Aller au contenu
Don Tony

#Spalletti: “L’Inter n’est plus celle du passé!"

Messages recommandés

Don Tony    816

 

spalletti-7.jpg

 

Milan – A l’ occasion d’une œuvre de bienfaisance, Luciano Spalletti s’est livré à la Gazzetta Dello Sport :

"Nous avons engrangé trente points durant cette première phase du championnat, c’est énorme et ce n’était pas facile. Au début, j’ai dû secouer un peu tout le monde. Je ne pouvais pas faire de choix.  Il y avait le poids de l’équipe, de la société, et des tifosi. Maintenant mon travail est fait et je peux choisir qui je veux conserver, et qui je veux voir partir. Nous avons posé des bases importantes et revenir en arrière serait très difficile."

Comment vous sentez-vous avec tout ce qu’il s’est déjà passé ?

"Je regarde mes joueurs dans les yeux. Ils ont tous l’envie de construire quelque chose d’important, nous sommes différents. C’est une Inter différente en respect à ce qu’elle a déjà connu dans le passé, nous avons rencontré des difficultés, mais nous sommes dans une période  positive."

Que peut viser l’Inter ?

"A présent nous sommes à cinq. La Roma est revenue dans la course, après un début de saison négatif, et la Lazio est très très proche."

Et le Milan?

"Il à un retard très important, c’est inattendu. Dans ma carrière, je n’ai jamais vu d’aussi grande remontée. Quand je suis arrivé à la Roma, j’avais 5 à 6 points de retards sur plusieurs équipes, et à la fin de la phase aller, nous avions nous 7-8 points d’avance. (Ndr, il s’agit de la saison 2015-2016. La Roma avait d’ailleurs pris 18 points comparé à l’Inter)."

Votre Inter est-elle avantagée par l’absence de Coupe d’Europe ?

"C’est vrai, mais nous aurons aussi rapidement des matchs de championnat en milieu de semaine. Je devrai donc titulariser des joueurs qui ont joué que très peu actuellement, et  je ne les oublies pas. Je remplace ce qui ne fonctionne pas et, actuellement, l’Inter tourne bien... Si j’ai prêté attention à la réaction des joueurs après le match face au Torino ?  Ici, nous avons que des valeurs importantes, certains se rebellent après une défaite, comme mes joueurs se sont rebellés après ce match."

Un jugement sur les nouveaux joueurs ?

"Vecino et Borja Valero sont deux joueurs du pays, je savais immédiatement que l’on taperait dans le mille, même si je ne m’attendais pas à voir Borja à un tel niveau. Ce n’est pas facile, pour lui, de courir et de donner de l’intensité. Skriniar est un champion, il est incroyable : Il a de la personnalité, respire la sérénité, il fait toujours les bons choix, même dans les moments les plus délicats."

Comment va Icardi ?

"Il a une inflammation au genou, mais il va mieux. Il n'a recommencé à courir qu’hier, son genou n’a pas regonflé, c’est un bon signe."

Joao Mario veut plus d’espace...

"Je le connais bien, je ne suis pas surpris par ses paroles. C’est normal qu’il tienne à être le plus souvent possible titulaire et je le considère comme un titulaire. Mais ses équipiers, qui évoluent aussi à son poste, ne font pas de mauvaises choses."
 

L’arrivée, en janvier, de Ramires ?

"Vous venez de me parler de la volonté de jouer de Joao Mario, et maintenant vous me parlez d’un autre joueur qui pourrait occuper sa place...Est-ce que vous souhaitez me mettre dans la merde avec mon joueur ?"

Quel Mercato nous allons faire en janvier ?

"Si on peut améliorer quelque chose, nous serons présents, mais ce n’est pas facile de trouver des joueurs plus performants que ceux que j’ai dans mon équipe. Ce qui me déçoit le plus, c’est qu’actuellement on parle d’une Inter chanceuse, alors que l’on a déjà touché à dix reprises les montants."

Mon avis sur Chiesa ?

"Il est très fort. C’est l’un des plus jeunes joueurs actuellement en circulation. Le mérite en revient à son père qui lui a transmis son caractère et tant de bonnes notions. Ce que j’aime chez lui  c’est le fait qu’il a toujours à l’esprit, l’équipe. Il ne monte pas sur le terrain en pensant à sa propre prestation."

Pourquoi avoir ouvert le hashtag #senza tregua (sans relâche) ?

"Parce que tu dois être en phase avec ton temps et gardez le contact avec le monde qui utilise les réseaux sociaux."

Ventura se prépare à vivre une rencontre terrible…

"Et il va la va gagner tout en restant lui-même. Il fera face aux critiques qui lui ont été formulées. Je pourrais voir Italie-Suède au menu du « Restaurant de Ventura" certains ne le connaisse pas. Il est capable de renverser la situation, il faut faire confiance à Ventura. Son Italie peut gérer les tensions."

 

®Antony Gilles - Internazionale.fr

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JY DS    126
il y a 2 minutes, Don Tony a dit :

"Vous venez de me parler de la volonté de jouer de Joao Mario, et maintenant vous me parlez d’un autre joueur qui pourrait occuper sa place...Est-ce que vous souhaitez me mettre dans la merde avec mon joueur ?"

:D:louol:

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par Don Tony
       
       
      Milan - Luciano Spalletti était l'invité d’une soirée organisée par un Inter Club proche de San Siro. Notre coach a tenu a exprimé son amour et son estime pour notre tifoserie
       
      TIFOSI
      "Je tiens vraiment à vous remercier pour le soutien dont vous nous faites part. Avec vous, tout devient plus facile. Dès les premiers instants de notre rencontre, j'ai compris que  vous teniez à vous faire remarquer, je ressentais que vous vouliez aussi partager un peu de notre responsabilité. J'en ai eu la confirmation immédiatement lorsque je me suis retrouvé à San Siro. C’était important de sentir immédiatement votre soutien, cela nous a rendu plus fort. Ensuite on peut parler des entraîneurs, il y a eu Trapattoni, Herrera, Mourinho… et à chacune de ces périodes historiques, nous avons toujours pu compter sur vous, car vous étiez toujours proche de nous."
       
      Impact sur le monde interiste
      "Cette confiance, ce sentiment, je l’ai ressenti dès les premières secondes. Je ne croyais pas, lorsque je suis devenu l’entraîneur de l’Inter, et avec tout ce qu’il s’était produit à l’Inter, que je trouverais une telle amitié, un tel amour aussi vivant pour cette équipe et pour le Club."
       
      Le Meazza chaud bouillant
      "Nous avons une moyenne de 60.000 personnes au stade, dans une ville tel que Milan où tout devrai fonctionner, c’est comme si nous serions revenu dans le passé, avec les saveurs antiques des Maîtres du ballon rond. La présente de tant de personnes et d’enfant à San Siro nous pousse également, je ressens cela quand je vois les stades remplis et vous qui chantez pour nos couleurs."
       
      Le futur de nos jeunes promesses 
       "Je veille sur les jeunes en collaboration avec Stefano Vecchi qui est exceptionnel. Il est venu en stage de pré-saison avec nous et nous avons parlé de ses gamins, puis, nous nous  sommes accordé, afin que je puisse avoir l’opportunité de les voir en situation réelle. Je suis très serein, car je sais bien que je peux faire confiance à nos entraîneurs pour les jeunes. Les joueurs savent qu'ils doivent montrer ce qu’ils ont dans le ventre, tant au niveau footballistique qu'au niveau mental, il y a besoin d’avoir ces deux aspects pour devenir un champion."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr
       
    • Par Don Tony

       
      Milan – C’est une discussion inévitable en Italie, ce soir,  la Squadra Azzurra joue gros, très gros même, car en cas de contre-performance, l’équipe entraînée par Ventura sera déjà éliminée de la Coupe du Monde par la Suède.  Dans son histoire, les Azzurri ont été absent du Mondial en 1958, compétition qui se tenait en….Suède !  Et du coté de la Fédération Italienne de football, on pense déjà au successeur de Ventura: Avec ses débuts phénoménaux à l’Inter, Luciano Spalletti a tapé dans l’œil de la FIGC.  Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Inter ne compte pas perdre son entraîneur. Cela s’est déjà produit dans le passé avec Mourinho et le Real, et hors de question de revivre une nouvelle traversée du désert en attendant de trouver le "Bon".
       
      Prière d’aller voir ailleurs
      Piero Ausilio, notre Directeur Sportif, s’est livré à Sky Sport : "Je pense à vivre les prochaines heures d’une façon plus relaxante, car c’est l’Italie qui joue et non l’Inter. La tension, pourtant, reste la même, c’est un match où tout le monde doit se faire entendre, où tout le monde doit supporter l’Inter. Il faut gagner.."
      Comment gagner ?
      "En étant attentif un maximum, il faut avoir de la patiente et se montrer capable d’attendre le moment opportun. Le match aller n’était pas un match de haut niveau, mais c’était une partie particulière, avec un but assez étrange. Aujourd’hui, ce sera un tout autre match, j’en convaincu."
      Le dispositif tactique ?
      "C’est impossible d’en inventer un en trois jours."
      Prêter Spalletti à l’Italie ?
      "Nous restons accrochés à lui, nous voulons le conserver et nous sommes convaincus qu’il sera des nôtres pour très longtemps. De plus, le problème des Azzurri ne vient pas du Sélectionneur, mais de l’équipe qui se montre très tendu. Ventura est un grand entraîneur et je suis convaincu qu’il fera de belles choses."
       
      A bon entendeur....
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr
    • Par Don Tony

       
      Milan – 10 buts inscrit lors du dernier quart d’heure sur 23 parties disputées, toutes compétitions confondues. Uune préparation athlétique très élevée à la hauteur de ses attentes, voilà ce qui a permis à l’Inter de reprendre le chemin de la victoire. Les deux collaborateurs de Luciano Spalletti se sont livrés sur notre entraîneur à la Gazzetta dello Sport:
       
      L’Inter de Spalletti ne meurt jamais
      “Dans les dernières minutes, tout se joue dans le mental. Durant cette période, le message footballistique que Spalletti fait passer à l’équipe émerge. Le groupe dispose de cette caractéristique et il s’est adapté à la philosophie de l’entraîneur. Spalletti veut un football positif. Il n’a jamais changé sa méthode d’approche sur la préparation d’un match. J’estime qu’il est devenu un préparateur du Calcio, une discipline complexe, il cherche toujours à avoir une approche intégrée. Actuellement, les entraîneurs cherchent à recréer l’intensité d’un match, à l’entrainement."
       
      Absence de Coupe d’Europe : Avantage ou inconvénient ?
      "Au niveau de la condition physique, c’est un avantage pour l’Inter, mais  en même temps, cela peut être un inconvénient, car si tu joues l’Europe, tu implique plus de joueurs dans les matchs. Il faut prêter attention à la quantité de matchs, à la fréquence des rencontres, à l'importance d'un match. Mais en modulant les efforts et les recouvrements, vous pouvez obtenir un bon retour, même avec deux rencontres à disputer dans la semaine. Cela vous permet de maintenir votre condition et là, c’est une question individuelle."
      "Nous ne pouvons pas savoir actuellement, si les joueurs qui disputent qu’un match par semaine, garderont toujours ce même rendement. Les statistiques doivent être interprétées, car il n’existe pas de science exacte sur l’efficacité d’un joueur sur le terrain. Il peut être dans la meilleure des conditions, tout comme la pire, mais à la fin, si un travail athlétique préparé a été défini et respecté, cela nous apportera de la satisfaction, car le joueur aura suivi les consignes  technico-tactique de l’entraîneur sur tout le match."
      "Sur ces aspects-là, nous pouvons vous dire que nous sommes dans une situation générale positive et la marge de croissance est encore importante. Nous ne savons pas jusqu’où peut aller l’équipe, mais nous sommes convaincus qu’elle peut encore se renforcer à tout point de vue. Cette perception de savoir qu’elle peut s’améliorer est très rassurante."
       
      ®Antony Gilles – Internazionale.fr
    • Par Don Tony

       
      Milan - Milan Skriniar est devenu le chouchou de la tifoserie de l’Inter et l’international slovaque s’est livré au quotidien de son pays : Sport.
       
      Amour des tifosi
       
      "Cela me fait plaisir de voir les tifosi parler en bien de moi. Quand je suis arrivé, les tifosi m’ont demandé à changer de préno,m car je portais celui de notre rival. C’était quelque chose de divertissant. Mais c’est très beau de voir la façon dont me perçoivent les tifosi, je l’apprécie."
      Si je suis arrivé à l’Inter au meilleur moment ?
      "Je dirais oui. Si je n’avais jamais joué, vous ne penseriez pas la même chose, mais j’ai commencé à jouer tout de suite. Spalletti a cru en moi et je lui ai fait comprendre qu’il avait pris la bonne décision. Je voulais venir qu’à l’Inter et je suis très fier que tout se passe pour le mieux. Nous sommes parvenus à établir un nouveau record pour le club, qui n’avait jamais engrangé 29 points en 11 parties."
       
      ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×