Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'giuseppe marotta'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

39 résultats trouvés

  1. Invité pour le congrès sur les équipes réserves, Giuseppe Marotta a défini l'opportunité qu'elles peuvent représenter, notamment pour les top teams. "Nous devons améliorer le processus de formation. Il est apparu de manière générale que la seconde équipe est un instrument à prendre en compte, et je le dis en tant que représentant de l'Inter, où nous avons déjà eu un débat dessus. Il existe différents modèles, rien n'est arrêté. Je pense que la deuxième équipe est importante pour les grands clubs, cependant ça ne devrait pas être obligatoire. Nous estimons aujourd'hui que le plus gros problème est d'accompagner la croissance du secteur jeunesse jusqu'au professionnalisme. Il y a ce vide qui peut être comblé. Cela vaut aussi bien pour les joueurs que pour les entraineurs. Un peu comme Guardiola qui a fait qui a commencé en équipe B." ®gladis32 - internazionale.fr
  2. Journée de retour vers le passé pour l'Administrateur Délégué de l'Inter. Le dirigeant est à nouveau présent au Juventus Stadium. Un lieu qu'il a bien connu durant de nombreuses années et pour la première fois en tant qu'adversaire. Le motif de sa présence au sein du Quartier-Général de la Juve est très simple: Aucun mouvement de mercato, ni un retour retentissant. Le Dirigeant interiste prendra part à un congrès relatif aux équipes réserves "Seconde Squadre – analisi e prospettive nel contesto italiano” ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Ce mercredi, l’Inter est parvenue à définir sa route, non pas celle qui la conduit en Allemagne, mais celle qui la conduit à une phase de réconciliation avec Mauro Icardi... Voici ce que nous annonce La Repubblica: "Icardi est nécessaire à l’Inter, surtout dans cette phase délicate de la saison. S’il est hypothétique de le voir face à l’Eintracht au Meazza, il est raisonnable d’objectiver son retour au dimanche 17 mars, pour le Derby de Milan, un club qui vient justement de surclasser les Nerazzurri en Serie A." Une réconciliation parfaite ? "Une nouvelle réunion est programmée avec Marotta à son retour d’Allemagne. Néanmoins, il résulte de cette première entrevue que le brassard de Capitaine n’est plus considéré comme une décision préjudicielle, l’aspect économique étant à part. Pour faire simple: La hache de guerre peut être enterrée jusqu’à la fin de la saison. Icardi ne retrouvera pas "son" brassard et ne devrait probablement pas renouveler son contrat, mais il a été demandé à ce dernier de se comporter en professionnel et également de serrer les dents, même en cas de légère douleur au genou." Marotta s’est montré conciliant : "Le passé est le passé, nous recherchons la meilleure formule pour poursuivre notre chemin." Reste à présent à voir comment ce comportera la Faction de l’Est, surtout le duo Perisic/Brozovic, qui souhaite des excuses suite au comportement et aux critiques émanant de Wanda Nara. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Beppe Marotta s’active en coulisse pour rendre l’Inter compétitive. Ce qui est sur c’est que Mauro Icardi n’est plus considéré comme prioritaire, lui qui se comporte comme un adolescent quelconque en écrivant un monologue sur les réseaux sociaux. L’Objectif du Suning pour la saison 2019-2020 Il s’agira de faire un Mercato important. L’Inter chinoise des Zhang et de Beppe Marotta finalise les détails pour la saison à venir. Le but sera de mettre un terme à l’hégémonie de la Juve et surtout de recommencer à rêver comme ce fut le temps lors de l’époque du Triplé. La saison 2019-2020 célébrera justement les 10 ans de ce triomphe historique. Cette donnée est importante car l’Inter souhaite se battre pour remporter le Scudetto. Avec Conte ou Allegri sur le banc, si Spalletti ne parvient pas à qualifier l’Inter en Ligue des Champions. L’Inter se battra avec des nouveaux leaders de haut niveaux, des joueurs internationaux tels que Godin, avec des talents nationaux comme Mancini, Chiesa et Barella. Mais surtout sans Mauro Icardi qui depuis sa lettre conforte l’idée de s’en séparer. L’échange avec Dybala est on ne peut plus proche La stratégie de l’Inter La Juve est un adversaire, mais les affaires sont les affaires et avec les ressources financières de la Famille Zhang, même si cette dernière ne peut dépenser à tout va en raison du Fair-Play-Financier, le retour du club au sommet est la priorité absolue. Dès ce mercato estival, l’Inter pourra agir plus sereinement sur le mercato, elle sera libre de recruter raisonnablement. La stratégie de Marotta est clair : La prolongation de Mauro Icardi n’est plus prioritaire vu que son contrat se termine en 2021. L’abaissement de la clause libératoire de 110 millions à 70-80 millions est déjà existante dans les faits. C’est la valeur du joueur à présent étant donné l’ensemble de ses déboires. Mais même en le vendant à un tel prix, l’Inter réalisera une plus-value très importante. Le discours relatif au Capitanat est donc clos. Qui plus est le vestiaire ne reconnait plus le Leadership d’Icardi vu qu’il laisse Wanda Nara agir en toute impunité. Marotta s’est voulu cynique vis-à-vis de l’épouse d’Icardi et le retrait du brassard n’a pas été digéré. Qui plus est le comportement d’Icardi permet à un grand nombre de tifosi de digérer son départ même à un prix moindre L’échange Dybala-Icardi Le plus étonnant reste la transaction à venir entre les deux ennemi-jurés. Pour la Juve, Dybala ne représente plus que 16,7 milions d’euros sur le bilan. Tout comme l’Inter, procéder à une vente/échange permettra à l’écurie italienne de réaliser une plus-value notable. Ce diabolique échange entre les argentins est possible étant donné que Barcelone avait pris la décision de se séparer d’Icardi plus jeune, que le Real s’est défilé alors qu’il était le point de chute en vogue et que le Psg, en proposant Edison Cavani réduirait fortement la plus-value pour l’Inter Devant acheter un attaquant, Marotta a jeté son dévolu sur Dzeko qui vaut 12 millions d’euros. Profils trouvés Les profils recherchés à l’Inter sont divisés en deux catégories : Les talents italiens et les Champions internationaux confirmés. En haut de liste, on retrouve Chiesa et Barella, dans l’autre liste, on retrouve Godin et Rakitic qui ne sera pas retenu contre son gré par le Fc Barcelone. Au niveau des ventes, Ausilio qui va se voir confirmer misera énormément sur les 60 millions d'euros que pourrait offrir la qualification à la prochaine Ligue des Champions. Spalletti jouera son avenir sur la qualification, mais elle pourrait ne pas suffire, car il faudra que l’équipe ait un fond de jeu. En ce mois de mars, le club a déjà pré-noté qui pourrait être sur son banc et si Mourinho semble être encore éloigné, l’arrivée de Conte ou d’Allegri est plus qu’envisageable. Ce qui est sûr, c’est que la situation évolue en permanence au quartier général du Palazzo du Corso Vittorio Emanuele“. Le saviez-vous? Mauro Icardi n ‘a pas aimé la sortie dans la presse de Luciano Spalletti. C’est la raison pour laquelle il a décidé de rédiger cette lettre ce jeudi soir! Un comportement tout sauf apprécié par l’Inter qui l’a mis devant un ultimatum: Soit il se trouve un pont de chute à l’étranger soit il reste à l’Inter jusqu’en 2021 ! Spalletti est d’ailleurs en pleine forme actuellement, Caressa peut en témoigner en après-match Luciano Spalletti était monté au créneau face à Fabio Caressa en direct sur Sky Sport Club, à propos du fameux pénalty -scandaleux- accordé à la Fiorentina, quasiment au terme de la rencontre. "J'ai vu les images et j'ai entendu vos commentaires. Vos tons continus sont bien existants, tu as dit à 4 reprises qu'il y avait pénalty... Une chose est certaine c'est que votre vote ne peut être basé suivant qui vous supportez. Mais pourquoi pas, allons-y ? Vous avez dit qu'il peut y avoir pénalty, alors que c'est clairement sur sa poitrine. Ça ne peut être rien d'autre. On peut le voir depuis le banc, nous étions sûrs que ce n'était pas une main. Ça ne peut être rien d'autre." La réaction de Fabio Caressa : "Ce n'est pas vrai Luciano, nous n'avons absolument pas dit ça. Nous avons dit que si le ballon avait glissé sur le bras il n'y avait pas pénalty. Nous avons tous dit qu'il n'y avait pas pénalty. Soit patient Luciano, nous nous connaissons depuis plus de vingt ans. Nous avons montré les images et nous sommes tous d'accord pour dire qu'il n'y a rien. Que dois-je faire de plus ? Dois-je insulter l'arbitre ? Je travaille depuis plus de 30 ans, mais que s'est-il passé...Je ne peux pas accepter cela, non je n peux pas accepter ce genre de choses." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. La bombe de la journée est signée du quotidien Libero. Ce dernier affirme que Massimiliano Allegri pourrait sauter de la Juve suite à une rencontre entre ce dernier et Beppe Marotta, l’Administrateur-Délégué de l’Inter. Andrea Agnelli, furieux, serait prêt à le remercier sur le champs. “Le rapport entre Massimiliano Allegri et la Juve serait toujours plus fragile" Comme rapporté par Libero, le divorce qui aurait dû être consensuel entre les deux parties pourrait être bouleversé par une nouvelle importante. Ces dernières heures, une rumeur circule selon laquelle la Direction Bianconera aurait l’intention de renvoyer l’entraîneur toscan, avant le match retour de la Ligue des Champions face à l’Atletico. Le trou noir (et bleu pour le coup) d’Agnelli La fracture irréversible et immédiate découlerait d’une rencontre présumée entre l’entraîneur livournais et l’Administrateur Sportif de l’Inter, Giuseppe Marotta. Cette rencontre qui aurait eu lieu la semaine dernière aurait déclenché la furie de la Famille Agnelli. En effet, dans les hautes sphères Nerazzurre, Massimiliano Allegri est de plus en plus cité pour succéder à Luciano Spalletti, et ce même si Antonio Conte conserverait tout son crédit. Pour la Juventus, le substitut idéal d’Allegri, qui quoiqu’il arrive ne sera pas reconduit pour la saison à venir, se nommerait Zinedine Zidane, un ancien de la maison turinoise. Le fait que ce dernier dispose de 3 Ligues des Champions dans sa jeune carrière d’entraineur aurait conquis la direction turinoise. Info ou Intox ? La Serie A ne cesse de surprendre cette saison... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Beppe Marotta compte-t ’il continuer à faire ses courses à la Juventus ? Cette question a le mérite d’être posée et Il Messaggero s’est penché sur le sujet suites aux dernières révélations de la presse transalpine. Tous les coups sont permis… Depuis l’arrivée de Beppe Marotta à l’Inter, le duel historique entre les ennemis jurés a pris une autre dimension, surtout au niveau du Mercato. Les deux écuries semblent viser et miser sur des nouvelles opportunités. Comme la transaction relative à Icardi et Dybala… On pensait Marotta intéressé par les joueurs, mais le Beppe est un homme gourmand. Du banc… Le vrai "Top" de la Juve que souhaite transférer Marotta se nomme Massimiliano Allegri qu’il retient comme la toute première alternative sur le banc, en cas de défection d’Antonio Conte qui exige un contrat de 3 à 8 millions d’euros par saison. Pour le séduire afin de quitter Turin en fin de saison, l’Administrateur-Délégué Nerazzurro devra se montrer très convaincant étant donné que l’entraineur aspire à prendre en main les plus prestigieux clubs européens, des clubs proches tel que le Real Madrid, le Psg ou une grande écurie anglaise. Attention toutefois au jeu des chaises musicales qui pourrait sévir en Europe. Car même si Josè Mourinho a été suggéré à Steven Zhang par Massimo Moratti, il reste également un autre entraîneur libre sur le marché, le préféré d’Andrea Agnelli, un certain Zinedine Zidane… …au terrain Il Giorno nous informe de l’intérêt des Nerazzurri pour le Polonais Bavarois. Outre ce dernier, quatre joueurs sont en ligne de mire Edin Dzeko est le joueur qui est le plus cité pour rejoindre l’Inter. Six ans plus vieux que Mauro Icardi, il pourrait être le "pont" permettant à Lautaro Martinez d’exploser en Italie. Son salaire similaire à celui que perçoit le Capitaine déchu pourrait jouer dans la balance Edison Cavani est un nom qui a été cité du côté de Milan, mais vu que l’uruguayen a un coût, seule une qualification en Ligue des Champions pourrait permettre aux Nerazzurri de songer à le recruter. A noter que l’ancien napolitain perçoit 9 millions d’euros annuel. Robert Lewandowski était déjà cité sur le départ. Cette année-ci, il n’a d’ailleurs inscrit que 13 buts en Bundesliga. Agé de 30 ans, le polonais est mature et son recrutement pourrait donner vie à un Derby de Milan 100% polonais, avec un duel à distance avec Piatek. Paolo Dybala, mais pour ce faire, la Juventus devrait décider de s’en passer et de le laisser à son rival historique. Dans un tel cas de figure, la Vieille Dame devrait partir à la recherche d’un joueur de très haut niveau, même avec des qualités différentes…. Le destin de Mauro Icardi pourrait être lié à celui de Paolo Dybala… ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Que peut-il bien se passer en 80 jours dans la vie d’un club comme l’Inter ? En 80 jours, il vous est possible d’assister au licenciement de Gasperini, de patienter encore une dizaine de jour pour voir Frank De Boer l’imiter, mais surtout, en 80 jours, il vous est possible à présent de reconnaître la Griffe Marotta. En effet, depuis son intronisation en qualité d’Administrateur-Délégué, Beppe Marotta n’a pas chômé et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas pris le chemin le plus facile pour débuter sa nouvelle aventure. Le Corriere Dello Sport revient sur les faits marquants de cette prise de pouvoir à l’Inter Le premier avertissement envoyé en ce sens a été la suspension de Radja Nainggolan, pour un retard à l’entrainement, déjà en récidive, Radja est coupable d’une série de comportements et d’attachements biaisés. La sanction a immédiatement été mise sur la place publique mettant d’une façon limpide, le jouer face à ses propres responsabilités. Mauro Icardi a également dû faire face à un tel avertissement, lui qui était rentré en retard de vacances à cause d’un vol annulé. L’amende conséquente qu’il aurait dû débourser est d’ailleurs l’un de ses motifs de rupture d’avec l’Inter. Marotta a également dû faire face aux déclarations d’envie de départ de Perisic qui a été contraint de rester à l’Inter car Arsenal ne pouvait satisfaire les exigences Nerazzurre. Pour Marotta, une ligne de conduite est à respecter, à situation extrême sanction extrême et c’est ce qu’il s’est passé avec Mauro Icardi qui s’est vu destituer de son rang de Capitaine et en conséquence du retrait de son brassard. Mauro Icardi est rentré en collusion totale avec le vestiaire suite aux polémiques extérieures provoquée par son épouse et manager Wanda Nara. Cette situation a été une réelle surprise étant donné que Wanda avait rencontré Marotta quelques semaines avant cette situation et que celui-ci lui avait promis l’établissement d’une nouvelle proposition de contrat. Marotta fait également face à son ex, en la personne de Paratici, un ancien ami d’arme devenu à présent un ennemi. Beppe Marotta a dû hausser le ton lorsque le juventine s’est immiscé dans le dossier de Mauro Icardi. N’ayant aucune peur de son ancien élève, ce dernier s’est réservé la possibilité de réserver un sort similaire au club turinois avec Dybala, un joueur dont la Juve émet quelques doutes pour le futur. Pour clore ce baptême du feu, Marotta a dû faire face à une situation bien connue par les interistes : une décision arbitrale injuste avec la perte de 2 précieux points face à la Fiorentina via un pénalty inexistant... Beppe n’a pas hésiter à toucher là où cela fait mal et à viser Nicchi et Rizzoli en les invitants à faire face à certaines situations, en faisant un meilleur usage de la VAR et en optant pour plus d’analyses. En réagissant à l’ensemble de ces problèmes nombreux mais géré en si peu de temps, Marotta entend donner de la consistance afin de rendre le club plus robuste et plus solide. Un club basé sur des règles que tous ont le devoir de respect. En parlant de respect, son tout dernier fait d’arme est relatif à Piero Ausilio qui verra son contrat prolongé jusqu’en 2021, ce qui met un terme à certaines rumeurs de départ et qui consolide le lien fort qui est en train de s’établir entre les deux hommes forts de l’Inter, dont le but commun est, en unissant leurs forces, de construire une Inter qui sera capable de mettre fin à la domination de la Juventus. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. C’est un fait, Giuseppe Marotta est entrain de lister et de fixer la liste des joueurs qui pourraient succéder à Mauro Icardi à la pointe de l’Inter. Ce procédé découle du fait que les tensions sont toujours vives entre l’argentin et la Beneamata, à un point tel que le Club se doit de prévoir un plan B. Dzeko et Lukaku Ces deux joueurs seraient les choix prioritaires dans l’absolu. Surtout pour Edin qui présente l’avantage d’être un attaquant fiable et qui, par la même occasion, permettrait à Lautaro Martinez d’éclore sans être mis sous une pression importante. Dzeko a été entraîné par Spalletti et Conte aurait bien voulu l’avoir dans son Chelsea il y a un an. Il lui reste une seule année de contrat avec la Roma, son contrat expirant en 2020. Pour l’heure, le club Giallorosso n’a pas l’intention de le prolonger et lors du prochain mercato estival, une vente est quasi certaine. S’offrir Dzeko coûterait peu, entre 10 et 12 millions d’euros. Néanmoins son salaire pousse à la réflexion : Pourrait-il percevoir 6,5 millions d’euros comme Godin ? Seule certitude pour le quotidien turinois, Dzeko serait l’homme idéale pour se retrouver aux côtés de Lautaro Martinez, la pépite argentine pouvant envisager de grandir sereinement. Attention toutefois à Romelu Lukaku. En effet, si Conte était sous le charme de Dzeko, il ne faut certainement pas oublier que le meilleur buteur de la Belgique était l’un des soldats de Josè Mourinho à Manchester United. Le recrutement de l’héritier d’Icardi pourrait-il être révélateur du choix du futur entraîneur de l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Cette question a effleuré l’esprit du monde Interiste : Pourquoi est-ce qu’Icardi a implosé en plein vol ? Est-ce une stratégie de Marotta pour déstabiliser l’Inter, comme certaines mauvaises langues le suggèrent ? Pourtant à y regarder de plus près la situation est différente de cette supposition : Mauro Icardi continue son bras de fer avec la Beneamata et n’a aucune intention de faire machine arrière. Comme l’a rapporté la presse sportive et également La Repubblica, la décision de toucher au brassard de Capitaine de Mauro Icardi est la conséquence des nouvelles règles imposées par Beppe Marotta à l’ensemble du groupe. Il est demandé à l’ensemble des joueurs d’étouffer les rixes internes au sein d’un vestiaire divisé. La fronde est parti du clan Croate et Icardi est convaincu que le chef de meute se nomme Perisic. De son côté Perisic a également eu de nombreux ennemis depuis son envie de départ en janvier. Mais le groupe de mécontents d’Icardi est bien plus important, de fait les frictions ont poussé le Club à intervenir et Marotta en personne aurait demandé à Mauro, devant tous, de prendre ses distances avec Wanda, une demande qui n’a jamais été respectée. C’est le point de départ de ce retrait de brassard, le tout avalisé par Spalletti. Depuis lors, Icardi a décidé de s’isoler et de se refermer sur lui-même. Motif tout trouvé, il suit une thérapie suite à des douleurs à son genou droit. Néanmoins, pour l’Inter, il ne s’agit pas d’une nouvelle blessure, mais bel et bien d’une ancienne dont souffrait en son temps Mauro, ce qui n’est plus le cas actuellement : Tout est dans le mental ! Icardi raconte à ceux qui lui sont proche qu’il n’est plus en paix, qu’il ne comprend pas pourquoi il a à payer pour une situation extérieure au club vu qu’il s’agit des déclarations de son épouse. Le quotidien souligne également que le Club a bien pris connaissance du risque de dévaluation de la valeur de l’attaquant, mais il s’agit d’un risque calculé et accepté par la hiérarchie. Prochainement, Marotta formalisera et présentera une nouvelle offre de contrat : La nouvelle proposition devrait être proche des 7 millions d’euros, des bonus s’y retrouveront, mais ces derniers seront basés sur des bonus d’équipe et non plus sur des bonus individuels, une pratique bien connue du côté de Turin. De quoi allez s'amuser au https://www.casinoonlinefrancais.fr ! Inter-Icardi : procédure en justice ? Selon Il Giornale, il n’est pas à exclure de voire la situation devenir encore pire qu’actuellement. La suite s’annonce réellement compliquée et il n’est pas exclut que cette situation vienne à s’assombrir encore plus dans les semaines à venir. "Le Club ne prévoit, pour l’heure, aucune consultation avec des spécialistes étrangers et ne serait pas favorable à une nouvelle IRM. La raison est simple : Le dernier examen a clairement indiqué qu’il n’y avait rien de grave en regard au précédent examen réalisé en août." Là où le bât blesse, c’est qu’Icardi se serait décidé à visiter Barcelone afin de chercher à rendre crédible son mal être et justifier son comportement. Ces pièces justificatives pourraient être utiles en cas de contentieux par voie légale, un procédé qui pour l’heure n’est pas à exclure. Le Saviez-vous ? L’information a été dévoilé par Espn : Après avoir perdu son brassard de Capitaine et refusé de part lui-même de renouer avec le terrain, Mauro Icardi voit l’Albicéleste s’éloigner. En effet, selon ESPN, Maurito ne serait pas repris dans la liste des joueurs pré-convoqués par Lionel Scaloni, le sélectionneur national argentin, en vue des matchs amicaux opposant les doubles champions du Monde au Venezuela et au Maroc les 23 et 26 mars prochain. La liste officielle sera connue le 3 mars prochain. Si pour Adriano, ce dernier a détruit sa carrière suite au décès de son père, une situation impossible à contrôler émotionnellement pour le brésilien, la situation est totalement différente pour Mauro Icardi qui ruine sa carrière en tout état de cause. Son comportement ne plaisait déjà pas à la base en Amérique du Sud, pas sûr que le fait de s’en prendre à l’Inter, équipe appréciée pour sa connotation argentine, lui permettra de rayonner en équipe nationale, voir dans un club ambitieux et respectueux. En effet, Florentino Perez aurait confié qu’il n’a aucune intention de recruter le numéro neuf interiste eu égard au comportement déplacé de son agent et épouse Wanda Nara. Maxi Lopes Likes This ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Pour un ancien dirigeant de la Juventus, devoir faire face à une décision défavorable doit faire tout drôle, surtout lorsque cette dernière vous coûte la victoire. 24h chrono C’est le temps qu’il aura fallu à Giuseppe Marotta pour s’offrir le scalpe de Rosario Abisso. Le comportement outrancier de l’arbitre officiant lors de Fiorentina-Inter a mis en danger la qualification à la Ligue des Champions 2019/2020. Un dommage estimé à 50 millions d’euros pour l’Administrateur-Délégué Interiste. Selon le Corriere Della Sera, dès le coup de sifflet final, Beppe Marotta a voulu rencontrer l’arbitre de la rencontre pour protester et avoir des explications. En lieu et place d’Abisso, il a dû faire face à Fabbri, le premier assistant à la VAR et Gabriele Gava, un des Vices-Désignateurs des arbitres de l’équipe à Rizzoli. Beppe est rentré dans une colère noire selon Gava qui a admit l’erreur d’arbitrage : Une admission claire et net qui isole encore plus Abisso. L’arbitre italien retrouvera les terrains dès la mi-mars mais il ne pourra plus diriger une rencontre des Nerazzurri d’ici à la fin de la saison. Flashback Cette déclaration de Gava renforce encore plus ce que Beppe avait déclaré ce lundi matin : "Aviez-vous eu des explications ? Oui on en a discuté dans les couloirs, mais je ne me sens pas apte à condamner un arbitre. Je pense que le système doit être revu car quelque chose n’a pas fonctionné. Ce n’est pas mon rôle de désigner les coupables, mais personne ne peut soutenir le fait que D’Ambrosio ait touché le ballon de la main. C’est incroyable, c’est la plus importante et plus grossière erreur depuis l’introduction de la VAR, surtout que l’arbitre était proche de l’action." "Pouvait-il faire l’objet d’un conditionnement psychologique ? Je l’exclu de façon catégorique. Il est nécessaire d’avoir une prise de position de celui qui gère cette structure afin que les performances des arbitres et de la VAR deviennent impeccables si l’on considère l’impact médiatique et l’impact sur le Club." De son côté, la Fiorentina fait profil bas en ne voulant en aucun cas être mêlé à cette situation, elle ne souhaite pas alimenter les polémiques et a décidé de se maintenir à une distance de sécurité d’une situation où elle juge qu’elle n’a pas à intervenir. En effet, la Viola devrait dans un sens admettre qu’elle est coupable par autrui d’avoir reçu un penalty inexistant après intervention de la Var. Abisso dans les Abysses En effet, vu le séisme provoqué par Giuseppe Marotta et l’impact médiatique qui en découle au niveau international, la presse sportive du monde entier parle de ce dysfonctionnement unique de la VAR, Abisso devra répondre de ses actes devant Rizzoli. Qui plus est Mediaset enfonce encore plus l’arbitre italien : 4 caméras sur 6 montrent clairement que Danilo D’Ambrosio n'a pas touché le ballon de la main. Pourquoi donc Abisso a tout de même confirmé le pénalty ? Deux caméra pouvaient laisser suggérer que le ballon avait touché le bras du joueur après l’impact sur la poitrine, vu l’angle de visionnage. Qui plus est l’arbitre sicilien aurait été perturbé par les précédents faits de match à l’encontre la Viola : La main d’Edmilson Fernandez et le but de Muriel qui étaient à la base validé avant l’intervention de la VAR. Ces situations auraient, de façon inexplicable, eu des répercussions sur la dernière évaluation du sicilien. La Fédération des Arbitres se dédouane d’Abisso et de sa prise de décision pour sanctionner la "Main fantôme" de D’Ambrosio. La Fédération se dit néanmoins satisfaite du comportement de Fabbri et d’Alassio en charge de la VAR et de leurs interventions lors du match. Spalletti allume Abysso En effet, n’ayant plus rien à perdre, Luciano Spalletti a dévoilé l’échange de discussion entre Abisso et Fabbri lors du visionnage des images : "Je ne veux pas parler avec l’arbitre. Il est allé voir la vidéo et a demandé à trois ou quatre reprises : Il l’a touché de la main ? Mais il l’a touché de la main ? Non, ce n’est pas vrai qu’il ne l’a pas touché de la main, j’ai tout vu…" Massimo Chiesa, ancien arbitre, détruit Abisso Rizzoli doit s’attarder sur ce cas. Tel est en résumé l’avis de Massimo Chiesa, ancien arbitre italien officiant dans les années 90 sur Radio Sportiva. "Selon moi, la situation est on ne peut plus clair : Abisso a complètement foiré son match du début à la fin c’est une évidence, tout comme c’est évident qu’il n’avait pas vu le penalty solaire dont a finalement pu bénéficier l’Inter. Fabbri qui était en charge de la VAR l’a à chaque fois sauvé. Sa prestation a été exécrable également sur l’interprétation de la faute de Muriel où le contact avec Danilo D’Ambrosio était évident, même sans revisionnage. Ce sont deux erreurs énormes, grossières." "Sur l’épisode final, je ne conteste pas tant le fait qu’il ait accordé le pénalty dans le vif de l’action, mais je conteste le fait qu’il l’ait accordé après avoir revisionné de images qui n’apportent pas la certitude du touché de la main, surtout que même si cela avait été le cas, le ballon avait précédemment touché la poitrine, il n’y avait donc aucun penalty à assigner. "Nous avons tous vu les images qu’Abisso a vu et il aurait dû agir de la sorte : Dire qu’il s’était trompé et corriger son jugement. Une période de pause devrait lui être préconisée, c’est certain. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’est en réalité pas prêt à faire face à une partie de ce type avec un tel coefficient de difficulté. J’invite donc le désignateur Rizzoli à s’attarder sur ce sujet. Le fait qu’il ait merdé sur trois épisodes grossiers confirme que c’était une erreur de lui donner la direction arbitrale d’un tel match." Avec Marotta aux commandes, la Routourne a commencé à tourner…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. La réaction de Giuseppe Marotta, l’Administrateur Délégué de l’Inter, était attendue depuis la catastrophique prestation arbitrale d’Abisso à l’occasion de Fiorentina-Inter. Présent à la Cérémonie du Prix Fachetti, voici la prise de position du Dirigeant Interiste : "Nous avons subi des dommages considérables, et j’espère que cela n’aura pas d’impact irréparable sur l’économie de cette saison. Ce serait effectivement grave. Surtout si on se fie à la fin de la rencontre et au fait d’une prise de décision bien définie. Le grand regret reste que nous avons investi énormément sur l’assistance vidéo pour venir en aide et réduire les erreurs arbitrales. L’usage doit être rationnel, mais devant une situation de ce genre, il ne faut pas confondre objectivité et suggestivité au risque d’être déçu pour les efforts fournis depuis son introduction." Avez-vous parlé avec Abisso ? "Oui, je lui ai parlé dans les vestiaires, mais je ne me sens pas à condamner un arbitre. Le système sera revu pour amélioration, de plus rien ne me laisse indiquer qui peut être coupable. Il pourrait s’agir d’un dommage irréparable pour l’Inter, j’espère que cela n’aura pas d’impact fatal en fin de saison." Avez-vous reçu une explication sur la validation de ce penalty ? "Nous pouvons rester ici pour débattre du protocole, il sera sûrement révisé et c'est la tâche de l'organisme compétent en la matière. La VAR sert à procéder à des évaluations objectives, personne n’aurait pu indiquer que le geste de D’Ambrosio est le geste d’un joueur qui frappe le ballon avec la main." "C’est incroyable, c’est la plus grande et plus importante erreur depuis l’introduction de la VAR, qui plus est l’arbitre était proche de l’action." Est-ce qu’il s’agirait d’un fait aggravant s’il y avait un conditionnement environnemental de l’arbitre ? "Je l’exclus de façon catégorique, sinon je devrai démissionner. On parle d’un système dont l’usage signifie en une prise de position différente et responsable et structurée en regard aux performances de l’arbitre sur le terrain. La VAR est impeccable compte tenue de son impact sur l’économie d’un club de football." Le quiproquo entre Politano-Perisic ? "Si je suis divisé sur le sujet ? Je vous renvoie la question. Politano a célébré le but, vous êtes libre d’interpréter comme vous le voulez." Est-ce que les déclarations de Wanda ont rompu toute chance de retrouver un équilibre ? "Non, et je tiens à exprimer ma gratitude à l’équipe. Nous avons vu une très belle Inter qui a très bien jouée, c’était le plus important. Il y a tant de déclarations actuellement sur le Cas Icardi, il est préférable de ne plus en discuter." Le saviez-vous ? Javier Zanetti s’est livré sur le rôle que doit tenir un Capitaine: "Si on se met à penser aux joueurs historiques qui ont revêtu le brassard de Capitaine, il signifie pour moi un Honneur, un motif de fierté. Le Capitaine est choisi par le Groupe car c’est un exemple. J’ai toujours cherché le respect de mes équipiers, cherché à être un bon guide, surtout dans les moments de difficultés, lorsqu’il fallait que je réponde présent" A bon entendeur… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. C’est l’info du jour, un vent de tempête est passé et a tout ravagé sur son passage : La nouvelle Inter enseigne le Courage et le Sens des responsabilités à tous. Deux demandes qui n’étaient jamais respectées auparavant à Appiano jusqu’à l’arrivée de Giuseppe Marotta, véritable symbole de cette résurrection et véritable garantie d’une souveraineté de l’Institution. Steven Zhang pourra se féliciter, lui qui est envers-lui-même très exigeant, d'avoir été bon pour ignorer certaines déclarations et avoir eu l'initiative de transcender son club vu l’importance de ces derniers choix. En effet, vu le contexte actuel, un comportement totalement différent lui aurait fait perdre la face devant les Tifosi auquel il aurait dû faire face. Eux qui sont déjà frustrés et confus. Le PlayMaker, c’est Beppe Marotta En effet, l’Administrateur-Délégué est arrivé à l’Inter et les cas les plus complexes ont explosé et été exposés en plein jour. Cette situation à venir n’était pas une prédiction, mais un spoiler étant donné qu’il s’agissait de problèmes déjà existant avant son arrivée. Mais contrairement à d’autres, Marotta est lui parvenu à avoir gain de cause en changeant la façon de les aborder. Aucun retour en arrière Il était utile d’avoir une personnalité plus audacieuse que celle que l’on pouvait s’imaginer, car le monde du Football est un milieu de requin où il peut être rapide de s’y retrouver isolé au milieu d’un océan. Dans un tel monde, tout est question d’actes : Marotta a décidé de prendre les difficultés les unes après les autres : de la tentative de fugue de Perisic en passant par le brassard de Capitanat sans oublier le recadrage de Radja Nainggolan. Pour les trois, la situation est simple : Aucun retour en arrière, rien n’est resté irrésolu. Même si cela peut sembler facile, c’est très loin d’être le cas. Surtout lorsque vous venez de la Juventus et que l’une de vos premières décisions réside en une confrontation frontale avec un pilier comme Icardi, qui est devenu un symbole inadapté d’un club qui depuis tant d’années ne parvient plus à s’imposer, ni à domicile, ni à l’extérieur. Même pas peur C’est cette révolution dont avait besoin l’Inter : Une révolution culturelle, elle qui était habituée à s’accommoder de situations bien trop complexes, elle qui faisait face à une mécanique de répétitions des mêmes erreurs, comme celle d’avoir octroyé le brassard à Icardi. Marotta est arrivé et a réalisé cette secousse salvatrice, parfaite dans les temps et dans le procédé, vu que les différents cas de figures ne sont plus restés sous silence. Steven Zhang a été très bon dans ce recrutement, mais il devra à présent avoir une approche impeccable pour le préserver et lui laisser les pleins pouvoirs. Steven a confié à Beppe la révolution qui est en marche. Actuellement, il n’y a qu’un seul Capitaine à bord et il s’agit du Président du Club. Et soyez-sur d’une chose, si Marotta n’a pas peur de prendre ses responsabilités, il en va de même pour le(s) Zhang. Le saviez-vous ? Marotta et Antonello auront pouvoir de signature au Mercato ! En effet, ce lundi 18 février, la LionRock Capital a fait son entrée dans le Capital interiste. Mais outre notre actionnaire minoritaire, un update relatif à certaines fonctions a été adapté : "L’Assemblée des Actionnaires et le Conseil d’Administration de l’Inter ont voté et confirmé dans les nouveaux statuts du Club, l’octroi des pleins pouvoir obtenu par le Board à Steven Zhang. Il sera donc libre d’exercer l’ensemble des pouvoirs relatifs à son poste sans limite d’imposition." Cette modification est importante car le 26 octobre dernier, Steven ne pouvait signer que des acquisitions de joueurs avec une limite de 40 millions d’euros. A présent, c’est une ère révolue. Qui plus est pour les opérations à hauteur de 20 millions d’euros, des transferts pourront avoir lieu moyennant une signature et une contre-signature de nos Administrateurs-Délégués : Marotta et Antonello. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Intervenu téléphoniquement sur le plateau de Tiki Taka, Beppe Marotta a répondu à l’épouse et agente d’Icardi, Wanda Nara : "Nous avons l'intention de dissiper les tensions et d’octroyer de la sérénité à Mauro et Wanda. Lorsque vous gérer une entreprise, vous devez en sauvegarder les fondamentaux. Dans une Famille, il arrive que les chefs de Famille prennent aussi à contrecœur des décisions." "Mauro a seulement 25 ans et il a le temps pour grandir et devenir un expert. Je ne veux pas aller plus loin, je tiens juste à consoler Wanda et lui faire comprendre que ce que nous faisons est pour le bien de Mauro, de l’équipe et des Tifosi. Cela n’a pas à affecter le moral ni l’engagement du joueur. Il était nécessaire de prendre des mesures, vu les motivations pour lesquelles je n’ai pas à m’épancher sur ce plateau." "Nous allons reparler rapidement avec Wanda. Et j’ai déjà pris l’initiative de lui préparer une proposition contractuelle, libre à eux de l’accepter ou pas. Sans manquer de respect à Wanda, notre interlocuteur directe est Mauro Icardi. Rien n’est compromis." "Forza Inter!" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. "Il s’agit d’une prise de décision nette, rigide, et je crois qu’elle est le début d’un nouveau cycle dans le Club : Dans un certain sens, Marotta a apporté le Style Juve à l’Inter." Cette déclaration émane d’Aldo Serena lors d’une interview octroyée à Fatto Quotidiano. L’ancien attaquant Nerazzurro s’exprime également sur ce changement de Capitaine : "Cet été, tout le monde a fauté : Icardi, Wanda et l’Inter. Les tractations auraient du être autorisées par le club durant l’été et Mauro aurait dû percevoir une rémunération appropriée à ses performances sur le terrain. A ce moment-là, cette prolongation n’aurait perturbée personne. De plus, s’il fallait parler argent, autant le faire en fin de saison." "En lieu et place, l’Inter était un baril de poudre prêt à exploser depuis des années. Wanda a commencé à brasser de l’argent sans avoir à y renoncer. A présent Icardi renvoie l’image d’un Capitaine qui ne pense qu’à lui-même." "Mais le brassard de Capitaine n’est pas qu’un simple morceau de tissu, il est le représentant d’un certain type de comportement. Cette fin d’histoire ne me surprend pas, cela ne pouvait plus durer de la sorte." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Au cours d’une longue interview octroyée à Radio Rai Sport, Giuseppe Marotta s’est livré sur l’Inter, abordant plusieurs thématique dont celle de Perisic. Ivan le Terrible "Nous avons écouté le désir du joueur, mais il y a lieu de tenir compte aussi des clubs qui se sont intéressés à lui. Il faut également tenir compte de la valeur patrimoniale que représente l’investissement de l’Inter lors de son recrutement." De Paul "Il y a tellement de joueurs observés par l’Inter. Pour l’heure c’est prématuré d’en parler, nous sommes concentrés sur ce moment particulièrement chaud de la saison, il est encore trop tôt pour parler du mercato de juin." Spalletti et la Lazio "C’est une partie fondamentalement importante, insérée dans ce contexte, il s’agit d’un tournoi splendide et fascinant, c’est la Coppa Italia. Nous aspirons à quelque chose d’important cette année, mais il faut avant tout battre la Lazio qui est une équipe absolument forte." Son arrivée à l’Inter "C’est un blason, une Histoire, une marque si forte, qui représente une des histoires italienne, européenne et mondiale, c’est un club de l’Elite. Il faut aussi admettre que le club a dû faire face à des changements de propriétaire, ce qui n’a pas favorisé son parcours de croissance, et c’est normal de faire face à des difficultés. Mais nous sommes tous concentrés pour faire en sorte de les éradiquer le plus rapidement possible." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Luciano Spalletti vit-il ses derniers matchs avec l’Inter, voire ses dernières heures ? Le point conquis face à Sassuolo et Torino aurait scellé son sort sur le banc de l’Inter. Comme nous le rapporte plusieurs sites sportif italiens spécialisés, la Benamata a décidé de partir cet été sur de bonnes bases et le maître en la matière, Giuseppe Marotta, est mis à contribution. Un duo de Champion’s Marotta est en plein travail et est en total accord avec la propriété chinoise. Le nom inscrit sur le cahier de travail de Beppe fait déjà grand bruit, il s’agit également d’un profil que Zhang en personne avait déjà rencontré dans le grand secret par le passé, même si au final, il n’avait pas su le recruter. Ce nom est nul autre que l’entraîneur qui a offert à la Juve ses trois premiers Scudetti post-calciopoli : Antonio Conte. Un premier contact a déjà eu lieu entre les différentes parties avec en réponse une totale disponibilité de l’ancien sélectionneur nationale italien et ancien entraîneur de la Juve et de Chelsea, qui est impatient de revenir entraîner en Italie. Le nouveau projet Nerazzurro aurait comme base Antonio, spécialiste du 3-5-2. Dans l’Inter du futur, Antonio pourrait compter sur ce modulo vu le trio défensif de joueurs disponible à ce poste, à savoir Diego Godin, Milan Skriniar et Stefan De Vrij. Qui pourrait battre la Juventus, si ce n’est que le Duo à l’origine de son succès actuel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. L’Inter veut marquer le coup : Le club souhaite recruter Federico Cherubini, bras droit de Fabio Parataci à la Juve. Il s’agit-là du second dirigeant bianconero, prêt à rejoindre l’Inter. Qui est-il ? Cherubini est connu comme étant très proche de Parataci. A Turin, il s’occupait de l’U-23. Toutefois, la Juventus a décidé d’engager Filippo Fusco, ancien de Vérone, pour occuper ce poste. Néanmoins, Andrea Agnelli a tenu à promouvoir Federico en qualité de Vice-Directeur Sportif. Selon Sport Mediaset, il semblerait que malgré ses nouvelles fonctions, l’actuel "Head of Football Teams and Technical Areas" serait prêt à saluer la Vieille Dame pour rejoindre Beppe Marotta. Cherubini considéré comme l’un des plus grands experts dans le domaine de la jeunesse dans le football devrait rapidement rejoindre les rangs de l’Inter. Aucun risque pour Piero Ausilio L’actuel Directeur Sportif Nerazzurro conservera son poste. Marotta a souhaité recruter le dirigeant juventine pour un rôle intermédiaire. Federico Cherubini sera en charge de l’ensemble des joueurs du secteur "Giovanile" jusqu’à ce que ces derniers débutent leurs carrières professionnelles. Le nouvel Administrateur-Délégué de l’Inter commence à présent à placer ses hommes et à entrer encore plus dans le cœur de son aventure interiste. Ce recrutement, s’il est acté, sera un vrai coup de la part de la Direction Interiste, un signal fort envoyé par Steven Zhang à la Vieille Dame, un signal qui confirme la croissance à venir de la Beneamata. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Selon le Corriere Dello Sport, Giuseppe Marotta veut un joueur de carrure internationale pour son milieu de terrain. Libéré du Fair-Play-Financier, il compte marquer le coup dès ce mercato estival. Il n'y a plus uniquement cette habitude de gagner avec de la personnalité, il faut également plus de physique. En collaboration avec Piero Ausilio, Marotta va devoir faire face aux dernières restrictions de l'Uefa pour sortir définitivement du Settlement Agreement. Mais à partir du mois de juin, l'Inter pourra rêver. Sortir les muscles en été L'Inter souhaiterait, en effet, s'offrir soit Toni Kroos, soit Milinkovic Savic. L'international allemand incarne à la perfection les caractéristiques voulues par le duo italien. L'ancien joueur du Bayern est un battant, doté d'une grande capacité technique, physique, sans oublier son vécu et son leadership. Kroos dispose d'une clause libératoire de 300 millions d'euros, mais à la fin de la saison cette situation pourrait changer, tout comme pour Luka Modric. Il se dit que tout est à présent possible pour l'Allemand, surtout si le Real sort l'artillerie pour Mauro Icardi. Concernant Milinkovic, celui-ci est le patron du milieu de la Lazio de Rome, moins battant, mais plus jeune que Toni Kroos. Durant l'été dernier Lotito avait déclaré être prêt à discuter à partir d'une offre supérieure à 100 millions d'euros. Mais à la vue des performances du joueur, le prix pourrait être redimensionné et représenter une occasion à saisir pour l'Inter durant l'été 2019. Pensez-vous que l'un de ses deux recrutements soit réalisable ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. "Les résultats sportifs sont la locomotive des recettes commerciales." Par le biais d'une simple phrase, Giuseppe Marotta a inversé la façon de voir de la Famille Zhang au sein de l'Inter. Conséquence : les priorités ont été redéfinies. En effet, depuis le rachat du Suning, les Nerazzurri ont toujours mis en avant la nécessité de se replacer au niveau financier. Et c'est un fait, la croissance des recettes est à la base de cette renaissance interiste. Ce résultat a été obtenu après avoir vécu milles difficultés et faits face à divers défis financiers avec le Settlement Agreement comme épée de Damoclès au dessus de l'aire sportive gérée par Piero Ausilio et la Direction. A présent, pour faire ce saut de qualité qui fait cruellement défaut, les contacts du Suning en Chine et dans le monde asiatique ne suffisent plus, même via d'excellents accords commerciaux qui ont soulagé le bilan Nerazzurro et consenti une meilleure marge de manœuvre sur le mercato. Après avoir fêté la quatrième place obtenu à l'ultime seconde lors du dernier championnat, il est enfin temps de replacer l'Inter à sa réelle place, avec des joueurs habitués à soulever des titres et pas uniquement des joueurs qui sont là pour participer. Et c'est précisément ce message que Marotta a délivré au Suning. Le poids des mots Cette phrase pourtant si simple et quasi surprenante de Marotta a marqué le Suning: "Terminé le temps des retouches, à présent il faut recruter des joueurs qui font la différence. C'est également à présent la volonté du propriétaire." - Beppe Marotta avant le match opposant l'Inter au Chievo. En effet pour obtenir encore plus de partenaires régionaux commerciaux, voir même des partenaires au niveau international, la Marque Inter et ce que représente le Suning ne suffisent plus, même si le Suning est l'une des marques les plus riches du monde. A présent, pour Jindong Zhang, il faut pouvoir parvenir à avoir autour de la table des grands noms, que cela soit au niveau du sponsor technique, comme du sponsor principal, mais pour cela, il faut une équipe conquérante. Pirelli, touché...coulé Giuseppe Marotta n'a pas fait dans le détail vis-à-vis des sponsors actuels de l'Inter : Pirelli et Nike en ont fait les frais. "Les recettes de Nike et de Pirelli ne sont absolument pas à la hauteur d'une équipe ambitieuse. Mais pour pouvoir hausser le ton avec les deux sponsors principaux voir les menacer d'un changement en fin de contrat, l'Inter doit à nouveau soulever un titre. Il est temps de remettre la priorité maximale sur le terrain, avec des recettes commerciales logiques de conséquences par rapport aux résultats obtenus dans l'aire de jeu." Ce message banale est une authentique révolution à l'Inter, il suffit simplement de s'imaginer une Inter à la hauteur de son passé. Et cela pourrait passer comme ce fut le cas avec Mancini et Josè Mourinho, par le fait de soulever la Coupe d'Italie pour commencer... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. "Wanda Nara ? Un peu de silence ferait du bien"– Clair, net et précis, voici la déclaration principale de l’interview octroyée par Giuseppe Marotta à la presse, peu avant la fête de Noel organisée par l’Inter "Je me sens bien dans mon habitat naturel, je suis un homme de Calcio et je suis dans un Club composé d’hommes de grandes valeurs, mon intégration s’est déroulée de la meilleure des façons." Avez-vous tout mis à plat avec Nedved ? "Oui, ce sujet est clos." Où en êtes-vous sur le dossier d’Icardi et son contrat ? "En premier lieu, je tiens à dire que Piero Ausilio m’a dit que durant ces derniers mois, il a présenté une offre au joueur qui n’a pas été acceptée. A présent, c’est le moment de nous rencontrer, mais je crois qu’une tractation de ce genre doit être réalisée correctement et sans étalages." "J’estime que nous parlons d’un joueur extrêmement important, c’est le Capitaine, toutefois je pense que l’on ne peut arriver qu’à une issue positive, uniquement en cas de volonté réciproque." Avez-vous été irrité par les déclarations de Wanda Nara sur l’offre de la Juve pour Icardi ? "Il y a des modalités à respecter, celles-ci doivent être traitées de façon délicate. Un peu de silence ferait du bien à tout le monde, même si je reste disponible à la rencontrer. Il y a tellement de contrat à revoir dans un club, ce qui est sûr c’est que le tout se fera en janvier, c’est comme ça à l’Inter." Est-ce que Skriniar sera aussi prolongé ? "Une équipe est composée de beaucoup de joueurs, j’analyserai les dynamiques." Que peut offrir Beppe Marotta comme cadeau de Noël aux tifosi de l’Inter ? "J’ai une très grande envie de bien faire et de le faire passionnément. J’espère parvenir à atteindre les objectifs importants avec l’ensemble de tous les composants du club. Je souhaite offrir aux tifosi de belles satisfactions et des victoires comme celles qu’a connu l’Inter dans son histoire." Quelle Inter avez-vous trouvé à votre arrivée ? "J’ai trouvé un Club important, un blason qui est à la recherche de victoires, Je cherche à apporter de la passion et de l’engouement." Est-ce si compliqué de gérer la situation d’Icardi ? "Ausilio a opté pour une prise de position forte et juste au nom du Club. Il y a des rencontres et moments opportuns pour parler dans le respect des rôles de chacun. Icardi est un joueur important qui doit être aussi reconnu économiquement vu ses prestations. Ils n’ont pas accepté la proposition présentée il y a quelques mois, mais je suis certain qu’il y aura une issue positive." Que manque-t ’il à l’Inter pour arriver au niveau de la Juventus ? "Les Bianconeri sont entrain de battre tous les records, mais les suivre dans leurs parcours serait une bonne chose. Il nous faudra une ou deux années pour revenir à ce très haut niveau, mais déjà cette année l’équipe a retrouvé la Ligue des Champions, ce qui signifie que le Club et ses joueurs sont en pleine croissance." Pourriez-vous, l’année prochaine avancer avec Spalletti en fonction des résultats ? "Je ne peux pas répondre à cette demande actuellement sans souligner le très bon travail de Spalletti qui est un entraîneur d’expérience. L’élimination en Ligue des Champions ne signifie rien, il y a encore une demi saison devant nous pour évaluer de façon objective les prestations que proposera l’Inter. Il y a de l’optimisme pour aller de l’avant avec lui. De plus, nous avons conclu un contrat de 3 ans récemment avec Luciano." Trincao vous plait-il ? "Le Management suit les lignes de conduites requises par notre propriétaire : à savoir qu’il veut la Victoire. Il y a plusieurs opérations concrètes qui pourront amener à l’engagement des joueurs, le noyau sera optimisé dans chaque secteur, mais il est déjà fort actuellement." "Je suis certain que Trincao et déjà sur les tablettes d’Ausilio, c’est un joueur fort et si cela m’est possible, j’entrerai aussi dans les transactions afin de parvenir à le recruter chez nous." Est-ce possible de croire à un retour de Josè Mourinho ? "En ce moment, il faut penser à l’Inter du présent, pas à celle du passé, je suis simplement déçu de son renvoi." Qu’avez-vous à dire à la Juve suite aux déclarations de sa Direction ? "Je ne suis pas là pour polémiquer, il y a déjà eu trop de discussions, il y a des situations bien plus importantes à prendre en considération." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. En marge du tirage au sort des huitième de finale de la Ligue des Champions, Pavel Nedved s'est livré sur ses déclarations cinglantes envers Giuseppe Marotta. L'ancien Administrateur-Délégué de la Juventus ayant rejoint l'ennemi-juré, l'Inter, pour y occuper le même poste. Rappel des faits Lors de l'avant-match du Derby Della Mole, le Tchèque n'avait pas fait dans le détail : "Si cela m’a fait bizarre de voir Marotta dans un autre camp ? Oui, désormais, c’est officiel. C’est un professionnel, mais peut-être n’a-t-il jamais été juventino." Ce jour, il en remet une couche "Ce n'est pas une parole en l'air, c'est une affirmation. La Juve a toujours existé avant et après son départ, ce sera pareil avec moi. Ce n'était pas qu'une simple parole en l'air, mais une confirmation de ce que je pense." "Il existe deux types de dirigeants professionnel : Ceux qui décident d'aller n'importe où et ceux qui pensent qu'il n'est pas juste de rejoindre certaines autres équipes, je l'ai surtout dit pour ça". Comment dit-on aigri en Juventino ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Interviewé par RMC Sport Network, Pierpaolo Marino (ndlr: un dirigeant sportif italien) s’est exprimé suite aux déclarations de Luciano Spalletti à l’encontre de Giuseppe Marotta : Rappel des faits Spalletti, la déclaration de Marotta : "Spalletti a tout le soutien du club" vous fait-elle plaisir ? "Je me serais senti tout de même sur la sellette, même si j’avais passé le tour, parce que c’est comme cela la vie à l’Inter : A l’Inter tu es toujours un peu en discussion. Le jour où nous aurons plus de temps, nous pourrons parler ensemble de ma carrière et je vous raconterai de belles histoires." "Le soutien que la Direction veut me donner me nuit un peu car c’est comme si je ne faisais pas le job. Je n'ai aucun problème pour gérer ce genre de situation. Je trouve les solutions à l'intérieur de moi-même, je dois connaître les choses à toucher parce que c'est cette question que je connais." "Je trouve les solutions en moi, je sais ce qu’il faut retoucher car c’est une situation que j’ai déjà connu. Quand quelqu'un veut t’apporter son soutien, il te fait aussi comprendre que tu ne fais pas le job. Même si c’est involontaire, ce genre de déclaration te fait encore plus de mal que si rien n’avait été dit." Recadrage "J’ai travaillé quatre ans avec Spalletti, je le connais et certaines fois ses propres déclarations peuvent le desservir. Je n’ai pas bien pris son écart, car un dirigeant se doit d’envoyer des messages de solidarité." "Spalletti doit arrêter de parler et changer de mentalité, il doit penser que lui et l’équipe doivent être en mesure de recevoir une marque de soutien de la part d’un dirigeant. Et lors de pareilles situations, ils doivent en être heureux." Spalletti est-il sur un siège éjectable ? Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. "L’Inter ? Plus que choisir, j’ai été choisi" – Telle a été la plus importante déclaration de Giuseppe Marotta, suite à sa nomination à l'Inter. A la fin du Conseil d’Administration qui avait ratifié sa nomination en qualité d’Administrateur-Délégué Sportif de l’Inter, Beppe Marotta s’était livré à la presse : Revenons sur ces déclarations : "Les sensations sont bonnes, c’est un jour de grande fierté. Plus que de choisir, j’ai été choisi et je remercie les actionnaires et la famille Zhang qui m’ont offert cette possibilité de débuter un nouveau chapitre." Un changement d’entraîneur ? "Spalletti est un excellent entraîneur, il a besoin de faire son travail avec sérénité, nous devons de notre côté le soutenir dans toutes ses activités. Ce n’est pas facile d’atteindre les objectifs que l’Inter veut obtenir, mais c’est obligatoire que d’avoir devant nous d’importants objectifs. Il doit travailler avec la plus grande sérénité car le club est à sa disposition." L’écart avec la Juve ? "Je ne veux pas faire de discours qui ne sont pas concret. Je cherche à obtenir une culture de travail qui s’accompagne du sens d’appartenance à tenir envers le club. C’est à travers tout cela que nous pourrons trouver des satisfaction, Il y a également le soutien des tifosi qui ne s’est jamais affaibli." Le Suning ? "Il est très déterminé et à soif de victoire, je ressens cette confiance du Management. A nous à présent de renvoyer l’ascenseur." Présent également lors de la remise du Golden Boy 2018, Beppe confirme que la tâche qui attend l’Inter ne sera pas simple : "Pour moi, ce ne sera pas facile après tant d’années de domination juventine. Le Calcio est fait de dynamiques et je vis plus que tout pour la passion envers ce monde. Une expérience s’est terminée et j’en ouvre une nouvelle avec enthousiasme. Avec Pavel, nous sommes devenus ennemis footballistiquement parlant, mais le cours de la vie suit son chemin." "A présent, c’est mon rôle de chercher à relancer, et j’insiste sur l’usage de ce verbe, une équipe qui dans le passé récent n’a plus gagné de titres." OBJECTIF MERCATO Selon la presse anglaise et plus précisément l’Express, Giuseppe Marotta aurait établi sa liste d’entraîneurs en vue de la saison à venir. Outre l’incontournable Antonio Conte, le Special One Josè Mourinho figurerait dans cette « Short-List ». Le portugais étant ce jour remercié par Manchester United. De fait, sa récente interview suite à sa défaite à Anfield Road peut prendre une autre tournure : "Mon Porto avait la capacité de presser et de récupérer le ballon en peu de seconde, mon Real savait partir en contre en peu de secondes. Mon Inter avait Lucio, Cordoba, Materazzi et Samuel, nous pouvions jouer durant cinq heures sans rien concéder à l’adversaire. Les joueurs font jouer l’équipe d’une certaine façon, de mon côté, il ne m’est pas possible de changer les qualités des joueurs de Manchester United." D’après Tuttosport, voici ce qu’il pourrait se passer du côté interiste en vue du Fair-Play-Financier et du Mercato estival : S’il souhaite être racheté, Keita devra jouer plus Ivan Perisic serait le Top Player qui devrait être sacrifié Antonio Candreva est annoncé sur le départ Suite au match entre l’Inter et l’Udinese, une rumeur fait de plus en plus son bonhomme de chemin : Rodrigo De Paul serait promis par Marotta. Ce samedi Rodrigo a d'ailleurs vécu une vrai immersion en Nerazzurro avec Mauro Icardi qui l’a personnellement escorté jusqu’au centre de La Scala Del Calcio pour l’échauffement. L’ancien joueur du Racing plait énormément à Piero Ausilio. Notre Directeur Sportif peut s’enthousiasmer encore plus lorsque l'on sait que Beppe Marotta en personne lui a promis de le recruter cet été. En effet, outre la Direction Nerazzurra, on pouvait retrouver dans les travées du Meazza, le Président de l’Udinese, Pozzo, et il n’est pas dur d’imaginer que certains échanges ait déjà eu lieu, également via leurs agents. Piero Ausilio a lui-même admis qu’il était déjà au travail en vue de la saison à venir. De fait, l’Inter devrait, durant ce mercato hivernal, procéder à une mise en option du milieu de terrain argentin, afin de pouvoir le signer dès le début du mercato estival et éviter ainsi de fastidieuses démarches pendant cette période. La future arrivée de Rodrigo De Paul pourrait compenser le départ de Perisic et/ou Candreva : En effet, l’argentin est multitâche et peut endosser plusieurs postes différents sur le terrain. Il pourrait être la chance de Spalletti qui est un entraineur qui mise énormément sur la tactique. Discours de futur interiste ? Questionné par Sky Sport, Rodrigo de Paul s’est livré sur la prestation Interiste et celle de son actuel club : Icardi ? "C’est un Top Player et par chance il joue pour l’Argentine, mais aujourd’hui, il avait le maillot de l’Inter. Il a décidé de la partie, sinon nous nous serions dirigés vers un match nul." Si j’aimerai jouer à l’Inter ? "Ben…Le Meazza est un stade historique mais je suis concentré sur l’Udinese, nous avons trois matchs difficiles face à des équipes qui ont des objectifs similaires au notre. Je suis un des Leaders de cette équipe et je ne peux rien faire d’autre que de penser à Frosinone." "J’aurai pu partir durant l’été, mais je suis resté et j’ai prolongé mon contrat. J’ai emprunté un chemin et je suis sûr que des résultats arriveront. Je veux penser match après match, puis nous dresserons l’intégralité du bilan durant l’été." Mon poste idéal ? "Dans le football actuel, il faut être dynamique, savoir jouer à plusieurs postes. Moi, j’aime jouer au football, peut-être que je me sens mieux sur l’aile gauche car je peux rentrer vers la droite du terrain pour tirer ou pour servir les attaquants. Ensuite, je sais tout faire, je peux être placé en 9,5 ou en meneur de jeu, peu importe tant que je suis sur le terrain." Le saviez-vous ? Lors de la remise du Golden Boy 2018, une très long entretien a eu lieu entre Marotta, Nedved et Paratici. S’en est suivi un rétropédalage de la part du Tchèque : "Beppe a été un grand professeur pour nous, pas uniquement pour moi, mais pour tous. J’ai vécu avec lui huit années importantes à la Juve. Je dois dire que cela m’a fait assez mal de savoir qu’il allait rejoindre ce grandissime adversaire qu’est l’Inter pour nous. Ils se sont renforcés, cela m’a fait souffrir, mais ça me va comme ça." Attaqué par Pavel Nedved, Giuseppe Marotta n’a pas souhaité réagir dans l’immédiat, mais toute patience a ses limites et après la déclaration du Tchèque en blanc, Beppe a cette fois-ci montré son ambition : "Je veux de nouveaux sparring partner, la Juve ne gagnera pas toujours en Italie, je chercherai à réduire l’écart pour nous relancer de toute part." La Vieille Dame sera-t ’elle supporter le fait de voir son ex plus heureux ailleurs ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Un nouveau chapitre du roman relatif à la prolongation de contrat de Mauro Icardi à l'Inter devrait voir le jour, avec comme objectif de proposer un avenir meilleur aussi bien pour le Capitaine Nerazzurro, que pour l'Inter. Selon la Gazzetta Dello Sport, le rendez-vous est fixé à ce début d'année 2019, durant la période relative à la trêve hivernal. Durant cette période de repos, Beppe Marotta va rentrer en scène afin de venir en aide à Piero Ausilio dans le cadre du renouvellement du contrat de Maurito. En finir avec cette prolongation Le contrat actuel expirant en 2021 se verrait prolonger jusqu'en 2023 et même si la volonté de l'Inter est d'archiver cette prolongation rapidement, il reste tout de même un bout de chemin à parcourir. Pour être clair, durant les derniers mois, l'Inter avait proposé 6 millions d'euros, bonus compris à Mauro. Icardi perçoit actuellement 4,5 millions de salaire fixe, le tout monte à 5,3 millions d'euros en fonction des bonus. Conséquence, Wanda Nara a rejeté cette offre en souhaitant pour son époux de joueur 8 millions d'euros. La touche Marotta : Faire sauter la clause libératoire Marotta a l'intention de faire en sorte qu'il y ait une issue positive dans ce dossier. Toutefois, l'ancien homme fort de la Juventus n'est pas un grand passionné de "l'Institution Clause-Libératoire", il ne retient pas cette façon de faire utile par rapport à la politique établie par le club. Beppe souhaite établir un scénario totalement différent en comparaison à la façon de faire de l'Inter, avant son arrivée. Si à une période donnée il avait été dit que la clause de Mauro aurait pu initialement passer de 110 à 120 millions d'euros, avec l'arrivée de Marotta, l'Inter prévoit d'éliminer tout clause libératoire dans le futur contrat d'Icardi. De plus, l'Inter devrait également suggérer à son capitaine de disposer d'une approche différente en ce qui se passe à l'extérieur des terrains. Maurito sera invité à mieux gérer certaines situations, parce que ces dernières sorties ont créé un mécontentement parmi les Tifosi. De sa fête après la défaite à la Juve, jusqu'à son voyage à Madrid pour le Super Classico... sans oublier les fuites relatives à la prolongation de son contrat qui se sont produites dans le courant de la semaine écoulée. Une mise au point a d'ailleurs eu lieu entre le Club, le joueur et son agent. Pour ou contre la clause libératoire ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Luciano Spalletti est à présent dans la ligne de mire, dans l’œil du cyclone, le natif de Certaldo ayant commis la faute de se faire éliminer de façon cuisante de la Ligue des Champions. Sortir de cette façon de la Ligue des Champions fait extrêmement mal, c’est comme se faire poignarder en plein cœur. Face au Psv, l’Inter avait à sa disposition qu’un seul résultat valide : la victoire. Mais comme ce fut le cas lors des saisons précédentes, l’équipe s’est liquéfiée comme neige au soleil et la désillusion importante, tout comme la rage dont font part les tifosi est normale, eux qui ont attendus 7 longues années pour goûter à nouveau à cette ambiance européenne. Les résultats de l’équipe lors des deux premiers matchs, deux victoires de suite face à Tottenham et au Psv, avaient fait rêver un peu tout le monde. Mais cette équipe n’est pas encore assez mure pour faire face à certaines situations, preuve en est la démonstration réalisée mardi soir, même s’il est vrai que l’erreur d’Asamoah peut vous couper les jambes, il ne faut pas oublier qu’il restait encore 80 minutes à jouer. L'incidence d'un remplacement Il s’agit-là du problème principal de Luciano Spalletti. Tout cela a été mis en évidence sur l’action qui a amené le but de Lozano, toutes les limites de l’Inter actuelle ont été mises en lumière : Trop de frénésie, un pressing mal réalisé, des joueurs hors de leurs positions. L’Inter aurait dû jouer avec calme, mais avec de la détermination, avec la tête froide et un cœur chaud, mais il n’y a rien eu de tout cela. La goutte d’eau… Lorsque l’arbitre a sifflé la fin du match, une bonne partie des tifosi est montée au créneaux en visant directement Luciano Spalletti. L’entraîneur Nerazzurro n’a commit qu’une seule faute actuellement, à savoir ne pas être parvenu à rendre confiance à ses joueurs. Cela passe aussi par ses remplacements, comme aligner Borja Valero à la place de Politano par exemple. Il s’agit-là d’un signal précis envoyé à l’équipe : On s’en contentera… Ce mardi soir, l’entrée de Sime Vrsaljko a pu être perçue de façon similaire, mais jouer au plus malin en se basant sur le résultat de Barcelone-Tottenham a été une grave erreur. Le talon d’Achille Le point crucial de ce match a eu lieu au milieu du terrain. En effet, lors de la préparation d’avant-match, Marcelo Brozovic a commencé à se toucher la cuisse et s’en est suivi une longue période d’incertitude, un frisson qui a également été perçu par les tifosi. La situation est simple : Marcelo est le seul joueur capable d’apporter de la géométrie dans le jeu, l’unique à pouvoir mener son équipe vers la lumière. Mais sa présence, même en étant touché sur le terrain, n’a pas suffi. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’Inter avait misé durant l’été sur Radja Nainggolan, un grand joueur, un vrai guerrier, mais qui âgé de 30 ans doit à présent relativiser et soigner ses blessures, lui qui est un joueur qui durant toute sa carrière, n’a jamais hésité un seul instant à mettre les mains dans la boue. Le Fair-Play-Financier et l’absence d’un plan B, Luka Modric plus précisément, ont eu un effet boomerang. L’espérance pour les tifosi est que l’Inter soit capable de réagir malgré cette dévastatrice désillusion. Là, le travail psychologique de Luciano Spalletti sera déterminant. Et lorsqu’on sait que ce dernier débute le mois le plus redouté de l’Inter, le mois de décembre, il est temps pour le natif de Certaldo de prouver ce qu’il vaut, de replacer l’église au milieu du village et de sonner l’heure de la révolte. Un avenir incertain En effet, et même s’il ne s’agit que de Tuttosport, Spalletti est dans une position des plus délicates. Le quotidien turinois avait annoncé à juste titre, l’arrivée de Marotta à l’Inter, ce qui sera acté ce jeudi 13 décembre 2018. Célèbre pour annoncer des recrues phares pour le club de sa ville, la Juventus, il semble être plus sérieux et précis lorsqu’il s’agit des autres clubs. Et actuellement, il se dit que Spalletti joue sa tête à l’Inter. Derrière lui plane en effet les ombres d’Antonio Conte, d’un certain Josè Mourinho consacré en 2010, et de Diego Simeone. De plus, avec l’officialisation de Giuseppe Marotta dans l’organigramme de l’Inter, nul doute que Beppe ne tardera pas à prendre des mesures sérieuses en vue de bâtir son équipe de champion. La Repubblica allant même plus loin que Tuttosport en annonçant déjà que Marotta a pris contact avec Conte : "…. i nomi sul futuro della panchina dell’Inter, perché adesso si insedia Beppe Marotta e si comincerà senz’altro a parlare di futuro, e il futuro secondo alcuni sarebbe Antonio Conte"...comprenez "Les noms sur le futur entraîneur de l’Inter circulent, car Beppe Marotta va s’insérer dans l’équation et va commencer sans aucun doute à parler du futur, et le futur selon certains se nommerait déjà Antonio Conte" Un retour du Duo à l’origine de la Juve actuelle, vous signez ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...