Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'antonio conte'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

188 résultats trouvés

  1. Giuseppe Marotta veut une Inter toujours plus italienne. Si une équipe entière pourrait déjà être alignée à Appiano, d’autres noms sont cochés d’une croix rouge. Padelli, D’Ambrosio, Ranocchia, Bastoni, Biraghi, Barella, Sensi, Gagliardini, Candreva, Esposito et Politano… Une Nazionale est déjà présente, mais le processus d’italianisation de l’Inter, n’en est qu’à ses débuts. L’Administrateur-Délégué Nerazzurro a d’ambitieux projets, dont celui de convoiter toujours plus les joueurs de l’Italie de Roberto Mancini. Et l’idée est de porter au Mondial 2022 une Nazionale formée d’un bloc Inter, à l’instar de la Juventus il y a de nombreuses années. Comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, sur la piste de Marotta et de Conte on retrouve tous les joueurs à recruter : Chiesa, Tonali, Castrovilli et Frattesi, sans oublier Pinamonti qui est toujours en orbite du Monde Nerazzurro. Si l’attaquant du Genoa a été cédé sur la base d’une obligation de rachat à 18 millions d’euros, l’Inter dispose d’une possibilité de rachat "morale" étant donné les excellents rapports entretenu avec le Président Preziosi. Les Baby Nerazzurri sont également au cœur du projet : d’Esposito à Pirola, de Gnonto à Oristanio. Le bleu de l’Inter sera encore plus Azzurro ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Il ne se fait jamais remarqué, toujours concentré, il est actuellement considéré supérieur à Skriniar et Godin. Présent sous Spalletti, ce défenseur charismatique a faim d’international. De qui parle-t ’on ? De Stefan De Vrij. Nous sommes en fin de saison, l’Inter était à la recherche de plus-values et ne pouvait pas se permettre de refuser certaines offres. Un moment choisi par le Fc Barcelone pour se positionner sérieusement, avec une enveloppe de 50 millions, pour un joueur Nerazzurro. Le joueur visé ? Le Hollandais Volant. Conte aurait-il maintenu son calme ? Par Chance pour tous, il n''était pas aux commandes, mais quoiqu'il arrive Marotta et Ausilio ont pris la bonne décision en déclinant cette proposition: "De Vrij ne bougera pas d’ici." Ce jour-là, le duo Marotta-Ausilio a eu l’œil : L’International néerlandais est fondamental dans l’idée de jeu pratiquée par Conte, étant le seul capable de faire débuter une action depuis l’arrière garde. Il a les pieds, le temps de jeu, le ballon entre ses pieds, mais surtout il dispose également de qualités hors du commun. Titulaire Indiscutable Pour ces raisons et pour bien d’autres motifs, De Vrij est devenu le seul et vrai joueur indiscutable en défense, une position qu’aussi bien Skriniar que Godin ne peuvent revendiquer. Le premier ne s’est pas encore adapté à 100% au nouveau modulo, le second a vécu deux soirées compliquées face à Barcelone et la Juve. Celui qui n’aura jamais déçu reste Stefan De Vrij, qui match après match prend encore plus confiance en ses propres moyens. La prophétie d’Antonio Conte Dans ce dispositif défensif, le néerlandais représente pour Conte, le Bonucci de son passé. Le natif de Lecce l’avait prévu et c’est la raison pour laquelle l’assaut du Fc Barcelone a été immédiatement rejeté. Aujourd’hui, De Vrij est le leader technique et spirituel de la défense Nerazzurra, l’élément le plus solide et le plus coriace. Si en juin, personne n’aurait parié sur une telle prévision, Conte avait déjà été avant-guardiste : De Vrij est plus important que Skriniar et Godin… Le Saviez-Vous ? Dans une interview octroyée lors de la période de match internationaux, Milan Skriniar a révélé que son rêve serait de soulever un trophée avec l’Inter…revêtu du brassard de Capitaine ! Validez-vous cette analyse sur le Hollandais Volant ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. C’est une information Sky Sport : Si Alexis Sanchez est écarté pour une longue période, Sebastiano Esposito pourra faire une croix sur la Coupe du Monde des moins de 17 ans. "L’information pourrait impacter le jeune Esposto qui était convoqué pour le Mondial U-17. Il est évident que si Sanchez est écarté, qu’il sera très difficile de voir l’Inter le laisser partir. Il restera probablement au club pour se mettre à la disposition de l’équipe. Il faut attendre le résultat des examens." - Andrea Paventi En effet, les caractéristiques d’Esposito sont unique et il s’agirait pour l’Inter d’une absence extrêmement importante C’est un fait la blessure de Sanchez préoccupe énormément l’Inter et plus particulièrement Conte qui se retrouve sans alternative en pointe, en ne pouvant compter que sur Romelu Lukaku qui n’est pas encore à 100% de ses capacités, Lautaro Martinez et Matteo Politano. De fait, la présence de Sebastiano Esposito, véritable étoile de la Nazionale U-17 revêt une importance toute particulière. A la base, le baby italien aurait dû s’envoler pour le Brésil pour y disputer le mondial de sa catégorie. Mais depuis la blessure de Sanchez, si celle-ci est de longue durée, Antonio Conte est convaincu qu’il est préférable de le retenir à Milan. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Antonio Conte dispose déjà d’une épine dorsale, de cinq joueurs sur lesquels il compte énormément et à qui une mission a été confiée.. Voici ce que nous révèle la Gazzetta Dello Sport Handanovic, Skriniar, De Vrij, Brozovic et Lukaku…Telle est l’épine dorsale de l’Inter, tels sont les hommes sur qui Conte compte, tels sont les joueurs qui ont passé le plus de temps sur le terrain, Srkiniar et Handanovic en tête. "Avec eux, il est inutile de se fatiguer. On attend d’eux la personnalité d’une grande équipe. C’est une demande publique d’Antonio Conte : Ils doivent travailler les pieds sur terre, se sacrifier et ensuite montrer du caractère." Un caractère qui, comparé aux saisons précédentes est déjà visible sur le terrain…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Présent au Festival du Sport di Trento, Antonio Conte s’est livré pour la Gazzetta Dello Sport sur la période actuelle Nerazzurra "Nous sommes au début d’un parcours, j’estime que nous cherchons à poser les bases pour construire quelque chose d’important. Je veux une Inter qui dure dans le temps, et non quelque chose qui ne repose sur rien. Sur base de ce constat, il y a besoin de travailler et faire preuve de patience. Rome n’a pas été construite en un jour." Les blessés ? "Évaluer actuellement, comment nous allons reprendre la compétition est difficile. Nous devrons travailler toute la semaine et je verrai où pourront se situer les problèmes physiques." "Lukaku se sent bien et c’est important, mais il est nécessaire d’avoir tout le monde au meilleur de sa forme. Certains ont retrouvé leur condition plus tôt, d’autres sont en retard. L’important est que tous travaillent afin de se retrouver au top physiquement." "Nous avons vécus tant d’années où nous n’étions plus protagonistes, il est inévitable qu’il y ait cette envie d’être important, mais nous devons savoir que nous devrons respecter un parcours, nous l’avons débuté et nous devons le suivre." "Nous devrons aller au-delà de ce que nous avons déjà fait car nous avons perdu face à la Juve. Ce match a mis en évidence tant de choses qui ne devront plus s'avérer aussi importante à l’Inter." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Victor Newman

    Antonio Conte

    Antonio Conte est né le 31 juillet 1969 à Lecce dans les Pouilles, c'est un entraîneur et ancien footballeur international italien évoluant au poste de milieu de terrain. Biographie Son premier match en Serie A a eu lieu le 6 avril 1986, lors de la rencontre Lecce - Pise. Antonio Conte a principalement joué à la Juventus, club avec lequel il a notamment remporté une Ligue des Champions, une Coupe de l'UEFA, cinq titres de champion d'Italie et une Coupe d'Italie. Il fut à plusieurs reprises nommé capitaine de cette équipe, entre 1996 et 2001. Durant sa carrière de joueur à Turin, Conte était connu pour la passion avec laquelle il défendait les couleurs bianconeri, ce qui en fit un des joueurs préférés des supporters de la Juve. Sa fierté le poussa parfois à certains emportements, comme en mai 2002 : quand la Juventus remporte le championnat d'Italie à la dernière journée en coiffant au poteau l'Inter Milan, Conte laisse éclater sa joie et ses coéquipiers doivent l'entrainer loin des caméras qui filment l'instant, pour éviter tout dérapage. Conte a connu de nombreux partenaires de prestige au sein de l'entrejeu turinois des années de gloire, comme Didier Deschamps, Vladimir Jugovic, Edgar Davids, Zinédine Zidane, Alessio Tacchinardi ou encore Paulo Sousa. Sa première sélection avec la Squadra Azzurra a eu lieu le 27 mai 1994 lors d'un match face à la Finlande (victoire 2-0 des italiens). Il a été sélectionné à 20 reprises en équipe d'Italie, équipe avec laquelle il a été finaliste de la Coupe du monde 1994 aux États-Unis mais aussi finaliste de l'Euro 2000 qui se déroulait conjointement en Belgique et aux Pays-Bas. À la fin de sa carrière de joueur Antonio Conte s'est reconverti en entraîneur Affectionnant particulièrement le 4-2-4, il a ainsi été l'entraîneur principal de l'AC Arezzo puis de l'AS Bari en Serie B. Il a mené Bari au titre de champion de Serie B en 2009, le club est donc de retour en Serie A après huit ans en Serie B. Après avoir été pressenti pour entraîner son ancien club de la Juventus, on lui préfère finalement Ciro Ferrara. Il quitte malgré tout l'AS Bari à l'été 2009. Il devient le 21 septembre 2009 l'entraîneur de l'Atalanta Bergame en Serie A, mais après une première partie de saison très compliquée, il démissionne le 7 janvier 2010, avec l'équipe en pleine zone de relégation. Il est remplacé par Bortolo Mutti. Après six mois sans entraîner, il signe le 23 mai 2010 à l'AC Sienne, fraîchement relégué en Serie B. C'est dans la même ville toscane qu'il avait fait ses débuts d'entraîneur en étant l'adjoint de Luigi De Canio lors de la saison 2005-2006. Il ne tarde guère à faire remonter le club toscan en Serie A. Le 31 mai 2011, Conte signe un contrat de deux ans avec son ancien club en tant qu'entraineur de la Juventus. C'est avec un grand succès qu'il entame sa première saison sur le banc de la Juventus après deux décevantes 7e place, notamment grâce à un renouvellement de l'effectif comportant l'arrivée de nombreux joueurs lors du mercato tels que Andrea Pirlo, Arturo Vidal, Stephan Lichtsteiner, Mirko Vučinić ainsi que le rachat d'autres joueurs venus en 2010-2011 sous forme de prêts comme Alessandro Matri, Fabio Quagliarella ou encore Simone Pepe. Conte est rapidement comparé à un certain José Mourinho en raison de son charisme, ses résultats probants et ses choix tactiques variables et innovants, mais également à cause de ses coups de gueule, son orgueil parfois démesuré et ses insinuations au sujet d'éventuels complots dont son équipe serait victime . Le 17 mars 2012, grâce à une victoire 5-0 sur le terrain de la Fiorentina, Conte égale le record de l'équipe de Fabio Capello entre novembre 2005 et mai 2006 avec la Juventus qui est de 28 matchs en Série A sans défaite et un bilan de 14 victoires et 14 matchs nuls. Ce record avait permis à l'équipe de Capello de remporter le scudetto 2005-2006 (titre ensuite révoqué à la suite du scandale du Calciopoli). Le record est battu une semaine plus tard quand la Juve s'impose contre l'Inter Milan. Le 20 mars 2012, à la suite d'un nul obtenu après prolongation (2-2) grâce à un tir lointain de Vučinić, contre le Milan AC, il conduit la Juventus à sa première finale de Coupe d'Italie depuis la saison 2003-2004 qui oppose la Juventus au Napoli (défaite 0-2). Le 25 mars, grâce à une victoire 2-0 à Turin, il devient le premier entraîneur de la Juventus depuis Fabio Capello en 2005-2006 à battre l'Inter Milan (grand rival des Bianconeri) deux fois dans une même saison. Le 6 mai 2012, la Juventus gagne sur le score de 2-0 contre Cagliari à Trieste grâce aux réalisations de Vučinić (6e) et Canini (74e csc) ce qui permet à Antonio Conte de remporter son premier scudetto en tant qu'entraîneur et le trentième de l'histoire de la Juventus après six années de disette. Le 10 août 2012, Antonio Conte est suspendu pour une durée de dix mois dans le cadre d'une affaire de matchs truqués dit "Calcioscommesse". Le 22 août 2012, la justice sportive italienne confirme en appel la peine de suspension prise à son encontre par la Commission disciplinaire. Le 5 octobre 2012, sa suspension passe de 10 à 4 mois, l'autorisant à retrouver le banc dès le 8 décembre 2012. Durant l'intersaison 2014, il annonce son départ de la Juventus Le 14 août 2014, il devient sélectionneur de l'Italie. Il a alors pour but de qualifier la Squadra Azzurra à l'Euro 2016 et de bien y figurer après une Coupe du monde décevante. Le 4 avril 2016, Chelsea FC officialise son arrivée pour trois ans à partir de la saison à venir, juste après le championnat d'Europe. Le 13 juin 2016, Antonio Conte remporte son premier match à l'Euro 2016 2-0 face à la Belgique de Marc Wilmots. Le 27 juin 2016, l'Italie d'Antonio Conte sort l'Espagne, tenante du titre, sur le score de 2 à 0, en huitième de finale. Le 2 juillet 2016, en quart de finale, la Squadra Azzura s'incline face à l'Allemagne à la suite d'un match nul 1 à 1 à la fin des prolongations, et d'une séance de tirs au but où elle est battue 6 à 5. Le sélectionneur italien fait forte impression tout au long de cet Euro. En effet, sa grande maîtrise tactique permet à l'Italie d'atteindre les quarts de finale. Après des débuts délicats sur le banc des "Blues", le technicien italien fait forte impression avec l'instauration d'un 3-4-2-1, qui lui permet d'être élu meilleur entraîneur du mois d'octobre, notamment grâce à une série de treize victoires consécutives, trente-deux buts marqués, et quatre encaissés. Cette série ne s'achèvera qu'après une défaite à Tottenham (2-0), mais elle ne l'empêche pas de remporter le championnat dès sa première saison avec les Blues. Le 12 juillet 2018, il est licencié par Chelsea, malgré avoir débuté la préparation estivale avec le club londonien, et remplacé par Maurizio Sarri. Pour son départ, il devrait toucher une compensation financière entre 8 et 10 millions d'euros. En octobre 2018, son nom est avancé pour prendre les commandes du Real Madrid, mais la réticence du vestiaire a raison de son envie de rejoindre le club. Courtisé par la Beneamata de Giuseppe Marotta, son compère à la Juventus, il rejoint l'Inter en date du ******* Palmarès En tant que joueur : En Club : Juventus Championnat d'Italie (5) : Champion en 1995, 1997, 1998, 2002 et 2003 Coupe d'Italie (1) : Vainqueur en 1995 Supercoupe d'Italie (4) : Vainqueur en 1995, 1997, 2002 et 2003 Ligue des Champions (1) : Vainqueur en 1996 Finaliste en 1997, 1998 et 2003 Coupe UEFA (1) : Vainqueur en 1993 Finaliste en 1995 Supercoupe d'Europe (1) : Vainqueur en 1996 Coupe Intertoto (1) : Vainqueur en 1999 Coupe intercontinentale (1) : Vainqueur en 1996 En sélection Coupe du monde : Finaliste en 1994 Championnat d'Europe : Finaliste en 2000 En qualité d'entraîneur : Bari Champions de Serie B: 2009 Juventus Champions de Serie A: 2012, 2013, 2014 Coupe d'Italie: Finaliste en 2012 Super Coupe d'Italie: Vainqueur en 2013, 2014 Chelsea Premier League: Champions 2017 Coupe d'Angleterre: : Vainqueur 2018 Distinctions Personnelles Oscar del calcio du meilleur entraîneur de l'année de Série A en 2012, 2013 et 2014 Entraîneur de l'année de Premier League en 2017 Sources associé(e)s: Wikipedia ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Interviewé par Dazn, Antonio Conte est revenu sur la défaite de l’Inter face à la Juve. "Lorsque Sensi est sorti, nous avons connu un quart d’heure de débandade et en seconde mi-temps, durant 6 à 7 minutes, l’équipe ne m’a pas séduite." "Nous avions bien débuté, nous avions repris la rencontre en main et la partie était équilibrée : Nous reprenions le contrôle du ballon. Nous aurions pu marquer, mais c’est eux qui ont marqué, nous aurions pu faire mieux. Je les félicites car ils ont démontré qu’ils formaient une équipe avec un caractère important, avec de l’expérience et de la qualité. C’est peu dire que nous avons affronté une équipe qui, sur base de ses critères, était hors-catégorie." "De mon côté, je ne peux que très peu incriminé mes garçons, ils ont tout donné, à part dans le dernier quart d’heure de la première mi-temps ou nous étions en pleine déroute. Nous avons besoin de retrousser les manches et de reprendre notre parcours, il sera d’une belle difficulté tout en étant fascinant, car nous avons l’envie de nous améliorer et de créer quelque chose de beau." Pourquoi un tel changement d’équipe suite à la sortie de Sensi ? "Vecino est entré, et nous avons payé, lors du dernier quart d’heure, ce remplacement. L’équilibre avait sauté et nous ne parvenions pas à faire face à une situation pour nous ressaisir." Qu’avez-vous dit à l’équipe ? "J’ai félicité mes garçons pour ce qu’ils ont fait, ils savent qu’ils doivent s’améliorer sous tant de point de vue, dans la gestion des matchs, des moments forts, ils doivent sentir les situations." "Si nous allons à l’instinct, cela n’ira pas, tout cela fait partie du processus de croissance. Je dois reconnaître que la Juve est déjà une équipe prête, elle fait un championnat à part." La trêve arrive-t’elle au bon moment ? "Tant de joueurs ont disputés tous nos matchs, c’est juste qu’il se reposent . Il y aura ensuite d’autres parties à préparer : Il est bon de récupérer car les garçons étaient comme un moteur en surrégime." Le Saviez-vous ? Jurgen Klinsmann, légende Neazzurra s’est livré, au terme de la rencontre opposant l’Allemagne à l’Italie "Legends", sur l’Inter de Conte: "Je n’ai pas vu le match car je ne suis arrivé qu’aujourd’hui, j’étais dans l’avion. Nous les interistes, nous avons de grandes attentes pour cette saison, l’équipe est forte et l’entraîneur est Top. La Juve reste toujours la Juve, une équipe difficile à battre." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. "La Juve est prévenue, l’Inter de Conte n’a peur de personne"…Telle est l’analyse de Fcinter1908.it à quelques jours du Derby d'Italie "Il y a eu de nombreuses spéculation suite à l’absence de Romelu Lukaku dans les heures précédant Barcelone-Inter. Mais il semblerait que le joueur belge ait été préservé en vue du match face à la Juventus. Quasi comme si la rencontre face au Blaugrana représentait un gouffre dont il faut se débarrasser rapidement pour se concentrer sur le réel objectif : Les Bianconeri de Sarri." "Mercredi toutefois, il n’a fallu que quelques minutes pour comprendre que cette théorie était erronée : L’Inter s’est présentée au Nou Camp séduisante et insolante, avec la meilleure formation possible, sans faire le moindre calcul. Car Antonio Conte connait uniquement la "Pédale sur l’accélérateur."." "Les Nerazzurri ont agressé leurs adversaires dès les premiers instants du match, et l’ouverture du score était tout sauf imméritée. Pour la légitimer, on retrouve une organisation de jeu quasi parfaite en première mi-temps, la condition physique aura eu un impact inévitable dès la reprise." "Au Nou Camp, on a découvert le fil rouge des ambitions de l’équipe de Conte qui a fait face aux difficultés avec humilité et patience, démontre que l'équipe a bien conscience en ses moyens pour poser des problèmes à quiconque. Le tout à quatre jour d’un match de la mort. Il s’agit de la première possibilité pour se relever d’une défaite imméritée. Une chance pour allonger l’écart en tête, face à une équipe qui reste favorite pour le Scudetto." "Gagner à Barcelone aurait probablement concéder à l’Inter un avantage psychologique et c’est la raison pour laquelle Antonio Conte a bien fait de souligner l’extravagance prestation arbitrale qui a laissé perplexe tant d’adepte. Réduire le match à cela serait dommageable vu l’important travail fourni par les joueurs : Barella est devenu le milieu de terrain type que tout le monde souhaitait qu’il devienne. Lautaro a mis fin, en un instant, aux critiques de ces dernières semaines. Sensi a fait étalage de son talent sous les projecteurs de l’une des meilleurs arènes du monde. "Trois ténors qui ont réalisé une grande prestation, sous la direction d’un Chef d’Orchestre qui ne peut qu’en être absolument fier." Marotta se livre sur le Derby d’Italie C'est un fait, il s'agira d'un match ô combien particulier pour lui et pour Conte : "On parle d’une rencontre du Top comme celle de Barcelone. Il est possible de proposer ce dimanche en Championnat ce que nous avons en tête. Nous savons tous qu’il s’agira d’une partie interlocutrice. Plus que le résultat, c’est la prestation d’équipe face à un adversaire fort qui prévaudra." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. C’était surement le seul prix qui motivera encore plus Antonio Conte. Suite à la défaite face à la Juve, l’équipe de Valerio Staffelli a su mettre la main sur le natif de Lecce pour lui remettre le prix tant convoité de la "Striscia La Notizia" : Le Tapiro d’Oro L’émission satirique de Canale 5 a également profiter de l’occasion pour interviewer sérieusement l’entraineur Nerazzurro Que s’est-il passé ? Les garçons n’ont pas fait ce que vous vouliez ? "Nous avons perdu, la Juve a démontré qu’elle était une équipe très forte" Voulez-vous être le Conte de Montecristo dans sa conquête de revanche envers la Juve ? "Non, je n’ai besoin d’aucune vendetta. A présent, je travaille pour faire de bonnes choses." Que pensez-vous de la pétition des tifosi juventines en vue de retirer votre étoile au Juventus Stadium ? "L’étoile Cometa ? Mais oui, ce sont des hommes." Intercepté devant son domicile où il était avec sa fille, Conte s’est aussi montré assez ouvert envers l’émission Le Tapiro d’Oro ? "Jamais deux sans trois. Nous avons perdu, la Juve a démontré son potentiel." Si j’en veux aux miens ? "Les joueurs ont tous fait leurs devoirs." Le futur ? "Qui vivra verra, nous nous referons une santé." Si la victoire de la Juve me les brisent ? "Ils sont fort.....il sourit." Le Saviez-Vous ? Aldo Serena n'apprécie guère les déclarations d'après-match d'Antonio Conte: "Je me permets de revenir sur les déclarations de Conte, un entraîneur avec qui je suis souvent d'accord. Un de mes entraîneurs me disait: Mes joueurs doivent penser et sentir qu'ils sont les plus forts. Même si la réalité était tout autre. Sur une saison, nous avons besoin de tout le monde. Pour Serena, ce type de remarque, Antonio Conte aurait dû la garder en privé: "Dois-je publiquement déclarer que mes changements et que mon banc est nettement inférieur à celui de la Juve ? Comment vous sentiriez-vous si vous étiez le Vecino de ce match ? Le Vecino qui, il n'y a pas longtemps, vous avez qualifié en Ligue des Champions" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. L’Inter s’est inclinée pour la première fois de la saison face à une Juventus bien plus entreprenante. Comme quoi, la période hivernale convient bien mieux à la Vieille Dame qu'une importante canicule estivale. Voici les réactions d’Antonio Conte et de certains Nerazzurri à Inter Tv: Antonio Conte "C’était un match face à une équipe très très forte, je suis déçu de cette défaite. Nous avons payé la perte de Sensi en perdant le fil du match. Nous n’avons pas réalisé une belle reprise, mais le match s’est rééquilibré par la suite. Les deux équipes auraient pu marquer, il y a eu des occasions de part et d’autres, mais la Juve a su inscrire un but en sortant toute son artillerie et en faisant peser l’expérience." "Je n’ai rien à redire aux garçons car nous avons encore tant de chemin à parcourir, dans la gestion, dans la compréhension des moments d’une partie. Je les félicite. Nous allons retrousser nos manches et nous allons continuer à travailler fort pour suivre notre parcours." Nous n’avons pas à faire de raccourci sous ce point de vue, la Juve est d’une autre catégorie et nous allons continuer à grandir pour réduire l’écart.Nous aurions pu faire quelque chose de mieux à la finalisation, dans la dernière passe, mais l’équipe a fait ce qu’elle a pu. Lorsque vous analysez les statistiques, c’était une partie bien plus équilibrée comparée à la valeur sur papier." Lautaro Martinez "La vérité est que la première mi-temps a été jouée comme nous l’avions préparé. Même après leur but, nous avons continué à travailler comme cela été défini. En seconde mi-temps, quelque chose a changé, nous étions plus en difficultés et hélas ils ont su finalement inscrire un but, nous n’étions plus capable de revenir au score." "Lorsque nous serons tous de retour de nos différents match internationaux, nous reparlerons de cette partie. Si nous voulons jouer à ce niveau d’équipe, nous devrons travailler encore beaucoup. Tous les joueurs, aussi bien ceux qui sont titulaires que celui qui monte en court de match, doivent être sur le terrain pour faire de leurs mieux. C’est la recette pour grandir comme groupe." Milan Skriniar "Que ce soit face à Barcelone que face à la Juve, nous sommes parvenu à faire une belle prestation, mais cela n’a pas suffit. Sur l’ensemble des deux matchs, nous avons su nous créer des occasions en phase de possession, mais sans pouvoir trouver le but." "La Juve est forte, nous le savions. Nous devons continuer à nous améliorer sous tant de point de vue. En phase défensive, nous devons être plus agressif et réduire l’accès à la surface de réparation, nous devons être plus à l’attaque sur l’homme." "Nous allons de l’avant, il y a encore tant de match à disputer, nous avons perdu et nous sommes déçu. Nous avons le mental, mais nous somme en manque de temps de jeu, qu’il faille presser haut ou rester en phase d’attente. C’est sur ces aspects-là que nous devons nous améliorer et nous le ferons." "L’entraîneur veut que nous voir construire de derrière et nous sommes, à de nombreuses reprises, parvenu à le faire en gérant très bien la pression. Nous devons continuer ainsi, en travaillant durement." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Les temps ont changés, mais il y a bel et bien une similitude entre deux des meilleurs entraîneurs au Monde. Sous leurs ordres, l'Inter est (re)devenue une équipe redoutable. Partant de ce constat, Skysport s'est livré à une comparaison entre les deux Généraux de l'Inter En Serie A Conte dispose d'une moyenne de 2,28 points/match Mourinho avait la moyenne de 2,18 points/match En Premier League Conte a obtenu la moyenne de 2,4 points/match Mourinho a obtenu la moyenne de 2,11 points/match En Ligue de Champions Conte a une moyenne de 1,50 points/match Mourinho a une moyenne de 1,86 points/match Pensez-vous que Conte soit le successeur désigné du Special One étiqueté 2010 ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Antonio Conte, l’entraîneur de l’Inter, peut être fier de la prestation proposée par ses hommes. Toutefois, il quitte le Nou Camp avec un arrière gout en bouche L'Interview à Sky Sport "Après un match comme celui-ci, nous méritons bien plus. Nous devons capitaliser les occasions, nous avons mis en difficulté Barcelone. Quelques joueurs ont un peu calé, c’était notre sixième match en peu de jour. Je ressens de l'amertume, j’ai fait face à certaines situations qui n’ont pas été gérées de façon juste, cela me dérange. Tant de choses ne m’ont pas plus, je ne parlerais pas de l’arbitre." "J’ai ressenti sur le banc une sensation étrange, cela ne me plait pas. L’arbitre m’a averti en me disant que la prochaine fois, il m’expulserait. Il est écrit Respect sur leurs maillots, j’en demande aussi. Nous devons avoir respecter envers ceux qui jouent et chercher à faire mieux que l’advesaire ici." "Je repars avec une sensation d’amertume car j’estime que nous parlons d’un arbitre international expérimenté, il ne peut pas conditionner la rencontre. La partie a été bien jouée, nous avons démontré que nous étions capable de les mettre en difficultés. J’ai aimé la première mi-temps, ensuite les qualités de Barcelone et le fait que nous avons calé physiquement a fait qu’ils ont pris le dessus. Je ne pense pas que le score soit juste. A présent, nous allons relever les manches et nous préparer à jouer dimanche." "Nous sommes aussi parvenu à faire courir Barcelone, ensuite il est inévitable que cela te coûte quelque chose. C’est difficile pour moi de parler de façon positive lorsque l’on perd, la défaite fait mal. Notre possession de balle avait comme but de faire mal, eux de faire voyager le ballon." "Nous avons reculé un peu trop aussi à cause du potentiel de l’adversaire : Les garçons ont tout donné, je suis content, toutefois nous avons perdu et nous devons comprendre ce que l’on peut améliorer afin de ne plus souffrir. On ne peut pas rentrer à la maison heureux." "La situation est compromise en Ligue des Champions, nous devons dès aujourd’hui renter en ayant la rage. A présent, il faut relever les manches suite à cette défaite imméritée et reprendre notre travail pour être encore plus fort… Il y avait tant de garçons qui n’était jamais monté sur ce terrain, qui n’ont que si peu de présence en Ligue des Champions…" L'Interview à Inter TV L’équipe n’a-t’elle pas trop reculée en seconde mi-temps ? "Selon moi, il y a une situation qui a changé la physionomie de la rencontre, car jusqu’à la 65’ nous nous rendions coups pour coups. Il y a eu un fait de jeu important et des doutes énormes sur le penalty." "Ensuite, nous avons reculé, mais je dois souligner que c’est à cause de la puisse de Barcelone, si l’on a déchanté. Tu viens à Barcelone et ils commencent à pousser, beaucoup de joueurs ont aussi disputé plusieurs matchs à la suite." "Je suis déçu car on méritait bien plus que Barcelone. Ceci étant dit je les félicite car ils ont joué comme des Champions qui ont respecté un équilibre, c’est dommage." Vous aviez déclaré que vous préféreriez une belle prestation au reste, êtes-vous rassuré ? "Ceux qui me connaissent savent que je ne digère pas la défaite. D’un autre côté, il y a de la conviction et de la satisfaction d’être venu ici défier une équipe du top, qui est parmi les favorites à la victoire finale. Je voulais faire mal à Barcelone et nous y somme parvenu, mais si tu laisses ce type d’équipe en vie, avec de tels champions, il peut arriver ce que l’on a connu." "Cela fait partie du parcours de croissance que j’ai débuté. Il y a le verre à moitié plein pour la prestation et à moitié vide pour la défaite. Il doit y avoir de l’agacement chez moi et mes joueurs. Nous ne pouvons pas rentrer heureux, je ne veux pas de cette mentalité." Que pensez-vous de l’arbitrage ? "Dès le début, j’a ressenti une sensation étrange. A un moment, le juge de ligne m’a démontré un manque de respect, mais s’il nous dit quelque choses, il doit faire de même avec eux. Je ne veux pas chercher d’alibi, je n’aime pas cela, mais j’ai tout de même été averti." "Au final, il y a lieu de comprendre que le démérite est nôtre et que le mérite est leur. Ensuite, tu avais une atmosphère chaude et cela nous a contraint à reculer. Mais j’ai tout de même obtenu des réponses importantes de la part des garçons, mais je ne peux pas être trop heureux, ce serait contraire à ma mentalité. Nous avons proposé de belle choses, mais nous devons être enragé et déçu au final, car nous rentrons à la maison sans points après nous être torché." Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous n’avez pas regarder la Var ? "Je ne veux ps d’alibi, je le répète, j’ai fait face à un dommage, car j’ai constaté que certaines situations semblait dirigée. Je peux aussi me tromper, nous parlons d’un grand arbitre… Le Nou Camp reste le Nou Camp." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. En conférence d'avant-match, Antoine Griezmann s'est livré sur l'adversaire interiste: "L'Inter est une équipe compliquée, et elle est difficile à affronter tactiquement, comme toute les équipes italiennes, elle est très bien organisée. Ensuite, il y a Antonio Conte qui est selon moi, l'un des meilleurs entraîneurs du Monde. Il a toujours fait un travail incroyable aussi bien avec ses équipes, qu'en sélection, c'est pour cela que cela s'annonce dur." Messi ? "Jouer avec ou sans le meilleur joueur du Monde est clairement différent. Si nous sommes en difficulté sur le terrain, nous savons que nous pouvons la passer ensuite à Messi. Il n'est pas à 100%, il a connu différents problèmes physiques, mais à présent, il faudra voir où en est sa récupération." “Lionel ne parle pas beaucoup, moi non plus, c’est donc difficile de s'entendre. On a connu quelques ratés, on est sur la bonne voie. Il a été souvent blessé, c’est compliqué d'être complice sur le terrain, mais je crois qu’on est deux bons joueurs, je suis là pour aider tous les joueurs de l’équipe" "J'ai parlé avec Godin qui sera un adversaire, mais c'est un grand ami. Il m'a tellement aidé lorsque je suis arrivé à l'Atletico, c'est un grand Capitaine, un exemple. Même lorsqu'il mettre un terme à sa carrière, nous continuerons à passer du temps ensemble, ça veut tout dire." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Après Alexis Sanchez, l’Uefa a interviewé Diego Godin en vue de l’affiche de la soirée opposant le Fc Barcelone à l’Inter Dans une compétition, telle que la Ligue des Champions, comment devez-vous défendre et comment pouvez-vous gagner avec vos équipiers ? "Ce qui est valable pour la Ligue des Champions est valable pour n’importe quelle autre compétition. Pour l’instant, j’ai beaucoup appris et j’ai vu que, pour faire quelque chose de bien, qu’il est nécessaire d’être une équipe et de savoir ce que signifie former une équipe" "Tous les joueurs doivent être motivé à défendre chaque ballon et à faire tout ce qui sera utile au niveau défensif. Nous devons savoir comment nous déplacer lorsque nous n’avons pas le ballon, afin de venir en aider à nos équipiers, en défendant et en repartant à la conquête du ballon." "Nous tous, et le onze titulaire devons nous engager de la sorte. C’est fondamental que cela soit en application en match afin de pouvoir atteindre nos propres objectifs footballistiques." Jusqu’à présent, il n’y a pas eu énormément d’entrainements, la saison débutant à peine. Qu’avez-vous appris d’Antonio Conte ? "J’apprends quotidiennement, c’est un processus quotidien, surtout que c’est un nouvel entraîneur pour nous. Nous sommes actuellement en phase d’apprentissage et de développement. L’entraîneur nous fait part de ses concepts, de la façon dont il veut que nous jouions, et de la façon dont l’équipe doit travailler sur son aspect mental." "Il transmet aussi sa passion, sa façon de vivre le football, c’est quelque chose d’aussi important. Il n’explique pas uniquement ses concepts tactiques, mais il nous fait ressentir son football, ce qui a la même importance. Nous nous apprenons, je ne peux pas donner d’exemples en particulier, je dirais juste que nous apprenons énormément." Être un défenseur et avoir la possibilité de venir jouer en Italie, réputée pour son secteur défensif…Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre l’Inter ? "C’est exact, mais ce n’était pas la seule raison. Il est vrai que je suis bien plus adapté au Calcio qu’au championnat anglait, aussi bien dans ses caractéristiques que pour la façon dont l’on vie le football." "D’un point de vue culturel, l’Italie et l’Espagne sont plus similaires comparées à l’Angleterre. Et c’est tout aussi vrai que nous sommes plus semblable au niveau de la mentalité footballistiques, pour la passion des tifosi." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Ernesto Valdverde, l’entraîneur du Fc Barcelone s’est livré à Sky Sport en vue de la confrontation entre l’Inter aux catalans, , ce soir, au Nou Camp. "Ce sera un match difficile, c’est ce à quoi nous nous attendons. L’Inter a bien démarré en championnat et elle est très compact en défense, elle a une philosophie de jeu très clair, c’est pour cela que je m’attend à une rencontre difficile" "Conte est arrivé avec ses idées et cela change évidemment avec ce qui était proposé par le passé. C’est un système de jeu différent, avec trois défenseurs centraux. Il avait déjà joué de cette façon avec Chelsea et à la Juve, en faisant toujours de très belle choses." "L’Inter est une équipe très solide, ce qui explique les résultats obtenus. Nous n’avons pas bien début car nous jouions à l’extérieux, mais à domicile, nous faisons toujours de bonnes prestations." "Le classement est serré aussi bien en Ligue des Champions qu’en Liga, qui sont nos objectifs. A la fin, il n’en restera qu’un." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. L’entraîneur de l’Inter, Antonio Conte s’est livré, accompagné de Milan Skriniar, à la conférence d’avant-match de la seconde journée de la Ligue des Champions qui verra l’Inter défier, en Catalogne, le Fc Barcelone. "Nous sommes dans un groupe difficile, j’ai revu la rencontre précédente face au Slavia. Nous allons affronter l’un des principaux candidats au titre, mais j’ai l’ambition de prendre des points sur tout les terrains. Nous devrons répondre présent pour affronter le Barça aussi bien avec que sans Messi, vous connaîtrez la formation demain." "Nous devrons disputer un match intense, avec un bon rythme, en faisant ce que nous savons faire, nous devrons être bon en phase de possession, qu’en phase de non-possession. Nous devrons penser que notre parcours de croissance passe par cette partie, face à un Top Club et nous devrons nous montrer prêt. Nous voulons faire belle figure et démontrer que nous sommes sur le bon chemin. Nous avons début un parcours et j’espère arriver à un moment où l’on pourra se battre." La Juventus "C’est une semaine compliquée, à présent le Barça ensuite la Juve, mais comme je l’ai dit à mes joueurs, le match vital est celui que nous allons disputer, donc face à Barcelone, une équipe qui seulement avec son nom t’apporte de la motivation. Nous savons que ce sera un match difficile, mais dans le même temps, il doit représenter une nouvelle étape pour nous." Barcelone "J’attends de prendre lecture demain de sa formation, nous avons uniquement des nouvelles à travers les journaux et la télévision. Nous sommes prêts à faire face à Barcelone à tous les effets. Ansu Fati est un jeune joueur prometteur." Mourinho et l’Histoire "Je connais bien le passé. Je sais ce qu’à réalisé l’Inter en 2010 et j’ai tellement de respect pour cette équipe, pour Mourinho, pour ce qu’ils sont parvenu à réaliser. Faire une comparaison au jour d’aujourd’hui est impossible, ce sont des époques différentes, nous sommes au début d’un parcours qui pourra nous permettre de grandir et d’ambitionner de la joie à nos tifosi. Ce qu’a réalisé l’Inter de Mourinho restera à jamais marqué dans l’Histoire du Football." Champions à affronter "Nous allons disputer deux rencontres face à des équipes parmi les plus fortes du monde. Pour nous cela doit être un motif de satisfaction et d’envie car nous allons faire face à Barcelone en état le premier de Classe en Italie, avec six victoire sur six en Serie A. La volonté de jouer notre chance est juste, j’estime que nous travaillons pour augmenter nos qualités et corriger nos défauts. Pour nous, il doit s’agir d’un motif de satisfaction d’affronter ces deux grands clubs en si peu de jours." Sanchez "Je n’ai pas aimé ce qui a été dit sur le comportement du joueur. Sur le penalty, il ne va pas pour chercher la simulation, il ne proteste pas, il va pour se relever et il aurait voulu continuer. Je n’ai pas aimé ce qui a été dit à son égard. C’est un joueur qui, j’estime, entre dans l’idée de notre football, il sera à disposition demain et vous verrez les choix qui seront réalisés. Il peut offrir tant d’expérience, mais je veux éclaircir le fait qu’il n’était pas parti dans une simulation." Différence de rythme "En Italie, les rencontres sont beaucoup plus tactiques, et dans ce type de jeu, tu as le temps d’annihiler une face offensive de l’adversaire, il y a moins d’espace pour attaquer, moins de contres frontaux. En Espagne, ils se retrouvent avec plus d’espaces, plus d’intensité et en conséquence moins de tactiques. N’oubliez pas ce qu’est parvenu à faire la Juve ces dernières années, elle se fait respecter en Europe." Résultat "Il doit être la conséquence de ce que nous avons proposé, quand je parle d’étape à venir, je parle de jouer avec personnalité et courage, ce sera positif. Si nous en avons la possibilité, nous rentrerons aussi à la maison avec un bon résultat. Je préfère voir une prestation qui puisse permettre à mes joueurs, de comprendre la façon juste d’aborder un match aussi dangereux plutôt que de garer le bus pour défendre. J’ai rencontré des garçons prêts à en découdre." Préparation "Personne ne prépare un match pour ne pas le gagner ou limiter les dégats, ce serait aller contre le parcours de croissance que je demande à mes hommes. Chacun de nous devra se donner à 100% et avoir confiance en ses moyens. Parfois, il y aura des réponses positives, ou autre chose, c’est comme ça. Je veux faire face à cette situation en les regardant dans les yeux, nous devrons être bon à monter sur le terrain avec la tête qui sait que l’on veut jouer. C’est la route que nous devons poursuive." Bon moment "Que ce soit ou pas le bon moment, c’est relatif. Barcelone, lorsque tu le joues chez lui, il te fait comprendre qu’il est à la maison. Nous parlons d’une équipe composée de joueurs de haut niveau, avec un des meilleurs entraîneurs sur le banc. Nous avons beaucoup de respect pour eux, mais nous voulons jouer ce match, affronter une équipe qui est habituée à jouer le titre en Ligue des Champions. Je veux voir de la passion, de l’enthousiasme." Lukaku "Il sera absent demain suite à une blessure au quadriceps, nous avons fait des examens qui se sont révélé négatif, mais le joueur se plaint d’une douleur qui a été occasionné, il y a quelques jours, je préfère me fier à ses sensations. Nous avons évité toute sorte de choses et nous sommes assez serein, comme je le dis, nous devons penser uniquement au match de demain." Milan Skriniar "Comme l’a dit l’entraîneur, demain nous disputerons un match vital, mais nous devrons aussi répondre présent face à la Juve. Pour nous, les joueurs, c’est beau de pouvoir affronter les deux joueurs les plus forts du monde que sont Ronaldo et Messi." "Mais Barcelone n’est pas que Messi, il y a tant de champions, ce sera une belle partie. Il y a des différences entre la défense à quatre et à trois, mais il y a aussi des éléments que j’ai étudié durant mes précédentes années. J’estime qu’il n’y a pas de problème sur cette ligne défensive, mais que nous pouvons nous améliorer." La meilleure défense actuelle ? "Il y a la place pour s’améliorer. Demain, ce sera une belle rencontre, ce sera très beau de faire face à une attaque comme celle de Barcelone, C’est important que toute l’équipe défende et attaque. L’entraîneur nous demande toujours de jouer pour la gagne, de jouer nos cartes, il n’y a que de cette façon qu’un joueur peut grandir." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Claudio Ranieri s’est livré à Radio Anch'io Lo Sport sur le début de saison de Serie A: "J’estime que l’on voit le championnat auquel je m’attendais. La Juve est toujours là, mais il y a des adversaires qui sont prêts au combat. Conte trace sa route égale à lui-même : par un grand travail." "Il n’était toutefois pas prévisible de voir le Napoli perdre face à Cagliari. Je crois que Conte et l’Inter, tout comme Sarri et la Juve, se sont épousés sous les meilleurs hospices, on entrevoit déjà le travail des deux entraîneurs. L’Inter a les caractéristiques et le jeu de Conte." "Le travail de Sarri est différent, mais il commence à se voir. Les deux réalisent des résultats, cela va donner vie à un grand duel. J’espère que le Napoli se remettra en selle pour devenir la troisième équipe qui se battra pour le Scudetto." Talent Azzurri à en devenir Tonali ? "Je ne sais pas si un nouveau Pirlo est né, il est devenu qu’il il est avec les années. Tonali lui est un prédestiné, il repose, sur ses épaules, un joueur proposant des caractéristiques importantes. Je lui souhaite qu’il soit fort mentalement car il passera aussi par des moments difficiles et là nous verrons de quel bois il est fait." " Il est très bon et Cellino l’a bien entouré.." Sensi? "Sa sérénité dans le jeu ma surpris. On voyait que c’était un grand joueur, et il démontre, sur un grand terrain, tout son caractère et sa personnalité. Il réalise de très belles choses." Cagliari ? "Je me souhaite que Nainggolan fasse à la différence car c’est un joueur de cette trempe. Je souhaite à Cagliari de rejoindre l’Europe, ils ne doivent pas se prendre la tête."" La Ligue des Champions ? "La remporter n’et pas quelque chose de facile, tu dois être dans la bonne forme au bon moment, vers mars-avril, après des mois et des mois de combats. Il manque ensuite le zeste de chance pour l’emporter, mais il peut y avoir des surprises, comme Tottenham l’année dernière." Pompier de service au Milan ? "Je souhaite que Giampaolo puisse continuer à démontrer ses qualités. Il est très en jambes et je l’estime énormément. Je me souhaite qu’il trouve les solutions adaptées pour le Milan." "Ce n’est pas facile car il y a tant de jeunes qui doivent être guidés, mais je me souhaite qu’il y parvienne. Nous connaissons tous la vie de notre métier. Lorsque tu signes, tu es très enthousiaste, ensuite tu dois parvenir à passer outre les difficultés et c’est ce que je souhaite à Giampaolo." Le Saviez-Vous ? Dans le viseur du Milan, Luciano Spalletti a décliné l'invitation présentée par Top Calcio 24 "Moi au Milan ? Je suis toujours sous contrat avec l'Inter. Laissez Giampaolo faire son travail, c'est la star montante du Calcio. Vous devriez plutôt ramasser des raisins avec moi, vous aurez plus de callosités entre les mains et vous en ferez moins." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. C’est l’analyse de Matteo Marani, journaliste sportif à Sky Sport qui met en avant le travail réalisé par le natif de Lecce qui transforme ses clubs en des créatures redoutables au niveau technicotactique, sans oublier l’aspect mental. "Je revois dans l’équipe, une certaine similitude dans la façon de se déplacer sur le terrain, avec un travail des 5 milieux, des ailiers hauts et Lukaku en attaquant "Boa". Mercredi, par exemple, l’Inter l’a emporté via un turnover. Je remarque également la férocité démontrée par les joueurs, même dans les retours défensifs." "Cette Inter me rappelle la Juve de 2011 : Zhang est un jeune et ambitieux Président comme l’était Agnelli…Et il y a aussi Conte et Marotta. La seule différence entre les deux équipes est qu’en 2011, il ne fallait pas faire face à la Juve de 2019." Validez-vous cette comparaison ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Antonio Conte s’est livré, tout comme certains joueurs, en conférence d’après-match, suite à la victoire aux forceps de l’Inter sur le terrain ô combien compliqué de la Sampdoria Antonio Conte "Je suis certainement satisfait de la prestation de l’équipe et de la victoire. Lorsque tu joues certaines parties avec une telle clarté d’esprit, en te créant autant d’occasions, tu te dois te tuer le match plus tôt. La première période s’est terminée sur le 2-0, mais on aurait pu en inscrire encore plus." "Ensuite, à la reprise, est arrivé un impondérable car nous aurions pu inscrire le 3-0, mais au lieu de cela, nous avons été réduit à 10 et avons pris un but par la Sampdoria. Cette phase de jeu aurait pu déstabiliser n’importe qui, mais les garçons ont tenu bon et avec mes changements, nous sommes parvenu à retrouver de l’équilibre." "Nous avons inscrit le troisième but en infériorité numérique et nous aurions pu en inscrire un quatrième avec Lukaku. Je suis content de l’interprétation proposée par les garçons sur ce match. Nous dominions et tout a été bouleversé en un instant, le risque était d’encaisser le contre-coup mais les garçons ont en revanche tenu bon en démontrant d’être sur le bon chemin au niveau mental." "Je vois le verre à moitié plein vu comment cela s’est terminé, nous avons fait des pas en avant dans l’attachement au match et certaines situations te renforcent, même si nous aurions mérité de vivre un autre partie au niveau émotionnel, vu comment nous l’avions gérée." "Les garçons méritent les applaudissements, nous pouvons fêter sur l’instant la victoire, mais nous devons nous préparer immédiatement au déplacement au Nou Camp, face à Barcelone." L’Inter en tête avec le plein de point ? "Nous devons voler bas et raisonner match après match, seul le temps nous dira quel sera notre parcours et ce que nous pourrons ambitionner. J’ai fait des changements, mais nous avons puisé tant d’énergies, nous devons à présent en récupérer pour le prochain match face à Barcelone." "C’est inévitable que lorsqu’il te manque qu’un homme, que tu le veuille ou pas que tu sois amené à reculer, sans concéder trop d’espace. Jouer à 10 contre 11 n’est simple pour personne, il ne faut pas se montrer imprudent car le centre de gravité en est diminué. Mais l’entrée de Romelu a permis de maintenir à bonne distance la Sampdoria car il est très bon dans la conservation du ballon et pour profiter des espaces." "Candreva a réalisé une belle première mi-temps, D’Ambrosio le couvrait plus régulièrement, Même Barella a fait une bonne entrée. Plus je travaille avec les garçons, plus eux métabolisent les connaissances. J’estime que nous travaillons de façon importante dès mon premier jour, et je dois les remercier car nos six victoires sont le fruit du travail mais aussi de la disponibilité à réaliser ce que nous, le staff, imposons au groupe depuis le premier jour. Je suis content lorsque je vois que les garçons reconnaissent certaines situations apprises, sur le terrain." Bastoni ? "La moitié de la Serie A le voulait en prêt, mais je m’y suis opposé. Je veux travailler sur lui car j’ai vu son potentiel, il fait ce que je lui demande, s’il représente sans aucun doute le futur, il est déjà une alternative importante actuellement." Roberto Gagliardini "Cette victoire à Gênes nous donne confiance en nos moyens. Nous avons montré que nous pouvions commander un terrain jugé difficile, même si nous étions en infériorité numérique. Nous sommes toujours restés compacts et nous avons tué le match avec le troisième but. Cette victoire nous donne du moral en vue des rencontres importantes qui nous attentent." Barcelone et le Derby d’Italie ? "Nous voulons démontrer que nous jouons chaque match pour gagner. À présent, un match extrêmement difficile nous attend à Barcelone, mais nous voulons rentrer à la maison avec des points suite au match nul d’ouverture face au Slavia. Nous préparerons ce match de la meilleure des façons possible, ensuite, dès le coup de sifflet final, nous penserons à la Juventus." 14 buts inscrit, dont 8 par des milieux de terrains… "Nous savons que dans le jeu du coach, que le travail des milieux de terrains est important, aussi en phase de but. Nous cherchons à faire au mieux ce qu’il nous demande, il nous transmet du courage, de la détermination, sa carrière parle pour lui, il veut toujours gagner et apporte tant de motivation." Mon parcours personnel ? "J’en suis très heureux, j’ai tellement envie de bien faire ici. Je suis devenu papa et cela m’aide énormément, j’espère que cette saison pourra m’apporter tellement de satisfaction sur le terrain." Stefano Sensi "Je suis content de la victoire et pour mon but. Je cherche toujours à m’améliorer et à faire de belles prestations, aujourd’hui, un bon résultat a été obtenu. Ce n’est jamais gagné à l’avance de venir l’emporter à Gênes, leur tifosi apportent toujours de grandes motivations à l’équipe." "Nous avons été bon à ne pas les sous-évaluer. Sur le 2-1 l’ambiance est monté d’un cran et nous avons été bon à inscrire immédiatement le 3-1. Je ne m’attendais pas à cet impact, mes équipiers m’ont aidé, je me fais entendre et à mon âge, c’est quelque chose de positif." "Nous connaissons la valeur de Barcelone, nous savons qui nous sommes au niveau mental et dans les jambes. La croissance est toujours en cours, une période encore plus difficile arrive et nous travaillons pour ne pas craquer et répondre présent." La qualité du groupe ? "Nous sommes unis, solide, tout le monde se sacrifient." Alessandro Bastoni "J’étais touché, j’attendais ce jour depuis tant. Je suis content de la prestation d’équipe, nous étions venu ici pour l’emporter et nous y sommes parvenu. Le groupe m’a très bien accueilli, surtout Godin qui m’enseigne tant. Cela me parait si incroyable d’avoir un conseiller tel que lui...et tout est réel. Jouer au football est ce qui me plait, par chance ce sont d’autres choses qui pourraient m’empêcher de dormir la nuit." Marcelo Brozovic "Nous avons disputé une très belle partie, nous avons un peu souffert après l’expulsion, mais nous avons joué et gagné en équipe. Conte nous dit toujours ce que nous devons faire, chacun d’entre nous sait comment se comporter sur le terrain. Aujourd’hui aussi, nous avons réalisé une grande prestation qui nous apporte de la continuité." Barcelone et la Juve ? "La première rencontre est celle qui nous intéresse, puis nous penserons à l’autre. Le Barça est une des équipes parmi les plus forte au Monde, mais nous sommes l’Inter et nous voulons démontrer que nous sommes au Top, nous allons pour la jouer." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Il n'aura fallu que six matchs de Serie A, six matchs à Antonio Conte pour voir l'Inter, son Inter se comporter comme il le souhaite. Écarté le faux pas en Ligue de Des Champions, un mal pour un bien diront certains, il est plus que frappant de voir à quel point sont transmises les idées du natif de Lecce. Voici l'analyse du Corriere Dello Sport "En à peine six rencontres, tout ou presque à déjà été aperçu, il ne manquait qu'un détail et quel détail! Hier, l'équipe a été réduite à dix durant toute la seconde mi-temps suite à la simulation exagérée de Sanchez, qui venait à peine d'être titularisé dès le coup d'envoi de la rencontre et avait inscrit un but et demi." "L'équipe Nerazzurra a résisté au retour de la Sampdoria et au lieu de protéger le score avantageux, elle est allé à la recherche du but de la sécurité. Conte aura dû réaliser quelques adaptation tactiques: Sur le 3-1 même les Juventines ont été marqué par leur ancien entraîneur, eux qui rêvaient d'un 2-2." "Conte fait peur: Deux retouches ont été effectuées: D'Ambrosio en phase défensive en lieu et place de Candreva et Lukaku, aligné en attaque pour protéger le ballon, en lieu et place de Lautaro. L'Inter a repris en main la partie, à tel point qu'elle donnait elle l'impression de jouer à onze contre dix." "Le fait que la Sampdoria se soit effondrée n'explique pas, à lui seul, cette extraordinaire démonstration de force: En quelque mois de travail, Antonio Conte a transmis ses qualités, et l'Inter au jour d'aujourd'hui, n'est plus ce vestiaire divisé, mais belle et bien une équipe qui ne tremble plus devant le danger!" Validez-vous cette analyse ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Ce mercredi 2 octobre, l’Inter se déplacera au Fc Barcelone, forte d’une place de Leader de Serie A et targué de la meilleure défense d’Europe. Si ce match de tous les dangers arrive à quelque jours du Derby d’Italie, celui-ci pourrait se révéler être un véritable détonateur, en cas de résultat positif rapporté d’Espagne. Qui plus est, une défaite au Nou Camp n’aurait rien de honteux, le club espagnol étant invaincu depuis plusieurs saisons en Coupe d’Europe. De son côté, la Juventus rencontrera un club à son niveau : Le Bayer Leverkusen. Peu importe les matchs européens, il est évident que les deux grands d’Italie auront dans un coin de leurs têtes une pensée pour l’ennemi juré. Et à ce petit jeu-là, le mental peut avoir son importance. Si Antonio Conte est fier de rencontrer les turinois en proposant un bulletin de 100% Sarri semble moins à son aise : "L’Inter ? Je ne l’ai pas encore vu jouer cette saison, je n’ai aucune idée de la façon dont elle se comporte. Je lis qu’elle fait de bonne choses, mais actuellement, je pense à nous et à la rencontre en Ligue des Champions face au Bayer Leverkusen." Serait-il conseillé à Sarri de s’arrêter à l’Usine pharmaceutique de Bayer ? Lui qui souffre de perte de mémoires étant donné qu'il y avait bien eu une confrontation entre les deux équipes à l'International Champions Cup Rien n’en est moins sûr, surtout que Conte sonne la révolte pour les Nerazzurri: "J’ai observé quelques rencontres de la Juventus, une équipe forte qui vient de remporter huit Scudetti de suite de façon important et avec la manière. La chose la plus importante, et c’est peu dire, c’est que je suis fier d’arriver à cette confrontation directe avec 18 points au classement, nous devons voler bas et avancer match après match. Le temps nous dira ce que nous ambitionneront." Pensez-vous que le coaching aura son importance lors du Derby d’Italie ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Six sur six, 18 points sur 18 : L'Inter d'Antonio Conte a répondu avec la manière à la Juventus qui s'était imposée face à Spal, plus tôt dans la journée. En cette semaine "décisive" pour l'Europe et le leadership en Serie A, l'Inter a démontré à ses futurs adversaires qu'elle était à prendre très au sérieux. Pour ce match au Marassi, Antonio Conte avait aligné Bastoni et Sanchez d'entrée de jeu. Et les deux principaux intéressés n'ont nullement déçu leur entraîneur, en répondant très bien aux attentes. Pour Conte, la rotation de ses hommes se réalise extrêmement bien. Tous sont concentrés au plus haut point et tous veulent lui montrer ce qu'ils ont sous la semelle. Le premier but tombera à la 19' des œuvres de la pépite de la saison, Stefano Sensi, son tir de loin dévié du dos d'Alexis Sanchez ne laissera aucune chance au portier de la Samp. Trois minutes plus tard, l'Inter double la mise, si Sensi est dans le coup, le but sera cette fois-ci inscrit par Alexis Sanchez qui ne laisse aucune chance à Audero. L'Inter, forte mentalement, ne se démobilisera pas A la reprise, l'Inter se retrouve en position indélicate. Sanctionné sévèrement par un carton jaune en première période, Alexis Sanchez se voit expulsé dès le début de la seconde mi-temps pour une simulation dans la surface de réparation génoise. Lukaku et D'Ambrosio entreront en lieu et place de Lautaro Martinez et Candreva. Si la Sampdoria réduira le score dès la 55' des oeuvres de Lyanco, la Beneamata tuera le match en inscrivant un troisième but. Sur une passe splendide en profondeur de Marcelo Brozovic, Roberto Gagliardini aura droit à un caviar, Audero relâchant le ballon dans les pieds de l'italien, celui-ci n'a plus qu'à la pousser au fond. Cette Inter rappelle étrangement l'Inter de Mourinho, qui même affaiblie tenait la dragée haute à ses adversaires. Preuve en est que bien qu'à dix contre onze, l'Inter est capable de réaliser de très grandes choses cette saison. Place à présent au Nou Camp et au déplacement à Barcelone face à une équipe catalane, qui est actuellement en difficulté dans son championnat. Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Sampdoria 1-3 Inter Buteur(s): 20' Sensi (I), 22' Sanchez (I), 55' Jankto (S), 61' Gagliardini (I) Var: But annulé à Antonio Candreva Sampdoria(3-5-2): Audero; Bereszynski, Colley, Chabot; Depaoli (56' Bonazzoli), Linetty (73' aprari), Ekdal (69' Vieira), Jankto, Murru; Rigoni, Quagliarella Sur le banc: Falcone, Raspa, Augello, Ferrari, Regini, Barreto, Léris, Thorsby, Ramirez T1: Eusebio Di Francesco Inter (3-5-2): Handanovic; Bastoni, De Vrij, Skriniar; Candreva (47' D'Ambrosio), Gagliardini, Brozovic, Sensi (65' st Barella), Asamoah; Lautaro Martinez (56' Lukaku), Sanchez Sur le banc: Padelli, Dimarco, Ranocchia, Godin, Lazaro, Borja Valero, Vecino, Biraghi, Politano T1: Antonio Conte Arbitre: Calvarese Averti(s): Rigoni, Linetty (S); Bastoni, Skriniar (I) Expulsé(s): 46'Sanchez (I) pour double avertissement ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Antonio Conte s’est livré à la veille du déplacement de l’Inter au Marassi qui verra la Sampdoria de Di Francesco en découdre, à 18h00, avec les Nerazzurri. "Jouer au Marassi est toujours un danger. Le terrain est difficile et la Sampdoria est une bonne équipe entraînée par un bon entraîneur. Elle est bien organisée. Je l’ai étudié et on peut voir le travail de l’entraîneur, ce qu’il y réalise. Il est parti avec un système de jeu qui a changé la suite évènements. Nous devrons faire très attention, ce sera un match difficile, la rencontre classique où nous avons tout à perdre." Turnover "La rencontre vitale est celle à disputer, il n’y a pas d’autres match que le suivant que nous aurons à disputer. C’est la cinquième rencontre en peu de jours. Je devrais être intelligent à prendre des risques avec une formation équilibrée qui permettra d’obtenir le maximum. Lukaku fait partie du noyau." "Personne ne joue pour perdre, dans notre tête, il y a une volonté de fer d’obtenir la victoire. Le fait d’obtenir des victoires consécutives est important et c’est le fruit du travail que nous réalisons, de la disponibilité des garçons, mais nous n’avons disputé que cinq journées. Nous devons continuer sur la même volonté et avec la même envie, nous devons nous améliorer et nous saurons apporter de la continuité aux résultats." "Si tu veux être protagoniste, si tu veux avoir l’envie de devenir une grande équipe, tu as besoin de stabilité et de certitude. Nous réalisons un parcours qui s’améliore selon moi." Changements "Lorsque l’on change d’entraîneur, tout change un peu, je pense que c’est un parcours à suivre pour moi et pour tous les autres entraîneurs qui débutent une nouvelle année sur un nouveau banc. Chacun d’entre nous dispose d’une marge de croissance. Il existe aussi, en fonction de ce que l'on a à disposition, de parcours plus facile pour certains plus que pour d’autres. Nous devons nous y faire, lorsque nous débutions, nous devons comprendre avec rapidité ce qu’il pourra se passer." Inter – Juve "Lorsque l’on parle de la force de la défense, on doit parler de l’intégralité de l’équipe, car il n’y a pas que les défenseurs qui défendent. Il y a 11 joueurs concernés. Je pense que le plus important est d’avoir de l’équilibre entre les deux phases, avec ceux qui les interprètent." "Il y a ce besoin de s’améliorer en tout et sur tout, nous avons une marge de croissance, mais je ne peux pas faire de comparaison entre les deux équipes. Je me souviens que pour ma première année à Turin, , j’a été bon à remporter le titre invaincu, en réalisant beaucoup de match nul et en faisant face à un Milan avec tant de champions. Mais nous étions bon et eux ont faillit sur plusieurs aspect. Il y avait encore l’Inter du Triplé, le Napoli, le club le plus en avant en tant qu’équipe." "Actuellement, nous ne sommes pas parmi les favoris, la Juve et le Napoli sont devant nous, nous ne pouvons pas changer cela. La qualité du championnat est élevée, la Lazio est une équipe redoutable, c’est une réalité, elle a remporté la Coupe d’Italie et peut se battre pour le Top 4. Même Milan a de bons joueurs, nous sommes un club fort et nous devrons nous battre en faisant de notre mieux." Continuité "Au cours des 9 dernières années de l’Inter, on peut retrouver des hauts et des bats. Je ne suis pas le premier à gagner 5 matchs, ce n’est pas la première mois pour ce groupe, il était en tête du Championnat, il y a deux ans, en décembre, et non en septembre. Il a fini par se qualifier lors de la dernière journée pour la Ligue des Champions. Même avec Mancini, l’Inter était partie forte." "Et il y a eu des hauts et des bas. L’histoire doit nous maintenir en alerte et sortir les crocs." D’Ambrosio et la condition physique "Je ne veux pas cibler spécifiquement un joueur, tous les joueurs font de bonnes choses, mais Danilo est un joueur de football moderne, capable d’occuper plusieurs poste, je suis content de l’avoir car il peut être à la place de plusieurs type de situation vu sa polyvalence." Sanchez "On parle beaucoup de Sanchez, vous me questionnez à chaque conférence. C’est un joueur avec des caractéristiques déterminée, c’est à moi à trouver comment le mettre en valeur. Un joueur de ce niveau, vous le verrez tôt ou tard sur le terrain." Leadership "Lorsque l’on parle de croissance, on parle de tout et cela inclut dans ce domaine. Nous avons une marge d’amélioration dans tous les secteurs et je suis marqué par le fait que mes joueurs s’améliorent dans tous les domaines. Je reste toujours très sévère , car je veux des améliorations en tout, je n’ai pas de baguette magique." "Le fait de faire face à une telle envie et une telle disponibilité de la par des joueurs est quelque chose qui me permet de rester serein, comparé au passé." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Présent sur la tribune du Triennale de Milan, l’ancien président de l’Inter, Massimo Moratti, s’est livré à un échange dont il était le sujet principal. Le nom du thème étant plus qu’évocateur ‘Tutti gli uomini del Presidente’: Il y a dix ans, vous débutiez le parcours de l’Inter vers le Triplé. Au jour d’aujourd’hui que retenez-vous de cette saison ? "C’est l’adrénaline qui te conditionnes sur la façon de penser au futur, elle qui te permet de te rendre compte que ce que tu as fait est quelque chose d’exceptionnel...D’avoir rendu tant de personnes heureuses." Quel était votre état d’esprit durant ce mois de mai 2010 ? "Je me félicite moi-même, il rit, Certaines choses présentent dans mes bureaux me font m’en rappeler. C’était une période de grande fierté et c’était sans aucun doute de la satisfaction. Et plus le temps passait, plus cela allait plus loin que de la simple satisfaction. Je me rappelle de toute les personnes avec qui j’ai travaillé, Mourinho, les joueurs…" Avez-vous encore des contacts avec ce groupe ? "Avec les joueurs oui, nous avons un Chat, c’est quelque chose de très bien. Nous restons encore en contact et c’est une belle confidence: Je ne fais pas partie de ce Chat pour incapacité, mais je suis souvent en contact avec quelques joueurs, lorsque l’on se rencontre ils restent très affectueux. Je suis resté très marqué, il n’y a aucun sentiment particulier si ce n’est qu’une très grande affection, c’est quelque chose de sympathique." Lors de la remise des Prix à Monaco l’été suivant, tous ont remercié Moratti, comme si vous étiez un père.... "Ce fut une très bonne année. Par après, il n’y avait pas eu de bonnes relations avec l’entraîneur initial et lorsque Leonardo est arrivé, nous sommes arrivé second et avions remporté la Coupe d’Italie. Pour un grand nombre d’entre eux, comme Eto’o, je suis encore appelé Papa." "Je me rappelle de Kalilou Fadiga, qui n’est resté qu’un jour, car il avait dû arrêter sa carrière suite à un problème au cœur, il était si gentil. Ensuite, il y a aussi l’arrivée de Materazzi et lui aussi me demandait certaines choses: Il avait compris qu’il faisait partie d’une famille et il a tout donné, c’est aussi une attitude sentimentale. Parfois les plus beaux succès sont obtenus avec plus de froideur, mais à l’Inter, c’était l’opposé." Percevez-vous l’amour des tifosi qui vous considère comme ‘Il Presidente" ? "Oui, Je ne suis pas très modeste, mais oui. C’est si beau, je suis très sincère, dans le passé ou actuellement, je suis toujours touché par ces marque de grandes affections. Lorsque certains m’appelle papa…Je reçois l’affection des tifosi et cela me touche énormément." Le but d’Eto’à à Londres ouvre la voie à deux mois incroyables…Après une défaite à Catane, vous l’emportez à Stamford Bridge…Il se dit tout de même que Balotetti était entré dans le vestiaire en chantonnant l’Hymne du Milan. "Cela ne m’a jamais été rapporté." À partir de là, débuterons les 67 jours les plus incroyables de l’Histoire, deux mois qui feront que tout ne sera jamais plus pareil. Que vous rappelez-vous de ces deux mois en apnée ? "C’était une symphonie toujours plus forte, j’avais énormément confiance en Mourinho. Même lorsque les rumeurs sur le Real de Madrid sont parues, nous étions très complices dans nos échanges. Je m’étais mis d’accord avec Mourinho après le départ de Mancini. Il avait posé les bases en créant un groupe et Mourinho a amélioré le tout vers la victoire." "Mon souvenir de Mancini est très positif, j’ai encore beaucoup d’affection pour lui. Lorsque je reviens sur ces deux mois, je ne voulais pas distraire Mourinho avec une polémique, rien ne s’était donc produit Le soir de Madrid, il aura pu faire ce que j’ai fait et revenir à Milan, mais il avait déjà fait sa part du travail à la perfection." Quelle chose vous a marqué chez Mourinho ? "J’ai le souvenir d’une personne spéciale, intelligente, importante pour son professionnalisme. C’était surprenant qu’une personne avec un tel caractère pouvait avoir le professionnalisme pour inventer des choses. Nous avons un bon rapport, affectueux, même s’il ne m’a jamais appelé papa. Mourinho n’est pas le plus facile des entraîneurs, il est très exigeant. Mais il a été le seul à ne pas m’exiger un joueur, je dois être sincère." Comment a eu lieu les débuts entre vous et Mourinho ? "Je ne l’avais jamais vu avant ce repas parisien. Mourinho m’avait marqué lorsqu’il avait entraîné Porto, il venait de réaliser un partage en demi-finale de la Ligue des Champions face au Deportivo La Corogne et après le match, il pensait déjà à la finale." "Je m’étais dit que c’était un phénomène. Lorsque nous nous sommes vu, je lui ai demandé si dans les deux mois à venir, il prendrait en considération l’idée de venir entraîner l’Inter et il m’avait répondu : "Dès aujourd’hui, je me considère comme l’entraineur de l’Inter". Il a toujours été très sérieux." Aviez-vous la sensation que vous n’alliez pas perdre la Finale de Madrid ? "Oui, Mourinho m’avait rassuré énormément, de par le fait qu’il avait bien étudié l’adversaire. Il les connaissait tous très bien, leurs mouvements, l’entraîneur." Que lui avez-vous dit après avoir vu le Bayern vaincu 2-0 ? "Qu'il avait bien étudié l’adversaire, j’avais confiance." Antonio Conte peut-il être comparé à Josè Mourinho, au-delà du péché originel de son Adn ? "Je ne suis pas présent au Club. Je ne connais donc pas les méthodes de Conte et son rapport avec les joueurs. Il est très attentif et participe aux discours individuel et cognitif de l’équipe. En cela, il est aussi bon que Mourinho. Mais je ne le connais pas assez bien pour les comparer. De plus, les comparaisons entre entraîneurs ne sont jamais facile à faire." Le fait que vous étiez aussi un Tifoso compliquait-il votre rapport avec les entraîneurs ? "Je ne pense pas avoir briser les couilles de tant d’entraîneurs, je n’ai jamais proposé de formations, tout comme je n’ai jamais prétendu vouloir insérer quel joueur. Un jour, j’ai informé Roy Hodgson du recrutement de Youri Djorkaeff et il m’a répondu : "C’est bien Président, mais je resterai l’entraîneur…"Je n’ai pas influencé mes entraîneurs, tout comme je ne les ai jamais forcé à faire certaines choses." Quand a eu lieu votre dernier repas avec Josè Mourinho ? "Après la victoire en Ligue des Champions." Le renvoi de Luigi Simoni ? "Je retiens que c’est terrible de remercier un entraîneur après une défaite. Et c’était une erreur car Simoni tenait bien la barque, il avait mis en valeur Ronaldo…A l’époque, je ne l’avais pas compris." Peut-on dire que le Triplé de 2010 a été la dernière victoire d’une certaine façon de diriger le football ? "Je ne sais pas si on peut être d’accord sur le concept de Famille au sein d’une équipe, mais les joueurs que j’ai connu ont joué avec ce sentiment, celui que j’étais proche de l’équipe, on m’y voyait curieux et enthousiaste." "L’Inter est à présent géré par la Famille Zhang qui est à la tête d’une très grande industrie, vu sous cet angle, nos comparaisons sont très similaires. Je ne sais pas si le Triplé est le dernier titre d’un certain type de football, mais les sommes dépensées pour recruter un joueur de très haut niveau régissent le jeu. Les industriels de ce niveau, tu peux les retrouver en Russie, en Chine où ils ont tellement d’argent, mais peut-être que la passion ne sera pas la même." "C’est une expérience un peu différente, mais tu vas acquérir tout de même de la souffrance et t’unir au sens du devoir, je pense que c’est cela le secret de ce métier, le tout en ne faussant pas, par ta présence, la vie des gens." Que pensez-vous par le fait de quitter le Meazza ? "Je vais au Meazza depuis tout petit, sentimentalement et de façon rationnelle, cela me semble être une exagération. À présent, il faut rentrer dans les comptes des clubs et y défendre les intérêts. Ils ont proposé un type de projet, basé sur des bénéfices en provenance du public, mais il peut aussi y avoir une attraction plus importante, étant donné que le Milan doit encore trouver un acquéreur final." "L’Inter est convaincue par la bonté du nouveau stade. Il y a des réalités éloignées de l’histoire des Clubs et de Milan, on ne pourra pas leurs transmettre l’expérience et l’affectif que nous avons, pour leurs faire comprendre ce que signifie le Meazza pour nous." "Eux, ils réalisent des calculs bien différents, pour eux, c’est le nouveau Duomo et il sera donc très beau, on devra s’y habituer. Le monde avance de la sorte, pour le Meazza, nous aurons tous des sentiments qui resteront gravés dans la mémoire." Avez-vous prévu une célébration pour fêter les dix ans du Triplé, le 22 mai 2022 ? "Je crois que je ferai quelque chose avec les joueurs." Massimo Moratti s’est aussi livré pour FcInternews.it Le Meazza ? "Il est clair qu’il y a un lien affectif particulier, à commencer avec les tifosi. Si vous me demandez s’il est juste de l’abattre, ma réponse instinctive sera non." "La réaction découle par contre de nouveaux projets et de la vision du Milan du futur, et surtout des intérêt des clubs, ils réalisent des changements et proposent de bonnes choses. Je suis déçu et on ne pourra pas empêcher des personnes d’être mécontente." Avez-vous déjà vu les deux projets ? "Seulement en photos sur les journaux, je ne les connais pas bien." Êtes-vous enthousiaste par le départ de l’Inter ? "Elle est bien partie, et elle fait même mieux que ce à quoi on pouvait s’attendre. En Championnat, ne pas perdre de points dès le début de saison est extrêmement important." Qu’est-ce qui diffère comparé aux années précédentes ? "Par-dessus-tout : Conte. Il fait du très bon travail, il est très vivace. Il met tout le monde en condition d’arriver à un résultat et il transmet sa volonté aux joueurs, qui répondent très bien à ces attentes." Pouvez-vous comparer Conte à Mourinho ? "Comparer des personnes est très difficile, encore plus lorsque l’on parle d’entraîneur." Aimez-vous Conte ? "Oui, c’est un excellent entraîneur." Toldo a déclaré que Samir Handanovic aurait mérité de revêtir le brassard de Capitaine plus tôt. Qu’en pensez-vous ? "Je pense qu’Handanovic est un phénomène, il est très bon et il l’a prouvé encore mercredi. C’est vrai, il a le caractère pour l’être. J’imagine que s’il l’avait obtenu le brassard avant, il y aurait tout de même eu une polémique avec Icardi, et je ne veux pas m’attarder sur cela, mais Handa a le caractère." Mercredi, il a rejoint Julio Cesar en atteignant le palier des 300 présences à l’Inter... "Julio a collectionné la troisième présences et remporté plusieurs titres." Quel conseil donner à l’Inter pour battre Messi ? "Conte a la connaissance et l’expérience pour faire bien face à Messi et face à Barcelone." A choisir, qui battre entre la Juve et le Barça ? "On est contraint de tout gagner, toujours. En Ligue des Champions, car même avec le partage face au Slavia, faire un match nul ne serait pas suffisant. Nous devons partir de ce principe, celui de toujours l’emporter. Face à la Juve, il est obligatoire de partir avec cet état d’esprit." L’Inter est-elle l’Anti-Juve ? "Actuellement, je dirais oui." Lukaku est un attaquant physique comme Ibrahimovic. Vous l’aviez vendu au Barça pour remporter ensuite la Ligue des Champions....Pensez-vous que Lukaku puisse être adapté à ce football ? "Nous devrons donc vendre Lukaku à Barcelone ? ...Il sourit. Je ne veux pas le comparer avec Ibra, mais le belge a des qualité qui permettent à l’Inter de pratiquer un beau jeu." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. En effet, Romelu Lukaku est le transfert phare de l’été Nerazzurro. Voulu à tout prix par Antonio Conte, il s’est immédiatement calqué au projet Nerazzurro par le biais de son enthousiasme, son envie, sa disponibilité et son sens du sacrifice. Voici l’analyse de la Gazzetta Dello Sport "Romelu a débarqué début août, mais l’Italie semble déjà sienne. Ce n’est pas une surprise pour ceux qui le connaissent. Car l’attaquant polyglotte a notre pays dans le cœur depuis toujours. Et ici, il a trouvé ce qui lui a manqué à Manchester : Il se sent voulu, désiré." "En ce sens, la Langue revêt un aspect fondamental : L’Italien, il l’a appris à la télévision, en observant les commentaires diffusés par notre Sky sur son frère qui évolue à la Lazio : Jordan." Toutefois, les deux frères n’auront pas su se défier, Lukaku Junior n’était pas convoqué suite à une nouvelle blessure. 6ème sens "Romelu n’a pas besoin de livre de grammaire, il dispose d’un sixième sens pour les langues : Il parle l’anglais, le français, l’espagnol, l’allemand, le néerlandais, le portugais et le lingala qui est la langue parlée au Congo. Romelu, en avait fait usage, lors de son aventure avec Everton, avec son compagnon Bolasie pour mettre en défaut ses adversaires." "À peine arrivé à Appiano, le Diable Rouge flocké du numéro 9 a fait une demande particulière à Antonio Conte : Lui parler toujours en Italien. Une obligation selon Romelu, et ce pas uniquement pour comprendre au mieux toutes les instructions de Conte à l’entrainement ou en Match, mais aussi pour se retrouver plus à son avantage sur le terrain: En effet, Romelu veut savoir ce que se disent les défenseurs adverses, et ce afin de profiter au moment opportun d’un manque de cohésion entre eux..." "Romelu le regarde pas la télévision italienne, toutefois, il garde un œil sur les journaux afin de prendre confiance en se basant sur l’italien écrit. Actuellement, il semble tout comprendre et en si peu de mois à Milan, il a déjà réalisé d’énormes progrès racontent ses proches." "Lorsque l’on parle Affaire, là il préfère parler anglais, sinon c’est l’italien à tous les coups. Même lors des interview, il ne vaut pas d’anglais ou de français, le voir s’exprimer après le Derby démontre qu’il dispose déjà d’un vocabulaire footballistiques déjà très approprié." "Sa vie actuelle est lié aux entraînements : Milan-Appiano en aller-retour, telle est sa journée type. A la Pinetina, il a su passer outre les tensions avec Marcelo Brozovic suite à la soirée compliquée face au Slavia. Lukaku est complice avec Sanchez, les deux entretiennent un bon feeling depuis Manchester et les tifosi aspirent à les voir aligner ensemble." "Le Diable Rouge entretien également de très bon liens avec le très jeune Sebastiano Esposito. Qui plus est, Big Rom est très admiratif et fait preuve d’une très grande estime pour son Capitaine : Samir Handanovic Déménagement "Après avoir vécu son premier mois dans un Hôtel situé à deux pas du Meazza, début septembre, Romelu a déménagé vers la Porta Nuova, situé près du siège de l’Inter. Il s’agit toutefois d’une solution provisoire, lui qui attend que sa maison située à la City Life soit fin prête. Dans ce quartier à la mode, il retrouvera plusieurs compagnons d’équipe." "Il s’agira d’une maison très importante vu qu’il y vivra de la même façon qu’à Manchester, avec son ami d’enfance Tay qui l’aide au quotidien, sans oublier la présence de sa mère Adolphine et de son fils Romeo né en décembre. La maman de Lukaku était déjà à Milan pour les débuts en Ligue des Champions, elle se déplace également à Rome pour être proche et épauler aussi le Lazial Jordan." La Mondanité Milanaise ? "Ce n’est absolument pas une priorité pour le Belge. Après le Derby, il s’est octroyé un restaurant avec Lazaro et quelques amis. Dimanche, il était entouré de Federico Pastorello, son agent, et ses filles Sofia et Vittoria: Des petites choses de la normalité pour un géant." "Le Duomo, il l’a vu du coins de l’œil. Lukaku n’a été aperçu qu’une seule fois dans le centre de Milan, lors de son arrivée. Il avait besoin de comprendre certaines choses et un entretien avait eu lieu à la Rinascente, discret, il était passé par une entrée secondaire, pour ne pas attirer les regard." À présent, Lukaku l’Italien, prend son pied au Meazza. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...