Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'économie'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Évènements de Inter Club Paris

News

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

41 résultats trouvés

  1. Victor Newman

    La puissance financière du Suning est planétaire

    L’Inter ne travaille pas uniquement sur le terrain pour égaler et surpasser la Juve. Si la décision sportive sera rendue sur le terrain ce vendredi, en termes de finances, le Suning a quasiment rééquilibré les échanges. En effet, actuellement le Groupe chinois est passé à la vitesse supérieure pour mettre fin à cet écart vis-à-vis des Bianconeri et les efforts paient. Sans Coupe d’Europe, ni de primes suite à divers titres, la différence entre les deux clubs italiens est à présent estimée à un peu plus de 110 millions d’euros. Voici l’analyse de Marco Bellinazzo : L’Inter La facture de l’Inter, en y incluant l’effet des Players Trading était fixée au 30 juin 2018 à 346,9 millions d’euros, soit une croissance de 9% comparée à la saison précédente. Il s’agit d’un niveau record, celui-ci faisant mieux que les 323,5 millions de recettes perçues lors de la saison du Triplé, à savoir 2009/2010. Les recettes opérationnelles, hors le "Player Trading", sont élevées à 287 millions d’euros. La Juve Sur son bilan du 30 juin 2018, la Juventus a présenté une facture totale de 504 millions d’euros, dont 400 millions au net des plus-values sur le mercato, contre 562 millions d’Euro en 2017. Verdict L’Inter, forte de ses riches recettes régionales en Asie revient dans la course. L’écart sera réduit définitivement lorsque le dossier du stade sera acté, lui qui présente un potentiel bien plus important que l’Allianz Stadium. Les recettes de l’Inter Sur le front des recettes, les Nerazzurri réalisent un bon dans le secteur commercial en présentant une augmentation de 16%, soit 130,3 millions d’euros. Une somme qui émane en partie des sponsorisations chinoises et de celle promises par le Suning. Les droits télés ont offert à l’Inter 80 millions d’euros, le Meazza 33 millions. Les recettes de la Juve Par rapport aux revenus perçus lors des matchs à domicile, la Vieille Dame a engrangé 56,4 millions d’euros pour la saison 2017/2018. Au niveau des droits télés, sur l’année 2018, la Juve a perçu 200,2 millions d’Euros : 122 millions en provenance de l’Italie et 78 millions via la Ligue des Champions. Au niveau commerciale, la Juve de l’ère CR7 a encaissé 114,7 millions. Les principaux sponsors de son maillot lui ont offert un peu moins de 50 millions d’euros : Jeep à hauteur de 21 millions et Adidas pour 23 millions d’euros. Les dépenses de l'Inter et de la Juve C’est un fait, la Juve débourse pratiquement le double de ce que perçoivent les joueurs interistes : 233 millions contre 118, et avec les amortissements, inclus, l’écart passe à 140 millions d’euros. Les amortissement interistes sont montés à 78 millions d’euros tandis que les salaires fixes et variables représentent 119 millions d’euros. Pour la Juve, les amortissements sont montés à 107 millions d’euros, les salaires fixes ont atteint les 233 millions d’euros. Verdict Pour la Juve, son noyau lui coûte 340 millions d’euros contre 197 millions pour l’Inter du Suning. A noter : Le manque à gagner interiste privé (contrairement à la Juve) des revenus en provenance de la Ligue des Champions depuis 2011, la révolution est en marche. Je crois en mon équipe - Steven Zhang Invité d’exception à l’occasion de la soirée de gala organisée le jour de la présentation du célèbre Calendrier Pirelli, Steven Zhang, le Président de l’Inter s’est livré à Sky Sport à quelques heures du tant attendu Derby d’Italie : "Je suis toujours confiant, nous sommes prêts à aller sur le terrain et à offrir au public une belle partie, je peux vous le garantir. J’estime que nous avons fait des progrès, notre jeu s’améliore et nous chercherons, chaque saison, à faire mieux que la précédente, voilà notre objectif. Je crois en mon équipe, je sais qu’elle donnera toujours tout sur le terrain." Les pleins pouvoirs En attente de l’officialisation de la nomination de Giuseppe Marotta comme Administrateur-Délégué aux côtés d’Alessandro Antonello, le Conseil d’Administration de l’Inter a redéfini l’architecture des délégations des pouvoirs au niveau managérial. Suite à ce conseil, les pouvoirs du néo-président interiste, Steven Zhang, ont été renforcés, lui qui est devenu le plus jeune Président de l’Histoire du Club le 26 octobre 2018. Tout les pouvoirs de signature et sans limite pour la gestion ordinaire et extraordinaire du club lui ont été octroyé par le Board. Le tout a été confirmé noir sur blanc lors de l’Assemblée Générale des actionnaires qui a vu la nomination de Steven à la Présidence. Dans le document présenté à l’agence de presse Radiocor, on peut découvrir que le Suning dispose de la possibilité d’exercer tous les pouvoirs avec exclusion expresse, et plus précisément en regard à ce que les Lois et les Statuts du Club réservent à l'Assemblée Générale. Le Suning dispose également du pouvoir de procéder à des ventes ou des transferts de participations du Capital de la filiale Inter Media and Communication. Alessandro Antonello se voit assigné les pouvoirs relatifs aux départements les plus stratégiques du club : La Finance, le Sport et le Merchandising et il pourra procéder à des signatures conjointes en compagnie des autres Top Managers de l’Inter. Il va de soi que l’imminente intronisation de Giuseppe Marotta redéfinira une nouvelle fois la carte des pouvoirs de la Direction Interiste. Fabio Capello : "La puissance du Suning est mondiale" Fabio Capello s’est livré à une longue interview pour la Repubblica à l'occasion du Derby d’Italie qui arrive : Don Fabio, que retenir de ces mondes lointains que ce sont ceux de la Juventus et de l’Inter ? "Je connais bien "Monsieur Suning", j’ai eu le privilège d’y travailler et je peux vous dire que s’il existe bien quelqu’un qui est capable de s’opposer à la Juve avec une puissance de frappe mondiale, c’est bel et bien lui." Mais dans combien de temps ? "Cela dépendra du terrain, mais le point fort de l’Inter est sa force économique et son ambition. J’estime que l’on parle de super puissance planétaire : Aujourd’hui, dans le monde du football, il faut disposer de cela pour atteindre certains niveaux, là où vit la Juve." Agnelli et Moratti semblent plus proche : Ne pensez-vous pas que la période des polémiques infinies est lentement en train de nous quitter ? "En premier lieu, j’ai gagné ces deux Scudetti sur le terrain. En second lieu, Il faut parvenir à faire la part des choses, sans vouloir se précipiter ni se montrer impatient et il ne faut pas oublier qu’il y avait des demandes de l’Uefa et de la Fifa. Cela étant dit, il est temps de tourner la page sur ce passé." Vous imaginez-vous voir l’Inter avoir la tête haute au Stadium ? "Si elle ne se plante pas. Spalletti a déclaré ne pas être considéré comme l’Anti-Juve, mais je crois que ce sera un test très important vis-à-vis du caractère de l’Inter. S’il va sur le terrain turinois en jouant à armes égales, en misant sur la confiance de croire en ses propres moyens, nous verrons alors quelle est la réelle personnalité de l’Inter : C’est un test important." Quelqu’un a déclaré que le Championnat n’est pas terminé car il n’a jamais fini, c’est exagéré ? "C’est une réalité plutôt. Le championnat 2018/2019 s’est terminé un jour de juillet, lorsque la Juve a annoncé le recrutement de Cristiano Ronaldo. Elle était déjà plus forte que les autres auparavant, cette fois-ci elle est nettement plus forte, vous avez vu ce monstre…." Pensez-vous que la Juve d’aujourd’hui est la meilleure équipe d’Europe ? "Je ne peux pas encore le dire car la destinée d’une Ligue des Champion se joue sur les détails. Je suis sûr que la Juve se disputera le titre à armes égales, face à n’importe qui. Nous avons déjà pu voir qu’elle disposait de quelque chose en plus lors de ses premiers matchs européen…" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Victor Newman

    Steven Zhang souhaite développer l'axe Sino-Italien

    Steven Zhang, le Président de l'Inter s'est livré au Salon du Mobile de Milan-Shanghai à une interview pour le compte du Corriere Della Sera. "Je crois en l'Italie, à ce pont culturel entre nos deux pays, en sachant quoi choisir, le tout dans un respect mutuel. Arrêter la mondialisation est impossible, nous devons vivre et travailler ensemble pour une meilleure qualité de vie. Cela passe aussi par la technologie. La stratégie de Suning international, via son Smart Retailer est de faire usage d'une plateforme de vente géante." "Celle-ci ne sera pas uniquement on-line, et elle visera à diriger les consommateurs locaux, en particulier les jeunes, vers un style de vie caractérisé par le goût. La Chine a profondément changé, les nouvelles générations sont pointilleuses, exigeantes, et veulent de l'expérience. Ils font des achats conscients, veulent être heureux, ils peuvent choisir. Les marques doivent travailler sur ces aspects." Le prix ? "Il compte, mais jusqu'à un certain point. C'est pourquoi nous croyons en l'Italie, en cette idée d'établir une alliance avec votre pays, cela signifie que nous disposerons d'un projet culturel de meilleur qualité pour les meilleures personnes. C'est un message positif similaire au monde du sport. Peu importe qui vous êtes, mais l'important est ce que vous faites." L'Inter ? "Vous, les italiens, pensez toujours du football... Cet esprit de compétition vous donne l'espoir de faire mieux, de pouvoir rêver à une vie meilleure. C'est pour cette raison aussi que j'ai envie d'y embaucher des jeunes." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Victor Newman

    Le projet du stade Giuseppe Meazza

    L'Inter et le Milan ont signé récemment un protocole d'accord pour une rénovation et une modernisation commune du stade Giuseppe Meazza. Même si la phase exploratrice se terminera d'ici la fin de l'année 2018, une chose est sure, les deux projets milanais sont particulièrement ambitieux: Marco Belinnazzo s'est d'ailleurs exprimé à ce sujet : "Une concession octroyée par la Mairie de Milan pour un droit de surface de 99 ans sur le modèle de l'Udinese pourrait coûter aux deux clubs bien moins que la construction d'un nouveau stade de propriété. Si, dans ce cas, la concession venait à s'étendre également au droit de Naming, les dépenses pourraient être compensées en grande partie." "Pour donner son nom au nouveau "San Siro" un sponsor de caractère international devrait débourser entre 5 et 8 millions d'euros par ans. De plus, d'ici à la fin de l'année, un groupe d'experts aura la tâche d'émettre l'hypothèse de la meilleure façon de renouveler le stade, tout en maintenant ensemble les besoins de toutes les parties impliquées. Pour l'heure, la Mairie milanaise encaisse une somme "canon" de plus de 8 millions d'euros par an. Une somme versée par le Fond Eliott et le Suning." "En 2015, l'Inter avait préparé son propre projet pour disposer d'un stade de 65.000 personnes, en laissant tomber le troisième anneau et en octroyant des espaces destinés à des exercices commerciaux de tous types. Mais à présent, tout reprend à zéro. L'Investissement pourrait coûter, en fonction de ce qu'il se passera, entre 100 et 200 millions d'euros qui seront fractionnées entre l'ensemble des parties intéressées, avec un temps limite de 4 ans pour réaliser l'ensemble des travaux requis." "L'objectif principal est que le Stade puisse assurer un régime de 100 millions de recettes par an pour chaque équipe. Ce taux d'encaissement étant celui des plus grands clubs européens tel que Barcelone, le Real Madrid, Arsenal et Manchester United. Tous ces clubs atteignent cette somme et font même mieux annuellement." Faire mieux que la Juve "Actuellement, la Juventus reste l'équipe italienne qui dispose de son propre stade de propriété. Inauguré en 2011, il lui rapporte au maximum 60 millions d'euros. Vu sa structure et sa capacité, il est difficile de voir l'Allianz Stadium atteindre ce quota de 100 millions d'euros dans les prochaines années." Tripler les recettes "L'Inter et le Milan visent à obtenir un stade avant-gardiste en misant sur un triplement de leurs recettes. Lors de la saison 2017/2018, le Milan a touché 35 millions d'euros, contre 34 millions pour l'Inter. Il s'agit du niveau physiologique des deux écuries au cours de ces dix dernières années, Cela passe par les recettes de la billetterie, entre les tickets de match et les abonnements des deux équipes, sans oublier les performances de chacune d'elles dans les tournois individuels et leurs participations en Coupe d'Europe." Un renouveau "Pour les deux clubs, il est utile de disposer d'un San Siro XL, qui sera restructuré de façon moderne et qui s'étendra de façon pertinentes jusqu'aux zones voisines, en y incluant des services d'accueil, une grande aire de stationnement, et des espaces de restaurations. Contrairement au Juventus Stadium, San Siro ne dispose actuellement pas de cuisines permettant de s'y restaurer." "Le musée sera également hyper-technologique et se verra greffer dans les circuits touristiques de la ville, il pourra servir de salle de conventions et accueillir des réceptions. Des magasins de sports, des bars et des lieux de rencontres familiaux permettront à cet ensemble de service de rendre cette région vivante, non seulement lors des jours de matchs, mais également durant les autres jours de la semaine." L'avis d'Alessandro Antonello Si Milan pourrait accueillir deux stades ? "Techniquement, une ville comme celle-ci peut faire face à deux implantations. Si nous prenons Londres par exemple, et même si c'est une métropole beaucoup plus grande, elle parvient à faire face à 10 stades. Maintenant, nous sommes dans une période où les deux clubs, l'Inter et le Milan, se sont assis autour d'une table avec un esprit de collaboration qui a émergé." "Nous ne nous cachons pas face aux difficultés auxquelles nous avons dû faire face depuis un an et demi, puisque la discussion y était déjà entamée. Mais maintenant nous croyons qu'il y a toutes les conditions pour accélérer un projet important pour le Club. La croissance économique des deux entreprises passe également par les infrastructures." "L'objectif est de rassembler les idées communes d'ici la fin décembre, de les soumettre à la municipalité et de commencer avec un projet concret. Nous parlons de San Siro, mais aussi de ses environs. Nous n'excluons rien à ce stade, nous en sommes encore aux prémices." "Il y a toute une zone urbaine à recycler, à mettre à disposition des Tifosi, mais nous souhaitons aussi offrir aux citoyens une série de services qui peuvent être annexés au stade. Je veux être positif, c'est un moment où une ville comme Milan, qui vit un élan de croissance économique, peut voir un projet comme celui-ci s'inscrire de manière naturelle. Cela donnerait un nouvel élan à cette croissance et également plus d'attractivité à la ville, même au niveau touristique." "La ville dispose de deux clubs prestigieux qui ont les mêmes objectifs. Et même s'il est vrai que sur le terrain, nous sommes des adversaires, tout n'est pas aussi indéniable que les objectifs économiques de nos deux clubs, qui eux, sont absolument spéculateurs." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Au Meazza comme au Camp Nou, on a pu s'apercevoir qu'il existait une différence notable entre l'Inter et Barcelone. Cette différence s'exprime aussi sur le sujet du stade. Celui des blaugranas est un projet bien avancé, tandis que celui des nerazzurri n'en est qu'à ses balbutiements. Du reste, nous sommes en l'an 0 de l'Inter depuis son retour en Champion's League. Mais le Président Steven Zhang n'a en tête que de réduire la distance qui le sépare des tops clubs, le plus rapidement possible. La Gazzetta Dello Sport écrit : Le tout, en fait, peut se résumer à la différence dans l'avancée du projet de stade et la qualité de l'effectif. Cette dernière cependant, est fortement liée à l'écart économique. Les 693 millions de revenus du Barça, contre les 297 de l'Inter, se traduisent par la présence de nombreux champions pour les blaugrana. Réduire cet écart est dans le projet de Steven Zhang. Il écrivait sur les réseaux sociaux "Je suis fier. Cette équipe mérite tout". Affronter les meilleurs - Barcelone fait partie des 3 meilleurs d'Europe - est un bon moyen pour mesurer les distances. Pour évaluer l'écart entre les "économies" plus solides et la propriété d'un stade. Cet écart n'est pas à un niveau préoccupant. Ainsi, il se réduit, si on considère que l'équipe de Spalletti partait du 4ème chapeau lors du tirage au sort".
  5. Victor Newman

    L'Inter du Suning dans le vert !

    L'Inter a atteint un record financier. Selon Calcio&Finanza, les chiffres retranscrits dans le budget qui sera présenté lors du Conseil d'Administration de ce jour sont sensationnels et n'ont aucun précédent, année du Triplé incluse. En effet, comparé au précédent bilan, ce dernier a connu une croissance de 9%. En 2009/2010 l'Inter avait touché, avec la Ligue des Champions, 325,5 millions d'euros. Actuellement, l'Inter a touché 346,9 millions d'euros sans Coupe d'Europe. En général, il y a beaucoup de données qui montrent une amélioration des comptes. L'Inter n''a jamais connu une si faible perte depuis 2002/2003, avec 17,7 millions d'euros. Les recettes de façon générale ont augmenté de 7%. L'augmentation prévue des coûts, des salaires et de l'amortissement avait comme contrepoids les revenus des gains en capital (les plus-values) et le secteur commercial qui ne cesse de grandir. Les recettes des droits télés et du marketing atteignent les 130,2 millions d'euros, soit une augmentation de 17% comparé à 2017 (112,2 millions d'euros). Les revenus télés étaient pourtant en baisse, passant de 83,7 millions d'euros à 80,2 millions d'euros suite à une saison sans Coupe d'Europe. De plus, Nike avait également serré la ceinture en n'offrant que 4,2 millions d'euros en lieu et place des 9,3 millions d'euros. L'impact de la Chine Les sponsors régionaux asiatiques sont passés de 74,8 millions à 91,6 millions d'euros, en regard aux sponsorisations commanditées par le Suning. Suite à la qualification en Ligue des Champions, Pirelli de son côté, a augmenté son versement en payant à l'Inter 16,2 millions d'euros à la place des 9,1 millions d'euros perçus il y a un an, il s'agit-là d'une augmentation de 78%. Le tout provenant des bonus liés à la Champions League: 6,2 milions d'euros. Il convient également de rappeler qu'il s'agit ici du dernier bilan avant la prise de contrôle totale du Suning à l'Inter! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Durant ces dernières années les sponsors ont vu leurs rôles devenir de plus en plus important au sein de l'économie du Calcio. Les investissements de ces derniers ont nettement augmenté, de façon démesuré pour certains. Par ce biais le "Main Sponsor" permet au club concerné d'augmenter ses ressources. Cette situation est valable pour plusieurs clubs, sauf pour l'Inter qui, avec Pirelli, ne se retrouve qu'en 6e position, devancé entre autre par Sassuolo... Bon à savoir 80% de la valeur des sponsors sur les maillots est contrôlé par 6 clubs. Pour un total de 99,3 millions d'euros. La part du gâteau, pour les 14 autres clubs restants, ne dépasse pas les 24,7M€. La valeur moyenne des investissements sur les maillots de Serie A est de 6,2M€. Le Top 10 1. Juventus Logique et aucune surprise, la Juve est en tête, avec 26,7M d'investissement perçu par le biais de Jeep et du sponsor japonais Cygames. 2. Sassuolo Petite surprise pour la seconde place avec Sassuolo, qui peut compter sur son sponsor Mapei, qui dépense 18M€ pour voir son nom sur le maillot, en plus de disposer du nom du stade. 3. Milan Ac / Napoli Le Napoli et le Milan Ac perçoivent respectivement 15M€. Pour les Rossoneri, cette somme est investie par Fly Emirates. Pour le Napoli, il s'agit d'une combinaison qui réunit ses trois sponsors principaux que sont Leta, Pasta Garofalo et Caffè Kimbo. 5.As Roma Avec l'arrivée de Qatar Airways et Hyundai, le club de la capital perçoit 14M€. 6. Inter Seulement liée à Pirelli, l'Inter ne perçoit que 10,6M€. Il faut noter que le rétro sponsor Driver appartient également à notre sponsor historique. Cette somme est donc assez faible, comparé aux principaux grands clubs de Serie A. Toutefois, il existe un système de bonus qui donne la possibilité au club d'atteindre entre 13 et 14M€. 7. Torino 4 millions d'euros 8.Cagliari 2,6 millions d'euros 9. Atalanta 2,5 millions d'euros 10. Bologne 2 millions d'euros ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. En effet, la masse salariale brut de l'effectif de Luciano Spalletti a connu une croissance importante comparé à la saison 2017/2018. Comme nous en informe la Gazzetta dello Sport, dans son édition du jour, le montant total devrait atteindre 106,9 millions d'euros. Il y a un an, sur la base des mêmes paramètres, le total des salaires du clubs n'était "que" de 75,5 millions d'euros. Nainggolan en tête avec Icardi Tout en haut de ce classement, on retrouve Radja Nainggolan, en compagnie de Mauro Icardi : Ces derniers disposent d'un contrat de 4,5 millions d'euros net. Ivan Perisic complète le podium avec 4 millions d'euros : Parmi les nouveaux arrivés, outre l'ancien Diable Rouge, on peut constater l'excellente 4e place de Stefan De Vrij, avec un contrat de 3,8 millions d'euros net, par saison. Ces données pourraient cependant être bouleversée dans le courant de la saison. En effet, Mauro Icardi doit prolonger son contrat, tout comme Milan Skriniar et Marcelo Brozovic. Concernant "Epic Brozo", ce dernier, finaliste de la Coupe du Monde 2018, devrait disposer d'un contrat qualifié de "Top Player". ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Les sommes importantes d'argents en provenance de la Ligue des Champions ont déjà été évoquée ces dernières semaines. Ce 29 août 2018, Tuttosport est revenu sur le sujet en y ajoutant quelques détails importants... "La Ligue des Champions la plus riche de l’histoire débutera demain, avec le tirage au sort qui établira les calendriers jusqu'au mois de décembre. Suite au nouveau mode de commercialisation des droits TV, le total de l'ensemble de ces primes est passé de 2 à 3,4 milliards d'euros, dont 1,95 seront redistribués entre les clubs. Il s'agit d'une augmentation de 500 000€ supplémentaires, comparée à ces trois dernières années." Le "Classement Historique" Chaque action a une valeur de 1,108M€ et 32 équipes vont se répartir 585M€ par le bias de 528 actions disponibles. Celui qui terminera premier de son groupe remportera 32 de ces parts, le dernier une seule. C'est un fait, le Real Madrid sera le club qui disposera le plus de fonds, vu ses performances: 35,456M€. Au niveau des italiens, le classements est le suivant : La Juventus est sixième et percevra 29,9M€. La position de l'Inter, de Naples et de Rome dépend de l'issue des matchs de barrages. Mais en fonction des clubs qualifiés, il y aura en jeu, au moins deux places qui octroieront 2,216M€ de plus que la dernière disponible. Au minimum, l'Inter percevra donc 17,7M€, le Napoli, 13,3M€ et la Roma 12,2M€. Le Marché Monétaire La part de ce dernier est pratiquement divisée par deux, par rapport à la dernière édition. En passant de 110M€ à 50M€. Il dépend également du "quota national fixe" basé sur le classement de l'année précédente en championnat. 25 M€ sont à répartir comme suit: Le champion en percevra 40% Le second 30% Le troisième 20% le quatrième 10% Les autres 25M€ sont à répartir en fonction des résultats qui seront obtenu par les équipes représentants le même pays. Pour faire simple, le terme "supporter l'adversaire" est justifié, car, à titre d'exemple, si la Juve, la Roma et le Napoli sortent en premier, l'Inter percevra plus. Mise en situation : En se basant sur la somme reprise ci-dessus, les clubs toucheront les sommes suivantes: 10 millions pour la Juve, 7,5M€ pour le Napoli, 5M€ pour la Roma et 2,5M€ pour l’Inter. Pour finir, il faut rajouter 3,4M€ supplémentaires garantis, en tant que part minimale de "la partie variable". Les 11,4M€ restants seront attribués en fonction des résultats croisés des quatre équipes. ®JY DS - Internazionale.fr & Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Victor Newman

    Quelle est la valeur des sponsors de l'Inter ?

    De Pirelli à Suning, quel est l'apport réel que perçoit l'Inter ? Internazionale.fr s'est penché sur la question.... Pour nos trois dernières années, des chiffres officiels ont été établi au niveau de notre sponsorisation : 2015 : 39,1M€ (+26,3% sur les recettes) 2016 : 45,5M€ (+29,2% sur les recettes) 2017 : 108M€ (+49,1% sur les recettes) Nike Le partenariat entre l'Inter et Nike est en cours depuis la saison 1998/99 et selon les conditions reprises dans le contrat actuel, il se poursuivra jusqu'au 30 juin 2024. Sur les trois dernières saisons, la marque à la virgule a versé à l'Inter : 2015 : 13,4M€ 2016 : 12,5M€ 2017 : 9,4M€ Ces chiffres sont nettement supérieurs à ce que l'Inter percevra pour la saison 2017/2018. Suite à son absence sur la plus grande scène européenne depuis 5 ans, et également sa non-présence européenne en Europa League, Nike ne déboursera "que" 3,75M€ cette saison. Des performances négatives qui pourraient également avoir un impact sur les bilans des prochaines saisons, même si l'Inter s'attend à retrouver des revenus plus proches de ces trois dernières années, et ce jusqu'en 2024. Le saviez-vous ? Parmi les accords signés, Nike peut mettre fin à sa relation avec l'Inter, dans le cas où le club se voit sanctionné ou suspendu de toute compétition nationale ou internationale. Pirelli Le partenariat historique de l'Inter avec Pirelli a fait ses débuts en 1995/1996 et se terminera en 2021. Un accord signé en mars 2016 prévoit une remise en discussion de cette sponsorisation à partir du mois de juin 2018. Pirelli pourrait prolonger l'aventure pour deux années supplémentaires. L'histoire avec Pirelli se poursuivra (ou pas) à la fin des discussions qui ont actuellement lieu en interne. Au cours des trois dernières saisons, l'Inter a gagné: 2015 : 14,1M€ 2016 : 17.7M€ 2017 : 9,2M€ 2018 : 10,1M€ sont prévu Le saviez-vous ? En vertu du contrat actuel, l'Inter peut recevoir des bonus en cas de qualification en Coupe d'Europe (Europa ou Champion's) et des bonus supplémentaires en cas d'accession aux huitièmes, en quart, en demi ou en finale de la compétition disputée : exemple avec un accès en Finale, les "performances bonus" peuvent ainsi monter jusqu'à 13M€. En cas de relégation en Série B, l'Inter voit son parrainage réduit de 40%. De plus, dans un tel cas de figure, si l'Inter ne parvient pas à remonter immédiatement, Pirelli a le droit de résilier son contrat. Pirelli peut également résilier ce dernier dans le cas où l'Inter est exclu de toutes compétitions européennes en raison de violations aux règles établies pour le Fair Play Financier. Suning Le 20 décembre 2016, l'Inter a signé un accord sur les droits de naming et d'un parrainage avec le Jiangsu Suning, pour un total de 66M€ réparti sur 4 saison, soit une moyenne de 16,5M€/ans. Au cours de la première année du contrat (2016/17), l'Inter a obtenu un bonus "de signature" de 25 millions d'euros, pour un total avoisinant les 40M€. Depuis le 30 septembre 2017, le club attend un versement de 25M€. Ces derniers n'ont pas été versé à Milan en raison de problèmes d'exportation de capitaux depuis la Chine: la date de paiement était prévue au plus tard pour mars 2018. L'accord initial prévoyait, en plus de la présence de Suning sur le maillot d'entraînement et des droits de naming pour la Pinetina, le droit de produire et de vendre des produits électroniques co-marqués en Asie. En juin 2017, l'accord a été révisé, en comprenant d'autres droits commerciaux que le Suning peut exploiter en Chine, tels que ceux liés aux licences et au merchandising. En outre, le contrat prévoit de nombreux bonus pour la performance de l'équipe, allant des victoires de grands matchs à la qualification à la Champion's. L'Inter étant en zone Champion's League en décembre, elle est, selon les accords, censée percevoir 3,5M€ supplémentaire. Tableau récapitulatif des bonus octroyés par le Suning: Victoire contre la Roma 550.000€ Victoire contre la Juventus 550.000€ Victoire contre le Milan 550.000€ Victoire contre Naples 550.000€ Scudetto 10.000.000€ Deuxième position 8.000.000€ Troisième position 3.500.000€ Coupe d'Italie Demi-finale 675.000€ Finale 800.000€ Victoire 200.000€ Europa League Qualification 1.000.000€ 1er du Groupe 1.700.000€ Quarts de finale 550.000€ Demi-finale 675.000€ Finale 800.000€ Victoire Europa League 2.000.000€ Ligue des Champions Être en Zone Champion's en décembre 2017 3.500.000€ Qualification pour la phase finale 1.500.000€ Quarts de finale 1.000.000€ Demi-finale 2.000.000€ Finale 5.000.000€ Victoire Finale de Ligue des Champions 2.500.000€ Primavera Toute victoire d'une compétition officielle 500.000€ Beijing Yixinshijie L'accord le plus complet est relatif aux parrainages régionaux en Asie. Celui signé par l'Inter le 1er novembre 2016 avec le Beijing Yixinshijie Culture Development Co., Ltd (Beijing Yixinshijie) est le plus intéressant. Il s'agit d'une agence de marketing chinoise qui selon Deloitte, n'est en aucun cas connecté au Monde Suning. L'accord avec l'Inter implique la recherche de sponsors potentiels en Chine, en Malaisie, à Singapour, en Indonésie, au Japon et en Corée du Sud: Beijing Yixinshijie est le partenaire exclusif des Nerazzurri pour négocier et conclure des accords de parrainage sur ces marchés. L'accord a débuté le 1er novembre 2016 et se terminera à la fin de la saison 2018/19. Le parrainage a une valeur minimale garantie de 30M€/an, en plus des 10M€ de primes à la signature repris en 2016/17. Le montant total est ainsi estimé à 90M€. Le saviez-vous ? Tout comme le Suning, Beijing Yixinshijie doit encore verser 12,3M€ de recettes. Ces derniers sont bloqués en Chine. Dans le cas où le minimum garanti vient à être dépassé, tout supplément serait divisé en deux si la valeur totale monte jusqu'à 36M€. Toute somme au-delà des 36M€ serait reversée directement au Beijing Yixinshijie. Infront L'accord avec Infront, signé en 2014 , prévoyait un minimum de: 15M€ pour la saison 2014/15 19,3M€ pour la saison 2015/16 20,7M€ pour la saison 2016/17 20,1M€ pour la saison 2017/18 Le saviez-vous ? Grâce à sa qualification en Europa League en 2014/2015, l'Inter a reçu 15,7M€. La saison 2016/2017 a été la meilleure avec 20,7M€ perçu. Mise à jour du 09/05/2018 : TIM Sponsor depuis 1999, TIM Mobile a un accord avec l'Inter Milan qui se terminera le 30 Juin 2018. L'accord réalisé en 2015/2016, pour une durée de trois ans permet à l'Inter de toucher 3,1M€/an. Volvo L'accord avec Volvo est l'un des plus récents: signé le 1er juillet 2017, il se terminera le 30 juin 2020. Volvo est le partenaire auto officiel de l'Inter. Il garanti au club 950.000 € par an, ainsi que 70 voitures à disposition des joueurs, du personnel et de la Direction. Le saviez-vous ? Si l'Inter se qualifie en Champion's League en fin de saison, le club percevra 150.000 € de bonus. Ces derniers monteront à 200.000€ en cas de nouvelle qualification pour la saison 2019/2020. Bwin Le partenariat entre l'Inter et la célèbre agence de paris sportifs a été signé le 17 août 2017. Ce dernier prend fin le 30 Juin 2020, avec une possibilité d'une prolongation pour une nouvelle saison. L'Inter percevra: 900.000€ pour la saison 2017/2018 1M€ pour la saison 2018/2019 1,1M€ pour la saison 2019/2020 Le saviez-vous ? En cas de qualification en Europa League, l'Inter touchera un bonus de 50.000 et de 100.000€ si elle se qualifie en Ligue des Champions. De plus, Bwin a obtenu "un droit" dans le contrat. Bwin a un droit de priorité en cas de naming ou de nouveau parrainage sur le maillot Nerazzurro. En effet, si une autre agence de paris sportifs souhaite afficher son nom sur notre maillot, Bwin a le droit de s'aligner et d'être prioritaire. Il s'agit d'un principe similaire au droit de rachat d'un joueur par exemple. Bwin ne peut faire usage de ce droit uniquement dans le cas où il s'agit d'une autre société de paris sportifs. Voir nos sponsors historiques : https://www.internazionale.fr/sponsors-inter-milan/ Mise à jour du 09/05/2018 : Fin du partenariat avec Infront ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Victor Newman

    Les primes de la Ligue des Champions

    L'UEFA a annoncé officiellement les critères pour la distribution des primes pour la prochaine Ligue des Champions. Le classement historique a été la plus grande nouveauté : 30% des primes seront attribuées sur la base du classement du rendement des clubs, sur base des performances réalisées lors des dix dernières décennies. Il s'agit là de meilleurs gains, tout en conservant des primes fixes en fonctions des prestations réalisées. la somme totale de cette nouvelle distribution des gains s'élève à 585M€. Comment est calculé le Ranking ? En plus des points de coefficient accumulés au cours de cette période, le classement comprend des points bonus en cas de succès européen, dans l'histoire des clubs participants : Victoire de l'Uefa Champion's League / Coupe des Champions Victoire de l'Uefa Europa League / Coupe de l'Uefa ou Coupe des Coupes. En se basant sur ces paramètres, une classification a été établie, avec un total de 585 050 000€ divisés en "actions de coefficient". Chaque part de coefficient vaut 1 108 000 euros. Pour faire simple, l'équipe la plus faible du classement recevra donc une seule part de ce coefficient (1 108 000 euros). Un quota sera ajouté à chaque poste, de sorte que le leader de ce classement recevra 32 actions de coefficient (35 460 000 euros). On peut alors déjà établir une classification des revenus, en attendant que les six derniers postes soit attribués après les tours préliminaires Classement C'est une surprise pour personne, le Real Madrid est en tête. Il est suivi par le Fc Barcelone et le Bayern de Munich. La première équipe italienne est la Juve qui est classée 7ème, l'Inter 22ème, Napoli 28ème et la Roma 32ème. Le comble restera la 15ème place de l'Ac Milan... Classement actuel des équipes déjà qualifiées En attendant de voir quels seront les six derniers qualifiés, on peut déjà déduire que la Juve percevra 29,9M€. Les Bianconeri sont d'ailleurs les seuls à avoir cette confirmation. Dans l'état actuel des choses, l'Inter serait 15ème et pourrait percevoir 19,9M€. Cependant, si l'Ajax et le Benfica se qualifie, l'Inter glisserait à la 17ème place et percevrait 17,7M€. Il en va de même pour le Napoli et la Roma. Toutefois, la qualification à la Ligue des Champions aura déjà permis aux clubs italiens de récolter : 45,2M€ pour la Juve 35,2M€ pour l'Inter 30,8M€ pour le Napoli 29,7M€ pour la Roma ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. L’Inter, via l’Inter Media and Communication, est toujours plus active dans sa campagne de sponsorisation et l’Inter est particulièrement active en Chine où elle signe accords sur accords. L’Inter vient d’officialiser des accords souscrits en Asie depuis le 1er avril 2018 FullShare, actif dans le secteur du tourisme et de l’éducation Donkey Mother, une agence de voyage online Pour 2018, cet accord va permettre à l’Inter d’obtenir, bonus compris à la signature 10,5M€. Les deux transactions, hormis le bonus à la signature, garantiront au club, 43,3M€ jusqu’en 2020. iMedia, une agence chinoise de marketing sportif. Pour 2018, l’Inter percevra 27,2M€. Tandis que la valeur totale de l’opération, hors prime à la signature, s’élèvera à 154,17M€ Et c'est là qu'on voit toute l'importance d'être sous la propriété du Suning... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Les recettes en provenance de la Chine ne font qu’augmenter pour l’Inter. Comme le rapporte l’Ansa, l’agence de presse italienne, notre Club a publié ses donnés économiques sur les neufs premiers mois passés sous contrôle de l'Inter Media and Communication S.p.A, durant cette périodes, les sponsorisations et les droits télés ont eu leur importance. Voici la situation suite aux accords signés avec FullShare, Donke Mother et Imedia Selon ce qui ressort des documents fournis par le club, l’Inter a ajusté son exercice financier 2017/2018, pour 156,5M€, soit une perte de 1% par rapport au 158,2M€ perçu au 31 mars 2017. Toutefois, à la fin de la saison, les estimations des recettes ont été fixées à 203,5M€. Pour rentrer dans le vif du sujet, l’Inter a reçu 60,1M€ de recettes en provenance de ses sponsors, sur les 9 premiers mois : 7,5M€ proviennent de Pirelli (+ 0,3M comparé à 2016). Pour la saison complète, Pirelli déboursera 10,1M€ (+0,4M€ comparé à la saison dernière) 2,8M€ proviennent de Nike, qui durant cette saison versera également 3,8M€ complessif. Une somme moindre que les 9,5M€ de la saison 2016/2017. Ces sommes sont le fruit des dernières saisons noires de l’Inter. 10,5M€ proviendront d’Infront. Pour la saison entière Infront payera moins que prévu : 20,1M€, au lieu de 20,7M€ 39,2M€ proviendront des sponsorisations régionales en Asie et de la cession des droits de naming. Il s’agit d’une augmentation de 5,1M€ de bonus comparé à la saison écoulée, 34,9M€. Cette croissance est liée aussi au bonus octroyé par le Suning, suite aux prestations de l’équipe. D’autres sommes devraient également être perçues par notre Beneamata, suite aux accords signé avec notre propriétaire. Pour les droits télés, ceux liés à la Série A, il y a également une augmention de 5M€. L’Inter a perçu 85,1M€ contre 80,1M€ pour le premier semestre 2016/2017, il y a lieu de prendre en considération les recettes directes et indirectes. On peut aussi constater la chute des recettes en provenance de l’Uefa. L’Inter avait touché, pour le premier semestre 2016/2017, 6,4M€ suite à sa participation à l’Europa League. Pour 2017/2018, sur la même période, les chiffres sont nettement inférieurs 539.000€. Inter Media and Communications a aussi connu une augmentation au 31 mars 2018, avec une perception de 23,9M€ comparé au 23,7M€ perçus au 31 mars 2017. On parle bien d’une partie des recettes de l’Inter. A cela, il faut ajouter les recettes en provenance même de l’Internazionale Spa, comme par exemple, les recettes qui découlent des rencontres et celles relatives au plus-values. Cette augmentation des recettes ne suffira pourtant pas à résoudre, à elle seule, le problème lié au Fair-Play-Financier. Pour respecter les accords signés avec l’Uefa, le club doit parvenir à réaliser des plus-values, d’ici au 30 juin estimées entre 30 à 40M€. Si l’on revient sur les 9 premiers mois de la saison Inter Media a permis de récolter 287,9M€. Ces derniers ont été utilisés pour rembourser le prêt octroyé par la Goldman Sachs, qui en date du 31 décembre 2016, s’élevait à 196M€. Le bilan des comptes de l’Inter a vu également son déficit net monter à -244M€ comparé aux -179,9M€ d’il y a un an. Enfin, l’Inter devra nous fournir des mises-à-jour sur sa situation en regard aux versements de la part du Suning et des autres sponsors chinois, ces derniers chiffres sont relatifs à des contrats de sponsorisation : l’Inter a reçu 68,1M€ sur un total de 125,2M€. Si l’on y regarde de plus prêt, il manque encore 22,5M€ pour l’exercice 2016/2017, qui sont relatifs aux bonus du contrat de Co-branding signé lors de la saison 2016/17. Ces 22,5M€ devraient être encaissés par l’Inter, dans les toutes prochaines semaines. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Selon une étude de KPMG, "The European Elite 2018", la Juve continue à rester l’équipe italienne qui vaut le plus. Derrière les Bianconeri, on retrouve le Napoli de De Laurentiis qui est d’une courte tête devant Milan et l'Inter. La Juve est 9ème en Europe et pèse 1,3 milliards et 1,302M€ pour être précis. Elle pèse trois fois plus que les autres grands d’Italie : Le Napoli (518M€), il Milan (514M€), l’Inter (491M€) et la Roma (455M€). La Lazio est la dernière représentante italienne (241M€) dans ce classement composé de 32 équipes. L'analyse de la Gazzetta Dello Sport Ce qui a fait décoller le Napoli, c’est l’évaluation de sa croissance en une année de 27%, cette dernière est liée à la plus-value réalisée pour Higuain. KPMG se base sur les données économico-financière de la saison dernière. Le club de De Laurentiis a su disposer de 101M€ de profits, en Europe, seul Leicester a fait mieux, avec 108M€. A l’opposé, il y a lieu de constater le -70 des comptes économiques du Milan qui dispose d’une situation pire que celle de sa saison précédente (-6%). La Roma est stable et l’Inter est en croissance de 14%. Le club Nerazzurro peut surtout remercier le Suning pour le boom des recettes commerciales qui font suites aux divers accords passés, ce qui s’est avéré déterminant. La marche en avant de la Juve continue : Le club d’Agnelli, vaut 7% de plus, et ce grâce à la pluie de millions d’euros engrangés en Ligue des Champions, mais également grâce à la vente de Paul Pogba. L’Inter se dirige vers une réponse positive de l’UEFA Ce sont des jours importants que traverse l’Inter, à l’inverse du Milan, le club se prépare à entendre le verdict de l’UEFA, dans le cadre du Fair-Play-Financier, dans de biens meilleurs conditions, étant convaincu de pouvoir parvenir à réaliser les 40M€ de plus-values d’ici au 30 juin. Selon Sky Sport, une réponse positive arrivera dans les prochains jours, en regard au plan de travail présenté par l’Inter, qui est en accord avec les paramètres du Fair-Play-Financier et qui en respecte les règles : Depuis le travail réalisé l’année passée, il y a aussi de l’optimiste dans la systématisation des plus-values. Cela a son importance, car la situation devient très tendue pour racheter Rafinha et Cancelo. Si Alemany s’est montré très clair, le Fc Barcelone serait sur le point de refuser de prêter Rafinha la saison prochaine, le joueur étant bankable, d’autres clubs sont déjà prêts à investir sur lui, même si un futur catalan n’est pas à exclure, vu son retour sur le devant de la scène. Mais l’Inter veut rester en règle pour ce bilan : vendre et faire des plus-values, ensuite, dès le 1er juillet, elle pourra s’imposer sur le Mercato qui sera dirigé en collaboration avec Luciano Spalletti. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Zhang Jindong, absent à l’Olimpico, mais présent depuis la Chine a pu assister à un match « Da Inter » qui aura vu son fils Steven craquer sur le terrain par des larmes de joie. Jindong était absent, mais à travers un message vidéo, à la veille du match, notre propriétaire a voulu motiver ses troupes : Voici sa déclaration : "Retourner en Champion’s League est le rêve de chacun d’entre nous, ce sera une bataille, vaincre ou mourir pour les deux parties. On est face, sans aucun doute au match le plus attendu, et même s’il se déroule à l’extérieur, je sais que nous répondrons tous présent. Le Destin est entre nos mains, nous avons tous le besoin de nous battre pour conquérir cet objectif, pour revivre cette joie de retrouver la Champion’s League. Le Groupe ne doit pas s'affaiblir et doit s’entraider, nous tous, ensemble, nous reconstruirons la Dynastie Nerazzurra." Une Vendetta devant des milliers de Tifosi à Roma L’Inter a remporté la bataille, en toute fin de match, elle retrouve la compétition qui l’a couronnée après six ans d’absence. La fête avait déjà débuté devant les 15.000 tifosi présent en Curva Sud. Au coup de final, le séisme de la victoire s’est fait ressentir jusqu’à Nankin où le Suning sait qu’il vient de remporter la mise et les 40M€ promis au qualifié. Être Interiste se vit de l’intérieur, et dans ce stade où le fantôme du 5 mai 2002 était bel et bien présent pour tous, voir l’Inter battre la Lazio n’est qu’une douce revanche. Les joueurs ont fêté cette victoire comme s’ils venaient de remporter le Scudetto, mais c’est bien plus qu’ils ont remporté, ils ont remporté la possibilité d’offrir une espérance, un projet qui se construira sur de bonnes bases. 16 ans plus tard, après une perte de Scudetto et une Inter détruite, l’Inter est restée "Toujours debout" en croyant en ses chances. A l’Inter du Suning d’écrire sa propre Histoire maintenant. Ce lundi, selon le Corriere della Sera, les premières pierres de cette reconstructions vont être posées. Cette reconstruction passe par la prolongation du contrat de Luciano Spalletti, qui, lors de son arrivée à Milan, devait faire face à un chantier monstre, un chantier provoqué par une saison catastrophique initiée par Frank de Boer et mal gérée à la fin par Stefano Pioli. Pour Luciano Spalletti, une promesse avait dû être faite de la part des joueurs : "Je suis venu chez vous en quittant la Champion’s League vous vous devez de me la rapporter." En une saison, Luciano Spalletti a réussi l’impossible en qualifiant l’Inter, la prolongation de son contrat est légitime vu l’ampleur du travail. Arrivé dans un monde et une ambiance bien différente à celle de Rome, il aura eu besoin de son temps d’adaptation et de faire ses preuves, mais les faits sont là. Le projet mis en place prévoit une prolongation jusqu’en 2021. Immédiatement après, l’Inter va régler la situation de Mauro Icardi, le meilleur buteur de la Série A, et principal artisan de notre qualification. Sans la Champion’s, Maurito aurait certainement dû quitter Milan, à présent, il en devient le point de référence, le point de départ… Nous en discuterons prochainement. Les retombées économiques L’Inter retrouve la Champion’s, six ans après sa dernière participation. La délivrance, le but de Matias Vecino vaut bien plus que 30M€. Dans l’attente que l’UEFA définisse les détails de la répartition du triennal 2018/2021, Calcio&Finanza s’est penché sur les premières possibles recettes. Cette qualification va avoir un impact sur nos deux bilans, celui qui se clôturera au 30 juin 2018 par l’activation des divers bonus, et d’autres auront un impact sur le bilan du 30 juin 2019. Débutons par l’exercice de cette saison, l’Inter va toucher des primes de la part de ses sponsors, des plus petits, au plus grands : Volvo va verser 150.000€ BWin va verser 100.000€ Des chiffres bien meilleurs sont attendus, sur base des contrats signés, de la part du Suning, de Pirelli et de Nike. En ce qui concerne la sponsorisation du maillot d’entrainement et de la nouvelle dénomination de la Pinetina, l’accord vaut pour 16M€ annuels de bases, avec des bonus liées aux prestations. L’Inter, de part sa Primavera, avait déjà récolté 1,1M€. Concernant le bonus lié à la quatrième place, rien n’est repris dans les documents liés à l’émission des obligations, mais on parle déjà d’une retombée de 3M€. Pour cette saison, l’Inter recevra 10M€ de la part de Pirelli, cette somme devrait, via quelques bonus, monter à 13M€. Sur base des contrats signés avec Nike, pour cette saison, le club percevra 3,7M€. L’impact budgétaire sur le bilan 2018/2019 L’impact économique le plus important portera en effet sur le prochain bilan : "La qualification en Champion’s vaut 40M€ pour l’accession à la phase de groupes. Ensuite, comme cela s’est produit pour la Roma, les autres sommes qui seront reversées aux clubs dépendront des résultats sportifs." a expliqué notre Directeur Sportif, Piero Ausilio à Radio anch’io Sport sur Radio 1. De son côté le Suning a prévu une série de bonus qui débutes dès la phase de groupe, aux phases à éliminations directes: Etre en Zone Champion’s League avant la pause hivernale : 3.5M€ Qualification à la phase à élimination directe: 1.5 M€ Quart de finale : 1M€ Demi-Finale: 2M€ Finale: 5M€ Victoire Finale Champions League: 2.5M€ Des bonus sont également repris dans les contrats de Nike et de Pirelli. Beijing Yixinshijie Culture Development offrira à l’Inter un bonus de 10%, par rapport à son contrat existant, si le club parvient à se qualifier deux saisons consécutivement en Ligue des Champions. Comme repris dans le contrat, l’Inter recevrait donc entre 30M€ à 33M€. Le meilleur est encore à venir avec les primes octroyées par l’Uefa, mais les sommes de la Fédération européennes doivent encore être officialisées. La certitude, c’est que l’Inter touchera 15M€, contre les 12,7M€ remis actuellement aux clubs parvenant à se qualifier à la phase de groupe. A ces chiffres, et selon la Gazzetta Dello Sport, un "ranking historique" pourrait permettre à l’Inter de pouvoir espérer toucher 20M€ Selon les premières indiscrétions, voici ce que l’Uefa devrait proposer : Le tout est considéré sans le Market pool, qui devrait avoir un impact inférieur au 580M€ du triennal 2015-2018 pour atteindre 300M€ pour le triennal 2018-2021. Il y a tout de même les bonus liés aux résultats et ces derniers, il est possible de grimper jusqu’à 82M€. Match nul en phase de groupe: 0,9M€ ( anciennement 0,5 M€) Victoire en phase de groupe: 2,7M€ ( anciennement 1,5 M€) Qualification en huitième: 9,5M€ ( anciennement 6 M€) Qualification en quart: 10,5 M€ ( anciennement 6,5 M€) Demi-Finale: 12M€ ( anciennement 7,5 M€) Finaliste (celui qui aura perdu): 15M€ ( anciennement 7,5 M€) Le Champion d’Europe: 19M€ ( anciennement 15,5 M€) A cette somme, il y a lieu d’ajouter également l’affluence présente dans les stades et à ce sujet, l’Inter s’attend à des recettes importantes lors de la phase de groupe. ®Antony Gilles - Internazionale.fr Poursuivez votre lecture avec le point sur le mercato à venir
  15. Selon le rapport de Brand Finance, l'Inter aurait doublé sa valeur en une seule année. La Juve reste la marque italienne la plus importante, mais c'est bel et bien le Club Nerazzurro qui a fait le plus grand bond en avant. Certes, il n'y a pas de club italien dans le Top 10, mais l'Inter occupe la 13ème place, Milan est 14ème, la Roma et le Napoli restent derrière. "Brand Finance calcule ces valeurs avec une approche qui prend en compte une estimation des ventes futures attribuables à la marque et le taux de redevances qui découle de l'utilisation de la marque elle-même. Pour y arriver, nous examinons une série de paramètres, y compris le chiffre d'affaires et les prévisions des recettes futures. C'est ce qui explique cette importante croissance de l'Inter. Seul le Lipsia arrive à faire mieux." Le travail de fond du Suning paye "Le Suning a non seulement élargi l'intérêt mondial du Club, mais a également été engagé financièrement dans une série de partenariats commerciaux qui ont contribué à éclabousser les revenus de ce secteur, en 2016-17, ils se sont élevés à 112 millions. C'est tout simplement la meilleure progression: La Juve a récolté 104M€, le Milan 78M€." "Les relations d'affaires avec la galaxie de Zhang Jindong représentent presque la moitié de ces recettes. La prochaine étape est l'internalisation de "In Hospitality" au Giuseppe Meazza, à l'échéance du contrat avec Infront. Bien sûr, le retard sur les mastodontes européens est encore important: Manchester United, qui a vécu quelques saisons décevantes, vaut le triple du meilleur club italien." >> Voir l'infographie complète << ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. L’Inter a présenté aujourd'hui "IN", son nouveau système de marché lié à la gestion même de certaines taches administratives et commerciales, au sein du stade Giuseppe Meazza. Il s'agit d'une nouveauté pour le club, qui a pris la décision de ne plus prolonger son accord avec Infront qui était chargé de ces fonctions. Cela vaut également au niveau des sponsorisations Nerazzurre. "Je tiens à remercier Infront pour le parcours que nous avons fait ensemble jusqu'à aujourd'hui. A présent, nous allons prendre un autre chemin, celui de l'autonomie qui sera un peu plus présent, également, dans les activités commerciales, et dans d'autres domaines" - Robert Faulkner, Responsable de la Communication du Club. "Le contrat avec Infront était lié à la gestion et à la sponsorisation, ce dernier arrivait à son terme cette année. Nous avons engagé des personnes qui analyseront ce procédé. Nous espérons pouvoir très prochainement faire des annonces à ce sujet." - Michael Gandler L’accord signé avec Infront datait de 2014 Il s’attelait à une consultance stratégique et opérationnel sur la vente d'accords de sponsorisations de et de forfaits d'accueil corporatifs en Italie et dans le reste de l'Europe (à l'exclusion des maillots et des sponsors techniques, de même que des sponsorisations régionales et des droits de naming sur les maillots d'entrainement) A l'époque, cette accord prévoyait le paiement par la société suisse d'un minimum garanti de 15,7M€, 19,3M€ et 20,7M€ pour les années 2015, 2016 et 2017. Pour 2018, l'Inter recevra 20,1M€ compressif. N'ayant pas atteint ces sommes minimales, Infront a payé de sa propre poche respectivement 2,9 millions, 5,5 millions et 3,9 millions pour se conformer à l'accord. D'un point de vue marketing, l'Inter a perçu en 2015, 2016 et 2017, 11,6 millions, 14,4 millions et 15 millions de la part d'Infront. La décision du club était d'internaliser à la fois l'aspect de la gestion du Meazza et celui du marketing, permettant ainsi à l'accord avec Infront d'expirer , le 30 juin 2018. Pour la saison 2018/2019, sur base des accords signés avec la société suisse, l'Inter devra tout de même reverser à Infront 10% des recettes, comme prévu dans le contrat. "Nous remercions l'Inter, pour ces années de collaboration, qui nous ont permis de travailler avec un club de grand prestige au niveau international, nous sommes ravis d'avoir apporté notre expérience et notre soutiens dans le domaine du marketing et de l'hospitalité corporative. Notre collaboration se termine avec la certitude d'avoir construit, ensemble un chemin qui va continuer à donner une grande satisfaction au Club. Nous souhaitons bonne chance à l'Inter et à toute son équipe commerciale." - Luigi De Siervo, PDG d'Infront Italia Au cœur de cette nouveauté, il y aura donc pour l'Inter, une nouvelle zone d'accueil au Meazza, cette dernière a été présentée à la presse dans le cadre de la Villa Necchi Campiglio. La nouvelle marque se nommera "IN", elle est proposée comme une expérience commerciale complète pour les entreprises liées au monde Nerazzurro. IN disposera d'une équipe composée de trois départements et d'une dizaine de personnes, qui seront sous la direction de l'actuel Chief Revenue Officer; Michael Gandler : "Notre objectif est de faire augmenter les recettes d'accueil de 10/15%, un pourcentage qui peut encore augmenter, si nous nous qualifions en Ligue des Champions", a expliqué le dirigeant interiste. "L'objectif de "IN", c'est de créer un accueil d'excellence, d'être le Meilleur. L'expérience commence dès le premier appel au site, dédié à ce processus: vous entrerez dans le site personnalisé avec tous les lieux disponibles et une carte du stade pour en comprendre toutes ses possibilités. Il y aura également la présence de Sky Box Virtuel." "Nous voulons comprendre ce qui est important pour le client. Nous essayons de changer les choses, toutes les deux semaines, pour voir ce qui peut plaire aux tifosi. Ce n'est pas seulement une expérience dans l'accueil, mais tout un ensemble. Notre stade a une capacité de 78 000 personnes, mais seulement 3 000 s’occupent de cette gestion. Dans d'autres grandes clubs, cette capacité d'accueil est d'environ de 10%. Nous avons donc besoin de plus d'espace et nous devons travailler plus fort ensemble. Nous voulons nous améliorer et continuer à grandir." a conclu Gandler. Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Petricca, avocat et expert dans le domaine du football, a tenté d'expliquer ce qui se passe en Chine à propos des limitations du gouvernement chinois sur les investissements dans le football. Le mercato en Chine semble avoir été freiné. Le gouvernement chinois veut limiter les investissements à l'extérieur et pour cela, le Suning a aussi du se conformer aux règles en ce qui concerne le mercato de l'Inter. A ce sujet, Tuttosport a interviewé Oberto Petricca, avocat et agent de joueurs, expert en matière de marché à l'échelle internationale, en particulier en Chine. La Chine a investi en dessous des attentes lors de ce mercato hivernal "Certaines équipes essaient de profiter des derniers jours de mercato pour faire quelques achats : je pense qu'on verra des transferts. La diminution des investissements est la conséquence directe de la décision prise par le gouvernement. Avec la luxury tax les coûts ont étés réduits de manière drastique et la politique des gros clubs a changé". Cela signifie qu'il n'existe plus de "danger chinois" ? "Les clubs chinois restent compétitifs sur le marché des transferts et continueront à écumer les championnats européens. Ils s'intéressent beaucoup à l'Italie et aux joueurs italiens d'ailleurs. A leurs yeux notre football garde le même aspect fascinant. L'exemple reste le Suning qui s'est conformé aux règles fixées par le gouvernement et cherche surtout des transferts ciblés, sans coup d'éclat". Comme Gabriel Paletta , pris gratuitement ? "C'est une nouvelle philosophie. Il y a de nouveaux motifs, pas seulement économiques. Il faut considérer la règle qui impose un maximum de trois étrangers dans la liste des convoqués à chaque match. Cela pourrait forcer un club à envoyer en tribune un investissement important par exemple. En plus, le fait de ne pas avoir investi dans la constitution de secteurs jeunes est une limite". A quel mercato doit on s'attendre en Chine dans les prochaines années ? "Un mercato à base de talents issus des championnats européens, mais sans faire de folies. Un peu comme cela est arrivé aux Emirats, par exemple, pour lancer le mouvement, des grands joueurs ont été achetés, à des sommes mirobolantes, à présent là-bas aussi les choix sont faits différemment". (crédits photo : Goal)
  18. Si la nouvelle vient à se confirmer, il s'agirait d'un terrible tremblement de terre à la Casa Inter : D'après le Corriere Della Sera, le Suning est disposé à céder l'Inter et Icardi est annoncé sur le départ... La version du Corriere Della Sera Un départ inattendu et imprévisible. Tous les scénarios sont à présent possibles, le meilleur comme le pire : Les départs, de Fabio Capello et de Walter Sabatini du Suning, mettent un terme définitif à l'ère actuelle qui existait au sein de la branche sportive de la multinationale chinoise. La pression augmenterait pour Piero Ausilio. Sa façon de travailler serait, plus qu'auparavant, remise en cause. Notre Directeur Sportif serait très fragilisé depuis ce mercredi. En effet, le départ de Walter Sabatini intervient après des mois de malentendus, en raison de perspectives en deçà du niveau de l'Inter. Entre Sabatini et le Suning, il y avait une impossibilité de combiner l'ambition de mettre en place "une Grande Inter" avec une politique d'austérité et d’autofinancement imposée. Selon Guido De Carolis, dans son article paru dans le Corriere della Sera, l'état actuel des choses ne boulverse que très peu l'organigramme du club du Corso Vittorio Emanuele : Antonello et Gardini resteraient en place et des rumeurs circulent sur un éventuel retour de Marco Branca, proposé par Massimo Moratti, ou de Lele Oriali, déjà courtisé l’été dernier. Concernant l'actualité sur le terrain, Luciano Spalletti, qui est le premier à avoir indirectement dénoncé le revirement du Suning, voit sa permanence au club conditionné par l'obtention ou non de la qualification à la prochaine Ligue des champions. Dans l'état actuel des choses, les Tifosi ne doivent pas s'attendre à gros investissements cet été. Sauf retournement de situation, après De Vrij, le prochain achat serait un transfert gratuit, celui d'Asamoah, alors que Lautaro Martinez aurait la tâche de remplacer Mauro Icardi, qui se verrait dans l'obligation de partir pour des raisons budgétaires. Reste également à voir comment se comportera l'Inter vis-à-vis du Fc Barcelone (Rafinha) et de Valence (Cancelo). Pour l'international portugais, en cas de non-rachat par l'Inter, son aventure italienne ne serait pas finie, car la Juventus en ferait l'une de ses priorités.... La version de Calcio&Finanza Pas de désengagement en vue, du moins, au niveau de la propriété du club. Suning, selon le site chinois Sina Sports, a démenti avoir envisagé la vente éventuelle de sa participation majoritaire au sein de l'Inter. Malgré la réduction apparente du projet sportif du géant chinois, qui a abouti au départ de Fabio Capello sur le banc du Jiangsu Suning, mais surtout, à la démission de Walter Sabatini de son rôle-clé, à savoir celui de Responsable de l'aire technique sportive du Suning, tout était mis sur la table pour créer des conditions d'un éventuel transfert de propriété du club Nerazzurro. Une éventualité en noir et blanc du Corriere della Sera. "Comme les Chinois peuvent tout vendre...ils ne le font pas (pour l'instant), car trouver un acheteur prêt à payer 600 millions pour le club Nerazzurri n'est pas une option viable." Formellement, Suning ne semble pas avoir cette intention. "Nous n'avons jamais pensé à ces choses", a déclaré Suning à Sina Sports, se référant à ce qui a été rapporté par les médias étrangers. Les deux "Milan" en vente ? Une Juventus qui se renforce…cela raisonne comme un air de déjà vu.... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Victor Newman

    Quel futur pour l'Inter ?

    Selon le Corriere Dello Sport, la saison à venir devrait s'articuler autour de Luciano Spalletti. Malgré le départ de Sabatini, l'entraîneur des Nerazzurri a l'intention de rester à l'Inter et le club renouvellera son contrat, s'il parvient à atteindre la Ligue des Champions, l'objectif fixé en début de saison. La tendance tend à confirmer la permanence du natif de Certaldo, car la prochaine préparation estivale aura lieu à la Pinetina, lieu souhaité par Luciano. Tony Damascelli (il Giornale): "Un proverbe chinois dit: Quand il pleut, l'imbécile maudit les dieux, le sage reçoit un parapluie. Sur base de cette citation, il semblerait que le duo Capello-Sabatini ait décidé de revenir sur le vieux continent, plutôt que de sombrer en Asie. La Chine n'est pas du tout proche, il n'y a pas de miracle, pas de rêve de l'Orient. Capello est un vieux loup de mer qui connait les tempêtes et sait comment y naviguer, tout comme Sabatini. L’abandon de l'expérience chinoise signifie que les projets sont confus et que la bureaucratie du régime empêche leurs réalisations. Cela signifie que les Chinois, ceux qui ont pris possession de deux de nos clubs les plus illustres, ne sont pas l'espoir de l'avenir. Cela signifie qu'ils jouent leurs jeux sur la peau de notre football. Car il n'y a pas d'autres exemples, au niveau européen, d'investisseurs chinois propriétaires des grandes équipes, que ce soit en Premier League, en France ou en Espagne. D'autre part, les chinois de Milan ont profité de situations délicates et fragiles, ils ont affiché des programmes, promis des réalisations mondiales, tout ce que contient une propagande électorale. De nombreux Tifosi croyaient en ce rêve jusqu'à présent. Mais actuellement les deux clubs milanais doutent de leurs propriétaires respectifs, avec pour l'Inter, un Suning toujours plus éloigné". Pour Damascelli: "La Chine est vraiment un autre monde qui a trahit les attentes et ses engagements. Avec Capello qui quitte la direction technique du club chinois, et Walter Sabatini qui quitte Suning, la position de l'Inter équivaut à une lourde défaite. Tout n'est pas foiré, mais je crains le pire est encore à venir." Kwadwo Asamoah a cherché et a déjà trouvé une maison à Milan. Pour la Gazzetta Dello Sport, cela signifierait qu'il a accepté la proposition pour un contrat de trois ans qui lui a été soumis par Piero Ausilio. Suite au départ de Sabatini, Massara quitte également le Suning Group. Massara était le bras droit de Walter Sabatini. Il est considéré comme l'un des Directeurs Sportifs parmi les plus prometteurs en Italie. Piero Ausilio restera seul aux commandes. Même si Sabatini était certainement un allié important, ce dernier voulait fourrer son nez partout, même au prix de se battre contre une propriété qui peine encore à comprendre les mécanismes, la logique et la passion du football italien en général, et d'une place comme Milan en particulier. Pour être clair, Sabatini n'était pas un "Monsieur", souligne la "Rosea". ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Milan - Un nouveau sponsor pour le club, toujours en quête de partenariats et de l'apport qui va avec. Les Caffè Motta, marque fortement établie en Italie et s'ouvrant à l'étranger, synonyme d'excellence dans l'art italien de la sélection et de la torréfaction du café, est devenue partenaire officiel du club. "C'est avec beaucoup d'enthousiasme que nous revenons à soutenir une équipe au succès mondial. C'est sans aucun doute un symbole du football italien fait de détermination et d'esprit d'équipe" dixit Nicola Mastromartino, propriétaire de Caffè Motta. "Nous sommes heureux d'impliquer une marque aussi proche du football comme Caffè Motta. Nous soutiendrons la stratégie de visibilité nationale et internationale de l'enseigne originaire de la région de Campanie." a déclaré Alessandro Giacomini, directeur commercial chez Infront Italy.
  21. Milan – L’Inter, en cas de qualification en Ligue des Champions, pourrait bénéficier d’importants bonus découlant de la sponsorisation du Suning ! En effet, selon le Corriere Dello Sport, l’Inter peut être très fier d’être, malgré son absence de toute compétition européenne, à la seconde place du classement des recettes, en Italie, même si elle est encore très loin d’atteindre les objectifs de la Juve : Le Club Nerazzurro a signé une série de contrats de sponsorisation avec le Suning Group, cela passe par le renouvellement de la Pinetina, le centre pour les jeunes, le logo du groupe asiatique sur le maillot d’entrainement. Mais plus important, toute une série de recettes sont arrivées des accords de co-branding sur les produits électronique et de l’Academy en Chine. Le résultat est le bon de 137% au classement du Cabinet Deloitte cette saison. Pour la saison 2017/2018, il sera difficile de retranscrire les bonus déjà comptabilisés. Une diminution importante de Nike est à prévoir, la raison est simple, cela fait six saisons que l’Inter ne participe plus à la Ligue des Champions. L’Inter part actuellement à la conquête d’affaires semblables à celle des produits électroniques vendus en Chine, avec l’espoir de pouvoir inclure les bonus importants promis et signés avec le Suning. Seule condition pour en bénéficier : La qualification en C1. De plus, l’Inter devrait logiquement obtenir plus de revenus de la part de la Lega. L’Inter compte également miser sur les 250M de membres inscrits sur la plateforme en ligne du Suning, qui vend également des produits étiquetés Inter. Lors de l’année 2015-2016, le fruit de ce dernier travail avait permis à l’Inter de récolter entre 5-6M€. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Milan – Selon le quotidien la Stampa, Erick Thohir serait visé par la Guardia di Finanza, le Ministère des Finances italien, pour "suspicion d’une irrégularité lors de la formation du capital" qui lui a permis de racheter le club à Massimo Moratti. “Après les vérifications réalisées sur le Milan, lors de son acquisition par Li Yonghong, la Guardia a décidé de procéder à une série de vérifications sur les 79 millions d’euros qui, entre 2013 et 2015, ont permis à Erich Thohir, de racheter l’entreprise familiale de Massimo Moratti." Actuellement, il y a une enquête afin de savoir si la loi 231 de 2007 a été enfreinte. Pour faire simple, les enquêteurs vont vérifier l’origine légitime des fonds utilisés pour cette transaction. Le soupçon repose sur le fait que les documents justifiant la recapitalisation, ont suivi un parcours qui semble assez nébuleux. Le travail des enquêteurs consistera à acquérir les cartes de l’opération, et certaines personnalités seront auditionnées. Ces dernières sont celles qui ont eu un rôle majeur dans la recapitalisation du club, il y a 5 ans. Pourquoi une telle enquête ? Le 5 décembre dernier, la Guardia a décidé de procéder à une enquête informelle relative à la vente du Milan à Li Yonghong. Dans le dossier relatif à l’Inter, il faut creuser plus loin : Il faut plus précisément prêter attention aux flux de trésorerie qui sont passés par l’International Sports Capital, une administration qui appartient à Thohir. Le parcours financier n’est pas clair, et compte tenu de la confiance qui accompagne l’investigation, les enquêteurs souhaitent analyser les documents et prendre connaissance des entretiens qui se sont tenus entre l'ISC et l’Ufficio Informazioni Finanziarie, un ancien bureau d’affaire qui dépend à présent de la banque d’Italie. Ce denier travaille sur les transferts financiers. L’enquête va porter sur les fonds qui sont arrivés de l’étranger Pour la vente de l'AC Milan, trois versements pour une somme avoisinant les 300M€ ont été scrutés. Cette somme a été bloquée et l’affaire mise en évidence, sous la désignation de "signalement relatif à des transactions suspectes (Sos)”. La vente de l’Inter, par la famille Moratti à l’entrepreneur de Jakarta, pose les mêmes questions que celles posées sur le Milan. Néanmoins, si Li Yonghong était pratiquement inconnu dans le monde de la haute finance, il est tout de même parvenu à débourser 740M€ pour s’offrir les Rossoneri. Pour Thohir, il s’agit d’un pedigree différent vu la fortune dont dispose sa famille, dans divers domaines, en Indonésie. Cependant, vu la somme investie, soit 1/10ème de ce qui a été déboursé pour le rachat du Milan, l’opération est passée, à l'époque, inaperçue. Par contre, le problème pour l’Inter remonte à quatre années en arrière. Le club était alors exposé à la dette et le budget avait été clôturé avec 431 millions d’euros de dette, pour des recettes moitié moindre. Pour assainir le bilan, Thohir avait créé un mécanisme de prêts garantis, limitant les risques de non-paiement. Au moment de l’annonce de l’achat, le plan financier prévoyait d’examiner les bénéfices du club, avec en prévision sur plusieurs années, un chiffre d'affaire avoisinant les 250M€ par an. Une opération qui, de toute évidence, n’a pas donné les résultats escomptés..... Thohir convoqué chez le Procureur de Milan ? Le 19 janvier 2018, peu d’information ont filtré du parquet du Procureur de Milan, mais une hypothèse d’un type d’infraction a été mise en évidence par la Guardia di Finanza. Cette dernière pourrait bien amener la justice à se pencher sur la question du rachat du club : Il y a lieu de remarquer que Thohir, qui détient encore 31,05% du club se montre silencieux sur cette affaire. Son objectif étant de s’éloigner toujours plus de la vie Nerazzurra et de voir ses actions rachetées. Du côté de l’Inter, le club ne communique pas sur cette enquête, mais confirme garder sa sérénité. Massimo Moratti ne s’est également livré à aucun commentaire. Devons-nous nous préparer à un nouveau scandale financier dans le monde du Calcio ? Comment va réagir le Suning suite à l'ouverture de cette enquête... Si le but de Thohir n'était pas noble, justice devra être rendue... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Milan – Malgré des résultats modestes sur le terrain, l’Inter va beaucoup mieux financièrement parlant, depuis cette saison 2016/2017. Notre club se voit frapper par une croissance exponentielle, aidée par les recettes qui ont suivi l’arrivée du Suning. Fini d’être à la limite du top 20 Place à présent au Top 15. L’Inter qui était 19ème au classement avec 179,2M€ de recettes, atteint cette saison, le chiffre de 262,1M€, soit une augmentation de ses recettes commerciales estimée à 137%. Classement 2016/2017 La tête du classement est toujours occupée par Manchester United, qui est cependant passe de 689M€ à 676,3M€. Le club mancunien est suivi par le Real Madrid (674,6M€), qui a pris le meilleur sur le Fc Barcelone (648,3M€) La Juve est la première représentante de l’Italie avec une place dans le Top 10. Par contre, la situation est inquiétante pour le Milan et la Roma qui se trouvaient, il y a encore un an, dans le Top 20. Les Rossoneri sont passés de la 16ème à la 22ème place. La Louve fait pire, de la 15ème place, il y a un an, elle pointe seulement à la 24ème place. Ces deux représentants du Calcio sont plus que jamais confrontés aux problèmes du Fair-Play-Financiers. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Suivre le même rythme des grands d’Europe en peu de temps est le plan financier de Suning. L'un des grands rébus autour de l'Inter est lié aux aspects financiers. La grande majorité des fans nerazzurris ne connaissent pas exactement les plans de Suning. La raison pour laquelle Zhang a dépensé autant d'argent pour les différents Candreva, Joao Mario et Gabigol pour ensuite ralentir considérablement les dépenses au fil des mois. Notre équipe éditoriale a voulu creuser au fond du sujet. Différents éléments du club, principalement employés dans la gestion financière de celui-ci, ont été interrogés. Le plan économique de l'Inter pour le présent et pour le futur a été mis au clair. Suning, par rapport aux premiers mois de gestion du club, a eu une prise conscience claire en référence à ce qu'est le système de football européen. Comme on le sait, il existe des contraintes liées au fair-play financier. Plus précisément, l'Inter a conclu un accord avec l'UEFA qui prévoit un accord de règlement (settlement agreement). La société a été en mesure de respecter les paramètres fixés pour le 30 juin 2017 et vise désormais à atteindre un budget équilibré également pour la clôture du bilan de 2018. Le but de la chose est le suivant : Si le club atteint son objectif, nous nous libérerons de cette contrainte budgétaire du FPF. Le groupe des Zhang est convaincu de pouvoir atteindre l'objectif sportif de la saison, la qualification à la Ligue des Champions, avec le cadre actuel de joueurs et, avec l'ajout de certains éléments sous forme de prêt pour le marché hivernal, ou encore à l’aide d’opérations «fantaisistes». De cette façon, selon Suning, il sera possible de poursuivre l'engagement financier comme nous allons l’expliquer par la suite. Avec l'entrée dans la compétition maximale qu'est la Ligue des Champions, arriveraient non seulement les 50 millions d’euros (minimum) pour la participation à celle-ci, mais en plus, tous les autres contrats de parrainage existants devront être renégociés à la hausse. Suning est une entreprise avec un chiffre d'affaires annuel de 50 milliards d'euros, il ne serait donc logiquement pas un problème pour le géant chinois de dépenser 100 ou 200 millions d'euros pour l’Inter. Les Zhang sont convaincus, après presque deux ans d'expérience à la tête des Nerazzurri, d'avoir emprunté le bon chemin. A ce jour, des sponsorisations internes ont été apportés au Groupe, rapportant 60 millions d'euros, un chiffre limité par rapport aux résultats sportifs obtenus, et qui ont permis d'atteindre l'équilibre budgétaire au cours du dernier exercice économique. Avec l'amélioration des résultats et, espérons-le, avec une participation constante à la Ligue des Champions à partir de la saison prochaine, l'Inter verrait le chiffre susmentionné augmenter de façon spectaculaire, presque triplé ! De cette façon, le colosse de Nanjing pourra garantir à l'ancien club de Moratti des achats et des engagements en ligne avec les grands Européens tout en restant dans les règles de l'Uefa. Pour donner l'exemple le plus banal, le parrainage de la Pinetina, notre centre d’entraînement, qui rapporte maintenant un peu moins de 20 millions d'euros par saison, augmenterait jusqu'à 50 millions d’euros avec l'entrée en Ligue des Champions. Ce discours s'applique à tous les autres accords signés au cours de la dernière année et demie avec les différents sponsors qui sont venus suite à l’arrivée du Suning à la tête de l'Inter.
  25. Milan – Lapo De Carlo, journaliste sportif italien et directeur de la radio "Milan Inter", s’est penché sur la situation actuelle de notre Beneamata. "Cela fait 6 mois que l’Inter vit sous la direction de Spalletti (18 mois pour le Suning), avec une difficulté objective à façonner le présent et l’avenir de l’équipe et du club. Techniquement Spalletti a joué un rôle important. Il a évincé les problèmes de mentalité, il a été excellent dans ce domaine, du moins jusqu’en décembre." "Un noyau pas assez large, peu de profondeur sur le banc, voilà ce qui peut résumer ce début de saison qui a tout de même une note positive, certes pas rassurante pour l’avenir, mais positive. Spalletti, quoique l’on en dise est le mieux placé et a peu donner son avis sur les investissements que le club peut faire." "La meilleure surprise de cette saison se nomme Skriniar, qui a explosé et qui a été étincelant, même lors de ce périlleux mois de décembre où l’équipe n’était plus au niveau. Cancelo a été peu utilisé, mais il s’est révélé très précieux et très technique, il dispose d’une marge de croissance importante à un poste de latéral droit où trop de sacrifices ont déjà eu lieu. Les autres joueurs sont plutôt ordinaires : Borja Valero n’est pas un joueur d’exception, mais il cogite très bien. Vecino n’est pas Nainggolan mais sa présence est fondamentale. Dalbert lui ne répond pas aux attentes et Karamoh qui est encore trop jeune." "Pour le reste de l’équipe, c’est simple, elle a suivi la ligne directrice de son entraîneur : un parcours mental, un jeu décent avec une organisation qui lui a permis de faire illusion face à la Sampdoria, l’Atalanta et le Chievo et une étonnante preuve de maturité face au Napoli et la Juve en parvenant à y réaliser deux matchs nuls. Mieux encore, l’équipe est parvenue à marquer le coup en l’emportant avec la manière face à la Roma et face au Milan." Colosse aux pieds d’argiles "Alors que l’équipe se voyait très (trop ?) belle, elle s’est écroulée physiquement et mentalement, en perdant tout le crédit qu’elle avait sût engranger jusque-là. Tout le monde savait qu’un jour l’Inter allait perdre « son » premier match, mais surtout tout le monde se demandait la réaction qu’allait avoir l’Inter et pour l’heure, elle ne s’en relève pas." "Dans les faits, on peut constater que l’Inter ne gagne plus et qu’elle souffre, peu importe l’adversaire. On peut penser à juste titre à un facteur physiologique vu le manque de profondeur sur le banc, mais cette dernière suggestion a été démentie par Icardi en personne qui a révélé à la presse que l’équipe s’entraînait mal, qu’elle n’était plus aussi appliquée, moins motivée. Maurito lui-même n’a pas su donner la moindre explication à ce déclin inexplicable. Le fait de mal s’entraîner est une faute directe du joueur qui n’a pas le bon mental." Un cercle vicieux "Cela fait maintenant six ans que l’Inter se comporte de la même façon : des périodes très positives suivies de périodes outrageusement négatives. La raison est que les joueurs n’ont pas l’œil du tigre, les joueurs n’ont pas le mental pour atteindre des objectifs ambitieux. Certes, ce ne sont pas les meilleurs techniciens du monde, mais Brozovic, Handanovic, Santon, Joao Mario, Perisic, pour ne citer qu’eux, même si ce ne sont pas des "grands" joueurs, savent tout de même jouer des deux pieds et ont un physique qui en impose." Corriger le tir "Le Mercato de janvier est de type quantitatif, avant d’être qualitatif. Preuve en est avec les espoirs placés sur Lisandro Lopez et plus encore sur Ramires, dont tous espèrent qu’il sera le Blues de Chelsea. Ce mercato est le fils de la société qui la compose et qui n’est pas encore claire avec tout le monde. Depuis un an et demi le Suning est à la tête de l’Inter et nous ne connaissons pas encore qu’elle type de Présidence il va imposer." "Il faut rester perplexe, entre le désir d’être aveugle face à des efforts qui sont entrepris et être reconnaissant pour l’Inter, qui ne possède toujours pas son propre stade. Nous pourrions aussi rester serein par le fait d’appartenir à un Colosse solide financièrement, ou inquiet à la vue des sujets de gestion contradictoires de l’Inter, qui sont suivis par de très long silences, entrecoupés de spots publicitaire vantant Steven Zhang, le rejeton de la famille et qui semble avoir, pour l’Inter, une idée bien plus réaliste. Mais ce dernier reste discret en laissant l’ambition du club à Piero Ausilio, qui s’est montré l’un des plus ambitieux lors de l’arrivée du Suning." Résumons la situation "Nous sommes en pleine séance de régime : Un régime imposé par le Fair-Play-Financier qui découle de la gestion de Thohir lorsqu’il était Président. Malgré cet accord entre Thohir et l’UEFA, le Suning a ouvert son portefeuille en faisant confiance à Kia Joorabchan et en lui offrant une enveloppe de 80M€ pour prendre Gabriel, présenté comme le futur Ronaldo, ainsi que Joao Mario. 30% de cette somme est partie également dans l’extra-sportif, à travers des investissements, des intermédiaires et la preuve que notre propriétaire voulait investir de l’argent, tout en respectant les paramètres du Fair-Play-Financier." "De plus, le Suning a aussi dû faire face à l’une des plus graves crises récentes de l’Inter, avec le renvoi de Roberto Mancini, et l’arrivée de Frank De Boer. S’en est suivi une saison de disgrâce où le Suning a dû tout faire pour conserver son image intacte, vu le nombre important d’erreurs qui s’y sont déroulées, des erreurs inacceptables pour un club tel que le nôtre, même si nos tifosi ont fait part de leur soutien à notre extraordinaire propriétaire, qui est un monstre financier." Paroles, Paroles, Paroles "Depuis 2017, Steven Zhang est l’unique membre de la famille qui soit aussi proche de l’Inter, il ne parle pas encore l’italien, mais comprend parfaitement l’anglais. Son futur est promis de satisfaction, qui plus est, le Suning est très ambitieux. Beaucoup de paroles ont été dites pour prouver la solidité du Suning Group et beaucoup de monde y a cru, tout le monde même et ce jusqu’en juillet 2017. Dès le mois d’août, une fracture inattendue a fait irruption et s’est répercuté sur les actions de notre nouveau propriétaire." Pourquoi ce changement de cap ? "La réalité est que le gouvernement chinois a changé de stratégie sur les investissements à l’étranger. L’Inter est passée du rêve de recruter des grands joueurs à une cure d’austérité très dure, imposée par les décisions prises par le gouvernement chinois. Même Piero Ausilio se montre plus réaliste sur le présent, en ne s’exprimant pas sur le futur, mais en étant en étroite ligne avec la tendance générale du club et en suivant les résultats de l’équipe." "Notre propriétaire a clairement fait savoir qu’il ne fera aucun effort sur ce mercato, et ce afin de respecter le principe imposé par le Fair-Play-Financier. La seule solution pour l’Inter est de gérer ses dossiers sur base de prêt sec, pour les six mois restant. Pourquoi ? Parce que l’Inter est monitorée par l’UEFA." "L’année passée, l’Inter a terminé avec un exercice facturé à plus de 75M€, comparé à l’année précédente. Cette somme investie ne peut plus être déboursée actuellement. De plus sans stade, elle perd une partie importante de ses ressources financières. On ne sait pas de quoi l’avenir et fait et rien ne dit que dans un an et demi, l’Inter fera de nouveau d’importants investissements sur le Mercato." "Pour l’instant, elle doit vivre au jour le jour, en espérant atteindre la Ligue des Champions, car si elle rate à nouveau ce train, elle risque de venir, pour longtemps, un club qui ne visera que la quatrième, la cinquième, voir la sixième place en Série A, des ambitions indignes du rang de l’Inter." "L’Inter a d’autres ambitions, le Suning les connait et il faudra lui faire confiance.... Amala" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×