Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ask'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • Jeux video

Groupes de produits

  • T-Shirts Collection 2020
  • T-Shirts Logos
  • T-Shirts Art Portraits

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

5 résultats trouvés

  1. Notre défenseur Cristiano Biraghi a été le dernier à avoir été soumis à une session de questions-réponses en direct avec les tifosi dans le cadre de l'émission Ask proposée par Inter TV. il a commencé par évoquer la situation actuelle dans laquelle le monde se trouve à cause de Covid-19. "C'est une période difficile pour tout le monde. Ma famille et moi allons bien, mais mes pensées vont aux familles qui ont été touchées par Covid-19, ainsi qu'à toutes les personnes qui travaillent pour le contenir et prendre soin des autres. Il est important pour moi de redécouvrir des choses plus normales comme un appel téléphonique plus long à un ami, passer plus de temps avec ma femme et mes enfants, cuisiner et surtout prendre le temps de réfléchir." Il a ensuite parlé de ce qu'il fait pour s'occuper pendant le confinement. "Ayant deux filles ma journée commence très tôt. Le staff nous a donné des instructions pour l'entraînement à domicile et je m'entraîne deux fois par jour, ce qui me permet de me défouler. Je fais une séance de musculation le matin et une séance de vélo ou de tapis roulant l'après-midi. Le changement de mon apparence ? J'ai adopté une approche "autodidacte" avec mes cheveux et ma barbe, une fois que tout sera fini, je vais définitivement aller chez le coiffeur !" Biraghi a aussi évoqué son amour pour l'Inter et de ce que cela signifiait pour lui de pouvoir retourner au club l'été dernier. "Mes débuts à l'Inter remontent à 2011, contre Twente à San Siro. J'étais jeune et pour moi c'était comme un conte de fées. Cependant, j'ai ressenti peut-être plus d'émotions lors de mes deuxièmes débuts, quand je suis revenu, depuis ce retour ma plus grande joie était de porter ce maillot et mon but en C3. Chaque fois que j'enfile ces couleurs, que ça soit le maillot du match ou d'entrainement, c'est incroyable. Chaque fois que je vais au centre d'entraînement Appiano Gentile je me souviens de mes souvenirs d'enfant, quand je voulais être là, à cette place, et que je tentais d'obtenir des photos ou des autographes des joueurs. C’est un sentiment difficile à décrire. J'ai toujours tout donné pour les équipes pour lesquelles j'ai jouées, mais avec l'Inter, étant fan, j'essaie toujours de donner un petit plus. J'ai toujours soutenu l'Inter, mon père a mis le maillot nerazzurri sur moi quand je suis né et c'est donc super que ça finisse comme ça." Ensuite, l'Italien, prêté à l'Inter par la Fiorentina a parlé de ses coéquipiers, de son idole et de ses rêves. "Notre groupe est très sain, authentique et soudé, en grande partie grâce aux joueurs qui sont là depuis un certain temps tels que Handanovic, Ranocchia et D'Ambrosio. Ils nous rappellent chaque jour ce que cela signifie de porter ce maillot. Je m'entends bien avec tout le monde dans l'équipe. J'habite près de Bastoni et Barella. Je joue aussi pour l'équipe nationale avec Barella et nos filles vont dans la même école, donc j'ai une grande amitié avec lui. En tant que tifoso de l'Inter, le joueur qui m'a le plus excité était Ronaldo "El Fenomeno". Mon rêve ? Gagner un trophée avec ce maillot ! C'est un rêve que j'ai toujours fait. Je me souviens que chaque fois que l'Inter gagnait, je sortais toujours pour célébrer, donc gagner en tant que joueur serait super." Biraghi a ensuite parlé de sa transition d'ailier à arrière. "J'ai commencé à jouer en tant qu'ailier puis quand j'avais 13 ou 14 ans, j'ai un peu reculé et j'ai joué à ce poste depuis. J'ai toujours eu une prédisposition à jouer sur l'aile, d'abord en avant puis plus en retrait. Je dirais que Marcelo est parmi les meilleurs joueurs, car il a maintenu un tel niveau pendant tant d'années. En ce qui concerne l'histoire de l'Inter, j'ai vécu le temps de Chivu ici : c'était un grand joueur et un grand homme. Je l'ai toujours admiré. Il y a eu tellement d'arrières latéraux, mais je ne peux m'empêcher de mentionner Facchetti." Pourquoi le numéro 34 ? Que pensez-vous des tifosi ici ? "C'était le premier numéro qu'ils m'ont donné lorsque je suis passé de la Primavera à l'équipe première. Je l'ai pris et je me suis attaché à lui, et quand j'ai eu le choix, j'ai choisi de m'y tenir, y compris lorsque je suis revenu ici. Je ne peux que dire de superbes choses sur les fans interistes parce que je le suis moi-même. Les nerazzurri sont capables de souffrir mais aussi de célébrer au maximum, et ils sont toujours proches de l'équipe." Biraghi a ensuite expliqué comment il avait été affecté par la mort de Davide Astori. "Ce fut une période difficile pour moi, pour mes coéquipiers et plus que tout pour sa famille. Cela m'a fait beaucoup réfléchir et changer certaines choses dans ma vie. C’est aussi un plus lorsque je suis sur le terrain, je me bats aussi pour lui, car il était mon capitaine et il se battait toujours pour ses équipiers. Je pense souvent à lui avec ma femme et je parle à sa famille de temps en temps, ce sont des gens exceptionnels." Il a conclu en leur envoyant un message. "Restez proches de vos familles, restez à la maison, c’est la seule façon de nous aider les uns les autres pour traverser cette période compliquée. En ce moment, nous devrions applaudir celles et ceux qui travaillent 20 heures par jour pour aider les personnes infectées par Covid-19. Je parle des médecins, des infirmières et de bien d'autres. En ce moment ils sont en première ligne. Après nous reviendrons tous ensemble pour encourager notre Inter." ®alex_j - internazionale.fr
  2. Septième rendez-vous de l’émission Ask proposée par Inter Tv qui met en scène un joueur de l’Inter confiné répondant aux questions des tifosi. Après Skriniar, D'Ambrosio, Stefan de Vrij, Borja Valero, Esposito et Ranocchia, place à présent au Capitaine de l’Inter, Samir Handanovic en direct de la Slovénie. Comment te sens-tu ? "Bien pour le moment." Comment vis-tu cette période actuelle ? "Au tout début, je pensais comme tout le monde que ce serait moins grave que ce qui était dit. Et peut-être que nous l’avons un peu pris par-dessous la jambe. A présent, nous sommes tous conscient de ce qu’il en est, et nous suivons les règles adéquates qui en découlent. Il y un peu de préoccupation, c’est tout à fait normal." Comment restes-tu mentalement concentré ? "C’est difficile, on s’entraîne à la maison, on fait ce que l’on peu. Je regarde quelques anciennes vidéos qui m’intéresse, je regarde aussi d’ancien match." Quels anciens matchs as-tu regardé ? "J’ai visionné quelque chose qui m’intéressait, mais je le garde pour moi." Dalbert a dit de toi que tu es un gardien exceptionnel et une personne fantastique. Quelle est l’importance d’avoir ce sens de responsabilité ? "Je pense que tous les joueurs doivent être responsables. Ensuite j’ai connu de très grands équipiers qui était d’optimaux exemples à suivre, j’ai cherché à prendre exemple sur eux dans les moments difficiles. Les mots de Dalbert me font plaisir, j’ai toujours connu des exemples à suivre et je suis content d’être un exemple positif pour quelqu’un" Que fais-tu de ton temps libre ces jours-ci ? "Je le passe avec ma famille, je joue aux cartes, je lis des livres, la télévision. Je ne suis pas toujours accès à la télé, mais le soir, je regarde quelques choses avec mes enfants avant de les mettre au lit." Que signifie "Être Capitaine" ? "C’est un privilège d’endosser le maillot de l’Inter et d’en être Capitaine. Avec le temps qui passe, il reste la fierté. Je dis à mes équipiers de tenir bon dans cette période difficile, que c’est le moment pour profiter d’être en famille. Quand le moment sera venu, nous reviendrons tous nous battre ensemble." As-tu compris comment faire l’entrainement online ? "Oui, nous avons un groupe. On nous envoie des exercices à faire via des vidéos, je crois que toutes les équipes le font. On peut donc se mettre au niveau et être privilégié d’avoir des retours aussi des autres." Sens-tu que tu as récupéré depuis la blessure ? "Oui, cela fait deux mois, c’est quelque chose d’oublié." Quelles sont les émotions que tu as ressentis lors d’Inter-Empoli ? "C’était une très belle soirée qui s’était bien terminée. C’était un moment difficile pour nous, on jouait le tout pour le tout lors de la dernière journée et au final, nous étions tous heureux. C’était émotionnellement beau." Tu y a été providentiel..... "C’est un match qui fait plaisir à revoir et à revivre mentalement, mais ce n’est pas utile de vivre de souvenir." Comment te sentais-tu lors de ton arrivée à l’Inter ? "Comme dans un rêve d’enfants et de joueurs. Je jouais avant à l’Udinese et tous les joueurs ambitionnent à quelque chose de plus. Lors de cette période, l’Inter était sur le toit de l’Europe et du Monde, c’était donc une fierté et j’en étais très enorgueilli, c’était une sorte de test personnel, un rêve." Quelle a été ta meilleure parade sous le maillot de l’Inter ? "Il y a tant de parades qui me plaisent, mais celle qui m’a mis le plus en difficulté était le coup-franc de Calhanoglu lors du Derby." Le souvenir qui te fait le plus plaisir à l’Inter ? "La dernière journée de l’avant-dernière saison : Lazio-Inter : C’est la soirée que je me remémore avec le plus de plaisir." Peux-tu faire un sourire ? "Bien sur (il rit)..... Vous savez que je suis quelqu’un qui sourit tout le temps." Quel est ton rêve ? "Soulever des titres." Ton idole ? "Peter Schmeichel" Tes passions mis à part le football ? "Les échecs, lire et jouer à d’autres sports en famille et avec les amis." Qui est ton gardien de but de référence à l’Inter ? "Julio Cesar car je l’ai vu jouer à mon époque à de nombreuses reprises. Je ne peux pas citer les autres car je ne les ai que très peu vu. Les gardiens de ma génération voyaient jouer Julio et c’était lui qui était pris en référence." Quels sont tes rapports avec Berni et Padelli ? "Nous avons de très bons rapports aussi hors du terrain, nous sommes souvent d’accord juste en nous regardant. Il n’est pas nécessaire de se parler car nous sommes ensemble depuis trois-quatre ans, c’est donc normal." Quel est le plus beau penalty que tu as contré ? "Ma parade préférée est la prochaine à réaliser, pas les penaltys." Quel est l’importance d’être protégé online ? "Je pense que c’est important, nous passons bien plus de temps à présent sur les pc ou au téléphones, c’est important d’être protégé." Quelle émotion ressens-tu en étant sous la Curva ? "C’est toujours beau lorsque la Curva est proche, qu’elle soit au-dessus de mes épaules ou pas, cela change peu. Au début j’étais gêné, mais à présent c’est du pur plaisir. J’aime être proche du stade." Quel est ta routine actuelle ? "Ma journée consiste à faire ce que je peux : Travailler avec force pour maintenir la condition physiques et des travaux de transformations. Il y a mois de travail avec le ballon comparé à ce que nous faisons à Appiano, mais je fais ce que je peux. Ici, je peux bouger car la situation est meilleur qu’en Italie, ce n’est pas aussi grave, je peux sortir faire du sport ou me balader." Quel est ton lieu favori à Lubiana ? "Le centre, je peux y passer pour boire un café au bord d’une rivière le matin pendant que les gens sont encore endormis." Qui, dans l’équipe est le meilleur, selon toi dans les activités suivantes parmi le tennis, la natation, la marche… ? "Brozo jouait au tennis, je sais qu’il est le meilleur dans ce type de sport : Le tennis, le ping pong, les fléchettes." La Natation ? "Nous n’avons jamais dispute de concours de natation, je ne sais pas répondre." La marche ? "Pintus forcément (il rit)." Borja aussi aime marcher… "Oui c’est vrai, allons pour lui. Je ne sais pas pour qui d’autre." Tu es mentalement très fort, d’où puises-tu cette capacité ? "Je ne crois pas que ce soit l’une de mes caractéristiques, mais j'ai une très grande force de volonté." Comment est-tu devenu gardien de but ? "Je le suis devenu en regardant mon cousin. Avec tous les enfants qui jouaient à l’extérieur, je le regardais aussi jouer et c’est aussi comme cela que j’ai débuté." Comment était le baiser de Skriniar lors du match face à Empoli "Je n’en sais rien, c’était quelque chose de spontané venu de lui.." Quel a été le tir le plus difficile à arrêter ? "Ce sont tous des tirs compliqués, un gardien ne doit jamais en sous-estimer un car tu peux commettre une erreur aussi sur un tir apparemment plus simple. Ensuite, il y a des tireurs expérimentés qui eux sont toujours plus dangereux." Sais-tu que ton surnom en Chine est "Old Father"? "C’est un beau surnom, je n’aime juste pas le Old (il rit). Un de mes amis m’avait dit une fois que j’étais jeune et rapide, à présent je suis juste rapide, donc "Old Father" me correspond bien." Veux-tu dire quelque chose à ceux qui te suivent ? "Tenez bon, ne sortez pas de chez vous, cela passera et nous retournerons tous à la vie normale. Il faut faire un petit effort maintenant et ensuite, tout redeviendra comme avant." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Sebastino Esposito, "Seba" pour les intimes s’est livré sur Inter Tv à Ask. Voici les échanges de la jeune pépite Nerazzurra auprès des tifosi : "A l’intérieur du vestiaire, je reçois tant de conseils pour m’améliorer, et tous me disent de continuer à travailler et de rester humble." Ton secret pour passer les défenseurs ? "Lors d’Inter-Dortmund, il m’a fallu être un tout petit peu fourbe, j’avais le ballon devant moi et les défenseurs à mes basques, je me suis mis devant l’adversaire en écartant mes bras, je cherchais le contact. Le conseil que je peux donner est toujours d’observer les pieds de l’adversaire pour comprendre quand tu peux tirer." A quoi t’attends-tu dans le futur ? "A tant de belles choses et j’espère qu’elles me seront nombreuses. Je peux vous dire que lorsque je me réveille et jusqu’à quand je vais me coucher, je rêve de remporter quelque chose avec le maillot Nerazzurro et, si c’est possible, avec le maillot de la Nazionale. Nous verrons si ce rêve pourra se réaliser." Qu’as-tu ressenti lorsque Lukaku t’a laissé tirer le pénalty ? "J’ai entendu tous les tifosi le demander et Lukaku a, réalisé pour moi, le rêve le plus important de ma vie. Je remercie les Tifosi et Romelu pour la personne qu’il est." Es-tu célibataire ? "Pour l’instant, je n’ai pas de petite amie." Ton idole ? "J’ai toujours dit Totti, mais Ronaldo "Il Fenomeno" était fou, j’ai revu ses vidéos. Je pourrais citer plus d’un attaquant parmi les plus fort du monde : Milito : Lors du Triplé, il nous a rendu fou." Comment ressens-tu le fait d’être en équipe-première à ton âge ? "Je pense que c’est un rêve pour de nombreux garçons de pouvoir porter ce maillot, j’en suis fier. Je dois l’honorer en me donnant à plus de cent pour cent." Comment est née ta passion pour le Calcio ? "Je pense être né avec. Mon papa a toujours été proche de ce monde et toute la famille a vécu de pain et de ballons. C’est difficile d’en être écarté." Mes frères ? "A la fin de la journée, je les écoute pour savoir comment se sont déroulées les leurs, pour nous donner des conseils et pour échanger aussi sur nos craintes." Qu’aimes-tu le plus à l’Inter ? "Je pense que, mis à part les histoires de ces dernières années, qu’il s’y est créé une vraie et propre famille. Je suis ici depuis peu d’années et tous se veulent du bien et tous veulent le meilleur pour cette Famille." Quel est ton rapport avec Lukaku ? "Nous avons de si beaux rapports, déjà lors des premiers matchs amicaux. J’ai toujours entretenu de très bons rapports avec lui et avec toute l’équipe." Ce que je lui volerai ? "Ses buts, car en peu de temps, il en a inscrit tellement. Et aussi parce qu'il me vanne sur le côté, en me disant que j’en ai inscrit peu." De quel joueur du passé de l’Inter, t’inspires-tu ? "Ronaldo et Milito qui étaient parmi les plus talentueux. Ce sont les attaquants les plus fort que j’ai pu voir." Est-ce que tes parents sont content de ce que tu réalises ? "Ne me le répétez pas tous les jours, sinon cela me monterait à la tête. Blague à part, je pense qu’ils sont fiers de moi et de mes frères." Était-ce plus émotionnant: Débuter en Ligue des Champions ou ton penalty en Ligue des Champions ? "Vous me mettez en difficulté, je ne peux pas faire un tel choix. Plus sérieusement, seul le résultat compte, ensuite les prestations. Vous me mettez à rude épreuve, ce sont deux émotions complètement fantastiques, je ne suis pas capable de faire un choix: D’un côté c’est le début en Coupe d’Europe, de l’autre mon premier but en Serie A. Au final, je prendrais le but." Comment est-ce de jouer aux côtés de Champions d’une certaine renommée et comment as-tu été accueilli ? "C’était très bien, c’est une famille et je suis le plus jeune, j’ai donc été bercé et dorloté." Que ressens-tu à l’intérieur de ce groupe ? "Je pense que si j’ai quelque chose à ressentir, c’est de la Fierté. Ensuite les années ne comptent pas, ce qui compte c’est ce que tu réalises, c’est une grande responsabilité de revêtir le maillot." Le rêve de tes rêves de buts ? "Marquer sous la Curva Nord pour exulter avec les tifosi." As-tu d’autres rêves en tête ? "Au niveau humain oui, fonder une famille, être un bon père, être un brave homme et être un brave fils pour mes parents." Que t’as dit Lukaku avant que tu tires ton penalty ? "Vous l’avez tous vu. Vous lui demandiez si je pouvais le tirer et, lui, il a décidé de me laisser tirer. J’ai ressenti l’énergie du Meazza, la chaleur de tout le peuple. C’était vraiment un rêve grandiose." Il faut toujours s'améliorer, sur quels aspects fondamentaux penses-tu devoir t’améliorer ? "Il faut se dévouer au travail mais aussi avoir de la chance dans la vie. Le Staff m’a dit de me dévouer à la tâche, il te faut aussi de la chance, et l’envie de vouloir t’améliorer." Quelle a été l’importance de ton cercle familial dans la gestion de la pression du Haut-Niveau ? "Je n’ai mais ressenti de pressions de la part de ma famille, ils m’ont toujours donnés des conseils positifs." Pourquoi as-tu choisi le numéro 30 ? "C’était un choix forcé car le club voulait voir diminuer le numéro de maillot. Avant je portais le 70, j’ai donc repris un nombre plein et comme le 30 était libre." Ton Onze idéal..... "Dans les buts, c’est difficile, même si ce serait dur de ne pas choisir le Capitaine car ensuite ce serait dur pour moi de rentrer dans le Vestiaire (il rit...) je le choisi car c’est le plus fort en circulation." "En défense, je dirais De Vrij, Samuel, Materazzi, Maicon et Zanetti. Au milieu, je jouerais avec deux joueurs : Stankovic et Brozovic. Ensuite Milito, Ronaldo, Lukaku et Lautaro." Moi entraîneur ? "Non, je laisse la place aux autres." Quel genre d’attaquant es-tu ? A qui pourrais-tu te comparer en terme de style de jeu ? "Je pense être un attaquant moderne car j’aime disputer les phases. J’aime les phases défensives car cela me plait de pourchasser les adversaires. Pour répondre à la seconde demande, car j’en suis amoureux, j’espère ressembler à Milito." Étais-tu nerveux ou sous le coup de l’émotion avant de tirer ton penalty face au Genoa ? Que t’as conseillé Lukaku ? "Lukaku m’a dit d’attaquer le ballon en étant sûr de moi et de marquer. Je n’étais pas tendu...Par chance, je ne comprenais pas encore bien ce qui était entrain de se passer. J’entendais le public qui espérait que j’allais marquer, mais je n’étais pas tendu." Est-ce que Lukaku est l’équipier avec qui tu t’entends le mieux ? Chaque fois qu’il marque, tu es toujours le premier à exulter "J’aime célébrer avec chaque équipier, pas qu’avec lui mais avec tout le monde. Je me sens bien avec tous le monde, mais avec Lukaku et D’Ambrosio, il y a un rapport particulier." "Je connais Danilo depuis tant d’années, depuis que j’étais enfant, papa l’entraînait. J’ai une bonne relation avec eux deux." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. C’est devenu une habitude en ces temps de confinement : Plusieurs Nerazzurri se sont prêtés au jeu de "Ask" Le principe est simple : De chez eux, les joueurs répondent aux questions des tifosi via internet. Cette fois-ci, c'est Borja Valero qui s'y est collé et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il aime causer l'hispanique: "J’aime énormément lire, je lis actuellement une série de livre de Nesbo." Ta vision de jeu ? "Pour ce qui est de mon expérience personnelle, la répétition des mêmes gestes techniques te fait t’améliorer dans ce que tu entreprends dans la vie, il y a aussi ceux qui naissent avec quelque chose en plus." "La sportivité, pour moi est de comprendre ce qu’est le sport et ce qu’il peut t’apporter de bon, je crois que comprendre cela dans la vie est un atout." As-tu ressenti aussi cette unité à Milan ces derniers jours ? "Oui absolument. Objectivement, j’ai toujours dit que l’humanité se voit dans les moments difficiles. Et c’est ce que nous voyons actuellement. Les gens s’unissent et cherchent à avancer tous de la même manière, je le vois aussi avec ceux qui me sont proches." "On se donne du courage avec de la musique, on passe des jours sur les balcons avec l’espoir d’arriver à un moment où tout ira vers le meilleur. J’espère que nous y arriverons rapidement." Lors de la première partie de la saison, tu n’as pas joué énormément. Ensuite lorsque tu as été appelé, tu t’es mis à disposition en te faisant trouver prêt. Comment es-tu resté concentré ? "Ce n’est pas facile lorsque quelqu’un te dit que tu n’auras pas de temps de jeu et que si tu en as, il sera très faible. Ce n’est pas facile à accepter, mais comme je l’ai dit dès le départ, j’ai réussi à m’adapter à cette situation. Je me sentais encore capable d’offrir tant de choses à cette équipe, je me suis entraîné à cent pour cent quotidiennement." "Avant que n’arrive le moment où l’entraîneur allait faire appel à moi, je me suis dit qu’il me trouverait en bonne condition et que ce serait pour moi l’occasion de prouver ce que je peux encore donner." "Ensuite, à cause des blessures, j’ai eu une possibilité de jouer et je voulais apporter quelque chose, je voulais apporter ma contribution à cette équipe et j’en suis content." As-tu un joueur de tennis préféré ? "Ce n’est pas un des sports que je suis le plus, mais j’aime tout de même y jouer. Rafael Nadal, je ne peux rien dire d’autre. C’est un exemple comme joueur mais aussi comme personne, il est incroyable." Aimes-tu te balader en montagne ? "C’est l’une de mes passions, une de celles que j’aime le plus dans l’absolu. Y aller en famille est une façon de changer de routine, celle de vivre en Ville. Et c’est bien utile." Quelle est la différence entre Conte et les autres entraîneurs que tu as connu ? "Je crois que je peux le définir en un seul mot : Intensité. Il vit le quotidien à cent pour cent, il a de l’intensité, de la force et un caractère conquérant. Il veut gagner à tous les coups et il travaille pour ça." Quel joueur, italien, ou étranger, pourrais selon toi présenter tes caractéristiques ? "Je n’ai jamais aimé les comparaisons. Je ne les considères pas utile. Je pense tout de même que chaque joueur a ses caractéristiques et qu’il doit les mettre en avant sans faire attention aux autres joueurs. Tu dois être capable d’aller de l’avant avec tes qualités et tes défauts pour tracer ta propre route." Tu passes tellement de temps en Famille. As-tu créé un jeu, même footballistique, pour passer le temps ? "Je crois qu’il y a tellement de jeux et pas uniquement le football pour occuper mes enfants. Nous avons fait certains jeu comme le Calcio-Tennis : Le but est que les ballons doivent passer au-dessus du filet et être repris de part et d’autre. Mon fils s’est bien amusé." Vas-tu retrouver ta longue barbe ? "Cela dépend de mon état d’esprit. Il y a encore quelque jours, j’ai tout coupé." Pourquoi le numéro 20 ? "Lorsque je suis arrivé à Villareal, c’était l’un des derniers numéro de libre. Je l’ai ensuite toujours utilisé, il n’y a pas de raison particulière, il me plait et c’est tout." Comment t’es venu cet amour pour le football ? "Elles étaient peu nombreuses, les fois où mon papa me permettait d’aller voir le Real Madrid. Lorsqu’il m’y a emmené, je suis tombé amoureux de ce jeu et je le suis encore." Comment te sens-tu à Milan ? "Extrêmement bien. C’est facile de se sentir bien ici, c’est l’une des plus belles ville d’Europe. C’est facile de s’adapter dans une telle ville." Ton idole depuis tout petit ? "Je me voyais en Guti du Real. Il a joué chez les jeunes et a connu le succès en équipe première Les tifosi ne l’aimaient pas énormément, mais pour moi, il avait de grandes qualités." Que penses-tu des tifosi de l’Inter ? "C’est facile, et c’est prouvé à chaque match. Partout où nous allons, ils nous suivent en étant nombreux. Il y a aussi le Meazza qui est comble à chaque match. Je ne peux pas dire autre chose que Merci car grâce à eux, nous aurons des points en plus au classement." La partie qui t’as le plus marqué ? "Pour moi, sans aucun doute le premier Derby. Lorsque je suis arrivé en Italie, je l’ai vu à la télé et j’étais marqué, mais je ne savais pas ce que cela voulait dire jusqu’au moment où je l’ai vécu de l’intérieur. Mon premier Derby, nous l’avons gagné 3-2 et c’était une grande émotion, contribuer à cette victoire était magique." Ton surnom ? "Je n’en ai pas qu’un, mais ceux qui aiment dire des conneries dans le groupe m’appellent "Il Professore"." Ta plus grande qualité sur le terrain ? "Je n’aime pas parler beaucoup de moi sur cela. Si je devais en exprimer une, je dirai ma rapidité de penser et mon intelligence tactique." Ton style de musique préféré ? "J’aime tous les genres de musiques. J’espère que l’on pourra rapidement retourner voir des concerts." Quel conseil peux-tu donner à Esposito ? "C’est un grand joueur qui à un tel potentiel à exploiter. Je lui conseillerai d’observer les joueurs les plus expérimentés et d’apprendre énormément d’eux. Il est proche de moi dans le vestiaire et je cherche toujours à lui faire comprendre l’importance d’être professionnel sur et hors du terrain. Je crois que c’est une chose qu’il se doit d’apprendre actuellement." "Tu peux commettre des erreurs à son âge qui pourraient faire que tu ne parviennes pas à atteindre le niveau auquel tu peux prétendre. Et lui, selon moi, il a un niveau vraiment important à atteindre, ce serait dommage de ne pas y arriver." Ton milieu de terrain préféré en Serie A actuellement ? "Je dois dire Brozovic pour l’Inter, il est incroyable, cela fait des années qu’il a atteint un niveau élevé. Un joueur qui n’est pas de l’Inter est Zielinski du Napoli. Je crois que c’est un joueur réellement important, il fera la différence dans le Calcio dans les années à venir." Quel autre sport aimes-tu mis à part le football ? "Tous ceux que je peux parvenir à faire. Mes passions sont la NBA et la NFL, j’aile les regarder à la télé et je les suis énormément." Que voudrais-tu dire que tu n’a encore jamais dit ? "Nous devons rester sérieux et ne pas parler uniquement de football. C’est important de rester à la maison, ça fait la différence, la Chine l’a prouvé. S’il vous plait, restez à la maison, nous pourrons rapidement retrouver ainsi notre vie d’avant." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Intervenu à travers les réseaux sociaux, Stefan De Vrji s’est livré auprès des tifosi : "Je me sens bien merci. Je cherche à faire le maximum même dans cette situation délicate, je m’entraîne deux fois par jours, je mange, me repose, lis des livres.." Ressens-tu l’affection des tifosi ? "Oui, énormément, au stade et aussi en dehors. On sent qu’ils tiennent à l’équipe, c’est important pour nous les joueurs." Qu’est-ce qui te pousse à écrire sur les réseaux sociaux ? "C’est une joie d’offrir de la joie. Nous avons un peu de chance: Je suis moins actif actuellement sur les réseaux, mais je cherche toujours à apporter de la joie aux personnes." Comment te sens-tu avec Conte ? "Je me trouve bien, j’apprends tellement de choses comme tous les autres : Nous sommes content, nous cherchons à le suivre." Comment te sens-tu avec Skriniar ? "C’est un défenseur très fort avec qui tu apprends énormément. C’est un très bon garçon, c’est un plaisir de jouer avec lui." Demande de Danilo D’Ambrosio : Combien de livres as-tu déjà lu depuis le début de la quarantaine ? "Pour l’instant, en une semaine j’en ai lu 4. J’ai tant de temps, c’est un plaisir de les lire du balcon l’après-midi. J’aime lire des choses spirituelles." Ton plus beau but ? "Ils sont deux, ceux face au Milan." Le joueur le plus dur à marquer ? "Ils sont nombreux, type Messi et Ronaldo qui sont les meilleurs. Mbappé est aussi difficile à marquer, car il est extrêmement rapide." Quelle équipe supportes-tu depuis ton enfance ? "Feyenoord, je l’ai toujours supporté et ensuite j’y ai joué. Mon papa m’a transmis la passion du football, il y a joué étant jeune et ils suit de nombreux matchs, les miens inclus, il est fier de moi." La rencontre qui, aujourd’hui, tu te remémores avec plaisir..... "Il y en a tellement, mais si je devais en choisir une, ce serait celle face à l’Espagne au Mondial, remportée 5-1. A l’Inter, je dirais les Derby où j’ii marqué, ce sont toujours des émotions qui restent en toi pour toujours" Lequel des deux buts lors du Derby considères-tu comme le meilleur ? "Je pense à celui de cette année vu le déroulement de la rencontre : La remontée de 0-2 à 4-2, c’était beau d’inscrire le troisième but de cette manière." Comment est-ce de jouer en équipe nationale avec Van Dijk? "C’est très beau, il est fort et je peux apprendre tellement de lui. Hors du terrain, c’est une très belle personne. Il est si fort, je regarde les choses qu’il fait et comment il parvient à s’extirper des situations. Cela m’est utile ensuite aussi bien avec l’Inter, qu’avec l’équipe nationale. Je cherche toujours à m’améliorer." Ta prochaine destination de voyage ? "Ce n’est correct de penser à voyager en ce moment, il faut rester à la maison." Ton restaurant préféré ? "Il s’appelle 'Io', c’est un restaurant asiatique près de ma maison. Mais en ce moment, je ne peux pas y aller" Peux-tu dire quelque chose en milanais ? "Tu veux entendre la phrase de ma vidéo de présentation ? Taaac (il la diffuse et rit) Est-ce que je me suis amélioré ?" As-tu toujours voulu jouer en défense ? "J’ai débuté comme attaquant, puis je suis passé au milieu. A 16 ans, je suis devenu latéral et ensuite défenseur central en équipe première. Le football a été le première sport que j’ai commencé à faire, j’ai aussi fait du tennis. J’ai du choisir et j’ai bien choisi." Ta source d’inspiration footballistique ? "Il y a tellement de joueurs, mais j’ai toujours voulu devenir la meilleure version de moi-même." La qualité la meilleure d’un défenseur central "Elle sont nombreuses, il y en a pas une qui ressort en particulier. Mais il faut savoir lire les phases de jeu." Aimes-tu plus le premier, le second ou le troisième maillot ? "Le troisième que je porte actuellement. Je les aimes tous, mais c’est le plus beau avec le vert." Sur quoi pourrais-tu t’améliorer après cette quarantaine ? "Sur chaque aspect, à travers le travail. Nous devons avant tout battre cet adversaire, ensuite nous penserons au football." Qu’as-tu ressenti la première fois que tu as joué pour l’Inter ? "C’était une très belle expérience, c’est le cas à chaque fois." Préfères-tu la défense à 3 ou à 4 ? "Je joue et je dois être utile à l’entraîneur, cette année c’est à trois. Je n’ai pas de préférence et je n’y trouve pas de différence." Nombreux sont ceux qui te demandent ton maillot en fin de match, comment fais-tu pour les voir ? "Quelqu’un me le dit. Ensuite tu es as qui ont des panneaux si imposant que je les vois moi-même." En guise de conclusion : "Je vous remercie pour vos questions, c’était un plaisir. Je vous demande de rester à la maison. J’espère que l’on surmontera rapidement cette situation" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...