Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'edito'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Évènements de Inter Club Paris

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

7 résultats trouvés

  1. Victor Newman

    L'Edito : "La Résistance de l'Inter"

    7 points en Ligue des Champions après une double confrontation face au Fc Barcelone… Il s’agit d’un résultat énorme pour une équipe sortie du quatrième chapeau et qui à la 86e minute de ses débuts dans la compétition face à Tottenham, était déjà éjectée du tournoi. Le moment-clé de la saison Le but d’Icardi est un but qui te change la saison. Il y avait même comme un sentiment d’accord tacite entre l’équipe, Spalletti et le public : Tous les matchs disputés à domicile doivent être spectaculaires, à couper le souffle. Et avec le onze de Valverde, l’Inter a été acculée durant l’intégralité de la rencontre, en protégeant Handanovic, en y érigeant une véritable forteresse, elle a peut-être vacillé, mais elle ne s’est jamais effondrée. Skriniar est le patron de la défense interiste, lui qui par ses duels épiques est devenu l’Empereur de Barcelone. Pourtant le Barça a sorti l’artillerie lourde pour arriver à marquer, mais The Beast a pris le meilleur sur ces derniers, même si ce ne sont pas des actes qui te permettent de marquer. La Résistance a été orchestrée du mieux possible, sauf De Vrij qui sur son erreur nous a coûté "une vie." L’Inter ne s’effondre plus, soutenue et surchargée devant un Meazza comble, électrique, elle s’est installée à la même table que le Barça et l’a acculé dans ses cordes. Une fois cette prouesse réalisée, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir les flèches argentines percer la Catalogne : Lautaro en grand protecteur de ballon a délivré la passe décisive à Mauro Icardi. Maurito engagé dans un corps à corps avec Sergi Roberto aura mis à terre cette équipe de Martien. Un but tout en symbole car inscrit par le Capitaine Nerazzurro, un signe, un message envoyé pour dire qu’ici, avec nous, rien n’est jamais terminé et que le meilleur est à venir. Le Monstre Skriniar De part son but, Icardi était le meilleur sur le terrain, en compagnie d’un Samir Handanovic en mode Thomas Price. Pourtant beaucoup de Nerazzurri ont souffert, ont fatigué à force de se confronter à des duels toujours plus importants et plus intenses, sans oublier le fait qu’il fallait courir pour reprendre le ballon. Parmi ses Hommes, l’Inter a également son homme du match en défense : Milan Skriniar qui a éteint Luis Suarez et qui s’est même permis le luxe de prendre ses responsabilités en étant sur sa ligne de corner, dans son milieu de terrain, pour savoir relancer proprement et ainsi éloigner le danger. Le danger principal était qu’il prenne un avertissement, si tel aurait été le cas, il aurait été le grand absent de la rencontre décisive à Wembley face à Tottenham. De part son intelligence de jeu, Milan aura remporté la mise, ce trésor qui lui permet d’obtenir son billet pour visiter le Royaume-Uni. S’il est sanctionné, il ratera "que" le match face au PSV, mais cette rencontre sera la plus abordable, mais également la plus délicate. Le partenaire de combat de Milan se nomme De Vrij, auteur d’un excellent match, jusqu’à une perte de balle face à Coutinho, l’ancien de la maison qui a trouvé la faille dans le système. Sur ce contre mené par le brésilien, The Beast ne pouvait absolument rien sur la diagonale délivrée à Malcom, qui a frappé et blessé le boa Nerazzurro, qui aurait dû l'être mortellement. Ce but aurait pu démobiliser une équipe qui aurait dû faire face à ses imperfections. Pourtant l’Inter a conservé son mental et a sonné la Résistance, celle de l’ultime combat en s’offrant le Scalp de Ter Stegen par le biais de son meilleur tueur en série actuel. Un groupe de soldats au service de son Général Alors que tout semblait perdu, Mauro a inscrit un but extrêmement important, lui qui en est à sa cinquième saison sur ses terres, sur son royaume. Durant toute cette période passée à l’Inter, Mauro a développé un langage corporel fou, d’un simple gamin, il est devenu un véritable Fuoriclasse, un Top Player. Mauro n’est pas un Dzeko, il n’a pas besoin de conserver le ballon. Sa came à lui est tout autre, recevoir un ballon proche de la surface de réparation, et si tel est le cas, il est l’un des meilleurs soldats, l’un des meilleurs artificiers de la planète foot dans ce domaine. La Résistance de la jeunesse Lors de son premier combat en terre hostile, Lautaro Martinez était perdu, sans repères, ne sachant où aller. La logique qui veut que la même attaque ne fonctionne plus sur un même adversaire s’est avérée. Deux semaines plus tard, ici au Meazza, c’est bel et bien le Toro Nerazzurro qui a délivré les premiers coups aux Catalans. Son impact et son jeu ont permis à Icardi d’obtenir le ballon décisif, celui qui peut changer la destinée du Monde Nerazzurro, celui qui maintien l’équipe du Général Spalletti maître de son destin. Certes l’Inter est jeune et fougueuse et il est encore tôt pour espérer la voir aligner ses deux meilleurs artificiers ensemble, mais c’est un fait, lors de ces derniers matchs, lorsque l’équipe a proposé un jeu en 4-3-3, elle a laissé entrevoir un potentiel jusque-là inexploité, un potentiel qui aura sauvagement fouetté le Genoa… L’Inter est à présent cette équipe, celle qui ne s’effondre plus face à l’adversité, celle qui n’a pas peur de regarder droit dans les yeux son adversaire, celle qui est prête à toujours se relever et qui est prête à courir. Celle qui se veut être plus forte que n’importe qui d’autre. Cette pression, cet afflux nerveux, auront permis à l’Inter de gagner ses matchs en étant mené à la marque, de revenir face à l’adversaire le plus dangereux du football mondial. Ce signe montre qu’un groupe est né dans l’adversité, dans la difficulté, à la suite d’une saison écoulée qui l’aura vu passer par tous les sentiments, du black-out de décembre à la gloire olympique de Rome qui a été conquise par le Conquérant. A présent, l’Inter joue sa Finale face à Tottenham dans un stade légendaire celui de Wembley et deux résultats sont en sa faveur : En cas de victoire ou d’un simple match nul, l’Inter sera qualifiée. Le nombre de buts inscrits en cas de défaite sera également important étant donné que ce match pourrait être considéré comme une double confrontation directe avec la règle du but à l’extérieur, prédominante en cas d’égalité au classement. Sauf coup de théâtre, cette bataille finale, si elle ne s’avère pas décisive, sera d’ores et déjà riche en émotions et l’Inter a montré qu’elle est capable de tout. Tottenham a sous-estimée l’équipe milanaise, Tottenham a été conquis sur les terres de l'Inter. Tottenham est prévenu : Fini de rire à présent. L’Inter est devenue une équipe, et elle compte le faire savoir et conquérir Wembley ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Matteo Politano et Lautaro Martinez ont été recrutés cet été. Si l’on connaissait déjà le talent du Toro en Argentine, ce dernier devait confirmer tout le bien que l’on disait de lui sous le maillot Nerazzurro. De son côté, le transfert de Matteo est limite passé inaperçue, cela n’est pas sans rappeler celui de Milan Skriniar, qui en une saison est devenue une Bandiera de l’Inter. Plusieurs joueurs ont été recrutés cet été, Piero Ausilio réalise un travail monstre. Actuellement, le Real Madrid est d’ailleurs dans les cordes, concernant Luka Modric, le meilleur joueur du Mondial 2018. Pourtant parmi les joueurs recrutés, deux sont parvenus à marquer les esprits et dans le bon sens. Matteo est parvenu, dès ses premiers matchs, à prouver sa valeur, sa technique et sa capacité à participer de façon active aux phases offensives de l’Inter, le tout, sur les ailes, un poste qui faisait cruellement défaut à la bande à Spalletti il y a un an. La Gazzetta Dello Sport le souligne : "L’achat de Politano doit être interprété dans ce sens à présent : l’ancien pensionnaire de Sassuolo ajoute ce côté imprévisible à l’attaque de l’Inter, ce côté qui manquait tant la saison dernière. Politano offre diverses solutions à Spalletti, car Matteo peut occuper 4 postes, tous offensif. C’est la raison pour laquelle l’Inter, qui avait longtemps suivi Malcom, a décidé de se rétracter bien avant le duel entre le Fc Barcelone et la Roma." "De plus Ausilio a eu du flair, car le joueur est arrivé en prêt pour 20M€, avec une possibilité de rachat plus le transfert d’Odgaard. Vu les performances actuelles du joueur, sa prestation estivale vaut bien mieux qu’une simple carte de visite." Lautaro, un joueur à la Zanetti ? Du point de vue éducation notre Vice-Président peut être fier de son poulain, en effet, l’attaquant argentin fait très attention à son style de vie. D’ailleurs, il n’avait qu’une seule requête lors de son arrivée à Milan : "’J'ai besoin d’un nutritionniste." Et il a été exaucé, ce dernier est présent à Milan et il le rencontre à plusieurs reprises. Lors du match amical disputé à Lecce, Javier Zanetti est venu personnellement complimenter le Toro pour l’ensemble de son œuvre sur le terrain. Mais pourquoi un si jeune joueur a-t’ il besoin d’un nutritionniste ? En effet, notre Toro ne souffre d’aucun problème de poids en particulier, mais comment définir cet attaquant, qui au cours de ses 6 premiers matchs européens a été l’auteur de 3 buts et d’une passe décisive. Certes, il ne s’agit que de match amicaux, mais ce bulletin est important si l’on considère qu’il n’a joué que 360 minutes, soit un total de 4 matchs. De plus, le Toro prend soin des Tifosi, il ne rechigne pas à signer des autographes, cela s’est vu à la sortie du Stade Via Del Mare, pour Lautaro, les Tifosi ont ce droit, celui d’avoir autant d’importance. L’entrainement invisible "Matteo et Lautaro se donnent sans compter. Ils sont capable de se montrer efficace lors de leurs duels en un contre un." - Spalletti En Argentine, il se dit que Lautaro est un adepte de l’entrainement invisible. Il s’agit d’un entrainement qui se base sur les moindres détails et également sur le style de vie à adopter dans la vie privée et sur le terrain. En dépit de son jeune âge, Lautaro est au centre de ce monde invisible, lui qui ne jure que par le ballon. Et son comportement n’a pas changé, même s’il est à présent de l’autre côté de l’océan. Ce comportement rappelle étrangement un célèbre numéro 4 Nerazzurro… Icardi a du soucis à se faire En effet, l’ancien du Racing montre qu’il mérite bien plus que d’être une solution de rechange, des contrôles à montrer dans les écoles, un but qui a failli être inscrit de la tête et son tir instantané qui conclue la combinaison entre Dalbert et Politano. En cas de 4-2-3-1, Ie Toro est en droit de réclamer plus que d’être un Vice-Icardi, et Spalletti l’a compris. Le natif de Certaldo sait qu’il dispose d’un joyau à polir, il reste juste à lui trouver le bon poste : Celui de Trequartista ? Un poste où il a su faire oublier l’absence de Nainggolan encore blessé ? Un poste de second attaquant ? Ce qui est sûr, c’est qu’à présent Luciano a ce problème de "riche", car plus qu’un physique et qu’un redoutable buteur, Lautaro est combatif sur chaque ballon et n’hésite pas à venir en aide à ses équipiers… Une situation rarement vue avec Maurito en attaque… Politano et Martinez, peuvent-ils être les révélations de de cette saison ? Exprimez-vous ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Milan – L’Inter semble avoir définitivement trouvée son identité dans le jeu et sa façon de jouer, avec du caractère et de la stabilité. Si tout cela a été possible le mérite en revient, , malgré ce chantier désastreux en juin, exclusivement à Luciano Spalletti. Le natif de Certaldo, depuis son arrivée, a insisté de façon continue, sur le sens de l’appartenance et de l’attachement au maillot, en citant des monuments du passé qui ont portés les couleurs de l’Inter. Les joueurs semblent avoir compris le message et l’Inter est, actuellement, capable d’apporter une certaine continuité dans les résultats : l’impact se voit immédiatement au classement, l’Inter est seule deuxième, a mis trois points d’avance à la Juve et 10 au Milan-Scudetto. Elle disputera ce samedi, la place de Leader au Napoli. Aucun Alibi Dans ses premiers jours, durant le stage estival, Spalletti s’est montré clair : "Des promesses m’ont étaient faites, si elles ne sont pas maintenues, je reviendrai moi-même vous voir lors d’une conférence de presse." Le message est limpide est fait référence aux difficultés liées au Fair-Play-Financiers et à la politique établie en Chine. Depuis lors, Spalletti a fait machine arrière, a défendu les choix du club et mis en avant le noyau a sa disposition. Résultat : Une ambiance idéale de solidarité, d’union et l’envie d’aller dans le même sens. Le sens d’appartenance Il s’agit d’une autre palette fixée par Spalletti avant de commencer le travail : "Nous avons des responsabilités envers les Tifosi et envers l’Histoire de ce club. Je martèle cela aux garçons et j’insiste constamment sur ce concept. Pour celui qui n’y adhère pas, cela signifie qu’il ne mérite pas d’endosser le maillot de l’Inter et il est prié de partir. Je suis excité de pouvoir travailler pour l’Inter. J’ai envie de faire ressentir le même sentiment à mes hommes." Résultat: En peu de paroles, qui ne sont pas sanguines, Spalletti s’est mis dans la poche ses joueurs, qui se donnent à l’entrainement et même en dehors : Icardi et ses équipiers ont actuellement étaient encouragés par 240.000 spectateurs, lors des quatre premiers matchs à domicile. Certitude tactique En ce début de championnat, on peut voir la patte incroyable de Spalletti sur le terrain. Grâce à un staff que l’on peut comparer à un staff d’une équipe de football américain, Luciano a construit chaque secteur. Les joueurs qui s’y trouvent savent comment se bouger, il manque toutefois encore d’évidents automatismes et de certains mécanismes à mieux huiler. Le travail, plutôt le chantier le plus important était la défense qui avait littéralement sombré l’année passée. Cette saison-ci, l’Inter est capable de rester concentrée durant 90 minutes de jeu et encaisse très peu de buts (co-meilleure défense avec le Napoli). Résultat: La défense se montre solide, rigide et disciplinée, ce qui permet aux autres remparts de l’équipe d’attaquer l’adversaire et ce n’est pas pour rien que l’Inter a déjà inscrit 9 but lors du dernier quart d’heure. Le vestiaire Spalletti est un très grand entraîneur qui est capable de gérer l’entièreté d’un groupe, en particulier ceux qui sont le moins utilisé. Tout le monde se sent concerné par le projet et ils savent tous, que tôt ou tard, ils disposeront du temps de jeu. Résultat: A la fin du Derby, par exemple, le premier joueur que Spalletti est venu féliciter est Eder, Icardi est passé en second. Ce sont des ces petits gestes qui font la différence. Conférence de presse Comme le faisait à l’époque Josè Mourinho, Spalletti se présente en conférence de pressent comme un animal. Il est préparé, parle peu de football et renvoie certains journalistes à leurs cours. Résultat: De la sorte, il dirige la pression médiatique sur lui et cela libère ses joueurs qui se doivent de lui renvoyer l’ascenseur. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Milan – Pour Handanovic, la Coupe d’Europe a toujours été une fascination, surtout la Champion’s League, qu’il a pu toucher du bout des doigts en 2011/2012 lors des préliminaires. Son équipe d’alors, l’Udinese, n’allait pas passer la phase de groupe en tombant sur un Arsenal bien plus costaud. Pour Samir, c’était la dernière fois qu’il disputait cette compétition. Durant l’été suivant, le gardien slovène a été transféré à l’Inter. Il avait la conviction et l’espérance qu’il disputerait rapidement une compétition fréquentée habituellement par nos Nerazzurri. Manque de bol pour lui, à la fin de la saison 2011/2012, l’Inter termine sixième de Serie A et se retrouvera en Europa League, une compétition à laquelle elle participera 3 fois sur 6 possible. Proche du départ Et c’est tout à fait compréhensible, notre numéro un de Lubiana a pensé, à plusieurs reprises, à quitter la Pinetina, il avait faim de Champion's. Mais à la surprise générale, alors qu’il était en balance durant quelques sessions de mercato, il n’a pas voulu quitter le "Navire Nerazzurro". Actuellement, il a commencé cette saison en ayant l’espérance que cette fois-ci, c’est la bonne, même si elle vient de débuter, les premiers signes sont encourageants et cerise sur le gâteau, Spalletti a été son entraîneur à l'Udinese! Mais Pour Samir, il faut toujours rester sur ses gardes, car l’Inter a déjà bien commencée une saison, avant de rapidement exploser et sombrer dans la désillusion: Pour notre spécialiste des pénaltys, le Derby de Milan, qui se déroulera dimanche prochain est une occasion à ne pas rater. Outre le fait d’être reconnu comme le club de Milan, si l’Inter l’emporte, elle disposera d’un écart de 10 points sur l’équipe de Montella. Même s’il reste encore 30 journées à disputer, cet écart, au vue de la qualité des autres équipes de la Serie A, sera très compliqué à remonter. L’Inter sait qu’elle va devoir se donner, se dépenser physiquement et nerveusement, mais l’Inter a retenu la leçon de l’année écoulée et elle ne souhaite plus s’écrouler. L’égalisation du Milan, lors du Derby 2017 de la saison écoulée a marqué les nôtres. Selon le Corriere Dello Sport, remporter le Derby compliquerait la vie à l’un de ses principales adversaires pour la qualification à la Champion’s League et l’Inter pense déjà à affaiblir le Milan encore plus qu’il ne l’est actuellement. Tous, d’Handanovic, en passant par Nagatomo, Ranocchia, voir Santon, ont cette soif de victoire et cet esprit de revanche. Pour ceux qui seront aligner, il n’y aura pas besoin d’avoir une sorte d’examen de conscience critique. Si les choses se compliquent, elles devront être gérées. De même, il ne faudra pas hésiter à jouer des coudes et à se faire respecter sur le terrain. Pour le moment, l’Inter est l’un des clubs qui encaisse le moins en Italie, et pour Handanovic, outre le fait de protéger sa cage ce dimanche, une prolongation de contrat jusqu’en 2021 est de plus en plus imminente. L’Inter a toujours eu de grands gardiens dans ses buts et Handanovic n’en fait pas exception ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Milan – Un sceau d’eau gelée pour réveiller un endormi…C’est exactement l’effet qu’a eu Karamoh, lorsqu’il est monté au jeu, ce dimanche face au Genoa, dans un match où l’Inter s’était laissé endormir par l’adversaire. De nature timide, Karamoh était gêné hier lorsqu’il s'est fait complimenter pour sa prestation par ses propres équipiers dans le vestiaire, l’ancien joueur de Caen a montré que c’était un vrai travailleur et qui malgré son jeune âge, qu’il pouvait rentrer dans les plans de la méthode Spalletti. Ce dimanche, il a prouvé qu’il en avait dans le ventre pour supporter la pression du Meazza, et ce à tout point de vue. Pour la Gazzetta Dello Sport, il lui a fallu un éclair, avec des dribbles gagnants pour électriser le peuple Nerazzurro présent au Meazza. Un peuple qui le soutient et qu’il le lui a fait savoir. Le travail de Spalletti se fait ressentir, mais l’Inter actuellement souffre beaucoup trop et se montre trop peu imaginative pour surprendre ses adversaires. Pourtant avec Spalletti, l’Inter a un très beau bilan de 16 points sur 18 possible et notre club est actuellement troisième de Serie A. Ce classement est, aussi dû à ce grain de chance que peuvent avoir les grandes équipes, les joueurs doivent se donner plus sur le terrain, car l’entraineur seul ne peut pas faire de miracle. Spalletti sait que son équipe est objectivement pleine de lacunes, à des années lumières de ce que proposer la Juve et le Napoli. Hier, le sursaut d’orgueil est arrivé d’un "Baby", d’un jeunot de 19 ans, de Karamoh qui était volcanique lors du dernier quart d’heure d’un match plus que médiocre. Monté à la 71ème minute de jeu, il s’est positionné sans faire de bruit, puis, il a commencé à dévoiler son talent : En un contre un, en dribblant, en faisant aller le ballon d’un côté et en contournant son adversaire de l’autre, en réalisant d’autres dribbles très rapides, en se faisant mettre au sol par l’adversaire sous les contestations du Meazza déjà conquis…. Karamoh s’est montré audacieux et n’a pas eu peur de se livrer, d’ailleurs il est à la base du corner qui amène le but, en voyant son tir contré. En toute fin de match, sa performance a forcé le Genoa à se montrer plus dur sur l’Homme, preuve en est les avertissements de Migliore et Zukanovic, sans parler de l’expulsion de Taarabt pour jeu dangeureux. L'Histoire retiendra que Karamoh est monté au jeu timidement, il a quitté le terrain, tel une star, ovationné par les Tifosi qui ont faim de fantaisie... D’après-vous, Karamoh peut-il viser une place de titulaire dans l’équipe à l’avenir ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Milan - Au-delà des neuf points la bonne nouvelle c'est l’ambiance Nerazzurra. Il existe un esprit d’équipe : Il y a de la physionomie et des idées claires, de la force, un jeu équilibré et un peu moins de folie qu’auparavant. A présent, nos joueurs ont les jambes pour courir après le ballon une fois celui-ci perdu au profit de l’adversaire, Gagliardini s’est montré dans un meilleur jour et Skriniar est déjà la certitude de notre défense. Dans un match où il était fort compliqué de trouver Icardi via les centres ou de bouger le bloc défensif. L’Inter a su rester concentrée et sérieuse, elle a respecté son adversaire du jour. Certes, nous n’en sommes qu’au début de l’Ere de Spalletti, mais là où il y a un an, l’Inter touchait le fond, cette année-ci l’Inter est en tête en Série A. Son entraîneur d’alors, Frank De Boer, risque déjà d’être virer de Crystal Palace, club où il réalise la même contre-performance qu’à l’Inter. Avoir un entraîneur de la trempe de Spalletti est plus qu’une garantie, c’est une certitude. Pour marquer, il ne faut pas se leurrer, notre duo Icardi et Perisic fait très mal à l’adversaire, Candreva est était hier en mode match de gala et si ce dernier confirme les espoirs placés en lui, notre trident offensif pourrait faire très mal. Notre milieu de terrain n’est pas encore opérationnel à 100% : Borja Valero joue parfaitement son rôle à la Pirlo, mais il souffre de l’âge, il y aura un beau duel pour le seconde poste entre Gagliardini et Vecino. Joao Mario doit encore prendre confiance en lui et tenter sa chance au but au lieu d’être parfois trop collectif. Notre défense, qui était notre point faible l’année passée a été renouvelle à 75%, seul Miranda y a survécu. Dalbert s’est montré à la hauteur et laisse envisager un avenir radieux sur son aile gauche. D’Ambrosio a bien suppléé l’absence de Cancelo blessé au milieu de terrain. Même s’il nous manque encore un défenseur central qui devrait logiquement arriver au mois de janvier, l’Inter possède "The Beast" Milan Skriniar, en défense. L’Inter a tout en main pour réaliser une très bonne saison, avec l’absence de Coupe d’Europe, ce manque à gagner pourrait bien être un avantage cette saison pour l’Inter qui, Coupe d’Italie à part, ne disputera que la Série A. L’Inter, prête à frapper un grand coup cette année ? Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Milan – C’était un mercato compliqué pour l’Inter, cet été. Nos Directeurs Sportifs, Ausilio et Sabatini, se sont retrouvés à devoir improviser totalement et à arriver à convaincre certains clubs pour procéder à des recrutements de joueurs de qualité, et ce, avec très peu de cash en poche. Rien n’est impossible pour l’Inter et notre club est tout de même parvenu à recruter Skriniar, Dalbert et Cancelo qui sont très intéressants, Borja Valero et Vecino demandé par Spalletti en personne. Schick, lui, restera en travers de la gorge, par contre, il n’y aura pas eu de sacrifice d’un Top Player et Perisic est un peu notre "Recrue" de cet été. Le Suning, qui avait promis d’investir énormément durant cet mercato estival, s’est retrouvé bloqué, en raison de la législation chinoise sur les investissement à l’étranger. Voici un récapitulatif du Mercato Achats : Padelli, gardien (Torino, fin de contrat); Skriniar, défenseur (Sampdoria 30M€); Odgaard, attaquant (Lyngby, 1,3M€; Zaniolo, milieu de terrain (Entella); Borja Valero, milieu de terrain (Fiorentina, 5,5M€ +1,5M€); Colidio, attaquant (Boca Juniors, 7M€); Vecino, milieu de terrain (Fiorentina, 24M€); Dalbert, défenseur (Nice 20M€ + bonus); Cancelo, défenseur (Valencia, Prêt); Bastoni, défenseur (En prêt jusqu’en 2019 à l’Atalanta,); Karamoh, attaquant (Caen,Prêt) Ventes: Carrizo, gardien (Monterrey, fin de contrat); Palacio, attaquant (fin de contrat; Gyamfi, défenseur (Benevento, 0,28M€); Eguelfi, défenseur (Atalanta 4,5M€); Dimarco, défenseur (Sion, 4M€); Miangue, défenseur (Cagliari, 3,5M€); Banega, milieu de terrain (Séville, 9M€); Caprari, attaquant (Sampdoria, 13M€); Gravillon, défenseur (Benevento, 1,5M€); Andreolli, défenseur (fin de contrat); Bakayoko, attaquant (Sochaux, Prêt); Medel, défenseur (Besiktas, 2,5M€+bonus); Murillo, défenseur (Valencia, Prêt); Kondogbia, milieu de terrain (Valence, Pret); Jovetic, attaquant (Monaco, 11M€); Manaj, attaquant (Granada, Prêt); Ansaldi, défenseur (Torino, Prêt) Quelle note donneriez-vous à l’Inter ? Pour le Corriere dello Sport et la Gazzetta dello Sport, il s’agit d’un 7/10 ! @Antony Gilles – Internazionale.fr
×