Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'fiorentina'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Groupes de produits

  • T-Shirts Collection 2020
  • T-Shirts Logos
  • T-Shirts Art Portraits

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

46 résultats trouvés

  1. C’est ce que l’on appelle un retour de karma…Selon Calciomercato.com le destin de Federico Chiesa à l’Inter est lié à celui de Luciano Spalletti à la Fiorentina ! Si Antonio Conte est prêt à tenter le paris avec l’Italien, afin qu’il puisse être une seconde flèche qui plante 15 à 20 buts par saison, la loi de Murphy a parlé: "Marotta lui-même a fait comprendre à la Fiorentina qu’elle demande trop d'argent". "Pour faire diminuer la prétention économique de la Viola, la solution pourrait être trouvée grâce à Spalletti, qui, s’il est encore sous contrat avec l’Inter jusqu’en juin 2021, pourrait reprendre le poste de Iachini sur le banc florentin » "Il pourrait porter avec lui à Firenze son fidèle Nainggolan. Chiesa longtemps dans le collimateur de la Juventus pourrait être soufflé par la concurrence, comme ce sera peut-être le cas avec Kumbulla, mais surtout Tonali." L’article oublie de mentionner qu’en cas de signature à Florence, l’Inter s’épargnera un an de salaire destiné le natif de Certaldo. Vous sentez-vous encore capable de soutenir Luciano Spalletti ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Giuseppe Marotta est l’Administrateur-Délégué de l’Inter et lorsque celui-ci se livre à la presse, autant dire qu’il ne fait pas dans le détail. Internazionale.fr a donc le plaisir de vous relayer les interviews qu’il a octroyé à la Gazzetta Dello Sport, à Sky Sport, et au Corriere Della Sera. Bonne lecture à tous ! Il Padrino à la Gazzetta Dello Sport Lautaro Martinez "Il est difficile de se prononcer sur son futur. Toutefois, je tiens à lui dire de rester concentré sur le présent, il y a une saison qui reprend, des objectifs à atteindre, cela peut apporter des satisfactions. Les joueurs doivent être des protagonistes. La volonté du Suning n’est pas de vendre Lautaro : il est jeune, il a le futur devant lui et c’est un élément fonctionnel pour Conte. Ensuite, c’est évident qu’il y a une clause libératoire ..." Que voulez-vous dire ? Que le raisonnement peut changer après le 7 juillet ? "Je ne sais pas à quoi pense Barcelone, peut-être ont-ils aussi des alternatives… J’espère qu’ils ne paieront pas la clause. En cas de départ, un joueur de très grande valeur arrivera à la place de Lautaro." L’Inter réalisera-t-elle un coup économiquement aussi important que celui de Lukaku, l’été dernier ? "C’est ce que je viens de dire : si Lautaro vient à partir, un Top Player arrivera. Mais dans ce mercato, au niveau européen, la vrai difficulté ne consistera pas à acheter, mais parvenir à vendre." "Je ne suis pas pressé : je comprends cette envie de donner des noms, mais il faut attendre la fin de la saison et voir les clubs qui seront en mesure d’établir des programmes dans le futur. Je tiens à dire une chose, de façon général, les opérations à la Neymar où l’on voit une équipe arriver et transférer un joueur autre part, ne se reverront plus avant de très nombreuses années." Nous allons citer un nom : Cavani "C’est l’une des opportunités, il fait l’objet d’un monitoring étant donné qu’il s’agit d’un joueur en fin de contrat. Mais je ne souhaite pas approfondir la question. En ce moment, il semble plutôt loin de l’Inter." Avec vous, le club a épousé une ligne de conduite italienne. Il y a un an ce fut Sensi et Barella. Maintenant, il est question de Tonali et Chiesa. "On ne peut pas nier que ce sont deux talents. Pour Chiesa, la Fiorentina a des attentes économiques élevées, c’est la raison pour laquelle, actuellement, nous n’avons pas échangé avec eux." Commisso en demande 70 millions ? "Peut-être encore plus..." Et Tonali ? "Il est plus abordable, c’est une opération qui peut se construire de la meilleure des façons. Et c’est un garçon qui est encore en phase de croissance." Mais n’avez-vous pas, sur le Mercato, un petit avantage sur vos rivaux avec la vente d’Icardi ? "Nous avons été bons, c’était une opération très difficile. Nous avions, chez nous, un objectif déterminé favorisé par un délai fixe. Celui de la date du rachat." 50 millions + 8 de bonus : N’est-ce pas peu lorsque l’on repense à Icardi avant l’exposition de cette situation ? "Les opérations de mercato doivent être contextualisées. Celle-ci a été définie dans une période difficile d’un point de vue financier. Il est inutile de repenser à hier, ni même de songer au lendemain. L’accord d’aujourd’hui est satisfaisant. Nous avions fait un choix, il y a un an, sur la base du projet technique et ça a été respecté." Est-ce que l’Inter du futur sera construite autour d’Eriksen ? "Le danois est un joyau, c’est un grand joueur. Conte est le Chef d’orchestre, c’est à lui que revient la création d’un juste équilibre tactique. Ces deux derniers mois nous ont donné des indications pour mieux se connaitre. Cela vaut aussi bien pour le joueur que pour Conte." Faisons un bon dans le temps, à la fin du mercato. L’Inter du prochain championnat, partira d’égale à égale avec la Juventus ou y aura-t-il encore une distance à colmater ? "Je ne regarde pas les autres. Avec l’avènement de Conte, une croissance a été constatée, aussi bien sur le plan culturel que sportif. A présent, il ne faut plus s’imposer de limites, le niveau se doit d’être relevé. J’estime que nous allons de l’avant en étant mandaté par Suning, le propriétaire. Nous voulons la victoire." Vous avez une occasion avec la Coupe d’Italie... "Je la vois devant nous, même si elle semble un peu loin actuellement. Nous devons chercher à récupérer ce titre." Croyez-vous au Scudetto ? "J’ai vu une équipe très motivée à l’entrainement, comme son entraîneur. Cela me fait plaisir. Dans un championnat aussi anormal, tout peut arriver. Je connais la force des adversaires, mais nous devons avoir de l’ambition. Ensuite, il faudra avoir certaines circonstances favorables, comme ne plus connaitre de blessures dans les moments-clés." Marotta, avez-vous un désir personnel ? "Partir à la retraite avec d’autres titres gagnés… Avec l’Inter bien sûr." Beppe à Sky Sport Le futur de Lautaro "Nous voulons renforcer la structure de l’équipe, au sein de celle-ci se retrouve une personnalité importante comme Lautaro, un jeune très intéressant qui est en passe de devenir un champion grâce au travail de Conte, au soutien du Club et grâce à lui-même." "L’Inter ne compte pas le vendre, mais compte se renforcer, nous suivrons cette ligne de conduite. Il y a une clause qui arrive à échéance le 7 juillet. Nous verrons ce que fera Barcelone. Passé ce délai, si nous sommes encore ensemble, nous discuterons. Ce qui compte aujourd’hui, c’est qu’il se mette au service de l’équipe, qu’il y apporte une contribution importante." Tonali ? "La ligne Marotta n’existe pas, c’est le projet Inter qui existe, celui de créer un modèle mixé entre les jeunes et les moins jeunes. Avec les jeunes, tu ne peux pas gagner, tu gagnes avec des jeunes et des joueurs d’expériences. Il faut donc trouver quelques joueurs déjà prêts et quelques jeunes italiens, et mixer le tout dans un équilibre financier et économique." Icardi ? "C’est une opération très positive, le droit de rachat a été exercé par le PSG, avec une légère révision que nous avons garantie. Toutes les parties sont satisfaites. C’était un parcours que nous avions débuté l’année dernière, et qui s’est conclu avec satisfaction. J’en suis fier." Nainggolan ? "L’objective de l’Aire Technique est de favoriser ses propres ressources, Nainggolan est une personnalité importante. Lorsque son prêt à Cagliari prendra fin, il reviendra chez nous. Nous déciderons tous ensemble et nous évaluerons quel sera le meilleur futur pour tous." Si je vais quitter l’Inter ? "Ce sont des Fakes News, je me sens très bien à l’Inter et je n’ai aucune raison de me lamenter. Et il y a aussi la volonté de l’Inter. De mon côté, j’apporte une très grande motivation et je ressens de très grandes satisfactions à faire ce travail, je le continuerai avec beaucoup de plaisir. J’espère être en mesure de prendre et d’apporter, à tous les interistes et au propriétaire, de belles satisfactions en termes de conquêtes de titres." Le Scudetto ? "Aucune possibilité n’est absolument écartée, nous devrons reprendre avec la même détermination qu’au début de la saison, période où nous avions récolté de très importants fruits. Il reste encore 13 matchs à disputer et beaucoup de points à disposition. Une des caractéristiques les plus belles de ce monde est l’imprévisibilité. Prenons-là comme un slogan et comme un objectif à atteindre." Comment avez-vous vécu ces mois d’arrêt et cette reprise qui prend forme ? "Je dois vous dire que de mon côté, il y a une grande préoccupation, surtout que nous sommes dans un contexte territorial particulièrement difficile avec la mort qui serpente à une grande fréquence. Je crois que c’est assez normal d’être préoccupé. Le sport est une façon de voir la vie, la reprise de cette activité servira à essayer de mettre de côté cette mauvaise période". Hier le conseil Fédéral a décidé de miser sur les playoff et playout et de faire usage de l’algorithme comme plan C en cas de nouvel arrête de la compétition. Le Président Gravina a dit qu’il s’agissait de la victoire du Calcio. Une déclaration suite à sa sortie ? "Je crois qu’il n’y a ni gagnant, ni perdant, c’est une situation que je juge assez anormale. Nous avons été pris par derrière par le Conseil d'Administration, c’est une gifle morale, nous avons perdu notre "revendication". 3 votes contre et 18 votes pour en délibération, le tout en faveurs d’une ré-interprétation gouvernementale qui ne reflète pas pleinement l’importance spécifique d’un championnat." Comment changer ? "Je ne critique pas les hommes. Gravina est un dirigeant de grande expérience, il est compétent et je l’estime. Aujourd’hui, je peux critiquer le système de gouvernance du Football en Italie, un système ancré dans la volonté d’une prise de décision qui dépend de beaucoup de composants." "J’espère que la Serie A aura sa propre autonomie à l’instar de ce qu’il se passe en Angleterre, qui garantit à l’ensemble du système le respect des valeurs et l’objectif social des autres championnats." Faisons un pas de retrait. Il y a eu beaucoup de polémiques ces derniers mois sur la façon dont a été gérée la phase d’étude de la reprise. Est-ce que l’on aurait pu tout faire d’une façon plus sereine ? "Je crois que oui et je fais mon autocritique. Nous à l’Inter, nous avons parlé peu par respect à la pandémie et suite aux préoccupations auxquelles nous étions confrontés. C’était un silence fort de préoccupation pour nous tous, nous qui partagions le sentiment de notre jeune président. Sa première pensée a été de mettre tout le monde en sécurité, tous ces milliers de personnes dépendant de l’Inter." "Je crois qu’il serait utile de faire preuve d’une meilleure sensibilité que ce que nous avons connue, surtout dans les déclarations. La fenêtre médiatique qui a été offerte suite à cette pandémie n’aurait pas dû être un espace de confrontations entre factions, mais elle aurait dû être évaluée en termes d’analyse d’un scénario qui ne touche pas seulement cette saison, mais aussi les deux prochaines, aussi bien au niveau calendrier mais également au niveau de l’impact économique suite à ce blocus forcé." Pour manifester vos préoccupations, Zhang avait fait usage de tons très dur il y a deux mois, en visant quelqu’un... Vous-a-t-il présenté des excuses ? "Steven a été mal compris dès le début, sa sortie a été le fruit d’une forte préoccupation vu ce qu’il se passait en Italie et vu qu’il savait ce qu’il s’était déjà passé en Chine. La préoccupation et l’alarmisme envers cette situation ne pouvait, comme cela s’est produit, que dégénérer à un moment ou un autre." "Je tiens à rappeler qu’il y avait de sérieux doutes quant au fait de disputer la rencontre face à la Juve à portes ouvertes. Notre président a lancé un signe prémonitoire, ensuite l’épidémie a dégénéré avec des milliers de morts." Vous allez reprendre avec la Coupe d’Italie ou vous serez appelé à faire une remontée sur le Napoli. N’est-ce-pas désarçonnant vu le calendrier établi ? Allez-vous envoyer la Primavera au San Paolo en Coupe d’Italie ? "Nous avons aussi manifesté notre pensée critique vis-à-vis d’un contexte plus général, celui représenté dans le Monde du Calcio. Je voulais envoyer un message : Nous reprendrons seulement si nous sommes en totale sécurité, une sécurité garantie pour nos joueurs et pour nos employés. A présent, il semble juste de reprendre de la meilleure des façons, sur la base d’un protocole rédigé par le Ministère de la Santé grâce aussi à la Lega Calcio." "S’il est respecté, nous pourrons nous y aventurer avec moins de préoccupation dans cet épilogue étrange et si particulier. Cela nous conduit toutefois à une réflexion à approfondir. En un mois et demi, nous devrons disputer 15 matchs, Getafe compris, ce qui impliquera très certainement un facteur stress et mental important et un risque de blessures pour des joueurs qui reviennent d’une période de repos forcé, une situation à laquelle nous n’avons jamais été confronté." "Nous ferons les comptes à la fin, mais je crois que notre préoccupation est absolument légitime." Que pensez-vous de cette possibilité de disputer les playoff et du facteur "algorithme" ? "Je perçois ces playoff et les playout comme une situation éliminatoire extrême. Je suis convaincu qu’à partir du 20 juin nous aurons plus de possibilités pour terminer le championnat. Dans ce contexte italien de grande difficulté liée à la pandémie Covid, je comprends l’appréhension de notre gouvernement qui a établi un protocole qui se devait d’être très rigide et qui impose la quarantaine en cas de joueur testé positif." "C’est peut-être une limite, mais cela représente un instant très difficile. J’espère que le Bon Dieu nous assistera et que nous concluerons le Championnat de façon naturelle." Il Padrino au Corriere Della Sera Quel est l’objectif de l’Inter ? "Celui d’avant, être protagoniste. Avec 13 matchs à disputer, tout peut arriver. Y aura-t-il une opération Lautaro-Barcelone ? "Lautaro représente un point de référence important pour l’Inter, nous n’avons pas la nécessité de le vendre. Il y a une clause libératoire de 111 millions d’euros qui se termine le 7 juillet. C’est la seule possibilité pour arriver à une vente. Le joueur peut attendre et grandir avec l’Inter." Lautaro veut le Barça… "Je discuterai avec lui, je dois lui faire comprendre qu’une possibilité de ce genre peut se représenter dans le futur, lorsqu’il sera mieux préparé." A quel point l’Inter raisonne-t-elle avec l’esprit Marotta ? "J’ai ajouté quelques éléments importants. L’entraineur et quelques joueurs. En janvier, il y a aussi eu Eriksen. L’Inter a une grande visibilité à présent et fascine. Nous avons retrouvé l'attraction de nos meilleures années." Eriksen reste un point d’interrogation… "Ce n’est pas une interrogation, c’est un bon joueur, Conte trouvera le juste équilibre." Nainggolan, Perisic, Sensi. Qui part et qui reste ? "J’ai une obligation. Ne pas déprécier la valeur de nos joueurs. Je les évalue tous avec l’entraîneur. Nous tenons à conserver Sensi." Pouvez-vous remporter la Coupe d’Italie et l'Europa League ? "Nous y participons pour y être protagoniste. La Coupe d’Italie est la plus proche, l’Europa League est la plus ambitieuse." On parle énormément de Cavani, Chiesa, Tonali… Quel type de joueurs recherche l’Inter ? "Des joueurs prêts, les jeunes italiens restent un objectif important. Il y a aussi les évaluations du marché. Chiesa n’est pas une obligation, il y a une distanciation. Il y a plus de facilité dans les échanges sur Tonali." Votre joueur secret reste-t-il Dybala ? "C’est l’un des plus grands talents. L’année dernière, il y avait de grandes sensations pour y arriver. Aujourd’hui, il se projette à devenir un des grands leaders de la Juve." Est-ce que Conte est aussi difficile avec un dirigeant aussi expérimenté que vous ? "C’est un grand professionnel, il se dédie à son travail, il a la passion et a d’excellentes statistiques. Avec ces promesses, tout est plus simple. C’est lui qui insuffle les dynamiques. Il a toujours eu du respect pour moi, pour le club et pour le Suning : il nous apportera des grandes satisfactions." Est-ce que l’objectif, l’année prochaine est de faire chuter la Juve de son piédestal et de remporter le Scudetto ? "Nous voulons augmenter la difficulté et le niveau qualitatif du Groupe Inter." Quelles sont les ambitions et les valeurs de Marotta et de l’Inter ? "J’ai travaillé à tellement d’endroits. Si je regarde mes deux dernières expériences, il y a des principes qui unissent Agnelli et Zhang. Le grand sens de l’appartenance, la culture de la victoire, du travail et de la passion. L’Inter, à présent, à l’ambition de revenir au sommet." Le saviez-vous ? Selon la Gazzetta Dello Sport, les personnalités qui ont voté contre, au Conseil d'Administration, sont Paolo Dal Pino, Beppe Marotta et Claudio Lotito, soit les trois représentant de la Lega Serie A au Conseil Fédéral Si la saison se joue sur la base de l'algorithme, le Scudetto ne sera pas assigné Selon le CIES, Beppe Marotta a réalisé une belle prouesse dans la vente d'Icardi. Le joueur ne valant plus que 46,8 millions d'euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Le directeur sportif de la Fiorentina, Daniele Pradè, a évoqué Federico Chiesa et son avenir dans une interview accordée à la radio italienne Radio Uno : "Nous voulons être un club d'arrivées, pas de départs." Pradè a suggéré que l'attaquant italien de 22 ans serait le bienvenu pour continuer sa carrière avec la Viola s'il le souhaite. "Pour la Fiorentina, ce serait un grand honneur, il faut être deux pour faire ces choses. Federico sait qu'il est un footballeur apprécié par le club, cela dépendra de lui." Enfin, Pradè a expliqué comment la Fio cherche à se développer plutôt que de se contenter de sa force et de sa position actuelles dans le football italien. "Nous l'avons déjà démontré en janvier en dépensant ces 70 M€. Nous avons clairement indiqué que la Fiorentina voulait grandir, en recrutant des joueurs pour la saison suivante, comme Amrabat et Kouame. Il y a l'idée de former quelque chose pour l'avenir. Nous avons un avantage sur les autres car nous avons déjà évolué sur le marché." L'Inter et la Juventus sont toutes les deux très désireuses de signer l'attaquant italien de 22 ans, qui est sous contrat jusqu'en 2022. Chiesa a disputé 26 matches toutes compétitions confondues cette saison, pour un total de 2117 minutes. Au cours de cette période, il a marqué sept buts et fourni cinq passes décisives. Les nerazzurri savent que Chiesa coûtera cher, mais ils espèrent financer l'accord pour le joueur avec l'argent gagné en vendant Lautaro Martinez à Barcelone. ®alex_j - internazionale.fr
  4. alex_j

    Des nouvelles du Ninja

    L'Inter pourrait offrir le Ninja à la Fiorentina dans un deal "Player + Cash" pour Federico Chiesa. L'Inter pourrait offrir Radja Nainggolan à la Fiorentina dans le cadre d'un accord pour Federico Chiesa, selon Tuttosport. La Fiorentina valoriserait Chiesa aux alentours de 60 M€ et l'Inter pourrait essayer de réduire les frais de transfert en offrant Nainggolan qui est apprécié par la Fiorentina. Nainggolan aura une valeur légèrement inférieure à 20 M€ cet été. Selon l'élaboration du transfert, l'Inter pourrait réussir faire un gain en capital. L'Inter reste très intéressée par la signature de Sandro Tonali de Brescia, qui, comme Chiesa, est l'une des perspectives italiennes les plus brillantes du moment. D'après les dernières infos, le club estimerait le jeune de 20 ans à plus de 40 M€. Il est également ciblé par la Juventus. Comment sera transformé le mercato pendant cette période de Covid-19 ? C'est là le point focal de l'interview que Marcello Carli, Directeur sportif de Cagliari a accordé à Sky Sport. "Nous venions d'un mercato explosif avec des montants en croissance exponentielle, à présent ce sera globalement plus raisonnable mais il est vraiment difficile de prévoir ce qui va se passer. Ceux qui ne seront pas obligés de vendre seront vraiment en position de force. Barella aurait coûté moins cher actuellement ? Le prix de certains joueurs restera quand même inchangé, là où ça va fortement influer, ce sera sur les joueurs qui valent 7 ou 8 millions, ils trouveront difficilement preneurs". En analysant les implications qu'aura la pandémie sur les finances des clubs européens, il s'exprime sur la situation relative au futur de Radja Nainggolan, arrivé en prêt de l'Inter l'été dernier : "Son recrutement a été un peu un imprévu dans notre stratégie sur le marché, c'est un joueur recruté pour faire office de porte-étendard pour le reste de l'équipe. En le recrutant nous étions convaincu de récupérer l'argent en faisant progresser les autres joueurs, c'est une opération judicieuse. Nainggolan à Cagliari la saison prochaine ? Ca n'aurait pas de sens d'en parler maintenant, il appartient encore à l'Inter et il a deux ans de contrat avec eux". Le contrat du ninja chez les rossoblu arrivera à expiration le 30 juin, mais la saison ira au-delà de cette deadline : "Nous n'y avons pas encore réellement pensé, mais la logique voudrait que le joueur reste avec nous jusqu'à la fin effective de la saison. Je ne pense pas qu'il y ait d'anomalie, la chose sera réglée en privée, je n'en doute pas".
  5. alex_j

    Chiesa reste à la Viola ?

    Federico Chiesa ne quittera pas la Fiorentina cet été et restera avec elle pendant une saison au moins selon le Corriere dello Sport. Ces derniers temps, l'ailier de 22 ans n'a pas manqué d'attirer les regards de l'Inter et la Juventus et des clubs étrangers auraient également montré un intérêt pour le transférer. Le journal continue en expliquant que le joueur lui-même est bien conscient de tous ces intérêts mais qu'il entretient d'excellentes relations avec le président et propriétaire de la Fiorentina, Rocco Commisso, ainsi qu'avec son bras droit Joe Barone. L'idée de Chiesa est de continuer avec la Viola au moins jusqu'en 2021 pour se former définitivement, puis verra ce qu'il se passera par la suite.
  6. Dans l’empire du milieu se trouve un homme mercato : Roberto Gagliardini. Arrivé en janvier 2017, il aura alterné les hauts et les bas avec un rôle de protagoniste sous Spalletti, et par moment, sous Conte. Révélation de Tuttosport L’actuel entraîneur de l’Inter estime le joueur pour sa capacité à s’insérer dans les espaces et pour ses qualités physiques qui sont uniques à l’Inter. Toutefois, l’ancien de l’Atalanta n’a totalisé que 16 matchs (11 fois titulaires et 2 buts au compteur). Gagliardini n’est pas seulement apprécié par Conte, mais également par le Club : C’est un garçon pro-positif et qui caractérise tout ce qui plait à Marotta. Objectivement il est italien et nous savons tous que l’ancien Administrateur-Délégué de la Juventus souhaite construire, dans le vestiaire, un groupe fort ayant un important sentiment d’appartenance à l’équipe. En somme, Gagliardini joui de la confiance de tout l’environnement Nerazzurro, de la Direction, en passant par l’entraîneur, sans oublier les équipiers. Monnaie d’échange En vu du mercato à venir qui sera énormément basé sur les échanges, Roberto Gagliardini pourrait représenter un joker important : Le Torino et la Fiorentina sont intéressés et c’est justement avec les Granata que l’idée d’échange a pris forme pour Izzo. L’Inter, pour son secteur défensif, observe Kumbulla et Vertonghen, mais l’ancien du Genoa pourrait aussi être un bijou à employer comme alternative à la ligne titulaire. Du coté de la Fiorentina, le même discours peut être tenu pour parvenir à singer Chiesa et Castrovilli. Gagliardini est également apprécié à l’étranger ou West Ham avait déjà tenté sa chance. Pour l’instant, l’Inter ne le cède pas, mais évalue son joueur à 25 millions d’euros. En fin de saison, il pèsera 13 millions d’euros sur le bilan. Roberto pourrait donc générer une plus-value importante ou être utilisé comme monnaie d’échange afin de parvenir au recrutement d’un joueur plus important... Comme Federico Chiesa par exemple. Valideriez-vous le départ de Roberto Gagliardini ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. La Vieille Dame deviendrait-elle radine ou encore plus sénile ? Quoiqu’il en soit après les rumeurs d’un changement de cap en regard au recrutement de Mauro Icardi, la seconde cible "laissée pour contre" se nommerait Federico Chiesa S’il y a un an, le joueur et le club turinois étaient prêt à acter un transfert, les cartes ont été totalement redistribuées avec l’arrivée de Rocco Commisso à la Présidence de la Viola. Son premier fait d’armes étant de blinder la pépite italienne: Federico est considéré pour l’heure comme intransférable, si ce n’est à sa demande. Et si tel est le cas, il faudra payer au prix fort la rivalité entre Florence et Turin. Partant de ce constat, Gianluca Di Marzio confirme la tendance. Pour le chroniqueur de Calciomercato L’Originale, la fenêtre de mercato a venir sera essentiellement composée d’échanges et de sommes peu importantes. Une philosophie loin de satisfaire Rocco Commisso. Reste à présent à s’accorder avec l’Inter, sur un nombre éventuellement important de contreparties techniques, Dalbert, Gagliardini, Nainggolan, étant des joueurs plus qu’appréciés du côté du Franchi ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Selon Sport Mediaset, en cas de transfert définitif de Mauro Icardi au Paris-Saint-Germain, l'Inter compte faire usage d'une partie de la plus-value dans le cadre du recrutement de Federico Chiesa. Si concernant Sandro Tonali, il s'agirait de 40 millions d'euros plus bonus en cash, voici le paquet cadeau promotionnel offert par l'Inter pour le fils d'Enrico : 20 millions d'euros Dalbert Radja Nainggolan Cette offre pourrait être revue en cas de départ de Lautaro Martinez, une piste qui semble pour l'instant connaitre un sérieux coup d'arrêt. Valideriez-vous l'acquisition de la pépite italienne sur base d'un tel package ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. La rivalité entre clubs peut parfois déboucher sur des situations inextricables. Si Steven Zhang avait déclaré en son temps qu’Icardi n’irait jamais à la Juve, Rocco Commisso a opté pour la même approche concernant Federico Chiesa, mais pas que... Révélation du Corriere Della Sera Avec l’arrivée de Commisso à la Présidence, Chiesa avait paraphé un nouveau contrat de 4 millions d’euros par saisons pour une durée de 5 ans, mais les cartes ont été redistribuées : "Commisso, il y a quelques jours, s’est montré ouvert à une cession de son étoile sous deux conditions : Que le joueur vienne le lui demander "Et jusqu’à présent, il n’est pas venu me voir, ni même Pradè, ni même Barone" Qu’une offre arrive en adéquation avec l’évaluation du joueur par la Fiorentina Et ce sera NON à la Juve." "Tout remonte à ce fameux Juventus-Fiorentina du 2 février dernier et de l’arbitrage qui a déclenché la furie de Commisso avant une très dur altercation verbale avec Pavel Nedved. Dès cet instant, les rapports entre la Viola et les Bianconeri ont refroidi jusqu’à devenir glaciaux." "Et c’est précisément à ce moment-là qu’à pris forme, dans sa tête, la décision de Rocco : Chiesa, tout comme les autres bijoux de la Casa Viola, comme Gaetano Castrovilli, n’iront jamais à la Juve." "C’est évident que les Bianconeri, tout comme l’Inter, ont mis Federico au sommet de la liste de recrutement, mais si avec les Nerazzurri Commisso est prêt à traiter, à la condition que Chiesa le demande, avec Paratici, il dressera un mur. Le plus heureux étant Giuseppe Marotta qui est prêt à offrit à Conte l’un de ses joueurs préférés, pour une Inter encore plus Azzurra." Un Rocco qui se tape la Vielle Dame… On dit merci qui ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. C’est une information signée Tuttosport : La Fiorentina serait plus enclin à négocier le transfert de Federico Chiesa avec l’Inter, plutôt qu’avec l’ennemi-juré de la Juventus. En effet, Les deux clubs sont depuis très longtemps admiratifs des performances de l’ailier italien, qui évolue à la Fiorentina. Toutefois, Tuttosport affirme que la Fiorentina accordera un traitement préférentiel à l’Inter dans le cas où celle-ci présenterait une offre similaire ou plus importante que celle de la Juventus. Le quotidien turinois enchaîne en soulignant que depuis l’arrivée de Rocco Commisso au pouvoir, qu’il était devenu extrêmement difficile pour la Juventus de négocier avec la Viola. En conséquence, la Juve aurait pris acte de cette situation et aurait décidé de se tourner vers Ferran Torres qui présente un profil similaire à l’inaccessible Chiesa. Cette saison Chiesa a disputé 26 matchs toutes compétitions confondues pour 7 buts marqués et 5 passes décisives. Êtes-vous partant pour signer Federico au nez et à la barbe de la Vieille Dame ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. L'un des objectifs pour le prochain mercato du club reste Gaetano Castrovilli. Selon la Gazzetta ce n'est plus un mystère. Le quotidien avance aussi que la piste Federico Chiesa est toujours d'actualité, suivi également par la Juventus. Pour Castrovilli, Marotta et Ausilio ont déjà devancé la concurrence puisque les premiers contacts datent d'octobre, et le dialogue s'est approfondi par la suite. Cependant il ne sera pas simple de négocier avec Rocco Commisso. La Fiorentina demanderait plus de 40M€. Pour rappel l'offre de cet hiver du Napoli (35+5) fut refusée. Comme souvent des contreparties peuvent être intégrées pour faire baisser la note. De l'étranger il n'y a eu que des prises de renseignements, d'Angleterre ou du Borussia Dortmund. Conte OK L'entraineur le voit déjà en mezzala. Il sait aussi être un bon joker et sait se porter au but. En Serie A seul Boga de Sassuolo dribble plus que lui. Ce sont les nombreuses raisons qui ont poussé la direction a faire le push sur Castrovilli et tenter de devancer la Roma, le Napoli, et la Juventus pour s'attacher les services du natif des Pouilles. ®gladis32 - Internazionale.fr
  12. C'est peut être les deux premières transactions du prochain mercato. Cristiano Biraghi et Dalbert ont fait le chemin inverse l'été dernier, entre la Fiorentina et l'Inter. Pour le moment que prêtés, les clubs semblent apprécier les performances des deux latéraux. La Viola serait donc prête à le racheter, à hauteur de 10M€, ce qui est quasi le montant de rachat de Biraghi par l'Inter. Pour rappel ce n'est qu'un prêt sec pour le brésilien, sans anticipation de montant de rachat, au contraire de Biraghi (12M€). Bien qu'arrivé comme une alternative à Kwadwo Asamoah, l'italien est devenu titulaire dans le système de Conte au fil des matchs. Il peut aussi être très utile pour les listes UEFA, étant un pur produit du centre de formation. Dans le même temps, Dalbert s'est très bien intégré au collectif florentin avec 23 matchs de Serie A et six passes décisives. Qu'en pensez-vous ? Gagnant gagnant ? ®gladis32 - internazionale.fr
  13. Quelques jours après un match de Serie A nébuleux, l’Inter d’Antonio Conte a relancé la machine en se qualifiant pour les demi-finale de la Coupe d’Italie, en s’imposant 2-1 face à la Fiorentina. Ce match, qui se produisait devant 50.000 tifosi, verra l’Inter dominer la rencontre, et accéder à un stade de la compétition qui n’avait plus été atteint depuis 4 ans. L’ouverture du score arrivera en toute fin de première mi-temps où dans une action improvisée, Lautaro réalise un parfait une deux avec Candreva qui n’a plus qu’à la pousser au fond. A l’heure de jeu, le but de Martin Caceres, fautif sur Lautaro, sera validé. La 67ème minute de jeu verra Christian Eriksen débuter sous le maillot de l’Inter et être au premières loges pour assister au but décisif d’un Nicolo Barella retrouvé L’Inter, rencontrera dans cette phase de match-aller de retour de la compétition, le Napoli. L’autre demi-finale mettra aux prises le Milan face à la Juve Le saviez-vous ? Lors de sa montée sur le terrain, afin de simplement s’y entraîner, Christian Eriksen, accompagné des réservistes a été accueilli d’une façon particulière : Le joueur a reçu effectivement une Standing Ovation de la part de toute le stade, le tout accompagné d’un chant personnalisé de la Curva. Le joueur a remercié les tifosi en les applaudissant et avec tant de pouces levé. L’aventure d’Eriksen débute sous les meilleurs hospices! Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 2-1 Fiorentina Buteur(s): 44’ Candreva (I), 60’ Caceres (F), 67’ Barella (I) Inter: 1 Handanovic; 2 Godin, 13 Ranocchia, 95 Bastoni; 87 Candreva (74’ 11 Moses), 8 Vecino, 23 Barella, 15 Young; 7 Sanchez (67’ 24 Eriksen); 10 Lautaro Martinez, 9 Lukaku (88’ 30 Esposito) Banc: 27 Padelli, 46 Berni, 20 Borja Valero, 21 Dimarco, 31 Pirola, 32 Agoume, 33 D'Ambrosio, 34 Biraghi, 37 Skriniar T1: Antonio Conte Fiorentina: 1 Terracciano; 4 Milenkovic, 17 Ceccherini, 22 Caceres; 21 Lirola (85’ 18 Ghezzal), 24 Benassi, 78 Pulgar, 5 Badelj (55’ 63 Cutrone), 29 Dalbert; 25 Chiesa (80’ 11 Sottil), 38 Vlahovic Banc: 69 Dragowski, 33 Brancolini, 6 Ranieri, 15 Olivera, 16 Eysseric, 19 Montiel, 23 Venuti, 27 Zurkowski, 93 Terzic T1: Giuseppe Iachini Arbitre: Doveri Var: Mazzoleni Averti(s) : Caceres (F), Dalbert (F), Iachini (F), Sottil (F) Expulsé(s) : / Affluence : 51.431 tifosi ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. En effet, Le "Movialista" maison Tiziano Pieri, soit un ancien arbitre de Serie A s’est livré à Rai Sport. Pour lui, Doveri a commis une erreur d’arbitrage en validant le but de Martin Caceres "Martin Caceres, l’auteur du but, n’as pas donné la possibilité à Lautaro Martinez de sauter, commettant ainsi une charge non sifflée, ce qui génère donc un but qui doit être refusé." "L’Inter a toutefois été graciée quand Doveri n’a pas pris en compte le fait que Diego Godin a ceinturé le même Caceres qui s’est retrouvé dans la surface de réparation. Il a en effet tenu compte d’une précédente faute sur Ranocchia." "Dans le cas contraire, il aurait pu siffler éventuellement un penalty pour la Fiorentina alors que le score était de 2 à 1 pour les Nerazzurri." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Antonio Conte et quelques joueurs se sont livrés en conférence d’après-match suite à a qualification de l’Inter en demi-finale de la Coupe d’Italie Antonio Conte Pensez-vous à un autre investissement en attaque ou Eriksen peut-il jouer en attaque ? "Eriksen ne peut pas jouer attaquant, il peut occuper tous les postes au milieu du terrain, mais il ne peut pas être attaquant. C’est mon jugement technique. Je ne m’attends à rien, nous avons travaillé de façon intelligente et fonctionnelle pour améliorer le noyau." Les objectifs étaient de viser Young, Moses et Eriksen. Il est aussi juste que le Club et moi-même nous exprimions sur cela. Je peux dire que cela me convient et le club pourrait ne pas être d’accord." "Nous allons chercher à faire de notre mieux, comme nous l’avions toujours fait jusqu’à présent. Nous avons réalisé un mercato fonctionnel, je veux remercier Politano et Lazaro pour leur professionnalisme. Ce sont des garçons qui se mettaient à disposition et je tenais à les remercier." Comment l’arrivée d’Eriksen changera l’Inter ? "Il ne s’est entraîné avec nous qu’hier. J’ai du le catapulter sur le terrain. Je n’ai jamais fait ça, car les joueurs doivent avant rentrer et assimiler notre idée du football. Aujourd’hui, j’ai improvié le modulo, en tenant compte du fait que Borja Valero et Sensi étaient indisponibles." "Je n’avais que Vecino et Barella, j’ai donc forcé la situation. Ce modulo peut s’avérer être une solution adaptée avec lui en Trequartista, mais il peut occuper n’importe quel poste : Il voit le jeu, il est intelligent. Dès demain, il va comprendre et assimiler les mouvements à respecter." Barella peut-il jouer en Regista ? "C’est un joueur éclectique il peut jouer où il veut au milieu. Aujourd’hui, il l’a très bien joué, en s’insérant bien aussi dans les contres. Il retrouve son niveau d’avant sa blessure. Sensi paie cette condition physique, comme lui l’a payé. Il est en pleine croissance, il s’est montré très bon devant la défense. C’est une solution qui pourrait s’avérer accommodante." Sur le match "Vu ce que nous avons créé, c’est une victoire méritée. Nous sommes heureux d’aller en demi-finale et d’affronter une équipe de qualité comme le Napoli. Nos voulons aller de l’avant dans toutes les compétitions, pour acquérir de l’expérience et nous améliorer." "Aujourd’hui, c’était une partie importante pour aller de l’avant. Cela peut arriver de faire des matchs nul. Après Cagliari, j’ai dis au garçons que nous avions obtenus plusieurs occasions pour tuer cette rencontre, comme cela s’est produit aussi ce soir." "Nous devons récupérer quelques joueurs : Vecino et Barella étaient les uniques opérationnel. J’ai du forcer l’entrée au jeu d’Eriksen qui est avec nous depuis hier. Il a de la personnalité, il a élevé le niveau de qualité. Je me souhaite de récupérer les joueurs blessés car nous avons moyens de rester au contact." Eriksen attaquant ? "Cela devient difficile, même s’il adapte facilement. Il est très intelligent, il parvient toujours à se trouver au bon endroit. Aujourd’hui, avec ce modulo, il a montré savoir occuper le poste de Trequartista pour faire face aux absences de Brozovic et Sensi. Eriksen peut occuper plusieurs postes." Barella? "Il grandit, lui tout comme Sensi après sa blessure, a besoin de jouer pour retrouver le rythme de la rencontre. Il a réalisé aujourd’hui une très belle partie, aussi bien dans le milieu à deux, que devant la défense. C’est un joueur intelligent avec des qualités et de l’énergie. Il sait tirer de l’extérieur du grand rectangle et marquer des buts, comme il l’avait déjà prouvé face à Vérone." Trois attaquants ? "C’était un choix forcé, à cause du fait que je n’avais que deux milieu à disposition. Nous verrons dans le futur, si Eriksen parviendra à recouvrir ce rôle de Trequartista. Mais il y faut y travailler plus. J’ai pris connaissance de certains problèmes qu'hier et j’ai du faire des modifications. C’est une option possible, mais nous devrons y travailler bien plus." Diego Godin "Nous nous sommes bien trouvé dans ce 3-4-1-2. Dans ce mano à mano, nous avons pris le meilleur. La Fiorentina s’est bien défendue. Nous avions des difficultés à trouver des espaces, à nous créer des occasions de but. Mais au final, nous avons persévéré et nous l’avons emporté. A présent, nous allons disputer la demi-finale." Le second but ? "C’est un très beau but, il y a tant de travail derrière cette action. Nous travaillons toutes les semaines les différents déplacement dans ce genre de phase de jeu. Aujourd’hui, nous avons aussi fait une belle prestation défensive. Nous sommes sur la bonne route, et nous devons continuer à suivre ce chemin." Antonio Candreva "Nous avons réalisé une excellente partie. Nous tenions à passer ce tour. Dès demain, nous penserons au championnat, ce sera un match à l’extérieur qui s’avèrera difficile." Ma célébration ? "C’était un délire avec Lautaro, je l’avais déjà réalisé face à la Spal à domicile." Le 3-4-1-2? "Nous avions travaillé depuis plusieurs jours sur une telle alternative. Ce résultat t’apporte de la confiance, surtout après les trois matchs nul enregistré. Nous repartons d’ici" Nicolò Barella Vous ne marquez que des buts splendides..... "Je dois apprendre à en inscrire des plus simples. La victoire était, forcément, ce qu’il nous manqué lors de ces dernières matchs. Aujourd’hui nous la voulions tant, nous la méritions. Parfois, nous ne parvenons pas à récolter ce que nous venons de semer. Mais nous sommes heureux." Le Napoli en demi-finale ? "Je m’attends à un match difficile, lorsque tout se resserre, cela devient difficile. Mais c’est notre objectif et nous y tenons. Cela me fait plaisir d’avoir marqué dans toutes les compétitions." "Ce n’est pas tant pour un record, mais pour le fait de voir mes buts venir en aide à l’équipe. Eriksen est un très grandissime joueur, et il nous aidera à encore plus élever notre niveau. Il est bien accepté." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Voici l'interview d'après match de Borja Valero : "C’est dommage de ne pas être parvenu à l’emporter, c’était le plus important. C’était très touchant de revenir au Franchi. C’était mon dernier match dans ce stade, il y avait donc tellement d’émotions. Il fallait se battre jusqu’à la dernière seconde, dommage de ne pas y être parvenu." Peut-on dire que l’Inter est fatiguée ? "Cela se voit que nous étions cuits. Nous avons tant de joueurs qui ont disputé toutes les rencontres, et tant de blessés. Mais nous ne pouvons pas chercher d’alibis ou d’excuses. Nous devons continuer à nous battre et à vouloir prendre les trois derniers points encore en jeu pour finir en beauté 2019." Que vous a dit Conte après l’élimination en Ligue des Champions ? "Il sait très bien comment on vit ce moment. C’était un match important que celui pour la Champions mais nous avons immédiatement pensé à celui de Florence. Nous devions tout de suite nous remettre à gagner et partir au combat. Nous devons le faire aussi pour retourner dans la compétition. Nous devons faire de bonnes choses en championnat. Faire le maximum pour récolter des points et retrouver la Ligue des Champions sans oublier de nous battre pour quelque chose d’important, si nous faisons cela, tout sera possible." Vous êtes blessé ? "Oui à la cuisse, j’ai eu un peu mal et j’ai demandé le changement." ®Antony Gilles - internazionale.fr
  17. Cible du Corriere Dello Sport ce vendredi, Antonio Conte a sorti -à juste titre- la sulfateuse lors de la conférence d’après match. Antonio Conte sur Inter TV "Au niveau de la prestation, nous nous sommes créés des occasions pour inscrire des buts. Cependant nous ne les avons pas concrétisé et nous avons encaissé un but qui fait mal. C'est cela depuis nos trois dernières sorties, face à la Roma, Barcelone et ici Florence. C’est dommage car aujourd’hui, nous avons proposé une belle partition en défense. C’est décevant de prendre un but à la 90’ sur un contre. Tout en étant déçu, cela veut dire que nous devons travailler encore plus, évaluer les situations et nous améliorer. Cela fait partie de la progression. Il faut se montrer patient, en cherchant à travailler et à nous améliorer. Il faut vouloir faire mieux." Êtes-vous encore vif, incisif ? "Certainement. Il ne faut pas oublier que nous avons évolué sur un terrain difficile, comme peut l’être celui de Florence. Nous méritions la victoire. Nous avons fait preuve de maturité, en concédant peu." "Nous avons engrangé peu de points comparé à d’autres fois. Nous devons faire preuve de patience, d'envie et de travail. C’est un peu tout ce qui tourne autour qui me laisse amer. Je préfère ne pas penser aux suspensions de Lautaro et Brozovic, cela va me provoquer de l’anxiété. J’étais déjà inquiet avant cela et vu les situations où j’ai déjà dû espérer et prier en espérant que plus rien n'arrive à personne... Pourtant ce sont des situations déjà connues, qui se répètent. Nous avons du mal aujourd’hui à trouver quelque chose, mais je vais y songer durant la semaine." C'est sur Sky Sport qu'il a vu rouge Premier à annoncer la maladie de Mihajlovic avant même sa conférence de presse. Puis il y a eu le cas du Black Friday avec Lukaku et Smalling en couverture et à présent Conte… Le quotidien a un passif, mais là le coach a explosé avec en ligne de mire Ivan Zazzaroni, le directeur du Corriere Dello Sport : Mais d'abord retour sur la prestation : "Nous avons engrangé moins de points lors de ces deux derniers matchs. Face à Barcelone, nous avons payé le fait de ne pas avoir marqué et d’avoir concédé deux occasions où nous aurions pu faire mieux. Aujourd’hui c’était une belle réponse de l’équipe. Je suis déçu car nous méritions plus lors de ces dernières parties. Nous devons chercher à nous améliorer dans toutes les situations." Trois matchs sans victoire, est-ce la fatigue ou autre chose ? "Aussi bien face à la Roma, que face à Barcelone, ou aujourd’hui, nous aurions pu parler de trois potentielles victoires. Je ne pense pas que j’’ai quelque chose à incriminer aux garçons sur leur engagement et leur détermination. C’est un processus de croissance, nous devons chercher tous à avoir la volonté d’être patient. Si nous ne le sommes pas et si nous pensons pouvoir remporter chaque rencontre car nous nous appelons l’Inter, cela ne va pas le faire, ce n’est pas encore le cas." Êtes-vous déçu de ne pas avoir tuer le match ? "Nous avons eu des occasions, même en seconde mi-temps. Nous parlons de joueurs qui jouent toujours, qui par la force des choses sont toujours les mêmes. La fatigue nous le fait un peu payer. C’était un terrain difficile et je suis amer d’en être ressorti qu’avec un point." Un apport mineur des attaquants aujourd’hui… "Ils sont en bonne condition physique, mais lorsque tu joues 7 matchs en 21 jours, cela te coute forcément quelque chose. Il y a des situations particulières à annexer comme la blessure de Sanchez qui aurait pu les appuyer. Je peux juste les remercier, ils ont besoin de se reposer, mais je ne peux pas me le permettre." Aujourd’hui, nous vous avons vu reculer. Quel est l’impact d’avoir pris un but comme celui-là lors d’un match aussi tactique ? "Ce sont des situations que je vais analyser et travailler. Je suis déçu d’avoir pris un tel but en contre. Nous devons évaluer le tout avec calme et travailler en étant plus précis." Un feu minier s'est déclaré depuis l’annulation de la conférence de presse : "Tout est entre les mains de l’avocat, nous allons en justice. C’est un choix de l’Inter, pas de mon fait. Nous parlons ici de respect et cela a pris une tournure personnelle. C'est fait par des gens qui n'ont pas l'habitude de manager, qui ne pensent qu'à leur propre personne. Si tu voulais faire un exemple, tu devais le faire avec toute la catégorie afin de ne pas manquer de respect. Ici c'en est un, clairement. Je suis surpris, personnellement que l’USSI (Union des médias sportif italiens) a fait cette déclaration, c’est absolument honteux." "On me manque de respect et ce serait à moi à m’excuser ? Un jour, ils font un titre sur le racisme alors que le monde entier rigole d'eux. Un autre ils anticipent la conférence de Mihajlovic. Et il y a encore autre chose cette fois. Tous doivent s’imposer une limite, il faut y mettre un frein. Celui qui possède le stylo ne peut avoir autant de puissance et d'irrespect. Nous avons demander à voir qui est à l’origine de cet émail, il pourrait aussi s’agir d’un mail fantôme. Nous verrons..." ®Antony Gilles - internazionale.fr
  18. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer la feuille de notes de Daniele Mari, le directeur de FcInter1908.it, suite au match nul entre l’Inter et la Fiorentina. Titulaires HANDANOVIC 5,5 : Le tir de Vlahovic est très beau, mais il reste surpris. Comme Skriniar. SKRINIAR 5 : Trop naïf et un peu spectateur sur l’action de but de la Viola. Il accompagne Vlahovic comme lorsque l’on accompagne un enfant à l’école. Mais l’enfant l’a puni ici. DE VRIJ 6,5 : On lui a changé ses équipiers en défense, mais lui ne se laisse pas piéger et gère comme toujours de façon impeccable. BASTONI 6 : Une grande personnalité. Il prend ses responsabilités et s’impose dans les actions. Auteur de quelques erreurs de jeunesse, mas cela peut arriver, comme ce soir. Boateng l’a dominé trop facilement une série de fois. D’AMBROSIO 5 : Il semble plus à son aise dans la ligne de trois. Lorsqu’il doit apporter un apport offensif, il est inévitablement trop prévisible et facilement marquable. VECINO 5 : Trop mou. Dans une soirée comme celle d’aujourd’hui, il aurait dû mettre tant de fois le pied, il se balade sur le terrain de façon un peu trop hasardeuse, on se demande parfois s’il n’est pas trop perdu sur la pelouse. BORJA VALERO 7 : L’Inter, en prise avec un nombre de défection, a remis son sort dans ses pieds et ses idées. C’était son meilleur match au milieu de la saison. Et il le fait justement contre sa Fiorentina. BROZOVIC 6,5 : Grande passe décisive pour Borja Valero. Il lui a laissé les rênes du milieu et s’est effacé mais il est parti, comme toujours, à la recherche de ses équipiers. BIRAGHI 5,5 : Il fait que des centres, dans toutes les positions. Les vrais dangers de la Fiorentina sont venus de son secteur. Trop juste. LUKAKU 5 : Un copier coller de sa rencontre face à Barcelone. Il se crée des balles de buts et les ratent de façon incroyable. L’erreur face à Dragowski est trop grave. LAUTARO 6: Il marque mais son but est annulé pour une question de centimètre. Il est moins brillant, mais il était un danger constant pour la défense de la Viola. Le banc POLITANO 5 : Entrée horrifique. Il perd la balle qui coute l’égalisation et il ne parvient pas à tenir le ballon. Auteur de quelques fautes précieuses. Se déplace sans idée sur le terrain. Agoumé : Non côté Le coach CONTE 6 : Il avait tout pour rentrer à la maison, cette fois-ci aussi. Avec une formation en état d’urgence et c’est peu de le dire. Arrive la baffe en fin de match. Il doit travailler sur le mental pour que les siens puissent tuer le match. Et il devra le faire à domicile, face au Genoa, sans Brozovic et Lautaro. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Quelques jours après son élimination en Ligue des Champions et suite aux turbulences découlant d’un article du Corriere Dello Sport, l’Inter se déplaçait sur le terrain de la Fiorentina. Dans un match disputé à un rythme très peu élevé, l’Inter a dominé le début de la rencontre, en ouvrant la marque par l’ancien de la maison, Borja « Papy » Valero. Par respect pour ses anciennes couleurs il ne célèbrera pas son but. Ce but tombé très tôt dans la rencontre à la 8' minute fera en sorte que l’Inter pratique ensuite un match moyen. Lukaku parvenant à s’offrir lui-même son occasion 5 étoiles, hélas comme ce fut le cas contre Barcelone, il n’a pas été capable de battre le portier, en tirant tout simplement sur lui. Lors de la fin de son temps fort, l’Inter parviendra à doubler la mise à la 39’. Lukaku lancé à la limite du hors-jeu part en profondeur avant de servir Lautaro qui met à genoux Dragowski. Après intervention de la VAR, Romelu est plus qu’à la limite du hors-jeu, celui-ci étant flagrant. Il s’agit pour l’anecdote du 4è but refusé pour cette raison en 4 jours. Plus le temps passe, plus la Fiorentina prend l’avantage physiquement. Et en toute fin de match, elle parviendra à arracher le match nul des œuvres de Dusan Vlahovic. L’Inter est à présent co-leader avec la Juventus en proposant un bilan similaire de 39 points. Un résultat que bon nombre de tifosi n’aurait jamais songé en début de saison. Reste à présent la confrontation face au Genoa, le dernier match à disputer avant les fêtes et le retour des blessés, voir des renforts. Dans ce secteur la situation est plus que dramatique étant donné, qu’outre les blessés, Lautaro Martinez et Marcelo Brozovic, avertis ce soir, sont tous les deux suspendus ! Tableau Récapitulatif Fiorentina 1-1 Inter Buteurs: 8’ Borja Valero (I), 92’ Vlahovic (F) Var: 39’but refuse à Lautaro Martinez. Fiorentina: 69 Dragowski; 4 Milenkovic, 20 Pezzella, 22 Caceres; 21 Lirola, 78 Pulgar, 5 Badelj (66’ 24 Benassi), 8 Castrovilli (83’ 16 Eysseric), 29 Dalbert; 25 Chiesa (59’ 28 Vlahovic), 10 Boateng. Banc: 1 Terracciano, 6 Ranieri, 9 Pedro, 11 Sottil, 15 Cristoforo, 17 Ceccherini, 18 Ghezzal, 23 Venuti, 27 Zurkowski. T1: Vincenzo Montella. Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 95 Bastoni (88’ 2 Godin); 33 D'Ambrosio, 8 Vecino, 20 Borja Valero (84’ 32 Agoume), 77 Brozovic, 34 Biraghi; 9 Lukaku, 10 Lautaro Martinez (83’ 16 Politano). Banc: 27 Padelli, 46 Berni, 13 Ranocchia, 19 Lazaro, 21 Dimarco, 30 Esposito. T1: Antonio Conte. Arbitre: Mariani. AR: Mazzoleni. Assistente VAR: Paganessi. Avertis: Brozovic (I), Bastoni (I), Badelj (F), Dalbert (F), Borja Valero (I), Lautaro Martinez (I), Pulgar (F), Caccia (F, ass. Montella Expulsé(s): / Affluence: 37.537 tifosi ®Antony Gilles - internazionale.fr
  20. C’est une révélation du Corriere Dello Sport. La rupture est totale entre la Fiorentina et Federico Chiesa. Le joueur exige d’être céder à Turin, une destination que la Viola ne permettra jamais. "La Juve n’est pas celle qui a l’avantage. Barone a promis qu’il ne le cédera jamais aux Bianconeri. Il n’entretient pas de bons rapport avec Paratici et il n’a jamais pris en considération cet intérêt. Il a déclaré qu’il ne le cédera jamais à la Juve, il y a besoin de lui accorder ce crédit." "L’option la plus dure sera de conserver le joueur durant deux années, lui qui est lié par son contrat et de lui faire sauter l’Euro. La Fiorentina songeait à le vendre à l’étranger, mais personne ne s’est manifesté. En Italie, il reste l’Inter : Antonio Conte veut Chiesa, il aime sa tête dure." Maitre Marotta à la manœuvre "Giuseppe Marotta se retrouve avec une carte en main, une carte qu’il pensait avoir écarté définitivement : Gabriel Barbosa. L’attaquant était en prêt à Flamengo. Agé de 23 ans, il a été le grand protagoniste de la Libertadores et il pourrait être la clé débloquant la situation." "Flamengo ne l’a pas racheté pour 22 millions d’euros et l’Inter est libre de le récupérer. Suite au triomphe de son équipe en Libertadores, Marotta l’évalue à 35 millions d’euros. Il pourrait être proposé en contre-partie technique, accompagné d’une certaine somme d’argent et d'un autre joueur, contre Federico Chiesa. Une autre contre-partie technique pourrait être Matteo Politano, qui plait également à la direction de la Viola." "Le tout pourrait déjà se faire en janvier… reste à présent à connaitre l’avis de Commisso ." Seriez-vous pour échanger deux joueurs contre Federico Chiesa qui est estimé à 70 millions d’euros ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Radja Nainggolan n’est plus à présenter. Parfois présomptueux, il a récemment déclaré, après le match disputé face à la Fiorentina, qu’il aurait été capable de faire de très belles choses à l’Inter. Mais est-ce qu’un retour est envisageable ? Probablement pas, il n’est plus nécessaire de recourir au Mercato pour le remplacer et Conte peut compter sur des joueurs actuellement aux meilleurs de leur forme. Pour l’Inter, il n’y a pas de place pour les regrets, le passé étant le passé. Encore plus lorsqu’il a été décidé de vendre Nainggolan. Pourtant, lors de la dernière ligne droite du stage de préparation et durant la tournée estivale, Radja semblait motivé comme jamais en prenant ses responsabilités, après une année où il s’était peu mis en évidence, sa dernière année avec Spalletti. Nainggolan aurait pût rester à l’Inter Il lui avait été demandé de changer d’attitude pour rentrer dans les choix d’Antonio Conte : Aucune déviation de son parcours professionnel, ni même faire preuve d’un comportement répréhensible hors du terrain, ce qui n’avait jamais été dans les cordes du Ninja. La réponse de Nainggolan a donc été l’élément déterminant de son futur : Radja avait dit non, il ne voulait pas se montrer disponible à changer, il était fait ainsi, c’était à prendre ou à laisser. Et l’Inter l’a "laissé", tout en sachant qu’elle allait être de la sorte confrontée à un problème, car si les qualités de Nainggolan n’ont jamais été remises en question, il en allait d’une autre paire de manche au niveau des projections. La réponse du Ninja a donc été la raison pour laquelle il a vu la porte de l’Inter se refermer, une porte qui restera également close en cas d’un retour à Milan en juin 2020. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Journée importante ce mercredi : Outre l'arrivée d'Alexis Sanchez, l'Inter annonce le recrutement de Cristiano Biraghi, en provenance de la Fiorentina. Dalbert, inséré dans la transaction rejoindra le club de Florence. Cristiano Biraghi, formé à l'Inter, rentrera donc à la maison sous la formule d'un prêt avec un droit de rachat fixé à 12 millions d'euros. L'ailier gauche de la Nazionale rejoindra l'Inter où un contrat de 5 ans à 2 millions d'euros net l'attend. De son côté, Dalbert rejoindra la Viola sous la formule d'un prêt sec. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. L'Inter finalise actuellement le retour à la maison de Cristiano Biraghi. En effet Dalbert, qui fait partie de la transaction, a donné son accord pour rejoindre Florence. Voici les révélations de la Gazzetta Dello Sport "Ce matin, une délégation de dirigeants de la Fiorentina est arrivée à Milan, avec en première position, le rendez-vous avec l'Inter. Les deux clubs ont travaillé sur un possible échange qui a été rallongé dans le temps suite aux doutes de Dalbert qui avait comme idée de retrouver Nice, le club où il a évolué avant de rejoindre l'Italie." "Mais Nice a décidé d'opter pour Nsoki du Paris-Saint-Germain, contraignant par la même occasion Dalbert à revoir ses plans. Vendredi dernier, le Directeur Sportif de la Fiorentina, Daniele Pradé, s'est longuement entretenu avec le latéral brésilien afin de le convaincre d'accepter l'offre de la Viola. L'objectif étant de de lui offrir un poste où il pourra jouer avec continuité, avec l'espoir de le voir retrouver son niveau de jeu proposé en France." Détails de la transaction Un double prêt avec un droit de rachat fixé entre 10 et 12 millions d'euros. Cette somme devrait satisfaire l'ensemble des parties. L'été prochain, les prêts devraient devenir des transferts définitifs. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...