Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'économie'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

63 résultats trouvés

  1. L’Inter est finalement sortie du Settlement Agreement, mais que nous réserve l’avenir ? Replacer l’Inter dans l’Elite du football mondial. Tel a été le message prononcé hier par Steven Zhang lors de l’inauguration du nouveau siège. Un message qu’il a adressé à l’ensemble des membres du personnel du club interiste. Renaissance du club Fin mai fut synonyme de libération. L’Uefa annonçait officiellement la sortie du Settlement Agreement à l’Inter. Pourtant des plus-values sont à réaliser d’ici le 30 juin, mais est-ce vraiment si important ? La première réponse est que l’Inter n’est plus dans l’obligation de réaliser des plus-values, mais elle veut réaliser cela de son propre chef. Voici l’analyse effectuée par la revue “Ultimo Uomo“. Le Bilan Les deux derniers exercices du triennal interiste ont connu un déficit de 24,6 millions d’euros en 2017-2017 et 17,7 millions d’euros en 2017-2018. Si l’on considère qu’une fois retirés les coûts non pertinent pour le Fair-Play-Financier (tel que les impôts, l’investissement sur les jeunes, l’amortissement liés à tout ce qui affère aux actifs des joueurs) on atteint une somme d'environ 18 millions d’euros par ans de moyenne, l’Inter ne disposerait donc que d’un passif annuel de 6 millions d’euros pour la période 2016-2019. Pour s’assurer raisonnablement un avenir prometteur et avoir la certitude de ne plus devoir faire face à l’Uefa, l’Inter pourra se permettre de clôturer son bilan 2018-2019 avec un passif de maximum 40 millions d’euros, ce qui équivaudrait à un passif de 22 millions d’euros traduit sur base du système du Fair-Play-Financier susmentionné. Les Plus-Values En analysant les comptes de cette saison, l’objectif devrait être atteint sans se retrouver dans l’obligation de réaliser des gains en capitaux d’ici le 30 juin. Le bilan devrait être augmenté de 83,6 millions d’euros, et ce même si le club ne disposera plus des 51,2 millions de plus-values réalisées l’année dernière. La situation actuelle voit une Inter qui souhaite réaliser une plus-value de 30 à 40 millions d’euros, un objectif désiré et fixé par le Suning qui vient d’atteindre, pour la première fois, un véritable équilibre budgétaire. Il n’y a donc plus lieu de s’adapter aux paramètres de l’Uefa. Les Cas Godin et Conte L’ancien entraîneur de la Nazionale a signé un contrat de 11 millions d’euros net par saison. Cela équivaut à une somme de 17,2 millions d’euros brut pour l’année 2019-2020, si l’on prend en considération les bonus fiscaux consentis. Godin, de son côté, percevra 6,75 millions d’euros net, soit 10,6 millions d’euros brut. Retard de paiement Deux sponsors importants, Full Share et Lvmama, garantissaient aux caisses du club une rentrée de 10 millions d’euros par an. Ces derniers ont décidé d’interrompre leurs collaborations avec les Nerazzurri, à dater du 1 juillet 2019. Qui plus est, le club est actuellement mécontent du retard de paiement de ses partenaires asiatiques pour une somme totale avoisinant les 75 millions d’euros. En levant, 20 millions d’euros de la somme précitée et en y annexant les quelques plus-values réalisées sur la saison 2018-2019, les seuls revenus garantis proviennent de la qualification à la prochaine Ligue des Champions. La quatrième place interiste et sa position au classement de la décennie lui permettront de percevoir 35,5 millions d’euros. Il y aura lieu également de considérer les impacts sur les comptes à venir du recrutement d’Antonio Conte et des premières opérations du mercato. Aujourd'hui, l’Inter proposerait un bilan négatif de 78 millions d’euros pour la saison 2019-2020, soit le double du maximum autorisé comme marge de sécurité pour éviter de se retrouver au-delà du seuil de rentabilité autorisé par le Break-Even de l’UEFA 2018-2020. A quel type de mercato s’attendre Si, encore l’année dernière les plus-values étaient vitale pour mettre les comptes à jour, cette année, les comptes peuvent enfin être utilisé pour financer des achats. Cela explique donc la politique de recrutement actuel avec des joueurs aussi important que peuvent l’être Dzeko et Barella dont une partie des finances proviendra des ventes des jeunes Emmers et Vanheusden, voire d’autres joueurs qui ne sont plus considérés comme faisant partie du cœur du projet. La cerise sur le gâteau pourrait se nommer Romelu Lukaku ou Paolo Dybala. Pour acheter l’un de ces deux joueurs, il faudra vendre un ou deux joueurs de haut niveau. Les indications du club menant à la vente de Mauro Icardi trouve objectivement leurs sources dans le fait qu’il garantirait une plus-value importante, qu’il s’agisse d’un échange sec ou dans le cadre d’une vente pur et simple. Conclusion L’Inter peut respirer à nouveau et planifier une nouvelle courbe de croissance sur la base des saisons écoulées. Aucun sacrifice ne sera irrémédiable. Peu d’équipe, en Italie, peuvent se vanter de se retrouver dans une telle position. #SuningOut qu’ils disaient ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Le Décret Croissance permettait, auparavant, aux clubs italiens d’être plus compétitif sur le Mercato, et plus précisément sur les masses salariales vis-à-vis des expatriés italiens. Mais un amendement pourrait changer la donne. De fait, cette opportunité serait moins alléchante pour les grandes écuries italiennes. Le Gouvernement italien a décidé de proposer un amendement afin de réduire les bonus octroyés aux expatriés qui reviennent en Italie. Ce décret permettait aux grands Clubs d’Italie de signer en Serie A des joueurs ou entraîneurs italiens qui avaient connu une expérience hors de la Botte. Les clubs, selon l’amendement, devront débourser 50% des coûts, contre 30% (et 10% pour le Sud) prévus initialement. Cet amendement fait surtout extrêmement mal au Napoli, seul grand du Sud qui conteste cet important écart de traitement. Quel impact pour l’Inter ? L’exemple est concret : Antonio Conte et son salaire de 12 millions d’euros net. Sans le décret, le Club aurait du débourser, tout compris, 24 millions d’euros. Après l’adaptation de la loi, l’Inter devra débourser 18 millions d’euros, contre 15,6 millions d’euros prévu sur la base du texte originel. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Comme le rapporte Sport 23, le Suning a signé un nouvel accord de collaboration. Le nouvel élu se nomme Intersport, le célèbre revendeur d’articles sportifs. C'est ce dernier qui a choisi le Suning comme futur tremplin pour son entrée dans le marché chinois. Cet accord prévoit à l’Azienda asiatique la possibilité d’ouvrir de nouveaux magasins dans diverses villes: "Le fitness, le football et d’autres activités liées à un style de vie sain est en plein essor en Chine. Nous avons donc pris la décision stratégique d’étendre notre activité de vente au détail d’articles sportifs." Gary Pong, Vice-Président du Suning. "L’expansion globale de l’Inter entre les mains du Suning, fera grandir nos activités sportives dans un marché qui est en continuel expansion. J’espère que cette alliance à long terme sera riche de succès en Chine." Steve Evers - CEO di Intersport, ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Le colosse, propriétaire de l’Inter est à la recherche constante de nouvelles recettes pour la Beneamata. Comme le révèle "Il Giorno", l’Inter vise actuellement la qualification pour la Ligue des Champions. Dans le même temps, le Suning cherche de nouveaux investisseurs prêt à apporter de l’argent frais aux caisses Nerazzurra. Samsung Cette fois-ci, le Suning cherche de nouveaux sponsors, particulièrement en Orient, où grâce au rayonnement de son nom, Jindong Zhang dispose de certains contacts. Actuellement, les comptes de l’Inter sont de plus en plus sains. Preuve en est, cette année, le palier des 400 millions d’euros devrait être atteint, aidé par le retour en Ligue des Champions. Le dernier arrivé, au niveau des partenaires, se nomme Samsung. Une preuve de plus que le club grandit au niveau international, malgré des prestations en Coupes d'Europe qui sont loin d’être optimales. Toutefois l’élimination en Europa League, suite au parcours en Ligue des Champions, peut être justifié par une pluie de blessées, les sanctions imposées par l’UEFA et l’Icardigate qui a privé l’Inter de son meilleur attaquant. Pirelli dans l’oeil du cyclone Le bilan an 30 juin dernier, donc sans "les récoltes" de la Ligue des Champions, l'Inter a connu une croissance importante. Pour retrouver trace d’une pareille situation, il faut remonter à 2010. Si tout se passe pour le mieux, l’Inter devrait retrouver l’Europe suite aux performances de la bande à Spalletti. Une nouvelle qualification est même exigée. Si l’Inter commence à se porter mieux, Suning.com lui connait une croissance exponentielle. Mais le Suning en veut toujours plus. Les rumeurs actuelles tendent à confirmer que les Coréens de Samsung se rapprochent de plus en plus de la Famille Interiste, au point même de mettre à mal Pirelli, qui est actuellement le sponsor principal de l’Inter. Fort de son contrat allant jusqu’en 2021 et d'un contrat signé en 2016 comportant d’éventuelles pénalités, Pirelli devra, s’il souhaite rester lié à l’Inter, proposer une offre bien plus importante pour convaincre le Suning. Trouver des nouveaux fonds est l’idée principale du Suning, il ne souhaite pas être considéré comme un mercenaire, et il se souvient de la déclaration de Beppe Marotta : "Les succès économiques devront être liés aux succès sportifs." Par cette déclaration de son Administrateur-Délégué, Suning s’offre le temps de la reflexion afin de savoir s’il continuera avec Spalletti où s’il partira vers un nouvel entraîneur, avec quoiqu’il arrive un impact direct sur le prochain bilan financier. Le but du Suning est de renforcer l’équipe, le tout après le 30 juin 2019, date à laquelle il faudra impérativement que l’Inter arrive à avoir ses comptes à l’équilibre. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Au cours de ce premier trimestre 2019, les recettes ont continué d’augmenter pour Suning.com, qui est le secteur d’activité principal du Suning Group, le propriétaire de l’Inter. L’azienda de Jindong Zhang a annoncé avoir enregistré des recettes à hauteur de 62,24 milliards de yuans, soit 8,2 milliards d’euros pour ces trois premiers mois de l'année. Il s'agit-là d'une augmentation de 25,44% comparé au premier trimestre 2018. Le chiffre d'affaires de l'omnicanal a culminé à 86,93 milliards de yuans, soit 11,5 milliards d’euros (25,3%). Les ventes online ont atteint, à elles seules 54,12 milliards de yuans, soit 7,1 milliards d’euros (+40,87%). Le bénéfice net attribuable au capital de la société s’élève à 136 millions de yuans, soit 18 millions d’euros. A titre de comparaison, sur l’ensemble de l’année 2018, le bénéfice a atteint 13,328 milliards de yuans, soit 1,7 milliards d’euros. Au 31 mars 2019, le Suning comptait 9 758 magasins de propriété et 2 571 franchisés pour un total de 422 millions d’utilisateurs. L’Inter, quoique l’on en dise, est détenu par un groupe sérieux. Reste à présent à le voir à l’œuvre, maintenant que le Settlement Agreement touche à sa fin. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. 40 millions d’euros, voici la somme qui devra être trouvée par l’Inter, selon le Corriere Della Sera, quant au Fair-Play-Financier : L’Inter et le Fair-Play-Financier…une histoire qui dure depuis plus de quatre ans, une période où il a fallu faire face à cet "encombrant grand-frère" comme l’a défini Luciano Spalletti. Une période qui aura été terrible pour l’Inter qui aura dû faire face aux restrictions découlant du Settlement Agreement signé avec l’Uefa, un vadémécum à respecter pour les comptes afin d'éviter de subir de plus importantes sanctions telles que des limitations de joueurs inscrits en coupe d’Europe, voir l’exclusion à ces dernières. L’Inter a réalisé de nombreux sacrifices pour rester dans les clous imposés par la Fédération Européenne de football : Elle a été punie et a dû faire face encore cette saison à des sanctions telle qu’une limitation de joueurs inscrits pour les Coupes d’Europe, Gagliardini, Joao Mario et Dalbert en ont fait les frais, mais le but visé était de respecter les décisions de l’Uefa. En 2018, la cession des jeunes promesses interiste à permis à la Beneamata d’éviter le sacrifice d’un grand joueur en portant dans les caisses 40 millions d’euros. Pour cette année, une somme similaire est requise pour maintenir les comptes à l’équipe. En 2018, un déficit de 17 millions d’euros a été toléré par l’Uefa car il prenait en compte les investissements sur l’infrastructure, les jeunes et d’autres choses. En 2018, l’Inter avait su mettre ses comptes à niveau, mais avait également songé à s’assurer un trésor pour cette année. Quels sont les joueurs susceptibles de permettre de nouvelles plus-values ? Ionit Radu a été cédé au Genoa. L’Inter peut le racheter, dès le 1er juillet pour 12 millions d’euros, tout en sachant qu’il peut être revendu pour au moins 20 millions d’euros. Gravillon a été racheté au Pescara pour 6 millions d’euros, mais son avenir en Nerazzurro est loin d’être certain, contrairement à Vanheusden qui évolue en prêt au Standard de Liège et Bastoni prêté à Parme, qui eux disposent d’une sécurité d’avenir. Andrea Pinamonti a été prêté à Frosinone et il n’est pas à exclure que ce dernier passe une autre saison loin de Milan. Yann Karamoh : Mis à part sa crise caractériel à Bordeaux, ll a toujours livré de bonnes prestations sur le terrain : Il est transférable et quittera l’Inter. Évalué à 15 millions d'euros, il représente 5 millions d'euros sur le bilan de l'Inter. Une autre piste mène à Carraro qui est actuellement à Perugia et à Emmers qui évolue à Cremonese. Gabriel Barbosa, le brésilien est actuellement prêté à Flamengo, mais si une offre de 20 millions d'euros est présentée, il sera autorisé à partir, lui qui pèse 15 millions d'euros sur les comptes de l'Inter. Dalbert est aussi transférable contre 20 millions d'euros, lui qui pèse 14,5 millions sur le compte interiste. Dortmund serait intéressé par le joueur. Matias Vecino pourra également partir contre un chèque de 25 millions d'euros. L’objectif fixé par la Direction est de viser une plus-value estimée à 40-45 millions d’euros. L’Inter sait également qu’en se séparant de certains de ses jeunes, elle risque de perdre une personne exceptionnelle en le payant au prix fort… Le Saviez-vous ? En cas de départ combiné, Mauro Icardi et Ivan Perisic devraient offrir à l’Inter une enveloppe de 110 millions d’euros, soit une plus-value estimée à 100 millions d’euros. L’Inter ayant fixé le prix minimum d’Icardi à 70 millions d’euros contre 40 millions pour le Croate. Icardi représente "que" 2,5 millions d’euros sur le bilan annuel de l’Inter, Perisic lui en représente 8,2 millions d’euros. En cas de ventes de ces derniers, certains jeunes sacrifices ne seraient pas nécessaire. Qui plus est, via la plus-value importante réalisée, l’Inter mettrait à niveau ses comptes tout en disposant de moyens économiques plus important pour les remplacer. A ce sujet, l’Inter s’est montrée directe avec la Roma pour Edin Dzeko : La Beneamata est prête à proposer 12 millions d’euros et pas un euro de plus. En cas d’échec, les contacts avec l’Atalanta sont maintenu et la piste menant à Duvan Zapata est des plus chaudes. Le Colombien ayant prouvé cette saison qu’il dispose enfin du potentiel pour rejoindre une grande écurie et épauler Lautaro Martinez. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. En effet, Calcio&Finanza nous dévoile le parcours de la LionRock Capital, qui a mené à l’achat des 31,05% d’actions qui appartenaient à Erick Thohir. Le fond de Hong-Kong, guidé par Daniel Kar Keung Tseung, a fait usage d’une Holding située aux Iles Cayman, pour acquérir l’intégralité des actions de l'International Sports Capital Spa, soit 31,05% des actions du Club Nerazzurro. Comme on peut en prendre lecture dans les documents de l’Assemblée de l’ ISC Spa, Il était prévu que le 12 février 2018, celle-ci vende l’intégralité de ses actions à la LionRock Zuqiu Limited. Il ne s’agit pas là directement de la société basé à Hong Kong, mais bel est bien de sa Holding existante aux Iles Cayman, comme spécifié dans les documents présentés, le siège étant situé à Camana Bay. De fait, par l’achat de l’intégralité des parts, le nouvel administrateur unique de l’ISC Spa est devenue Daniel Kar Keung Tseung, né en 1971 et Fondateur et Administrateur-Délégué de LionRock Capital. Lors de la vente de la Holding à LionRock, diverses sociétés et banques ont émis un nantissement des actions de la société, utilisées par Thohir comme garantie dans le cadre de diverses opérations de financement: la dernière a été réalisée avec Solaris Assets Ltd, qui a émis le nantissement. C'était le 13 décembre 2018. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. 126,4 millions d'euros, c’est la somme que l’Inter va percevoir très prochainement de la part de l'Orient. Explications Dernièrement l’Inter était confronté à la problématique de percevoir cet argent en provenance de ses sponsors suite aux problèmes lié par le Blocus imposé par le Gouvernement Chinois quant aux Capitaux quittant le pays vers l’étranger. Néanmoins, à ce jour, l’Inter communique qu’une importante partie de cette problématique est à présent résolue. Interprétation du bilan officiel de l’Inter au 31 décembre 2018 Montant total des recettes: 180,1 M€ 66% proviennent des droits télés, 34% proviennent des Sponsors: 25% de la Chine,, 3% de Nike, 3% de Pirelli et 3% d’autres sponsors. Inter Media & Communication confirme avoir encaissé 126,4 millions d’euros sur les 162,4 à percevoir. Les 44,5 millions manquant seront perçus lors de ce premier semestre. En revanche, les fonds dû et relatifs à l'année 2017 ont été encaissé. Par rapport au bilan du 30 juin 2018, les 12,5 millions d’euros concernant le droit de Naming et les 39,1 millions relatifs aux signatures avec Biejing Yixinshije, iMedia, Full Share, Lvmama, SWM et Konami ont été reçus. En ce qui regarde l’argent à percevoir, l’Inter a déjà fait savoir que celui-ci devrait être obtenu d’ici au 31 mars 2019. Au total, l’Inter doit encore toucher 80,6 millions d’euros entre le solde de la saison 2017/2018 et pour la saison actuelle, à savoir 2018/2019. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. L’Inter a diffusé ses données relatives à l’activité de ses sponsors jusqu’au 31 décembre 2018. Et la demi année de l’Inter, selon Media and Communication, qui contrôle les recettes commerciales du club et des droits télé, le Suning peut avoir le sourire tout comme la Société Nerazzurra. Comparé à décembre 2017, on peut constater une croissance de 64,4 millions d’euros. Une somme qui trouve sa source principalement grâce à la Ligue des Champions qui a garanti 42,5 millions d’euros, contre seulement 539 000 euros en 2017. Le total pour l’Inter est passé de 115,6 millions d’euros de recettes commerciales et de droits télés à 180,1 millions d’euros, soit un joli bond de 55,7%. Pirelli et Nike devraient être rouge de honte… Il faut également noter une augmentation en provenance des sponsors, en passant de 42,9 millions d’euros à 60,7 millions. Et c’est un fait, l’Inter continue à dominer le marché asiatique, ce binôme gagnant continue à faire grandir l’Inter au niveau financier. Sur les 12 derniers mois, l’Asie a mis à l’amende Pirelli et Nike, les "Main Sponsors" de l’Inter. La Virgule et la Pneumatique ne proposant que 10 millions d’euros en combiné…une somme bien éloignée du pays du soleil levant. Voici le détail pour la période Juin – Décembre 2018 Nike: 5,027 M€ Pirelli: 5,271 M€ Sponsor asiatique: 44,531 M€ Sponsor EU/global: 5,877 M€ Total: 60,705 M€ contre 42,965 en 2017 (+41,3%) ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Nous vous en avions parlé récemment, l’Inter prend en considération l’idée de disposer d’un nouveau sponsors sur la manche gauche de son maillot. Cette situation pourrait déjà se produire cette saison en Serie A, mais avant toute chose, l’Inter devra faire face à son partenaire historique Pirelli Comme nous le souligne Calcio&Finanza, l’Inter a déjà des contacts avancés avec diverses Azienda, mais Pirelli ne l’entend pas de cette oreille: "En effet, Pirelli est le sponsor principal en ce qui concerne le maillot. La prise de position Nerazzurra est que l’espace disponible sur la manche gauche du maillot ne rentre pas dans l’accord de sponsoring de Pirelli. En effet, à l’époque, ce type de sponsor n’existait pas. L’Inter serait disposé a faire machine arrière, mais seulement s’il y a une réévaluation adaptée de l’espace concédé à Pirelli. Pour faire simple, Pirelli devrait offrir plus." "Les discussions sont en cours, mais il est difficile de prévoir une rapide sortie de cet épineux dossier. La situation devra quoiqu’il arrive trouver une solution étant donné que le sponsor de manche devra être présent sur le maillot de la saison à venir. Pour rappel, Pirelli est lié à l’Inter depuis 1995, le contrat liant les deux parties prendra fin en juin 2021. Lors de ces dernières saisons, Pirelli a roulé sur l’Inter en lui proposant 14,1 ; 17,7 ; 9,2 et 16 millions d’Euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. "Si d’un point de vue sportif les résultats tardent à arriver, d'un point de vue commercial, force est de constater que l’Inter avance à pas de géant." Cette déclaration émane du Corriere Dello Sport qui s’est penché sur la dernière participation des Nerazzurri en Ligue des Champions. L’histoire de ces dernières années démontre que l’Inter est une Marque significativement positive lorsque l’on se penche sur ses comptes qui tournent à présent à plein régime. La Ligue des Champions te change la vie et le Club Nerazzurro en a fait l’expérience cette saison. Il suffit juste de penser à l’impact que ces sommes auront sur le bilan du 30 juin 2019 comparé à celui du 30 juin 2018. Le point de départ à prendre en considération est celui des 288,2 millions d’euros au net de la plus-value, ce qui a permis à la valeur de production d’atteindre 347 millions d’euros. Dans les estimations faites pour la saison en cours, les revenus devraient être augmentés par une somme atteignant presque les trois chiffres : soit 370 millions d’euros au net de la plus-value. Attention, car il ne s’agit que d’une projection et il est fort probable que le chiffre final soit légèrement différent, étant donné qu'il y a encore quelques variables en jeu, comme le parcours de l’Inter en Europa League et les conséquences qui en découleront : Les recettes, les éventuels bonus liées au sponsors, liés aux partenaires commerciaux et liés au Suning en personne. L’Inter a définitivement sortie la tête de l’eau. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Nouveau partenaire commercial pour l’Inter qui annonce avoir trouvé un accord avec Moovit, l’application qui aide ses utilisateurs à faire usage du transport public. "L’Inter a choisi Moovit pour accompagner ses propres tifosi lors de tous les matchs au Stade Giuseppe Meazza et aussi à l’extérieur, en Italie et en Europe. A partir du 3 février prochain, jour d’Inter-Bologne, les supporters de l’Inter pourront recevoir des informations détaillées sur comment rejoindre le stade, ses accès spécifiques et sur des emplacements spécifiques dédiés au service public." lit-on dans le communiqué "L’accord avec Moovit, l’application numéro 1 au monde pour le transport public, vise à aider nos tifosi à apprécier la ville et leur permettra de rejoindre tous les stades où l’Inter s’y verra engagé, aussi bien en Italie, qu’en Europe. Les usager pourrons individualiser le meilleur trajet pour atteindre le Meazza, l’Inter Store et tous les stades visiteurs de façon rapide et soutenable, en ayant connaissance des services public et de partage qui seront à leurs dispositions. Nous parlons d’un accord innovant pour le Club qui permettra d’améliorer l’expérience de nos tifosi les jours de match, de leurs maisons, au stade et vice-versa." – Alessandro Antonello, Administrateur-Délégué de l’Inter "L’Inter est l’équipe qui dispose de la plus grande moyenne de supporters en cette moitié de championnat. C’est l’unique équipe italienne présente dans le Top 10 européens sur les fréquentations des stades pour la période Août-Décembre 2018. L'Inter est la première équipe de Milan à avoir opté pour Moovit comme partenaire exclusif de sa mobilité globale. Cet accord est un signe d’un engagement concret de la part de l’Inter à soutenir la mobilité facile et représente pour nous une reconnaissance du travail que nous effectuons à travers le monde pour faciliter et promouvoir l’utilisation de moyens de transports alternatif." - Samuel Sed Piazza, Directeur des partenariat de Moovit. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. La Lion Rock Capital est devenue, depuis le 25 janvier 2019, le second actionnaire de l’Inter aux côtés du Suning, en lieu et place d’Erick Thohir. Selon la Gazzetta Dello Sport, l’entrée du Lion aura lieu le 18 février 2019, soit le lundi qui se tiendra entre la manche aller et retour de l’Inter en Europa League face au Rapid de Vienne. Il y aura au Meazza l'ensemble des membres du Conseil d’Administration, ces derniers procéderont à l’adoption d’un nouveau texte relatif au statut social du club, comprenez, le changement d’actionnaire. Un nouveau conseil d’administration sera mis en place. Les membres de l’ère Thohir, soit Isenta Hioe et Rudi Setia Laksmana, se verront remerciés et remplacés par les représentants de la LionRock. Un des nouveaux membres du Conseil d’administration sera d’ailleurs Daniel Kar Keung Tseung, le fondateur du fond d’investissement. Sa présence est annoncée pour la mi-février à Milan, pour cette investiture. La révolution est en place... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Nous vous en avions parlé très récemment, c’est désormais officiel : "Le FC Internazionale Milano S.p.A. communique officiellement avoir conclu un accord avec l’International Sports Capital HK Limited en vue de l’acquisition de 31,05% des actions du club." "En Conséquence, la LionRock Capital devient donc l’actionnaire minoritaire de l’Inter. L’Inter accueille LionRock Capital dans sa Famille Nerazzurra et s’attends à ce qu’il puisse aider et soutenir le Suning à se rendre encore plus proche du Club, sur et hors du terrain. Le club remercie Erick Thohir pour son investissement et lui souhaite les meilleurs succès à l’avenir." Steven Zhang, Président du Fc Internazionale s’est livré suite à l'arrivée de LionRock dans le Capital Interiste "En 2018, grâce au travail de tout le staff, de la Direction, du Secteur Technique et des joueurs, nous avons atteints des résultats optimaux du point de vue sportif, de la croissance commerciale et des innovations en termes de Marketing et de Média. Tout cela nous donne de la confiance pour la croissance à venir du Club et cela a éveillé l’intérêt de LionRock Capital." "En plus de ce partenariat, nous avons l'intention d'établir d'autres relations commerciales et sportives à l'échelle mondiale. En collaboration avec nos partenaires, nous continuons à travailler pour atteindre notre objectif principal, celui de faire de l’Inter un Top Club au niveau mondial, sur et hors du terrain et de fournir la meilleure expérience possible aux millions de Tifosi Interistes dispersés à travers le globe.." Daniel Kar Keung Tseung, le Fondateur et l’Administrateur Délégué de LionRock Capital s’est également exprimé "Je suis très optimiste sur la recherche des projections de croissances de toutes les activités sportives, et avec plus de 110 ans d’histoire et d’influence dans le monde du football, le FC Internazionale Milan dispose d'un très grand potentiel à développer. LionRock Capital soutiendra pleinement l’objectif clé de l’Inter, celui de faire du Club une des plus grandes et une des meilleures sociétés du Monde, sur et hors du terrain." Benvenuto Il Leone ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. La Gazzetta Dello Sport a donc révélé l’identité du futur actionnaire minoritaire de l’Inter. Il s’agira de la LionRock Capital qui siège à Hong Kong, cette dernière est détenue par Daniel Kar Keung Tseung. "Daniel Tseung" Tseung a étudié aux Etats-Unis, à Princeton et Harvard, il est âgé de 47 ans. La Sec, l’autorité de la Bourse Américaine, dispose de traces sur son passé professionnel. Depuis 2004, il est connu dans comme ayant un rôle dans des conseils d'administration du pays au drapeau rayé et étoilé. Il a commencé dans le domaine des fonds d'investissement déjà dans les années 90, mais il a fait partie, au cours de sa carrière, des conseils d’administration de différentes sociétés, telles que la firme chinoise version Starbucks (Gourmet Master), des fournisseurs de matériaux de construction de l’Ohio (Owens Corning), mais aussi dans le domaine de l’e-learning, qui a contribué à la formation des dirigeants de l’Etat de Pékin : Le Chinacast Education Corporation. Cette dernière expérience confirme, malgré son profil "occidental"sur les réseaux sociaux, ses très bons rapports avec le Gouvernement de la République Populaire de Chine, un rapport quasi obligatoire pour faire des affaire avec le pays asiatique. On ne retrouve que très peu de traces de lui hors de Chine, que ce soit pour des interviews ou autres, impossible de disposer d’informations plus personnelles que celles-ci : "C'est un chrétien protestant, marié et père de deux filles, l'une à l'école primaire, l'autre juste plus jeune. Il aime le tennis et c'est un fan de Jeremy Lin, le joueur NBA d’origine asiatique qui a connu deux saisons de gloire." Actionnaire sérieux Selon la Gazzetta Dello Sport, LionRock est un investisseur sérieux dans ses domaines d’activités, il vise à favoriser la croissance et ne s’impose pas de limites, un détail qui pourrait avoir toute son importance auprès des tifosi Interistes. Fondé en 2011, le fond dispose d’une structure agile avec 27 employés. Il a réalisé en 2018 et selon les analystes, un bénéfice de 5,4 millions de dollars. Son épouse Karen Lai, est la Directrice des investissements. Le siège est basé à Hong Kong et une société jumelle est enregistrée aux Iles Caïmans. En Europe, LionRock a investi dans Hailo, la société de l'application MyTaxi qui est également présente en Italie. Son partenariat le plus important est celui avec le Suning Sports. L’Inter en est le premier club du portefeuille. Lorsque l'accord avec Thohir sera finalisé, Tseung et/ou l’un voire plusieurs de ses hommes, seront intégrés dans le Conseil d’Administrations de l’Inter. Même avant cette nomination, des premiers plans de travail seront déjà discutés avec ce nouveau partenaire et en priorité la création d’un nouveau stade. Le Saviez-vous ? Suning est le dernier représentant chinois majoritaire dans le Calcio après le départ de Yonghong Li du Milan Ac et l’actionnariat passé minoritaire à Parme de Jiang Lizhang. Comme le souligne la Repubblica, le Suning disposera d’un rayonnement plus fort avec l’entrée imminente de LionRock Capital : "Le désir de grandeur chinoise dans le football n'a plus la même dynamique que celles des saisons précédentes. Ces départs semblent toutefois connaitre une exception notable : L'Inter du Suning . La Chine, via Hong Kong, se prépare à disposer des 100% du Club Nerazzurri avec le rachat des actions de Thohir par LionRock Capital qui dispose déjà du Suning en personne dans son portefeuille." Dans le reste de l’Europe, peu d’entreprise chinoises sont encore protagonistes dans le football : "Le Wolverhampton de Fosun International a été promu en Premier League, mais il est encore loin de la Ligue des Champions, c'est donc principalement l'Inter qui peut bénéficier de l'argent du football chinois." Impact sur les finances Au-delà des investissements de la Famille Zhang, chaque année, plus de 120 millions d'euros de sponsorisation proviennent du pays asiatique. Suning contribue à hauteur de 16,5 millions d’euros via le Naming de la Pinetina, cette somme passe à 23 millions via les bonus engrangés la saison écoulée. La société la plus visible dans le quartier de San Siro est la Full Share Holdings , active dans le domaines de l’éducation pour enfants et proposant des services touristiques. Full Share verse 10 millions d'euros par an à l'Inter. La plus grosse part du lion revient à deux agences qui ont racheté le droit de commercer la Marque Inter en Extrême-Orient: Beijing Imedia pour 25 millions par an, en plus d'un droit d'entrée de 23,1 millions et Beijing Yixinshijie, pour également 25 millions d’euros. Cet afflux massif d'argent contribue pour plus d'un tiers du chiffre d'affaires total de l'Inter. Et ce dernier est destiné à grandir avec l’arrivée de LionRock. Conclusion Même si Suning viendrait un jour à partir, les perspectives seraient bonnes pour les caisses de l’Inter : "Dans le secteur financier, il est noté que ce contrôle de 100% pourrait faciliter la prise en charge d’un nouvel acheteur potentiel du Club. Ce qui est déjà sûr, c’est que le Suning ne s’assiéra pas autour de la table des discussions pour une somme de 800 millions d’euros. De plus, Suning a clairement montré qu’il n’a nullement l’intention de se priver de l’Inter." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Le rapport Deloitte sur les clubs et leurs situations financières a été publié ce jour. Les entrées totale des 20 premiers clubs de football au Monde ont connu une croissance de 16% au terme de la saison 2017/2018 avec un total record de 8,3 milliards d’euros. Le Real Madrid reprend, pour la douzième fois, la tête du classement, une position qu’il n’avait plus connu depuis la saison 2014/2015 avec une facturation estimée à 750,9 millions d’euros. Les Italiens Ils sont quatre à se retrouver dans le top 20 : La Juventus perd une place, passant de la 10ème à la 11ème position avec une facturation légèrement inférieure à 400 millions d’euros. L’Inter a gagné une position, étant à présent 14ème avec une croissance de 17,7 millions d’euros de recettes commerciales pour une facturation totale augmentée de 7%. On retrouve également la Roma et le Milan dans ce classement, respectivement aux 15ème et 18ème places, eux qui étaient absent l’année passée. La Roma bénéficie des résultats engrangés en Ligue des Champions avec un bon de 46% comparé à il y a un an. Le Napoli, lui est éjecté du Top 20 Le compte Nerazzurro Le compte Bianconero Le compte de La Louve Le compte Rossonero Alessandro Antonello s'exprime sur la performance interiste "Cette quatorzième place de la Deloitte Money League 2019 a été rendue possible par la mise en œuvre de notre stratégie commerciale. Nous avons obtenus d'excellents résultats surtout en Asie, ce qui nous a permis d'obtenir cette grande impulsion à notre croissance commerciale, soutenu également par les bons résultats obtenu par la billetterie." "Nous sommes également fiers d’avoir réalisé d’excellents résultats sur le terrain, ce qui nous permettra, à compter de l’exercice 2019, d’obtenir de nouveaux résultats plus importants et également au sein de notre chiffre d’affaires." "La croissance des revenus du club a montré son efficacité lors de ces trois dernières années, passant de 179 millions d'euros en 2016 à 262 millions en 2017 pour atteindre 281 millions d’euros à la fin de l’exercice 2018." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. L’Inter fait son entrée dans le top 15 des clubs disposant des meilleures recettes en Europe avec un accroissement de 33% comparé au dernier bilan. Explosion des recettes Nerazzurre ! En effet, lors de l’édition 2018 du Football Money League, le traditionnel classement des recettes des clubs européens, l’Inter a grimpé de quatre places avec un montant total de 262,1 millions d’euros. Ce bond a été possible grâce à l’augmentation de la sponsorisation et du merchandising (137%) Cette révolution décisive pour les caisses de l’Inter a été rendu possible en partie grâce à l’acquisition des actions de la part du Suning en juin 2016. La conséquence directe étant l’immersion de l’Inter dans le vaste marché asiatique. Les sponsorisation et le marchandising représentent exactement la moitié des recettes. On retrouve à hauteur de 11% les récoltes découlant de la billetteries, pour 39% il s’agit des droits télés. La sensation actuelle est qu’il manque peu à l’Inter pour entrer dans l’élite européen, au niveau bancaire, vu que l’Atletico Madrid est treizième avec "juste" 10 millions de recettes en plus. Concernant les Colchoneros, ces derniers disposeront à l’avenir des recettes provenant de son nouveau stade le Wanda Metropolitano, cela pourrait donc être préjudiciable à l’Inter qui ne dispose pas actuellement de son propre stade. Reste à présent à voir si les Nerazzurri miseront sur ce dernier ou sur le Merchandising et le marché asiatique. La phase aller de la Serie A rapporte gros à l’Inter ! L’Inter, qui est actuellement solide troisième de Serie A a perçu, également via ses victoires sur le Milan et le Napoli, pour un total de 4,6 millions d’euros pour l’ensemble des 19 premières journées de Serie A. Ce bénéfice trouve sa source dans les importants bonus liés à la sponsorisation du Suning En effet, le 20 décembre 2016, le club a signé un accord avec le Jiangsu Suning Sport Industry Co. Ltd, pour une somme de 66 millions d’euros compressive sur 4 saisons. Cette somme est liée au droit de Naming et à la sponsorisation en elle-même. Ce qui représente un total moyen de 16,5 millions d’euro par an. Lors de la première année de contrat, soit la saison 2016/2017, l’Inter a encaissé un bonus à la signature de 25 millions d’euros, et a donc perçu un peu plus de 40 millions d’euros. Pour la saison 2017/2018, la sponsorisation est montée à 27,6 millions d’euros dont 11,1 millions d’euros de bonus. En effet, le contrat prévoit d’importants bonus pour la bande à Icardi, dont 3,5 millions d’euros qui pouvaient parvenir à l’Inter actuellement, dans le cas où elle se situait en cette période du championnat en zone Champion’s League. Parmi les accords conclut à l’époque, il ne faut pas négliger les victoires lors des affiches de Serie A : Une victoire contre une grande équipe italienne, soit la Juventus, le Napoli, la Roma ou Milan, vaut 550 000 euros par match. Pour cette première manche de l’édition 2018/2019, l’Inter a donc perçu 1,1 millions de bonus. Le bonus le plus important restera celui de la fin de saison. Le classement final aura toute son importance : En cas de troisième place, l’Inter recevra 3,5 millions d’euros. En cas de seconde place, 8 millions d’euros. En cas de titre (utopie cette saison), 10 millions d’euros. Les résultats des équipes jeunes ont également leurs importances : Chaque titre remporté par les jeunots offriront 500 000 euros à l’Inter. Une première somme pourrait déjà rentrer dans les caisses le 20 février 2019, lorsque l’Inter affrontera le Torino pour se disputer la Super Coupe d’Italie. Parmi les autres sponsors, en cas de qualification en Ligue des Champions, Bwin versera 100 000 euros et Volvo 150 000 euros. La masse salariale Nerazzurra dépasse les 100 millions d’euros Calcio&Finanza nous informe également que la masse salariale Nerazzurra pour la saison 2018/2019 culmine à 107 millions d’euros, soit une croissance de 41% comparé à la saison 2017/2018. Suite à l’article paru par la Gazzetta Dello Sport dans son édition du 4 septembre 2018 traitant des salaires nets de l’équipe entraînée par Luciano Spalletti, on peut constater que le montant total pour l’Inter est exactement de 106,9 millions d’euros, auquel il faut ajouter l’index IRPEF (Impôt sur le revenu des personnes physiques) qui est actuellement en vigueur en Italie. 75,5 millions en 2017/2018. Par rapport aux paramètres similaires, l’Inter, il y a un an, avait atteint la somme de 75,5 millions d’euros. En haut de ce classement des joueurs les plus payés, on retrouve Radja Nainggolan et Mauro Icardi, avec 4,5 millions d’euros net. Ils sont accompagnés sur le podium par Ivan Perisic et ses 4 millions d’euros net. Parmi les nouveaux arrivés, Stefan De Vrij se trouve également dans les joueurs les mieux payés avec 3,8 millions d’euros net. Voici le classement L’ensemble de ses données peuvent évoluer durant la saison. En effet les tractations relatives aux prolongations de Mauro Icardi et Milan Skriniar auront un impact direct sur les finances Nerazzurre. Fait étonnant, véritable révélation de la dernier saison, Milan figure dans les joueurs les moins bien payés de l’Inter, cette situation est également valable pour Marcelo Brozovic qui tient, suite à sa fin de saison canon et sa Coupe du Monde, à disposer d’un contrat de Top Player. Reste à présent à connaitre l'impact de l'arrivée de la LionRock Capital.... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. « Jack Ma » C'est ce nom familier qui circule avec de plus en plus d’insistance dans l’environnement économique du sud-est asiatique en rapport avec le rachat des parts minoritaires de l’Inter. En effet, Erick Thohir est toujours propriétaire des 31,05% de l'Inter et ses actions devraient être rachetées par un fond siégeant à Hong Kong toujours "inconnu" pour l'instant. Qui est Jack Ma ? Ma Yun, dit Jack Ma, est né le 10 septembre 1964 à Hangzhou. C’est un homme d'affaires chinois qui est connu pour avoir été le premier marchand en ligne au Monde. Il est également le créateur du site Alibaba.com et a été Président d’Alibaba Group qui possède Aliexpress.com. Il est également l’Homme le plus riche de Chine. Alibaba n’est pas inconnu au Suning, ce dernier peut même se vanter de disposer de 20% d’actions au sein même de Suning. Ce partenariat a d’ailleurs permis la construction de la puissante plate-forme de e-commerce mise en place par le propriétaire du Club Nerazzurro. Récemment Jack Ma a d’ailleurs renforcé cette alliance directe avec une entrée dans l’aire sportive du Suning. Bien que l’image ci-dessus remonte à novembre 2018, on peut y retrouver la Famille Zhang : Jindong et Steven accompagné de Jack Ma et d’Aleksander Ceferin le Président de l’UEFA. Ces derniers ont pris la pose ensemble sur la terrasse du Suning Bellagio à Shanghai pour célébrer un accord de 200 millions d'euros avec Alipay, la plateforme de paiement online d’Alibaba. Récemment, Jack Ma a été aperçu à Milan où il y a d’ailleurs rencontré Pasquale Gravina, le Président de la Fédération Italienne de football. Yunfeng Capital Ce déplacement anodin lui aurait donc permis de préparer le terrain : Celui qui a été Président-Directeur-Général d’Alibaba possède un fonds privé d’investissement, l’un des plus important de Chine, à savoir le Yunfeng Capital, dont le quartier général se trouve à Shanghai, mais dont sa maison mère est à Hong-Kong. Les secteurs d’investissements y sont nombreux : Internet, la technologie, la santé, les services financiers, la logistique, les biens destinés aux consommateurs, mais aussi les médias et le divertissement. D’où son entrée dans le Capital du Suning. De plus, les indices semblent confirmer que la Famille Zhang est celle qui se trouve à la base de cet intention de rachat des 31% d’Erick Thohir. Tous les voyants semblent donc confirmer la piste Jack Ma-Yung Feng Capital. Super Puissance économique L’alliance entre la Famille Zhang et Jack Ma ou entre le Suning et YunFeng Capital, propriété du créateur d’Alibaba, porterait des avantages extrêmement importants pour l’Inter, il s’agirait du dernier point menant à la révolte définitive lancée au sein même du club par notre propriétaire. Un lien aussi fort permettrait au club de pouvoir vivre encore plus sereinement, même avec une redistribution des différentes actions, cela ne poserait aucun problème interne au club. Le tout sans parler de la puissance du développement économique que pourrait offrir un Tifoso, un actionnaire comme Jack Ma, qui est devenu récemment l’Homme le plus riche de Chine, avec un patrimoine personnel atteignant les 34,6 milliards de dollars. A titre de comparaison, Jindong Zhang n’est ‘que’ le treizième homme d’affaire le plus riche de Chine… L’idée de la Famille Zhang La Famille Zhang souhaiterait s’associer, pour le bien de l’Inter, à un partenaire, à un homme, à un marché reconnu non seulement sur le marché chinois, mais également sur le marché international. Le but ? Poursuivre le processus de la valorisation de la marque Inter dans sa globalité et en augmenter son chiffre d’affaire. La photo de famille reprise ci-dessus datant du 09 novembre 2018 serait donc à considérer comme une sorte d’investiture officieuse, une investiture qui pourrait avoir un impact immédiat dans le monde du Calcio. Confirmation La Bourse de Shenzhen a confirmé dans les dernières heures qu’une annonce de partenariat entre Jack Ma et la Famille Zhang devrait être rendue publique. Tout porte à présent à croire que Suning International Group Co., qui est une filiale de Suning.com versera 50 millions dollars pour lancer conjointement le fonds Yunfeng Capital de Jack ma. Un indice qui est ajouté à tous les autres déjà mis en évidence aujourd'hui par la presse italienne porterait à confirmer ce rapprochement dont la clé de voûte se nommerait : l’"Internazionale" Si les faits sont véridiques et que la presse ne s’est pas trompée de cible, il y aura lieu de prendre l’Inter en considération au plus haut point, la Beneamata serait encore plus solide financièrement et pourrait donc faire partie du groupe fermé des "nouveaux-riches". Les différents canaux s’offrant à elle auront comme conséquence une augmentation de son chiffre d’affaire qui se multipliera. Le Saviez-vous ? Jack Ma n’en est pas à sa première tentative dans le monde du Calcio. Tout comme le Suning en son temps, ce dernier était aussi intéressé par le Milan AC qui avait préféré se tourner vers Yonghong Li, où quand une erreur de jugement peut vous poursuivre durant des années… ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. L'information est arrivée de la Gazzetta Dello Sport : Le fond d'investissement qui sera le nouvel actionnaire minoritaire de l'Inter se nomme LionRock Capital. Qui est son propriétaire ? LionRock Capital est un fond d'investissement basé à Hong-Kong créé en 2011 par Daniel Kar Keung Tseung, un homme d'affaire sino-américain né en 1971. Formé aux Etats-Unis à Princeton et Harvard, il dispose déjà de 25 ans d'expérience dans le monde des affaires chinoises et dans le sud-est asiatique. Qui est LionRock Capital ? La LionRock Capital investi principalement dans les secteurs sportifs, dans l'e-commerce, l'alimentaire, la santé. Elle dispose aussi dans son portefeuille d'une star-up de taxi online et travaille dans l'immobilier à Jiangsu. LionRock se décrit elle-même comme une compagnie qui vise à établir des relations à long-terme en mettant en avant la valeur de la création, en collaboration avec le Management de la société dans laquelle elle investi. La LionRock Capital dispose déjà de participations importantes au sein du Suning Sports, l’entité sportive de Jindong Zhang. Les rapports avec notre propriétaire sont solides et comblés de réussite. L'Inter est donc à un pas de ce partenariat. Chiffre communiqué La LionRock Capital versera 150 millions d'euros pour le rachat des actions d'Erick Thohir. En accord total avec le Suning, elle aidera ce dernier à débloquer tous les dossiers clés de la Casa Inter, avec en tout premier lieu le stade. Actif dès le mois de mois de février, l'intention de la LionRock est de faire des avancées décisives en ce sens. La Direction interiste juge actuellement qu'il est mieux de construire un tout nouveau stade dans le même secteur au lieu de rénover le Meazza existant. Reste à présent à connaître l'impact sur le Capital de l'Inter et le dossier brûlant relatif à Mauro Icardi... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Suning veut rendre ses lettres de noblesses à l’Inter. Le message du propriétaire est d’ailleurs clair comme de l’eau de roche : L’arrivée de Giuseppe Marotta, la venue quasi certaine de Diego Godin à l’été 2019, les affirmations continue du Président Steven Zhang,... Tout va dans la même direction. 800 millions d’euros de refusés Pourtant selon Il Messaggero, le peuple Nerazzurro pourrait encore vivre des heures importantes au niveau de sa Direction : un fond d'investissement hongkongais, souhaitant conserver l'anonymat, serait très intéressé par le rachat du Club Nerazzurro. D’après le quotidien italien, une première offre a déjà été adressée à Nankin, cette dernière a été rejetée immédiatement. Actuellement l’Inter est détenue par Jindong Zhang et son fils Steven Zhang en est le Président. Les deux personnalités n’ont aucune intention de céder le club et ont donc refusé 800 millions d’euros. Qui est cet investisseur venu d’Orient ? En effet, qui est ce groupe qui a été capable de proposer une telle somme au Suning ? Qui peut disposer d’un tel capital pour tenter de racheter le Club ? Qui est capable de prendre aussi en charge les dépenses courantes avec un investissement qui tablerait sur le milliard d’euros dans son ensemble ? Pour l'heure, vu les négociations, il est pratiquement impossible de connaitre son identité. Ce dernier ne s'étant pas épanché dans sa propre presse nationale. Mais selon il Messaggero, ce fond oriental chinois aurait déjà manifesté un très grand intérêt pour acquérir l’intégralité de l’Inter. A la lumière de la proposition économique, il apparait toutefois que ce rachat n’aura pas lieu. Il serait fou de songer à des scénarios révolutionnaires vu le travail de consolidation débuté avec l’arrivée de Steven Zhang et la définition du personnel de gestion : Outre Giuseppe Marotta, Federico Cherubini devrait être recruté très prochainement, lui qui devrait prendre soin de tout le travail qui amène les jeunes joueurs à une carrière professionnelle. Pour les plus sceptique, il ne s’agit pas d’une Fake News étant donné que ce mystérieux acquéreur a déjà adressé une offre sérieuse au siège du Groupe Suning à Nankin. Néanmoins, le propriétaire de l’Inter est prêt à ouvrir la porte à l’actionnariat, lui qui ne veut pas se séparer d’un joueur tel que Mauro Icardi et qui souhaite recruter un joueur de très haut niveau, à savoir Luka Modric ou Toni Kroos. Le Suning veut que l’Inter concurrence la Juventus et redevienne ce grand club européen. Il est donc prêt à renoncer au contrôle total de la Beneamata. Vers une ouverture à un partenariat minoritaire ? Ce fond s’est vu refuser l’intégralité de l’Inter. Toutefois, il semble que les discussions actuelles portent vers un accord quant au rachat des parts détenues encore par Erick Thohir. Ce changement de pouvoir pourrait avoir un impact immédiat, en premier lieu sur le Mercato, en second lieu sur le contrat à venir de Mauro Icardi. En effet, actuellement, Erick Thohir dispose toujours des 31,05% d’actions. Le Suning serait à présent ouvert à l’arrivée de ce mystérieux fond dans le capital interiste, tout en gardant le pouvoir suprême. De plus Thohir est obligé de suivre vu que Suning est le possesseur de la prélation des actions de l’Indonésien. Notre propriétaire a donc donné son feu vert au fond d’investissement, depuis l’échec du rachat des actions. Du côté de cet invité mystère à la table des négociations, il semblerait qu'entrer dans le capital du Club serait une option sérieuse à prendre en considération. En effet, malgré les tractations en cours, Zhang n’a pas encore racheté les parts du Tycoon indonésien qui demande une somme proche des 200 millions d’euros. La situation actuelle et en constante évolution serait donc favorable à ce dernier. Conséquence selon la Gazzetta Dello Sport, ce nouveau groupe asiatique serait d’accord pour racheter les parts détenues par Erick Thohir et devenir de la sorte le nouveau partenaire du Suning. Une rencontre aurait déjà eu lieu dans le courant du mois d’octobre à Hong Kong. Actuellement, même si l’accord n’est pas entériné, on s’en approche à grand pas. Un mois pour se décider 30 jours, c’est le délai qui a été défini, ce dernier pourrait même se voir réduit à la date du 31 janvier 2019. Un mois donc pour voir l’Inter disposer d’un nouvel actionnaire minoritaire. Un mois pour voir le Suning se séparer d’Erick Thohir et finaliser des tractations qui ont débuté depuis octobre 2018 à travers ce fond d’investissement pour le rachat des 31,05% d’actions. Même si ce partenaire ne dévoile pas son identité, ce dernier a toutefois démontré sa puissance en proposant directement un rachat total du club tout en manifestant un projet sérieux pour le futur Interiste selon Tuttosport. "En ce moment le Suning a l’intention de continuer à investir dans l’Inter et à la replacer au sommet du Calcio et de l’Europe. Cette intention explique la décision de Jindong Zhang de placer son fils aux commandes du Club et de miser sur un Manager de premier ordre tel que Marotta. De plus l’Inter sortira dès le 1er juillet des contraintes liées au Fair-Play-Financier, ce qui permettra au club de pouvoir améliorer son équipe première en disposant de plus de liberté." "L’Inter, en ce moment, dispose d’un appui extrêmement important du Suning et la volonté des Zhang est de conserver le club et de le renforcer avec un nouvel actionnaire plus actif qu’Erick Thohir. Ce dernier pourrait participer à l’augmentation du Capital au contraire de l’indonésien." "Même s’il n’est pas exclu de voir ce fond représenter une offre de rachat totale dans le futur pour l’Inter, il est actuellement difficile d’imaginer un tel changement de propriétaire dans un futur proche." Le Saviez-Vous ? En cas d’accord, le nouvel investisseur offrirait en cadeau de bienvenue Luka Modric, Ballon d’Or 2019, en provenance du Real Madrid. Le Corriere Dello Sport de ce 14 janvier 2019 nous confirme également que l'opération pourrait être finalisée dès le début du mois de février avec en impact immédiat une augmentation du capital de l'Inter, des bénéfices évidents pour les caisses du Club et une modification du Conseil d'Administration: La thématique sera simple : remercier les membres liés à Erick Thohir et introniser les nouveaux actionnaires en provenance du fond de Hong Kong. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. L’Inter compte disposer à l’avenir d’un nouveau sponsor sur son maillot. Prendre l’exemple du Torino Comme le vrai club de Turin, l’Inter compte disposer d’un nouveau sponsor sur la manche gauche du maillot. Le But ? Augmenter de façon non-négligeable les recettes qui seront également destinées au Fair-Play-Financier et parvenir à dépasser le palier des 400 millions d’euros au 30 juin 2019. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. L’Inter ne travaille pas uniquement sur le terrain pour égaler et surpasser la Juve. Si la décision sportive sera rendue sur le terrain ce vendredi, en termes de finances, le Suning a quasiment rééquilibré les échanges. En effet, actuellement le Groupe chinois est passé à la vitesse supérieure pour mettre fin à cet écart vis-à-vis des Bianconeri et les efforts paient. Sans Coupe d’Europe, ni de primes suite à divers titres, la différence entre les deux clubs italiens est à présent estimée à un peu plus de 110 millions d’euros. Voici l’analyse de Marco Bellinazzo : L’Inter La facture de l’Inter, en y incluant l’effet des Players Trading était fixée au 30 juin 2018 à 346,9 millions d’euros, soit une croissance de 9% comparée à la saison précédente. Il s’agit d’un niveau record, celui-ci faisant mieux que les 323,5 millions de recettes perçues lors de la saison du Triplé, à savoir 2009/2010. Les recettes opérationnelles, hors le "Player Trading", sont élevées à 287 millions d’euros. La Juve Sur son bilan du 30 juin 2018, la Juventus a présenté une facture totale de 504 millions d’euros, dont 400 millions au net des plus-values sur le mercato, contre 562 millions d’Euro en 2017. Verdict L’Inter, forte de ses riches recettes régionales en Asie revient dans la course. L’écart sera réduit définitivement lorsque le dossier du stade sera acté, lui qui présente un potentiel bien plus important que l’Allianz Stadium. Les recettes de l’Inter Sur le front des recettes, les Nerazzurri réalisent un bon dans le secteur commercial en présentant une augmentation de 16%, soit 130,3 millions d’euros. Une somme qui émane en partie des sponsorisations chinoises et de celle promises par le Suning. Les droits télés ont offert à l’Inter 80 millions d’euros, le Meazza 33 millions. Les recettes de la Juve Par rapport aux revenus perçus lors des matchs à domicile, la Vieille Dame a engrangé 56,4 millions d’euros pour la saison 2017/2018. Au niveau des droits télés, sur l’année 2018, la Juve a perçu 200,2 millions d’Euros : 122 millions en provenance de l’Italie et 78 millions via la Ligue des Champions. Au niveau commerciale, la Juve de l’ère CR7 a encaissé 114,7 millions. Les principaux sponsors de son maillot lui ont offert un peu moins de 50 millions d’euros : Jeep à hauteur de 21 millions et Adidas pour 23 millions d’euros. Les dépenses de l'Inter et de la Juve C’est un fait, la Juve débourse pratiquement le double de ce que perçoivent les joueurs interistes : 233 millions contre 118, et avec les amortissements, inclus, l’écart passe à 140 millions d’euros. Les amortissement interistes sont montés à 78 millions d’euros tandis que les salaires fixes et variables représentent 119 millions d’euros. Pour la Juve, les amortissements sont montés à 107 millions d’euros, les salaires fixes ont atteint les 233 millions d’euros. Verdict Pour la Juve, son noyau lui coûte 340 millions d’euros contre 197 millions pour l’Inter du Suning. A noter : Le manque à gagner interiste privé (contrairement à la Juve) des revenus en provenance de la Ligue des Champions depuis 2011, la révolution est en marche. Je crois en mon équipe - Steven Zhang Invité d’exception à l’occasion de la soirée de gala organisée le jour de la présentation du célèbre Calendrier Pirelli, Steven Zhang, le Président de l’Inter s’est livré à Sky Sport à quelques heures du tant attendu Derby d’Italie : "Je suis toujours confiant, nous sommes prêts à aller sur le terrain et à offrir au public une belle partie, je peux vous le garantir. J’estime que nous avons fait des progrès, notre jeu s’améliore et nous chercherons, chaque saison, à faire mieux que la précédente, voilà notre objectif. Je crois en mon équipe, je sais qu’elle donnera toujours tout sur le terrain." Les pleins pouvoirs En attente de l’officialisation de la nomination de Giuseppe Marotta comme Administrateur-Délégué aux côtés d’Alessandro Antonello, le Conseil d’Administration de l’Inter a redéfini l’architecture des délégations des pouvoirs au niveau managérial. Suite à ce conseil, les pouvoirs du néo-président interiste, Steven Zhang, ont été renforcés, lui qui est devenu le plus jeune Président de l’Histoire du Club le 26 octobre 2018. Tout les pouvoirs de signature et sans limite pour la gestion ordinaire et extraordinaire du club lui ont été octroyé par le Board. Le tout a été confirmé noir sur blanc lors de l’Assemblée Générale des actionnaires qui a vu la nomination de Steven à la Présidence. Dans le document présenté à l’agence de presse Radiocor, on peut découvrir que le Suning dispose de la possibilité d’exercer tous les pouvoirs avec exclusion expresse, et plus précisément en regard à ce que les Lois et les Statuts du Club réservent à l'Assemblée Générale. Le Suning dispose également du pouvoir de procéder à des ventes ou des transferts de participations du Capital de la filiale Inter Media and Communication. Alessandro Antonello se voit assigné les pouvoirs relatifs aux départements les plus stratégiques du club : La Finance, le Sport et le Merchandising et il pourra procéder à des signatures conjointes en compagnie des autres Top Managers de l’Inter. Il va de soi que l’imminente intronisation de Giuseppe Marotta redéfinira une nouvelle fois la carte des pouvoirs de la Direction Interiste. Fabio Capello : "La puissance du Suning est mondiale" Fabio Capello s’est livré à une longue interview pour la Repubblica à l'occasion du Derby d’Italie qui arrive : Don Fabio, que retenir de ces mondes lointains que ce sont ceux de la Juventus et de l’Inter ? "Je connais bien "Monsieur Suning", j’ai eu le privilège d’y travailler et je peux vous dire que s’il existe bien quelqu’un qui est capable de s’opposer à la Juve avec une puissance de frappe mondiale, c’est bel et bien lui." Mais dans combien de temps ? "Cela dépendra du terrain, mais le point fort de l’Inter est sa force économique et son ambition. J’estime que l’on parle de super puissance planétaire : Aujourd’hui, dans le monde du football, il faut disposer de cela pour atteindre certains niveaux, là où vit la Juve." Agnelli et Moratti semblent plus proche : Ne pensez-vous pas que la période des polémiques infinies est lentement en train de nous quitter ? "En premier lieu, j’ai gagné ces deux Scudetti sur le terrain. En second lieu, Il faut parvenir à faire la part des choses, sans vouloir se précipiter ni se montrer impatient et il ne faut pas oublier qu’il y avait des demandes de l’Uefa et de la Fifa. Cela étant dit, il est temps de tourner la page sur ce passé." Vous imaginez-vous voir l’Inter avoir la tête haute au Stadium ? "Si elle ne se plante pas. Spalletti a déclaré ne pas être considéré comme l’Anti-Juve, mais je crois que ce sera un test très important vis-à-vis du caractère de l’Inter. S’il va sur le terrain turinois en jouant à armes égales, en misant sur la confiance de croire en ses propres moyens, nous verrons alors quelle est la réelle personnalité de l’Inter : C’est un test important." Quelqu’un a déclaré que le Championnat n’est pas terminé car il n’a jamais fini, c’est exagéré ? "C’est une réalité plutôt. Le championnat 2018/2019 s’est terminé un jour de juillet, lorsque la Juve a annoncé le recrutement de Cristiano Ronaldo. Elle était déjà plus forte que les autres auparavant, cette fois-ci elle est nettement plus forte, vous avez vu ce monstre…." Pensez-vous que la Juve d’aujourd’hui est la meilleure équipe d’Europe ? "Je ne peux pas encore le dire car la destinée d’une Ligue des Champion se joue sur les détails. Je suis sûr que la Juve se disputera le titre à armes égales, face à n’importe qui. Nous avons déjà pu voir qu’elle disposait de quelque chose en plus lors de ses premiers matchs européen…" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Steven Zhang, le Président de l'Inter s'est livré au Salon du Mobile de Milan-Shanghai à une interview pour le compte du Corriere Della Sera. "Je crois en l'Italie, à ce pont culturel entre nos deux pays, en sachant quoi choisir, le tout dans un respect mutuel. Arrêter la mondialisation est impossible, nous devons vivre et travailler ensemble pour une meilleure qualité de vie. Cela passe aussi par la technologie. La stratégie de Suning international, via son Smart Retailer est de faire usage d'une plateforme de vente géante." "Celle-ci ne sera pas uniquement on-line, et elle visera à diriger les consommateurs locaux, en particulier les jeunes, vers un style de vie caractérisé par le goût. La Chine a profondément changé, les nouvelles générations sont pointilleuses, exigeantes, et veulent de l'expérience. Ils font des achats conscients, veulent être heureux, ils peuvent choisir. Les marques doivent travailler sur ces aspects." Le prix ? "Il compte, mais jusqu'à un certain point. C'est pourquoi nous croyons en l'Italie, en cette idée d'établir une alliance avec votre pays, cela signifie que nous disposerons d'un projet culturel de meilleur qualité pour les meilleures personnes. C'est un message positif similaire au monde du sport. Peu importe qui vous êtes, mais l'important est ce que vous faites." L'Inter ? "Vous, les italiens, pensez toujours du football... Cet esprit de compétition vous donne l'espoir de faire mieux, de pouvoir rêver à une vie meilleure. C'est pour cette raison aussi que j'ai envie d'y embaucher des jeunes." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. L'Inter et le Milan ont signé récemment un protocole d'accord pour une rénovation et une modernisation commune du stade Giuseppe Meazza. Même si la phase exploratrice se terminera d'ici la fin de l'année 2018, une chose est sure, les deux projets milanais sont particulièrement ambitieux: Marco Belinnazzo s'est d'ailleurs exprimé à ce sujet : "Une concession octroyée par la Mairie de Milan pour un droit de surface de 99 ans sur le modèle de l'Udinese pourrait coûter aux deux clubs bien moins que la construction d'un nouveau stade de propriété. Si, dans ce cas, la concession venait à s'étendre également au droit de Naming, les dépenses pourraient être compensées en grande partie." "Pour donner son nom au nouveau "San Siro" un sponsor de caractère international devrait débourser entre 5 et 8 millions d'euros par ans. De plus, d'ici à la fin de l'année, un groupe d'experts aura la tâche d'émettre l'hypothèse de la meilleure façon de renouveler le stade, tout en maintenant ensemble les besoins de toutes les parties impliquées. Pour l'heure, la Mairie milanaise encaisse une somme "canon" de plus de 8 millions d'euros par an. Une somme versée par le Fond Eliott et le Suning." "En 2015, l'Inter avait préparé son propre projet pour disposer d'un stade de 65.000 personnes, en laissant tomber le troisième anneau et en octroyant des espaces destinés à des exercices commerciaux de tous types. Mais à présent, tout reprend à zéro. L'Investissement pourrait coûter, en fonction de ce qu'il se passera, entre 100 et 200 millions d'euros qui seront fractionnées entre l'ensemble des parties intéressées, avec un temps limite de 4 ans pour réaliser l'ensemble des travaux requis." "L'objectif principal est que le Stade puisse assurer un régime de 100 millions de recettes par an pour chaque équipe. Ce taux d'encaissement étant celui des plus grands clubs européens tel que Barcelone, le Real Madrid, Arsenal et Manchester United. Tous ces clubs atteignent cette somme et font même mieux annuellement." Faire mieux que la Juve "Actuellement, la Juventus reste l'équipe italienne qui dispose de son propre stade de propriété. Inauguré en 2011, il lui rapporte au maximum 60 millions d'euros. Vu sa structure et sa capacité, il est difficile de voir l'Allianz Stadium atteindre ce quota de 100 millions d'euros dans les prochaines années." Tripler les recettes "L'Inter et le Milan visent à obtenir un stade avant-gardiste en misant sur un triplement de leurs recettes. Lors de la saison 2017/2018, le Milan a touché 35 millions d'euros, contre 34 millions pour l'Inter. Il s'agit du niveau physiologique des deux écuries au cours de ces dix dernières années, Cela passe par les recettes de la billetterie, entre les tickets de match et les abonnements des deux équipes, sans oublier les performances de chacune d'elles dans les tournois individuels et leurs participations en Coupe d'Europe." Un renouveau "Pour les deux clubs, il est utile de disposer d'un San Siro XL, qui sera restructuré de façon moderne et qui s'étendra de façon pertinentes jusqu'aux zones voisines, en y incluant des services d'accueil, une grande aire de stationnement, et des espaces de restaurations. Contrairement au Juventus Stadium, San Siro ne dispose actuellement pas de cuisines permettant de s'y restaurer." "Le musée sera également hyper-technologique et se verra greffer dans les circuits touristiques de la ville, il pourra servir de salle de conventions et accueillir des réceptions. Des magasins de sports, des bars et des lieux de rencontres familiaux permettront à cet ensemble de service de rendre cette région vivante, non seulement lors des jours de matchs, mais également durant les autres jours de la semaine." L'avis d'Alessandro Antonello Si Milan pourrait accueillir deux stades ? "Techniquement, une ville comme celle-ci peut faire face à deux implantations. Si nous prenons Londres par exemple, et même si c'est une métropole beaucoup plus grande, elle parvient à faire face à 10 stades. Maintenant, nous sommes dans une période où les deux clubs, l'Inter et le Milan, se sont assis autour d'une table avec un esprit de collaboration qui a émergé." "Nous ne nous cachons pas face aux difficultés auxquelles nous avons dû faire face depuis un an et demi, puisque la discussion y était déjà entamée. Mais maintenant nous croyons qu'il y a toutes les conditions pour accélérer un projet important pour le Club. La croissance économique des deux entreprises passe également par les infrastructures." "L'objectif est de rassembler les idées communes d'ici la fin décembre, de les soumettre à la municipalité et de commencer avec un projet concret. Nous parlons de San Siro, mais aussi de ses environs. Nous n'excluons rien à ce stade, nous en sommes encore aux prémices." "Il y a toute une zone urbaine à recycler, à mettre à disposition des Tifosi, mais nous souhaitons aussi offrir aux citoyens une série de services qui peuvent être annexés au stade. Je veux être positif, c'est un moment où une ville comme Milan, qui vit un élan de croissance économique, peut voir un projet comme celui-ci s'inscrire de manière naturelle. Cela donnerait un nouvel élan à cette croissance et également plus d'attractivité à la ville, même au niveau touristique." "La ville dispose de deux clubs prestigieux qui ont les mêmes objectifs. Et même s'il est vrai que sur le terrain, nous sommes des adversaires, tout n'est pas aussi indéniable que les objectifs économiques de nos deux clubs, qui eux, sont absolument spéculateurs." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Au Meazza comme au Camp Nou, on a pu s'apercevoir qu'il existait une différence notable entre l'Inter et Barcelone. Cette différence s'exprime aussi sur le sujet du stade. Celui des blaugranas est un projet bien avancé, tandis que celui des nerazzurri n'en est qu'à ses balbutiements. Du reste, nous sommes en l'an 0 de l'Inter depuis son retour en Champion's League. Mais le Président Steven Zhang n'a en tête que de réduire la distance qui le sépare des tops clubs, le plus rapidement possible. La Gazzetta Dello Sport écrit : Le tout, en fait, peut se résumer à la différence dans l'avancée du projet de stade et la qualité de l'effectif. Cette dernière cependant, est fortement liée à l'écart économique. Les 693 millions de revenus du Barça, contre les 297 de l'Inter, se traduisent par la présence de nombreux champions pour les blaugrana. Réduire cet écart est dans le projet de Steven Zhang. Il écrivait sur les réseaux sociaux "Je suis fier. Cette équipe mérite tout". Affronter les meilleurs - Barcelone fait partie des 3 meilleurs d'Europe - est un bon moyen pour mesurer les distances. Pour évaluer l'écart entre les "économies" plus solides et la propriété d'un stade. Cet écart n'est pas à un niveau préoccupant. Ainsi, il se réduit, si on considère que l'équipe de Spalletti partait du 4ème chapeau lors du tirage au sort".
×
×
  • Créer...