous devrons faire attentions aux émotions et resté concentré sur ce que nous avons à faire, nous pouvons parvenir à bien nous exprimer. Nous n’avons pas besoin de nous motiver, l’Inter est redevenue l’équipe d’il y a quelques mois et exprime un bon football. Nous devrons être bon en défense et tactiquement." Ce Derby vaut la Champion’s, est-ce une finale pour le Milan ? "Nous jouons toujours des finales, nous savons que nous ne pouvons pas nous rater si nous voulons continuer à croire en la qualification. Ce sera un beau Derby, avec un encaissement record pour le club, nous devons jouer avec rage et avec nos armes, si nous proposons quelque chose de plus sur le terrain, nous pourrons mettre en difficultés l’Inter." Des changements tactiques ? "Je verrais demain." Quel Milan sera aligné ? "Un Milan costaud qui construit de ses bases et fait son jeu. Nous devrons rester attentif car l’Inter joue en 4-2-3-+1, ils savent partir en contre rapidement, nous ne devrons pas perdre le ballon, ni le contrôle du match. Ce sera le même milan que ces deux derniers mois, mais nous devrons être attentifs, l’Inter a ses cartouches et peut jouer vite." Sur les joueurs... "Biglia ne joue pas demain, ce sera Montilivio, je ne peux pas me permettre de faire des tests, si tu perds en intensité et que tu perds le ballon, les lignes peuvent s’écarter de 30 à 40 mètres et cela ne se passerait pas bien. Nous devrons faire notre match en restant compacts, si nous n’avons pas un bon équilibre, nous allons nous mettre en difficulté, j’ai besoin d’une équipe solide. Nos milieux de terrain ne sont pas des petits connards et je ne peux pas, actuellement, me permettre de faire des tests." . Bonaventura ? "Vous l’avez massacré, mais il est important. Il ne se donne pas à 100% sur les phases défensives, mais il a ma confiance et mon respect. Je ne le vois pas comme vous, je pense qu’il peut réaliser un grand match. Il a même joué en Nazionale, il s’est bien entraîné et s’est bien reposé, il a changé d’air. Face à la Juventus, je n’ai pas trouvé qu’il était mis en difficultés, c’est vous qui le voyez en difficultés." Le même modulo que l’Inter ? "Je tente toujours des choses, mais est-ce à vous à me dire ce que je dois faire ? À dire comment je dois disposer les gens à l’hôtel en me basant sur ce que font les autres. Je fais ce que je veux tout en ayant l’assurance de savoir comment se comporte les autres équipes." André Silva ? "Je vais être clair, il a fait de grands matchs, il aurait pu marquer, il aurait pu attaquer avec véhémence, mais il fait preuve de retenue et joue bien tactiquement. Demain, peut-être que je ferai un autre choix, en fonction de la qualité des défenseurs de l’Inter." Cutrone, votre atout en cours de match ? "En réalité, il joue plus que les autres. Il faut faire de temps en temps des choix, je m’attends à ce qu’il fasse mieux tactiquement, qu’il soit toujours dans le match et qu’il n’en sorte pas, car j’ai d’autres alternatives. C’est un passionné, il est appliqué, mais il doit faire mieux techniquement." La Juve est passé dans l’axe, avez-vous peur de Rafinha ? "Si tu coupes bien les lignes de passes, tu ne sais pas passer par le milieu, j’aime envoyer l’adversaire sur les ailes et ensuite partir en contre. Il y a tellement d’équipes qui cherchent à passer avec trois hommes dans l’axe. Les attaquants de l’Inter ne jouent plus autant sur leurs ailes durant leurs derniers matchs, ils repiquent plus au centre." Ce match est aussi une confrontation entre vous et Spalletti…. "Et quelle comparaison faut-il établir ? C’est un grand connaisseur du Calcio, il est plus âgé, il a plus de connaissances. Je fais ici mes premières armes, il a de l’expérience, c’est un grand motivateur, pour moi ce sera un Honneur de l’affronter. Ce sera Milan-Inter sur le terrain et non Gattuso-Spalletti....." Les convoqués de l'Inter Gardiens : Handanovic, Padelli, Berni Défenseurs : Lisandro, Cancelo, Ranocchia, Santon, Miranda, Dalbert, D’Ambrosio, Skriniar Milieux : Gagliardini, Rafinha, Vecino, Borja Valero, Brozovic Attaquants : Icardi, Karamoh, Eder, Perisic, Candreva, Pinamonti Les convoqués du Milan Gardiens : A. Donnarumma, G. Donnarumma, Storari Défenseurs : Abate, Antonelli, Bonucci, Calabria, Musacchio, Rodriguez, Romagnoli, Zapata Milieux : Bonaventura, Calhanoglu, Kessie, Locatelli, Mauri, Montolivo Attaquants : Borini, Cutrone, Kalinic, André Silva, Suso Ce qu’il faut savoir sur le Derby Il s’agira du 168ème Derby Della Madonnina en Serie A. L’Inter a l’avantage avec 62 victoires contre 51 pour le Milan et 54 matchs nuls Ce sera le 83ème Derby disputé sur le terrain des Rossoneri. L’Inter a l’avantage avec 32 victoires contre 27 et 24 match nul. L’Inter n’a plus encaissé de buts depuis quatre matchs. La dernière fois qu’elle a réalisé 5 clean sheets de suite en Serie A remonte au mois d’août 2005. L’Inter a marqué 8 buts en 2 matchs, soit autant de buts que lors des 10 derniers matchs. L’Inter a inscrit 18 de ses buts sur des coups de pieds arrêtés cette saison, il s’agit de la quatrième meilleure équipe à ce niveau. L'Inter est l'équipe qui a touché le plus le poteau cette saison 18 fois, le Milan a touché du bois à 9 reprises dont 2 fois lors du match aller. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. "Je n'ai pas à chercher les emmerdes, elles savent très bien où me trouver" - John McClane (Die Hard). Cette citation est également vraie pour l'Inter qui, bien malgré elle, se retrouve à nouveau plonger dans des "emmerdes". Le Suning Sport implose de l'intérieur La nouvelle était dans l'air, mais ce matin c'est officiel : Walter Sabatini n'est plus le Coordinateur Technique du Groupe Suning. La fracture entre l'ancien Directeur Sportif de la Roma et le Colosse asiatique est irréparable. La gestion de nos mercatos décisives dans le choix de Sabatini Pour le principal intéressé, il semble que la situation couvait déjà depuis le mois d'août. Selon le Corriere della Sera, le manque d'enjeux et d'autonomie sont les principales raisons qui ont conduit à la démission de Walter Sabatini : "Le propriétaire Jindong Zhang s'est progressivement désintéressé Inter. Il n'a pas plus été vu à Milan depuis plus d'un an, mais il y impose des directives strictes : Le respect du fair-play financier et les décisions prises par le gouvernement chinois, qui s'oppose à l'exportation de capitaux pour investir dans le football. L'idée de créer un réseau d'équipes "Suning" a été avortée, tout comme la chance d'avoir un projet à long terme." S'éloigner de l'Inter a été un choix très difficile pour Sabatini ; notre Walter souhaitait être l'architecte de la nouvelle chaîne de commandement du Suning, il souhaitait réellement construire quelque chose de bien pour l'Inter et le Jiangsu. Mais le changement de position bureaucratique imposé par notre propriétaire ont eu raison de lui : "Suning ressort aujourd'hui avec une image détruite de son projet de départ, après les pertes de Fabio Capello et Walter Sabatini, deux figures importantes du Calcio qui ont décidés de partir de leur plein gré." Ces démissions ouvrent les yeux à tous : Le projet du Suning n'est pas crédible et reflète une fragilité alarmante " Officialisation du Suning : "Suning Sports et Walter Sabatini sont parvenu à un accord pour résilier le contrat qui lie Walter Sabatini au Suning. Ce dernier n'occupera plus le poste de Directeur Technique de Suning Sports. Le groupe lui souhaite du succès dans sa prochaine expérience de travail." Sabatini était déjà tout proche de l'implosion ce mardi soir : "Nous parlons dans un climat de sérénité totale mais ne me posez pas cette question, patientez pour en savoir plus. L'équipe doit rester sereine, je ne veux pas provoquer des remous. Je m'attends à ce que l'Inter se comporte en tant qu'Inter. Elle a prouvé qu'elle en est capable, elle sait bien jouer. Elle doit à présent gagner ses derniers matchs, ce serait une consolation pour une expérience non-passionnante en général. Nous discutons dans un climat de compréhension mutuelle totale. Mais l'Inter reste l'Inter, j'aurais bien aimé y construire une histoire plus grande. Si je parle déjà au passé ? Je ne m'en suis pas rendu compte, je suis très distrait. Nous discutons. Spalletti ? C'est l'entraîneur de l'Inter et j'espère qu'il sera non seulement capable de rester l'année prochaine mais aussi de faire un quinquennat, car c'est un excellent entraîneur et il mérite de remporter des trophées avec l'Inter. " Ce départ de Sabatini a fait suite à la démission de Fabio Capello au Jiangsu: "Le Suning souhaite à Fabio Capello le meilleur pour l'avenir et le remercie pour sa contribution". L'ancien entraîneur du Real Madrid, du Milan et de l'Angleterre a donc été le premier à quitter le "Navire Suning". Le club a annoncé l'arrivée de Cosmin Olaroiu comme nouvel entraîneur de l'équipe pour le reste de la saison." Pourquoi partir maintenant ? Andrea Paventi s'est penché sur cette question : C'est Sabatini lui-même qui a laissé entendre que son expérience avec l'Inter touchait à sa fin. En parlant au passé et de l'amertume de ceux qui voulaient faire plus mais, pour une raison ou une autre, c'est un échec : "Spalletti espère que tout ce qui se passe n’aura aucune répercussion sur l'équipe dans cette finale cruciale du championnat, à commencer par le match de samedi contre Vérone. La relation entre Sabatini et le Suning s'est détériorée au fil du temps, avec des différences comparées aux actions et aux années précédentes. Walter Sabatini n'a pas retrouvé ses conditions pour travailler de la meilleure façon possible, ce qui explique pourquoi nous en sommes au générique de fin." "Nous verrons ce qu'il se passera dans les prochaines heures, mais Sabatini a un sentiment d'échec car il voulait disposer de plus d'ouverture au niveau du Mercato, malgré la présence du Fair-Play-Financier et des fonds bloqués en Chine. Sabatini espérait travailler dans un climat différent, dans lequel il pouvait affirmer son aptitude et sa façon de faire. Il voulait renforcer l'Inter avec des joueurs de valeur, mais finalement rien de tout cela ne s'est pas produit. L'ensemble de ses facteurs ont conduit à sa démission." "Le projet technique pour l'acquisition d'autres clubs, par le Suning n'a jamais démarré, en partie à cause des limites du gouvernement chinois. Sabatini a également trouvé difficile de se confronter à une réalité fragmentée, avec tant de bureaucratie et peu de verticalité. Sabatini n'aimait pas à devoir travailler hors de ses habitudes. Il pensait avoir plus de liberté sur le mercato, mais l'opération "Ramires" aura été la goutte d'eau qui aura fait déborder le vase." Branca pour Moratti, la Direction Italienne suit le Suning La direction actuelle a évidemment déjà épousé la nouvelle philosophie de la Famille Zhang. Le Directeur Général de l'Inter, Alessandro Antonello, suivi de Giovanni Gardini et de Piero Ausilio ont déjà prouvé, en janvier, ce qu'était la nouvelle vie à l'Inter, en se concentrant uniquement sur les prêts de Rafinha et Lisandro Lopez. Sans être influencé par les dossiers Pastore ou Ramires. Actuellement, au Corso Vittorio Emanuele toute l'attention est mise sur la qualification à la prochaine Ligue des Champions, un objectif qui peut déterminer l'avenir immédiat du projet du Suning et qui peut également définir le sort de Luciano Spalletti, un entraîneur qui a vu son équipe hiberner dangereusement cet hiver. Spalletti lui-même comptait avoir de nouvelles recrues cette hiver, mais il a dû "faire avec". Sa confirmation à son poste est liée à présent aux résultats de l'Inter. La double démission du duo Sabatini-Capello oblige le Suning à redistribuer les cartes et la candidature d'un certain Marco Branca, aidé dans l'ombre par Massimo Moratti n'est pas qu'une simple coïncidence.... Pour Moratti, Branca serait un atout, lui qui a mis son grain de sel dans la construction de l'Inter du Triplé. Pour le Suning, l'équipe managériale actuelle est déjà très forte. De plus remplacer Sabatini serait anti-étique par rapport à la ligne directrice imposée : À savoir être rationnel, se concentrer sur l'efficacité et faire confiance aux joueurs qui sont sur le terrain. La stat qui va faire très mal Selon Fabrizio Biasin: "L'Inter, d'ici au 30 juin, devra récupérer 50M€ pour sauver son cul du pressing de l’UEFA. L'Inter devra améliorer son parc de joueurs tout en suivant une logique qui ne sera pas de prendre dix nouvelles recrues. Fiez-vous à moi, on s'est bien fait niquer…" Reste à présent à savoir comment va agir Luciano Spalletti suite à cette implosion. Son départ n'est pas imminent, mais en début de saison, il avait clairement fait savoir qu'il partirait s'il n'était pas écouté…Vu la destruction du Suning Sport, il ne serait pas étonnant de voir l'Inter "sans" Spalletti d'ici à la fin de la saison, et ce, sur base d'une décision du principal intéressé....Il reste également à connaitre la réaction des Tifosi.... L'ensemble de la Communauté d'Internazionale.fr tient à remercier Walter Sabatini pour sa contribution et son investissement, malgré toutes les épreuves qu'il a enduré. D'autres auraient déjà abdiqué bien plus tôt... Êtes-vous prêt à vivre quelques "journées en enfer" ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Luciano Spalletti s'est livré en conférence d'avant-match, à la veille de la rencontre opposant les Nerazzurri à l'Hellas Verone au Giuseppe Meazza. Le plus important demain ? "Il faut gagner pour bien nous préparer, le meilleur entrainement mental reste la victoire, afin de se sentir dans de bonnes conditions. Nous pensons à Vérone, le Milan viendra plus tard, nous ne pouvons pas nous mélanger les pinceaux. J'ai l'habitude de faire une chose à la fois. Je voudrais féliciter aussi Stefano Vecchi pour sa victoire en Viareggio. Je dois le féliciter à plusieurs reprises, j'espère qu'il devra en faire de même. Il a remporté un tournoi très difficile. Le fait qu'il ait aligné 9 joueurs sur 11 est un signe qu'il parvient à transférer des qualités importantes à ses garçons. Il a fait commencer les plus jeunes comme Vergani." Walter Sabatini ? "La démission de Walter Sabatini s'est clairement fait ressentir, surtout vu la valeur de la personne. Personnellement cela me déçoit beaucoup, je le connais bien, je connais ses qualités personnelles et professionnelles. Ceci dit, je tiens à dire que sa démission ne laissera pas de séquelles, ni positives, ni négatives. Ceux qui sont à l'Inter doivent faire passer l'Inter en premier et y croire. Sabatini est un personnage qui synthétiste les combats, c'est la meilleure façon de le définir et je le lui dirais lorsque je le croiserai. C'est un Samurai du Calcio. Je ne veux pas entrer dans ce qui est une confrontation individuelle entre lui et la propriété. Tout a été mis sur la table et ce serait une erreur de ma part de m'exprimer sur ce qui a pu être prononcé. Je conserve avec lui une excellente relation, son départ n'affecte pas mon désir de travailler à l'Inter." Les objectifs ? "Je dois pouvoir permettre à mes joueurs de se donner au maximum, pour ce faire je dois leurs permettre de s'exprimer dans leurs meilleures positions. D'un point de vue personnel, j'estime qu'il y a encore des possibilités d’engranger des points. Je ne sais pas comment cela va se finir, mais nous avons tellement de possibilités, cette équipe l'a démontré. Aujourd'hui, Ligabue était à Appiano et il a déclaré "les années passent pour ne plus se répéter; il faut faire de même en championnat. Il y aura encore 60 000 personnes au stade demain. Le désir de les rendre heureux doit être très important." Mes choix d’entraînements ? "Mes choix seront basés sur la victoire de demain. Ce qui compte c'est de vouloir obtenir quelque chose d'important et d'attendre que la vie fasse son chemin. Dans ce sport, il faut avoir de la rage, il faut parvenir à s'enrager. Si nous le voulons, nous pouvons tout faire, il faut se réveiller et ne plus être fatigué à faire du surplace." Mon contrat ? "Il n'est pas à expiration. Aujourd'hui, des scénaristes sont venus des Etats-Unis pour réaliser des films et je serai toujours l'entraîneur de l'Inter la saison prochaine. Les rumeurs relatives à une prolongation de mon contrat sont là uniquement pour faire parler, elles n'ont aucune valeur. Si je remplis ma tâche du contrat, je n'aurais pas à m'inquiéter, ni de moi, ni du club. Il n'y aura pas de problèmes." Cancelo et Rafinha ? "Des évaluations sont en cours et cela vaut aussi pour les joueurs qui sont prêtés. Nous devons toujours nous référer à eux et comprendre ce qui est capable de les stimuler au travail. Nous allons tout évaluer, il y a beaucoup de détails qui m'intéressent, il y a des joueurs qui me laissent entrevoir un avenir avec l'Inter. Rafinha montre de bons signaux, et quand je lui ai demandé s'il aimait l'Inter, il m'a répondu sans hésitation." Les joueurs en prêt ? "Kondogbia se porte très bien il me semble. Reste à savoir si le Valence exercera son droit de rachat, tout dépend d'eux. Nagatomo se sent très bien, Joao propose un football intéressant et Gabriel marque des buts, comme vous l'avez souligné...." Mon cycle actuel ? "Milan me plait, j'aime venir travailler tôt le matin, je ne suis pas fatigué, je veux me montrer déterminé et clair dans mes objectifs à atteindre. Je ne veux pas faire partie de ces personnes en retrait, de celles qui ne peuvent pas atteindre leur but, de plus, cela t'apporte à chaque fois des problèmes dans le futur." Mondonico ? "C'était une personne directe et loyale. Il avait cette facilité d'envoyer des messages que tout le monde comprennait rapidement. Il a lancé des jeunes importants et je rejoins tout ceux qui sont proches de sa famille en ce moment de douleur. J'espère qu'il existera encore d'autres personnes telles que lui." Des difficultés à jouer au Meazza ? "C'est notre maison et ceux qui veulent y entrer doivent nous demander la permission. Le fait que l'Inter joue demain devant 60.000 tifosi nous sera d'une aide précieuse. Les spectateurs te renvoient toujours l'image que tu représente, c'est comme ça." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×