Aller au contenu

Victor Newman

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    23 985
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    182

Victor Newman a gagné pour la dernière fois le 1 décembre

Victor Newman a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

5 949 Adulé

À propos de Victor Newman

  • Staff du site
  • Date de naissance 03/11/1981

Liens & réseaux sociaux

  • Site web
    http://Internazionale.fr

Informations

  • Lieu
    San Siro, Milano
  • Joueurs
    J.Zanetti, Cambiasso, Ronaldo,Vieri

Visiteurs récents du profil

15 874 visualisations du profil
  1. Victor Newman

    Message subliminal d’Icardi

    Si tu suis parfaitement bien le site/le forum, tu sais que ce genre de comportement n'est pas toléré. Peu importe la date d'inscription. Un ancien peut être sanctionné comme un nouveau qui a qu'une journée à son compteur Donc 2 semaines de suspension. Merci à @Batistuta9 et @bouba930 de ne plus réagir aux commentaires précités
  2. @Regalino je te cache pas que ça fait aussi spécial chez nous son arrivée, ce qu'il avait pris avant dans les lattes quand il critiquait l''Inter Manque plus que Conte pour le coup, franchement ça fait vraiment spécial, surtout qu'il est super compétent
  3. Victor Newman

    Stade Giuseppe Meazza, le projet choc

    Quand je me suis fait opéré à deux reprises de la mâchoire, le Chirurgien m'a dit: Va vous falloir du mental pour la suite J'ai répondu texto, je supporte l'Inter de Milan, je suis bien préparé
  4. Ce jeudi 13 décembre 2018 est à marquer d’une pierre blanche : Giuseppe Marotta est devenu le nouveau patron de l’aire sportive Nerazzurra. A travers le site officiel du Club, Beppe a livré ses toutes premières impressions : "A dater de ce jour, je fais partie de la Grande Inter. C’est pour moi un motif de grande fierté, je ressens cette motivation importante qui est celle de devenir l’Administrateur-Délégué de l’aire sportive. C’est une expérience importante pour ma vie professionnelle, remplie d’importantes responsabilités. Mais je n’en suis pas surpris, c’est le début d’une nouvelle histoire et elle se devra d’être gagnante." Le nouvel organigramme Avec l’annonce officielle, le FC Internazionale Milano a immédiatement procédé à l’établissement d’un nouvel organigramme : Giuseppe Marotta est nommé Administrateur-Délégué Sport, Alessandro Antonello sera à ses côtés et assumera, à poste égal, le rôle d’Administrateur-Délégué Corporate. Ce qui revient à dire que Beppe devient immédiatement responsable de l’ensemble de la section sportive du club, Alessandro, lui sera responsable de toutes les autres activités de l’Inter à savoir l’économie, les finances et la gestion quotidienne de l’Inter. Beppe aura à son service Piero Ausilio, le Directeur Sportif de l’Inter et Giovanni Gardini, le Chief Football Operations Officer. L’Inter adopte donc la position d’un modèle sociétaire composé de deux Administrateurs-Délégués qui auront un lien direct avec le Président de l’Inter, Steven Zhang : "Il s’agit d’un changement important pour le club, en ligne avec notre objectif de devenir un club gagnant, une Azienda couronnée de succès. Comme l’Inter, je veux gagner, être passionné, inspiré et m’unir aux autres à travers le football. Beppe est l’un des meilleurs dirigeant dans le monde du ballon rond et il nous aidera à atteindre nos objectifs. Alessandro garantira l’amélioration de nos performances, la réalisation de nos projets stratégique et la promotion des valeurs du Club à l’intérieur même de cette organisation." - Steven Zhang. "Je suis fier et heureux de débuter cette nouvelle expérience professionnelle dans ce club aussi prestigieux qu'est l’Inter. Le président Zhang a un projet ambitieux et je suis impatient de pouvoir enfin agir activement. Je veux remercier aussi le Propriétaire de l’Inter, Jindong Zhang et le Groupe Suning pour la confiance qu’ils m’ont accordé, je suis certains, qu’ensemble, nous parviendrons à nouveau à faire de l’Inter un club gagnant." - Beppe Marotta. La première interview à Inter Tv "Je débute un nouveau chapitre, un parcours avec les mêmes caractéristiques qui m’ont permis de vivre d’autres expériences. Je dispose d’une grande passion, d’une grande détermination et d’une envie importante de replacer l’Inter au sommet le plus tôt possible. Je suis né dans le Calcio, lorsque cette grande opportunité s’est présentée je n’ai pas hésité un instant à l’accepter. J’ai rencontré le propriétaire et j’ai compris qu’il y a une envie tellement importante d’offrir de grands succès aux tifosi. Il y a tellement de confiance envers notre Management, à nous de vous renvoyer l’ascenseur." L’équipe "Les points à dispositions sont encore nombreux, ce n’est pas le moment de se relâcher et il faut comprendre que tous nos objectifs sont atteignables. La rencontre de samedi, face à l’Udinese, est importante pour retrouver cette estime qui a forcément disparu. L’Inter doit avoir un rôle capital dans le football européen. Son Histoire parle pour elle, je vous le dit, son palmarès est riche de succès. Il sera également normal de devoir prendre et avoir un rôle autoritaire sur certaines décisions." "L’Inter est une marque extrêmement forte qui dispose de tant de trophées conquis, de si grands joueurs et de l’amour des tifosi envers ses couleurs qui sont indélébiles et nous nous devrons de chercher à maintenir toujours notre niveau au sommet." Le Dirigeant qui manquait tant Il s’agit-là de l’information de La Repubblica, Marotta EST le Dirigeant qui faisant tant défaut à l’Inter depuis tant d’années…. L’arrivée de Giuseppe Marotta a comme effet un futur incertain pour Luciano Spalletti : "Ce n’est pas le Messie car personne ne l’est, il n’est pas non plus l’homme qui va résoudre tous les problèmes d’un seul coup de baguette magique car il n’est pas Mandrake. Forcément, un jour, comme un Roi Mage, il pourra offrir à l’Inter: Antonio Conte ou Diego Simeone, mais parler d’eux actuellement est encore prématuré." "Placé à la tête de l’aire sportive par le Conseil d’Administration, le Club Nerazzurro va adopter une physionomie plus rationnelle. L’engagement d’un dirigeant tel que Marotta qui dispose d’une histoire de succès et d’une expertise de la science du terrain, du vestiaire et de parolier est ce qui manque depuis des années.", affirme le quotidien. "Les critiques envers l’actuel entraîneur interiste sont fortes, extrêmement puissantes : C’est l’opinion diffusée, maintenant que l’on sait déjà que Marotta est à l’Inter, celui-ci ne va plus laisser Spalletti avoir la liberté d’errer, de pécher et de se tromper comme ce fut le cas ce dernier mois." "Nous n’aurions peut-être pas vu Candreva au milieu du terrain, ce qui reste le principal mystère "bluffant" de la soirée, nous ne verrons plus un blocage total comme ce fut le cas depuis le 1-0 du Psv et une première mi-temps composée d’incroyables balbutiements." "Nous ne verrons plus non plus une minute de célébration depuis le 1-1 d’Icardi comme s'il s’agissait d’un but décisif, mais nous verrons l’équipe être à tête reposée concentrée sur l’objectif de viser le 2-1 et non plus de se contenter d’un match nul, nous ne verrons plus l’équipe se réveiller uniquement après le 1-1 du Tottenham." "Et surtout nous ne verrons plus sur le terrain Politano, qui était encore le meilleur joueur, même fatigué, se faire remplacer alors qu’il est en pleine forme pour voir rentrer Vrsaljko. Toutes ses choses vont devoir rentrer dans la tête de Spalletti qui va être mis sous pression." Qui pour le remplacer ? Les noms cités dans la presse sont toujours les mêmes. Marotta dispose d’un Général en la personne de Conte, mais Antonio n’est pas l’unique nom pour être nommé entraîneur de l’Inter. L’autre piste chaude est celle de Diego Il Cholo Simeone, qui dispose de toutes les qualités du parfait Interiste, ce qui peut s'avérer très utile. Les 4 points clés Pour la Gazzetta Dello Sport, l’Inter dispose d’un calendrier qui la verra dans les trois prochains mois faire face à des équipes abordables et également le Napoli, le Torino et la Fiorentina. Il sera donc impératif pour le club de blinder sa place pour l’Europe le plus tôt possible pour s’éviter de nouvelles complications lors des confrontations directes. Pour le faire, il sera utile de voir Marotta accompagner Spalletti avec comme objectif d'éviter de voir l’Inter réaliser à nouveau une période hivernale négative comme c’est la cas lors de chaque saison. Une seule victoire en sept matchs est déjà trop et il n’est pas nécessaire de continuer cette série. Premier point : L’entraîneur "Il y a plusieurs points d’interrogation autour de la personnalité de Spalletti dans sa capacité à résister à la pression. Son poste n’est pas remis en jeu dans l’immédiat, sauf si l’équipe s’effondre totalement. Mais en vue de la prochaine saison, l’Inter devrait agir différemment et l’association avec Conte devient naturelle, lui qui avait déjà été approché il y a deux étés. Entraîneur libre, il a lui aussi l’envie de prendre sa revanche sur la Juventus. Attention toutefois à Diego Simeone dont sa gestion à l’Atletico Madrid séduit littéralement la Famille Zhang, un retour éventuel de Josè Mourinho ne serait pas non plus une surprise. Second point : Les règles Il a été suggéré à Icardi de ne pas saisir l’opportunité de signer à Madrid. Il faut régulariser cette situation, et le savoir-faire de Marotta combiné à Steven Zhang en personne permettront de définir un nouveau système de réglementation. Troisième et Quatrième point : Le Mercato et le Noyau Zhang a en tête l’idée de révolutionner l’équipe en choisissant si possible des joueurs italiens. L’élimination en Ligue des Champions ne facilite pas son projet en vue de cette dernière étape en relation avec le Fair-Play-Financier. L’Inter devra parvenir à réaliser des plus-values estimées entre 40 et 50 millions d’euros d’ici au 30 juin 2019. Ce qui est certain, c’est qu’un grand joueur partira et le nom de Milan Skriniar est actuellement celui qui plait le plus à l’étranger. Mais à dater du 1er juillet, ce scénario changera, même s’il ne faut pas s’attendre immédiatement à recruter un Top Player du calibre de Cristiano Ronaldo, l’Inter prévoyant de toujours respecter les règles mises en place par l’Uefa afin de ne pas se faire sanctionner. Il s’agit-là du début d’une nouvelle ère, une page d’or s’ouvrira-t ’elle ? Sondage : Êtes-vous d'accord avec son arrivée ? Vous êtes actuellement 60% à dire "Oui, c'est un excellent manager et sera utile" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Victor Newman

    Giuseppe Marotta

    Beppe Marotta attendu comme un Top Player : Ou alors, il y a un fameux défilé de Lingerie È il gran giorno di Beppe Marotta. Alle 14 un consiglio di amministrazione convocato ad hoc da Suning nominerà il nuovo amministratore delegato per la parte sportiva, seguiranno annuncio ufficiale prime parole al canale tematico del club". Lo conferma Tuttosport, che poi aggiunge: "Già domani Marotta è atteso alla Pinetina per le presentazioni con i giocatori mentre sabato sarà per lui il primo giorno di scuola a San Siro: in tal senso c’è curiosità - alla luce del suo recente passato alla Juventus - nel vedere come verrà accolto dai tifosi". En gros, à 14h00, il devient Nerazzurro
  6. Victor Newman

    Message subliminal d’Icardi

    Alors que la presse espagnole s’excite comme une pucelle quant à l’arrivée future de Mauro Icardi dans sa Liga, le Capitaine argentin a diffusé un message sur les réseaux sociaux. Face au Psv, Mauro Icardi a fêté son 200ème match comme il le fait toujours, en marquant. A travers son propre profil Instagram, l’argentin a tenu à célébrer cet événement spécial : 200 présences avec l’Inter, 119 buts. A suivre…. Il semble donc bel et bien que l’attaquant argentin confirme de cette façon son attachement personnel aux couleurs de la Beneamata. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Victor Newman

    Luciano Spalletti sur la sellette

    Luciano Spalletti est à présent dans la ligne de mire, dans l’œil du cyclone, le natif de Certaldo ayant commis la faute de se faire éliminer de façon cuisante de la Ligue des Champions. Sortir de cette façon de la Ligue des Champions fait extrêmement mal, c’est comme se faire poignarder en plein cœur. Face au Psv, l’Inter avait à sa disposition qu’un seul résultat valide : la victoire. Mais comme ce fut le cas lors des saisons précédentes, l’équipe s’est liquéfiée comme neige au soleil et la désillusion importante, tout comme la rage dont font part les tifosi est normale, eux qui ont attendus 7 longues années pour goûter à nouveau à cette ambiance européenne. Les résultats de l’équipe lors des deux premiers matchs, deux victoires de suite face à Tottenham et au Psv, avaient fait rêver un peu tout le monde. Mais cette équipe n’est pas encore assez mure pour faire face à certaines situations, preuve en est la démonstration réalisée mardi soir, même s’il est vrai que l’erreur d’Asamoah peut vous couper les jambes, il ne faut pas oublier qu’il restait encore 80 minutes à jouer. L'incidence d'un remplacement Il s’agit-là du problème principal de Luciano Spalletti. Tout cela a été mis en évidence sur l’action qui a amené le but de Lozano, toutes les limites de l’Inter actuelle ont été mises en lumière : Trop de frénésie, un pressing mal réalisé, des joueurs hors de leurs positions. L’Inter aurait dû jouer avec calme, mais avec de la détermination, avec la tête froide et un cœur chaud, mais il n’y a rien eu de tout cela. La goutte d’eau… Lorsque l’arbitre a sifflé la fin du match, une bonne partie des tifosi est montée au créneaux en visant directement Luciano Spalletti. L’entraîneur Nerazzurro n’a commit qu’une seule faute actuellement, à savoir ne pas être parvenu à rendre confiance à ses joueurs. Cela passe aussi par ses remplacements, comme aligner Borja Valero à la place de Politano par exemple. Il s’agit-là d’un signal précis envoyé à l’équipe : On s’en contentera… Ce mardi soir, l’entrée de Sime Vrsaljko a pu être perçue de façon similaire, mais jouer au plus malin en se basant sur le résultat de Barcelone-Tottenham a été une grave erreur. Le talon d’Achille Le point crucial de ce match a eu lieu au milieu du terrain. En effet, lors de la préparation d’avant-match, Marcelo Brozovic a commencé à se toucher la cuisse et s’en est suivi une longue période d’incertitude, un frisson qui a également été perçu par les tifosi. La situation est simple : Marcelo est le seul joueur capable d’apporter de la géométrie dans le jeu, l’unique à pouvoir mener son équipe vers la lumière. Mais sa présence, même en étant touché sur le terrain, n’a pas suffi. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’Inter avait misé durant l’été sur Radja Nainggolan, un grand joueur, un vrai guerrier, mais qui âgé de 30 ans doit à présent relativiser et soigner ses blessures, lui qui est un joueur qui durant toute sa carrière, n’a jamais hésité un seul instant à mettre les mains dans la boue. Le Fair-Play-Financier et l’absence d’un plan B, Luka Modric plus précisément, ont eu un effet boomerang. L’espérance pour les tifosi est que l’Inter soit capable de réagir malgré cette dévastatrice désillusion. Là, le travail psychologique de Luciano Spalletti sera déterminant. Et lorsqu’on sait que ce dernier débute le mois le plus redouté de l’Inter, le mois de décembre, il est temps pour le natif de Certaldo de prouver ce qu’il vaut, de replacer l’église au milieu du village et de sonner l’heure de la révolte. Un avenir incertain En effet, et même s’il ne s’agit que de Tuttosport, Spalletti est dans une position des plus délicates. Le quotidien turinois avait annoncé à juste titre, l’arrivée de Marotta à l’Inter, ce qui sera acté ce jeudi 13 décembre 2018. Célèbre pour annoncer des recrues phares pour le club de sa ville, la Juventus, il semble être plus sérieux et précis lorsqu’il s’agit des autres clubs. Et actuellement, il se dit que Spalletti joue sa tête à l’Inter. Derrière lui plane en effet les ombres d’Antonio Conte, d’un certain Josè Mourinho consacré en 2010, et de Diego Simeone. De plus, avec l’officialisation de Giuseppe Marotta dans l’organigramme de l’Inter, nul doute que Beppe ne tardera pas à prendre des mesures sérieuses en vue de bâtir son équipe de champion. La Repubblica allant même plus loin que Tuttosport en annonçant déjà que Marotta a pris contact avec Conte : "…. i nomi sul futuro della panchina dell’Inter, perché adesso si insedia Beppe Marotta e si comincerà senz’altro a parlare di futuro, e il futuro secondo alcuni sarebbe Antonio Conte"...comprenez "Les noms sur le futur entraîneur de l’Inter circulent, car Beppe Marotta va s’insérer dans l’équation et va commencer sans aucun doute à parler du futur, et le futur selon certains se nommerait déjà Antonio Conte" Un retour du Duo à l’origine de la Juve actuelle, vous signez ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Les sorties de route du Napoli et de l’Inter, en Ligue des Champions, ont comme un impact économique direct pour les deux clubs, ces derniers doivent à présent limiter les dommages en faisant un beau parcours en Europa League. Merci à la réforme En effet, la récente réforme relative à la nouvelle distribution des primes de la plus prestigieuses des compétitions continentale a déjà assuré d’importantes recettes. Selon Calcio&Finanza, les Nerazzurri percevront 42,7 millions d’euros pour 44,2 millions d’euros pour les Azzurri. Les deux clubs pourront également percevoir une somme minimale de 3,9 millions d’euros, voire maximale de 5,4 millions d’euros en fonction de la suite de la compétition réalisée par la Juventus et la Roma, soit l’effet du Market Pool. Si les deux équipes étaient parvenue à passer le tour suivant, elles auraient perçue chacune 12 millions d’euros et les sommes du Market Pool auraient été valorisées avec un minima de 5 millions d’euros et un maxima de 6,7 millions d’euro. Combler le manque à gagner A présent, pour les deux clubs, il s’agit de combler entièrement ce manque à gagner en jouant à fond l’Europa League. Voici le détails des différents gains : Champion d’Europe : 13,5 millions d’euros (sans considérer les sommes relatives au Market Pool de l’Europa League) Qualification en huitième de finale : 1,1 millions d’euros par club Qualification pour les quarts de finale : 1,5 millions d’euros par club Qualification pour les demi-finales : 2,4 millions d’euros par club Qualification pour la finale : 4,5 millions d’euros par club Le finaliste percevra également 4 millions d’euros supplémentaire. En cas de consécration, le lauréat rencontrera le Champion d’Europe de la Ligue des Champions en Super Coupe d’Europe, la prime pour le lauréat est de 3,5 millions d’euros. Il s’agira donc d’un parcours long et complexe pour parvenir à récupérer ce manque à gagner, un manque un gagner relatif à une seule partie en plus en Ligue des Champions. Si le Napoli va très certainement se concentrer sur la Serie A, le Suning qui veille sur les finances Nerazzurra va-t-il donner comme consigne de jouer la compétition jusqu’au bout ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. L’Inter et le Milan se dirigent vers une solution absolument inattendue dans le dossier du stade : de nouvelles installations, toujours dans le quartier de San Siro avec un adieu au « Vieux Meazza » qui se verrait démoli et reconverti à d’autres fonctions. Les détails de l’opération selon le Corriere Della Sera : "A l’est, sur le terrain de l’ancien hippodrome de la Snai, une vente est recherchée, du moins sur le versant qui lui est opposé et qui appartient à l’Administration Communale. Le but de ce rachat : cet emplacement est adapté à un maxi-parking." A présent, il ne s’agit plus de la suggestion d’un nouveau Manager arrivé en Italie avec dans ses valises, des projets ambitieux comme peut l’être le nouvel Administrateur-Délégué Ivan Gazidis. Il s’agit à présent de procéder à une réplique du modèle de stade de propriété existant à Londres mais dans la ville Milanaise. Un stade de copropriété A Milan, ce stade de propriété serait un lieu de cohabitions pour chacune des deux équipes de la ville, afin de répartir le poids de l’investissement et d’augmenter le retour destiné aux sponsors. Ce mardi, l’hypothèse d’un San Siro 2 plus moderne est fonctionnel que son prédécesseur a reçu plus ou moins un accord explicite de la Mairie. En effet, le Maire et ses assesseurs continuent de préférer la voie de la concession des droits de surface des deux clubs à l’actuel Meazza, avec une formule qui consisterait à re-moderniser cet emplacement, en éliminant le troisième anneau et en construisant par contre un « quatrième » destiné au Merchandising, à la restauration et au transports. Le nouveau stade Ce stade serait donc installé à côté de celui déjà existant, sur le terrain de la Snai qui fut un temps mis en vente. Actuellement selon les opérateurs des services, il y a des discussions avancées avec "une multinationale" qui a réalisé différents projets à Milan et qui finalise ses propres évaluations. Pour le secteur financier, celui-ci pense qu’il s’agirait d’Hines qui disposerait d’une option pour la fin d’année. Il pourrait également s’agir d’une acquisition en vue de développer l’opération ou de faire appel à Hines comme d’un point de référence en vue du futur passage du terrain aux clubs. Toutefois, ce mercredi, Hines a démenti cette information en indiquant se concentrer sur des projets d’investissements d’autres types et en particulier dans les palaces du centre Historique. Conclusion Le projet de construire ce stade sur le terrain de l’ancien hippodrome et de racheter l’aire communale afin d’y placer un parking serait l’unique solution pour parvenir à débloquer la situation relative à cet important et impressionnant projet immobilier qui, s’il se fait, devra se présenter au grand galop en tournant à plein régime et en maintenant une certaine fermeté avec la ville de Milan vu les avancées connues récemment. Un stade pourrait être avantageux en particulier pour le futur propriétaire du terrain, qui depuis la loi sur les stades, voit une simplification du processus d'autorisation à obtenir pour les différents services y afférent. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Victor Newman

    Icardi dirait "Oui" au Real

    Il n'aura suffit que de l'élimination de l'Inter en phase de groupe de la Ligue des Champions pour voir les rumeurs envoyant Mauro Icardi au Real refaire surface. AS confirme que la prématurée sortie de route des Nerazzurri de la Ligue des Champions, pourrait ouvrir la porte à des scénarios importants. Selon le journal espagnol, Icardi pourrait à présent revoir sa position au sein même de l'Inter, lui qui a toujours affirmé l'aimer et vouloir la conduire à la victoire. Mais l'absence du saut de qualité tant attendu pour être une équipe de premier plan, à l'instar du Real Madrid, n'as pas encore eu lieu. Cela fait déjà plusieurs mois que les Merengues courtisent l'argentin, mais la qualification en Ligue des Champions par l'Inter au Stade Olimpico de Rome le 20 mai 2018 avait mis un terme à ce discours. Maurito confirmant vouloir disputer la Ligue des Champions avec le maillot de l'Inter. Depuis une longue attente, il aura finalement foulé, à 25 ans, les terrains européens, mais ce mardi soir, il aura dû dire adieu à la Coupe aux Grandes Oreilles, un adieu bien prématuré. On ne peut rien reprocher à Mauro auteur de 4 buts sur les 6 inscrits par son équipe, lors des six journées européennes du groupe B. Mais cela n'a pas suffit à l'Inter. Icardi a prouvé qu'il était un attaquant de niveau mondial. Il séduit surtout le Real qui voit l'argentin réaliser une bien meilleure saison que ses propres attaquants. Icardo a déjà inscrit 12 buts, soit 2 de plus que Benzema et 5 de plus que Bale, le tout en ayant disputé un match de moins. Ces statistiques ne laissent pas indifférent Florentino Perez et la Direction Madrilène. Et vu la violence de la désillusion, Icardi ne semblerait plus aussi fermé quand à sa volonté de rester à tout prix à Milan. Reste à présent à savoir l'avis du principal intéressé... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Ironie de la situation, l'Inter est éliminée de la Ligue des Champions alors que dans le même temps son Directeur Sportif s'est vu décerner ce titre prestigieux. Piero Ausilio pourra donc se targuer d'avoir été élu "Meilleur Directeur Sportif Italien" de la saison passée par l'Associazione Italiana Avvocati dello Sport . D'après Fcinternews.it, le Directeur Nerazzurro recevra cette récompense lundi prochain, au Four Seasons de Milan, en présence de Giuseppe Marotta qui est le Président de l'Adise, l'association italienne des Directeurs Sportifs. Une situation assez particulière étant donné que Giuseppe Marotta sera à présent l'Homme fort de l'Inter et qu'il viendra épauler Piero Ausilio à dater de ce jeudi 13 décembre 2018. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Victor Newman

    L'Inter sera tête de série en Europa League

    L'Inter et le Napoli, qui sont troisième des deux groupes les plus durs de la Ligue des Champions et sont reversés en seizième de finale de l'Europa League. Comme nous en informe le Corriere Dello Sport : "Le Napoli est sans conteste le meilleur troisième, de son côté l'Inter fait partie des quatre meilleurs troisième. Aussi bien les Nerazzurri que les Azzuri seront tête de série. Ils rencontreront ainsi une équipe classée deuxième de son groupe à l'issue de la phase de groupe, voir l'un des pires quatre troisième de la Ligue des Champions également reversé en "C3". Ce qui est sûr, c'est que Galatasaray figure dans l'un de ses pots. Arsenal, Chelsea, le Dinamo Kiev et l'Eintracht Francfort seront évités. Il est également impossible d'assister à des confrontations italiennes face à la Lazio de Rome déjà qualifiée, ni face à Milan si ce dernier décroche son billet demain. Place à présent au tirage au sort qui aura lie le lundi 17 décembre 2018 à 13h00 à Nyon. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Victor Newman

    #Inter-Psv : Réactions d'après-match

    Internazionale.fr vous propose les déclarations des protagonistes suite au partage des points entre l'Inter et le PSV dans le cadre de la dernière journée de la Ligue des Champions. Luciano Spalletti à Fcinternews.it Il devait s'agir du match le plus important depuis votre arrivée à l'Inter... "Je suis déçu avant tout par le résultat, parce que nous aurions pu mieux le gérer. Nous n'avons pas été capable de réagir correctement après le but encaissé, nous nous sommes désuni et étions nerveux en jouant un football peu frénétique, nous avons eu plusieurs occasions importantes, mais nous avons également perdu trop de ballons." "La gestion d'un tel match est difficile, nous avons concédé des actions sur quelques contres et il a fallu courir des mètres supplémentaires. Entre les deux équipes, on a vu d'avantage l'Inter, mais il y avait ce côté émotionnel à gérer avec en jeu une place plus importante à aller chercher, j'ai immédiatement essayé de réorganiser l'équipe, si vous jouer vite, vous devez le faire de façon correcte et ordonnée, en cas de désordre tactique, tout devient plus difficile." "En seconde période, nous avons fait ce que nous devions, nous les avons pressé et contenu mais nous n'avons pas su concrétiser les nombreuses actions que nous avons obtenu dans la surface de réparation. En fin de match, nous avons eu quelques actions qui auraient pu nous permettre de prendre l'avantage." "Il faut à présent accepter ce résultat, l'équipe a réalisé un match discret même si je sais qu'elle était capable de faire mieux. Ce résultat pèse énormément." Comment avez-vous formé ce milieu de terrain ? En fin de match Brozovic aurait pu être plus utile en attaque... "Il est née normalement. En première mi-temps nous avons eu des situations en notre faveurs dans des espaces avec Candreva, leur défense centrale montait et libérait le point de penalty. En fin de match, il n'y avait que des attaquants. Brozovic aurait bouché la surface. Keita, Lautaro, Mauro et Ivan était déjà tous présent dans les 16 mètres. Quand tu ne réussis pas à gagner (ndlr: même avec un code promo winamax), les choix pris sont toujours discutables, mais je les referais, même si j'avais l'occasion de refaire ce match." L'équipe aura-t ‘elle la force de réagir en Serie A ? "Mûrir passe par ce genre de période, aussi bien au niveau de la qualité qu'au niveau du résultat et dans la façon dont est gérée le match. Il y a un contre-coup suite à ce résultat, mais je n'ai pas vu de mauvaises intentions de l'équipe, elle a tout fait pour inverser la tendance mais s'est perdu en étant désordonnée, même si à la reprise, elle s'est créée des phases de jeu importantes. La tactique était offensive et c'était difficile de prendre le contrôle du ballon au milieu." Endossez-vous la responsabilité ? "Je me prends toujours moi en point de référence lors des résultats négatifs. Je suis toujours le responsable. On peut me dire ce que l'on veut, mais il y a une analyse que je fais seul même si je sais bien que vous en faites également, c'est à travers des observations que je parviens à trouver des modes de travail. Si des analyses ne sont pas faites d'une manière mauvaise et ciblée, c'est parce que ce qui vous intéresse n'est pas une analyse correcte." "Auparavant on me parlait de Brozovic, depuis qu'il est replacé devant la défense, il est devenu très fort, il y en a peu à ce poste comme lui. Borja devait être 10 mètres plus haut." Fabio Capello "Je crois que l'Inter a joué une très grande rencontre face à la Juve, elle avait tout à perdre à Turin, rien à gagner. Par contre, lorsque l'Inter est dans l'obligation de gagner, il n'y a qu'un seul nom qui ressort du lot : Mauro Icardi. L'Inter devra trouver une alternative à cette situation." Le but encaissé ? "C'est une erreur défensive, à 0-1, l'équipe a arrêtée de jouer. L'Inter a des limites surtout en attaque, peut-être qu'il manquait Nainggolan." Matteo Politano "Cela me fait si mal. Je savais que ce serait un match difficile est que le Psv était venu ici pour jouer le match, c'est ce qu'il s'est produit. Je suis déçu surtout pour nos tifosi qui ont montré une nouvelle fois leur importance. C'est le football, il y a des parties que tu domines et que tu ne gagnes pas et d'autres où tu joues mal et que tu remportes...." Mauro Icardi "Je suis furieux. Je voulais passer le tour. Lorsque nous avons appris l'égalisation, nous aurions dû l'emporter. Je suis déçu car nous avons eu des actions en attaque mais nous ne sommes pas parvenu à marquer. Nous aurions mérité de passer car nous avons prouvé que nous pouvions affronté n'importe qui, c'est une vraie déception." Borja Valero "Il y a tant d'amertume et de désillusions. Nous avons tout tenté jusqu'au bout, nous avions la partie en main en début de match. Quelle déception d'avoir pris ce but, c'était un coup dur, nous sommes parvenu à égaliser, mais cela n'a pas suffit." "Nous savions que le Psv pouvait être dangereux en contre avec leur frénésie dans certaines phases de jeu, mais nous sommes resté dans le coup et nous aurions pu gagner ce match. A l'ultime seconde nous étions encore présent et Lautaro aurait pu signer le 2-1." L'Europa League ? "Ce n'est pas le bon moment pour en parler, mais demain je le ferai. Ce qui est passé est passé." Stefan de Vrij "Quand tu es mené tu sais qu'il y a encore tant de temps à jouer, la partie était ouverte et nous sommes parvenu à égaliser, mais pas à gagner hélas. " Une seule victoire en un mois ? "Le football est imprévisible, nous cherchons toujours à pratiquer notre jeu et à gagner, nous le faisons à chaque match, mais nous avons affronté des équipes de qualité. De plus après l'égalisation nous avons eu nos occasions, mais nous devions aussi tout faire pour éviter de prendre un but car la situation serait devenue encore plus difficile." "Nous étions concentré que sur notre match, pas sur celui de Barcelone." Mark Van Bommel "Je pense que nous avons fait une assez bonne rencontre, avec beaucoup de courage. On a vu à San Siro la différence comparé à nos débuts en Champions. Les changements ont été tactique, il n’y avait pas de blessé. Cela aurait été incroyable que nous puissions passer ce groupe, il faut rester réaliste" "Le match aller face à l’Inter a été cruciale, car si Handanovic avait été exclu nous serions passé devant eux, mais avoir engrangé deux points reste mieux qu’un seul. Le groupe était extrêmement dur, mais ce genre de match peut nous apprendre énormément. Ici, nous avons bien joué, avec courage et ils sont parvenu à égaliser à 20 minutes de la fin." "Nous aurions pu l’emporter et avoir 4 points, mais 2 restent mieux que 1." L’Inter ? "Cela ne m’intéressait pas de savoir s’il elle pensait à Barcelone-Tottenham. Pour nous, cela ne changeait rien, nous sommes venu joué le jeu face à eux et avons pris le meilleur au milieu de terrain." "Nous avons prouvé en Ligue des Champions que nous pouvions faire face à n’importe quel équipe. Les Pays-Bas restent un petit pays, mais nous et l’Ajax réalisons de bons matchs, même si nous n’avons pas fait autant de points qu’eux. Ces résultats sont importants pour le football de notre pays. Nous avons bien joué dans ce groupe, nous avons beaucoup de joueurs en croissance et qui deviennent internationaux." "Prendre un point au Meazza est toujours si beau." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×