Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'calcio&finanza'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

17 résultats trouvés

  1. Calcio&Finanza a réalisé une analyse de la santé financière de l’Inter sur la base des acquisitions actuelles, Romelu Lukaku inclus, sans oublier les ventes réalisées à ce jour. À l’heure actuelle, l’Inter a procédé à une dizaine d’opérations en entrée, entre rachats et nouveaux arrivants pour une somme globale de 155 millions d’euros. Il y a une augmentation de la valeur du noyau qui est monté à 81,1 millions d’euros. Au niveau des départs, seulement deux tranches du salaire de Radja Nainggolan sont à la charge de l’Inter, les autres mensualités seront à débourser par Cagliari. Les ventes de Yann Karamoh à Parme et de Georges Puscas au Reading ont garanti à l’Inter une plus-value de 16 millions d’euros. Actuellement, le coût de l’intégralité du noyau de l’Inter pour la saison 2019-2020, sur la base des salaires bruts, des amortissements et des joueurs en prêt, grimpe à 236 millions d’euros, soit une augmentation de 40 millions d’euros en regard aux 198,2 millions d’euros de la saison 2018-2019, on peut prendre en considération pour l’année 2019 un bilan de 400 millions de recettes caractéristiques à la saison 2019/2020, une croissance légèrement inférieure à 10% si l’on se fie aux 270 millions valides pour la saison 2018/2019. La bonne nouvelle Sur la base des informations actuelles, et donc de l’insertion dans le noyau de Romelu Lukaku, le rapport entre la valeur de l’équipe et les recettes ne grimpe qu’à 57%. S’il s’agit d’une augmentation de 10% comparé à la saison 2018/2019 où l’Inter proposait une moyenne de 47%, il y a encore une très belle marge de sécurité avant d’atteindre le plafond à risque de 70%. Le Mercato Nerazzurro est donc soutenable, vu le rapport entre les coûts destinés à l’équipe 198 millions d’euros et les recettes 417 millions d’euros comprenant également 46 millions de plus-values. L’Inter peut donc procéder à de nouveaux recrutements en toute sérénité, même si elle devra songer à vendre également des joueurs pour des questions liées au respect du Fair-Play-Financier. Le stricte travail de fond réalisé ces dernières années par le Suning porte enfin ses fruits ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Calcio&Finanza s’est livré sur la santé actuelle de la Vieille Dame, le constat est simple : Il va falloir vendre! La Vieille Dame, suite aux arrivées de Rabiot, Ramsey et De Ligt doit vendre et le départ de Cancelo, voir de Paulo Dybala pourraient ne pas suffire pour mettre à niveau les comptes Le rapport entre le coût découlant du noyau et des recettes pour la saison 2019-2020 dépendra de la présentation de la facture qui sera présentée en ce début de saison. Selon les estimations de la Banca IMI sur l’exercice à venir, le club présidé par Andrea Agnelli devrait disposer de recettes caractéristiques, au net des plus-values de 500 millions d’euros, soit une légère croissance comparé aux 460 millions de la saison 2018-2019 estimé par Calcio et Finanza. Toutefois, au niveau des dépenses, le rapport entre le coût du noyau et des recettes a explosé en passant à 79%, une situation qui a empiré, si l'on se base sur les 57% de la saison écoulée. Ce pourcentage est supérieur au seuil considéré comme tolérable/supportable et qui plafonne à 70%. La cession de Cancelo Suite à la cession du latéral portugais, la Juve réalisera un bénéfice de 41,72 millions d’euros (60 millions d’évaluation-28,24 millions de plus-value). L’acquisition dans le même temps de Danilo aura un impact sur le bilan annuel de la Juventus au 30 juin de 12,48 millions d’euros (32 millions d’évaluation, 4 millions de salaire). Selon les estimations de Calcio&Finanza, l’incidence de ce transfert ne permettra pas à la Juve d’atteindre le plafond de 70%, en culminant encore à 75%. D’où la nécessité d'être dans l'obligation de se séparer de plusieurs joueurs. Paulo Dybala En prenant en considération que l’argentin pèse toujours 17,65 millions d’euros, une vente estimée à 80 millions d’euros permettrait au club de réaliser une plus-value de 63 millions d’euros, une somme à laquelle, il y a lieu d’ajouter le salaire brut du joueur : 12,95 millions d’euros et l’amortissement en mode mineur sur le bilan : 5,55 millions d’euros. Cette opération en sortie, sur base de ces valeurs permettrait à la Vieille Dame de passer sous la barre des 70% : 64% Il serait donc, dans l’état actuel des choses, de voir la Juve réaliser un nouveau transfert onéreux en entrée tel que Lukaku ou Icardi, sans procéder auparavant aux ventes d’Higuain, Mandzukic voire Rugani, en plus de celle de la Joya. De là à être visé par le Fair-Play-Financier… ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Combien rapporte le but de Nainggolan à l'Inter ? A priori un minimum de 35.5 millions d'euros. C'est la projection de Calcio & Finanza concernant le retombées financières de la qualification à la Ligue des Champions. Il faut commencer par compter le montant promis à tout club qualifié, 15.25 millions. Le reste découle de plusieurs facteurs : en premier lieu le classement historique. L'Inter est, aujourd'hui, seizième avec 18.7 millions de prévu. Mais le club peut descendre jusqu'à la vingt-et-unième place avec 14.4 millions si l'Ajax, Lyon, Porto ou Arsenal se qualifient pour la phase de poules. Un autre élément à prendre en compte est le market pool basé sur le classement en Serie A. Dans ce cas, les nerazzurri ne sont pas très bien lotis avec une quatrième place synonyme de 10% des 25 millions totaux, donc 2.5 millions. Pour la seconde moitié du market pool, Calcio & Finanza considère l'option la plus pessimiste pour toutes les équipes et obtient comme gain minimum 3.4 millions. Le total pour l'Inter est donc de 35.5 millions dont 15.25 proviennent de la qualification, 14 du classement historique et 5.9 du market pool. Un tableau récapitulatif est fourni par Calcio e Finanza. A ces montants il faudra y ajouter d'autre sommes comme les primes UEFA en fonction des performances et les droits. ®Samus - internazionale.fr
  4. Milan – Calcio&Finanza s’est penché sur la situation financière de notre Beneamata. Ce qui est certain, c’est que le spectre du Fair-Play-Financier continue à faire des ravages. L’obligation de terminer la saison avec un seuil de rentabilité, "le break-even", au 30 juin 2018, a impacté le Mercato hivernal du club nerazzurro. Pour le calcul de ce nouveau seuil, il y a lieu de prendre en considération les coûts et les recettes qui intéressent l’UEFA, et ce malgré la nécessité d’agrandir notre noyau, ne fut-ce qu’avec un seul joueur de haut niveau (tel que Pastore). Le sentiment est que dans les hautes sphères, la vie économique du club, est passé volontairement en haute priorité. A titre d’exemple, le salaire qui aurait dû être déboursé pour Ramires est de 10M€, et ce, même s’il ne serait venu que 6 mois et pour autant que l’UEFA ait autorisé notre propriétaire à procéder au transfert de ce dernier avec une plus-value. Pour l'Inter, cela aurait posé les mêmes problèmes que l’arrivée de Javier Pastore. Cependant, était-ce réellement nécessaire de faire carrément des achats, alors que l’Inter est encore, à l’heure actuelle, très loin d’avoir atteint ce seuil de rentabilité ? Pour cette analyse, Calcioefinanza.it a pu prendre connaissance de la situation actuelle de l’Inter : De ses coûts, de ses recettes sur la saison 2017/2018 et de l’utilisation des données reprises lors de l’émission des bons. CalcioeFinanza.it tient également à signaler au lecteur, qu’il s’agit d’une simple estimation, aucun détail plus précis n’est rentré en sa possession: Les recettes de l’Inter 2018 Sur base de son analyse, il est facile de constater que le break-even est encore loin d’être atteint, à cause de la contraction des recettes. Par rapport au 30 juin 2017, un manque à gagner de 50-60M€ est estimé, et ce, même si les coûts de productions sont stabilisés. L’augmentation des amortissements est liée à la diminution de la masse salariale. Cette somme découle, en particulier de la réduction des recettes provenant de la gestion des joueurs expatriés (c.-à-d. les plus-values) et des recettes publicitaires. Pour l’heure, l’Inter a réalisé les plus-values suivantes : Gary Medel : 0,6M€ suite à son transfert au Besiktas Jovetic : 1,1M€ suite à son transfert à Monaco Dodò : 1,1M€ suite à son transfert à la Sampdoria Ce bilan est bien loin des 44,5M€ de plus-value réalisé lors de l’exercice 2017. Toutefois, les sommes en provenance des joueurs, pour cette saison, sont estimées à 13,7M€. Cette somme est obtenue via les prêts de Gabriel, de Joao Mario, en passant par Nagatomo et Murillo. On peut également ajouter le pourcentage de 1,5% du transfert, de la vente de Coutinho à Barcelone. Les sponsors de l’Inter 2018 Parmi les recettes commerciales, il manque cette saison, les 25M€ que le Suning avait versé lors de la signature du contrat de sponsorisation de la Pinetina et du maillot d’entrainement, cette somme avait été investi l’année passée. Rien que sur la saison passée, les seuls sponsorisation ont permis à l’Inter de lever 40M€ : 16,5 M€ fixe et des bonus. Normalement, l’Inter devrait recueillir environ 21,5 millions, grâce à divers bonus obtenus en saison. Ce montant est bien inférieu , que sur les informations reprises dans les documents de l’émission des obligations. De plus, vu l’absence de compétition européenne, Nike a réduit son parrainage pour cette année, en ne versant à l’Inter, que 3,7M€. Il ne suffit pas, par conséquent, d’augmenter les revenus du stade (environ 3 millions, en raison des abonnés et de l’exceptionnelle moyenne de Tifosi présent au Meazza: L’Inter dispose du meilleur public d’Italie) et ce malgré l’absence de participation à la Coupe d’Europe. Seuls les recettes découlant des matchs de Coupe d’Italie peuvent s’ajouter, tout comme une potentiel augmentation des revenus liés à l’Inter Academy, et ce afin de maintenir en équilibre, les 300M€ investis la saison dernière. Si on analyse les droits TV, la situation s’est améliorée par rapport à l’année écoulée, et cela devrait permettre d’arriver à un solde équilibré sur base des montants encaissés lors de la dernière saison. 83,7M€ sont répartis comme suit : 76,1M€ en provenance de la Serie A 7,6M€ en provenance de l’Europa League Il faut noter que les coûts n’ont pas été énormément rabotés : D’une part, via diverses opérations comme les charges du personnel qui sont tirées vers le bas, pour une somme à avoisinant les 110M€, d’autre part, via la campagne du Mercato estival, qui a donné lieu à un ajustement de la croissance de l’amortissement, qui est estimé à 84 millions d’euros. Si l’on prend en considération ce coût pour une somme compressive, on tourne autour de 330M€, avec un déficit, sur base des recettes, estimées à 70M€. Une économie, par rapport à nos estimations, pourrait être prise en considération : Le remboursement du prêt et de ses coûts d’emprunts à la Goldman Sachs, mais personne ne peut s’assurer que cela va se produire dans les mois à venir. Les objectifs du seuil de rentabilité de l’Inter 2018 En substance, si on considère que l’Inter avait atteint ce seul en 2017, avec un résultat de -24M€ sur son bilan, pour cette saison, il lui manque la somme de 50M€. Pour atteindre cette somme, plusieurs chemins sont possibles, dont la plus simple qui est celle du Mercato. Ce qui revient à dire de se montrer actif dès le premier juin, comme cela s’est produit l’année passée avec les perceptions découlant du potentiel rachat de Kondogbia par le FC Valence, dont la plus-value est estimée à 8M€. On peut également y ajouter les 1,7M€ de Manaj qui est parti à Grenade. Rien que sur base de ces deux transferts, la facture passerait à 40M€ de recette à trouver. Au niveau des recettes commerciales, la qualification à la Champion’s League débloquerait toute une série de bonus repris dans plusieurs contrats. Les plus importants sont ceux signé avec Infront, Suning et Pirelli. Cela pourrait apporter d’autres millions d’euros dans les caisses. De plus et selon les analyses de l’Agence Caa, les montants découlant des sponsorisations made in Suning devraient être revu à la hausse, tel que repris sur les documents liés aux bonds et dont la valeur réelle est de 17,6M€/an. Il ne faut également pas exclure un prochain encaissement en provenance du Suning, sur base des droits liés au co-branding. L’année passée, ce procédé avait permis de recueillir 25M€ de de bonus. Selon l’agence Caa, ces droits sont évalués actuellement entre 27,3 et 37,6M€. Il reste finalement la Champion’s League qui reste une autre route à suivre, une route empruntée par Claudio Lotito et sa la Lazio durant ces dernières saisons : Celle d’anticiper les recettes en provenance de la plus prestigieuse compétions européenne. Une route empruntée, qui est toutefois dans le viseur de la Consob: En effet, cette dernière, tout comme l’Uefa se penche sur la question : Peut-on retenir ces éventuelles recettes pour respecter le Fair-Play-Financier ? Ce qu’il faut retenir L’Inter revient était très loin financièrement parlant, elle remonte actuellement la pente, mais elle n’est pas encore arrivée au sommet. Et lorsque l’on sait que l’accord signé par Erick Thohir avec l’UEFA tient jusqu’en 2018/2019, il y a raison de s’inquiéter. Le Suning est critiquable à tous points de vue, mais il a tout de même investi, depuis son arrivée 530M€. La meilleure chose aurait été d’annoncer clairement la couleur quant aux sérieux problèmes financiers liés au club avant l’ouverture de ce Mercato. Les Tifosi se serait montré bien plus indulgent…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Milan – Comment fonctionne la Var en cas de hors-jeu ? Une réponse a été apportée à cette question lors de la réunion de la Lega Calcio regroupant les arbitres et les entraîneurs, lundi dernier. "Si les images laissent apparaître un doute, c’est la décision qui sera prise sur le terrain qui prévaudra…" Comme le souligne la Repubblica, quelques arbitres ont été surpris par la déclaration de Gasperini, qui sur le but de Mertens face à son Atalanta, avait défini comme inacceptable, la décision prise par le corps arbitrale. Pourtant, lors de cette réunion milanaise, lui et ses collègues avaient pût être mis en situation à l'aide de photos similaires, d’écoutes audios reprenant les échanges entre l’arbitre principal et l’arbitre-vidéo. Une ligne directrice est à respecter : En cas de doute, il ne faut rien faire. Cela a eu une incidence sur le but de Mertens, mais aussi sur le but annulé d’Hamsik. Les arbitres ont pris leurs responsabilités et ont décidé de suivre l’instinct du terrain. Le Hors-Jeu d’une retransmission d’un match n’est pas le Hors-Jeu diffusé par la Var Et cela fait toute la différence. En effet, la façon dont part le ballon doit être prise en grande considération. Lors de l’image diffusée à la télévision, le ballon a déjà quitté le pied du joueur. Pour définir s’il y a hors-jeu ou pas, il y a lieu d’analyser le réel départ du ballon, celui précédent les images diffusées à la télévision Si l’on se base sur cette position, le but de Mertens n’aurait pas été remis en doute, car la décision prise par Orsato et Giacomelli est légitime. La Var invitée de l’International board L’organe qui régit le football mondial va s’attarder sur ce sujet lors de son meeting annuel. L’expérimentation italienne, qui est définie comme ayant un rôle-clé, va être analysée. De plus, il y a une volonté d’ouverture et de s’adapter au mieux, envers ceux qui recherchent des fautes qui s’avèrent inexistantes. La Var va aussi faire l’objet d’une discussion, avec son application lors des tournois internationaux. Une décision est attendue le 2 mars afin de savoir, si elle sera appliquée ou non au Mondial. Pour la Champion’s le résultat est déjà tombé, c’est un "non" ! La raison est simple, adapter un stade coûte des centaines de milliers d’euros : ce qui n’est pas possible financièrement, pour certains pays européens. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Milan – "Les prévisions sur la VAR, l’assistance vidéo, sont meilleures que prévues ! Nous sommes en mesure de dire, qu’après seulement 4 à 5 mois d'activité, et sur base de la phase aller de la Série A, que les résultats sont positifs. Sur un total de 900 cas, il n’y a seulement que 5 erreurs de commises." - Marcello Nicchi, Président de l’Association des arbitres du Calcio qui s’est livré à Radio Crc. "La VAR analyse toujours tout : Les buts valident, les hors-jeux, les changements de position. Dans 900 cas analysés, la VAR a presque toujours laissé le soin à l’arbitre de laisser libre-court à son interprétation. Dans 70 de ces cas, la VAR est venu en aide à l’arbitre principal et dans 20 cas, les décisions ont été inversées." Sur 900 cas, nous n’avons connu que 5 erreurs, le bilan est donc très positif "C’est un outil qui permet de rendre justice et les arbitres l’utilisent avec beaucoup d’enthousiasme. Nous travaillons pour l’améliorer, mais les résultats sont encourageants. La FIFA et l’UEFA nous prennent comme exemple en vue d’exporter notre façon de faire compte tenu que l’Italie devient, du point de vue de l’arbitrage, une référence dans le monde." Le comportement de certains arbitres ? "Je pense qu’il est insultant de penser que certains arbitres rejettent la technologie : les arbitres sont excités. Le fait que Calvarese n’ai jamais eu recours à la VAR ? Quand j’arbitrais, il ne m’était jamais arrivé de ne pas concéder de penaltys pendant 10 matchs de suites, pour en accorder 3 ensuite en un seul match. Nous réalisons et faisons nos preuves dans ce domaine expérimentales et il peut y avoir certaines difficultés d’adaptation. Je ne veux pas parler d’un arbitre en particulier, mais je tiens à ce que les tifosi connaissant la vérité : L’arbitre sur le terrain reste essentiel, parce que c’est lui qui prend la première et la dernière décision au final." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Milan - Après la séance de questions et réponses qui s’est tenue hier entre le maire de Milan Giuseppe Sala et l’AC Milan, au sujet du stade Giuseppe Meazza, on en sait plus sur l’avenir du club Rossonero qui souhaite la construction d’un nouveau stade. MF dévoile un nouveau et important détail sur ce dossier épineux Selon ce quotidien financier, dans les jours précédents Noël, l’Ac Milan aurait informé la municipalité de Milan et l’Inter de son souhait de se retirer, à partir du 30 juin 2018, des contrats existants entre M-I stadio Srl, l’AC Milan et le FC Internazionale Milano. Plus particulièrement, les contrats se rapportant aux prestations réalisées par le M-I stadio Srl directement ou par l’intermédiaire de ses sous-traitants. Il s’agit de toute une gamme d’activités et de services requis pour la gestion opérationnelle du Meazza, et ce afin d’assurer l’accomplissement exact et complet des obligations de l’accord signé le 1er juillet 2000 entre les deux clubs de football de Milan et de la municipalité de Milan. Un autre aspect concerne la fourniture d’espaces intérieurs et extérieurs octroyés aux clubs. L’Inter réagit Toujours selon MF, le comportement du club Rossonero, présidé par Li Yonghong et dirigé par Marco Fassone, n’a pas du tout été du goût de l’Inter. Si bien que le Directeur Général de l’Inter, Alessandro Antonello, ne pouvait pas cacher sa déception. De plus, le numéro Un du Corso Vittorio Emanuele serait inquiet quant aux répercussions que cette initiative pourrait avoir sur les opérations réalisées en tout premier lieu sur le M-I Stadio Srl, et ce bien avant d’avoir identifié un projet alternatif. Cela pourrait avoir une répercussion sur la façon de gérer opérationnellement le stade Meazza et cela vaut aussi bien pour le monde sportif, que pour les activités extra-sportives. Il faudrait également prendre en considération les relations qui en découleraient et qui se répercuteraient avec l’Administration de la capitale lombarde. Antonello prend les choses en main Dans ce contexte, Antonello a invité son homologue pour organiser une réunion afin de discuter des répercussions de l’affaire et d’adopter des initiatives appropriées pour assurer la continuité complète et efficace de la gestion opérationnelle du Meazza. Guerre ouverte entre le Maire de Milan, Sala, et le Milan Ac L’avenir de notre historique stade milanais a longtemps figuré parmi les dossiers les plus chauds de la politique de la capitale lombarde. Hier, Sala, le Maire de Milan, s’est livré sur Sky Sport 24 : "Dans l’idéal, il faudrait que l’Inter et le Milan travaille ensemble sur San Siro. Le Milan, par contre, a exprimé son intention de penser à un nouveau stade. Je donne donc le temps au Milan, pour voir s’il y a des possibilités, mais au final, il faudra tout de même qu’ils fassent quelque chose. J’estime que nous donnons au Milan de la disponibilité sur les domaines que nous jugeons appropriés, en particulier Rogoredo, situé à Porto di Mare. Je pense que Milan a besoin de deux ou trois mois de réflexion, puis, il faudra tout synthétiser. Il y a des zones préférentielles et qui sont bien reliées à la ville, mais il est difficile d’imaginer un stade plus central que ça." Le Milan choqué par les propos tenu par Sala "Le club n’a jamais a exprimé son désir de quitter San Siro. Le Club estime important le fait de réfléchir à jouer dans son propre stade et non en cohabitant avec d’autres équipes et commence une série de réunions avec l’administration municipale afin d’analyser les zones disponibles, tout en tenant dûment compte de la valeur de San Siro et en tenant compte de toute hypothèse de réaménagement. Ce n’est qu’à la fin de ce processus, que toutes les parties concernées pourront évaluer le travail accompli et prendre des décisions." L’Inter recadre tout de même Sala Et cela, à travers Twitter : "Cher Beppe Sala, comme vous le savez, nous avons investi temps et ressources pour le stade milanais. Notre plan est clair pour tout le monde depuis 18 mois et n’a pas changé. Nous vous attendons, à une table de discussion, avec tous les acteurs concernés pour s’exprimer avec clarté." Qui prépare le pop-corn ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Milan – Calcio&Finanza s’est attardé à l’aspect financier de l’Inter. Si le club voit l’émission de ses obligations être un succès, il existe toutefois un accord qui voit Thohir, garder tout de même un certain contrôle au sein du club. Le 28 juin 2016, Massimo Moratti a vendu l’Inter à Erick Thohir. Par la suite, ce dernier a revendu une grosse partie de ses actions à la Famille Zhang: "Lorsque l’on analyse de plus près les documents émis lors de l’émission des obligations, on peut prendre connaissance d’un pacte établi entre nos deux propriétaires : Le Suning et Great Horizon qui détiennent 68,55% du club et Thohir et International Sport Capital Spa qui détient 31,05% L’indonésien a divisé ses actions en deux parties, 80% pour lui et 20% pour une filiale, l’Asian Sports Capital). Un pacte para social qui fait loi à Hong Kong a été souscrit, ce dernier établit les respects des droits économiques et de gouvernance entre nos deux propriétaire et aux petits actionnaires restants, ces derniers détiennent 0,40% du club." Sur le site de Calcio&Finanza, on peut prendre lecture de ceci : Dans le cadre du pacte para social, le Conseil d’Administration est composé de 9 membres, nommés comme suit : Great Horizon a le droit de désigner 6 administrateurs, inclus l’Administrateur Délégué... International Sport Capital Spa a le droit de désigner 3 administrateurs. De plus, Great Horizon a le droit de désigner deux commissaires effectifs, tandis qu’International Sport Capital Spa a le droit de désigner un réviseur légal effectif. Sur base des accords conclus, il a été défini que des décisions relatives à certaines questions peuvent être prises par l’Assemblée générale ou par le Conseil d’administration de l’Inter, avec l’approbation des administrateurs nommés par International Sport Capital Spa." Cela veut dire qu’Erick Thohir dispose d’un droit de Veto Voici sur quoi notre Président peut intervenir: Toutes les décisions d’augmentation de capital social ou d’émission d’obligation convertible pour le cas où le prix d’émission de l’action du Club reflète une valorisation, même inférieurs par rapports aux paramètres suivants : L’Enterprise- value calculée sur la base du prix unitaire par cation lors de la souscription de cette dernière sur base de la dernière augmentation du Capital, à savoir 850M€) La mise en liquidation volontaire ou le début de la dissolution du Club, ou dans la mesure du possible, de ses filiales Toute modification du nom, du logo et des couleurs du FC Internazionale; Toute introduction, modification, suppression des limitations, des droits ou des procédures relatives à la cession des actions ; Toute décision relative à Inter Campus; L’approbation du budget et du Business plan de l’Inter La nomination, de remplacement et de recrutement des cadres supérieurs ; La -prise en charge des dettes, prêts et garanties au montant excédentaire, pour chaque opération de 15M€ Toute décisions commerciales stratégiques concernant les nouveaux marchés, produits ou segments ; ou toute opérations entre apparentés. Sur chaque décision prise par Inter Media & Communication, il faut également obtenir l’approbation de l’International Sports Capital, le groupe contrôlé par Thohir. Et s’il y a une impasse, aucune décision ne peut être prise sur base du pacte social, avant qu’il y ait un accord total sur tout. Dans la Convention d’actionnaires, il est également indiqué que l’Inter ne peut pas céder ses actions aux concurrents de Suning, qui dispose également d’un droit de préemption au cas où il y avait l’intention de céder ses actions. Et si le Suning vend ses actions, Thohir a aussi le droit de réponse, sur base des conditions d’origine. Le Pacte social expirera en 2021 et après cinq ans et sera renouvelé automatiquement, sauf si les deux parties décident de venir à une résolution. L’état des finances entre les deux milanais - Il Sole Ore 24 Il y a une différence substantielle entre la dette de l’Inter et du Milan. En premier lieu, l’Inter qui vient juste de la recontracter aura une date d’échéance jusqu’en 2022. Le Milan, lui se trouve dans une situation de compte à rebours : Il doit rembourser dans les 10 mois à venir 360M€ à Elliott. L’émission des obligations de l’Inter est suivie par Goldman Sachs comme Bookrunner et Ubi Banca de l’Italie comme codirecteur et par le bureau d’études Latham Watkins. L’Inter est le second club à être dans un marché obligataire d’un club de football européen après Manchester United. Cette émission avait permis au club anglais de résoudre ses problèmes financiers en 2010, auprès de ses emprunteurs L’offre est double par rapport à ce qui est proposé sur les marché, et ce malgré le risque sur le maintien des investissements étrangers de la Chine. Parmi les adhérents à nos actions, on retrouve des géants tels que la Norges Bank, Blackrock, mais aussi des petites institutions telles que Ver Capital. Ce qui a convaincu nos adhérents, c’est le flux de liquidités importantes garanties de façon institutionnelles par la société de médias (qui gère nos droits) et la garantie indirecte qui est fournie par la mise en liaison avec le Suning qui est l’un plus grands détaillant mondial dans le domaine de l’électronique. C’est un atout pour notre Propriétaire et Entrepreneur Zhang Jindong. L’investissement du Suning est jusqu’à présent prudent : 83M€ ont été dépensé pour le recrutement de nos joueurs, avec un salaire total d’environ 94M€ D’après Il Sole 24 Ore, Erick Thohir, s’est dit prêt à saluer l’Inter et à céder ses 30%: "De ce qu’il se dit en coulisse, la prochaine transaction financière devrait voir le Suning liquider son actionnaire minoritaire Erick Thohir, qui possède les 30% du Club Nerazzurro, mais il n’est pas exclu que notre Président indonésien ne riposte pas à son tour." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Milan – Petit à petit, on commence à en savoir plus sur l’opération de refinancement des dettes de l’Inter. En effet, des obligations ont été émises récemment en vue de collecter la somme de 300M€ afin de rembourser le crédit reçu via la Goldman Sachs, qui a comme date d’échéance le 01 juillet 2019. Selon Calcio&Finanza, qui a pu visionner les documents officiels publiés par le Club, les obligations émises par Inter Media and Communication, une entité contrôlée par le Fc Internazionale Milan et Inter Brand, plusieurs garanties sont apportées à celui qui y souscrira. Ces dernières seront apportées d’un côté par le club et par un autre côté, par ses deux actionnaires. En particulier, il est indiqué dans le document daté du 19 décembre 2017, que pour les détenteurs des obligations arrivant à échéance en 2022, sur base du taux d’intérêt de 4,875 %, est garanti la présence d’un gage de première instance sur les actions d’Inter Media and Communication constituée par le Fc Internazionale Milano et Inter Brand: sur base de critère portant sur les droits de propriété industrielle appartenant à l’Inter Media and communication, qui reprend la marque Inter et Fc Internazionale Milano, sous plusieurs sous ses diverses formes. sur base de critère portant sur certains crédits appartenant à Inter Media and Communication et de son créateur, le Fc Internazionale Milan, par le biais notamment de certaines ententes entre les sociétés, les contrats de licence, les prêts, un playing and staging agreement des comptes clients en vertu du contrat de consolidation fiscale. sur base de critère relative au crédit de propriété de l’Inter Media and Communication, avec en point d’orgue les activités de sponsorisation et la gestion des actives du club Nerazzurro dans les médias, par le biais de l’émission d’une souche de “sponsorship agreement” et de “media contract” souscrit par l’Inter Media Communication. Un droit de regard de premier grade sur les comptes courants bancaire, qui seront de temps à autres publiés. Parmi ceux-ci, on retrouvera les recettes en provenance des droits télés octroyés par l’UEFA et qui seront perçu via l’Inter Media and Communications Les obligations sont émises à Vienne et au Luxembourg Dans ce même document, nous en savons plus sur la façon dont les obligations de l’Inter ont été émises. On y apprend, qu’elles ont été émises ce 21 décembre 2017. Il n’est pas exclu que d’autres obligations soient émises. Les obligations se trouvent : A la bourse du Luxembourg, pour leurs négociations, sur l’’Euro MTF Market ; Au Vienne Stock Exchange, pour leurs négociations, sur base d’un système de négociation multilatéral, le Third Market. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Milan – Calcio&Finanza s’est penché sur les gains réalisés par Thohirs lors de la vente de ses actions au Suning. Depuis un an et demi, l’Inter est dirigée par deux entités : Le Suning, majoritaire à 68,55% et l’indonésien qui dispose encore de 31,05%. Cette division fait suite aux accords conclus en juin 2016. Ce n’est pas une surprise, pour Thohir, l’Inter ne représentait qu’une affaire…mais jusqu’à quel point ? Voici toutes les réponses à vos questions : Lors de la vente de la majorité de ses actions de l’Inter, Erick Thohir a non seulement récupéré les intérêts réalisés sur les emprunts, mais il a également profité d’une sérieuse plus-value. Selon les rapports consultés par Calcioefinanza.it, le bilan de la holding italienne de l’entrepreneur indonésiens, l’International Sports Capital Spa, a conclu son bilan au 30 juin 2016 avec une entrée estimée à 29M€, une plus-value qui a été générée suite à la prise de pouvoir du Suning à l’Inter : Extrait du bilan : “Le 28 juin 2016, ont été cédé au Suning Holdings Group 3.440.835.074 actions ordinaires du Fc Internazionale Milano Spa pour une valeur estimée à 31.599.506 euros. La vente a généré une plus-value de 28.400.494 euros. Dans le détail de ces données, la Société a acquis, via le Nusantara Sports Venture HK Limited, 3.440.835.074 d'actions ordinaires pour une somme de 60.000.000 euro et a cédé directement au Suning Holdings Group, 3.530.444.669 actions ordinaires pour une valeur estimée à 60.822.945, générant une plus-value de 737.055 euros”. Si l’on se penche dans le détail de cette affaire. Thohir a vendu ce second pack d’action personnelles au Suning contre 31,5M€, en réalisant une plus-value de 28,4M€. En effet, la Nusantara Sports Venture appartient à Thohir et c’est cette dernière qui a permis de reprendre la propriété de Massimo Moratti pour 60 millions d’euros. De son coté, Massimo Moratti, aura réalisé une plus-value estimée à 12 millions d’euro, en cédant également au Suning, le peu d'actions qui lui restait. Cela lui a rapporté 737.000 euros. Au total, Thohir a encaissé une plus-valus de 29,1 milions d'euros (29.137.549 euro pour être précis). Sa participation actuelle au sein du F.C. Internazionale Milano SpA (31,05%) vaut actuellement 42,5M€. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le Suning a proposé à l’indonésien le rachat de sa part pour 40M€. Mais ce dernier a refusé en en réclamant 5 fois plus selon la presse : 200M€ Thohir n’a rien perdu, financièrement parlant, vis-à-vis des prêts réalisés vers l’Inter Comme déjà anticipé lors d’une première analyse de cette situation, le Suning a entièrement remboursé l’ensemble de ses emprunts, pour un montant complessif avoisinant les 131,6 millions d’euros. La part de Thohir dans ce crédit était de 117,9 millions d’euros, destiné au financement valide jusqu’au 30 juin 2015 et 14,2 millions destiné à l’exercices 2015/2016, avec un taux d’intérêt estimé entre 8 et 9,4750%. La part relative aux intérêt que Thohir a reçu de l’Inter sont donc estimé à 14 milions d'euros. Une seule partie de cette somme tombera directement dans la poche de l’indonésien, et ce, par le biais des transactions à réaliser entre les les banques pour récupérer son argent et pour son travail réalisé à l’Inter. Actuellement, il reste à savoir quand Thohir cédera ses 31,05% d’actions, ces dernières lui appartiennent depuis l’automne 2013 et cela lui a déjà permis de récupérer 29,1 millions d’euros sur un investissement de 75 millions d’euros. On peut augmenter ses gains de 14,2 millions d’euros si on se base sur les gains engendré par le remboursement des intérêts relatifs au prêt lors de son rachat au club. Au total, 43,3 millions d’euros devront être redistribué à ses deux holdings, celle située à Hong Kong et l’autre à Luxembourg. D’où la question actuelle : Vu que ses actions actuelles valent 42,5M€, pourquoi avoir refusé l’offre du Suning de 40M€ et surtout, pourquoi, si on en croit les sources sérieuses reprise dans les différentes presses, italiennes et étrangères, en réclamer 200 millions d’euros ? Moratti pourrait-il aider le Suning ? "Non, je ne songe pas à reprendre les 30% des actions de l’Inter qui appartiennent à Erick Thohir. Si tel était le cas, je penserai à les revendres directement à la Famille Zhang." Clair, net et précis. Massimo Moratti a été honnête à l’occasion de la présentation d’un livre dédié à sa Famille et réalisé par Italo Cucci. L’avis du Présidente sur l’équipe (Il ne peut pas s’en empécher !) "Je suis très optimise pour le futur de l’Inter, face à l’Udinese, c’était un incident de parcours. Je suis conscient que l’équipe, jusqu’à présent à répondu à toutes les prérogatives afin de pouvoir réaliser du bon travail et continuer à aller de l’avant. Je ne sais pas si l’Inter va se renforcer en janvier, personnellement, je jugerai utile de pouvoir disposer d’un défenseur central et d’un attaquant, pour le reste, l’équipe tourne déjà bien." “Mourinho m’a rappelé Herrera, il avait Suarez et Corso, qui sont impossible à égaler. Même Capello a dit que le jeu d’Herrera était difficile à imiter, je trouve sympathique cette comparaison. Mourinho comprenait exactement comment aller agir l’adversaire. Cela te donnait la sécurité de pouvoir le contrôler. C’est un entraîneur qui a tant gagné et il est talentueux...Spalletti joue le jeu, pour améliorer l’équipe avec les joueurs qu’il a à sa disposition. Nous nous entendions déjà bien, même lorsqu’il était à la Roma. Je suis content qu’il soit arrivé à l’Inter, et je ne le dit pas par gentillesse, je suis sincère." Qui dit invité de marque à l’occasion de la présentation du livre, dit représentants des hautes sphères de l’Inter, c’est un fait la Famille Moratti et l’Inter ont toujours été proche et, même s’il n’a plus les rennes du club, Massimo veillera toujours sur son amoureuse milanaise. Dans la belle brochette d’invité, on a pu y rencontrer Walter Sabatini, le Directeur Sportif du Suning qui gère aussi bien l’Inter que le Jiangsu : 'L’Inter, comme d’autres club, a besoin de gérer le mercato à venir avec une certainr retenue. Je suis serein et je suis d’accord avec Spalletti, sur la volonté, qu’il faut faire quelques investissement. Notre groupe actuel fait de très belle choses et ce serait raisonnable de dire qu’elle a besoin de renforts. Ils peuvent permettre à Spalletti de pouvoir mieux moduler son dispositif, vu qu’il disposerait de joueurs avec des caractéristiques différentes, par rapport à ce qu’il a à sa disposition. Mais cela ne remet pas en cause la valeur du groupe actuel." Joao Mario ? "Comme tous les joueurs qui veulent disputer le Mondial, il a besoin d’avoir un certain temps de jeu. Je n’aimerai pas le perdre et Spalletti trouvera avec lui la façon dont il faut voir les choses, et ensuite, je verrais si je dois intervenir." Si Teixeira et Ramires du Jiangsu peuvent être cédé à l’Inter sur la base d’un prêt ? "Nous évaluons la situation, tout est encore à définir." Si Joao Mario peut être échangé avec un joueur de Manchester United ou du Psg ? "Pour l’instant, il est des nôtres et j’y tiens." La reception de Noël ? "J’ai surtout été un admirateur de Steven Zhang. Il a tenu un discours qui avait un impact émotif impressionnant. Actuellement, on ressent de la sérénité à l’Inter et tout le monde souhaite aller dans la même direction. Le Calcio est quelque chose qui ne t’apporte pas de sérénité, mais à l’Inter nous sommes serein. Contre l’Udinese, l’équipe a joué une première période extraordinaire, je n’ai pas de raison de m’inquiéter." Qui dit Sabatini, dit Luciano Spalletti, le célèbre duo romain fait le bonheur de l’Inter à Milan Notre entraîneur s’est livré, dans une interview sur l’ambiance nerazzurra à Sky Sport, à l’occasion du livre hommage sur Massimo Moratti Emerson Palmieri ? "Il a écrit seul son histoire, je n’ai aucun mérite. Cela me fait plaisir vu qu’il s’agissait de l’un de mes anciens joueurs, c’est avec lui aussi que j’ai su faire de tels classements. Des occasions se présents parfois où tu as un joueur qui ne peut plus servir son club. Je ne pense pas que c’était le cas d’Emerson, il ne rentre pas dans cette catégorie. Actuellement, tout le monde le voudrait, mais il faut sortir un bon chèque pour se l’offrir. Dans son poste, j’ai débuté avec Nagatomo, J’ai aussi Santo et Dalbert. Ce dernier a joué peu car il devait encore apprendre certaines choses. J’ai aussi Cancelo a ma disposition qui est extraordinaire, même s’il joue peu." Moratti et Mourinho ? "Ecrire un livre sur sa propre histoire, c’est comme s’ouvrir aux autres. Dans ce cas-ci, on peut aussi parler des joueurs qui ont fait l’histoire du Calcio. Je ne peux pas me permettre de m’exprimer sur cette histoire, car j’étais encore loin d’être au club. A l’époque, je devais mettre le Gps pour aller à la Pinetina." "Mourinho et Moratti sont deux Colosses qui ont fait l’Histoire de l’Inter, il n’y a pas de comparaison possible. Je suis très honoré d’avoir été invité à cette soirée, qui représente tellement de choses." Les déclarations de Sabatini ? "Selon moi, celui qui doit en tout premier lieu parler, c’est le propriétaire du club, il doit nous dire quelles sont les lignes de conduite à suivre pour ce mercato. Les tifosi ont le droit de savoir quelles sont nos intentions et nous devons d’être le plus vrai possible. Nous vivons une période importante et nous avons besoin d’être soutenu." "Si c’est possible, j’aimerai améliorer le noyau, ce qui n’est pas une mince affaire. Numériquement, nous avons une équipe qui doit être capable d’atteindre nos objectifs et qui doit également être capable de surmonter ce moment de difficulté que nous traversons, nous nous devons d’avoir des réactions importantes." Joao Mario ? "Personnellement, il n’est jamais venu me voir pour me demander de partir jouer ailleurs. Il est de retour suite à ses problèmes de santé et il s’est bien entraîné, même s’il n’était pas au même niveau que ces équipiers. Son intention est de se mettre à disposition de l’équipe." "Je suis ici pour faire un zoom sur la Famille Moratti, c’est une histoire importance et y être invité te pousse à faire aussi une introspection sur toi-même. C’est une démonstration qui va bien au-delà de la passion pour tes couleurs qui sont démesurées. Tout ce que j’y ai vécu ce soir et que je vis encore est là pour faire battre le cœur Nerazzurro de celui qui le possède, je le voyais dans le passé, mais il faut le vivre de l’intérieur." "Moratti était connu de tous, c’était évident que l’on voyait qu’il tenait énormément à son club et lorsque nous nous rencontrions, il se montré toujours disponible, au maximum de ses possibilités, cela veut dire qu’il croit en nous et il m’a transmis sa confiance, je peux le dire : "J’y étais moi aussi". "Je serai l’une des personne qui lira ce livre,car je sais que je vais pouvoir y apprendre beaucoup de chose." La défaite face contre l’Udinese ? "Nous l’avons vécus, nous n’étions pas dans le match et nous devons réagir, car la réaction fait parti d’un processus complet de croissance et je crois que l’on avait besoin de cela pour arriver à mûrir. Ce matin, tout le monde s’est tr!s bien entraîné, c’était même un entrainement exceptionnel. En ce moment, j’ai des choix à faire : Entre ceux qui méritent de porter le maillot, comme je l’ai déjà dit, et entre ceux qui ont besoin d’un petit tour de manivelle pour mieux repartir." Blind? "Je parle uniquement de mes joueurs, je veux prendre les points qui sont disponible lors de nos prochains match. Ce serait bon de pouvoir faire un mercato avec un programme défini auparavant, c’est évident que cela aura un impact sur le sort de l’Inter." Comme on dit dans ce cas-là, il n’y a plus qu’à….. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Milan – La crise historique que traverse la Squadra pose à nouveau la question d’analyser en profondeur les raisons de ce déclin. La question se trouve très certainement dans le championnat majeur de la Lega: Trop d’étrangers en Serie A ? Il est très difficile de comprendre, à sa juste mesure, quel a été l’éventuel impact de l’internationalisation du football moderne dans le Calcio. Le Cies, l’institut de recherche suisse, a mis en lumière que la problématique italienne ne repose pas tant sur le nombre de joueurs étrangers évoluant en Serie A, mais sur le temps de jeu que ces derniers passent sur les terrains. Pour la Serie A, voici le top 3 des équipes qui évoluent avec le plus de joueurs étrangers sur le terrain : 1. Napoli 82,1% 1. Lazio 80,1% 2. Inter 79,8% Viennent ensuite la Roma 78,3%, l’ Udinese 75,3%, la Juventus (qui est tout de même sixième, alors que c'est le vivier principal de la Nazionale) avec 73,3%, l’Atalanta 69,6%, la Sampdoria 61,5% et la Fiorentina 61%. Les trois clubs qui font le plus confiance au vivier national, sont bien loin d’être des navires de guerre : 1. Spal 17,3% 2. Benevento 19,8% 3. Sassuolo 21,2%. Cependant, au niveau européen, l’Italie est largement battue par Chypre : 1. Apollon Limassol (98,8%) 2. Anorthosis (95,3%) 3. AEK Larnaca (91,5%). Outre ce top trois, on retrouve aussi deux équipes anglaises devant le Napoli : Chelsea (90,4%) et Arsenal (84,1%). Ces statistiques sont, naturellement, sujettes à des interprétations personnelles, mais le Cies a voulu offrir à toutes les parties présentes, un point de référence et de comparaison. Ce qui est clair, c’est que l’internationalisation des noyaux actuels découle de l’introduction de la Loi Bosman. Ce processus inarrêtable fait partie de la programmation individuelle qu’aucun club ne peut rationaliser. Et s’il y a lieu de s’attaquer à ce système, c’est un fait avéré qu’il sera très dur de procéder à une nouvelle réglementation, voir une nouvelle législation en la matière… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Milan - La Fédération internationale des syndicats de footballeurs professionnels, la Fifpro, a accepté de retirer sa contestation judiciaire contre le système de transfert des joueurs actuels devant la Commission européenne après avoir obtenu un accord avec la FIFA pour réorganiser le modèle actuel. Dans une déclaration commune, les deux organisations ont déclaré que la FIFA a accepté de mettre en place une équipe spéciale pour examiner les changements à long terme du règlement concernant le transfert. Première réforme à court terme Une solution a été trouvée dans la façon de soutenir les joueurs qui souhaitent quitter leurs clubs, s’ils ne sont pas payés à temps : En effet, un joueur pourra quitter son club après deux mois sans salaire ou en cas de comportements nuisibles à ses compétences professionnelles, comme être reversé dans le noyau B ou devoir s’entrainer seul. Cet accord fait suite à 18 mois de négociations entre les parties, comme l’a expliqué la FIFA même dans un communiqué. Initiatives conjointes Au cœur des initiatives conjointes, il y aura principalement la révision du système actuel de transfert, créé par la FIFA en 2001. Elle travaillera également pour la mise en place d’une institution de chambres nationales de médiation, elle pourra veiller à l’examen du contrat minimum avec toutes les parties prenantes à l’échelle mondiale. La santé et la sécurité des joueurs seront traitées, en particulier en relation avec le calendrier international des matches, dont il sera question avec toutes les parties prenantes. Par ailleurs, la FIFA et la FIFPro s’engagent à respecter les droits fondamentaux internationalement reconnus, y compris ceux applicables au football professionnel, ainsi qu’à promouvoir l’égalité et les intérêts des acteurs et le développement du football féminin professionnel. "Aujourd'hui, c’est une étape importante pour l’amélioration de la gouvernance mondiale du football professionnel. Les négociations étaient compliquées avec les principales parties prenantes et tout le monde a fait des compromis, mais finalement l’affaire est gagnante-gagnante et le football en est le grand gagnant. Je suis impatient de voir la même approche collaborative aux discussions qui vont maintenant commencer par un examen plus large du système. Toutes les parties – associations, fédérations, joueurs, clubs et ligues – ont un rôle important à jouer dans ce processus." Gianni Infantino, Président de la Fifa "Cette compréhension a permis d’adopter les changements les plus importants aux règles de transfert du football qui date de 2001. Alors que les clubs les plus riches traitent bien leurs joueurs, il existe d’autres championnat où les droits des travailleurs des joueurs sont régulièrement ignorés. Ces changements aideront à protéger les 60.000 joueurs que FIFPro Union représente contre ces traitements injustes." Philippe Piat, Président de la FIFPro. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Milan – L’Inter mise de plus en plus sur les réseaux sociaux. Dernièrement notre Club a augmenté, durant les mois écoulés, tout une série d’investissement en regard du monde digital, avec comme attention principal, un meilleur contenu publié online sur les différents canaux du club La naissance de l’Inter Media House a été le couronnement de ce travail. Mais il ne s’arrête pas là : La cerise sur le gâteau a été l’utilisation d’un milieu comme le 360° du prematch Inter-Milan. Une Infographie pour donner de la profondeur aux numéros, de manière à les rendre plus intéressants aux yeux des supporteurs Nerazzurri. La page Facebook officielle du club est en constante augmentation, malgré les difficultés annoncées durant la semaine présente sur la plateforme de Mark Zuckerberg. L‘algorithme qui règle le flux des posts a été réalisé afin de favoriser une activité organique entre le club et ses tifosi. Une nouvelle occasion pour le contenu qui peut devenir pertinente si et seulement si cela répond vraiment aux goûts du marché. Ça se passe à l’Inter, le club a un pourcentage de croissance similaire à celui de la Juventus, de Manchester City et du Psg, qui parient depuis avril dernier sur la tendance de l’infographie pour embrasser un plus grand nombre de supporter et insérer du contenu diversifié. Pour le derby, une version de Zanetti en marionnette (façon MTV, ED) a raconté ses souvenirs sur base de cartes postales des années 50 et pour faire monter la tension avant la rencontre Une longue séquence de contenu est dédiée à Facebook et à Instagram, en passant d’un système de 8 bits lors du dernier derby de Pâques à l’évolution du 16 bit actuellement. Le but est de toujours d’émerveiller le tifosi, comme par exemple le but « historique » de Stankovic au stade Marassi. Se diversifier aujourd'hui sert à positionner la marque dans l’innovation de l’industrie actuelle, de de générer des tendances pour devenir un point de référence. Une stratégie, à l’Inter, qui est utilisé pour récupérer de la valeur dans un marché numérique, où le club doit faire face à beaucoup de retard par rapport à ses principaux rivaux Cette stratégie est aussi en attente de réussite sportive ou de grands champions pour s’assurer des statistiques intéressantes. Cela répond parfaitement aux idées de Suning et au développement du club cette saison, réalisé via l’hashtag #InterlsComing. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Milan – Le Suning accélère sur les dossiers concernant les infrastructures de l’Inter. Parmi ces derniers, on retrouve la possibilité de disposer d’un nouveau siège et on parle également du Giuseppe Meazza. En effet, notre club pourrait évoluer dans les prochains mois, pas uniquement sur le plan sportif, mais au niveau structurel... Sur le moyen, long terme, l’Inter pourrait quitter Appiano Gentile Le projet du nouveau siège de l'Inter est sans doute celui sur le long terme. C’est également la raison pour laquelle les démarches ont été entreprises. L’objectif est de réunir l’ensemble des structures, actuellement éparpillées, vers un seul et uniquement emplacement. On peut retrouver des traces de notre Inter dans la Zone du Duomo, le centre d'entrainement de l’équipe première à Appiano et le centre pour nos jeunes, Interello, du côté de la zone Niguarda, à Milan. La recherche du meilleur terrain à déjà débutée, avec la zone de l’ancienne Caserna Perrucchetti, qui a actuellement certaines faveurs de par son emplacement, mais ce n’est pas la seule : “L’Inter a l’intention de créer un nouvel espace d’entrainement pour son secteur jeunesse car l’actuel n’est plus suffisant." a expliqué notre Administrateur Délégué Alessandro Antonello, au terme de la conférence de presse de l’Inter Media House. "Le modèle que nous avons choisi se base sur ceux du Real Madrid et de Manchester City. Si nous trouvons le terrain adapté, ce ne serait pas exclu que, sur le moyen-long terme, nous quittions Appiano Gentile pour disposer de toutes nos activités dans le nouveau training center”. Arrivée du Suning en Italie Le projet, une fois l’emplacement trouvé, prévoit la création du nouveau siège de l’Inter, mais il y aura également la création d’une filiale du Suning en Italie : Quand les terrains seront acquis, l’idée est de transformer le siège actuel du Corso Vittorio Emanuele en un siège temporaire, pour ensuite en faire des nouveaux bureaux dans 4-5 ans. Ce fastueux projet a déjà été proposé au Syndic de Milan, Giuseppe Sala. Le premier représentant de Milan sera au centre des discours, en ce qui concerne le Meazza. Pour le Suning, le stade figure dans les sujets cruciaux pour l’Inter, qui a l’intention d’investir pour restructurer l’emplacement. Dans les prochains mois, une réunion à trois se tiendra, entre la Commune de Milan, l’Inter et le Milan Ac : "Les discussions sont en cours avec la Commune et avec le Milan. Nous devons parler car San Siro est une plaque fondamentale pour le développement de la ville de Milan, nous nous y sentons comme chez nous, nous voulons rester à San Siro et rénover le Meazza" a confirmé Antonello à Inter TV. L’aspect économique "Nous voulons créer à tout point de vue, un projet important pour la croissance de notre marque à travers le monde, comme cela s’est fait avec l’Inter Media House. La conséquence se répercutera aussi sur nos recettes, car il s’agit d’un aspect fondamental de notre stratégie. Nous sommes passé d’un déficit de 59M€ à 24M€, cela veut dire que notre marque et notre stratégie apportent les résultats escomptés. Cela veut aussi dire que les objectifs que nous nous étions fixé au début de la saison ont été atteints, même si nous devons attendre la certification de l’UEFA, nous sommes déjà parfaitement dans les paramètres du Fair-Play-Financier, nous sommes sur la bonne route." Le Mercato "Des attentes se sont créées, il n’y a pas de déclarations officielles de la part de notre club, vers une direction d’investissement qui nous permettrait d’aller au-delà du Fair-Play-Financier. Pour nous, c’est clair, nous avons la volonté de respecter les règles du Fair-Play-Financier." L’Importance de l’Inter pour le Suning "Je pense que, déjà lors des premiers mois, il y a eu un retour immédiat sur investissement. La notoriété de la marque Suning est devenue planétaire par le biais de l’Inter. Le Suning continue à nous soutenir et l’espérance est de connaitre des années de succès à l’avenir. L’Inter est une marque globale, "Tout le monde est l’Inter" a conclu Antonello. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Milan – L’Inter veut être au plus proche de ses tifosi. C’est sur base de se constat que l’inter a eu l’idée de créer l’Inter Media House. Avec la création de ce dernier, le club répond à l’extraordinaire passion de millions de passionnés. Le projet a été annoncé par le FC Internazionale Milano, via un évènement qui s’est tenu au Suning Training Center d’Appiano Gentile, le centre sportif Nerazzurro, qui a été en partie rénovée afin de pouvoir s’élever, dans chaque secteur, à des standards d’excellences. Nouveau bijou technologique Il existe à présent une nouvelle salle de conférence, à travers laquelle le club s’affichera sur le Monde, indiquant les protagonistes d’une aventure qui anime plus de 300 millions de fans... L’histoire va partir d’ici, en permettant d’avoir un coup d’œil sur l’équipe qui s’entraînera dans des structures modernes, ce qui visera à créer un environnement idéal pour les joueurs et le staff : Des nouveaux vestiaires, un nouvel espace médical, une nouvelle salle de sport et un espace Wellness avant-gardiste ont été créés. Chaque endroit où chaque détail est capturé va devenir "du contenu" par le biais de l’Inter Media House, pour offrir une expérience unique au Tifoso, qui par cette immersion, sera encore plus proche du Monde Interiste. Il s’agit d’une maison ad hoc pour ces nouveaux produits de communication, en permettant, aux fans, d’être aux côtés de leurs idoles, soit lors des entraînements, soit lors des matchs. L'Inter Official App Il s’agit d’une expérience à 360 degrés et ce n’est rien de le dire, car parmi les nouveautés, on retrouve également des projets spéciaux impliquant la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Des contenus médias seront créés dans la plus grande qualité, ce qui nous permettra d’apprendre comment vie l’équipe. Il s’agit d’une expérience unique pour le Tifoso. Les contenus seront toujours plus interactifs et plus accessibles à travers la nouvelle App de l’Inter : Inter Official App, qui est un produit de l’écosystème relationnel Nerazzurro destiné à créer une expérience plus personnalisée et exclusive. Un souhait du club envers ses tifosi. L’application représente le point de contact préférentiel pour entrer dans le monde de l'Inter. Des informations sur les joueurs préférés, des informations relatives aux entraînements, à la billetterie,... Il y aura toujours une réelle connexion à portée de main, aussi bien pour l’Italie que pour l’étranger, avec une attention plus particulière pour le marché chinois. Inter Official App sera disponible sur les smartphones et les tablettes sous iOS et Android. Inter Channel devient Inter Tv Pour l’occasion, notre chaîne de télévision change de look. 17 ans après sa fondation Inter Channel évolue en devant Inter Tv : Nom, logo, bureaux, technologie, il s’agit d’une toute nouvelle expérience en Haute Définition pour tous ceux qui aiment l’Inter. Inter Tv est déjà disponible en exclusivité sur le canal 232 de Sky pour l’Italie et sera aussi disponible en outre-mer, avec un magazine bimensuel (sur 4 continents : Europe, Asie, Amérique et Afrique, pour un total de plus de 50 pays) et par le biais d’une distribution quotidienne (en Chine par le biais de PPTV et en Indonésie par le biais de partenaires de téléphonie situés sur son territoire). Il y aura aussi une option gratuite "essayez & acheter" de Sky, qui deviendra, par la suite payante. Une fois activée, il vous sera possible de regarder Inter Tv jusqu’au 15 octobre. Avec toujours plus de productions exclusives qui seront reprises sur plusieurs plateformes, des réseaux sociaux jusqu’au site Internet mobile, Inter Tv est prête à accompagner les Tifosi dans cette grande aventure qu'est #InterIsComing : voilà de quoi est constituée l’Inter Media House. "Le monde du football évolue. Les clubs de football sont de plus en plus des sociétés de divertissement et des médias. L’Inter, qui le 9 mars aura 110 ans, est un Club avec une longue histoire de succès, qui en ont fait une des principales marques à travers le monde entier. Nous voulons maintenir notre leadership en cette époque de grandes transformations et modifications en projetant notre marque en dehors du territoire italien" a expliqué Alessandro Antonello. "Aujourd'hui nous vivons dans l'ère numérique. C'est pour cela nous devons être pertinents, en passant par la création d’expériences et de contenus qui puissent devenir une source d’inspiration de plus en plus engagée, afin de renforcer le sentiment d’appartenance, de foi, que les gens ont envers notre Club. C’est la raison pour laquelle, l’Inter Media House, a l’ambition de produire et de distribuer des contenus et services encore plus personnalisés. Ce sera une plateforme multimédia qui nous permettra d’étendre nos valeurs de la marque, du divertissement à l’innovation, de la créativité au design" a expliqué le chef de la communication, Robert Faulkner. "L’Inter Media House est un projet d’équipe. Au sein du groupe nous sommes de plus en plus conscients de nos valeurs. La valeur de la marque passe non seulement par l’expérience de l’utilisateur au stade, mais aussi par le domaine numérique" clôture Giuliano Giorgetti, le Directeur du contenu des médias de l’Inter. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Milan – L’Inter a approuvé, ce mercredi après-midi, le bilan 2017 avec une perte de 24M€. Les paramètres du Fair-Play-Financier ont été respecté, et on apprend également, que les recettes ont augmenté de 33% par rapport à l’année 2016. Il y a lieu de prendre en considération les plus-values et les recettes commerciales. L’année passée, les recettes sont montées jusqu’à 241,4 M€, ce qui signifie que le bilan 2017 aurait dû, pour revenir à zéro, s’élevé à 321M€. Les paramètres du Fair-Play-Financier, les dépenses nettes pour les secteurs jeunesse, pour l’Inter Campus et ses implantations, ont été scrupuleusement respectés. Il y a également eu des ratifications au niveau de la nomination de nouveau dirigeant. De plus une Assemblée des actionnaires devra se tenir d’ici à la fin du mois d’Octobre. L’Inter rationalise sa chaîne de commandement En effet, plusieurs transactions sur le Mercato des Nerazzurri ont été épinglées, avec la nécessité de procéder à des demandes d'autorisations directement en Chine. Suite au Conseil d’Administration, Calcio&Finanza rentre dans le détail afin que nous puissions prendre connaissance du travail précis de nos nouveaux dirigeants : Alessandro Antonello : nommé Administrateur Délégué. Il aura le pouvoir de signer une série d’opérations extra-sportive (De la sponsorisation jusqu’aux contrats pour le Stade. Il travaillera conjointement avec Williams pour un maximum plafonné à 5M€. Il pourra signer avec Williams et Williamson toutes les opérations financières (prêts, garanties) et bancaires pour un plafond maximum de 15M€. Il pourra également signer avec Gandler ou Gardini toutes les opérations extra-sportives, mais également les contrats des transferts des joueurs jusqu’à un maximum de 5M€. Il aura également le pouvoir de signature, pour les transferts des joueurs sur le Mercato jusqu’à un plafond de 20M et pourra proposer des contrats aux joueurs avec un maximum de 10M€ brut par an. Giovanni Gardini : Il a le pouvoir de signer librement et de façon indépendante des transferts plafonnés à 20M€ et de conclure de contrats avec les joueurs jusqu'à 10 millions d’euros avant impôts. Piero Ausilio : Il a le pouvoir de signer des transferts de joueurs et les contrats pour un plafond fixé à 1M€ La volonté du Suning est d’établir une garantie dans l’attribution des pouvoirs délégués en Italie Ces pouvoirs délégués offrent une bien meilleure gamme de possibilités, avec une présence stable en Italie, en fonction des extensions et des seuils différents selon la capacité et la compétence de chaque composante. Le Président a souligné en ce qui concerne les pouvoirs de souscription extra-sportifs, qu’un plan prévoit à présent un mécanisme de signature conjointe qui vise à assurer le respect de l’intérêt de la prise de décision pour le bien du Club. L’Analyse des recettes 2017 : 320M€ Recettes 2016-2017 Il y a eu un bon dans les revenus, y compris des plus-values, avec une augmentation en Capital de 33 % par rapport à 241,39M€ enregistré lors de la saison 2015-2016. C’est l’un des détails les plus importants du budget de l’Inter pour le 30 juin 2017. Notre Conseil d’Administration a approuvé ce mercredi notre bilan, avec une perte nette enregistrée de 24 millions, une forte baisse par rapport à 59,57M€ de l’année précédente Mais comment était-il possible pour l’Inter d’avoir augmenté d’une façon si importante ses revenus, compte tenu de l’Inter n’a pas pris part à la Ligue des Champions, mais a participé à la compétition la plus "pauvre" en termes de prix, l’Europa ? En attendant que la société diffuse plus de détails sur ses comptes, Calcio&Finanza a essayé d’identifier les raisons de "ce grand bond en avant". L’effet Suning marque les recettes On s’attendait à ce que l’exercice 2016-2017 pourrait conduire à une augmentation des recettes en partie. En effet, au cours de la saison dernière, notre propriétaire majoritaire de l’Inter, le géant chinois Suning, a signé une série d’accords commerciaux, de parrainages et partenariats avec le club de l’Inter qui a laissé entrevoir une possible augmentation du chiffre d’affaire. Le Suning Training Centre: Les détails financiers des différents accords n’ont jamais été officialisé, mais ont été diffusé dans la presse, sans jamais voir le club réfuter ces quelques chiffres officieux concernant certaines de ses opérations : 15M€ par saison pour la détention des droits du nom de la Pinetina, qui a été rebaptisée Suning Training Center in memoria di Angelo Moratti, et pour la sponsorisation des maillots d’entrainement. 20M€ pour les accords de Co-branding signés en Chine par notre nouveau propriétaire. L’effet Suning a quantifié une somme d’environ 35M€ sur les recettes de l’exercices 2016-2017. Les Plus-Values Selon les opérations effectuées dans la campagne du Mercato d’été 2016-2017 et les transactions au cours du mois de juin 2017, il y a eu potentiellement des répercussions sur le Bilan financier de l’Inter au 30 juin 2017. Les plus-values sont estimées à 44M€, avec l’insertions éventuelles de plusieurs opérations réalisées sur le secteur jeunesse de l’Inter. Estimation de Calcio&Finanza Les autres voies qui mènent aux recettes Les hypothèses, sur base des estimations de Calcio&Finanza sont les suivantes: Légère baisse des recettes publicitaires à 46,7 millions pour la venue de la signature du bonus de parrainage de Pirelli, comptabilisé dans l’exercice 2015-2016 ; Recettes provenant des droits tv à la hausse en raison de la participation à la phase de groupes de l’Europa League 2016-2017; Chiffre d’affaires a augmenté de 1,3 millions en ce qui concerne les trois matchs disputés à San Siro, lors de la phase de groupe de l’Europa League ; En 2015-2016, il y a environ 24M€ de reprise de valeur et de revenus extraordinaires liés aux provisions et dépréciations prévues sur le budget 2014-2015, avec un bilan qui présentait un déficit de 140M€. La reprise de la valeur, selon toute probabilité, en 2016-2017 n’a pas été comptée. Il y a également une dépréciation de 6M€ par rapport à la dépréciation inférieure de 2015-2016. Autres revenus stables par rapport à la saison 2015-2016 ; Revenus provenant des prêts qui se rapportent principalement à Juan Jésus à Rome (2M€), Dodo à la Sampdoria (1M€), Ranocchia à Hull City (1,3M€). Jovetic a été prêté gratuitement au Fc Séville. Les estimations de Calcio&Finanza Le tableau suivant fournit des estimations de Calcio&Finanza sur les revenus de l’Inter lors de la saison 2016-2017. En respect aux différentes communications fournies par le club et après l’approbation par le Conseil d’administration du projet sur le budget. Les recettes apparaissent largement sous-estimées. Le chiffre officiel parle environ de 320 millions de revenus, y compris les gains en Capital. Selon Calcio&Finanza, les estimations établies basées sur les données publiquement disponibles se sont arrêtées à 277 millions. Estimation de Calcio&Finanza – Il manque donc 43M€ Il est donc possible que le montant du parrainage et des accords commerciaux avec le Suning puisse être supérieur à 35 millions estimé sur base des rapports parus ces derniers mois. Mais il peut y avoir aussi d’autres éléments de revenu, y compris ceux relatif à la gestion des footballeurs (et en particulier des plus-values), ce qui semble être bien plus cohérents. Walter Sabatini et Steven Zhang Paradoxalement la simulation sur le budget de l’Inter, créé par Calcio&Finanza en juillet dernier (mais jamais publiés jusqu'à présent) propose 277M€ de recettes, avec un bénéfice négatif de 24 millions avant impôt, ce qui est conforme au communiqué de presse officiel du Club Nerazzurro: Il est donc évident que les coûts, y compris ceux relatif au personnel et à l’amortissement des droits aux joueurs, au niveau de leurs performances sportives sont plus importants, que les 40 millions estimés ! L’Inter est entre de très bonnes mains, le Suning agit en bon père de famille pour le bien de notre Beneamata! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Milan - Aleksander Ceferin et Gianni Infantino, respectivement Président de la Fifa et de l’UEFA ont demandés des changements immédiat dans le système de transferts depuis la somme record qui a été dépensée durant cette sessions estivale. Durant le Congrès, Ceferin a déclaré qu’une restructuration est nécessaire. Le Cas Neymar est la sonnette d’alarme, car le brésilien a été transféré au Paris-Saint-Germain, en provenance du Fc Barcelone, pour la somme record de 222M€. Mais outre le transfert de Neymar, c’est la situation générale du Mercato qui préoccupe les Présidents, vu que le total de la facture pour cet été s’élève à 3,93 milliard d’euros entre le 1 juin et le 1 septembre, une somme bien plus importante que celle dépensée sur l’ensemble de l’année 2016 ! Ce Congrès extraordinaire de l’Uefa représente la toute première prise de position officielle de l’Institution! Le football moderne est le fils de la Loi Bosman, plus que celui du FPF Les Deux représentants les plus influant du football mondial se sont exprimé en faveur d’une cassure et d’un changement immédiat, suite à cet été : "Au-delà de la difficulté à intervenir sur la libre circulation des joueurs, l’impression est que l’on touche bien plus aux règles sportives, qu’aux règles économiques." L’UEFA et la FIFA vont ouvrir une phase d’étude Ceferin a déjà proposé un plafond maximum salarial, la luxury tax, des équipes composées avec le moins de joueurs possibles prêtés et il demande à présent également un soutien politique. Infantino, présent et invité au Congrès, a expliqué que les pourcentages versés aux agents doivent être réduits. "C’est le bon moment. J’ai l’intention d’y parvenir, c’est mon objectif! Il faut un arsenal entier de règles pour réguler le jeu de la meilleure façon possible." a déclaré Ceferin. Infantino a enchainé en soulignant : "C’est le moment opportun, celui où nous avons tous décidé de nous attaquer aux systèmes des transferts pour le futur." Est-ce que cela aura déjà un impact en Janvier ou pour la prochaine session estivale ? Le Fair-Play-Financier va-t’il se renforcer ou être remplacé par un nouveau système ? Ce qui est sûr, c’est que le Monde du Football, dans sa globalité va vivre une réforme historique dans son Histoire! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...