Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'borussia dortmund'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

20 résultats trouvés

  1. Antonio Conte s’est lâché en conférence d’après-match, détruisant littéralement la préparation estivale. Une authentique sortie de route de la part de l’entraîneur Nerazzurro qui a admis s’être fié à certaines situations. Des situations où il reconnait à présent qu’il n’aurait pas dû s’y fier. Des mots durs qui ont mis à nu les divergences entre Conte et la Direction sur la qualité et la quantité des éléments à disposition dans le noyau. Comme le rapporte la Gazzetta Dello Sport, la Direction Nerazzurra n’a pas apprécié cette sortie du natif de Lecce. Tous avaient un visage sombre, tous étaient nerveux au Westfalenstadion, personne n’a souhaité s’exprimer sur les déclarations de Conte. Problématique sur le futur à court terme L’entraineur aurait voulu renforcer encore plus son noyau. En août, un milieu de terrain aurait dû prendre la place de Borja Valero, tout comme un Vice Lukaku, plus que la désillusion Dzeko, il y a lieu de penser au mois de janvier. Pour l’heure, le club s’est seulement montré ouvert quant à l’arrivée d’un milieu de terrain. D’où l’explosion d’hier soir. Dans l’idée de tous, en Italie, cette équipe serait en mesure de se battre pour le titre jusqu’au dernier kilomètre... Êtes-vous plus pour Conte ou pour Suning ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Très bonne nouvelle pour Antonio Conte qui a vu l’infirmerie fondre comme neige au soleil en vue de la confrontation entre l’Inter et le Borussia Dortmund. Danilo D’Ambrosio, Kwadwo Asamoah et Stefano Sensi sont opérationnels. Il ne reste à présent plus « que » Alexis Sanchez qui compte revenir à 100% dès le mois de janvier. La Gazzetta est formelle, l’Inter d’Antonio Conte peut de nouveau compter sur des joueurs de bancs valides. Nouvelle encore plus importante, Stefano Sensi devrait être titularisé en lieu et place de Matias Vecino ou Roberto Gagliardini. La seule possibilité de ne pas voir Sensi titulaire, consisterait à voir Antonio Conte protéger son poulain au milieu. Danilo D’Ambrosio devrait rentrer en cours de jeu, soit en lieu et place de Godin, soit en lieu et place d’Antonio Candreva. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Nulla E Impossibile Per Questa Inter ! Le dicton est donc vrai, l’Inter a réussi à s’imposer en cadenassant, comme des Hommes, le Borussia Dortmund. Antonio Conte, et plusieurs joueurs, se sont livrés à la presse suite à cette excellente performance au Giuseppe Meazza. Interview à Sky Sport "Ce sont trois points très importants, je pense qu’il était important d’instaurer un certain type de rapport avec les joueurs, comme le font tous les entraîneurs. Quand je dis les choses en face, elles peuvent te faire mal, mais je continue à t’apprécier, même s’il est vrai que je préfère une belle prestation à une laide performance." L’équipe a fait preuve de maturité, qu’en pensez-vous ? "Au début du match, j’ai commencé à prévenir que Dortmund avait changé son système de jeu, ils s’étaient mis à cinq en défense, car ils avaient peur de nos phases offensives. C’était un match tactique. Ils ont voulu jouer en proposant un autre système. Nous nous étions préparé à un tout autre match, mais nous sommes restés bons à nous adapter, nous sommes passés en 4-2-3-1 et nous avons fait une belle prestation." "Ce n’était pas une situation facile, les garçons ont été bons, mais avec les blessures, on avait le risque de le payer, nous avons réalisé un très grand match et je suis heureux pour eux. Ce sont des nuits de sacrifices qui payent. Ils se sont bien battu avec Spalletti pour se qualifier en Ligue des Champions, et il est juste de chercher à vouloir continuer à maintenir ce rêve. L’unique façon de survivre était de l’emporter et nous l’avons fait d’une manière belle et décisive." "A présent, nous affronterons Parme dans trois jours, ils sont en forme et le match le plus difficile à venir est celui de samedi, plus celui de ce soir. Il n’y a pas de temps pour profiter du moment actuel, nous affronterons Parme samedi à 18h. Nous n’avons que trois jours pour récupérer et préparer un tout autre match, face à une autre équipe qui propose un autre schéma tactique." Face à Milan et la Juve, vous pressiez haut, vous avez agi différemment face au Borussia. Pourriez-vous nous l’expliquer ? "Si tu offres le terrain à Dortmund, ils sont dévastateurs. J’ai finalement choisi de leur laisser une moitié de terrain pour ensuite les presser, nous montions plus haut lorsque c’était uniquement possible. Sur des phases arrêtées. J’ai recommandé à mes joueurs de ne pas perdre de ballons dans l’axe." "Nous avons été bon à construire de l’arrière et à gérer les phases de jeu. J’ai aimé la maturité proposée lors de plusieurs phases de jeu. Des phases qui n’étaient pas présentes lors du final de la rencontre face à Sassuolo." Les trois milieux de terrains se sont entraidés et sont restés proche, le passage entre les lignes était fluide… "Nous avons beaucoup travaillé sur la construction, les garçons ont donc réalisé une rencontre importante en phase de construction et de possession. Je tire souvent les oreilles de Brozovic, mais il a lui aussi fait une belle rencontre dans l’ensemble des deux phases. Ils sont venus en aide aussi aux ailiers." "Ce n’était pas facile d’affronter le Borussia qui est une excellente équipe. Le prochain match se disputera chez eux, mais nous pourrons jouer notre match, nous sommes vivants, nous ne végétons pas, à présent, nous nous projetons sur le match de samedi." Esposito est très intéressant... "Absolument, je l’ai dit à plusieurs reprises en conférence de presse et dans le vestiaire. Cela aurait été une folie de ne pas l’aligner en Ligue des Champions. Il sait qu’il doit y aller tête basse, qu’il doit maintenir ses pieds sur terres, mais il est important pour nous." "Cela m’attriste pour l’U-17, mais certains se feront une raison vu que j’ai déclaré que c’est un titulaire à tous les effets." Un avis sur le jaune de Barella ? "Il est généreux et travaille aussi sur cet aspect, mais je m’inquiète lorsqu’il en prend un après 10 minutes, je commence à être anxieux car c’est un joueur qui met le pied, qui est physique, il est toujours un peu borderline, mais j’aime avoir des joueurs de cette trempe." Conférence de presse Est-ce la victoire la plus importante de la saison ? "Elle peut changer les projections, elle allonge notre vie et l’espérance d’aller de l’avant en Ligue des Champions dans un groupe très difficile. Je suis par-dessus tout content pour mes joueurs car depuis l’année passée, ils ont tout donné pour vivre ce type de soirée, avec un stade comble. La victoire était la seule façon d’honorer le tout et d’envoyer un message de continuité à nous-même. La voie est bonne est nous avons aussi notre mot à dire dans un tel groupe." Est-ce la victoire des détails ? "Pour être sincère, nous travaillons sur tous les détails, c’est aussi pour cela que nous sommes épuisés en fin de match. Nous ne laissons aucune place à l'improvisation, dans le sens où mon staff travaille énormément afin de préparer les joueurs à tout points de vue. Nous avions préparé ce match en faisant face à un adversaire proposant un 4-2-3-1." "En lieu et place, je pense par respect, qu’ils ont aligné trois centraux et deux latéraux. Nous avons dû nous adapter en très peu de temps à cette situation de jeu, ma satisfaction de travailler avec ce groupe est si importante. Mes joueurs ont apporté d’importantes réponses dans des situations difficiles." "Vecino s’est blessé, De Vrij durant le match a serré les dents, ce sont des signaux que le groupe est prêt à surmonter toute les difficultés. Nous sommes parti avec 8 joueurs sur onze présents l’année dernière et ensuite j’ai aligné Esposito et Borja. Je suis heureux pour nos tifosi qui ont soutenu l’équipe, c’est bien comme ça." "A présent nous allons récupérer rapidement, car nous allons affronter Parme dans un match qui sera bien plus difficile comparé à celui de ce soir. Nous verrons si nous parviendrons à récupérer quelques blessés." Pensiez-vous à ce type de match, lorsque vous aviez parlé d’une Inter qui ne serait plus Pazza ? "De notre côté, il y a l’envie d’envoyer un signal d’équipe à tout moment, aujourd’hui, nous avons fait preuve d’une maturité qui était absente à Sassuolo. Si tu veux te battre pour quelque chose d’important, tu dois avoir ce sentiment de compacité, d’équipe qui dans les deux phases travaille bien. Les 20 dernières minutes à Sassuolo ne m’ont apporté aucune fierté, ni même aux garçons qui ont dû réagir." Vous l’aviez défini comme un match comme un autre, quelle est la valeur de la rencontre de ce soir ? "J’ai parlé d’un match important, on m’a demandé s’il s’agissait d’une finale. L’Inter n’est pas partie avec l’ambition du Scudetto ou de la Ligue des Champions, elle est partie pour construire quelque chose dans le temps." "Ces dernières années, pour beaucoup de raisons, elle s’est construite et détruite. Cette année, nous sommes reparti de zéro en cédant Icardi, Perisic et Nainggolan et j’espère que c’est la bonne. Nous avons l’envie de réaliser quelque chose d’important, nous savons que ce ne sera pas facile, mais nous ne devons pas être affecté par l’aspect émotif des choses." "Nous travaillons pour le présent et le futur, nous travaillons tellement." Vous avez proposé un plan B, vous n’avez pas pressé haut Dortmund. A présent, la problématique n’est-elle pas la gestion des forces ? "Nous avons choisi de définir une zone du terrain pour les presser, j’ai étudié la défense à quatre de Dortmund. Il était inévitable de nous voir les presser haut sur les phases arrêtées. Eux aussi avaient peur de nos phases de construction. Si nous laissions de l’espace à Brandt, Sancho et Hazard, ils auraient été dévastateurs. Nous avons été bon dans la lecture du jeu. Mes garçons ont été très bon dans l’interprétation de la rencontre." Nicolo Barella "Nous nous sommes montrés compacts et nous n’avons rien concédé au Borussia. Nous avons fait ce que nous demandait l’entraîneur. Ce sont des parties qui te font grandir." Vous ne vous êtes pas laissé absorber par la frénésie... "J’ai déjà joué de grands matchs, mais sans rien récolter. A Barcelone, nous ne l’avions pas tué et nous avions perdu. Aujourd’hui, nous avons concrétisé nos occasions, je crois que le mérite nous en revient, c’est tout. Nous avons aussi raté un penalty." Étiez-vous déstabilisé après le jaune ? "Après celui récolté contre l’Udinese, Conte m’avait remplacé dès la 45’, je suis donc resté attentif, il m’aide aussi sous cet aspect, dans la façon dont gérer les choses." Donneriez-vous une amende à Candreva qui a retiré son maillot ? "J’ai cru qu’il allait lui aussi rater ce but, il sourit. Mais nous avons été attentif et bon, nous méritions d’inscrire ce but." Quelle est l’étape la phase la plus importante de cette rencontre ? Qu’est-ce qui la différencie comparé au match face à Barcelone ? "Je pense que nous réalisons notre parcours, nous avons loupé certaines choses, mas nous cherchons à grandir. San Samir peut toujours aussi mettre ses gants. C’est une grande victoire, nous la savourons tous, mais il faut immédiatement penser au prochain match." Antonio Candreva "Il y avait le bon enthousiasme, l’envie de s’améliorer et de souffrir. Je veux continuer de la sorte, nous n’avions pas su nous montrer concret lors des deux autres matchs. C’était une superbe rencontre, nous allons à présent penser au championnat." "L’enthousiasme et l’envie te font surmonter la fatigue, nous avons tous souffert, nous avons réalisé une grande démonstration aujourd’hui. Lorsque nous nous nous relâchons, nous réalisons de très mauvaises choses. Nous devons reprendre d’ici, le match retour sera difficile, mais la qualification reste ouverte à tous." Le saviez-vous ? Cette soirée est à marquer d’une pierre blanche pour Sebastiano Esposito. Conte, en l’alignant à la 62’ à la place de Romelu Lukaku a fait débuter Sebastiano pour la première fois en Ligue des Champions, lui qui n’a toujours pas connu la Serie A. Sous Spalletti, Esposito avait déjà connu la joie de disputer un match en Europa League, face à Eintracht Francfort. Lautaro Martinez inscrit son nom dans l’Histoire de la Ligue des Champions Nerazzurra. Comme le met en évidence Opta, Lautaro, âgé de 22 ans et 66 jours est le second plus jeune joueur de l’Inter à avoir inscrit deux buts en deux matchs de suite en Ligue des Champions derrière Obafemi Martins, âgé de 20 ans et 118 jours, buteur contre le Fc Porto lors de la en février 2005. Tout simplement un exploit ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Il Corriere dello Sport, dans son éditorial signé par Alberto Dalla Palma, est revenu sur les prestations de Lautaro Martinez et d’Antonio Conte lors d’Inter-Dortmund. "Lukaku a été le grand investissement de Zhang sur le mercato, suite au cadeau Icardi au Psg, mais à présent, le véritable hériter de Maurito est bel et bien le jeune argentin qui a eu le temps de s’adapter et de mieux connaitre notre Calcio, bien plus que le lion belge." "Ressentant la confiance de l’Inter, Lautaro répond sur le terrain en ayant inscrit au moins un but lors des quatre dernières rencontres, il a également permis de relancer son équipe en Ligue des Champions, surmontant de la sorte les problèmes découlant des deux premières journée de la compétition : le match nul face au Slavia et la défaite à Barcelone." "L’objectif de l’Inter était de gagner, via peut être un football à l’ancienne, qui n’est divertissant que par le résultat. En championnat, la Juve ne dispose d'ailleurs que d’un petit point d’avance. Si Josè Mourinho était encensé lorsqu’il pratiquait un tel football, pourquoi ne pourrait-on pas attribuer ce même mérite à Antonio Conte ? Qui a baffé le Borussia en ne tirant concrètement qu’à deux reprises, disposant de la sorte d’un bel avantage en vue du match retour." "Conte qui la joue à la Mourinho ?… Il semble que nous ne soyons qu’au début, car plus le temps passera, plus l’Inter assumera et assimilera les caractéristiques de son entraîneur." Validez-vous ces comparaisons ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Mission accomplie ! L’Inter d’Antonio Conte, si elle souhaitait continuer à maintenir l’espoir d’une qualification aux huitième de finale de la Ligue des Champions, se devait de battre le Borussia Dortmund. Dans un stade Giuseppe Meazza des grands soirs, Conte aura vu son équipe s’imposer sur le score de 2-0 face à la formation de Lucien Favre. Se payant même le luxe de rater un penalty obtenu à la 83’ par Sebastiano Esposito fauché dans la surface par Mats Hummels. Si le penalty du Toro a été repoussé par Burki, le portier allemand, ce dernier sera impuissant sur l’ouverture du score. Dans un match très tactique, De Vrij lançait en profondeur Lautaro à l’extrême limite du hors-jeu, un contrôle et une reprise immédiate du ballon ne laissera aucune chance à l’arrière garde allemande. En seconde période, l’Inter laisse venir le mur jaune, se contenant de faire le dos rond et de partir en contre. L’entrée de Sebastiano Esposito, en lieu et place d’un Romelu Lukaku fantomatique, révoltera les Nerazzurri qui, à l’instar d’un certain Espagne-Italie, procéderont à un contre meurtrier signé Antonio Candreva. L’expérimenté italien, auteur d’une véritable renaissance et d’un match de haut vol sur l’intégralité de son aile n’a laissé aucune chance à Burki. Le Borussia, après ce but, ne reviendra plus dans la rencontre. A noter également deux arrêts décisifs, "deux buts" sauvé par Samir Handanovic, l’un en toute fin de première mi-temps, l’autre en seconde suite à un ballon malencontreusement dévié par Stefan De Vrij. Place à présent à une dégustation de parmesan ce samedi à 18h en Serie A ! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 2-0 Dortmund Buteur(s): 22’ Lautaro Martinez (I), 89’ Candreva (I) 83’ Burki arête le pénalty de Lautaro Martinez Inter: 1 Handanovic; 2 Godin, 6 De Vrij, 37 Skriniar; 87 Candreva, 5 Gagliardini, 77 Brozovic, 23 Barella, 18 Asamoah (79’ 34 Biraghi); 10 Lautaro Martinez (91’ 20 Borja Valero), 9 Lukaku (62’ 30 Esposito) Banc: 27 Padelli, 95 Bastoni, 19 Lazaro, 16 Politano T1: Antonio Conte Dortmund: 1 Burki; 5 Hakimi, 16 Akanji (73’ 34 Bruun Larsen), 15 Hummels, 14 Schulz; 6 Delaney (65’ 8 Dahoud), 28 Witsel; 7 Sancho, 23 Hazard (84’ 13 Guerreiro), 33 Weigl; 19 Brandt Banc: 35 Hitz, 2 Zagadou, 10 Gotze, 26 Piszczek T1: Lucien Favre Arbitre: Taylor (Ang) Var: Attwell Averti(s): Brozovic (I), Barella (I), Godin (I), Weigl (B), Hummels (B), Candreva (I) Expulsé(s): / Affluence: 65.673 tifosi ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Si l’Inter a préparé à la perfection la confrontation face au Borussia Dortmund, Antonio Conte est visiblement paru en forme, un peu trop au goût du médecin du Club, Volpi. Voici l’anecdote décrite par la Gazzetta Dello Sport "Des coups allemands, il n’en aura pas pris, il en aura même refilé deux beaux. Pourtant, Conte aura été victime d’un autre coup qui prête à sourire, lorsque Candreva a débarqué en exultant suite à son but, il a réalisé avec Conte, une célébration à la Lukaku : Pecto contre pecto." "Si cela devient une habitude, le Docteur Volpi devra également soigner les contusions de l’entraîneur. Sur le coup, mercredi soir, Antonio Conte ne ressentait rien à chaud en soulignant qu’il s’agissait de trois points fondamentaux et que ses rapports avec les joueurs s’étaient renforcés." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. L’information provient de la Gazzetta Dello Sport : la présence de Matias Vecino face au Borussia Dortmund est plus qu’incertaine. Conte, avec Stefano Sensi blessé et Borja Valero écarté du projet devrait se comporter de la sorte : Résumé de l'article de la Gazzetta Dello Sport Vecino a ressenti une douleur musculaire ce matin, il passera des examens, mais sa présence ne devrait être possible mais sur le banc dans le meilleur des cas. Il est inutile de prendre des risques actuellement. Il est toujours possible de le retrouver, aux côtés de Brozovic, Roberto Gagliardini et Nicolo Barella, alors que Borja Valero ne rentre vraiment plus dans les plans de Conte. L'espagnol pourrait tout de même avoir sa place sur le banc. Si cette blessure peut être considérée comme une urgence réelle, elle ne peut pas servir d’alibi à l’équipe et doit plutôt la motiver à faire quelque chose, Brozovic est d’ailleurs sur la même longueur d’onde : "Le match face à Barcelone nous a fait comprendre que nous avons mûri et que nous sommes capable de réaliser de grandes choses. Nous avons eu nos chances, mais nous n’avons pas su les exploiter, nous en avons été puni. C’est ce qui arrive lorsque vous commettez des erreurs face aux plus fort du monde. Cela ne devra plus se produire face au Borussia, nous voulons gagner." Tuile ou pas tuile pour Conte ? Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Antonio Conte, accompagné de Marcelo Brozovic, s’est livré à la veille du match qui verra l’Inter recevoir le Borussia Dortmund au Giuseppe Meazza dans le cadre de la troisième journée de la Ligue des Champions. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer l’intégralité des déclarations des deux protagonistes dans les locaux du Media House d’Appiano Gentile. Antonio Conte Finale "S’il s’agit d’une finale ? Parler de finale me semble exagéré, ce sera sans aucun doute une rencontre importante face à une équipe forte..” Phases défensive "Je n’ai pas eu assez de temps pour préparer la rencontre, j’ai travaillé sur les vidéos en analysant les différentes situations, nous devrons faire attention à ne pas perdre le ballon, contre Sassuolo, nous avons perdu des balles en phase de construction et nous avons encaissé des buts. Le Borussia a des joueurs qui, sur un jeu ouvert, peuvent faire mal." Épreuve de maturité "Nous devons récolter des points à chaque match, nous n’avons rien à attendre de ces rencontres. Nous avons travaillé dès notre premier jour sur le fait de récolter des points à chaque match. En Ligue des Champions, nous aurions pût faire plus contre le Slavia et nous aurions mérité bien plus face à Barcelone. Notre mentalité ne change pas." Absences "Si, chez eux aussi il vient à manquer des joueurs, ils seront remplacés. Je préfère voir le verre à moitié plein de part et d’autre. Nous pensons à nous-même, nous n’avions qu’une seule journée pour préparer le match, nous pensons à faire une bonne partie. Eux sont très bons en phase de contre et ils savent bien en profiter, nous devrons être bons afin d’éviter de nous retrouver dans pareille situation. Nous devrons faire surtout très attention à cela." Lukaku "Romelu était très heureux de marquer, mais il n’oublie pas que l’on peut facilement passer d’une situation de crise à son opposé. Je veux un grand équilibre, surtout chez nous, je dois évaluer les performances de chacun, ce que je peux leur enseigner, il est clair que lorsqu’on inscrit un but j’en suis heureux. Romelu s’est bien intégré il est arrivé à s’acclimater avec facilité." Handanovic "Il est très important pour nous, il est présent depuis tant d’année à l’Inter, c’est notre Capitaine et un excellent gardien, nous sommes heureux de l’avoir à nos côtés." Rééditer la prestation à Barcelone "S’il suffit de rééditer cette performance ? Je ne sais pas, nous devrons tout donner et n’avoir aucun regret, nous devrons tout donner et jouer au maximum de nos possibilités pour ne rien avoir à regretter en fin de match." "C’est une compétition extrêmement difficile et j’estime que nous cherchons à débuter un parcours en Ligue des Champions également au niveau de l’expérience, vu que nous n’avons pas énormément de joueurs qui l’ont disputé. Cela me déplairait d’avoir des regrets." Buts encaissés "Il y a des situations sur lesquelles il faut travailler, je l’ai aussi expliqué en conférence d’avant-match face à Sassuolo. Lorsqu’un nouvel entraîneur arrive, et ce même après trois mois de travail, il y a lieu de prendre en considération qu’il n’y a que trois mois d’écoulés et 7 rencontres disputées en très peu de jours espacés, c’est inévitable que cela nous coûte." "J’estime que malgré le peu de temps ensemble, malgré le peu de temps passé à travailler ensemble, qu’il y a des situations qui se doivent d’être assimilées encore plus, en y travaillant. Nous passons d’une confrontation face à Sassuolo à préparer le match face au Borussia, le tout en ayant uniquement une journée de décrassage, avant d’être à nouveau sur le terrain, c’est naturel que l’on perde quelque chose." "Si je regarde le verre à moitié plein, je dirais que cette équipe marque toujours, c’est l’équipe qui marque le plus tout juste après l’Atalanta." Lazaro "Ce n’est pas un joueur qui peut évoluer détaché des attaquants, il doit jouer en ailier. Je l’ai recruté de l’Herta et il est normal que lors que tu intègres des jeunes joueurs dans une équipe, qu’ils puissent rencontrer des difficultés à faire le grand saut." "Je l’ai recruté pour qu’il évolue dans cette position, il y a déjà joué de nombreuses fois, il faut faire preuve de patience et de confiance, je vous le demande également à vous." Défaillance mentale face à Sassuolo "Comme je l’ai dit précédemment, je préfère voir le verre à moitié plein sous tous les aspects. À moitié plein car jusqu’au second but de Sassuolo, l’équipe s’exprimée de manière compacte, ensuite il s’est passé quelque chose, une situation que nous devons améliorer." "Les joueurs sont les premiers concernés car ils sont déçus d’avoir pris des buts et relancé un match déjà ficelé. Nous devons travailler en ayant, en tête, les choses positives que nous avons démontrées. Nous devons les considérer comme un acquis personnel et nous devons prendre en considération les situations qui ont mal tournées." Lautaro "Parlons de Brozovic qui est, déjà en ce moment, un joueur important et qui continue à travailler sur ses qualités afin de devenir un joueur du Top Mondial à son poste." "En ce qui concerne Lautaro, il doit travailler et c’est tout, tête basse et pédaler. Il ne faut pas penser que le mérite d’un but revient à un attaquant, ce n’est pas le cas pour moi, il doit travailler pour l’équipe comme il le fait. J’aime lorsqu’il travaille pour ses équipiers, lorsqu’il marque des buts, il doit continuer de la sorte." "Il a un potentiel important, il doit travailler dessus. C’est à lui a décidé de sa façon de mourir, s’il souhaite devenir un Top Player ou rester un joueur moyen." Étape "Toutes les rencontres représentent des étapes pour nous, il est important d’y voir des améliorations à tous point de vue. La rencontre de demain est une partie que nous chercherons à gagner, tout en sachant que nous affronterons un adversaire redoutable, nous donnerons tout de nous-même. Au final, nous verrons comment tournera le match, je veux qu’il se réalise d’une façon sereine mais avec énormément d’attention." Candreva "Je pense qu’Antonio, comme tous les autres, se donne à 100% pour se mettre à disposition. C’est un garçon pour lequel il était nécessaire de rentrer dans sa tête, d'y travailler, il a un grand potentiel et il avait besoin de grandes confirmations." "Je m’attends le concernant, à une croissance à tout point de vue, au niveau footballistique et également extra-sportif. Je l’ai connu en équipe nationale et il y faisait de belles prestations, mais je sais aussi qu’il est capable de faire beaucoup plus." Sensi et D’Ambrosio "Il est difficile d’en parler aujourd’hui. Danilo souffre d’une micro-fracture et il sera important d’évaluer le degré de douleur dont il souffre et qui nous indiquera également sa propre disponibilité. Nous effectuerons un contrôle demain avec Stefano, je vais monitorer la situation et attendre des informations en provenance du staff médical." Attachement et approche du match "Ce sera important de gérer l’intégralité des 90 minutes de la rencontre, son intégralité et son final. Toutes les phases de jeu sont importantes, car si nous reprenons l’exemple de Sassuolo, il y a lieu de revoir cette "grande façon" d’aborder la fin du match." Godin en difficulté "En ce qui concerne Diego, c’est évident qu’il a changé sa façon de jouer, il travaille tellement tactiquement et physiquement, la façon de jouer a totalement changé et pas uniquement dans le système du jeu, mais dans l’idée, la façon dont il faut aller défendre à 50 mètres de la cage." "C’est un garçon sérieux qui a l’envie d’apprendre. Notre idée de football débute de l’arrière, je vais de l’avant avec mes concepts, je ne reviendrai pas dessus. Cela voudrait dire que je mettrai tout le monde derrière, prêt à se prendre des dérouillées, et les dérouillées, c’est moi qui veux les donner." Marcelo Brozovic "Depuis quatre saisons beaucoup de joueurs d’expérience sont arrivés, nous sommes fort et nous devons le démontrer en travaillant. Demain, une rencontre importante nous attend, nous jouerons à domicile et nous devons gagner." Jouer sans Sensi ? "Mon jeu ne change pas tellement, je dois pratiquer mon football, ensuite aider mes équipiers. Sensi est important pour nous, c’est difficile de faire sans lui, mais même s’il est absent, nous devons continuer à aller de l’avant." Qu’est-ce qui a changé depuis mon remplacement en Europa League ? "J’étais plus jeune, les choses ont énormément changé, je suis aussi devenu papa. Je vois les choses de façon totalement différente, il y a eu tellement de changements." Où je peux m’améliorer ? "En phase défensive, je dois faire plus. L’entraîneur me le dit aussi. Je dois être bien en position et faire attention à observer où sont les autres joueurs, je dois faire bien plus dans ce domaine. Et je dois forcément moins perdre de ballons." Ce qui me diverti le plus cette saison ? "Je suis serein, j’aime jouer au ballon. Je veux être aux côtés de mes équipiers, lorsqu’il n’y a pas d’autres joueurs. Je veux jouer avec le ballon." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Milan Skriniar s’est livré à Ruhrnachrichten à quelques heures de la confrontation entre l’Inter et le Borussia Dortmund. Quelle a été votre réaction lors du tirage au sort fin août ? "J’étais heureux car lorsque tu joues au football, tu veux affronter les meilleurs. Et dans ce groupe, c’est ce que nous pouvons faire. Cela ne change pas que l’on parle de Barcelone ou de Dortmund. Ce sont des équipes qui font des prestations personnelles au plus haut niveau depuis des années." Était-ce mieux d’affronter des équipes plus "simples" ? "Cela aurait été plus simple, mais il y a aussi des équipes telles que le Zenit, Shakhtar Donezk ou le Slavia Prague qui ont leurs propres qualités. Le Slavia l’a d’ailleurs prouvé face à nous. En tant que joueur, tu veux toujours défier les plus grands clubs comme sont le Barça et Dortmund. Le tirage est ainsi et nous jouerons face à eux." Est-ce que la rencontre face au Borussia est décisive ? "C’est vrai que pour nous, il s’agit d’un match très important. Nous savons que nous devons prendre des points, nous n’en avons qu’un seul en phase de groupe et ce groupe est très relevé." Connaissez-vous le Borussia Dortmund ? "Qui ne le connait pas ? Je le suis toujours en Bundesliga et je l’observe avec une meilleure attention depuis que nous l’avons dans notre groupe. Lorsque cela m’est possible, je regarde les matchs. On parle de possession du ballon avec Barcelone qui est l’une des meilleures équipe du monde, si ce n’est la meilleure. Dortmund dispose de qualités importantes, mais si nous voulons aborder la possession du ballon, il n’a pas les qualités de Barcelone. Pour compenser, ils sont très forts et rapide en contre, comme ils ont pu le démontrer face au Slavia Prague." Quel est l’adversaire le plus dangereux entre le Borussia et le Barça ? "Pour moi, le Barça, sans vouloir discréditer Dortmund, Barcelone est plus qu’un nom. Je n’ai jamais joué contre le Borussia, je suis donc anxieux à l’idée de devoir les affronter. Après ce match, je pourrais sans aucun doute vous dire qui sera le meilleur entre le Borussia et le Barça, il rit…." Connaissez-vous Hakimi, qui a marqué contre le Slavia Prague ? "Oui, j’ai vu une vidéo et cela m’a sauté aux yeux. C’est un joueur de classe, et il est nécessaire d’y prêter une attention toute particulière en un contre un. Mais ce n’est pas le seul, la défense est sûre en la personne de Mats Hummels. Il a été Champion du Monde, cela veut tout dire." Quel est le stade qui est le plus impressionnant entre Dortmund et le Barça ? "J’aime lorsque le stade est comble, que les tifosi encouragent l’équipe et qu’il y a une ambiance volcanique. Ce n’est pas pour rien que l’on dit que les tifosi sont le douzième homme. Et cela vaut surtout pour Dortmund car le Mur Jaune est tout simplement excitant. Tout clubs désirent disposer de tels tifosi et d’une telle ambiance." Êtes-vous prêt à supporter les tambours à Dortmund durant 90 minutes de jeu ? "Ah, je suis curieux de voir ce que cela donne en match. Peut-être que cela ne me déplaira pas plus que dans d’autres stades bruyant. Je verrais bien." Êtes-vous heureux à l’Inter ? "Je suis très satisfait d’être ici. Je m’y sens très bien, j’ai un excellent rapport avec les Tifosi. Il ne me manque rien et je joue de façon régulière, c’est quelque chose de décisif pour moi, c’est la raison pour laquelle j’ai pris cette décision : Je n’envisage aucun transfert." L’intérêt des autres clubs pour moi ? "Je les lis…Il rit. On dit beaucoup de choses sur internet, certaines informations remontent jusqu’à moi, mais je ne me prends pas la tête. La session de Mercato est terminée et la prochaine ouvrira dans deux mois. A titre personnel, je n’ai jamais reçu d'offres, aucun des noms circulants dans les médias tels que Manchester City, Manchester United et le Barça." Une offre du Bayern ou du Borussia ? "On réfléchit tout naturellement lorsque l’on reçoit une offre de ces clubs. Mais cela dépendrait plus de ma situation à l’Inter, du rôle et de l’importance que j’y occupe. Si par exemple, je serais toujours sur le banc, il me serait difficile de les refuser. Mais mon opinion personnelle est que la Premier League ou la Liga sont meilleures que la Bundesliga”. La phase de Groupe ? "Je serais naturellement fier, si nous parvenions à finir premier du groupe. Mais ce sera aussi difficile car nous n’avons qu’un seul point actuellement, mais nous croyons à cette qualification. Et si nous venons à finir à la seconde place cela viendrait à dire que Dortmund se retrouverait troisième et Barcelone premier, le Slavia à la dernière place." "Je suis convaincu que nous pourrons disputer les huitièmes de finale. Je nous le souhaite à tous, c’est notre objectif. Après ce match, nous en saurons bien plus. Nous devons consolider nos ambitions. Seuls les points engrangés pourront nous indiquer s’il est possible d’aller plus en avant dans la compétition." Milan Skriniar s’est également livré à la Gazzetta Dello Sport Italie "Je suis arrivé en Italie de Italie, il y a quatre ans, je jouais peu, je pensais partir en prêt. Ensuite ma carrière a décollé. Le mérite en revient aux entraîneurs qui m’ont fait confiance et à mes équipiers qui m’ont aidé à m’améliorer." Prestations "Je ne pensais pas devenir un défenseur de cette carrure, j’étais sûr qu’il fallait apporter de la continuité à mes prestations. Je suis habitué aux critiques tout comme à réaliser d’excellentes performances qui me conduisent à faire face à de grandes responsabilités. Beaucoup s’attendent à ce que je gagne chaque duel, à ce que je reprenne tous les ballons de la tête. Je reste moi-même, je sais que je dois maintenir toujours un très haut niveau." Godin "Il est très expérimenté, il a gagné beaucoup de titres, il est très fort. Mais par-dessus-tout, c’est une personne splendide, lui, comme tant d’autres m’aident à grandir et à m’améliorer." Motivation "Lorsque je rentre à la maison après un match, je n’arrive pas à dormir, je pense et je repense aux faits de jeu, à ce qu’il s’est passé sur le terrain. Nos entraînements sont très stimulants, personne ne veut perdre même les mini-matchs." Le Stade "Les tifosi nous aident tellement. Je me rappelle de tout, de mon tout premier match en Ligue des Champions, Inter-Tottenham, du stade, de l’ambiance, des sons, des couleurs. De cette douce musique inconfondable et si belle, celle t’apporte quelque chose en plus." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Ce mercredi, l'Inter affrontera le Borussia Dortmund dans un match ô combien capitale, pour sa survie dans le Groupe F. Si Antonio Conte devra palier les absences de Danilo D'Ambrosio, Stefano Sensi et Alexis Sanchez, Dortmund n'est pas en reste. En effet, Lucien Favre devra se passer des services de Marco Reus, Paco Alcacer et Marcel Schmelzer. Bürki, Götze et Sancho feront, eux, parti du voyage pour Milan ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. La Gazzetta Dello Sport l’avait déjà annoncé, la presse allemande le confirme à présent. L’Inter est sérieusement intéressée par le recrutement de Mario Götze. Le Trequartista allemand, Champion du Monde 2014, sera en fin de contrat en 2020. S’il ne prolonge pas avec le Borussia Dortmund, il sera libre de signer où il veut à paramètre zéro et selon le Ruhr Nachrichten, quotidien très proche de la Casa Borussia, la stratégie de Marotta est de travailler dans l’ombre pour parvenir à un accord avec le joueur en vue de la saison 2020-2021, voir en le transférant déjà au mois de janvier, en indemnisant le club allemand. De son côté, le Borussia a décidé de réagir à cette approche intériste vu que Gotze aura, dans les semaines à venir, une discussion avec la Direction allemande. La stratégie de cette dernière serait de revoir à la baisse le salaire du champion du Monde. Un point important qui pourrait s’avérer essentiel dans une prise de décision finale, avec prête à bondir… l’Inter! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Tout comme l'année dernière, l'Inter hérite du groupe le plus difficile de la Ligue des Champions. Si l'année dernière, l'Inter était confrontée au Psv, à Tottenham (futur finaliste) et au Fc Barcelone, cette année, l'Inter affrontera le Borussia Dortmund (Vice-champion d'Allemagne), le Slavia Prague et à nouveau le Fc Barcelone de Messi, Griezmann, Suarez (et Neymar ?). Des affiches alléchantes qui verront l'Inter de Conte prouver immédiatement de quoi elle est capable. Le calendrier 17/09 - 18h55 Inter - Slavia Prague 02/10- 21h00 Barcelone - Inter 23/10 - 21h00 Inter- Dortmund 5/11 - 21h00 Dortmund - Inter 27/11 - 21h00 Slavia Prague - Inter 10/12 - 21h00 - Inter - Fc Barcelone L'image du jour La réaction de la Direction du Slavia Prague lorsque l'équipe a hérité du groupe F ! Croyez-vous en la qualification au second tour du tournoi ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Comme l’année dernière, l’Inter retrouve le Fc Barcelone en Ligue des Champions. Il s’agira d’un parcours compliqué pour les Nerazzurri qui ont hérité d’un prétendant à la victoire finale, sans oublier le Borussia Dortmund et le Slavia Prague. Antonio Conte pourra compter, cette année, sur Romelu Lukaku, qui est l’auteur de 7 buts en 17 matchs de Ligue des Champions. Le Fc Barcelone "La rencontre avec Messi ne passera pas inaperçue pour la famille Lukaku. Sa maman Adolphine, avait croisé Messi lorsque le Barça était parti jouer à Old Trafford en quart de finale aller. Elle fut si heureuse et enthousiaste que cette vidéo est devenu culte sur le web." "L’Inter rencontrera le Fc Barcelone lors de la dernière journée de la Ligue des Champions, soit le 10 décembre. L'espoir est que le club espagnol n’aura plus besoin de l’emporter pour se qualifier, comme ce fut le cas il y a un an avec Tottenham. Le match nul réalisé en fin de rencontre mettait un terme aux espoirs d’un Luciano Spalletti éliminé… Qui sait si cette fois-ci la chance tournera en faveur des Nerazzurri." Le Borussia Dortmund "A propos de chance ou de porte-bonheur, on peut parler du Borussia Dortmund qui était l’équipe tirée dans le chapeau 2. On ne peut, ne pas se rappeler des doubles confrontations datant de 1963-1964 et 1993-1994. A chaque fois que l’Inter a croisé le chemin des allemands, elle soulevait le titre européen en fin de saison : En 1963-1964, ce fut la Coupe des Champions, en 1993-1994, c’était la Coupe de l’Uefa." "Dans les années 1960, Sandro Mazzola marquait aussi bien au match aller qu’au match retour. L’Inter gagnait la Finale contre le très coriace Real Madrid. Dans les années 90, ce fut le 3-1 à l’extérieur qui fut décisif. L’Inter éliminera Cagliari en demi-finale avant de s’imposer contre Salzbourg en Finale." "Les années passent et Dortmund reste toujours un adversaire coriace, mais le parcours des allemands à l’extérieur peut apporter des garanties. Sur les 16 derniers déplacements, Dortmund comptabilise: 4 victoires 3 nuls 9 défaites" Le Slavia Prague "Statistiques moins importantes pour le Slavia Prague, qualifié via les playoffs et qui dispute seulement sa seconde saison en Ligue des Champions, depuis celle de 2007-2008." "A l’époque, Arsenal l’avait humilié sur ses propres terres en inscrivant 7 buts, soit le record historique négatif de l’histoire du football tchèque." "L’Inter ouvrira sa saison européenne, au Meazza, le 17 septembre face au Slavia qui a réalisé le doublé Championnat-Coupe nationale la saison dernière. Une situation qui ne s’était plus reproduite depuis 77 ans." Le Saviez-vous ? L’Inter a une chose en commun avec le Slavia. Un propriétaire chinois. Suning pourrait donc débuter sa seconde aventure européenne en prenant le meilleur sur son "cousin" du Sinobo Group. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Lautaro Martinez est intervenu en direct à Sportia, une émission de TycSports, et a parlé de nouveau de son passage à l'Inter en révélant une anecdote sur le Borussia Dortmund qui l'avait quasiment bloqué il y a quelques mois mais qui l'a perdu lorsque les dirigeants ont décidé de reporter la finalisation de l'affaire. A ce moment-là, arriva l'Inter, grâce au pressing décisif de Ausilio mais aussi de Zanetti : "presque tout est fait avec l'Inter, il manque quelques détails dont mon agent s'occupera dans les prochains jours soit depuis Madrid (ndlr : où l'Argentine est actuellement en regroupement avant le match amical contre l'Espagne) ou en allant à Milan. Il manque juste la visite médicale. Rester au Racing ? Quand le transfert sera effectif, les deux clubs décideront de la meilleure option". Le Borussia "La vérité c'est que le Borussia Dortmund s'intéresse à moi depuis un moment, ils m'ont supervisé à la Bombonera, ils sont venus chez moi, nous avons discuté et à la fin ils m'ont demandé de leur laisser du temps. Nous les avons avertis qu'il y avait d'autres clubs intéressés, qu'il y avait un bon nombre d'offres sur la table. Ils ont pris le risque et j'ai continué à jouer avec le Racing. Il y a eu beaucoup d'équipes mais celle qui m'a convaincu fut l'Inter, ils sont venus à Buenos Aires avec l'idée bien claire de payer mon transfert. Ca m'a touché et j'ai décidé d'aller à l'Inter parce que, en plus de l'aspect purement sportif, je sais qu'il y a Zanetti qui a montré énormément d'intérêt pour moi, il m'a appelé tant de fois".
  15. Interrogé par TyCSports, Lautaro Martinez confirme par ses propres mots son arrivée à l'Inter: "Seuls quelques détails qui seront résolus dans les prochains jours font défaut." Le Borussia ? "Non ! Tout est presque fait avec l'Inter, même si les Allemands ont émergé avec férocité." Pouvez-vous nous confirmer que votre avenir sera à l'Inter ? "Oui, c'est presque terminé, quand j'ai quitté l'Argentine, certains détails manquaient. Maintenant, quand je serai de retour au pays, il y aura une réunion avec mon agent et tout sera réglé." Benvenuto Laulau ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Milan – Il n’y a pas que l’Inter qui se retrouve impacté par la situation relative au changement de stratégie du gouvernement chinois. Même si l’Inter est clairement le club le plus populaire de la bande, avec le Milan, nous sommes en tout 30 clubs, à travers l’Europe à connaitre pareille situation ! C’est un fait que le mercato de l’Inter soit bloqué à cause du Fair-Play-Financier, mais également à cause du gouvernement chinois qui contrôle et limite les investissements à l’étranger. Concernant l’Inter, Suning se retrouve pieds et mains liés, autrement il serait beaucoup plus en mesure de satisfaire Spalletti. Dure menace de la Fédération Chinoise de Football "Nous allons surveiller étroitement le marché des transferts, nous ne permettrons aucune violation et nous serons intransigeants avec ceux qui violent les règles." Le message est clair et deux clubs sont visés : Le Guangzhou Evergrande de Fabio Cannavaro Le Beijing Guoan qui a proposé 70M€ au Borussia Dortmund pour Pierre-Emerick Aubameyang. Cette situation, qui se produit pourtant sur le sol chinois est une nouvelle confirmation que l’avancée dans le monde du football en Chine a été mise à l’arrêt. "On ne dépense plus, on ne peut pas le faire et on ne doit pas le faire !" Cette imposition émane du gouvernement chinois et cela touche également les propriétaires d’un club en Europe, dont le cas le plus emblématique est l’Inter avec le Suning. Deux grands noms, surtout le Suning qui est un colosse en Chine et qui se voit visé par des accusations de recyclage (blanchiment), ce qui le contraint à ne pas dépenser un yuan. Pour l’Inter, l’autre réalité est le Fair-Play-Financier, mais le fait que son propriétaire ne puisse pas investir dans le club est une perte sèche. Trouver un moyen d’obtenir des capitaux L’émission des obligations lancées récemment par le club Nerazzurro, est une totale réussite, surtout vu le taux imposé (4,8%). Cela va permettre à l’Inter d’avoir une meilleur marche de manœuvre. Ce qui n’est pas le cas du Milan Ac qui doit faire face à des taux bien plus élevés. Le problème ne se limite pas à la Serie A En effet, la situation est importante en Europe, pour toute somme qui doit quitter la Chine, et la Série A n’est pas la seule à être confrontée à cette situation. La différence est qu’en Italie, ce sont deux institutions du football qui sont impactées : En Europe, 30 clubs sont gérés par des chinois, soit directement, soit par le biais de participations. Il y a quelques années, le Président Xi Jinping avait même été jusqu’à pousser ce développement pour faire augmenter la qualité et le développement de son football dans son pays natal et de fixer un objectif pour atteindre un chiffre d’affaires pour ce sport, de 650 milliards d’ici à 2025. Mais il a dû mettre les freins pour arrêter l’exportation de capitaux, suite à la dévaluation du yuan et à un système de recyclage. Il a de la sorte du imposé une limite à cette illogique façon d’investir à perte pour le pays et donc pour le football. L'Angleterre déguste Le phénomène est bien plus grave en Angleterre, surtout en Premier League et en Championship, où six clubs sont aux mains des chinois. Seul Manchester City, qui dispose d’un actionnaire chinois, mais uniquement à hauteur de 13% est écarté de ce problème, pour les autres, la situation Nerazzurra est similaire : Birmingham City navigue en eau trouble et est avant dernier de la Championship, son propriétaire est un chinois Paul Suen Cho Hung. Pour faire simple, le club risque la banqueroute. En été Gao Jisheng, leader de Lander, société chinoise, a acheté Southampton pour 240M€, qui est actuellement 17ème en Premier League. La Fédération anglaise lui a refusé pourtant par deux fois, l’autorisation d’acheter le club, afin d’en connaitre plus sur sa position en Chine. De son côté, le gouvernement de Pékin l’a forcé à utiliser sa fortune personnelle pour acheter le club et ne pas toucher au capital de sa société. West Bromwich, 19ème en Premier League, qui a été racheté par Guochuan Lai en 2016, pour 230M€. Aston Villa, acheté par Tony Xia, qui évolue en Championship et qui est 5ème dans ce classement. Wolverhampton, qui n’a couté que 50M à Guo Guangchang, Président du Colosse Fosun, et qui est leader en Championship. Pour l’Espagne, l’Atletico nous fait une City Espanyol de Barcelone, détenu par Rastar, spécialiste des jouets et jeux en ligne, et qui dispose de 99,35% du capital. Le président du club est chinois, Chen Yansheng, 46 ans, et il y a déjà investi plus de 150 millions d'euros, selon la presse espagnole. Atlético Madrid, Wanda a dépensé 45 millions d'euros pour acquérir 20% du capital du club madrilène. Le patron de Wanda est Wang Jianlin, l'un des deux hommes les plus riches de Chine, avec une fortune estimée à 29 milliards d'euros selon Bloomberg. Grenade, Jiang Lizhang possède 98% des parts du club. Selon la presse espagnol, la transaction a valu 37M€. Ce dernier, comme l’Inter dispose d’un club en Chine, le Chongqing Dangdai Lifan (D1) et est co-propriétaire de la franchise NBA des Minnesota Timberwolves. Il est le fondateur de Desports, société spécialisée dans le marketing et les droits sportifs. Pour la France, Lyon a pris l’exemple de City Sochaux, Le club est passé à la mi-2015 à 100% sous contrôle de Ledus, un fabricant d'ampoules LED. La société est basée à Hong Kong et sa maison mère la Tech Pro, est domiciliée aux îles Caïman, coût du rachat 7M€. Auxerre, ORG Packaging, spécialiste des emballages métalliques alimentaires, a investi 7M€ pour obtenir 60% du club avant de passer à 77%. Le président est Zhou Yunjie. Il a racheté l’AJA pour le savoir-faire du club en matière de formation, qu'il souhaite importer en Chine. Nice, Le club, compte depuis juin Zheng Nanyan dans ses actionnaires principaux. Il est le Président du groupe hôtelier Botao. Il est associé à trois américains, dont un d'origine chinoise : Chien Lee. Ensemble, les quatre hommes possèdent 80% du club, racheté pour un montant estimé à quelques 20 millions d'euros. Olympique Lyonnais, Le club a cédé 20% de ses parts au fonds chinois IDG Capital pour la somme de 100M€. IDG est intéressé par le centre de formation lyonnais qu’il souhaite dupliquer sur le sol chinois. Autre cas européen Le Slavia Prague (République Tchèque), racheté pour (99,964%) par CEFC China Energy, un puissant groupe privé actif dans l'énergie et les services financiers. Le reste est détenu par les tifosi. ADO La Haye (Pays-Bas), United Vansen, détient 99% du club. La société a notamment organisé en 2014, à Pékin, le Trophée des Champions (opposant le vainqueur du championnat de France à celui de la Coupe de France) entre le PSG et Guingamp. Taxe à 100% Bbesoccer.com s’est penché sur le sujet et a réalisé un article sur ce dernier, en voici un extrait : "Le football chinois a connu un formidable développement depuis l'arrivée au pouvoir fin 2012 du président Xi Jinping, lequel a déclaré vouloir faire de son pays une puissance du ballon rond. Résultat : les grandes fortunes de Chine ont investi ces dernières années dans quelques-uns des clubs les plus prestigieux du vieux continent, comme l'Atletico Madrid, l'AC Milan, l'Inter Milan ou Manchester City. D'autres équipes moins huppées possèdent aussi des capitaux chinois, en France (Auxerre, Sochaux, Nice), en Espagne (Espanyol Barcelone, FC Grenade) ou encore en Angleterre (Aston Villa, West Bromwich, Wolverhampton, Birmingham City). Juste avant l'annonce de la nouvelle réglementation chinoise, l'homme d'affaires Gao Jisheng avait par ailleurs racheté 80% de Southampton pour un montant estimé par la presse britannique à 200 millions de livres (216 millions d'euros). Et en Chine même, des clubs jadis peu connus au niveau international ont également affolé les compteurs pour attirer des stars étrangères. Le Shanghai SIPG a par exemple acheté fin 2016 l'international brésilien Oscar (ex-Chelsea) pour 60 millions d'euros. Mais le climat a radicalement changé ces trois derniers mois", souligne Ji Zhe. Les clubs chinois ont été mis en garde contre toute dépense extravagante, et se sont vus imposer par les autorités une taxe dissuasive de 100% sur l'achat de joueurs étrangers: "Le gouvernement chinois freine fortement le boom du football et s'attaque aux fuites de capitaux à l'étranger", note Ji Zhe. "Lâcher du lest" Pour Zhang Qing, directeur général du cabinet de conseil sportif Key-Solution à Pékin : "La nouvelle réglementation sur les investissements aura une influence sur les rachats potentiels de clubs européens et sur l'attitude des propriétaires chinois. Les entreprises devront désormais prendre en considération la difficulté d'acheter des clubs", souligne-t-il. "Quant aux patrons chinois actuels, ils pourraient lâcher du lest sur les investissements et être plus prudents" Selon lui, cette tendance pourrait bénéficier au football en Chine, une des priorités du président Xi Jinping. "Ils pourraient désormais contribuer davantage au développement du football sur le marché chinois." "Les clubs européens concernés auront donc certainement des difficultés pour obtenir le cash nécessaire à leurs investissements", estime Simon Chadwick, professeur en économie du sport à l'université britannique de Salford. "C'est un peu comme un fair-play financier imposé directement par l'État. Vous ne pouvez dépenser que ce que vous gagnez", résume M. Chadwick. "Les supporters de West Bromwich, Aston Villa, Nice ou Grenade ne doivent donc pas espérer une frénésie de dépenses pour l'achat de joueurs, car c'est exactement ce que les nouveaux règlements veulent empêcher, des investissements sauvages sans aucune rentabilité financière ou économique", estime-t-il. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Milan – Au Scrabble il te rapporter un excellent mot compte triple. Mais le Mancunien pourrait faire plaisir à l’Inter d’une autre façon... Selon le Corriere Dello Sport, l’Inter a une marge de manœuvre très réduite entre l’UEFA et la Chine, mais il se pourrait qu’elle puisse réaliser tout de même une très belle opération. En effet, l’Inter doit recruter intelligemment et disposer de joueurs opérationnels. Au niveau de l’attaque, la préférence de Spalletti va pour Mkhitaryan. L’entraineur toscan a marqué son accord pour recruter le Red Devil, hier, en fin d’après-midi, au siège Nerazzurro. Notre Direction lui a garantie qu’elle ferait tout pour le contenter, mais lui a également rappelé que nous ne disposons pas d’un budget illimité. Qui est Henrik Mkhitaryan ? Les raisons de la préférence spallettienne ne sont pas difficiles à deviner. Son football, d’une part, est plus vertical, que celui de Pastore. Même si l’arménien n’est pas à proprement un goléador, il faut remonter en 2015/2016 pour le voir dépasser les deux chiffres sous la vareuse du Borussia Dortmund, le joueur reste fréquemment dans sa zone, dans le camp de l’adversaire. Il faut aussi noter sa faculté d’adaptation, car il peut être placé aussi bien sur l’aile droite que sur l’aile gauche. Il pourrait devenir l’alter-ego de Perisic ou de Candreva. Ce serait le rôle possible de Deulofeu, qui, cependant, pourrait arriver comme une alternative luxueuse. Comment recruter le Mancunien ? Les limitations imposées à l’Inter force notre club à utiliser la carte des prêts avec droit de rachat et sans obligation. La mission de notre Direction est de sonder Manchester United. Le Borussia Dortmund serait également intéressé, mais l’Inter dispose d’un joker qui peut lui permettre de faire pencher la balance de son côté : Joao Mario. C’est un fait que le portugais est sur la liste des transferts, lui qui a été payé, il y a un an et demi, 45 millions d’euros (bonus compris). Ce que l’Inter ne veut surtout pas, c’est réaliser une moins-value. La solution choisie par notre Direction serait similaire à celle de Cancelo/Kondogbia, c’est-à-dire, mettre en place un échange de prêts, avec la promesse de se revoir en juin pour discuter de la permanence des joueurs dans chaque club. Ce qui est sûr, c’est qu’autant que Mkhitaryan plait à l’Inter, autant Joao Mario plait à Mourinho. Tout dépend à présent de notre Spécial One, qui sera celui qui décidera de l’avenir des deux clubs. De plus, vu comment s’est déroulée la rencontre d’United à Southampton, cette possibilité est bien réelle. Si jamais Josè, on te fait nous-même l’emballage cadeau ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...