Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 03/05/2020 dans toutes les zones

  1. 14 points
    Conte pourrait enfin donner sa chance au ninja qui a toujours réclamé une seconde chance pour prouver qu’il peut revenir à son niveau !! De toute façon Cagliari ne pourra pas le payer il n’a pas vraiment le choix.
  2. 13 points
  3. 13 points
    [ Spoiler ️]Il sera acheté 25 M ...Il jouera quelques matchs de coupe et n’aura pas la confiance de Conte qui recherche de vrai "soldats ". Puis il partira en prêt avec OA de 14M l’année qui suit au Zénith, puis ne sera pas racheté par le club Russe . Puis un article nous fera croire que Conte lui laisse une dernière chance .. Ainsi il sera prêter avec OA de 9M au Galatasary . Il sera acheté par le club Turque 7M étalé sur 9 ans qui aura bien négocié avec nous. .
  4. 13 points
    @toldo.girl On y était ! Quelle nuit c'était ramenez-moi là bas
  5. 12 points
    "Papa, pourquoi tu te tiens à l'arrière comme ça ? Sur toutes les photos, on te voit à peine". Mon fils Leandro me pose toujours cette question. Je venais de marquer deux buts au Bayern Munich, il avait 3 ans : je l'ai mis sur mon épaule et j'ai descendu les marches vers la coupe, vers la gloire. Sur cette scène, il y avait beaucoup d'agitation et j'étais donc là, au fond dans un coin, à moitié couvert, avec Leandro qui me tenait les mains au-dessus de la tête, presque au-dessus des yeux, pendant que Pupi soulevait la Ligue des Champions. Il avait une position privilégiée. Leandro a maintenant 12 ans, il est gaucher, il est attaquant et joue au Racing. Et c'est un super fan interiste. Je sais que vous voulez savoir ce que j'ai fait la nuit avant Madrid, si j'ai eu sommeil, si j'ai rêvé de la finale. Mais pour y arriver, à Bernabeu, je pars de Quilmes, de Viejo Bueno où j'ai grandi, au sud de Buenos Aires. On peut dire que j'ai grandi comme Leandro, avec la balle sous le bras. Quel est le goût du football argentin ? Ce à quoi on s'attend : c'est plein de pression, depuis les jeux des petits. Il y a un esprit de compétition très élevé. Nous partons de rien, nous voulons gagner à tout prix. J'ai également joué second attaquant au Racing. J'y ai appris à développer mes qualités, j'ai toujours été amoureux du jeu, j'étais heureux d'entrer dans les ficelles de la manœuvre offensive avec mes mouvements. Des qualités qui m'ont permises de partir pour ce beau voyage en Europe, à Gênes. A 24 ans, j'ai quitté pour la première fois la maison de mes parents et ma petite amie, qui est devenue plus tard ma femme, et qui a pris l'avion avec moi pour l'Italie. Elle avait 21 ans, elle a tout abandonné pour partir avec moi. L'enthousiasme, ça ne rate jamais. À Marassi, à Saragosse avec mon frère, puis de retour à Gênes. Et puis Inter. L'installation fut facile. Je connaissais déjà Cambiasso, l'ancien coéquipier de mon frère en équipe nationale U20. Cuchu est devenu mon colocataire, j'ai partagé de nombreux moments avec lui pendant cinq ans : sérieux, intelligent, mais heureusement je m'endormais toujours avant lui ! Et puis il y a eu Zanetti : j'avais joué avec son frère Sergio en Argentine. Je me suis senti chez moi et sans aucun doute le rituel de l'asado (viande), avec Samuel comme chef cuisinier, y a contribué. Je sais, la légende le dit et tous mes coéquipiers sont prêts à dire que je ne faisais que manger, mais croyez-moi : parfois, j'ai aussi aidé Walter ! Il était naturel pour nous de rester à la Pinetina même après l'entraînement Nous nous sommes bien amusés, nous avons passé des soirées à rire et à manger. C'était un groupe vraiment uni, avec des séances d'entraînement où l'on pédalait fort, parce que la philosophie devait être : on s'entraîne comme on joue. La personnalité de cette équipe était incroyable. Et Mourinho était proche de tout le monde. Je vous avais promis Madrid, je fais encore quelques détours avant d'arriver à Bernabeu. Le premier est Kiev, simplement parce que je devais revoir le but de Sneijder à la télévision. Je me souviens de ces moments comme si je regardais un film : je ne voulais pas que le ballon dépasse la ligne de but, alors je suis allé le récupérer. Je pensais que la seule chose que je pouvais faire était de donner un coup de pied très fort au gardien de but, puis quelque chose se produirait. Après avoir tiré, je suis tombé sur le sol. Le temps que je me remette sur pied et que je voie Sneijder exulter comme un fou, je n'avais pas réalisé qu'il avait marqué ! Oui, j'ai beaucoup de souvenirs de ces moments, ce sont des moments que j'aime appeler très spéciaux. Et en fait, je me souviens bien de l'horloge du Camp Nou : elle ressemblait à du sel. Je l'ai regardé alors qu'une vie était déjà passée sur le terrain et il indiquait « 15 minutes » : interminable, mais quel courage ce soir-là de la part de tous ! J'ai aussi pris le climat très pesant dans le train Florence-Milan, qui nous a ramenés à la maison après un 2-2 mortel. Mais Pupi nous a aussi donné de l'optimisme ce jour-là. Et il avait raison, en partie grâce à cette incroyable soirée... de pizza chez moi pendant que nous regardions Roma-Sampdoria. Vous connaissez déjà l'histoire, mais c'est quand même un passage amusant de cette saison exceptionnelle : les Roms devant, nous tous tristes. Les pizzas arrivent, ma femme met Augustina, ma petite fille, dans mes bras et Pazzini dessine. A partir de ce moment, je n'ai pas laissé tomber Augustina une seule seconde, et la Samp a gagné ! Gagner la Ligue des Champions était mon rêve, le rêve de tout le monde. Ce n'était pas différent des autres, je peux dire que j'étais calme et concentré, je savais que ce serait difficile mais nous étions convaincus et déterminés. Le rituel était le même que d'habitude, avec le « mate » dans la chambre de Walter Samuel. Ce soir-là, pour nous détendre mais aussi nous motiver, nous, les Argentins, avons regardé "Iluminados por el fuego", un film sur nos compatriotes héros de la Guerra de las Malvinas. Des frissons. Puis tout le monde s'est endormi. La balle de Julio était longue, je l'ai regardée, je suis allé au duel avec Michelines, qui était énorme. Ici aussi, je vois tout, image par image. Wesley était prêt pour la passe : je savais que le ballon venait toujours avec lui. Je suis donc parti tout droit, en profondeur. J'ai fait un bon contrôle, j'ai vu Badstuber arriver sur ma droite. J'ai fait une feinte, on appelle ça une « amague », et après je courais pour exulter. Pour le deuxième but, il faut rembobiner la bande et remonter à 2001 : Racing-Lanus 2-0, avant-dernier match de championnat. Je pense à cette action depuis 9 ans : je pointe le défenseur au Cilindro de Avellaneda, en faisant un crochet, mais avec le ballon qui reste sur ma droite. Presque un tir extérieur, barre transversale, Chatruc marque dans le dos. À Madrid, ma feinte sur Van Buyten était la même que ce jour-là : j'étais juste meilleur pour garder la balle à la bonne distance afin d'ouvrir le plat du pied au deuxième poteau. À ce moment, j'ai idéalement embrassé les fans des Nerazzurri du monde entier. J'étais heureux, je le suis toujours, quand je pense à ce que nous avons fait, tous ensemble. L'empreinte que nous avons laissée dans l'histoire de ce club, notre Inter. Et je vous le dis : jamais, jamais de ma vie, je n'avais vu un stade rempli de gens à l'aube, à six heures du matin. Le retour de Barcelone avait déjà été fantastique, avec l'accueil à l'aéroport. Mais ce matin-là, San Siro était l'endroit le plus magique du monde : il n'y avait que nous, il y avait le peuple Interista. J'étais dévasté. Mais j'ai été submergé par le bonheur.
  6. 12 points
  7. 12 points
    Entre fpd... Ils se reconnaissent.
  8. 11 points
    Hum je suis le premier à déplorer la baisse de l'option d'achat mais au final on s'en tire pour 63M plutôt que 70M. Les bonus sont souvent atteints, il s'agit davantage d'une combine pour reporter une partie du paiement sur l'année suivante. Donc là on fait tout un drame pour 7M ? Sinon on a signé Lautaro pour 25M, De Vrij gratuitement, Eriksen à 20M, Sensi à 25, on a allégé les paiements de Barella et Lukaku sur plusieurs tranches, on a démontré avec le cas Icardi que l'institution prévaut, Perisic va probablement être vendu au Bayern avec qui on soigne nos relations ce qui sera probablement bénéfique à l'avenir, Nainggolan sera réintégré probablement avec - je l'espère - un nouvel état d'esprit, on a retrouvé le LDC chaque année en arrivant successivement 4eme et 3eme depuis la réelle prise en main du Suning, on est en train de projeter la construction d'un stade, la valeur du club est passée de 399M à 983M en 3 ans présentant ainsi la plus forte croissance parmi le top européen, sur les réseaux sociaux idem, on est de plus en plus nombreux, les contrats de sponsoring prolifèrent, on va d'ailleurs pas tarder à snober Pirelli , on se permet de recaler le Grand Barcelone concernant nos meilleurs éléments que l'on a plus besoin de vendre soit dit en passant, etc. Ca va nan !?
  9. 11 points
    Lautaro « accord conclu » avec ... L’INTER ! ️️️ « L'offre que Barcelone a présentée à Lautaro Martinez est incontournable: 10 millions nets par saison, plus du triple de ce que l'Argentin prend à l'Inter avec des bonus. Il est évident qu'El Toro est sensible à l'appel espagnol. Mais cela ne facilitera pas beaucoup la tâche de Bartomeu. Barcelone, s'ils veulent Lautaro Martinez, doivent gravir une montagne. Et quelle montagne!! Il s’agit de 111 jolis millions d'euros. Aussi parce que comme l’explique la Gazzetta dello Sport, Lautaro Martinez est parvenu à un autre type d'accord. Cette fois avec l’Inter !!! Et l'accord prévoit de ne pas forcer la main, de ne pas chercher le bras de fer pour faciliter le transfert à Barcelone. Le transfert n'aura lieu que si LE BARÇA TROUVE UN ACCORD AVEC L’INTER ET RIEN D’AUTRE. Pas d'assistance pour les blaugranas par le joueur. Pour cette raison, Marotta maintient fermement le prix et le désir d'insérer une seule contrepartie dans l'opération. Vous voulez Lautaro? VOUS PAYEZ! AUCUN RACCOURCI, AUCUNE INFLUENCE SUR LE JOUEUR, AUCUNE MANIGANCE ! TU PAYES LE PRIX ! Je prend les paris que Lautaro ne bouge pas de l’Inter ! DANS TA GRAND MÈRE LE CATALAN ! ICI C’EST L’INTER ️️
  10. 11 points
    VECINO SUR LE DÉPART, VALENCE ET SÉVILLE SONT INTÉRESSÉ! https://m.fcinternews.it/in-primo-piano/fcin-vecino-possibile-partente-il-valencia-e-interessato-i-buoni-rapporti-con-l-agente-possono-essere-decisivi-338058
  11. 10 points
    Encore une fois respect Marotta !!
  12. 10 points
    oui j'ai perdu mon travail pendant le confinement à cause de la crise économique c'est pour ça j'ai perdu la carte
  13. 9 points
    BOUTIQUE DU SITE Internazionale.fr continue d'évoluer et s'équipe aujourd'hui de sa propre boutique de t-shirt aux couleurs de l'Inter ! Nous avons pour objectif d'étoffer le catalogue et de vous proposer chaque mois un nouveau design. VOIR LA BOUTIQUE
  14. 9 points
    Oui le Covid j'ai l'impression qu'il ne touche que l'Inter curieusement parce que Chiesa est toujours à 70M, Tonali à 50M, SMS à 100M, Cancelo 60M... Mais nous, pour les pauvres clubs en difficulté qui détiennent pourtant les records de transfert, on va vendre Icardi à 50M pour qu'il soit ensuite revendu le double dès l'été prochain !?
  15. 9 points
  16. 9 points
    Notre pépite contre la poubelle de Barcelone, ça semble intéressant tout ça.
  17. 9 points
    Diego Milito a évoqué la campagne victorieuse du triplé lors d'une interview au magazine Sportweek. Il commence par son arrivée au Meazza : "Je ne me souviens pas du jour, je peux dire que je connaissais bien Milan car j'y allais souvent rendre visite à mes compatriotes et amis qui deviendraient coéquipiers, Zanetti, Cambiasso et Samuel. Cet été là, avant de retourner en Argentine pour les vacances, je me suis arrêté en ville pour chercher un endroit où vivre afin de gagner du temps et me concentrer ensuite uniquement sur le football. J'ai dit à mon père que j'étais heureux de penser que dans quelques mois, je serais moi aussi en Ligue des Champions. Mais à ce moment-là, je n’imaginais même pas que j’irais en finale et que je le verrais moi-même." Première rencontre à l'Inter : "L'ensemble du personnel de direction : Président Massimo Moratti, Marco Branca, Lele Oriali. Moratti m'a serré la main et, avec un grand sourire, ma souhaité la "bienvenue". Au cours de mes cinq années à l'Inter, il s'est comporté comme un père. Pour tout le monde, pas seulement pour moi. C’est pourquoi je dis toujours que ma plus grande joie, le soir de Madrid, lorsque j’ai remporté la Ligue des champions, a été de voir le bonheur dans ses yeux." Le Special One : "Il m'avait déjà appelé au téléphone pour me parler de l'équipe, du système. Puis il m'a demandé si je voulais le numéro 22. C'était celui que je portais à Gênes. J'ai dit, coach, si c'est gratuit, je le prendrai avec plaisir. Il a dit que c'était en fait le numéro d'Orlandoni, le troisième gardien de but. Mais il m'a dit de ne pas m'inquiéter, qu'il allait lui parler. Orlandoni était super, il était fondamental dans nos victoires, toujours une attitude positive, il a gardé le moral de l'équipe. Mourinho a su diriger une équipe comme nous, trouver un compromis entre tout le monde pour atteindre les objectifs. Il a fait ressortir le meilleur de chacun en alternant entre être gentil et méchant. Il m'a même crié dessus pendant les matchs, il savait que les réprimandes, même les plus fortes, dirigées vers moi, étaient mille fois plus fortes." Javier Zanetti : "Extraordinaire. Un exemple d'attachement au travail. J'ai réfléchi sur moi via lui, nous semblions être les mêmes en tout. Un vrai capitaine. Je me souviens du retour en train après Fiorentina - Inter (2-2). Koldrup, un défenseur, avait marqué presque à la fin et la Roma nous avait dépassés au classement. Zanetti est passé entre nous, nous étions tristes, la tête baissée, et il était plein d'énergie, nous allons gagner le Scudetto, a-t-il répété. Nous gagnerons le Scudetto, a-t-il dit. Nous allons gagner ! Et puis ce Roma-Samp que nous avons regardé à la maison. Si la Roma avait gagné, elle aurait eu le titre en poche. Nous les avons regardés assis sur le canapé, je me suis presque allongé avec Agustina, née un mois plus tôt, allongée sur ma poitrine. Ma femme est passée, et m'a dit tu veux me donner le bébé ? Non, laisse-la ici, lui ai-je répondu. Je l'ai gardée avec tout le match, ça s'est terminé 1-2." Esteban Cambiasso : "Il est le joueur tactique le plus intelligent avec lequel j'ai jamais joué. C'était un meneur sur le terrain, il lisait le jeu avant les autres. Il connaissait ses forces et ses faiblesses, et cela en fait un grand footballeur. Il savait qu'il n'était pas rapide, il savait qu'il avait des ennuis avec un jeu ouvert et c'est pourquoi il a toujours gardé l'équipe serrée. Au camp d'entraînement, nous étions ensemble dans une pièce. On regardait la télé tout le temps, les films argentins, puis je m'endormais un peu plus tôt. Avec lui et Zanetti, nous allions boire du maté dans la chambre de Samuel parce que c'est lui qui le préparait." Walter Samuel : "L'une des meilleures personnes que j'ai rencontrées en dehors du terrain, dotée d'une bonté particulière. Mais sur le terrain, il se transformait, en quelqu'un de dur, graveleux et diabolique. Combien de fois j'ai joué contre lui, en Argentine ou à l'entraînement, à l'Inter et en équipe nationale. Ils avaient raison de l'appeler le Mur, redoutable sur le plan tactique, pour lui c'était une question d'honneur de ne pas céder." Une équipe soudée : "Nous sortions dîner ensemble. Bien sûr, il était plus facile de passer du temps avec d'autres personnes mariées comme moi qu'avec Balotelli, par exemple. Il était très jeune, il avait des routines différentes. Nous allions dans les restaurants, il allait dans les clubs. Mais nous étions vraiment une équipe formidable et unie, je me souviens des barbecues à la Pinetina à la fin de l'entraînement, tous ensemble, y compris les Italiens et Eto’o, mangeant et riant le soir." Les brésiliens : "J'avais une relation spéciale avec Julio. J'habitais près de San Siro, il était à l'étage au dessus du mien. Nos femmes étaient amies et nous allions à Appiano Gentile ensemble. Ensuite, bien sûr, nous nous moquions les uns des autres, je lui disais comment je marquerais un but, il disait qu'il me les arrêterait tous." Toldo, Materazzi et Eto'o : "On a dit que l'Inter n'était pas très italien, ce qui les a fait se sentir encore plus importants et impliqués au sein de l'équipe. Matrix et Toldo nous ont gardés de bonne humeur, ils étaient des leaders dans une équipe qui en avait beaucoup. Et autant de personnages, Muntari par exemple. C'était vraiment un gars original et à l'entraînement, il était dur. Je suis fier d'avoir joué avec Samuel Eto'o. Je suis plutôt un attaquant de surface, il peut jouer près de moi et plus loin, s’adaptant au sale boulot. Pour l'Inter, il s'est rendu disponible, se sacrifiant même en tant qu'arrière." Les moments les plus importants : "Kiev, en Ligue des champions. Nous étions menés 1-0 à quatre minutes de la fin, nous étions en novembre et sortis de la Ligue des champions. Mou nous avait chargé à la mi-temps car il était le seul à être capable de le faire. Sur le terrain nous n'avons pas abandonné, et Sneijder et moi avons renversé la situation en prolongation. Encore une fois, la Ligue des Champions, les quarts de finale contre Chelsea. Ils étaient l'équipe à battre, nous avions prié pour que le tirage au sort les éloigne de nous. Quand ils sont venus, Eto’o a marqué et nous avons joué l'un de nos meilleurs matchs. Enfin, la demi-finale contre Barcelone, 3-1 à domicile, 0-1 à l'extérieur, avec dix hommes. Très dur et excitant." Le rêve du Triplete : "Oui. Pour nous, c'était un rêve, et cela nous a donné la force de le réaliser. Mou nous a dit que nous devions rêver, c'est bien que vous le fassiez, mais vous n'avez pas à transformer le rêve en obsession. Nous avons réussi et nous avons gagné." Ses buts marquants : "Le but où il y avait l'esquive contre Van Buyten et le toucher de balle sur la sortie de Butt, sympa, oui. Mais celui contre la Roma, en finale de Coppa Italia, un centre du pied droit au deuxième poteau, je le mettrais au même niveau." Scudetto ou C1 ? "J'ai beaucoup aimé le Scudetto. Ce fut une lutte d'un an, à un certain point, il semblait nous avoir échappé." Pour terminer, Milito a parlé de ses commentaires après la finale de la Ligue des Champions où il avait suggéré qu'il pourrait quitter le club : "C'était une erreur. Pendant mes années à l'Inter, j'ai eu des offres, mais lorsque vous vous sentez bien dans un endroit, vous ne devriez pas le quitter. Et je ne l'ai pas fait." ®alex_j - internazionale.fr
  18. 9 points
    Le jour de son 75ème anniversaire (hier), Massimo Moratti a envoyé un message aux intéristes, rappelant un peu le jour du Triplé il y'a 10 ans. Voici un extrait de la lettre publiée par Inter.it : "Je n'ai jamais perdu le sommeil avant un gros match mais souvent, quasiment tout le temps même, l'Inter occupe mes pensées jusqu'au moment où je m'endors. De douces pensées, des fantaisies concernant le terrain : je crée des schémas de jeu, j'imagine des actions qui mettent en scène nos champions. Un truc de tifoso en somme, pour relâcher la tension. Le matin ensuite, on passe à la phase pratique, des choix, des décisions, des obligations. Si je me suis énervé des fois? Des fois oui, je l'admets. Je pense que la plus grosse colère, celle où je me suis fait le plus entendre parce que je pensais que c'était ce qu'il fallait faire et c'était même indispensable, c'était lors de l'élimination contre Manchester United en Ligue des Champions en 2009. On peut accepter de ne pas gagner mais à un moment j'avais compris que nous pouvions faire un saut de qualité, franchir un palier. Certains détails aident à progresser. Le derby d'août 2009 je m'en souviens parce au-delà d'une rencontre merveilleuse avec des buts magnifiques, c'était un match qui arrivait après des débuts difficiles : la défaite en Super Coupe, le nul contre Bari. C'était aussi la première de Sneijder. Je vis une équipe très forte avec la conscience d'avoir ce qu'il faut. Ce dont tout tifosi rêverait : un groupe conscient de sa propre qualité. Kiev et Londres sont deux étapes fondamentales de cette chevauchée. Je n'étais pas du voyage en Ukraine. Nous avions en face ce Shevchenko qui nous avait toujours donné du fil à retordre. C'était important de ne pas refaire les mêmes erreurs qu'avant. Nous avions déjà subi une élimination à Kiev quelques saisons auparavant. Le final de ce match est mémorable avec la patte de Milito sur les deux buts. Quel joueur, ce Diego... Contre Chelsea cela dit, ce fut la vraie preuve de notre maturité. De Barcelone-Inter, tout le monde se souvient de ma réaction, la célébration rapidement mesurée pour aller saluer le président du Barca. Mais quelques minutes avant, il s'est passé des choses qui ne furent pas capturés par les caméras. J'ai senti mon cœur faire des bonds dans ma poitrine. Le temps s'est arrêté. Je n'entendais plus rien, j'ai vu l'arbitre faire un pas et indiquer un coup de pied arrêté. C'est là que le temps a repris son cours normal et j'ai repris mes esprits. A ma droite, Joan Laporta était debout, il exultait. Moi, j'étais assis. Je l'ai tiré par le bras pour le lui dire: "Ils l'ont annulé", je me souviens encore. Et oui, le but de Bojan avait été annulé. Il y a 10 ans. Je faisais le voyage vers Sienne, le cœur plein d'espoir. Tout comme tous nos supporters. Je savais que ce serait une bataille, sur un terrain tout petit dans un stade que nous connaissions bien. Ce fut un bel anniversaire, rien à dire sur cela, plein de souffrance mais aussi d'enthousiasme. Et il fallait en plus planter la dernière banderille, celle de Madrid. Au coup de sifflet final au Bernabeu, je n'ai éprouvé que de la joie. Une joie pleine, totale. Tout ceci s'est passé il y a 10 ans. Les souvenirs ne se sont pas évanouis, les émotions ne se sont pas effacées. A la tête de l'Inter, aujourd'hui il y a une famille qui a la même passion que la nôtre. Steven Zhang m'a répété maintes et maintes fois sa fierté d'être président de ce club. C'est un jeune, intelligent et sensible. Et c'est un interiste. Il n'y a qu'un seul mot pour décrire les interistes. Amoureux. Nous en avons toutes les caractéristiques, les défauts comme les qualités. Notre amour est inconditionnel pour les couleurs nerazzurri. A tout jamais. Massimo Moratti" ®Samus - internazionale.fr
  19. 9 points
    Super ! Le retour de ver gris...
  20. 9 points
    Le pire dans tout ça , c’est que c’est le mec dont on entend le moins parler,il es tellement humble,je le respecte vraiment ce joueur et cet homme.
  21. 9 points
    Les compagnes, ça compte ?
  22. 9 points
  23. 8 points
    C'est fait. En pur troll j'ai pensé le mettre en Légendes du club
  24. 8 points
  25. 8 points
    J'espère qu'il se fera les croisés dès le premier match avec son nouveau club.
  26. 8 points
  27. 8 points
    Il ne faut jamais se moquer de Marotta, sinon le Barça l'aura bien... PROFOND
  28. 8 points
  29. 8 points
    La question ne se pose même pas. C'est non. On parle du Barça qui nous a fait chier pour Rafinha. On parle du PSG qui claque 400M dans un mercato et qui vient jouer le coup de la crise alors qu'on leur a déjà fait un sacré cadeau. Être un grand club c'est aussi savoir posé ses balloches sur la table quand on négocie avec ses pairs. On est pas des guignols. Perisic a la limite parce que lui rien à battre, mais on en est pas a point où on peut se permettre de faire des cadeaux à d'autres grands clubs quand eux ne nous laissent même pas leurs miettes.
  30. 8 points
    Voilà une vraie belle piste. Trop belle pour nous j'en ai peur mais quel pied si cela venait à se faire !!!
  31. 8 points
  32. 8 points
    L’INTER LACHE RECULE POUR CHIESA! - Le club préféré se concentrer sur le pistes Werner et surtout un éventuel retour de Cancelo. Je préfère Cancelo à Chiesa, 100%
  33. 8 points
    Allez on dit 15 et on se serre la main. On aura pas plus pour lui, il fallait le vendre juste après sa CDM.
  34. 8 points
    Selon La Cuerta ( Journal Chilien ) , Arturo Vidal aurait exigé un salaire de 13M/an pour accepter l'inter. ( Il voudrait signer un dernier gros contrat , parce que ça sera surement le dernier au haut niveau de sa carrière selon une source proche du joueur .) https://www.sportmediaset.mediaset.it/mercato/mercato-ora-per-ora.shtml
  35. 8 points
    Imagine tu perds Lautaro et Skriniar pour Cancelo et Umtiti Nan je rigole... Mais imagine quand même
  36. 8 points
    Je comprends pas .. Vidal on le veux alors qu’on a un Vidal à 10x mieux et il s’appelle Naingollan .
  37. 8 points
    @A l ancienne Oui, c'est notre malheur... On héberge le Rubentino le plus prolifique d'Europe de l'Ouest... - Inscription : 1er avril 2019 (déjà, LA blague). - 406 jours entre cette funeste date et aujourd'hui. - soit un ratio de 11.33 message par jour. - On va dire que Monsieur dort 8h et perd 8 autres heures pour vivre : manger, se laver, aller au pot, conduire, un (ou 2) petit tour sur Youporn, peut être même travailler !!! Soit, seulement 8h à nous consacrer. - ratio affiné de 480mn/11.33 message = toutes les 42.36mn, il nous pond un message... (dont souvent, tout le monde se fout...) A ce la, il faudrait aussi déduire les 50 RKO et ban pour affiner encore le ratio... Mais, en gros, @Megabass, supporter de la Rube à la base, PENSE A l'INTER une fois toutes 42 minutes et ceux depuis 1 an, 1 mois et 10 jours. Fabuleux non ?
  38. 8 points
    L’INTER ACCÉLÈRE POUR TONALI : UNE AFFAIRE À « LA BARELLA » ? LE CLUB A OBTENU L’ACCORD DU JOUEUR ! En avant toute sur Sandro Tonali. Le Corriere dello Sport souligne ce matin le grand travail de Marotta et Ausilio sur le bijou de Cellino et voit l'Inter toujours plus proche du milieu de terrain prometteur de Brescia. La compétition de la Juve doit être battue, mais en attendant les Nerazzurri récoltent la "forte approbation" de Tonali lui-même: avec les mêmes offres, le président du Brescia a déjà expliqué qu'il lui laisserait le choix. Selon Le Corriere, pour obtenir Tonali, l'Inter fonctionne sur la base d'une manœuvre de «style Barella»: prêt avec obligation de remboursement et inclusion de bonus liés à la présence. ´Tout cela pour adoucir une estimation qui serait autrement de cinquante millions d'euros", lit-on. Mais Cellino pourrait être destiné à réduire les demandes actuelles étant donné la pandémie qui a calmé les prix. Cette affaire va finir pratiquement au même montant que Barella, ça va frôler les 40/45 en plusieurs fois
  39. 8 points
    C'est fou comment on négocie des conditions avec certains clubs et ils essayent de nous la mettre a l'envers à chaque fois. Le barcachiasse n'a pas voulu nous laisser Rafinha quitte a ce qu'ils le récupèrent en le laissant sur le banc de touche. Le QSG etait tout content en début de saison d'avoir récupérer un attaquant de classe mondiale en prêt avec une option d'achat à 70M. Ils se pavanaient tous fier disant qu'ils avaient fait une très bonne affaire pour un joueur qui valaient au moins dans 100M. Et maintenant ces deux clubs de merde, puisqu'il s'agit de l'Inter, ils proposent 60M pour Lautaro alors qu'il a une close a 111M et une ristourne pour Icardi !!!!!! Foutage de gueule quand on sait que ces bidets de clubs ont payé un Coutinho a 160M et un Neymar a plus de 200M. Sortez vos putains de chequiers !!!!!!
  40. 8 points
    Le meilleur club de Serie A ? "L’Inter !"
  41. 8 points
    C’EST DE L’ACHARNEMENT ! STOP AUX COMPLOTS ! VOUS ÊTES DES MAUVAIS PERDANTS! ON A PAS BESOINS D’ARBITRES POUR VOUS BATTRE! Tout ce ci n’est que le fruit du hasard, mais je me pose une question... si ce n’était qu’une erreur d’arbitrage, qui peut arriver à n’importe qui bien entendu... pourquoi cet arbitre a été éloigné de tout les matchs de l’Inter ?
  42. 7 points
    Mais comment ça surenchérir ? Dites moi pas que tout l’argent de Icardi va servir pour Tonali ? Que ceux qui en ont marre qu’on soit un club de pigeon liker mon post pour voir on est combien ?
  43. 7 points
    @SoTchitch Je pense que tu ne prends pas tout en considération pour dire ça. Il faut savoir qu'aujourd'hui Icardi à une valeure marchande de 60M€. La crise économique liée à l'épidémie étant passée par là.. Ce qui fait qu'on puisse exploser les prix sur un transfert, c'est le fait de vouloir racheter un joueur clé d'une équipe, un joueur à potentiel futur, ou un joueur avec un contrat à échéance lointaine. Dans notre cas avec Icardi, aucun de ces points n'est valable. Et les deux années de contrats qu'il lui reste avec l'Inter sont difficiles à inclure dans la négociation étant donnée que nous souhaitons clairement nous en séparer et que toute la planète foot est au courant. Donc utiliser le mot "pathétique" pour définir la vente estimée à au moins 60M€ d'un joueur acheté 13M€, utilisé 5 saisons avec un rendement plus que satisfaisant, qui aujourd'hui n'a plus la moindre possibilité d'être conservé au sein de notre club, ça me paraît un peu à côté de la plaque.
  44. 7 points
    Rassurez-moi, c'est une "running" blague, c'est pas vrai, ils n'ont pas vraiment fait ça ??? En janvier, on pouvait encore déconner mais là... Non quoi ! http://www.maillots-foot-actu.fr/championnat-italien/inter-milan/inter-milan-2021-nouveaux-maillots-de-football https://footdealer.com/product/maillot-inter-milan-domicile-2020-2021/
  45. 7 points
    L'autre teubé de Wanda a pris le soin d'écrire "Au revoir" dans son message d'hier. Une façon pour dire qu'Icardi ne sera pas un joueur du PSG l'année prochaine ? Vivement qu'il s'enlise ce mec, juste pour que plus personne ne s'intéresse à cette débile mentale.
  46. 7 points
    Dieu bénisse !!! L’infâme chilien se sent bien au barca et dement les rumeurs du marché !! C’est parfait épanouie toi et reste loin de nous.
  47. 7 points
    @Trent_FCI, je t'autorise à ne plus avoir de pitié pour lui Il parle d'une connaissance alors que l'on sait tous qu'il parle de lui
  48. 7 points
    Tout beau , tout neuf sur le forum enfin beau . Bonjour j'ai découvert ce forum récemment et j'ai enfin décidé de m'y inscrire. Cannois de naissance et intériste de coeur depuis Rummenigge donc avant hier . Je trouve ce site très bien organisé et riche en infos que vous faites vivre .
  49. 7 points
    Ces derniers jours, Giuseppe Pecoraro, ancien Chef du Parquet de la FIGC, s’est livré au quotidien "Il Mattino". Dans son collimateur, Daniele Orsato et le Derby d’Italie 2018 polémique perdu par l’Inter 2-3 alors qu’elle s’était retrouvé quasi immédiatement en infériorité numérique. Plus que ce Derby d’Italie perdu, cette rencontre se sera avérée fondamentale pour la Juventus dans son duel à distance avec le Napoli. Rafinha / Pjanic Ce fut un match décisif dans la course au Scudetto 2017-2018, avec le Napoli de Maurizio Sarri voyant la Juve battre l'Inter 3 buts à 2 au Meazza le 28 avril 2018. La plupart seraient d'accord pour dire que Miralem Pjanic a été extrêmement chanceux de ne pas recevoir un deuxième jaune pour sa faute sur Rafinha, d'autant plus que Matias Vecino avait déjà reçu un rouge direct. Le procureur de la FIGC, Pecoraro, s'est entretenu avec le journal Il Mattino et a révélé certaines anomalies lorsqu'il a tenté d'enquêter. "C'est l'arbitrage d'Inter-Juventus par Daniele Orsato qui m'a conduit à avoir des tensions avec les arbitres", a déclaré Pecoraro qui a démissionné de son poste en décembre 2019. "J'avais reçu des plaintes concernant ses performances de diverses associations et groupes de tifosi. Je ne pensais pas que nous trouverions quelque chose d'ennuyeux, mais par précaution, j'ai essayé d'ouvrir une enquête. J'ai demandé à l'AIA (Association des Arbitres Italiens) puis à la Lega Serie A, juste pour être sûr, d'écouter le dialogue audio-vidéo entre le VAR et l'arbitre pendant ce match." "J'ai dû insister, sinon quel genre de procureur suis-je ? Ils ne nous ont remis les fichiers qu'au début de la saison suivante, mais il y avait une surprise en stock… Nous avons ouvert le dossier et la seule partie qui n'avait pas été enregistrée était la seule qui nous intéressait : Le passage entre Orsato et le VAR lorsque Pjanic n'a pas été expulsé. La raison ? Ils m'ont dit que ce n'était pas là et que c'est tout ce qu'ils avaient. Nous avons besoin de plus de transparence." Pour rappel, la Juventus a ensuite dépassé le Napoli pour gagner le Scudetto cette saison-là. Cependant, l'ancien arbitre Luca Marelli a souligné la raison pour laquelle il n'y a aucune intervention du VAR : "Ce n'est tout simplement pas dans le protocole d'intervenir pour un avertissement, même s'il s'agit d'une deuxième faute punissable. Donc, alors que la faute de Pjanic aurait dû être sanctionnée par un carton jaune, ce n'est pas ce sur quoi le VAR était autorisée à intervenir." Présentation à la Justice Lors de ce match, l’Inter, alors en infériorité numérique, avait pris le meilleur sur la Juventus, avant de s’écrouler dans les dernières minutes de jeu. Si à 10 contre 11 le match était déséquilibré, à 10 contre 10, le match aurait pu connaitre une autre destinée : victoire de l’Inter, match nul ou même une victoire Bianconera. Quoiqu’il en soit, cet évènement aura entaché le titre remporté au forceps par la Juve sur le Napoli. Sur la base de cette information, et comme le rapporte le Corriere Dello Sport, cette situation sera consignée au Procureur de la République de Milan, pour la compétence territoriale, et au Procureur de la République de Rome car c’est là que se trouve les bureaux de la FIGC et de l’AIC. L’enquête devra mettre en lumière s’il y a eu une falsification des documents d’enregistrement entre la salle VAR représentée par l’arbitre Valeri et l’assistant Galliatini, et l’arbitre Daniele Orsato. "A l’époque, Pecoraro avait demandé des explications sur la non-présence de l’audio. Pour éclaircir les faits, une note de la Liga et des emails entre Nicola Rizzolli, le désignateur des arbitres, Roberto Rossetti, responsable en son temps du projet VAR et Alexandro Arduino, Chef du projet HawkEye Italia et qui octroye la VAR, avait été présenté." "L’Audio n’avait pas été repris, celui relatif à l’incident, car il ne rentrait pas dans le protocole de l’IFAB (Assignation d’un but, d’un pénalty, d’une exclusion directe ou d’une erreur de personne) Les faits relevant du protocole se retrouvent eux archivés pour des raisons d’études et pour la mise en application de la VAR." "Pecoraro avait également souligné que le matériel fut transmis à la Lega et qu’en l’absence d’une irrégularité évidente, que le dossier avait été archivé." Mais "Les arbitres font l’usage de quelques stratagème pour contourner le protocole stricte afin de venir en aide à l’arbitre sur le terrain. Et c'est ce qui se serait passé au Meazza dans les échanges entre le VAR et l’arbitre de terrain ." "Déjà dans les jours qui ont suivi le match, les faits qui se sont produit au Meazza laissaient entrevoir et suggérer une sorte d'échange de la VAR à l’abitre international de la section de Schio. Il s’agissait de signalisations indirectes, qui sont souvent utilisées" "Étant donné que sur un second avertissement manqué, le Protocole de l’IFAB ne présentait pas ce cas de figures, la phrase qui aurait été employé fut la suivante : "Ce n’est pas un rouge, ce n’est pas un rouge", mais pour confirmer l’erreur d’interprétation, ceci aurait été communiqué : "La faute commise ne recommande pas un rouge directe, mais sans aucun doute un carton jaune." Le Corriere souligne qu’Orsato, à cet instant précis, n’a pas suivi cette recommandation, depuis lors, il n’a plus arbitré un seul match de l’Inter à tel point qu’il représente la plus longue séparation entre un arbitre et un club de Serie A. Le Corriere Dell Sport se demande également si l’intérêt d’Orsato n’est pas de rester à l’écart des Nerazurri étant donné que Rizzoli l’a pratiquement écarté d'une telle possibilité. Le meilleur pour la fin Et préparez vos sachets pour vomir : alors que l’affaire reprends de l’ampleur, l’AIA a annoncé la promotion, en qualité de "Nouveau représentants des arbitres en activité", de Daniele Orsato. ®Antony Gilles & Alex_J - Internazionale.fr
  50. 7 points
    Pendant deux ans, à partir de ce moment là, Maicon a clairement été le meilleur à son poste, à lui seul capable d'animer un couloir, physiquement monstrueux, offensif à souhait malgré quelques centres pourraves... Bon après Alves dans le collectif du Barça, c'était et c'est encore du jamais vu, un terzino capable de jouer meezz'ala, avec une technique de trequartista dans les 20 derniers mètres, etc....
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+02:00
×
×
  • Créer...