Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'nicolo barella'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

43 résultats trouvés

  1. Nicolas Barella s'est récemment livré à une longue interview dans la Gazzetta Dello Sport. Internazionale.fr a le plaisir de vous retranscrire cet échange à cœur ouvert. Entre Champions League, Inter-Juventus, l'Inter et sa vie personnelle, de nombreux points sont abordés. Barella commence lui-même l'interview "Laissez moi vous dire une chose avant de commencer : « Barcelone me reste en travers de la gorge »" Nicolò Barella, c'est quoi ça ? Une menace ? « Perdre ne nous était jamais arrivé. Mais plus que le résultat, plus que l'arbitrage, ce match a fait voir à tous qui nous étions. Pendant 65-70 minutes nous avons tenu la dragée haute à Barcelone, l'équipe au sommet du football. Bien sûr, la victoire aurait tout amplifié. Mais nous avons montré de la personnalité, et c'est important pour notre avenir en tant qu'équipe ». Vous ne délaissez pas la Champions en faveur du championnat ? « N'importe quoi. C'est un groupe difficile, mais nous sommes l'Inter : Je ne sais pas où, mais nous irons chercher les points nécessaires pour passer ». Que vous a dit Conte après le match ? « Ce n'était pas le moment de parler beaucoup. Il nous a regardé et nous a dit : "Nous avons un autre match important, concentrez vous sur le prochain match" ». Et le prochain, c'est la Juve « Ils sont forts. Mais nous le sommes aussi ». C'est un match équilibré ? « Oui La Juve a seulement plus d’expérience, l’équipe se connait depuis plus longtemps en termes de groupe. Mais le coach nous a immédiatement demandé de travailler des choses bien précises et nous le mettons en pratique sur le terrain, c’est pour ça que je vous dis que nous sommes à la hauteur. La Juve a gagné le championnat avec 21 points d’avance l’année dernière : nous voulons boucher ce trou, nous verrons à la fin si nous y sommes arrivés ». Luliano-Ronaldo, toi tu n’avais qu’un an. Qu’as-tu entendu de cet épisode ? « Disons que c’est un cas étrange. Je n’ajouterais rien ». NB : Internazionale.fr a rédigé un article à ce sujet le 16 mars 2018 : C’est vrai que Sarri aurait pu être ton entraîneur ? « Oui, Chelsea avait cherché à me récupérer en janvier, la transaction était concrète. Mais mon club a répondu que ce n’était pas un moment facile pour l’équipe et que je devais rester jusqu’à la fin de saison. Et qu’après, je prendrai ma décision ». Combien de fois Conte t’a appelé pour te faire venir ? « Le coach sait être convainquant : une seule fois a suffit… » Comment on défend sur Ronaldo ? « Vous devez demander ça à Godin, qui a réussi à le contenir bien des fois. Tant mieux que ce ne soit pas à moi de le marquer. Oh, puis ça arrive je me retire (rires) ». Sur quel compartiment l’Inter doit s’améliorer ? « Nous créons tellement, mais nous concrétisons moins, c’est la prochaine étape ». Et au niveau personnel ? « J’ai joué plus de 10 matchs en Serie A, seulement 7 buts : je dois élever la moyenne ». Qu’est-ce que Conte a de différent ? « Il a une autre attitude, une façon de te parler et te transmettre quelque chose de nouveau. Pour lui je me tuerais sur le terrain, et ça vaut pour tous ses joueurs. Et ça fait la différence. Vous avez vu comment les équipes de Conte courent sur le terrain ? Ce n’est pas seulement parce qu’elles sont bien préparées. C’est le fruit de son travail sur ton esprit ». Ca fait quoi de prendre un petit pont par Messi ? « J’ai peu vu jouer Ronaldo Fenomeno… Pour moi, Messi est le plus grand joueur de tous les temps. Quand je prends un petit pont je m’énerve toujours, disons que lorsque c’est Messi qui te le fait c’est un peu moins déplaisant ». Tout le monde pense que Barella prend trop de cartons « C’est une image qui aujourd’hui me colle sur le terrain : les autres font les mêmes interventions sans prendre de cartons ». Stankovic est ton modèle. En quoi tu te reconnais en lui ? « Nous sommes pareils dans le niveau d’implication sur le terrain, comme lui je ne recule jamais. Par contre lui avait une frappe et une capacité à marquer que je lui envie ». Si Matteoli le dit…. « Une des personnes à qui je dois le plus. Quand je jouais un bon match, il me disait que je n’avais rien fait d’exceptionnel ». Qui est le milieu de terrain le plus fort du monde ? « Sensi… Nan je déconne. S’il est à 100%, Modric ». Il se dit que la force de l’Inter repose dans ses italiens, tu es d’accord ? « Je crois que le club a choisi cette option pour créer un groupe le plus vite possible. Puis, à l’Inter doivent jouer les plus forts, peu importe la nationalité ». Toi et Sensi vous êtes importants pour l’équipe nationale : Tu sens ce rôle que vous avez ? « Bien sûr. Mancini nous donne sa confiance, alors que Stefano et moi il y a un an et demi on avait jamais vu certaines destinations, même pas en carte postale… Il nous laisse faire nos erreurs, c’est fondamental. Nous deux, Jorginho, Verratti mais aussi Pellegrini, Zaniolo et maintenant Castrovilli : nous arrrivons avec un grand milieu ». Plus difficile de gagner le scudetto ou l’Europe ? « Difficile oui, impossible non. On peut faire le doublé ? ». Mancini et Conte : Différences et points communs « Ils sont différents dans leurs méthodes d’entraînement et dans la façon de faire jouer l’équipe. Ils sont identiques dans la confiance qu’ils transmettent aux joueurs et l’attention aux adversaires pendant la préparation du match : avec les deux tu vas sur le terrain en sachant déjà quoi faire ». Quelle est la dernière bouteille de vin que tu as acheté ? « (il rit…) Je suis un collectionneur, c’est vrai, et ça m’est venu par hasard. Aujourd’hui j’ai une cave de 350 vins ». Si tu gagnes le scudetto, tu sors quelle bouteille ? « Je vide la cave ». Quand tu as une heure devant toi : promenade, film ou playstation ? « Je n’ai même pas de console à la maison, j’ai deux filles donc je n’ai pas d’excuse pour en avoir… J’adore me promener en famille ». Qu’est-ce qui t’énerve dans le foot ? « Les mensonges. Et le fantacalcio : pas le jeu en soi, mais il y a des gens qui m’insultent car ils disent avoir perdu le match à cause de moi… Comme si j’étais heureux d’avoir été mauvais. J’aimerais tellement les envoyer dans un autre pays. Et je ne supporte plus les étiquettes, comme le fait d’être un méchant garçon ». Mais tu es un peu docteur Jekyll et mister Hyde, non ? « Vrai : en dehors du terrain je suis humble et serviable, mais pendant un match… je serais capable de me battre même avec ma famille, je ne suis pas moi-même ». Foot et racisme : pourquoi n’arrive-t-on pas à faire mieux ? « C’est triste, j’ai des amis qui en souffrent. Je crois que la campagne comme celle que mène l’Inter ou le blason d’Everton (non au racisme avec la tête de Kean) sont très importants. Puis il faut aussi tenir compte de ceux qui contestent : ce n’est pas parce qu’une curva fait buu à un joueur qu’ils sont tous racistes ». En Italie on en fait assez pour lutter ? « C’est le moment d’en faire plus encore ». Pourquoi est-ce que tu joues au foot ? « Par passion. Oui, j’entends déjà ceux qui disent « tu gagnes aussi bien ta vie avec le ballon ». Je leur réponds que si je n’avais pas cette passion, je ne jouerais pas de cette façon ». Si je te dis : Gigi Riva « Je ne l’ai connu que tardivement, à 18 ans. C’était étrange d’échanger avec lui. On était à un événement dans son école de foot, pleine de gamins… Tous me regardaient et disaient « c’est Barella, c’est Barella ». Et je faisais pareil avec Gigi Riva, je voulais leur expliquer à ces enfants que c’était lui qu’il fallait observer, pas moi. Riva m’a dit « merci garçon, tu te débrouilles très bien ». Tu as un rêve ? « Je voudrais être reconnu comme un athlète qui a porté haut le nom de la Sardaigne et dans mon cas celui de Cagliari. Comme ont pu le faire Aru, Datome, Zola et Matteoli ». Peux-tu nous révéler l’histoire de ta liste d’objectifs ? « Je tenais cette liste où je mettais tous mes objectifs. Le premier était d’arriver en A avec Cagliari, j’ai réussi. Il y avait aussi porter le maillot de l’Inter : c’est fait ». Et que manque-t-il ? « Et bien tellement… Gagner quelque chose est dans les prochains c’est sûr. Comme ça je pourrais vider cette cave et rendre heureuse ma femme ».
  2. Outre Antonio Conte, Ernesto Valverde et des joueurs des deux camps se sont livrés en conférence d'après-match Ernesto Valverde Est-ce un résultat juste ? "Que vous répondre, Conte dira non, mais moi je dirai oui. L’Inter a jouée une belle première mi-temps, le Barça est bien rentré dans la seconde. L’Inter est une grande équipe, elle vient de remporter 6 match sur 6 et cela se voit. En seconde mi-temps, ‘j’ai procédé à des changements afin de contrôler au mieux la partie." Messi ? "Il est unique, nous aurons toujours besoin de lui. Il n’est pas en condition physique, mais il récupère, c’est un joueur important et cela s’est vu." Nicolo Barella "Nous sommes venus ici pour jouer le jeu, nous voulions la victoire et nous allions de l’avant, même après l’égalisation, mais nous avons pris un but. C’est décevant, mais nous devons déjà penser au prochain match. Nous avons vu une équipe avec de la personnalité, mais c’est décevant lorsque l’on revient sans points, nous sommes déçus." Place à la Juve… "Nous voulons remporter tous les matchs, nous sommes l’Inter. Notre entraîneur est Antonio Conte et nous voulons gagner." Lautaro Martinez Une défaite imméritée ? "L’entraîneur a raison. Nous devons être triste de ce résultat, nous avons réalisé une très grande partie et nous méritions la victoire. Nous repartons triste, car nous ne sommes pas parvenu à faire un résultat, Conte a raison." "Même l’arbitre s’est rangé de leur côté, nous avons affronté un grand adversaire, en première mi-temps nous avions eu tellement d’occasions. En seconde mi-temps, nous avons fait une bonne prestation, mais nous avons perdu. "Lors des vingt dernière minutes, Barcelone s’est redressé et nous n’avons pas été parfait dans les moindres détails. Dans cette compétition, ce sont les détails qui font la différence et si tu te loupes face à ces champions, ils te punissent." "A présent, nous pensons à la Juve, qui est aussi un autre rival. Nous allons aborder lnter-Juve en faisant preuve d’une grande détermination. La Serie A est une compétition totalement différente, nous y réalisons des belles prestations, nous avons gagné tout les matchs. Nous devons tourner la page et démontrer qu’on veut gagner." Lionel Messi "C'était une rencontre compliquée, très dure car l'Inter est une très grande équipe et elle a joué de façon très compact en première période. Cela nous a compliqué la vie. A la reprise, nous nous sommes amélioré, nous nous sommes montré plus uni et nous sommes parvenu à remporter à la maison, ces trois points fondamentaux. Nous voulons terminer premier du Groupe et après le match nul de la première journée, nous devions absolument l'emporter. Ce groupe est très difficile." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. L’Inter réussi la passe de 5 en Serie A. Après l’avoir emporté face à une redoutable Lazio, Antonio Conte et certains joueurs se sont livrés à Inter TV. Antonio Conte "C’était une victoire qui a du poids, difficile, face à une équipe très forte qui travaille ensemble depuis 4 années et qui s’est renforcée lors de ces dernières saisons. Pour l’analyse, il faut scinder la rencontre en deux parties. En première période, je n’étais pas satisfait, nous avons débuté en étant agressif, nous avons cherché à rester haut et ils ont tenté de nous faire mal en contre." "Après le but, nous avions baissé notre garde, laissant la Lazio s’insérer et c’est un grand Handanovic qui a fait la différence. En seconde période, l’équipe est revenu avec plus de personnalité, nous les avons dominé en renforçant notre succès. Il nous a juste manqué un but pour tuer le match, nous aurions du mieux exploiter les occasions dès la reprise." "Cinq victoires de suite, ce n’est pas habituel, nous devons encore grandir, mais j’estime que nous sommes en train d’adopter la bonne mentalité." Danilo D’Ambrosio & Nicolò Barella DD33: "Ce qui compte, c’est lest trois points. Face à Milan, j’ai manqué de peu le but, mais par chance, mon erreur n’a pas été décisive. En première mi-temps, nous ne parvenions pas à pratiquer le jeu demandé par l’entraîneur, nous nous sommes secoués et nous avons mérité la victoire." "Nous aurions mérité d’inscrire un second but en seconde mi-temps pour assurer le résultat, mais au final, nous rentrons avec les trois points à la maison, c’est ce qu’il y a de plus important. Je me sens bien dans ce type de poste, être dans le cinq au milieu ou à trois derrière ne fait pas de différence. Lorsque tu as un entraîneur comme Conte, cela te permet de mémoriser la façon dont il faut jouer à un poste et à te donner à 100% à tous les matchs." "La Lazio est une équipe experte et de qualité dans tous ses secteurs. Si nous nous étions incliné ou réalisé un match nul, le résultat du Derby n’aurait eu aucun sens." NB23: "Je savais que cela allait être difficile, l’entraîneur m’avait prévenu, mais en seconde période, nous avons grandi. Mes équipiers et l’entraîneur m’aide énormément pour bien m’intégrer dans l’équipe. J’ai joué comme me l’a demandé Conte, j’ai toujours joué sur la gauche, mais j’irai là où le demande l’entraîneur." Mon raté ? "J’aurai dû faire mieux, heureusement que Danilo avait déjà pensé à marquer. Place à présent à la Sampdoria, nous devons continuer à gagner. Ensuite, nous aurons le temps de nous préparer pour le match face à Barcelone." Cristiano Biraghi "Lazzari me connait et il est parti pour me couvrir sur le côté gauche, j’ai donc décidé de rentrer sur mon pied droit et de réaliser un beau centre…." "Mon objectif était de revenir à l’Inter, je travaillais tous les jours pour cela. Je me donnerai quotidiennement au maximum pour cette équipe." Samir Handanovic "Aujourd’hui, c’était un match compliqué, la Lazio est une grande équipe. Nous avons souffert un peu en première période et nous aurions dû tuer le match. Nous avions eu de nombreuses occasions à la reprise, mais l’important reste la victoire. La défense commence de notre attaque, en seconde mi-temps, nous les avons mieux pressé et nous sommes parvenu à les sortir du match." Un but en cinq match ? "En Italie, ceux qui l’emportent sont ceux qui encaissent le moins de buts, il faut continuer ainsi. Chaque saison, je sens que je m’améliore, je ne m’impose aucune limite, je suis un joueur qui doit pouvoir s’améliorer s’il veut jouer. Je ferais un pas de côté lorsque je saurai que je ne serais plus capable de m’améliorer." "Aujourd’hui, c’était une victoire dans la douleur, mais elle reste très importante. Le championnat est très équilibré. C’était important d’obtenir les trois points, mais nous devrons travailler pour corriger les erreurs vues aujourd’hui." "Nous devrons aussi reprendre nos forces pour notre rencontre de samedi à Gênes." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Antonio Conte s’est livré en conférence d’après-match, tout comme plusieurs joueurs, suite à la contre-performance de l’Inter face au Slavia Prague: "Sincèrement, je ne peux pas être satisfait ni de la première mi-temps, ni de la seconde. Rien ne m’a plu. Je n’ai pas aimé le match, c’était une mauvaise prestation de notre part. Nous n’avons rien montré de notre idée du football, nous avons seulement fait usage de long ballon." "Je ne les entraîne pas à ça. Eux, ce sont montrés agressif, ils nous ont pressé mais nous nous entraînons sous pressions. Nous devons grandir, je ne considère pas qu’il s’agisse d’un beau match nul, c’est un laid match nul, c'est bien plus qu’un pas en arrière." "J’endosse la responsabilité, je n’ai pas su être aussi incisif comme j’aurais dû l’être dès le début et durant le match, tout comme dans la préparation de la partie. Je n’aime pas cela car ce n’est pas le football que je veux pratiquer. Quelqu’un m’a demandé si les long ballons étaient le plan B, mais il n’existe pas de plan B. Je n’aime pas les longues balles." "Nous devons nous améliorer sous tous les points de vue, aussi au niveau mental. Nous devons savoir faire preuve de stabilité aussi dans des moments de difficultés. Lorsque nous nous entraînons, nous le faisons avec une équipe qui nous attend dans la première moitié de terrain, et nous devons chercher à être bon dans la construction, afin de savoir surmonter ce type d'obstacle." "Nous travaillons sous pression comme pour tous les matchs que nous avons connu. Aujourd’hui, nous avons proposé que très peu, ils ont été meilleur en tout. Ils avaient plus d’envie, ils ont gagné à tout point de vue, ils nous ont été supérieur. Ces garçons peuvent être sereins et calmes car ils ont bien travaillé et ont tout donné. Je me dois de prendre la responsabilité car je n’ai pas été bon dans l’impact. Cela fait partie d’un, parcours." "Tant de personnes pensent que l’on arrive avec une baguette magique et que tout change du jour au lendemain…Il y a tant à changer, il faut savoir faire preuve d’auto-estime, de confiance et de stabilité dans les moments difficiles. Je suis touché, je suis ici dans ce but et je vais chercher à donner tout de moi-même pour aider ces garçons car ils le méritent, comme le mérites les tifosi qui étaient à nouveau nombreux." "Je n’aime pas parler des individualités après de si mauvaises sensations. Après une belle prestation oui. L’équipe a été en dessous de toute suffisance et je suis le premier à me prendre la note la plus basse et le bonnetd’âne. Personne n’était au niveau de suffisance aujourd’hui." Milan Skriniar "Le Slavia était un adversaire plus coriace à affronter comparé à nos trois matchs de championnat. Nous étions moins concentrés, nous aurions du jouer tout le match comme ce que nous avons proposé en toute fin de rencontre, nous aurions dû l’emporter." "La première partie est toujours la plus importante mais il nous en reste cinq. Nous devrons faire de notre mieux, mettre plus de grinta, de personnalité, sinon cela tournera mal. Il est difficile de dire ce qu’il nous a spécifiquement manqué." "Nous avions des difficultés dans la construction, mais nous devons parler de ce match en étant clair. Je suis impatient que le Derby arrive à présent, c’est un match différent des autres et il nous apportera le bon mental pour gagner." Romelu Lukaku "La première mi-temps était très difficile pour nous : Le Slavia l’a joué très physique. Dans les vingts dernières minutes, nous avons tenté de marqué, mais aujourd’hui ce n’était pas un bon match, surtout que nous ne l’avons pas emporté. Nous devrons travailler encore plus cette semaine." Mon dos ? "Ce matin, j’avais encore un peu mal, mais je serai déjà à l’entrainement ce mercredi avec le groupe. L’équipe se doit de travailler tous les jours pour atteindre les objectifs préfixés. Nous devons suivre le chemin qu’un club si ambitieux se doit d’atteindre. Tous ceux qui affronteront l’Inter devront savoir que ce sera difficile pour eux, nous devons être prêt à cela." Stefano Sensi "Je suis amer, car nous n’avons pas joué la première mi-temps que nous voulions. Nous avons connu, en seconde période, une réaction caractérielle, mais nous devons travailler pour répondre présent dans cette compétition où nous n’avons plus le droit à l’erreur. Demain, nous repenserons à nous erreurs et nous ferons une analyse de la rencontre." Le Derby ? "Nous devrons hausser notre attention car les tactiques importe peu dans un Derby, seule la grinta compte et on ne peut pas se planter." Danilo D’Ambrosio "On aurait dû faire plus. Ils sont venu nous presser haut et nous ne sommes pas parvenu à mettre en pratique tout ce que nous aurions voulu faire, le démérite est nôtre. Nous aurions dû jouer plus rapidement avec le ballon, peut être avec des une-deux comme nous le faisons à l’entrainement. Nous devons travailler sur ces erreurs pour ne plus les répéter." Le Derby ? "Nous devrons faire attention, être bon dans le pressing et lucide en possession de balle." Nicolo Barella "Ils ont été mieux organisé que nous, mais nous aurions dû faire mieux. Nous ne sommes toujours pas parvenu à faire ce que demandait l’entraîneur. A présent nous allons faire face à d’autres combats et nous devrons faire du mieux possible." "Je suis serein, je cherche à bien faire, le groupe m’a si bien accueilli et c’est normal d’avoir une période d’adaptation lorsque tu changes d’équipe. Nous sommes l’Inter et malgré ce partage, nous jouerons tous les matchs pour parvenir à nous qualifier en huitième." Le saviez-vous Tuttosport nous confirme que l’Inter va passer un sale quart d’heure: "Conte se fera entendre aujourd’hui, ce sera une rude reprise des entraînements." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Interviewé par la Gazzetta dello Sport, l'ex capitaine de l'Inter Beppe Bergomi a parlé de l'équipe de Conte et des recrues arrivées lors du mercato: "On voit déjà la patte de Conte. Le travail d'Antonio se voyait dès les premières minutes du premier match contre Lugano. Conte est comme ça, il part avec ses idées, transmet ses concepts aux joueurs qui doivent ensuite les intégrer et les utiliser très tôt. Je pense aux deux premiers matchs qui ont été très différents." Lecce a essayé de jouer au foot et a été massacré. A Cagliari par contre Maran a copié Conte et a laissé très peu d'espace. Il a fallu un exploit de Sensi avec ce penalty qu'il s'est procuré pour gagner le match". A propos de Sensi, peut-on dire que c'est la plus grande surprise de ce début de projet? "Même en Nazionale il a montré sa personnalité et ses qualités. Et puis je pense que sa force, c'est surtout le fait qu'il arrive à jouer à tous les postes du milieu à un très bon niveau. Regista, trequartista, mezzala, il sait tout faire et donne de très bons résultats. Je savais que c'était une bonne recrue, mais je n'aurai jamais pu prévoir qu'il serait déjà aussi décisif". Barella par contre n'a pas aussi bien démarré.... "C'est plus un joueur d'instinct et c'est peut-être pour cela qu'il a moins bien commencé. Il est arrivé en retard et ça se voit qu'il est encore en retrait sur le plan des automatismes mais il a toutes les qualités pour être le milieu de terrain typique pour le jeu de Conte: il a trois poumons, il sait récupérer des ballons, il sait s'insérer dans les espaces. Je vais être clair, Barella me plaît énormément". On attend encore de voir au complet la GDS. Pensez-vous que Godin, De Vrij et Skriniar auront du mal avec la défense à trois? "Je le pensais aussi mais dans les quelques minutes où Godin a joué à Cagliari, j'ai été surpris de son comportement à droite. Je croyais qu'il allait avoir tendance à rester collé à l'axe mais il a été parfaitement placé et s'est même permis de sortir de la défense balle au pied. Pour jouer à trois derrière, il faut savoir coulisser correctement pour maintenir la défense hermétique en phase défensive comme en phase offensive". A quel Sanchez faut-il s'attendre? "Je pense que ce n'est plus celui de l'Udinese qui était inarrêtable quand il avait de l'espace. A Manchester il a eu des soucis mais à Arsenal il a été très bon en étant plus proche des cages. Il a besoin d'être à 100% pour être décisif et Conte est fort pour cela, il sait remettre les joueurs sur pieds, mentalement comme physiquement, s'il revient bien sa qualité fera la différence". Lukaku, par contre est déjà bien à l'aise... "C'est mon type d'attaquant préféré. J'ai toujours aimé les buteurs forts physiquement, les Vieri, Ibrahimovic, Van Basten, ces joueurs là font la différence. Romelu est clairement la meilleure recrue de l'Inter, un attaquant complet qui aime jouer pour l'équipe, qui crée de l'espace pour ses coéquipiers et qui les encourage lorsqu'ils se ratent. Dans la profondeur, avoir un joueur comme le Belge c'est exceptionnel. Et puis quand on sait que les équipes de Conte jouent à mille à l'heure vers l'avant, c'est une bonne chose qu'il soit arrivé". Nous n'avons pas encore vu Lazaro à l'oeuvre... "Eh bien c'est un attaquant excentré, qui a toujours joué avec un latéral pour le couvrir, il va falloir qu'il s'adapte et apprenne le rôle de piston latéral et cela prend du temps". Allez, une question directe: l'Inter est-elle l'anti-Juve? "La Juventus reste plus forte mais la Serie A est dans une année avec beaucoup de changements, dans les clubs donc on ne sait jamais. Je dirais que si la Juve fait des faux-pas, l'Inter sera prête à en profiter. Ce qui est sûr c'est que le gap de 20 points des dernières années s'est résorbé". ®Samus - Internazionale.fr
  6. Stefano Sensi, actuellement en sélection avec son coéquipier Nicolo Barella, revient pour la Gazzetta sur ses premiers mois à Milan, mais aussi sur son principal concurrent en club et à la Squadra Azzurra, Nicolo Barella. Est-ce plus facile de gagner le scudetto avec l'Inter ou l'Euro avec l'Italie ? "Disons-le comme ceci : dans les deux cas nous travaillons pour tenter de remporter le titre correspondant." Vous avez plutôt bien commencé non ? "Je suis heureux et je dois remercier l'équipe et l’entraîneur car ils m'ont immédiatement intégré. A Milan il y a plus de pression mais aussi plus d'effervescence, d'une bonne manière. J'attends beaucoup de moi-même, je suis toujours focus et j'ai toujours envie de jouer." Premières impressions sur Antonio Conte : "C'est l'un des meilleurs entraîneurs actuels. Le simple fait de l'avoir sur le banc fait progresser. J'estime m'être déjà amélioré, surtout mentalement, alors que c'est tout récent. Les points communs avec Mancini ? Le jeu est différent. Conte se concentre davantage sur la verticalisation mais les deux ont la même soif de victoire." Votre grande flexibilité au milieu est très souvent loué, de la part de Conte ou de Mancini. "Avoir des milieux techniques et jouer aux côtés de Jorginho et Verratti, cela aide bien. A Sassuolo j'étais regista, ici à l'Inter c'est plus mezzala. J'ai toujours dit que là où je préférais être, c'est là où se passe le jeu. Avec Conte je me sens bien et dans ce foot moderne, si vous jouez à l'intérieur vous pouvez passer de regista à tout autre. Et j'aime aussi le rôle de milieu offensif. Pendant le match tout le monde est libre d'occuper l'espace, en suivant le mouvement. En tant que milieu de formation c'est plus simple d'aller vers l'attaque, d'aller jouer entre les lignes offensives." Certains disent que vous et Barella formez un milieu trop fragile : "Si Nicolo et moi ne jouons pas ensemble ce n'est pas une question de prouesse physique. Le jeu de l'équipe nationale est constitué de dribbles, de possession et la confrontation physique est moindre. Donc difficile d'exclure des joueurs comme Verratti et Jorginho. Nicolo et moi nous ne mesurons pas deux mètres c'est certain, je suis ce que je suis mais nous essayons de faire de notre mieux. Aujourd'hui ce n'est pas seulement le physique brut qui compte, c'est un football tellement rapide que la présence physique ne compte plus autant." Ça fait quoi d'être en concurrence avec Barella aussi bien en club qu'en sélection ? "Nicolo et moi sommes de bons amis. Nous jouons le même rôle mais dans une équipe, une saine rivalité est toujours bonne à prendre. Il n'y en aura jamais de mauvaise entre lui et moi. Que ça soit en Nazionale ou à l'Inter." Quels sont les pièges de ce double déplacement en Arménie et en Finlande ? "Deux rencontres compliquées chez eux où le plus important est de ne pas les sous estimer, tout en gardant la concentration et le sérieux démontrés dans les autres matchs." Pour finir un petit mot sur Icardi et son prêt à Paris. Une libération pour lui et l'Inter ? "L'équipe a toujours pensé à bien travailler et à rester concentré sur ses objectifs. Ce n'est pas une libération, simplement un problème que la société avait à traiter." ®gladis32 - internazionale.fr
  7. Le Corriere dello Sport a interviewé en exclusivité l'une des recrues de l'Inter, Nicolo Barella. Le joueur a parlé des négociations avec les nombreux refus, de Conte mais aussi de ses débuts avec l'Inter lors de la tournée estivale avec son nouveau numéro 24. "Ce fut une belle émotion. L'Inter me voulait vraiment et moi aussi je voulais rejoindre ce club, j'attendais ce moment depuis tellement longtemps. La préparation est dure, au début c'était assez difficile de suivre le rythme imposé par Conte. Je pense qu'ils sont aussi durs que les entraînements de Zeman avec les montées de marches. Ici par contre on court surtout avec la balle avec un rythme élevé. Conte ne laisse rien au hasard, le fait qu'il me contacte m'a fait me sentir important et c'est gratifiant d'avoir l'estime d'un des meilleurs entraîneurs au monde". Les refus - "En janvier, j'ai refusé Naples parce qu'avec Cagliari nous étions d'accord pour que je finisse la saison au club et qu'on avise ensuite. On m'a informé de l'intérêt des azzurri mais je ne voulais pas quitter le club en hiver. Les gros salaires que l'on m'a proposé ? Je ne me suis jamais focalisé sur cela durant ma carrière, je mets l'ambition d'abord, mon bien et celui de ma famille, l'argent vient après. La Roma? J'ai été clair avec Giulini, s'il ne trouvait pas d'accord avec l'Inter je serais resté en Sardaigne, je n'étais pas particulièrement pressé de quitter ma maison, heureusement l'accord a été trouvé entre les clubs. Pour moi l'offre des nerazzurri était la bonne, en terme d'ambition, c'était une opportunité à ne pas manquer. Je laisse les portes ouvertes à un retour à Cagliari un jour, on ne sait jamais dans la vie." Cagliari - "Après avoir signé, la rencontre a été assez étrange. Il a été mon président pendant 5 ans mais nous étions tous deux contents et nous nous sommes donc séparés en se souhaitant bonne chance car personnellement j'espère que Cagliari arrivera à atteindre ses objectifs. Si les supporters me sifflent ? Je sais que certains n'ont pas bien pris mon départ. Mais s'ils me sifflent, je ne ferai rien contre mon peuple, j'accepterai. En tant que peuple insulaire et isolé, nous, sardes, sommes très liés à notre terre, j'aime le peuple sarde. J'ai reçu tellement de messages, j'en ai attendu aussi de certains qui ne sont jamais arrivés mais j'en ai reçu de très beaux comme ceux de Conti, Deiola, Ceppitelli". Son prix - "Dans le passé, il y a eu des joueurs avec des valeurs clairement plus hautes que la mienne mais les prix pratiqués n'étaient pas les mêmes, regardez Vieri par exemple. L'argent dépensé pour me transférer n'est qu'un stimulant en plus, pour moi. L'Inter m'a convaincu avec un projet sérieux et ambitieux, c'était mon premier choix et je pense que c'est le club parfait pour évoluer. Avec un entraîneur comme Conte, l'objectif reste toujours de gagner". Les rivaux et les italiens - "La Juventus est une grande équipe, ils ont un effectif important mais même pour eux ce ne sera pas évident car ils ont un tout nouvel entraîneur avec des idées différentes. Les nombreux italiens à l'Inter ? Ce sont des choix du club, pour le groupe avoir beaucoup d'italiens est mieux. Je suis arrivé, avec Stefano (Sensi, ndlr) mais il y a déjà Politano, "Gaglia", Ranocchia, D'Ambrosio... Ils m'ont bien aidé à m'intégrer. Un milieu Gagliardini - Sensi - Barella ? On se connaît bien tous les trois mais Brozovic est important pour l'équipe, son absence se ferait sentir". Son idole - "C'est Stankovic, j'ai toujours cherché à jouer comme lui, c'est à dire que les matches amicaux n'existent pas, il faut toujours aller à 100 à l'heure sans rien garder en réserve. Il avait aussi une énorme frappe de loin, quelque chose que je lui envie. Ma famille intériste ? Mon père est supporter de Cagliari, mais il sera dorénavant aussi pour l'Inter, mais mes cousins et mes oncles sont tous intéristes". Son numéro (24) - "Je ne sais pas encore si c'est le définitif. Je l'ai pris parce que c'est le jour de la naissance de ma première fille, Rebecca. L'autre, Lavinia, est née le 18, le numéro que j'avais à Cagliari et que je porte en Nazionale. A Cagliari c'est le président qui me l'avait donné, convaincu qu'il me porterait bonheur, il n'avait pas tort. A présent je veux juste marquer encore plus de buts et aider l'Inter avec des buts en plus de mon travail de milieu de terrain". Nainggolan - "Il est hors du projet ? Nous avons le même agent, c'est aussi un de mes amis. Nous venons de la même ville car c'est un cagliaritain adopté et nous nous fréquentions là-bas. C'est quelqu'un que j'estime". La Nazionale - "Je suis très heureux d'avoir la confiance de Mancini. Jouer avec Jorginho et Verratti m'aide beaucoup à m'améliorer, à être plus prêt pour l'Inter. Ça m'a fait mal de rater la qualification pour la demi-finale avec l'U21, c'était aussi une question de formule, mais bon, même si nous avons été éliminés nous avons un groupe de qualité". Ses hobbies - "J'ai appelé mon chien LeBron, j'adore LeBron James. J'ai 10 tatouages, l'un deux est dédié à ma première fille, nos doigts entrelacés comme la première fois que nous nous sommes vus et j'en ajouterai aussi un pour la plus petite. J'en ai aussi un pour la reprise de volée que j'ai marqué avec la Nazionale". Milan - "Je cherche encore une maison. Si quelqu'un veut bien m'aider..." Rédigé par Samus - Internazionale.fr
  8. Cette première semaine de préparation à Lugano étant actée, l’Inter est prête à rejoindre Singapour, première étape de la tournée asiatique des Nerazzurri. Pour cette seconde compétition, Antonio Conte aura, à sa disposition, trois nouveaux éléments : Nicolò Barella, Matias Vecino et Alessandro Bastoni. Diego Godin et Lautaro Martinez, eux, sont autorisés à rejoindre le groupe plus tard. Les trois compères en route vers l'Asie seront accompagnés de Radja Nainggolan. Voilà ce que nous révèle le Corriere Dello Sport “Radja Nainggolan, comme prévu, n’était pas convoqué pour l’amical face à Lugano. Mais il décollera, tout comme ses équipiers, de Malpensa à destination de Singapour. Le Ninja s’est entraîné correctement ce dimanche matin, mais il n’a pas assisté à la rencontre de ses équipiers, suite à une autorisation obtenue par le Club, dont la direction était présente en Suisse : Marotta, Antonello, Ausilio et Baccin." "Cette autorisation a rentrer plus tôt avait comme motif de rejoindre sa famille. Sur la piste de décollage en direction de l’Asie, Radja ne croisera pas Icardi, mais Politano qui continuera sa thérapie pour être disponible, sur le terrain, le 27 juillet face à Paris." "Colidio, qui n’est pas au top de sa forme suite à des problèmes intestinaux, sera lui aussi de la partie. On retrouvera également la nouvelle acquisition Barella, qui a obtenu son visa, Bastoni et Vecino. Diego Godin est attendu à Nankin, lui qui même s’il est en vacances, continue à s’entrainer. Lautaro Martinez rejoindra les Nerazzurri, à la fin du mois de juillet, à la Pinetina." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Nicolò Barella est interiste. L’officialisation aura lieu très prochainement après la fumée blanche de ce début de semaine. L’ultime aval doit arriver de Chine, pays où Steven Zhang y a pris son envol pour des raisons professionnelles liées au Suning. Il y restera jusqu’au au terme de la tournée Nerazzurra. Le transfert permettant l'arrivée de Nicolò Barella est donc ans sa dernière ligne droite. Ce lundi, Giulini et Marotta ont continué à s’entretenir loin des regards indiscrets. Une réunion s’est tenue également entre Marotta et Ausilio, qui ont discuté, passé 23h00, avec Steven Zhang. Le Président a marqué son accord pour établir et traduire les contrats. Cette opération explique qu’il faudra encore faire preuve d’un peu de patience avant de voir l’officialisation du transfert, il ne s’agit-là que d’une simple formalité. Beltrami était présent ce mardi au siège du club, afin d’être mis au courants des nouveautés pour Barella. Des contacts ont également eu lieu entre l’Inter et Cagliari pour finaliser les derniers millions encore en ballottage, entre insertion dans le prêt, obligation de rachat et bonus. La formule trouvée permettra à l’Inter de ne pas trop surcharger son bilan 2019-2020, cette formule sécurise également Cagliari. Sans contrepartie-technique, Giulini a confirmé qu’il était un fin négociateur, lui qui pourrait percevoir une somme proche des 50 millions d’euros exigés. L’Inter, elle, disposera dans ses rangs d’un international italien du futur. Reste juste à définir la somme du prêt payant qui devrait être de 10 millions d’euros. 30 millions devront être déboursés l’année prochaine. 5 millions de bonus atteignables ont été retranscrit. 5 autres millions de bonus "plus difficile" à atteindre ont été également repris. S’il semble compliqué de voir l’officialisation ce jeudi, la journée de vendredi pourrait être la bonne. Le Saviez-Vous ? Barella, qui a disputé l’Euro U-21, profite de vacances bien méritées jusqu’au 22 juillet. Nicolo est prêt à raccourcir ses congés afin de s’envoler dès mardi avec l’équipe pour Singapour. Si le joueur est motivé, il devra toutefois se soumettre à la traditionnelle visite médicale et obtenir son visa pour la Chine. Nicolo a demandé a porter le numéro 18, qui appartient pour l'instant à Kwadwo Asamoah. Nicolo Uno Di Noi ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Le compte à rebours pour voir Nicolò Barella sous la chemise des Nerazzurri a officiellement commencé. L’accélération d’hier entre l’Inter et Cagliari a provoqué un tournant, le milieu de terrain étant prêt à être enfin transféré après une interminable négociation. La rencontre de cet après-midi avec l'agent Alessandro Beltrami a servi à informer le directeur de Barella de la clôture imminente de l'accord avec les rossoblù. La visite médicale et la signature du contrat sont prévue pour vendredi. En ce qui concerne les engagements, l’accord porte sur : 5 ans à 2,5 millions d’euros par saison plus les primes. Mais ce n’est pas tout... L'arrivée du premier engendre le départ du second. En effet, il se trouve que lors de la réunion entre Beltrami et les dirigeants Nerazzurri, il a également été question de l'avenir de Radja Nainggolan qui, comme on le sait, ne fait pas partie des projets de la société et de Conte. Du côté du joueur, l'ouverture à la destination chinoise a été réitérée, il est donc à l'écoute des offres entrantes. Des offres qui, toutefois, du moins pour le moment, ne sont pas encore arrivées, à part quelques demandes d’informations. Une situation, celle de Nainggolan, qui devra être résolue rapidement compte tenu de la fermeture du marché chinois le 31 juillet, dans trois semaines. À cette date, une proposition convaincante devra être présentée à la société et à Nainggolan lui-même. Le mercato viens d’ouvrir, affaire à suivre... Rédigé par Davis_Bloom - Internazionale.fr
  11. Nicolò Barella est interiste. Cette information peut déjà être confirmée. Voici un rappel des faits : "Selon Di Marzio, les parties étaient très proche hier, seule la méthode de paiement devait être définie sur une base de 45 millions d'euros. Selon Sky Sport, Giulini aurait accepté de partir sur un prêt payant d'un an avec un droit de rachat." Voici ce que nous révèle la Gazzetta Dello Sport Le but a été atteint et les appels de Conte à Nicolo Barella vont pouvoir prendre fin. Place à présent à voir l'italien s’épuiser et travailler à l'entrainement en vue de la tournée asiatique. En effet, après de multiples échanges, de tractations, de coups d'arrêt, d'insertions de rivaux, le dénouement tant attendu est sur le point d'arriver. Nicolo Barella va rejoindre officiellement l'Inter d'ici à la fin de cette semaine. Une nouvelle réunion est prévue entre les Directions de Cagliari et de l'Inter, la thématique de cette dernière sera de parapher le contrat et de valider la formule d'achat. Beppe Marotta, Piero Ausilio et Steven Zhang ont travaillé dur pour obtenir un tel résultat Cagliari a accepté de passer de 50 à 45 millions d'euros proposé par l'Inter. L'opération sera réalisée en 2 parties Un prêt payant de 12 millions d'euros Une obligation de rachat au cours de l'année pour une somme estimée entre 28 et 30 millions d'euros Un bonus de 5 millions d'euros Aucune contre-partie technique (Pas de Dimarco, ni d'Eder, ni de Bastoni) La réunion tant attendue devrait avoir lieu soit ce mercredi, soit ce jeudi. Le Saviez-vous ? Cagliari avait "déjà" vendu Barella pour 46 millions d’euros et il ne s’agissait pas de la Roma. En effet, Maurizio Pistocchi a révélé que Cagliari avait travaillé en parallèle avec le Napoli pour disposer d’une voie de sortie. Napoli et Cagliari avaient trouvé un accord : Rog évalué à 6 millions d’euros et Ounas estimé à 10 millions d’euros, le tout assorti d’une somme de 30 millions d’euros. L’évaluation avalisée était donc de 46 millions d’euros. On ne la fait pas à Marotta ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. L’Inter ne compte pas abdiquer et compte s’attacher les services de Nicolò Barella. Voici ce que nous révèle la Nuova Sardegna : "L’avenir de Nicolò Barella sera décidé en milieu de semaine, lorsque le Président de Cagliari Tomasso Giulini et l’Administrateur-Délégué de l’Inter, Beppe Marotta, se rencontreront à Milan. Le bras de fer devrait prendre fin, étant donné que les deux dirigeants se sont entendus par téléphone récemment et qu’il ne reste qu’à définir le jour, le lieu et l’heure du rendez-vous, qui quoiqu’il arrive s’avèrera décisif." "La volonté de conclure l’affaire émane aussi de déclarations de Marotta en personne, qui a affirmé que Radja Nainggolan ne rentre plus dans le projet interiste. Le poste occupé par l’ancien sarde et romain est très similaire à celui du jeune milieu de terrain Rossoblù et de la Nazionale. Le départ du belge au milieu de terrain trouve son origine dans le choix de le réserver à Barella, qui face à la proposition de la Roma, a préféré ne faire aucun mystère en optant pour Milan comme destination." "Lors de cette entrevue avec Giulini, l’Inter va rehausser son offre, comparé au 35 millions d’euros plus 5 de bonus initialement prévu, l’Inter va proposer 40 millions d’euros plus 5 millions de bonus sous diverses formes, une somme donc très proche des 50 millions exigés par Giulini qui considère 50 millions d’euros comme la somme juste pour se séparer de son joyau." "De son côté, le Président de Cagliari pourrait accepter et signer cette proposition ou avancer une nouvelle contre-proposition en proposant un paiement de 36 millions d’euros cash plus l’insertion à titre de vente définitif du défenseur central Alessandro Bastoni qui a évolué à Parme, voir du latéral gauche Federico Dimarco, qui a lui aussi évolué chez les Gialloblù." "Dans un tel cas de figure, la décision reviendra à Marotta qui pourrait accepter ou relancer avec l’offre précitée, car l’Inter n’est pas disposée à aller plus loin. Le face à face entre les deux dirigeants sera donc fondamental car, il est possible que l’accord que tout le monde souhaite se voir réaliser, puisse avoir lieu, mais qui pour l’heure, n’a pas encore été défini." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Lundi dernier, le Président de Cagliari, Tommaso Giulini, avait révélé lors de l’Assemblée de la Lega, avoir accepté officiellement l’offre de la Roma, octroyant 48heures au joueur pour se décider. Pour Nicolo Barella, il n’aura pas fallu attendre un tel laps de temps pour confirmer son intention de rejoindre l’Inter. Le problème persistant étant la différence entre l’offre et la demande, un blocage qui perdure depuis des semaines et qui met en évidence un travail de fond en matière de médiation de la part d'Alessandro Beltrami. Même si Marcello Carli, le Directeur Sportif de Cagliari, est présent en Lombardie, l’opération Barella devrait rentrer dans sa dernière ligne droite lors du retour au pays de Giulini, qui a déjà pris acte et est conscient de la volonté du joueur. De plus, Petracchi démolissant la transaction et encensant la volonté de Barella de rejoindre l’Inter, a confirmé le retrait officiel de la Roma dans cette transaction. Giulini se retrouve donc au point de départ avec l’Inter. Le club Rossoblu reste toujours ferme sur la somme exigée : 50 millions d’euros, la partie fixe de l’Inter est de 36 millions d’euros. Pour finaliser le transfert immédiatement, il aurait fallu augmenter les bonus jusqu’à 14 millions d’euros. L’Inter reste campée sur ses positions, même si elle est prête à augmenter la partie fixe à 38 millions d’euros plus bonus. L’évaluation du duo Beppe Marotta et Piero Ausilio font état qu’ils n’iront pas plus haut que 45 millions d’euros. L’insertion d’Eder a échoué, il coûte trop cher pour les sardes. Federico Dimarco ne convainc pas non plus. Cagliari préférant solliciter un prêt de Luca Pellegrini passé récemment à la Juventus. Giulini prêt à céder ? La principale nouveauté dans cette transaction est la volonté de Nicolo. Étant donné qu’à présent, la différence entre l’offre et la demande ne serait "que" de 5 millions d’euros, la sensation est que l’Inter et Cagliari vont faire en sorte de satisfaire la volonté du joueur, parti en vacance en Sardaigne, et non en France, qui est en attente de nouvelles. Validez-vous cette nouvelle proposition : 38 millions d’euros + 7 millions d’euros de bonus ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. La vie actuelle de Nicolo Barella est loin d'être un long fleuve tranquille. Courtisé par la Roma, il ne jure que par l'Inter. Une situation qui ne convient pas au Président de Cagliari, Giulini, club pour lequel Nicolo est justement le Capitaine. Voici ce que nous révèle le quotidien romain "Il Tempo" "Hier matin, Giulini le Président de Cagliari, a communiqué au joueur et à son entourage que toute cette situation devra prendre fin au plus tard jeudi soir. Ces derniers ont jusqu'à cette date pour convaincre l'Inter d'augmenter son offre actuelle qui s'élève à 36 millions d'euros dont 4 de bonus sont à octroyer." "Les alternatives sont les suivantes en cas de non-relance de Marotta. Ou Barella accepte de rejoindre la Roma, un club où il a indiqué ne pas souhaiter signer, ou alors il restera une saison de plus en Sardaigne." "Pour l'heure, les Nerazzurri ne se sont approchés que de façon très minime de l'offre proposée par la Roma : 35 millions d'euros cash et Defrel en contre-partie technique." Que feriez-vous à la place de Marotta ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. A la Casa Inter, il n’y a pas que le cas Icardi qui tient en haleine les tifosi et la direction sportive, la transaction relative au recrutement de Nicolo Barella rentre également dans le vif du sujet. Afin de pouvoir s’attacher ses services, voici ce que nous révèle La Repubblica Si le futur d’Icardi est lié à celui de Lukaku, il en va de même pour Nainggolan qui est lié avec Nicolò Barella. Les deux joueurs ont le même agent, Alessando Beltrami, qui a pris possession de la convocation du Ninja à Lugano, pour le compte du joueur. Dans l’éventualité où le milieu de terrain de la Nazionale vient à arriver à l’Inter, un club qu’il a déjà choisi, mais où il y a lieu de discuter avec Cagliari après la tentation de la Roma, les Zhang auraient pris la décision de libérer Nainggolan de l’Inter. Comment ? Radja Nainggolan pourrait continuer à percevoir son salaire de 4,5 millions d’euros net… en Chine, au Jiangsu Suning plus précisément. Une solution qui pourrait satisfaire le joueur qui ne souhaite plus rester en Italie pour raisons personnelles. Le saviez-vous ? D’autres joueurs qui partiront à Lugano sont aussi sur le départ : João Mario (Monaco), Borja Valero (son salaire pose problème) Dalbert (Lyon) et Karamoh (Parme) iront en Suisse avant de ne plus jamais revenir à Milan. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Savoir que Nicolò Barella ne jure que par l’Inter est désormais acté. Lundi, le président de Cagliari, club où évolue l’international italien, a fait les frais de l’attachement de Nicolo pour l’Inter, lui qui voulait le voir signer à la Roma. Nicolo s’est montré très clair, il ne veut que l’Inter et n’étudie aucune autre alternative, qu’il s’agisse du Napoli, de l’Atletico Madrid, de la Roma… Selon Fcinternews.it, la situation devrait se décanter dans les prochaines heures, voir les prochains jours. La raison ? La présence quasiment permanente d’Alessandro Beltrami, l’agent de Nicolo, à la viale della Liberazione. Qui plus est, le Directeur Sportif de Cagliari, Carli, a atterri à Milan. Preuve en est qu’une rencontre, très certainement décisive, aura lieu entre les deux équipes. D’après les premières tendances, la situation pourrait déboucher sur une issue positive… Barella se rapproche toujours plus de l’Inter. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Intervenu aux micros de TMW Radio, Marco Branca ex directeur technique de l'Inter a parlé du mercato des nerazzurri en se focalisant sur le dossier Barella mais en abordant aussi les négociations pour Lukaku et Dzeko. Icardi-Higuain "Ils n'ont pas le même âge et sont à des moments différents dans leur carrière. Ils sont tous les deux en difficulté, c'est compliqué de choisir l'un des deux". Barella "Il a les qualités pour bien faire, que ce soit à la Roma comme à l'Inter. Comme toujours à la fin, c'est le joueur qui décide où il veut jouer. Je sais qu'il a une préférence pour l'un des clubs tandis que l'autre club a un accord avec Cagliari, mais c'est lui qui choisit et non Cagliari. De toute manière, la plupart du temps on arrive à un compromis. C'est au joueur de choisir avec conviction". Le mercato de l'Inter "Concernant l'attaque, je pense que le seul qui est opérationnel est Lautaro Martinez, qui a montré son potentiel et le confirme à la Copa America. Le choix de son coéquipier en attaque revient à l'Inter. Lukaku et Dzeko ont certaines caractéristiques similaires. A Conte de trouver un schéma pour faire fonctionner l'attaque mais aussi la défense. Je préfère le second car il est plus technique". Rédigé par Samus - Internazionale.fr
  18. Le Président de Cagliari a voulu jouer et redistribuer les cartes, mais de Milan à Rome, il n’y a qu’une seule réelle certitude : Nicolò Barella s’est promis à l’Inter. Éléments d’explications Voici ce que nous explique le quotidien romain, Il Tempo, dans son édition du jour : "Malgré les déclarations publiques de Giulini, Barella continuera à maintenir sa promesse faite à l’Inter, celle d’épouser son projet. A Rome, personne n’était surpris par les déclarations du Président de Cagliari, ils savaient, en toute connaissance de cause, que le plus dur serait de parvenir à extirper l’idée du milieu de terrain né en 1997, dans son idée de rejoindre les Nerazzurri." "Giulini appréciait la proposition de Petrachi, à savoir une somme de 35 millions d’euros plus l’insertion de Defrel en contrepartie technique, un joueur qui séduisait le Sarde. L’Inter conserve toutefois l’avantage, surtout grâce au pressing passionnant de Conte qui a convaincu Barella au point de vue sportif du projet." "Le garçon et son agent Beltrami ont à nouveau informé Petrachi qu’ils avaient l’intention de respecter la parole donnée à Marotta, qu’il ne s’agissait pas d’une question économique, car l’offre quinquennale de la Roma était plus importante." "Vu cette situation, l’équipe basée à Trigoria a décidé de viser un nouvel objectif, en comprenant bien que Barella se sent déjà virtuellement comme un interiste. De plus, en cas d’échec dans les négociations, il se pourrait également que le joueur décide de rester de lui-même à Cagliari." Le saviez-vous ? Outre le fait qu’un accord sur le contrat a déjà été trouvé entre l’Inter et le Clan Barella, nous apprenons par Sport Mediaset que le joueur a déjà fait l’acquisition d’une maison à Milan, afin d’être encore plus au centre du projet Conte. Qui plus est, Sky Sport nous confirme également que l’Inter était l’équipe que supportait Nicolo étant enfant, et c’est également à cet égard que le joueur à décider de se lier avec l’Inter, une situation qui n’est pas près de changer : Le choix de Barella de dire oui à l’Inter reste très important. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. N’est pas un Grand d’Italie qui veut, c’est en partie la leçon à retenir pour la Roma qui a tenté de "chiper" Nicolo Barella à l’Inter. Fort de l’accord trouvé avec Giulini, la Louve a tenté le tout pour le tout avec le milieu de terrain de la Nazionale, en espérant que ce dernier briserait le pacte moral qui le lie à la Beneamata. Comme nous le révèle le Corriere Dello Sport, la Roma avait proposé une offre supérieure en tout point à celle de l’Inter. Petrachi avait offert au joueur un contrat de 5 ans, un salaire de 3 millions d’euros plus bonus, soit 500 000 euros de plus que l’offre de l’Inter. Réponse du principal intéressé Nicolò Barella veut rejoindre l’Inter, voici le résumé de la situation via La Gazzetta Dello Sport : "Nicolo a déjà exprimé sa volonté depuis longtemps et il a démontré, à plusieurs reprises, sa gratitude envers le club qui lui a permis de grandir, de se révéler au fil des années, grâce à qui il a rejoint la Nazionale. "L’été dernier, il a refusé l’offre de l’Atletico car il avait une mission à terminer, à savoir le sauvetage de Cagliari, il avait également refuser de rejoindre, pour cette même raison, le Napoli et un contrat de 4 millions d’euros par saison." Di Marzio confirme la rétractation de la Roma En effet, Gianluca Di Marzio, s’est livré sur les dernières heures qu’à connu Barella, lui qui a réitéré son intention d’épouser exclusivement la cause interiste: "La Roma a pris connaissance de la réponse du joueur et a décidé d’agir en conséquence. Actuellement, elle a relancée la piste Veretout qui évolue à la Fiorentina." "Barella a conservé son premier choix, la première équipe qui l’a contacté et le premier entraîneur qui l’a appelé : Antonio Conte. Si Giulini souhaitait faire monter les enchères via l’insertion de la Roma, à présent Petrachi, nouveau Directeur Sportif Giallorosso, étudie déjà d’autres pistes." Le Saviez-vous ? L’Inter compte faire passer la pilule à la Roma. La Louve qui met des bâtons dans les roues en vue du transfert d’Edin Dzeko au Milan Nerazzurro risque bien de tout perdre. En effet, Giuseppe Marotta a décidé de cesser toute tractation avec le club de la Capitale. Fort de l’accord établi avec Edin, le joueur sera à nouveau courtisé en janvier. En fin de contrat à l’été 2020, le joueur pourra être recruté à paramètre zéro. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Qu’on le veuille ou non, l’Inter d’Antonio Conte fait déjà peur en Italie. En effet, même si l’équipe, jusqu’alors entraînée par Spalletti, était bien loin des standards imposés par la Vieille Dame, il semble que cette dernière n’apprécie guère le fait de voir l’Inter avoir l’intention de revenir sérieusement sur le devant de la scène. La Roma tient la chandelle La saison à venir pourrait s’avérer très belle, avec la Juve de Sarri, le Napoli d’Ancelotti et l’Inter de Conte, les trois écuries pourraient disputer une saison à part, une saison bien plus palpitante que la dernière écoulée. Entre l’Inter et la Roma, les relations se détériorent. Conte en premier lieu, Dzeko prêt à rejoindre Milan, Barella qui a donné sa parole à l’Inter en déclinant l’accord obtenu entre la Louve et Cagliari…la relation diplomatique entre les deux rivaux du passé est extrêmement tendue, surtout que la bande à Marotta est prêt à faire payer la Roma à la sauce Milanaise. En effet, l’Ac Milan qui s’était inséré dans le dossier Barella a vu l’Inter lui souffler Stefano Sensi… L’Inter est donc prêt à faire payer la Roma en étant disposé à payer, selon la Gazzetta Dello Sport, la clause libératoire de Lorenzo Pellegrini, considéré comme le premier remplaçant en cas d’échec de recrutement de Barella. La Roma, de son côté à décidé de s’allier avec la Juve qui compte bien mettre des bâtons dans les roues de l’Inter afin de faire échouer le recrutement d’Edin Dzeko. En effet, l’échange Spinazzola-Luca Pellegrini a marqué la signature d’un pacte commun. Celui de parvenir à respecter les critères du fair-play-financier pour le club de la Capitale. De fait, la Roma n’est plus dans l’obligation de libérer l’attaquant désiré par Conte. Conséquence, le Club de Palotta exige à présent 20 millions d’euros et pas un euro de moins pour se passer des services du bosniaque. L’Inter qui n’a guère apprécié ce comportement à donc brandi la menace Pellegrini. Si La Roma continue à faire monter les enchères pour Barella, l’Inter a fait part de son intention de payer la clause libératoire. Vendetta L’Inter souhaite toujours recruter Nicolò Barella. Désiré par Conte, il a décidé de rejoindre l’Inter alors que Cagliari et la Roma se sont entendus sur la transaction à réaliser. Voici l’avis de la Gazzetta Dello Sport sur cette situation ô combien complexe : "Malgré ce qu’il se dit dans le quartier général milanais, Suning a pris la décision d'accélérer le tempo et de désarmer son adversaire. De fait, Beppe Marotta et Piero Ausilio, en accord avec Conte, ont décidé de stériliser la transaction de Barella. Même s’il est vrai que le joueur est partant pour rejoindre l’Inter et que son agent Alessandro Beltrami a confirmé depuis longtemps cette décision, l’Inter ne compte pas surenchérir la proposition faite à Giulini : 36 millions d’euros plus 4 de bonus avec l’intégration ou pas d’une contre partie technique. Le joueur devrait lui percevoir 2,5 millions d’euros." Pour l’heure, la situation est en arrêt total, ce lundi Marotta rencontrera Giulini. Si l’Inter vient à se rétracter, elle disposera toutefois de 36 millions d’euros à investir… Une somme qui pourrait être employée pour déforcer la Roma en payant la clause libératoire de 30 millions d’euros, payable en 2 ans, de Lorenzo Pellegrini. Un joueur dont l’agent Giampiero Pocetta a confirmé avoir reçu, dans le courant de ces dernières heures, un appel "intriguant." Il restera par contre à convaincre le joueur qui croit toujours au projet romain.... Le saviez-vous ? En cas de recrutement de Lorenzo, celui-ci retrouverait une ancienne connaissance en la personne de Stefano Sensi, ces deux derniers ont évolué ensemble à Sassuolo. Et lorsque l’on sait que Conte apprécie également énormément Pellegrini…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer un condensé de la situation actuelle concernant le Mercato Nerazzurro actuellement en cours. Nicolò Barella devrait rejoindre l’Inter. Même si pour l’heure, la Beneamata ne satisfait pas encore les prétentions économiques de Giulini qui exige 50 millions d’euros, son recrutement sera acté, car avalisé par le Suning. Une transaction qui sera impactée sur le bilan de la saison prochaine. Si le club sarde avait accepté la proposition romaine et les contreparties Defrel et Luca Pellegrini, l’international italien est parti en vacance avec la ferme intention de poursuivre sa carrière en Nerazzurro. Le surplace actuel convient donc au Suning qui se voit conforter dans sa position, fort du feeling qui le lie au joueur et à son entourage. Selon As Chile, l’Inter compte attirer cet été Arturo Vidal, un joueur désiré l’année dernière. L’arrivée de Conte sur le banc Nerazzurro confirmerait le regain d’intérêt pour le chilien. L'AC Milan est également intéressé par les prestations du Blaugrana, mais un appel de Conte pourrait faire la différence. Transféré pour 19 millions d’euros, Vidal peut partir à présent contre une somme de 30 millions d’euros. L’Inter tente de convaincre le champion d’Espagne d’intégrer dans la transaction, Radja Nainggolan, qui semble définitivement écarté du projet. Le Ninja souhaite un face-à-face avec le natif de Lecce afin de lui faire part de sa motivation de rester en Lombardie. Parme souhaite s’attacher les services de Karamoh. L’Inter évalue la situation et table également sur une possible revente. Pépé ne rejoindra pas l’Inter contre une somme estimée de 80 à 90 millions d’euros. Duncan Castel du "The Transfer Window Podcast" a démenti l’information : "L’Equipe a déclaré que l’Inter avait offert une somme de plus de 80 millions d’euros, une somme bien plus importante que la valeur du joueur demandée et exigée par Lille. J’ai demandé à Lille et ils m’ont répondu qu’aucune offre officielle n’est arrivée de la part de l’Inter, encore moins pour ces chiffres." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. La légende Sandro Mazzola s'est entretenu pour le site numero-diez.com. Il a évoqué le mercato à venir, l'arrivée de Conte, le titre. Extraits. CONTE "Au fil des ans il a démontré sa grande personnalité et sa capacité à donner un jeu précis à ses équipes. Je pense qu'il réussira, car il sait comment aligner ses joueurs. Même au niveau du charisme il apporte un plus. C'est un champion." GODIN "J'aime Godin, et pas qu'un peu. Il a tout ce qu'il faut pour rendre fous les tifosi !" SENSI & BARELLA "Nous avons vu avec les U21 que Barella était capable d'assumer de plus grandes responsabilités, tandis que Sensi on peut le voir le faire avec Sassuolo tout au long de la saison." LUKAKU "Globalement j'aime bien, même s'il alterne les performances bonnes et mauvaises. Il doit être plus régulier. Au côté de Dzeko il pourrait très bien faire. J'ai un faible pour le bosnien, il possède une compréhension du football supérieure à la moyenne. Ce serait un duo qui ne laisserait pas beaucoup de marge d'erreur aux défenseurs adverses. Le seul problème serait la place de Lautaro, qui resterait en marge du projet." SCUDETTO "Si c'est possible de déranger la Juventus ? Je sais où l'Inter peut aller, mais pour ne pas porter malheur je ne dirai rien." lache-t-il avec le sourire... ®gladis32 - internazionale.fr
  23. Nous vous l’avions indiqué hier, la situation relative au transfert de Nicolò Barella entre Cagliari et l’Inter a connu un coup d’arrêt. Outre l’insertion du Paris-Saint-Germain de Leonardo, qui pourrait décider de se rabattre sur Tonali (une offre de 30 millions a été proposée mais refusée car Empoli en souhaite 35), la Roma a également tenté sa chance dans la course à la pépite italienne. Nulla E Impossibile Selon Il Giorno, l’Inter et Barella se sont promis l’un à l’autre. Pour l’heure, il est important de systématiser la façon dont les 50 millions d’euros peuvent être proposés, ce qui n’est pas une chose aisée. L’Inter, qui dispose déjà de l’accord du joueur, souhaite négocier le prix transfert. De son côté Cagliari ne compte pas plier, fort de la proposition du PSG de 45 millions d’euros. Le club sarde estime donc que ses intentons sont légitimes. Giulini a adressé un message clair à l’Inter : "Pour parvenir à un accord, il y a lieu de se rapprocher de la somme désirée." Pour se faire, l’Inter a décidé de jouer la carte Eder. Procédé Eder est actuellement un joueur du Jiangsu Suning et non de l’Inter. Pour parvenir à le recruter, une triangulation particulière avalisée par le Suning sera mise en place. L’Italo-Brésilien perçoit 5 millions d’euros net par saison, une somme très importante pour Cagliari. Néanmoins, en cas de transfert de Nicolò Barella, le Suning est prêt à prendre en charge une partie du salaire de l’attaquant italien, sans oublier la possibilité de voir le joueur diminuer ses prétentions salariales pour rejoindre la Sardaigne. De fait, le transfert proposé serait le suivant : Outre le transfert de l’attaquant, Alessandro Bastoni pourrait rejoindre également le club sarde en prêt. Particularité de la situation, Tullio Tinti est l’agent de Bastoni et d’Eder. A ses deux joueurs, l’Inter pourrait ajouter Dimarco et les 35 millions d’euros déjà proposés précédemment. Eder étant courtisé en Sardaigne, il n’est pas à exclure que cette proposition puisse parvenir à la fatidique poignée de main entre Marotta et Giulini. La Roma calmée par Barella Selon Sky Sport, la Louve a tenté de doubler l’Inter et le PSG. En effet, les romains ont proposé Luca Pellegrini et Gregoire Defrel accompagné d’un montant pour l’heure non-communiqué. Ces contreparties techniques ont séduit Giulini qui avait marqué son accord pour procéder à la cession du joueur… Problème de taille, Nicolo Barella a refusé cette proposition, lui qui s’est promis à l’Inter a tenu a faire valoir et à faire comprendre qu’il ne compte pas changer ses intentions. L’avis d’Alfio Musmarra Le journaliste de TeleLombardia s’est livré sur la situation : "Il n’y a pour l’heure aucune tension, ni de risque de suspension dans les transactions. L’Inter et Cagliari traitent pour Barella, le tout se poursuit avec optimisme." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Le transfert de Nicolò Barella à l'Inter semble se compliquer. L'Inter et Cagliari, tel un couple, restent campés tous deux sur leurs positions. Qu'il s'agisse de Marotta ou de Giulini, aucune des deux parties ne comptent abdiquer. Voici l'information émanant de la Gazzetta Dello Sport "Il y a lieu d'exclure une prochaine rencontre entre Marotta et le Président de Cagliari, Giulini. On aurait pût imaginer qu'elle aurait eu lieu aujourd'hui, mais les prétentions du club sarde restent intactes : 50 millions d'euros. Il est inutile de proposer une somme inférieure. Qui plus est, ce discours vaut également pour le PSG, si le club de Leonardo s'aligne sur cette somme, Barella pourra changer de destination." "L'Inter observe la situation et planifie un plan B. Après un premier sondage pour Sensi, des contacts ont été établis avec Jean Michael Seri, qui évolue à Fulham. Le Napoli est également sur le joueur." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. L’Inter s’active en cette période de pré-mercato. Avant même de se mettre autour de la table, afin de négocier au meilleur prix ses futures recrues, les Nerazzurri sondent en tout premier lieu les joueurs. Les quatre fantastiques voulus par Conte ont tous marqué leurs accord pour rejoindre Milan. Il s’agit de Dzeko, Lukaku, Barella et Lazaro. Prêt à se faire vraiment plaisir ? Selon la Gazzetta Dello Sport, l’Inter va également tenter d’insérer, lorsque cela sera possible, des contres-parties techniques, aussi bien pour respecter le Fair-Play-Financier que la politique imposée par le club. Si l’Inter parvient à s’attacher les services de l’ensemble des joueurs, sans procéder à aucune vente sur le noyau actuel et au prix demandé, le montant global atteintdra 177 millions d’euros 22 millions pour Dzeko 25 millions pour Lazaro 50 millions pour Barella 80 millions pour Lukaku L’Inter a, de son côté, planifié de recruter chaque joueur à un certain coût, la différence entre les deux propositions s'élève tout de même à une somme inférieure à 40 millions d’euros : 13 millions ont été proposés pour Dzeko 20 millions ont été proposés pour Lazaro 40 millions ont été proposés pour Barella 60 millions ont été proposés pour Lukaku Toutefois, Le total grimpe à 133 millions d’euros. Le transfert le plus important devrait concerner Romelu Lukaku. Au niveau des ventes, l’Inter devra procéder à des cessions importantes, Icardi est donc plus que jamais dans le viseur, mais contrairement aux années précédentes, l’Inter dispose à présent de bien plus de temps pour régulariser ses comptes. Eder, monnaie d’échange pour l’Inter ? En effet, l’entourage de l’italo-brésilien s’est entretenu avec la Direction Nerazzurra afin de connaitre le futur à venir d’Eder et selon Sky Sport, ce mercredi après-midi, a été aperçu au siège de l’Inter l’agent qui s’occupe de Bastoni et d’Eder. Le futur des deux italiens est à planifier. Si l’attaquant a évolué la saison dernière au Jiangsu, le « frère » de l’Inter vu qu’il appartient au Suning, celui-ci a marqué sa disponibilité pour revenir évoluer en Serie A. Eder pourrait être inséré, en qualité de monnaie d’échange, soit dans le dossier Barella-Cagliari, soit dans l’affaire Sensi-Sassuolo. Affaires à suivre. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...