Aller au contenu
Don Tony

L'Edito d'Internazionale.fr: "Handanovic, notre Capitaine de coeur!"

Messages recommandés

Don Tony    682

195863.jpg

 

Milan – Pour Handanovic, la Coupe d’Europe a toujours été une fascination, surtout la Champion’s League, qu’il a pu toucher du bout des doigts en 2011/2012 lors des préliminaires. Son équipe d’alors, l’Udinese, n’allait pas passer la phase de groupe en tombant sur un Arsenal bien plus costaud. Pour Samir, c’était la dernière fois qu’il disputait cette compétition.

Durant l’été suivant, le gardien slovène a été transféré à l’Inter. Il avait la conviction et l’espérance qu’il disputerait rapidement une compétition fréquentée habituellement par nos Nerazzurri. Manque de bol pour lui, à la fin de la saison 2011/2012, l’Inter termine sixième de Serie A et se retrouvera en Europa League, une compétition à laquelle elle participera 3 fois sur 6 possible.


Proche du départ

Et c’est tout à fait compréhensible, notre numéro un de Lubiana a pensé, à plusieurs reprises, à quitter la Pinetina, il avait faim de Champion's. Mais à la surprise générale, alors qu’il était en balance durant quelques sessions de mercato, il n’a pas voulu quitter le "Navire Nerazzurro".

Actuellement, il a commencé cette saison en ayant l’espérance que cette fois-ci, c’est la bonne, même si elle vient de débuter, les premiers signes sont encourageants et cerise sur le gâteau, Spalletti a été son entraîneur à l'Udinese!

 

Mais Pour Samir, il faut toujours rester sur ses gardes, car l’Inter a déjà bien commencée une saison, avant de rapidement exploser et sombrer dans la désillusion:

Pour notre spécialiste des pénaltys, le Derby de Milan, qui se déroulera dimanche prochain est une occasion à ne pas rater. Outre le fait d’être reconnu comme le club de Milan, si l’Inter l’emporte, elle disposera d’un écart de 10 points sur l’équipe de Montella. Même s’il reste encore 30 journées à disputer, cet écart, au vue de la qualité des autres équipes de la Serie A, sera très compliqué à remonter.

L’Inter sait qu’elle va devoir se donner, se dépenser physiquement et nerveusement, mais l’Inter a retenu la leçon de l’année écoulée et elle ne souhaite plus s’écrouler. L’égalisation du Milan, lors du Derby 2017 de la saison écoulée a marqué les nôtres.

Selon le Corriere Dello Sport, remporter le Derby compliquerait la vie à l’un de ses principales adversaires pour la qualification à la Champion’s League et l’Inter pense déjà à affaiblir le Milan encore plus qu’il ne l’est actuellement.

Tous, d’Handanovic, en passant par Nagatomo, Ranocchia, voir Santon, ont cette soif de victoire et cet esprit de revanche. Pour ceux qui seront aligner, il n’y aura pas besoin d’avoir une sorte d’examen de conscience critique. Si les choses se compliquent, elles devront être gérées. De même, il ne faudra pas hésiter à jouer des coudes et à se faire respecter sur le terrain.

Pour le moment, l’Inter est l’un des clubs qui encaisse le moins en Italie, et pour Handanovic, outre le fait de protéger sa cage ce dimanche, une prolongation de contrat jusqu’en 2021 est de plus en plus imminente.

L’Inter a toujours eu de grands gardiens dans ses buts et Handanovic n’en fait pas exception !

 

®Antony Gilles - Internazionale.fr

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
steph'    505

Bien que je ne le trouve aussi irréprochable qu'on le présente, des fois j'essaye d'imaginer où en serait le club sans lui... et ça fait peur. Tout simplement le joueur le plus décisif du club depuis son arrivée y'a 5 ans.

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vic14    240

Oui Steph’ et c’est bien de le souligner 

Même s’il n’est pas toujours irréprochable dans ses sorties sur les corners et les centres et un peu faible balle au pied, il est très explosif et fort sur les tirs à distance et très bon dans ses lancers de ballon et sur les pénalty 

Il peut aussi avoir tendance à repousser le ballon dans l’axe au lieu de le dévier sur les côtés 

mais dabs l’ensemble ça reste un super gardien 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Olivier    103

C'est pas Astana mais Maribor (qui est le club numéro 1 Slovène) :lunettes:

Modifié par Olivier
  • Cool 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Raiko    13

Heureusement pour nous, l'inter a toujours su compter un super gardien et un super 9 dans. Handanovic et Icardi ne dérogent pas à la règle. Pour vu que ça dure. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Tony    682
Le 10/10/2017 à 21:04, Olivier a dit :

C'est pas Astana mais Maribor (qui est le club numéro 1 Slovène) :lunettes:

Astana, c'était pas juste une équipe cycliste du Tour de France ? :phear::bigrin: 

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par Don Tony

       
      Milan – L’Inter semble avoir définitivement trouvée son identité dans le jeu et sa façon de jouer, avec du caractère et de la stabilité. Si tout cela a été possible le mérite en revient, , malgré ce chantier désastreux en juin, exclusivement à Luciano Spalletti.  Le natif de Certaldo, depuis son arrivée, a insisté de façon continue, sur le sens de l’appartenance et de l’attachement au maillot, en citant des monuments du passé qui ont portés les couleurs de l’Inter.  Les joueurs semblent avoir compris le message et l’Inter est, actuellement, capable d’apporter une certaine continuité dans les résultats : l’impact se voit immédiatement au classement, l’Inter est seule deuxième, a mis trois points d’avance à la Juve et 10 au Milan-Scudetto. Elle disputera ce samedi, la place de Leader au Napoli.
       
      Aucun Alibi
      Dans ses premiers jours, durant le stage estival, Spalletti s’est montré clair : "Des promesses m’ont étaient faites, si elles ne sont pas maintenues, je reviendrai moi-même vous voir lors d’une conférence de presse."  Le message est limpide est fait référence aux difficultés liées au Fair-Play-Financiers et à la politique établie en Chine. Depuis lors, Spalletti a fait machine arrière, a défendu les choix du club et mis en avant le noyau a sa disposition.
      Résultat : Une ambiance idéale de solidarité, d’union et l’envie d’aller dans le même sens.
       
      Le sens d’appartenance
       
      Il s’agit d’une autre palette fixée par Spalletti avant de commencer le travail :  "Nous avons des responsabilités envers les Tifosi et envers l’Histoire de ce club. Je martèle cela aux garçons et j’insiste constamment sur ce concept. Pour celui qui n’y adhère pas, cela signifie qu’il ne mérite pas d’endosser le maillot de l’Inter et il est prié de partir. Je suis excité de pouvoir travailler pour l’Inter. J’ai envie de faire ressentir le même sentiment à mes hommes."
      Résultat: En peu de paroles, qui ne sont pas sanguines, Spalletti s’est mis dans la poche ses joueurs, qui se donnent à l’entrainement et même en dehors : Icardi et ses équipiers ont actuellement étaient encouragés par 240.000 spectateurs, lors des quatre premiers matchs à domicile.
       
      Certitude tactique
       
      En ce début de championnat, on peut voir la patte incroyable de Spalletti sur le terrain. Grâce à un staff que l’on peut comparer à un staff d’une équipe de football américain, Luciano a construit chaque secteur.  Les joueurs qui s’y trouvent savent comment se bouger, il manque toutefois encore d’évidents automatismes et de certains mécanismes à mieux huiler.
      Le travail, plutôt le chantier le plus important était la défense qui avait littéralement sombré l’année passée. Cette saison-ci, l’Inter est capable de rester concentrée durant 90 minutes de jeu et encaisse très peu de buts (co-meilleure défense avec le Napoli).
      Résultat: La défense se montre solide, rigide et disciplinée, ce qui permet aux autres remparts de l’équipe d’attaquer l’adversaire et ce n’est pas pour rien que l’Inter a déjà inscrit 9 but lors du dernier quart d’heure.
       
      Le vestiaire
      Spalletti est un très grand entraîneur qui est capable de gérer l’entièreté d’un groupe, en particulier ceux qui sont le moins utilisé. Tout le monde se sent concerné par le projet et ils savent tous, que tôt ou tard, ils disposeront du temps de jeu. 
      Résultat:  A la fin du Derby, par exemple, le premier joueur que Spalletti est venu féliciter est Eder, Icardi est passé en second. Ce sont des ces petits gestes qui font la différence.
       
      Conférence de presse
      Comme le faisait à l’époque Josè Mourinho, Spalletti se présente en conférence de pressent comme un animal. Il est préparé, parle peu de football et renvoie certains journalistes à leurs cours.
      Résultat: De la sorte, il dirige la pression médiatique sur lui et cela libère ses joueurs qui se doivent de lui renvoyer l’ascenseur.
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr
    • Par Don Tony

       
      Milan – Le Capitaine argentin de l’Inter est le protagoniste absolu de la victoire de l’Inter, dans un Derby sous haute tension. L’Inter a pris, par deux fois l’avantage, avant de se voir rejoindre par les Cugini. A la fin du match, Icardi délivrera les siens via un penalty qui, bien qu’il soit net, suscite la polémique du côté rouge de la ville.
       
      Retour sur le match
      Le Derby démarre lentement, avec un Milan qui attend et qui laisse l’initiative à une Inter peu convaincante. Une fois rentrée dans son match l’Inter a commencé à faire mal à son adversaire. Sur une jolie combinaison avec Borja Valero, Candreva frappe à distance, et voit son ballon heurter le ballon de Donnarumma.
      Les milanais sont aux abonnés absent et seul Suso et André Silva mouillent le maillot. Cette façon de non-jeu de la part des "Rouges" se paiera cash. "Monsieur 1000 centres par match" arrive à lancer sur l’un de ces derniers Icardi à la 18ème minute, qui perce le cœur de la défense milanaise et du pied droit, punit le portier italien. Durant les dix minutes qui suivent l’Inter hausse le ton et étouffe le milan. Peu avant la fin de la première période les hommes de Montella se montre dangereux via Kessiè qui libère Borini. Son tir trouve Handanovic qui lui renvoi le ballon, mais sa tête passe de peu à côté du but
      A la reprise, Montella sait qu’il n’a plus rien à perdre et insert Cutrone pour Kessiè. Ce changement changera la face du début de la seconde période qui sera totalement pour les milanais, l’Inter fera le dos rond, mais finira logiquement par craquer.  A la 55ème tout d’abord ou un tir de Silva trouve le poteau avant de revenir sur Musacchiao. But…refusé pour une nette position du buteur au départ de l’action. 
      Milan continue à insister et Suso teste les réflexes d’Handanovic, imité peu de temps après par Borini.  Le Milan se verra récompensé à la 56ème minute, lorsque Suso "Monsieur Derby chez les cousins" parvient à placer à ras du second poteau un tir de l’extérieur de la surface. Notre portier s’allonge de tout son long, mais il ne peut absolument rien faire
      Dans les minutes qui suivent le Milan ac veut faire mal à l’Inter et Handanovic sauve un but face à Bonaventura qui se trouvait dans le petit rectangle, notre portier parvient à repousser le ballon. Mieux encore, au plus fort de la pression milanaise et  sur la contre-attaque, qui suit cette parade, Icardi par en contre, l’Inter remonte le terrain, l’argentin trouve le Croate qui, malgré son centre quelque peu puissant, trouve Icardi qui d’une reprise du droit, à nouveau au cœur de la défense milanaise, reprend un ballon que Zlatan n’aurait pas renié. Cela aurait pût être 1-2, mais le score est bel et bien 2-1
      La rencontre continue sur le même rythme, l’Inter laisse venir et attend le contre meurtrier, Milan n’abandonne pas et sur un centre de Rodriguez, finement dévié par Borini, le ballon trouve Bonaventura. Le ballon est sauvé par le poteau, mais Handanovic, qui avait plongé pour réaliser un nouvrau miracle, touche involontairement le ballon qui finit au fond de ses propres buts…. 2-2, comme les deux derniers derbys. Un but très cruel pour notre gardien, qui ne méritait absolument pas cela....nous sommes à la 80' minute de jeu
      Est-ce la fin du match ?
      Non, car en toute fin de rencontre, l’Inter bénéficie d’un corner. Lorsque celui-ci est botté, on aperçoit D’Ambrosio tomber à terre et surprise, Tagliavento siffle un pénalty pour l’Inter à la 90ème minute de jeu.  Sur le ralenti, on s’aperçoit bien que D’Ambrosio a été ceinturé, mais d’autres arbitres n’auraient peut-être pas sifflé le pénalty, d'aillleurs Montella criera au scandale en interview d'après-match, mais che se ne frega..... Lors du défi décisif de ce match : Icardi bat Donnarumma et célèbre son triplé à la Messi en enlevant son maillot et le montrant à l’ensemble du Meazza en folie. Le quintuple ballon d’or appréciera très certainement ce clin d’œil.
      L’Inter remporte le Derby,  "Il Fenomeno" Maurito a tué le Milan, l’Inter remporte le Derby et se retrouve seule deuxième de Serie A à deux points du Napoli et avec trois points d’avance sur la Juventus et 10 sur le Milan da Scudetto.
      Ce samedi 21 octobre à 20h45 , l’Inter se déplace au San Paolo, pour y affronter le Napoli, avec la place de Leadership en jeu. Les deux équipes sont invaincues en Serie A après 8 journées et l’une propose un jeu flamboyant et redouté (Le Napoli), l’autre propose un jeu brouillon (L’Inter) mais ô combien meurtrier pour ses adversaires.
       
      La Stat du Match
      Icardi est le premier jouer à inscrire un triple dans un Derby Della Madonnina en Serie A, depuis un certain Diego Milito en mai 2012.
      Le meilleur sur le terrain :
      Mauro ICARDI: 1 but en première intention, 1 but zlatanesque et 1 pénalty converti sur 4 ballons joués. Il sait en plus permis le luxe de venir aider ses équipiers en redescendant fort bas sur le terrain
      Le pire sur le terrain:
      Ricardo RODRIGUEZ :  Candreva était en mode match de gala hier soir et il lui a tout simplement fait vivre un cauchemar. C’est également le milanais qui commet la faute sur D’Ambrosio en fin de match, ce qui provoque le Penalty. Ce genre d’erreur, ventant d’un joueur comptant 47 présence aves son équipe nationale, n’est pas tolérable dans un Derby, qui plus est celui de Milan.
       
      Les meilleures réactions du match :
      Résumé du match:
       
      Tramontatana
       
      Tableau Récapitulatif 
      Inter/ICARDI 3-2 Milan
      Buteur(s): 28’, 63’ et 90’ pen. Icardi (I), 56’ Suso (M), 80’ aut. Handanovic (M)
      INTER (4-2-3-1): Handanovic; D'Ambrosio, Skriniar, Miranda, Nagatomo; Gagliardini, Vecino; Candreva (73’ Cancelo), Borja Valero (85’ Eder), Perisic; Icardi (92’ Santon)
      Entraineur: Spalletti
      MILAN (3-5-2): Donnarumma; Musacchio, Bonucci, Romagnoli (Dal 76’ Locatelli); Borini, Kessié (Dal 46’ Cutrone), Biglia, Bonaventura, Rodriguez; Suso, André Silva.
      Entraineur : Montella
      Arbitre: Tagliavento
      Arbitre vidéo: Orsato
      Averti(s): Miranda, Romagnoli, Vecino, Gagliardini, Perisic, Rodriguez, Icardi, Eder
      Expulsé(s) : /
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr
       
    • Par gladis32

       
      Milan - "Mon tout premier but, et le seul en Serie A cette année là, c'était contre l'AC Milan. On essaie toujours d'aider l'équipe, marquer serait excellent même si ce n'est pas ma fonction première il faut le dire. J'ai une très bonne relation avec Montella avec qui j'ai eu beaucoup de satisfactions durant trois ans. Il veut gagner c'est normal mais nous ferons tout pour l'en empêcher. Dimanche je m'attends à un match intense, pour les tifosi et surtout qu'au final ce sera bon pour nous. Un derby ce n'est pas que les trois points habituels, cela va au delà."
      Vous savez que vous pouvez reléguer à dix points l'AC Milan ?
      "Le plus important ce n'est pas de les distancer, mais c'est bien de continuer notre dynamique en sortant victorieux, comme nous l'avons fait lors de nos précédentes rencontres. Ce n'est pas un match clé, la saison est longue."
      Et vous, comment ressentez-vous ce début de saison ?
      "Pour le moment tout est au vert, je suis content. Ce qui compte ce sont les résultats. Avec Spalletti c'est un plaisir de travailler avec lui. Il m'a amené ici et m'a fait confiance dès le début. Je suis venu ici pour tenter de faire quelque chose de grand avec ce groupe. Les choses semblent aller dans le bon sens mais nous pouvons toujours mieux faire."
       
      Rédigé par ® gladis32 - internazionale.fr
       
       
    • Par Don Tony

      Milan – Certains records sont fait pour durer, d’autres existent pour être pulvérisés. Ce sera le cas ce dimanche, au Meazza, avec la présence de 78.328 tifosi pour un gain total de 4,5M€, c’est du jamais vu!
      Il s’agit d’un record absolu pour la Serie A, qui depuis déjà quelques semaines, affiche quelques belles recettes. Le record le plus important jamais encaissé en Italie est également détenu par le Meazza, avec une somme de 4,7M€ à l’occasion du match de Champion’s League opposant le Milan Ac au Fc Barcelone en mars 2012.
      Peu importe le résultat, les tifosi seront bien là pour répondre aux appels lancés par Spalletti et Montella.
      Sur le site de l’Inter, il n’y a plus aucun billet de disponible. Concernant la Curva Sud, les 8.731 places ont trouvées preneur. Il se peut également qu’au décompte final, que la somme de 4,5M€ soit revue à la hausse. A cela, on peut également ajouter la présence des 30.000 abonnés du club du Corso Vittorio Emanuele, qui ont quoiqu’il arrive, disposent de ce match dans le pack d’abonnement. 30.000 abonnés sur 78.328 places disponibles, cela veut tout dire.....
      Le stade atteindra donc sa capacité totale
      Vu qu’il a été réduit, lors des travaux réalisés pour accueillir la finale de la Champion’s 2016. De fait, l’Inter et le Milan détiennent, ensemble, le record absolu au niveau national et européen. A moins d’une surprise, ce record aura du mal à être battu, même s’il y aura le Derby d’Italie qui devra encore avoir lieu.
      Ce record de recette en spectateurs égale celui établi par le Napoli-Real, qui s’était tenu en Mars qui avait rapporté au club napolitain 4,5M€. Ironie de l’histoire, c’est l’Inter elle-même qui avait déjà établie le tout premier record pour la Serie A, l’année passée, mais cette année, la décision de notre direction de diminuer le prix des abonnements dans plusieurs secteurs, en faisant des gains ailleurs,  a servi de nouveau levier et cela nous a permis d’atteindre ce chiffre.  Il s’agit d’une recette incroyable pour une rencontre entre deux clubs d’une même ville et quoiqu’il arrive sur le terrain, le Derby aura déjà un impact positif sur les recette.
      De plus, on a pu constater une explosion au niveau des supporters venant de l’étranger et qiu rêvent d’assister au Derby della Madonnina.
      Il n’y aura que deux personnes absentes du côté de l’Inter, les deux patrons : Jindong Zhang et Li Yonghong qui, pour raisons professionnelles, doivent rester en Chine et regarderont donc le match devant en direct à la télévision.
      Deux clubs, deux couleurs, deux destins opposés
      Les destins de l’Inter et du Milan sont généralement étroitement liés et ce sera également le cas pour Spalletti et Montella. Pour ces derniers, il s’agira d’un derby que tout oppose :
      D’un côté, un entraîneur conquérant devenu l’Homme de la providence: "Spalletti" qui se présente sur le terrain en qualité de second de Serie A, de l’autre, Montella, qui est retenu comme le principal responsable de la période difficile que traverse le Milan, malgré l’euphorie d’un Mercato pharaonique.
      L’avantage est donc du côté de l’Inter sur le banc, surtout que les deux clubs ont passé l’examen de la Roma : Spalletti a remporté les trois points, tandis que l’équipe de Montella a réalisé l’une de ses pires prestations face à l’équipe de Di Francesco.
      La pression est également bien plus lourde du côté de l’Aeroplanino, qui, en cas de défaite, pourrait disputer son dernier match sur le banc du Milan Ac. De son côté, Spalletti peut renforcer le moral de l’équipe et lui permettre de rêver à viser plus haut en cas de victoire, l’Inter pourrait « s’envoler » et le Milan pourrait "sombrer" définitivement.
      De plus, Spalletti a dans ses rangs Candreva, qui est l’homme des Derby de Milan, car l’année passée, il avait marqué un but lors des deux Derbys milanais. Mais cette fois-ci, la volonté de notre international italien est d’inscrire son premier but décisif, celui qui permettra à l'Inter de l’emporter sur les Rossoneri.
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr
    • Par Don Tony

      Milan - Cette semaine, c’est le Derby de Milan et courant de semaine prochaine, le Congrès du Parti Communiste Chinois. Tout le monde attend avec impatience les décisions qui y seront prises. Nous connaîtrons ainsi les raisons qui ont poussé le Suning à ralentir son envie démesurée sur le Mercato
      On s’attend en fait à un discours de réconfort pour les tifosi. Cette information émane de l’agence Reuters. Selon elle, la gouvernement chinois pourrait assouplir ses restrictions aux investissements destinés à l’étranger et considérés comme non rémunérateur, notamment pour le football.
      Pour l’heure, il n’y a encore aucune certitude dans ce sens souligne de son coté le Corriere della Sera.
       
      Rester lucides
      Les illusions sont dangereuses et le Corriere della Sera explique cela par l'intermédiaire de Guido Santevecchi, dépêché à Pékin.
      "Comme il l’explique à la Banque de Chine, une source qui fait autorité, il n’est pas apprécié en Chine que les deux équipes milanaises soient dirigées par des chinois. Il s’agit d’une sur-exposition excessive envers une seule et unique ville, aussi célèbre soit-elle, dans le monde football. À ce stade nous devons nous demander qui, entre l’Inter et le Milan, a le mieux placé son échiquier en regard à la politique existante en Chine."
      " Comme c’est le cas dans le classement actuel, les Nerazzurri ont l’avantage, car Zhang Jindong est le propriétaire du Suning Commerce Group co. Ltd, qui est une entreprise  plus que solide avec 2000 points de vente, 13000 employés et un chiffre d’affaires de près de 50 milliards de dollars."
      Maître Zhang
      Zhang Senior, a un plan d’internationalisation de ses activités, il veut faire connaître sa marque à l’étranger et le résultat passera par la qualification de l’Inter en Ligue des Champions. Car si tel est le cas, Nous verrons l’inscription Suning en version 'Eurovision'. Le projet footballistique de Nankin met également à profit de disposer d’investissements sportifs : Zhang veut être le propriétaire de ses clubs de football, il veut disposer des droits de retransmission des matchs sur le web, des agences qui contrôlent les joueurs, être présent dans la formation, l’entraînement et également réaliser des produits footballistiques destinés au commerce électronique. »
       
      Mettre en route la Machine
      Avec une telle démonstration de la part de notre propriétaire, peut-on espérer que le Congrès se montrera plus souple sur les investissements ?
      'En Chine, Zhang Jindong a d’excellents contacts, la presse chinoise fait d'ailleurs l'éloge du Suning et de la façon dont il gère la situation pour faire face aux décisions prises par les membres du Parti, et en particulier par les décisions prises par le Président en personne.  Zhang Senior a déjà réalisé des bureaux d’études et il y a également eu des échanges entre chaque partie avec, à la clé, une poignée de main bien ferme. Cette dernière devrait se répéter à l’occasion de la grande fête communiste, sur base des résultats obtenus par le Suning."
      Conséquences pour l’Inter
      Au début du mercato, beaucoup de grands noms ont été cités et l’Inter rêvait déjà grand, avec la possibilité d’engager des tops players. Hélas, elle doit encore s’accommoder du Fair Play Financier, en plus de ne pas disposer des fonds découlant de la Champion’s League et du blocus chinois.
      Beaucoup d’entre nous se sont questionnés sur le réel potentiel du Suning. De fait le Corriere della Sera, a analysé la situation car l’Inter ne peut actuellement plus procéder à des recrutements spectaculaires : "Tout le monde peut être déçu du mercato de l’Inter qui était annoncé pharaonique et du scénario tant attendu qui ne s’est pas produit. Le Suning a du se résoudre à ne pas réaliser de folie, cadenassé par le Fair-Play-Financier, avant que le Gouvernement Chinois n’en remette une couche."
      Le Paradoxe Interiste
      L’Inter est propriété du Suning, qui est un "Monstre de Puissance" au niveau financier. Mais même à l’avenir, il pourrait y avoir toujours une certaine complexité à recruter du "très lourd". Pour faire renaître l’Inter, Jindong Zhang a déjà pompé, de ses caisses, 600 M€ pour s’offrir le Club Nerazzurro et pour rembourser les dettes existantes de l’ère Thohir.  A fin septembre, notre CDA a finalisé l’ultime bilan qui se verra confirmé dans le courant du mois d’octobre, par le biais de notre assemblée générale. Comme une grande partie des équipes de football, l’Inter brasse de la liquidité et l’ultime bilan du club parle d’une perte estimée à -24 M€, bien inférieur aux prévisions qui estimaient la perte à -35 M€.
      Si on fait un retour en arrière, l’Inter, au 30 juin 2016 devait encore 210M€ aux banques, mais l’intention du Suning a été de remettre sur pied, les comptes de notre club, en renégociant le prêt à un meilleur taux (8 à 9%).  Au final, c’est l’Inter qui a casqué car, comme cela s’est produit avec Thohir, Suning se doit de récupérer une partie de ce qu’il a investi dans le club.
      La question que l’on peut tous se poser : est-ce que l’Inter est un club riche ?
      Notre propriétaire a des fonds extrêmement importants, il est solide et crédible sur les marchés, mais à l’heure actuelle, son Inter n’arrive toujours pas à se "sauver" par elle-même:
      "Financièrement, l’Inter n’est pas encore au top avec le Fair-Play-Uefa. La croissance existe pourtant, et les recettes sont entrain d’arriver. Nous en sommes déjà à 320 M€, mais nous sommes encore à distance des grands d’Europe. Le fait que l’Inter ne participe plus depuis des années à la Champion’s League a aussi eu un impact sur cette situation. Car le retour dans la prestigieuse Coupe d’Europe garantirait d’office un revenu de 50 M€ annuel."
       
      Dans le fond, les tifosi veulent juste savoir si l’Inter sera capable de s’activer sur le mercato.
      La réponse actuelle est : "il faut faire avec ce que l’on a". Avec le Fair-Play-Financier et la dernière campagne de mercato, nous pouvons supposer que nous aurons besoin de 80 M€ pour être à l’équilibre. De fait, la Champion’s et ses 50 M€ deviennent un élément essentiel pour parvenir à se remettre à flot. Si l’Inter anticipe bien ce virage délicat, elle n’aura aucun problème à présenter des comptes à l’équilibre en juin et pourra passer un cap qui pourra éclaircir son futur proche et lui ouvrir les portes d'un avenir plus radieux....
       
      ®Antony Gilles, Damien Chibane, Kroutch - Internazionale.fr
×