Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'serie a'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Actualités de l'Inter
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Calendrier des matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris - Parigi Nerazzurra
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris - Parigi Nerazzurra
  • Photos de Inter Club Paris - Parigi Nerazzurra

Calendriers

  • Amicaux
  • Série A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Évènements de Inter Club Paris - Parigi Nerazzurra

50 résultats trouvés

  1. Milan – Brignoli Uno di Noi ! Le match n’a pas encore débuté entre l’Inter et le Chievo que nos tifosi sont chaud bouillant suite à la nouvelle contre-performance du Milan Ac et du premier point historique du Benevento en Serie A suite à un but inscrit par son gardien à la dernière seconde du match : Passons au terrain L’Inter est la seule équipe invaincue, cette saison en Serie A. A une semaine du Derby d’Italie qui se jouera à Turin, l’Inter a marqué les esprits en punissant le Chievo Vérone 5-0. Grâce à cette victoire l’Inter est Capolista avec 39 points, suivi de Naples 38 points et de la Juve 37 points. Notre club compte 12 victoires, 3 nuls, aucune défaite. 30 buts inscrits, 10 encaissés. L’absence de la Coupe d’Europe, qui sonnait comme une humiliation au printemps dernier est clairement devenue un avantage non négligeable cette saison. Avant de rencontre l’Inter à domicile, la Juve devra s’imposer en Grèce afin de valider sa qualification en Champion’s League. Le Derby se jouant ce samedi 9 décembre, l’équipe entrainée par Allegri risque de le ressentir au niveau de sa condition physique. Attention tout de même, à ne jamais sous-estimer notre rival éternel, qui a mis fin à l’invincibilité du Napoli. Une baffe dans ta gueule On peut clairement parler de baffe. Auprès un double sauvetage d’Handanovic sur Meggiorini, le "Show Nerazzurro" proposé par Spalletti a débuté au 'Meazza': Perisic ouvre la marque (23'), suite à une belle infiltration de Santon, Sorrentino contre son tir, mais le ballon revient avec Perisic qui tire en force. Malgré l’intervention du portier véronais, ce dernier fini au fond des filets. Icardi souhaite inscrire son petit but et sur une très mauvaise combinaison du Chievo, Brozovic intercepte le ballon pour lancer notre Capitaine, qui, dans un angle fermé, inscrit déjà son seizième but de la saison (39'). L’Inter compte-t’elle envoyer un message à la Vieille Dame ? Peut-être, car au lieu de se reposer sur ses lauriers, nos Nerazzurri enfoncent le clou, Perisic inscrit son second but de l’après-midi (57)', à nouveau sur une erreur du Chievo. Skriniar, qui s’emmerdait jusque-là, a décidé d’intercepter le ballon devant notre défense pour lancer une contre-attaque. Idéalement servi par Candreva, notre "Beast" est à la finition, via une belle reprise de la tête (60'). Le Chievo, sonné ne parvient plus à sortir et l’Inter continue son pressing, même pendant les arrêts de jeu. Cette grinta sera récompensée avec le troisième but personnel de Perisic (92'). L’Inter est seule en tête du classement et pourra se permettre de même prendre qu’un point, à Turin, pour maintenir les Bianconeri à distance. Quasiment 20 ans après le fameux Derby d’Italie opposant l’Inter à la Juve, avec l’épisode Ronaldo - Iuliano , l’Inter peut également marquer les esprits positivemen, en cas de victoire au Juventus Stadium. Cela faisait quelques années que la Serie A avait besoin de retrouver une telle affiche pour la première place et quoi de mieux que le Derby d’Italie. Cochez cette date dans vos agendas, car il s’agira d’un match extrêmement important qui permettra à l’Inter de connaitre son réel niveau. L’Inter de Spalletti est comparée à la Juve de Conte qui ne jouait pas l’Europe lors de la première année d’Antonio à Turin. Une victoire à Turin pourrait confirmer cette comparaison et l’Inter devra impérativement se renforcer cet hiver, si elle ne veut pas tout gâcher. Résumé du match: Réactions de Tramontana et folie sur le plateau avec Crudelli (Pro-Milan désespéré!): L'anecdote du week-end: Valentino Rossi se propose à Spalletti en tant qu'ailier. Luciano veut bien le recruter pour un autre poste, car il a déjà Perisic sur ce flanc. Tableau récaptiulatif INTER 5-0 Chievo Verona Buteurs : 23' Perisic, 39' Icardi, 57' Perisic, 60' Skriniar, 92' Perisic INTER : 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio (77' 29 Dalbert), 37 Skriniar, 13 Ranocchia, 21 Santon; 20 B. Valero, 10 J. Mario; 87 Candreva (84' 17 Karamoh), 77 Brozovic, 44 Perisic; 9 Icardi (75' 23 Eder) Banc : 27 Padelli, 46 Berni, 7 Cancelo, 11 Vecino, 55 Nagatomo, 99 Pinamonti Coach : Luciano Spalletti CHIEVO VERONA : 70 Sorrentino; 29 Cacciatore, 5 Gamberini, 3 Dainelli, 18 Gobbi (87' 2 Jaroszynski); 77 Bastien, 4 Rigoni (64' 40 Tomovic), 97 DePaoli; 23 Birsa, 69 Meggiorini (69' 7 Garritano), 45 Inglese Banc : 90 Seculin, 98 Confente, 9 Stepinski, 10 Gaudino, 11 Leris, 12 Cesar, 14 Bani, 20 Pucciarelli, 31 Pellissier Coach : Rolando Maran Averti : Ranocchia Arbitre: Calvarese Pour revivre le live c'est par ici : ® Damien Chibane - Antony Gilles
  2. Série A - J17 : Inter vs. Udinese

    jusqu’à
  3. Cagliari - Malgré un excellent Cagliari, auteur d’un début de match prometteur et capable de perturber son adversaire pendant la majeure partie de la rencontre, l’Inter est parvenue à se montrer cynique en empochant les trois points de la Sardegna Arena. Un doublé d’Icardi et un but de Brozovic pour les Nerazzurri, et un autre de Pavoletti du côté de la Sardaigne. L’équipe hôte démarre telle une Formule Un et se montre immédiatement dangereuse avec Joao Pedro, mais Handanovic rassure sa défense. Le gardien slovène est également décisif au quart d’heure sur une conclusion de Pavoletti. Ce tir aurait dû finir au fond des filets, hélas pour lui, le ballon sera intercepté miraculeusement par Batmanovic ! L’Inter est clairement en difficulté et aurait dû céder sans son gardien. Comme cela se passe souvent cette saison, si tu loupes ton occasion face à l’Inter, l’Inter, elle, ne te loupera pas et Icardi ouvre la marque, contre le court du jeu à la 30e minute. Un but qui puni Rafael et qui met en avant le trio offensif de l’Inter : Candreva et ses centres, Perisic complice d’Icardi. Les Nerazzurri auront même le culot de faire le break, de nouveau via une belle percée de Candreva, bien lancé par Skriniar, qui trouve Brozovic, à peine rentré. Le score est sévère pour Cagliari et Pavoletti, parvient à réduire la marque d’une très belle reprise, suite à un centre millimétré de Faragò. Handanovic ne peut absolument rien. L’Inter décide de tenter une troisième fois sa chance et sur ses trois tirs cadrés, l’Inter triplera la mise par l’intraitable Icardi qui récupère un ballon mal renvoyé par Rafael qui semblait être gêné dans son petit rectangle par Perisic. Après avoir consulté la Var, Pairetto valide le but et Cagliari ne s’en remettra pas. L’Inter a tout à gagner la semaine prochaine : Notre Beneamata reçoit ce dimanche 3 décembre à 15h00, le Chievo Vérone, tandis que le Napoli recevra la Juve. En cas de victoire des Nerazzurri, l’un de ses deux concurrents directs sera distancé ! Tableau récapitulatif Résumé du match par Scarpini Réactions de Tramontana Cagliari 1-3 Inter Buteur(s) : 29' Icardi (I), 55' Brozovic (I), 71' Pavoletti (C), 83' Icardi (I) CAGLIARI (3-5-2): Rafael; Romagna, Ceppitelli, Andreolli; Faragò, Ionita (64’ Farias), Cigarini, Barella, Padoin; Joao Pedro (81'Cossu), Pavoletti (88' Giannetti). Entraineur : Lopez. INTER (4-2-3-1): Handanovic; D’Ambrosio, Skriniar, Miranda, Santon; Vecino (54'Brozovic), Gagliardini; Candreva (86' Cancelo), Borja Valero, Perisic; Icardi (94' Eder) Entraineur : Spalletti. Arbitre : Pairetto di Nichelino. Averti(s) : Miranda, Ceppitelli, Gagliardini, Giannetti Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Série A - J16 : Juventus 0-0 Inter

    jusqu’à
  5. Milan - Un nouveau statut de la Lega a introduit une nouveauté pour les clubs en passent d’être relégués : Fonctionnement dans le passé Pour la saison actuelle (2017/18), les vigueurs actuelles restent en place, surtout en ce qui concerne la part résiduelle de octroyé aux clubs relégué en Serie B, après trois années d’ancienneté en Serie A, cela ne vaut pas pour ceux qui ont été « immédiatement » promu. Dans un tel cas, si vous être relégué immédiatement, après une année de montée, le montant à percevoir sera redistribué aux équipes placées en Serie A entre la quatrième et dix-septième position. Cas concret : Pour les trois équipes reléguées à la fin de la saison 2015/16, seul 45 des 60M€ prévus à cet effet ont été utilisés pour être reversé de la sorte : 25 millions à Hellas Vérone, 10 à Carpi et 0 à Frosinone). En 2016/2017, le retour de l’Hellas en Serie A a permis la répartition des 15 millions restant entre les autres Serie A des équipes. C Cette situation, avec les nouvelles directives, a été annulée. Fonctionnement à venir Tout d’abord, les équipes sont réparties en trois groupes: Le Groupe A : Ceux qui sont relégués en Serie B après avoir joué en Serie A pour une saison (fraîchement promue) Le Groupe B : Ceux qui sont relégués en Serie B après avoir joué en Serie A (club promu de la Serie Le Groupe C : Ceux qui sont relégués en Serie B après avoir joué en Serie A durant trois saisons, même si ces dernières n’ont pas été consécutives sur une période de 4 ans Primes La Lega Serie A va allouer, à chaque saison, le montant de 60 millions d’euros, qui vont être distribués selon les critères suivants : 10M€ pour le club répondant aux critères du Groupe A 15M€ pour le club répondant aux critères du Groupe B 25M€ pour le club répondant aux critères du Groupe C Pour l’instant, le règlement demeure intact. Dans le cas où la somme des trois équipes reléguée s’avère supérieure au plafond de 60M€. Le quota de chaque équipe sera proportionnellement réduit. Pour l'avenir, en ce qui concerne les sommes non-dépensées, comme ce fut le cas à la fin de la saison 2015/2016, ces dernières servirons à alimenter le fonds "Relégation" pour l’année suivante. Si l’on se base sur cet exemple, le montant alloué aurait été de 75M€ au lieu de 60M€. Ce cas de figure a été envisagé, car si trois club disposant de plus de trois ans d’ancienneté en Serie A, viennent à chuter la même saison, il n’y aura plus le besoin de réduire en proportion le quota. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Milan – L’ancien numéro un de la Fédération Italienne de Football a démissionné en mode fou furieux ce 20 novembre, tout comme l'ensemble du conseil d'administration de la FIGC: "Je paie pour Ventura, alors que je ne l’ai pas voulu. Avec un but, j’étais un héros" "Je me suis résigné à démissionner et c’est une simple demande, un acte politique que j’ai adressé au Conseil Fédéral, mais personne là-bas, n’as démissionné. Je suis arrivé à un point de rupture au niveau des spéculations. La Lega Pro ne m’a jamais soutenu, la semaine dernière j’ai reçu un courrier pragmatique, je l’avais interprété de bonne foi, comme une volonté d’Alliance et au lieu de cela, nous sommes confrontés à un système sportif qui se permet de prendre de graves décisions, alors que le fournisseur de l’Italie était absent. Il n’y avait pas de représentants des Serie A et B. Le 23 et le 27 novembre, des présidents seront élus, nous sommes aujourd'hui le 20 et il reste 7 jours à attendre, c’est la tragédie italienne du football mondial." "Lors de la réunion de mercredi, j’ai pensé que l’image avait changé, mais aujourd'hui j’ai eu le sentiment que ma composante, dans laquelle j’ai milité durant 18 années et que j’ai organisé d’une certaine façon, est tout autre. Je n’ai pas été appuyé dans mes considérations, j’ai hésité et j’ai démissionné pour un fait politique et certainement pas pour un fait sportif. Je ne dois riens à personne, j’ai tout donné au Coni durant ces dernières années." Malago dans le viseur "Hier soir, Malago a déclaré que le sélectionneur avait été choisi par Lippi, après avoir analysé quatre profils. Je n’ai jamais déclaré une telle chose, car il s’agissait d'une réunion privée et cela n’avait pas lieu d’être porté au public. A présent vous savez tous que Ventura n’était pas le choix de Tavecchio. Mais Tavecchio a payé le prix fort pour Ventura. Je suis désespéré par le fait de ne pas avoir su nous qualifier pour le Mondial. Et que devient cette tragédie ? Et si le poteau de Darmian était rentré au match allé ? Est-ce que le Tavecchio que j’étais, aurait-il était un héros ?" "Donnez-moi les résultats des autres fédérations: Selon vous le retour à 4 équipes en Champion’s League est due au fait que Tavecchio a le bras long, ou alors est-ce dû au fait que j’ai changé l’équilibre en Europe ? Uva est-il un beau Vice-Président à l’UEFA ? Christillin est présent au Conseil de la Fifa grâce aux gnomes qui sont placé derrières mon bureau ? Vous pensez qu’à 74 ans j’ai besoin de m’asseoir sur une chaise ?" Avez-vous de la culpabilité pour le Mondial ? "Je regrette seulement de ne pas être intervenu à Milan, à la mi-temps, pour changer d’entraîneur. Et c’est à la demande de Malago, le Commissaire de la Figc : "Car cela aurait été très grave, car en Italie il y a des lois et des garanties." Var et temps de réflexion "Pour la Vidéo, il y avait l’envie, en tout premier lieu de Biscardi, puis de Tavecchio. Je la voulais depuis 2014, j’étais le premier à la réclamer à Blatter. J’ai parlé à 4-5 bons entraîneurs. Tous sont en poste et ils ont eu tous leurs mot à dire, mais personne n'est venu pour soutenir Tavecchio, dire le contraire est un mensonge !" "J’avais demandé à disposer de 10 à 15 jours au Conseil Fédéral pour attendre les élections présidentielles pour la Serie A et B, mais durant ce laps de temps, je me fais consumer par l’apocalypse. Nous allons avoir des matchs amicaux en mars et il est vital de disposer d’un grand fil conducteur, comme à l’ancienne. Aurais-je du m'en tenir aux entraîneurs disponibles et leur proposer que deux matchs amicaux ?" "Les italiens sont des personnes sérieuses et cultivées, ils méritaient d’avoir la satisfaction d’aller au Mondial. Tout a été fait pour nous en écarter. J’ai tout essayé, mais je n'ai pu avoir que des prises de vue de l’extérieur. A la rigueur, il faudrait se remettre en question comme en France où le pays, lui est parvenu à se qualifier." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Milan – L’Inter poursuit son excellent parcours en Serie A, suite à sa victoire sur l’Atalanta, grâce à un doublé de la tête d’Icardi. A la fin de la rencontre, Luciano Spalletti s’est livré en conférence d’après-match : Nous vous avions parlé du mental de l’Atalanta, et vous l’avez emporté avec deux buts de la tête : "C’est la qualité et la volonté de notre équipe, que de se créer des occasions, en se basant sur les caractéristiques de notre adversaire. Mauro, à ce point de vue, est un faucon. C'est un prédateur qui fonce sur sa proie avec une telle puissance. A l’entrainement, tu te demandes parfois qui tu as en face de toi. Pour lui, le plus important c’est le ballon, il ne s’intéresse qu’à lui, c’est un joueur d’instinct. Ce que j’apprécie, c’est qu’il faisait un beau match avant d’inscrire ses buts, il a également bien joué dans nos précédents matchs, même s’il n’était pas parvenu à marquer. Il tente de profiter de la moindre occasion que lui offre l’équipe. Il était encore présent, ce soir, à 10 mètres de notre surface de réparation. Nous rentrons tous à la maison, content d’avoir répondu aux attentes de nos tifosi." Spalletti, l’Inter peut-elle tenir et se battre jusqu’en fin mai ? "Nous devons faire un autre saut de qualité. Ceux qui ont le moins joué vont avoir du temps de jeu. Je vais élargir notre noyau de titulaires, tout le monde doit savoir qu’il peut se faire convoquer. Je veux créer une culture propre à notre équipe, une culture où nos tifosi se reconnaissent en nous et participent avec nous. Si le public nous encourage, nous sommes dans la nécessité d’être à la hauteur de l’Inter du passé. Si le public participe, alors tout devient plus beau et nous assistons à un match spectaculaire." "Gagner doit être une normalité, nous allons reprendre nos entraînements avec un comportement normal. Nous n’allons plus penser au match de ce dimanche et nous allons nous entraîner toute cette semaine. Il y a ce besoin de continuer à suivre la direction que nous nous sommes imposés." "Après le 2-0, nous avons récupéré des ballons et nous aurions pût être encore plus incisifs, mais nous avons joué avec une certaine légèreté que je ne tolère pas. Un fait de jeu peut changer la physionomie d’un match qui se conclue après 90 minutes: Tu te dois d’avoir un comportement exemplaire. Tu peux passer à côté d’un match et ne pas saisir la chance qui t’a été octroyée, et qui t'offre la possibilité de rentrer à la maison avec un résultat. C’était un match fondamental et nous n’avons concédé qu’une très faible marge d’erreur." Icardi appelle tout le monde à rester posé, car il y a deux ans l’Inter était en tête et ensuite il a vécu les deux saisons que nous connaissons, est-ce une bonne chose de garder les pieds sur terre ? "Ce qu’il s’est passé ne s’oubliera jamais. Nous avons besoin de nous créer un trésor rempli d’histoires personnelles et d’équipes. J’estime que nous travaillons correctement. Nous ne nous sommes pas découvert, ni joué à l’aveugle, ni laissé d’espace à notre adversaire pour s’exprimer. Nous sommes restés compacts et organisés." Savoir gérer le match, même à 2-0 est important. Aujourd’hui, il semble que l’Inter ait montré de la consistance… "Selon moi, nous avons perdu quelques ballons banals. C’est involontaire, car tu te sens plus sûr de toi, lorsque tout tourne bien. Après le 2-0, nous avons récupéré des ballons et je voulais voir du jeu long, nous ne le faisions pas dans le passé et nous ne sommes pas parvenus à le faire facilement, mais nous avons la volonté de réaliser des choses simples. Même si tu perds le ballon, tu te dois de garder la tête haute. C’était un beau match, nous avons bien joué, le public s’est bien amusé. Nous avons un public de professionnel." Avez-vous vu quelque chose de changé ce soir ? Nous avons remarqué un changement dans le comportement de l'équipe lorsque Borja a changé de position avec Gagliardini et Vecino… "Il y a certaines lectures qui détermine le comportement. Quand Gagliardini monte, cela va de pair avec ses qualités physiques. Nous avons débuté le match avec deux milieux, puis j’ai placé Gagliardini plus bas et ses équipiers ont mené la danse. C’est de cette façon que tu peux mieux t’en sortir dans ce type de match. J’ai des joueurs qui peuvent être, tous les trois, interchangeables. Gagliardini est resté en retrait car il n’a pas les qualités pour jouer en profondeur, Borja, lui sait gérer le trafic, Vecino, lui, a les jambes." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Milan – L’Inter, ou plutôt Mauro Icardi, a liquidé la menace de Bergame, ce dimanche soir au Giuseppe Meazza, et confirme sa position de devenir, malgré un jeu brouillon, le danger numéro un pour le Napoli. Preuve en est, les deux équipes sont les seules à être invaincue en championnat. Ces trois points pèsent très lourd dans la balance, car l’Inter devait se relancer ce dimanche soir, suite au match nul concédé face au Torino. La première mi-temps aura été indigne du niveau de la Serie A. La seconde période, elle, était du niveau "Da Inter". Gasperini avait un plan de jeu bien établi et ses joueurs l’ont respecté à la lettre. De notre côté, Maurito a vendangé en première période, et beau nombre d’entre nous, ont craint que la "malchance" démontrée face au Torino, la poursuive à nouveau. Signe indien vaincu Icardi aime l'Atalanta. Il y a un an, il avait planté un triplé lors du célébrissime 7-1. Cette fois-ci, il se sera contenté d'un double. En effet, à la 51’ de jeu l’Inter obtient un coup-franc excentré à l’extérieur de la surface de réparation. Suite à un joli caviar de Candreva, Icardi s’est démarqué du marquage de Cristante et sa reprise de la tête, bien placée, n’a laissée aucune chance au portier adverse. Le second but est très similaire au premier, si ce n’est dans sa construction, D’Ambrosio anticipe Toloi sur au milieu du terrain. Ce dernier fonce sur son aile et centre vers Icardi, décidément bien inspirée de la tête, pour battre à nouveau Berisha. Ce but est très significatif, de par le sens de l’anticipation de nos joueurs, la rapidité d’exécution qui n’a pas permis à l’Atalanta de réagir et par la froideur de notre Capitaine argentin devant les buts. L’Inter, a par la suite, comme d’habitude, gérée le reste de la rencontre et sort comme la grande gagnante du week-end. Nos Nerazzurri confirment tout ce que l’on pense d’eux L’Inter joue mal, mais l’Inter gagne. Le projet de Spalletti est en marche et ce dernier prouve à tous, que le problème principal de l’Inter, était au niveau mental. Ce mental qui a fait défaut à la Juve, qui a subi les conséquences de l’élimination de l’Italie, avec l’absence, en qualité de titulaires, de plusieurs de ses internationaux. La vieille Dame été battue sur le terrain de la Sampdoria et elle retourne dans son Home turinois avec une belle gueule de bois. L’Inter confirme également être l’ennemie numéro un du Napoli: Ce week-end, elle a repris sa seconde place et si elle se renforce correctement cet hiver, l'Inter de Spalletti peut envisager de réaliser la même performance que l’année dernière avec sa Roma, c’est-à-dire, finir en Serie A devant Sarri, car l’écart entre les "deux invincibles" de ce début de saison, n’est que de deux points. L’Inter de Spalletti rentre encore plus dans l’Histoire, car avec 33 points sur 39 disponible, un nouveau record vient d’être battu. La prochaine équipe à conquérir sera Cagliari, qui se présentera au Giuseppe Meazza, ce samedi 25 novembre 2017 à 20h45. Tableau récapitulatif Résumé du match: Réactions de Tramontana: Inter 2-0 Atalanta Buteur(s) : 51', 60' Icardi Inter : Handanovic; D’Ambrosio, Skriniar, Miranda, Santon; Gagliardini, Vecino; Candreva (72’ Brozovic), Borja Valero (83’ Joao Mario), Perisic; Icardi (90’ Eder) Entraîneur : Luciano Spalletti Atalanta: Berisha; Toloi (77’ Haas), Palomino, Masiello; Hateboer, Cristante, De Roon, Castagne; Ilicic (55’ Petagna); Kurtic, Gomez (67’ Orsolini) Entraîneur : Gian Piero Gasperini Arbitre : Fabbri Averti(s): Palomino (A), Kurtic (A) Expulsé(s) : / Affluence: 52.177 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Milan – La crise historique que traverse la Squadra pose à nouveau la question d’analyser en profondeur les raisons de ce déclin. La question se trouve très certainement dans le championnat majeur de la Lega: Trop d’étrangers en Serie A ? Il est très difficile de comprendre, à sa juste mesure, quel a été l’éventuel impact de l’internationalisation du football moderne dans le Calcio. Le Cies, l’institut de recherche suisse, a mis en lumière que la problématique italienne ne repose pas tant sur le nombre de joueurs étrangers évoluant en Serie A, mais sur le temps de jeu que ces derniers passent sur les terrains. Pour la Serie A, voici le top 3 des équipes qui évoluent avec le plus de joueurs étrangers sur le terrain : 1. Napoli 82,1% 1. Lazio 80,1% 2. Inter 79,8% Viennent ensuite la Roma 78,3%, l’ Udinese 75,3%, la Juventus (qui est tout de même sixième, alors que c'est le vivier principal de la Nazionale) avec 73,3%, l’Atalanta 69,6%, la Sampdoria 61,5% et la Fiorentina 61%. Les trois clubs qui font le plus confiance au vivier national, sont bien loin d’être des navires de guerre : 1. Spal 17,3% 2. Benevento 19,8% 3. Sassuolo 21,2%. Cependant, au niveau européen, l’Italie est largement battue par Chypre : 1. Apollon Limassol (98,8%) 2. Anorthosis (95,3%) 3. AEK Larnaca (91,5%). Outre ce top trois, on retrouve aussi deux équipes anglaises devant le Napoli : Chelsea (90,4%) et Arsenal (84,1%). Ces statistiques sont, naturellement, sujettes à des interprétations personnelles, mais le Cies a voulu offrir à toutes les parties présentes, un point de référence et de comparaison. Ce qui est clair, c’est que l’internationalisation des noyaux actuels découle de l’introduction de la Loi Bosman. Ce processus inarrêtable fait partie de la programmation individuelle qu’aucun club ne peut rationaliser. Et s’il y a lieu de s’attaquer à ce système, c’est un fait avéré qu’il sera très dur de procéder à une nouvelle réglementation, voir une nouvelle législation en la matière… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Milan – Le Président de la FIGC, Carlo Tavecchio, qui est, au même titre que Ventura, dans l’œil du cyclone, semble ne pas vouloir faire le pas de côté, malgré la non-qualification de l’Italie pour le Mondial 2018. L’actuel numéro un du Calcio considère comme courageux le fait de rester à son poste. Il a d’ores et déjà mandaté Michele Uva, en vue du licenciement de Gian Piero Ventura. Selon le Corriere Della Sera, à 16h00, Tavecchio réunira les présidents de toutes les composantes du Calcio. Il représentera lui-même en sa qualité de Commissaire, la Lega Serie A. Le point du jour est de trouver la juste solution pour sortir de cette crise historique: Les membres convoqués sont Sibilia (Association des amateurs), Ulivieri (Association des entraîneurs) et Nicchi (Association des arbitres). L’opposition est également convoquée avec Gravina (Lega Pro) et Tommasi (Association des joueurs). Tavecchio veut comprendre si ce sommet permettra d’avoir la volonté de ressortir, avec un projet qui déclenchera une action fédérale et individuelle. Il faudra également trouver qui reprendra les rênes de la Squadra après Ventura. Ancelotti disponible, mais sous condition La première idée est de prendre un entraîneur du top, mais en même temps, il faudra insérer une personne qui représente les valeurs du "Club Italia". Il doit s’agir d’une personne qui a une figure d’expert en ayant été un ancien joueur. Il doit faire preuve de moralité et de qualité. Dans l’idéal, la Fédération italienne souhaite s’attacher les services du duo Carlo Ancelotti – Paolo Maldini. Concernant Ancelotti, ce dernier a très mal vécu l'élimination de l’Italie, malgré le fait qu’il soit actuellement au Canada. Il serait prêt à endosser le rôle de "Sauveur de la Patrie". Si Ancelotti accepte ce poste, il faudra à la Figc débourser un salaire à la Conte, à savoir 4M€ net par saison. Il s’agirait également d’un effort de la part de Carlito, qui percevrait moins que ce qu’il lui est possible de percevoir dans un grand club. Cet aspect économique n’est pas encore présent au tour de la table, mais la situation est claire pour tout le monde: Ancelotti a l’avantage d’entretenir de très bons rapports avec Malagò, le Président du Coni (le Comité Olympique Italien) et avec Uva, le Directeur Général de la Figc. Obstacles à venir Le premier est que l’entraîneur est également courtisé, en Angleterre, par Chelsea et également par Arsenal. Mais le véritable obstacle quant à sa nomination au poste de Sélectionneur est tout autre : "Ancelotti est d’avis que la question de l’entraîneur est secondaire. Tout d’abord, il faut établir un nouveau projet, procéder à une réorganisation des idées qui sont actuellement différentes entre certaines personnes. De plus, pour Ancelotti, il y a lieu de voir les personnes qui ont gouverné jusqu’à présent, faire un pas de côté et de ne plus les voir se représenter à nouveau : Tavecchio est clairement sous-entendu." "Pour Carlito, une fois que les dirigeants proposeront un tel plan, il pourra évaluer le tout en pleine connaissance des faits. Une chose est certaine : le technicien n’a pas envie d’être exploité par des factions politiques. De plus, l’ancien entraîneur du Milan, du Real et de la Juve sait que des élections sont prévues en Mars 2018 et qu’à ce moment-là, beaucoup de problèmes pourront être résolus." La Serie A remise en question "Carlo Tavecchio, de son coté, en sa qualité de Président de la Fédération Italienne et Commissaire de la Serie A, s’est donné deux jours de réflexion… Est-ce que les bonnes décisions seront prises à temps, car il y a le risque de voir Carlo Ancelotti partir vers d’autres cieux, et là, ce sera trop tard pour s’attacher les services du duo Ancelotti-Maldini." De plus, en cas de démission de Carlo Tavecchio, la Serie A devra également se remettre en question avec l'arrivée d'un nouveau commissaire. Ce dernier aura la lourde tache de se poser la question de faire grandir le vivier de la Nazionale, avec la question de voir tant de jeunes espoirs, mis sur le coté au profit de joueurs étrangers plus expérimentés.... Ce qui est sûr, c'est que l'absence de l'Italie au Mondial aura des répercussions à tous les niveaux de pouvoir, et il ne serait pas étonnant que certaines décisions auront un impact important, sur l'ensemble des clubs de la Serie A. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Milan – Vivre la journée de l’intérieur, c’est tout ce dont peut rêver un Nerazzurro sur le terrain. Ce dimanche, le Giuseppe Meazza devrait disposer de l’affluence des tous grands matchs, à l’occasion de la réception du Torino, qui est pourtant prévue à 12h30. Fini le temps d’aller manger, place au spectacle C’est tout simplement de la folie furieuse, au niveau du nombre de la venue de spectateurs, journées après journées, l’Inter est quasiment toujours présente dans le record du nombre de tifosi. Pour ce match, 70.000 tifosi sont annoncés, Il n’y a que le troisième anneau bleu, celui destiné aux tifosi du Toro, qui n’affichera pas complet. En effet, 5.500 billets sont disponibles pour le club Granata, mais pour l’instant, seul 1.500 billets ont trouvé preneurs. Il s’agit vraiment d’une configuration du stade importante, car, l’année passée, pour le même match, l’affluence n’était "que" de 36.446 personnes. Deux motifs valident ce changement: L’enthousiasme retrouvé pour l’équipe et ses résultats, grâce à l’excellent travail de Spalletti. L’horaire, qui a permis à l’Inter de fixer ce dimanche, comme une journée réservée aux Inter Club, même les plus éloignés. L'impact du douzième homme La foule sera impressionnante, d’après la Gazzetta Dello Sport, 104 cars tous Nerazzurri seront présents, ils viendront de toutes les régions de l’Italie, mais aussi de la Croatie, la Roumanie, l’Allemagne voire Malte...Ce qu’il y a de surprenant, c’est qu’il ne s’agit pas d’une "affiche" à proprement parler. Si on compare cette statistique à celle du Derby de Milan, où il y avait la présence de 72.000 tifosi au stade, on pouvait recenser pas moins de 20.000 à 25.000 Rossoneri. Cette fois-ci, le stade sera totalement de cause interiste et les chants de plus de 70.000 tifosi vont résonner et faire vivre le Cœur du Meazza. Notre stade, qui était un lieu de crainte pour nos propres joueurs l’année passée, est devenu un lieu de peur et de pression, pour nos adversaires. Même l’Inter du Triplé ne peut pas se vanter d’avoir connu pareil affluence "pour un simple" match. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Milan – 29 points en 11 journée de Serie A, jamais l’Inter n’avait fait d’aussi bon débuts ! Dans un match à nouveau compliqué, l’Inter a su prendre le meilleur sur son adversaire du soir et rentre à la maison avec trois points qui valent de l’or. Analyse du match : On ne change pas une équipe qui gagne : Pour la cinquième fois, Spalletti aligne le même onze de base et cela se solde à nouveau par une victoire, une victoire qui le fait rentrer dans le livre des records du club : 29 points en 11 journée : 9 victoires, 2 nul, invaincu : Il s’agit du meilleur départ de l’Inter depuis l’Ere des trois points, Spalletti fait même mieux que Mourinho lors de l’année du Triplé. Pourtant cette victoire n’apporte à l’Inter qu’une "simple" seconde place. L’équipe qui a fait le spectacle à la Sampdoria aura sué cette fois-ci à Vérone. Beaucoup de tirs n’auront pas été cadrée. L’équipe commence à montrer du beau jeu en attendant d’évoluer et de devenir encore plus forte... Au Bentegodi, les Tifosi Nerazzurri auront retrouver la Pazza Inter, celle qui doit logiquement gagner, mais qui te fait transpirer jusqu’à la dernière seconde. L’Inter a débuté le match avec autorité et son milieu de terrain a bien couvert sa zone. De son côté, Le Vérone a vu son entraîneur desservi par ses propres tifosi avant même que le match ne commence. Dans un match, qui peut être similaire à un Bologne-Bis, Vérone a surtout cherché à bloquer les lignes de passes des Nerazzurri en tentant de repartir en contre, Romulo est clairement l’homme du match du côté de l’équipe hôte, mais Perisic, et un très bon Nagatomo sur son aile se sont montré très attentif. C’est d’ailleurs Cerci qui s’est procuré la réelle première occasion, mais son tir a été contré par Miranda. Seule et unique occasion réelle pour Vérone, qui par la suite a joué à dix derrières. L’Inter manqué de rythme et avait du mal à contourner le rideau défensif bien mis en place. Mais la bande à Spalletti sait se montrer imprévisible, Borja Valero aura été au-dessus du lot et il se verra d’ailleurs récompensé sur un centre de Candreva. Hertaux et surtout Caracciolo ont prêté plus d’attention au ballon qu’à l’espagnol, qui seul devant le but vide, n’avait plus qu’à inscrire son premier but Nerazzurro (36'). En seconde mi-temps, l’Inter tente de tuer le match par le biais d’Icardi et Vecino, mais les tirs ne sont pas cadrés, mieux encore, Vecino touche la transversale. Vérone est acculé et sur l’une de ses rares occasions, l’équipe parvient à se créer une occasion, suite à une grossière erreur défensive de notre part. En effet, sur les dégagements de gardien, l’Inter a trop tendance à jouer avec le feu et cette fois-ci elle s’est brulée. Sur l’une de ces actions, D’Ambrosio, homme le moins en vue du côté de l’Inter, dégageait mal le ballon suite à la pression de son adversaire. Le ballon revenait dans la surface et Handanovic heurtait Cerci dans la surface. Après analyse de la vidéo et il faut l’accepter, l’aribre Gavillucci accorde un penalty pour Vérone. Il y a réellement faute, et c’est clairement stupide de se mettre en danger tout seul. Dans le passé, il nous avait également accordé un Penalty sur base de la Var, il faut respecter sa décision. Pecchia en profite pour faire rentrer immédiatement Pazzini qui converti le penalty et bat Handanovic (59'). Notre gardien aura également eu de la chance de n’avoir droit qu’à une réprimande…. Vérone pousse de plus en plus, en croyant au miracle et dans l’un de ses moments forts, l’Inter parvient à obtenir un corner. Ce dernier mal dégagé est renvoyé vers Perisic qui décoche un missile à l’entrée de la surface (67'). Ce but est l’emblème de l’Inter : Elle ne se laisse pas abattre et lorsqu’elle décide de frapper, cela fait mal. L’Inter contient par la suite le Vérone qui aura réagi comme un tigre, mais qui aura manqué réellement de lucidité. Comme d’habitude, notre adversaire aurait mérité mieux, mais l’Inter sait se montrer très solide à présent sur le plan mental et le score ne bougera plus. L’Inter reprend "sa" seconde place à -2 du Napoli et + 1 du duo Juve-Lazio.Pour son prochain match, l’Inter reçoit le Torino est le mot d’ordre reste le même : La Victoire. Résumé vidéo du match: Intervention Var: Réactions de Tramontana Tableau Récapitulatif Vérone 1-2 Inter Buteur(s) : 36' Borja Valero (I), 59' Pazzini pen. (V), 67' Perisic (I) Vérone (4-4-2): Nicolas; Romulo, Heurtaux, Caracciolo, Souprayen; Verde, Fossati, Bessa (64' B. Zuculini), Fares; Cerci (79' Lee), Kean (59' Pazzini) Entraineur : Pecchia Inter (4-2-3-1): Handanovic; D'Ambrosio, Skriniar, Miranda, Nagatomo; Gagliardini, Vecino; Candreva (74' Brozovic), Borja Valero (78' Cancelo), Perisic; Icardi (86' Eder). Entraineur : Spalletti Arbitre: Gavillucci di Latina Averti(s) : Fares, Gagliardini, Pazzini, Brozovic, Heurtaux, Lee Expulsé(s) : / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. TAVERNE DES KOORIGANS 42, RUE CARDINAL LEMOINE 75005 PARIS METRO CARDINAL LEMOINE, LIGNE 10 Attention, entrée gratuite mais consommation obligatoire.
  14. Série A - J14 : Cagliari 1-3 Inter

    jusqu’à
    14e journée de championnat
  15. Série A - J13 : Inter 2-0 Atalanta

    jusqu’à
    13e journée de championnat
  16. Série A - J12 : Inter 1-1 Torino

    jusqu’à
    12e journée de championnat
  17. Série A - J11 : Hellas Vérone 1-2 Inter

    jusqu’à
    11e journée de championnat
  18. Milan - La Sampdoria a vu s’interrompre sa streak positive, en concédant sa seconde défaite de la saison, face à l’Inter et ses 50.000 Tifosi présents au Stade. Soirée riche en spectacle et en buts Analyse du match: La première mi-temps se solde sur un 2-0 méritoire pour l’Inter grâce aux deux anciens Skriniar et Icardi. Le score aurait pu être bien plus lourd car Perisic a tapé du bois de 40 mètres et en fin de match une pleine transversale. tout comme Icardi sur une reprise à bout portant sur corner. Par la suite l’Inter a décidé d’arrêter de jouer vers l’heure de jeu et de laisser le ballon à la Sampdoria. Prenant ainsi le risque de voir le club de Ferrero revenir au score et nous n’en sommes pas passés loin.... Analyse de la première période : La Sampdoria rentre directement dans son match. L’Inter, elle, fonctionne comme un diesel et attend 10 minutes de jeu pour commencer à jouer. Sur l’ensemble des 45 premières minutes, on peut dire que la possession est partagée. Par la suite, l’Inter décide de prendre l’initiative du jeu. Et cela va faire mal, à la 17’ Skriniar, marque sur corner, sa reprise de la tête trouvant le portier génois, mais ce dernier ne maîtrisant pas le ballon, notre défenseur s'est montré plus rapide que Puggioni. Le 2-0 est signé par Icardi, à la 31’ sur une belle reprise de volée et récompense l’Inter de ses efforts, car elle avait par deux fois touché du bois. La mi-temps arrive et fait surtout du bien à la Sampdoria qui s’est liquéfiée après l’ouverture du score. Analyse de la seconde période : La seconde mi-temps est complètement Pazza. D’entrée, l’Inter débute comme un diesel et marque le 3-0 à la 53’ par son capitaine: 3 actions, deux buts.... et le match aurait dû être fini... L’équipe de la Sampdoria se révolte et l’entrée de Kownacki, Caprari et Linetty, vont changer la physionomie de la rencontre. Le polonais est d’ailleurs le premier à réduire le score à la 63’, et ce directement sur le contre qui a vu Perisic frappé à bout portant la transversale. Cela aurait dû être 4-0, le marquoir indique 3-1. Caprari surmotivé de prouver à son ancien employeur qu’il était un joueur talentueux a brillé en attaque et il est à l’origine du centre qui atterrira sur la tête de Quagliarella pour faire le 3-2 à la 84’. Sur la remise en jeu, Icardi se créera sa dernière occasion franche avant de se faire remplacer sous l’ovation du Meazza, à la 86ème, par Eder. La fin de match est finalement très achée et parsemée de petites fautes et l'Inter est sous pression. Après trois minutes d’arrêts de jeu et une dernière tentative de la Samp stoppée par Perisic, Guida siffle la fin du match. Ce qu’il faut retenir : Nagatomo a réalisé une très belle prestation sur son aile et n’a pas hésité à monter de temps à autres en attaque. La potion magique de Spalletti semble avoir actuellement changé l’homme. Notre asiatique a d’ailleurs été acclamé par le Meazza. Au moment où l’Inter a décidé d’arrêter de jouer, elle a permis à la Sampdoria d’y croire et le club de Gênes aurait très bien pu égaliser, alors qu’il s’agissait d’une très belle rencontre. L’Inter a, de par son jeu, peut être réalisé sa meilleure première mi-temps. Le remplacement de Vecino par Joao Mario aura eu un impact négatif, tellement le portugais était hors du coup. Invisible, il aurait pu permettre en fin de match à l’Inter de se rassurer sur un contre bien mené par Icardi. Est-ce que ce sera lui le « Top Player » dont l’Inter a besoin de se séparer pour réaliser son Mercato hivernal ? Avant le déplacement du Napoli au Genoa, l’Inter prend le leadership pour un seul petit point. L’Inter s’est fait peur, mais gageons que Spalletti fera en sorte de secouer comme il se doit ses troupes pour éviter que pareille situation ne se reproduise. Avec un bulletin de 8 victoires et 2 nuls, l’Inter a un total de 26/30 et Spalletti peut être fier de son premier bulletin, même si certaines choses se doivent d’être améliorées. Un très faible nombre d'entre nous n'aurait jamais cru voir un tel bilan après 10 journées.... Résumé du match par Scarpini Réactions de Tramontana: Tableau Récapitulatif Inter 3-2 Sampdoria Buteur(s): 17′ Skriniar, 31′ Icardi; 53′ Icardi, 63′ Kownacki, 84′ Quagliarella INTER (4-2-3-1): Handanovic; D’Ambrosio, Skriniar, Miranda, Nagatomo (84’Santon); Vecino (73’Joao Mario), Gagliardini; Candreva, Borja Valero, Perisic; Icardi (86′Eder). Sur le banc: Padelli, Berni, Joao Cancelo, Ranocchia, Karamoh, Santon, Dalbert, Pinamonti. Entraineur: Spalletti. SAMPDORIA (4-3-1-2): Puggioni; Bereszynski, Silvestre, Ferrari, Murru; Praet, Torreira, Barreto (64′ Linetty); Ramirez (46’Caprari); Quagliarella, Zapata (56’Kownacki). Sur le banc: Krapikas, Tozzo, Sala, Alvarez, Strinic, Regini, Verre, Capezzi. Entraineur: Giampaolo Arbitre: Guida di Torre Annunziata. Arbitre Var : Fabbri di Ravenna. Averti(s) : Murru, Quagliarella, Gagliardini, Eder Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Série A - J10 : Inter 3-2 Sampdoria

    jusqu’à
    10e journée de championnat
  20. Série A - J9 : Napoli 0-0 Inter

    jusqu’à
    9e journée de championnat
  21. Milan – L’éditorialiste du Corriere Della Sera, Mario Sconcerti, est intervenu aux micros de TMW Radio. Ce dernier a analysé la victoire de l’Inter, même si on peut également considérer que le Milan a réalisé une très belle rencontre hier soir. "Tout dépend du point de vue : D’un côté tu peux encourager l’équipe qui a démontré une performance encourageante, de l’autre, tu peux aussi faire face à une équipe qui a eu la malchance de perdre à la dernière minute, dans un Derby où elle avait pourtant bien joué. On ne sait pas quoi dire de plus, car le monde entier t’a regardé." "Le Derby, même s’il est très bien joué, se doit avant tout d’être gagné. Et j’ai vu un très mauvais Milan en première période. Puis, en seconde, ils se sont révoltés et je le répète, ils n’ont pas eu de chance, car sincèrement, cela ne lui permet pas de faire grandir son projet." Invité surprise "La Lazio, avec le Napoli, est l’équipe la plus complète du Championnat. Il y a encore quelques temps, on pouvait y rajouter la Juve, qui pour l’heure semble être en pleine confusion... Les acquisitions estivales n’ont pas répondu aux attentes : Matuidi est un joueur "normal". Il est bon car il est discipliné, mais il n’est pas au niveau pour jouer les premiers rôles. De plus, la Juve, actuellement, ne parvient plus à construire son jeu, ce qui est totalement à l’opposé de la Lazio et du Napoli. Cette construction du jeu qui te permets d’aller de l’avant." "Mais la grosse surprise, à ce niveau de la saison, c'est l’Inter, qui à tous le niveau doit encore "commencer" à jouer. Elle a remporté sept matchs sur huit parties disputées, mais sur le terrain, elle n’a pas encore développé un très beau jeu. On peut, dès lors, voir le verre à moitié plein et dire que ces comparaisons sont toutes légitimes. De cette façon, tu es sûr de gagner quelque chose. Mais surtout, lorsque l’on regarde le classement, la position la plus surprenante est la seconde place de l’Inter, avec tout le respect que j’ai pour les performances du Napoli". Sarri et la polémique du calendrier "Comment dire, ça fait partie de son caractère de se plaindre. De plus, il ne se sent plus autant adapté que cela à être un véritable acteur dans la Lega, alors que qu’il est à la tête de l’un des plus importants clubs d'Italie: Le Napoli." "La Lega n’est pas Madame Soleil, et elle doit faire avec l’ensemble des clubs de la Serie A. De fait, sa déclaration, même si elle ne m’étonne pas, ne peut en absolument pas remettre le calendrier de la saison en question." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Milan – Avec l’absence quasi certaine de Brozovic, qui s’est blessé en équipe nationale, Spalletti est entrain de plancher pour déterminer qui sera le trequartista de l’Inter en vue du Derby. Inter-Milan, la probable formation de Spalletti : Pour l’heure, Joao Mario est donné comme favori. Spalletti veut voir une réaction d’orgueil du lusitanien et il sera épaulé par Perisic et Candreva. En pointe, Icardi sera bien sûr présent. Concernant le milieu de terrain, on semble se diriger vers le duo Vecino et Borja Valero. La défense est déjà sûre par contre : D’Ambrosio, Skriniar et Miranda devant Handanovic. L’unique exception concerne le poste de latéral gauche. Qui sera aligné entre Dalbert et Nagatomo ? ®Antony Gilles & Damien Chibane - Internazionale.fr
  23. Série A - J8 : Inter 3-2 Milan

    jusqu’à
    8e journée de championnat
  24. Milan – Cette information émane de la version en ligne du site Il Sole 24 Ore. On apprend que Sky et Mediaset Premium n’apprécient absolument pas, les décisions prises par la Lega Serie A qui pourrait pénaliser les taux d’écoutes des deux principaux distributeurs des matchs en Pay-Per-View: "Mediaset veut un avis juridique réel. Sky demande avec un ton plus calme et pour des raisons similaires, de revoir le calendrier, pour protéger l’architecture du produit et les investissements réalisés. Les deux principaux distributeurs des matchs en Pay-Per-View ont donc écrit entre hier et aujourd'hui à la Lega pour exprimer leurs "fermes opposition" au calendrier des matchs, notamment en ce qui concerne les nouvelles adaptations du samedi à 15h et du dimanche à 18h, qui n’étaient pas prévues dans le contrat 2015/18 et qui pourrait entraîner une distorsion de l’offre commerciale." "Les chaines payantes se plaignent également du fait que les matchs avancés, de même que le dernier match de chaque journée, concernent à 20h45 des équipes qui ne sont pas suivi par des vagues importantes de supporters, et ce au détriment d'un grand nombre d'abonnés, vu qu’il peut y avoir bien plus de matchs, de haut niveau, qui peuvent se disputer à cet horaire." "Ils soulignent également que les bénéficiaires indirects des cahiers de doléances sont l’Inter et le Milan qui, évidemment préfère, jouer l’après-midi, vu qu’ils sont de propriété chinoise et que cela présente un plus avantageux pour le public asiatique (ndlr : à 15h00 en Italie il est 21h00 ou 22h00 en Chine, en fonction de l'heure d'été/hiver ; la Chine ne change pas d'heure ; On vous laisse calculer l'horaire chinois d'un match à 20h45 à Milan). Les bénéficiaires directs sont, par contre, Tim et Eleven Sports qui donnent le droit de voir en direct sur pc, tablette ou mobile, les matchs de championnat à des prix qui diffèrent sensiblement des valeurs du marché. Ces derniers, seraient maintenant capables de confectionner, avec un minimum d’investissement économique une offre très attractive." Marco Bellinazzo. Réponse de la Lega Serie A La Lega Serie A ne s’est pas fait attendre pour répondre aux accusations de Mediaset Premium et de Sky : "En mérite aux programmations des rencontres de la Serie A du championnat en cours, et plus en particulier en ce qui concerne les retransmissions du Milan et de l’Inter, Mediaset Premium et Sky ont adressé une lettre de protestation à la Lega Serie A. Cette dernière, qui a été publiée par le journaliste économique, Marco Bellinazzo (voir ci-dessus), a été confirmée par la Lega Serie A. A la Via Rosellini ont tient à préciser: "La Lega Serie A prend acte, dans le plus grand respect, des avis exprimés par les deux titulaires des droits nationaux principaux du championnat, avec lesquels, elle entretient des relations de collaboration depuis de nombreuses années. La Lega se montre disponible pour prendre le temps de discuter, dans un état d’esprit total, impliquant un dialogue constructif afin de trouver les solutions les plus efficaces, pour améliorer continuellement l’offre de télévision et de défendre la valeur de la Serie A." Les Horaires et les choix des matchs: "La Lega confirme qu'elle est en pleine conformité avec les termes du contrat et des règlements, tant sur le plan de l’utilisation des diffusions des matchs le samedi à 15h, que le dimanche à 18h. Et ce, afin de favoriser l’amélioration de chaque grille horaire, en ayant le maximum de respect pour les besoins des téléspectateurs et des spectateurs présents au stade. De plus, la possibilité de voir les rencontres sur internet et les plateformes mobiles n’a pas changé par rapport aux deux saisons précédentes, cette dernière répondant principalement au critère de la rotation maximale des équipes impliquées." Du côté de l’Inter et du Milan, il n’y a pas eu pour l’instant de réaction. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Milan – Parfois, les certitudes proviennent des chiffres, et plus d’une fois, ils peuvent nous informer sur la dimension d’un travail, d’un projet, d’une idée. Le travail réalisé par Spalletti, depuis son arrivée à Appiano est mis en avant, de par son dévouement, ses échanges de connaissances techniques et tactiques. Pourtant, son impact, qui se voit tant, ne remonte qu'à trois mois. Actuellement l’Inter est seule troisième en cette sixième journée de Serie A Si c’est pour voir du beau jeu, il faudra repasser, car la vraie marche de fabrique de notre "Chef de Projet" venu de Certaldo est tout autre, il faut du temps et de la patience. Des résultats inattendus, comme la victoire sur le terrain de la Roma, montrent déjà des signes d’encouragements. D’ailleurs ce n’est pas pour rien si les Tifosi soutiennent en nombre les Nerazzurri, cela s'est encore prouvé ce dimanche à San Siro. Le bilan est simple : l’Inter a obtenu sa cinquième victoires en six matchs de Championnat, elle ne s’est pas inclinée, et elle ne se retrouve qu’à deux longueurs du Napoli et de la Juventus qui sont seuls en tête avec le maximum de points Il s’agit tout simplement d’une incroyable amélioration comparée à l’année passée, où l’Inter de De Boer, après six journée n’avait ‘que’ 11 points au classement, certes à la quatrième place, mais avec uniquement 8 buts marqués (contre 12 actuellement) et 6 encaissés (contre 2 actuellement), soit un goal-average de +10 au lieu de +2 . Notre défense, actuellement, est l’une des meilleurs d’Europe après six journées de Serie A. Si l’on compare les deux classements, nous sommes troisième, invaincu, avec un bonus de 5 points en Serie A. Il n’y a que l’Inter qui a réalisé cette ‘performance’. Le Napoli s’est amélioré de 4 points et la Juve de 3 points. Le Milan juste de 2 points, tout comme la Roma, mais les Giallorossi ont un match en retard à disputer le week-end prochain et en cas de victoire, La Louve serait quatrième, à un point de l’Inter. Le jeu sur le terrain n’est pas encore "au point" et Spalletti cherche à présent à apporter du beau jeu, mais au niveau statistique, l’Inter de Spalletti est sûr de bons rails et réalise un très beau parcours. Reste juste à présent à voir du Spectacle et arrêter de se faire des frayeurs inutiles pour notre Pazza Inter! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×