Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'arbitrage'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Évènements de Inter Club Paris

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

4 résultats trouvés

  1. Dans son édition matinale, Il Corriere Dello Sport a confirmé la délicate désignation arbitrale de la rencontre entre la Lazio et l'Inter, véritable Finale de Série A. Ce ne sera pas Daniele Orsato, parti au Qatar, mais Gianluca Rocchi, le seul arbitre italien de terrain qui représentera l'Italie en Coupe du Monde. "Dans un championnat qui a aboli les matchs de barrage, le calendrier a pensé lui-même, à en placer un par le biais de cette Finale : Lazio-Inter. Un match qui vaut pour la Champion’s League. Pour un match d’une telle ampleur, la Fédération a décidé d'envoyer le seul arbitre de terrain qui ira au Mondial 2018. "Gianluca Rocchi, de Florence, est pour la Fédération la meilleure désignation possible, étant donné qu’il représentera l’Italie en Russie. Rocchi aurait dû arbitrer Roma-Juve à la place de Tagliavento, mais vue l’importance de la rencontre, les rôles ont été inversés." Rocchi 2 : Le Retour En effet, lors du match aller, Rocchi était déjà l’arbitre de la rencontre. L’Inter et la Lazio avait partagé l’enjeu, 0-0 et il avait réalisé une prestation convaincante, en utilisant, de la bonne façon la VAR pour corriger une décision arbitrale. En effet, sans la VAR et la demande de Rocchi, la Lazio aurait obtenu un penalty pour une faute de main de Milan Skriniar dans la surface de réparation. Sur base des images vidéo, Rocchi avait pris la décision de ne pas accorder de penalty à la Lazio, car la faute n'était pas volontaire et que le ballon avait touché en premier le pied de l'interiste. Passons aux stats: Rocchi a arbitré quatre fois la Lazio : à deux reprises, il a arbitré la Lazio face au Milan, dont la demi-finale de la Coupe d’Italie avec la victoire des Cugini. Rocchi a aussi arbitré le Derby de Rome perdu par la Lazio 2-1. Et également Lazio-Udinese (3-0). Concernant l’Inter, outre le match face à la Lazio, il a également arbitré les Nerazzurri lors de la 30ème journée de Série A, avec une victoire Nerazzurra (3-0) sur Vérone. Rocchi devra cependant faire sans l’un de ses juges de ligne habituel En effet, à part Di Liberatore qui l’accompagnera en Russie, le second juge de ligne devrait être Di Fiore, voire Manganelli. Tonolini, le juge de ligne habituel de Rocchi ne pourra pas être à l’Olimpico, pour la simple est bonne raison qu’il provient de Milan. Au niveau de la VAR, l’arbitre désigné est Irrati, l’un des trois spécialistes envoyés par l’Italie en Russie. Un match de barrage pour la Champion’s League, avant de débuter la Coupe du Monde, What’Else ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr Sur le même sujet :
  2. Victor Newman

    L'Inter ne devait pas battre la Juve....

    Lors du Derby d’Italie, qui s'est tenu ce samedi 28 avril, il était déjà écrit qu'Orsato et la Juve allaient avoir la peau d’une Inter héroïque. L’Inter a joué un bon match, sans doute le plus beau et le plus rude de sa saison, mais elle a perdu. Pourquoi ? Car, elle a joué presque toute la partie en 10 contre 11 et qu’elle était menée au score lors de cette expulsion. Nous pouvons tous nous rassembler, se faire « moquer », mais la vérité est qu’il n’y a aucun commentaire à réaliser sur une partie qui n’as pas eu lieu, c’était un non-match, avec un vainqueur désigné à l’avance, sauf que le Courage de nos Nerazzurri a bien failli bouleverser certains plans. Ce samedi, la mise en scène réalisée dans la Scala du Calcio, pourrait être comparé à un mélange de Retour vers le futur et de Ghostbuster, à savoir voire resurgir "les fantômes du passé", Ce match est, à présent, une référence qui fait resurgir une toute histoire autre sportive de la Juventus, une histoire d’un arbitre qui prends plusieurs décisions controversées et qui sont toutes en faveur de l’équipe Turinoise. Comme quoi, 20 ans après l’épisode Ronaldo-Iuliano, rien n’a changé…. Gagner sans gloire et rêver du Triplé À la fin, les " vainqueurs" sur papier, ceux qui empochent les trois points sont les Bianconeri gagnent, ceux qui se plaignent et qui restent une victime non-consentantes, restent les Nerazzurri. Et la presse s’en donne à cœur joie, avec un tel match, aucune chance de perdre les 10 millions de clients/lecteurs potentiels qui choisissent de ne pas rester trop écarté du sujet. Revenons sur le match Suite à une indécision de la défense Nerazzurra, Douglas Costa ouvre "méritoirement" le score pour la Juventus. Trois minutes plus tard, le spectacle peut commencer Un duel d’homme a lieu, Daniele Orsato averti Vecino pour une faute qui mérite un carton « Orange », en effet, même si Mandzukic s’en sort avec dix points de sutures, Vecino ne part pas délibérément pour blesser le joueur. D’ailleurs, le premier réflexe de l’arbitre est d’avertir Vecino. Mais le mal et fait et "un joueur Juventine" est blessé, et ce dernier reste étrangement et anormalement longtemps sur le terrain... Quoi de mieux, pour passer le temps que d’utiliser la Var ? Problème la Var peut être consultée en cas de discussion sur un penalty, des buts inscrits sur hors-jeu (comme ce fut le cas pour Icardi lors du Derby Della Madonnina) ou inscrit sur base d’une irrégularité, voire l’expulsion directe d’un joueur (Dans le cas où l’arbitre expulse le mauvais joueur, il peut visionner les images pour corriger le tir), mais en aucun cas, la Var ne peut être employée pour revisionner une faute similaire à celle de Vecino. Dans un tel cas, la Var aurait dû être employé à l’encontre de Barzagli et de Pjanic, plus tard dans le match, il n’en a rien été. Après visionnage, Orsato estime que l'intervention est passible d'expulsion. C'est donc un rouge prétentieux qui tue le match dès le quart d’heure. L’erreur principale d’Orsato a été de ne pas sortir un rouge direct. À partir du moment où il sort le jaune, il se devait de conserver ce jugement. Conséquence sur le match, une pluie de carton est annoncée sur le Meazza, les deux équipes s’affrontent avec nervosité et Orsato décide de compliquer la vie à la Bande à Icardi qui ne sait plus saquer depuis plusieurs matchs à enjeux. La Juve aurait dû finir à 9, l’Inter aussi, mais dans les arrêts de jeu de la seconde mi-temps... Pjanic avait été averti en première mi-temps. Auteur d’une première faute passible d’un jaune sur un Nerazzurri, ce dernier se voit immunisé. En seconde mi-temps, le fantôme Ronaldo-Iuliano est de retour et Pjanic utilise son collier d’immunité : Sous les yeux d’Orsato, Pjanic se permet de foncer sur Rafinha avec ses genoux et le coude, le Nerazzurri fini au sol. Cette faute, et la presse est unanime méritait amplement un second avertissement. Allez demander au Torino ce qu’ils pensent de ce type de faute, eux qui ont été victime, dans le sens d’inverse, de l’expulsion de l’un des leurs, pour une faute similaire, contre la Juventus, à savoir une faute de Baselli sur Pjanic, dans un match arbitré par Orsato… Plus que des paroles, l’image parle d’elle-même… De même Barzagli a également était l’auteur d’une faute de niveau "Orange" sur Mauro Icardi en première période. Le niveau de dangerosité était similaire à celui de Vecino, si l’interiste a été exclu, le juventine aurait dû l’être également, car il s’en prend au pied d’appui et Icardi aurait pu quitter le terrain réellement blessé. Mais il est interdit de s’en prendre à un Bianconero déjà averti, surtout que si Pjanic avait été expulsé, l’Inter aurait affronté une Juventus, à arme égale, réduite à dix également, mais surtout l’Inter avait créé l’exploit de revenir non seulement au score, mais de prendre l’avantage à la marque, à ce moment-là, l’impact psychologique aurait été énorme. Mais l’arbitrage en Italie est ce qu’il est : Pjanic a descendu Rafinha et le deuxième jaune pour le bosniaque semblait inévitable, pourtant, c’est bel et bien D’Ambrosio qui reçoit un avertissement pour protestation, avec en conséquence, une suspension pour le prochain match de championnat. Dans un match faussé, Notre Inter, dont on dit qu’elle a le mental fragile a fait preuve de courage, à l’image de son Capitaine, qui a prouvé à tous, qu’il a notre maillot dans le sang. Elle a disputé une rencontre avec courage, avec de la qualité et ce match aurait pût rentrer dans la légende Nerazzurra. Tout vol en éclat L’Inter est épuisée sur le terrain en cette fin de rencontre et la Juve joue l’attaque totale. Luciano Spalletti prend alors deux décisions qui vont lui coûter le match, mais il fallait procéder à des remplacements, jouer à 10 contre 11 face à une équipe qui joue l’attaque totale est très dur à encaissé pour une équipe qui n’a eu de cesse de se donner. Luciano assumera également son erreur de jugement en conférence de presse son erreur, allant même à dire qu’il est prêt à en assumer les conséquences. Quelles erreurs ? Les remplacements : Rafinha sort pour Valero. L’idée était bonne : Renforcer le milieu de terrain avec un joueur défensif plutôt qu’offensif. Ensuite, l’erreur à ne surtout pas commettre : Remplacer Mauro Icardi et aligner Davide Santon. Ce changement consistait à la base à blinder notre défense et à contenir les assauts finaux de la Vieille Dame en jouant en 5-2-2 (ou 5-4-0 c’est selon) avec le duo Candreva-Perisic en "pointe". Notre Inter a donc été retouchée au milieu de terrain, améliorée sur l'aile droite et déforcée en attaque, la conséquence est simple, le bloc de la Juve, avec le départ d’Icardi et de Rafinha a pu monter d’un cran et cela se sera avéré payant. La charge virile de Skriniar, en toute fin de rencontre, aurait pu et aurait du, vu l’impartialité d’Orsato être sanctionné d’un carton rouge directe. En effet, sans cette charge, l’argentin partait seul au but défier un fantomatique Handanovic. Cependant, cet épaule contre épaule est également une preuve de la force mentale de l’Inter. Tu peux nous provoquer, nous n’hésitons pas à te rentrer dedans, nous ne nous laisserons jamais abattre. Skriniar a continué à jouer, Higuain, lui se tenait son épaule…pauvre chou… Spalletti a merdé c’est un fait, mais Spalletti est la pierre angulaire, à partir de laquelle le club doit se reconstruire avec patience. Il est clairement impossible de croire que l’on peut remporter un Scudetto, voir disputer les premiers rôles de Serie A, en une saison, et en ne faisant pas preuve de stabilité et en révolutionnant à tout va. Ce football, cette Serie A, ne tourne pas rond et répond à une logique de Patronage qui ne crée que des fans vulgaires, des personnes qui ont perdu cette étincelle pour le Calcio. Preuve en est la vague d’insultes dont a une nouvelle fois été victime Davide Santon, « coupable » idéal sur les deux buts inscrit par la Juve en fin de match. Seuls les fans bien éduqués peuvent se rendre compte que ce résultat est le fruit d’un match hypocrite. La Juventus aurait pu concéder la plus cuisante de ses défaites lors d’un Derby d’Italie, et au lieu de la jouer correcte, elle est partie dans la provocation, avec Higuain qui a titillé le Meazza en imitant la célébration de Mauro Icardi, honteux ! Ce genre de match vous fait perdre l'amour de ce sport et augmente certaines vérités dont le Calcio n’a pas vraiment besoin. Une vérité qui se reflète sur les terrains Européens : Comment une équipe qui remporte six titres de suite, dans un Championnat aussi tactique et complexe, n’est pas capable de remporter la Ligue des Champions ? La réponse est toute simple : En Europe, la Juventus n’est pas protégée, et lorsque tu disputes une rencontre à armes égales devient également très compliqué. Jindong Zhang furieux Dans un pays, la Chine où le Respect et les Règles prédominent, voir l’Inter se faire "voler" de la sorte, n’a pas plus au numéro Un du Suning : Benvenuto à l’Inter Signore Zhang ! Est-ce que cette rencontre changera sa vision des choses sur notre club et la Serie A en particulier, rien n’en est moins sûr… Ce qui est sûr par contre, c’est que les relations entre la Direction Interiste et Juventine sont à nouveau détériorées, comme à l’époque où le club était présidé par Massimo Moratti L’Inter a des raison d’être furieuse contre Daniele Orsato, un arbitre peut apprécié pour son passé récent. Orsato est, actuellement, celui qui a réduit quasiment à néant les rêves de qualification en Champion’s League, de l’équipe à Spalletti. Mais il a également permis à l’Ac Milan de se sauver « ses fesses » lors du Derby retour de la saison passée. Il est également celui qui a permis l’exclusion pour plusieurs match d’Icardi, lors du précédent Derby d’Italie en étant pourtant pas l’arbitre principal de la rencontre… Comme le révèle le Corriere della Sera, le Club Nerazzurro n’entend pas rester une victime consentante, ce que l’on aurait pu croire après la déclaration "diplomatique" de Steven Zhang. L’Inter veut faire entendre sa voix auprès du Procureur Fédérale Giuseppe Pecoraro, à la FIGC. Jindong Zhang a également l’intention de dénoncer cette situation auprès de l’AIA et d’autres autorités plus importantes dans le domaine du football, mais il semblerait qu’Orsato soit dans les bons papiers de Pierluigi Collina. L’ancien arbitre respecté de tous, qui occupe à présent une place importante à l’UEFA dans le cadre, justement de l’arbitrage. De son côté, la Juve ne se cache plus d’adopter un comportement inadéquat, sur le terrain avec un Higuain qui, au culot, imite la célébration de buts d’Icardi, De plus, un échange, filmé devant la presse entre Allegri et « Taglia », le quatrième arbitre pose question. De même, Allegri a préféré miser sur le basket en interview d’après-match, lorsqu’il s’est retrouvé dans les cordes, face aux critiques d’un Ex-Nerazzurro : Daniele Adani. Traduction raccourcie de la vidéo : « C’était du bon travail » (Allegri) « Promis » Tagliavento. Ces deux déclarations « raccourcie » peuvent être sujette à plusieurs interprétations. Rizzoli doit intervenir On apprend également que Nicola Rizzoli a pris l’option de laisser une journée de championnat de repos à Daniele Orsato ou de l’envoyer s’occuper de la Var lors de la prochaine journée de Serie A. L’Inter a voulu réagir tête froide Ce dimanche, la Direction Interiste s’était donnée rendez-vous à Milan, après avoir revisionné le match, Luciano Spalletti, Piero Ausilio et Giovanni Gardini n’ont pu contenir leur calme. Une colère qui se fait également ressentir au niveau du Suning, car Jindong Zhang a très mal vécu la rencontre, A un point tel qu’un communiqué du club a été réalisé. Pour autant, l’Inter peut conserver 10% d’espoir de se qualifier pour la Champion’s, il faut espérer que la Lazio ne réalise pas un six sur six lors de ces deux prochains matchs. L’Inter, elle, devra réaliser un neuf sur neuf pour avoir l’espoir de jouer sa « Finale », un match où le vainqueur sera qualifié pour la Champion’s League. Pour se faire, l’Inter devra espérer un faux-pas de la Lazio, dont le match le plus dur sera face à l’Atalanta. La blessure de Ciro Immobile, qui est incertain également face à l’Inter, pourrait avoir une incidence sur cette incroyable fin de saison L’Inter et Le Napoli, même combat ? Maurizio Sarri, l’entraîneur du Napoli s’est également livré sur la rencontre à Sky Sport : "Le Napoli est l’équipe qui est revenu le plus souvent au score en Serie A, nous ne sommes donc pas une équipe de débiles. Il existe des arguments qui peuvent confirmer certaines théories. Vous connaissez le fond de ma pensée. Quoiqu’il en soit, aujourd’hui, le Napoli, a fait un très mauvais match. Mais certaines situations peuvent avoir d’importantes répercussions." Orsato ? Comment peut-on récupérer cette passion pour la Serie A ? "Je veux penser uniquement qu’au terrain. C’est qu’clair qu’en Angleterre, voir chaque année un champion différent te permet d’avoir plus d’affections pour les équipes de Premier League, il faut y réfléchir. Ici, la situation est très différente et le risque est de perdre des milliers de passionnés, car ils savent qu’ils n’auront aucune chance de titres et que des dés sont pipés à l’avance. Cette situation appauvri le système au final et cela appauvri également les « Riches » et se répercute également sur l’équipe nationale." Solidarité Nerazzurra Brozovic s’est fendu d’un message sur Instagram : pour lui, peu importe ce qu’il s’est passé lors du match, c’est bel et bien l’Inter qui en est ressortie victorieuse en disputant la rencontre, durant plus de 70 minutes en infériorité numérique, suite à une expulsion qui fait débat. Rafinha, qui est l’ultime joueur à être arrivé à l’Inter est tombé amoureux de l’Inter. La flèche de Cupidon porte la marque des Tifosi qui font preuve d’affection pour le joueur. Le brésilien souhaite continuer son aventure à Milan car il a compris ce sens d’appartenance unique qui n’appartient qu’à l’Inter et au groupe Nerazzurro : "À la suite d'un des derbys les plus électriques d'Italie, le footballeur brésilien a ressenti un amour très important envers sa personne. Et le Brésilien a tenu à renvoyer l’ascenseur aux Tifosi sur les réseaux sociaux : "En si peu de temps, je ressens un sentiment que je ne peux pas expliquer. Je suis Fier de faire partie de cette équipe, plus unis que jamais, je n’arrêterai jamais d’y croire." La déclaration de Rafinha a des implications qui vont au-delà d'une relation de plus en plus proche avec les Tifosi de l'Inter. Il représente une énième phrase qui démontre son attachement à l’Inter et sa volonté de rester à Milan, également au terme de la saison. Cette situation n'est pas du tout évidente compte tenu de la somme plutôt élevée exigée par le Fc Barcelone lors du transfert en Italie en janvier, néanmoins, l’Inter tentera de satisfaire Rafinha et, ce après le 20 mai. Le club commencera à traiter avec les Catalans pour étudier les formules possibles pour conserver le Brésilien à Milan. Ausilio l'a placé parmi les objectifs prioritaires de la prochaine saison et s'entretiendra avec Barcelone pour les convaincre de répondre aux besoins de l'Inter et de ceux de Rafinha qui se sent de plus en plus partie de la famille Nerazzurri. En fin de match, le Capitaine Mauro Icardi a fondu en larmes. Après avoir vu la victoire de l’équipe d’Allegri, cette image est très similaire à celle de Ronaldo le 5 mai 2002, période où l'attaquant n'a pas pu se retenir sa tristesse de voir un objectif fixé lui échapper, une similitude qui n’échappera à personne, puisqu’il s’agissait également de la dernière journée de championnat et que le match se tenait au Stadio Olimpico…Espérons juste, que cette fois-ci l’histoire finale sera différente : Ronaldo, Champion du Monde, allait signer au Real durant le Mercato estival qui avait suivi… Icardi, suite à ce match, s'est avéré être un vrai interiste, Il Capitano, un surnom qui, ces dernières années, pouvait seulement être attribué à Javier Zanetti.. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il a repris le brassard de Capitaine de notre Vice-Président, de notre Parrain, de Pupi. Le groupe a brillé samedi, même dans le drame. Icardi est resté seul sur le terrain avec Ivan Perisic pour recevoir une standing ovation des Tifosi. Icardi n’a pas eu honte de pleurer devant quatre-vingt mille personnes et des millions de fans qui suivaient son désir à la télévision. Paulo Dybala est allé le serrer dans ses bras et l’a soutenu également au retour au vestiaire…. C’est dans ce genre de moment qu’un joueur peut révéler sa vrai nature et Icardi a prouvé son amour pour l’Inter. Il l’a d’ailleurs toujours déclaré en public : "Porter le brassard du capitaine et jouer en Ligue des Champions avec Inter est le désir que j'ai toujours eu. » Rester Zen immédiatement en après-match La Direction Interiste a également pris la décision d’envoyer Steven Zhang, le Numéro deux du Club. Soyons réaliste, Erick Thohir n’en a plus rien à faire de l’Inter. Luciano Spalletti a été également envoyé pour les interviews. Il s’agit là d’une décision prise avec une grande lucidité, afin de pouvoir protéger les êtres humains que sont nos joueurs. En effet, le but était de protéger nos joueurs d’une déclaration à la Buffon lors du match de Madrid, car des sanctions similaires à celles de 1998 étaient à prévoir en cas de faux-pas…. L’Inter a fait le choix de laisser parler la presse et de faire gérer sa tension par Luciano Spalletti, notre entraîneur a d’ailleurs su se montrer adroit vis-à-vis des chroniqueurs de la Rai. Ces trois points de perdu laisse la Juventus s’envoler vers un septième Scudetti depuis une partie surréelle et remplie d’émotions : Des émotions qui traversent tout le peuple Nerazzurro mais qui confirme l’évidence : Il était écrit que l’Inter ne pouvait pas gagner ce match et ne devait surtout pas être capable d’arracher un point à la Juventus. Une vieille Dame qui voit un bien aigri Gianluigi Buffon, faire le show sur les réseaux sociaux. Joao Cancelo, de son côté a également brillé sur les réseaux sociaux : Enrico Varriale, chroniqueur sportif italien a également tenu à s’exprimer sur le Derby et sur le sort du Napoli : "Ce soir, j’ai vraiment tout vu et tout entendu. Du sang, de la discrimination lors de la faute Barzagli sur Icardi, qui aurait dû valoir un second avertissement au joueur turinois, et donc une expulsion. Pourquoi personne ne s’exprime sur le fait que Pjanic pas été exclu pour un double avertissement ? Pjanic, à plusieurs reprises aurait dû être expulsé. C’est normal que le Napoli a fini par céder, il était confronté à quelque chose que l’on ne sait pas combattre." NB : Le Napoli a d’ailleurs, pour une toute autre raison, disputé l’intégralité de son match face à la Fiorentina à 10 contre 11. Mourinho avait raison… En 2010, alors que l’Inter venait d’être sacrée Championne d’Europe, Josè Mourinho s’était entretenu une dernière fois avec Massimo Moratti. Lors de cette entrevue, le lusitanien avait déclaré "Ils vont vous faire payer pour ce que nous venons de réaliser". Réponse de Moratti : "Je sais". Huit ans plus tard, nous en avons la confirmation. Pour clôturer ce spectacle à la Scala, la Curva Nord pourrait être vidée de ses supporters pour deux rencontres. En effet, le Procureur Fédéral a accepté le fait de se pencher sur les épisodes découlant des échanges entre Matuidi et les Ultras de l’Inter. L’Inter était déjà « avertie » suite à un comportement similaire de ses Tifosi, au terme du match Inter-Napoli. L’Inter ne sera jamais la Juve, preuve en est, lorsque l’Inter dispute une Finale Européenne, elle, elle la gagne ! Piu Che Mai, Fiero d’Essere Interista ! Tableau Récapitulatif Résumé du match Réactions de Tramontana Inter 2-3 Rubentus Buteur(s) : 15’ D.Costa (J), 52’ Icardi (I) ,65’ aut Barzagli (J), 87’ Aut Skriniar (I), 89' Higuian(J) Inter (4-2-3-1): Handanovic; Cancelo, Skriniar, Miranda, D'Ambrosio (94’ Karamoh ) ; Brozovic, Vecino; Candreva, Rafinha ( 80’ Borja Valero), Perisic; Icardi (85’ Santon) Sur le banc : Padelli, Berni, Lisandro Lopez, Ranocchia, Dalbert, Eder, Pinamonti Entraineur : Luciano Spalletti Rubentus(4-3-3): Buffon; Cuadrado, Rugani, Barzagli, Alex Sandro; Khedira( 61’ Dybala), Pjanic( 80’Bentancur), Matuidi; Douglas Costa, Higuain, Mandzukic(65’ Bernardeschi). Sur le banc: Szczesny, Pinsoglio, Lichtsteiner, Benatia, Howedes, Asamoah, Marchisio Entraineur: Massimiliano Allegri Arbitre: Orsato di Schi(f)o Averti(s): 5’ Cuadrado (J), 15’Vecino (I), 21’ Pjanic (J), 45’Barzagli (J), 52’ Mandzukic (J), 57’ D’Ambrosio, 77’ Alex Sandro (J) Espulsé(s): 18’ Vecino (I) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Daniele Orsato, l’arbitre qui a conditionné le Derby d’Italie opposant l’Inter à la Juve, traverse actuellement des journées difficiles… En effet, à Recoaro, son lieu de résidence, l’arbitre vie actuellement sous tension. Comme le déclare le Corriere di Verona : “Les Orsato di Recoaro sont nombreux, géographiquement bien dissimulés et pratiquement introuvables, mais des milices de la haine, sont parvenu à retrouver sa trace. Le nom milice est important, car ce type de personne ne peut être associé au nom de Tifoso d’un quelconque club, que ce soit, l’Inter, le Napoli, ou autre. Dans ce lieu de résidence, on trouve une route qui se termine, une église, une boulangerie et une aire pour enfant où deux têtes blondes ont dû rentrer chez eux précipitamment, lorsque leur mère a réalisé qu’il y avait la présence de journalistes, qui n’avaient aucune idée de l’identité de ces derniers." Cette dernière, anxieuse, a déclaré : "Je suis l’épouse de Daniele Orsato et Non, je ne fais pas de déclarations. Je ne dirais rien" Avez-vous peur ? "Ne voyez-vous pas à quel point nous en sommes arrivés". Cette déclaration est réalisée en même temps qu’un geste rapide de ses mains, preuve qu’il y a bien une source d’angoisse, malgré le fait qu’il s’agisse d’un environnement paisible. Ici, apparemment, il n’y a rien à craindre, nous sommes dans les montagnes, il y a des prairies verdoyantes triomphantes, aucun véhicule. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes installés ici, si vous vous parlez à mon mari, je vous prie de patienter, ici, mais de rester dehors. L’arrivée d’Orsato Daniele Orsato vient soudainement de derrière, comme tout droit sorti de l’un de ces ravins que l’on peut croiser sur la route, il porte une vareuse bleue au couleur de l’Italie et pousse ses enfants à l’intérieur de son domicile. "Je suis bouleversé et je ne veux pas qu’ils s’en rendent compte." Si je suis inquiet ? "Téléphonez à la Fédération si vous avez des questions à me poser, je n’ai rien à déclarer. Orsato reprend la même gestuelle que son épouse pour montrer l’environnement : Vous ne voyez pas où nous vivons ?" Par téléphone, le Coordonnateur Rizzoli, ne souhaite pas s’exprimer d’avantage sur le sujet, mais il confirme également les craintes de ce qui est évident :"Il suffit de regarder comment vit Orsato." Remarque : il n’y a aucune personne ici, sinon des amis de la Famille Orsato, qui se sente menacé par ce nuage de haine qui perce l’idylle d’un village qui voit sa sérénité en prendre un coup. Néanmoins Des policiers ont été mis en place et assurent un service discret mais attentif de vigilance, de patrouille, parfois, ils vont même à faire le tour de la région. Le football n’est qu’un sport, certes, le Derby d’Italie fait couler beaucoup d’encres et en fera encore couler, mais en aucun cas un match de football ne peut faire couler une quelconque goutte de sang. Le comportement de ces énergumènes ne peut être tolérable et toléré, ces derniers sont plus à étiqueté d’hooliganisme. Mais face à ce genre d’énergumènes, hélas Daniele Orsato, a donné, un motif, un bâton pour se faire battre, à savoir un arbitrage controversé dans le match « maudit » de la Serie A. Pour arbitrer un Derby d’Italie, il faut en avoir et savoir se faire respecter, voir être déjà respecté. Ce n’est peut-être pas pour rien qu’à une époque, les arbitres désignés étaient du niveau de Pierluigi Collina…. Le Corriere della Sera, qui confirme le quotidien de Vérone, Orsato s’est réfugié en Famille et cherche à rester à son domicile. "Pourtant Orsato reste un arbitre de qualité en Italie, il sait au fond de lui qu’il s’est loupé, samedi soir en n’expulsant pas Pjanic. La confirmation est d’ailleurs arrivée de la Direction de l’AIA, l’association italienne des arbitres." Pour cette dernière, il est conseillé de laisser Orsato au repos pour la prochaine journée, ou de l’envoyer à la Var. Il semble par contre extrêmement compliqué qu’il soit désigné comme arbitre principal pour les affiches Roma-Juve de la 37ème journée de Série A et également de la dernière rencontre Lazio-Inter. Orsato aura très certainement besoin de repos, lui qui sera de la partie au Mondial en Russie : La FIFA a diffusé la liste des arbitres retenus exclusivement pour gérer la Var, qui fera ses grands débuts en Coupe du Monde. Parmi les 13 arbitres désigné, on y retrouve : Massimiliano Irrati, Daniele Orsato et Paolo Valeri. Le seul arbitre de terrain italien, mais qui pourrait être également désigné à se retrouver à la Var, se nomme Gianluca Rocchi, il sera assisté des juges de ligne : Elenito Di Liberatore et Mauro Tonolini. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Il y a tellement de déception et d'amertume qui ont découlé du Derby d’Italie. De la déception pour le résultat, mais également de la colère en regard à la direction du match réalisé par Orsato. Alessandro Antonello, le Président-Directeur Général de l’Inter, s’est livré à Inter Tv Deux jours après le match contre la Juventus, avez-vous dissipé votre colère, suite aux événements qui ont eu lieu au Meazza ? "Absolument pas, l'entraîneur avait demandé à l'équipe d'être très féroce sur le terrain et c'était le cas. Des choses inacceptables sont arrivées et nous sommes très en colère. Le club mérite le respect, tout comme nos Tifosi." Le risque est peut-être d'avoir un contre-coup, alors qu’il ne reste plus que trois matchs à disputer avant le terme de la saison…Comme Steven Zhang l'a déclaré après le match, il est essentiel de gagner les prochains pour essayer d’atteindre la Ligue des Champions…. "Il n'y aura absolument pas de baisse de tension, les gars ont montré sur le terrain ce qu'ils peuvent faire. Ce sont de grands professionnels, nous attendons une réaction rapide. Le but reste inchangé et nous le démontrerons dimanche prochain contre l'Udinese " Hier, Vous étiez, avec toute la Direction, à Appiano Gentile. Qu’elle a été l’importance de cette journée vis-à-vis de l’équipe, qui doit recharger ses batteries en vue de la prochaine rencontre, qui peut s’avérer cruciale pour cette saison ? "Je tiens à souligner que moi-même et toute la direction avons toujours été proches de l'équipe, tout au long de la saison. Même si certains veulent faire passer un message différent, mais je peux vous garantir que nous sommes tous unis et concentrés afin que nous puissions atteindre l'objectif saisonnier, qu’'est la Champions League ". Quel message voulez-vous envoyer à l'entraîneur, à l'équipe et aux Tifosi ? "Nous avons perdu une bataille, mais ce n’est pas de notre faute. Mais nous voulons gagner notre guerre sportive, pour nous et pour nos Tifosi". L'équipe, à 10 contre 11 était supérieure à la Juventus au niveau du jeu. Est-ce une bonne satisfaction ? "Nous sommes fiers de la performance de nos garçons, qui ont mis de la passion et de l'âme sur le terrain, même en infériorité numérique. Notre public était alors exceptionnel, il nous a soutenus du début à la fin ". Avez-vous vu la vidéo d'Allegri et Tagliavento qui circule sur le web et qui exaspère les Tiifosi ? Pjanic a même déclaré que l’arbitre avait faire usage de compensation, dans la distribution de ses cartons jaunes. Tout cela ne semble-t-il pas exagéré ? "Ce qui s'est passé a été visionné en Mondovision, il a été vu par 80 000 personnes au stade, dans 170 pays connectés, et devant plus de 700 millions de personnes. Ce n'était sûrement pas une belle publicité pour le football Italien, en fait, c’est peut-être une risée européenne. En passant en revue tous les épisodes, il est clair que certaines choses étaient complètement contre l’Inter, qu’avez-vous à dire à ce sujet ? "Nous avons décidé de nous exprimer seulement aujourd'hui pour éviter de faire des commentaires chauds, en étant influencés par les émotions du moment. Nous avons passé en revue tous les épisodes et nous ne pouvons pas expliquer, pourquoi au cours d'une même partie, deux poids et deux mesures ont été utilisés. Dans le monde du football, beaucoup de choses changent mais il semble que certaines d'entre elles restent inchangées. Cependant, nous sommes fiers de notre Histoire." ® Antony Gilles – Internazionale.fr
×