Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'coupe ditalie'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

11 résultats trouvés

  1. Le tirage de la Coupe d'Italie a été effectué et nous connaissons à présent les différents adversaires que l'Inter rencontrera sur son chemin. Les Nerazzurri débuteront la compétition en 8e de finale : Huitième de finale contre Cagliari ou la Sampdoria (ou Arezzo, Turris, Ravenne, Sanremese, Chievo ou Crotone). Quart de finale avec en favoris l'Atalanta ou la Fiorentina. Demi-finale avec en favoris Naples ou la Lazio. Finale avec en favoris Juventus, Rome ou Milan. Premier match programmé pour le 15 ou 22 janvier 2020.
  2. Luciano Spalletti s’est livré en conférence d’après-match suite à l’élimination de l’Inter en Coupe d’Italie, voici l’interview relayée par nos confrères de FcInterNews.it: Un jugement sur la prestation du match ? "De façon générale, c’était une épreuve importante, vu la valeur de la rencontre. Au début nous jouions avec le frein à main, nous subissions le match. Nous les avons laissés nous prendre avec frénésie et nous avons raté trop de ballon, comme cela se passe encore et toujours." Quel est l’impact d’avoir perdu un match après avoir su vous y relancer de cette façon ? "C’est clair qu’il y a une grande déception, de plus le résultat du match se joue sur un léger détail, et lorsque tout va mal, cela devient fondamental, c’est à vous de faire l’analyse du match. A Turin, nous n’étions pas l’Inter, ce soir oui. C’est aussi particulièrement douloureux de ne pas renouer avec la victoire, le football est ainsi, les enjeux étaient très important pour cette compétition, gagner te donne des sensations fortes et stimulantes pour les joueurs et pour notre club." Vous aviez dit que vous récupéreriez Perisic... "Ce n’est pas utile d’en faire un roman, je m’exprime sur le fait qu’il soit resté écarté, cela ne veut pas dire que j'ai eu un bâton dans les roues de la part de Marotta. J'ai dit qu'il y a des choses que tu peux gérer, mais il s’était déjà écarté avant que je commence m'exprimer. Son agent s’est exprimé, le joueur aussi. il était déjà dehors avant que je n'en parle." "Ce genre de chose crée une scission chez le joueur. Lors de son dernier match, j’étais peu satisfait de sa prestation, de son manque de cœur, ce soir, nous avons joué avec notre cœur, avec nos force, notre état d’esprits, et demain je lui donnerai la main en lui disant d’aller de l’avant." Le résultat du match est-il juste selon vous ? "La partie était équilibrée pour moi, la Lazio était meilleure en première période, nous en seconde. Handanovic a réalisé de très grands arrêts, mais nous avons eu nos chances avec Candreva et Lautaro. Au final, cela s’est joué sur le dernier penalty, je suis déçu mais je félicite aussi la Lazio." L’objectif était la Coupe d’Italie... "Vous l’avez inventé vous cet objectif pour créer de l’attention. L’objectif est d’aller de l’avant et de faire des bons matchs, pas de gagner ceci ou cela. Cela crée des tensions au tour d’une équipe malade car même le public se met à siffler, cela créer de la pression." "Si la veille du match, vous dites que 12 joueurs veulent partir, c’est un manque de respect car ce n’est pas le cas. De plus, personne n’est venu et je te le dit, c’est un problème dont on a pas à parler. Moi je vous le dis, vous martelez mentalement les joueurs car ils ne sont pas bon et qu’ils pensent qu’il doivent quitter l’Inter. Faire cela la veille d’un match, cela ne se fait pas. La différence, c’est que moi je dis toujours la même chose. Alors si les résultats n’arrivent pas, je suis le premier à souffrir des conséquences, mais je défendrais toujours l’Inter." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Damien

    Coppa Italie - Quart de finale : Inter vs. Lazio

  4. Dimanche 13 janvier 2019 Stade : Giuseppe Meazza 19h00
  5. Damien

    Coupe d'Italie - 8e : Inter vs. Benevento

  6. Milan – Ce match devait être une simple formalité dont la nouvelle était déjà préparée. Mais dans le froid du quartier de San Siro, l’Inter est parvenue à réaliser une partie complètement folle face au petit poucet du tournoi. Une différence de deux catégories qui ne s’est pas ressentie sur le terrain et il aura fallu la célébrissime séance de tirs aux buts pour se qualifier. Du point de vue marketing, c’est Nagatomo, notre asiatique qui nous a qualifier lors de cette épreuve, il s’agit peut-être du seul aspect positif de la rencontre. Spalletti avait décidé de donner du temps de jeu à ses remplaçants. Vu la prestation de ces derniers, tous les interistes comprennent pourquoi il ne réalise jamais de turn-over et pourquoi l’Inter et son onze de base en Serie A, est en tête du classement. Les remplaçants ne se sont pas montrés à la hauteur et il a fallu faire appel à Maurito, Ivan, nos deux joueurs de la saison pour tenter d’inverser la tendance. On peut également retenir que Perilli, le gardien des neroverde élu homme du match avec un beau 9/10, était dans un état de grâce. Il a pris le meilleur sur Karamoh, il a également pu compter sur le manque de réussite de Brozovic, qui n’a quasi rien cadré, Perisic qui a dévoré un but et Icardi qui a touché du bois. Dans un contexte inattendu, la loterie des tirs aux buts allait donner son verdict et dans ce genre de situation, il n’existe plus de grandes ou de petites équipes. Padelli n’a rien à envier à Handanovic, en parvenant à stopper plusieurs penaltys. Il a d’ailleurs sauvé également l’Inter a quelques reprises dans le match et pourra remercier son poteau qui a repoussé le tir de Magnaghi à la demi-heure. On peut remercier Pordenone d’avoir joué le jeu, de ne pas avoir garé le bus et de nous avoir mis en difficulté. On peut remercier ce club qui a mérité les applaudissements du Meazza malgré la qualification de l’Inter. On peut le remercier car il aura permis à notre Direction et à Spalletti de voir quel est le réel potentiel de certains joueurs sur le terrain. Ce match est un avertissement sérieux et sans frais pour l’Inter, vu la qualification, mais ce match a surtout permis à tous de se redimensionner et de voir qu’il n’y a qu’en travaillant et qu’en respectant l’adversaire, qu’on peut réaliser quelque chose de grands. Spalletti avait prévenu les siens avant le match, hors de question de prendre ce match à la légère. Les joueurs ne l’ont pas écouté….Pas sûr que notre entraineur était festif dans notre vestiaire et certaines gueulantes ont très certainement dû être poussées. Pour certains joueurs, ce non-match est aussi similaire à un bon de sortie, car ils n’ont tout simplement pas le niveau pour jouer chez un grand d’Italie. Merci Pordenone de nous avoir permis de faire un point à cette situation. Nous vous respectons et vous souhaitons le meilleur pour la suite et qui sait, à dans quelques années en Serie A ! Tableau Récapitulatif Résumé du match: Réactions de Tramontana: Inter 0(5)-(4) 0 Pordenone Inter (4-2-3-1): Padelli; Nagatomo, Ranocchia, Skriniar, Dalbert (80' Icardi); Vecino, Gagliardini; Joao Cancelo, Eder, Karamoh (68'Perisic); Pinamonti (46'Brozovic). Entraîneur : Spalletti. Pordenone (4-2-3-1): Perilli; Formiconi, Stefani, Bassoli, Nunzella (116' Parodi); Misuraca, Burrai, Lulli; Maza (80' De Agostini), Berrettoni (102'Ciurria); Magnaghi Entraîneur : Colucci Arbitre: Sacchi Averti(s): Perilli (P) Expulsé(s): / Séances de tirs aux buts : Inter: Brozovic But, Perisic But, Skriniar arrêté par le gardien, Gagliardini arrêté par le gardien, Icardi But, Vecino But, Nagatomo But Pordenone: Misuraca arrêté par le gardien, Burrai But, Magnaghi But, Lulli tir non-cadré, Stefani But, Ciurria But, Parodi arrêté par le gardien. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Milan – Le Milan Ac affrontera l’Inter dans le cadre des quarts de finale de la Coupe d’Italie, après sa victoire 3-0 face à Vérone. Le match aura lieu le 27 décembre et les deux clubs disputeront le 24ème Derby de Milan de l’Histoire de la coupe d’Italie. Ce match est un très beau cadeau de Noël pour les tifosi des deux écuries milanaises, outre la qualification, il y aura la suprématie dans la ville qui sera, à nouveau remise en jeu, après la correction infligée au Diavolo par notre Capitaine Mauro Icardi, auteur d’un triplé. En Coupe d’Italie, les statistiques sont en faveur de l’Ac : 9 victoires contre 7 pour l’Inter, tout comme 7 matchs nul. Lors de la saison 1976/77, le Derby de Milan se disputait en Finale et il avait été remporté par les Rossoneri, 2-0. Pour retrouver trace du dernier match entre les deux clubs en Coupe d’Italie, il faut remonter à la saison 1999/2000, soit quasi 18 ans. Il s’agissait à nouveau d’un Derby en quart et l’Inter avait pris le meilleur sur son cousin, avant de s’incliner en Finale, contre la Lazio de Sven-Goran Eriksson. Les statistiques, au niveau du nombre de titre, en coupe d'Italie sont par contre en faveur de l'Inter: 7 contre 5 Les quarts de finales se disputaient en match aller-retour A l’aller, le 12 janvier 2000, l’Inter l’avait emporté 3-2 grâce à Christian Vieri, Shevchenko égalisait avant la mi-temps. A la reprise Adrian Mutu permettait à l’Inter de repasser devant avant de voir Shevchenko faire le doubler. La victoire viendra finalement des pieds de Clarence Seedorf. Au match retour, le 27 janvier 2000, les deux clubs n’avait pas su se départager, Shevchenko ouvrait le score, mais deux minutes plus tard, Gigi Di Biagio remettait les pendules à l’heure. Ce Derby, qui aura lieu dans deux semaines, est à cocher dans tous vos agendas ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Milan – Luciano Spalletti s’est livré en conférence d’avant-mach qui mettra aux prises, la Capolista au Champion de Serie D, le Pordenone qui milite, à présent, en Serie C. Spalletti, l’Inter est ressortie invaincue du Juventus Stadium…. "C’était comme si, ce match avait déjà été joué, et que j’en avais pris un cliché avec mon portable. Cela a renforcé les certitudes que j’avais et les points sur lesquels nous devons durement travailler. Cela nous permettra de continuer à grandir. Nous avons pu constater deux choses lors de ce match : De la qualité d’un côté, et des choses qui nous ont mis en difficulté et auquel il faut y remédier." Notre motivation ? "Je me sens très bien, j’ai connu une carrière aussi en tant que joueur, et je sais aussi comment agir dans ce genre de rencontre, et ce que ça fait de faire face à l’Inter Milan. Tu viens ici en fonction de tes moyens et il faudra se méfier de Pordenone qui pratique un beau football et qui est géré avec sérieux." "Leo Colucci sait exactement comment agir, il a été l’adjoint de Giampaolo à la Samp. Il a des qualités qu’il a su transmettre à ses joueurs, j’ai pu le voir face au Cagliari. En première période, Cagliari n’avait pas la main mise, ensuite, vous connaissez l’histoire, l’équipe a voulu la jouer facile et c’est aussi facile d’expliquer ce qu’il en a découlé. On peut aussi le voir lors des matchs internationaux, qui sont rempli de match où certaines équipes ont fini par craquer et exploser d’une façon fulgurante, en entraînant une incroyable élimination. Ici, c’est la rencontre entre une équipe d’un championnat inférieur et une équipe de Serie A. Le Pordenone va se présenter avec son top Player, son nom de famille sera Super et son prénom sera Motivé." Si je vais faire des tests ? "Je l’ai déjà fait avant. Je systémise le dispositif en fonction du déroulement de la rencontre. Je mise beaucoup sur les qualités individuelles des joueurs. Je vais aligner Karamoh qui, avec ses qualités et sa vitesse, n’aura pas de difficulté à prendre le meilleur sur son adversaire. J’ai des joueurs qui sont tous différents. Je veux maintenir un certain équilibre et une certaine force sur le terrain. C’est une partie qui devra être de belle facture." Jouer à Pordenone ? "Cela m’aurait plus car j’aime ce genre de match où tu vis ta passion, ou tu aimes tes origines et où tu râles. J’aime ce genre de moments. On aurait pu y vivre une très belle fête, mais ce mardi, nous les accueillerons chez nous, pour disputer ce match." Un Possible derby ? "Ma stimulation est les huitièmes. On joue chaque match à la fois." S’il y aura de la place pour Pinamonti ? "Je l’ai retenu ici, car il était convoqué en équipe nationale. Je dois encore concocter l’équipe, je vais analyser, tôt ou tard, la situation. Il se pourrait qu’il ait sa chance." Le but de l’Inter ? "Nous le connaissons tous, cela me plait qu’on me le redemande, nous sommes sereins." Quelle est l’importance de la Coupe d’Italie pour l’Inter ? "C’est important de voir ce que peut apporter ce match. J’ai parlé de cette rencontre aux joueurs et j’avais beaucoup de choses à dire. Je ne serai pas étonné, si je vois certains de mes joueurs tenter de faire certaines choses. Je leur ai dit de croire en leurs certitudes, celles qu’ils m’ont démontrées jusqu’à présent. De plus, faire un mauvais match pourrait nous mettre en difficulté notre futur. J’anticipe déjà la façon de jouer, pour ceux qui seront sur le terrain. Je vais faire des changements. Je vais aligner ceux qui en veulent le plus. Je veux voir ce qu’ils ont dans le ventre et ce qu’ils ont à proposer de mieux lors de ce match." Pordenone ? "C’est une rencontre de serpents, ils ont le leur, nous, nous avons notre Biscione. Nous devrons aborder ce match intelligemment car ils seront survoltés, ce sera une rencontre dure à jouer. Dans ma vie de professionnel, j’ai vécu ce genre de match, entre clubs de catégories différentes et pour l’emporter tu dois réussir à être déterminé et à imposer ton type de jeu. Comme je l’ai dit, il y a eu souvent des équipes présomptueuses en Coupe d’Europe qui se sont fait piéger." "Le seul avertissement que j’ai donné, c'est de faire attention s’il neige. J’ai dit à mes joueurs de se méfier de Pordenone, c’est simple : Il suffit de voir les 30 premières minutes de jeu face à Cagliari. Vous verrez le nombre de fois où les joueurs ont récupéré le ballon face à Cagliari pour arriver à obtenir un tel résultat. Nous allons devoir faire face à ce genre de situation aussi lors de ce match. Il n’est pas question d’avoir un manque d’attention ou de motivation, le mot d’ordre est que tout le monde mouille notre maillot. Demain soir, certains joueurs auront plus de temps de jeu que les autres, mais ceux-ci devront prouver qu’ils ont le niveau de mon Inter, s’ils ne le font pas, cela va nous rendre la vie plus difficile pour notre futur." La formation ? "Je n’ai aucune difficulté. Je m’attends à ce que les joueurs fassent de leurs mieux et répondent présents, pour faire la différence. Ce sera le banc d’épreuve et des vérités. Leo Colucci sait comment cela se passe. Il deviendra un très grand entraîneur. Il a déjà secondé Giampaolo, aussi à Cesena. Entraîné la Primavera de Bologna, entrainé Reggio. Il a toujours fait du très bon travail. Il a une équipe de qualité qui l’année passée a disputé les Play-Off face à Parme. C’est une équipe qui est discrète mais qui est sûre d’elle, elle a un entraineur compétent, de très bons joueurs : Berrettoni, puis Burrai devant la défense." "Cela me rappelle le match de mon Empoli en Coupe d’Italie face au Milan de Costacurta, Maldini. Nous étions parvenus à nous montrer au niveau de ces noms-là. A présent, c’est moi qui entraine les joueurs. Le Président de Pordenone est ambitieux, il a des qualités qui lui permettent de réaliser un travail très intéressant. Il joue à chaque fois la tête haute. Toutes les situations peuvent devenir possible, si nous ne parvenons pas à exprimer notre qualité, le risque est de nous retrouver en difficultés." "Karamoh, Cancelo, Padelli et Dalbert vont jouer. Ranocchia, Eder… et d’autres qui se loupent…il rit…. Il y a tout un paquet de choses. Je veux que mes joueurs soient en position de bien faire et que l’équipe soit équilibrée. Je veille à toutes les composantes de l’équipe. Karamoh est capable de choses incroyables, il peut être aligné en second attaquant ou se repositionner pour aider l’équipe à retrouver à un certain équilibre" Mes messages sur les réseaux sociaux ? "Tu es l’un des leurs hein…il rit. Je ne vois pas où est le problème. Je tiens juste à souligner que beaucoup pense que mon équipe n’est pas méritante, alors que mes joueurs s’acharnent au travail, qu’ils se montrent disponibles, qu’ils viennent tous les jours pour travailler sérieusement. J’entends toujours dire que l’on a de la chance d’avoir des poteaux, mais cela fait partie du jeu et à chaque fois je viendrais prendre position. J’ai des amis tifosi d’autres clubs, du Milan, de la Juve, de la Roma, qui me contactent sur les réseaux sociaux. Ils ne me veulent pas du mal, ils veulent juste voir l’Inter perdre, c’est ce qu’ils me disent. Je peux les comprendre vu qu’à chaque fois cette défaite est reportée, cela fait partie du jeu." Si je suis heureux de la première place ? "Le match face à la Juve ne m’a rien apporté de nouveau, il a mis en lumière certaines certitudes et certaines difficultés sur lesquelles nous devons travailler. Cela va nous permettre de nous renforcer. D’une certaine façon la physionomie de cette partie m’a permis de bien savoir sur quoi je dois travailler." Les joueurs qui ont le moins joués ? "Dalbert a déjà un peu joué. Il y a des personnes qui s’entrainent d’une façon correcte au quotidien. Ensemble, ils réalisent un travailles de qualité et on voit le résultat. Pour chacun de mes joueurs, on peut voir le travail au quotidien qu’il a réalisé, durant le match. Ils doivent me prouver, tous les jours, de quoi ils sont réellement capable, et je rajoute ma petite touche." Dans un sens, on ne reconnait plus l’Inter. Comment êtes-vous parvenu à créer une Inter à la Mourinho ? "Cette comparaison avec Mourinho m’embarrasse un peu. Cela me contrait à souligner la distance entre moi, qui suis présent à l’Inter depuis quelques jours et lui qui fait partie de l’Histoire de l’Inter. Faites-moi plaisir, vu mon rôle, vu ma profession, ne vous permettez plus d’être aussi proche. Probablement que cela ne fera ni chaud ni froid à Mourinho car il n’en aura rien à faire." " Le travail que réalise mon équipe est quelque chose que je dois défendre. C’est comme cela que je fonctionne avec l’équipe, il y a des jours où nous sommes enfermés dans une salle pour regarder des vidéos. Nous parlons beaucoup au quotidien, même s’il arrive que nous soyons fatigués s’il est tard. Ce sont des petites choses, et elles sont ciblés. Il y a aussi tellement de choses que je pourrais vous dire. Je dois ressentir que l’on travaille avec sérieux, que tu fais ta partie du travail, pendant que moi je fais la mienne. Je fais partie de mes joueurs. Si on touche à l’un d’entre eux, je ne sais pas le digérer et je réagis. Contre la Juve, j’ai dit ce que j’avais à dire : Nous sommes une équipe solide qui sait comment se comporter. J’ai aussi ma propre idée, nous n’avons pas fait le match idéal, mais je sais que nous pouvons nous améliorer. Nous devons en être content, nous savons où nous devons nous améliorer pour être encore plus performant." Les réseaux sociaux ? "C’est un jeu, un divertissement. Paolo Belli m’a contacté sur mon portable car il est fou d’une autre équipe. Il m’avait dit que le Chievo allait gagner et que nous allions nous faire piétiner. C’est un fait, parfois cela tourne bien, parfois non. J’ai tout un panel de réponse que je pouvais lui adresser, mais je n'ai pas voulu pas être sournois dans ma réponse. Parfois il faut juste comprendre qu’on peut être le meilleur." Jusqu’où peut arriver l’Inter ? "Cela dépend aussi de ce que font les autres, je n’en sais rien. A la fin de la saison, il faudra analyser la situation entre les Directeurs, le Club et sur ce que l’on sera parvenu à faire et s’il faudra remettre certaines choses en discussion. En fin de championnat, on saura parfaitement la direction à prendre, car l’équipe aura exprimé tout son potentiel. Ce potentiel n’est pas encore exprimé actuellement. Nous avons des bases de travail, je suis confiant et je sais que l’on peut continuer à aller de l’avant. Preuve en est, nous réalisons un championnat où nous sommes parvenus à nous montrer au niveau, face aux grosses équipes, et on voit la différence par rapport à l’année passée.." Les derniers arrivants ? "Karamoh est différent des autres, il est vif, technique, sait jouer court et faire du jeu long. Il sait démarrer en trombe et arriver en trombe. J’ai aligné Dalbert face à la Juve et je pensais qu’il allait parvenir à faire ce genre de courses. Il est plus serein, il se montre plus sûr, il sait comment doit se comporter un latéral. Cancelo est extraordinaire : Il a de la qualité, de la technique et de la vitesse. J’ai envie qu’il me montre tout cela demain. Eder parvient toujours à me prouver certaines choses. Et je suis désolé pur lui, c’est un garçon qui me montre tout à l’entrainement, même son mental. Je suis très heureux de pouvoir lui accorder 90 minutes de temps de jeu." Notre objectif en Coupe d’Italie ? "Prendre un match l’un après l’autre." Si je suis stimulé par le fait de rencontrer peut-être le Milan en cas que qualification ? "Absolument pas. Ce qui m’intéresse, c’est de passer le tour suivant en gagnant notre match. Que vous disent les autres équipes ? Si tout le monde prétend au titre, cela va créer des failles. Si nous passons ce tour et que le prochain match est une belle affiche, ce sera important, mais le plus important c’est que nous y serons parvenus en faisant un résultat déjà ici." "Le Derby de Milan reste un très beau tableau, c’est une rencontre si importante pour la ville en elle-même. On serait tenté d’avoir le plus de Derby possible, avec le plus de qualité possible. Les tifosi des deux clubs le méritent bien, je l’ai ai vu au stade. Ce derby est l’un des plus beaux et il l’est encore plus lorsque tu parviens à le remporter." Si Cancelo sera aligné en latéral ? "S’il est aligné plus haut, il sera plus à son aise. Ce qui est sûr, c’est qu’il est apte pour jouer là. Il est brave sur le terrain et il sait très bien comment analyser la partie et faire tourner le ballon. Demain je vais l’aligner plus haut. S’il pense à rester concentré, tout en dévoilant toute sa palette, tout deviendra plus facile pour lui, il trouvera un équilibre plus facilement. Par contre, si je lui demande de défendre et de laisser faire Karamoh, il m’écoutera, point. Il pourrait aussi monter afin de créer des difficultés à notre adversaire en cas de possession de balle. Il sait comment on construit une action importante dans chaque zone du terrain." Si c’est le mental qui va jouer ? "Le chemin est long et il y a des choses qui doivent être connues. Je n’ai pas dit qu’il n’en avait pas le courage. Fondamentalement, il n’est pas encore parvenu à exprimer le meilleur de lui-même. Vous aussi, vous faites pareils, lorsque vous donnez des notes aux joueurs, avec lui, je m’attendais plus. Ici c’est un test important, il va devoir donner le meilleur de lui-même et se montrer meilleur que son adversaire." "Parfois, cela ne suffit pas, même si tu donnes le meilleur de toi-même. A ce moment-là, tu dois parvenir à démontrer une qualité d’un niveau supérieur, je ne l’ai pas encore vu dans les matchs. Il a déjà éliminé un bon nombre d’obstacle, il est arrivé face à un terrain libre où il peut se sentir l’esprit tranquille, il doit à présent faire face à ce nouvel environnement et ce n’est pas forcément si facile. C’est comme-s’il venait en quelque sorte de faire une petite randonnée." Joao Mario ? "Il sera absent, il a un problème au niveau des amygdales. Santon va bien. J’ai aussi convoqué Lombardoni et Emmers. Je l’ai fait car cela prouve que le travail de croissance réalisé par Stefano Vecchi porte ses fruits." Pellò ? "C’est normal de nous défendre, lorsque l’on vient attaquer l’Inter et ses professionnels. Je n’accepte pas certaines accusations. Cela m’énerve de voir certains prendre la solution de facilité au lieu de tenir compte des résultats engrangés ces derniers mois. Je vois aussi beaucoup de personnes qui sont déçus par cette défaite qui tardent à arriver et qui sont déjà prêt à nous faire entonner le chant du cygne lors qu’elle arrivera. Vous savez comment se déroule l’Histoire actuellement. Et certains rats peuvent devenir des colombes." Pour l’anecdote, cette semaine et en taclant la Juve, Luciano Spalletti s’est livré sur les réseaux sociaux : "Cette semaine, les rats seront encore de sortie". Même si la Juve a présenté ses excuses, Luciano n’oublie pas ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Milan – La rencontre face à la Juve au Stadium archivée, l’Inter se projette directement vers son match de Coupe d’Italie. Ce dernier verra l’équipe de Luciano Spalletti affronter, mardi soir, le surprenant Pordenone. La formation qui rêve de jouer au Meazza est très active sur les réseaux sociaux et a lancé une campagne publicitaire exceptionnelle à l’égard de cet évènement historique dans l’histoire de ce club qui milite en Serie C. MAI STATI IN B Une expression qui fait la fierté de l’Inter, seul club de Serie A qui n’a jamais connu la relégation. Cette expression est également employée par Pordenone, qui est d’ailleurs le club qui a dégainé le premier, cette réplique légendaire. Avant le Calciopoli, l’Inter et la Juve étaient les deux seuls grands à n’avoir jamais connu la division inférieure. Cette expression et une publicité, ont été reprises durant 4 jours par notre futur adversaire: Et en effet, si l’on s’attarde sur l’histoire du club frioulan, il est l’actuel champion de Serie D et joue cette saison en Serie C, il n’a donc pas encore connu la Serie B ! De plus, Podernone a comptabilisé l'ensemble des titres des deux clubs. Avant le Derby d’Italie et vu le contexte: Un match à Turin, l’Inter avait préféré ne pas répondre à la formation. A présent, le gestionnaire de nos réseaux sociaux s’est fait plaisir, en chambrant la Juve et en répondant à la publicité de Pordenone : "Questa è LA partita, tra #maistatiinB!" : "Voici LA rencontre #entreceuxquin’ontjamaisétéenSerieB !" Même si Pordenone est une équipe qui semble fort bien sympathique, l’Inter de Spalletti devra faire le Job, elle qui compte soulever au moins un trophée cette saison. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Milan – Les Nerazzurri rencontreront en effet ce club issu de la Serie C, le mardi 12 décembre. Les Neroverdi ont déjoué tous les pronostics en s’imposant, à la Sardegna Arena, 2-1 face à l’équipe entraînée par Diego Lopez. Pour ce club de troisième division, il s’agira d’un match de rêve qui se tiendra au Meazza. Le piège à éviter, côté interiste, est de ne pas sous-estimer l’adversaire. Résumé du match Réactions d'après-match: “C’est une très belle journée, inoubliable. Nous avons tout donné et nous sommes si heureux. Je suis heureux pour l’équipe. Passer ce tour en éliminant un club de Serie A ne se produit pas tous les jours. Avec l’Alessandria, c’est la seconde fois que cela arrive, même si eux ont su atteindre la demi-finale, pour nous ce sera très difficile. Mais nous l’avons fait. L’Inter ? Ce sera un match immense au niveau émotionnel. Le rêve de tout enfant est de jouer un jour face à une équipe de ce calibre dans son stade. Nous allons jouer le jeu et qui sait, peut-être parviendrons nous à faire aussi bien que l’Alessandria. A qui je vais demander le maillot ? A Icardi forcément, mais tout le monde le veut, c’est celui que tout le monde veut s’arracher. Nous verrons qui parviendra à l’obtenir. Sinon je pourrais toujours demander son maillot à Skriniar” - Alessandro Bassoli, défenseur. "Nous vivons un rêve, je l’ai dit à mes joueurs, et même les plus expérimentés qui ont eu la chance de fouler, un jour, le Meazza. Je leur ai dit de faire la fête, de jouer sans craindre le Cagliari et ils ont joué un bon match. Je félicite mes gamins qui ont fait un grand match. Mes enfants méritent d’aller à San Siro, jusqu'à présent, ils y allaient uniquement en tribune. Je suis heureux pour notre Président, pour la ville de Pordenone, rentrer dans l’histoire est toujours quelque chose de merveilleux." – Colucci, entraîneur de Pordenone. Rencontrer l’Inter ? "Toute ma famille est interiste, mais juste pour ce soir-là, je serai pour mon équipe. Nous avons mérité la victoire. Nous n’avons pas garé le bus, nous avons joué le jeu avec nos qualités. Le public sarde l’a d’ailleurs reconnu en nous applaudissant à la fin du match. Chaque saison, il se passe quelque chose de fou. L’année passée, nous sommes parvenus à monter de Serie D en Serie C, nous voulons tenter de faire pareil cette saison. Cagliari, Milano…ce sont des stades où tu dois jouer en étant stable émotionnellement. Si tu parviens à rester sérieux et à bien t’y engager, tu peux déjouer les pronostics déjà établis." – Lovisa, Président de Pordenone. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...