Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ambitions'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

1 résultat trouvé

  1. Antonio Conte s’est livré pour le compte de la revue GQ. Voici les déclarations du natif de Lecce : "Regardez l’ensemble des résultats que j’ai obtenu, mais surtout la rapidité avec laquelle je les ai obtenu... Ils ont créé une certaine image. Lorsque j’entreprends une nouvelle aventure, le club attend énormément de moi. Les joueurs sont convaincus de pouvoir s’améliorer et les tifosi s’attendent à de grandes satisfactions. Cela signifie que je dois évaluer avec une extrême attention chacune de mes décisions. J'en suis conscient et je suis déjà sûr d’avoir répondu à votre question." "Au début, je peux accepter que l’on me dise qu’il y a peu de chance de gagner, mais il doit tout de même y avoir au moins 1% de chance qui se doit d'exister." Est-ce que la présence de Beppe Marotta a été décisive dans votre choix de signer à l’Inter ? "Cela m’a aidé, il m’a confirmé une impression que j’avais depuis un certain temps. Marotta est un dirigeant qui a tant gagné. Et si tu viens le chercher, une minute après sa libération de la Juve, cela prouve que tu prétends à de sérieuses intentions, il n’y a aucune possibilité de ne pas viser le sommet." "Parlons clairement : A part pour de rares exceptions, cela fait 8 saisons que plus personne ne lutte en Serie A pour la première place. L’Inter veut changer cet état des lieux, et la façon dont elle se comporte prouve qu’elle a la volonté d’être compétitive. Quand j’ai parlé à Zhang, j’ai été marqué par sa détermination. Ausilio aussi a les idées très claires, l’Inter est un club ambitieux et il est tiré par tous dans une même direction." Dans un passé récent, ce vestiaire était sujet à polémique avec de longues périodes sur courant alternatif. Vous communiquez à travers des concepts de motivations, quel sera votre premier discours ? "Que l’on peut y arriver, nous n’avons aucune limite." Vous avez refusé le Real... "Parfois répondre négativement est dur, car l’offre peut être alléchante sous certains aspects. Je me suis imposé une évaluation à tête reposée, j’ai compris que je n’étais pas en accord, que je n’avais pas cette perception...j’ai pris cette décision." Votre expérience en Premier League.... "Je peux dire qu’elle m’a complété. Je me sens être un meilleur entraîneur depuis que je l’ai connu. Car initialement, j’ai dû apprendre, m’adapter. Quand tu découvres un nouveau monde, tu dois comprendre quelles sont les choses que tu pourras changer ou pas. Dans quel sens tu peux agir, car autrement tu ne gagnes pas. Qui plus est, si tu en fais trop ou si tu veux trop, trop vite, le vestiaire peut ne pas te suivre." "Parlons d’alimentations, je suis intervenu dans les limites du possible. Je n’avais pas à intervenir sur la vie sociale hors du centre d’entrainement car cela n’existait pas, il n’avait aucune incidence. En Italie, des dîners avec l’ensemble de l’équipe sont organisés, les joueurs sont accompagnés de leurs épouses, cela cimente le groupe. En Premier League, cela n’existe pas. Après l’entrainement, chacun retourne à ses occupations. Vous vous devez donc de trouver d’autres prétextes pour développer l’esprit d’équipe." "De moi-même, j’ai interprété avec fierté mon origine italienne. Même si je suis un gars qui s’habille en jeans et polo...lorsque je suis sur le banc, je porte un costume/cravate rigoureusement à l’italienne. Cela confirme notre faim d’élégance. Les après-matchs sont aussi différents. En premier League, la tactique ne les intéresse pas. En Italie, on te demande pourquoi tu as changé de modulo." "Les demandes sont toujours les mêmes : Pourquoi avoir mis un tel joueur sur le banc ? Comment faites-vous pour maintenir au plus haut, son moral ? Ne pouvait-il pas être aligné dans le onze ? J’ai déjà répondu qu’après le match, j’apportais moi-même des billets de cinéma et que j’offrais également du pop-corn." Si nous faisons le calcul, votre premier stage estival en tant que joueur a eu lieu, lorsque vous aviez 15 ans. Et lors de votre unique année libre, vous en avez profité pour fréquenter Coverciano en vue de devenir entraîneur… Peut-on dire que l’année qui vient de s’écouler est la première de repos depuis plus de 35 ans ? Êtes-vous relaxé ? "C’est relatif. Car la cause réelle était sur fond de stress. J’ai passé des journées entière à recueillir et à remettre de l’ordre dans des documents. J’ai aussi objectivement regardé beaucoup de matchs à la télévision et je me sentais déjà apte à les suivre en étant dans le vif du sujet. Un entraîneur moderne ne peut pas être mis à l’écart durant un an. Il doit continuer à se mettre à jour." "Je reconnais aussi que j’ai pu passer plus de temps avec ma famille et je ne parle pas seulement pour mon épouse Betta et de Victoria, pour qui j’ai dû faire face aux files d’attentes à Disneyland Paris, mais aussi de mes parents. Cette année, ils ont célébré leurs 50 ans de mariage, leurs noces d’or et j’ai aimé cette fête. Si j’avais entraîné un club, je n’aurais pas pu y participer." "Nous sommes très proches et je suis très fier de l’éducation qu’ils m’ont inculqués. Revenir à Lecce est donc un privilège. Papa reste un grand tifoso du football, c’est le seul qui peut contester mes changements : Je dois les lui expliquer jusqu’à ce que je parvienne à le convaincre… Et je n’y parviens pas toujours…" "N’oubliez pas que je sais aussi m’amuser : Dans les Pouilles, nous sommes allés souvent à la mer, à ma mer… Et je ne sais pas quand j’aurais à nouveau cette chance… Mais l’envie de retrouver les terrains était devenu urgente. Vous l’avez dit, depuis mes 15 ans et les premières indications de Fascetti, j’ai toujours été en contact avec de grands travailleurs qui ont construit leurs vie à force de sacrifices et de renonciations. Cela te fait grandir. J’ai dû travailler tant et tellement… J’ai ce besoin dans mon ADN." Vous déclarez souvent que c’est humiliant pour votre profession de faire emploi de la phrase : "Un entraîneur doit penser à ne pas causer de problèmes." "Je voudrais en ajouter une autre que je supporte de moins en moins : C’est "On n’invente plus rien dans le football". Car c’est un sport en constante évolution, si vous voulez vous mettre à jour, il y a une infinité de nouvelles solutions disponibles et proposées, développées par différents entraîneurs et qui peuvent être adaptées à vos propres principe de jeu." "Ce qui compte c’est de travailler, pas de mimer. Si je pars du gardien, comme je l’ai fait à Arezzo et à Bari, je pense à l’objectif de remonter le terrain en créant des espaces pour notre action. Si je le répète si souvent, c’est pour que cette action devienne mortelle, comme je l’ai déjà dit, on ne sait pas obtenir de récompense si l’on ne prend pas des risques." Un exemple de ce que peut être votre joueur idéal ? "J’en ai deux, ils sont différents, mais ils ont la « Victoire » dans l’âme. Le premier est Andrea Pirlo, un Fuoriclasse capable de te déposer la balle dans les pieds sur une passe de 70 mètres. C’est aussi un monstre de détermination à l’entrainement. Je l’ai recruté à la Juve car le Milan avait décidé de ne pas prolonger son contrat et il était devenu la locomotive de mon cycle. Je pouvais demander à tous des choses compliquées, et j’avais Pirlo qui était capable de tirer le groupe comme personne d’autres." "Le second est N’Golo Kanté, car il se montre disponible pour son équipe de façon incroyable. Il avale les kilomètres durant les 90 minutes, il court, il vient en aide à ses équipiers en difficulté, et il le fait toujours avec le sourire au lèvre. C’est avec ce type de personne que tu peux gagner." Sur le terrain, vous étiez-vous plus proche d’un Kante que d’un Pirlo.... D’un joueur excellent, mais pas un fuoriclasse… Pensez-vous, à présent que vous êtes entraîneur, avoir réalisé ce saut de qualité ? "Je crois que oui, mais c’est quelque chose que je dois toujours confirmer à chaque saison, à tout moment. Je ne suis pas présomptueux, mais lors de mes premières interviews, au début de ma carrière, je m’étais fixé un délai. Si je n’étais pas capable d’atteindre le sommet à un moment précis, j'aurais fait autre chose. Enfant, j’étais très sûr de moi et en tant que garçon, je formais l’équipe scolaire de mon petit frère… J’ai toujours eu ça en moi, à vouloir bien faire les choses." A quel accueil vous attendez-vous de la part des tifosi de l’Inter ? "Vous faites référence à mes nombreuses années passées à la Juve ? Je ne m’attends pas à des problèmes, de nulle part. Lorsque vous décidez de devenir entraîneur, les compteurs sont remis à zéro, ce que l’on a fait en tant que joueur est mis de coté car un footballeur peut penser à faire sa carrière dans un ou deux clubs, ce qui n’est pas le cas pour un entraîneur. Il est conscient que si tout va pour le mieux, il connaîtra plusieurs clubs. Il sera motivé et aura toujours soif de nouveaux défis." "Après avoir permis à la Juve de renouer avec le succès, j’ai offert une demi-finale à l’Italie à l’Euro et relancé Chelsea en Premier League en remportant le Titre et la Coupe d’Angleterre en deux ans." "A présent, il est temps de replacer l’Inter là où elle le mérite, les Interistes attendent beaucoup de moi et ils ont raison." Le saviez-vous ? Antonio Conte connait tout : l’Icardigate a marqué l’Inter au fer rouge, mais quotidiennement, Conte était mis au courant de la situation, minutes par minutes, jours après jours, même de situations qui se sont produites et qui n’ont pas été rendues publiques. Pour Conte, Icardi est écarté du nouveau projet interiste, le Lecesse ne souhaitant pas disposer d’une pomme pourrie dans son noyau. Son attaquant phare reste Romelu Lukaku. Lors de sa période d’inactivité, Antonio Conte a visionné et étudié, voir mangé des matchs et des matchs disputés par l’Inter et ce afin de pouvoir connaitre à la perfection l’équipe qu’il allait rencontrer en fin de saison. Si la presse n’était pas sûre de l’arrivée de Conte, ce dernier fait confirme que l’Inter était le premier choix du Pugliese… ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...