Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ivan perisic'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

99 résultats trouvés

  1. C’est une révélation de Fcinternews.it, les rumeurs entourant Ivan Perisic ne sont pas fondées. En effet, le Rekordmeister n’a pas encore pris de décision sur l’avenir d’Ivan Perisic, du moins pour l’instant. Un rendez-vous est par contre planifié avec l’agent du joueur. Ce dernier aura lieu au mois d’avril. Des échanges auront lieu sur le chemin parcouru et une analyse sera effectuée afin de voir s’il y a lieu, ou non, d’exercer le droit de rachat. Actuellement Perisic se sent bien au Bayern. Sûr de lui, il a su se montrer à son avantage ces premiers mois. Reste à présent à voir si le Bayern Munich, qui a déjà déboursé 5 millions d’euros pour un prêt payant, se décidera à verser les 20 millions d’euros repris dans le droit de rachat. L’Inter conserve donc l’espoir de le vendre au club bavarois, une telle somme serait considérée comme un trésor à investir aussi bien sur le bilan que sur le mercato estival à venir. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Nous l'avions presque oublié mais Ivan Perisic est toujours un joueur de l'Inter. Et il risque de toujours l'être cet été, puisque selon le journal Bild, le Bayern Munich n'est pas convaincu par le joueur et ne souhaite pas le racheter. Selon eux il n'a pas d'avenir à Munich. Son arrivée en août dernier était liée par la présence sur le banc de Niko Kovac, licencié depuis. Auteur de 4 buts et de 6 passes décisives en 19 rencontres, c'est jugé insuffisant pour penser à un rachat (fixé à 20M€). Malgré tout l'Inter prévoit de vendre le croate au prochain mercato estival. Pour rappel son contrat court jusque 2022. ®gladis32 - internazionale.fr
  3. Partie 1: Du retrait du brassard à Icardi à l'annonce de Marotta Une nouvelle année tire à sa fin, et 2019 a été bipolaire pour l'Inter. En essayant de remettre en ordre chronologique les épisodes qui ont marqué l'année du club nerazzurro, toutes ses situations, ses transferts qui caractérisent le monde du football, on voit émerger un fil rouge qui lie au final, les premiers mois de l'année à cette dernière qui voit l'Inter en tête du classement de SerieA. La première partie de la saison sous Conte est marquée du slogan Pazza Inter No More, pour marquer un terme avec une ancienne "philosophie" qui, quelques semaines avant l'arrivée du nouvel entraîneur, était toujours présente comme le témoigne la rocambolesque qualification en Champions League en fin de saison. Prêts à replonger dans l'année 2019 de l'Inter ? Commençons donc par les 5 épisodes de la première partie. Episode 1: Une requête de transfert et un retrait de brassard L'Inter est une équipe à cheval sur les traditions. Et par tradition, en hiver elle souffre. Malgré la victoire contre le Napoli lors du Boxing Day, 2019 commence mal pour l'Inter. Après la trêve hivernale en début janvier et la victoire probante contre Benevento en Coppa Italia, l'Inter se refocalise sur le championnat. Mais en deux semaines, la saison semble partir en cacahuètes. Après un soporifique match nul contre Sassuolo, arrive l'annonce de Marotta: Ivan Perisic a réclamé un transfert et est par conséquent exclu temporairement de l'effectif. A cette annonce font suite une défaite contre le Torino, une élimination en Coppa contre la Lazio dans une séance de tirs aux buts qui verra des ratés de Lautaro et Nainggolan et une autre très douloureuse défaite contre le Bologne de Mihajlovic à domicile. C'est peut-être le premier moment où, pour les médias, Spalletti a un pied et demi hors d'Appiano Gentile. Après la débâcle à domicile contre les hommes de Sinisa, il se murmure même que pour la fin de la saison une arrivée de Cambiasso, héros du Triplete et homme particulièrement apprécié de la tifoseria, serait dans les tuyaux. Le président Zhang et Marotta confirment cependant l'entraîneur, mais c'est probablement à ce moment que la décision a été prise de se tourner vers quelqu'un d'autre. La révolte arrivera ensuite après Parme lors d'une rencontre très compliquée que l'Inter remportera grâce à un exploit de Lautaro entré en cours de match. Cela semble d'ailleurs ramener le calme à l'Inter. Cela est aussi dû au fait que le mercato s'achève et que l'Inter n'a pas eu à brader Ivan Perisic, le croate redevient convocable pour l'entraîneur. "Semble ramener le calme" car, effectivement, dans les vestiaires du Tardini ce soir là, un évènement chamboule tout. La goutte d'eau qui fait déborder le vase. Et la semaine suivante, un tweet vient bouleverser l'histoire de l'Inter, le nouveau capitaine de l'Inter est Samir Handanovic. Il est inutile de revivre toutes les étapes qui ont porté à la destitution d'Icardi, de même inutile de parcourir les 51 longs jours durant lesquels le numéro 9 d'alors est indisponible. Une situation qui a empiré rapidement. Tout démarre d'un renouvellement de contrat qui a dégénéré et provoqué une absence qui marquera peut-être l'histoire de l'Inter. L'effectif en attaque est décimé. Keita Baldé se blesse, Nainggolan fait des allers-retours à l'infirmerie, l'Inter se fait éliminer de l'Europa League et le 3 mars elle se fait même dépasser par le Milan après une énième défaite, contre Cagliari. La saison semble avoir pris un tournant décisif avec à l'horizon, un derby della Madonnina déjà décisif. Episode 2: Il Derby del Toro Au cœur de la tempête, l'Inter garde quand même certaines certitudes. L'expérience de Spalletti permet d'empêcher que la barque ne sombre. Dans des moments décisifs de la saison il a su compter sur des performances d'individus qui ont fait la différence. Le derby retour a valu son pesant d'or, en effet, une qualification en Champions League était en jeu : l'Inter y arrive en quatrième du championnat après une période désastreuse et avec un Mauro Icardi toujours aux abonnés absent. C'est donc Lautaro Martinez qui prend les choses en main. Il Toro fournit l'assist de l'ouverture du score à Vecino avant de faire le break sur penalty en deuxième mi-temps en portant le score à 3-1, un but qui permet de prendre les trois points. Une lueur d'espoir après une période de ténèbres, qui lui donne aussi les faveurs du public de San Siro. Quelques jours après, Icardi revient dans le groupe et Spalletti cherchera à alterner Icardi et Lautaro mais les 53 jours d'absences auront délivré leur verdict: on sait à ce moment qui sera l'attaquant titulaire en 2019/2020. Episode 3: Pazza Inter, la dernière chance La saison suit donc son cours, l'Inter avance tant bien que mal vers une quatrième place inespérée. Les nerazzurri perdent à domicile contre la Lazio, puis s'enfoncent dans une série de matchs nuls étonnamment sans grandes conséquences, mais qui empêchent quand même de sécuriser l'objectif C1. Le climat est alors étrange, on commence déjà à parler d'Antonio Conte et d'une possible, probable révolution en été. Beaucoup de choses semblent déjà être considérées pour acquises, la qualification notamment. Lautaro se blesse, Keita ne convainc pas, Perisic disparaît des radars et pourtant l'Inter est toujours là, à résister, à s'agripper à sa défense pour ne pas rater le coche. Spalletti a alors l'occasion de sécuriser la qualification contre le Napoli mais une nette défaite renvoie donc les débats, encore une fois, à l'ultime journée, contre une équipe d'Empoli en lutte contre une descente en Serie B, qui par conséquent, vendra sa peau chère. Une rencontre "pazza", bon nombre de tifosi s'accorderont pour dire que cet Inter-Empoli fait partie des matches les plus durs qu'ils ont suivi. Les résultats des autres matches seront toujours clairs et nets, l'Inter est obligée de gagner. Le but tarde à arriver, il semble qu'il faudrait un miracle à l'Inter. Dans les tribunes tout le monde retient son souffle. Keita semble marquer un but décisif, exactement une demi-saison après le but qui devait lui permettre de se lancer. Mais l'Empoli ne rend pas les armes, assiège la surface de Handanovic et réussit à trouver l'égalisation. Le Meazza alors en fusion, semble subitement rempli de fantômes. A la fin, "l'homme de Spalletti", Radja Nainggolan, protagoniste de tant d'aventures extrasportives, sera l'artisan de la qualification, à la réception d'un ballon renvoyé après une galopade de Vecino. Un but qui envoie le Meazza au septième ciel. Les dernières minutes sont ensuite une torture, Empoli est partout sur le terrain et sur le dernier assaut des toscans, un ballon contré par Danilo D'ambrosio finit sur la transversale de Handanovic. Fin du match. Le baiser de Skriniar sur la tête du gardien slovène montre comment le nouveau capitaine, de par ses parades, le mental du groupe et aussi un peu de chance ont permis à l'Inter d'arracher la qualification en Champions League. C'est comme si tous le savaient à ce moment-là, que tout allait changer, un dernier hommage à une tradition folle. Spalletti salue son public pour la dernière fois, le cœur lourd à cause de la maladie de son frère. Une fin tragique qui dépasse le sport. Episode 4: No more Le "jour C" sera le 31 Mai. Antonio Conte est le nouvel entraîneur de l'Inter avec à la clé un contrat de 12 millions par saison. Marotta continue donc sa révolution du monde nerazzurro en intégrant Conte qui sortait d'une expérience de deux saisons à Chelsea et d'un quasi exploit avec l'Italie contre l'Allemagne à l'Euro 2016. L'annonce de son arrivée montre d'ailleurs un clair changement de régime, une nécessité de franchir un cap, aussi bien sur le plan sociétal que sur le plan sportif pour pouvoir espérer se hisser de nouveau dans l'élite du football mondial. L'Inter a beaucoup à faire, Conte le dit lui-même: "à moi de jouer". Dans sa vidéo de présentation, il descend d'une voiture devant le siège de l'Inter avec le président Zhang qui attend son arrivée dans les nouveaux bureaux du siège de l'Inter. Un symbole d'une relation déjà bien ficelée et confirmée dans cette vidéo où on peut aussi apercevoir Alessandro Cattelan. Antonio Conte annonce: "Pazza Inter No More". Crédible ? Episode 5: L'annonce de Marotta Un autre signal du changement de régime prend la forme d'une annonce de Beppe Marotta. En surprise il parle à SkySport lors d'une interview peu avant le ritiro "bunker" à Lugano: Mauro Icardi et Radja Nainggolan sont hors du projet Inter et seront vendus au cours du mercato. Personne n'est habitué à ce style de communication, par conséquent, sur les réseaux sociaux, les discussions s'enflamment. Tout le monde craint que cette double vente annoncée, difficile à concrétiser rapidement, ne bloque le mercato de l'Inter. Au final Nainggolan partira le 5 août, destination Cagliari en prêt. La telenovela Icardi par contre, s'enrichira d'autres chapitres avant sa conclusion au PSG. Le triptyque sera complété lorsque, après quelques matches amicaux, Conte s'exprime aussi sur Perisic, dont les défauts et le manque d'implication sont impossibles à conjuguer pour l'employer en milieu latéral de son légendaire 352. Lui aussi prendra donc place dans le charter des départs, direction Munich. de même pour Joao Mario, prêté au Lokomotiv Moscou. Ces derniers rapporteraient en cas de rachat, plus de 100 millions à l'Inter. Nainggolan lui semble destiné à revenir en attendant de savoir ce que le club souhaite en faire. Dès le ritiro en tout cas on remarque que la musique a changé, tout pour ne pas se retrouver dans la situation de janvier 2019, quand la saison a failli être vendangée après l'implosion du vestiaire des nerazzurri. ®Samus - internazionale.fr
  4. Ces dernières années, l’Inter était devenu dépendante de l’état de forme de Mauro Icardi. Fort de son importance, le joueur avait connu la folie des grandeurs, avant de tomber sur plus fort que lui : Giuseppe Marotta. En conséquence et en accord avec Antonio Conte, l’Inter a pris des décisions fortes et importantes en décidant de se séparer de son secteur offensif, comprenez Icardi, Perisic et Nainggolan. Le tout en décidant de miser sur le duo Lautaro-Lukaku. Si l’argentin n’était que le "remplaçant d’Icardi" il y a un an, cette année est placée sous le signe de la révélation, au même titre que Romelu Lukaku qui débute à peine en Serie A. Voici l’analyse de la Gazzetta Dello Sport L’Inter a récupéré 8 points à la Juventus comparé à l’année dernière, en passant de -9 à -1. Il s’agit d’ores et déjà là d’une victoire attendue. Il fallait, en effet, reformer une ligne offensive orpheline d’Icardi et Perisic, qui était depuis des années les références de ce secteur. Révolution totale et satisfaisante A présent, l’Inter est devenue une machine à buts. Il n’y a pas un seul match cette saison où l’Inter n’a pas pas fait trembler les filets. Le concept adopté est donc satisfaisant et déjà remboursé à 100% de satisfaction. L’Inter marque et marque beaucoup. En inscrivant des beaux buts et des buts utiles, personne dans le Top 5 européen ne peut revendiquer une telle constance. En effet, jouer face à l’Inter est actuellement considéré à évoluer avec le score de 1-0 en sa défaveur. A titre de comparaison, Liverpool et Manchester City ont inscrit 95% de buts lors de l’ensemble de leurs matchs. Conte peut revendiquer 32 buts inscrits par son Inter, dont nombreux proviennent de phases de jeu étudiées et mémorisées à l’entrainement. S’il fallait en choisir, l’entraîneur pourrait citer le but de Sensi face à l’Udinese sur une assist de Godin, en tête de son classement. Une phase de jeu qui résume à la perfection le travail réalisé et répété à Appiano. Dans l’absolu, l’Inter cette saison a déjà inscrit 4 buts de plus comparé à l’année dernière, 5 buts si l’on prend en considération la Ligue des Champions. La répartition est également équilibrée : sur les 26 buts inscrit en Serie A, 13 l’ont été en première période, les 13 autres l’étant forcément dans la seconde. A eux seuls, Lukaku et Lautaro représentent 50% des buts inscrits. Un duo attendu au tournant par Conte qui ne peut qu’être satisfait. L’Inter compte cette année 10 buteurs différents sur l’ensemble de son noyau. A titre de comparaison, la Juve qui dispose d’un noyau plus important est derrière avec 9 buteurs différents. Si l’on rentre dans le détail, l’Inter est capable de marquer de n’importe où Toutes compétitions confondues, l'Inter peut marquer du droit, du gauche, de la tête, à l’intérieur de la surface (26 buts) mais également à l’extérieur (6 buts). L’apport des milieux de terrain où personne n’est exclus est également important. S’il fallait proposer une galerie d’art des plus beaux buts, il y a lieu de mettre en avant les réalisations de Barella face à Vérone, de Lukaku face à Brescia, de Brozovic et de Candreva face à Lecce, de Lautaro à Dortmund sans oublier le but de Sensi à l’Udinse et le but inscrit par Vecino au Borussia. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Dans l’attente de connaitre l’issue de cette saison, Antonio Conte peut d’ores et déjà espérer revivre un nouveau mercato "Da Inter." En effet, Gabriel Barbosa, Joao Mario, Mauro Icardi, Ivan Perisic et Radja Nainggolan devraient tous se voir racheter. Plus que le départ des indésirables, cette pluie de millions d’euros devrait être intégralement réinvesti sur la saison à venir. De quoi songer à un avenir radieux. Demandez à Marotta si le rendement des joueurs actuellement en prêt dans d’autres équipes est source de regret ? La réponse sera négative, et bien plus que des regrets, l’Inter espère que les joueurs continueront tous à se comporter de la sorte. A eux 5, les joueurs pourraient permettre à l’Inter de disposer d’un véritable trésor de 150 millions d’euros. Mieux encore, la vente hivernale de Gabriel Barbosa pourrait permettre à Marotta de s’activer déjà lors du mercato qui arrive sans devoir endetter le club et de la sorte respecter les critères du Fair-Play-Financier. Gabriel est déjà vendu à Flamengo pour une somme estimée à 22 ou 23 millions d’euros. Il ne manque plus que le paraphe du joueur pour finaliser la transaction. Mauro Icardi, auteur d’un début de saison retentissant en Ligue 1, a séduit le club de la Capitale Française. Leonardo s’activant déjà à entamer les démarches afin de signer l’ancien numéro neuf interiste. Un droit de rachat de 65 millions d’euros, additionné au prêt payant de 5 millions d’euros permettront à l’Inter de récolter une somme totale de 70 millions d’euros. Ivan Perisic, auteur de prestations de premier rang, a séduit le Bayern qui compte miser sur lui pour l’avenir en le rachetant pour 20 millions d’euros Joao Mario serait déjà racheté par le Lokomotiv Moscou. Si l’annonce n’a pas été officialisée, la Beneamata a eu la confirmation que le club moscovite est prêt à le racheter pour une somme de 18 millions d’euros. Radja Nainggolan revit actuellement à Cagliari. Pesant actuellement 19 millions d’euros, Marotta pourrait le céder à ce prix au club sarde, sauf si d’autres offres bien plus importantes viendraient à être déposées sur sa table. Le Saviez-Vous ? Il n’y aura pas de moins-value réalisée concernant Gabriel. Si Flamengo débourse 20 millions d’euros + 2 à 3 Millions d’euros de bonus, la transaction garantira aux Nerazzurri une plus-value de 7,2 millions d’euros, auxquels il y a lieu d’ajouter une épargne de 6 mois d’amortissement à hauteur de 2,5 millions d’euros. La plus-value globale serait donc de 9,7 millions d’euros. Une casse limitée pour l’une des pires erreurs de casting de la décennie actuelle. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Ivan Perisic s’est livré à The Atletic. L’ailier interiste, prêté cette saison au Bayern de Munich, a d’ores et déjà envoyé un message aussi bien à l’Inter qu’au club Champion d’Allemagne: "Nous parlons du Bayern de Munich, l’un des 5 plus grands clubs au Monde. Chaque club a différentes options pour tout ses postes. Je n’étais pas son premier choix et tout c’est déroulé très rapidement. Je crois en moi et je peux convaincre le club de me garder, c’est mon désir, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour y parvenir." Un regret ? "Vous le savez tous : Après la blessure de Sané, le Club a contacté l’Inter et ensuite mon agent. J’y ai pensé en famille durant une nuit, ensuite j’ai accepté. . J'ai souvent été, comment dire sous-évalué, je suis toujours entré dans mes clubs par la porte de service. Seul le temps a pu démontré mes qualités." "Je ne suis pas présent sur les médias, je préfère parler sur le terrain." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Pour Karl-Heine Rummenigge, Niko Kovac a eu du flair en exigeant et en recrutant Ivan Perisic C’est un fait, Ivan est redevenu Terrible en Bavière, il ne déçoit pas, est devenu titulaire fixe. Il a également marqué deux fois en Bundesliga et est l’auteur de 4 passes décisives entre championnat et coupe d’Europe. Rummenigge, sceptique au mois d’août sur le croate, est à présent prêt à revoir sa copie, renforcé par le sérieux du joueur également à l’entrainement. De fait, l’option d’achat de 20 millions d’euros serait considéré comme une formalité En cas de revente au Bayern, l’Inter et le Suning pourront compter une plus-value de 15 millions d’euros, soit une belle bouffée d’air pour les caisses, sans oublier l’impact salarial du joueur qui ne rentrerait plus dans les plans du clubs... Si Perisic continue de la sorte, les discussions pourrait déjà débuter au printemps. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. IVAN PERISIC Informations Générales : Nom : Perišić Prénom : Ivan Poste : Milieu offensif, Ailier Date de naissance : 02/02/1989 Lieu de naissance : Split Pays : Croatie Taille : 187 cm Poids : 80 Kg Numero de maillot : ? Au club depuis : 2015 Position sur le terrain : Biographie : Ivan Perišić, né le 2 février 1989 à Split, est un footballeur international croate qui évolue au poste de milieu de terrain Âgé seulement de 17 ans lors de l'été 2006, Perišić intéresse de nombreux clubs comme le PSV Eindhoven, l'Ajax Amsterdam et le Hambourg SV, et réalise un essai avec le club belge du RSC Anderlecht. Mais c'est finalement le FC Sochaux qui lui fera signer un contrat de 4 ans. Malheureusement, sa licence amateur reste longuement non homologuée et c'est le 31 décembre 2006, jour de la date butoir que celle-ci recevra son homologation, permettant ainsi à Perišić de faire ses débuts officiels avec les 18 ans nationaux du club, avec qui il remportera la coupe Gambardella en 2007. Francis Gillot ne le faisant pas jouer, il est prêté le 2 janvier 2009 au KSV Roulers. Le 26 août 2009, après un essai infructueux avec le Hertha Berlin, il signe au FC Bruges un contrat courant jusqu'à l'été 2012 après avoir été transféré pour la somme de 250 000 euros. Il quitte le FC Sochaux sans n'avoir jamais participé à aucun match officiel, ne faisant qu'une apparition sur une feuille de match lors du 16e de finale de la Coupe de la ligue, le 24 septembre 2008 face à Marseille. Carrière Le 1er octobre 2009, il inscrit son premier but en Europa Ligue avec le FC Bruges face au FC Toulouse. À l'issue de la saison 2010-2011 et 22 buts marqués, il est élu meilleur buteur du championnat et Footballeur Pro de l'année, il rejoint le Borussia Dortmund pour un montant estimé à 5 000 000 euros selon la presse allemande. Le 13 septembre 2011, il inscrit son premier but en ligue des champions face à Arsenal À la recherche de plus de temps de jeu, Perisic quitte Dortmund le 6 janvier 2013 pour le VfL Wolfsbourg. Son transfert est évalué à 7,5M€. Perišić est apparu au niveau international pour les moins de 17 ans, moins de 19 ans et moins de 21 ans en équipes nationales croates. Il a participé à la qualification en Coupe d'Europe 2011 des moins de 21 ans, où il a marqué deux buts. Le 26 Mars 2011, à l'âge de 22 ans, Perišić a fait ses débuts pour l'équipe nationale croate principal contre la Géorgie. Il fut titulaire pour l'ouverture de l'UEFA Euro 2012, contre l'Irlande, puis, il est de nouveau titulaire face à l'Italie. Il est cependant remplacant lors du dernier match des phases de poules, contre l'Espagne (défaite 1-0 ). Il fut sélectionné avec la Croatie pour participé à la coupe du monde 2014 au Brésil. Pendant les éliminatoires de la coupe du monde 2014, Perišić est apparu dans 12 matchs avec la Croatie, et a marqué son premier but international lors d'un match nul 1-1 face à la Belgique. Le 14 mai, Perišić a été sélectionné dans le groupe des 30 joueurs Croates participant à la Coupe du monde 2014. Le 31 mai, il a inscrit un doublé lors d'une victoire 2-1 contre le Mali lors d'un match d'échauffement pour la Coupe du Monde. Perišić a été confirmé en tant que membre officiel de la Croatie pour Coupe du Monde le 2 Juin. Perišić était dans l'équipe de départ de la Croatie pour le match d'ouverture de la Coupe du Monde 2014 contre le Brésil. Le match s'est terminé sur une défaite 3-1. Le match s'est joué à la Corinthiens Arena, à São Paulo. Lors du match suivant, il a marqué le deuxième but de la Croatie lors d'une victoire face au Cameroun 4-0. Le 23 Juin, il a marqué le seul et unique but de l'équipe lors d'une défaite 3-1 face au Mexique qui les a éliminé du tournoi. Malgré l'élimination précoce de la Croatie, Perišić a été classé comme le deuxième meilleur joueur de l'exécution de la phase de groupes par la FIFA. Courtisé par l'Inter de Milan durant l'Ete 2015, Ivan Perisic n'a pas hésité à aller au clash avec son club de Wolfsburg. Ce vendredi 28 août 2015, il est transféré à l'Inter de Milan pour une somme avoisinant les 20M€ Palmarès 2007: Vainqueur de la Coupe Gambardella avec le FC Sochaux 2010-2011: Meilleur buteur du Championnat de Belgique avec 22 buts 2012: Champion d'Allemagne et Vainqueur de la Coupe d'Allemagne avec le Borussia Dortmund 2015: Vainqueur de la Coupe d'Allemagne en 2015 avec le VfL Wolfsbourg Parcours 2007/09: FC Sochaux (prété en 2009 au KSV Roulers) 2009/11: FC Bruges 2011/13: Borussia Dortmund 2013 - 28/08/2015: VfL Wolfsbourg Depuis le 28/08/2015: Internazionale FC ©Wikipedia
  9. C'est à travers les réseaux sociaux que le Bayern de Munich a annoncé la signature d'Ivan Perisic. "Le Bayern a recruté en prêt le joueur croate. Le vice-champions du Monde arrivera en prêt à Munich pour une période d'un an avec un droit d'achat actif dès le 30 juin 2020." "Ivan nous aidera de part son expérience depuis des années au niveau internationale, c'est un joueur techniquement fort et un joueur adapté à l'attaque. Je suis certains qu'il s'intégrera rapidement car il connait bien le championnat allemand et l'entraîneur Kovac" - Hasan Salihamidzic, Directeur-Sportif du Bayern "Je suis très fier de revenir en Allemagne. Le Bayern est l'un des plus grand clubs d'Europe. Je veux faire de belles choses en Bundesliga, mais également en Coupe d'Allemagne et en Ligue des Champions" - Ivan Perisic Arrivedeci! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Ivan Perisic est sur le point de retrouver la Bundesliga. Selon Spox.com, un site allemand, voici le détail de l’opération "Il s’agira d’un prêt onéreux avec un droit de rachat fixé entre 20 et 30 millions d’euros. Perisic partira, dès ce début de semaine en Allemagne pour y réaliser la traditionnelle visite médicale. Son premier entrainement chez le Champion allemand devrait avoir lieu ce mercredi après avoir paraphé son contrat." "Le croate pourrait déjà être à disposition de Kovac pour le match de championnat face à l’Herta Berlin de ce vendredi." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Ivan Perisic a toujours la côte en Allemagne. Son agent Nelio Lucas, avait déjà été contact par le club bavarois. Si le vice-champion du Monde disposait de l’aval de son compatriote Nico Kovac, Karl-Heinz Rummenigge avait bloqué le transfert en prétextant que ce recrutement n’étais pas en adéquation avec la philosophie du RekordMaster La raison ? Âgé de 30 ans, il ne représentait pas un investissement productif pour le futur. Malgré tout, Lucas a travaillé sur une opération très avantageuse pour un joueur dont la valeur est passée sous la barre des 25 millions d’euros. Ces derniers jours, Lipsia, club également allemand avait sondé l’Inter. Perisic n’avait toutefois pas fait par d’un enthousiasme important. La blessure de Sané Le Bayern de Munich était prêt à débourser une somme proche des 100 millions d’euros pour s’offrir l’ailier des Citizens. Malheureusement Sané s’est fait les ligaments croisé antérieur. Le Champion d’Allemagne a du revoir sa copie également vu le non-recrutement de Nicolas Pépé qui était le premier choix du club. Le Bayern devant se renforcer dans ce secteur, est disposé à négocier sur la base d’un prêt onéreux estimé entre 3 et 5 millions d’euros et un droit de rachat estimé entre 18 et 20 millions d’euros. Cette formule a été validée par l’Inter, Conte étant déçu d’Ivan le terrible. Selon Gianluca Di Marzio, les discussions sont en phase très avancées ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Une conférence de presse d'Antonio Conte aura été suffisante pour qu'Ivan Perisic prépare ses valises. Le vice-champion du Monde, qui ne répond pas aux attentes de l'ancien sélectionneur de la Nazionale, devrait quitter l'Inter après y avoir disputé 162 matchs, pour 40 buts inscrits sur une période de 4 saisons. Selon le Corriere Della Sera, le club actuellement le plus intéressé se nomme l'As Monaco. Celui-ci ne parvenant pas à trouver un arrangement avec le Milan Ac pour s'attacher les services d'André Silva a décidé de disposer des fonds prévus pour recruter cette fois-ci le Croate. En cas de transfert, l'As Monaco pourrait présenter une attaque 100% interiste avec Jovetic, Keita Baldé et Ivan Perisic. D'après les dernières informations, les Monégasques seraient disposés à satisfaire aussi bien l'Inter que Perisic. Validez-vous un tel transfert ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. L’entraîneur Nerazzurro s’est livré à la presse, suite à la première défaite de son règne face à Manchester United. "Ce que je retiens de positif, c’est l’engagement de mes joueurs, c’est ce qu’il y a de plus important. Ils ont donné ce qu’ils avaient dans un moment délicat, car nous venons de traverser une période d’entrainement très intensif. Cette façon d’aborder le match est positive et c’est sur cette base que l’on pourra construire quelque chose d’important." "Il y a beaucoup de choses à améliorer en phase de possession de balle et en matière de pressing, il s’agit de choses qui sont difficiles à mettre en place après seulement quelque jours. Avec la chaleur, nous avons rapidement reculé, nous aurions du être meilleurs pour les presser lorsqu’ils avaient la possession, mais c’est difficile d’être prêt après 9 jours. La base importante reste l’esprit positif et la volonté de bien faire des garçons, c’est le plus important." La rencontre face à la Juve ? "Nous devons travailler sur tous les aspects, d’un point de vue physique et tactique. Le temps pour récupérer pour ce match est très limité. Nous allons nous présenter dans un lieu où il m’a été rapporté que les conditions climatiques sont prohibitives. J’espère pouvoir m’y entraîner." "Nous avons besoin de jouer des matchs mais aussi de nous entraîner. Je chercherai à améliorer les phases de constructions et de pressions, à faire comprendre certains moments de la rencontre et à construire quelque chose d’important. Quand tu es sur la piste de danse, tu dois danser." Perisic ? "J’estime qu’il travaille, mais le retour n’est pas positif. Je ne pense pas qu’il soit adapté pour le rôle que je lui demande. L’unique poste où il peut jouer en ce moment, c’est en attaque. En compensation, j’ai vu Dalbert qui a réalisé une partie en faisant preuve d’une très grande application." "Je savais que nous pourrions souffrir dans ce type de match, ce sera ainsi durant toute la phase de pré-championnat, ce sera difficile pour beaucoup de raisons. J’ai aimé la volonté des joueurs qui sont rentrés sur le terrain, leurs envie de se battre. Nous devons améliorer plusieurs aspects, la gestion du ballon, presser haut l’adversaire, mais il y avait aussi cette importante chaleur." Lukaku ? "Vous savez ce que je pense de lui, je l’ai déjà dit. Mais ce n’est pas juste de parler d’un joueur qui, actuellement, évolue à Manchester United. Nous devons avoir du respect pour son club, pour Lukaku aussi, mais également pour mes joueurs. Lukaku me plait énormément et ce serait un grand transfert pour l’Inter. Mon espoir est de parvenir à le transférer à Milan, mais il est impératif de trouver un accord avec son club." Pogba ? "Nous nous sommes salués avec Paul, il est devenu Papa il y a six mois. J’ai de l’affection pour ce garçon, nous avons discuté. C’est clairement une conversation secrète, bien qu’il pourrait m’apporter un peu d’aide…il sourit : Je plaisante." Le saviez-vous ? Le clan Perisic l’a mauvaise. Antonio Conte a été clair et lapidaire. Cette façon de faire l'a irrité, et c’est un euphémisme, l’entourage d’Ivan regarde ailleurs à présent. Depuis le non du croate au Shanghai Shenhua et le véto de Rummenigge pour le Bayern, Ivan peut à nouveau partir en Premier League : Mise à prix 30 millions d’euros. Bonucci se méfie de son ancien mentor. Questionné par JTV sur la saison à venir voici la déclaration du joueur formé par l’Inter…."Il faudra se battre cette saison, surtout en Italie, car l’Inter a recruté l’un des meilleurs entraîneurs et le Napoli continue à grandir. En Europe, nous savons que les grandes équipes s’améliorent toujours, ce sera également une bataille." Lukaku a réclamé un maillot de l’Inter. A sa sortie du National Stadium de Singapore. Le Diable Rouge l’avait entre les mains et il a fait preuve d’une grande disponibilité en zone mixte pour signer des autographes et poser pour des photos. Interpellé par un journaliste italien qui l’a questionné sur son avenir, il a répondu par un simple "Sorry" avant de filer dans le car. Nul doute que Romelu avait envie de répondre qu’il souhaite être transféré à l’Inter, mais vu le contexte actuel, il n’a pas pu le faire. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Selon Tuttosport, Ivan Perisic a convaincu Antonio Conte, le croate étant prêt à accepter les assignations du natif de Lecce. "Le club l’a retiré du Mercato avec la conviction que le croate peut représenter une réelle certitude. Les évaluations réalisées par le Club, et la confiance accordée par l’entraîneur, exigent une réponse du principal intéressé. Face à des adversaires plus importants, le croate devra comprendre qu’il s’attèlera aux phases défensives. Sa concentration devra être constante en match et il devra se montrer féroce." "Le joueur dispose de qualités physiques, mais cette expérience doit encore être réussie. SI Perisic venait à être confronté à des problèmes, ou qu'il soit souffre sur le rôle à tenir, l’Inter pourrait réactiver ses radars à la recherche d’un autre spécialiste, une éventualité que personne ne souhaite, ni à Singapour, ni à Milan." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. L’international croate va devoir tout de suite se mettre en valeur, s’il veut faire partie du projet Nerazzurro. Voici ce que nous révèle la Gazzetta Dello Sport "L’été Nerazzurro sera fondamental pour de nombreux joueurs. L’un d’entre eux est sur la sellette : Ivan Perisic. L’ailier croate de l'Inter a connu une dernière saison digne des montagnes russes. Il y a douze mois, il avait beaucoup de courtisans, il avait même demandé à partir dès janvier, mais il est resté convaincu par Marotta et Spalletti." "Néanmoins, il n’a jamais proposé de continuité. Aujourd’hui, Ivan joue gros. Conte l’apprécie et il aimerait faire usage de son jeu sur toute son aile, mais le point d’interrogation reste la tête." "Sur cela, l’entraîneur a été très direct lorsqu’il y a eu la comparaison avec Eto’o du Triplé, si ce n’est au niveau du sens du sacrifice. Reste à voir si le message sera reçu, tous s’attendent à un changement de rythme de la part de Perisic." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Selon le Corriere Dello Sport, Ivan Perisic serait courtisé sérieusement par Arsenal, Emery souhaite s'attacher les services du croate déjà approché lors du mercato hivernal. "Le Sun est revenu sur la possibilité d'une possible course de la part des Gunners pour le croate. Emery le voulait déjà en janvier et une nouvelle demande d'information a été faite. Nelio Lucas a d'ailleurs rencontré, à plusieurs reprises, Piero Ausilio à Milan. Tout laisse penser que quelque chose se trame." "Ivan a, de son côté, refusé les offres importantes émanant de la Chine. Il compte bien rester dans le monde du football européen. Conte, de son côté, souhaite lui parler de vive-voix après un échange téléphonique." Le rendez-vous est prévu lors du stage estival à Lugano. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Les sirènes anglaises sont de retour pour Ivan Perisic, auteur d’une saison bien en-deçà des attentes du Club Nerazzurro. Ce jeudi, Ivan le Terrible s’est présenté au siège interiste afin de parapher des documents liés aux droits d’images et satisfaire aux questions de sponsoring. Son avenir est encore à définir En effet, le croate ne sait pas, pour l’heure, s’il rentre dans les plans du duo Marotta-Conte. Ces derniers l’ont inséré dans la liste des joueurs sacrifiables contre une somme avoisinant les 30-35 millions d’euros. L’agent d’Ivan, Nelio Lucas, est actuellement en train de travailler sur le marché anglais. Des contacts récents avec Arsenal ont repris et les Gunners pourraient revenir à la charge après avoir courtisé le joueur en janvier. Emery est un grand admirateur de Perisic et si les conditions économiques le permettent, les londoniens devraient frapper à la porte du club Nerazzurro. Comprenez : Arsenal va devoir vendre et disposer de fonds avant de pouvoir procéder à de gros investissements. En effet, les Gunners ne participeront pas, pour la troisième saison consécutive, à la Ligue des Champions. Outre Arsenal, deux clubs anglais ambitieux se sont manifestés. Il s’agit-là de clubs de "moyenne catégorie" : Leicester et Wolverhampton. Ces destinations n’enchantent guère Perisic, mais les pistes ne sont pas à exclure. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Cette annonce a secoué le monde interiste : Ivan Perisic pourrait rester à l’Inter la saison prochaine. En effet, Antonio Conte y est allé de son véto. Le plan du natif de Lecce Conte a déjà en tête une idée pour revitaliser Perisic après une année où il a disputé 45 matchs pour 9 buts inscrits, mais avec tellement de matchs où il a sombré. Dans le 3-5-2, Ivan aura la tâche de s’occuper de toute l’aile, en évoluant exclusivement à gauche. Il aura comme fonction des tâches défensives plus importantes, mais il lui serait aussi possible de déborder de son aile. Pour vous rafraîchir la mémoire, Ivan Perisic occuperait un rôle similaire à celui de Samuel Eto’o qui a été magique lors de la saison du Triplé. Replacé en latéral gauche, il aura été fondamental pour Josè Mourinho dans la conquête du titre européen. Mis à part le fait qu’une offre importante soit déposée sur la table, Ivan Perisic restera donc à l’Inter. Il y a un an, Ausilio avait refusé les 50 millions d’euros proposés par United, cette saison, Ivan vaut à présent 30 millions d’euros. L’Inter pense à réaliser sa plus-value d’ici au 30 juin, mais sauf si elle se voit contrainte et forcée, elle conservera le croate. Pour Antonio Conte, Ivan doit redevenir Ivan Le Terrible. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. C’est l’information de ce début de semaine. L’Inter, qui est actuellement à la recherche d’un nouveau buteur, compte bien s'attacher les services d'un attaquant de renom. Mauro Icardi, lui, semble toujours être destiné à une vente au mois de juin. Le premier choix de Beppe Marotta et Piero Ausilio se nomme Romelu Lukaku, auteur d’une saison moyenne avec Manchester United. Du côté du meilleur buteur des Diables Rouges, celui-ci serait très intéressé par l’idée de rejoindre l’Inter. Son agent Federico Pastorello travaille également sur le sujet et les bases salariales ont été revues à la baisse : s’il signe, il percevra un salaire de 7,5 millions d’euros plus bonus pour une période de cinq ans. Compromis à la Belge L’Inter va donc présenter, à travers Pastorello, une somme estimée entre 20 et 30 millions d’euros et Ivan Perisic en contre-partie technique. Ce dernier étant évalué entre 30 et 35 millions d’euros à Milan. En effet, Manchester United chiffre Lukaku à une somme entre 60 et 70 millions d’euros. Ce dernier pesant encore 51 millions d’euros sur les comptes anglais, il y aurait une plus-value. Deux raisons poussent l’Inter à agir de la sorte : Le choix du croate de rejoindre la Premier League Le ménage à effectuer en se libérant d’un grand nombre de joueurs du noyau actuel L’agent de Perisic va également rencontrer Ed Woodward, le Directeur Technique des Red Devils, pour poser les premières pierres d'une telle transaction. Qui plus est, en proposant Perisic, l’Inter vise une diminution du cash à dépenser, ce qui lui permettra de ne pas concentrer un paquet d’argent, limite excessif, sur un seul et unique objectif. Entre l’idée et la concrétisation, il n’y a qu’un pas… Et pas des moindres puisqu’il s’agit de la volonté de Manchester United qui est à la recherche d’ailiers. Il pourrait donc avaliser le transfert, mais continuer à chercher d’autres alternatives également. En effet, il ne faut pas oublier que l’idée première du club anglais est d’encaisser du cash pour financer le mercato en entrée, qui, selon les dernières indiscrétions, sera également très important car en cas de départ de Romelu, United devra également partir à la recherche d’une nouvelle pointe, étant donné que le club ne disposera plus que d’un attaquant titulaire. Pour rappel, Josè Mourinho s’était cassé les dents, il y a deux ans face à Woodward pour s’offrir le talentueux croate. Mais la donne a changé avec Ole-Gunnar Solskjaer qui est du même avis et qui avait déjà mis en "prévente" Lukaku. Perisic veut la Premier League, et United devra faire face à la volonté du belge et à sa disponibilité de vouloir revêtir le maillot Nerazzurro. Dans le même temps, l’Inter devra définir également une position définitive envers Mauro Icardi. Lukaku pour Perisic, vous validez ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. L'avenir du croate semble être anglais. Depuis longtemps déjà, Perisic a exprimé son souhait de changer de championnat et de tenter une nouvelle expérience. Pour rappel en janvier il était tout proche d'Arsenal mais faute d'offres concrètes et satisfaisantes, il est rester à l'Inter. Cela se confirme à nouveau pour le prochain mercato, toujours du côté des Gunners mais aussi de Manchester United et de West Ham. Selon le Sun, ces derniers seraient sérieux et ils seraient déjà en train de sonder Ivan Perisic et son entourage. Du côté de Milan, l'Inter connait la volonté de son joueur, mais il faudra une offre d'au moins 40M pour convaincre le club de le vendre. Bien loin de ce qu'il valait l'été dernier... ®gladis32 - internazionale.fr
  21. Luigi Simoni, l’un des entraîneurs les plus aimés de la Beneamata, s’est livré sur son Inter et l’Inter du présent : "Il faut qu’il y ait une harmonie de groupe pour atteindre des objectifs. Si tu ne gagnes pas, tu ne vas nulle part et tu dois faire face à des problèmes de vestiaire." La confrontation Icardi-Perisic ? "Les joueurs d’aujourd’hui sont bien plus des individualités, ils pensent en premier à leurs intérêts personnels avant de penser au bien de l’équipe." Il ne faut pas l’oublier, mais avant un certain Josè Mourinho, c’était Gigi Simoni qui était le dernier entraîneur à offrir un titre européen à la Beneamata, lors d’une nuit parisienne magique, le 6 mai 1998. "Cette Inter avait tant de personnalité et d’audace, je n’y ai jamais connu aucun problème. Il y avait une alchimie fantastique entre les garçons. Je le répète toujours et je l’ai même dit à Moratti : Je n’ai plus jamais revu une Inter comme celle que nous avions en 1997-1998 où nous avions tous les joueurs qui s’entendaient aussi bien." Si j’en ai le mérite ? "Non, il revient aux joueurs. Ils faisaient preuve d’humilité, d’éducation. Ce n’était pas une fausse modestie, c’était valable pour tous : De Ronaldo à Zanetti, en passant par Simeone, Zamorano et Bergomi….Tous avaient en tête que l’unique chose qui comptait, le bien de l’équipe. Il n’y avait ni envie, ni jalousie." Et dire que vous aviez à gérer le joueur le plus important du monde…un certain Ronaldo. "Il sourit…un sourire qui en dit long….Au début, j’étais curieux de connaitre la tournure des évènements…Nous venions de nous offrir le joueur le plus fort et le plus connu au monde, je m’attendais à faire face à un joueur qui allait faire sa Diva mais c’était tout l’opposé. Ronie était d’une disponibilité et d’une douceur unique. Il était toujours prêt à donner un coup de main, il n’a jamais fait peser le poids d’être considéré comme le meilleur. Il n’a jamais eu ni un geste, ni une parole hors de propos durant l’année et demi où nous étions ensemble, il ne m’a jamais posé de problème." Restez-vous en contact ? "C’est d’une évidence…Il est lui-même venu me rechercher. Nous nous sommes déjà vu aussi bien à Milan qu’à Coverciano." La dernière fois que je l’ai vu ? "Il y a deux mois, il m’a fait une surprise en venant me saluer, c’est un Fuoriclasse, sur et hors du terrain." Si Ronaldo jouait aujourd’hui, pensez-vous qu’il serait capable d’inscrire 50 buts ? "Je crois bien que oui. On n’en inscrivait pas plus de 30, il y a une vingtaine d’année. Les défenses de l’époque marquaient l’homme. S’il était sur le terrain aujourd’hui, il y serait dévastateur." Vous êtes, avec Josè Mourinho, les deux seuls entraîneurs à avoir pu transmettre une philosophie de groupe aux joueurs... Comment auriez-vous géré le cas Icardi ? "En premier lieu, je tiens à dire que je ne sais que très peu de choses sur toute cette histoire. Chaque jour mettant en évidence une situation différente et les protagonistes déclarant tout et son contraire, c’est pour cela qu’il m’est impossible de dire qui a tort et qui a raison. Ce genre de situations laissent des cicatrices importantes dans un vestiaire. Le Club était un peu effacé, il aurait dû y avoir une intervention immédiate pour mettre fin à ce débat. De mon point de vue, il y a eu trop de confusion : Trop de chefs." Spalletti s’est-il bien comporté ? "Comme entraîneur, je l’apprécie et je le considère parmi les meilleurs. Il éprouve toutefois des difficultés avec des personnalités encombrantes : A Rome Totti, à Milan, Icardi, il n’a pas été chanceux, il faut l’avouer. Il est vrai qu’en 60 ans de football, je n’ai jamais connu une situation de ce genre, une situation comme celle qu’à connu dernièrement l’Inter. Je n’ai jamais eu de joueurs qui faisaient primer leurs intérêts sur ceux du groupe. J’ai entraîné tant de champions qui étaient tous, avant toute chose, de Grands Hommes. Les temps ont changés." Pensez-vous à une réconciliation possible des joueurs ou en fin de saison, les routes devront être différentes ? "Je crois qu’il sera très compliqué de surmonter cette fracture. Il faudra plus qu’un effort du club pour protéger son entraîneur. Ce n’est pas possible d’avoir autant de contrastes dans le vestiaire, sans que le Club n’y mette un frein immédiatement. J’imagine qu’en fin de saison, Perisic et Icardi partiront." Et avec les tifosi ? "La fracture est trop importante, elle sera difficilement effaçable. Il s’est créé une situation de désamour, preuve en est les prises de positions répétées de la Curva. A présent, il faut faire preuve d’unité pour défendre la troisième place." On parle d’un changement d’entraîneur en fin de saison, sur qui miseriez-vous ? "Il faut en avoir un qui sait recompacter un groupe : Mourinho serait l’idéal vu comment il a su créer un groupe solide durant son expérience à l’Inter. Certains retour peuvent s’avérer complexe, mais en cas de séparation avec Spalletti, j’estime qu’il serait utile de miser sur le portugais. Je suis favorable à son retour." Un souvenir de votre expérience à la tête de l’Inter ? Un regret ? "Aujourd’hui non, je suis fier de l’année et demi que j’y ai vécu. J’ai gagné la coupe de l’UEFA et je suis arrivé second derrière la Juve. Et nous savions tous comment c’était tenu cette compétition qui aura connu des épisodes particuliers qui auront impacté le classement final. De plus, je pense détenir un record." Lequel ? "Aucun autre entraîneur n’a été renvoyé après avoir battu la Salernitana et le Real Madrid, le jour même où il venait de remporter le titre de meilleur entraîneur italien avec la Panchina d'Oro. Si ça c’est pas du record…..Il sourit" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Pour Fcinter1908.it, les frères ennemis ne sont pas les deux personnalités les plus importantes de l’Inter. En effet, si Spalletti avait eu une boule de cristal, il n’aurait certainement jamais insisté pour avoir Radja Nainggolan. Pourtant, c’est bel et bien le Ninja qui revêt le rôle le plus important du Onze interiste, lui qui n’a que trop peu pu venir en aide à l’Inter, la faute il est vrai, à une importante série de blessures. Ce manque de bol a plus que jamais eu des répercussions pour l’entraîneur Toscan, qui a de fait perdu de son crédit en tout premier lieu avec le Club, devant se passer pour quasiment l’intégralité de la saison de son Diable Rouge. Pourtant, à y voir de plus près, on peut constater que l’équipe a été construite autour du milieu de terrain belge. En effet, lorsque Radja est présent, les statistiques démontrent un ratio plus élevé d’actions, qui plus est, les adversaires savent pertinemment que l’équipe de Spalletti change totalement de visage en fonction de la présence, ou pas du Ninja au milieu. Pazza Inter ? Oui, elle a dû être folle pour se construire de la sorte, en mettant sa destiné entre les mains d’un joueur, même si c’est Nainggolan, au lieu de tous. Le Diable Rouge n’est pas remis en discussion étant donné ses blessures, mais son absence a été déterminante, et cela pourrait peser lourd au moment de faire les comptes. A présent, Nainggolan commence à retrouver ses jambes et une condition physique. L’Inter de son côté retrouve de la personnalité et une marge de manœuvre. En effet, mis à part le Ninja, personne ne peut occuper ce poste de Trequartista: Joao Mario, Borja Valero et Vecino s’y sont essayés en vain. Le choix du Maître C’est la raison pour laquelle Spalletti a tant insisté pour l’avoir. Danq le passé, le Toscan a toujours pris des risques qui se sont avérsq payants avec Nainggolan. Preuve en est la rencontre face au Genoa, une rencontre qui sera marquée de son empreinte, un match où il sera resté 90 minutes sur le terrain, à quelques jours de recevoir l’Atalanta. La roue semble avoir tourné, car s’il est vrai que Radja ne se présentera pas dans une condition physique optimale, il est tout aussi vrai que son corps ne fait pas défaut et répond bien aux exigences et c’est ce que souhaite Spalletti : Aligner un Nainggolan lucide pour le rush finale de cette saison où il est impératif de voir l’Inter disputer la Ligue des Champions. L’Inter n’a qu’un seul joueur irremplaçable : Ce n’est ni Icardi, ni Perisic, le seul intouchable de Spalletti se nomme bel et bien Radja Nainggolan. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. C’est devenu l’effet de Mode à Milan: Le changement d’agent. Cette fois-ci, cette situation impact Ivan Perisic, qui est décidé à quitter Milan cet été. L’Inter a d’ailleurs fixé son prix, à minima 35 millions d’euros à maxima 40 millions d’euros. Ce départ pourrait être matérialisé par l’intervention de Nelio Lucas et de Doyen, un duo auquel la Famille Perisic a décidé de s’allier depuis le remerciement de Fali Ramadani en fin 2018. Ivan était représenté depuis lors par son père Ante, durant le Mercato Hivernal. Doyen représente déjà les intérêts de Marcelo Brozovic, par le biais de son agent Bicanic. L’insertion de l’agence ouvrirait les promesses d’un futur en Premier League pour le numéro 44 Nerazzurro, mais pas que. Outre Tottenham qui l’observe, Doyen dispose de contacts très important également en Espagne, un pays où évolue l’Atletico Madrid qui souhaitait se l’offrir en janvier. Reste à présent à connaitre son futur point de chute, mais le message passé par ses représentants est à présent limpide... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. "Beaucoup, voir tout, tout est né d’une situation anormale, du jamais vu en 60 ans de Calcio…Voir une épouse devenir l’agent de son mari…" Gigi Simoni ne fait pas dans le détail en regard au duo formé par Mauro Icardi et son épouse-agent Wanda Nara. Voici sa déclaration au Corriere Della Sera "Il faut vivre cette situation de l’intérieur pour la juger, même si cette gestion n’est pas des plus simples. Si Wanda Nara n’était pas allé tous les dimanches soir s’exprimer sur le Calcio à la télé, cette situation n’aurait jamais eu lieu. On ne s’exprime pas en public sur le renouvellement du contrat de son mari, surtout pour des sommes importantes, on en parle au siège de l’Inter." "L’épouse d’Icardi a ouvertement pris des positions critiques envers l’équipe, et cela n’a très certainement pas plus aux équipiers d’Icardi." Perisic en prend pour son grade "Il n’y a aucune raison de voir un joueur qui, en décembre, va au Siège et pose un ultimatum en demandant à être cédé en janvier. Même en cas de problèmes, tu résous le tout en fin de saison. Cela me déçoit que certains ne se rendent pas compte que l’Inter est un Grand Club et qu’en faire partir est très gratifiant. Il faudrait faire preuve de bon sens, d’avoir cette envie d’y sacrifier beaucoup de chose." Le Mercato Simoni est convaincu qu’il ne faut pas vendre Icardi sur un coup de tête : "Avant de vendre un joueur comme Icardi, qui est reconnu comme le meilleur attaquant du Championnat, il y a lieu d’y réfléchir, non pas à une, mais à plusieurs reprises. Des joueurs meilleurs qu’Icardi, il n’y en a pas tellement aux alentours, et je n’en vois aucun sur le Mercato." "J’ai lu qu’il y existe une possibilité de l’échanger avec Dybala, mais il me semble qu’il s’agirait-là d’un parcours du combattant étant donné qu’aussi bien l’Inter, que la Juve, ne veulent se faire de cadeau. Et puis, j’éviterais de vendre Icardi à la Juve…" Lautaro ? "Il est doué, très prometteur, mais il doit encore continuer à grandir pour espérer endosser d’une façon stable, le maillot laissé libre de Maurito." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. C’est l’avis de la Gazzetta Dello Sport : A présent, le Boss, c’est lui… ou du moins, c’est ce qu’il tend à prouver. Pour Ivan Perisic, qui n’est pas un homme à douter ou pire à être diplomate, se dire "Chef" veut dire "Se comporter comme un Chef". Et il n’est pas dit que cette situation soit négative pour l’Inter, bien au contraire. Les résultats de ces derniers matchs, où le Croate a décidé de prendre le contrôle, l’ont vu fournir quelque chose en plus, il a prouvé et démontré qu’il pouvait être un Leader. C’est évident que le fait de se reprendre en main est bénéfique pour le club qui retrouve son joueur décisif comme en équipe Nationale, comme lors des six premiers mois de la saison écoulée. Question de mental Il y a toute une série de comportement à analyser, mais il y en a bien un qui n’est pas sujet à polémiques : Ivan rêvait de ce nouveau rôle. Il part aux dialogues constamment avec l’Arbitre avec un ton clair, il prend ses responsabilités pour tirer les penaltys. Il demande à l’équipe de former un cercle pour se motiver… Perisic passe son temps à courir, à rassurer et encourager ses équipiers, comme lors du penalty du 3-3 face à la Fiorentina où il retarde le tir pour encourager et faire un Give me Five à Handanovic. L’équipe peut fêter cette transformation. Perisic répète son dialogue à distance avec Luciano Spalletti : Face au Rapid, il avait cherché à le canaliser, à Florence il répond suite à une passe manquée à Lautaro. Ivan n’oscille jamais de la tête et met son nez là où il ne devrait pas, en faisant comprendre que s’il agit de la sorte, c’est pour le bien de l’équipe. Lorsque tout le monde attendait une réponse de la VAR, Ivan lui était en train de se rapprocher de l’écran de visionnage. Même si cela n’aura pas servi à beaucoup, le message passé est clair : Perisic a la volonté d’être le premier interlocuteur pour tous sur le terrain. Est-ce que cette renaissance est due à la mise à l’écart d’Icardi ? Peut-être pas nous souligne le journal. En effet, le Persic nouveau s’était déjà mis en valeur à la fermeture du Mercato. D’accord ou pas avec la Gazzetta Dello Sport ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...