Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'milan ac'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

27 résultats trouvés

  1. Damien

    BBilan AC

    Voilà veuillez s'il vous plait parler comme il se doit du Milan AC dans toutes ces coutures ici même Restons serieux pas d'insulte ( ) pas de linchage ( ) que du bonheur ( ) Donc pour commencer un petit site bien sympatique : http://www.antimilan.altervista.org/ (pas bien Archi pas bien ... )
  2. Les voyants sont au rouge, pire même… Le solde du Milan au terme de la saison 2018-2019 révèle l’ampleur des dégâts : Un solde négatif de 148 millions d’euros contre 90 millions de prévus. Revu de façon consolidé, le solde final est de 146 millions d’euros. Cette dette dépasse donc “légèrement" le seuil autorisé par l’Uefa. De plus, ce Milan géré par Eliott dépasse de 20 millions d’euros le record négatif du Milan Chinois. Dans le détail, le chiffre d'affaires a continué à chuter pour atteindre 241,1 millions d'euros, -6,1% (-14,7 millions d'euros) comparé aux 255,8 millions d'euros en 2017/18. Les revenus ont tous dégringolé : la gestion des joueurs passe de 42 millions d'euros à 25,5 millions d'euros, les revenus des sponsors passent de 44,7 millions d'euros à 38 millions d'euros et les revenus en provenance des matchs, une baisse de 35,3 millions d'euros à 34,1 millions d'euros. Seul les revenus provenant des droits télés ont augmenté passant de 109,3 millions d'euros à 113,8 millions d'euros. Le sponsoring a diminué de 6,7 millions d'euros, dont 4 millions d'euros en raison du non-renouvellement du contrat liant le Milan à Telecom. Puma a versé 10,9 millions d'euros, tandis qu'Emirates a versé 26,5 millions d’euros (14 de sponsor maillot et 12,5 millions liés à d’autres accords de parrainage). Les plus-values ont chuté, passant de 35,9 millions d'euros à 12,6 millions d'euros, principalement suite à la vente de Locatelli vers Sassuolo pour 11,9 millions d'euros. Les dépenses du club ont par contre augmenté pour atteindre 373 millions d’euros (+ 5,1%). En particulier, les frais liés au personnel +34,4 millions d'euros, en passant de 150,4 millions d'euros à 184,8 millions, dont 141,5 millions d'euros sont à lier à la masse salariale des joueurs. 13,1 millions d’euros sont visés pour les joueurs qui ont été prêtés, dont 10,2 millions d'euros pour Higuain et 2,9 millions d'euros pour Bakayoko. Les amortissements ont également été revu à la hausse, passant de 86,4 millions d'euros à 89,1 millions d'euros, tandis que les dévaluations sont passées de 21,8 millions d'euros à 1,9 millions d'euros à la suite des différentes chutes de la valeur des joueurs au bilan du club en date du 30 juin 2018. Le verdict de la Gazzetta Dello Sport est sans appel "En plus de problèmes également commerciaux, il n’y a que très peu de plus-value, peu de fond en provenance du merchandising et des sponsors. Mais le tout est logique : Le Milan ne séduit plus, il est rentré dans un mode de court-circuit, un cercle vicieux comme un chien qui se mord la queue." "Pas de fonds, pas de champions et pas de Ligue des Champions. Il sera très difficile de parvenir à convaincre l’Europe avec ces chiffres. Le Milan risque de devoir être engagé dans des temps à présent bibliques pour revenir et retrouver une position stable parmi les grands clubs, et il n'aura plus le même faste d’Antan." La sentence de Calcio&Finanza Au 30 juin 2019, le Milan a fait le point de la situation vis-à-vis du Fair-Play-Financier de l’Uefa. En effet, "la participation des clubs à des compétitions européennes est soumise au respect des exigences sportives, légales, infrastructurelles, organisationnelles et économico-financières énoncées dans le Règlement de l'UEFA sur les licences de club et le fair-play financier- Édition 2018." En 2016, le Chef de Groupe du Milan AC avait saisi le Club Financial Control Body (C.F.C.B.) pour l’application d’un Break-Even Rules Toutefois, la situation milanaise n’a cessé d’empirer, à tel point que le TAS a validé l’accord conclu entre le Milan Ac et le CFCB avec comme impact direct l'exclusion de la participation du club à l’Europa League 2019/2020 suite à la violation des obligations d'équilibre budgétaire au cours des périodes de suivi 2015/2016/2017 et 2016/2017/2018. Cette situation pourrait ne pas être unique "Sur la base des données historiques et des résultats prévisionnels attendus, Le Milan Ac estime que le Club pourrait être confrontés à de nouvelles sanctions sportives de l’Uefa pour les saisons à venir." Il pourrait s’agir de sanctions de natures soit sportive, soit économique en regard à la violation de la règle de rentabilité exigée par le Fair-Play-Financier. Le Milan Ac considère donc qu’il y a des risques bien réels découlant des années précédentes. Il ne faut d’ailleurs pas oublier la décision toujours en suspend des violations commises par le Diavolo lors du Trienal 2016-2019 avec une perte financière estimée à -345 millions d’euros. Une somme dont il conviendrait de retirer les frais liés à la jeunesse et aux différentes infrastructures. Pensez-vous que le Milan pourra se relever d’une telle situation ? Lui qui avait snobé le Suning en son temps n’est plus que l’ombre de lui-même ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. En effet, Luciano Spalletti ne signera pas au Milan Ac, faute de ne pas avoir su trouver un accord avec l’Inter. Le natif de Certaldo a cherché la "petite bête" en se montrant entêté dans sa négociation avec les Nerazzurri, en vue de la résiliation de son contrat. Pour le principe Et non pour l’argent. Telle était la motivation de Spalletti pour en découdre avec les Nerazzurri. Ce dernier ne demandant pas moins de 5 millions d’euros comme prime de départ de l’Inter, un club auquel il est lié jusqu’en 2021. Pour Beppe Marotta, qui n’est pas un homme à se laisser intimider, il était hors de question de débourser une telle somme qui équivaut à l’intégralité d’une saison, soit celle de 2019/2020. De plus, payer 5 millions d’euros pour libérer un entraîneur capable de rendre de sa superbe au Milan Ac, voire de le redresser en vue de se qualifier en Ligue des Champions aurait été incensé. Si l’Inter comptait s’épargner le salaire intégral de Spalletti, celui-ci joue sur le fait que ces 5 millions d’euros étaient destiné l’intégralité de son staff, prime incluses. En bon négociateur, Marotta était à débourser une somme de 1,5 millions d’euros. Soit uniquement une somme destinée à Luciano Spalletti, primes exclues. L’Inter n’était pas contre le Milan Comme nous le confirme l’Ansa, Spalletti depuis avoir accepté de rejoindre le Milan pour un projet portant sur deux, voire trois saisons, se devait de se libérer d’un contrat de 5,5 millions d’euros jusqu’en 2021. En effet, pour l’Inter, se séparer aussi rapidement de Luciano Spalletti aurait été une une aubaine. Preuve en est Elliott et Zhang étaient en contact continue. Et si le propriétaire du Milan se doit de reconnaître que l’Inter est pleine de bonne volonté, en garantissant une prime de départ, le natif de Certaldo avait déjà fait savoir qu’il ne comptait pas renoncer à un seul centime de son contrat. Vendetta Avec l’intronisation également d’un ancien entraîneur de l’Inter, Stefano Pioli, Luciano Spalletti a tout perdu suite à son propre entêtement. Mais pourquoi agir de la sorte ? La Repubblica nous en dit plus L’entraîneur a été marqué par le fait que le Club ne lui avait pas mis à disposition les joueurs qu’il demandait, à savoir Ramires et Carrasco. Cette situation a enragé le natif de Certaldo qui a vu, grâce à sa qualification en Ligue des Champions, l’Inter se montrer très généreuse envers Antonio Conte, sans oublier le fait que le natif de Lecce perçoit le double de ce qu’il percevait. Spalletti reproche également le fait de ne pas avoir été libéré à temps de certains joueurs, comprenez Icardi et Perisic qui étaient devenu plus un poids dans le courant de la saison, qu’une ressource Spalletti avait exigé Nainggolan. Le fait est qu’il l’a toujours défendu en le considérant précieux sur le terrain, son but face à Empoli a qualifié l’Inter en Ligue des Champions. Luciano Spalletti a également été marqué par le drame personnelle de l’épouse de Radja, lui qui a vécu une situation dramatique avec son frère Marcello qui avait juré d’attendre de savoir s’il parviendrait ou pas à qualifier l’Inter en Ligue des Champions. Steven Zhang a mis tout le monde d’accord Si Spalletti n’a pas été recruté par le Milan, il est fort à parier que Spalletti se montrera très rancunier envers Steven Zhang. En effet, l’Inter avait, de façon informelle, demandé au Milan de reprendre l’engagement économique de l’entraîneur, mais en vain. Qui plus est, Steven Zhang ne voyait pas d’un très bon œil le fait de libérer de cette façon son ancien entraîneur pour qu’il puisse rejoindre les Rossonerri. Comme il l’avait promis aux tifosi : "Icardi n’ira jamais à la Juve." Il ne voyait pas d’un très bon œil Spalletti aux commandes du Milan pour le second Derby Della Madonnina. De plus, il était hors de question pour lui de libérer Spalletti de ses obligations en n’économisant qu’une seule saison intégrale, tout en devant en débourser une somme équivalente à la seconde saison. Validez-vous le comportement de la Direction Interiste, de ne pas avoir céder aux menaces de Luciano Spalletti ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. C’est la révélation de la journée qui a vu l’Inter et le Milan présenter le projet relatif au nouveau stade appelé à remplacer le Giuseppe Meazza Paolo Scaroni, Président de l’Ac Milan rentre dans le détail : "Nous allons écouter nos abonnés mais pas seulement, nous écouterons aussi les citadins. Pour les abonnés, San Siro est leur maison, nous devons tenir compte de leurs opinons." Le Financement ? "La thématique n’a pas encore été approfondie, faire recours à un projet financier ne devrait pas être compliqué, car les deux clubs disposent comme fonds, des abonnements et les billets. Ce sont des premiers signaux qui démontrent que cela devrait s’avérer simple." Les projets écartés ? "Nous avons procédé à une sélection et nous sommes arrivés à proposer deux projets. Revenir en arrière signifierait changer de cap. Boeri est un grand architecte, nous avons pris en considérations ses idées. Nous travaillons sur deux projets, ceux qui vous ont été présenté aujourd’hui" Le propriétaire du Stade ? ".Nous aurons droit à une concession de 90 ans pour tout ce qui sera effectué, mais au niveau de la propriété, tout ce qui se verra construit sera propriété de la Commune de Milan." Recettes à venir "Nous attendons énormément des Billets "Corporate", ce sont des billets émis par le Club qui pourront nous octroyer des entrées plus important. Il y aura environ 10.000 places de ce type. Nous nous attendons à plus de public : Aujourd’hui la moyenne est de 47.000 tifosi lors de ces dix dernières années, nous misons sur 60.000. Nous proposerons aussi une grande flexibilité de prix : Des plus abordables au moins populaires, selon la qualité des services." Alessandro Antonello enchaîne "La décision sur le projet sélectionné pour la construction du Stade, qui devrait remplacer l’actuel Meazza, sera prise la semaine prochaine. Les citadins pourront exprimer leurs opinions à travers un site internet. Une fois tous les éléments recueillit, nous procéderons au choix entre les deux projets. Il sera basé sur des critères esthétique et de fonctionnalité." "“Gli anelli di Milano” ou “La Cattedrale” seront réalisés sur une ligne du temps définie, nous ne pensons pas arrivée trop juste pour les Olympiades, cela ne rentre pas dans la thématique, car une fois les autorisations obtenues, la construction nécessitera 36 mois." "La période a été définie en regard à la loi sur les stades, nous avons présenté l’étude de faisabilité et le 10 octobre, date de la première échéance, l’Administration publique nous informera si elle soutient le projet." Réaction de Giuseppe Sala "Il y aura une discussion interne au Conseil Communal et dans peu de semaines, il faudra synthétiser le tout. Ce type de discussions doit aboutir à une synthèse, sinon tout peut mal tourner. Il vaut mieux ne pas se précipiter dans la définition d’un point d’arrivée trop rapide." "Je ne boycotte pas la construction du nouveau stade et j’ai décidé de mettre à part ma nostalgie et ma passion pour le Meazza, car sinon je ne ferais pas un bon Maire. Je ferais juste respecter les règles : Quand sera-t ’il construit et comment et le profil environnemental sera lui fondamental.." Le Saviez-Vous ? Adriano Galliani, le légendaire Administrateur-Délégué passé par le Milan s’est livré sur la thématique des stade : "Au cours de l’Histoire, il y a eu eu trois San Siro et j’espère qu’il s’agira du quatrième. Je ne vois rien de bien de vouloir rebâtir l’ancienne enceinte en une nouvelle. Il s’agit d’un investissement de 1 milliard 200 millions d’euros qui offrira du travail à tant de personnes. Milan ne peut pas perdre une telle opportunité." Le projet qui me fascine le plus ? "Je préfère Populous car il rappelle la ville de Milan. L’autre est aussi très beau, mais il est plus similaire à ceux déjà existants." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Plus de 200 pays ont acquis les droits pour diffuser en direct le Derby Della Madonnina, qui verra le Milan recevoir l’Inter au Giuseppe Meazza. 600 opérateurs de l’informations ont été accrédités, la Tribune Presse est déjà Sold-Out, elle sera peuplée de 260 journalistes. 40 photographes seront présents et plus de 300 adeptes des productions télévisées. 26 caméras seront prêtes à capturer non seulement les actions sur le terrain, mais à vous faire ressentir également les émotions des tifosi. A partir de 19h45, les tifosi assisteront à un grand spectacle qui les accompagnera jusqu’au kick-off. Un spectaculaire jeu de lumière musical, qui créera une atmosphère encore plus spéciale, est annoncé. Tout comme un grand "show" lors de l’annonce des joueurs du Milan. Le tout sera réalisé grâce aux nouvelles installations d’illuminations LED, qui seront employées pour la première fois ce 21 septembre. Le saviez-vous ? En l’espace de 39 jours, 356 projecteurs d’une puissance de 1600W ont été installés, permettant une réduction énergétique de 40% tout comme, une réduction sur les interventions de manutention, le tout en améliorant la qualité de chaleur de la luminosité. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. C’est, selon la Gazzetta Dello Sport, l’idée principale de Marco Giampaolo en vue du Derby. Vu le résultat du Slavia, il ne serait pas surprenant de le voir proposer une formation similaire "L’Inter est favorite et est bien plus avancée sur sa route, elle est plus solide et plus forte." Ces phrases, le Milan les a entendu ces derniers jours. Toutefois en faisant preuve d’agressivité, d’un pressing et de multiples changements de position, le Slavia est parvenu à remettre les pieds sur terre à la Capolista du championnat. Est-ce que le Milan serait capable d’y parvenir également ? Difficile à le dire, car l’équipe de Giampaolo reste en construction. Lors du Derby, il se devra de chercher à inventer la formule tactique gagnante. Redoutez-vous ce Milan ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. C’est un fait, c’est opération porte ouverte à Manchester United qui ne cesse de fournir les clubs de Serie A. Après Darmian à Parme, Alexis Sanchez et Romelu Lukaku, un nouveau Diable Rouge pourrait rejoindre la Botte et plus précisément Milan. Selon le Times, Nemanja Matic, qui a déjà reçu une offre de la part du Milan Ac, car en fin de contrat en 2020, serait également dans l’œil de Beppe Marotta. Actuellement, Matic n’a disputé que 22 minutes sur le terrain depuis le début de saison en Premier League. Âgé de 31 ans, le joueur souhaite ne pas rester sur le banc. Pour ce dernier, seul un contrat de longue durée sera pris en considération Valideriez-vous une telle arrivée, soit en juin, soit en janvier contre une indemnisation aux Mancuniens ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. La sentence du Tribunal Arbitral du Sport (Tas) est tombée : le Milan Ac est exclu de la prochaine édition de l'Europa League. Les Rossoneri sont expulsés suite au non-respect des règles imposées par le Fair-Play-Financier pour les périodes 2015-2016-2017 et 2016-2017-2018. Reste à voir l'incidence de cette exclusion sur le Mercato à venir, le Milan sondant des joueurs également courtisés par l'Inter ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Le Milan Ac, en proie à d’importantes difficultés financières, n’a pas hésité à s’insérer dans la transaction réunissant Cagliari et l’Inter, dans le cadre du transfert de Barella. Selon le Corriere Dello Sport, l’Inter a décidé de montrer qui était le Patron en décidant de procéder à une Vendetta. Stefano Sensi dans le viseur "Marotta et Ausilio ont rencontré dernièrement l’Administrateur-Délégué de Sassuolo, Carnevali. Comme indiqué précédemment, une réunion s’était tenue en vue du rachat de Politano. La transaction de 20 millions d’euros peut être considérée comme actée étant donné que les deux clubs se sont mis en accord, sur le fait qu’il n’y aura pas de contrepartie technique afin de faire diminuer le prix de l’Azuréen." "Néanmoins, des sondages ont eu lieu pour le compte de chaque équipe. Pinamonti a été cité tout comme Sensi, cible "importante" du Diavolo. Une offre de l’Inter et une insertion des Nerazzurri dans les transactions entre le Milan et Sassuolo n’est pas à exclure. Après tout, il ne ‘agirait que d’un comportement similaire à celui du Milan dans la transaction Barella. Validez-vous cette façon d’agir ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Le Milan Ac pensait avoir eu le dernier mot en s’adressant au Tas. C’était sans compter sur la ténacité de l’Instance Européenne de l’Association de Football. Voici le communiqué officiel de l’Uefa "La chambre d'enquête de l'UEFA du contrôle financier des clubs (CFCB) communique sa décision de déférer le cas de l'AC Milan à la chambre de jugement du CFCB, le club n’ayant pas respecté le seuil de rentabilité au cours de la période de surveillance pendant la saison 2018/19 et couvrant les périodes de références se terminant en 2016, 2017 et 2018." "L’UEFA ne fera plus de commentaires sur cette affaire avant que la chambre de jugement de la CFCB ne se soit prononcée. L'UEFA précise que cette décision est sans rapport avec la sanction datée de décembre 2018, pour laquelle le Milan AC a fait appel devant le Tribunal Arbitral Sportif de Lausanne (TAS)." Voici donc la réponse de Paolo Maldini Suite à cette communication qui voit le spectre des sanctions revenir à grands pas, Paolo Maldini insiste se montre serein "Je ne suis pas surpris, le déféré fait référence aux années précédentes, avant l’arrivée d’Eliott. Nous sommes prêts à tout et nous disposons de tant d’armes. L’année dernière, nous aurions dû être exclus des Compétitions Européennes et le Tas est intervenu." "Comme club, nous ne voulons pas d’une confrontation dure et sans dialogue. Le Fair-Play-Financier a assaini les dettes dans le football européen, mais il ne peut pas empêcher un club sain, mais sans ressources financières, d’intervenir sur le Mercato, c’est anticonstitutionnel." "L’Uefa l'a bien compris que le Milan est une société saine, avec des personnes compétentes qui veulent retrouver les sommets." Le saviez-vous ? Selon Sole 24 Ore, les Cugini pourraient être exclus de toute compétition européennes : "D’un point de vue comptable, seul le Club Financial Control Body pourrait procéder à une sanction qui va probablement arriver. Si le Milan avait été gracié par le Tas pour la période 2015-2017, il pourrait cette fois être déterminé que le Milan Ac a récidivé sur la période suivante." "Suite à ces doubles manquement il pourrait être requis la peine la plus élevée, à savoir l’exclusion de toutes compétitions européennes. La Direction milanaise travaille actuellement avec l’Uefa, pour que celle-ci prenne en considération le travail actuellement abattu pour redresser ce patrimoine du football mondial, en insistant clairement sur le fait qu’ils ne peuvent être jugé coupable du mauvais management de la Présidence précédente." Préparez le Pop-Corn ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. L’Inter et le Milan optent pour un nouveau stade ! L’Inter et le Milan semble enfin sur la même longueur d’ondes : Le Meazza sera démoli et un nouveau stade sera construit dans le quartier de San Siro. Comme nous en informe la Gazzetta Dello Sport, les clubs se sont donnés le temps pour accorder leurs violons. Ils devaient à la base présenter un dossier à la Commune pour la fin du mois d’avril, mais il est fort à parier que le dossier sera présenté dès la semaine prochaine. De son côté, le Maire de Milan, Sala, aurait préféré une restructuration du Meazza, mais il ne s’était pas montrer fermé face à d’autres nouvelles propositions. Remettre en état le Meazza aurait demandé des délais trop long, un coup élevé, avec finalement un résultat insatisfaisant étant donné qu’il aurait fallu partir à la recherche d’un stade de remplacement pour une période portant sur une à deux saison. Le plan de démolition consent à offrir un stade moderne de 60 000 places, ce dernier octroiera une plus importante liberté de projet, tout en offrant la possibilité de continuer à évoluer au Meazza durant la période des travaux. Si le Milan était déjà partant pour cette solution, l’Inter a enfin donné son consentement. Ce projet est défini sur période allant de 3 à 5 ans. Toutefois, du côté Milanais, l’espoir est que l’ensemble des travaux soient terminés pour le début de la saison 2022-2023, au plus tard, la saison suivante. Sala ne perd pas le Nord "En cas de nouvelle enceinte: Il faudra trouver une formule qui verra le Stade appartenir à la Municipalité, en se basant sur une concession à très long terme. Il est clair que je ne veux pas perdre la propriété du stade". Cette phrase résonne encore dans les sièges de l'Inter et du Milan... Giuseppe Sala, en évoquant la possibilité que les deux équipes milanaises construisent un nouveau stade a refroidi les ardeurs des deux Géants d'Europe. "La Commune ne veut pas spéculer sur ce nouveau stade, mais les deux clubs le savent : L'Inter et le Milan ont fait des évaluations économiques et financières : le nouveau stade coûtera environ 5 à 600 millions d'euros." "Je pense qu’ils évaluent également la valeur de la restructuration. Je ne pose qu'une seule contrainte : je ne peux pas me permettre de le perdre. Franchement, je ne peux pas dire quelle solution en ressortira, mais je les invite à soumettre une proposition allant en ce sens." Validez-vous ou pas cette décision ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. En effet, la question du Stade est sur toutes les lèvres à l’Inter et au Milan. Si les Rossoneri sont pour la démolition, l’Inter, elle, reste indécise. Voici ce que nous révèle la Gazzetta Dello Sport : "L’étau se resserre : D’ici à la fin avril, l’Inter et le Milan devront se présenter à la Commune de Milan, muni du projet relatif sur le nouveau stade. Celui-ci pourrait se voir simplement modernisé, si le choix de procéder à la construction d’un nouveau stade, parti de zéro, viendrait à tomber à l'eau. Il s’agit pourtant de l’option la plus probable: Une nouvelle enceinte à construire dans le quartier de San Siro, afin de réponde aux exigences des deux clubs qui visent à le valoriser un maximum afin de réduire l’écart sur les plus grandes équipes européennes" "Lors des prochains mois, et plus précisément, lors de ces cinq prochaines semaines, un dossier conjoint baptisé "Rossonerazzurro" devra être établi. Et ce afin de pouvoir définir la meilleure solution possible, un dossier qui verra l’Administration Communale y porter la plus grande attention lors d’un premier examen. Même si la Commune de Milan prône pour une intervention sur le Meazza, cette dernière n’est pas fermée sur d’autres projets." L’avenir du Meazza Que va-t-il arriver au Giuseppe Meazza ? Pour le Milan, sa reconstruction serait peu avantageuse d’un point de vue économique. De plus, durant la période des travaux, les deux équipes devraient partir à la recherche d’un autre stade pour disputer les matchs de Serie A, de Coupe d’Italie, et également, pour la Ligue des Champions, un objectif commun des deux écuries milanaises. Dans un tel cas de figure, il s’agirait de se comporter comme Tottenham qui s’est délocalisé au stade mythique de Wembley en attendant la rénovation de White Hart Lane. Une situation qui ne pourra pas se présenter pour les milanais. Milan privilégierait donc le fait de continuer à vivre au Meazza, pendant la construction du nouveau Stade. Du côté de l’Inter, la décision finale n’a pas encore été prise, elle préfère analyser financièrement le dossier afin de présenter au Palazzo Marino, le dossier le plus fourni. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. "L’Inter n’est pas morte". Cette déclaration était signée Rinho Gattuso en conférence d’avant-match. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’entraîneur milanais avait vu juste. Un Derby est un match à part et l’Inter aura réalisé, à la surprise générale, l’une de ses meilleures prestations de la saison en étant totalement décimée, avec seulement 18 joueurs de convoqués! Cette victoire, l’Inter sera allé la chercher avec la manière. Les hommes de Luciano Spalletti n’auront mis que trois minutes pour faire sauter le verrou d’un méconnaissable Milan, jusqu’à alors invaincu en 2019. Sur un centre de Perisic, suivi d’une excellente remise de la tête de Lautaro Martinez, Matias Vecino se retrouvait seul devant le but pour marquer. Dans un match extrêmement tendu et décidé, l’Inter aura dévoré pas moins de deux buts lors de cette première période, une tête de Milan Skriniar non-cadrée et un immanquable de Vecino. La seconde mi-temps est électrique, l’Inter fait le break d’une splendide tête de Stefan De Vrij à la 51’ minute de jeu. Six minutes plus tard, le Milan sonne la révolte via Tiemoue Bakayoko. Le tournant du match aura lieu à la 67’ minute de jeu. Matteo Politano slalome dans la surface de réparation milanaise, ce dernier est fauché dans la surface et s’écroule, tout comme Guida, l’arbitre de la rencontre, devant le grand rectangle. Ce dernier siffle faute pour l’Inter, et désigne, une fois debout, le point de penalty ! Il Toro Martinez ne manquera pas l’offrande pour de nouveau breaker le Milan. Le bonheur sera de courte durée car quatre minutes plus tard, Mateo Musacchio redonne espoir au peuple milanais en profitant d’un contre chanceux pour inscrire son but dans une cage vide. La fin de match verra Milan pousser. Les Cugini ont eu la balle de match, cette balle d’égalisation, ce tir de Patrick Cutrone se verra stopper miraculeusement par Danilo D’Ambrosio à la 95’ minutes de jeu. Les Nerazzurri tiennent bon et remporte à la régulière le Derby, un match où le Milan était donné archi-favori. Non l’Inter n’est pas morte, la Beneamata est de nouveau troisième et profite du faux-pas de la Roma pour à nouveau disposer de 6 points d’avance sur la cinquième place. L’Inter recevra, au Giuseppe Meazza, la Lazio de Rome lors de la prochaine journée de Serie A et devra espérer un bon résultat du Napoli face aux Giallorossi pour à nouveau disposer d’une belle marge de sécurité. Ce match devrait se disputer sans Luciano Spalletti qui s’est vu montré la sortie par Guida suite à une intervention de la Var : Conti fauchait Martinez, l’arbitre italien avait sorti un rouge direct avant de revoir, correctement, son jugement. Reste à présent à savoir ce que décidera la Giudice Sportivo, est-ce que le natif de Certaldo sera suspendu ou devra-t ’il s’acquitter d’une amende à l’instar de Gennaro Gattuso qui a pu assister au Derby. Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Réactions de Tramontana Milan 2-3 Inter Buteur(s): 3’ Vecino (I), 51’ De Vrij (I), 57’ Bakayoko (I), 67’ Lautaro Martinez (I, rig.), 71’ Musacchio (M) Var : 88’ Annulation de l’expulsion directe d’Andrea Conti Milan: 99 G. Donnarumma; 2 Calabria, 22 Musacchio, 13 Romagnoli, 68 Rodriguez (58’ 63 Cutrone); 79 Kessie (69’ 12 Conti), 14 Bakayoko, 39 Paquetà (46’ 7 Castillejo); 8 Suso, 9 Piatek, 10 Calhanoglu Sur le banc: 25 Reina, 90 A. Donnarumma, 11 Borini, 16 Bertolacci, 17 Zapata, 20 Abate, 21 Biglia, 33 Caldara, 93 Laxalt Entraîneur: Gennaro Gattuso Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 37 Skriniar, 6 De Vrij, 18 Asamoah; 5 Gagliardini, 77 Brozovic (73’ 20 Borja Valero) 8 Vecino (92’ 13 Ranocchia); 16 Politano (83’ 87 Candreva), 10 Lautaro, 44 Perisic Sur le banc: 27 Padelli, 11 Keita Balde, 21 Cedric, 29 Dalbert Entraîneur: Luciano Spalletti Arbitre: Guida Var : Calvarese Averti(s) : Brozovic (I), Rodriguez (M), Romagnoli (M), Vecino (I), Suso (M), Conti (M), Gagliardini (I) Expulsé(s) : 89’ Spalletti pour contestation Affluence: 77.479 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. L'Inter s'est imposé 3 buts à 2 dans le derby de Milan. Victoire amplement méritée des ragazzi beaucoup critiqués (parfois à juste titre) et qui se sont transcendés : Mention spéciale à la défense centrale et à Martinez, salué par Spalletti en conférence de presse : "C'est le genre de joueur que tu regardes dans les yeux et tu comprends qu'il n'a pas peur". L'Inter a super bien fait tourner la balle derrière et mis en échec le Milan. Piatek a été inexistant et leur défense transpercée par notre attaque. Voici la réaction du président nerazzurro Steven Zhang à Sky Sport après le match : "Le Derby est toujours spécial, ce fut extraordinaire. Je tiens à féliciter l'entraîneur et l'équipe. Nous savions que le Milan était fort et que ça allait être difficile. Nous avions joué jeudi et nous n'étions pas en parfaite condition physique, mais nous avons lutté et nous avons vraiment poussé pour essayer de gagner. Nous avons mérité la victoire. Les joueurs étaient concentrés, autrement ça n'aurait pas été possible de jouer de cette façon après 48 heures. Spalletti a réussi à faire ressortir le meilleur de l'équipe. Cela signifie qu'on s'entraîne bien, en donnant une réponse importante de tous les points de vue. Icardi ? L’Inter est toujours unie et nous devons essayer de donner à l'équipe et aux tifosi de l'énergie positive. Luttons jusqu'à la dernière minute. C'est la signification du sport". Sans revenir sur le fait que Luciano Spalletti a mangé tactiquement Gattuso, le Mister a tenu des propos forts après le match : "On doit complimenter tous les joueurs, surtout ceux qui sont dans le vestiaire".
  15. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations d’après-match de Steven Zhang, Président de l’Inter, Luciano Spalletti, l’entraîneur et Samir Handanovic, Capitaine, suite à l’importante victoire de l’Inter sur le Milan, ce dimanche soir. Steven Zhang Président, deux victoires lors des deux Derby de Milan, celle de ce soir était une victoire surtout émotionnelle "C’est toujours spécial, je veux que l’on se félicite tous, je savais que cela serait dur, en jouant jeudi, nous n’étions pas en condition idéale. Mais nous avons continué à nous battre, en cherchant à tout prix à gagner. C’est une victoire méritée." Quelque chose a-t ’il changé physiquement et mentalement chez les joueurs et l’entraîneur ? "Spalletti a très bien préparé les garçons, sinon ils n’auraient pas pu jouer de la sorte en l’espace de 48 heures. Spalletti a su exploiter tout le potentiel de l’équipe, preuve en est la prestation proposée sur le terrain est signe d’un bon entrainement. Si nous n’avions pas vécu ce qu’il s’est passé cette semaine, nous n’aurions peut-être pas apporté une telle réponse." Icardi ? "L’Inter est toujours unie. Nous devons offrir à l’équipe et aux tifosi une énergie positive, c’est en se montrant positif que les choses tournent bien. Ils se sont toujours battus jusqu’à la dernière seconde, dans chaque situation. Nous devons toujours agir de la sorte, montrer que nous avons cette envie de nous battre à ceux qui aiment ce sport, c’est l’essence même du sport." Luciano Spalletti Spalletti, il s’agit d’un Derby remporté avec de la personnalité, trois jours après le match de l’Eintracht "Le Derby gagné prime sur tout cela, lorsque tu sors de cette façon et que tout le monde te tombe dessus car tu t’appelles Inter, c’est évident que tu te dois de prendre des risques si tu veux rester dans la course. J’ai eu ce besoin de redéfinir les rôles, redéfinir les comportements pour que derrière, nous retrouvions cet union d’équipe, il fallait absolument oublier tout ce qu’il s’était passé avant." "C’est terminé de faire des analyses sur ce que l’on avait connu, nous devons nous mettre à penser et à agir en fonction du match suivant. Aujourd’hui nous nous sommes libérés d’un poids." Vecino a été très bon dans ce 4-4-1-1 "Non, j’ai aligné trois milieux, Vecino est celui qui est le plus habile dans l’insertion. Il a aussi réalisé une grande partie, il a eu la faculté de rendre tout facile, je lui ai juste dit qu’il avait de la cervelle, il l’a ensuite prouvé, il a parcouru 14 kilomètres sur le match et ce n’était pas un problème pour lui." Que pensez-vous de la prestation d’équipe sans Icardi ? "Je dois féliciter Lautaro pour le Penalty, il y a aussi les bonnes rentrées de Perisic et Politano dans le match. Je les ai tous grandement félicité, aussi ceux qui font partie du vestiaire, ils ont été tous bons, très brave. De plus, c’est du bonheur si les sportifs te font comprendre qu’ils apportent leurs contributions, surtout si l’on analyse la période que nous traversons et aussi la condition physique faible de Marcelo Brozovic." Quelle a été l’importance de travailler sur le mental ? "C’est devenu important, lorsque tu fais partie de l’Inter, tu sais que tu as des comptes à rendre derrière. Ensuite chacun fait en fonction de ses possibilités, de sa culture, de son expérience, et lorsqu’on lui demande des comptes, il l’explique de cette façon, la plus opportune, sur base de ce qu’il a proposé. Le métier d’entraîneur est fait ainsi, j’avais besoin d’avoir des joueurs qui se révoltent complètement." "Nous faisions face à un Milan qui pratique un beau football et qui avait les pronostics en sa faveur, aller les chercher et prendre la partie en main n’était pas facile. Le Milan a fait un grand match, Gattuso peut en être satisfait. Quand les équipes font de telles prestations, tout le monde en sort gagnant, Nous avons Honoré le Calcio, les milanais méritent d’avoir un tel Derby." Il y a eu des minutes durant lesquelles l’Inter a souffert, mais l’équipe s’est immédiatement rendu compact sans perdre la tête, quelle est la chose la plus importante ? "C’est vrai, nous n’avons pas perdu notre lucidité. Sur le second but, ils ont décidé de jouer rapidement le corner et nous avions deux hommes en retard sur le marquage, ils ont donc su nous rentrer dedans facilement. Nous sommes restés marqués mais nous ne nous sommes pas divisés, nous connaissions nos rôles et nous avions l’avantage. Ils ont été bons sur leur premier but, mais nous aurions pu faire mieux : Avec Skriniar et De Vrij, nous sommes une équipe physique, c’est difficile de nous marquer des buts." Lautaro Martinez est devenu ce Leader Pazzesco (fou) "Il est très bon pour attaquer en profondeur, il est fort de la tête, il a de la personnalité. Il suffit de regarder son regard pour comprendre combien il a de la personnalité, il a été très bon sur le pénalty. Nous avons trouvé l’attaquant qui nous permets de remettre chaque chose à sa place." Quel a été son impact sur la victoire, s’il faut le définir ? "Les 60%." Samir Handanovic "Nous n’avons rien fait de particulier depuis ce jeudi, nous avons cru en nos moyens et en ce que nous étions capable de faire, il y a déjà quelques temps. Jeudi nous étions en situation d’urgence, c’était une très mauvaise défaite, mais nous devions ne plus y penser et nous préparer au Derby, c’est un match qui se prépare seul." "C’est une partie remportée méritoirement, à présent nous devons recharger nos batteries, Il y a eu de l’envie, de la personnalité, nous avons tous tout donné, c’est si beau de disputer un Derby, même si tous ne le comprennent pas. Même lors du match aller nous avions prouvé que nous étions meilleurs qu’eux, nous devions seulement le remettre en pratique." Mon comportement sur le pénalty ? "Je me suis retourné, comme cela m’arrive souvent, aujourd’hui, il était si important, que je n’ai pas voulu le regarder." La trêve arrive-t ’elle au bon moment ? "Oui, elle sera utile à tout point de vue, aussi au niveau physique, nous devons la mettre à disposition pour préparer le rush final." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Damien

    Serie A - J28 : Milan vs. Inter

  17. Mauro Icardi continue de rester à l’écart de l’Inter alors que celle-ci fait face à la période la plus délicate de sa saison, surtout qu’elle est affaiblie. La situation Sont indisponibles : Miranda, Nainggolan, Brozovic, Icardi; Sont en ballottage pour compléter le onze de base: Cédric-D ’Ambrosio (55%-45%); Asamoah-D ’Ambrosio (55%-45%), Vecino-Borja Valero (55%-45%). Vu le comportement de l’argentin, il devient de plus en plus certain de partir à la recherche de son successeur. Le Corriere Dello Sport s’est penché sur la question : Malgré le fait qu’il y ait eu de récents sondages en provenance de l’étranger, Maurito et Wanda insistent pour rester en Italie, ils ne souhaitent pas déboussoler leurs enfants en changeant de pays. Cela signifie qu’il y a deux pistes à envisager : La première est la Juventus, l’alternative est le Napoli. Il se dit que le club Partonopeo serait disposé à mettre sur la table une offre importante étant donné que le Mercato propose une occasion particulièrement gourmande de se renforcer. Il ne faut également pas négliger les manœuvres des blancs et noirs. Stratégie Nerazzurra L’Inter étudie avec une attention particulière si elle va se lancer dans une transaction avec la Juventus. Condition Sine Qua Non : L’échange avec Paolo Dybala, sinon il n’y aura aucune discussion possible. Qui plus est, outre la Joya, le Club Nerazzurro partirait à la recherche d’un attaquant pur, le tout en se fiant à des conditions favorables. En ce sens, le joueur qui est en Top-List se nomme Edin Dzeko qui est très estimé au Corso Vittorio Emanuele et dont le contrat arrive à péremption en juin 2020. On retrouve également le jeune Luka Jovic qui défiera l’Inter en Europa League ce jeudi avec l’Eintracht. Ce dernier devrait d’ailleurs être racheté au Benfica pour 10 millions d’euros. Le prix demandé pour Lukaku risque donc de s’avérer excessif si ce dernier ne fait pas parti de l’échange avec Mauro Icardi. Si au final, l’Inter se devait de négocier avec le Real Madrid, notre Beneamata exigerait soit une transaction économique démesurée ou Karim Benzema en contrepartie technique. Dans le même temps, l’idée de ne plus voir Mauro Icardi porter la vareuse Nerazzurra cette saison est de plus en plus concrète, surtout si ce dernier est absent des deux prochains matchs… Sauf miracle… ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Pour punir le Milan, l’Uefa s’est inspirée de l’Inter. C’est l’affirmation de la Gazzetta Dello Sport : La sanction imposée au club pourrait être revue si toutefois les comptes s’améliorent et seront dans les limites imposées par le Fair Play Financier. Une partie de l'amende sera ainsi suspendue ou liée à l'aspect conditionnel qui pourrait affecter jusqu'à deux tiers de la pénalité. Exemple probable : Nyon établit le paiement de 15 millions, cinq à payer immédiatement et les dix autres seront abandonnés lorsque le budget sera à nouveau équilibré. En mai 2015, la Beneamata fut sanctionnée de la même façon : amende de 20 millions dont 6 à débourser lors de la première année et les 14 millions restants en fonction du rendu économique de l’Inter et de son évolution. Cette ligne de conduite serait celle choisie par l’Uefa pour orienter et tenir à l’œil les Rossonerri. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. L'ancien arbitre Paolo Casarin, s'est livré dans le Corriere Della Sera sur la prestation de Di Bello, l'arbitre qui a dirigé le derby de Milan, ce mercredi 04 avril 2018: Di Bello ? "Je lui donne un 6.5. Il a bien géré Milan-Inter, son travail a été facilité par la comportement correcte des différentes parties sur le terrain. Il n'y a que la faute de Skriniar, sur Cutrone, à 20 mètres du but, qui lui a échappé. Au milieu du terrain, l'arbitre a rapidement rappelé les limites autorisées avec quelques avertissements justifiés." "Lors de la 37ème minute, Icardi part au but, à partir d'une position correcte pour un juge de ligne...Mais avec la VAR, il vous est possible de mesurer les centimètres, ce but a été annulé sur base d'une décision rapide prise par Valeri. Cette technologie vaut celle de la Goal Line, qui se trouve sur les buts." "En seconde période, le but de Crutone est bien entendu hors-jeu, il a d'ailleurs été correctement évalué par le juge de ligne Costanzo." Pour ou contre la Var ? Le débat n'est pas prêt de s'arrêter... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Il y a encore quelques semaines, le peuple Nerazzurro aurait signé des deux mains pour obtenir un point précieux, lors de ce Derby de la phase retour. Pourtant, c'est bel et bien l'Inter qui pourra, le plus amèrement regretter de ne pas avoir remporté la mise, tant la bande à Spalletti dominait son sujet. Le joueur du match est Mauro Icardi, auteur d'un triplé au match aller, il est clairement sur le retour actuellement. En temps normal, le but qu'il a inscrit aurait été validé, en temps normal.... Mais peu de temps après son but, l'arbitre central est contacté dans l'oreillette, après quelques instants la décision tombe, le but de l'argentin est refusé pour un hors-jeu millimétrique. Cette décision est autant plus surprenante, car dans leurs premières intentions, ni l'arbitre central, ni le juge de ligne n'avait signifié un quelconque hors-jeu.... Ce but aurait offert les trois points à l'Inter, une troisième place au classement, quatre points d'avance sur la Lazio et Milan à onze points.... soit. L'analyse du match À la 17e minute arrive la première occasion pour l'Inter, un tir du droit de Candreva repoussé par Donnarumma. Handavonic lui répond à la 21ème: Sur un coup de pied arrété de Calhanoglu, Bonucci reprend le ballon, mais le gardien slovène fait preuve d'un reflexe incroyable. Milan tente à nouveau sa chance à la 27ème par Cutrone, mais Handanovic est là. À la 38e minute, les Nerazzurri prennent les devants. L'auteur du but est Mauro Icardi, mais sur décision de la Var, le but est refusé. Au retour des vestiaires, Perisic touche la barre transversale à la 48e minute. A la 52ème, le Milan réagit et Handanovic prend le meilleur sur Crutone. Dans les arrêts de jeu, Milan aurait pû prendre l'avantage par Kalinic, mais sa tête ne pose aucun danger. La dernière action est à mettre à l'actif d'Icardi qui dévore un but tout fait devant la cage vide milanaise, sur une excellente passe à ras-de-terre de Joao Cancelo Après trois minutes de récupération, le match se termine par un nul vierge. L'avis des entraîneurs L'Inter a "perdu" deux points et Maurito a manqué deux buts offerts par la suite, deux actions qui en temps normal, et pour un joueur de sa trempe, sont surprenantes. Mais les erreurs sont compréhensibles, comme en témoigne Spalletti: "Je me sens biens, car l'Inter a fait son match en prouvant qu'elle savait où elle voulait aller. Pour moi c'est ce qui est fondamental, le résultat vient ensuite. Les actions ratées de Mauro peuvent se comprendre, je suis déçu car gagner aurait été très important, mais je ne veux pas remettre son implication sur ces petites actions. Je ne veux pas également polémiquer sur un hors-jeu d'un centimètre, je ne veux polémiquer sur aucun buts ratés. Il y aura des discussions sur cela dans le temps. Nous devons continuer sur notre lancer, nous devons en vouloir toujours plus." Gattuso sait qu'il a éviter le pire: "C'est un point de gagné car nous avons risqué, à plusieurs reprises de nous prendre un but, L'Inter méritait quelque chose en plus. Tant qu'il y a de l'espoir, nous continuerons à lutter, mais à présent, nous devrons reprendre des forces. Lors des vingts dernières minutes, nous avons beaucoup soufferts car les joueurs traverse une période compliquée". Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Milan 0-0 Inter Buteur(s): / Milan (4-3-3) : Donnarumma; Calabria, Bonucci, Romagnoli, Rodriguez; Kessie, Montolivo (69 'Locatelli), Bonaventura (81' Borini); Suso, Cutrone (69 'Kalinic), Calhanoglu Entraîneur : Gattuso Inter (4-2-3-1) : Handanovic; Cancelo, Skriniar, Miranda, D'Ambrosio; Brozovic, Gagliardini; Candreva (78'Eder), Rafinha (70 'Borja Valero), Perisic; Icardi Entraîneur : Spalletti Arbitre: Di Bello di Brindisi Averti(s): Cancelo (I), Perisic (I), Skriniar (I), Candreva (I), Suso (M) Expulsé(s): / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Damien

    Série A - J27 : Milan 0-0 Inter

    jusqu’à
  22. Le Milan actuellement sous le feu des projecteurs suite aux événements personnels de son Président, Yonghong Li, et aux difficultés rencontrées dans le refinancement de la holding Rossoneri Sport Investment, est désormais de plus en plus placé sous la protection économique du Fonds Eliott. Une implication croissante plus importante du Fond La volonté affichée d'Elliott est de soutenir financièrement Milan dans les mois à venir, en anticipant la liquidité nécessaire pour procéder à la souscription des augmentations de capitaux déjà validées. Rien ne laisse présager un désengagement sur ce sujet. Les indicateurs actuels tendent à penser que, sauf retournements de situation improbable, Li Yonghong ne sera pas en en mesure de trouver les ressources nécessaires pour honorer ses engagements envers Eliott, voire même le Milan Ac. Le risque pour lui est de perdre le contrôle du club. Tel que le rapporte Il Sole 24 Ore, un conseil d’administration a eu lieu ces derniers jours. Dans le Cda du Milan, les conseillers italiens tiennent une place importante et ces derniers ont tenu à s’adresser à la Rossoneri Sport Investment, pour procéder, d’ici au 23 mars, à une avance sur l'augmentation des capitaux d'environ 10M€, soit une partie des 38M€ qui aurait dû être injectée d’ici juin, pour s'assurer que le club dispose des liquidités nécessaires à sa gestion. Ce que peut faire Yonghong Li En premier lieu, il est possible que Milan lui maintienne sa confiance, car il a toujours tenu, jusqu’au jour d’aujourd’hui, ses engagements. Mais selon les rumeurs, les fonds disponibles en Chine et à Hong Kong seraient épuisés. De plus, la récente faillite de sa Holding, la Jia Andes, a contraint les banques chinoises à serrer la vis pour lui accorder des financements : si bien qu’un prêt récent de 8M€, qui était destiné au Milan Ac, a sût être obtenu sur base des garanties apportées par son épouse et les intérêts ont été doublés. Li peut accepter l'aide du fonds Elliott, qui lui a proposé de financer Rossoneri Sport à hauteur de 35-38 millions d'euros, qui s'ajouteraient aux 180 millions déjà prêtés à la même holding luxembourgeoise et aux 123 millions prêtés à Milan. Si Li accepte, cela revient à un aveu de faiblesse et Eliott pourrait réellement agir en tant que « commissaire » par rapport à cette situation. La troisième option est encore plus sombre pour l'homme d'affaires chinois, à savoir trouver un accord avec le fonds américain. Après un délai donné et en cas de défaut de paiement de Li, Elliott pourrait le remplacer et injecter l'argent nécessaire pour sauver le club. La situation pourrait à ce stade compliquer les implications juridiques. Rossoneri Sport pourrait être mis en défaut de paiement, vu que Li ne serait pas en mesure de rembourser les sommes investies par Elliott. Le Navire Coule Ce 22 mars, la tentative du PDG de Milan, Marco Fassone, est de continuer à trouver, avec le soutien de la banque d'investissement Merrill Lynch, qui dispose d’un mandant courant jusqu’à la mi-avril, à trouver des investisseurs disposés à participer au refinancement de la dette envers Elliott. Entre le 22 et 23 mars, Fassone illustre son business plan aux prêteurs potentiel du Milan dans la City. Si le refinancement ne se réalise pas, l'arrivée d'Elliott à Milan serait en effet inévitable. Il pourrait s’agir, dans l’état actuel des choses d’une situation bénéfique pour le club, mais le Fond Eliott aura tout intérêt à prendre son temps pour évaluer le club, afin de le revendre à une date ultérieur. Après Martine à la ferme, Fassone à Londres! Milan est sur le sol anglais. Alors qu’en Italie, tous attendent des informations en provenance de Yonghong Li, et ce y compris une réponse sur l’avance initiale de 10 millions d'euros précités. Marco Fassone accompagné de David Han Li et de la directrice financière Valentina Montanari, ont été aperçus dans la capitale anglaise, accompagnés des banquiers de Merrill Lynch. Selon Il Sole 24 Ore, la délégation milanaise aurait rencontré, dans une série de réunions, entre 8 et 10 investisseurs institutionnels et des fonds de couvertures. Il semblerait que le plan de refinancement de la dette Elliot aurait été présenté, et ce, afin de pouvoir procéder à une collecte totale de 500M€. Cette dernière trouve sa source dans l’émission de la transformation des créances détenues par une banque en titres négociables, une titrisation, émise par le milan à hauteur de 270M€. Les 230M€ restants proviendraient des prêts obtenus à la Rossoneri Sport de Yonghong Li. Les investisseurs vont recevoir des documents certifiés par Ernst & Young et Il ne leur restera plus qu'à comprendre ce qu’ils en feront, étant donné la complexité de l'opération, et le doute subsistant des intentions de Yonghong Li, au sujet de l’augmentation des Capitaux du club. Déjà un démenti d’un repreneur ! Alisher Usmanov n'a reçu aucune offre pour racheter le Milan. Le milliardaire russe, actionnaire minoritaire de l'Arsenal, a annoncé, par l'intermédiaire de son porte-parole, qu'il n'avait pas été contacté par l'acquisition du contrôle de la société Rossoneri. Usmanov avait été désigné, ces derniers jours, comme l'un des acheteurs potentiels du Milan, suite au passage de plus en plus probable des 99,93% Yonghong Li appartenant à du club au fond Eliott. Pour le porte-parole d’Usmanov, ce ne serait pas réaliste : "M. Usmanov a reçu de nombreuses propositions pour acheter des clubs de football, certaines sont sérieusement considérées et d'autres ne le sont pas. Monsieur Usmanov, n'a reçu aucune proposition pour racheter Milan." Folie des grandeurs, retour sur terre "Les salaires de l’équipe première du Milan, que je considère comme une équipe très compétitive, se situera entre 110 et 120 millions selon la manière dont réagira le marché dans son ensemble". – Marco Fassone le 7 septembre 2017. C'est ce qu'a déclaré le directeur général des Rossoneri lors de la vidéo-conférence qui avait été diffusée sur les chaînes sociales du club et sur Milan TV le 31 août, juste après la clôture de la campagne de transfert en Italie. Il s'agit d'une croissance comprise entre 57% et 71% par rapport au résultats bruts de l'année précédente, données publiées par la Gazzetta dello Sport du 7 septembre 2016 et traitées par Calcio&Finanza, en prenant en considération le mercato hivernal et le poids de la composante fiscale qui ne s'élevait qu’à 70,41 millions. Le salaire brut total du Milan 2017-2018, calculé à partir des données publiées par la Gazzetta dello Sport dans son édition du 7 septembre 2017, serait estimé à un peu plus de 100 millions d'euros, soit loin de 110-120 millions annoncés publiquement par Fassone. Lors de sa déclaration, il semble que Fassone avait repris, outre l’équipe première, les frais afférents à Vincenzo Montella et son staff techniques : 3M€ net pour l’entraîneur (5,5M€ en brut). Cependant, une différence importante apparaît entre les chiffres de la Gazzetta Dello Sport et de Calcio&Finanza La différence la plus significative concerne le salaire net de Bonucci, indiqué à 6,5 millions dans les enquêtes précédentes de CF. Mais selon La Gazzetta, le défenseur de Milan et de l'équipe nationale est le joueur le mieux payé de Série A, au même titre que Gonzalo Higuain, avec 7,5M€ de salaire Net. Selon le quotidien rose, si on y inclut les bonus, cela pourrait monter jusqu’à 10M€. Du Rocher à la Scala ? Pour finir, selon le10sport, l’actuel propriétaire de l’AS Monaco, Dmitri Rybolovlev commencerait à s’intéresser au Milan AC. Dimitri Rybolovlev aurait commencé à se renseigner concernant un possible rachat. Actuellement à la tête de Monaco, le magnat russe pourrait bien quitter le club Monégasque contre une somme de 500M€. Le Milan trouvera-t ‘il un repreneur avant de se présenter à l’Uefa ? Comment va réagir la Fédération Italienne. Le Club trouvera-t’il les fonds nécessaires pour sa survie ? Quoiqu’il en soit, le blason de ce club « historique » de Série A restera bafoué par cette situation…Attention aussi à ne pas imiter Parme lors de la faillite de la Parmalat…. C'est peut-être aussi le bon moment de conclure le dossier du Giuseppe Meazza... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Milan - Selon le quotidien espagnol Marca, de propriété du groupe Rcs, l’UEFA ne semble pas convaincu par le projet présenté par le Milan dans le cadre de la validation du Voluntary agreement et des dérogations y afférentes. D’après Marca, une réunion a eu lieu le 9 novembre dernier entre la Direction du Milan et le Club Financial Control Body (CFCB) de l’UEFA. A la Casa Milan, la base de ce projet reposait sur une confiance modérée sur les résultats de l’équipe, en raison du climat de transparence et au niveau du détail qui a permis d’effectuer cette comparaison. Ce plant très intense était de la compétence de sept commissaires et de l’Administrateur Délégué Marco Fassone, et il aurait dû porter sur une période de 4 années. Un plan qu’a expliqué Fassone aux petits actionnaires de Milan au cours de la dernière Assemblée générale, qui prévoit un budget équilibré pour 2020 et même un bénéfice à la fin de la saison 2020-2021. Aleksander Čeferin pas convaincu par le projet L’UEFA va prendre sa décision d’ici à la mi-décembre, mais selon Marca, le Club Financial Control Body va rendre un avis négatif sur le dossier présenté par les Rossoneri Deux alternatives se profilent : Le premier scénario est que l’UEFA décide de ne pas se prononcer sur l’accord de règlement proposé, en suspendant l’arrêt pour effectuer une vérification plus approfondie de certains paramètres. La seconde hypothèse est que Nyon ne croit pas au plan de retour durable du Milan et place le club en janvier-février 2018 à procéder à la signature d’un « règlement amiable » avec un plan de retour plus contraignant, avec des sanctions économiques et des restrictions sur le noyau, comme a pu le connaitre l’Inter et la Roma, dans les années précédents. Il reste une troisième hypothèse, peu probable, celle de sanctionner le club en le privant de compétition européenne. Yonghong Li dans l’œil du cyclone Le New York Times sème le doute sur le Milan Ac... En particulier le président Li Yonghong étiqueté comme un "mystérieux propriétaire" et qui disposerait de sombres revenus. Le quotidien a sérieusement mis en doute les propriétés de l’actif financier principal déclarées par les chinois, un réservoir de phosphore qui apparemment appartient à une société qui a changé à 4 reprises de propriétaire en 2 ans, et à deux reprises, ce changement a été gratuit. Quand l’homme d’affaires chinois Li Yonghong a acheté le Milan, presque personne n’avait entendu parler de lui en Italie. Il en va de même pour la Chine. Tel est le titre de l’éloquent article établis par le New York Time qui dévoile le successeur de Berlusconi, comme un personnage plutôt obscur qui avait agité plus d’une préoccupation au cours de la longue transaction qui a conduit au rachat de l’Ac Milan. Le New York Times écrit que l’exploitation minière Empire décrit par Li Yonghong était à peine connu dans l’industrie minière. L’enquête du journal de la grosse pomme s’est tenue conjointement aux États-Unis et en Chine. Les Membres du journal se sont en présent siège de la Société chinoise où ils ont dû faire face à un bâtiment fermé, dans un état de trouble : Il y avait notamment dans une pièce une désagréable odeur similaire à une centaine de déchets Afin de renforcer les doutes sur la transparence de la société, ils se sont tournés vers les autres acteurs qui ont été présents lors du rachat. Li Shang Bing, un représentant légal de la gestion d’actifs de Sino-Europe (une des sociétés qui ont a contribué à reprendre le Milan) et qui dispose de de parts dans le club AC Milan, a déclaré qu’il ne sait pas Li Yonghong. Cependant, Li Shang bing devrait connaitre Li, vu que le représentant légal de Sino-Europe a participé à une procédure judiciaire dans laquelle sont visées l’actuel président de Milan et le Guangdong Lion (Une compagnie qui possède une mine de phosphore;) Motus et bouche cousue pour Rothschild, conseiller de Li et donc du Président du Milan AC, qui refuse de s’exprimer à ce sujet Le New York Times a enfin mis en évidence les troubles de la famille de Li, avec le père et son frère arrêté pour fraude. Le Milan ne se réplique pas mais a tenu a souligné un défaut sur la photo en lien avec l’article sur la version en ligne, photo qui représente le directeur exécutif David Han Li, et non le Président Milan AC. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Milan - Une maison extraordinaire dont il faut se prémunir, pour la traiter avec respect et en considération pour l’histoire et l’avenir, le tout entre diverses hypothèses et un futur à écrire. D’après la Repubblica, on parle actuellement des décisions qui pourront avoir un impact sur la permanence de l’Inter et du Milan, au stade situé dans le quartier de San Siro. Si, jusqu'à récemment les deux sociétés semblaient prêtes à partager le Meazza à l’avenir, les dernières déclarations de Fassone, aux petits actionnaires rossoneri, ont changé la donne. Le Meazza en plein doute Tant de questions sans réponse, avec des possibilités plus ou moins concrètes d’avancées. Ce qui est sûr, c’est que le Suning, qui est le propriétaire de l’Inter, veut rester au Meazza et il souhaite en faire la maison de l’Inter dans les années à venir. A cette fin, il a réalisé un projet estimé à 100M€. "Les réunions techniques entre les deux clubs et les autorités locales se poursuivent, mais on perçoit les difficultés à faire le point. L’Inter, s’est montrée la première intéressée, en premier lieu avec Thohir, et maintenant avec le Suning, qui pourrait avoir un impact bien plus important que son prédécesseur : Nous parlons d’un plan pour plus 100 millions. Toutefois, comme indiqué dans les salles du Palazzo Marino sur ce dossier, un réel projet de travail hypothétique n’a pas encore été présenté." Le Suning veut rester au Meazza Pour l’instant le Suning limite ses envies dans l’idée de créer quelque chose de nouveau, avec l’idée de disposer d’un centre sportif Nerazzurro à Milan : Une Pinetina pourrait voir le jour dans la ville à la Piazza d’Armi. Parmi les solutions possibles incluant San Siro, il y a l’augmentation de la franchise et la déduction du loyer à consacrer dans la modernisation du stade. Ainsi, année après année, vous pourrez créer de nouveaux emplois. C’est un plus intéressant, une situation de rebond. Mais ce n’est pas facile d’avancer dans un dossier si complexe, lorsque les deux locataires ne parlent pas. Et il est impossible d’imaginer une restructuration radicale du stade, en voyant l’Inter et le Milan faire cause commune. Mais que fait le Milan ? "Actuellement, le club rossonero peut vraiment pousser sur l’accélérateur dans le sens d’une propriété. Il lui et impossible d’allouer les montants nécessaires compte tenu de la grande dette contractée avec Elliott et il est en cours de négociation avec des nouvelles entités financières. Sans surprise, Sala, le Maire de Milan a cité explicitement deux domaines qui seront soumis à l’attention du Milan : Le Porto di Mare ou Rogoredo. Pour beaucoup, il semble que le maire veut faire sortir le Milan de sa tanière afin de vérifier les réelles intentions du club sur la piste du stade." Le sentiment est que, dans la situation actuelle, les rossoneri mènent une pratique exclusive, en songeant à conserver l’idée de créer un nouveau stade afin de s’attirer des nouveaux investisseurs intéressés par la détection du club. Pour le Milan, il s’agit d’un levier financier qu’il est important de ne pas perdre. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...