Aller au contenu
Calendrier

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'luciano spalletti'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

291 résultats trouvés

  1. L'ex capitaine de la Roma a parlé de son rapport avec l'ancien de l'Inter, qui l'a entraîné par deux fois dans le passé. La première, leur relation était très belle, lors de leur seconde expérience en giallorosso, cependant, tout est allé de travers : "Le premier Spalletti et le second étaient deux personnages différents. Le premier était top, comme un second père. Il était 24h/24 avec les joueurs. La deuxième fois à la Roma par contre... Il avait ses raisons. Il a dû entendre des trucs que certaines personnes ont dit, je ne sais pas. Je ne dis pas qu'il voulait me mettre les bâtons dans les roues, mais il y a quelque chose qui est allé de travers. D'une manière que ni moi, ni personne n'aurait voulu.J'ai toujours voulu garder la tête haute et faire de mon mieux malgré cette difficulté". ®Samus - internazionale.fr
  2. La Gazzetta Dello Sport revient sur le licenciement de Luciano Spalletti qui s'est exprimé récemment sur les tractations qui ont échoué avec l’AC Milan : "J’ai été contacté par le Milan peu de temps après avoir été remercier. Il a été décidé de me payer pour rester à la maison et je suis resté à la Maison. " Une réalité tout autre "La réalité est qu’un million d’euros pour se séparer de l’Inter n'étais pas suffisant... Le Club de Zhang était prêt à le payer, mais ce n’était pas suffisant selon Spalletti." "C’est l’histoire d’une transaction entre les différentes parties qui n’est pas arrivée à un bon terme. Spalletti disposait d’un contrat avec l’Inter jusqu’en juin 2021. Avant son éventuelle signature avec le Milan, peu après le renvoi de Giampaolo le 8 octobre dernier, l’entraîneur et l’Inter ont cherché à se mettre d’accord." "L’Inter était heureuse de pouvoir se libérer d’un salaire pesant, soit un peu plus que les 4,5 millions d’euros net par saison. L’Inter était donc prête à payer le salaire de l’entraîneur jusqu’à la fin 2019, soit un total d’un million d’euro. En cas d’accord, Spalletti aurait pu être libre de signer pour le Milan." "Mais Luciano a dit non. Il a relancé l’Inter en exigeant l’intégralité du salaire à percevoir jusqu’en juin 2020. L’Inter a interprété cette demande comme une provocation, une offre irrecevable d’un point de vue économique. La transaction a donc échoué et Pioli est arrivé à Milan." Alessandro Altobelli dézingue le natif de Certaldo "J’ai toujours estimé Spalletti en tant qu’Homme et entraîneur. C’est un entraîneur préparé et capable qui a obtenu d’importants résultats à l’Inter, en l’amenant en Ligue des Champions, sans disposer d’une équipe compétitive comme celle de Conte aujourd’hui. C’est pour cela que je suis resté surpris de lire l’interview qu’il a octroyé à la “Gazzetta dello Sport”." "A un moment, il raconte avoir été contacté par le Milan et s’exprime sur comment l’Inter l’aurait "empêché" d'y signer. Spalletti est un grand entraîneur, charismatique et techniquement avant-guardiste, mais cette justification en aucun cas ne me convainc. Il avait encore deux années de contrat avec l’Inter." "Pour parapher un accord, il avait demandé au club Nerazzurro le paiement d’une annuité. Je ne veux pas m'immiscer dans les comptes de quelqu'un, mais je ne pense pas que Spaletti, de façon méritée, n’ait récolté que très peu d’argent jusqu’à aujourd’hui. Est-ce que ce million supplémentaire aurait vraiment pu avoir autant d’impact sur son compte en banque ?" "N’était-ce pas suffisant pour finir sur une bonne note et débuter un nouveau projet pluriannuel avec le Milan ? L’Ac Milan n’aurait-il pas colmaté le manque à gagner Nerazzurro ? De plus, revenir en Serie A sur le banc du Rival n’aurait-il pas eu un gout plus amer pour l’Inter. Comme le dit une certaine publicité, cela n’avait-il pas de prix ?" Que pensez-vous de cette situation ? Fallait-il une telle déclaration de Spalletti à quelques jours du Derby ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. L'Inter a décidé de se positionner officiellement suite aux dernières déclarations de Luciano Spalletti, en regard à l'échec de son recrutement à l'Ac Milan. L'Inter a opté pour l'Ansa comme canal officiel pour effectuer cette démarche. "Luciano Spalletti a refusé les indemnités de départ offertes par l'Inter qui l'aurait libéré et qui lui aurait permis d'accepter la proposition de l'Ac Milan" En effet, Luciano Spalletti avait affirmé que l'Inter souhaitait le garder sous contrat plutôt que de le voir signer chez le Rival Rossonero. "En référence aux déclarations de Luciano Spalletti qui ont été tenues hier, l'Inter indique qu'outre l'indemnité accumulée par Monsieur Spalletti, le Club lui avait proposé une offre économique supplémentaire, comme incitation au départ, qui n'a pas été acceptée par l'entraîneur." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Présent aux Italian Sport Awards, Luciano Spalletti est revenu sur son passage à l’Inter et la révolution entamée par le Suning, avec en tête, l’arrivée d’Antonio Conte au poste d’entraîneur. Dernière saison en Nerazzurro "C’était une année particulièrement intense, une saison qui pour certaines raisons était compliquée. C’est aussi pour cela que le classement finale est plus savoureux avec la qualification en Ligue des Champions." Êtes-vous prêt à débuter une nouvelle expérience ? "Si cela n'aurait tenu qu'à moi, je n’aurai pas arrêté. C’est facile de parler de mon futur : J’ai besoin d’un autre défi comme ceux de ces dernières années. Je suis allé au Zenit, à la Roma et à l’Inter, partout où il fallait relever ses manches afin de parvenir à sortir de situations compliquées." Avez-vous été contacté par le Napoli ? "Je pense que le Napoli a fait un bon choix : Gattuso est un entraîneur jeune, émergeant et qui remet les choses à leurs place. Je n’ai pas été contacté par le Napoli." "J’ai, par contre, été contacté par le Milan, comme vous le savez, peu après mon remerciement. L’Inter a décidé de me payer pour rester à la maison et je suis resté à la maison. Il y a eu des réflexions qui font qu’au final, cela s’est terminé de la sorte. J’ai pris acte des conclusions, voilà ce qu’il s’est produit." En est-ce terminé avec le Milan ? "Oui, car il a choisi un autre entraîneur expérimenté et aussi assez jeune comparé à moi : Pioli." Le Scudetto "En tant que spectateur, je vis un beau championnat. La Juventus est certainement avantagée, mais l’Inter est très forte et réalise des résultats très importants. Cela me fait plaisir car il s’agit de la continuité du travail qui a été réalisé les années précédentes." "Je constate aussi que l’on va toujours chercher les confrontations, mais dans ce cas-ci, il faut parler en terme de résultat et d’objectif. J’avais des objectifs et je les ai atteints. L’Inter d’aujourd’hui a ses propres objectifs et elle est toujours en course pour les atteindre." Êtes-vous déçu d’être parti de l’Inter ? "Me voyez-vous mal en point ? Mais regardez mieux, je me sens très bien comme ça : L’Inter a fait son propre choix et je pense avoir exprimé le mien. Il ne faut pas chercher de confrontations en ce moment, il faut voir qui a proposé de bonnes choses et qui en a proposé des mauvaises." "C’est un travail de continuité et il me semble que l’Inter cherche à aller de l’avant de la façon la plus correcte possible. Cela reste en adéquation avec les résultats découlant de sa croissance." Est-ce que Nainggolan pouvait être utile à l’Inter ? "Je ne sais pas, c’est un joueur très fort, je fais toujours certains choix lorsque j’entraîne une équipe, mais je n’ai pas à m’exprimer lorsque je n’en suis plus l’entraîneur." Est-ce toujours à l’entraineur de trinquer ? "Je ne sais pas. On donne toujours des responsabilités importantes à l’entraîneur. Son rôle est fondamental pour une équipe. C’est donc tout naturel qu’il vient à en payer les conséquences. Tout le monde peut faire ses propres évaluations, qu’elles soient justes ou non. Chacun a la possibilité de juger ce qu’il s’est passé." Conte dispose-t-il d’une meilleure marge de manœuvre ? "Non, à ce moment-là, il ne nous était pas possible de faire les choses différemment. Nous avions le Fair-Play-Financier à respecter et le Président Zhang a agi au maximum de ses possibilités. A présent, il y a d’autres possibilités et il travaille autrement. Ce qui reste fondamental, c’est de donner satisfaction au peuple interiste." Eriksen à l’Inter, c’est comme CR7 à la Juve ? "Je ne sais pas, il a surement des qualités importantes, bien définies. Et Conte a surement dit qu’il pourrait être utile s’il sont allés le chercher. L’Inter sait qui peut lui-être utile pour parvenir à atteindre ses objectifs." Le Derby ? "Non, je n’irai pas le voir. J’ai des choses à faire à la campagne." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Partie 1: Du retrait du brassard à Icardi à l'annonce de Marotta Une nouvelle année tire à sa fin, et 2019 a été bipolaire pour l'Inter. En essayant de remettre en ordre chronologique les épisodes qui ont marqué l'année du club nerazzurro, toutes ses situations, ses transferts qui caractérisent le monde du football, on voit émerger un fil rouge qui lie au final, les premiers mois de l'année à cette dernière qui voit l'Inter en tête du classement de SerieA. La première partie de la saison sous Conte est marquée du slogan Pazza Inter No More, pour marquer un terme avec une ancienne "philosophie" qui, quelques semaines avant l'arrivée du nouvel entraîneur, était toujours présente comme le témoigne la rocambolesque qualification en Champions League en fin de saison. Prêts à replonger dans l'année 2019 de l'Inter ? Commençons donc par les 5 épisodes de la première partie. Episode 1: Une requête de transfert et un retrait de brassard L'Inter est une équipe à cheval sur les traditions. Et par tradition, en hiver elle souffre. Malgré la victoire contre le Napoli lors du Boxing Day, 2019 commence mal pour l'Inter. Après la trêve hivernale en début janvier et la victoire probante contre Benevento en Coppa Italia, l'Inter se refocalise sur le championnat. Mais en deux semaines, la saison semble partir en cacahuètes. Après un soporifique match nul contre Sassuolo, arrive l'annonce de Marotta: Ivan Perisic a réclamé un transfert et est par conséquent exclu temporairement de l'effectif. A cette annonce font suite une défaite contre le Torino, une élimination en Coppa contre la Lazio dans une séance de tirs aux buts qui verra des ratés de Lautaro et Nainggolan et une autre très douloureuse défaite contre le Bologne de Mihajlovic à domicile. C'est peut-être le premier moment où, pour les médias, Spalletti a un pied et demi hors d'Appiano Gentile. Après la débâcle à domicile contre les hommes de Sinisa, il se murmure même que pour la fin de la saison une arrivée de Cambiasso, héros du Triplete et homme particulièrement apprécié de la tifoseria, serait dans les tuyaux. Le président Zhang et Marotta confirment cependant l'entraîneur, mais c'est probablement à ce moment que la décision a été prise de se tourner vers quelqu'un d'autre. La révolte arrivera ensuite après Parme lors d'une rencontre très compliquée que l'Inter remportera grâce à un exploit de Lautaro entré en cours de match. Cela semble d'ailleurs ramener le calme à l'Inter. Cela est aussi dû au fait que le mercato s'achève et que l'Inter n'a pas eu à brader Ivan Perisic, le croate redevient convocable pour l'entraîneur. "Semble ramener le calme" car, effectivement, dans les vestiaires du Tardini ce soir là, un évènement chamboule tout. La goutte d'eau qui fait déborder le vase. Et la semaine suivante, un tweet vient bouleverser l'histoire de l'Inter, le nouveau capitaine de l'Inter est Samir Handanovic. Il est inutile de revivre toutes les étapes qui ont porté à la destitution d'Icardi, de même inutile de parcourir les 51 longs jours durant lesquels le numéro 9 d'alors est indisponible. Une situation qui a empiré rapidement. Tout démarre d'un renouvellement de contrat qui a dégénéré et provoqué une absence qui marquera peut-être l'histoire de l'Inter. L'effectif en attaque est décimé. Keita Baldé se blesse, Nainggolan fait des allers-retours à l'infirmerie, l'Inter se fait éliminer de l'Europa League et le 3 mars elle se fait même dépasser par le Milan après une énième défaite, contre Cagliari. La saison semble avoir pris un tournant décisif avec à l'horizon, un derby della Madonnina déjà décisif. Episode 2: Il Derby del Toro Au cœur de la tempête, l'Inter garde quand même certaines certitudes. L'expérience de Spalletti permet d'empêcher que la barque ne sombre. Dans des moments décisifs de la saison il a su compter sur des performances d'individus qui ont fait la différence. Le derby retour a valu son pesant d'or, en effet, une qualification en Champions League était en jeu : l'Inter y arrive en quatrième du championnat après une période désastreuse et avec un Mauro Icardi toujours aux abonnés absent. C'est donc Lautaro Martinez qui prend les choses en main. Il Toro fournit l'assist de l'ouverture du score à Vecino avant de faire le break sur penalty en deuxième mi-temps en portant le score à 3-1, un but qui permet de prendre les trois points. Une lueur d'espoir après une période de ténèbres, qui lui donne aussi les faveurs du public de San Siro. Quelques jours après, Icardi revient dans le groupe et Spalletti cherchera à alterner Icardi et Lautaro mais les 53 jours d'absences auront délivré leur verdict: on sait à ce moment qui sera l'attaquant titulaire en 2019/2020. Episode 3: Pazza Inter, la dernière chance La saison suit donc son cours, l'Inter avance tant bien que mal vers une quatrième place inespérée. Les nerazzurri perdent à domicile contre la Lazio, puis s'enfoncent dans une série de matchs nuls étonnamment sans grandes conséquences, mais qui empêchent quand même de sécuriser l'objectif C1. Le climat est alors étrange, on commence déjà à parler d'Antonio Conte et d'une possible, probable révolution en été. Beaucoup de choses semblent déjà être considérées pour acquises, la qualification notamment. Lautaro se blesse, Keita ne convainc pas, Perisic disparaît des radars et pourtant l'Inter est toujours là, à résister, à s'agripper à sa défense pour ne pas rater le coche. Spalletti a alors l'occasion de sécuriser la qualification contre le Napoli mais une nette défaite renvoie donc les débats, encore une fois, à l'ultime journée, contre une équipe d'Empoli en lutte contre une descente en Serie B, qui par conséquent, vendra sa peau chère. Une rencontre "pazza", bon nombre de tifosi s'accorderont pour dire que cet Inter-Empoli fait partie des matches les plus durs qu'ils ont suivi. Les résultats des autres matches seront toujours clairs et nets, l'Inter est obligée de gagner. Le but tarde à arriver, il semble qu'il faudrait un miracle à l'Inter. Dans les tribunes tout le monde retient son souffle. Keita semble marquer un but décisif, exactement une demi-saison après le but qui devait lui permettre de se lancer. Mais l'Empoli ne rend pas les armes, assiège la surface de Handanovic et réussit à trouver l'égalisation. Le Meazza alors en fusion, semble subitement rempli de fantômes. A la fin, "l'homme de Spalletti", Radja Nainggolan, protagoniste de tant d'aventures extrasportives, sera l'artisan de la qualification, à la réception d'un ballon renvoyé après une galopade de Vecino. Un but qui envoie le Meazza au septième ciel. Les dernières minutes sont ensuite une torture, Empoli est partout sur le terrain et sur le dernier assaut des toscans, un ballon contré par Danilo D'ambrosio finit sur la transversale de Handanovic. Fin du match. Le baiser de Skriniar sur la tête du gardien slovène montre comment le nouveau capitaine, de par ses parades, le mental du groupe et aussi un peu de chance ont permis à l'Inter d'arracher la qualification en Champions League. C'est comme si tous le savaient à ce moment-là, que tout allait changer, un dernier hommage à une tradition folle. Spalletti salue son public pour la dernière fois, le cœur lourd à cause de la maladie de son frère. Une fin tragique qui dépasse le sport. Episode 4: No more Le "jour C" sera le 31 Mai. Antonio Conte est le nouvel entraîneur de l'Inter avec à la clé un contrat de 12 millions par saison. Marotta continue donc sa révolution du monde nerazzurro en intégrant Conte qui sortait d'une expérience de deux saisons à Chelsea et d'un quasi exploit avec l'Italie contre l'Allemagne à l'Euro 2016. L'annonce de son arrivée montre d'ailleurs un clair changement de régime, une nécessité de franchir un cap, aussi bien sur le plan sociétal que sur le plan sportif pour pouvoir espérer se hisser de nouveau dans l'élite du football mondial. L'Inter a beaucoup à faire, Conte le dit lui-même: "à moi de jouer". Dans sa vidéo de présentation, il descend d'une voiture devant le siège de l'Inter avec le président Zhang qui attend son arrivée dans les nouveaux bureaux du siège de l'Inter. Un symbole d'une relation déjà bien ficelée et confirmée dans cette vidéo où on peut aussi apercevoir Alessandro Cattelan. Antonio Conte annonce: "Pazza Inter No More". Crédible ? Episode 5: L'annonce de Marotta Un autre signal du changement de régime prend la forme d'une annonce de Beppe Marotta. En surprise il parle à SkySport lors d'une interview peu avant le ritiro "bunker" à Lugano: Mauro Icardi et Radja Nainggolan sont hors du projet Inter et seront vendus au cours du mercato. Personne n'est habitué à ce style de communication, par conséquent, sur les réseaux sociaux, les discussions s'enflamment. Tout le monde craint que cette double vente annoncée, difficile à concrétiser rapidement, ne bloque le mercato de l'Inter. Au final Nainggolan partira le 5 août, destination Cagliari en prêt. La telenovela Icardi par contre, s'enrichira d'autres chapitres avant sa conclusion au PSG. Le triptyque sera complété lorsque, après quelques matches amicaux, Conte s'exprime aussi sur Perisic, dont les défauts et le manque d'implication sont impossibles à conjuguer pour l'employer en milieu latéral de son légendaire 352. Lui aussi prendra donc place dans le charter des départs, direction Munich. de même pour Joao Mario, prêté au Lokomotiv Moscou. Ces derniers rapporteraient en cas de rachat, plus de 100 millions à l'Inter. Nainggolan lui semble destiné à revenir en attendant de savoir ce que le club souhaite en faire. Dès le ritiro en tout cas on remarque que la musique a changé, tout pour ne pas se retrouver dans la situation de janvier 2019, quand la saison a failli être vendangée après l'implosion du vestiaire des nerazzurri. ®Samus - internazionale.fr
  6. Selon le Mattino, Aurelio Di Laurentiis serait prêt à mettre à la porte Carlo Ancelotti. Le club du Sud a implosé en pleine saison et il est plus que jamais compliqué aux napolitains de de se relancer. Qui plus est, le Napoli est à présent à 8 longueur de la Zona Champions. De fait, Aurelio De Laurentiis aurait sondé deux entraîneurs italiens de renom : Luciano Spalletti et Massimiliano Allegri pour sonder le terrain. La réponse des deux courtisé est sans appel : NON ! Ils préfèrent, en effet, rester encore sous contrat, respectivement de l’Inter et de la Juventus. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Cette saison 2019-2020 est celle de la révélation pour Lautaro Martinez qui a définitivement conquis les Tifosi, mais également les clubs les plus riches d’Europe. Conséquence, courtisé par la presse, Martinez s’est livré à Sky Sport à quelques jours des réceptions de la Roma et de Barcelone: Déclaration d'amour "Pour moi, l’Inter est ma maison, j’y passe la plus importante partie de ma vie et cela compte tellement pour moi. Les gens m’ont démontré leur affection dès mon premier jour et pour un footballeur, c’est fondamental. Je veux continuer à travailler et à démontrer, avec humilité, que je suis à la hauteur pour endosser ce maillot. "Mon objectif est de rendre fier les tifosi et ma famille qui, objectivement, souffre plus que moi. Je profite de l’occasion pour les saluer vu qu’ils vivent en Argentine et qu’ils sont très fier de comment vont les choses." Roma "Nous travaillons toujours en semaine pour faire face à chaque match, la Roma, le Barça, mais aussi la Spal. Nous travaillons pour prouver que nous sommes l’Inter et que nous voulons toujours les trois points. Notre objectif est celui de chaque équipe, travailler match après match en pensant au prochain adversaire." Saison écoulée "J’évoluais dans une équipe qui n’avait qu’une seule pointe en attaque. Je savais que devant moi, c’était le capitaine Icardi, le joueur le plus important, c’était très compliqué de jouer. Mais je me suis toujours entraîné, même si je savais que c’était ainsi. J’ai eu la possibilité de jouer quelques minutes, mais pas comme je l’aurai voulu." "Cette année, j’ai réalisé une très grande Copa America, ensuite j’ai rencontré Conte qui travaille avec une intensité élevée. Il traite tous les joueurs de la même façon, tous ceux qui sont présent à l’entrainement se donnent au maximum." Lukaku "Romelu est une très belle personne sur et hors du terrain. Nous travaillons au mieux pour suivre les indications de Conte et porter l’Inter au sommet." Les Argentins de l’Inter "Tous connaissent l’Histoire de l’Inter avec les argentins : Icardi, Zanetti, Milito, Cambiasso….C’est une responsabilité supplémentaire pour moi, elle m’aide à grandir et à me donner encore plus. Conte me donne la confiance dont un joueur a besoin, il dit les choses de façon directe, comme le Sélectionneur de l’Argentine." "Cette année, il m’a aidé à établir un parcours physique et nutritionnel bien défini, cela se reflète sur le terrain." La STAT qui fait mal De Spalletti à Conte, d’Icardi à Lukaku, quel est l’impact de ses changements pour Lautaro Martinez ? Saison 2018/2019 Saison 2019/2020 9 matchs disputés 19 matchs disputes, série en cours 381 minutes sur le terrain 1.399 minutes sur le terrain 2 buts inscrits 13 buts inscrits La confiance d’Antonio Conte a permis l’éclosion du Toro que Diego Milito avait déjà cerné, lorsqu’il l’avait proposé à Javiez Zanetti, convaincu qu’il fallait le transférer à Milan. Ausilio est également sur de son coup lorsque, confronté à la menace Catalane, il répond à la presse: "Lautaro nous a aussi choisi…" Selon vous, fallait-il aligner que Lautaro dès le début de l’affaire Icardi ? L’Inter aurait-elle pu être plus performante ? Qui a mieux gérer le Toro : Spalletti ou Conte ? Exprimez-vous ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. En effet, Luciano Spalletti ne signera pas au Milan Ac, faute de ne pas avoir su trouver un accord avec l’Inter. Le natif de Certaldo a cherché la "petite bête" en se montrant entêté dans sa négociation avec les Nerazzurri, en vue de la résiliation de son contrat. Pour le principe Et non pour l’argent. Telle était la motivation de Spalletti pour en découdre avec les Nerazzurri. Ce dernier ne demandant pas moins de 5 millions d’euros comme prime de départ de l’Inter, un club auquel il est lié jusqu’en 2021. Pour Beppe Marotta, qui n’est pas un homme à se laisser intimider, il était hors de question de débourser une telle somme qui équivaut à l’intégralité d’une saison, soit celle de 2019/2020. De plus, payer 5 millions d’euros pour libérer un entraîneur capable de rendre de sa superbe au Milan Ac, voire de le redresser en vue de se qualifier en Ligue des Champions aurait été incensé. Si l’Inter comptait s’épargner le salaire intégral de Spalletti, celui-ci joue sur le fait que ces 5 millions d’euros étaient destiné l’intégralité de son staff, prime incluses. En bon négociateur, Marotta était à débourser une somme de 1,5 millions d’euros. Soit uniquement une somme destinée à Luciano Spalletti, primes exclues. L’Inter n’était pas contre le Milan Comme nous le confirme l’Ansa, Spalletti depuis avoir accepté de rejoindre le Milan pour un projet portant sur deux, voire trois saisons, se devait de se libérer d’un contrat de 5,5 millions d’euros jusqu’en 2021. En effet, pour l’Inter, se séparer aussi rapidement de Luciano Spalletti aurait été une une aubaine. Preuve en est Elliott et Zhang étaient en contact continue. Et si le propriétaire du Milan se doit de reconnaître que l’Inter est pleine de bonne volonté, en garantissant une prime de départ, le natif de Certaldo avait déjà fait savoir qu’il ne comptait pas renoncer à un seul centime de son contrat. Vendetta Avec l’intronisation également d’un ancien entraîneur de l’Inter, Stefano Pioli, Luciano Spalletti a tout perdu suite à son propre entêtement. Mais pourquoi agir de la sorte ? La Repubblica nous en dit plus L’entraîneur a été marqué par le fait que le Club ne lui avait pas mis à disposition les joueurs qu’il demandait, à savoir Ramires et Carrasco. Cette situation a enragé le natif de Certaldo qui a vu, grâce à sa qualification en Ligue des Champions, l’Inter se montrer très généreuse envers Antonio Conte, sans oublier le fait que le natif de Lecce perçoit le double de ce qu’il percevait. Spalletti reproche également le fait de ne pas avoir été libéré à temps de certains joueurs, comprenez Icardi et Perisic qui étaient devenu plus un poids dans le courant de la saison, qu’une ressource Spalletti avait exigé Nainggolan. Le fait est qu’il l’a toujours défendu en le considérant précieux sur le terrain, son but face à Empoli a qualifié l’Inter en Ligue des Champions. Luciano Spalletti a également été marqué par le drame personnelle de l’épouse de Radja, lui qui a vécu une situation dramatique avec son frère Marcello qui avait juré d’attendre de savoir s’il parviendrait ou pas à qualifier l’Inter en Ligue des Champions. Steven Zhang a mis tout le monde d’accord Si Spalletti n’a pas été recruté par le Milan, il est fort à parier que Spalletti se montrera très rancunier envers Steven Zhang. En effet, l’Inter avait, de façon informelle, demandé au Milan de reprendre l’engagement économique de l’entraîneur, mais en vain. Qui plus est, Steven Zhang ne voyait pas d’un très bon œil le fait de libérer de cette façon son ancien entraîneur pour qu’il puisse rejoindre les Rossonerri. Comme il l’avait promis aux tifosi : "Icardi n’ira jamais à la Juve." Il ne voyait pas d’un très bon œil Spalletti aux commandes du Milan pour le second Derby Della Madonnina. De plus, il était hors de question pour lui de libérer Spalletti de ses obligations en n’économisant qu’une seule saison intégrale, tout en devant en débourser une somme équivalente à la seconde saison. Validez-vous le comportement de la Direction Interiste, de ne pas avoir céder aux menaces de Luciano Spalletti ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Marco Giampaolo vit ses dernières heures à la tête du Milan Ac. Malgré la victoire sur le Genoa, la direction milanaise aurait décidé d'évincer son entraîneur. Spalletti "de retour" à Milan Selon la Gazzetta.it, le Club de la Via Aldo Rossi est actuellement entrain de finaliser la transaction consistant à s'attacher les services de l'entraîneur toscan, qui est toujours sous contrat avec l'Inter. Toutes les parties sont au travail pour parvenir à mettre fin au contrat liant Spalletti à l'Inter et à trouver un accord économique avec l'Inter. Le natif de Certaldo étant toujours sous contrat jusqu'en 2021. Spalletti est le favori numéro un pour succéder à Giampaolo. L'entraîneur Abruzzese est, de son côté, resté à Gallarate et attend désormais d'en savoir plus sur son avenir. Faire payer l'Inter Selon Luca Calamai, journaliste à la Gazzetta Dello Sport, "Spalletti est très très proche du Milan. Il est également très impatient de défier son ancien club. Luciano n'a d'autres rêves que de défier l'Inter après ce qu'il retient comme un vrai geste de trahison" Comment percevez-vous l'arrivée de Luciano Spalletti chez les Cugini ? Le voyez-vous réussir , lui qui avait permis à l'Inter de retrouver la Ligue des Champions en qualifiant à deux reprises la Beneamata ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. C’est une révélation de Tuttosport, la vente imminente de Zinho Vanheusden, qui restera au Standard de Liège, servira à financer les indemnités de licenciement du natif de Certaldo. "La montagne d’argent à récolter pour équilibrer le bilan au 30 juin, afin de liquider Spalletti et son staff, fait un peu moins peur. Et ce, par le biais de la vente d’un des nombreux joyaux du secteur jeune Nerazzurro: Zinho Vanheusden. Le défenseur central belge a réalisé une très belle saison en Jupiler Ligue, au point de devenir un titulaire indiscutable au sein du club entraîné par Michel Preud’homme, qui va l’acquérir pour 20 millions d’euros." "La transaction n’est pas encore terminée, mais les rapports sont excellents entre Piero Ausilio, Bruno Venanzi et Alexandre Grosjean, les dirigeants du Standard qui se sont présentés au siège de l’Inter, sont disposés à proposer une transaction rapide vu que les liègois viennent d’officialiser la vente de Moussa Djenepò, ailier malin de 20 ans, à Southampton pour 16 millions d’euros." "Qui plus est le prêt de Xian Emmers, suite à son aventure à Cremonese rentre parfaitement dans les plans de l’Inter, qui songe offrir au joueur la possibilité de grandir, en répétant une opération à la Vanheusden. Le joueur s’était vu proposer un prêt de deux ans en Belgique. Vanheusden a tapé dans l’œil des plus grands, certains s’étant déjà manifestés, mais malgré les offres reçues, il a souhaité rester au Standard." "Une clause de rachat moral a été garantie : Lorsque l’Inter souhaitera reprendre le joueur, la Beneamata disposera d’une sorte de droit de priorité sur base de l’entente entre les deux clubs." Le saviez-vous ? Spalletti désiré par les florentins ? Luciano Spalletti a participé à la fête du centenaire du Certaldo Calcio. Accueilli à la Piazza Boccaccio, ce dernier a été accueilli par des tifosi de la Fiorentina lui hurlant : "Viens à Firenze !" Spalletti a tenu à féliciter le Club: "Je suis fier d’être l’un de vos citadins, ici c’est ma maison. J’ai besoin de reprendre à partir d’une réalité comme la vôtre, avec un Président qui est un ami Massimo Boschini. Ici, il y a des centaines d’enfants qui sont engagés dans les secteurs jeunes et il y a tant de personnes qui travaillent dans l’ombre" Mon futur ? "Vu les moyens proposé par la Terre, c’est l’heure de préparer le vin. À présent, j’ai tout le temps que je veux." Spalletti picolera-t ’il sur le compte de l’Inter ou signera-t ’il prochainement à la Fiorentina ? Dans le cas où le natif de Certaldo vient à signer à Florence, il est utile de savoir que l’Inter n’aura plus à le rémunérer ! Valideriez-vous cette arrivée à Florence de Spalletti ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Luciano Spalletti a salué l’Inter et ses Tifosi. Depuis son renvoi, l’entraîneur toscan a décidé de passer par Instagram pour saluer la Tifoserie Nerazzurra. "Ce n’est pas vrai que j’étais le seul à mettre la tête, car vous avez toujours été présent ! Des Tifosi forts pour une destinée importante. Je vous remercie pour ces 2 530 311 émotions: "Senza tregua''. Je remercie aussi le Président qui m’a permis d’avoir l’Honneur d’entraîner l’Inter." Spalletti a été aussi reconnu par les Interistes : Handanovic : "C’est un devoir de le saluer et de remercier le coach et son staff avec qui nous sommes parvenus à retrouver la Ligue des Champions." Skriniar : "Merci pour tout Coach." Nainggolan : "Je peux seulement te dire merci et te souhaiter bonne chance pour l’avenir." La Curva Nord "Merci Coach Spalletti, nous vous remercions pour votre parcours à l’Inter. Les résultats parlent pour lui en terme de sérieux et de professionnalisme. En sa compagnie, l’Inter a retrouvée l’Olympe européenne et il a su redorer le blason de l’équipe en fonction des fonds économiques dont disposait le Club." "La Nord n’est jamais restée indifférente aux démonstrations d’affection et de respect manifestés vis-à-vis de la Curva ou des Tifosi. Nous retenons que Spalletti a été un interprète très honorable de l’élégance et des valeurs que nous aimerions toujours voir respectées. Nous souhaitons que ces valeurs soient partagées par celui qui a pris sa place." "Bonne chance à vous Monsieur Spalletti et Grazie !!!" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Luciano Spalletti, né le 7 mars 1959, est un footballeur italien devenu entraîneur. Joueur de Serie C1 du milieu des années 1980 jusqu'au début des années 1990, c'est en tant qu'entraîneur qu'il acquiert une certaine notoriété dans le milieu du football, notamment en officiant sur le banc de l'AS Rome. Biographie Joueur en Serie C Luciano Spalletti commence à jouer au football à l'âge de 12 ans dans un petit club de Toscane au poste d'attaquant. Rapidement repéré par les recruteurs de la Fiorentina, il intègre son centre de formation et est repositionné au milieu de terrain. Milieu de terrain travailleur, Luciano Spalletti fait sa carrière de joueur dans les divisions inférieures d'Italie. Il passe par Virtus Entella, Spezia, club où il devient capitaine emblématique, Esperia Viareggio et Empoli. Il prend sa retraite à l'âge de 34 ans. Des débuts réussis en tant qu'entraîneur Luciano Spalletti commence sa carrière d'entraîneur à l'Empoli, dernier club dans lequel il ait joué, en 1993. Il endosse d'abord les rôles d'adjoint et de formateur avant de prendre les rênes de l'équipe en 1995 L'équipe évolue alors en Serie C1. Dès sa première saison il finit deuxième du championnat et accède ainsi à la Serie B. L'exercice suivant en deuxième division se conclut également par une promotion, le club toscan finit en effet deuxième et accède ainsi à la Serie A. Pour sa première saison dans l'élite, il termine à la 12e place et maintient ainsi son club en première division. Une confirmation difficile Le jeune entraîneur est désireux de prendre en mains une équipe plus ambitieuse et signe ainsi avec la Sampdoria à l'été 1998. Mais Luciano Spalletti connaît à Gênes son premier échec, il est en effet limogé au bout de 28 journées et le club ligurien finit relégué en fin de saison. Il signe ensuite au FBC Unione Venezia, mais le Toscan est démis de ses fonctions en mars 2000 et le club encore rétrogradé en Serie B à l'issue de la saison. Luciano Spalletti se retrouve sans club. Il s'engage durant la deuxième partie de saison 2000-2001 à l'Udinese Calcio à la suite du licenciement de Luigi De Canio et les sauve de la relégation. Le technicien fait ses valises pour l'AC Ancône, qui évolue au deuxième échelon national, et y réalise une saison moyenne, finissant à une modeste 8e place. Une carrière relancée à l'Udinese Il mène l'Udinese Calcio à la quatrième place synonyme de qualification pour la Ligue des champions. Le succès à la Roma Spalletti signe à l'AS Rome lors de l'été 2005. Il démissionne de son poste en août 2009 en regrettant le manque de moyens mis à sa disposition par la direction du club romain. Le succès en Russie En décembre 2009, Spalletti devient l'entraîneur de Zénith Saint-Pétersbourg. Il remporte deux fois le championnat russe en 2010 et lors de la saison 2011-2012. Il est limogé du club après avoir perdu la première place du championnat le 11 mars 2014. Retour à la Roma Le 14 janvier 2016, il est nommé entraîneur de l'AS Rome en remplacement de Rudi Garcia Palmarès Empoli FC Serie C1 Vice-champion : 1996. Coupe d'Italie de Serie C Vainqueur : 1996. Serie B Vice-champion : 1997. AS Rome Serie A Vice-champion : 2006, 2007 et 2008. Coupe d'Italie Vainqueur : 2007 et 2008. Supercoupe d'Italie Vainqueur : 2007. Finaliste : 2006 et 2008. Zénith Saint-Pétersbourg Premier League Champion : 2010, 2011-2012. Coupe de Russie Vainqueur : 2010. Supercoupe de Russie Vainqueur : 2011. Finaliste : 2012 Posté le 23 mai 2017 par Antony GILLES Sources associé(e)s: Wikipedia
  13. C'est finalement OFFICIEL ! Comme prévu, l'Inter annonce le départ de Luciano Spalletti via un communiqué officiel sur les réseaux sociaux. Grazie Mister Steven Zhang remercie Luciano Spalletti: « Un coach, un enseignant, un ami. Tu as toujours fait de ton mieux, autant sous la pluie que sous le soleil. Ces deux années d’aventure valent énormément pour l’Inter et pour moi personnellement. Nous n’oublieront jamais ton dévouement pour cette équipe, et nous te remercions tous du plus profond de nos cœurs. Tu étais l’entraîneur de l’Inter, et tu seras toujours mon entraineur. Merci Mister Spalletti »
  14. Mis à part les joueurs convoqués en sélection nationale, toute l’équipe est à présent en vacances. Tous, sauf un irréductible : Luciano Spalletti. Phase 1 La nouvelle Inter est sur le point de naître, le timing peut toujours être soumis à un changement de dernière minute, mais la première étape est et restera le licenciement de Luciano Spalletti. Sans cela, impossible pour l’Inter de passer à la phase deux de son plan... La volonté du club est de procéder étape par étape, en suivant le bon chemin, afin de ne pas se retrouver confrontée à un guerilla qui mettra un terme définitif aux discussions cordiales qui ont toujours été maintenues entre Spalletti et le Club. Une comparaison qui passe mal Marotta et Zhang ont pris la décision de rencontrer Luciano Spalletti en personne, sans procéder à une quelconque annonce via Twitter ou tout autre réseau sociaux. L’Inter veut également éviter de voir les rapports entre les deux parties se détériorer encore plus. En effet, la déclaration et la comparaison de dimanche soir signée Spalletti, sur la façon dont Agnelli gère son club et son avis sur Icardi ont exaspéré le club. A quoi devons-nous nous attendre ? Ce mardi, Luciano Spalletti devrait être remercié. Tout dépendra des différents impératifs entre les différentes parties. L’information est tombée ce matin, Luciano Spalletti est en deuil, son frère Marcello étant décédé, le club lui a présenté ses condoléances. Selon la Gazzetta Dello Sport, ce qui ne se passera pas aujourd’hui, devra impérativement se produire ce mercredi. Internazionale.fr présente également ses plus sincères condoléances à Luciano Spalletti. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Ce n'est plus qu'un secret de polichinelle, Antonio Conte sera le futur entraîneur de l'Inter. Voici un résumé de ce qu'il se dit dans la presse transalpine sur le changement d'entraîneur à venir à l'Inter. "Beppe Marotta va rencontrer l'entraîneur sortant qui n'a aucune intention d'accepter une transaction économique qui lui serait proposée. Mais l'Administrateur-Délégué est confiant sur le fait que le natif de Certaldo se trouvera un nouveau club à entraîner d'ici la saison 2020-2021. Ce qui le forcera à rompre définitivement tout lien avec l'Inter, club avec lequel il était sous contrat jusqu'en 2021." "Antonio Conte est attendu à Milan cette semaine, mercredi plus exactement pour signer un contrat triennal estimé entre 9 et 12 millions d'euros. Il ne reste que quelques détails à finaliser. L'Inter est à ce point confiante que l’officialisation devrait avoir lieu d'ici à ce vendredi." "Dans cet éventualité, le nouvel entraîneur de l'Inter pourrait assister au Wanda Metropolitano de Madrid, à la Finale de la Ligue des Champions aux côtés de Steven Zhang et Giuseppe Marotta." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Radja Nainggolan a inscrit hier un dernier but important qui a offert la qualification en Ligue des Champions à l'Inter. Voici sa réaction à Sport Mediaset, une déclaration lourde de conséquence pour le natif de Certaldo : Si mon but vaut 60 millions d'euros ? "J'irai alors demander une augmentation. Blague à part, j'ai fait mon travail, Vecino avait bien joué le coup et j'ai eu de la chance que le ballon me soit revenu. Je suis déçu que Spalletti s'en aille, c'est lui qui m'a voulu ici. C'est un grand entraîneur, il a tellement travaillé et il a permis à l'Inter de se qualifier deux années de suite en Ligue des Champions. Le mérite lui en revient aussi." "Je lui souhaite le meilleur et j'espère qu'il continuera à faire ce qu'il aime faire, à savoir entraîner." ®Antony GIlles - Internazionale.fr
  17. Luciano Spalletti connait son futur. Ce dernier sait qu’il se verra remplacer par un entraîneur d’un tout autre calibre. Actuellement, il déclare à qui veut l’entendre qu’il n’a pas l’intention d’abdiquer d’un centimètre, et qu’il compte tout faire pour amener à bon port le navire Nerazzurro, en lui offrant une nouvelle qualification en Ligue des Champions, la seconde de suite. À l’entrainement, Spalletti a parlé à l’équipe en exprimant plus ou moins les mêmes concepts de dimanche soir, après la destruction du San Paolo. Le natif de Certaldo a demandé du calme et de la concentration à ses ouailles, en déclarant qu’ s’agissait d’une rencontre vitale ce dimanche. Il a d’ailleurs répété que l’Inter avait son destin entre ses mains et qu’une seule option s’offre aux joueurs pour ne pas foutre en l’air toute une saison : Il faut battre Empoli. Ohé Ohé Entraîneur Abandonnnéééé Les paroles sont belles, mais reste les faits : Selon le Corriere Dello Sport, l’entraîneur toscan se sent abandonné, lâché par le Club. Un Club qui, de son côté, ne s’attendait pas à un tel effondrement. En conséquence, l’Inter se retrouve dans la même situation qu’il y a un an, face à la Lazio à l’Olimpico : Tout va se jouer lors des 90 dernières minutes. Pour le quotidien romain, les rumeurs sur Conte, de l’aveu même de Lucio, ont eu un impact dans la préparation et dans la façon d’aborder les matchs, en faisant perdre un certain niveau d’attention aux joueurs, mais le rendement de cette dernière période ne peut pas être dû qu’à cette situation. C’est visible : Si l’équipe n’est plus aussi sure d’elle, il en va de même pour Spalletti qui est de moins en moins serein. Même s’il s’agit d’un professionnel, il n’en reste pas moins un Homme et il est inévitable que l’Ombre de Conte ait également en partie conditionné l’ancien entraîneur de la Roma. La Direction se montre très proche de l’équipe, tout comme les Tifosi, le troisième anneau, généralement réservé pour les grandes affiches sera ouvert. Les tifosi sont attendus en masse, entre 65 000 et 70 000 supporters seront présent pour mettre le feu au Meazza. Pour l’heure, toutes les transactions sont mises en suspens, à savoir Lukaku, Dzeko, Chiesa etc... Ces dernières sont repoussées au lundi 27 mai, seule la Ligue des Champions compte. ®Antony GIlles - Interanzionale.fr
  18. La question du futur entraîneur de la Juve est sur toutes les lèvres, surtout sur celles des bookmakers. Ces derniers votent majoritairement pour Pep Guardiola, l’entraîneur de Manchester City, selon Eurobet, est passé d’une côte de 3,50 à 1,50. En seconde place, on retrouve Maurizio Sarri, actuellement en poste à Chelsea avec une cote de 2,50 Reste l’hypothèse Mourinho à 9,00 Simone Inzaghi est donné à 11,00 Conte, lui, est donné à 15,00 Mais l’homme providentiel, Luciano Spalletti, est donné à 51,00 Voir Spalletti à Turin, est-ce une trahison ou un kiff ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. C’est un fait, la question liée à l’entraîneur est dans la tête de tous, des Tifosi, des joueurs, mais également de la Direction et du Suning : Suning/Marotta : Conflit au sujet de l’entraîneur La vision est diamétralement opposée entre la propriété chinoise et l’Administrateur-Délégué de l’Inter. Si Spalletti joue ses dernières cartes comme il se doit, il sera possible de le voir confirmé pour la saison à venir. Toutefois les rumeurs quant à l’arrivée d’un nouveau T1 ne cessent d’enfler. Voici l’analyse de Sport Mediaset : La volonté de la propriété chinoise est en contradiction vis-à-vis de celle du nouvel Administrateur-Délégué de l’aire sportive, Beppe Marotta. Le Suning est arrivé à un tournant, Il devra choisir entre : Un changement d’entraîneur avec la possible confirmation d’Icardi Un sacrifice d’Icardi menant à la confirmation de Luciano Spalletti. Pour l’heure, cette seconde option est la plus privilégiée, il y aurait donc un risque évident de ne pas assister à la révolution tant attendue sur le banc. En effet, le Suning a cessé toutes discussions, de façon semble-t ’il définitive, avec le Clan Icardi, ce qui privilégierait donc la piste du maintien de Luciano Spalletti. Le Suning retiendrait comme un très bon résultat le fait d’avoir su atteindre la troisième place de Serie A. Ce dernier retiendrait également le fait que l’entraîneur ait fait preuve de certaines actions culottées réussies, comme celle d’avoir placé Vecino en Trequartista. De plus, atteindre la Ligue des Champions en n’ayant pas eu peur de prendre des risques quant à l’apport de Mauro Icardi et Radja Nainggolan a été apprécié par la société basée à Nankin. Reste que le nœud du problème est lié à la question économique. Cette situation amène toutefois le premier conflit clair et important entre le Suning et Marotta qui souhaite changer d’entraîneur peu importe le coût. L’avis de Biasin "L’Inter est plus sereine après ce samedi soir. L’équipe avait mal débutée, avant de voir Spalletti procéder à certains ajustements, ce qui lui a permis de remporter un point qui vaut son pesant d’or en vue de la troisième place. La Ligue des Champions peut être atteinte comme l’année passée. L’entraîneur, malgré des limites dans la gestions de groupe, est entrain de ramener le navire à bon port." "Si le Club décide de prendre une autre voie, des contacts en continu avec Conte ont lieu, cela aura comme répercussion une accélération du processus de croissance. Dans le cas contraire, l’Inter aura la garantie de repartir via un effectif rodé." La Stratégie d’Icardi Selon Tuttosport, le Clan Icardi a décidé de piéger le Suning. En effet, une fois le brassard retiré et une dévaluation effectuée suite à son comportement, l’argentin est convaincu que l’Inter souhaite le vendre. Du côté des Icardi, ces derniers attendent une confirmation officielle de l’Inter pour jouer carte sur table. De leurs côtés, ils ont décidé de maintenir une ligne de conduite qui est de déclarer de ne pas vouloir quitter les Nerazzurri. Le cadeau de Conte Si Antonio Conte parvient à signer à l’Inter, le Corriere Dello Sport nous confirme que le club compte casser sa tirelire pour lui offrir le joueur qu’il souhaite : Romelu Lukaku. Le Belge était déjà courtisé par Conte qui voulait le recruter à Chelsea, mais Manchester United avait réussi à prendre le meilleur sur le Club d’Abramovitch, via un transfert total de 85 millions de livre sterling. Federico Pastorello représente également Lukaku et Conte, ces derniers s’estiment réciproquement. La solution idéale pour s’offrir le Diable Rouge serait d’insérer Icardi en contrepartie technique, mais est-ce que l’argentin serait prêt à quitter l’Italie ? Du côté des Red Devils, ces derniers seraient également réticent à l’idée de disposer d’un joueur capable de semer la zizanie dans le vestiaire. Enfin, le salaire sera également un sujet à aborder, le Belge touchant plus de 8,5 millions d’euros bonus inclus. Le Saviez-vous ? En cas de vente, une plus-value importante se dégagerait de Mauro Icardi, lui qui ne pèse plus que 2,5 millions d’euros en juin 2019. En cas de vente à 70 millions d’euros, l’Inter disposerait d’une plus-value de 67,5 millions d’euros, ce qui aurait un impact non-négligeable vis-à-vis du fair-play-financier. Accepteriez-vous de revivre une nouvelle saison avec le Natif de Certaldo ou signeriez-vous immédiatement pour le duo Conte/Lukaku, l’argentin étant condamné à partir ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Luciano Spalletti a-t'il porté son dernier coup ? A-t'il fini de faire des dégâts ? En effet, après une première série d'entraînements, le natif de Certaldo a éloigné des terrains Joao Mario pour son attitude paresseuse. Le portugais n'aurait pas adopté un bon comportement et n'aurait pas montré de signes de motivations. C'est pour cela que le Portugais a été renvoyé à la douche devant le reste de l'équipe. Il a été invité à se représenter ce vendredi avec un état d'esprit différent. Cet épisode est tout sauf anecdotique, surtout qu'il intervient dans une période cruciale pour l'Inter, elle qui n'est qu'à 180 minutes de la prochaine Ligue des Champions. Ce n'est pas la première fois que Spalletti exclu un joueur d'Appiano. La saison passée, cette situation s'était produite avec Joao Cancelo, pour des raisons plus ou moins similaires à celles reprochées au portugais. Pour Spalletti, un message clair a été envoyé à tous : Il faut encore se qualifier pour la Ligue des Champions et ce n'est pas le moment de baisser sa garde. En effet, il serait nocif de ne compter que sur le dernier match avec la réception de l'Empoli: Il pourrait s'agir du match de tous les danger. Le prochain match aura lieu à Naples et il y a lieu d'étudier les moindres détails. L'équipe devra se passer de Politano, touché à la cheville et de Stefan De Vrij, qui n'est toujours pas rétabli de sa blessure. Cette exclusion du Portugais ne changera pas son avenir, lui qui est sur la liste des transferts et dont la valeur pèse 16 millions d'euros sur le bilan interiste. Everton semble intéressé tout comme l'As Monaco qui a montré quelques signes d'intérêts. Lié à l'Inter jusqu'en 2021, Joao Mario touche 2,7 millions d'euros par saison. Remis sur le droit chemin dans le courant de saison par Spalletti, il n'a plus fait aucune apparition durant une période de 2 mois. Ayant récemment disputé un total de 52 minutes, ce dernier semble être arrivé au bout de son histoire Nerazzurra. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Luciano Spalletti s’est livré en conférence d’après-match suite à la victoire de l'Inter sur le Chievo 2 buts à 0. Voici un condensé de ses déclarations aux différents médias italiens. "Il est correct, dans les conditions actuelles, d’analyser et de prendre les décisions qui peuvent améliorer ta situation. Je n’ai jamais voulu que l’on touche à nous, mais nous avons tous des comptes à rendre à quelqu’un. Il y a toujours quelqu’un qui juge te juge et cela peut avoir des répercussions sur l’avenir, mais ce n’est pas un problème." "C’est quelque chose que j’entends quotidiennement depuis trois mois, il y a cette volonté de créer des déséquilibres et des déstabilisations, je connais cela depuis 9 ans." Si je me prépare à un remerciement ? "Cela fait partie du jeu, en Italie c’est la précarité, et certaines choses doivent se faire correctement pour un club comme l’Inter, qui se doit de choisir ce qu’il y a de mieux pour lui. Il ne faut pas oublier d’où nous sommes partis. Si sur ces deux années il y a quelque choses que je n’ai pas su corriger, ce n’est pas la qualité, mais là, je pourrais tirer dans le tas." Êtes-vous résigné ? "C’est une offense pour moi, si j’avais un quelconque problème, je serais venu vous en parler." Les joueurs ? "Ils ont réalisé une bonne partie. Nous avons changé à 50% notre défense et les joueurs ont bien répondu, cela prouve que nous nous sommes bien entraîné. Asamoah a bien joué, sa qualité est de venir du milieu de terrain pour centrer et tenter de faire la différence." "Nous avons laissé des points en route, car nous étions en deçà de notre niveau, mais l’équipe a grandi et a toujours, même dans les moments les plus délicats, augmenté son niveau de qualité. Aujourd’hui, nous avons réalisé une partie intelligente, mature, comme une équipe solide, car il y avait le risque de ne pas parvenir à faire ce que tu souhaites : marquer un but, et cela peut t’embrouiller. J’estime que nous avons travaillé comme le font beaucoup d’autres équipes qui cherchent à atteindre un but fixé. Nous ne pourrons absolument pas nous planter lors des prochains matchs." Les rumeurs sur Conte ? "Je suis couvert d’offenses : Vous dites, vous dites, vous dites, vous dites. C’est votre qualité, celle de tirer dans le tas. Cette qualité est de dire si demain, il fera beau ou s’il fera du mauvais temps. Si je vous dis qu’il pleuvra, vous serez les premiers à me dire qu’il fera ensoleillé, c’est votre qualité." Vais-je démissionner ? "C’est vous qui allez démissionner, c’est vous qui faites en sorte de proposer des situations qui puissent me mettre dans une telle situation." Si j’ai des problèmes ? "Les problèmes présent découlent de ma détermination, de mon caractère qui m’aide à avancer, Vous me voyez un peu blanc, un peu hagard et vous venez me parler, j’ai donc répondu ce que vous souhaitiez entendre." L’équipe n’a pas craqué, a-t ’elle eut le bon mental ? "Je suis d’accord, il y a eu de la maturité, du mental, une solide lucidité afin de ne pas commettre de mauvais choix. Il y avait ce risque de perdre l’équilibre, car lorsque tu ne parviens pas à débloquer un match, tu peux perdre le ballon et te voir distancé, c’est toujours risqué. Nous avons su rester ordonné en faisant le match que nous devions faire. Nous nous sommes créés de nombreuses occasions, et nous sommes parvenu, avec fatigue, à mettre en sécurité le résultat de la rencontre." Quels actes élémentaires étaient moins bons ? "Nous avions le ballon en défense à la suite de la pression exercée par le Chievo sur le terrain. Nous n’avons pas été au mieux dans les qualités de nos passes, néanmoins nous réagissions rapidement pour repartir de l’avant. Parfois, on jouait des balles mortes car le ballon ne roulait pas assez rapidement. : On aurait pu mieux faire." Est-ce que la rencontre face au Napoli est le match "idéal" vu les caractéristiques de l’Inter ? "Ce sera un match différent comparé à celui-ci, il y aura plus d’espaces, nous pourrons faire usage de notre rapidité et nous essaierons de conclure les premières actions. Le Napoli se montrera sérieux. Ce soir, nous ne nous sommes pas créés des occasions pour nous mettre en danger, mais nous avons joué avec difficulté. Face au Napoli, les deux équipes laisseront des espaces, ce sera un match ouvert, équitable." L’Inter termine-t ’elle ce championnat au niveau mental avec des pas fait en avant ? Gère-t ’elle mieux certaines phases du match ? "Oui, il y a des rencontres qui nous ont posé des problèmes : Nous devions revenir à la maison avec la victoire et nous n’aurions pas dû perdre certains matchs. C’est mieux qu'auparavant, je n’ai plus vu de joueurs au comportement défectueux, ni au niveau du bloc équipe. Ce dernier va bien mieux et, au-delà du résultat, c’est ce dont je suis fier." Quelles idées vous a donné votre Robert Redford ? "Non les gars, c’est trop facile… Cela fait trois mois que vous dites toujours les mêmes choses : La Gazzetta écrit toujours la même chose. Vous me poser toujours les mêmes questions et je me dois d’y répondre. Ne pas le faire serait perçu comme être mal éduqué, voir autre chose." "Si la Gazzetta écrit depuis deux ans les mêmes choses et depuis deux mois cela de façon quotidienne, c’est qu’elle sait ou qu’elle connait certaines choses qui lui ont été communiquées avec sérieux. À présent, je suis victime d'attaques bien précises : Je suis cuit, sur la fin, je suis rongé. Je me défends et je défendrais toujours l’Inter car il faut comprendre que certaines choses jouent dans le mental des joueurs. "Ce que vous me faites à moi depuis 2 ans, vous le faites à l’Inter depuis 8 ans. Nous défendons l’Inter et je le dis aux interisti. Il est évident qu’il n’y a pas d’égalité de traitement avec l’Inter et les autres. Tout cela est vraiment offensant pour l’Inter." Klopp et Pochettino ne remportent pas beaucoup de titres, mais ils ne sont pas remis en question. À présent, ils disputent la finale de la Ligue des Champions. Pensez-vous qu’il serait possible de transposer ce type de football ici en Italie ? "Ce qu’il s’est passé avec l’Ajax ici ne pourrait jamais se reproduire en Italie, car il n’y a pas cette même sérénité. Le contexte fait la différence car un joueur, s’il veut grandir, doit aussi savoir se tromper. S’il veut prendre des décisions importantes, il doit aussi en prendre des risquées afin d’atteindre l’objectif qu’il est tenté de prendre. Ici, c’est difficile, les joueurs doivent avoir la possibilité de grandir à l’instar des autres…" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Giuseppe Marotta a remporté la mise. Les annonces ne font toutes que se confirmer : Antonio Conte sera le nouvel entraîneur de l’Inter. Voici la confirmation de Gianluca Di Marzio à Sky Sport "Conte et l’Inter vont s’unir, il ne manque à présent plus qu’à formaliser le bon moment. Il pourrait disposer d’un contrat de 4 ans et non de 3 ans. La "Révolte Marotta" est en marche, il est venu pour apporter un certain type d’idées et il a convaincu le Suning de réaliser cet effort économique qui ne laisse personne indifférent." "Remercier Spalletti coûtera une trentaine de millions d’euros. L’investissement consenti pour l’établissement d’un nouveau staff est digne d’un Top Player, soit 100 millions d’euros. Conte, avant de dire oui, voulait analyser l’ensemble des projets de chacune des équipes : L’Inter est celle qui a montré les programmes les plus alléchants et les plus fascinants. Rien en revanche du côté de la Juventus, aucun signe." Interpellé par le présentateur Alessandro Bonan : "Vous êtes ici avec nous et vous pouvez donc déclarer de façon définitive et avec une anticipation certaine où ira Conte ?" Réponse de Gianluca Di Marzio, sûr de lui : "Il va à l’Inter." La Révolution est en marche Voici ce que nous communique la Repubblica : Suning a donné carte blanche à Antonio Conte pour composer son propre staff. Un nom met tout le monde d’accord : "La possibilité de dépenser est arrivée de Jindong Zhang, le propriétaire du Suning et de l’Inter, suite à la publication de son premier trimestre annuel pour son entreprise chinoise spécialisée dans la distribution technologique. Steven, son fils et Président de l’Inter, est convaincu par l’opération Conte. L’offre initiale de 8 millions d’euros s’est vu augmentée afin de répondre au mieux à ce qu’il touchait lors de son expérience à Chelsea, dans un club où il reste toutefois un litige à surmonter." De son côté, Conte a donné sa réponse et au nom du projet s’est montré disposé à une prétention salariale moins importante vis-à-vis du propriétaire chinois. En contrepartie, l’Inter ne pourra pas interférer sur la composition de son staff, même s’il va de soi que c’est le club qui nommera ces derniers. Un nom est sur toutes les lèvres : Lele Oriali. En effet, Lele Oriali devrait occuper le poste qui lie l’équipe au reste de la société, un poste déjà connu lors de la présence de José Mourinho à l’Inter. Ce dernier devrait donc disputer les deux derniers matchs amicaux de l’Italie avant de retrouver sa Beneamata. Merci Wanda L’épouse et agent de l’ancien Capitaine de l’Inter aura été l’une des artisanes qui aura coûté sa place à l’argentin, condamné à partir, voici la mise au point de cette situation : Une sanction terriblement dure, car même avec le départ de Luciano Spalletti, Antonio Conte ne compte pas changer la destinée à venir de Mauro Icardi. Informé continuellement de la situation relative à l’argentin, Antonio Conte a confirmé qu’il ne s’opposera pas à un départ de l’attaquant. Voici ce que nous relate le Corriere Dello Sport : "Il est normal pour Conte d’avoir été informé de ce qu’il s’est produit durant cette saison. À commencer par les faits et les situations qui ont provoqué ce retrait du Capitanat d’Icardi, une situation qui a mené à une absence de plus de 50 jours du joueur, avant de se montrer à nouveau disponible." "Conte croit en un groupe qui est complètement dévoué à sa cause, un groupe composé d’éléments qui seront toujours prêt à mettre en avant l’intérêt de l’équipe avant l’intérêt personnel. Il a donc été convenu qu’il était mieux de débuter une nouvelle aventure sans Icardi." "Tous les détails sont importants, et Conte est très pointilleux à ce sujet, un comportement qui a toujours fait la différence : Essayez d’aller lui demander s’il accepterait ou tolérerait les déclarations externes de Wanda Nara sur les plateaux télés ou dans les réseaux sociaux ? Allez lui demander sa réaction à la suite du shooting photo publié par le couple durant ces dernières semaines." Incompatible au projet "Outre l’extra-sportif, Conte raisonne également pour le terrain. Pour lui, le profil d’Icardi n'est pas le plus idéal en pointe. Privilégiant un attaquant fort physiquement et qui part à la guerre. Conte souhaite disposer d’un attaquant qui ira au duel physique vis-à-vis des défenses adverses, permettant de la sorte, d’ouvrir des brèches pour ses équipiers ou vers son compère d'attaque qui sera plus libre à la manœuvre, grâce aux mouvements répétés, des échanges, des insertions à réaliser même dans la surface de réparation." "Ce n’est d’ailleurs pas une surprise de voir que pour son premier titre avec la Juve, que Conte avait recruté Vucinic et qu’il apprécié énormément Quagliarella. À Chelsea, Conte avait également convaincu Abramovich de recruter Dzeko, mais ce dernier a dû faire face à la Roma." Vecino sur le départ Matias Vecino, qui fut l’auteur du but de la qualification, il y a un an au Stadio Olimpico, verra son aventure se terminer durant l’été. Selon Tuttosport, outre le départ de Borja Valero et l’adieu quasi certain de Joao Mario, Matias sera autorisé à partir en échange d’une offre estimée à 30 millions d’euros, lui qui pèse encore 18 millions d’euros sur les comptes. L’Inter espère juste que ce dernier réalisera une bonne Copa America. Celui qui ne l’a pas vu venir Alessandro Del Piero, Capitaine emblématique de la Juventus connait très bien Antonio Conte. Ce dernier s’est livrée sur l’arrivée quasiment actée de son compagnon d’arme : "Ce sera étrange de le voir sur ce banc. Mais Conte est un grand professionnel et l’Inter a de grande possibilité. Je ne suis pas surpris par cette situation, vu l’avènement de Marotta. Il a posé les bases pour bien faire. La rigidité d’Antonio et son système de jeu pourront être d’une grande aide pour l’Inter actuellement." Le Paradoxe Ce soir, l’Inter recevra le Chievo dans un match de la peur. Un match particulier pour Luciano Spalletti, lui qui doit faire face à l’arrivée certaine d’Antonio Conte. Destin cruel pour le natif de Certaldo. Pour que le second arrive à l’Inter, le premier doit atteindre son objectif et s'il ne l'atteint pas, il est de toute façon viré... La situation sera d’autant plus surréaliste au Meazza étant donné qu'Icardi paiera aussi l'addition pour l'ensemble de son oeuvre cette saison. Les deux principaux artisans de l'Inter 2018/2019 devront donc se montrer à la hauteur et professionnel, eux qui sont condamnés à partir. Le Saviez-vous ? Mauro Icardi n’est pas convié dans la nouvelle campagne publicitaire pour le nouveau maillot. Questionné à ce sujet Wanda Nara a confirmé l’information : "Oui, c’est vrai, mais Nike qui est son sponsor personnel, en plus d’être le Sponsor du maillot, devrait l’appeler pour un shooting“ ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Intervenu sur TMW, Gigi Simoni s’est livré sur le futur du banc interiste : L’Inter doit-elle repartir avec Spalletti ? "Les rumeurs qui circulent ne sont pas dirigées vers lui. Il me semble que c’est un entraîneur qui a créé une scission entre les joueurs, selon moi il s’est planté. Les équipes de football vivent de rapports positifs entre les joueurs. Pour moi, l’Inter est une grande équipe, et elle a dû retirer le brassard au Capitaine, un Capitaine qui a été critiqué par ses propres équipiers, cela me fait peur." Marotta a officiellement pris position, en déclarant que Spalletti se verra confirmer… "J’ai été remercié pour moins que ça. Même Moratti l’a admis, je méritais de rester. Je me félicite de la sympathie que j’entretiens avec les tifosi et avec le Groupe exceptionnel que j’avais à disposition." Conte a dit non à la Roma. L’Inter, au-delà de son passé juventine, pourrait-elle être une piste plausible ? "Son passé est juventine…mais il se remettrait sur des bons rails. Spalletti a fait de bonnes choses, mais il a perdu la sympathie des tifosi et de joueurs, il a commis des erreurs." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Selon Sport Mediaset, le nom d’Antonio Conte se fait de plus en plus insistant pour le banc interiste. Si ces derniers temps, Conte a compris qu’il pouvait se passer quelque chose du côté de Paris, et qu'il s’est donc entretenu avec Buffon et Verratti pour approfondir le sujet, la donne a changé vu qu'il est cité avec insistance pour occuper le banc interiste la saison prochaine. Les Feux de l'Inter Au cours de ses trois rencontres avec Marotta, Conte s’est montré très clair : "S’il reçoit un appel de la Juventus", il préfèrera retourner chez la Vieille Dame. Selon Sport Mediaset, il se dit que Zhang se montre de plus en plus perplexe quant à une révolution, la conséquence étant que Marotta disposerait d’un budget gelé. Néanmoins, la volonté de Marotta et d’Ausilio est d’en terminer avec Spalletti. Ces derniers pensent que la rigidité dont fait preuve le propriétaire est exclusivement liée à la course à la Ligue des Champions et qu’il n’est pas utile de créer de zone de turbulences actuellement. Spalletti pourrait financer son départ C’est l’incroyable paradoxe du natif de Certaldo, relayé par la presse transalpine… Il pourrait se voir remercier, à cause de sa propre personne. Spalletti est actuellement en pleine course pour atteindre l’objectif fixé en début de saison : La qualification en Ligue des Champions. Mais cette qualification de Spalletti pourrait s’avérer être une passe décisive millimétrée pour Giuseppe Marotta qui pourrait profiter de cet opportunité pour le remercier. Comment ? Pour faire simple, Spalletti lui-même pourrait offrir Conte à l’Inter. En effet, procéder à une telle manœuvre coûtera 60 millions d’euros pour l’Inter. Soit 10 millions de plus que les 50 millions garanti par l’accession à la Ligue des Champions. Le calcul est donc simple : Spalletti, en atteignant son objectif, pourrait offrir au Suning les finances adéquates pour le remercier. Conte en "attente" de l’Inter Selon Tancredi Palmeri qui s’est exprimé dans les colonnes de TuttoMercatoWeb, l’avenir d’Antonio Conte serait bien plus simple que ce que l’on croit. Le rôle majeur revient à Zhang qui devra prendre une décision finale. La situation serait plus limpide qu’il n’y parait : Entre les équipes italiennes en course, la préférence de Conte irait pour l’Inter. Par l’intermédiaire de Marotta, l’Inter lui aurait également fait savoir que si le dernier obstacle est surmonté, rien n’empêchera cette union, comprenez la qualification en Ligue des Champions. Agnelli poignarde Conte Selon Tuttosport, Andrea Agnelli serait enclin à laisser partir Massimiliano Allegri, qu'il s'agisse de Paris, du Fc Barcelone.... Andrea Agnelli évalue actuellement le marché des entraîneurs, afin de faire face à un éventuel départ de l'entraîneur multititré en Italie. Vu cette prise de position adoptée par le Président de la Juventus, les possibilités de voir Antonio Conte rejoindre la Vieille Dame fondent comme neige au soleil. Conte est donc très proche de l'Inter, également suite au scepticisme d'Andra Agnelli qui ne voit pas d'un bon œil le retour de l'entraîneur qui est à la base du cycle actuel. Pour l’heure, l’Inter a l’avantage sur tout le monde, mais l’indécision de Zhang pourrait s’avérer fatale. En effet, si Paris songerait à se pencher sérieusement sur la question, l’Inter n’aurai pas la faculté de lui répondre. Chaînon manquant Il se dit que l’étau pour le Suning se resserre, qu’il ne manque que son aval pour agir. En effet, même si Marotta est Administrateur-Délégué et dispose des pleins-pouvoirs, il ne dispose pas d’un rôle d’exécutif, comme cela peut l’être avec Gazidis au Milan. Pour l’heure, il s’agit d’une partie de ping pong entre l’Italie et la Chine : Pour Conte, il ne manquerait donc que la prise de décision finale de Zhang : "Ok pour Conte" ou "Non, continuons avec Spalletti" La situation pourrait être bien plus simple qu’il n’y parait. Le saviez-vous ? Il n’y a pas que Luciano Spalletti qui voit son destin mis entre parenthèse. En effet, Piero Ausilio a également été mis en discussion, surtout à la suite des nombreuses années qui ont vu l'Inter manquer le train de la Ligue des Champions. Néanmoins, le Directeur Sportif bénéficierait, à nouveau, de la confiance du Suning qui juge son travail comme satisfaisant et qui serait prêt à lui offrir une prolongation de contrat de trois ans. L’évènement majeur qui aurait permis à Ausilio de rester est le recrutement de Diego Godin, dont il a été le chef d’orchestre, qui plus est, il a a immédiatement trouvé le feeling avec Giuseppe Marotta. Ausilio devrait donc continuer à travailler pour l’Inter, sauf en cas d’une imprévisible variante : Dans le cas où l’équipe ne parviendrait pas à se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions, le Suning pourrait revoir ses plans. Que cela soit pour Spalletti, pour Conte ou pour Ausilio, dans les semaines à venir, l’avenir de tous à l’Inter sera éclairci.... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Luciano Spalletti s’est présenté en conférence de presse d’avant-match pour l'Udinese-Inter à venir. Un match ô combien fondamental dans la course à la Ligue des Champions. Rencontre décisive "Tous les matchs peuvent être décisifs, nous devrons aussi prendre en considération les points pris par nos adversaires, qui sont nombreux. Nous devrons aborder chaque match de la meilleure des façons. Nous affronterons une équipe qui se bat pour ne pas être reléguée. On peut donc comparer ce match à une confrontation directe qui s’annonce difficile." Mauro Icardi et ses photos "Ici, il a toujours porté le maillot de l’Inter d’une bonne façon, c’est tout ce qui m’intéresse." Post Juve "Beaucoup de choses en ont découlé au niveau mental durant la semaine. Même face à la Roma, nous avions réalisé une bonne prestation. J’espère que nous pourrons voir des choses similaires également face à l’Udinese. C’est fondamental de conserver une telle motivation. Faire preuve de déconcentration risque de jouer sur notre façon de raisonner. Durant la semaine, nous avons préparé ce match de façon différente étant donné sa complexité." "Lorsque tu t’entraînes bien, tu sais que tu répondras présent, dans le cas contraire et même si tu te crois le plus fort, cela ne passera pas." Le match "La lecture du match et du jeu de l’adversaire auront un impact sur la partie, mais tout dépend de notre adversaire, nous devrons quoiqu’il arrive conserver notre concentration." Plus aucune dépendance "Je ne suis pas d’accord lorsque l’on dit qu’une équipe dépend d’un joueur qui marque des buts. Les synthèses sont bien au-delà de celui qui inscrit des buts. Lorsque l’on voit la rencontre face à l’Eintracht, nous étions la seule équipe à ne pas prendre de buts là-bas. Pourquoi ne devrais-je pas complimenter mes défenseurs pour ce résultat ?" "C’est normal qu’il y ait une différence de jugement, mais celui qui inscrit un but est tout aussi important que celui qui empêche d’en encaisser. Dans la construction de l’équipe, nous avons bâti un mur devant notre surface de réparation, c’est notre toute première qualité. Les buts arrivent ensuite." L’attaque "Les joueurs se sont bien entraînés et il y a toujours des exercices qui sont moins appréciés que les autres. Pour moi, il est bien plus important d’avoir des joueurs qui mettent leurs qualités au profit du collectif." Manque de but "C’est quelque chose que, forcément, nous aurions dû limiter. Mon grand espoir était d’avoir un équilibre, j’ai connu l’équipe comme ça et je la retrouve toujours à se comporter de la même façon. Nous avons pourtant répété des phases de jeu et des façons d’agir." "Certains comportements peuvent aussi me donner de bons signaux. Vous pouvez voir les retouches à apporter et vous pouvez reprendre là où vous en étiez pour améliorer vos performances." Couse à la Ligue des Champions "Nous devrons surveiller jusqu’au bout la Lazio, qui est une bonne équipe, et ce même si nous avons déjà disputé nos deux confrontations directes. Nous allons devoir disputer des matchs face à des équipes qui vont vouloir se sauver, ils seront donc très difficiles. Mais le plus dur serait de voir l’Atalanta, le Torino ou même le Milan revenir à notre hauteur. Nous étions aussi à une époque à 25 points de la Roma. A présent, il y a plusieurs équipes à surveiller." Le futur d’Icardi "De mon point de vue, il n’y a pas de problème. Mon futur s’appelle Inter-Udinese, sans savoir s’il y aura ou pas Icardi. Ce sera pareil face au Chievo. Je n’ai aucun problème à entraîner ou à aligner certains joueurs. Le futur est destiné à être bénéfique pour l’Inter." "Je viens assez tôt le matin à l’entrainement et je le réalise durant la journée avec des joueurs qui en ont l’envie." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...