Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'serie a'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Évènements de Inter Club Paris

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

193 résultats trouvés

  1. Damien

    Serie A - J12 : Atalanta vs. Inter

  2. Le mot qu'il ne fallait pas prononcer mais qui était sur toutes les lèvres : turn-over. Après un mois chargé contre le Milan, Barcelone et la Lazio, et avant un mois tout aussi chargé contre Barcelone, Tottenham, Rome, Juventus et le PSV, il y a ce match contre le Genoa. Le challenge mental : poursuivre une série de victoires Hier, le Napoli a envoyé un signal fort à l'Inter en gagnant 5 à 1, il dissuade toute équipe de chercher à le concurrencer et soigne sa différence de but. L'Inter se devait de réagir en gagnant au moins avec 2 buts d'écart pour rester à sa position au classement. Avant ce match, l’Inter restait sur une série de 6 victoires consécutives en Serie A, et plus particulièrement sur une victoire 3 à 0 contre la Lazio en démontrant une domination exemplaire. Luciano Spalletti était dans l'obligation de profiter de ce match pour faire tourner son effectif et l'équipe se trouvait face à un challenge mental : que les remplaçants fassent aussi bien que le 11 habituel. Ainsi, au départ du match, on trouvait sur le banc des noms tels qu'Icardi, Keita Balde, Nainggolan, Vrsaljko ou Asamoah. Et sur le terrain, des noms que nous n'avons pas souvent vu évoluer cette année comme Lautaro Martinez, Joao Mario, Gagliardini ou Dalbert. C'est l'histoire d'une charnière défensive... Nous pourrions commencer ce résumé par le festival de buts, mais ce serait oublier le travail fantastique des défenseurs de l'Inter aujourd'hui. Si l'Inter n'a encaissé que 6 buts depuis le début de la saison, en faisant d'elle la meilleure défense de Serie A, c'est avant tout grâce à ses colosses défensifs. Aujourd'hui encore, Milan Skriniar et De Vrij ont assuré les arrières de leur équipe avec brio, ne concédant aucun but et avortant un nombre incalculables d'actions adverses. Ils se sont même payés le luxe de participer aux actions offensives, car quand on aime, on ne compte pas les kilomètres parcourus pour ces défenseurs. ... Et d'un festival de buts Le stade Meazza n'aura pas eu à attendre longtemps pour s'extasier : dès la 14ème minute, c'est Gagliardini qui donne le ton aux 70 000 personnes présentes à San Siro. Sur une passe (?) de Joao Mario, il ouvre son compteur personnel cette saison et permet à son équipe de dominer le reste du match. Les supporters n'auront, pour certains, pas le temps de se rasseoir. Car c'est à la 16ème minute que Mateo Politano corrige la défense adverse et crucifie Radu d'une superbe frappe en force. Au retour des vestiaires, c'est encore une fois Gagliardini qui a sagement écouté les conseils que Spalletti a donné à Lautaro Martinez pour en faire les siens. Suite à une occasion de Perisic repoussée par Radu, son placement digne d'un Icardi des surfaces lui permet une frappe puissante et victorieuse à la 49ème minute. Joao Mario, auteur aujourd'hui de son meilleur match sous la tunique nerazzurra, se paie le luxe d'un superbe but du pied gauche aux abords de la surface de réparation à la 90ème minute. Il célèbrera son but avec ses coéquipiers, les tifosi et avec Dieu, qu'il remercie. Tout le monde peut aujourd'hui croire au Dieu de Joao Mario qui réalise une résurrection digne des récits bibliques. Espérons que ce dernier vive après 33 ans... Entré quelques minutes plus tôt, encore convalescent, Radja Nainggolan enterre définitivement le Genoa à la 93ème minute sur un service de... Joao Mario. Nainggolan ne devait venir sur le terrain que pour retrouver quelques sensations avant le match contre Barcelone. Qu'à cela ne tienne, le Ninja avait à coeur de démontrer qu'il n'est pas qu'un alcoolique. Quelles incidences sur l'équipe ? Spalletti évoque souvent son équipe comme un groupe, où tout le monde est interchangeable. Force est de constater que ce match lui donne raison. Mais cela le place dans une situation délicate sur certains sujets : L'excellente prestation de Dalbert ne devrait-elle pas remettre en cause Asamoah et ses derniers matchs hasardeux ? La forme actuelle de Gagliardini ne devrait-elle pas lui permettre de jouer plus souvent ? Joao Mario mérite-t-il une place de titulaire ? Lautaro Martinez est-il prêt à la Serie A de haut niveau ? Qui est indispensable, qui ne l'est pas ? Répétons-le : tout le monde est interchangeable dans l'Inter de Spalletti. Cependant, si le coach remplace tout le monde, il y en a un qui n'est jamais remplacé : Epic Brozovic. Auteur d'un match de très haut niveau, notre métronome montre sa capacité à dicter le jeu de l'Inter, à la baguette. Brozovic, ce monstre estampillé Spalletti, nous rend dépendant de lui et de sa forme. Mais s'il y en a un dont nous pensions tous être dépendants, c'est bien Icardi. Qui aurait pensé que l'Inter puisse mettre 5 pions à une brave équipe du Genoa sans son capitaine et meilleur buteur ? Il s'agit là d'une grande victoire pour l'Inter de Spalletti et pour le groupe de manière générale. Tout le monde peut avoir sa place dans cette Inter, il faut le démontrer à l'entraînement et sur le terrain. Et vous, quels enseignements tirez-vous de ce match complètement fou ?
  3. Victor Newman

    L'avant-match d'Inter-Genoa à Inter Tv

    Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer la courte déclaration d'avant-match que Luciano Spalletti a octroyé à InterTv. Comment se sent l'équipe ? "Je dois aller creuser dans la tête des joueurs, nous venons de remporter deux victoires majeures, mais nous devons tenir compte également de nos prestations en-deçà de notre niveau, le tout a pour but de nous préparer à un avenir important. Nous sommes bien actuellement, cela vaut aussi pour l'état physique des joueurs, même s'il y a toujours des performances de haut niveau à réaliser vu les qualités importantes de nos adversaires." Y-a-t'il une identité d'équipe ? "Je veux une participation de tous ceux qui travaillent ici, ceux qui même après 10 matchs n'ont pas souvent été titularisés. J'ai besoin des joueurs qui n'ont jamais joué. L'exemple type est Joao Mario, vous auriez dû voir comment il s'est préparé, c'est l'essence même d'un joueur professionnel." "Face au Genoa, je m'attends à un match compliqué, il ne faut pas croire que la pâte est déjà cuite, le Milan l'a méritoirement emporté face à eux, mais le Genoa aurait pu revendiquer quelque chose de plus. Nous ne devons pas aborder ce match en nous disant que nous avons déjà gagné ce match face à une équipe d'un niveau inférieur, mais nous devons être conscients que nous pouvons gagner contre tout le monde." "Nous devons devenir une équipe très forte et très belle, nous devons mériter tout cet amour reçu par notre public. Nous ne voulons pas être l' "anti" de personne." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Damien

    Serie A - J11 : Inter vs. Genoa

  5. Milan - Le défenseur nerazzurro Milan Skriniar a réagi sur ESPN sur les derniers évènements avec sa sélection, qui ont conduit à la démission de Jan Kozak, et sur les prochaines échéances avec l'Inter. "Ce qui se passe en équipe nationale reste dans l'équipe nationale. La Slovaquie est une chose, l'Inter en est une autre. La trêve internationale est terminée et je ne me concentre plus que sur le derby. Nous avons fait un travail difficile en vue du match contre Milan. Nous devons gagner pour continuer la série de six succès consécutifs. Nous voulons aller aussi haut que possible. Je me fiche de savoir où sera le Milan je pense seulement à nous. Nous pouvons grandir à nouveau. Il sera important de ne pas laisser Higuain marquer de but. Ce n’est pas seulement valable pour lui, mais pour tous leurs attaquants. Cela dit c'est l'un des meilleurs en Italie. On ne doit pas encaisser et marquer un ou deux buts afin de gagner le match." Jusqu'ici le slovaque est invaincu dans le derby en en série A : "C’est important. Je me souviens de la première fois c’était amusant, nous avions gagné 3-2. C’était formidable pour nous et nos fans. Le deuxième derby s’est terminé sur un score de 0-0, j'espère maintenant gagner le troisième. Soyons plus forts, nous pensons être meilleurs qu’il y a un an, mais nous devons le montrer sur le terrain." ®JY DS - internazionale.fr
  6. gladis32

    Mazzola: "L'AC Milan n'existe pas"

    Milan - Légende du club avec notamment ses 565 présences sous le maillot nerazzurro, Sandro Mazzola s'est brièvement exprimé au Corriere dello Sport. Son premier derby (octobre 1962) "Nous venions de prendre un but à la 63'. J'avais toujours un milanais qui me marquait, je ne me souviens plus de son nom. Il me suivait partout, même quand j'allais voir Herrera pour suivre ses consignes. Sans lui Mazzola n'aurait pas été là. Herrera entrainait d'abord la tête, puis les jambes. Il avait toujours le mot juste, au bon moment. C'était un motivateur exceptionnel. Mourinho lui ressemble." Un derby qui dépasse les frontières "Américains, chinois, ce derby n'est plus le fait des joueurs mais des fans. Pour un étranger c'est une victoire comme une autre mais pour un tifoso, il veut absolument être l'équipe milanaise victorieuse. Cela conserve des valeurs qui viennent de loin." Le coach "J'aime Spalletti il est déterminé. Gattuso je ne le calcule pas. Je suis pro-Prisco, pour moi l'AC Milan n'existe pas. Comme l'avait si bien dit Peppino, à Milan il y a deux équipes, l'Inter et sa Primavera." ®gladis32 - internazionale.fr
  7. Milan - Bonne nouvelle en provenance de l’infirmerie pour Luciano Spalletti, elle se dégarnie. C'est en tout cas ce que rapporte la Gazzetta dello Sport : Aujourd'hui c’est uniquement Sime Vrsaljko qui reste sur la liste des indisponibles pour le match à Gênes. Le défenseur croate a effectué un travail individualisé à l’entrainement et où une évaluation de son état sera faite au jour le jour, même si il est peu probable qu’il ne revienne avant une dizaine de jours. Par contre celui qui a totalement récupéré c’est Danilo d'Ambrosio. Sorti samedi dernier lors du match contre Parme pour une contusion à la cuisse droite qui lui a forcé de sauter les débuts en Ligue des champions, même s'il était quand même sur le banc. D'Ambrosio devrait revenir ce jour contre la Samp et il se peut que ce ne soit pas la seule réintégration. Les autres bonnes nouvelles viennent de Lautaro Martinez : l'argentin avait arrêté avant la rencontre à Bologne mais il a complètement récupéré et désire bien faire après le mauvais départ à Sassuolo et les quelques dernières minutes contre le Torino. Lautaro pourrait être la carte supplémentaire qui permettrait d’augmenter la qualité offensive de l'Inter, mais il est difficile de penser à une titularisation Gênes. ®JY DS - internazionale.fr
  8. Pourquoi une telle affirmation ? Pourquoi l'Inter ne doit avoir peur de personne, si ce n'est d'elle-même ? Des éléments de réponses se retrouvent déjà au Dall Ara de Bologne, dans un match où ce sont les meneurs de jeu qui auront marqué la rencontre de leurs empreintes... À Bologne, on a retrouvé l'Inter ou plutôt les trois points. Trois points utiles pour calmer les critiques et les plus sceptiques. Ce résultat est celui d'un groupe, obtenu avec difficulté par les Hommes de Spalletti. Sans Mauro Icardi et Lautaro Martinez, blessés à la dernière minute, l’entraîneur des Nerazzurri s’est appuyé sur Keita Baldé, soutenu par un trio de meneur de jeu, dans son célèbre 4-2-3-1. Le fait que l'Inter remporte sa première victoire de la saison sans son capitaine, celui qui est l'arme principale en attaque, peut être une surprises. En effet, durant ces dernières années, à chaque fois que l'équipe sombrait en termes de résultats, son salut venait de Mauro Icardi. Au cours des trois dernières saisons, et malgré une absence non-négligeable en Ligue des Champions, Mauro aura connu une croissance exponentielle sur le front offensif. Depuis la saison 2015/2016, il a en effet inscrit 16, 24 et 29 buts en Serie A. Un instinct de tueur qui s'améliore et qui lui a permis de terminer pour la seconde fois, à l'Inter, meilleur buteur de Serie A. Il faut aussi l'admettre, le jeu Nerazzurro est principalement basé sur son numéro 9, une équipe construite pour l'entourer. Mais à Bologne, Mauro était absent. Orphelin également de son numéro 10, Lautaro Martinez, l'Inter a débuté avec Keita Baldé en pointe. Un rôle que peut occuper le sénégalais. Néanmoins, ses 181 cm et ces 77 kg en font un élément qui peut difficilement garantir de la profondeur et une gestion du ballon dans la surface de réparation. Le constat est simple, il manquait pour l'Inter, inévitablement, une présence dangereuse pour réceptionner les centres et les ballons perdus par l'adversaire. L'équipe a fait le job Ne pouvant pas exploiter son attaque, l'Inter s'est donc limité à des attaques centrales, tout en tentant régulièrement de passer par les ailes. Preuve en est avec 31 attaques tentées sur l'aile droite, contre 36 sur l'aile gauche. Les présences d'Ivan Perisic et de Matteo Politano, accompagné des latéraux, ont fini par se révéler fondamentales pour la conquêtes des trois points. Le travail des Trequartistes Sans surprise, le match a convié trois joueurs : Radja Nainggolan, Antonio Candreva (entré en jeu) et Ivan Perisic, qui ont tous évolué, au cours du match, à ce poste. Sur chacun des buts, on peut également constater que les buteurs ont fait par d'une anticipation importante, face à la défense adverse, une anticipation qui a été facilitée d’une manière ou d’une autre par l’absence d’un attaquant fixe dans la zone. Pour faire simple, de part sa mobilité, Keita a créé plus d’espaces pour ses coéquipiers, qui en ont profité pour faire mal à Skorupski. Le premier but est d'ailleurs un tir bien placé de Radja Nainggolan. Le Belge-Indonésien était désiré par Spalletti pour jouer en pur Playmaker, comme il l'avait déjà fait à la Roma. A ce poste, le Ninja avait vécu sa meilleure année au niveau de la finition. Ce n'est pas un hasard si le premier but est des œuvres de l'ancien Diable Rouge. Sa capacité à s'insérer et à conclure en première intention font de lui l'homme idéal sur lequel, contrairement à Bologne, les espaces et les ailes ne manquent pas. Icardi n'est pas un problème Sans son Capitaine, L'Inter est parvenu à sortir, de ce que certains ont qualifiés, de crise. Si Icardi n'est pas là, ce sont les Trequartistes qui prennent le relais, même si à plus long terme et face à des défenses plus solides et plus expertes, l'avant-centre sera indispensable. Mais l'Inter 2018/19, comme l'a souvent admis Spalletti, doit pouvoir compenser ce type d'absence, même si elles sont importantes, comme celle d'Icardi. L'équipe doit devenir un caméléon et savoir s'adapter aux besoins des hommes et du terrain. Au Dall'Ara, le changement de structure a porté ses fruits. Un signe que cette Inter ne dépend que de l'Inter. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. C’est le buzz du moment en Italie, et même si aucune sanction n’est encore tombée, la Giudice Sportivo (la Justice Sportive) est prête à se faire entendre quant à l’usage du brassard porté par les différents Capitaines sur le terrain. Fini les brassards personnalisés Par le biais d’un communiqué officiel, la "Giudice Sportivo", nous informe que suite à la publication d'une règle datée du 28 août 2018 portant sur le règlement relatif aux maillots des matchs de la Lega Serie A lui même publiée le 25 août 2018, qu’elle prendra part à des vérifications informatives et à d’éventuelles sanctions, en cas de violations des règles par le biais de son organisme de contrôle, au seins même du CGS et ceci à partir de la 3e journée du Championnat de Serie A. Traduction : Le CU n.24 du 28 août renvoi à une décision prise lors d’une journée de réunion, en rapport aux brassard unique des Capitaines, qui a été inséré dans le règlement par le biais du CU n.23 paru le 25 août. Ce dernier est en fait une publication émise par la Lega, dans le cadre du règlement des maillots de jeu pour la saison 2018/2019. En conséquence, les nouveautés relatives au brassard du Capitaine sont à présent officielles. L’article 11 est clair sur ce sujet Le Capitaine devra porter de façon distinctive le brassard de Capitaine exclusif donné par la Lega. Cette dernière se réserve des passe-droits, à l’occasion d'événements spéciaux. A titre d’exemple, le brassard de Javier Zanetti, réalisé par l’Inter n’aurait pas été validé, et aurait enfreint le règlement... Ce règlement s’applique à l’ensemble des compétitions organisées par la Ligue Nationale des Professionnels de Serie A, et ce y compris la Coupe d’Italie, la Super Coupe d’Italie et le Championnat de Primavera. En cas d’infraction, la Lega et l’arbitre principal des rencontres, devront signaler les irrégularités à l’institution compétente, à savoir l’ "Organi Di Giustizia Sportiva", qui décidera des sanctions pour violation des règlements. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Giorgio Squinzi, président de Sassuolo, est un milanista reconnu et a toujours ressenti une rivalité particulière avec l'Inter. A un point où il accroche une nouvelle plaque dans son bureau après chaque victoire contre les nerazzurri. En début de saison, Spalletti avait déclaré que l'Inter voulait interrompre cette tradition mais la défaite en début de saison a contrarié cette mission. Et aujourd'hui, interviewé par la Gazzetta dello Sport, Squinzi fanfaronne : "A la veille du match, Spalletti m'avait dit que je n'aurais pas de plaque à afficher cette fois-ci. Finalement si." Mais en tant que milanista, il fait moins le malin quand on évoque les chinois. Le patron de Sassuolo parle du Suning en terme plutôt élogieux même, évitant la comparaison avec les chinois qui ont géré pendant un an le Milan : "C'était une situation plutôt étrange au début... ceux de l'Inter sont, eux, plus fiables". On rappellera une statistique qui doit certainement expliquer cette rancœur et le fait qu'il sort le PQ à chaque victoire contre l'Inter : Plus grosse défaite à domicile : Sassuolo 0-7 Inter le 22/09/13 (Palacio, Taïder, Pucino, Alvarez, Milito, Cambiasso) Plus grosse défaite à l’extérieur : Inter 7-0 Sassuolo le 14/09/14 (Icardi, Icardi, Icardi, Kovacic, Osvaldo, Guarin) CQFD Samus - Internazionale.fr
  11. Victor Newman

    L'Edito: "Le réveil d'Antonio..."

    Il était annoncé sur le départ lors de ce mercato estival et pourtant, s'il restait, il savait qu'il trouverait de façon fixe une place de titulaire sur le banc Nerazzurro cette saison, malgré ça Antonio Candreva a décidé de rester à l'Inter... 190 secondes C'est le temps qu'il aura fallu à Antonio Candreva pour changer sa destinée. Lui qui devait être exclu de la liste pour la Champion's vient d'y faire un retour fracassant. Rentré au jeu à la 78', il aura inscrit son premier but de la saison à la 82', en remplaçant Keita. Pourtant cette saison, Antonio aura tout sauf la tâche facile, lui qui est en concurrence direct avec Matteo Politano et Keita Baldé. A un point tel qu'il avait fini par marquer son accord pour partir à Monaco, mais son transfert, sous la forme d'un simple prêt, n'a pu voir le jour. De fait, l'ancien Laziale a continué de venir à la Pinetina, tout en étant conscient, qu'il aurait de temps en temps sa chance cette saison, vu que l'équipe dispute trois compétitions cette saison. Son but remet également les intentions de le transférer, entre guillemets, lui qui est lié à l'Inter jusqu'en 2021 pour un salaire de 3M€. La stat' 504 jours, soit plus de 16 mois. C'est le temps qu'il aura fallu à Antonio pour inscrire un but à l'Inter. Son dernier but remonte en 2017, plus précisément le 15 avril, lors du premier Derby "Chinois" de Milan . Entre les deux buts, soit celui inscrit face au Milan et celui de ce week-end face à Bologne, Antonio aura tenté sa chance à 82 reprises, sans jamais trouver le chemin des filets… Une statistique qui sera dur à battre à présent. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Victor Newman

    L'après-match cash de Luciano Spalletti

    L'Inter s'est imposée sur le terrain de Bologne, signant ainsi sa première victoire de la saison. Une victoire difficile qui aura vu le jour, en seconde période. Luciano Spalletti s'est livré dans la presse et le moins que l'on puisse dire, c'est que l’entraîneur n'est pas satisfait de la prestation de ses hommes. "Nous avons inscrits trois très beau buts, Bologne a craqué aussi, c'est ce qui a déverrouillé le match, car ils ont été obligés de jouer à visage découvert et nous ont offerts des espaces. Pour moi, nous avons très bien commencé, ensuite la partie s'est équilibrée, mais il y avait toujours des risques suite à la verticalisation de leur jeu et de leur vitesse, mais nous n'avons jamais été pris à la gorge. Je voulais innover au poste de trequartista." "Nous avons un groupe important, mais il est clair que les rotations doivent encore apporter de l'équilibre et de la sérénité, pour jouer comme aujourd'hui. C'est évident que face à ce type d'équipe, nous devons contrôler le ballon et être supérieur numériquement. Aujourd'hui, nous avons éprouvé des difficultés dans les derniers mètres adverses. Le ballon a circulé de gauche à droite et nous étions confrontés à des deux contre deux, lors de leurs contres, c'était risqué. Bologne a joué un très bon match au niveau tactique, on arrivait pas à percer leur ligne défensive." "Certains joueurs n'étaient pas à leurs niveaux et je dois prendre cela en considération. D'après moi, il faut se casser le cul pour parvenir à faire plus que de prendre des points, il y a un travail à faire du matin au soir et les jours qui suivent. Nous avons besoin d'une structure comportementale, d'être une équipe importante. L'équipe se prend des coups et elle se doit de savoir bien réagir c'est important, car si l'adversaire est ordonné, c'est notre équipe qui ne l'est pas. Peu de joueurs étaient à leur niveau, et il a fallu suer pour l'emporter, il a fallu de la qualité, des noms, de la disponibilité et un comportement adéquat..." "C'était risqué d'aligner Lautaro car hier, il avait suivi l'entrainement, mais son muscle était encore dur aujourd'hui, et il y avait un risque de blessure. La meilleure solution était d'aligner Keita à ce poste, mais avec des caractéristiques différentes. Car c'est un joueur qui se déplace beaucoup plus. Nous n'avons pas été assez incisif, mais nous avons été toujours ordonné et nous n'avons pas permis à Bologne de développer son jeu sur le long terme, mais nous avons tout de même été bousculé." "Nainggolan a réalisé une très belle prestation et a inscrit un joli but. C'est typiquement sa façon de marquer, mais il doit encore revenir à une bonne condition physique, pour jouer en toute continuité. Il ne se donne pas qu'à 4 ou 5 reprises dans le match, il se donne une bonne vingtaine de fois. Il chasse le ballon en attaque, il fait tout pour le reprendre à l'adversaire, même s'il y va de façon féroce. Cela peut sembler être peu de choses, mais c'était des choses positives. Il sait bien que pour vous, ce qui compte, c'est de marquer des buts, c'est par là que passe les titres." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Victor Newman

    L'Inter s'impose à Bologne et lance sa saison

    L'Inter s'est imposée 3-0 sur le terrain de Bologne, lançant ainsi sa saison, après un début de championnat calamiteux. Mauro Icardi aura brillé par son absence, ce dernier s'étant blessé peu avant le début de la rencontre, tout comme Lautaro Martinez. De fait, Keita Baldé était titularisé en pointe du 4-5-1 proposé par Luciano Spalletti. Le début du match est Nerazzurro, toutefois, c'est bel et bien Bologne qui se crée l'action la plus dangereuse à la 8e minute. Suite à une très belle combinaison et une défense Nerazzurra totalement à la rue, De Maio sert de la tête Helander, ce dernier seul devant le but, verra Handanovic réaliser une parade de haut niveau. Un arrêt bon pour la confiance, pour notre portier, qui est également le Capitaine du jour, après sa piètre prestation face au Torino. A la 22e, suite à une belle circulation du ballon, Gagliardini peut tenter sa chance, néanmoins son tir est loin d'être cadré. 60 secondes plus tard, Keita se mange également un but tout fait devant Skorupski. Ce dernier très bien lancé en profondeur, ne parvient pas à reprendre le ballon de volée, à l'instar de Mauro Icardi, face au Torino. Bologne réalise une très belle première période et se montre la plus dangeureuse, de son côté l'Inter ne parvient pas à percer le dispositif mis-en-place par Filippo Inzaghi. Le Miracle d'Antonio La seconde période débute avec de biens meilleures intentions pour les deux équipes, le premier danger vient de Bologne avec Dzemaili, suivi de Keita pour l'Inter. Néanmoins, les deux tentatives ne sont pas cadrées. Radja Nainggolan ouvre la marque pour son premier match à l'Inter, à la 68e. Suite à une belle combinaison, Politano sert l'ancien Diable Rouge idéalement dans la surface, ce dernier contrôle du gauche avant de frapper, en diagonale du droit. Son tir ne laisse aucune chance à Skorupski. A la 73e Mattiello centre parfaitement pour Santander, la tête du paraguayen passe de peu à côté. Inzaghi, n'ayant plus rien à perdre, décide de procéder à plusieurs changements offensifs. Toutefois, c'est bel et bien l'Inter qui mettra fin au débat par un but d'Antonio Candreva à la 82e... L'international italien, qui n'avait inscrit aucun but la saison passée (depuis 1 an et demi en fait), n'aura eu besoin que de 16 minutes pour ouvrir son compteur cette saison ! La fin de match est Nerazzurra et l'Inter triple trois minutes plus tard par Ivan Perisic, idéalement servi par Matias Vecino. L'Inter s'impose largement au marquoir, mais ce score est sévère pour Bologne. L'Inter peut, à présent, profiter de la trêve internationale pour se remettre sur de bons rails. Le club Nerazzurro réalise également la bonne affaire du week-end, suite aux défaites de la Roma et surtout du Napoli. La Juventus, elle, a déjà trois points d'avance sur ses principaux concurrents, malgré un Cristiano Ronaldo toujours muet en italien. TABLEAU RÉCAPITULATIF Résumé Vidéo Réactions de Tramontana Bologne 0-3 Inter Buteur(s): 66’ Nainggolan (I), 82’ Candreva (I), 85’ Perisic (I) Bologne (3-5-2): Skorupski; De Maio (72’ Orsolini), Danilo, Helander; Mattiello, Poli (75’ Okwonkwo), Pulgar, Dzemaili, Dijks; Falcinelli (79’ Destro), Santander Entraîneur: Filippo Inzaghi Inter (4-5-1): Handanovic; D’Ambrosio (86’ Vrsalijko), Skriniar, De Vrij, Asamoah; Brozovic, Gagliardini; Keita (79’ Candreva), Nainggolan (78’ Vecino), Perisic, Politano Entraîneur: Luciano Spalletti Arbitre: Di Bello di Brindisi Averti(s): 60’ Dzemaili (B), 88’ Gagliardini (I) Expulsé(s): / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Pour ceux qui ont pu voir le match, qu'en avez-vous pensé ?
  15. L'entraîneur de l'Inter à la veille du match au Dall'Ara : "Nous devrons bien gérer les différentes phases du match, heureux du retour en Ligue des Champions". APPIANO GENTILE - Conférence de presse au Centre sportif du Suning pour Luciano Spalletti qui, à la veille de Bologne-Inter, a répondu aux questions des journalistes présents : "Ces jours-ci, l'équipe s'est préparée comme d'habitude pour le match de Bologne, intervenant avec professionnalisme sur les largesses dont nous avons fait preuves à la fin du dernier match. Beaucoup de nouveaux arrivants et le mondial joué jusqu'à la fin par certains de nos joueurs: nous savions que tout cela pourrait affecter notre début de saison mais nous serons bientôt capables de tirer pleinement parti de notre potentiel". Spalletti poursuit : "Il faut être bon pour gérer les différentes phases du match et maintenir l’équilibre dans les instants clefs, nous l’avons toujours fait, je suis convaincu que l’équipe a grandi au cours de la dernière saison et avec la qualification en Champions League nous avons réglé beaucoup de choses... Mais clairement les premiers résultats de cette saison doivent être améliorés. Le retour de Nainggolan? Il a quelques caractéristiques que nous n'avions pas la saison dernière et peut certainement nous donner quelque chose de plus mais notre équipe est forte en tous les cas et nous devons pouvoir profiter de ses qualités ". Un commentaire sur le tirage au sort de la Champions League était inévitable : "C’est le prix pour être placé dans le quatrième chapeau, nous avons bien payé ce prix, mais l’essentiel est que l’Inter soit de retour pour participer à la Champions League. Le groupe est très difficile nous devons démontrer que nous sommes à la hauteur de nos redoutables adversaires". Enfin une courte déclaration à propos de Karamoh: "Il y a des chances qu’il parte pour jouer avec de la continuité, nous verrons ce qui se passera dans les prochaines heures". ®JY DS - Internazionale.fr
  16. Le match entre Bologne et l'Inter sera bien retransmis à la taverne
  17. Il y avait beaucoup d'amertume au terme d'Inter-Torino, pour un match qui s'est bien passé grâce à une excellente performance en première période, mais qui a ensuite mal tourné, en décevant les nombreux tifosi de l'Inter au Meazza, qui a sifflé ses joueurs en fin de match. Marqué par ce résultat, Luciano Spalletti s'est montré insatisfait aux micros de Sky Sport. Ce dernier, n'a d'ailleurs pas hésité à annuler le jour de repos prévu ce lundi, comme sanction suite à la prestation de ses joueurs. "Cela devient difficile de venir dire pourquoi nous nous sommes perdus, suite à une balle de 40 mètres où nous sommes arrivés en retard et à cause de mauvaises interprétations. Je n'ai pas d'autres analyses pour expliquer ce premier but du Torino. Nous avons encaissé un but inexplicable. Il est clair qu'il est resté dans la tête des joueurs et que toute cette pression a commencé à rejaillir sur l'équipe, de sorte que nous n'avons pas été en mesure de développer correctement le jeu. C'est inquiétant de prendre un tel but sans avoir une réaction correcte par la suite. Je suis inquiet car ce sont ces moments qui ont caractérisé l'Inter ces dernières années et l'année dernière. À certains moments, nous perdons toute connotation." Handanovic ? "Sur le premier but du Torino, il n'y a pas qu'Handanovic qui se soit troué, ce serait trop facile. C'est une évaluation légère qui peut arriver, mais vous devez recommencer à jouer. À mon avis, après le 2-2, nous avons vu ce résultat, qui était méritoirement entre nos mains, et nous avons réagi un peu." L'Anti-Juve ? "Nous pouvons le devenir, mais je le répète, nous devrons nous battre avec 4-5 équipes. Nous devons encore développer cette mentalité, pour pouvoir affronter ce genre d'équipe qui remportent des championnats important. Nous devons d'abord récupérer 20 points sur le Napoli." "Même s'il est vrai que le mercato était important, avec des recrues importantes, car l'année dernière j'avais 15 joueurs à ma disposition, à présent j'en ai 20. Face à Sassuolo, nous avons réalisé un mauvais match, aujourd’hui nous avons encaissé un but insignifiant et nous avons connu un black-out après ce but. C'est à ce moment-là où nous avons cessé de jouer." "Pour être défini comme l'Anti-Juve, il faut savoir le prouver sur le terrain." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Deux buts d'avance n'auront pas suffit à l'Inter pour s'offrir sa première victoire à domicile à la saison. En effet, après la défaite subie sur le terrain du Sassuolo, l'équipe de Spalletti ne va pas au-delà d'un match nul, avec un score de 2-2 face au Torino de Walter Mazzari. Une première période réussie Durant la première mi-temps, les Nerazzurri dominent et se voient récompensés par les buts de Perisic et de De Vrij. Les turinois sembles être des pantins et le match aurait dû être archivé... Et c'est l'erreur de l'Inter, celle d'avoir pensé qu'elle disposait déjà des trois points dans sa poche. Pourtant Spalletti a procédé à quelques retouches, comparé au match face à Sassuolo, avec un onze de base qui se présentait en 3-4-2-1. A noter la non titularisation de Lautaro Martinez, et le retour d'Ivan Perisic, dès la première minute. Vrsaljko a également fait ses débuts au Meazza, tandis que Nainggolan était assis sur le banc. A la 7', le premier but nerazzurro arrive au Meazza. Icardi excentré, réalise un centre tendu et puissant dans la surface turinoise. Perisic, idéalement placé reprend le ballon et ne laisse aucune chance à Sirigu. Le Toro est également malchanceux, à la 22', Ansaldi blessé est remplacé par Ola Aina. L'Inter domine les débats et double logiquement la mise sur un coup-franc très bien botté de Politano. Le ballon repris de la tête par De Vrij fait une nouvelle fois trembler les filets de Sirigu. Une seconde période cauchemardesque Le Toro remonte sur le terrain avec de biens meilleurs intentions et se voit logiquement récompensé à la 56'. Iago Falque, lance en profondeur, depuis la ligne médiane, Belotti, qui prend le meilleur sur la défense interiste, son crochet surprend également Handanovic qui a été l'auteur de l'une des pires sorties de la saison à venir. Seul devant le but vide, le capitaine turinois ne rate pas l'immanquable. Ce but relance l’équipe de Mazzarri qui joue très haut et met la pression sur l'Inter. A la 68', Meite reçoit le ballon dans ses pieds suite à une déviation et son tir est le reflet du non-match d'Handanovic. Spalletti tente de se mettre à l'abri et aligne Keita à la place de Vrsaljko. L'Inter tente de réagir, mais c'est bel et bien le Torino qui se montre le plus dangereux en contre-attaque. Aucune équipe ne parvient à prendre le meilleur, même si la tentative de Perisic à quelques seconde de la fin est repoussée miraculeusement par Sirigu. Spalletti après deux journées ne totalise qu'un point sur six. Il n'y a rien de tragique, car nous sommes au début de la saison, mais déjà samedi prochain, face à Bologne, l'Inter se devra de remporter son premier match de la saison, car ce faux départ pourrait réellement compliquer le reste de la saison. Et San Siro, qui avait félicité le Suning avant le début du match pour son Mercato et applaudi l'Inter à la fin de la première mi-temps, a sifflé ses joueurs au termes des 90 minutes de jeu. Tableau récapitulatif Résumé vidéo Réactions de Tramontana Inter 2-2 Torino Buteur(s): 6' Perisic (I), 32' De Vrij (I), 56' Belotti (T), 68' Meité (T) Inter(4-3-3): Handanovic; Vrsaljko (72' Keita), De Vrij, Skriniar, D'Ambrosio; Vecino, Brozovic, Asamoah (66' Dalbert); Politano (92' Martinez), Icardi, Perisic Sur le banc: Padelli, Gagliardini, Karamoh, Ranocchia, Nainggolan, Joao Mario, B. Valero, Miranda, Candreva Entraîneur: Luciano Spalletti Torino (3-5-2): Sirigu; Izzo, N'Koulou, Moretti; De Silvestri, Meité, Rincon, Soriano (61' Ljajic), Ansaldi (22' Ola Aina); Iago Falque (88' Lukic), Belotti Sur le banc: Ichazo, Rosati, Edera, Berenguer, Djidji, Bremer, Zaza Entraîneur: Walter Mazzarri Arbitre: Mazzoleni di Bergamo Averti(s) : De Vrij (I); Meité, Moretti (T) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Pour ceux qui ont pu voir le match, qu'en avez-vous pensé ?
  20. JY DS

    Conférence d'avant match de Spalletti

    Appiano Gentile - Demain, le premier match à domicile du championnat 2018/2019 aura lieu. Au Meazza, les nerazzurri défieront le Torino. Luciano Spalletti a répondu aux questions des journalistes lors de l'habituelle conférence de presse d’avant-match : Comment expliquez-vous la contre performance de la semaine dernière ? "Nous sommes toujours convaincus que nous avons fait les bons choix lors du match contre Sassuolo, mais il est clair que quelque chose n’a pas bien fonctionné. Je ne sais pas encore exactement qui sera titulaire ou pas par rapport à la formation passée. Ce qui m'a déplu, c'est que nous avons déçu les fans de l'Inter, nous avons embarrassé ceux qui nous supportent... car au cours du match, nous avons mis à mal les certitudes que nous avions acquis et pour lesquelles nous nous sommes battus lors de la conquête de la quatrième place. Je suis convaincu du sérieux et de la disponibilité de chacun, et les joueurs savent ce qu’ils doivent faire. L'éthique, la manière de raisonner et de se comporter résolvent tous les problèmes." Et votre prochain adversaire ? "Il n’est pas facile de juger le Torino, le club a une tradition et c’est une équipe qui se battra sur chaque ballons. Elle joue avec les qualités du couteau entre les dents. Nous devons avoir de la personnalité pour toujours chercher la victoire à n'importe quel moment de la partie." Êtes-vous l'anti-Juve ? "Je dois d’abord me soucier que nous soyons les anti-Roma et les anti-Napoli vu qu’ils sont arrivés devant nous la saison dernière. Nous sommes une équipe solide et nous devons réaliser un grand championnat." Nainggolan sera-t-il là ? "Nainggolan est convoqué mais nous devons faire attention. Le personnel médical du Dr Volpi supervise et évalue les risques par rapport à la blessure et à la récupération." Comment va l'équipe ? Notamment Dalbert ? Au cours d'un match Dalbert doit savoir vivre avec les tensions de notre football et ensuite trouver un équilibre afin d’être capable de démontrer sa qualité. Il n'a rien perdu, je le connais bien. Icardi a toujours été un grand bomber. Il a des caractéristiques très précises il peut également s’améliorer. A part Nainggolan, tout va bien. Skriniar a totalement récupéré, Keita doit se mettre à disposition comme tout le monde. Maintenant nous devons choisir et choisir correctement, nous avons besoin d'un équilibre." ® JY DS - Internazionale.fr
  21. Milan - Après une petite année à Monaco, Keita Baldé revient en Italie, acceptant l'offre de l'Inter qui avait déjà tenté de le recruter dans le passé. Spalletti le voulait et l’attaquant sénégalais sait que cela peut être pour lui la saison charnière. Après les débuts amers de dimanche dernier contre Sassuolo, le nouvel achat des nerazzurri a pris la parole aujourd'hui lors de la conférence de presse habituelle. Voici ses déclarations : Son arrivée à Milan "Quand l’Inter vous fait une proposition ce n’est pas difficile d’accepter. J'ai passé un bon moment à Monaco, mais le club a fait de gros efforts pour m'amener ici et j'ai vraiment apprécié le travail de la société. En France je ne suis resté qu’un an mais je m’y sentais très bien. Monaco est un club important, il y a une belle histoire et c’est le lieu idéal pour un jeune joueur, mais j’ai toujours aimé Inter. J’ai toujours apprécié ce club et je ne pourrais jamais lui dire non." Spalletti a évidemment pesé lourd. "Spalletti a une grande expérience, il connaît bien notre championnat, je pense qu'il peut jouer un rôle important pour ma croissance et je suis à sa disposition. Mon rôle sur le terrain ? Je n'ai pas de préférences les quatre que je peux faire sont tous, à ma portée. Je suis disponible pour lui, je vais jouer là où il me voit le mieux. S'il me veut en défense, je peux jouer défenseur sans problème. Je le ferais pour moi et pour l’équipe. Un joueur moderne doit être prêt à tout." La Serie A "Nous, les anti-Juve ? Nous devons penser uniquement à nous, pour bien faire et pour gagner tous les matchs. Si nous gagnons tout, nous finirons premier du classement donc nous devons penser uniquement à ce qui se passe chez nous. J’aime être un protagoniste et me sentir important. Je suis ici pour bien faire. Changer d'équipe ? Non, dans un an je me vois encore ici. Il y a environ trois ans, l'Inter avait essayé de me recruter, maintenant c’est enfin chose faite. Je suis prêt pour travailler dur. Nous avons perdu un match, mais je suis confiant, nous nous sentons bien physiquement, mais nous ne devons pas nous laisser distraire." ® JY DS - Internazionale.fr
  22. Le match sera diffusé à la Taverne ! Premier match à domicile, il y aura quelques personnes de l'Inter Club Paris. N'hésitez pas à passer vous aussi
  23. Milan - Actuellement en convalescence, Radja Nainggolan nouvelle recrue intériste a été aperçu en boîte de nuit à Milan accompagné du célèbre acteur et personnage télévisé italien Fabrizio Corona. Invités d'honneur de la boîte de nuit La Casa Loca, où ils ont rencontré des fans et posé pour quelques photos. Mais certains tifosi qui ont rencontré le milieu de terrain ont semblé en colère contre lui pour avoir fait la fête la veille d'un entraînement. Cependant le quotidien basé à Rome précise que Nainggolan était arrivé comme prévu pour s’entraîner le jour suivant et qu’il a même travaillé à une intensité plus élevée que certains de ses coéquipiers qui n’étaient pas sortis faire la fête la veille. Les actions de la recrue phare du mercato nerazzurro n'ont pas irrité en interne. L’Inter insiste sur le fait qu'il n'y a aucun problème avec le joueur, le quotidien confirme également cette version. La réponse du Ninja Celle-ci ne s’est pas fait attendre. Le milieu de terrain a riposté sur les réseaux sociaux après avoir été aperçu en boite de nuit. Avant-hier soir, l'ex-joueur de l’AS Roma a publié une story sur son compte Instagram le montrant à l’entrainement avec cette phrase : “Working to Get ready. All the rest is bullshit” Le saviez-vous ? Pourquoi cette réaction ? En réponse à cette vidéo qui circule, et à la photo qui le voit arriver à l'entrainement avec les mêmes vêtements que lors de cette soirée. Les tifosi effectuent parfois un vrai travail d’enquêteur. ®Rheyou Diamweli - internazionale.fr
  24. Interibrestois

    Lettre ouverte aux interistes

    Après un été de Mondial, un mercato de grande envergure et un rêve croate non abouti, notre squadra est repartie de Sassuolo les poches vides, empruntée, sans imagination et sans automatismes lors du 1er tour d'une course qui en compte 38. Si je vous écris en ce lundi matin brumeux sur la Bretagne, c'est que je suis déçu de vous, enfin pas tous heureusement, je n'aime pas généraliser. Il y a des matinées où se balader sur les réseaux sociaux vous donnent un mal de tête. Trouver les mots à certains commentaires est compliqué ou pire interdit car on est une famille et c'est toujours "emmerdant" quand tata et maman se font la tronche. Comment peut-on remettre en cause un été aussi bien géré par la direction, critiquer sans filtres une équipe qui nous a ramené la Coupe aux grandes oreilles pour la saison, après une seule et courte défaite 1-0 au Mapei stadium ? La véhémence de certains quand au choix de Luciano Spalletti, ou la flopée de critiques sur les prestations individuelles me dépassent... En général on tire la sonnette d'alarme quand il y a le feu et la il faut croire que certains la tirent après avoir vu une légère fumée blanche s'évaporer de leur cendrier. Sûrement les mêmes qui ont sabré le champagne à la clôture du mercato. Oui oui oui, on a pas réussi a attirer un numéro 10, on l'a entendu tout le mercato et il est temps de passer à autre chose. On a LM10 que tous le monde veut voir titulaire, Baldé Keita qui était déjà installé dans le couloir droit avant même d'avoir posé ses valises à Milan, Perisic notre héros du Mondial, Politano qu'il faut aligner, Asamoah excellent en préparation, Karamoh à qui le club doit donner des signes de confiances, enfin voilà on doit jouer à 15 et créer l'Inter Milan Rugby !! 7 nouveaux noms ont garni les rangs bleu et noir durant l'été, certains à la dernière minute (Keita), d'autres dès la première (De Vrij/Asamoah/Martinez), puis certains sortent d'un Mondial éprouvant aussi bien physiquement que psychiquement (Vrsaljko/Keita encore lui) et pour finir il y a la recrue phare qui n'a pu se préparer correctement, faute à des ennuis physiques (Ninja). Rien que pour ces quelques raisons il est déjà facile de comprendre une mise en route des plus poussive. La formule 1 nerazzurra est en rodage et ses pilotes en période d'acclimatation, je crois qu'il faut connaitre sa machine avant de la gérer de la meilleure des façons, ça vaut aussi pour Spalletti. Toutes les équipes sont logées à la même enseigne, mais combien ont renouvelé autant de joueurs qui doivent prendre place dans le 11 type ? Peu, voir aucunes. J'ai demandé à ma fille de marcher à 2 mois, elle a chuté et je lui est crié dessus... hérésie. Lyon, OM, Manchester United, même la Rubentus ont souffert en ce mois de reprise. Attendons l'arrêt au stand vers le tour 10 pour tirer les premières conclusions. L'article 1 de la doctrine du supporter devrait dire ceci : "Contre vents et marées ton équipe tu supporteras, dans la défaite tu chanteras, dans la victoire ta voix tu casseras et quand bien même la qualité produite tu ne cesseras d'aimer" J’espère juste que les mêmes qui critiquent avec véhémence notre équipe, son coach, ses choix et certains joueurs devenus des boucs émissaires, alors qu'à défaut d'être spectaculaires ou même performants ils mouillent le maillot, j'espère qu'ils rangeront leur fierté le moment venu afin d'écrire l'inverse de ce qu'ils disent. Moins sûr. Essayons d'oublier cette défaite catastrophique qui va hypothéquer toutes nos chances pour la saison et essayons de nous concentrer sur la 6ème place car avec le match d'hier qu'espérer de mieux que ça si on suit certains. Atalanta, Fiorentina voilà nos concurrents principaux, pardon je dérive, j'ai lu trop de choses nauséabondes en ce lundi matin. Mis à part ça tout va bien, le soleil vient d’apparaître sur Camaret-sur-Mer et apparemment il est prévu à Milan dans quelques jours pour la réception du Toro. Amicalement et sans rancunes. Florian H. - Internazionale.fr
  25. Pour ceux qui ont pu voir le match, qu'en avez-vous pensé ?
×