Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'corriere della sera'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • Jeux video

Groupes de produits

  • T-Shirts Collection 2020
  • T-Shirts Logos
  • T-Shirts Art Portraits

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

2 résultats trouvés

  1. gladis32

    Young: "Je veux rester"

    Parmi les joueurs arrivés à l'Inter en janvier, Ashley Young semble avoir convaincu suffisamment pour rester l'an prochain. Interviewé par le Corriere della Sera, il raconte son expérience italienne et le rôle qu'a joué Antonio Conte dans sa venue. Vous considérez-vous comme un top player ? "Un joueur expérimenté, pas un top. Mais à certains niveaux l'expérience fait la différence." Vous avez passé deux mois en Italie, un peu spéciaux avec le confinement et vous êtes maintenant à Londres. Comment ça se passe en Angleterre ? "Le confinement est total en Italie et c'est un très bon exemple. Ici il y a ceux qui vont encore travailler et le métro est encore trop encombré. J'ai vu des scènes cupides avec des gens qui ont vidé les rayons de supermarchés." Vous étiez à l'isolement à Milan. Aviez-vous peur de tomber malade ? "Il y avait une certaine crainte. Le club et le personnel médical ont parfaitement géré la situation. Personne n'aime l'isolement mais ce n'était pas dramatique. C'était le bon choix pour nous protéger, mais aussi les autres." Pouviez-v imaginer un monde sans football ? "Il y a une pandémie mondiale, le foot n'est pas important à l'heure actuelle. Les gens meurent, pensons d'abord à sortir de tout ça." Vous vouliez être avant-centre, vous êtes ailier au final. Comment est-ce arrivé ? "Je me suis adapté pour jouer partout. Mis à part gardien j'ai couvert tous les rôles. Avec l'expérience vous comprenez que ce qui compte, c'est d'aider l'équipe." Des années à Manchester United puis arrive l'Inter. Pourquoi ? "Quand Conte m'a appelé j'ai tout de suite ressenti sa passion. Il me l'a transmise. C'était une grande opportunité et je me suis dit : vas-y, je veux faire partie de quelque chose de grand." Lorsqu'il est sur le banc, Antonio Conte semble presque jouer. Il crie, donne des instructions, fait pression surtout aux joueurs proches sur la pelouse, comme vous. Est-ce difficile de jouer avec quelqu'un si proche de toi ? "Il n'est jamais assis mais le voir si impliqué donne un coup de pouce. Il a une mentalité de gagnant, il est né avec. Pour ceux présents sur le terrain il effectue un gros travail pour vous guider." Conte en trois mots : "Passion, mental, combattant. Il se bat pour tout, le match, les joueurs et lui même." Que manque-t-il à l'Inter pour avoir cette mentalité ? "Nous nous battons sur tous les fronts : le scudetto, la Coppa et l'Europa League. Nous sommes là où nous devons être. Il y a de la qualité dans cette équipe, mais nous avons compris que pour passer une étape, nous devons travailler encore plus dur. Peut être manque-t-il d'expérience aussi." Vous avez eu d'excellents coachs dans votre carrière. Qu'est-ce que Conte a de plus que les autres ? "Il conduit chaque entrainement avec la même passion et la même intensité que lors d'un match. Tous ne le font pas. Il est toujours présent pour vous expliquer, pour vous montrer. Regardez comment il exulte sur un but, son implication est totale." La Juventus a battu deux fois l'Inter cette saison. La différence se fait sur la qualité de l'équipe, sur la mentalité, ou autre chose ? "Nous ferons les comptes à la fin de la saison. Alors c'est vrai ils nous ont battus. Ils ont certainement plus d'expériences en tant qu'équipe que nous." Eriksen est également arrivé cet hiver : "Il a une pression incroyable sur lui, c'est inhérent à sa position de joueur de son calibre. A Tottenham ils ont fait ce qu'ils pouvaient pour le garder. Des joueurs comme lui qui peuvent vous faire gagner des trophées. Nous savons combien il est important pour nous." Votre contrat expire en juin. Vous souhaitez rester ? "Bien sûr que oui. J'adore l'Italie, Milan, la ferveur des tifosi. J'apprends la langue. Je veux rester et gagner. Vous êtes un peuple de passionnés. Et très gentils aussi. Puis quand vous parlez vous criez" lâche-t-il en rigolant. Quelles sont les différences entre la Premier League et la Serie A ? "Il n'y en a pas. C'est peut être plus tactique. L'intensité ? Vous y allez pareil. J'ai choisi l'Inter pour gagner des trophées. C'est le sentiment qui me pousse et me décide d'aller n'importe où dans le monde." Nos vies sont suspendues actuellement. Comment va-t-on de l'avant ? "Beaucoup disent qu'ils ne peuvent pas rester à la maison pendant trois semaines. J'appelle souvent un de mes amis. Il était malade, avait un cancer. Il était resté six mois à l'hôpital suspendu entre la vie et la mort. Il m'a dit à quel point c'était difficile. Je pense à lui, à ce qu'il a vécu. Rester à la maison n'est pas compliqué. Vous redécouvrez la famille et les marques d'affections. Cela aide à être ensemble dans une telle période. Au final je dirais que c'est une belle opportunité, ne la gâchons pas." ®gladis32 - internazionale.fr
  2. Ce vendredi 13 decembre 2019 , le Corriere Dello Sport a publié une lettre Anti-Inter, relayée et contesté exclusivement par Fcinter1908.it. S’en est suivi une annulation de la conférence de presse d’avant-match Fiorentina-Inter et une procédure en justice intentée par le club. Internazionale.fr vous propose de faire le point de cette situation : L'Article incroyable et surrealiste du Corriere Dello Sport suite à l’élimination de l’Inter en Ligue des Champions Un article a été publié dans l’espace réservé aux lecteurs d’Italo Cucci, une lettre d’un soi-disant partisant de Bologne "très crédible" a été publiée "Cher Monsieur M. Italo, je jouis (peut-on le dire? ) de voir la Grande Inter être surclassée par le Barça B, qui a montré comment on joue au football à un entraîneur dépassé. D’entendre le deux commentateur signifier les absences de Barella et Sensi. C’est bien que pour épargner son pain (ndr le salaire) que l'on puisse dire n’importe quoi, mais faire preuve d'honnêteté ne ferait pas de mal : Ils ont joué contre le Barça B." "J’allais oublier, je ne suis pas un tifoso de la Juve ni d’autres équipes de haut niveau, juste de Bologne. Toutefois cette béatifications de Conte qui, dans sa carrière et malgré des victoires, ne m’a jamais proposé de beau matchs. Il s’est également plaint de la campagne de recrutement, mais il me semble que l’Inter a dépensé plus de 150 millions d’euros (regardez voir Lukaku, Sensi, Barella, Lazaro, Sanchez, Godin, etc.) soit bien plus que toute autre équipe italienne. Mais alors, si tu ne sais pas battre le Slavia et que tu t’inclines contre le Borussia Dortmund, à quoi peux-tu prétendre ?" Réponse de Italo Cucci qui y met la dose "A votre méchanceté, j'ajoute la mienne. Je suis prêt à la transformer en Slogan. Lorsque les Managers se confesseront, et même leurs amis. C’’est destiné aux tifosi de l’Inter qui sans Icardi ont été sorti de la Ligue des Champions : "No Icardi, No Party." Suite à cet article, l’Inter a annulé la Conférence d’avant-match de Fiorentina-Inter. La Gazzetta Dello Sport prend partie pour le Corriere Dans une réaction signée Stefano Barigelli: " Mao, dans l’une de ses plus fameuse maxime réservé à ceux qui le critiquait, avait dit, qu'il avait besoin d’en toucher un pour en éduquer cent autre. C’était une autre Chine, et un autre monde." "La décision d’annuler la conférence de Presse de Conte a été une sanction exemplaire et préventive contre tous les médias qui ont reçu cette même saveur d’injustice sommaire. Si la raison est une lettre offensive diffusée sur un quotidien, il suffisait de limiter l'interdiction au quotidien concerné au maximum" "Punir tout le monde et expliquer à travers un communiqué que l’on parle d’un message révoltant à l’entière communauté de ceux qui s’occupent des Nerazzurri et non de l’Inter en elle-même. Un club qui s’est gagné la sympathie générale lorsqu’il ne gagnait pas. SURTOUT lorsqu’il ne gagnait pas. Perdre en Ligue des Champions n’est pas grave. Perdre son propre été d’esprit, oui." Les Maestri, l'Organisation des Journalistes exigent des excuses de Conte "Il est vraiment difficile de demander des excuses dans ce pays. Et ce peut importe le niveau et le lieu, peu importe les catégories. Que tu sois un joueur ou un dirigeant, voir même un journaliste. Tu te trompes c’est évident. Il y a lieu de faire deux distinction. La première est le respect. Le respect pour les opinions des autres, pour le travail des autres. Pour les autres qui sont des personnes et des professionnels." "La seconde à avoir avec l’éthique qui régit notre travail. Nous cherchons toujours à écrire de bonne foi, a raconter les faits qui nous ont été rapporté, en nous limitant pas à de simple publications vicieuses. Il faut contrôler et toujours vérifier, le tout plus d’une fois. Il faut s’élever de ce qui peut être notre opinion personnelle et offrir une information la plus proche de la réalité, dire la vérité." "On ne peut pas engager le lecteur. Les opinions et les faits sont deux choses totalement différentes, entre elles. Et même si elle peuvent dangereusement s’entrecroiser, elles sont de bonne fois. A condition que le contexte de bonne foi n’est pas proposé d’une façon confuse." "Le journalisme est fait de choix. De décisions sur les choses à écrire, sur comment l’écrire et comment le présenter aux lecteurs. Le choix du titre, des mots, des adjectifs et des virgules. Choisir de diffuser la lettre d’un supporter qui hausse le ton, sans prendre le temps de ce dissocier de ce que souhaite dire le lecteur, choisir au dernier instant également de partager sa méchanceté ne peut pas être suffisant, lors d'une interprétation personnelle à commenter. Par là, c'est attiser la Haine sur le web et la carte de presse en prend aussi. Ce qui nous amène à la demande suivante." "Pourquoi t’es-tu servi d’un tifoso pour remettre en discussion Antonio Conte, la Valeur de l’Inter et ses résultats sportif. Était-il nécessaire d’aller les offenser ? Était-il nécessaire de parler de dépassement pour Conte en tentant de contester ses approches, ses déclarations, ses actions personnelles ?" "D’un Maitre parti tant d’autres, nous nous attendions à quelque chose de plus littéraire, de plus noble. Nous ne nous attentions pas à ces attouchements de vos main avec les haineux du web qui, conteste quotidiennement ce qu’a fait l’Inter en Ligue des Champions, son mercato, son noyau, ses blessés.... Ceux qui contestent Conte. Nous nous attendions à une thèse soutenue de façon raisonnée et non faite de slogan divertissant sur un joueur qui ne porte plus le maillot de l’Inter." "Les paroles sont importantes, les offenses nous rabaissent au contraire. Cela jette le discrédit sur celui qui fait son travail avec passion et honnêteté, et qui n’enseigne rien. Nous voudrions tranquilliser Cucci. Je ne crois pas que Conte, ni Marotta ont besoin de se jeter dans nos bras ou dans celui de Pistocchi pour se consoler de l’Europe perdue." "Nous étions aussi dehors lors de l’annulation de la Conférence de Presse d’Antonio Conte. Nous pouvons comprendre la décision de l’Inter, de toute l’Inter et non de Conte ou d’un dirigeant, mais du club en tant que tel. Mais jusqu'au dernier moment, nous ne pensions pas qu’il s’agissait à du point le plus important de la question." "Etes-vous intéressé par le devoir à l’information ? Cela fait la différence, comme l’a publié l’Ordine et l"Ussi pour qui Conte a un émolument de millionnaire. Ce point n’a pas lieu d’être même s’il existe. Le point important est la lettre de Salvo et de l’annexe répondue d’une façon journalistique inadaptée." "Avez-vous procéder à un test de vérification ? Représentez-vous le droit à la Critique ? Avez-vous offensé quelqu’un ? Nous demandons à l’Ordre des Journalistes d’intervenir lorsqu’il y a lieu de défendre un collègue plus qu’un autre. A la lettre du Tifoso qui a comme intitulé la Beatification de Conte, et à laquelle ont été ajouté des accusations grave et pesantes, tout comme de la part des chroniqueurs d’Inter-Barça. Des choses que l’on ne peut pas dire juste pour gagner sa croûte de pain, comme l'insinue le lecteur publié dans le Corriere Dello Sport." "Nous déclarons que aujourd'hui, Cucci propose un satisfaisant car Bertagna a enfin une belle pièce dans son journal. Cela dit, Nous n'avons jamais écrit à Cucci. Notre article a été pris et publié dans son journal sans avertissement, Nous avons écrit pour un journal pendant des années. Et nous savons que pour de nombreux journalistes, l'article sur le web est quelque chose à classer à un niveau inférieur à celui de la presse, mais dans la pratique, cette distinction n'existe pas." "A moins que l'Ordre des Journalistes ne veuille s'exprimer en ce sens et établir qu'un journaliste qui écrit sur le web doit être considéré comme un journaliste de la série B. Je voudrais aussi des excuses et non à ma personne. Je voudrais des excuses à la catégorie, qui je pense est beaucoup mieux que ce qui a été pointée du doigt dans cette triste histoire." "Conte doit s'excuser auprès de Cucci, qui a légitimé l'infraction d'un supporter. Conte est un vendu, comme Bertagna et même Pistocchi. Mais nous attendons les excuses d'Antonio Conte à Italo Cucci, cela est manquant. Ensuite, nous pourrons tous revenir à l'écriture heureuse dans ce monde inépuisable du football. . On scanne les insultes, on critique avec envie. Faisons en un peu un bar sportif sain. Parce que c'est notre boulot, non ?"" La Stampa allume l'Inter "Silence. Antonio Conte se tait. Et l'Inter a annulé la conférence alors qu'il ne restait que quelques minutes à attendre." Pourquoi ? "A cause du "Corriere dello Sport et d'une une lettre offensante qui a été publiée contre notre entraîneur", justifiant l'agression." Le But ? "Envoyer envoyer un signal à tous les médias "qui doivent assurer le respect du peuple". "Sans entrer dans le fond, il est surprenant que le club Nerazzurro mette tout le monde dans le même bateau, en fermant les portes aux journaux et aux journalistes qui n'ont rien à voir avec l'affaire. Et plus encore est le paradoxe d'invoquer le respect par manque de respect, en songeant tout d'abord aux tifosi désireux de connaître la pensée de l'entraîneur." "Toujours est-il que vous avez saisi la balle au bon pour éviter d'inconfortables questions sur l’élimination en Ligue des Champions." Le Corriere Della Sera suit le mouvement "Punir les médias, et donc des lecteurs...Il faut en laisser de côté un pour en éduquer dix.. Certaines représailles sont inutiles, nous ne devrions pas tous être suspendus. Un échange aurait permis de clarifier la situation, car si vous demandez le respect des médias, vous devez être prêt à donner le vôtre. L'élimination de la Ligue des Champions et les critiques qui en ont découlé ont irrité Conte." "La réponse de l'Inter n'est pas, comme l'a écrit le club, "un signal à tous les médias", mais un geste autoritaire. En se refermant sur sa base arrière dans un style militaire. Il s'agit d'un combat avec l'Histoire de l'Inter qui a toujours été démarqué par sa tolérance." "Il s'agit d'une punition injustifiée mais également sévère et disproportionnée par rapport à la gravité du fait, ce qui le rend plus fort. Mais il est nécessaire d'éduquer l'éducation à la critique, mais vouloir éduquer la critique est toujours une réaction très dangereuse. Conte défendu par la profession "Écrire cette déclaration ne nous plaît pas: Pour le respect que nous avons envers l'Ussi et pour le parcours que nous avons entrepris et que nous souhaitons continuer à faire tous ensemble." "Toutefois, nous nous devons de réagir et de prendre parti non pas parce que Conte est un entraîneur, mais pour le sens de la Justice. Le courriel d'un lecteur sportif publié par le Corriere dello Sport est offensant et "le professionnel de l'information estimé "maître de nombreuses personnes" s'est trompé. Parce qu'il n'était pas obligé de le publier et il n'était même pas obligé de le partager: "A votre méchanceté, j'ajoute la mienne"." "Je voudrais reprendre l'article 21 de la Constitution: "Chacun a le droit d'exprimer librement ses pensées avec des mots, des écrits et tout autre moyen de diffusion". Je pense que cela s'applique aussi à Conte qui "par tout autre moyen", et en annulant la conférence de presse, a voulu exprimer ses pensées. Nous ne pouvons pas partager l'idée que ceux qui offensent, sans faire une référence minimale à l'infraction commise, de ceux qui se prennent le droit d'évaluer la mesure de la réponse suite à cette infraction." "Et qui plus est, et peut-être à cette occasion, je pense que nous pouvons parler d'arrogance, il y a lieu aussi d'opter pour le temps des excuses, en après-match. Je partage le point de vue selon lequel le respect des autres est la base de la civilité, mais je pense que cela vaut aussi la peine de d'avoir en tête que si vous souhaitez avoir du respect, vous devez en tout premier lieu respecter." "Avec son communiqué, l'Ussi, a par inadvertance, corroborer la thèse que "Je peux écrire que vous êtes un vendu, vous devez vous taire et ne prétendre à rien". Si cela est adopté, ce n'est pas l'article 21 qui saute, mais également les valeurs d'idéaux et de morales auxquelles notre Constitution s'est inspirée." "Nous croyons que Conte ne doit pas présenter d'excuses, du moins pas celle que l'Ussi voudrait imposer. Si quelque chose doit se produire, cela pourrait avoir lieu dans quelque jours par le biais d'une réunion qui serait la solution la plus pacifique, sans déranger le parquet fédéral." - Renzo Ulivieri, Président de l'AIAC Froideur turinoise Pour Fabrizio Biaisin, l'Inter devient aussi "froide" que la Juventus "Le fait est que l'Inter a officiellement changé de comportement. Elle arrête d'être indifférente, d'avoir de la patience. A présent, il est temps de se faire respecter, au prix même d'être détesté. Le choix de la propriété est évidemment le même que celui de l'Administrateur-Délégué, Giuseppe Marotta qui a importé le Modèle Juve. Celui du changement d'humeur envers ceux qui manque de respect. " "Le modèle consiste à parler des faits , ce qui a toujours porté ses fruits à Turin, sur le terrain et aussi à l'extérieur. Conséquence, il n'y a pas eu de conférence d'avant-match lors de Fiorentina-Inter, avec un visage fermé, même pour ceux qui ont dépensé beaucoup pour obtenir les droits de diffusion de tel et tel événement". "Il est évident qu'à l'Inter, il n'y a pas cette intention d'inimitié tous les médias nationaux. Si il y a une coupure nette, avec le passé, et cela peut être vrai ou présumé, c'est que dans le passé, en cas d'attaque d'un organe de presse, tout été adopté en silence, de façon discrète, ce qui avait tendance à énerver les tifosi." Et vous que pensez-vous de toute cette histoire ? #100%conl'Inter ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...