Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'andre agnelli'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • Jeux video

Groupes de produits

  • T-Shirts Collection 2020
  • T-Shirts Logos
  • T-Shirts Art Portraits

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

2 résultats trouvés

  1. Massimo Moratti s’est livré à la Gazzetta Dello Sport à l’occasion du 10ème anniversaire du Triplé qui a débuté le 5 mai à Rome pour se conclure en beauté le 22 mai 2010 à Madrid. Des festivités étaient-elles prévues ? "Une rencontre était organisée avec Mou et les joueurs, nous avions une table au restaurant El Botin de Madrid". Pour revivre ce Triplé, nous allons partir de la Coupe d’Italie. Ce 5 mai 2010 a-t-il exorcisé celui du 5 mai 2002 ? "Rien n’est exorcisé dans le football, ce 5 mai restera, même si Milito l’a rendu ensuite moins amer. Ce jour-là, je n’étais pas allé à Rome par superstition." Quel a été l’impact de cette victoire ? "Elle a posé les bases pour le reste, nous avions remporté la rencontre la plus dure des trois dans un style "Inter". La Roma était le rival historique de ces années-là et nous tenions à les surclasser. Il a fallu un exploit venu d’ailleurs, un but qui n’est pas Da Milito." Seconde étape, le Scudetto à Sienne... "Autre combat, mais différent. L’adversaire était moins fort que celui de Rome, mais il jouait avec une détermination féroce. Ensuite Zanetti a décidé qu’il fallait réécrire l’Histoire, il a réalisé des dribbles et a servi un but en or à Milito." Aviez-vous la tête à faire la fête ou était-elle déjà à Madrid ? "La vraie fête s’est tenue dans le vestiaire. Le Scudetto nous préparait de la meilleure des façons à la Ligue des Champions. Je me souviens du retour à Milan en voiture : une longue vague de bleue et de noire, les Tifosi m’ont aussi rejoint pour me souhaiter mon anniversaire, c’était magnifique !" Six jours plus tard, la rencontre face au Bayern... "Paradoxalement, ce fut la moins difficile. Nous avions tellement souffert à Barcelone. De façon émotionnelle, la Ligue des Champions fut remportée au Nou Camp. C’était le match le plus dramatique de ma vie. Nous avions joué quasi tout le match à 10 après l’expulsion injuste de Thiago Motta." "Voir Eto’o se sacrifier sur l’aile était un signal fort envoyé à tous. Là, j’avais compris que le destin était entre nos mains, que nous pouvions surmonter tous les obstacles." Quand a eu lieu la vraie révolte lors de cette édition de la Ligue des Champions ? "Lors des deux buts inscrits en fin de match au Dinamo Kiev, ce qui nous a évité l’élimination en phase de groupe, et aussi le huitième face à Chelsea. Après tant d’années de douleurs en Europe, nous nous sommes comporté comme une vraie équipe. Mou était un formidable chef tacticien." Revenons à Madrid, votre première chose en tête ? "Cela peut vous sembler étrange, mais c’est une image vu ensuite à la télé : Une fille en cheveu court et en maillot qui pleurait. C’était l’emblème de la joie offerte à tant de gens. Ensuite, le premier but de Milito pour l’importance et la conception, cette beauté dans la façon dont il enrhume le gardien de but et le défenseur. Diego était comme ça : la classe pure, même lorsqu’il se montrait silencieux, c’était un donneur de leçon." C’est Sneijder qui l’avait lancé au but. Est-ce vos meilleurs 16 millions d’euros dépensés tout au long de votre Présidence ? "Wes a changé l’Inter, il lui a permis d’hausser le rythme, il lui a donné une nouvelle dimension." Après tant de dépenses, ce noyau a finalement coûté que 150 millions d’euros... "C’est vrai, mis à part l’opération avec le Genoa pour Milito et Motta, sans oublier l’échange Ibra-Eto’o plus de l’argent." Julio Cesar était arrivé très récemment, Cambiasso gratuitement sur une belle intuition de Branca. Je ne comprends pas, encore à l’heure actuelle, comment le Real est parvenu à en perdre un comme lui." "Cuchu était arrivé avec Mancini, il a bien débuté et le staff technique pensait que grâce à son physique, il était déjà en forme, mais il y une étape de croissance. Tôt ou tard, Cambiasso entraînera l’Inter." Maicon a 6 millions d’euros… "A l’époque, quelqu’un m’avait pris la tête avec cette dépense. Il sera tout de même devenu le plus grand arrière droit de l’Histoire de l’Inter !" Le meilleur gaucher, lui, a vécu la nuit de Madrid d’en haut… "J’ai pensé à Facchetti après chaque victoire, sans oublier cette citation : "Après tant d’années de souffrances ensemble, tu aurais dû être là pour en profiter", lui ais-je dit." Comment était la fête à Madrid ? "J’étais vidé, nous avions atteint l’objectif de toujours et j’ai pensé : Qu’est-ce qui peut mal tourner à présent ? Et je me suis dit : Déjà, il y a Mou qui nous quitte. J’ai préféré ne pas rentrer à Milan car Mou était absent et je ne voulais pas devenir le centre de l’attention, j’ai préféré laisser présenter la Coupe à mon fils, qui comme le reste de la Famille, était très proche de moi dans cette épopée." Avant de revenir sur Mou, quel est le mérite attribué à Mancini dans ces titres ? "Ils sont nombreux, il avait construit la maison durant les années précédentes. Avant lui, nous ne gagnions pas en Italie, même si il y avait une raison très importante. C’est un grand entraîneur et il l’a démontré avec l’équipe nationale." "J’ai pensé à le recruter à Noël en 2003 après qu’il m’est offert un maillot de l’Inter avec un Scudetto énorme et un billet sur lequel était écrit "Si tu veux goûter à la victoire…Je suis à ta disposition."." Revenons à Mourinho et aux phrases un peu polémique de Milito... "L’adieu de Mourinho était préparé. Mais Il fut tout de même douloureux, mais je me rappelle que lorsque nous nous étions entassés sur le terrain, je lui avait dit qu’il pouvait faire ce qu’il voulait. Et c’est lui qui fut le premier à pleurer." En avez-vous reparlé ? "Jamais, je ne veux pas rompre ce charme. Nous nous sommes toutefois déjà échangés des regards qui valent milles paroles. Nous nous sommes revus le surlendemain chez moi, avec la Coupe au milieu de la table et tellement de sourires." Milito en fin de match avait dit : "Je ne sais pas si je resterai..." "L’erreur commise ce soir là était de dire qu’il n'était pas du niveau du Ballon d’Or. Peut-être qu’il ne se sentait pas assez apprécié, mais je n’ ai pas donné d’importance à cette déclaration." Quelqu’un vous avait dit qu’après une année comme celle-ci, vous auriez du le vendre... "Cela me fait encore sourire. Il était au Top et s’il ne s’était pas blessé, il aurait réédité l’année suivante. Lorsque tu as une équipe aussi forte, tu n’as pas besoin d’argent : Pourquoi la changer ?" "La vérité est que je me suis trompé dans le choix de l’entraîneur : Benitez était très bon, mais ce n’était pas la personne adaptée. J’aurais du prendre Léo immédiatement et pas à Noel." Y-a-t-il eu d’autres erreurs post-Triplé ? "Non, ce qui m'inquiétait était la recapitalisation du club. Je m'occupais des choses sur le terrain et moins de l’aspect commercial. C’est un football qui a changé." Pouvez-vous nous révéler une anecdote sur Madrid, qui à présent, ne poserait aucun problème à l’intéressé ? "Il rit… Mais non, à la limite Sneijder. Il me mettait la pression pour avoir une de mes montres qui lui plaisait, et je pense qu’elle valait un millième de ce qu’il venait de gagner cette année-là, et des cadeaux, je leur en avait déjà fait de nombreux." Mou et Conte sont-ils similaires ? "Je ne connais pas assez bien Conte pour le juger, mais ce sont deux marteau-piqueur, obsédés par le football avec l’envie de tout donner." Lautaro peut-il quitter l’Inter ? "Si Messi arrive, il restera et si Leo est impossible, à la place du Toro, j’aimerai Dybala." Etes-vous favorable à la reprise ? "C’est mieux de préparer la saison prochaine. Mais tu as toujours quelqu’un comme Lotito qui parle comme un supporter." Assigneriez-vous le Scudetto ? "Actuellement, ce n’est pas la priorité. L’Inter a toutes ses chances pour le remporter." Andrea Agnelli a liké un post d’un supporter qui ne voudrait pas du Scudetto car la Juve n’est pas comme l’Inter... "Il y a une très légère différence : à l’époque, il s’agissait d’une arnaque, ici d’un virus qui paralyse le monde" Stopper maintenant mettrait un terme au rêve de Triplé de la Juve. "Ils auront d’autres occasions. Si cela me dérangerait qu’ils y parviennent ? Aucun record ne résiste éternellement. Ce qui est sur, c’est qu’on ne nous enlèvera jamais le Triplé." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. C’est l’analyse de Matteo Marani, journaliste sportif à Sky Sport qui met en avant le travail réalisé par le natif de Lecce qui transforme ses clubs en des créatures redoutables au niveau technicotactique, sans oublier l’aspect mental. "Je revois dans l’équipe, une certaine similitude dans la façon de se déplacer sur le terrain, avec un travail des 5 milieux, des ailiers hauts et Lukaku en attaquant "Boa". Mercredi, par exemple, l’Inter l’a emporté via un turnover. Je remarque également la férocité démontrée par les joueurs, même dans les retours défensifs." "Cette Inter me rappelle la Juve de 2011 : Zhang est un jeune et ambitieux Président comme l’était Agnelli…Et il y a aussi Conte et Marotta. La seule différence entre les deux équipes est qu’en 2011, il ne fallait pas faire face à la Juve de 2019." Validez-vous cette comparaison ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...