Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'radja nainggolan'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

60 résultats trouvés

  1. Après avoir recruté Nicolò Barella durant l’été, l’Inter suit avec beaucoup d’attention le Cagliari de Maran auteur d’un début de saison 5 étoiles. Nahitan Nandez L’Uruguayen, qui n’en est pourtant qu’à sa première saison en Italie, réalise de très belles prestations, au point que Marotta a coché son nom pour la saison à venir. L’opération pourrait également inclure Radja Nainggolan actuellement prêté chez les Rossoblù. Parvenir à recruter Nandez en cédant Nainggolan, une réelle bonne idée ? Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Ces dernières années, l’Inter était devenu dépendante de l’état de forme de Mauro Icardi. Fort de son importance, le joueur avait connu la folie des grandeurs, avant de tomber sur plus fort que lui : Giuseppe Marotta. En conséquence et en accord avec Antonio Conte, l’Inter a pris des décisions fortes et importantes en décidant de se séparer de son secteur offensif, comprenez Icardi, Perisic et Nainggolan. Le tout en décidant de miser sur le duo Lautaro-Lukaku. Si l’argentin n’était que le "remplaçant d’Icardi" il y a un an, cette année est placée sous le signe de la révélation, au même titre que Romelu Lukaku qui débute à peine en Serie A. Voici l’analyse de la Gazzetta Dello Sport L’Inter a récupéré 8 points à la Juventus comparé à l’année dernière, en passant de -9 à -1. Il s’agit d’ores et déjà là d’une victoire attendue. Il fallait, en effet, reformer une ligne offensive orpheline d’Icardi et Perisic, qui était depuis des années les références de ce secteur. Révolution totale et satisfaisante A présent, l’Inter est devenue une machine à buts. Il n’y a pas un seul match cette saison où l’Inter n’a pas pas fait trembler les filets. Le concept adopté est donc satisfaisant et déjà remboursé à 100% de satisfaction. L’Inter marque et marque beaucoup. En inscrivant des beaux buts et des buts utiles, personne dans le Top 5 européen ne peut revendiquer une telle constance. En effet, jouer face à l’Inter est actuellement considéré à évoluer avec le score de 1-0 en sa défaveur. A titre de comparaison, Liverpool et Manchester City ont inscrit 95% de buts lors de l’ensemble de leurs matchs. Conte peut revendiquer 32 buts inscrits par son Inter, dont nombreux proviennent de phases de jeu étudiées et mémorisées à l’entrainement. S’il fallait en choisir, l’entraîneur pourrait citer le but de Sensi face à l’Udinese sur une assist de Godin, en tête de son classement. Une phase de jeu qui résume à la perfection le travail réalisé et répété à Appiano. Dans l’absolu, l’Inter cette saison a déjà inscrit 4 buts de plus comparé à l’année dernière, 5 buts si l’on prend en considération la Ligue des Champions. La répartition est également équilibrée : sur les 26 buts inscrit en Serie A, 13 l’ont été en première période, les 13 autres l’étant forcément dans la seconde. A eux seuls, Lukaku et Lautaro représentent 50% des buts inscrits. Un duo attendu au tournant par Conte qui ne peut qu’être satisfait. L’Inter compte cette année 10 buteurs différents sur l’ensemble de son noyau. A titre de comparaison, la Juve qui dispose d’un noyau plus important est derrière avec 9 buteurs différents. Si l’on rentre dans le détail, l’Inter est capable de marquer de n’importe où Toutes compétitions confondues, l'Inter peut marquer du droit, du gauche, de la tête, à l’intérieur de la surface (26 buts) mais également à l’extérieur (6 buts). L’apport des milieux de terrain où personne n’est exclus est également important. S’il fallait proposer une galerie d’art des plus beaux buts, il y a lieu de mettre en avant les réalisations de Barella face à Vérone, de Lukaku face à Brescia, de Brozovic et de Candreva face à Lecce, de Lautaro à Dortmund sans oublier le but de Sensi à l’Udinse et le but inscrit par Vecino au Borussia. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Dans l’attente de connaitre l’issue de cette saison, Antonio Conte peut d’ores et déjà espérer revivre un nouveau mercato "Da Inter." En effet, Gabriel Barbosa, Joao Mario, Mauro Icardi, Ivan Perisic et Radja Nainggolan devraient tous se voir racheter. Plus que le départ des indésirables, cette pluie de millions d’euros devrait être intégralement réinvesti sur la saison à venir. De quoi songer à un avenir radieux. Demandez à Marotta si le rendement des joueurs actuellement en prêt dans d’autres équipes est source de regret ? La réponse sera négative, et bien plus que des regrets, l’Inter espère que les joueurs continueront tous à se comporter de la sorte. A eux 5, les joueurs pourraient permettre à l’Inter de disposer d’un véritable trésor de 150 millions d’euros. Mieux encore, la vente hivernale de Gabriel Barbosa pourrait permettre à Marotta de s’activer déjà lors du mercato qui arrive sans devoir endetter le club et de la sorte respecter les critères du Fair-Play-Financier. Gabriel est déjà vendu à Flamengo pour une somme estimée à 22 ou 23 millions d’euros. Il ne manque plus que le paraphe du joueur pour finaliser la transaction. Mauro Icardi, auteur d’un début de saison retentissant en Ligue 1, a séduit le club de la Capitale Française. Leonardo s’activant déjà à entamer les démarches afin de signer l’ancien numéro neuf interiste. Un droit de rachat de 65 millions d’euros, additionné au prêt payant de 5 millions d’euros permettront à l’Inter de récolter une somme totale de 70 millions d’euros. Ivan Perisic, auteur de prestations de premier rang, a séduit le Bayern qui compte miser sur lui pour l’avenir en le rachetant pour 20 millions d’euros Joao Mario serait déjà racheté par le Lokomotiv Moscou. Si l’annonce n’a pas été officialisée, la Beneamata a eu la confirmation que le club moscovite est prêt à le racheter pour une somme de 18 millions d’euros. Radja Nainggolan revit actuellement à Cagliari. Pesant actuellement 19 millions d’euros, Marotta pourrait le céder à ce prix au club sarde, sauf si d’autres offres bien plus importantes viendraient à être déposées sur sa table. Le Saviez-Vous ? Il n’y aura pas de moins-value réalisée concernant Gabriel. Si Flamengo débourse 20 millions d’euros + 2 à 3 Millions d’euros de bonus, la transaction garantira aux Nerazzurri une plus-value de 7,2 millions d’euros, auxquels il y a lieu d’ajouter une épargne de 6 mois d’amortissement à hauteur de 2,5 millions d’euros. La plus-value globale serait donc de 9,7 millions d’euros. Une casse limitée pour l’une des pires erreurs de casting de la décennie actuelle. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Radja Nainggolan Informations Générales Nom : Nainggolan Prénom : Radja Poste : Milieu offensif Date de naissance : 04/05/1988 Lieu de naissance : Anvers/Antwerp Pays : Belgique Taille : 176 cm Poids : 71 Kg Numéro de maillot : 2+2 (à confirmer) Au club depuis : Ouverture du mercato estival 2018 Position sur le terrain Biographie Radjà Nainggolan est né le 04 mai 1998 à Anvers (Belgique), c'est un footballeur international belge qui évoluait cette durant la saison 2017/2018, à l'As Roma, au poste de milieu de terrain. Carrière en Clubs: Germinal Beerschot (2000-2005): Formé en Belgique au Germinal Beerschot, Nainggolan quitte le pays pour l'Italie en 2005. Piacenza calcio FC (2005-2010): Lors de sa première saison pour le club de Piacenza Calcio, en Serie B, il ne fait qu'une apparition. Même chose la saison suivante. En 2007-08, par contre, il participe à 10 matchs pour totalement exploser en 2008-09, saison durant laquelle il marque trois buts. Cagliari Calcio (2010-2014): Après un nouveau bon début de saison en 2009-10, il est prêté en janvier au club de Cagliari Calcio, en Serie A. Il débute face à l'Inter Milan. Ses deux seules titularisations ont lieu lors des deux derniers matchs de la saison. À partir de la saison 2010-11, il reste en Sardaigne et y devient même titulaire assez rapidement. Placé dans un rôle de médian défensif, il est loué pour plusieurs qualités qui plaisent, entre autres, au Milan AC, à Naples et à la Juventus. AS Roma (2014-2018): En janvier 2014, il devient un joueur de l'AS Rome sous forme de prêt pour les six premiers mois avant d'être définitivement transféré. Il devient vite un élément indispensable dans le milieu romain de Rudi Garcia, enchaînant les bonnes performances. Internazionale Fc Milano : Mi-Juin, Piero Ausilio contacte la Roma qui doit faire face aux Règles imposées par le Fair-Play-Financier et les deux clubs parviennent à se mettre d'accord sur le transfert du joueur contre 24M€ et en contrepartie technique Nicolò Zaniolo et Davide Santon Equipe Nationale: Nainggolan, après 9 matches et 1 but chez les espoirs, obtient sa première sélection internationale le 29 mai 2009, lors d'un match amical contre le Chili (1-1). Ce match amical entre dans le cadre d'un tournoi au Japon, la Coupe Kirin de 2009, pour lequel Frankie Vercauteren, alors sélectionneur, sélectionne bon nombre de nouveaux joueurs inexpérimentés comme Ritchie De Laet (qui arrive en équipe première de Manchester United) ou Kevin Roelandts (Zulte-Waregem). La plupart de ces joueurs n'ont plus été sélectionnés depuis. Georges Leekens le rappelle pour les matchs amicaux du 11 et 15 novembre 2011 contre la Roumanie et la France ayant pour but de préparer la campagne de qualification pour la Coupe du monde au Brésil en 2014. Il n'est par contre pas repris par le coach suivant Marc Wilmots pour disputer la Coupe du monde 2014. Son nom est cité parmi les 7 réservistes convoqué par Marc Wilmots en cas de blessure d'un des 23 sélectionnés. Ceci dit, la retraite internationale de Timmy Simons et ses excellentes prestations à l'AS Roma font de lui un titulaire récurrent en équipe nationale, notamment grâce à son but important qui permet aux Diables d'égaliser contre la Bosnie (1-1) dans un match de qualification pour l'Euro 2016, et son but somptueux contre la France en match amical, le 7 juin 2015 au Stade de France (victoire belge 3-4). Lors de ce tournoi, il est avec Axel Witsel le patron de l’entre-jeu belge. Le 22 juin 2016, il inscrit contre la Suède (victoire 1-0) son premier but lors d'une phase finale, d'une frappe lointaine. Malheureusement, son équipe est éliminée le 1er juillet après un match décevant face au Pays de Galles qui se solde par une défaite 3-1. Nainggolan inscrit son second but dans le tournoi d'une superbe frappe des 30 mètres. À la suite de cet Euro décevant de la part des Diables Rouges, Marc Wilmots est remercié par l'Union Belge de Football. C'est Roberto Martínez qui lui succède. Radja Nainggolan connait des débuts difficiles avec le nouvel entraîneur, celui-ci ne le sélectionnant pas, ni pour le match amical face aux Pays-Bas, ainsi que le match face à l'Estonie dans le cadre des Éliminatoires de la Coupe du monde de football 2018, ni pour la Coupe du monde 2018, et ce malgré les belles performances du joueur avec l'AS Roma. Suite à sa non-sélection pour la Coupe du monde, il décide de mettre un terme à sa carrière internationale le 21 mai 2018. Le saviez-vous ? Radja a une mère belge flamande avec qui il a grandi et un père d'origine indonésienne et indienne, qui l'a abandonné peu après la naissance. Né d'un père indonésien (d'ethnie batak protestante) et d'une mère belge catholique, en juin 2013, il visite pour la première fois l'Indonésie, pays de son père, où il est reçu par le ministre indonésien de la jeunesse et des sports. Sa sœur jumelle, Riana Nainggolan, est également footballeuse et joue avec l'équipe féminine de l'AS Roma. Surnommé "El Guerro" ou "Le Ninja", il est parfois comparé à l'Italien Gennaro Gattuso, pour sa combativité et son tempérament sur le terrain, n'hésitant pas à tacler parfois violemment l'adversaire. Réputé pour être très bon balle au pied, il possède également une superbe frappe de balle (lui assurant quelques buts spectaculaires) et est un joueur très mobile, couvrant des distances importantes Palmarès: AS Rome Serie A: Vice-Champion : 2014, 2015, 2017 Parcours: En Club: Germinal Beerschot (2000-2005) Piacenza calcio FC (2005-2010) Cagliari Calcio (2010-2014) AS Roma (2014-2018) Internazionale Fc Milano : Ouverture du Mercato estival 2018 En équipe nationale 2004: Belgique -16 ans 2007: Belgique -19 ans 2008-2009: Belgique -20 ans 2007-2010: Belgique espoirs 2009-2018: Belgique ©Wikipedia
  5. Interviewé par le Corriere dello Sport, Radja Nainggolan a parlé de sa décision de revenir dans "son" Cagliari lorsque l'Inter a elle-même décidé de ne plus compter sur lui avec le nouvel entraîneur. Ton retour à Cagliari a fait du bruit... "Montella et Di Francesco m'avaient aussi contacté, mais Giulini a été le premier à vouloir me recruter. Il y a plus d'un an, il m'avait déjà dit: "il faut que tu revienne, tu dois finir ta carrière à Cagliari"". Un retour qui est donc anticipé "C'est mon choix. Cela a aussi été facilité par les problèmes de ma femme. Elle a sa famille à ses côtés, ses parents, ses meilleures amies et ça lui fait du bien. C'est une situation difficile mais elle lutte comme une lionne. C'est une femme de caractère. Il y a des jours où elle accuse un peu le coup mais elle finit toujours par se reprendre". Cette maladie, couplée au fait que l'Inter ne veut plus de toi "Ils ont été clairs avec moi. J'apprécie les gens qui disent les choses en face. Ils m'ont convoqué au début: " Radja, tu ne fais pas partie de nos plans" ". C'est Marotta qui t'a parlé ? "Marotta ne m'a pas parlé. En premier j'ai discuté avec Oriali, puis avec Conte. Il m'a dit qu'il m'a toujours estimé mais que c'était un choix pour des motifs extra-sportifs". Dimanche il y a Cagliari-Inter. Qu'en penses-tu ? Tu as apprécié la sincérité des dirigeants mais tu dois avoir envie de te montrer ? "C'est sûr, je voudrais leur montrer qu'ils se sont trompés, mais pas seulement sur ce match. Sur toute la saison. J'ai essayé de faire changer d'avis Conte, je suis allé en tournée, je me suis donné à 100% mais ça n'a pas suffi". Aurais-tu aimé être entraîné par lui ? "Durant les courts mois où j'ai travaillé avec lui, j'ai compris que c'est un très bon entraîneur. Il sait motiver ses troupes, emmener son équipe sur le terrain, il parle avec tout le monde et considère tous ses joueurs importants. J'aurais aimé, c'est une expérience qui me manquera mais j'accepte son choix". Et jouer avec Barella alors ? Ça t'aurait plus aussi ? Vous vous suivez un peu, vous vous effleurez de peu chaque fois. Il a été ton successeur à Cagliari, presque à la Roma et maintenant il prend ta succession à l'Inter. "Lui aussi aurait voulu que ça se fasse.Lorsqu'il est arrivé il m'a dit: "Radja, il faut qu'on joue ensemble, toi et moi on va tout casser". J'aurai aimé lui donner un coup de main, l'aider à évoluer mais il a déjà les qualités pour devenir un très grand joueur". Tu ne retrouvera pas Mauro Icardi sur le terrain, cela dit. Il a fait un choix très différent. "Ce que je peux dire c'est qu'Icardi n'est pas une mauvaise personne. L'année passée cependant, il s'est passé ce qui s'est passé et sa femme a fait ces déclarations, tout le monde ne pardonne pas ce genre de choses". Et toi ? As-tu pardonné ? "Je ne les ai même pas écouté. Je ne regarde pas les émissions de football". As-tu regardé Inter-Lecce ? "Oui je l'ai vu, mais c'est surtout parce qu'il n'y avait rien d'autre à regarder". Avec qui as-tu le plus d'affinités à l'Inter ? "Je me suis lié d'amitié avec Politano. Mais aussi Brozovic, Perisic, Handanovic, Ranocchia".
  6. Le célèbre journaliste sportif belge, Pascal Scimè, a accepté de se livrer à Antony Gilles, pour une interview exclusive ! Quel type d’attaquant est Romelu Lukaku : Pensez-vous qu’il puisse s’adapter, vu son gabarit tout en puissance, à un championnat aussi tactique que celui proposé par la Serie A ? "Romelu Lukaku est un attaquant très physique qui fait de sa corpulence, de sa puissance et de sa rapidité aussi, ses qualités premières. C’est quelqu’un qui frappe avec beaucoup de facilité. Il est ambidextre : pied droit, pied gauche." "Il a la capacité de bouger une défense, d’aller la perforer, de faire travailler énormément les défenseurs. Les défauts qu’il a, en tout cas, ceux que certains lui reconnaissent et pas uniquement les mauvaises langues, c’est un manque de mobilité dans les petits espaces, c’est un manque de finesse dans son jeu." "C’est plutôt un attaquant rustre qui techniquement n’est pas très fin, mais en même temps tout le monde ne peut pas être Neymar, Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo. A côté de cela, on dit qu’il rate beaucoup d’occasions, qu’il ne marque pas face aux grands, mais il a quand même des statistiques exceptionnelles pour un attaquant de 26 ans." "Il a été précoce, il faut savoir que sa transformation a été réalisée sur le tard, parce qu’il est passé professionnel très très tôt. Ces dernières années, ces derniers mois, il est parvenu à gommer plusieurs de ses carences, comme le jeu dos au but ou le jeu en combinaisons. C’est clair que ce n’est pas ce qu’il affectionne le plus, mais dans le système de Conte avec un attaquant un peu plus mobile, un peu plus fin techniquement, qui devrait être Dzeko, ça peut faire énormément de belles choses, ça peut faire des merveilles." "Maintenant Romelu Lukaku devra aussi être patient. Il devra négocier peut être le seul ballon qu’il aura de tout le match, à la 89ème par ce que en Italie, oui les défenses sont regroupées, les défenseurs sont plus malin que dans les autres championnats. Ils sont plus scientifiquement préparés au niveau de la tactique que ce soit en marquage individuel ou en zone." "Romelu Lukaku devra se faire à tout cela, mais on peut compter sur Antonio Conte qui ne lésine sur aucun détail pour le mettre au diapason directement. Il faudra attendre quand même plusieurs semaines avant que Romelu Lukaku soit à 100%." "Si on veut comparer un petit peu Romelu Lukaku, même si je pense qu'il ne faudrait pas le faire, je pense surtout que l’Inter voit déjà en lui le nouveau Adriano, peut être un nouveau Christian Vieri. Adriano était quand même robuste, physiquement très fort, très puissant, mais il était tout de même plus fin techniquement que Romelu." "Christian Vieri était lui d’un tout autre calibre mais Romelu Lukaku est un buteur qui a envie de jouer en Serie A qui a envie de se tester dans ce championnat. Le jeu, tout en transitions rapides d’Antonio Conte avec ses trois défenseurs, ses trois axiaux et ses deux ailiers plus ses deux attaquants, dont Romelu Lukaku, est clairement un jeu où la profondeur sera l’une des pièces maîtresses, l’un des atouts du jeu de Conte." "Et à ce petit jeu-là Romelu Lukaku sera vraiment précieux, mais encore une fois, il faut qu’il ouvre les brèches, il faut qu’il travaille pour l’équipe aussi. Il va le faire mais il faut qu’il soit bien entouré. Il ne faut pas enterrer Romelu Lukaku, je pense qu’à l’étranger on voit son passage à l’Inter avec beaucoup de scepticisme." "A l’Inter, je constate que les supporters et la plupart des analystes le voient avec beaucoup d’optimisme. Je pense qu’il faut se situer entre les deux. C’est pas un attaquant de rectangle, c’est pas un véritable finisseur. Mais c’est quelqu’un qui bouge une défense. Il me fait beaucoup penser si vous voulez une autre comparaison, les plus anciens s’en souviendront, à un German Denis par exemple. Qui a bien réussi en Italie, l’argentin Dario Hubner, peut être Luca Toni aussi, il n'était pas très technique par contre dans le rectangle il faisait trembler les filets en Italie. Il a un style un petit peu particulier mais je pense qu’il peut réussir en Serie A, mais il devra s’adapter très vite." Avec l'arrivée de Conte, pensez-vous que cela puisse changer l’image d’une Serie A dominée actuellement par la Juventus ? "C’est clair que le retour d’Antonio Conte en Serie A est vraiment quelque chose de très très bien pour le championnat, ça va donner un regain d’intérêt. Conte est un entraîneur gagnant. Je ne vous parle même pas de ce qu’il a réalisé avec la Juventus." "Moi, je prends juste l’exemple de l’équipe nationale qui s’est fait sortir de manière imméritée en quart de finale de l’Euro, alors que l’équipe était moyenne et Antonio Conte en avait fait quasiment une machine de guerre. Si elle passe aux penaltys contre l’Allemagne, je pense que l’Italie serait allée au bout." "Il a fait venir des footballeurs, des joueurs qui étaient moyens en équipe nationale, des joueurs comme Pelé par exemple, il y en a d’autres aussi. C’est un Stakanoviste, la réussite ne passe que par le travail pour lui. Donc ça va bouger un petit peu cet atmosphère interiste où il y avait une certaine complaisance, une certaine forme de défaitisme depuis plusieurs saisons avec une direction qui se cherchait." "Il y a eu beaucoup de va et vient chez les joueurs, il y a eu le cas Icardi, Perisic,… Je pense que l’équipe, grâce à Conte, va retrouver de la stabilité, et elle va retrouver aussi la place qu’elle mérite sur l’échiquier national et international. Après de là à penser que dès la première saison Antonio Conte peut être Champion avec l’Inter... Vous allez me dire : "oui il l’a fait avec la Juventus", mais on ne passe pas de la quatrième place à la première comme ça en quelques mois avec un nouveau projet sportif, de nouveaux joueurs, un nouveau staff, mais je pense qu’il y aura match." "Pour moi, l’Inter est plus forte que Naples par exemple, plus forte que la Roma plus forte que le Milan. Si la sauce, si l’alchimie prend rapidement, je pense que ce sera assez intéressant ." Comment est perçue l’Inter en Belgique ? "L’Inter est perçue en Belgique comme un grand club, comme un grand club italien, un grand club au niveau international mais qui s’était un petit peu endormi sur ses lauriers depuis quelques années. Il ne faut tout de même pas oublier qu'à un but près, l’Inter passait en Champion’s et Tottenham était éliminé... et au final Tottenham ira en final. Vous voyez donc que le foot, ça tient à peu de choses." Que pensez-vous de l’impact de la Serie A sur les Diables Rouges (Mertens au Napoli, Romelu Lukaku à l’Inter, Jordan à la Lazio…) ? "C’est très bien que les Diables Rouges, avec Castagne aussi dont vous ne parlez pas dans la question, aient choisi l’Italie, qu’ils aient pu passer un palier aussi. Ce qu’à fait Mertens avec Naples est tout simplement exceptionnel. Oui, il y a Jordan Lukaku, il y a Romelu et il y en aura d’autres aussi bientôt." "Je pense qu’il faut prendre le problème au niveau plus global même. Il y a un nouvel attrait de la Serie A pour les grands joueurs, c’est clair qu’il y a eu un avant et un après Cristiano Ronaldo. Il y a le Decreto Criscita maintenant : le décret croissance, qui va faire en sorte que le statut fiscal pour les footballeurs professionnels et pour les clubs qui les emploient, soit beaucoup plus intéressant et donc les clubs italiens puissent se payer des gros noms." "Romelu Lukaku ne vas pas perdre un euro, il va peut être même gagner, il va même surement gagner plus à l’Inter qu’à Manchester United, grâce à ce décret là et cela va avoir un effet boule de neige. Cela va attirer d’autres grands noms sans oublier que les mentalités sont entrain de changer aussi en Italie. Les nouveaux entraîneurs, la jeune génération, jouent un football offensif, beaucoup plus spectaculaire beaucoup plus chatoyant aussi et donc il y a un nouvel attrait pour la Serie A. " "On commence à miser sur les jeunes , il y a tout un travail aussi fait par Mancini en équipe nationale et cela donne un nouveau regain d’intérêt pour la Serie A. J’ai l’impression, je ne veux pas me balancer, mais j’ai l’impression que d’ici deux ou trois ans la Serie A sera à nouveau le meilleur championnat du Monde, j’en ai la conviction." Que pensez-vous de la situation de Radja Nainggolan. Écarté des Diables pour un comportement extra-sportif, ce dernier lui aura aussi coûté sa place à l’Inter après une seule saison ... "Le cas Nainggolan...C’est quelqu’un que j’aime beaucoup, je le connais personnellement, je connais son entourage. C’est quelqu’un qui ne transige pas, c’est blanc ou noir avec Nainggolan, ce n’est pas gris. Je veux dire : il a fait des choix dans sa carrière qui l’ont porté à devenir une idole absolue, j'entends après Totti et De Rossi, il y avait Nainggolan à Rome. A Cagliari n’en parlons même pas." "A l’Inter, cela n’a pas matché, je pense qu’il est arrivé avec deux années de retard peut-être ou qu’il ne devait pas y aller tout simplement parce qu’il avait besoin d’un autre cadre et peut-être d’un club pas en crise. Un club déjà beaucoup plus structuré, une équipe dont le projet sportif était clair et donc là je pense que l’on a attendu un petit peu trop de choses de la part de Radja Nainggolan ." "L’équipe était un petit peu malade, en construction et faire de Radja Nainggolan, comme cela, la pierre angulaire du système de Spalletti était une mauvaise idée. Après c’est clair qu’il n’a rien fait pour que tout marche. Radja, il est comme cela, il faut le prendre comme il est." "C’est-à-dire oui, il a une vie un petit peu dissolue. Mais à côté de cela, c’est quelqu’un qui ne triche pas. A partir du moment où il a eu une conversation avec le sélectionneur où ils ne se sont pas mis d’accord, Radja avait envie d’être un protagoniste absolu en équipe nationale, on n’a pas pu lui garantir ce statut-là, la suite de l’Histoire, vous la connaissez." Le Saviez-vous ? Pascal Scimè est journaliste sportif à la RTBF. Il est également l'auteur du livre Trajectoires. Dans son ouvrage, Pascal Scimè nous livre d'étonnants récits de footballeurs qui auraient pu devenir des stars mais qui, soumis aux aléas de la vie et du monde du football professionnel, n'ont pu qu'apercevoir ce rêve. Ainsi, à travers ces histoires de joueurs, on découvre l'envers du décor, les difficultés rencontrées dans le milieu du football, la noirceur derrière les feux de la rampe… A recommander à tous les amateurs du ballon rond. Internazionale.fr tient à le remercier tout particulièrement pour le temps réservé à cette interview. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Radja Nainggolan est toujours apprécié dans la Botte. Selon Sky Sport, outre la Sampdoria qui souhaiterait enrôler le Ninja, une nouvelle piste bien plus intéressante pour le joueur pourrait lui permettre de continuer à évoluer dans le Calcio. Un retour en Sardaigne et plus précisément dans le Club qui l’a vu éclore aux yeux de tous : Cagliari. L’ancien Diable Rouge, qui est écarté du projet technique de l’Inter a fait savoir qu’il aimerait retrouver la Sardaigne. À présent, il y a lieu d’analyser la faisabilité de l’opération qui a vu Cagliari en terminer avec Rog et le Napoli et qui traite actuellement pour Nandez avec Boca Juniors. Selon Alfredo Pedullà, ce retour à Cagliari serait qu’une suggestion sociale, l’affaire pouvant se réaliser uniquement sur la base d’un prêt. Qui plus est, si le Ninja souhaite rejouer au Cagliari, il devra réduire considérablement son salaire pour rentrer dans les paramètres des sardes. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Radja Nainggolan sera bel et bien présent à la tournée asiatique de l’Inter. Autorisé à rentrer à Milan, le Ninja a été convoqué par Antonio Conte pour disputer l’International Champions Cup. Écarté du projet par l’ancien sélectionneur de la Nazionale, Radja a récemment pris part, dernièrement, à un entrainement tactique. Une situation diamétralement opposée de celle que connait Mauro Icardi qui s’entraînera seul à Milan. Reste à présent à voir si la Grinta du Gladiateur parviendra à séduire Antonio. Si le Ninja est aligné lors des matchs amicaux, sa permanence à l’Inter ne serait pas à exclure... Le saviez-vous ? Face à la maladie, le reste est oublié. Pour cette raison, la Curva Nord a déployé deux banderoles pour faire part de sa solidarité envers Sinisa Mihajlovic et Radja Nainggolan. Des chœurs ont été également entendus : le football est important, mais il y a des choses qui le sont encore plus. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. La vie actuelle de Radja Nainggolan est très loin d'être des plus sereines. Au niveau sportif bien sur, mais également au niveau privé, où son épouse Claudia a révélé publiquement être malade. Elle devra subir très prochainement une chimiothérapie Voici le message de Claudia Nainggolan "Cela fait 1 mois que je me réveille en espérant que ce soit juste un cauchemar, 1 mois que je me lève le matin et que je réalise que je vis un cauchemar. J'espérais que ce jour arriverait le plus tard possible mais ce n'était pas le cas. Les jours passent et ma joie de vivre aussi." "À partir d’aujourd’hui, je commencerai un nouveau chemin de ma vie : la CHIMIOTHÉRAPIE. Et qui aurait cru que Claudia, une fois dans sa vie, aurait eu peur de commencer une nouvelle journée… Que dire, après des seaux de larmes, il est temps d'aller combattre cette sale maladie." "Je remercie de tout cœur les membres de ma famille et mes amis qui m'ont aidé à mieux profiter de ce mois de détente en me donnant toute la force et la positivité nécessaires pour tout affronter... mais ils ont surtout su gérer toutes mes humeurs (avec un niveau d'endurance élevé ). " La Roma a adressé un message tout comme l'Inter pour marquer soutenir l'épouse du Ninja Internazionale.fr s'associe à l'Inter pour présenter ses marques de soutien à la Famille Nainggolan ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Hier au siège de l'Inter, une rencontre a eu lieu avec Beltrami, l'agent de Barella qui est également l'agent de Nainggolan. La discussion a donc abordé le sujet de l'avenir du ninja, mis à l'écart du projet de Conte. Il reste à trouver une destination à Nainggolan. Le milieu sarde vient pour prendre la place du Ninja pour lequel l'hypothèse Chine a été envisagée, quelques clubs sont intéressés. L'un d'eux étant le Jiangsu Suning. L'Inter souhaite au moins entrer dans ses frais en ce qui concerne l'amortissement (d'environ 9M) et obtenir une telle somme du marché chinois n'est pas impossible quand on sait qu'un an auparavant le belge était courtisé par le Guangzhou. L'obstacle reste les délais très réduits ( le marché chinois ferme dans 20 jours) ainsi que la limite d'extracommunautaires. Il y a eu aussi des rumeurs d'intérêt de la part de l'Atalanta, mais sans confirmation. Rédigé par Samus - Internazionale.fr
  11. S’être pris pour les Rois du monde la saison dernière a un prix. Si Luciano Spalletti avait dû, bon gré mal gré, compter sur Mauro Icardi et Radja Nainggolan, ces derniers payent au prix fort un comportement non-professionnel. Voici ce que nous révèle la Gazzetta Dello Sport "Le stage à Lugano des Nerazzurri durera une semaine. Antonio Conte n’a aucune intention de perdre du temps : Un double entrainement sera réalisé lors de chaque jours de présence en Suisse. Avec un début à 9h30, sauf ce lundi où les joueurs étaient convoqués à 8h30 pour satisfaire et définir leur condition athlétique." Dans le menu des simulations de matchs, la spécialité du Chef est arrivée : la défense à trois. Mauro Icardi et Radja Nainggolan n’ont pas pût s’y frotter étant "écarté du projet". Ceux-ci ont donc eu droit à un entrainement différencié lors de cet exercice "tactique". Ivan Drago peut aller se rhabiller Conte s’est entretenu avec les joueurs, il n’a pas laissé de place à la discussion, ni aux argumentations, ils ont dégusté. La communication a été glaciale et directe, quasiment de "service" car la ligne de conduite est claire, Conte ne veut absolument rien qui puisse perturber la construction de sa prochaine équipe. Les concepts et les décisions du Club ont été clairement défini depuis longtemps, tout comme le mode de communication, l’entraîneur n’entend pas leur laisser l’espoir d’une possibilité de revenir sur sa décision, que ce soit maintenant ou dans le futur. Le saviez-vous ? Icardi et Nainggolan ont eu droit à quelques marques d’encouragement de la part d’un groupe réduit de tifosi qui était présent à l’Hôtel avec l’espoir de croiser les joueurs à la sortie de ce dernier. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Interviewé par Radio Sportiva, Sébastien Frey s’est livré sur la déclaration de Marotta à l’encontre de Mauro Icardi et Radja Nainggolan. "Cela me déçoit mais ne me surprend pas, car au final, les choix sont pris par le club. L’année dernière, il y a eu un problème très important avec Icardi, c’est donc quelque chose qui a été fait pour le bien de l’environnement et de la gestion d’équipe. Je crois que Marotta est en grade d’agir de la sorte, même si j’estime que nous parlons de deux très grands joueurs." "Mais dans le Calcio, il ne suffit pas d’être uniquement bon sur le terrain, les clubs misent aussi sur le fait qu’il faut être bon hors du terrain." Antonio Conte ? "C’est un grand entraîneur, il a un caractère très fort et sait ce qu’il l’attend. Il est déjà occupé à travailler pour créer un groupe important et être déjà cette année, l’Anti-Juve. Et c’est ce que je souhaite aussi." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Il y a deux jours avait lieu une réunion entre la direction et l'agent Alessandro Beltrami. Un habitué puisqu'il représente Nicolo Barella mais aussi Radja Nainggolan. Il serait sur le marché, mais comme le rapporte Tuttosport son intention est de rester et de persuader Conte de lui donner une seconde chance. Son cas est très différent d'Icardi et en attendant son entretien avec Antonio Conte, plusieurs raisons maintiennent l'espoir pour le belge. Ce sera d'abord compliqué de le vendre étant donné son coût. Ensuite le coach l'a convoqué pour le ritiro. Une autre bonne raison c'est la possible arrivée de Barella, très proche du Ninja. Enfin Marotta et Ausilio souhaitent aussi lui donner une nouvelle possibilité. En tout cas Radja semble certain de rester vu le tweet adressé il y a quelques jours à son compatriote Romelu Lukaku : "A bientôt" Reste plus qu'à convaincre Antonio Conte maintenant... ®gladis32 - internazionale.fr
  14. A la Casa Inter, il n’y a pas que le cas Icardi qui tient en haleine les tifosi et la direction sportive, la transaction relative au recrutement de Nicolo Barella rentre également dans le vif du sujet. Afin de pouvoir s’attacher ses services, voici ce que nous révèle La Repubblica Si le futur d’Icardi est lié à celui de Lukaku, il en va de même pour Nainggolan qui est lié avec Nicolò Barella. Les deux joueurs ont le même agent, Alessando Beltrami, qui a pris possession de la convocation du Ninja à Lugano, pour le compte du joueur. Dans l’éventualité où le milieu de terrain de la Nazionale vient à arriver à l’Inter, un club qu’il a déjà choisi, mais où il y a lieu de discuter avec Cagliari après la tentation de la Roma, les Zhang auraient pris la décision de libérer Nainggolan de l’Inter. Comment ? Radja Nainggolan pourrait continuer à percevoir son salaire de 4,5 millions d’euros net… en Chine, au Jiangsu Suning plus précisément. Une solution qui pourrait satisfaire le joueur qui ne souhaite plus rester en Italie pour raisons personnelles. Le saviez-vous ? D’autres joueurs qui partiront à Lugano sont aussi sur le départ : João Mario (Monaco), Borja Valero (son salaire pose problème) Dalbert (Lyon) et Karamoh (Parme) iront en Suisse avant de ne plus jamais revenir à Milan. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. C'est l'information de la journée : Radja Nainggolan, milieu de terrain belge désiré par Luciano Spalletti, sera définitivement écarté du projet à venir par Antonio Conte. Icardi-Bis Selon le Corriere Dello Sport, il s'agit d'un rejet définitif: "Acheté pour 30 millions d'euros il y a un an, le Ninja devra être vendu et si nécessaire, il sera prêté." Si cette décision n'est pas surprenante, le choix de Conte de se passer définitivement et aussi sévèrement de l'ancien Diable Rouge ne laisse personne indifférent : "Si le joueur n'est pas transféré d'ici le 7 juillet, il partira à Lugano avec l'équipe, mais tout comme Icardi, il s'entraînera avec ses équipiers sans jouer de rôle tactique, il ne disputera également aucun des matchs amicaux." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. C'est une information SportMediaset, l'Inter et le Fc Barcelone pourrait s'atteler à un échange de bons procédés afin de recruter respectivement, Radja Nainggolan en Catalogne et Arturo Vidal en Lombardie. En effet, désiré par Spalletti mais décevant lors de cette saison, le Ninja n'est pas considéré comme un élément intransférable. Pour qu'il soit cédé, une offre correcte doit être posée sur la table, et ce afin d'éviter toute "moins-value". Formule Nainggolan est arrivé l'été dernier à Milan, contre une transaction totale de 38 millions d'euros. Pour amoindrir les coûts, l'Inter avait inséré Nicolò Zaniolo et Davide Santon pour respectivement 4,5 et 9,5 millions d'euros. Une clause de 10% du prix en cas de revente de l'ancien romain sera à octroyée à la Louve, le tout avec un maximum plafonné à 2 millions d'euros. Le contrat de l'ancien Diable Rouge court jusqu'au 30 juin 2022 et il perçoit un salaire de 4,5 millions d'euros. Vidal est arrivé l'été dernier en Catalogne. Déclinant une offre d'une Inter indécise qui tentait de recruter Luka Modric, le chilien avait été vendu pour 21 millions d'euros, 18 millions et 3 de bonus. Ce dernier dispose d'un contrat de 3 ans et perçoit 9 millions d'euros. Sortez la calculette Vidal gagne le double du salaire de Nainggolan. De son côté, le belge a coûté deux fois plus cher que le chilien. En conséquence, si l'Inter souhaite réaliser une plus-value, elle devra parvenir à vendre le Ninja à minima pour 35 millions d'euros, dont deux seront reversés à la Roma. Barcelone de son côté, peut réaliser une telle plus-value uniquement en vendant son joueur pour une quinzaine de millions d'euros. Pour ces raisons et pour les incidences sur les masse salariales des deux clubs, la transaction la plus privilégiée semble donc être celle d'un prêt via un droit de rachat et non une obligation. Le saviez-vous ? Arturo Vidal n'est pas inconnu pour Antonio Conte. En effet, le chilien était l'un de ses soldats lorsque celui-ci entraînait la Juventus... Valideriez-vous une telle transaction ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. L'Inter pense actuellement à son mercato d'entrée, mais en coulisse le club pense au Mercato de sortie. Et deux joueurs importants pourraient quitter la Casa Inter, suivant des nouvelles idées proposées par Conte. Le Corriere Della Sera nous en dit plus "Les Nerazzurri, suite à l'impulsion de leur entraîneur, seraient déterminés à croire fermement en son projet. Pour satisfaire les promesses faites et prouver sa motivation, l'Inter a placé sur la liste des transferts Mauro Icardi et Radja Nainggolan. Perisic étant considéré comme intransférable." "Le nom de l'argentin a été cité avec la Roma durant les discussions relatives au transfert d'Edin Dzeko. Le problème reste que, même si la Roma serait disposée à satisfaire aux exigences de l'Inter, il faudra encore persuader l'argentin de quitter Milan. Icardi, lui ne songerait qu'à accepter une offre d'un club de haut niveau, comprenez la Juventus. Marotta rencontrera donc Wanda Nara la semaine prochaine". "De son côté, l'agent de Nainggolan a été informé que l'avenir du Ninja à l'Inter sera déterminé lors de cette session estivale. Le Belge a déjà fait savoir qu'il souhaiterait retourner à la Roma. L'Inter de son côté ne souhaite pas réaliser une moins-value, raison pour laquelle, elle n'acceptera qu'une offre à partir de 29 millions d'euros." "En regard à Perisic qui avait des envies d'ailleurs, il sera nécessaire de voir si ce dernier sera suffisamment motivé pour rester. Qui plus est, hier, Beppe Marotta et Piero Ausilio se sont envolés pour Madrid afin de discuter, avec le Real de Madrid, du retour de Kovacic." Le saviez-vous ? Conte est séduit par Mateo, interviewé à l'été 2014, voici la déclaration du natif de Lecce: "Au milieu du terrain, il y a Kovacic, c'est un potentiel Top Player. J'aime beaucoup le croate, il a les jambes, le courage et de la technique. Il aurait été très bon dans mon milieu de terrain à la Juve, peux comme lui sont capable de sortir du lot en Serie A." Validez-vous un départ du Ninja pour un retour du croate ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Antonio Conte veut Romelu Lukaku… et du côté du Diable Rouge, ce dernier a choisi l’Inter. S’il peut être contesté pour ses performances cette saison, au niveau de la motivation dur d’émettre une critique... Les Reds Devils ne veulent pas descendre sous la barre des 70 millions d’euros, une somme que l’Inter ne compte pas verser, et certainement pas en cash, vu que United n’accepte aucune contrepartie technique les tractations s’annoncent longues. De son côté Lukaku s’est immergé dans l’environnement interiste, et ce par le biais de son agent Federico Pastorello qui se montre très actif. Voici ce que nous révèle Mediaset "Lukaku ne se contente pas d’être en contact constant avec Radja Nainggolan, qu'il l’a d’ailleurs félicité pour la qualification en Ligue des Champions, mais Lukaku raisonne déjà comme un Nerazzurro. En effet, le Belge a suivi en Chat et avec son agent Inter-Empoli. Romelu était évidemment pour l’Inter et a exulté lors du but inscrit par son pote Nainggolan." "Qui plus est, Romelu a également accepté de diminuer ses exigences salariales. En effet, le Diable Rouge a marqué son accord pour percevoir un contrat de 8 millions d’euros." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Radja Nainggolan a inscrit hier un dernier but important qui a offert la qualification en Ligue des Champions à l'Inter. Voici sa réaction à Sport Mediaset, une déclaration lourde de conséquence pour le natif de Certaldo : Si mon but vaut 60 millions d'euros ? "J'irai alors demander une augmentation. Blague à part, j'ai fait mon travail, Vecino avait bien joué le coup et j'ai eu de la chance que le ballon me soit revenu. Je suis déçu que Spalletti s'en aille, c'est lui qui m'a voulu ici. C'est un grand entraîneur, il a tellement travaillé et il a permis à l'Inter de se qualifier deux années de suite en Ligue des Champions. Le mérite lui en revient aussi." "Je lui souhaite le meilleur et j'espère qu'il continuera à faire ce qu'il aime faire, à savoir entraîner." ®Antony GIlles - Internazionale.fr
  20. C'est quasi l'heure des bilans. Et c'est Radja Nainggolan le premier qui se livre au quotidien belge Nieuwsblad. Sa vie à Milan, ses blessures, les diables rouges, son avenir... Tout y passe. Quelles sont les différences dans la vie quotidienne entre Rome et Milan ? "C'est totalement différent qu'à Rome. Ici je peux me promener tranquillement. A Rome les tifosi sont fous dès qu'ils voient un joueur. Les milanais sont moins facilement impressionnés. C'est une ville où j'ai rapidement trouvé ma place, comme à Rome au final." Et si vous compariez la Roma à l'Inter ? "Franchement la différence n'est pas si grande. Toutes les deux tentent de réduire l'écart avec la Juventus avec un jeu offensif." La pression semble être plus forte dans les équipes milanaises pourtant ? "Ce n'est pas ce que je ressens. Mais c'est en rapport avec ma personnalité, je me fixe pas mal de pression donc je ressens moins celle du public ou des médias." Est-ce frustrant que vous n'ayez pas réussi à laisser une plus grande empreinte sur l'équipe cette saison ? "Nous nous sommes bien comportés cette année et nous sommes proches d'atteindre notre principal objectif, ce fameux ticket pour la Champions League. Bien entendu nous en sommes sortis tôt, mais au regard du parcours de nos adversaires d'alors, Tottenham et Barcelone, c'est à relativiser. J'espérais pouvoir donner plus à l'équipe, mais à cause de ma blessure lors de la préparation je n'ai jamais pu être vraiment à 100%. Je me sens toujours en forme et dynamique, ce qui est encore plus décevant. Quand ça arrive pendant l'été, on sait pertinemment que la saison sera compliquée." Pensez-vous que votre style de vie influence vos blessures ? "Il est clair que je n'ai plus vingt ans, mais ce n'est pas mon style de vie qui est la cause de ma blessure. Je me sens toujours "jeune" et tous au club peuvent le confirmer. Je suis le premier à plaisanter et à tenter de garder une atmosphère agréable au club. Ce n'est pas possible quand tu es fatigué. Mais c'est vrai qu'au cours d'une carrière tu dois faire les choses différemment. J'ai notamment changé mon programme d'entrainement au milieu de saison. En parlant avec le coach j'ai décidé de m'entrainer aussi les jours de repos. De cette façon j'ai perdu quelques kilos et mes jambes se sont renforcées. La combinaison des deux devrait faire en sorte que je subisse moins de blessures à l'avenir. C'est de la prévention." Vous avez dit que ce contrat serait le dernier pour vous. Vous vous y tenez toujours ? "C'est une question difficile. Je n'exclus plus la possibilité de continuer ma carrière après ce contrat. C'est toujours en rapport avec mon état physique, je me sens toujours bien. Tant que je peux être important à une équipe, je ne m’arrêterai pas. Supposons qu'un jour un jeune joueur meilleur sorte et prenne ma place, je la laisserai. C'est en rapport avec l'équipe. Vous devez être honnête avec vous même." C'est toujours fermé en équipe nationale ? "Je n'aime pas parlé de ce qui s'est passé l'année passée. C'est rajouter de l'huile sur le feu. Ça s'est passé comme ça, ce qui est fait est fait. J'aurais aimé avoir plus d'explications sur les raisons de mon exclusion. Ça n'a jamais été fait personnellement, c'est ce qui me dérange." Vous regardez toujours les matchs des Diables Rouges ? "Oui et pendant la Coupe du Monde je n'ai rien raté. Ce qu'ils ont fait est vraiment magnifique, les gens semblent l'oublier parfois. Obtenir une troisième place pour un petit pays comme la Belgique est vraiment très fort comme succès mondial. Je les ai encouragé et je le ferai encore." Ça vous a fait mal de les regarder ? "C'était la seule fois où c'était difficile à digérer c'est vrai. Bien entendu que j'aurais aimé être là. Chaque footballeur espère pouvoir briller dans une telle compétition." Vous semblez toujours passionné à vous en entendre parler. Un retour est-il possible ? "C'est vraiment un train qui est passé. J'ai l'impression d'avoir raté deux Coupes du Monde et pour la prochaine je serai probablement trop vieux. Je suis vraiment désolé de la façon dont les choses se sont déroulées, mais malheureusement je ne peux rien y changer." ®gladis32 - internazionale.fr
  21. Un nouveau match nul au Meazza, une nouvelle prestation positive qui nous laisse néanmoins sur notre faim vu la tournure du match. Il était 20h37, lorsqu'arrive le moment magique de la soirée, sur un corner mal renvoyé par les Bianconeri, Politano remise en chandelle vers Radja Nainggolan. La reprise de volée du Ninja, que ne renierait pas Maicon, trompe Szczesny. C’est ouverture au score est méritée vu l’entame du match. La Juve, surprise de ce début de match Nerazzurro frôle la correctionnelle sur une reprise de la tête de Stefan De Vrij. La Juve joue timidement cette première mi-temps et Cristiano se fait allumer par les Tifosi, qui suite à un comportement hautain de sa part se mettent à scander "Léo, Léo…" Est-ce qu’il aurait mieux valu la mettre en sourdine ? Peut-être, en seconde mi-temps, les Nerazzurri commencent à ressentir la fatigue découlant des efforts fait jusque-là. Allegri en fin connaisseur, décide de passer en 4-2-4 en alignant Kean à la 60’. Une prise d’initiative payante vu que Cristiano Ronaldo parvient à égaliser d’un tir à ras-de-terre très bien placé au premier poteau six minutes plus tard. L’Inter recule de plus en plus et la Juve devient la patronne sur le terrain. Spalletti fait du Spalletti en procédant à des choix incompréhensibles, si ce n’est que jouer avec le feu. Ce dernier vise le nul, en alignant que pour une dizaine de minutes Lautaro Martinez en lieu et place d’Icardi. Un point de prix face à l’octuple Champion d’Italie, mais un manque de caractère évident qui ne laissera que des regrets derrière lui. Dans l’attente du résultat de l’Atalanta qui jouera ce lundi soir, l’Inter dispose de 4 points d’avance sur la Roma.Place au prochain match qui aura lieu ce samedi 4 mai face à l'Udinese. Réactions d’après-match Spalletti à Sky Sport : Je resterai 100 ans à l’Inter Comment jugez-vous ce partage ? N’êtes-vous pas déçu vu la première mi-temps ? "C’était un beau match, les deux équipes ont eu leurs chances. En première mi-temps nous les avons pris d’assaut en disposant d’une meilleure gestion du match, hélas, il nous a manqué ce second but. En seconde mi-temps, nous n’avons pas su faire circuler le ballon correctement, nous devions défendre notre avantage. Nos joueurs ne disposent pas tous de cette caractéristique, la Juve a été bonne pour trouver le moindre petit espace et elle a su marquer". Aviez-vous peur de perdre en fin de match ? "Nous ne sommes pas le genre d’équipe qui se pose en victime et qui joue le match nul à domicile. Si nous agissions de la sorte, nous aurions pris un but. La partie s’est jouée d’elle-même, il fallait avoir le contrôle de l'entre-jeu. Ensuite quelques joueurs ont ressenti de la fatigue en seconde mi-temps, la prestation a été récompensée par cette balle de but." S'agit-il d’un travail complexe ? Tous sont-ils focalisés sur l’objectif ? L’attente est importante… Pensez-vous confirmer le fait d’être plus crédible pour participer à la Ligue des Champions ? "Nous devons encore améliorer des choses, une équipe de haut niveau doit remporter la mise dans un match comme celui de ce soir. Nous devons être plus mûrs, plus équilibré nous devions appuyer sur l’accélérateur. Nous n’avons pas cette grande qualité pour défendre, nous concédons toujours quelque chose en défense. Nous devons continuer de la sorte, nous améliorer. Il nous a manqué de la volonté et du physique en seconde période." Vous sentez-vous plus en sécurité à votre poste actuellement à l’Inter ? "Cela fait tant d’années que je fais ce travail, ce n’est pas un problème. C’est le club qui décide, je resterai bien 100 ans à l’Inter, vous avez vu les supporters qu’elle a ? L’Inter doit prendre ce qu’il se fait de mieux, si cela vient à annuler mon travail, ce n’est pas grave. Elle a besoin de prendre des décisions et il faut par-dessus tout défendre l’Inter." Sur le but de Nainggolan vous avez levez les bras comme pour dire que c’est ce Ninja-là que vous auriez voulu voir durant la saison. Les 26 points d’écarts sont-ils le fruit de leurs supériorité ou des points mis en jeu que vous avez trop souvent perdu ? "La Juve est vraiment très forte. Nous aurions du, à chaque match, faire quelque chose en plus que de les perdre. C’est un championnat difficile, toutes les équipes vous rendent la vie dur et nombreuses sont en train de se battre pour la Ligue des Champions, mais je suis d’accord, que nous aurions du disposer d’un retard moins important." Massimiliano Allegri, Juve "C’était un beau match face à l’Inter. Nous avons mieux joué en seconde mi-temps, nous étions mieux techniquement et il me semble que nous étions plus en condition qu’eux. Nous avions eu trois à quatre contre-attaques que nous avons manqué, le match nul est pour moi un résultat normal." Comment continuer à grandir ? "Lorsque l’on entend dire que l’objectif de la Ligue des Champions s’est envolé en fumée malgré l’arrivée de Ronaldo, je tiens à souligner que nous avons joué notre quart de final, avec tant de joueurs écartés. Dans les deux quarts de finales, il nous a manqué des joueurs importants..." "Le processus de la Juve continue à avancer depuis mon arrivée et nous tenterons à nouveau notre chance de l’emporter. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer en mars, il y a certaines choses qui vont au-delà des prestations. A Amsterdam, nous touchons le poteau et le ballon ressort, d’autres fois, c’est tout autre chose. Ce sont des équipes qui te conditionnent la prestation d’une équipe et, à domicile, l’Ajax a réalisé une excellente partie." Une équipe sans attaquant ? "J’ai tenté de la construire avec 3 défenseurs. Cancelo était plus en retrait, il a eu plus de temps et d’espace pour jouer. Je voulais faire jouer l’équipe d’une façon différente, raison pour laquelle j’ai aligné Bernardeschi au milieu." Si le but de Ronaldo est bon pour le classement des buteurs ? "Ce soir, il a été très bon, après son but manqué avec De Vrij, il a réagi immédiatement et est parvenu à marquer en réalisant une partie importante avec un caractère imposant. Je veux rester à la Juve, j’ai encore un contrat d’un an et je chercherais à aller de l’avant lorsque je rencontrerai le Club." Samir Handanovic "Notre problème remonte à la première mi-temps où nous nous sommes énormément dépensé, mais nous n’avons pas su tuer le match. Nous avons eu les occasions. Eux, avec une demi-occasion, ils savent te tuer le match. Nous étions très bien en première période, moins bien en seconde. Nous aurions mérité mieux, nous engrangeons peu de points vu le nombre de tentatives de faites. Mais il joue pour le classement ce point. Nous avons joué un très bon match." "Il reste encore 4 match à disputer pour atteindre notre objectif. Nous avons eu notre chance, mais ce sont les buts qui font la différence entre la victoire et la défaite. L’important est de se créer beaucoup d’occasions, ensuite tu peux avoir des adversaires compacts qui parviennent à te rendre inoffensif. Mais ça va bien, l’important est d’avoir su proposer, les buts arriverons." Radja Nainggolan Mon but ? "Ce but tombe quand il doit, j’en ai inscrit d’autres cette saison, pour moi, le plus important reste le résultat d’équipe. J’aurais été plus heureux si nous l’avions emporté. C’était mon second match face à une grande équipe car j’étais souvent blessé. Je n’ai pas cette phobie de buts, pour moi l’important reste le résultat d’ensemble." "Il y a tellement d’équipe qui peuvent jouer pour la Ligue des Champions. Avec la victoire du Torino, cela va se compliquer jusqu’au bout du bout. Nous avons notre destin en main, nous devons gagner nos matchs pour nous qualifier. C’est évident que nous aurions été plus en sécurité avec trois points en plus, cela nous laisse un gout amer, mais nous jouerons le jeu jusqu’au bout." Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Réactions de Tramontana Inter 1-1 Juventus Buteur(s) : 7’ Nainggolan (I), 62’ Cristiano Ronaldo (J) Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij, 37 Skriniar, 18 Asamoah; 8 Vecino, 77 Brozovic; 16 Politano (80’ 15 Joao Mario), 14 Nainggolan (74’ 20 Borja Valero), 44 Perisic; 9 Icardi (82’ 10 Lautaro Martinez) Banquette: 27 Padelli, 5 Gagliardini, 11 Keita, 13 Ranocchia, 21 Cedric Soares, 23 Miranda, 29 Dalbert, 87 Candreva Coach: Luciano Spalletti Juventus: 1 Szczesny; 23 Emre Can, 19 Bonucci, 3 Chiellini; 20 Cancelo, 16 Cuadrado, 5 Pjanic, 14 Matuidi (60’ 18 Kean), 12 Alex Sandro (49’ 37 Spinazzola); 33 Bernardeschi (86’ 35 Matheus Pereira), 7 Ronaldo Banquette : 21 Pinsoglio, 32 Del Favero, 2 De Sciglio, 15 Barzagli, 24 Rugani, 41 Nicolussi Caviglia Coach: Massimiliano Allegri Arbitre: Banti Var: Mazzoleni Averti(s) : Cuadrado (J), Perisic (I), Chiellini (J), Kean (J) Expulsé(s) : / Affluence : 73 855 tifosi ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Victor Newman

    La Vendetta du Ninja

    Ce samedi soir aura lieu Inter-Roma, un match dans le match aura lieu, celui mettant aux prises Nainggolan à Zaniolo. Et les principaux intéressés comptent bien faire comprendre à leurs ex qu’elles ont commis une erreur en les plaquant. Après un début de saison difficile suite à de nombreuses blessures musculaires, Radja Nainggolan semble enfin avoir pris en main l’Inter. Le Ninja était l’un des meilleurs joueurs sur le terrain de Frosinone et il compte bien être tout autant décisif dans ce match ô combien important pour la Ligue des Champions, un match clé qui le verra faire face à son ex, la Roma. Cette dernière n’a d’ailleurs pas perdu de temps pour le remplacer, via l’explosion d’un ancien Nerazzurro Nicolò Zaniolo. SportMediaset annonce d’ailleurs la couleur "Nous verrons sur le terrain les protagonistes les plus importants du dernier Mercato Estival, deux joueurs qui appartenaient encore, il y a un an, aux Nerazzurri et aux GialloRossi." "Sur le papier, cette transaction était une affaire pour tous, mais elle a connu un tournant inattendue : Spalletti voulait Nainggolan, qui a été contraint de quitter Rome. De leurs côtés, les Giallorossi sont parvenus à arracher au Suning l’un des joueurs les plus prometteurs. Si le Ninja se retrouve dans un club qui le désirait et a une meilleure position au classement, Zaniolo a trouvé de la continuité sur le terrain et la Nazionale." "Du côté des Tifosi, les interistes ne seraient pas contre un retour de l’ancien pensionnaire de la Primavera, les Romains eux ne seraient pas contre le faire de reprendre un joueur qui était l’un des plus charismatiques de l’Histoire récente de la Capitale." "Pour une soirée, pour 90 minutes, ils ne devront par contre penser qu’au terrain. Nainggolan se présentera à ce match au meilleur moment de sa carrière Nerazzurra, Zaniolo qui a connu plus le banc que le terrain dernièrement a su convaincre Ranieri qu’il était indiscutable." Qui sera l’Homme de la situation ? Ce sera le match dans le match, qui permettra à son club de prendre le meilleur dans ce match de barrage à la Ligue des Champions ? Nainggolan veut renvoyer l’ascenseur à l’Inter et à son entraîneur, lui qui a une "dette" avec ses derniers. Zaniolo veut faire regretter l’Inter de l’avoir vendu, qu’elle prenne conscience de s’être trompée, qui plus est le but avoué du jeunot est de remplacer justement le Ninja dans le cœur des Tifosi de la Roma. L’audience est prévue ce samedi soir et la sentence du Meazza pourrait s’avérer de plus sévères... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. La Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur le retour aux affaires de Radja Nainggolan, un retour qui voit l’équipe retrouver des couleurs sur le terrain…et dans les chiffres. "Le Nainggolan actuel est à des années lumières de celui du joueur de fin 2018 où il s’était de nouveau blessé après un début de saison tourmenté. Les règles dures imposées par l’Inter et validées par Luciano Spalletti ont permis de le remettre sur pieds, à présent les tifosi de l’Inter peuvent voir de quel bois il se chauffe." Si on se base purement sur les statistiques, sur 44 matchs, Nainggolan en a disputé 30 pour 14 où il était blessé. Quand l’ancien romain est présent sur le terrain, l’Inter carbure à une moyenne de 2 points par match, soit 60% de victoires contre une moyenne de 1,4 lorsque le belge est absent. On remarque également l’impact de l’ancien Diable Rouge sur le nombre de buts encaissés : La moyenne est de 0,6 buts par match encaissé avec le Ninja, contre 1,3 buts sans ce dernier. Ces statistiques ne peuvent que laisser un gout amer pour les tifosi, néanmoins, avec une bonne préparation estivale, l’avenir peut s’avérer plus radieux. En effet, Radja est lié jusqu’en 2021 avec la Beneamata. Il est l’un des leaders charismatique de l’équipe et perçoit un salaire de 4,5 millions d’euros. En cas de départ de Mauro Icardi et Ivan Perisic, il s’agira de l’un des meilleurs salaires du Club et c’est par lui que tout transitera. Spalletti voulait l’avoir peu importe le prix, il l’a attendu et profite de ce renouveau. Nainggolan séduit également Antonio Conte, annoncé comme celui qui redorera le blason interiste. Lors de sa carrière à la Juve, Conte avait d’ailleurs tenté de le recruter, en vain. "Pour la saison à venir et s’il est en pleine forme : Nainggolan pourrait devenir l’homme juste au poste juste" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Radja Nainggolan s’est livré dans une longue interview au Corriere Dello Sport. Pour info, cette interview a eu lieu, avant le match face à Frosinone. Nainggolan, comment noteriez-vous votre saison ? "C’est vous qui donnez les points. J’ai connu des blessures et j’aurai très certainement pu faire mieux cette année. J’ai été conditionné par la blessure de pré-saison, ce n’était pas une blessure légère, mais située dans une zone délicate comme peut l’être le fémur de la cuisse gauche." "Si j’avais connu une préparation physique complète, peut-être que les autres n’auraient pas suivi derrière. Je ne suis toutefois pas encore arrivé au top de ma forme. Si je me fie à mes autres saisons, je suis cette année moins satisfait de mes prestations." Comment est-ce possible de connaitre autant de blessures cette année ? "J’ai 30 ans et je suis devenu…vieux. Dans ma carrière, j’ai toujours eu l’habitude de jouer 40-50 matchs par saison. Ici, à l’Inter, j’ai dû en faire 8-9 avant de me blesser. Cela s’est produit à trois reprises. C’est toujours compliqué car je suis continuellement écarté alors que je suis à peine sorti d’une blessure. Lorsqu’il y avait des matchs de Coupes d’Europe, j’allais de mon côté les remplacer par des entraînements. Je dois jouer pour être au meilleur de ma forme." Est-ce encore temps pour vivre une fin de saison à la Nainggolan ? "Je suis de retour depuis deux matchs et je dois faire face à des matchs important. Face à Frosinone, ce sera une rencontre importante et je veux avoir des minutes dans les jambes. Ensuite, il y a les confrontations directes face à la Roma et la Juve qui seront décisives pour le classement." A propos de confrontations directes, cette saison, vous en avez très peu joué... "Je suis sorti blessé lors de la première mi-temps du Derby et j’ai joué un quart d’heure face à la Lazio. Il y a toujours des regrets car tu joues au football pour disputer ce type de rencontres, celles de haut de classement. Mais c’est ainsi, je veux finir au mieux cette saison et repartir sur de bonnes bases la saison prochaine." "Je n’ai jamais été autant à l’arrêt dans ma carrière. Je n’avais connu que des petites blessures et parfois, il m’arrivait même de jouer blessé. Cette année par contre, j’ai vite compris qu’elle n’étaient pas supportables. Je dois changer quelque chose." Que voulez-vous dire par changer quelque chose ? "Ce n’est pas nécessairement mon style de vie hors du terrain. Peut-être que je dois étudier une autre façon de m’entraîner, travailler plus en salle de gymnastique. On va y penser cet été." De combien de points avez-vous besoin pour être sûr de jouer la Ligue des Champions ? "Il y a encore 21 points dans la balance et des confrontations directes sont à venir. Les formations qui sont en lutte pour la Ligue des Champions ne pourront pas toutes les remporter. Avec 5 victoires en 7 matchs, vu l’avantage que nous avons, il est possible d’atteindre cet objectif." Il vous faudra battre Frosinone et ensuite ce sera la double confrontation face à la Roma et la Juve. Pourriez-vous aborder ces matchs avec plus de sérénité ? "Tout dépendra des résultats de nos adversaires. Le mois derniers nous avons perdu face à la Lazio, dans un match qui aurait pu nous octroyer une avance de 8 points. A présent, nous en avons 5 d’avance. Si nous nous plantons une nouvelle fois, nous risquons d’être de nouveau au contact avec nos poursuivants. C’est pour cette raison, que par mesure de sécurité, nous devons viser la victoire à chaque match." Pensez-vous déjà à votre première fois face à votre Ex, la Roma ? "Non pas encore, je suis serein." A quel type d’émotions vous attendez-vous ce samedi ? "A l’aller, à l’Olimpico, je me suis perdu volontairement car je ne voulais pas jouer....il rit. J’étais réellement blessé… J’ai connu des années inoubliables à Rome et j’y ai encore tant de beaux souvenirs. La saison passée nous avons atteint des objectifs importants, mais c’est une aventure terminée et un nouveau chapitre qui s’est ouvert à moi. Un chapitre avec l’Inter qui est beau à écrire et je dois penser à faire de mon de mieux ici à présent." Qu’avez-vous ressenti lors du départ de Monchi, qui est celui qui a provoqué votre vente ? "Avec lui, j’avais un rapport ouvert. Il réunissait toujours les 6-7 joueurs les plus représentatifs et nous parlions tous de la façon dont nous comporter pour améliorer l’équipe. Je me sentais important. Ensuite, j’ai appris ce qu’il disait sur mon dos et cela ne m’a pas plus…Trois jours après son départ de la Roma, une équipe dont il disait être amoureux, il signait son retour à Séville. Pour moi, cela démontre beaucoup de choses." "Sans lui, j’aurai hypothétiquement pu être encore présent là-bas. J’aurais aussi pu être ailleurs, car la Roma aurait également pu vouloir me faire signer ailleurs. J’ai choisi ma destination, l’Inter, car je savais que Spalletti voulait m’avoir et que c’était la décision la plus juste." Etes-vous lassé d’entendre certains jugements sur la portée de l’opération qui vous a fait signer à l’Inter avec Zaniolo qui est allé à la Roma ? "Pour moi, ce n’est pas un problème, car chacun suit son parcours. J’ai joué 10 saisons au haut niveau, 9 bonnes et celle-ci kif-kif. Zaniolo a disputé 20 matchs en Serie A, 18 bons. C’est normal que l’on parle en bien des jeunes à qui on sert tout sur un plateau d’argent." "Avant, un gamin devait montrer bien plus et il atteignait parfois et seulement que la Serie B. Je suis heureux pour lui et je lui souhaite le meilleur car je n’ai aucune rancune pour personne. Je pense à ma carrière, point. C’est facile de réaliser une bonne saison, on fera le compte dans 10 ans." A la lumière du lien qui vous lie à Totti, seriez-vous content qu’il dispose d’un rôle clé dans le futur, à la Roma ? "Je l’espère. Même si ce n’est pas un rôle important car lui représentera toujours et à jamais la Roma. Il n’y a pas besoin de l’encenser de façon plus ou moins importante pour démontrer qui il est. Je lui souhaite le meilleur car il a toujours été bon." Signeriez-vous pour voir l’Inter troisième et la Roma quatrième en fin de saison ? "Immédiatement. J’ai gardé de très bons rapports avec beaucoup d’anciens équipiers. Cela me ferait plaisir de les voir heureux." A qui serrerez-vous la main en premier samedi et avec qui échangeriez-vous votre maillot ? "Si je pouvais, je l’échangerais avec tous ceux à qui je souhaite du bien, il me faudrait alors vingt maillots. Lors de mon dernier déplacement à la Capitale, j’ai croisé Kolarov et Manolas, et j’aurais dû rencontrer Dzeko s’il n’avait pas eu un impératif. Lorsque tu réalises une saison, comme celle de l’année dernière où tu parviens à atteindre la demi-finale de la Ligue des Champions, des liens très forts se tissent à la vue de l’intensité d’une expérience qui te marquera pour toujours." Si Dzeko vous contacte pour savoir comment c’est la Vie à Milan, que lui répondriez-vous ? "Je savais déjà comment était Milan avant de signer à l’Inter, c’est valable aussi pour lui." Conseilleriez-vous à l’Inter de recruter Edin ? "Ce n’est pas le genre de chose qui doivent m’être demandées. Comme joueur, même s’il est âgé de 33 ans, je le trouve bien, il a une valeur indiscutable, il donne tout pour ses équipiers et il marque énormément. Cette année, il peut sembler être en retrait car les résultats de l’équipe sont un peu en deçà, mais ce n’est pas le cas." Exulterez-vous en cas de but face à la Roma ? "Non." Si vous pouviez choisir : Préféreriez-vous battre la Roma ou la Juventus ? "Toute ma vie la Juve car je suis Anti-Juve. Je suis né comme ça…il sourit. Avoir été l’objet de chants négatifs me donne un sentiment de fierté" (Radja a été victime de chants de la part de tifosi bianconero.) "Il y a tellement de joueurs qui acceptent de rejoindre la Juve immédiatement car ils savent qu’ils peuvent gagner là-bas. Moi par contre, je n’ai jamais eu l’intention d’y aller. Je préfère remporter un trophée en y étant protagoniste qu’aligner une série de Scudetti en ne disputant que 10 rencontres. Je suis comme ça depuis toujours." Qu’avez-vous pensé en voyant Juve-Milan avec ces épisodes discutables ? "Pour moi, il y a un net penalty sur le 0-0." La Juventus est-elle favorite pour la victoire finale en Ligue des Champions ? "Elle n’encaisse quasiment jamais de but, c’est fondamental. Elle dispose de la force mentale des grandes équipes." A quel point la saison de l’Inter a été conditionnée par le Cas Icardi ? "Dans une équipe, tout le monde est important, mais personne n’est indispensable. Mauro est fort, mais nous avons aussi chez nous un autre grand attaquant: Lautaro, qui a toujours fait de très belles prestations depuis qu’il a joué. Il a une destinée de Top Player. J’ai dit à Icardi que s’il avait des problèmes avec quelqu’un, qu’il se devait de les résoudre lui-même, sans que cela n'ait d'impact sur toute l’équipe. On en a trop parlé, à présent c’est fini." Tout est rentré dans l’ordre pour vous ? "Oui, il s’entraîne et se met à disposition comme nous tous. Qu’il continue de la sorte et à marquer, c’est un joueur important." Lui aviez-vous conseillé quelque chose, lui avez-vous parlé lorsqu’il tenait un certain type de comportement ? "Je lui ai dit ce que je pensais, qu’il fallait objectivement résoudre les problèmes qu’il avait avec certains, le groupe n’a pas à payer pour son absence." Durant cette situation, Spalletti a toujours mis en avant l’équipe par rapport aux individualités. Est-ce que le vestiaire l’a apprécié ? "C’est vrai, il a mis l’importance sur le groupe. Un entraîneur doit être crédible envers les joueurs et Spalletti a cherché à gérer au mieux cette situation, en faisant ce qu’il pouvait. Même moi j’aurai pu lui en vouloir, mais j’ai payé pour ce que j’ai fauté*. C’est comme cela que les choses doivent fonctionner, et c’est valable pour tous." *Nainggolan a été suspendu et a dû payer une amende suite à un comportement jugé non-professionnel : retards répétitifs aux entraînements. Spalletti a tout fait pour vous avoir à l’Inter. Il a été critiqué pour votre rendement. Ressentez-vous lui devoir une dette ? "Pour la volonté dont il a fait part pour m’avoir, je lui en dois une. Je suis déçu de ne pas avoir su faire de mon mieux pour lui venir en aide à lui et à l’équipe." A la lumière de la Ligue des Champions conquise l’année dernière et vu le classement actuel, retenez-vous comme excessif les critiques qui pleuvent sur l’entraîneur ? Les rumeurs sur Conte se font de plus en plus insistantes... "C’est inévitable de ressentir de la lassitude lorsque tu lis certaines choses. Nous sommes tous des humains et on vient remettre en cause certaines choses…Si l’Inter arrive troisième, Spalletti pourra se vanter d’avoir améliorer sa position comparé à l’année dernier. Et comme l’objectif est de toujours s’améliorer…." L’an prochain, avec un Nainggolan à 100%, jusqu’où peut arriver l’Inter ? "Nous verrons si l’an prochain je pourrais me donner à 100%. Si vous voulez savoir, comment je me sens, c’est comme aller à la guerre…il sourit de nouveau." Vous avez le même agent que Barella, Beltrami. Avez-vous conseillé Nicolò de rejoindre l’Inter ? "Je ne fais pas l’agent, même si sur le terrain je pourrais lui donner des conseils. Barella est un joueur qui va avoir une carrière importante et je lui souhaite le meilleur dans toutes les équipes où il évoluera. Il est fort et nous sommes similaires aussi." Pour conclure, quelles sont les différences entre la vie romaine et la vie milanaise ? "Le principal c’est le style de vie. A Rome, au restaurant, on vient te saluer de toute part, même à table. Ici, à Milan, personne ne vient vous déranger. Il y a aussi plus de compétitivité ici, tandis qu’à Rome on vit à la bien." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Radja Nainggolan était présent à Rome pour des raisons personnelles, liées à une marque d’habillement qui venait d’ouvrir dans la Capitale. Présent aux côtés de Manolas, son ancien équipier à la Roma, il est allé saluer les Tifosi présents sur places. Outre les selfies et il a répondu à ses derniers sur Instagram. Quand reviens-tu à Rome ? "Très bientôt, je l’espère" - Mais il n’y a pas lieu de polémiquer : "J’ai mes amis les plus chers à Rome et il m’est possible d’y revenir en fonctions des engagements qui me sont consentis." As-tu oublié le public Giallorosso ? "Jamais." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...