Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'massimo moratti'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

20 résultats trouvés

  1. Présent sur la tribune du Triennale de Milan, l’ancien président de l’Inter, Massimo Moratti, s’est livré à un échange dont il était le sujet principal. Le nom du thème étant plus qu’évocateur ‘Tutti gli uomini del Presidente’: Il y a dix ans, vous débutiez le parcours de l’Inter vers le Triplé. Au jour d’aujourd’hui que retenez-vous de cette saison ? "C’est l’adrénaline qui te conditionnes sur la façon de penser au futur, elle qui te permet de te rendre compte que ce que tu as fait est quelque chose d’exceptionnel...D’avoir rendu tant de personnes heureuses." Quel était votre état d’esprit durant ce mois de mai 2010 ? "Je me félicite moi-même, il rit, Certaines choses présentent dans mes bureaux me font m’en rappeler. C’était une période de grande fierté et c’était sans aucun doute de la satisfaction. Et plus le temps passait, plus cela allait plus loin que de la simple satisfaction. Je me rappelle de toute les personnes avec qui j’ai travaillé, Mourinho, les joueurs…" Avez-vous encore des contacts avec ce groupe ? "Avec les joueurs oui, nous avons un Chat, c’est quelque chose de très bien. Nous restons encore en contact et c’est une belle confidence: Je ne fais pas partie de ce Chat pour incapacité, mais je suis souvent en contact avec quelques joueurs, lorsque l’on se rencontre ils restent très affectueux. Je suis resté très marqué, il n’y a aucun sentiment particulier si ce n’est qu’une très grande affection, c’est quelque chose de sympathique." Lors de la remise des Prix à Monaco l’été suivant, tous ont remercié Moratti, comme si vous étiez un père.... "Ce fut une très bonne année. Par après, il n’y avait pas eu de bonnes relations avec l’entraîneur initial et lorsque Leonardo est arrivé, nous sommes arrivé second et avions remporté la Coupe d’Italie. Pour un grand nombre d’entre eux, comme Eto’o, je suis encore appelé Papa." "Je me rappelle de Kalilou Fadiga, qui n’est resté qu’un jour, car il avait dû arrêter sa carrière suite à un problème au cœur, il était si gentil. Ensuite, il y a aussi l’arrivée de Materazzi et lui aussi me demandait certaines choses: Il avait compris qu’il faisait partie d’une famille et il a tout donné, c’est aussi une attitude sentimentale. Parfois les plus beaux succès sont obtenus avec plus de froideur, mais à l’Inter, c’était l’opposé." Percevez-vous l’amour des tifosi qui vous considère comme ‘Il Presidente" ? "Oui, Je ne suis pas très modeste, mais oui. C’est si beau, je suis très sincère, dans le passé ou actuellement, je suis toujours touché par ces marque de grandes affections. Lorsque certains m’appelle papa…Je reçois l’affection des tifosi et cela me touche énormément." Le but d’Eto’à à Londres ouvre la voie à deux mois incroyables…Après une défaite à Catane, vous l’emportez à Stamford Bridge…Il se dit tout de même que Balotetti était entré dans le vestiaire en chantonnant l’Hymne du Milan. "Cela ne m’a jamais été rapporté." À partir de là, débuterons les 67 jours les plus incroyables de l’Histoire, deux mois qui feront que tout ne sera jamais plus pareil. Que vous rappelez-vous de ces deux mois en apnée ? "C’était une symphonie toujours plus forte, j’avais énormément confiance en Mourinho. Même lorsque les rumeurs sur le Real de Madrid sont parues, nous étions très complices dans nos échanges. Je m’étais mis d’accord avec Mourinho après le départ de Mancini. Il avait posé les bases en créant un groupe et Mourinho a amélioré le tout vers la victoire." "Mon souvenir de Mancini est très positif, j’ai encore beaucoup d’affection pour lui. Lorsque je reviens sur ces deux mois, je ne voulais pas distraire Mourinho avec une polémique, rien ne s’était donc produit Le soir de Madrid, il aura pu faire ce que j’ai fait et revenir à Milan, mais il avait déjà fait sa part du travail à la perfection." Quelle chose vous a marqué chez Mourinho ? "J’ai le souvenir d’une personne spéciale, intelligente, importante pour son professionnalisme. C’était surprenant qu’une personne avec un tel caractère pouvait avoir le professionnalisme pour inventer des choses. Nous avons un bon rapport, affectueux, même s’il ne m’a jamais appelé papa. Mourinho n’est pas le plus facile des entraîneurs, il est très exigeant. Mais il a été le seul à ne pas m’exiger un joueur, je dois être sincère." Comment a eu lieu les débuts entre vous et Mourinho ? "Je ne l’avais jamais vu avant ce repas parisien. Mourinho m’avait marqué lorsqu’il avait entraîné Porto, il venait de réaliser un partage en demi-finale de la Ligue des Champions face au Deportivo La Corogne et après le match, il pensait déjà à la finale." "Je m’étais dit que c’était un phénomène. Lorsque nous nous sommes vu, je lui ai demandé si dans les deux mois à venir, il prendrait en considération l’idée de venir entraîner l’Inter et il m’avait répondu : "Dès aujourd’hui, je me considère comme l’entraineur de l’Inter". Il a toujours été très sérieux." Aviez-vous la sensation que vous n’alliez pas perdre la Finale de Madrid ? "Oui, Mourinho m’avait rassuré énormément, de par le fait qu’il avait bien étudié l’adversaire. Il les connaissait tous très bien, leurs mouvements, l’entraîneur." Que lui avez-vous dit après avoir vu le Bayern vaincu 2-0 ? "Qu'il avait bien étudié l’adversaire, j’avais confiance." Antonio Conte peut-il être comparé à Josè Mourinho, au-delà du péché originel de son Adn ? "Je ne suis pas présent au Club. Je ne connais donc pas les méthodes de Conte et son rapport avec les joueurs. Il est très attentif et participe aux discours individuel et cognitif de l’équipe. En cela, il est aussi bon que Mourinho. Mais je ne le connais pas assez bien pour les comparer. De plus, les comparaisons entre entraîneurs ne sont jamais facile à faire." Le fait que vous étiez aussi un Tifoso compliquait-il votre rapport avec les entraîneurs ? "Je ne pense pas avoir briser les couilles de tant d’entraîneurs, je n’ai jamais proposé de formations, tout comme je n’ai jamais prétendu vouloir insérer quel joueur. Un jour, j’ai informé Roy Hodgson du recrutement de Youri Djorkaeff et il m’a répondu : "C’est bien Président, mais je resterai l’entraîneur…"Je n’ai pas influencé mes entraîneurs, tout comme je ne les ai jamais forcé à faire certaines choses." Quand a eu lieu votre dernier repas avec Josè Mourinho ? "Après la victoire en Ligue des Champions." Le renvoi de Luigi Simoni ? "Je retiens que c’est terrible de remercier un entraîneur après une défaite. Et c’était une erreur car Simoni tenait bien la barque, il avait mis en valeur Ronaldo…A l’époque, je ne l’avais pas compris." Peut-on dire que le Triplé de 2010 a été la dernière victoire d’une certaine façon de diriger le football ? "Je ne sais pas si on peut être d’accord sur le concept de Famille au sein d’une équipe, mais les joueurs que j’ai connu ont joué avec ce sentiment, celui que j’étais proche de l’équipe, on m’y voyait curieux et enthousiaste." "L’Inter est à présent géré par la Famille Zhang qui est à la tête d’une très grande industrie, vu sous cet angle, nos comparaisons sont très similaires. Je ne sais pas si le Triplé est le dernier titre d’un certain type de football, mais les sommes dépensées pour recruter un joueur de très haut niveau régissent le jeu. Les industriels de ce niveau, tu peux les retrouver en Russie, en Chine où ils ont tellement d’argent, mais peut-être que la passion ne sera pas la même." "C’est une expérience un peu différente, mais tu vas acquérir tout de même de la souffrance et t’unir au sens du devoir, je pense que c’est cela le secret de ce métier, le tout en ne faussant pas, par ta présence, la vie des gens." Que pensez-vous par le fait de quitter le Meazza ? "Je vais au Meazza depuis tout petit, sentimentalement et de façon rationnelle, cela me semble être une exagération. À présent, il faut rentrer dans les comptes des clubs et y défendre les intérêts. Ils ont proposé un type de projet, basé sur des bénéfices en provenance du public, mais il peut aussi y avoir une attraction plus importante, étant donné que le Milan doit encore trouver un acquéreur final." "L’Inter est convaincue par la bonté du nouveau stade. Il y a des réalités éloignées de l’histoire des Clubs et de Milan, on ne pourra pas leurs transmettre l’expérience et l’affectif que nous avons, pour leurs faire comprendre ce que signifie le Meazza pour nous." "Eux, ils réalisent des calculs bien différents, pour eux, c’est le nouveau Duomo et il sera donc très beau, on devra s’y habituer. Le monde avance de la sorte, pour le Meazza, nous aurons tous des sentiments qui resteront gravés dans la mémoire." Avez-vous prévu une célébration pour fêter les dix ans du Triplé, le 22 mai 2022 ? "Je crois que je ferai quelque chose avec les joueurs." Massimo Moratti s’est aussi livré pour FcInternews.it Le Meazza ? "Il est clair qu’il y a un lien affectif particulier, à commencer avec les tifosi. Si vous me demandez s’il est juste de l’abattre, ma réponse instinctive sera non." "La réaction découle par contre de nouveaux projets et de la vision du Milan du futur, et surtout des intérêt des clubs, ils réalisent des changements et proposent de bonnes choses. Je suis déçu et on ne pourra pas empêcher des personnes d’être mécontente." Avez-vous déjà vu les deux projets ? "Seulement en photos sur les journaux, je ne les connais pas bien." Êtes-vous enthousiaste par le départ de l’Inter ? "Elle est bien partie, et elle fait même mieux que ce à quoi on pouvait s’attendre. En Championnat, ne pas perdre de points dès le début de saison est extrêmement important." Qu’est-ce qui diffère comparé aux années précédentes ? "Par-dessus-tout : Conte. Il fait du très bon travail, il est très vivace. Il met tout le monde en condition d’arriver à un résultat et il transmet sa volonté aux joueurs, qui répondent très bien à ces attentes." Pouvez-vous comparer Conte à Mourinho ? "Comparer des personnes est très difficile, encore plus lorsque l’on parle d’entraîneur." Aimez-vous Conte ? "Oui, c’est un excellent entraîneur." Toldo a déclaré que Samir Handanovic aurait mérité de revêtir le brassard de Capitaine plus tôt. Qu’en pensez-vous ? "Je pense qu’Handanovic est un phénomène, il est très bon et il l’a prouvé encore mercredi. C’est vrai, il a le caractère pour l’être. J’imagine que s’il l’avait obtenu le brassard avant, il y aurait tout de même eu une polémique avec Icardi, et je ne veux pas m’attarder sur cela, mais Handa a le caractère." Mercredi, il a rejoint Julio Cesar en atteignant le palier des 300 présences à l’Inter... "Julio a collectionné la troisième présences et remporté plusieurs titres." Quel conseil donner à l’Inter pour battre Messi ? "Conte a la connaissance et l’expérience pour faire bien face à Messi et face à Barcelone." A choisir, qui battre entre la Juve et le Barça ? "On est contraint de tout gagner, toujours. En Ligue des Champions, car même avec le partage face au Slavia, faire un match nul ne serait pas suffisant. Nous devons partir de ce principe, celui de toujours l’emporter. Face à la Juve, il est obligatoire de partir avec cet état d’esprit." L’Inter est-elle l’Anti-Juve ? "Actuellement, je dirais oui." Lukaku est un attaquant physique comme Ibrahimovic. Vous l’aviez vendu au Barça pour remporter ensuite la Ligue des Champions....Pensez-vous que Lukaku puisse être adapté à ce football ? "Nous devrons donc vendre Lukaku à Barcelone ? ...Il sourit. Je ne veux pas le comparer avec Ibra, mais le belge a des qualité qui permettent à l’Inter de pratiquer un beau jeu." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Nous vous en avions très récemment parlé, Xu Jiayin le patron d’Evergrande, qui est également le propriétaire du Guangzhou Evergrandre, était présent à Milan durant la semaine écoulée. Après avoir dîner avec la Famille Zhang et Massimo Moratti, il a assisté le lendemain à la rencontre entre l’Inter et le Slavia. Selon le quotidien chinois Titan Sports, Evergrande travaille pour proposer comme nouveau sponsor Nerazzurro, la marque Hengchi. C'est la nouvelle marque de voiture énergétique électrique, une nouvelle ambition pour Evergrande qui travaille sur ce marché en plein essor. Un sponsor automobile pour succéder à un sponsor de pneumatique, c’est ce que l’on appelle de l’humour chinois ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Au terme du repas où il était invité par Jindong Zhang, Massimo Moratti s'est livré à Fcinternews.it "Ce repas était très intéressant, ils sont très gentils, aussi bien le père que Steven. Cela me touche énormément, cela me fait plaisir, je suis fier de cette situation." Souhaitez-vous revenir ? "Ils sont très gentil dans la façon de me tenir informé de tout ce qu'ils font, pour moi c'est comme si j'étais toujours présent." L'Inter de Conte ? "Je suis très impressionné par Sensi et par Conte, je crois qu'il y a les bases pour faire de très bonnes choses." A qui me fait penser Conte ? "C'est difficile de faire des comparaisons, mais il est très bon aussi lorsqu'il parle, il a l'état d'esprit qu'il faut pour tenir l'équipe. Il est doué dans son métier et c'est l'aspect le plus important." Sensi ? "Je crois que personne ne s'attendait à ce qu'il soit aussi fort, il apporte de la vitesse d'un certain type dans l'équipe, un peu comme Sneijder à l'époque, qui avait changé les mécanismes de l'équipe." Le Derby ? "Du Derby, je ne préfère ne rien dire...il sourit" Appréciez-vous ce lien qui lie la Famille Zhang à la Famille Moratti ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. José Mourinho, interviewé par The Coaches Voice, a raconté toute la stratégie qui mena l'Inter sur le toit de l'Europe en 2010. Un exploit né un an plus tôt. "Je pense qu'il est très important, en arrivant, de savoir ce que le club désire et de tout faire pour y arriver. La Champions League est toujours un point d'interrogation, parce que les phases à élimination directe sont toujours imprévisibles, et la concurrence de haut niveau. Mon accord avec l'Inter c'était de continuer à dominer en Italie la première année, gagner le scudetto pour une troisième fois consécutive et chercher à s'approcher de la Ligue des Champions. C'est ainsi que lorsque nous nous sommes fait éliminer par Manchester United, j'ai tout de suite discuté avec le club et j'ai dit au président Moratti ce dont j'avais besoin pour passer un palier." "Le club a fait un travail phénoménal. Cet été là, le mercato a tout simplement été fantastique. Nous avons pris des joueurs fondamentaux, des joueurs clés. Et c'est ainsi que nous nous sommes présentés en Ligue des Champions avec l'ambition de la remporter. Et nous l'avons fait." La construction de l'effectif - "Nous étions défensivement exceptionnels mais nous devions monter 20 mètres plus haut pour pouvoir asseoir une domination et presser plus fort. J'avais un groupe de défenseurs centraux très forts mais en fin de carrière. J'avais besoin de vitesse à ce niveau, c'était capital. Je voulais Ricardo Carvalho. Nous avons tout tenté mais Chelsea ne voulait pas le lâcher. Et du coup, avec le staff du club, et pour cela je me dis toujours que la simplicité est une qualité car notre collaboration était simple, nous avons identifié Lucio comme le profil parfait, car c'était un central très rapide. Peut-être qu'il était moins technique que Carvalho mais il était redoutablement rapide. Il avait ce dont nous avions besoin." ®Samus - internazionale.fr
  5. L'ex président Massimo Moratti applaudit le désormais imminent retour en nerazzuro de Lele Oriali. L'annonce attendue depuis plusieurs jours n'est plus qu'une formalité car Oriali a déjà rencontré le staff technique et a discuté avec le club la semaine passée. "Oriali ? Je pense que les retours sont les bienvenus. Surtout qu'il est profondément lié à l'Inter, son histoire, son caractère, sa tradition. Il apportera du sens dans les affaires du club." Le duo Oriali-Conte qui avait convaincu en Nazionale est donc ainsi reconstitué. La décision de faire confiance à l'ex-sélectionneur convainc aussi Moratti : "Conte ? C'est un bon choix. Nous attendons de le voir en action." Moratti a ensuite commenté le choix de déménager le siège : "C'est un évènement normal dans l'histoire d'un club quand l'équipe dirigeante change. C'est rationnel de chercher à changer d'espace de travail. Je pense que c'est un signal de l'ambition du Suning. Ils ont créé un siège spacieux dans une zone en pleine croissance." ®Samus - internazionale.fr
  6. Au cours d’une longue Interview octroyée au Corriere Della Sera, Massimo Moratti s’est livrée sur l’amour de sa vie : L’Inter. Pour l'anecdote Erminia, l’épouse d’Angelo Moratti souhaitait porter l’Inter "à la maison". C’est donc Madame qui a eu le flair de lier la Famille Moratti aux Nerazzurri. Les transferts manqués des années 60 d’Angelo... Massimo Moratti nous révèle que l’Inter avait tenté de recruter les champions d’alors, tels que Lorenzi, Skoglund, qui auront pris d’autres routes. Le plus surprenant reste les contacts avec Puskas : "Papa était loin dans ce dossier, et avec Kocsis, mais la révolution Hongroise a porté ces deux joueurs à Vienne où ils en deviendront des apollons. Qui plus est, en Italie, il y avait d’importantes pressions politique afin que cela ne complique pas les rapports diplomatiques." "Avec John Charles c’était différent. Cette affaire était partie en fumée, aussi parce que mon père avait été frappé par une demi-ischémie. Papa avait reçu un appel d’Agnelli. Je me souviens que la Juve offrait toujours une lire de plus pour se l’offrir et Papa n’était pas dans les meilleurs conditions pour se battre." Aux transferts réussis de Massimo… Le premier recrutement de la Présidence de Massimo fut celui de Javier Zanetti. "J’ai été contacté un soir : Nous pouvons y aller, vous en êtes sûr ? J’ai demandé à patienter cinq minutes. J’ai réveillé l’un de mes fils et je lui ai demandé de me mettre une vidéo à la volée. J’ai pris le téléphone et j’ai autorisé le recrutement de Zanetti." "Si j’avais dû me baser que sur les vidéos, Zamorano ne serait jamais arrivé. Sur celle que j’avais visionné, il se démarquait et était en phase de conclusion devant le but, mais il ne parvenait jamais à cadrer. Je suis allé jusqu’à demander s’il s’agissait d’une blague." "Je suis allé à la maison de Paul Ince pour lui dire qu’il se devait de venir à l’Inter. Il avait accepté. J’espérais aussi, qu’une fois sa disqualification terminée, obtenir l’accord de Cantona. Mais il était détestable, sans énergie, c’était une preuve que dans la vie, nous sommes tous de passage. Le football était moins important." "Avec Pirlo, j’avais eu l’idée de le reprendre lors de son départ du Milan et avant qu’il aille à la Juve. Mais finalement je n’ai rien fait." "Ibrahimovic m’avait appelé lorsqu’il était en train de passer du Barça au Milan, il m’avait confessé que les tractations avait débuté. Et il a eu un geste que j’ai très apprécié, il m’avait dit que si je faisais une surenchère, qu’il nous aurait choisi nous." "Un jour Ibra était venu me voir car il y avait un problème de coexistence avec Cambiasso. Ce fut une période où Ibra demandait à venir régulièrement au Club pour me parler. Il commençait à prendre la parole, et j’avais évidemment compris qu’il avait quelque chose d’important à me communiquer." "Je lui ai demandé de s’exprimer et d’après ce qu’il me disait, l’équipe aurait pu se passer des services de Cambiasso. J’ai tourné de l’œil. Quelques jours plus tard, Cambiasso était venu au siège et il souhaitait me faire savoir que, d’après ce qu’il me disait, l’équipe pouvait se passer des services d’Ibrahimovic". "J’ai parlé énormément avec Barcelone, mais pas uniquement pour l’échange d’Ibra-Eto’o ou pour Ronaldo, mais pour des joueurs qui ne sont pas arrivés. Iniesta : Je citais beaucoup de joueurs, mais lorsque j’ai cité son nom, l’attitude du Barça a radicalement changé, j’aurai pu proposer une offre, jamais le Barça ne l’aurait vendu." "Messi : Ses parents sont venu me parler des problèmes de santé et de son intention de s’engager avec Barcelone, ils étaient dévoués à résoudre ces problèmes. Je vous jure, j’ai pris la décision de le laisser tranquille, de le perdre. Ils ont pris soin de Messi comme un Père l’aurait fait avec son Fils." "C’était pas mal aussi avec le Real, surtout pour Sneijder. J’étais à Forte dei Marmi et un barman m’avait interpellé : "Président, il nous manque qu’un seul joueur : Celui qui donnera le coup d’accélérateur décisif au milieu de terrain : Sneijder." Il était tellement persuasif que pour moi, il ne commettait pas d’erreur, j’ai téléphoné à Branca et je lui ai demandé de me faire un feed-back de ce qu’en penserait Mourinho. La réponse de Mou était "Peut-être". C’est la base de la transaction, surtout que Sneijder n’avait plus sa place au Real. Je n’ai plus jamais revu ce Barman, mais je tiens à le remercier." Pour info: La Famille Moratti est la détentrice des 3 Ligues des Champions de l'Inter.... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. C'est l'information principale de la journée : Massimo Moratti aurait convaincu le Suning de faire revenir le Special One aux commandes de l'Inter. Parmi les sites sportifs qui en parlent, voici ce que nous révèle Il Tempo A la question : Pourriez-vous revenir à l'Inter ? Josè a préféré répondre: "Je ne préfère pas répondre à cette question." Il s'agit-là d'une phrase de circonstance étant donné que le Special One a revendiqué chercher un club où il pourrait retrouver une empathie structurelle en tout point similaire à celle de l'Inter: "Pour mon futur, je recherche un club où il y a une empathie totale, avec des personnes heureuses de travailler. J'avais tout cela à Milan." Est-ce prématuré d'annoncer le retour du lusitanien durant l'été ? Selon Il Tempo, cette annonce est à prendre très au sérieux: "Derrière cette déclaration d'amour, qui n'est d'ailleurs pas la première, il y a lieu de se souvenir que c'est lui qui a emmené les Nerazzurri au mémorable Triplé. Cette nouvelle bouleverserait les forces en présence en Serie A: José Mourinho va revenir en Serie A pour y entraîner l'Inter." Cette affirmation trouve son origine dans le fait que plusieurs sources milanaises, généralement très bien informées, vont toutes dans le même sens. C'est Massimo Moratti en personne qui a conseillé Steven Zhang, l'actuel Président de l'Inter et fils du richissime propriétaire du Suning, de miser sur le portugais au dépend d'Antonio Conte. "Il s'agit là d'un surpassement en règle au dépend de l'un des nombreux ennemis de Mourinho, car Antonio Conte était encore récemment le favori à la succession de Luciano Spalletti déjà condamné à partir en fin de saison, peu importe les résultats en Serie A et en Europe." "Si de son côté Marotta avait déjà parlé avec son ancien entraîneur de la Juve, qui est libre et disposé à débuter une nouvelle aventure, Massimo Moratti préférerait interrompre la Dictature Bianconera à venir en misant sur Josè." Voici en résumé ce qu'aurait pu suggérer Moratti à Steven Zhang pour faire mouche. Attention il ne s'agit pas des paroles de Moratti, mais de ce qui a très certainement été sous entendu: "Il ne faut pas oublier le fait de recruter un entraineur ayant un passé Juventine... Si les choses ne vont pas bien, il y aura des comptes à rendre vis-à-vis des Tifosi interistes. En optant pour Mourinho par contre, cela créera un enthousiasme incroyable." Ce qui est d'ores et déjà sûr, c'est que Mourinho a déjà fait part de sa totale disponibilité vis-à-vis de la Beneamata. De plus, vu son parcours de carrière, il serait disposé à ne pas se montrer trop gourmand en ce qui concerne le salaire à percevoir. A titre de comparaison, la Reppublica nous informe qu'Antonio Conte aurait exigé un salaire de 9 millions d'euros. Conte serait également courtisé par Manchester United et le Real Madrid...les deux anciens clubs de Mourinho ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Steven Zhang est le Président de l’Inter et, ceux qui ont cru pouvoir profiter de sa "jeunesse" auront des comptes à rendre. Pas naïf pour un sou, notre Numéro 1 procédera à une révolution totale durant l’été 2019... 8 joueurs indiscutables Cette nouvelle révolution portera la griffe de Steven Zhang et également du Suning. A la vue des turbulences en cours, la Gazzetta Dello Sport nous confirme que seulement huit joueurs sont sur de rester à l’Inter la saison prochaine : Icardi, Skriniar, Brozovic, Handanovic, Asamoah, De Vrij, Lautaro et Politano qui sera racheté à Sassuolo pour 20 millions d’euros. Cette année sera synonyme d’"Année de révolte" au sein de l’Inter, aussi bien au niveau sportif qu’économique vu la sortie, cet été, du Settlement Agreement. l’Inter compte à présent bien faire entendre sa voix sur le mercato. 2019 n’a pas débuté comme s’y attendait Steven Zhang : Un point lors des deux premiers matchs, des prestations médiocres et un vestiaire en éruption. Ce lundi soir, le Président est entré en scène en convoquant dans un restaurant l’Etat-Major de l’Inter et Luciano Spalletti. Pour Steven, c’était une façon de faire bloc et de se souvenir des directives à respecter d’ici à la fin de la saison. Hormis les joueurs précités, tout le monde est sur la sellette à commencer par Spalletti malgré le fait qu’il ait été prolongé jusqu’en 2021, l’été dernier. L’ombre d’Antonio Conte continue à s’élargir et à planer de plus en plus dans le ciel d’Appiano et le futur de Spalletti ne sera plus lié exclusivement qu’aux résultats. Les nouvelles consignes concernant le natif de Certaldo sont les suivantes : Finir et conserver la troisième place Remporter un titre (soit la Coupe d’Italie, soit l’Europa League) Inter – Lazio Dans cet optique, la rencontre de ce jeudi opposant l’Inter à la Lazio en Coupe d’Italie sera décisive, pour Spalletti comme pour la Squadra. Car peu importe le résultat, l’équipe sera quoiqu'il arrive révolutionnée. Steven a décidé de s’attaquer aux joueurs qui doivent voire leurs contrats prolongés, voir ceux qui ne seront pas renouvelé. 8 joueurs sont confirmés, d’autres devront prouver qu’ils méritent de porter le maillot de l’Inter dont Nainggolan, D’Ambrosio, Dalbert, mais également Cédric et Keita. Concernant ces deux derniers, il s’agit d’autres raisons que celles disciplinaires. L’ère de Massimo Moratti est révolue, Steven Zhang est jeune, sérieux et le message qu’il fait passer est un tournant décisif de l’histoire récente de l’Inter... Steven va réagir mais il est « normal » de devoir attendre l’été pour passer un sérieux coup de balais. Le saviez-vous ? En cas de contre performance ce jeudi soir face à la Lazio et malgré les rumeurs importantes de l'arrivée d'Antonio Conte à l'Inter, la Rai Sport nous confirme que l'entraîneur qui prendrait immédiatement la succession de Luciano Spalletti à l'Inter ne serait nul autre que Josè Mourinho. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Flashback. Nous sommes le 20 septembre 2011 et l'Inter vient de perdre 3-1 à Novara. C'est la débandade. Cinq rencontres, dix buts encaissés, quatre défaites et un nul ont eu raison de Gasperini et de ses schémas propres à sa philosophie. Il est donc limogé et comme l'explique Massimo Moratti : "Je le referais encore aujourd'hui. Malheureusement à cette époque c'était inévitable." Pourquoi aviez-vous choisi Gasperini ? "Pour le bon jeu qu'il avait toujours proposé à ses équipes, c'était son mérite. Ça l'est toujours regardez l'Atalanta maintenant. A l'époque où je l'ai choisi j'étais certain qu'il aurait démontré ses capacités, mais un entraineur comme lui aurait eu besoin de plus de temps." Ce n'était pas possible de lui en accorder ? "Dans certains clubs comme l'Inter ce n'est souvent pas possible. A ce moment là nous ne pouvions aller plus loin. Gasperini lui-même vivait un moment de crise..." Mérite-t-il une nouvelle chance dans un grand club ? "C'est un technicien très qualifié et il obtient de bons résultats à Bergame. Selon moi l'Atalanta et Gasperini méritent de se qualifier en Champions League." ®gladis32 - internazionale.fr
  10. Interviewé par Gianluca Di Marzio, l’ancien Président et Propriétaire de l’Inter, Massimo Moratti, s’est livré sur son lien qui le lie à jamais à sa Beneamata : L’Inter. PREMIÈRE FOIS "La première fois que j’ai vu l’Inter remonte au 6 novembre 1949, j’avais quatre ans et c’était le Derby Inter-Milan qui avait fini sur le score de 6-5. J’y étais allé avec mon père et mon oncle, c’était devenu une habitude. Je vivais la semaine en parlant du rendez-vous dominical, c’était devenu un rendez-vous fixe, je me souviens de cette rencontre, de cette souffrance et de la joie finale : J’étais très petit, je n’ai plus les images en tête." L’acquisition de l’Inter en 1995 "L’idée de devenir Président de l’Inter est arrivée comme une sensation. Je devais rendre des comptes aux personnes qui venaient vivre leurs passions. Et ces émotions n’ont pas de prix. Je me suis enfermé à évaluer ce plan entrepreneurial, ce qui était la chose la plus intelligente à faire, j’aurais aussi bien pu ouvrir une société de caleçons, cela m’aurait rapporté plus." "Mais le Calcio est différent : Être président, penser à faire les choses de la bonne façon. Penser à gagner et que les sommes récoltées pourront être réinvesties l’année suivante. Disposer de plus d’abonnements et obtenir un sponsor plus important pour grandir. Ensuite avec le temps, j’ai réalisé ce qui était le plus important : J’avais un devoir vis-à-vis du public et il était en continu. C’est aussi grâce à ce devoir que je suis devenu plus populaire et que j’ai pu faire des calculs plus rationnels." LES JOUEURS Le rêve Cantona et l’arrivée de Paul Ince "Une de mes plus grandes idées était de faire des dépenses de folie... il sourit. Je venais d’intégrer l’Inter et je voulais traiter pour deux joueurs : Eric Cantona et Paul Ince de Manchester United. Si le second est arrivé, le premier était aussi très proche, il était fantastique, concret, il avait de la personnalité. Je pense qu’avec lui a la tête de l'attaque de l’équipe, les résultats auraient été différents..." Un rapport spécial avec les joueurs ? "Je n’ai pas eu de grandes fréquentations avec les joueurs, j’avais un sentiment d’affection avec ceux qui me passionnaient le plus. Peut-être qu’ils n’étaient pas les plus fort, mais je vivais comme un Tifoso et si je me plantais, cela faisait mal. Ince est l’un de ces joueurs, il est resté seulement deux ans, mais j’avais de l’affection pour lui, il avait un caractère spécial, c’était un combattant, courageux, une belle personne." "Ensuite il y a Recoba, le plus beau pied gauche que je n’avais jamais vu, il ne marquait jamais un but banal. En général, je me rendais compte que j’avais tendance, dans mes rapports, à confondre l’affectif avec l’estime et cela m’a été décisif : Comment ne pas vouloir du bien à Milito ? Pour moi c’était un Mythe, il a réalisé quelque chose d’incroyable : Il m’a fait gagner." Zlatan ? "Il était spécial, étrange, il avait cet attachement digne d’un chanteur lyrique. Il se présentait de façon particulière, il faisait semblant de se montrer arrogant car en fin de compte c’est une personne qui vous transcendante. Il était sympathique, il s’était toujours très bien comporté avec moi. Son but face au Torino en janvier 2007 fut l’un des plus beaux de ma présidence." Ronaldo, Il Fenomeno "C’était l’achat qui me présenta au Monde du Football. Je l’ai fait par surprise sans que les autres ne s’en aperçoivent. A partir de ce moment-là, je n’étais plus le nouveau qui frappait à la porte de ce monde étrange, mais j’étais une personne qui fallait observer avec attention." "Je lui ai toujours voulu du bien, il faisait de même avec moi. Ma plus grande peur était ses blessures, nous avions toujours cherché à le préserver mais nous n’y sommes pas toujours parvenu. Il avait également raté toute la préparation du Mondial en France avec des charges de travail excessives sur un genou qui était en réalité très solide." "Il a été incroyable lors de la Coupe de l’UEFA et le mérite en revient à Simoni. Il me disait que son football était peu organisé, mais je n’étais pas d’accord. Même s’il n’était pas spectaculaire, il cherchait à profiter au maximum des capacités de Ronaldo. En fin de compte Gigi était une personne splendide et l’un des seuls qui est parvenu à le faire le mieux jouer sur un terrain." LES ENTRAÎNEURS Cuper ? "Ronaldo n’est pas parvenu à avoir un bon rapport avec lui, pourtant tous les autres joueurs s’en souviennent comme d’un excellent entraîneur. Lippi était un préparateur mais n’a pas été efficace avec nous." "Le choix d’un entraîneur est toujours difficile, car au final c’est ton point de référence en tant que Dirigeant, c’est à lui que tu confies ton équipe. J’ai toujours été à la recherche d’entraîneurs valides, capable de savoir gérer des joueurs important et de créer des harmonies dans le groupe. Lorsque j’y repense, j’ai toujours alterné mes choix. Par exemple, lorsque j’ai dû remplacer un jeune entraîneur, j’en ai recruté un plus âgé. Je tentais toujours d’ajuster la situation par rapport à ce qu’il s’était produit. Et il faut aussi prendre en considération le fait que parfois, je choisissais moi-même les entraîneurs, mais d’autres fois il fallait poser ses couilles sur la table pour saisir l’occasion, c’est ce qui s’est passé avec Mourinho." Même si je l’avais vu gagner la Ligue des Champions avec Porto, ce qui m’a le plus impressionné était sa conférence de presse, à la veille du match retour, face au Deportivo, il venait de faire 0-0 à domicile et il devait l’emporter. Il avait dit une chose fantastique aux journalistes : Il ne pensait pas au match face à La Corogne, mais déjà à la finale, il n’avait rien d’autre en tête, je l’ai écouté et je me suis dit : Cet homme ne peut pas ne pas passer par l’Inter." "J’avais de très bons rapports avec Roberto Mancini depuis des années, lors de ma première année de Présidence, j’ai même tenté de le signer dans l’équipe en tant que joueur, c’était un grand champion. Quand il a entraîné la Lazio, je lui ai présenté mes vœux de Noel, je lui avait dit : Commence à te préparer, peut-être qu’il pourrait en ressortir quelque chose. Par la suite, nous avons trouvé un accord." Les entraîneurs qui ne sont pas passé par Appiano Gentile "J’en ai remplacé tellement…16, devoir en recruter plus serait tout simplement difficile. Si je devais donner un nom, je dirais Ancelotti, il a toujours attiré ma curiosité vu la façon dont il gère son équipe. Il a montré et il le démontre encore : Il a de la personnalité, il est concret et jamais fanatique. Avec moi, il a toujours été quelqu’un de gentil, je pense l’avoir toujours suivi en général. Placer Pirlo devant la défense était un choix courageux qui a payé même après le Milan." "J’ai pensé à reprendre Pirlo lorsque j’ai appris qu’il n’allait pas être prolongé par Berlusconi. Il aurait été mon choix, car l’équipe avait tout de même acquis sa propre physionomie. Pourquoi il n’est pas revenu ? Parce que j’y ai juste pensé, point. Un joueur de sa trempe doit être pris de suite, sinon il part ailleurs." UN ACHAT SELON MASSIMO MORATTI "Il en fallait peu pour trouver un accord avec moi. Je me souviens comment j’ai recruté Figo. Il était venu me voir à la mer et nous étions en train de parler au Bar, sur l’une de ces tables en métal que l’on retrouve toujours à l’extérieur. Je lui ai dit : Tu veux venir ? Lui m’a répondu oui. J’ai ensuite pris une de ses feuilles que l’on utilise pour la pâtisserie, j’ai écrit un chiffre, j’ai signé et il a également signé, plié ce billet pour le mettre ensuite dans sa poche. Je lui ai dit : Va voir Ghelfi, c’est mon homme de confiance, communique ce chiffre et dis-lui que tu es celui qui doit signer. Aussitôt dit, aussitôt fait." "J’ai agi de la même façon avec Sneijder. J’étais à la mer avec mon fils, il voulait me présenter un ami gérant d’un bar sur la plage et grand Tifoso de l’Inter. C’est vrai. Il m’a dit : Président, il vous manque seulement un seul joueur pour rendre cette équipe imbattable. C'est Sneijder. Je l'ai suivi toute l'année, il vous donnerait cette vitesse qui pourrait nous faire gagner la Ligue des Champions. Il semblait être le plus grand expert du football, je ne pouvais pas ne pas l’écouter, j’ai appelé Branca et je lui ai dit : Allons dessus." LES PRÉSIDENTS "Dès que je me plait dans un rôle, les critiques ne m’atteignent pas tellement. Parfois elles me fatiguaient légèrement comme c’est le cas pour tout le monde je pense. Mais c’est normal que le Tifoso critique, c’est le sacro-saint et je le souligne. Il donne souvent des points importants de réflexion: je l'ai toujours interprété de cette façon et ça m’a permis de raisonner." Revenir ? "Non, lorsque j’ai décidé de m’écarter, je l’ai fait avec pondération, il faut savoir comprendre que tu as fait ton temps et que tu as tant données durant ta vie de Président. Rester par force serait alors donner raisons aux critiques, car cela voudrait dire que tu te considères comme intouchable. C’est juste de laisser place à des idées différentes." "Thohir est une personne de bon sens, il a fait ce qu’il pouvait et a démontré qu’il était capable de trouver un groupe valide pour une revente. Zhang est très jeune, il a de grands talents entrepreneurial et il démontre un bon sens, il n’est pas le tout-puissant, il fait confiance en ses collaborateurs et ensuite il évalue. Je crois beaucoup en son travail, il ne faut pas faire dans la philosophie. Berlusconi est revenu dans le Calcio… "Mais je pense qu’il l’a fait plus par divertissement pour avoir une émotion le dimanche et pour faire plaisir à Galliani. Je ne crois pas que Monza pourra se rapprocher du Milan ou de l’Inter, il y a moins de pression autour de l’équipe, moins de problèmes." Les autres Présidents "Lorsque tu sors du groupe, tu es appelé de l’extérieur. Je connais bien Cairo qui est jeune et intrépide. J’ai aussi une bonne relation avec le gestionnaire actuel de l’Ac Milan et aussi avec Di Laurentiis qui parfois fait quelques déclarations dont il m’a déjà parlé." "C’est comme dans une classe : Quelqu'un peut vous sembler désagréable, un autre gentil, mais vous les connaîtrez bien déjà sur votre première impression. Nous parlons de très bonnes personnes au travail, le Calcio est comme un gymnase de fou : Si nous jetons ce qui est à disposition, ce travail n’aurait aucune raison d’être." LES DÉSILLUSIONS "Si je dois penser à la plus importante, c’est vrai que je pense au 5 mai 2002. Je ne peux pas dire que c’était la faute de Gresko, c’était un latéral au milieu de tant de champions. Il était tellement perdu suite au partage lors de la première mi-temps, il était vidé dans les vestiaires. Les joueurs étaient convaincu, sur base de calculs absurdes, que la Lazio allait finir par se rendre pour ne pas faire plaisir à la Roma. Toutes ces stupidités et mes espoirs reposaient sur cela." "J’ai également eu très mal lors de ma première année en Coupe de l’UEFA et de notre sortie de route face à Lugano. Je faisais pour la première fois face à la réalité d’avoir raté un objectif, cela te fait comprendre que tous n’est pas toujours positif." LES SATISFACTIONS "Le Triplé et aussi l’année de notre victoire en Coupe de l’UEFA. C’était un beau roman car nous étions aussi en tête du Championnat avec cette tragédie de Turin et une victoire par 1-0 de la Juve avec un Del Piero qui a offert le Scudetto au Bianconeri dans un match composé de nombreuses décisions arbitrales litigieuses." "L’équipe était sympathique et les joueurs auraient mérité de gagner plus : Cette histoire du Championnat nous a donné à tous un caractère fort. Et pour moi, ce fut des émotions nouvelles : J’ai appris beaucoup, j’ai su quelles choses pourraient m’être utile car dans le Calcio rien n’est jamais égal. J’ai donc accumulé ces expériences." Inter Campus ? "C’est un projet suivi par ma fille Carlotta, c’est une réalité qui consolide tout le monde et qui permet aux enfants et au plus jeunes moins fortuné de grandir avec un éducation de base, en se basant sur les valeurs du sport." Cristiano Ronaldo ? "Je ne veux pas m’exprimer car ce serait antipathique vis-à-vis de ceux qui sont là à présent, mais je pense que l’Inter aurait dû donner un signal. Je pense que nous aurions tous eu l'idée de faire quelque chose, car la Juve venait juste de prendre Ronaldo. Je ne connais pas les contours, mais j’aurai au moins fait une tentative pour Messi. Cela aurait représenté une ruine économique totale de l'Inter, mais on sait jamais. Soit dit en passant, la Juve a fait un excellent travail, personne ne s'y attendait, personne n'a entendu d’exigence. Aller le prendre a été un très beau cadeau pour tous leurs tifosi." "Ce fut le cas avec notre Ronaldo, à mon époque." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. A quelques jours de l'officialisation de l'intronisation de Giuseppe Marotta dans l'organigramme du Club Interiste, Massimo Moratti, ancien Président et Propriétaire de l'Inter du Triplé s'est livré à Sky Sport, sur la recrue la plus importante de la Direction Nerazzurra. "Je pense que c'est quelque chose de très utile pour le Club, il a une expérience à 360° dans le domaine du Calcio, il sera extrêmement important. S'il est venu sur mon conseil ? Je n'en avais jamais parlé au Président et je n'en avais jamais parlé en bien, finalement, c'est lui qui a mis tout le monde d'accord." Est-ce que son expérience Juventine se ressentira dans ses rapports avec les Tifosi ou est-ce que ces derniers mettront plus en valeur son professionnalisme ? "C'est un professionnel, et ce même s'il a travaillé à Turin. Il y a été utile car il y a obtenu tellement de victoires." Soyez franc : Est-ce que l'Inter peut songer à rattraper la Juve ? "Les titres vous font venir les joueurs, j'espère que ces changements au club permettront à l'Inter d'obtenir les résultats qu'elle mérite." Y-a-t’ il des joueurs qui vous émoustille ? "Il y a de très nombreux jeunes italiens, j'irais dans ce secteur, je miserai sur ces jeunes." Comme Chiesa ? "Oui, si cela s'avèrerait utile. Il y a aussi peut-être d'autres joueurs qui sont également talentueux." Quelle idée vous êtes-vous fait de l'équipe, elle qui s'apprête à vivre un cycle de matchs terrible... "En pensant à l'équipe qui a fait face à l'Atalanta, je pense qu'elle pourra réaliser un bon cycle de parties et obtenir des bons résultats. Ce match est déjà digéré. Chaque rencontres sera difficile, mais cette équipe a l'expérience pour arriver y faire face piano piano." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Milan - Interviewé par Sky Sports, l'ancien président de l'Inter Massimo Moratti évoque les performances du club, en nette progression. "Les premières rencontres ont envoyé un signe négatif mais ils ont ensuite bien joué. C'est passé par du caractère et du jeu mais aussi le réveil d'Icardi, avec lui le groupe dispose d'un finisseur hors-pair. La Champions League a débuté de manière brillante, ce qui laisse à penser que l'équipe est plus marquée par cette compétition. J'aime Lautaro Martinez. Il est intelligent, il sait créer des espaces et donne l'idée de pouvoir créer des problèmes différents aux défenses adverses. Parmi les nouveaux il y a bien entendu Asamoah, joueur d'expérience qui s'est bien intégré." Un avis sur le prochain derby en approche ? "La force mentale de l'Inter et le beau jeu du Milan produiront certainement un beau match." ®gladis32 - internazionale.fr
  13. Avant l'arrivée d'Aurelio De Laurentiis, le club du sud de l’Italie avait également été offert à Massimo Moratti. Cette révélation émane du quotidien Il Giornale. Massimo Moratti l’a confirmé. "Récemment, on m’avait proposé Bari, qui appartient à présent à Aurelio De Laurentiis, qui veut établir un important Pole Sud au niveau du football. J’en ai parlé durant quelques jour avec mon fils, j’étais flatté par l’offre, mais finalement, j’ai préféré y renoncer et cela n’a rien à avoir avec la distance géographique qui me sépare des Pouilles, ce n’était pas un problème." "J'ai tout abandonné parce que je me connais bien et que je connais les étapes qui font suite à une première intervention chirurgicale. Par exemple: N’allez-vous pas être séduit par l'idée d'acheter un joueur brésilien ou uruguayen? Et nous aurions fini par dépenser beaucoup plus que prévu." Le retour du Cavaliere Moratti s’est également livré sur le retour de Berlusconi, dans le monde du Calcio et plus précisément à la tête de Monza. Berlusconi étant le Président qui a permis à l’Ac Milan d’écrire ses plus belles pages d’histoire : "L'explication est simple, elle s’appelle La Passion : C’est une très belle initiative qui peut apporter un grand regain d'intérêt pour Brianza, pour le championnat et pour tous les secteurs annexes qui y afférent." Le Saviez-vous ? Les transactions continuent entre Silvio Berlusconi et la famille Colombo pour le rachat de Monza. Le tout est supervisé par les hommes d’affaires de Fininvest. Si les transactions se déroulent pour le mieux, Berlusconi deviendra l’actionnaire majoritaire du club, en rachetant 70% de ses actions, les 30% restant resteraient entre les mains du Président Colombo. Pour ce dernier la situation est simple, il ne pouvait pas refuser un tel intérêt de la part du Cavaliere. La date prévue pour la transaction devrait être le 29 septembre, jour où l’ancien Premier Ministre soufflera ses 82 bougies. A ses côtés, on retrouvera une autre figure célèbre de l’ancienne Maison milanaise : Adriano Galliani qui occupera un poste au sein de la Direction du Club et qui sera compatible avec son autre travail actuel, celui de Sénateur. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Finalement, l’opération est terminée : 24M€ + Zaniolo et Santon. Fcinter1908.it a eu l’idée de contacter Massimo Moratti au sujet de grand coup du mercato Nerazzurro. "Tant du point de vue du caractère que du point de vue de la force qu'il donne à l'équipe, Nainggolan a démontré qu’il a vraiment sa place sur le terrain. C’est un combattant et il est toujours au service de l’équipe, il a beaucoup de classe. C’est un joueur complet." Le Milan qui aime Brozovic ? "L’Inter aussi aime Brozovic et de toute façon, c’est à l’entraineur de prendre les décisions, mais personnellement je juge que nous avons besoin de joueurs comme Brozovic au milieu du terrain. C’est aussi évident que Suso est un joueur talentueux." Que dois-je penser de cet hypothétique échange ? "Je n’ai rien à dire car je ne l’ai pas suivi, mais cette situation me fascine un peu." Le Mercato Estival ? "L’Inter, jusqu'à présent, n'a rien fait de mal sur le mercato, je constate qu'ils ont pris tous les joueurs fonctionnels, qui correspondent aux idées de l'entraîneur. Cette Inter est capable de se battre pour le Scudetto et de faire de belles choses en Ligue des Champions." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Ce 22 mai, l’Inter s’est souvenu qu’il y a 8 ans, elle réalisé l’Historique Triplé, unique en Italie. Massimo Moratti s’est livré sur la rencontre très disputée entre la Lazio et l’Inter et sur son retour sur la scène qui la couronnée. Ligue des Champions "Le stade était merveilleux. Le visage des Tifosi de l’Inter, une impression de déjà vu, une fierté, c’était leur moment de joie à eux." Beaux comme les Beatles ? "Il faut comparer les qualités et le talents des joueurs qui ont tout donné pour obtenir le meilleur résultat et celui-ci est le mérite de tous" L’Inter, une Histoire de Famille... "J’étais très fier que ma Famille ait réussi à gagner, dans un laps de temps, les mêmes titres. Cela me rappelle énormément les records de mon père qui était toujours très présent." Le Triplé "Après ce triplé, il nous a fallu cette nuit pour se rendre compte de la beauté de cette victoire. Même si tu t’endormais, tu savais que le réveil du lendemain allait être très très beau, il n’y avait pas de doute." Lazio-Inter ? "Cette partie a été fantastique, surtout vu son déroulement. Le Calcio est un spectacle et tout a changé en deux minutes. C’est un classique de Notre Histoire et je dois dire que j’y ai ressenti une joie immense." ®Antony Gilles – Internazioanele.fr
  16. Milan - Massimo Moratti s’est livré à Rai Sport sur la vie actuelle Nerazzurra : Déception "Il y a un peu de désillusion, c’est normal. Nous y avons tous cru, et notre croyance reposait sur des faits réels, l’équipe arrivait à bien jouer, à faire des points. Cela nous fait très mal car nous étions remplis d’espoir. De plus, ce n’est pas la première fois que cela arrive à l’Inter." Solution ? "C’est assez simple, c’est à l’entraîneur et à son staff à retrouver les bonnes bases pour se redresser. Les tifosi ont perdu patience, ils veulent voir une équipe autre que peureuse et lente, ils n’en peuvent plus de voir certains joueurs faire preuve d’extrême prudence pour ne pas devenir une cible. Dans un tel cas, des nouveaux comme Rafinha et Karamoh, ont plus de volonté et pourrons mieux s’exprimer que tous les autres." Suning "J’imagine qu’il va améliorer sa communication. J’estime Zhang, je sais qu’il souffre comme un fou, il a pourtant déjà apporté son aide pour permettre à l’équipe de grandir, il l’a fait avec passion. Il sait faire les meilleurs choix." Retour "Je le répète, je ne me permettrai jamais de venir perturber la famille Zhang qui a programmé de bonnes choses pour l’Inter. Nous allons voir si elles se réalisent et comment elles se réalisent." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Milan – Le Président du Triplé, Massimo Moratti, s’est livré sur la situation actuelle de l’Inter. Des mauvais résultats, en passant par Pastore, voici ses déclarations : L’Inter était présente jusqu’en décembre, avant de s’éteindre, ce n’est pas la première fois que cela se produit, il s’agirait même d’une constante, avez-vous une explication ? "Ce n’est pas à moi à chercher à analyser ce problème qui s’est produit tant de fois ces dernières années, les raisons ne sont pas toujours les mêmes. Je prends Stramaccioni comme exemple, il a dû faire face à de nombreux blessés et il était très jeune. Ce qui est exacte par contre, c’est qu’il y a des similitudes entre l’Inter de Mancini et celle de Spalletti, jusqu’à Noël, l’équipe parvenait à gagner, avant de tout abandonner." Est-ce un problème du "vestiaire" ? "Je ne sais pas si c’est aussi simple, probablement que oui. Cela peut arriver à un moment que tu fasses un non-match, en perdant de la continuité, mais cela ne doit pas perdurer." Pastore pourrait-il être utile ? "Je ne sais pas quel serait son impact, actuellement, plus qu’une nouvelle recrue, je veux voir une réaction de ceux qui sont déjà ici. L’équipe est forte, les joueurs sont apte, ils doivent réapprendre à joueur. La première fois, cela semblait être un problème de condition physique, mais il est question de personnalité à présent, les passes faites tous les deux mètres ne servent à rien, il faut avoir le courage d’oser rejouer." Vous attendiez-vous à plus, en regard à Spalletti ? "Spalletti a, à sa disposition, une équipe forte composée d’éléments valides. Il doit trouver la solution afin de remettre tout à sa place, il est payé pour cela." Icardi en tant que Capitaine, peut-il lasser quelqu’un ? "Je ne vois pas la raison, il est honoré d’endosser ce rôle avec le maillot de l’Inter et puis, en faisant le compte, il est celui qui s’est le plus donnés pour cette équipe : C’est Icardi qui marque nos buts." Etes-vous impressionné par Skriniar et Cancelo ? "Je crois que Skriniar est réellement très impressionnant, tout comme Cancel. Même s’il n’a pas beaucoup joué au début, il a su s’en sortir. Il est très rapide et technique." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Milan – Une petite déclaration qui n’est pas passée inaperçue auprès de la Famille Zhang. Hier à l’occasion de l’annonce d’un livre paru sur sa Famille, Massimo Moratti s’est livré sur l’Inter : "Si je compte racheter les 30% d’actions d’Erick Thohir ? Non, je les donnerait directement à la Famille Zhang." Cette déclaration pourrait être la Clé, pour le Suning, pour voir Erick Thohir partir et quitter la présidence du Club et de se retrouver face à une personne de confiance et qui aime l’Inter. En effet, lors de l’organisation du repas de Noel, Erick Thohir a brillé par son absence. De plus, il semble peu enclin à accepter les 40M€ proposés par le Suning, une somme en rapport avec le Marché, pour racheter les actions qui reste en sa possession. Thohir, pour l’heure, a su bien profiter de la situation en gagnant déjà plus de 30M€ lors du rachat par le Suning de l’Inter et il ne compte faire aucun cadeau, ni au club, ni à notre propriétaire. Ce qui devait être un simple adieu d’un actionnaire minoritaire risque de prendre des proportions insoupçonnées Pour l’heure, le Suning est aussi confronté aux décisions prises par le Gouvernement Chinois et qui bloquent l’exportation des capitaux pour l’étranger. De plus Thohir, en parfaite vipère qu’il est, sent venir l’opportunité de voir ses actions prendre de la valeur, en cas de qualification pour la Champion’s League. De l'autre coté, le Suning doit également faire face à l’Uefa et devra tout faire pour que notre perte de 70M€ soit résorbée d’ici juin, afin de pouvoir répondre aux conditions du Fair-Play-Financier. Les problématiques précitées posent énormément de problèmes à Jindong Zhang qui, même s’il le souhaiterait, ne peut pas se permettre le moindre faux pas qui mettrait en difficulté le club. D’où le fait que nos Directeurs Sportifs devront réaliser des miracles sur le Mercato de janvier. Tous les projets à venir sont pour l’heure en suspend : Le projet relatif à l’Académie de la Piazza d’Armi demanderait à lui seul 200M€. Si l’opération des émissions des obligations est une réussite, avec un taux de 4,8%, cela permettra de remplir nos caisses, Même si la dette est passée de 200M€, avec la Goldman Sachs, à 300M€. Mais pour l’heure, l’Inter ne peut pas encore récolter les bénéfices des obligations qui viennent d’être émises récemment. Moratti, Le Père qui n'abandonne pas sa création ? Voilà dans quelle situation se trouve l’Inter et le Suning cherche à trouver une solution à long terme pour le futur. Avec sa déclaration, Massimo a tapé dans le mille, même si ce n’était pas forcément le but recherché. La Famille Zhang souhaiterait le voir faire son retour à l’Inter, en tant qu’actionnaire minoritaire. Le but de son retour ? Faire sauter Thohir en rachetant ses actions. Pour le Suning, notre "Presidente" n’occuperait pas un rôle de façade, mais il serait également la garantie que tout se passerait pour le mieux à l’Inter, en attendant que Pékin marque son accord pour libérer les fonds destinés à l’étranger. Amitié sincère Cela ne fait pas le moindre doute, la Famille Zhang et la Famille Moratti, notre Président du Triplé, s’entendent parfaitement bien et tous les deux, veulent le bien de l’Inter. Dans l’histoire récente de l’Inter, même si Thohir a eu son mot à dire, c’est bien Massimo Moratti qui avait établi les premiers contacts avec la famille Zhang, car il avait certaines craintes sur l'investissement de Thohir pour le club. Séduit par le projet, le Suning s’est manifesté et Thohir, surement séduit par l’argent, a accepté de vendre une partie importante de ses parts, ce qui fait de lui, le Président de l'Inter, mais surtout un actionnaire minoritaire. Pour le Suning, le Président qui a permis à l’Inter de réaliser le triplé est le point de référence, au niveau mondial, pour les Nerazzurri. D’ailleurs notre Direction (Steven, Sabatini, Spalletti) était présente pour la sortie du livre sur la Famille Moratti. Walter Sabatini, malicieux, avait défini hier, Moratti comme étant pour toujours un point de référence. Comment va se comporter Massimo Moratti, vu la situation critique dans laquelle se trouve "son" Inter ? Pour le Suning, c’est lui qui détient la Clé qui permettra de pouvoir s’en sortir et de redéfinir le Projet Suning. Est-ce qu’il y a des transactions qui se font déjà en coulisses ? Peut-être ou peut être pas, mais Steven Zhang s’est laissé à une petite déclaration, qui aurait pu paraître anodine, lors du repas de Noel: "A présent l’Inter n’est plus entrain d’arriver (#Interiscoming), mais l’Inter est prête." Le meilleur reste à venir il parait… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Milan - Massimo Moratti s’est livre sur Sport Italia. L’interview sera diffuse dans son intégralité ce vendredi, mais nos confrères de Fcinter1908.it en ont diffusé quelques extraits: Pas de retour "Cela ne fait aucun doute que le fait d’être Président me manque. A présent, j’ai une adrénaline qui est différente par rapport à l’époque où j’étais en poste. Je n’ai aucune intention de revenir en levant les actions de Thohir, car je l’ai déjà dit, je les avais dans le passé et je les ai vendues, ce serait absurde." Bon départ "Je crois que, si l’Inter a si bien débuté, le mérite en revient à l’entraîneur et aux très bons joueurs qui sont présents. Maintenant, il faut maintenir cette continuité et c’est la chose la moins facile, il ne faut pas se laisser abattre car il n’y a aucun match de facile. Nous devons retrouver une certaine vitesse dans le jeu. Nous devons toujours penser que nous sommes capables de remporter le Scudetto, car cela te permettra d’arriver de monter le plus haut possible." Spalletti "Il a toutes les caractéristiques pour être un entraîneur qui gagne avec l’Inter, même si en Italie il n’a jamais rien gagné, il y avait toujours de la qualité et il y a aussi le fait qu’il a toujours de l’ambition de son côté. Il a un caractère fort, il est analytique et attentif. Il a un caractère différent de Mourinho et de Mancini, et il a son propre style de jeu. La Roma jouait bien avec Spalletti aux manettes et je pense qu’il pourra aussi apporter quelque chose de similaire dans le jeu de l’Inter." Icardi et le Capitanat "Il a le style du vrai attaquant. Il a énormément de qualité humaine, même s’il ne le dévoile pas. Sur le parallélisme avec Zanetti comme Capitaine, je peux dire qu’il est lui Spéciale car il est arrivé très jeune et qu’il démontre qu’il a les capacités à devenir un mythe. Icardi occupe un poste différent, mais il a l’envie de bien faire, s’il a de la chance, je pense qu’il pourra rester encore de nombreuses années à l’Inter." Absence d'un artiste "Dans l’Inter actuelle il manque un joueur qui t’apporte de la fantaisie comme lui savait le faire. C’est une équipe ordonnée où chacun fait son travail, même si Perisic a plus de classe que les autres, mais il manque un joueur aussi imprévisible que Recoba. Je l’ai toujours aimé car il m’a fait rêver." Préférences "J’aime regarder les joueurs des autres équipes et j’essaie de voir lesquels pourraient être intéressant. Il y a des jeunes italiens comme Chiesa et Verdi qui joue très bien. A l’étranger, j’aime Gabriel Jesus." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Milan – Le vrai premier coup de l’Inter du Suning devrait être Keita. L’attaquant a été vu à Milan, en compagnie de son agent Calenda, qui a traité avec Sabatini. Selon le Corriere della Sera, Lotito a lui aussi rencontré Keita en lui proposant une prolongation de contrat. Le joueur qui est en fin de contrat a refusé et la Lazio a fini par décider à le vendre. Le club "ami" de l’Inter en demande 25M€ plus 5M€ de bonus, l’Inter en a offert 20M€ plus 5M€ de bonus. Nous sommes en fin de négociation, mais attention rien n’est encore fait tant que ce n’est pas signé En cas de signature, le sénégalais toucherait 3M€/saison. Si tel est le cas, il rejoindra l’Inter probablement après le 30 juillet 2017, lorsque l’Inter reviendra de sa tournée en Chine. Parlant de la Chine, Ivan Perisic a été convoqué par Spalletti. United insiste, mais refuse de mettre 50M€ sur la table. A présent le club tente d'appâter l’Inter, en lui proposant le prêt de Martial. En réponse l’Inter a demandé le défenseur central Smalling. L’Inter traverse une période assez délicate actuellement, car beaucoup de changements sont attendus Les jours de Thohir sont comptés : "J’ai demandé à quitter l’Inter durant l’ultime conseil d’administration, je l’ai dit car je ne pouvais plus rester au club comme avant, à cause des Asian Games." L’indonésien est le Président du comité Olympique indonésien (Koi) et les deux postes sont incompatibles. Néanmoins Thohir viendra dire bonjour au club le 27 juillet 2017 à Singapour. Le Suning devra s’accorder sur l’indemnité de départ en vue d’acquérir les 30% des actions de Thohir. Dès l’acquisition des 30%, l’Inter sera à 100% propriété du Suning Le départ de Thohir ouvre une autoroute à Steven Zhang, le fils du Patron du Suning, Jindong, qui après une année d’apprentissage à Milan, est fin prêt à assumer le poste de Président de l’Inter ! Steven ne fera pas de la figuration, il va prendre plus de poids en entrant dans le processus décisionnel du club. On parle aussi de l’éventuel retour de Massimo Moratti, qui s’entend parfaitement bien avec la famille Zhang, en qualité de Président Honoraire, un poste que le Suning lui avait déjà proposé dans le passé. Concernant cette journée riche en événements, on en saura plus sur la situation relative à Schick : En cas de confirmation des diagnostics précédents, la Juve demandera uniquement le joueur en prêt. La Sampdoria a déjà fait savoir que quatre autres clubs sont prêts à l’acheter : L’Inter, la Roma, le Psg et Tottenham. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...