Aller au contenu
Don Tony

#Spalletti : Futur Sélectionneur de la Nazionale ?

Messages recommandés

Don Tony    817

spalletti-sarri-1.jpg

 

Milan – C’est une discussion inévitable en Italie, ce soir,  la Squadra Azzurra joue gros, très gros même, car en cas de contre-performance, l’équipe entraînée par Ventura sera déjà éliminée de la Coupe du Monde par la Suède.  Dans son histoire, les Azzurri ont été absent du Mondial en 1958, compétition qui se tenait en….Suède !  Et du coté de la Fédération Italienne de football, on pense déjà au successeur de Ventura: Avec ses débuts phénoménaux à l’Inter, Luciano Spalletti a tapé dans l’œil de la FIGC.  Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Inter ne compte pas perdre son entraîneur. Cela s’est déjà produit dans le passé avec Mourinho et le Real, et hors de question de revivre une nouvelle traversée du désert en attendant de trouver le "Bon".

 

Prière d’aller voir ailleurs

Piero Ausilio, notre Directeur Sportif, s’est livré à Sky Sport : "Je pense à vivre les prochaines heures d’une façon plus relaxante, car c’est l’Italie qui joue et non l’Inter. La tension, pourtant, reste la même, c’est un match où tout le monde doit se faire entendre, où tout le monde doit supporter l’Inter. Il faut gagner.."

Comment gagner ?

"En étant attentif un maximum, il faut avoir de la patiente et se montrer capable d’attendre le moment opportun. Le match aller n’était pas un match de haut niveau, mais c’était une partie particulière, avec un but assez étrange. Aujourd’hui, ce sera un tout autre match, j’en convaincu."

Le dispositif tactique ?

"C’est impossible d’en inventer un en trois jours."

Prêter Spalletti à l’Italie ?

"Nous restons accrochés à lui, nous voulons le conserver et nous sommes convaincus qu’il sera des nôtres pour très longtemps. De plus, le problème des Azzurri ne vient pas du Sélectionneur, mais de l’équipe qui se montre très tendu. Ventura est un grand entraîneur et je suis convaincu qu’il fera de belles choses."

 

A bon entendeur....

 

®Antony Gilles – Internazionale.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JY DS    127

Ou comment créer un climat autour de l'Inter :2guns:.... D'abord les offres pour Icardi venues de l’Angleterre maintenant ça.... Autant pour Icardi je m'y attendais un peu autant celle la je ne l'avais pas vu venir......

Chapeaux les médias.... :mad:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Tony    817

Il y a du choix pourtant: Allegri, Sarri....Pour le premier je trouve qu'il profite surtout du travail de Conte, par contre Sarri, ce serait très bon pour la Nazionale, mais surtout très mauvais pour le Napoli :aie: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Olivier    152

Un peu de respect pour Mancio. Même si la version 2.0 a été catastrophique, la version 2004-2008 nous a redoré le blason et la vitrine des trophées.

Pour moi, il ferait beaucoup mieux qu'un Ventura ou Prandelli.

En ce qui concerne Spalletti selectionneur de la Squadra Azzurra...le plus tard possible. Avant on doit lui redonner avec l'Inter tout ce qu'on lui a fait perdre avec sa Roma :wavetowel:

  • Cool 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JY DS    127
il y a 8 minutes, Olivier a dit :

 

Un peu de respect pour Mancio

 

Bienvenue 🙏 dans mon fanclub Roby Mancio Olivier! @Don Tony ne peut pas comprendre ....😂

Modifié par JY DS
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
BONOB0    195

Mancio pour donner un nouvel élan à l'Italie serait parfait, pour aller chercher des titres ça sera plus comliquée, mais cette génération est talentueuse pourtant. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Tony    817
Il y a 13 heures, Olivier a dit :

Un peu de respect pour Mancio. Même si la version 2.0 a été catastrophique, la version 2004-2008 nous a redoré le blason et la vitrine des trophées.

Pour moi, il ferait beaucoup mieux qu'un Ventura ou Prandelli.

Pour Mancio, il a perdu mon respect lors de sa démission post-liverpool, on a bien failli perdre le titre cette saison-là. Je mise plus sur la qualité des joueurs que l'on avait pour l'avoir remporté. Il nous a redoré le blason, mais c'est comme la Juve durant ces 5 premières années, nous à part la Roma de Spalletti, on était au-dessus du lot.

Par contre pour Mancio II, là, il était entouré d'une équipe à la rue et il aurait du réussir à faire ce que fait Spalletti cette année. 

Pour le poste de sélectionneur, sûr qu'il est meilleur que les deux, c'est pas difficile :bigrin: 

Je verrais bien Ancelotti qui est libre actuellement, il pourrait arriver à reconstruire quelque chose, c'est lui qui avait fait découvrir Parme à l'époque :smile: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par Don Tony
       
       
      Milan - Luciano Spalletti était l'invité d’une soirée organisée par un Inter Club proche de San Siro. Notre coach a tenu a exprimé son amour et son estime pour notre tifoserie
       
      TIFOSI
      "Je tiens vraiment à vous remercier pour le soutien dont vous nous faites part. Avec vous, tout devient plus facile. Dès les premiers instants de notre rencontre, j'ai compris que  vous teniez à vous faire remarquer, je ressentais que vous vouliez aussi partager un peu de notre responsabilité. J'en ai eu la confirmation immédiatement lorsque je me suis retrouvé à San Siro. C’était important de sentir immédiatement votre soutien, cela nous a rendu plus fort. Ensuite on peut parler des entraîneurs, il y a eu Trapattoni, Herrera, Mourinho… et à chacune de ces périodes historiques, nous avons toujours pu compter sur vous, car vous étiez toujours proche de nous."
       
      Impact sur le monde interiste
      "Cette confiance, ce sentiment, je l’ai ressenti dès les premières secondes. Je ne croyais pas, lorsque je suis devenu l’entraîneur de l’Inter, et avec tout ce qu’il s’était produit à l’Inter, que je trouverais une telle amitié, un tel amour aussi vivant pour cette équipe et pour le Club."
       
      Le Meazza chaud bouillant
      "Nous avons une moyenne de 60.000 personnes au stade, dans une ville tel que Milan où tout devrai fonctionner, c’est comme si nous serions revenu dans le passé, avec les saveurs antiques des Maîtres du ballon rond. La présente de tant de personnes et d’enfant à San Siro nous pousse également, je ressens cela quand je vois les stades remplis et vous qui chantez pour nos couleurs."
       
      Le futur de nos jeunes promesses 
       "Je veille sur les jeunes en collaboration avec Stefano Vecchi qui est exceptionnel. Il est venu en stage de pré-saison avec nous et nous avons parlé de ses gamins, puis, nous nous  sommes accordé, afin que je puisse avoir l’opportunité de les voir en situation réelle. Je suis très serein, car je sais bien que je peux faire confiance à nos entraîneurs pour les jeunes. Les joueurs savent qu'ils doivent montrer ce qu’ils ont dans le ventre, tant au niveau footballistique qu'au niveau mental, il y a besoin d’avoir ces deux aspects pour devenir un champion."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr
       
    • Par Don Tony
       

       
      Milan – A l’ occasion d’une œuvre de bienfaisance, Luciano Spalletti s’est livré à la Gazzetta Dello Sport :
      "Nous avons engrangé trente points durant cette première phase du championnat, c’est énorme et ce n’était pas facile. Au début, j’ai dû secouer un peu tout le monde. Je ne pouvais pas faire de choix.  Il y avait le poids de l’équipe, de la société, et des tifosi. Maintenant mon travail est fait et je peux choisir qui je veux conserver, et qui je veux voir partir. Nous avons posé des bases importantes et revenir en arrière serait très difficile."
      Comment vous sentez-vous avec tout ce qu’il s’est déjà passé ?
      "Je regarde mes joueurs dans les yeux. Ils ont tous l’envie de construire quelque chose d’important, nous sommes différents. C’est une Inter différente en respect à ce qu’elle a déjà connu dans le passé, nous avons rencontré des difficultés, mais nous sommes dans une période  positive."
      Que peut viser l’Inter ?
      "A présent nous sommes à cinq. La Roma est revenue dans la course, après un début de saison négatif, et la Lazio est très très proche."
      Et le Milan?
      "Il à un retard très important, c’est inattendu. Dans ma carrière, je n’ai jamais vu d’aussi grande remontée. Quand je suis arrivé à la Roma, j’avais 5 à 6 points de retards sur plusieurs équipes, et à la fin de la phase aller, nous avions nous 7-8 points d’avance. (Ndr, il s’agit de la saison 2015-2016. La Roma avait d’ailleurs pris 18 points comparé à l’Inter)."
      Votre Inter est-elle avantagée par l’absence de Coupe d’Europe ?
      "C’est vrai, mais nous aurons aussi rapidement des matchs de championnat en milieu de semaine. Je devrai donc titulariser des joueurs qui ont joué que très peu actuellement, et  je ne les oublies pas. Je remplace ce qui ne fonctionne pas et, actuellement, l’Inter tourne bien... Si j’ai prêté attention à la réaction des joueurs après le match face au Torino ?  Ici, nous avons que des valeurs importantes, certains se rebellent après une défaite, comme mes joueurs se sont rebellés après ce match."
      Un jugement sur les nouveaux joueurs ?
      "Vecino et Borja Valero sont deux joueurs du pays, je savais immédiatement que l’on taperait dans le mille, même si je ne m’attendais pas à voir Borja à un tel niveau. Ce n’est pas facile, pour lui, de courir et de donner de l’intensité. Skriniar est un champion, il est incroyable : Il a de la personnalité, respire la sérénité, il fait toujours les bons choix, même dans les moments les plus délicats."
      Comment va Icardi ?
      "Il a une inflammation au genou, mais il va mieux. Il n'a recommencé à courir qu’hier, son genou n’a pas regonflé, c’est un bon signe."
      Joao Mario veut plus d’espace...
      "Je le connais bien, je ne suis pas surpris par ses paroles. C’est normal qu’il tienne à être le plus souvent possible titulaire et je le considère comme un titulaire. Mais ses équipiers, qui évoluent aussi à son poste, ne font pas de mauvaises choses."
       
      L’arrivée, en janvier, de Ramires ?
      "Vous venez de me parler de la volonté de jouer de Joao Mario, et maintenant vous me parlez d’un autre joueur qui pourrait occuper sa place...Est-ce que vous souhaitez me mettre dans la merde avec mon joueur ?"
      Quel Mercato nous allons faire en janvier ?
      "Si on peut améliorer quelque chose, nous serons présents, mais ce n’est pas facile de trouver des joueurs plus performants que ceux que j’ai dans mon équipe. Ce qui me déçoit le plus, c’est qu’actuellement on parle d’une Inter chanceuse, alors que l’on a déjà touché à dix reprises les montants."
      Mon avis sur Chiesa ?
      "Il est très fort. C’est l’un des plus jeunes joueurs actuellement en circulation. Le mérite en revient à son père qui lui a transmis son caractère et tant de bonnes notions. Ce que j’aime chez lui  c’est le fait qu’il a toujours à l’esprit, l’équipe. Il ne monte pas sur le terrain en pensant à sa propre prestation."
      Pourquoi avoir ouvert le hashtag #senza tregua (sans relâche) ?
      "Parce que tu dois être en phase avec ton temps et gardez le contact avec le monde qui utilise les réseaux sociaux."
      Ventura se prépare à vivre une rencontre terrible…
      "Et il va la va gagner tout en restant lui-même. Il fera face aux critiques qui lui ont été formulées. Je pourrais voir Italie-Suède au menu du « Restaurant de Ventura" certains ne le connaisse pas. Il est capable de renverser la situation, il faut faire confiance à Ventura. Son Italie peut gérer les tensions."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr
    • Par Don Tony

       
      Milan – Notre Directeur Sportif s’est livré à TuttoSport. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations de notre Directeur Sportif :
      "Spalletti semble être là depuis tant d’années, il s’est intégré à la perfection, pas uniquement dans le monde interiste, mais aussi dans la ville. Il a immédiatement trouvé sa place. Il a la sagesse de son âge et il apporte une contribution importante, pour améliorer la vie au quotidien à Appiano. Il y quelque chose de particulier dans sa cure : C’est un exemple, un homme de terrain, il sait comment cultiver ce qu’il récolte, il est très attentif à couper les mauvaises herbes et il l’a fait sur le terrain lors des premiers entraînements. Il insiste aussi énormément sur l’aspect de la nutrition, en une vingtaine de jour, il a fait insérer, dans son staff, un service de diététiciens qui sont quotidiennement en contact avec le Chef et le staff médical."
      Pensez-vous qu’il n’a suffi à Spalletti, que de quatre mois, pour donner une identité à l’équipe
      “L’histoire parle pour lui. Spalletti a toujours su faire bon usage de ses systèmes de jeu. Il veut voir des joueurs avec une mentalité bien précise, il veut dominer l’adversaire, il ne perd pas de vue l’organisation ni la façon de jouer et la qualité de ses adversaires. Tu ne peux pas aborder et être motivé de la même façon, si tu rencontres la Roma et le Napoli. Luciano n’est pas un révolutionnaire, je pense qu’il peut arriver à porter obtenir des résultats d’une façon différente. Il a su séduire les joueurs avec son credo : Tout le monde court et tout le monde travaille en équipe. Résultat, l’équipe travaille bien et apporte sa détermination."
      Peut-on dire que Spalletti est l’un des derniers "durs"  à être rester dans le Calcio ?
      "Spalletti est le commandant de sa troupe. Vous souvenez-vous vous de ce qu’il s’est passé à Brunico entre Ranocchia et un Tifoso ? Spalletti a réagi immédiatement avec fougue, il a lancé un message à tout le monde : Ce sont mes gamins et je serai toujours présent, devant eux.  Vous ne trouverez aucune interview où il ne défends pas l'un de ses joueurs. Pour lui, il est entouré des meilleurs joueurs du monde et il ne veut absolument aucune vente de ceux-ci en janvier."
      Peut-on le comparer à Mourinho? 
      "Je retrouve les similitudes sur le désir de toujours augmenter le niveau, informer tout le monde, l’équipe, le club, les fans. Il veut toujours faire quelque chose de plus, pour maintenir un niveau d’alerte maximal. Sa devise est : Pensez à demain, au prochain match, mais ne vous projetez jamais trop loin."
      Pourrait-il être prolongé en janvier ?
      "Avec Spalletti, nous sommes parti du principe  d’un contrat de deux ans, sans clause. Nous estimons que c’est une très bonne chose actuellement. Le moindre des problèmes est de trouver combien de temps, il a besoin pour continuer... Nous le considérons comme un véritable trésor, il est pour l’Inter et pour nos projets, le futur du club."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr
    • Par Don Tony

       
      Milan - Luciano Spalletti s’est livré en conférence de presse après la victoire des Nerazzurri 1-2 face au Vérone
      Internazionale.fr vous propose les déclarations de notre Génie d’entraîneur :
      "Nous avons interprété beaucoup de chose de la bonne façon, nous devons nous améliorer, nous sommes ensemble depuis trop peu de temps. J’estime qu’il faut parler de comment nous avons disputé ce match, avant on pouvait compter sur les ailiers ou sur l’attaque, à présent, le danger peut venir de nulle part, cela peut commencer par le gardien et on peut aussi récupérer certains ballons. J’estime que nous faisons une expérience."
      Que pensez-vous de Pecchia comme entraîneur ?
      "Je le connais bien en tant qu’homme, en tant que joueur et en tant qu’entraîneur, nous sommes amis et nous nous parlons. Il a son propre caractère, ses propres connaissances, il a les qualités pour faire ce métier, il faut lui laisser le temps de trouver sa place."
      Dans certaines situations, on a vu de belles choses, mais la route reste longue….
      "J’ai vu une grande équipe, je l’ai dit lors de ma première journée à l’Inter, où l’on m’a demandé de commenter le noyau que j’avais à ma disposition. C’est une équipe fantastique, c’est la mienne, elle se montre attentive, disponible au travail et elle veut écrire, également cette année, son histoire comme les anciens joueurs de l’Inter."
      Le Scudetto ?
      "Le Milan va revenir dans la course, la Lazio est quatrième et pratique un football très rapide. Si nous ne gagnions pas ce soir, nous aurions pût nous retrouver dans la zone Hors Champion’s si on compte sur une éventuelle victoire de la Roma (Ndr, la louve a un match de retard). Il faut continuer à courir, et cela débutera rapidement demain matin à la Pinetina.
      "Autrement, tu peux être confronté à certains problèmes. Petit, j’ai joué dans quatre cantons et j’avais le besoin de me montrer réactif sans rester sur mes acquis. J’estime que nous avons un rythme de croisière de folie, nous avons toujours des difficultés pour mettre en avant le résultat, mais encore ce soir, nous sommes devant tout le monde."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr
    • Par Don Tony

      Milan – Luciano Spalletti était l’invité d’Honneur de l’évènement relatif à la présentation du partenariat entre l’Inter et Volvo. A cette occasion, notre entraineur s’est livré au jeu de l’interview, après avoir reçu les clés de la voiture qui lui était destinée.
       
      Présentation du partenariat
      Peu avant l’interview de Luciano Spalletti, Michael Gandler, le Directeur des recettes de l’Inter s’est félicité de ce partenariat : " Nous sommes très fier d’être ici avec Volvo, il y a des choses que nous devons changer, mais d’autres qui doivent toujours aller de pair. Le partenariat avec Volvo fait partie de ces derniers. Nous avons connu tellement de succès ensemble et nous espérons que nous parviendrons à réaliser, ensemble, des résultats qui graviteront au tour de notre équipe et de notre entraîneur. Nous sommes très fiers du retour de Volvo, c’est un partenariat de trois ans qui est très important. Volvo croit en nous et en la ville de Milan."
       
      Au tour de Spalletti
       
      Le Derby ?
      "’C'est une partie folle, merveilleuse qui se vit et se respire tous ensemble. Mais nous devons y arriver en étant lucide, en ayant le calme nécessaire, sinon nous risquons de passer par-dessus bord. C’est une partie spéciale car elle te fait battre le cœur de l’ensemble de nos tifosi."
      Les internationaux ?
      "C’est une limitation obligatoire, j’ai besoin d'un peu de chance. Je vais voir comment les joueurs vont être utilisés, en espérant qu’ils reviendront tous dans des conditions acceptables. Il y a aussi les voyages, qui peuvent représenter une charge de fatigue, surtout s’ils sont long. J’espère qu’ils disposeront encore d’assez d'énergie mentale et physique. Nous chercherons à objectiver tout cela, mais cela reste du football."
      "Nous devons veiller sur tous les joueurs, il n’y a plus ce laps de temps long qui pouvait de permettre de récupérer entre deux matchs. Tu dois savoir récupérer plus rapidement, car tu es obligé de te donner plus, au match suivant."
      Icardi ?
      "J’ai entendu dire qu’il était observé et que l’on me contactera en cas de problème, actuellement Icardi s’entraine tranquillement et je suis serein."
      S’il sera titulaire ?
      "Allez-le lui demander, j’ai déjà mes problèmes! Je serai contraint de faire en fonction des choix de Sampaoli qui a à sa disposition de vrais buteurs. Il doit bien s’intégrer. De plus, un joueur qui a été écarté longtemps doit savoir répondre présent lorsqu’il endosse le maillot."
      La VAR
      "Cela doit absolument continuer, on a vu des améliorations. On se doit d’aller vers cette technologie, elle a fait ses preuves, elle apporte un plus. Je ne comprends pas ceux qui qui veulent absolument revenir en arrière, car cela apporte de bonnes choses, nous sommes sur le bon chemin."
      La Volvo ?
      "Elle fonctionne toute seule, elle est tellement innovante qu’elle me dépose à la maison sans que je ne fasse quoi que se soit."
      Le fait que le dernier titre interiste ait été gagné avec Volvo ?
      "C’est de bon augure, l’accord court sur plusieurs années, cela veut dire qu’on ne changera pas non plus d’entraineur ...il rit. Nous avons besoin de ce type de collaboration importantes."
      Si le Derby sera différent de celui de Rome ?
      "C’est une rencontre folle, merveilleuse, qui se vit et se transmet au quotidien. Je pourrais m’exprimer après le match, mais je sens les cœurs des tifosi battre, je ressens cette responsabilité et j’affronte un très grand ami qui est Montella."
      "Montella était l'un de mes joueurs, je l’ai fait jouer dans l'une de mes rencontres décisives, il nous avait sauvé, lorsque nous étions tous les deux à Empoli, pour éviter de chuter en C2. Il avait eu des problèmes cardiaques et il avait été mis à l’arrêt plusieurs mois, je l’avait aligné dans ce match et il s’est avéré décisif et déterminant, pour le résultat : Nous l’avions emporté 1-0 et on était sauvé. L’année suivante tournait plus au tour des jeunes, mais il avait déjà un certain intérêt. J’ai eu Montella dans plusieurs de mes équipes."
      Le Classement ?
      "Les points que nous avons obtenus sont importants, mais on aurait pu en avoir plus. Nous avons besoin de toujours nous créer la possibilité de suivre une route importante voire gigantesque. Nous avons besoin de nous faire reconnaître et que nos joueurs sachent parfaitement où aller."
      "Si quelqu’un sait ce qu’il a à faire, il sera plus disponible et participera plus. Nous devons encore grandir sur plusieurs de ces aspects, je m’occupe de cela. C’est encore tôt pour faire assimiler, à l’équipe, le concept du football que je souhaite obtenir."
      Quand verrons-nous l’Inter de Spalletti ?
      "C’est difficile à dire. Je vois une grande disponibilité de la part des joueurs. Je m’attends à ce qu’ils s’améliorent match après match. Je m’attends à ce que l’équipe mette en évidence de la personnalité et du caractère, je m’attends à ce qu’elle ne se sente inférieure à personne."
      Pourquoi Icardi est-il hors-forme ?
      "Ce n’est pas du tout le cas dans le dernier match. Je l’ai vu très souvent aider les milieux de terrains, je suis plus intéressé au collectif, moins à la profondeur. Pour moi, dans ce dernier match, il a été parfait. J’ai vu ce que je voulais voir de lui."
      Brozovic peut-il occuper le rôle de Trequartista ?
      "Je ne crois pas que nous puissions créer des postes comme cela. J’ai fait un roulement, car j’ai cinq joueurs qui tiennent énormément à conserver, bien au chaud, leurs maillots de titulaire. Il y a des choses par-ci par-là qui peuvent te permettre d’économiser de l’énergie et te sentir frais. Tout le monde se donne, surtout si tu parviens à obtenir un résultat important, tout le monde apporte sa contribution."
      Signeriez-vous pour la seconde place ?
      "La deuxième place est un truc sympa. (ndlr : avec ou sans Bwin Code Bonus) Voyons voir, ce serait trop facile. Il y a tellement de choses à faire en dehors. Nous devons être comme une belle voiture...."
       
      ®Antony Gilles & Damien Chibane  – Internazionale.fr
×