Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'économie'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

85 résultats trouvés

  1. À travers un communiqué officiel, l'Inter communique que l'assemblée des actionnaires du club a approuvé le bilan de l'exercice financier 2018/19. Voici quelques chiffres : les recettes d'aujourd'hui sont le double des résultats obtenus avant l'arrivée de Suning ! L'année dernière, les recettes ont augmenté de 20% (417 millions d'euros, chiffre jamais atteint par le club). Le résultat net montre une perte de 48,4 millions d'euros, que le club justifie comme investissements aux performances sportives. Les recettes ont augmenté grâce aux 138 millions d'euros des sponsors (+9%) ainsi que les revenus du stade (moyenne record de 61.419 spectateurs au Meazza). L'Inter est sorti de l'accord signé en 2015 concernant le Fair Play Financier, démontrant la stabilité de ses performances. Les supporters nerazzurri sont au nombre de 385 millions, dont 120 millions dans les Inter Club chinois, + 30% par rapport à l'année dernière. La marque Inter pèse 465 millions d'euros, ce qui la rapproche du top 10 mondial. Les followers ont augmenté de 8 millions, ce qui donne 22,5 millions de fans derrière les écrans (+54% par rapport au dernier bilan). L'Inter est le club européen qui grandit le plus vite sur les réseaux sociaux. Le prochain chantier ? Un nouveau stade de 1,2 milliards d'euros, moderne, innovant et accessible toute l'année.
  2. L’Inter se porte bien, une nouvelle ère, celle du Suning pour le Directoire, et celle du duo Marotta/Conte, laisse envisager un avenir radieux pour les Nerazzurri. Partant de ce constant, voici les déclarations de la sphère managériale Nerazzurra suite aux excellents résultats financier du club : Steven Zhang, Président de l’Inter "La Nouvelle Ere de l’Inter a débuté. Le club a entamé un significatif parcours de croissance afin de replacer l’Inter au sommet du secteur. L’engouement de ces trois dernières années ont permis de disposer d’une base solide. A présent le Club dispose d’une position plus importante dans le panorama sportif, grâce au renforcement de la société." "Les résultats obtenus sur le terrain, les investissements et l’expansion de la valeur de notre marque prouvent l'efficacité de notre projet. Des millions de tifosi, à travers le monde, se font entendre. Le soutien au club est une grande motivation pour que l’on continue à travailler avec l’objectif d’être toujours plus innovant, de révolutionner le futur." "Au cours de la saison 2018/2019, le club a modernisé le Suning Training Center et inauguré le nouveau siège “1908Inter HQ”, qui est à proprement parler la marque officielle pour le Club." "Le projet infra-structurelle le plus important est celui relatif au nouveau district de San Siro, un investissement de 1,2 milliards pour un stade moderne, innovateur, soutenable et un quartier entièrement rénové qui sera vivant tous les jours de l’année." Alessandro Antonello "Le bilan consolidé du club pour la saison 2018/2019 s’est conclu de façon extrêmement positive, avec le résultat le plus élevé de notre histoire. Cela garantira au club la poursuite des programmes d’investissements destinés à renforcer l’équipe, l’infrastructure et tous les axes stratégiques destinés à la croissance de la société. Parmi ces projets, il y a le nouveau Meazza, un projet innovant, progressiste, des valeurs reprises dans l’Adn de notre Club et de notre Ville." Les Sponsors dans l’œil du cyclone "Je peux également officiellement vous annoncer aujourd’hui que Nike a racheté les droits de la vente au détail et des licences. Il s’agit d’une opération très importante. Grâce au rachat des droits d’utilisation de la marque, nous pourrons générer des revenus plus importants qui bénéficieront directement au club." "Des nouvelles frontières s’ouvriront également pour répondre aux demandes en provenance de nouveaux marchés. Le commerce de détail et les licences sont des piliers de croissances pour tout les clubs européens. Le tout sera déjà actif dès ce premier novembre." Giuseppe Marotta "L’amélioration continue des performances sur et hors du terrain sont un grand motif de fierté et de stimulations. Le parcours de croissance de l’Inter, dans son environnement sportif, a été construit sur des bases solides. Le départ extrêmement positif de cette saison est sans aucun doute important pour continuer en étant très confiant." "Le choix d’un entraîneur disposant d’une mentalité de conquérant et d’un calibre international tel qu’Antonio Conte, associé à la force d’un groupe unique composé largement de composantes italiennes nous permettront d’atteindre nos objectifs." Le Saviez-vous ? L’écart financier entre la Juve et l’Inter est passé sous la barre des 100 millions d’euros, 91 millions d’euros pour être précis. L’Inter est donc de retour aux affaires. L’objectif du Suning est de dépasser à l’avenir les Bianconeri. En effet, l’Inter réalise une telle performance, alors qu’elle n’était plus présente depuis de nombreuses années en Ligue des Champions ! L’annonce d’Antonello a de quoi surprendre concernant Nike. Quelles seront les montants à percevoir ? Nul ne le sait pour l’instant. Actuellement la Juve est le seul club à gérer de façon autonome la vente de ses produits et licence. Elle a collecté 44 millions d’euros rien qu’en 2019. Contre 10 uniquement pour l’Inter via Nike. Un changement de cap était donc plus qu’impératif. L’Inter doit encore percevoir 59,7 millions d’euros en provenance de ses sponsors asiatiques. En effet, une note insérée dans l’Inter Media and Communication nous fait part que 39,8 millions d’euros ont "seulement" été perçus entre le 1er juillet 2019 et le 28 octobre 2019. La somme non-perçue au 30 juin 2019 est donc passée de 99,5 millions d’euros au 59,7 millions susmentionnés. Piero Ausilio est-il un peu trop gourmand ? Pour l’heure, le contrat du Directeur sportif n’a pas été prolongé. En effet, selon le Corriere Dello Sport, il y a actuellement une distance entre la demande et l’offre proposée par l’Administrateur-Délégué Sport Beppe Marotta ! Bilan financier : ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Ce lundi, l’Inter a tenu une conférence de presse pour son Assemblée Générale, en lieu et place de la conférence de presse d'avant-match annulée d'Antonio Conte. Outre le fait que les Nerazzurri se portent bien financièrement, un sujet a attiré notre attention. Les frais engendrés du départ de Luciano Spalletti et de son staff afin de laisser la place à l’ère Conte. 25 811 000 euros ont été liés aux charges découlant du renvoi du staff technique de Luciano Spalletti et de l'entraîneur lui-même. Cette somme englobe la période du 1er juillet 2019 au 30 juin 2021, soit la date de fin du contrat du natif de Certaldo. Si dans le courant de la saison actuelle, voir de la saison à venir, ce personnel vient à assurer de nouvelles fonctions dans un autre club, les montants non déboursé pour les rétributions seraient reversés sur le bilan dans la rubrique "Autre revenus – Risques & Charges." Reste plus qu'à espérer que Luciano cessera de cultiver ses vignes ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Lors de la publication du bilan de l’Inter, Fcinter1908.it a mis en évidence les chiffres réellement déboursés pour le recrutement de Lautaro Martinez. Via l’intervention de Diego Milito, l’Inter aura versé au Racing 25 millions d’euros, bonus compris. Cette somme est déjà ressentie positivement dans l’amortissement des comptes. En effet, Lautaro ne "pèse" plus que 20 millions d’euros à l’Inter, l’amortissement étant de 5 millions d’euros. Il s’agit donc d’un coup de Maître de la part de l’Inter si l’on prend en considération ses performances avec l’Inter et l’Argentine. L’Inter compte à présenter protéger sa pépite en lui proposant un contrat revalorisé, combiné à une suppression voire à une revalorisation doublée à la hausse de la clause libératoire qui est actuellement de 111 millions d’euros. En effet, le Fc Barcelone, séduit, verrait bien le Toro rejoindre un Lionel Messi déjà conquis. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. C’est la thématique actuelle la plus importante dans le monde du football : Celle de réaliser des recettes. Pour un club de football, il est important de satisfaire à certains standards nationaux et internationaux et de proposer des entrées certaines, par le biais de la commercialisation de la marque et la sponsorisation. Calcio&Finanza a établi le classement du Top Européen reprenant également les clubs italiens et le constat est sans appel : un fossé abyssal s’est creusé entre les meilleurs équipes italiennes et les meilleurs équipes d’Europe. Ce n’est donc pas pour rien que l’Inter reconsidère la position de son sponsor principal Pirelli, qui pourrait être remercié au profit d’Evergrande (l'un des dix plus grands promoteurs immobiliers en Chine continentale qui possède également le club de football chinois Guangzhou Evergrande FC) 1er Real Madrid - 190 millions d'euros Équipementier Adidas, recettes : 120 millions d’euros. Sponsor principal Fly Emirates, recettes : 70 millions d’euros. 2e Manchester United - 171 millions d'euros Équipementier Adidas, recettes : 86.9 millions d’euros. Sponsor principal Chevrolet, recettes : 74.1 millions d’euros. 3e Barcelone - 160 millions d’euros Équipementier Nike, recettes : 105 millions d’euros. Sponsor principal Rakuten. recettes: 55 millions d’euros. 4e PSG - 135 millions d’euros Équipementier Nike, recettes : 75 millions d’euros. Sponsor principal Accor, recettes : 60 millions d’euros. 5e Manchester City - 127,4 millions d'euros Équipementier Puma, recettes : 75.3 millions d’euros. Sponsor principal Ethiad, recettes : 52.1 millions d’euros. 6e Chelsea - 115.8 millions d’euros Équipementier Nike, recettes : 69.5 millions d’euros. Sponsor principal Yokohama, recettes : 46.3 millions d’euros. 7e Arsenal - 115.8 millions d’euros Équipementier Adidas, recettes : 57.9 millions d’euros. Sponsor principal Fly Emirates, recettes : 57.9 millions d’euros. 8e Bayern Munich - 106 millions d’euros Équipementier Adidas, recettes : 66 millions d’euros. Sponsor principal Deutsche Telekom, recettes : 40 millions d’euros. 9e Liverpool - 98.4 millions d’euros Équipementier New Balance, recettes : 52.1 millions d’euros. Sponsor principal Standard Chatered, recettes : 46.3 millions d’euros. 10e Juventus - 93 millions d’euros Équipementier Adidas, recettes : 51 millions d’euros. Sponsor principal Jeep, recettes : 42 millions d’euros. 11e Tottenham - 75.2 millions d’euros Équipementier Nike, recettes : 34.7 millions d’euros. Sponsor principal AIA, recettes : 40.5 millions d’euros. 12e Inter - 29.1 millions d’euros Équipementier Nike, recettes : 10 millions d’euros. Main Sponsor Pirelli, recettes : 19.1 millions d’euros. 13e Atletico Madrid - 25 millions d’euros Équipementier Nike, recettes : 10 millions d’euros. Sponsor principal Plus500, recettes : 15 millions d’euros. 14e Milan - 24.9 millions d’euros Équipementier Puma, recettes : 10.9 millions d’euros. Sponsor principal Fly Emirates, recettes : 14 millions d’euros. 15e Borussia Dortmund - 20 millions d’euros Équipementier Puma, recettes : 10 millions d’euros. Sponsor principal Evonik, recettes : 10 millions d’euros. 16e Sassuolo - 19.3 millions d’euros Équipementier Kappa, recettes : 1.3 millions d’euros. Sponsor principal Mapei, recettes : 18 millions d’euros. 17e Roma - 17.1 millions d’euros Équipementier Nike, recettes : 6.1 millions d’euros. Sponsor principal Qatar Airways, recettes : 11 millions d’euros. 18e Napoli - 16.8 millions d’euros Équipementier Kappa, recettes : 8.1 millions d’euros. Sponsor principal Garofalo, Lete, Kimbo, recettes : 8.7 millions d’euros. Validez-vous cette prise en considération d'un nouveau sponsor Made In Suning ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Entre attente et espérance, l’Inter pourrait compter sur une épargne globale de 216 millions d’euros à investir sur le mercato estival à venir… Personne en Europe ne peut en dire autant. Éléments d'explications Une authentique montagne d’euros, comme personne eu Europe. L’Inter patiente et espère que ses 24 joueurs prêtés à travers le monde se verront rachetés. En jeu, selon Transfermarkt, 216,5 millions d’euros, soit plus que le Real Madrid et Chelsea qui culminent tout de même à 169,5 millions et 166,9 millions d’euros avec respectivement 13 et 16 joueurs en prêt. Si l’Inter parvient à céder tout ses pions, elle disposerait donc d’un authentique trésor à réinvestir, mais de façon objective, la Beneamata se concentre sur les joueurs les plus importants. Les joueurs ciblés sont faciles à deviner : Icardi, Perisic, Nainggolan, Joao Mario, Gabriel Barbosa, et Dalbert. Karamoh lui fait l’objet d’un prêt avec une obligation de rachat à 13 millions d’euros sans oublier les 50% en cas de revente. 165 millions d'euros A eux seuls, comprenez Icardi, Perisic, Nainggolan, Joao Mario, Gabigol et Dalbert, Transfermarkt nous confirme que 165 millions d’euros sont en jeu sur base des hypothèques : Nainggolan vaut 20 millions d’euros, Dalbert 10 pour le site spécialisé. L’Inter espère donc de très bonnes nouvelles, et par-dessus-tout le rachat d’Icardi à 70 millions d’euros, de Perisic à 20 millions d’euros et de Joao Mario à 18 millions d’euros. La cerise sur le gâteau étant à minima Gabriel Barbosa. Reste également à compter sur les prestations des différents joueurs évoluant en Italie et en Europe, tels que Colidio, Brazao, Longo, Emmers, Pompetti et Bakayoko. Pour que cette tirelire devienne un véritable trésor, il sera impératif de voir les principaux intéressés réaliser une superbe saison, et l’Inter "tifa" pour eux. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Les voyants sont au rouge, pire même… Le solde du Milan au terme de la saison 2018-2019 révèle l’ampleur des dégâts : Un solde négatif de 148 millions d’euros contre 90 millions de prévus. Revu de façon consolidé, le solde final est de 146 millions d’euros. Cette dette dépasse donc “légèrement" le seuil autorisé par l’Uefa. De plus, ce Milan géré par Eliott dépasse de 20 millions d’euros le record négatif du Milan Chinois. Dans le détail, le chiffre d'affaires a continué à chuter pour atteindre 241,1 millions d'euros, -6,1% (-14,7 millions d'euros) comparé aux 255,8 millions d'euros en 2017/18. Les revenus ont tous dégringolé : la gestion des joueurs passe de 42 millions d'euros à 25,5 millions d'euros, les revenus des sponsors passent de 44,7 millions d'euros à 38 millions d'euros et les revenus en provenance des matchs, une baisse de 35,3 millions d'euros à 34,1 millions d'euros. Seul les revenus provenant des droits télés ont augmenté passant de 109,3 millions d'euros à 113,8 millions d'euros. Le sponsoring a diminué de 6,7 millions d'euros, dont 4 millions d'euros en raison du non-renouvellement du contrat liant le Milan à Telecom. Puma a versé 10,9 millions d'euros, tandis qu'Emirates a versé 26,5 millions d’euros (14 de sponsor maillot et 12,5 millions liés à d’autres accords de parrainage). Les plus-values ont chuté, passant de 35,9 millions d'euros à 12,6 millions d'euros, principalement suite à la vente de Locatelli vers Sassuolo pour 11,9 millions d'euros. Les dépenses du club ont par contre augmenté pour atteindre 373 millions d’euros (+ 5,1%). En particulier, les frais liés au personnel +34,4 millions d'euros, en passant de 150,4 millions d'euros à 184,8 millions, dont 141,5 millions d'euros sont à lier à la masse salariale des joueurs. 13,1 millions d’euros sont visés pour les joueurs qui ont été prêtés, dont 10,2 millions d'euros pour Higuain et 2,9 millions d'euros pour Bakayoko. Les amortissements ont également été revu à la hausse, passant de 86,4 millions d'euros à 89,1 millions d'euros, tandis que les dévaluations sont passées de 21,8 millions d'euros à 1,9 millions d'euros à la suite des différentes chutes de la valeur des joueurs au bilan du club en date du 30 juin 2018. Le verdict de la Gazzetta Dello Sport est sans appel "En plus de problèmes également commerciaux, il n’y a que très peu de plus-value, peu de fond en provenance du merchandising et des sponsors. Mais le tout est logique : Le Milan ne séduit plus, il est rentré dans un mode de court-circuit, un cercle vicieux comme un chien qui se mord la queue." "Pas de fonds, pas de champions et pas de Ligue des Champions. Il sera très difficile de parvenir à convaincre l’Europe avec ces chiffres. Le Milan risque de devoir être engagé dans des temps à présent bibliques pour revenir et retrouver une position stable parmi les grands clubs, et il n'aura plus le même faste d’Antan." La sentence de Calcio&Finanza Au 30 juin 2019, le Milan a fait le point de la situation vis-à-vis du Fair-Play-Financier de l’Uefa. En effet, "la participation des clubs à des compétitions européennes est soumise au respect des exigences sportives, légales, infrastructurelles, organisationnelles et économico-financières énoncées dans le Règlement de l'UEFA sur les licences de club et le fair-play financier- Édition 2018." En 2016, le Chef de Groupe du Milan AC avait saisi le Club Financial Control Body (C.F.C.B.) pour l’application d’un Break-Even Rules Toutefois, la situation milanaise n’a cessé d’empirer, à tel point que le TAS a validé l’accord conclu entre le Milan Ac et le CFCB avec comme impact direct l'exclusion de la participation du club à l’Europa League 2019/2020 suite à la violation des obligations d'équilibre budgétaire au cours des périodes de suivi 2015/2016/2017 et 2016/2017/2018. Cette situation pourrait ne pas être unique "Sur la base des données historiques et des résultats prévisionnels attendus, Le Milan Ac estime que le Club pourrait être confrontés à de nouvelles sanctions sportives de l’Uefa pour les saisons à venir." Il pourrait s’agir de sanctions de natures soit sportive, soit économique en regard à la violation de la règle de rentabilité exigée par le Fair-Play-Financier. Le Milan Ac considère donc qu’il y a des risques bien réels découlant des années précédentes. Il ne faut d’ailleurs pas oublier la décision toujours en suspend des violations commises par le Diavolo lors du Trienal 2016-2019 avec une perte financière estimée à -345 millions d’euros. Une somme dont il conviendrait de retirer les frais liés à la jeunesse et aux différentes infrastructures. Pensez-vous que le Milan pourra se relever d’une telle situation ? Lui qui avait snobé le Suning en son temps n’est plus que l’ombre de lui-même ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. La Gazzetta Dello Sport a publié ce mardi la masse salariale relative aux joueurs de l’Inter version 2019/2020. Si Romelu Lukaku est logiquement en tête du classement, le salaire perçu par Sebastiano Esposito est lui le plus faible d'un groupe géré d’une main de Maître, par Antonio Conte. Si trois joueurs au salaire important sont partis (Icardi, Nainggolan et Perisic) des Champions ont signé à l’Inter... au point de voir la Beneamata se positionner à la seconde place de ce classement sur l'ensemble de la Serie A. Seule la Juventus propose une masse salariale plus importante que les 139 millions d’euros propres aux Nerazzurri. En tête Romelu Lukaku qui percevra 7,5 millions d’euros jusqu’en 2024. Celui-ci est suivi par Diego Godin et Alexis Sanchez qui perçoivent chacun 5 millions d’euros. De Vrij perçoit 3,8 millions d’euros, suivi de Marcelo Brozovic et ses 3,5 millions d’euros. Le Capitaine Handanovic s’accommode de 3,2 millions d’euros, suivi par Milan Skriniar et ses 3 millions d’euros. En queue de peloton, on retrouve le jeune Sebastiano Esposito qui ne perçoit "que" 100 000 euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Accompagné de Piero Ausilio, Giuseppe Marotta a réalisé son premier mercato interiste. Si les recrues ont été de qualités, la question de l’impact financier sur les comptes Nerazzurro se devait d’être posée. Et dans ce domaine, le moins que l’on puisse dire, c’est que le Beppe a géré d’une main de Maître la situation. Même si l’on ajoute les prolongations de contrat de D’Ambrosio (confirmée) d’Handanovic (pour un an de plus) et de Lautaro Martinez (à venir), les comptes de l’Inter conservent pratiquement la même structure qu’avant ce mercato pharaonique. Révélation de la Gazzetta Dello Sport L’Inter dispose d'une marge de manœuvre, même à la suite du mercato qui a été réalisé. Marotta et Ausilio ont cette fois-ci chamboulé l’Inter comparé à l’année dernière. Mais le tout a été réalisé en maintenant l’équilibre sur les comptes, du moins en terme de masse salariale. L’Inter a plus ou moins la même : 116 millions précédemment contre 118 millions d'euros à présent. Cette différence provient des prolongations de contrat de Brozovic et de Skriniar, ce qui n’est pas un mauvais résultat, surtout qu’il est favorisé par le fait d’être parvenu à transférer les trois joueurs les plus cher de la dernière saison, à savoir Icardi, Perisic et Nainggolan. La différence importante est que le Club n’est plus, à présent, sous la menace du Settlement Agreement de l’Uefa. Cette raison explique également les revalorisations salariales de contrat des joueurs, sans que le tout ne s’avère trop compliqué à entreprendre. Marotta prend le meilleur sur Fabio Paratici En effet, selon Calcio&Finanza, le club Bianconero a terminé le premier semestre 2019 avec un passif de 47 millions d’euros. Un contraste important lorsque l’on sait qu’en 2018, la Vieille Dame disposait d’un bilan net de 7,7 millions d’euros. La conséquence est directe : La Juve disposera, sur base de ces informations, d’un solde passif de 40 millions d’euros à l’été 2020. Le saviez-vous ? Au classement de la moyenne d’âge, l’Inter se position à la 13ème place (27 ans). L’équipe la plus jeune est celle du Milan avec une moyenne de 24,1 ans. L’équipe la plus âgée est la Juventus avec une moyenne de 28,8 ans. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Rinascente et le FC Internazionale Milano ont signé un accord de partenariat pour la saison 2019/2020. Rinascente fait partie de l’Histoire des coutumes et de la culture milanaise et italienne, tout comme le club Nerazzurro qui est reconnu comme l’un des clubs les plus titré au niveau national et international Rinascente, est présent dans la ville de Milan depuis 1917, il a décidé de monter sur le terrain en s’alliant aux filles entrainées par Attilio Sorbi. Il n’y a d'ailleurs que quelques pas entre le Siège de Rinascente et l’emplacement où se trouvait le restaurant l’Orlogio, un lieu pas si anodin que cela pour les Nerazzurri, un soir de 1908. Déclarations d’Allesandro Antonello "Rinascente est un véritable symbole de la ville de Milan, la capitale internationale de la mode. Ce nouveau partenariat qui nous unit offrira à notre équipe féminine des ressources et de l'élan pour tirer s’exprimer au mieux durant cette saison. Nous sommes convaincus que ce secteur particulier du monde du football sera en mesure de grandir, grâce au soutien de réels passionné tel que Rinascente". "Rinascente est féminin : 71% des clients sont des femmes. Dire femme aujourd'hui, c'est aussi dire football. Le succès médiatique de la Coupe du Monde Féminine 2019 en France est incontesté. Le choix de Rinascente se concentre sur un nouveau type d'autonomisation des femmes, qui va au-delà de la passion pour la mode et le shopping." "Dans l'accord de sponsoring avec le FC Internazionale Milano, Rinascente se qualifie en tant que Partenaire officiel de l'équipe féminine où beaucoup d'espace sera octroyé à la marque Rinascente. Preuve en est, la présence sur la manche du maillot de match, d'un patch en l’honneur de cette marque." "Grâce à ses événements exclusifs, Rinascente se distingue par son lieu de "choses qui se passent ". Et c’est précisément en suivant cette thématique qu’a été organisé ce jeudi 5 septembre une présentation de cet évènement avec la présence de l’équipe Attilio Sorbi." Pierluigi Cocchini, Administrateur-Délégué de Rinasciente "Notre vision de Department Store va au-delà de la simple expérience de shopping. Cela doit être un mélange avec le territoire, un moteur de modernité et d'innovation, un endroit où les choses se passent et auxquelles vous ne vous attendez pas." "Rinascente veut être en première ligne pour supporter le football féminin et il a donc décidé d’opter pour un des Clubs parmi le plus important du territoire, qui existe depuis plus d’un siècle d’Histoire, comme nous. Dans le courant de cette saison, divers événements auront lieu pour unir le monde du football et celui de la mode." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. L’équipe, les infrastructures, mais pas que… La révolution entamée par les Zhang passera aussi par les sponsors. Comme nous le confirme Calcio&Finanza qui relaye la Gazzetta Dello Sport, le club Nerazzurro va s'attarder à la question des sponsors. Le dernier arrivé est Lenovo. Celui-ci est d’ailleurs repris dans le dos des maillots d'entrainement. Deux sponsors ont quitté l’Inter : Full Share Holding Limited et Lvmama. Place à présent aux sponsors maillot Le partenariat entre Nike et l’Inter, débuté en 1998/1999 fait actuellement l’objet d’un contrat qui arrivera à échéance le 30 juin 2024. Lors de la saison 2018/2019, celui-ci a versé à l'Inter 10 millions d’euros, en augmentation si l’on se base sur les 4,25 millions d’euros reçus pour la saison 2017/2018 suite à la non-qualification sur plusieurs saisons, en Ligue des Champions. La somme fixe était de 3,57 millions d’euros, soit très éloigné des grands d’Europe Ce discours est également valide pour Pirelli qui est partenaire de l’Inter depuis la saison 1995/1996 et qui verra son contrat prendre fin en 2021. Grâce à son retour en Ligue des Champions, la marque de pneumatique versera à l’Inter 19,1 millions d’euros bonus compris, en augmentation comparé au 16,3 millions d’euros de la saison 2017/2018. De façon globale, les deux principaux sponsors de l’Inter verseront donc 29,1 millions d’euros, une augmentation par rapport aux 20,5 millions d’euros de la saison 2017/2018. Le meilleur encaissement remonte à la saison 2015/2016 avec 30,2 millions d’euros grâce au renouvellement du contrat avec Pirelli en mars 2016. Cette prolongation a eu une incidence sur la thématique du sponsor de manche, un autre thème qui tient à cœur l’Inter depuis des mois. En effet, lors de l’ultime prolongation en 2016, l’Inter avait accordé un accord d’exclusivité sur les maillots. Dans ce contrat, il n’existe aucune possibilité de disposer d’un second sponsor maillot, vu que cette opportunité n’existait pas à l’époque. Erick Thohir avait d’ailleurs confirmé que Pirelli resterait seul sponsor lors de la conférence découlant de cette prolongation de contrat. Cet accord avait toutefois permis de placer sur le maillot la marque Driver, qui appartient au Groupe Pirelli, sur le dos du maillot Seriez-vous partant pour une révolution totale du maillot en disant "Ciao à Pirelli et à Nike" ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. L'Inter a signé un partenariat de deux ans avec Hugo Boss, qui devient ainsi le partenaire vestimentaire officiel du club. Hugo Boss offrira toutes les tenues aux joueurs, entraîneurs, directeurs et personnels techniques des Nerazzurri jusqu'à la fin de la saison 2020-21. Samir Handanovic, Milan Skriniar, Lautaro Martinez, Diego Godin et Danilo D'Ambrosio ont pris la pose, dans un costume signé Hugo Boss pour célébrer cet accord. Alessandro Antonello "Le partenariat avec Hugo Boss confirme la stratégie de l'Inter qui consiste à s'associer avec des marques de haut niveau. L'Inter fait la fierté de la ville de Milan, capitale mondiale de la mode. L'Inter et Hugo Boss ont toujours été synonymes d'innovation et d'ambition. Nous sommes sûr que cet accord débouchera sur un succès important." Volker Herre, Adminstrateur-Délégué d'Hugo Boss "L’Inter est un club légendaire, il s'agit de l’une des équipes parmi les plus performantes du monde. C'est pourquoi l'Inter est le partenaire idéal pour notre marque et nous sommes ravis de cette excellente collaboration.” Le saviez-vous ? Cette sponsorisation confirme que l'équipe portera des tenues Hugo Boss lors de tous les évènements officiels du club, y compris en Coupe d'Europe. La gamme, créée exclusivement pour l’équipe, reprend un costume bleu foncé, une chemise en coton stretch bleue et une cravate en soie bleue marine portant le logo de l’Inter. Hugo Boss propose également un look élégant et décontracté comprenant un blouson en nylon léger, un pantalon de costume bleu marine, une chemise en coton bleu marine et des chandails à col roulé ou à col rond bleu foncé. Les tenues officielles et décontractées proposées aux joueurs de l'Inter seront disponibles dans les magasins de Rome, Milan, Florence et Vérone. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Calcio&Finanza a réalisé une analyse de la santé financière de l’Inter sur la base des acquisitions actuelles, Romelu Lukaku inclus, sans oublier les ventes réalisées à ce jour. À l’heure actuelle, l’Inter a procédé à une dizaine d’opérations en entrée, entre rachats et nouveaux arrivants pour une somme globale de 155 millions d’euros. Il y a une augmentation de la valeur du noyau qui est monté à 81,1 millions d’euros. Au niveau des départs, seulement deux tranches du salaire de Radja Nainggolan sont à la charge de l’Inter, les autres mensualités seront à débourser par Cagliari. Les ventes de Yann Karamoh à Parme et de Georges Puscas au Reading ont garanti à l’Inter une plus-value de 16 millions d’euros. Actuellement, le coût de l’intégralité du noyau de l’Inter pour la saison 2019-2020, sur la base des salaires bruts, des amortissements et des joueurs en prêt, grimpe à 236 millions d’euros, soit une augmentation de 40 millions d’euros en regard aux 198,2 millions d’euros de la saison 2018-2019, on peut prendre en considération pour l’année 2019 un bilan de 400 millions de recettes caractéristiques à la saison 2019/2020, une croissance légèrement inférieure à 10% si l’on se fie aux 270 millions valides pour la saison 2018/2019. La bonne nouvelle Sur la base des informations actuelles, et donc de l’insertion dans le noyau de Romelu Lukaku, le rapport entre la valeur de l’équipe et les recettes ne grimpe qu’à 57%. S’il s’agit d’une augmentation de 10% comparé à la saison 2018/2019 où l’Inter proposait une moyenne de 47%, il y a encore une très belle marge de sécurité avant d’atteindre le plafond à risque de 70%. Le Mercato Nerazzurro est donc soutenable, vu le rapport entre les coûts destinés à l’équipe 198 millions d’euros et les recettes 417 millions d’euros comprenant également 46 millions de plus-values. L’Inter peut donc procéder à de nouveaux recrutements en toute sérénité, même si elle devra songer à vendre également des joueurs pour des questions liées au respect du Fair-Play-Financier. Le stricte travail de fond réalisé ces dernières années par le Suning porte enfin ses fruits ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. L’Inter dispose d’un nouveau Directeur Commercial, un recrutement de poids : Jaime Colas qui supervisera l’intégralité du secteur commercial Nerazzurro, du merchandising au billet, en passant par le secteur marketing de la société avec, en première ligne les sponsors. Son objectif sera de maximiser et augmenter les recettes commerciales. Au Real Madrid, il était le Spécialiste du Global Sponsorship Pourquoi un tel recrutement ? Steven Zhang avait récemment annoncé vouloir viser le milliard d’euros de recettes, objectif uniquement atteint par le Fc Barcelone cette année. Colas débarque à l’Inter avec une excellente réputation. Selon AS, il est à l’origine de l’explosion du Real au niveau de ces recettes globales. Le Real devrait également regretter son départ. En effet, c’était lui l’artisan principal qui est parvenu à classer le Real à la première place des recettes obtenues via les sponsorisations, après deux années à avoir occupé la troisième place. Colas sera opérationnel dès la mi-août et aura une fonction bien particulière et délicate selon la Gazzetta Dello Sport. Ce sera lui qui prendra en main la recherche et la signature de nouveaux sponsors. Pirelli peut commencer à trembler… ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Suning.com, société qui appartient au Groupe Suning, figure pour la troisième année consécutive dans le Top 500 du très courtisé classement établi par "Fortune Global 500" en proposant un résultat opérationnel de 37 milliards de dollars américains. C'est la troisième fois consécutive que l'on retrouve le Suning depuis 2017, mais cette fois-ci, la croissance a été importante, étant donné que le propriétaire de l'Inter a grimpé de 94 places. Suning est à présent à la 333ème place mais avec un taux de croissance digne du Top 5. Fortune Global 500 est le classement qui fait autorité pour les industries les plus importantes dans les secteurs les plus divers. Les prévisions de Suning.com pour les six premiers mois de cette année nous propose un bénéfice net qui s'élèvera entre 300 et 330M$ ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Il y a un an, Calcio&Finanza avait constaté une augmentation de la masse salariale 2018-2019, pour une somme culminant à 110,4 millions d’euros et un coût total du noyau qui reprends, outre le salaire, l’amortissement et l’impact des prêts pour un montant de 198 millions d’euros. Dans l’attente de la clôture de cette fenêtre estival du Mercato, Calcio&Finanza s’est essayé à calculer la masse salariale du noyau actuel, et ce afin d’avoir un point de référence en termes de coûts à venir pour les prochaines opérations en entrée et en sorties La situation au 30 juin 2019 Pour la saison 2018-2019, comme indiqué précédemment, le plafond salarial a grimpé à 110,4 millions d’euros. Voici un tableau détaillé joueur par joueur, en partant du salaire le plus important au salaire le moins coûteux. La situation au 22 juillet 2019 En prenant en compte les joueurs rentrés de leurs prêts et les nouvelles acquisitions, les dépenses ont enregistré une légère progression par rapport à l’année écoulée. Selon le calcul effectué par Calcio&Finanza, le plafond salarial en brut a grimpé à 122 millions d’euros, soit une augmentation de 9% comparé au 110 millions d’euros de la saison 2018-2019. Voici un tableau détaillé de l’Inter 2019-2020 au 22 juillet 2019 Malgré un important mercato, les comptes sont maintenus à flot ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. “Il est temps d'accélérer à présent" - Le message d’Antonio Conte a été claire : l’Inter doit changer sa marche en avant sur le Mercato... en entrée, mais par-dessus tout en sortie. Les objectifs principaux sont au nombre de deux actuellement : Romelu Lukaku et Edin Dzeko, mais il faut aussi résoudre les cas de Nainggolan et d’Icardi, sans oublier la possible cession de Perisic. Quel pourrait donc être le détail du budget Mercato pour les Nerazzurri ? Calcio&Finanza s’est attardé sur la question, en estimant les entrées et les sorties qui détermineront les rapports entre le coût du noyau et les recettes. La situation 2018/2019 L'exercice au 30 juin 2019, conclu avec la recherche nécessaire des plus-values pour rester dans les clous du Fair-Play-Financier, a permis à l’Inter de disposer d’une facture qui a avoisiné les 370 millions d’euros, somme à laquelle il y a lieu d’y ajouter les 46 millions d’euros de plus-values, en comptant les 17 millions de la vente de Pinamonti au Genoa, en prêt avec obligation de rachat. La différence entre les entrées et les sorties est estimée à 44,9 millions d’euros avec comme principales acquisitions : Nainggolan pour 38 millions d’euros et Lautaro Martinez pour 22,5 millions d’euros, sans oublier le coût des prêts pour une somme de 19 millions d’euros. Bilan 2019-2020, l’impact de la campagne d’acquisition En date de ce 22 juillet, huit opérations ont été réalisées par l’Inter : le rachat de Politano, Salcedo, Radu et Brazao, l’arrivée de nouveaux joueurs Lazaro (22M€), Godin (gratuit), Barella et Sensi respectivement recrutés en prêt payant avec une obligation et un droit de rachat. L’ensemble de ses transactions ont vu l’Inter débourser une somme de 68 millions d’euros, une progression quasiment similaire a eu lieu sur la valeur du coût du noyau (amortissement, masse salariale, coût des prêts) : 60 millions d’euros. Les opérations en sortie à venir A l’heure actuelle, une seule vente a eu lieu, celle de Karamoh à Parme, en prêt avec une obligation d’achat de 12 millions d’euros. Considérant les coûts du noyau actuel, sans cessions, la somme culminerait à 221 millions d’euros contre 198 millions d’euros en 2018/2019, dont 99 millions d’euros répartis entre amortissements et impact des prêts. Sans oublier 122 millions d’euros exclusivement en amortissements. La prochaine stratégie Nerazzurra passe par le départ des joueurs non désirés : sont sur le départ Nainggolan, Icardi, mais également Dalbert et Joao Mario qui, en cas de départ même en moins-value, garantirait un gain en terme d’amortissement et de salaire. Calcio&Finanza réalisé cette estimation en prenant en compte la vente de l’intégralité des joueurs sur le départ, en suggérant également l'hypothèse des moins-values. La vente d’Icardi, même à 50 millions d’euros octroierait une plus-value d’environs 47 millions d’euros. Les opérations en entrée à venir Les ventes permettront d’encaisser non seulement des plus-values, mais également de faire diminuer le coût du noyau à 180 millions d’euros sur la base des salaires et des amortissements. Ouvrant la voie à de possibles acquisitions, même en s'appuyant sur les sommes exigées par la Roma et Manchester United. En réalisant les transactions pour des coûts estimés à 15 et 83 millions d’euros pour les transferts, et en y annexant des salaires de 4,5 et 6,5 millions d’euros, le coût du noyau grimperait à 224 millions d’euros, soit une augmentation de 13% comparé à la saison 2018-2019, tout en considérant une augmentation des recettes structurelles d’environ 20% qui permettrait de respecter l’indice 50% relatif au rapports des coûts découlant des achats-ventes. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. La nouvelle campagne de l’Inter continue avec la création d'une ligne de vêtement exclusive. “Not For Everyone” Tel est le nouveau slogan du club Nerazzurro qui a lancé une nouvelle campagne, suite au clip vidéo. L’initiative est importante :"Not for Everyone est la nouvelle campagne de la marque Nerazzurra. Après le lancement vidéo et des projections dans des lieux emblématiques de Milan, des affiches sont à présent apparentes dans des nouveaux lieux stratégiques de la ville." À présent, l’Inter lance une nouvelle ligne de vêtement dédiée à "Not For Everyone" : deux t-shirts au nom évocateur et iconique "This Name" et "This Soul", sans oublier une écharpe qui sera également disponible auprès de l’Inter Store Milano et au San Siro Store. Il s’agit d’une ligne entièrement créée par l’Inter pour ses propres tifosi, avec comme objectif une façon de raconter cette nouvelle ère Nerazzurra, une ère qui ne sera pas pour tout le monde, qui sera #NotForEveryone. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. En effet, Lenovo et le Fc Internazionale ont signé un accord de sponsorisation de 5 ans qui fait de Lenovo, le Global Technology Partner de la Société Nerazzurra. L’Inter est une des équipes les plus suivies en Italie et à travers le Monde. Le Club vient à peine d’entrer dans une nouvelle ère. La Casa de l’Inter, le Stade Giuseppe Meazza, est l’un des plus grand et plus iconique stade de football européen et dans lequel, le nom Lenovo sera vu par un millions de spectateurs étant donné qu’il apparaîtra au verso des maillots d’entraînements de l’équipe au cours des prochaines saisons. L’accord de sponsorisation avec Lenovo, qui est l’un des fournisseurs de solutions technologiques parmi les plus important au monde, offrira à l’Inter des services de technologies intelligentes comme des serveurs, des archives et des Solutions Software Lenovo, pas uniquement sur PC, mais également sur ordinateurs portables, sur les tablettes, et ce afin de gérer l’importante quantité de données générées par l’interaction entre le club et les tifosi passionnés du Calcio. Cela permettra à l’Inter de digitaliser et d’organiser des archives historiques aux documents actuels, ceux-ci seront accessibles plus facilement pour les tifosi qui pourront les consulter à tout moment. La Team Service Pro de Lenovo s’assurera que les systèmes de l’Inter fonctionneront à pleine capacité pour les cinq années à venir. Le premier rendez-vous entre Lenovo et l’Inter, en qualité de sponsor des Nerazzurri, aura lieu lors du stage de pré-saison et également lors de la tournée estivale à Singapour et en Chine. "Partager des valeurs fondamentales telles que des prestations maximales, d’innovation, de diversité, d’inclusion…il était tout naturel pour Lenovo et le Fc Internazionale Milano de donner vie à ce partenariat. L’Histoire centenaire de l’Inter, la prestigieuse série de titres et de victoires, la centralité des valeurs partagées, définissent le club comme un partenaire idéal pour Lenovo. Avec la palette de technologies intelligentes dont nous disposons, nous pourrons aider l’Inter à interagir avec les Tifosi et les passionnés en leur offrant une expérience encore meilleure en terme d’accès aux informations et à leurs traitements." - Gianfranco Lanci, President Corporate et Chief Operating Officer de Lenovo. "Nous sommes fier que l’une des principales marques technologiques du monde ait opté pour l’Inter, afin d’entrer dans l’industrie du football mondial. Grace aux excellentes compétences technologique de Lenovo, ce partenariat stimulera l’innovation et la recherche de prestations toujours plus importantes dans cette nouvelle ère interiste." Alessandro Antonello, Administrateur Délégué Corporate de l’Inter." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. C’est un fait, depuis la prise de pouvoir du Suning, l’Inter est passée d’une société proposant de graves lacunes financières à un club sain. Un travail de fond réalisé en "à peine" trois années. Après la joie du Triplé Historique, l’Inter a dû faire face à la réalité, une réalité bien sombre au niveau de ses finances, à un point tel que l’Uefa a dû prendre des sanctions à l’encontre du club. Après la revente du Club par Massimo Moratti à Thohir, puis la cession de l’intégralité des parts du Tycoon à Suning, le Colosse de Nankin a décidé de transformer l’Inter. Une transformation actée, avec comme récompense, la sortie du Settlement Agreement et des finances en pleine essort. C’est un fait, l’Inter peut s’autofinancer. Voici l’article consacré par le Corriere Dello Sport "Avec Zhang à sa tête, l’Inter n’a pas connu qu’une simple transformation, il y a eu une révolution. L'assainissement des finances entamé par Thohir avec l’Uefa en 2015 a été fondamental. A présent, le club est sorti du Settlement Agreement grâce à un parcours vertueux de l’augmentation de ses recettes, qui en 2016 pointaient à 179 millions d’euros, alors qu’à présent, elles sont en constante croissance : 262 millions en 2017, 281 millions en 2018, pour culminer à 360 millions en 2019, le tout grâce aux retombées de la Ligue des Champions et à l’aboutissement des recherches effectuées pour attirer des sponsors en Chine, à hauteur de 100 millions d’euros. Le tout est au net de la plus-value." A présent, l’Inter est une entreprise saine, capable de quasiment s’auto-financer. Tout l’opposé de ce qu’elle était il y a trois ans, lorsque le Suning avait commencé à entrer dans le capital de la Société. Le Suning aura investi, entre achats et prêt pour le club, plus d’un demi-milliard d’euros, en plus de refinancer la dette par le biais d'une obligation qui, à la fin de 2017, a été un succès considérable sur les marchés. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Suning, qui est propriétaire de l’Inter, a acquis 80% de Carrefour en Chine contre un investissement de 620 millions d’euros. Voici l’analyse de Calcio&Finanza "Depuis l’acquisition stratégique de 37 magasins du Wanda Group en début d’année, la transition avec Carrefour China accélère l’expansion commerciale de Suning.com dans le commerce de détail de toutes catégories, via le renforcement de la compétitivité sur le marché des biens destinés aux consommateurs de tous les horizons." Présent en Chine depuis 1995, Carrefour China gère un flux de 210 hypermarchés et 24 supermarchés que l’on peut retrouver dans 51 des moyennes à grandes villes chinoise pour un total cumulé de 30 millions de client enregistrés. En 2018, Carrefour a généré pour 3,6 milliars d’euros de vente nettes, soit 28,5 milliards de yuans contre des dépenses estimées de 66 millions d’euros (516 millions de yuans). Carrefour conservera toutefois 20% de la société et deux places au Conseil d’Administration de Carrefour China. "Dans le futur, nous pourrons faire face une à une intégration de différents modèles de business de Suning.com, des produits électriques via Suning Financial Services, de SuFresh à Suning Xiaodian’s Immediate Delivery. Avec 400 millions de clients enregistrés dans ce secteur, l’écosystème des utilisateurs de Suning.com sera intégré dans le système d’affiliation de Carrefour China, en améliorant totalement la relation client." Suning, un propriétaire toujours plus puissant et ambitieux ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Calcio&Finanza est revenu sur les changements marquants de cette avant-saison. Un jeu de chaises musicales a en effet eu lieu au niveau des bancs de Serie A avec le retour d’expatriés prêts à en découdre dans la Botte. "Conte à l’Inter, Sarri à la Juve, Giampaolo au Milan et Fonseca à la Roma… L’ensemble des plus grands clubs italiens n’ont pas attendu l’ouverture du mercato pour s’attacher les services d’entraîneurs de renom. Comparé à la saison qui vient à peine de s’écouler, 4 équipes du top 6 ont changé d’entraîneur, les seuls survivants se nomment Ancelotti à Naples et Gasperini à l’Atalanta." Evénement rare "Cette situation est assez exceptionnelle si l’on prend en considération qu’elle ne s’est produite qu’à 4 reprises, lors de ses soixante dernières années. La dernière fois que l’Inter, la Juve et le Milan ont changé d’entraîneurs remonte à la saison 2010/2011 avec les arrivées de Benitez, Delneri et Leonardo." Comme le dit Sarri, ce type de changement apporte son lot d’air positif et rafraîchissant: "Je suis content de l’évolution de la Serie A, il me semble qu’il s’agira d’une saison très stimulante pour les entraîneurs." Impact pour les clubs Tout changement d’entraîneur implique des investissements qui ne laissent personne indifférent. Qui plus est un changement radical a eu lieu dans la hiérarchie des entraîneurs les mieux payés en Italie. On retrouve en tête de celui-ci Antonio Conte qui percevra 10 millions d’euros par saison, surclassant de la sorte Ancelotti et ses 6,5 millions d’euros et Sarri dont le contrat est estimé à 6 millions d’euros avec la Juve. Fonseca percevra lui "que" 2,5 millions d’euros à la Roma contre 2 millions pour l’interiste Giampaolo au Milan Ac, un salaire similaire à celui de Simone Inzaghi à la Lazio. Auteur d’une belle saison, Gasperini a vu son contrat valorisé et celui qui n’aura été à la tête de l’Inter que durant cinq matchs, percevra à présent 2,2 millions d’euros chez les Nerazzurri de l’Atalanta. Le saviez-vous ? Si l’on prend en considération le top 7 de ce classement, les clubs débourseront à eux seuls 31,7 millions d’euros pour leurs coachs. Il y a un an, au début de la saison 2018/2019, une somme de 35,9 millions d’euros avait été déboursée par les 20 clubs de Serie A dont 26,9 pour le Top 7. Il s’agit-là d’une croissance de 25% comparé à la saison 2017/2018 et ses 28,8 millions d’euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. L’Inter est finalement sortie du Settlement Agreement, mais que nous réserve l’avenir ? Replacer l’Inter dans l’Elite du football mondial. Tel a été le message prononcé hier par Steven Zhang lors de l’inauguration du nouveau siège. Un message qu’il a adressé à l’ensemble des membres du personnel du club interiste. Renaissance du club Fin mai fut synonyme de libération. L’Uefa annonçait officiellement la sortie du Settlement Agreement à l’Inter. Pourtant des plus-values sont à réaliser d’ici le 30 juin, mais est-ce vraiment si important ? La première réponse est que l’Inter n’est plus dans l’obligation de réaliser des plus-values, mais elle veut réaliser cela de son propre chef. Voici l’analyse effectuée par la revue “Ultimo Uomo“. Le Bilan Les deux derniers exercices du triennal interiste ont connu un déficit de 24,6 millions d’euros en 2017-2017 et 17,7 millions d’euros en 2017-2018. Si l’on considère qu’une fois retirés les coûts non pertinent pour le Fair-Play-Financier (tel que les impôts, l’investissement sur les jeunes, l’amortissement liés à tout ce qui affère aux actifs des joueurs) on atteint une somme d'environ 18 millions d’euros par ans de moyenne, l’Inter ne disposerait donc que d’un passif annuel de 6 millions d’euros pour la période 2016-2019. Pour s’assurer raisonnablement un avenir prometteur et avoir la certitude de ne plus devoir faire face à l’Uefa, l’Inter pourra se permettre de clôturer son bilan 2018-2019 avec un passif de maximum 40 millions d’euros, ce qui équivaudrait à un passif de 22 millions d’euros traduit sur base du système du Fair-Play-Financier susmentionné. Les Plus-Values En analysant les comptes de cette saison, l’objectif devrait être atteint sans se retrouver dans l’obligation de réaliser des gains en capitaux d’ici le 30 juin. Le bilan devrait être augmenté de 83,6 millions d’euros, et ce même si le club ne disposera plus des 51,2 millions de plus-values réalisées l’année dernière. La situation actuelle voit une Inter qui souhaite réaliser une plus-value de 30 à 40 millions d’euros, un objectif désiré et fixé par le Suning qui vient d’atteindre, pour la première fois, un véritable équilibre budgétaire. Il n’y a donc plus lieu de s’adapter aux paramètres de l’Uefa. Les Cas Godin et Conte L’ancien entraîneur de la Nazionale a signé un contrat de 11 millions d’euros net par saison. Cela équivaut à une somme de 17,2 millions d’euros brut pour l’année 2019-2020, si l’on prend en considération les bonus fiscaux consentis. Godin, de son côté, percevra 6,75 millions d’euros net, soit 10,6 millions d’euros brut. Retard de paiement Deux sponsors importants, Full Share et Lvmama, garantissaient aux caisses du club une rentrée de 10 millions d’euros par an. Ces derniers ont décidé d’interrompre leurs collaborations avec les Nerazzurri, à dater du 1 juillet 2019. Qui plus est, le club est actuellement mécontent du retard de paiement de ses partenaires asiatiques pour une somme totale avoisinant les 75 millions d’euros. En levant, 20 millions d’euros de la somme précitée et en y annexant les quelques plus-values réalisées sur la saison 2018-2019, les seuls revenus garantis proviennent de la qualification à la prochaine Ligue des Champions. La quatrième place interiste et sa position au classement de la décennie lui permettront de percevoir 35,5 millions d’euros. Il y aura lieu également de considérer les impacts sur les comptes à venir du recrutement d’Antonio Conte et des premières opérations du mercato. Aujourd'hui, l’Inter proposerait un bilan négatif de 78 millions d’euros pour la saison 2019-2020, soit le double du maximum autorisé comme marge de sécurité pour éviter de se retrouver au-delà du seuil de rentabilité autorisé par le Break-Even de l’UEFA 2018-2020. A quel type de mercato s’attendre Si, encore l’année dernière les plus-values étaient vitale pour mettre les comptes à jour, cette année, les comptes peuvent enfin être utilisé pour financer des achats. Cela explique donc la politique de recrutement actuel avec des joueurs aussi important que peuvent l’être Dzeko et Barella dont une partie des finances proviendra des ventes des jeunes Emmers et Vanheusden, voire d’autres joueurs qui ne sont plus considérés comme faisant partie du cœur du projet. La cerise sur le gâteau pourrait se nommer Romelu Lukaku ou Paolo Dybala. Pour acheter l’un de ces deux joueurs, il faudra vendre un ou deux joueurs de haut niveau. Les indications du club menant à la vente de Mauro Icardi trouve objectivement leurs sources dans le fait qu’il garantirait une plus-value importante, qu’il s’agisse d’un échange sec ou dans le cadre d’une vente pur et simple. Conclusion L’Inter peut respirer à nouveau et planifier une nouvelle courbe de croissance sur la base des saisons écoulées. Aucun sacrifice ne sera irrémédiable. Peu d’équipe, en Italie, peuvent se vanter de se retrouver dans une telle position. #SuningOut qu’ils disaient ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Le Décret Croissance permettait, auparavant, aux clubs italiens d’être plus compétitif sur le Mercato, et plus précisément sur les masses salariales vis-à-vis des expatriés italiens. Mais un amendement pourrait changer la donne. De fait, cette opportunité serait moins alléchante pour les grandes écuries italiennes. Le Gouvernement italien a décidé de proposer un amendement afin de réduire les bonus octroyés aux expatriés qui reviennent en Italie. Ce décret permettait aux grands Clubs d’Italie de signer en Serie A des joueurs ou entraîneurs italiens qui avaient connu une expérience hors de la Botte. Les clubs, selon l’amendement, devront débourser 50% des coûts, contre 30% (et 10% pour le Sud) prévus initialement. Cet amendement fait surtout extrêmement mal au Napoli, seul grand du Sud qui conteste cet important écart de traitement. Quel impact pour l’Inter ? L’exemple est concret : Antonio Conte et son salaire de 12 millions d’euros net. Sans le décret, le Club aurait du débourser, tout compris, 24 millions d’euros. Après l’adaptation de la loi, l’Inter devra débourser 18 millions d’euros, contre 15,6 millions d’euros prévu sur la base du texte originel. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Comme le rapporte Sport 23, le Suning a signé un nouvel accord de collaboration. Le nouvel élu se nomme Intersport, le célèbre revendeur d’articles sportifs. C'est ce dernier qui a choisi le Suning comme futur tremplin pour son entrée dans le marché chinois. Cet accord prévoit à l’Azienda asiatique la possibilité d’ouvrir de nouveaux magasins dans diverses villes: "Le fitness, le football et d’autres activités liées à un style de vie sain est en plein essor en Chine. Nous avons donc pris la décision stratégique d’étendre notre activité de vente au détail d’articles sportifs." Gary Pong, Vice-Président du Suning. "L’expansion globale de l’Inter entre les mains du Suning, fera grandir nos activités sportives dans un marché qui est en continuel expansion. J’espère que cette alliance à long terme sera riche de succès en Chine." Steve Evers - CEO di Intersport, ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...