Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'avant-match'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Évènements de Inter Club Paris

News

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

11 résultats trouvés

  1. Victor Newman

    Juventus - Inter : l’avant-match de Spalletti

    Luciano Spalletti s’est livré à la traditionnelle conférence de presse au centre sportif de l’Inter. Est-ce que ce match est plutôt une façon de découvrir votre niveau ou êtes-vous certains de pouvoir battre la Juve ? "Celui qui pense m’en dissuader a perdu. Nous nous présentons à chaque match pour la gagne. Je viens avec plus de certitudes derrière moi, l’équipe a grandi et est devenue plus complète dans sa façon d’être concentrée en match. Dernièrement nous avons réalisé une belle partie, nous faisons preuve parfois d'inattention lors de certaines périodes du match, mais nous sommes une très belle équipe, aussi bien au niveau des joueurs que dans notre façon d’évoluer sur le terrain." Est-ce que votre processus de croissance se joue entre ce match de vendredi et celui de mardi ? "Il se joue énormément sur l’ensemble de la saison. Et nous jouons beaucoup sur une saison complète. Nous devons poursuivre notre chemin pas à pas, Si nous sommes convaincus que ceux qui sont devant nous sont plus fort ou doué que nous, cela va nous induire à ne pas poursuivre notre chemin." Pour quelle raison restez-vous modéré vis-à-vis de la Juventus lorsque l’on parle de Scudetto ? "En ce qui me concerne, rien n’est terminé après une défaite mais plutôt lorsque tu n'es plus convaincu de pouvoir atteindre un objectif bien précis. Nous sommes convaincu par cette philosophie, c’est clair qu’il y a un écart important au classement. Ce sera difficile de les rattraper, c’est la mauvaise nouvelle. La bonne est que ce premier pas, celui de pouvoir rattraper une partie de notre retard, dépend de nous." Est-ce un classement faussé ou est-ce que la Juve est vraiment inégalable ? "La Juve prouve chaque année qu’elle dispose de joueurs qui peuvent faire encore plus la différence que l’année précédente. Il y a trois ans, j’étais à la Roma et après six mois de compétition, ils sont venus recruter Pjanic qui était mon joueur le plus fort à la Roma avec De Rossi dans la construction du jeu." "Ils ont pris cette saison Cancelo, qui était l’année dernière, l’un des plus fort latéraux du championnat. Ils ont pris Higuain au Napoli. Ce sont des détails importants de la croissance du Club. Cette année ils ont passé un cap en recrutant un Champion de haut niveau qu'est Cristiano Ronaldo, je pense que la mentalité qui conduit leur vestiaire est inusable." "Il y a une certaine soutenance dans nos différences, nous faisons notre propre parcours. Ce que je dis à mes joueurs lors de nos analyses, c'est qu’ils doivent toujours faire preuve d’un comportement correct et professionnel, afin de faire les choses justes pour aller de l’avant, ce qui a pour but de ramener chez nous les objectifs fixés." "Nous devons jouer ce match avec la bonne personnalité et du caractère, j’ai vu des signaux importants lors de nos derniers matchs, j’ai vu l’équipe jouer contre des adversaires et dans certains moments du match, je l'ai vu jouer en étant convaincue, et c'est là que tu peux faire souffrir n’importe quelle équipe qui se trouve devant toi." Comment vont Nainggolan et Dalbert ? "Je les ai écarté car ils ne sont pas en condition. Je les évaluerais dans la durée. Ils vont mieux comparé à nos derniers examens, mais ils ont encore besoin de temps." Quel effet cela vous fait-il de savoir que toute l’Italie supportera l’Inter, car vous pourriez rouvrir le Championnat ? "Cela ne me fait aucun effet, ni aucun avantage d’avoir une telle approbation. Ce qui me touche, ce sont les sentiments de mes Tifosi, leurs désirs. Nous monterons sur le terrain avec leurs affections. Nous serons toujours attaché à ces sentiments et ils sont présents avec nous, sous le maillot." Ce sera le premier Juve-Inter de Ronaldo, comment le stopper ? "Avant toute chose, la Juve n’est pas uniquement Ronaldo, c’est une équipe composée de joueurs de qualité dans chaque secteur. Même Chiellini est un joueur phénoménal. Pour synthétiser mes dires, il suffit juste de voir les cinq minutes de Juventus-Spal sur le 2-0. Il suffit de voir comment ils se comportent et on voit qu’ils agissent par groupe et non par des individualités..." "Tout le monde se complète, ils ont une mentalité, une volonté, un professionnalisme. Ils ont beaucoup de joueurs ce niveau, tout comme nous en avons. Le collectif est fondamental car il peut te sauver vu que l’équipe dépend de plusieurs joueurs, ces derniers te permettent d’aller jusqu’au bout, nous sommes aussi une telle équipe et nous sommes fort." A quel type de match vous attendez-vous ? "Il s’agira d’un banc d’épreuves qui me permettront de voir qui sont ceux qui répondront présents. Mes joueurs ont du potentiel, de la volonté. Il ne faut pas oublier de mettre en avant Pjanic qui est un des joueurs qui met en route le mécanisme de l’équipe. Nous aurons besoin de savoir répondre également aux duels. Nous ne devons pas penser à comment eux agirons sur le terrain, ni nous limiter à leurs comportements." Croyez-vous que l’Inter soit l’adversaire idéal pour réduire cet écart ? "Le Napoli est allé gagner à Turin l’année passée, il ne leur a manqué que un ou deux résultats. Cette année, ils sont encore plus loin. L’enseignement est que nous avons perdu ces points et que la Juve montre en vouloir encore plus. Il y avait moins de distance avant et c’était forcément plus évident de revenir. Pour l’heure, nous serons égaux si nous élevons notre niveau de jeu, cela pourra réduire les différences." En quoi pensez-vous être supérieur à la Juve ? "Vu les points d’écart, ce serait présomptueux de penser ainsi, je ne tiens pas à le faire. Cependant, nous devons être une équipe de façon continue, c’est ce qui pourra mettre en difficulté la Juve. Si nous parvenons à prendre possession du terrain et à jouer en bloc équipe durant 90 minutes, en coupant les espaces pour ne pas qu’ils aient le temps de jouer, nous pourrons leurs créer des problèmes." "Autrement, ils ont l’habitude de gagner en dominant et en sachant souffrir, nous n’avons jamais eu le même comportement, eux se comportent d’une telle façon jusqu’au bout. Il n’y a pas toujours eu cette étiquette sur la Juve, mais c’est un onze fort individuellement qui a l’avantage disposer de toute les solutions." "J’en ai parlé à Allegri, de sa façon dont il gère l’équipe, il est capable de la faire sortir d'une situation compliquée et même d’en tirer un avantage. Nous devrons bien jouer en bloc en étant courageux et avec de la personnalité. Ce sera aussi important de les avoir à l’œil dans nos rétroviseurs..." Comment allez-vous expliquer ce qu’est être Interiste à Marotta, quel conseil lui donner ? "Je vais lui souffler à l’oreille une phrase d’Inter Campus : Nous sommes les Frères du Monde. Je me suis informé sur l’origine de l’acte de constitution de l’Inter en 1908 : Nous porterons les couleurs de cette nuit splendide : Le Noir et l’Azur sur un fond d’or étoilés. Elle s’appellera Internazionale car nous sommes les Frères du Monde." "Selon moi être interiste est tout cela, regarder le Ciel et viser le Monde. Et Marotta fait partie de ceux qui ont déjà projeté leur carrière de cette façon, il dispose de cette vision d’une manière profonde et lointaine." Les convoqués Gardiens : 1 Handanovic, 27 Padelli, 46 Berni Défenseurs: 2 Vrsaljko, 6 De Vrij, 13 Ranocchia, 18 Asamoah, 23 Miranda, 33 D'Ambrosio, 37 Skriniar Milieux : 5 Gagliardini, 8 Vecino, 15 Joao Mario, 20 Borja Valero, 44 Perisic, 77 Brozovic Attaquants: 9 Icardi, 10 Lautaro Martinez, 11 Keita Balde, 16 Politano, 87 Candreva ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Luciano Spalletti s'est livré en conférence de presse sur la rencontre décisive opposant l'Inter à Tottenham au Wembley Stadium. Deux résultats sur trois sont en faveur des Nerazzurri. Il sera donc important de bien gérer cette rencontre aussi bien tactiquement qu'émotionnellement. Tottenham doit l’emporter mercredi soir, qu’attendez-vous de cette équipe ? "J’ai écouté la conférence de Pochettino, je m’attends à ce qu’il a dit : Ils sont certains de pouvoir disposer des bonnes énergies pour remporter leurs deux derniers matchs, en s’imposant face à chaque adversaires. Je savais que nous allions devoir nous battre face à une équipe plus huppée que nous pour parvenir à nous qualifier. Pochettino est très fort du point de vue technico-tactique, l’équipe a changé de modulo et on retrouve la patte de l’entraîneur." "Il est aussi fort psychologiquement, ce qui est fondamental pour entraîner ce club, je confirme donc comme lui que tout peut arriver, mais aussi son contraire. Dans notre partie du monde, les choses peuvent être présentée comme je les vois, de façon divertissante : Cela faisait tant d’année que nous attendions un match de ce type, je veux dire à nos tifosi que nous sommes tous disposés à tout donner pour faire un résultat." "La qualification est quelque chose d’accessible, mais il faudra suer jusqu’à la dernière seconde : Mon équipe est capable de jouer le résultat face à n’importe quel adversaire, nous n’avons rien à cacher et nous jouerons à visage découvert." Pourrait-il s’agir, ce mercredi, d’un match marquant de l’Histoire Interiste ? "C’est une partie de ce calibre, le type de match que nous devons ambitionner et que nous devons jouer. Et nous ne sommes de toute façon pas sous pression car même si nous venons jouer dans ce monument du football qu’est Wembley, je tiens à dire que nous venons nous du Meazza est que nous sommes habitué à cette clameur, qu’elle soit positive ou négative." "Être sous-pression voudrais dire que nous n’aurions pas les qualités pour jouer dans l’une des équipes les plus fortes de l’Histoire Européenne, comme l’Inter, c’est là qu’il faut réaliser que nous sommes Da Inter. De ce que nous avons connu, excepté certains moments, nous sommes habitués à ce type d’engouement, celui d’affronter les grandes équipes. Et nous voulons continuer à les rencontrer et dans tous les cas, nous voulons nous améliorer." Quelle est la différence entre La Champion’s et la Serie A ? "Elle est d’un niveau différent car les équipes qui se sont qualifiée dispose d’une qualité de premier niveau dans leurs façon d’exprimer leur football. C’est le maximum, ce qui peut faire la différence, c’est que nous attendions de pouvoir disputer cette compétition depuis tant d’années." "Il y a six ans en arrière, cette compétition était vécue de façon différente, ces tournois sont fait de confrontations directes, demain, ce mercredi, ce ne sera pas une rencontre de groupe. Si nous ne ramenons pas des points à la maison nous pourrions ne plus être maître de notre destin. Jusqu’à présent, nous avions réalisé un très bon parcours et nous voulons conserver cette position que nous avons mérité." Comment gérer vous la possibilité d’avoir deux résultats positif sur trois ? "Il faut rester attentif. Nous devons gagner notre qualification, nous n’avons aucun avantage, les joueurs doivent penser de cette façon. Nous allons suer jusqu’à la fin, nous savions que nous allions connaitre cette situation en étant dans le quatrième pot. En ce qui me concerne, si quelqu’un pense fondamentalement à jouer à minima le résultat, il sera dans une mauvaise posture. Nous devons penser que la qualification au tour suivant se jouera sur ce match." Avez-vous été surpris par la façon dont Tottenham a maltraité Chelsea ? "J’ai vu la rencontre et j’ai envoyé des personnes sur place. Selon moi, ce match ne s’est pas passé comme vous le dite, ce n’était pas un mauvais traitement intégral. C’est vrai qu’ils sont très bien rentrés dans la rencontre et que Chelsea n’a pas réussi à faire tourner le ballon, je dirais même qu’ils en ont perdu énormément." "C’est clair que Tottenham était volontaire et convaincu, ils ont bien joué sur les ailes. Ils disposent de la force physique adéquate pour bien jouer au football sur un tel terrain. S’ils parviennent à rééditer cette performance, cela va nous poser des problèmes, selon moi, nous ferons face à un adversaire différent que celui que nous avons connu samedi soir." "Je pense que le plus important sera la façon d’aborder le match de façon concrète, en étant convaincu par nos caractéristiques. Si on laisse Tottenham gérer le match, cela va devenir très difficile." Avez-vous revu la rencontre de la Juve face à Tottenham de mars dernier ? "Beaucoup de temps s’est écoulé, je ne me souviens plus des conditions de l’époque. Je sais qu’actuellement Tottenham est à son meilleur niveau, bien entraîné car Pochettino est un grand entraineur. Tout dépendra toujours de la qualité des constructions des actions de jeu, nous ne devons pas être tenté par le fait de vouloir défendre le résultat que nous avons obtenu à la dernière seconde à la maison." "Cela peut mal tourner, prenez en exemple le résultat de Tottenham contre le PSV : Nous ne devrons pas leurs laisser d’espaces, ni leur offrir la possibilité de faire usage de leurs vitesses. Nous devrons faire notre match, je n’aime pas voir l’Inter attendre dans sa partie de terrain que son adversaire la piétine, je me sens mal en étant sous les coups des adversaires." "Outre le choix des joueurs, il y des rapports au quotidien que nous nous échangeons, sur la façon dont nous devons jouer au football, sur la façon dont nous construisons notre identité. Ensuite c’est évident que lorsque l’adversaire est en possession du ballon, nous devons clairement reculer et défendre. Nous ne pourrons pas être concentré par intermittence, cela pourrait nous faire vaciller…" Asamoah a déclaré que l’équipe avait muri comparé au match aller, dans quel secteur est-ce le cas ? "Je pense que nous avons pris, avant toute chose, confiance en cette réalité, que nous l’avons réalisé et vécu. Nous avons rencontré deux équipes plus fortes, et même au match aller, Tottenham nous avait mis en difficulté en proposant de bonnes choses." "Face à Barcelone, nous avons appris du match aller et cela s’est démontré lors du match retour où nous avions proposé une approche correcte, c’est évident que nous avions joué ce match à visage découvert. Toutes les rencontres donnent des indications, et nos joueurs ont le bon mental pour jouer dans une équipe du niveau de l’Inter." En phase de reconnaissance, vous avez analysé la pelouse : Comment l’avez-vous trouvé ? "Ce n’est pas un très bon terrain pour pratiquer un football de qualité, je pense que le spectacle en sera impacté. Ce terrain sera le même pour les deux équipes, cela se jouera à 11 contre 11, il y aura de l’émotion, de la peur, mais nous n’avons pas le temps d’être effrayé. Lorsque nous devons jouer sur un terrain de ce type, il faut se familiariser avec toutes des indications afin de pouvoir développer notre propre jeu." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Victor Newman

    Inter-Barça, l'avant-match de Spalletti

    Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer l'interview d'avant-match de Luciano Spalletti, à l'occasion de la réception du Fc Barcelone, ce mardi 06 novembre 2018, au Giuseppe Meazza, dans le cadre de la 4e journée de la Ligue des Champions. "J'ai toujours dit que nous étions capable d'affronter tout le monde et nous sommes toujours cette équipe. Le fait que l'équipe se porte bien tant dans le jeu, que dans les résultats, renforce cette idée qui est que nous jouons à armes égales face à n'importe qui. Et dans ce type de jeu, le Fc Barcelone représente le plus haut niveau de difficulté." Messi "À mon avis, durant son absence, nous avons vu la mentalité de l'équipe, sa façon de raisonner, de toujours chercher à exprimer le maximum de son potentiel et de vouloir maintenir sa façon de jouer. Messi est la cerise sur le gâteau. Il représente le maillot que tous les enfants veulent s'arracher. Les grands joueurs jouent en deux touches de balles pour accélérer l'action, lui, il la touche à quatre reprises le temps d'attendre ses partenaires, car il est deux fois plus rapide que tout le monde. De plus, il y a tout un travail de fond derrière, c'est une école, une façon de raisonner, c'est ce qui en fait l'un des clubs les plus forts du monde." S'inspirer de 2010 ? "Vous souhaitez savoir si je suis prêt à jouer en contre-attaque ? Je ne le pense pas. Le football reste du football, mais vous devez avoir une idée pour aller dans les vestiaires, pour la construire, préparer la formation et la façon dont elle devra raisonner et se comporter sur le terrain." "Je suis ici depuis un an et demi et j'estime que nous allons dans la bonne direction. Puis, il faudra mettre en pratique ce que j'ai demandé. Ce n'est pas comme appuyer sur un interrupteur, tout est une question d'habitude, d'une façon de travailler, de parler dans les vestiaires, c'est un rôle d'être le Directeur, l'Entraîneur, le Président, mais pour tous, c'est le professionnalisme qui systématise tout." "Les ballons, par exemple, sont tous les mêmes en apparence que ceux qui existaient il y a 50 ans, mais le matériel a changé. Ils sont égaux dans leurs apparences, mais différents dans leurs compositions." Les contre-attaques ? "Oui, il se peut qu'il y en aient, si tel est le cas, elles devront être bien interprétées." Les critiques espagnoles Celles-ci découlent d'une déclaration de Luciano Spalletti: "Au Nou Camp, on les a vu sortir 10 minutes avant le match, ajoute Spalletti devant la presse. Nous, nous avions demandé s'il y avait un gymnase pour aller s'échauffer mais ce n'était pas le cas. Mes joueurs m'ont dit que ceux du Barça étaient allés chercher leurs enfants à la sortie de l'école l'après-midi même du match, puis avaient pris leur voiture pour aller au stade. Si on se préparait ainsi, on perdrait 18-0. C'est une question de mentalité." "D'où pouvez-vous prendre comme critique ce que j'ai dit ? Ils ont tant de qualités pour se conditionner qu'ils n'ont pas besoin d'une préparation importante pour se préparer à un match, ils ont à un niveau que nous essayons d'atteindre chaque jours. Je n'ose pas critiquer quelqu'un, si vous parlez de critiquer quelqu'un, je ne vais certainement pas m'en prendre à Barcelone. Je voudrais transférer cette mentalité au sein de mon équipe, Barcelone a été la référence pour de nombreux entraîneurs, et pas uniquement dans le football, même dans d'autres sports." Attitude en match "Nous n'avons pas été en mesure de prendre le temps d'inverser la physionomie du premier match, nous allons devoir être bon lorsque nous disposerons du ballon pour accélérer notre jeu. Les espaces seront réduits et le temps de raisonnement sera court, nous devrons montrer que nous avons de la personnalité et de la qualité. Dans ce type de football, il n'y a pas beaucoup de marge de manœuvre, il faut faire preuve de qualités importantes, de dribbles, de personnalités, de voir ce que l'on ne voit pas, d'avoir les yeux derrière la tête." Tactique "Nainggolan est un footballeur complet, il sera bien évalué aujourd'hui à l'entrainement, il peut aussi jouer au milieu de terrain, et pas uniquement derrière les deux attaquants. Il a commencé à Rome en tant que milieu. Là-bas, je pouvais inverser les postes entre lui et Pjanic. Et à présent, c'est la fin du monde, il n'a plus de trace de ce que l'on a réalisé." Le Groupe B "À mon avis, ce que nous ne devons jamais faire, c'est être présomptueux. La qualification, nous devons encore la gagner, nous avons des matchs très compliqués à disputer, lors du tirage au sort, nous savions que nous aurions à payer notre coefficient UEFA. Être dans la position que tout peut dépendre de nous est quelque chose qui doit rester fondamentale, cela nous permet d'avoir une attention maximale et nous serions heureux de pouvoir nous qualifier pour le second tour." Statistiques "Comparé à l'année dernière, il nous manque quatre points. Mais ce championnat s'est amélioré, il est plus équilibré, il y a eu une augmentation du niveau tactique, les équipes ont toutes été construites pour jouer le haut du tableau. Nous, pour ceux qui veulent faire des comparaisons, sommes dans un contexte où l'équipe s'est construite d'une façon différente." Rafinha "Il me semble avoir déjà tout dit, je le répète, c'était l'un des joueurs parmi les plus importants pour nous, pour nous permettre de jouer ce type de match, nous étions déterminé à atteindre nos objectifs, puis finalement le délai est passé et les dettes que nous avions ne nous ont pas permis de réaliser son transfert." "Nous ne pouvions pas le transférer car Barcelone réclamait de l'argent. Nous aurions aussi voulu conserver Cancelo, mais il y avait des conditions à respecter et le club a très bien fait de les respecter. Nous pouvons parler d'eux en ayant des regrets, mais dans ma position, il fallait aussi faire des choix. Avoir un grand joueur et une personne spectaculaire peut te renforcer, mais même sans eux, tu dois savoir jouer au football." Lecture du match "Elle se fera en fonction de ce qu'il se passera sur le terrain. Lorsque le ballon sera en notre possession, nous devrons avancer et gagner du terrain. C'est évident qu'en gagnant du terrain, tu apportes une pression. Si tu gères correctement le ballon et que tu y mets de la passion, tu pourras aussi courir après celui-ci et le reprendre à l'adversaire." Messi "S'il joue, ce sera un danger pour tout le monde, mais notre attitude ne changera pas. Nous ne devons pas leur laisser d'espaces, nous devons marquer leurs joueurs, cela prime avant tout de chose sur une personnalité." Niveau "Nous devons rester à notre niveau, nous devons confirmer. Nous avons démarré fort l'année dernière, puis le fantôme de la Pinetina a emporté toutes nos forces. Nous voulons rester à ce niveau et faire face à toutes ces situations, vous devez vous habituez à travailler jour après jour, en comparant le tout également au quotidien." Allegri "Sa déclaration sur le fait que l'Inter est "Da Scudetto" ? Je dis ce que je pense, il essaye de mettre plus de pressions aux autres, c'est une pratique qui est courante pour ceux qui connaisse cette profession de l'intérieur. Ils sont plus forts que n'importe qui et ils vont probablement réessayer de remporter le Championnat, s'il n'y a pas une équipe capable de faire des choses incroyables. Barcelone est aussi une équipe capable de remporter la Champion's." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Victor Newman

    L'avant-match d'Inter-Genoa à Inter Tv

    Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer la courte déclaration d'avant-match que Luciano Spalletti a octroyé à InterTv. Comment se sent l'équipe ? "Je dois aller creuser dans la tête des joueurs, nous venons de remporter deux victoires majeures, mais nous devons tenir compte également de nos prestations en-deçà de notre niveau, le tout a pour but de nous préparer à un avenir important. Nous sommes bien actuellement, cela vaut aussi pour l'état physique des joueurs, même s'il y a toujours des performances de haut niveau à réaliser vu les qualités importantes de nos adversaires." Y-a-t'il une identité d'équipe ? "Je veux une participation de tous ceux qui travaillent ici, ceux qui même après 10 matchs n'ont pas souvent été titularisés. J'ai besoin des joueurs qui n'ont jamais joué. L'exemple type est Joao Mario, vous auriez dû voir comment il s'est préparé, c'est l'essence même d'un joueur professionnel." "Face au Genoa, je m'attends à un match compliqué, il ne faut pas croire que la pâte est déjà cuite, le Milan l'a méritoirement emporté face à eux, mais le Genoa aurait pu revendiquer quelque chose de plus. Nous ne devons pas aborder ce match en nous disant que nous avons déjà gagné ce match face à une équipe d'un niveau inférieur, mais nous devons être conscients que nous pouvons gagner contre tout le monde." "Nous devons devenir une équipe très forte et très belle, nous devons mériter tout cet amour reçu par notre public. Nous ne voulons pas être l' "anti" de personne." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Victor Newman

    Inter-Sassuolo, l'avant-match

    Ce samedi se tiendra la première des 2 finales de l'Inter, celle qui lui permettra de jouer sa qualification face à la Lazio de Rome, le 20 mai prochain. L'Inter va recevoir Sassuolo ce samedi à 20h45 devant plus de 70 000 tifosi au Giuseppe Meazza ! Actuellement, l'Inter est 5e en Série A et comptabilise 69 points 19 victoires 12 nuls 5 défaites Sassuolo est 12e au classement et comptabilise 40 points 10 victoires 10 nuls 16 défaites L'Inter a inscrit 62 buts, pour 26 encaissés. Pour Sassuolo, 27 buts ont été inscrit, contre 57 encaissés. L'Inter s'était inclinée au match aller, le 23 décembre 2017 sur le score de 1-0 A domicile, l'Inter a récolté 38 points 11 Victoires 5 Nuls 2 Défaites A l'extérieur Sassuolo a récolté 21 points 6 Victoires 3 Nuls 9 Défaites Lors de la dernière journée de Série A, l'Inter a explosé l'Udinese 4-0, tandis que Sassuolo a pris le meilleur sur la Sampdoria 1-0. Le meilleur buteur de Luciano Spalletti est bien sur Mauro Icardi avec 28 buts. Pour Giuseppe Iachini, il s'agit de Matri avec 3 buts. Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Appiano Gentile – A quelques heures du Derby, Luciano Spalletti s’est livré au "Media Center" du Quartier Général du club, en vue de la traditionnelle conférence d’avant match... Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer un condensé de son interview : "Il y a quelque chose de différent au niveau de notre façon de jouer, nous avons retrouvé le chemin de la victoire et de l’enthousiasme. Nous sommes toujours restés posé avec la tête au travail que nous nous devons de réaliser. Seulement quand tu ne parviens pas à récolter de points, c’est normal de vivre un moment de moins bien. L’équipe se sent bien, elle a proposé deux partitions convaincantes, les statistiques le prouvent." Une baguette magique ? "Le mérite de toute cette atmosphère en revient aux joueurs, qui réalisent leur job, la tête posée, quelques fois ils peuvent aussi être dérangés mentalement, mais ce sont encore des jeunes garçons et s’ils écoutent leurs cœurs, s’ils écoutent ceux qu’ils aiment, ils réussissent tout ce qu’ils entreprennent. Nous ne manquons de rien, nous sommes classés là où nous devons l’être, je dispose d’une équipe forte et en forme, comme le club et ses tifosi, nous voulons atteindre nos objectifs." Est-ce que le Derby sera décisif ? "J’en ai discuté avec mes joueurs qui ont été bons pour se remettre dans une position qui, même si elle n’est pas décisive, peut valoir son pesant d’or sur ce match si important, il n’y a pas beaucoup de possibilités pour rentrer à la maison avec les trois points." Une révolte Nerazzurra ? "Selon moi, elle est le fruit de la prestation des joueurs, les garçons ont le cœur interiste, et cela vaut aussi pour la période que nous avons vécu, une période où nous étions la tête sous l’eau et qui les a affectés. Je vois qu’ils aiment leurs jobs, ils aiment jouer des rencontres si importantes, ce sont eux-mêmes des tifosi." Un point de départ ? "Je veux qu’ils parviennent à exprimer le maximum de leurs possibilités durant les matchs, tout le monde se donne au travail durant la semaine, le fait qu’ils pensent positivement est la suite d’un travail personnel, ils se donnent correctement et se mettent en condition pour aborder un match." La continuité de Brozovic ? "Brozovic est actuellement le taulier à son poste. C’était mon erreur de ne pas l’insérer à ce poste et c’était involontaire de ma part, toutes les statistiques et sa façon de jouer me prouvent qu’il doit occuper ce poste. Il ressent plus de responsabilités et je pense que lorsqu’il est en face à face, il perd moins de ballon, fait preuve d’un meilleur niveau et fait circuler plus rapidement le jeu, c’est un joueur très talentueux vu le poste qu’il occupe, c’est lui qui est le chef d’orchestre de cette partition." Les joueurs sur la touche ? "Je n’ai aucune préoccupation, tout le monde est à disposition et chaque joueur veut être aligné." La période négative Nerazzurra ? "Nous l’avons connu comme cela arrive pour chaque équipe. Dans un championnat long et difficile, il y a toujours une période où tu ne parviens plus à réaliser ce que tu souhaites, c’est une période que nous connaissons chaque saison et cela te complique la tâche. C’est clair que je n’étais pas heureux de traverser cette période, mais dans la tête des joueurs, il y a toujours eu la volonté d’en sortir et de reprendre le contrôle de la situation." Les différences avec le match aller ? "Je sais que le Milan est une équipe de qualité, elle a un potentiel important, nous allons jouer cette partie en étant convaincu de nos forces. Ils jouent bien, ils ont des ailiers qui combinent et permutent avec les latéraux en milieu de terrain, ils savent jouer un jeu court. Nous avons les qualités et les possibilités de changer nos hommes en attaque et ce, à tous les niveaux et c’est fondamental d’avoir cette certitude d’être autrement plus fort sur le terrain, nous voulons dominer le jeu. Nous avons besoin de leur rentrer dedans." Le Derby de la révolte ? "Je ne sais pas ce que nous avons à perdre, mais je sais bien mieux ce que nous avons à gagner. Nous sommes devant au classement, et vu notre mentalité, cela ne devrait pas changer énormément, même si les points à engranger sont à présent différents à récolter." Duel d’hommes ? "Personnellement, ce duel peut rejaillir plus, mais il y a aussi le fait que chaque équipe voudra rapporter un résultat dans son escarcelle. J’aime ces petits détails qui font un derby, outre la personnalité à avoir sur le terrain, tu ressens une foule de sentiments sportifs." Les ailiers ? "Le fait est que les deux équipes disposent de joueurs qui sont capable de faire la différence, en un contre un, sur une intuition, il est clair qu’ils sont à la hauteur du haut niveau qu’exige le Milan et l’Inter. Le plus important sera de remporter la guerre du milieu de terrain." Joao Cancelo ? "Je suis très heureux de tous ceux qui composent l’Inter : De la Ville, de l’équipe, qui est une équipe splendide à tous les points de vue, j’ai été bien accepté, j’ai été soutenus même lors de périodes où toutes les attentions étais portés sur certaines composante de l’équipe. Actuellement, tout le monde apprécie ses qualités, on peut voir qu’il est heureux." L’approche du match ? "Comme je l’ai déjà dit, nous devons leur rentrer dedans, trouver la bonne façon pour le faire rapidement et y aller directement en y imposant nos forces." Les formations ? "Les formations de ces derniers matchs sont la conséquence de ce que l’on a pu voir sur le terrain. Si tu trouves le remède qui te remets en condition, tu n’as plus à craindre de rechutes. Ceux qui ont joués dernièrement ont prouvés de quoi ils sont capables, à présent nous aurons des rencontres à l’extérieur et nous devrons exprimer la même volonté dans notre façon de disputer ces rencontres." Les félicitations de Gattuso ? "Je le remercie, mais je ne me fie pas à lui, c’est lui qui a remporté notre premier Derby." En parlant de Gennaro Gattuso, voici ce qu’il faut retenir de sa conférence de presse à Milanello : "Dans les Derby, cela arrive parfois que l’équipe qui l’emporte n’est pas la favorite. L’Inter, durant ces dernières semaines a changée, elle a inscrit 10 buts pour 0 encaissés. Ils sont en pleines bourrent et leurs joueurs sont de retour au maximum de leurs possibilités. Nous nous sentons bien et ce Derby, a depuis tant de temps, une valeur significative. J’espère revoir la même prestation que celle que l’on a pu voir face à la Juventus. Les tifosi seront nombreux, et ce sera à nous à leurs renvoyer l’ascenseur. Les tifosi ont déjà fait leurs parts du travail avec le record de recettes, nous devons en faire un point de partance pour les remercier. Nous devrons être les meilleurs mentalement et avoir le couteau serré entre les dents. Nous devrons faire attentions aux émotions et resté concentré sur ce que nous avons à faire, nous pouvons parvenir à bien nous exprimer. Nous n’avons pas besoin de nous motiver, l’Inter est redevenue l’équipe d’il y a quelques mois et exprime un bon football. Nous devrons être bon en défense et tactiquement." Ce Derby vaut la Champion’s, est-ce une finale pour le Milan ? "Nous jouons toujours des finales, nous savons que nous ne pouvons pas nous rater si nous voulons continuer à croire en la qualification. Ce sera un beau Derby, avec un encaissement record pour le club, nous devons jouer avec rage et avec nos armes, si nous proposons quelque chose de plus sur le terrain, nous pourrons mettre en difficultés l’Inter." Des changements tactiques ? "Je verrais demain." Quel Milan sera aligné ? "Un Milan costaud qui construit de ses bases et fait son jeu. Nous devrons rester attentif car l’Inter joue en 4-2-3-+1, ils savent partir en contre rapidement, nous ne devrons pas perdre le ballon, ni le contrôle du match. Ce sera le même milan que ces deux derniers mois, mais nous devrons être attentifs, l’Inter a ses cartouches et peut jouer vite." Sur les joueurs... "Biglia ne joue pas demain, ce sera Montilivio, je ne peux pas me permettre de faire des tests, si tu perds en intensité et que tu perds le ballon, les lignes peuvent s’écarter de 30 à 40 mètres et cela ne se passerait pas bien. Nous devrons faire notre match en restant compacts, si nous n’avons pas un bon équilibre, nous allons nous mettre en difficulté, j’ai besoin d’une équipe solide. Nos milieux de terrain ne sont pas des petits connards et je ne peux pas, actuellement, me permettre de faire des tests." . Bonaventura ? "Vous l’avez massacré, mais il est important. Il ne se donne pas à 100% sur les phases défensives, mais il a ma confiance et mon respect. Je ne le vois pas comme vous, je pense qu’il peut réaliser un grand match. Il a même joué en Nazionale, il s’est bien entraîné et s’est bien reposé, il a changé d’air. Face à la Juventus, je n’ai pas trouvé qu’il était mis en difficultés, c’est vous qui le voyez en difficultés." Le même modulo que l’Inter ? "Je tente toujours des choses, mais est-ce à vous à me dire ce que je dois faire ? À dire comment je dois disposer les gens à l’hôtel en me basant sur ce que font les autres. Je fais ce que je veux tout en ayant l’assurance de savoir comment se comporte les autres équipes." André Silva ? "Je vais être clair, il a fait de grands matchs, il aurait pu marquer, il aurait pu attaquer avec véhémence, mais il fait preuve de retenue et joue bien tactiquement. Demain, peut-être que je ferai un autre choix, en fonction de la qualité des défenseurs de l’Inter." Cutrone, votre atout en cours de match ? "En réalité, il joue plus que les autres. Il faut faire de temps en temps des choix, je m’attends à ce qu’il fasse mieux tactiquement, qu’il soit toujours dans le match et qu’il n’en sorte pas, car j’ai d’autres alternatives. C’est un passionné, il est appliqué, mais il doit faire mieux techniquement." La Juve est passé dans l’axe, avez-vous peur de Rafinha ? "Si tu coupes bien les lignes de passes, tu ne sais pas passer par le milieu, j’aime envoyer l’adversaire sur les ailes et ensuite partir en contre. Il y a tellement d’équipes qui cherchent à passer avec trois hommes dans l’axe. Les attaquants de l’Inter ne jouent plus autant sur leurs ailes durant leurs derniers matchs, ils repiquent plus au centre." Ce match est aussi une confrontation entre vous et Spalletti…. "Et quelle comparaison faut-il établir ? C’est un grand connaisseur du Calcio, il est plus âgé, il a plus de connaissances. Je fais ici mes premières armes, il a de l’expérience, c’est un grand motivateur, pour moi ce sera un Honneur de l’affronter. Ce sera Milan-Inter sur le terrain et non Gattuso-Spalletti....." Les convoqués de l'Inter Gardiens : Handanovic, Padelli, Berni Défenseurs : Lisandro, Cancelo, Ranocchia, Santon, Miranda, Dalbert, D’Ambrosio, Skriniar Milieux : Gagliardini, Rafinha, Vecino, Borja Valero, Brozovic Attaquants : Icardi, Karamoh, Eder, Perisic, Candreva, Pinamonti Les convoqués du Milan Gardiens : A. Donnarumma, G. Donnarumma, Storari Défenseurs : Abate, Antonelli, Bonucci, Calabria, Musacchio, Rodriguez, Romagnoli, Zapata Milieux : Bonaventura, Calhanoglu, Kessie, Locatelli, Mauri, Montolivo Attaquants : Borini, Cutrone, Kalinic, André Silva, Suso Ce qu’il faut savoir sur le Derby Il s’agira du 168ème Derby Della Madonnina en Serie A. L’Inter a l’avantage avec 62 victoires contre 51 pour le Milan et 54 matchs nuls Ce sera le 83ème Derby disputé sur le terrain des Rossoneri. L’Inter a l’avantage avec 32 victoires contre 27 et 24 match nul. L’Inter n’a plus encaissé de buts depuis quatre matchs. La dernière fois qu’elle a réalisé 5 clean sheets de suite en Serie A remonte au mois d’août 2005. L’Inter a marqué 8 buts en 2 matchs, soit autant de buts que lors des 10 derniers matchs. L’Inter a inscrit 18 de ses buts sur des coups de pieds arrêtés cette saison, il s’agit de la quatrième meilleure équipe à ce niveau. L'Inter est l'équipe qui a touché le plus le poteau cette saison 18 fois, le Milan a touché du bois à 9 reprises dont 2 fois lors du match aller. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Luciano Spalletti s'est livré en conférence d'avant-match, à la veille de la rencontre opposant les Nerazzurri à l'Hellas Verone au Giuseppe Meazza. Le plus important demain ? "Il faut gagner pour bien nous préparer, le meilleur entrainement mental reste la victoire, afin de se sentir dans de bonnes conditions. Nous pensons à Vérone, le Milan viendra plus tard, nous ne pouvons pas nous mélanger les pinceaux. J'ai l'habitude de faire une chose à la fois. Je voudrais féliciter aussi Stefano Vecchi pour sa victoire en Viareggio. Je dois le féliciter à plusieurs reprises, j'espère qu'il devra en faire de même. Il a remporté un tournoi très difficile. Le fait qu'il ait aligné 9 joueurs sur 11 est un signe qu'il parvient à transférer des qualités importantes à ses garçons. Il a fait commencer les plus jeunes comme Vergani." Walter Sabatini ? "La démission de Walter Sabatini s'est clairement fait ressentir, surtout vu la valeur de la personne. Personnellement cela me déçoit beaucoup, je le connais bien, je connais ses qualités personnelles et professionnelles. Ceci dit, je tiens à dire que sa démission ne laissera pas de séquelles, ni positives, ni négatives. Ceux qui sont à l'Inter doivent faire passer l'Inter en premier et y croire. Sabatini est un personnage qui synthétiste les combats, c'est la meilleure façon de le définir et je le lui dirais lorsque je le croiserai. C'est un Samurai du Calcio. Je ne veux pas entrer dans ce qui est une confrontation individuelle entre lui et la propriété. Tout a été mis sur la table et ce serait une erreur de ma part de m'exprimer sur ce qui a pu être prononcé. Je conserve avec lui une excellente relation, son départ n'affecte pas mon désir de travailler à l'Inter." Les objectifs ? "Je dois pouvoir permettre à mes joueurs de se donner au maximum, pour ce faire je dois leurs permettre de s'exprimer dans leurs meilleures positions. D'un point de vue personnel, j'estime qu'il y a encore des possibilités d’engranger des points. Je ne sais pas comment cela va se finir, mais nous avons tellement de possibilités, cette équipe l'a démontré. Aujourd'hui, Ligabue était à Appiano et il a déclaré "les années passent pour ne plus se répéter; il faut faire de même en championnat. Il y aura encore 60 000 personnes au stade demain. Le désir de les rendre heureux doit être très important." Mes choix d’entraînements ? "Mes choix seront basés sur la victoire de demain. Ce qui compte c'est de vouloir obtenir quelque chose d'important et d'attendre que la vie fasse son chemin. Dans ce sport, il faut avoir de la rage, il faut parvenir à s'enrager. Si nous le voulons, nous pouvons tout faire, il faut se réveiller et ne plus être fatigué à faire du surplace." Mon contrat ? "Il n'est pas à expiration. Aujourd'hui, des scénaristes sont venus des Etats-Unis pour réaliser des films et je serai toujours l'entraîneur de l'Inter la saison prochaine. Les rumeurs relatives à une prolongation de mon contrat sont là uniquement pour faire parler, elles n'ont aucune valeur. Si je remplis ma tâche du contrat, je n'aurais pas à m'inquiéter, ni de moi, ni du club. Il n'y aura pas de problèmes." Cancelo et Rafinha ? "Des évaluations sont en cours et cela vaut aussi pour les joueurs qui sont prêtés. Nous devons toujours nous référer à eux et comprendre ce qui est capable de les stimuler au travail. Nous allons tout évaluer, il y a beaucoup de détails qui m'intéressent, il y a des joueurs qui me laissent entrevoir un avenir avec l'Inter. Rafinha montre de bons signaux, et quand je lui ai demandé s'il aimait l'Inter, il m'a répondu sans hésitation." Les joueurs en prêt ? "Kondogbia se porte très bien il me semble. Reste à savoir si le Valence exercera son droit de rachat, tout dépend d'eux. Nagatomo se sent très bien, Joao propose un football intéressant et Gabriel marque des buts, comme vous l'avez souligné...." Mon cycle actuel ? "Milan me plait, j'aime venir travailler tôt le matin, je ne suis pas fatigué, je veux me montrer déterminé et clair dans mes objectifs à atteindre. Je ne veux pas faire partie de ces personnes en retrait, de celles qui ne peuvent pas atteindre leur but, de plus, cela t'apporte à chaque fois des problèmes dans le futur." Mondonico ? "C'était une personne directe et loyale. Il avait cette facilité d'envoyer des messages que tout le monde comprennait rapidement. Il a lancé des jeunes importants et je rejoins tout ceux qui sont proches de sa famille en ce moment de douleur. J'espère qu'il existera encore d'autres personnes telles que lui." Des difficultés à jouer au Meazza ? "C'est notre maison et ceux qui veulent y entrer doivent nous demander la permission. Le fait que l'Inter joue demain devant 60.000 tifosi nous sera d'une aide précieuse. Les spectateurs te renvoient toujours l'image que tu représente, c'est comme ça." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Milan - Luciano Spalletti assure qu'il est « trop tôt » pour que le match entre l'Inter et la Roma soit décisif pour la quatrième place et tout comme pour la course au Scudetto. La rencontre entre l'Inter et la Roma aura lieu ce dimanche à 20h45 au stade Giuseppe Meazza San Siro. Internazionale.fr vous propose les dires de notre Mister. Match décisif pour la course à la Champions League ? "Il est encore tôt pour qualifier ce match de décisif pour les places en Ligue des Champions. Évidemment, un tel match peut apporter de l'enthousiasme et de la confiance, mais il reste encore beaucoup à faire et même les neuf points qui nous séparent de Naples ne sont pas encore décisifs." "Je n'ai pas vu un tel changement de performances ces derniers temps, même si les résultats ne sont pas toujours positifs. Nous avons toujours travaillé de la même manière et parfois des événements se sont tout simplement déroulés contre nous. Il sera important de maintenir notre concentration et ne pas nous laisser distraire." "Ce sera une opposition entre deux équipes solides. Je m'attends à ce que ce soit une bataille divertissante avec de la détermination, du muscle et des réactions rapides." "Je veux que nous attaquions les Romains, que nous nous attaquions à notre propre timidité et que nous ayons notre mot à dire." Que représente pour vous votre victoire sur les Giallorossi à l'Olimpico en août dernier ? "J'ai vécu des moments importants de ma vie et de ma carrière avec la Roma, alors c'est comme revoir un endroit tant visité pendant votre enfance et revoir de vieux amis. Je suis très content à l'Inter et j'ai un contrat de deux ans, alors attendez-vous à voir ce projet grandir et espérez nous voir nous qualifier pour la Ligue des Champions. " Joao mario en instance de départ ? Alors que Rafinha arrive de Barcelone, avec l'arrivée Lisandro Lopez, Joao Mario envisage-t-il un prêt à West Ham United ? "C'est à nous d'aider Rafinha à retrouver ses capacités et sa forme physique, et non l'inverse. Sinon, nous risquons d'envoyer un mauvais message à ceux qui se sont battus dur ici jusqu'à présent." "Lisandro Lopez commande déjà tout le monde à l'entraînement. Il a le cri et la détermination dont vous avez besoin chez un défenseur." "Joao Mario a eu de bonnes performances, peut-être mieux en tant que remplaçant que depuis le début de saison, mais je pense qu'il a apporté sa contribution générale à nos résultats." S'il y a un joueur sur lequel Spalletti peut compter, c'est son capitaine et meilleur buteur Mauro Icardi. "Icardi est un de ces gars qui, lorsqu'on vous présente un obstacle, vous regarde, sourit et vous demande quand pouvons nous commencer ? Tout ce que vous avez à faire est de le suivre."
  9. Milan – L’Inter rencontrera ce soir, la Fiorentina de son ancien entraîneur, Stefano Pioli. Pour l’occasion, Luciano Spalletti s’est livré en conférence de presse ce jeudi après-midi au Suning Training Centre La Fiorentina semble avoir grandi, quel genre de match voyez-vous ? "Au début de la saison, Stefano Pioli avait besoin de faire connaissance avec tout ce qui compose son équipe. Il est parvenu à regrouper les joueurs derrière lui de la meilleure façon possible. Ce sont des bons joueurs, d’Astori à Badelj jusqu’à Simeone, et il faut aussi ajouter à cela, la qualité de l’entraineur. Nous devrons faire notre match et démontrer nos qualités, les joueurs devront donner leur maximum au niveau individuel, mais également se mettre au service de l’équipe." Si Ausilio et Sabatini sont Bono Vox et Bruce Springsteen, qui est Spalletti ? "Je vous ai dit ça afin que vous compreniez combien ils doivent se montrer courageux dans ce Mercato pour m’apporter un plus. Je continue à penser que pour être compétitif, nous avons besoin de réaliser un mercato important, même si la société m’a fait comprendre qu’il est nécessaire de rentrer dans certains paramètres." "Il me semble que cette façon d’agir ne peut pas nous être bénéfique. Ce n’est ni correct, ni respectueux. Il me semble qu’on est en train de se vautrer, mais aussi que nous sommes en train de réduire les possibilités de l’équipe. Afin qu’elle puisse s’exprimer au mieux, nous devons penser à disposer de nouveaux joueurs." "Ce message est un message négatif envoyé pour notre groupe, car un joueur ne peut pas changer à lui seul le sort d’une équipe. Nous, nous ne pouvons rien faire d’important durant ce Mercato. Nous ne sommes rassurés sur rien, je tiens à être informé et je tiens aussi à être clair avec mes joueurs qui ont le droit d’être informé de la situation." "Je fais cela pour programmer notre futur de manière correcte, sans malentendu. Mes joueurs doivent savoir que je suis sûr de leurs qualités, ils ont du potentiel. Tout comme je dois parvenir à cerner leurs sentiments sur le fait qu'ils vont vivre cette situation de l’intérieur. D'autant plus qu'elle devrait continuer de la sorte durant les cinq mois à venir." Qu’avez-vous dit à Icardi et sa bande pour les rebooster ? "Je lui ai appris à tirer au but, en jouant en pointe, dos au but et tout le reste." Suite au discours de Monchi à Rome, vous attendez-vous à un discours similaire, de la part de la Direction Nerazzurra envers les joueurs de l’Inter ? "Je ne sais pas ce que notre Direction doit faire comme discours. Il faut aller poser la question à Monchi. Moi, je ne viens pas fourrer mon nez dans les affaires des autres. Je pense que nous devons faire mieux et que dans ce que nous avons traversé dernièrement, tout n’est pas à jeter. Je veux m’assurer que les joueurs ont conscience qu’ils sont capables de faire encore plus que leur maximum." "Actuellement nous sommes dans ce contexte : Certaines occasions permettent à des hommes malintentionnés de distraire un joueur durant cette session du Mercato. Nous devons mettre en place la notion de notre engagement et comprendre où nous en sommes. Nous portons les couleurs de l’Inter 24h/24." Icardi, face à la Lazio, n’a subi aucune faute. Pensez-vous qu’il fallait faire quelque chose de plus sur cet aspect ? "L’analyse de la rencontre est correcte et il faut aussi souligner cet aspect. Dimanche, il a dû faire face à une confrontation forte en défense et il est parvenu à reprendre plusieurs ballons de ses équipiers. Je continue à lui demander de jouer de la sorte, lors de certains match, cela a servi, dans d’autres pas, mais rien n’est de sa faute." "L’idée est de parvenir à créer de l’espace dans le dos du défenseur, quand Icardi le souhaite. Dimanche, il est parvenu à réaliser de belles choses. Nous avons besoin de toutes les qualités de tous les joueurs, nous ne pouvons nous permettre de laisser des gars autour de nous, à brouter de l’herbe. Nous devons être tous actifs tout en même temps." A ce sujet, que pensez-vous de Brozovic ? "J’ai choisi le meilleur onze, celui qui pouvait créer la meilleure équipe. Il a ses propres caractéristiques. Nous sommes allés dans la surface de réparation de la Lazio avec des possibilités, les statistiques de l’Inter ne doivent pas être autant éloignées que celles des autres équipes." "C’est clair qu’il y a des moments que l’on doit traverser comme ça, mais tout s’arrangera (les objectifs, le niveau individuel et collectif), ce n’est pas comme si on avait résolu le problème uniquement avec de la chance. Brozovic quand il joue, joue bien et moins bien, il peut devenir fondamental s’il s’investi, il a toutes les qualités que nous voulons sur le terrain. Par contre, c’est inutile de parler de jeu, si quand tu perds le ballon, tu ne te bats pas pour le reconquérir. Ce travail-là doit être réalisé par tout le monde." Avez-vous déjà connue une période comme ça avec six matchs et un but à votre actif ? "Je ne fais pas attention aux statistiques, il y en a déjà trop qui en prennent soin. C’est logique que les buts marqués aillent de pairs avec les buts encaissés. C’est évident qu’un but en six matchs est trop peu, mais il y a aussi d’autres statistiques qui te disent que tu es tout de même parvenu à faire de bonnes choses. C’est également logique que cette situation se doit d’être améliorée et elle sera résolue." Si vos concurrents à la Ligue des Champions parviennent à mieux se renforcer que vous, pensez-vous qu’il faudrait revoir vos objectifs ? "Cela ne peut pas être un alibi. Nous, en tout premier lieu, n’avons pas à pleurer. Pour nous améliorer, tu dois recruter un joueur plus performant que ceux dont nous disposons déjà dans l’équipe, c’est en recrutant ce genre d’éléments que tu peux ambitionner tes objectifs." "Tout pourrait être mieux : En défense, il me manque un joueur, mais dans d’autres secteurs, j’ai besoin aussi d’hommes forts. On a dressé une liste de noms : Mkhitaryan, Pastore, Verdi. Ils valent 30M€ et nous ne les avons pas, c’est inutile de faire le tour de la question. Notre seule solution, c’est qu’un autre club accepte de faire un échange de joueurs." "Tout est difficile et nous devons être en règle avec le Fair-Play-Financier et cela passe aussi par les recrues. Je dis les choses telles qu’elles le sont. Je dois protéger les Tifosi. Parce qu’avec le Mercato des Tifosi, nous pouvons envoyer directement nos Directeurs Sportifs en vacances." Est-ce qu’une prestation similaire à Inter-Lazio peut suffire pour affronter la Fiorentina ? "Nous avons affrontés une Lazio qui a engendré de nombreux points, et au début de la saison, ils ont recruté des joueurs tels que Nani. Il n’y a pas de raison particulière pour expliquer que nous sommes devant la Lazio." "Pour moi, nous sommes en compétition avec la Lazio et la Roma, il y a ensuite le Napoli et la Juve qui sont les plus forts. Face aux autres, nous avons nos chances. Le Napoli pratique le plus beau football de Série A, la Juve peut aligner deux équipes de titulaires et le mérite en revient à Allegri, pour sa gestion du noyau. Il est clair que nous avons perdu 2-3 matchs et qu’il y avait la place pour faire mieux, mais cela s’est déroulé ainsi." "Face à la Lazio, nous avons fait un bon match, a aucun moment nous avons subi le jeu Laziale, cela vaut aussi pour notre adversaire. On a parlé de la Var, mais si elle n’avait pas été là et qu’il n’y avait pas eu de correction, on aurait parlé d’injustice, car il n’y avait pas de penalty." Est-il temps de risquer quelque chose en plus au niveau des remplacements ? "Je fais attention, mais je veux être certain de ce que nous faisons. Nous travaillons au cours de la semaine. Ensuite, nous sommes tous soudés dans la victoire, et dans la défaite nous devons trouver la force du Groupe et de l’Inter. Je veux donner à ceux qui le méritent, leurs chances." Un jugement sur cette phase aller ? "Oui, nous avons fait de bonnes choses, dans le Calcio, on ne sait jamais ce qu’il peut se produire, il faut parfois sentir ce qu’il peut se passer sur le terrain. Nous avons besoin de parfaire cette qualité. Parfois, sur le terrain, tu n’as pas le temps de t’en rendre compte, tu dois anticiper et voir ce qu’il va se passer avant même que cela se produise. Nous devons faire mieux sous cet aspect. Pour le reste nous avons réalisé de belles choses, et beaucoup m’ont apporté des certitudes, cela nous a permis de nous créer un noyau dur, dans notre façon de nous comporter." Si le Mercato reste tel quel, cela repousse les concepts de puissance du Club. Pensez-vous être capable de faire quelque chose ? "Quand je parle de la bravoure de mes Directeurs Sportifs, je me réfère à leurs façons d’agir et de prendre une situation en plein vol, ils ont des qualités pour faire certaines choses. Mais on doit aussi savoir qu’ils traversent une situation des plus difficiles. Nous devons penser à travailler correctement, en sachant qui nous sommes et que nous sommes capable de pouvoir résoudre nos problèmes." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Milan – Quatre victoire et douze points. Tel est le bilan de l’Inter après les quatre premières journées de Serie A. C'est un Luciano Spalletti sûr de lui et toujours très communicatif, qui s'est présenté à la conférence de presse de l’avant-match Bologne-Inter, qui se disputera ce mardi 19 septembre à 20h45 au Stade Dall’Ara de Bologne. Allez-vous récupérer Cancelo ? Quand sera-t-il de nouveau dans le groupe, pour le Derby ? "Avant le Derby, nous sommes attentifs sur les difficultés que peuvent rencontrer les joueurs. Il y le Staff technique et médicale et le joueur qui se soigne, afin d’éviter la rechute. Si cela arrive, c’est que quelque chose te fait mal. Le joueur, d’un certain point de vue, peut perdre de sa motivation en étant inactif une longue période. S’il ne fait pas de rechute, nous avons tendance à lui donner un jour supplémentaire afin qu’il revienne dans de bonnes conditions. Il doit se sentir serein." "Nous faisons confiance en nos joueurs, je sais qu’ils savent s’entrainer par eux-mêmes. Lui, a très envie de revenir, nous sommes en train d’analyser cette situation. C’est ce qu’il s’est passé avec Santon, il était revenu à l’entrainement. Le lendemain, il semblait être dans le rouge. Je ne risque rien, la sécurité de mes joueurs est la plus importante. Nous avons les joueurs qui permettent de surmonter cette période." Allez-vous insérer Dalbert ? "Dans certains moments, il s’est montré en deça pour prouver ses qualités et répondre à nos demandes, même si je suis probablement excessif, le garçon a des qualités, il sait courir, il a des pieds et il est aussi capable de d’assumer ses contacts défensifs et pas uniquement de positon. Lorsque tu viens, tu dois faire valoir ton impact physique. Nous sommes sereins et on reverra Dalbert rejouer ses matchs de la meilleure façon. Il s’est montré mou, mais il était juste concentré en réalité. Il m’a donné l’impression d’être concentré et de répondre à ce que je lui demandais." Les rencontres directes seront-elles déterminantes pour le Championnat ? "Oui, il faudra en tenir compte. On dit qu’il serait bon de gagner 5 ou 6 victoires de suite, mais ce n’est pas toujours de la sorte. Il y a aussi l’aspect de l’enthousiasme, de l’euphorie qui t’apporte un plus. La dépression joue sur ta personnalité, mais si tu es trop euphorique tu pers le sens de la réalité, tu dois rester attentif. C’est évident que ces victoires en confrontation directe peuvent d’apporter une certitude en plus pour la consécration. Il y aura toujours cette différence entre les Club de haut niveau et les seconds. Pour ces rencontres, il faut que tu aies de la confiance, qu’elle soit certifiée." "Pour gagner tu ne dois rien laisser passer, tu dois mériter la victoire. Nous avons besoin d’aller à Bologne, demain, nous allons faire notre match, tout comme eux. Ils savent que nous devrons apporter quelque chose de plus car nous sommes l’Inter et elle a gagné quatre victoires de suite et eux ont déjà perdu. Je les ai vu jouer face au Napoli, ils ont démontré une volonté incroyable. Nous devons faire de même. C’est à ce moment-là qu’une phase en plus peut t’apporter la différence : Si eux se donnent à 101% et nous à 99%, ces deux points feront la différence, si tu ne proposes pas du rendement de ce genre de match. Après les bonnes cotes d’écoute, vous pensez moins étudier et vous tomber ensuite dans l’insuffisance. Ne faites pas cette erreur, je ne l’accepterais pas." Êtes-vous surpris de voir l’Inter en tête du classement ? "Ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus. Ce qui m’intéresse, et l’équipe le sait, c’est que nous ne sommes pas encore parvenus à enclencher le pilote automatique, l’équipe a besoin de tracer sa route pente après pente, nous en auront encore tant d’autres, ce serait de la folie de rester sur ces acquis. Ce que je dis vaut aussi bien pour les petits matchs que lors des affiches. Je ne sais pas dans quelle case je dois placer Crotone, elle sait comportée, comme elle sait le faire, en équipe." "J’ai pu voir de temps en temps une partie de l’équipe qui n’était pas dans le coup et cela nous a créé des difficultés. Ils ont été braves, nous l'avons été aussi à notre façon et surtout nous sommes parvenus à retirer quelque chose de ce match grâce à la prestation individuel d’un joueur, comme Handanovic. La Juventus a remporté le Scudetto aussi en défense, grâce aux parades de Buffon. L’Inter a un gardien d’expérience." "Nous devons rester concentré, nous avons besoin d’être constamment dans un travail en continu, de nous montrer réactif sur les ballons. Cela fait quelque temps que je le souligne et ensuite on parvient à faire la différence. Ces équipes, ces petites équipes sont celles qui savent le mieux nous user, si nous allons les rencontrer avec ce genre de prestation, il peut y avoir des surprises au final, cela pourrait se produire aussi dans ce championnat." Icardi peut-il encore s’améliorer ? Son objectif est-il d’améliorer les aspects les plus faibles pour un joueur de son niveau ? "Je le félicite, il me fait aussi plaisir car il a encore une grande marge de croissance, car toute la semaine, il continue à souffrir aux cotés de Perisic. Ils sont en train de se donner tellement que si cela continue, ils vont me forcer à les retirer de l’équipe, mais comme nous, nous avons besoin d’eux, eux ont aussi besoin de nous. Nous devons bien travailler à la base pour obtenir le meilleur des rendements. J’ai déjà dit de Mauro, que dans la surface, c'est un joueur quasi imprenable. C’est un serpent qui tourne autour de la surface, puis il vient à plonger avec ces ailiers et il peut prendre le meilleur sur le défenseur qui veut l’attaquer, si je me base sur les statistiques, si elles devaient rester tels quel, c’est le meilleur de tous." Comment se sent l’équipe ? "J’ai remarqué que sur le terrain, les joueurs avaient une fatigue supplémentaire dû aux conditions environnementales : La température, le terrain sec, l’herbe haute, plusieurs ont ressent des crampes. Ce sont des choses sur lesquels je dois porter attentions car c’était un match qui finit par absorber les joueurs. Ce matin plusieurs joueurs étaient capable de surmonter ce moment, cette difficulté est renforcée par le fait de jouer deux parties en peu de jours, je pense ne pas avoir de problème au niveau de la gestion des joueurs qui ont disputés la rencontre." Une pensée pour Bersellini ? "Il me semble que vous l’avez décrit dans les résumés qui paraissent à la télévision. Je ne l’ai jamais connu, mais je l’aurai apprécié. Il était amoureux du football. Ceux qui ne s’en souvienne pas peuvent penser par exemple à la Sampdoria avec Vialli et Mancini. Il te donnait la sensation que tu pouvais lui faire confiance, il savait où il devait placer ses mains, donner ses indications sur le tracé à suivre. Je suis proche de la douleur de la famille, comme tous les sportifs de l’Inter. Il a été déterminant durant une période, il a montré ce que c’était d’être l’entraineur d’une équipe." Comment avez-vous préparé ce match, vu le laps de temps aussi cours ? "C’est toujours la même chose, c’est la preuve que nous ne sommes pas encore en pilotage automatique et que nous devons encore traverser notre parcours, nous gardons bien les pieds sur terre." Quelle envergure peut prendre Skriniar ? "Donner des noms aussi importants me semble prématuré, je préfère le laisser tranquille, je n’ai pas envie de l’extraire de l’équipe. C’est un garçon grandiose, il n’est pas timoré et il sait prendre ses responsabilités." Que pensez-vous des autres matchs à l’extérieur…. "L’équipe ne doit pas vivre de résultat déjà joué ou des votes reçus, elle doit toujours chercher à s’améliorer et a besoin de continuer à étudier, j’ai le sentiment qu’elle est capable de faire mieux, nous avons encore besoin de grandir." Comment décrire l’Inter ? "Nous devons la voir, peu importe la manière, même si elle doit se comportée de façon équilibrée, sinon elle risque de perdre des matchs. Si c’est nécessaire, on pourrait aussi voir l’Inter avec trois ou quatre attaquants, tout dépend de comment vous interprétez ce poste. En ce moment on a trop tendance à se reposer sur les épaules d’Icardi et de Perisic, ils se donne tellement, ils s’épuisent tellement que je risque de devoir les retirer de l’équipe, mais le mieux que j’’ai à faire c’est de, justement, les conserver." Le Derby de la Primavera? "Mon rapport avec Stefano Vecchi est direct, tous les jours, je lui demande des joueurs pour faire des exercices de façon correcte, il m’a déjà apporté un de ces piliers tel que Vanheusden." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Milan – Ce samedi, le premier choc de la Serie A va avoir lieu. Il va opposer l’Inter, sur le terrain de la Roma. L’ambiance promet d’être des plus chaudes avec les retours de Sabatini et Spalletti dans leur ancien stade et sur fond de rivalité et de polémique avec le transfert de Patrik Schick La Conférence de presse d’avant-match, s’est tenue à 13h00, voici l’intégralité de cette dernière: Dalbert et Cancelo sont-ils là pour colmater les brèches ou ont-ils un bon niveau ? "Chacun de nous est appelé à travailler avec la conviction de pouvoir appliquer le travail qu’il a appris. Je suis parti à la recherche d’un dispositif à aligner sur le terrain en regard au niveau de l’équipe et cela y inclus son équilibre. Ce sont deux joueurs à vocations offensives et pour moi, cela me convient bien. Nous voulons être pro-positif, marquer des buts, mais en même temps, nous devrons apprendre à alterner cette caractéristique. Il faut aussi du temps pour que notre rempart défensif apprenne à se connaitre et à se mettre dans le bain. Ils ont le besoin de se montrer au niveau et de faire en sorte que notre défense agisse comme un bloc uni, comme un rempart, il faut qu’ils fassent tous des petits pas vers l’avant..." "De plus, ce sont deux fougueux qui arrivent et qui vont avoir la possibilité de nous démontrer ce qu’ils valent. Cancelo est bien plus à l’aise à droite, il est plus attractif dans cette position, ce n’est pas un joueur qui va graviter autour de son adversaire, il a besoin d’espace devant lui et s’il démarre de derrière, il pourra plus facilement exprimer ses qualités. C’est bon et c’est moins bon également, car il devra aussi être présent en phase défensives. Ce sont deux professionnel qui ont le niveau pour être à l’Inter." Aviez-vous besoin d’avoir deux directeurs sportifs pour faire un tel mercato ? "Je comprends, d’un point de vue votre demande, qui est correcte et qui demanderait d’être approfondie, mais nous avons une partie à jouer à Rome. Nous avons des dirigeants et un Club fort, à l’Inter, tout le monde a un rôle bien défini. J’ai demandé trois ou quatre joueurs et ceux qui sont arrivés sont ceux que j’ai demandé. Dalbert était déjà dans le viseur du club, depuis l’avoir entraîné, je peux dire qu’il est au niveau du Club. Pour Vecino et Borja Valero, j’ai demandé si cela pourrait se faire et ils sont arrivés." "Ensuite nous avons dû faire face aux demandes de Kondogbia, car je songé à l’aligner à un poste bien précis, j’ai tenté de lui faire changer d’opinion, en vain. Nous avons de très bon Directeurs Sportifs, Cancelo, par exemple, est un autre joueur du niveau de l’Inter. Tout ne dépends pas, à un certain moment, de nos Directeurs, mais s’il pense parvenir à faire quelque chose, ils vont tenter le coup tout en respectant les règles, c’est fondamental d’être dans les clous, c’est quelque chose qui nous manquait avant et que nous commençons à faire. De plus, j’ai appris à mieux connaitre notre équipe, il y a encore quelques retouches à faire, mais nous sommes parvenus à définir un groupe qui peut satisfaire nos ambitions." A quoi faites-vous référence ? "Je fais référence à une équipe qui aurait dû se retrouver en Champion’s League, je suis confiant car j’ai vu les grandes qualités des joueurs que j’ai à ma disposition. C’est notre vision, il ne faut pas se créer des difficultés psychologiques. Perisic et Icardi nous ont montré qu’ils sont deux Formule 1. Ils sont immédiatement partis très fort." "Certains doivent encore s’améliorer, je dois encore améliorer l’équipe, le bloc, l’améliorer lorsque l’on est en position d’avantage, mais aussi en position plus difficile, comme cela se déroule dans un match de football. Si l’attaquant attend dans la surface, cela veut dire que les autres joueurs ont des caractéristiques supérieures à nos adversaires, mais cela ne fonctionne plus ainsi dans le football moderne." "Ce dimanche, Ivan était comme un avion de chasse, je l’ai vu faire des centaines de mètres, il aurait pu jouer différemment d’un côté, mais j’étais rassuré car j’ai vu le résultat de ses offensives dans le jeu." Que ne voulez-vous plus voir dans ce match, par rapport au match face à la Fiorentina ? "La demi-heure où l’on a baissé le rythme de notre jeu, de nos qualités, nous devons toujours maintenir la même tension, nous devons faire en sorte que cela soit plus facile, que l’on ait un bloc unique au tour d’un ballon, d’être une équipe qui voit son bloc défensif monter, ce qui force les attaquants à reculer et éviter de les voir avec le ballon dans notre surface de réparation ou à son entrée. Ce sont ces genres de périodes que tu dois t’imposer, tu te dois de t’imposer pour faire diminuer la pression de ton adversaire." Totti ? "Je pense connaitre Francesco assez bien, je me le souhaite, car je l’ai vu très souriant durant les tirages au sort, il avait envie de faire ce qu’il voulait. J’étais heureux de le voir faire ce dont il avait envie. Ensuite, il peut penser et dire ce qu’il veut, je comporte comme j’en ai envie. Mon sentiment était dans mon amour à partager et pour lui c’était un bon coup, j’ai vu beaucoup de qualités, il m’a fait vivre de splendides matches, il avait les qualités pour être un faux neuf." "Je ne suis pas quelqu’un qui cherche les problèmes, je suis très calme au contraire. J’entraine l’Inter et ici j’ai un vrai numéro neuf (il sourit). Un joueur qui s’installe dans tous les espaces auxquels je pense. A la Roma, j’ai connu Francesco, mais j’ai aussi eu d’autres joueurs très talentueux, la Roma a un moteur de qualité : Manolas, Nainggolan, Dzeko, Perotti, De Rossi, Alisson, qui a joué peu, pourrait devenir un splendide numéro un." "J’ai lu qu’ils avaient des problèmes avec leurs latéraux. Moi, je recruterais bien leur latéral droit qui est Alessandro Florenzi, je vais le revoir comme adversaire sur le terrain, il dispose de telles qualités, il a de très bons genoux. Il y a aussi Emerson, qui aurait dû se retrouver garé sur un parking vu ses équipiers, et il joue à présent en équipe nationale. J’ai discuté avec Ventura en tout premier lieu, car il le connaissait. La Roma est une équipe solide." Signeriez-vous pour rééditer les résultats de la Roma, ici avec l’Inter ? "Non, je ne veux pas m’imposer de limite, je ne veux pas imposer des objectifs qui pourraient ne pas être atteint aux garçons. J’ai une inquiétante confiance en mers garçons, je sais ce qu’ils valent et qu’ils ont tous un important potentiel, je le savais déjà avant, je le sais encore plus à présent. Je sais que j’ai à ma disposition des étoiles, quelqu’un d’autre peut venir, ce sera toujours une étoile." "Comme cet été, nous avons joué face à des adversaires de gros calibre alors que nous n’étions pas encore formés, c’est comme cela qu’est naît notre histoire. On ne sait pas modifier le passé, mais c’est possible de se tracer un parcours important en place. Tout dépend de la façon dont nous travaillerons. De mon point de vue, ceux qui ne s’entraine pas, ne sont pas les plus fort, ce sont ceux qui s’entrainent qui deviennent les meilleurs. Je suis quelqu’un qui sait ce qu’il a comme force de frappe à sa disposition, il faudra se donner pratiquement contre tous nos adversaires." Quel serait l’impact d’une victoire ou d’une défaite ? "De mon point de vue, c’est toujours la prestation qui prime. J’ai lu, en semaine, que ce serait un match difficile, que ce sera un adversaire difficile, mais la première qualité que tu te dois d’avoir, c'est de croire en ton équipe. Tu sais que tu vas rencontrer une équipe forte, mais tu sais aussi qu’ils vont rencontrer une équipe forte, organisée, dans le Calcio, il n’existe pas de match à l’extérieur. Tout dépend de ce que tu proposes et comment tu abordes le match. Il n’y a pas d’adversaire extrêmement fort, mais tu as des équipes qui savent te faire déjouer." "Nous devons nous rappeler qui nous sommes pour ambitionner certaines places... Nous devons savoir qu’il y a des occasions, dans le football d’aujourd’hui, qui peut se produire aujourd’hui et ne plus se représenter, c’est la raison pour laquelle il faut jouer avec la tête et avec les muscles, nous devons être une équipe soudée, prouver immédiatement que nous sommes un bloc unique et l’exhiber, la Roma se la joue comme ça." Etes-vous déçu en regard à vos attentes ? "Absolument pas. J’entraine l’Inter et l’Inter avait déjà ses propres champions à la maison. Je suis fier d’entrainer cette équipe car les joueurs m’ont prouvé de quels bois ils sont faits. Il en faut pas lus. Du point de vue de la motivation, ils n’ont qu’une infime marge d’erreur, l’équipe est forte et je sais comment me comporter avec des joueurs aussi forts..." "Si nous avions été plus ordonnés au départ, sur ce que devait être notre mercato, nous aurions pu immédiatement définir notre parcours. A la place, nous avons dû faire face à des situations imprévues, qui au final, ne nous ont pas permis de recruter. Dans le Calcio, tu te dois d’être correct vis-à-vis des règles et te fixer des limites. C’est vrai que là, il fallait changer quelque chose dans notre façon de faire, nous l’avons fait et je suis heureux de l’avoir fait." L’ambiance peut-elle conditionner les prestations de l’équipe ? "Absolument. La Roma n’a pas besoin de se stimuler plus, ils ont toujours gagné, nous, nous savons que nous devrons faire quelque chose de plus, trouver des solutions pour être à leur niveau et savoir concurrencer des équipes de ce calibre. Nous devons par-dessus tout répondre présent au rendez-vous. Je l’ai dit au joueur, si tu ne joues pas ce genre de match en équipe soudée, face à de tels adversaires, tu te fais punir. C’est bien de savoir ce qu’il risque de t’arriver." Comment imaginez-vous votre retour ? "Pour comment je l’ai vécu, à ma façon. La Roma ne m’est pas indifférente, elle a un groupe de joueurs et je voulais le bien à ces derniers, j’avais instauré un rapport professionnel avec eux de haut niveau... J’ai rencontré des joueurs de très grandes qualités et qui se montraient très disponible, j’y vais avec tout l’enthousiasme qu’il m’est possible d’avoir" "Ensuite, eux m’accueilleront comme ils ont envie de le faire. Si je vois Francesco, je serais heureux de le rencontrer et de le saluer, entre nous, il n’y a pas de comptes à se rendre, nous nous sommes dit ce que nous avions à nous dire ce sera un plaisir de le retrouver." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×