Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'milan ac'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Évènements de Inter Club Paris

News

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

10 résultats trouvés

  1. Pour punir le Milan, l’Uefa s’est inspirée de l’Inter. C’est l’affirmation de la Gazzetta Dello Sport : La sanction imposée au club pourrait être revue si toutefois les comptes s’améliorent et seront dans les limites imposées par le Fair Play Financier. Une partie de l'amende sera ainsi suspendue ou liée à l'aspect conditionnel qui pourrait affecter jusqu'à deux tiers de la pénalité. Exemple probable : Nyon établit le paiement de 15 millions, cinq à payer immédiatement et les dix autres seront abandonnés lorsque le budget sera à nouveau équilibré. En mai 2015, la Beneamata fut sanctionnée de la même façon : amende de 20 millions dont 6 à débourser lors de la première année et les 14 millions restants en fonction du rendu économique de l’Inter et de son évolution. Cette ligne de conduite serait celle choisie par l’Uefa pour orienter et tenir à l’œil les Rossonerri. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Damien

    BBilan AC

    Voilà veuillez s'il vous plait parler comme il se doit du Milan AC dans toutes ces coutures ici même Restons serieux pas d'insulte ( ) pas de linchage ( ) que du bonheur ( ) Donc pour commencer un petit site bien sympatique : http://www.antimilan.altervista.org/ (pas bien Archi pas bien ... )
  3. L'ancien arbitre Paolo Casarin, s'est livré dans le Corriere Della Sera sur la prestation de Di Bello, l'arbitre qui a dirigé le derby de Milan, ce mercredi 04 avril 2018: Di Bello ? "Je lui donne un 6.5. Il a bien géré Milan-Inter, son travail a été facilité par la comportement correcte des différentes parties sur le terrain. Il n'y a que la faute de Skriniar, sur Cutrone, à 20 mètres du but, qui lui a échappé. Au milieu du terrain, l'arbitre a rapidement rappelé les limites autorisées avec quelques avertissements justifiés." "Lors de la 37ème minute, Icardi part au but, à partir d'une position correcte pour un juge de ligne...Mais avec la VAR, il vous est possible de mesurer les centimètres, ce but a été annulé sur base d'une décision rapide prise par Valeri. Cette technologie vaut celle de la Goal Line, qui se trouve sur les buts." "En seconde période, le but de Crutone est bien entendu hors-jeu, il a d'ailleurs été correctement évalué par le juge de ligne Costanzo." Pour ou contre la Var ? Le débat n'est pas prêt de s'arrêter... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Victor Newman

    La VAR prive l'Inter de la troisième place

    Il y a encore quelques semaines, le peuple Nerazzurro aurait signé des deux mains pour obtenir un point précieux, lors de ce Derby de la phase retour. Pourtant, c'est bel et bien l'Inter qui pourra, le plus amèrement regretter de ne pas avoir remporté la mise, tant la bande à Spalletti dominait son sujet. Le joueur du match est Mauro Icardi, auteur d'un triplé au match aller, il est clairement sur le retour actuellement. En temps normal, le but qu'il a inscrit aurait été validé, en temps normal.... Mais peu de temps après son but, l'arbitre central est contacté dans l'oreillette, après quelques instants la décision tombe, le but de l'argentin est refusé pour un hors-jeu millimétrique. Cette décision est autant plus surprenante, car dans leurs premières intentions, ni l'arbitre central, ni le juge de ligne n'avait signifié un quelconque hors-jeu.... Ce but aurait offert les trois points à l'Inter, une troisième place au classement, quatre points d'avance sur la Lazio et Milan à onze points.... soit. L'analyse du match À la 17e minute arrive la première occasion pour l'Inter, un tir du droit de Candreva repoussé par Donnarumma. Handavonic lui répond à la 21ème: Sur un coup de pied arrété de Calhanoglu, Bonucci reprend le ballon, mais le gardien slovène fait preuve d'un reflexe incroyable. Milan tente à nouveau sa chance à la 27ème par Cutrone, mais Handanovic est là. À la 38e minute, les Nerazzurri prennent les devants. L'auteur du but est Mauro Icardi, mais sur décision de la Var, le but est refusé. Au retour des vestiaires, Perisic touche la barre transversale à la 48e minute. A la 52ème, le Milan réagit et Handanovic prend le meilleur sur Crutone. Dans les arrêts de jeu, Milan aurait pû prendre l'avantage par Kalinic, mais sa tête ne pose aucun danger. La dernière action est à mettre à l'actif d'Icardi qui dévore un but tout fait devant la cage vide milanaise, sur une excellente passe à ras-de-terre de Joao Cancelo Après trois minutes de récupération, le match se termine par un nul vierge. L'avis des entraîneurs L'Inter a "perdu" deux points et Maurito a manqué deux buts offerts par la suite, deux actions qui en temps normal, et pour un joueur de sa trempe, sont surprenantes. Mais les erreurs sont compréhensibles, comme en témoigne Spalletti: "Je me sens biens, car l'Inter a fait son match en prouvant qu'elle savait où elle voulait aller. Pour moi c'est ce qui est fondamental, le résultat vient ensuite. Les actions ratées de Mauro peuvent se comprendre, je suis déçu car gagner aurait été très important, mais je ne veux pas remettre son implication sur ces petites actions. Je ne veux pas également polémiquer sur un hors-jeu d'un centimètre, je ne veux polémiquer sur aucun buts ratés. Il y aura des discussions sur cela dans le temps. Nous devons continuer sur notre lancer, nous devons en vouloir toujours plus." Gattuso sait qu'il a éviter le pire: "C'est un point de gagné car nous avons risqué, à plusieurs reprises de nous prendre un but, L'Inter méritait quelque chose en plus. Tant qu'il y a de l'espoir, nous continuerons à lutter, mais à présent, nous devrons reprendre des forces. Lors des vingts dernières minutes, nous avons beaucoup soufferts car les joueurs traverse une période compliquée". Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Milan 0-0 Inter Buteur(s): / Milan (4-3-3) : Donnarumma; Calabria, Bonucci, Romagnoli, Rodriguez; Kessie, Montolivo (69 'Locatelli), Bonaventura (81' Borini); Suso, Cutrone (69 'Kalinic), Calhanoglu Entraîneur : Gattuso Inter (4-2-3-1) : Handanovic; Cancelo, Skriniar, Miranda, D'Ambrosio; Brozovic, Gagliardini; Candreva (78'Eder), Rafinha (70 'Borja Valero), Perisic; Icardi Entraîneur : Spalletti Arbitre: Di Bello di Brindisi Averti(s): Cancelo (I), Perisic (I), Skriniar (I), Candreva (I), Suso (M) Expulsé(s): / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Damien

    Série A - J27 : Milan 0-0 Inter

    jusqu’à
  6. Le Milan actuellement sous le feu des projecteurs suite aux événements personnels de son Président, Yonghong Li, et aux difficultés rencontrées dans le refinancement de la holding Rossoneri Sport Investment, est désormais de plus en plus placé sous la protection économique du Fonds Eliott. Une implication croissante plus importante du Fond La volonté affichée d'Elliott est de soutenir financièrement Milan dans les mois à venir, en anticipant la liquidité nécessaire pour procéder à la souscription des augmentations de capitaux déjà validées. Rien ne laisse présager un désengagement sur ce sujet. Les indicateurs actuels tendent à penser que, sauf retournements de situation improbable, Li Yonghong ne sera pas en en mesure de trouver les ressources nécessaires pour honorer ses engagements envers Eliott, voire même le Milan Ac. Le risque pour lui est de perdre le contrôle du club. Tel que le rapporte Il Sole 24 Ore, un conseil d’administration a eu lieu ces derniers jours. Dans le Cda du Milan, les conseillers italiens tiennent une place importante et ces derniers ont tenu à s’adresser à la Rossoneri Sport Investment, pour procéder, d’ici au 23 mars, à une avance sur l'augmentation des capitaux d'environ 10M€, soit une partie des 38M€ qui aurait dû être injectée d’ici juin, pour s'assurer que le club dispose des liquidités nécessaires à sa gestion. Ce que peut faire Yonghong Li En premier lieu, il est possible que Milan lui maintienne sa confiance, car il a toujours tenu, jusqu’au jour d’aujourd’hui, ses engagements. Mais selon les rumeurs, les fonds disponibles en Chine et à Hong Kong seraient épuisés. De plus, la récente faillite de sa Holding, la Jia Andes, a contraint les banques chinoises à serrer la vis pour lui accorder des financements : si bien qu’un prêt récent de 8M€, qui était destiné au Milan Ac, a sût être obtenu sur base des garanties apportées par son épouse et les intérêts ont été doublés. Li peut accepter l'aide du fonds Elliott, qui lui a proposé de financer Rossoneri Sport à hauteur de 35-38 millions d'euros, qui s'ajouteraient aux 180 millions déjà prêtés à la même holding luxembourgeoise et aux 123 millions prêtés à Milan. Si Li accepte, cela revient à un aveu de faiblesse et Eliott pourrait réellement agir en tant que « commissaire » par rapport à cette situation. La troisième option est encore plus sombre pour l'homme d'affaires chinois, à savoir trouver un accord avec le fonds américain. Après un délai donné et en cas de défaut de paiement de Li, Elliott pourrait le remplacer et injecter l'argent nécessaire pour sauver le club. La situation pourrait à ce stade compliquer les implications juridiques. Rossoneri Sport pourrait être mis en défaut de paiement, vu que Li ne serait pas en mesure de rembourser les sommes investies par Elliott. Le Navire Coule Ce 22 mars, la tentative du PDG de Milan, Marco Fassone, est de continuer à trouver, avec le soutien de la banque d'investissement Merrill Lynch, qui dispose d’un mandant courant jusqu’à la mi-avril, à trouver des investisseurs disposés à participer au refinancement de la dette envers Elliott. Entre le 22 et 23 mars, Fassone illustre son business plan aux prêteurs potentiel du Milan dans la City. Si le refinancement ne se réalise pas, l'arrivée d'Elliott à Milan serait en effet inévitable. Il pourrait s’agir, dans l’état actuel des choses d’une situation bénéfique pour le club, mais le Fond Eliott aura tout intérêt à prendre son temps pour évaluer le club, afin de le revendre à une date ultérieur. Après Martine à la ferme, Fassone à Londres! Milan est sur le sol anglais. Alors qu’en Italie, tous attendent des informations en provenance de Yonghong Li, et ce y compris une réponse sur l’avance initiale de 10 millions d'euros précités. Marco Fassone accompagné de David Han Li et de la directrice financière Valentina Montanari, ont été aperçus dans la capitale anglaise, accompagnés des banquiers de Merrill Lynch. Selon Il Sole 24 Ore, la délégation milanaise aurait rencontré, dans une série de réunions, entre 8 et 10 investisseurs institutionnels et des fonds de couvertures. Il semblerait que le plan de refinancement de la dette Elliot aurait été présenté, et ce, afin de pouvoir procéder à une collecte totale de 500M€. Cette dernière trouve sa source dans l’émission de la transformation des créances détenues par une banque en titres négociables, une titrisation, émise par le milan à hauteur de 270M€. Les 230M€ restants proviendraient des prêts obtenus à la Rossoneri Sport de Yonghong Li. Les investisseurs vont recevoir des documents certifiés par Ernst & Young et Il ne leur restera plus qu'à comprendre ce qu’ils en feront, étant donné la complexité de l'opération, et le doute subsistant des intentions de Yonghong Li, au sujet de l’augmentation des Capitaux du club. Déjà un démenti d’un repreneur ! Alisher Usmanov n'a reçu aucune offre pour racheter le Milan. Le milliardaire russe, actionnaire minoritaire de l'Arsenal, a annoncé, par l'intermédiaire de son porte-parole, qu'il n'avait pas été contacté par l'acquisition du contrôle de la société Rossoneri. Usmanov avait été désigné, ces derniers jours, comme l'un des acheteurs potentiels du Milan, suite au passage de plus en plus probable des 99,93% Yonghong Li appartenant à du club au fond Eliott. Pour le porte-parole d’Usmanov, ce ne serait pas réaliste : "M. Usmanov a reçu de nombreuses propositions pour acheter des clubs de football, certaines sont sérieusement considérées et d'autres ne le sont pas. Monsieur Usmanov, n'a reçu aucune proposition pour racheter Milan." Folie des grandeurs, retour sur terre "Les salaires de l’équipe première du Milan, que je considère comme une équipe très compétitive, se situera entre 110 et 120 millions selon la manière dont réagira le marché dans son ensemble". – Marco Fassone le 7 septembre 2017. C'est ce qu'a déclaré le directeur général des Rossoneri lors de la vidéo-conférence qui avait été diffusée sur les chaînes sociales du club et sur Milan TV le 31 août, juste après la clôture de la campagne de transfert en Italie. Il s'agit d'une croissance comprise entre 57% et 71% par rapport au résultats bruts de l'année précédente, données publiées par la Gazzetta dello Sport du 7 septembre 2016 et traitées par Calcio&Finanza, en prenant en considération le mercato hivernal et le poids de la composante fiscale qui ne s'élevait qu’à 70,41 millions. Le salaire brut total du Milan 2017-2018, calculé à partir des données publiées par la Gazzetta dello Sport dans son édition du 7 septembre 2017, serait estimé à un peu plus de 100 millions d'euros, soit loin de 110-120 millions annoncés publiquement par Fassone. Lors de sa déclaration, il semble que Fassone avait repris, outre l’équipe première, les frais afférents à Vincenzo Montella et son staff techniques : 3M€ net pour l’entraîneur (5,5M€ en brut). Cependant, une différence importante apparaît entre les chiffres de la Gazzetta Dello Sport et de Calcio&Finanza La différence la plus significative concerne le salaire net de Bonucci, indiqué à 6,5 millions dans les enquêtes précédentes de CF. Mais selon La Gazzetta, le défenseur de Milan et de l'équipe nationale est le joueur le mieux payé de Série A, au même titre que Gonzalo Higuain, avec 7,5M€ de salaire Net. Selon le quotidien rose, si on y inclut les bonus, cela pourrait monter jusqu’à 10M€. Du Rocher à la Scala ? Pour finir, selon le10sport, l’actuel propriétaire de l’AS Monaco, Dmitri Rybolovlev commencerait à s’intéresser au Milan AC. Dimitri Rybolovlev aurait commencé à se renseigner concernant un possible rachat. Actuellement à la tête de Monaco, le magnat russe pourrait bien quitter le club Monégasque contre une somme de 500M€. Le Milan trouvera-t ‘il un repreneur avant de se présenter à l’Uefa ? Comment va réagir la Fédération Italienne. Le Club trouvera-t’il les fonds nécessaires pour sa survie ? Quoiqu’il en soit, le blason de ce club « historique » de Série A restera bafoué par cette situation…Attention aussi à ne pas imiter Parme lors de la faillite de la Parmalat…. C'est peut-être aussi le bon moment de conclure le dossier du Giuseppe Meazza... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Milan - Selon le quotidien espagnol Marca, de propriété du groupe Rcs, l’UEFA ne semble pas convaincu par le projet présenté par le Milan dans le cadre de la validation du Voluntary agreement et des dérogations y afférentes. D’après Marca, une réunion a eu lieu le 9 novembre dernier entre la Direction du Milan et le Club Financial Control Body (CFCB) de l’UEFA. A la Casa Milan, la base de ce projet reposait sur une confiance modérée sur les résultats de l’équipe, en raison du climat de transparence et au niveau du détail qui a permis d’effectuer cette comparaison. Ce plant très intense était de la compétence de sept commissaires et de l’Administrateur Délégué Marco Fassone, et il aurait dû porter sur une période de 4 années. Un plan qu’a expliqué Fassone aux petits actionnaires de Milan au cours de la dernière Assemblée générale, qui prévoit un budget équilibré pour 2020 et même un bénéfice à la fin de la saison 2020-2021. Aleksander Čeferin pas convaincu par le projet L’UEFA va prendre sa décision d’ici à la mi-décembre, mais selon Marca, le Club Financial Control Body va rendre un avis négatif sur le dossier présenté par les Rossoneri Deux alternatives se profilent : Le premier scénario est que l’UEFA décide de ne pas se prononcer sur l’accord de règlement proposé, en suspendant l’arrêt pour effectuer une vérification plus approfondie de certains paramètres. La seconde hypothèse est que Nyon ne croit pas au plan de retour durable du Milan et place le club en janvier-février 2018 à procéder à la signature d’un « règlement amiable » avec un plan de retour plus contraignant, avec des sanctions économiques et des restrictions sur le noyau, comme a pu le connaitre l’Inter et la Roma, dans les années précédents. Il reste une troisième hypothèse, peu probable, celle de sanctionner le club en le privant de compétition européenne. Yonghong Li dans l’œil du cyclone Le New York Times sème le doute sur le Milan Ac... En particulier le président Li Yonghong étiqueté comme un "mystérieux propriétaire" et qui disposerait de sombres revenus. Le quotidien a sérieusement mis en doute les propriétés de l’actif financier principal déclarées par les chinois, un réservoir de phosphore qui apparemment appartient à une société qui a changé à 4 reprises de propriétaire en 2 ans, et à deux reprises, ce changement a été gratuit. Quand l’homme d’affaires chinois Li Yonghong a acheté le Milan, presque personne n’avait entendu parler de lui en Italie. Il en va de même pour la Chine. Tel est le titre de l’éloquent article établis par le New York Time qui dévoile le successeur de Berlusconi, comme un personnage plutôt obscur qui avait agité plus d’une préoccupation au cours de la longue transaction qui a conduit au rachat de l’Ac Milan. Le New York Times écrit que l’exploitation minière Empire décrit par Li Yonghong était à peine connu dans l’industrie minière. L’enquête du journal de la grosse pomme s’est tenue conjointement aux États-Unis et en Chine. Les Membres du journal se sont en présent siège de la Société chinoise où ils ont dû faire face à un bâtiment fermé, dans un état de trouble : Il y avait notamment dans une pièce une désagréable odeur similaire à une centaine de déchets Afin de renforcer les doutes sur la transparence de la société, ils se sont tournés vers les autres acteurs qui ont été présents lors du rachat. Li Shang Bing, un représentant légal de la gestion d’actifs de Sino-Europe (une des sociétés qui ont a contribué à reprendre le Milan) et qui dispose de de parts dans le club AC Milan, a déclaré qu’il ne sait pas Li Yonghong. Cependant, Li Shang bing devrait connaitre Li, vu que le représentant légal de Sino-Europe a participé à une procédure judiciaire dans laquelle sont visées l’actuel président de Milan et le Guangdong Lion (Une compagnie qui possède une mine de phosphore;) Motus et bouche cousue pour Rothschild, conseiller de Li et donc du Président du Milan AC, qui refuse de s’exprimer à ce sujet Le New York Times a enfin mis en évidence les troubles de la famille de Li, avec le père et son frère arrêté pour fraude. Le Milan ne se réplique pas mais a tenu a souligné un défaut sur la photo en lien avec l’article sur la version en ligne, photo qui représente le directeur exécutif David Han Li, et non le Président Milan AC. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Milan - Une maison extraordinaire dont il faut se prémunir, pour la traiter avec respect et en considération pour l’histoire et l’avenir, le tout entre diverses hypothèses et un futur à écrire. D’après la Repubblica, on parle actuellement des décisions qui pourront avoir un impact sur la permanence de l’Inter et du Milan, au stade situé dans le quartier de San Siro. Si, jusqu'à récemment les deux sociétés semblaient prêtes à partager le Meazza à l’avenir, les dernières déclarations de Fassone, aux petits actionnaires rossoneri, ont changé la donne. Le Meazza en plein doute Tant de questions sans réponse, avec des possibilités plus ou moins concrètes d’avancées. Ce qui est sûr, c’est que le Suning, qui est le propriétaire de l’Inter, veut rester au Meazza et il souhaite en faire la maison de l’Inter dans les années à venir. A cette fin, il a réalisé un projet estimé à 100M€. "Les réunions techniques entre les deux clubs et les autorités locales se poursuivent, mais on perçoit les difficultés à faire le point. L’Inter, s’est montrée la première intéressée, en premier lieu avec Thohir, et maintenant avec le Suning, qui pourrait avoir un impact bien plus important que son prédécesseur : Nous parlons d’un plan pour plus 100 millions. Toutefois, comme indiqué dans les salles du Palazzo Marino sur ce dossier, un réel projet de travail hypothétique n’a pas encore été présenté." Le Suning veut rester au Meazza Pour l’instant le Suning limite ses envies dans l’idée de créer quelque chose de nouveau, avec l’idée de disposer d’un centre sportif Nerazzurro à Milan : Une Pinetina pourrait voir le jour dans la ville à la Piazza d’Armi. Parmi les solutions possibles incluant San Siro, il y a l’augmentation de la franchise et la déduction du loyer à consacrer dans la modernisation du stade. Ainsi, année après année, vous pourrez créer de nouveaux emplois. C’est un plus intéressant, une situation de rebond. Mais ce n’est pas facile d’avancer dans un dossier si complexe, lorsque les deux locataires ne parlent pas. Et il est impossible d’imaginer une restructuration radicale du stade, en voyant l’Inter et le Milan faire cause commune. Mais que fait le Milan ? "Actuellement, le club rossonero peut vraiment pousser sur l’accélérateur dans le sens d’une propriété. Il lui et impossible d’allouer les montants nécessaires compte tenu de la grande dette contractée avec Elliott et il est en cours de négociation avec des nouvelles entités financières. Sans surprise, Sala, le Maire de Milan a cité explicitement deux domaines qui seront soumis à l’attention du Milan : Le Porto di Mare ou Rogoredo. Pour beaucoup, il semble que le maire veut faire sortir le Milan de sa tanière afin de vérifier les réelles intentions du club sur la piste du stade." Le sentiment est que, dans la situation actuelle, les rossoneri mènent une pratique exclusive, en songeant à conserver l’idée de créer un nouveau stade afin de s’attirer des nouveaux investisseurs intéressés par la détection du club. Pour le Milan, il s’agit d’un levier financier qu’il est important de ne pas perdre. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Milan – A une semaine du Derby, il commence à y avoir un début d’incendie chez les Cugini. En effet, l’Assemblée Générale de l’Ac Milan qui devait se tenir en octobre, pour l’approbation du bilan Janvier-Juin 2017, a été postposée à novembre. Selon Sport Mediaset, c’est le Cda lui-même qui a demandé le report. Dans les faits, le Milan devra donc approuver les travaux réalisés lors du premier semestre de 2017, afin d’aligner l’exercice la société avec les échéances de la saison régulière. Ce changement a été dicté par la nouvelle propriété car, auparavant, les Rossoneri clôturaient les comptes financiers au 31 décembre. Milan perd son sponsor historique Si l’Inter a un lien bien particulier avec Pirelli, il en va de même avec le Milan Ac et Adidas qui s’étaient liés depuis 1998. Selon la Gazzetta Dello Sport, le divorce est quasi acté. Adidas et les Rossoneri avaient signé un contrat en 2013, portant sur une période de 10 ans, pour une rentrée annuelle de 19,7M€/saisons. Si l’on se base sur cet accord, les deux parties auraient fêté leur 25ème anniversaire en 2023. Allo Houston, on a un problème L’ancienne propriété avait donné à la société allemande la possibilité de résilier le contrat, dûment exploité, lors des semaines agitées du "Closing". Le Mercato estival ambitieux avait pourtant conduit à un rapprochement et à un nouvel accord. Mais lors de l'élaboration de ce dernier, Adidas a changé de cap. La nouvelle échéance a été fixée en 2019 et Adidas peut "sortir" du contrat dès le mois de juin 2018. Et c’est ce qu’il se produira dans le futur : Adidas officialisera son départ et le Milan Ac, déjà plombé par des problèmes de trésoreries devra se trouver un nouvel équipementier. Personne ne l’a vu venir En effet, quelques mois après la présentation des maillots de l’équipe, qui ont été désignés comme les plus appréciés par les tifosi, dans l’histoire récente du club : un Rossonero traditionnel, un blanc simpliste et un noir réalisé en Thaïlande, les grands sponsors quittent le navire milanais. Cette nouvelle confirme la période délicate que traverse le Milan AC et ses principaux sponsors : En mars dernier, c’est Audi, qui a décidé de quitter le monde du Calcio et de ne plus être sponsor et fournisseur des Rossoneri. A l’heure actuelle, aucune autre marque automobile de prestige n’est venue la remplacer. Le Milan Ac ne pourra pas compter sur Nike, qui en plus d’être le rival principal d’Adidas, est très lié à l’Inter. Le seul moyen de se trouver un équipementier est de taper dans le marché en pleine expansion, en Italie : Des marques telles que New Balance et Under Armour par exemple. Et histoire d’achever le travail, Adidas a annoncé qu’il sera encore plus lié à avec la Juve, qui a été choisi par la marque comme le club de référence pour la Série A. L’équipe évoluant à Turin recevra une petite enveloppe de 23M€/saisons. Et quand on connait la situation financière actuelle de l’AC Milan, vis-à-vis du Fair-Play-Financier, il risque d’avoir de l’ambiance du coté de la Casa Milan ! Il ne reste plus qu'à remporter le Derby pour que la crise touche également le vestiaire et Montella, qui plus que jamais, est sur un siège éjectable actuellement... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Milan - Andrea Traverso, Responsable du FPF pour l’UEFA, a averti l’AC Milan : "Le Milan ne sera pas une exception au Fair Play de l’UEFA car, aucun club ne peut jouir d’une exemption, mais le fair-play peut faire les contrôles à posteriori. Nous ne pouvons pas dire ce qu’il faut, et ce qu’il ne faut pas faire, chacun est libre de faire ce qu’il veut, mais il y aura des conséquences. Bien sûr l'AC Milan ne peut pas faire tout ce qu’il veut : Si vous achetez un joueur, c’est que vous avez prévu quelque chose en retour. Le Voluntary Agreement est destiné aux nouveaux actionnaires de clubs : Ils disposent de 4 ans au lieu de 3 pour se mettre à niveau." "Les clubs doivent se placer sur la voie de la consolidation budgétaire. S’ils vont à l’opposé, l’Uefa fera des évaluations. Si le Milan ne rentre pas dans les conditions du Voluntary Agreement, rien ne lui sera accordé. Nous ne connaissons pas les comptes dans les détails, car les transferts seront repris dans le budget en 2018." La différence entre l'Inter et le Milan "Je comprends que c’est une situation difficile à expliquer, mais il y a des différences entre l’Inter et Milan. Primo, le Milan AC n’était pas en coupe d’Europe, donc il n’était pas lié au Fair-Play-Financier. De l’autre, l’Inter, elle, disputait une coupe d’Europe, et elle, elle a dû respecter les conditions. Lorsque vous vous qualifiez, vous devez respecter les règles du jeu. Le Mercato n’est pas fini, mais les comptes seront faits à la fin." City et Paris "Manchester City et le PSG ont respecté l’accord : Ils disposent d’énormes revenus, et ils peuvent agir. Les règles sont les mêmes pour tout le monde. Nous faisons les calculs lors d’un rachat d’un club. Dans certains cas, il sera puni. Mais nous ne pouvons pas empêcher les clubs d’acheter." Cristiano en parlait dans ses premières vidéo et expliquait que Milan joue à la roulette russe : ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×