Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'romelu lukaku'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

101 résultats trouvés

  1. A travers un communiqué paru sur les réseaux sociaux, Romelu Lukaku est revenu sur la Une, honteuse, du Corriere Dello Sport. ""Au lieu de se concentrer sur un duel entre 2 équipes, le Corriere dello Sport vient avec la Une la plus débile jamais vue dans ma carrière. Vous entretenez la négativité et le racisme. Au lieu de parler de ce beau match, qui sera disputé au Meazza, entre deux grands clubs..." "L'éducation est la clé. Vous, Corriere dello Sport, devriez faire un meilleur travail que cela. Merci aux Tifosi et aux autres journalistes pour le soutien apporté." "Regardons tous vers le match de demain. Forza Inter". Espérons que Lukaku sera se montrer sous son meilleur jour ce soir, courage Big Rom! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Cette saison 2019-2020 est celle de la révélation pour Lautaro Martinez qui a définitivement conquis les Tifosi, mais également les clubs les plus riches d’Europe. Conséquence, courtisé par la presse, Martinez s’est livré à Sky Sport à quelques jours des réceptions de la Roma et de Barcelone: Déclaration d'amour "Pour moi, l’Inter est ma maison, j’y passe la plus importante partie de ma vie et cela compte tellement pour moi. Les gens m’ont démontré leur affection dès mon premier jour et pour un footballeur, c’est fondamental. Je veux continuer à travailler et à démontrer, avec humilité, que je suis à la hauteur pour endosser ce maillot. "Mon objectif est de rendre fier les tifosi et ma famille qui, objectivement, souffre plus que moi. Je profite de l’occasion pour les saluer vu qu’ils vivent en Argentine et qu’ils sont très fier de comment vont les choses." Roma "Nous travaillons toujours en semaine pour faire face à chaque match, la Roma, le Barça, mais aussi la Spal. Nous travaillons pour prouver que nous sommes l’Inter et que nous voulons toujours les trois points. Notre objectif est celui de chaque équipe, travailler match après match en pensant au prochain adversaire." Saison écoulée "J’évoluais dans une équipe qui n’avait qu’une seule pointe en attaque. Je savais que devant moi, c’était le capitaine Icardi, le joueur le plus important, c’était très compliqué de jouer. Mais je me suis toujours entraîné, même si je savais que c’était ainsi. J’ai eu la possibilité de jouer quelques minutes, mais pas comme je l’aurai voulu." "Cette année, j’ai réalisé une très grande Copa America, ensuite j’ai rencontré Conte qui travaille avec une intensité élevée. Il traite tous les joueurs de la même façon, tous ceux qui sont présent à l’entrainement se donnent au maximum." Lukaku "Romelu est une très belle personne sur et hors du terrain. Nous travaillons au mieux pour suivre les indications de Conte et porter l’Inter au sommet." Les Argentins de l’Inter "Tous connaissent l’Histoire de l’Inter avec les argentins : Icardi, Zanetti, Milito, Cambiasso….C’est une responsabilité supplémentaire pour moi, elle m’aide à grandir et à me donner encore plus. Conte me donne la confiance dont un joueur a besoin, il dit les choses de façon directe, comme le Sélectionneur de l’Argentine." "Cette année, il m’a aidé à établir un parcours physique et nutritionnel bien défini, cela se reflète sur le terrain." La STAT qui fait mal De Spalletti à Conte, d’Icardi à Lukaku, quel est l’impact de ses changements pour Lautaro Martinez ? Saison 2018/2019 Saison 2019/2020 9 matchs disputés 19 matchs disputes, série en cours 381 minutes sur le terrain 1.399 minutes sur le terrain 2 buts inscrits 13 buts inscrits La confiance d’Antonio Conte a permis l’éclosion du Toro que Diego Milito avait déjà cerné, lorsqu’il l’avait proposé à Javiez Zanetti, convaincu qu’il fallait le transférer à Milan. Ausilio est également sur de son coup lorsque, confronté à la menace Catalane, il répond à la presse: "Lautaro nous a aussi choisi…" Selon vous, fallait-il aligner que Lautaro dès le début de l’affaire Icardi ? L’Inter aurait-elle pu être plus performante ? Qui a mieux gérer le Toro : Spalletti ou Conte ? Exprimez-vous ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Milan Skriniar s’est dernièrement livré à Sky Sport et au portail tchèque Idnes.cz. Retour sur deux interviews sans filtre Barcelone "Ce sera un match ouvert, certainement pas facile. La chose la plus importante, pour nous, était de remporter la rencontre face au Slavia pour se retrouver dans une bonne position. L’emporter ne fut pas facile, car le Slavia est vraiment une bonne équipe, très rapide. La première mi-temps n’était pas simple, mais nous avions fait mieux en seconde." Le but annulé et le penalty "C’était moche objectivement. Mais c’est la Var, on ne peut rien y faire." La faute était-elle claire ? "Je pense que oui, mais je ne l’ai pas revu." Lukaku et Lautaro "C’est beau de les avoir avec nous : Ils marquent, mais ils sont extrêmement utile pour l’équipe. Ils attaquent les défenseurs, savent tenir le ballon, c’est quelque chose d’incroyablement important pour nous. Lukaku ? "Si tu te le prends, tu rebondis: Il est extrêmement puissant, je suis content de l’avoir." La défense à trois ? "L’Inter joue mieux que ces dernière années. Il a fallu s’habituer à un nouveau style. Personnellement, je n’ai jamais évolué à trois, mais je pense que je m’améliore match après match. Je suis vraiment heureux de cela." Mithat Halis Le représentant de l'agence Stars & Friends, a géré par le passé Milan Skriniar est parvenu à enrager The Beast. Cette dernière faisait part d’envies d’ailleurs de la part du numéro 37 Nerazzurro "J’ai vu qu’il y a eu des sorties sur moi. Mais je ne comprends pas pourquoi qui parle pour moi ? Cette personne n’est pas mon agent. Je ne sais pas comment il est possible que lui s’exprime sur ces choses, si ce n’est pour créer de la confusion... Ce n’est pas possible qu’une personne, qui n’a rien à voir avec moi, s’exprime sur ce type de choses." Actuellement, est-il mieux de rester à l’Inter ? "C’est évident, nous sommes une équipe et nous avons une Team forte, je veux continuer ainsi et je me sens bien ici." Conte ? "Il y a tant de Conte dans la mentalité conquérante que nous démontrons, dans le fait que nous n’abdiquons jamais. Je le répète depuis le premier jour." L’écart avec le Juve ? "Cette année, il s’est évidemment réduit. Nous sommes un groupe plus uni et plus fort. Selon moi, si nous continuons ainsi et si nous nous entraînons bien, nous pourrons toujours aller que vers le haut." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Une statistique incroyable, qui démontre met un terme aux considérations de l’Inter de ces dernières années, une Inter qui devait composer avec l’état de forme de Mauro Icardi...... Comme le souligne Opta, Romelu Lukaku et Lautaro Martinez transcendent l’Inter à son de buts, surtout à l’extérieur. Comme nous vous en avions déjà informé, la Lula performe bien à l’extérieur, avec pas moins de 13 buts inscrits. En prenant en compte la somme des buts inscrits, à l'extérieur, par tous les joueurs dans chaque équipe, seule l’Atalanta et le Napoli font mieux que notre Duo à peine né ! Le Saviez-Vous ? Lautaro Martinez est un précoce: Il marque quasiment toujours en première période: 2' Sassuolo 3' Barcelone 5' Borussia (retour) 12' Torino 18' Juventus 22' Borussia (Aller) 23' Brescia 27' Cagliari Que pensez-vous de telles statistiques ?! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Un doublé de Lautaro Martinez et un triplé de Romelu Lukaku.Tel aurait dû être le résultat final du déplacement de l’Inter sur le terrain du Slavia Prague. Si l’Inter l’a emporté au final 1-3 au lieu de 0-5, l’ouverture du score est tombé à la 19’ de jeu. Romelu Lukaku, tel un tank a repris un ballon aérien pour aller percer la défense de Prague. Les coups reçus ne l’auront pas fait chuter et son centre en retrait trouvait le Toro argentin qui ne laissait aucune chance à Kolar. Dans un match où Conte a décidé de laisser la possession à l’adversaire, l’Inter double la mise à la 36’ sur une contre-attaque éclair. Lautaro Martinez sert Big Rom qui n’a plus qu’à la pousser au fond malgré des chants racistes à son encontre. Des chants dont le Diable Rouge préviendra l’arbitre en regard au secteur concerné. Toutefois, ce but, parfaitement valable et finalement invalidé. En effet quelques minutes auparavant un joueur de Prague se retrouve à terre suite à un contact dans la surface interiste. Si le contact est très léger, la peine est très sévère pour l’Inter : but annulé et penalty converti pour le Slavia. Ce but inscrit par Soucek à la 37’ fait terriblement mal au moral des Nerazzurri qui n'attendant que la mi-temps. Une pause qui permettra à Conte de remobiliser et de rebooster les siens. Avec un Fc Barcelone qui a sorti la sulfateuse face au Mur Jaune du Borussia, l’Inter dispose d’une réelle chance de retrouver la seconde place du groupe et de pouvoir rêver à une Finale avant la date face aux Catalans déjà qualifiés. Le tournant du match aura lieu à la 81’ : Lazaro entré en jeu adresse un ballon en profondeur à Romelu Lukaku. Frydrych qui se trouve pourtant sur la trajectoire se toile lamentablement en glissant. La sanction est sans appel, Romelu fonce tel Il Fenomeno ou l’Imperatore vers Kolar, le dribble facilement et telle une partie FIFA rentre dans la surface et envoie un tir puissant dans le but vide. Conte exulte avec le banc interiste et se retrouve injustement sanctionné d’un carton jaune. Le Slavia complètement déstabilisé coule définitivement face au Cyclone Lula, Lukaku et Lautaro s’entendant à merveille. Preuve en est ce bijou de but à la 88’ : Romelu récupère un ballon, désaxé devant le grand rectangle, il réalise une Trivela qu’un certain Ricardo Quarsema aurait très certainement validé. Cette passe technique atterrit pile-poil sur le pied de l’argentin qui sans contrôle, reprend du droit : L’Inter explose de joie, le duo Nerazzurro permet au peuple interiste de passer une fin de math plus sereine. Romelu, déjà privé d’un doublé, se verra privé d’un triplé. Lancé en profondeur à la 93’ Big Rom, réalise une Ronaldo brésilienne en réalisant quelques jeu de jambes et en mettant un petit pont au défenseur du Slavia. Si le but est beau, celui-ci se verra annulé après le coup de sifflet final par la Var. Du jamais vu pour un arbitrage qui n’était qu’une vaste blague. L’Inter a démontré une fois de plus qu’elle disposait du même mental que son entraîneur et donne rendez-vous à ses tifosi, à la maison, au Meazza pour disputer SA Finale de Ligue des Champions face au Fc Barcelone. L’Inter sera qualifiée: En cas de victoire sur le Fc Barcelone En cas de nul combiné à un nul de Dortmund face au Slavia En cas de défaite combiné à une victoire du Slavia en terre allemande. Est-ce que le Slavia engrangera son troisième point à l’extérieur en trois match, lui qui aura surpris le Fc Barcelone au Nou Camp et l’Inter au Meazza ? L’Inter pourra compter sur une ligne d’attaque en pleine forme : LU aurait du inscrire 3 buts en 4 matchs, mais il n’en compte qu’un. LA en est déjà à 5 buts en 5 matchs…What Else ?! Rendez-vous tous au Meazza le 10 décembre ! Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Slavia Prague 1-3 Inter Buteur(s): 19’, 88’ Lautaro Martinez (I), 37’ Soucek (S, pen.), 81’ Lukaku (I) Var: 36’ But annulé à Romelu Lukaku + Penalty pour le Slavia. Après le match : Second but annulé à Romelu Lukaku Slavia Prague: 1 Kolar; 5 Coufal, 25 Frydrych (83’ 24 Takacs), 15 Kudela, 18 Boril; 22 Soucek; 10 Husbauer (70’ 12 Zeleny); 28 Masopust, 7 Stanciu (58’ 27 Traoré), 23 Sevcik; 9 Olayinka. Banc: 30 Markovic, 14 Van Buren, 21 Skoda, 24 Takacs, 29 Helal. T1: Jindřich Trpišovský Inter (3-5-2): 1 Handanovic; 2 Godin, 6 De Vrij, 37 Skriniar; 87 Candreva, 8 Vecino (80’ 30 Esposito), 20 Borja Valero (76’ 5 Gagliardini), 77 Brozovic, 34 Biraghi (76’ 19 Lazaro), 10 Lautaro Martinez, 9 Lukaku Banc: 27 Padelli, 16 Politano, 33 D’Ambrosio, 95 Bastoni T1: Antonio Conte Arbitre: Szymon Marciniak Var: Gil Averti(s) : Vecino (I), Lautaro Martinez (I), Kudela (S), Conte (I) Expulsé(s) : / Affluence : 19.370 supporters (sold-out) ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Tuttosport est revenu sur les débuts de Romelu Lukaku. Des débuts spectaculaires qui permettent à l’Inter de maintenir la pression sur la Juve, à tel point qu’il en fait oublier Mauro Icardi. Un attaquant à l’ancienne Un attaquant jamais vu auparavant. Demandez à Gleison Bremer, Federico Peluso, Massimiliano Mangraviti, qui ont été victimes de sa force physique, quelque chose qui, en Italie, ne s’était plus vu depuis quelques années. Romelu Lukaku rappelle les attaquants d’une autre époque, celle de John Charles à Gunnar Nordahl, eux qui savaient comment surprendre les défenseurs en replaçant le football à une simplicité primordiale. Antonio Conte est l’homme qui a convaincu Lukaku d’épouser la cause interiste, lui qui fut son sponsor principal au Suning…et Conte avait vu juste. Observez juste ses nombreux buts en Championnat. Le poids des chiffres Le Belge profite de l’effet de surprise, lui qui est favorisé par le fait de disposer d’un physique extraordinaire pour une compétition telle que la nôtre. Ses statistiques sont impressionnantes. Dans l’Histoire de l’Inter, seul Nyers, en 1948/49, était parvenu en tant que débutant à inscrire plus de buts que lui en 13 journées : 11 buts. Face au Torino, Romelu est également parvenu, pour la huitième saison consécutive, à déjà atteindre aussi la dizaine de buts. Parmis les grands attaquants évoluant en Europe, seul Lewandowski a été plus rapide. Pourtant le défi était de taille et Lukaku avait la pression sur ses épaules, lui qui avait la lourde tâche de remplacer Mauro Icardi, soit le huitième attaquant le plus prolifique de l’Histoire de l’Inter avec 124 buts à son actif. Romelu est le joueur le plus cher de l’Histoire du Club : 65 millions d’euros ont été déboursé, 10 millions de bonus sont à ajouter et United percevra 5% en cas de future revente. Lukaku fait preuve d’une précocité jamais vu auparavant devant les buts, même face aux légendes qui ont fait partie de l’Histoire du Club. Christian Vieri qui était jusqu’alors le joueur le plus cher de l’Histoire de l’Inter, avait, lors de sa première année à l’Inter, atteint la dizaine de but uniquement en février. Diego Milito à la mi-décembre, même si cela ne l’a pas empêché d’inscrire 22 buts. Samuel Eto’o était parvenu à ce stade seulement en mars. Ronaldo, Il Fenomeno était parvenu à atteindre ce stade à la 18ème journée... Incroyable ! Le fait qu’il n’a pas encore inscrit de but en Coupe d’Europe peut être justifié. En effet, à Dortmund, si Lautaro lui avait passé le ballon, il aurait également ouvert le score mettant un terme à tant de discussions... Il est également évident que l’Inter, si elle veut se qualifier pour les huitièmes de finale, ne pourra pas se passer des buts de son avant-centre déjà à Prague. Avec dans le viseur, une Finale historique face à Barcelone qui devra, avant tout, s’imposer face au Borussia Dortmund. En Ligue des Champions, Romelu a inscrit ses derniers buts le 6 mars 2019, face à Paris. Une donnée anormale pour cette machine à buts que représente Big Rom. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. C’est désormais une certitude et l’Inter a de quoi se méfier. Après avoir de nouveau revêtu le maillot de titulaire avec son Argentine natale, Lautaro Martinez est devenu plus qu’un Totem de la formation Nerazzurra. Auteur de 3 buts en 4 matchs en Ligue des Champions, il se montre également décisif en Serie A aux côtés de Romelu Lukaku, ce qui permet à l’Inter de rester dans la roue de la Juve. Mes que un club A présent, le Toro est très sérieusement courtisé, par Manchester United, mais surtout par le Fc Barcelone prêt à lancer l’assaut au Suning. Fort de la bénédiction d’un certain Lionel Messi qui voit en lui le successeur de Luis Suarez, le Fc Barcelone est à présent prêt à payer la clause libératoire de 111 millions d’euros. Pour donner suite à cette confirmation, Beppe Marotta a décidé de travailler sur une nouvelle proposition de contrat afin d’éviter l’activation de cette clause au 1er juillet 2020. Une solution qui ne convainc ni le joueur ni son agent. La proposition sur la table est un passage à 3 millions d’euros net par saison plus bonus jusqu’en 2024 avec, en cas de maintien de la clause libératoire, une revalorisation doublée de celle-ci : 222 millions d’euros. Une somme qui pourrait faire reculer les prétentions de Barcelone et de Manchester United. Un rendez-vous a été planifié peu avant Noël entre Beto Yalque et la direction interiste, soit au terme de la phase retour de la Ligue des Champions. L’impact en cas de non-accord C’est une situation à prendre en considération : Quel serait l’impact financier, en cas de vente de Lautaro Martinez, pour la somme de 111 millions d’euros ? En premier lieu, cela voudrait dire qu’il y aurait eu un échec dans les négociations entre l’Inter et sa pépite argentine. Celui qui est considéré comme l’Héritier d’Aguero en Sélection et d’Icardi à l’Inter a coûté la somme de 25 millions d’euros, une somme dérisoire vu son éclosion et qui a été versée au Racing Avellaneda de Diego Milito. A présent, Lautaro fait déjà l’objet d’un amortissement positif de 5 millions d’euros. Au 30 juin 2019, il ne pèsera plus que 20 millions d’euros. Dans le cas où le Fc Barcelone viendrait à activer la clause libératoire de 111 millions d’euros en juin 2020, l’Inter réaliserait une exceptionnelle plus-value de 96 millions d’euros. Une somme qui, même si elle reste importante, ne fait pas partie des projets à venir à la Casa Inter, qui voit en Lautaro un joueur essentiel. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Présent dans les studios de Sky Calcio Show, Gianluca Di Marzio est revenu sur la performance du duo nerazzurro Lukaku-Martinez, plus communément appelé Lula par les tifosi : « C’est un duo qui a été étudié durant l’été. Ils ont été programmés pour cela, ce n’est pas pour rien que Conte avait déjà réclamé l’arrivée de Lukaku, qu’il considérait comme le partenaire idéal de Lautaro. Je pensais aussi que Dzeko serait arrivé. Cela aurait probablement proposé une difficulté supplémentaire. A présent, Lautaro se sent plus comme un leader, sans avoir à faire face à une concurrence agressive. » Conte et Lukaku gravé dans l’Histoire de l’Inter L’Inter poursuit sa marche en avant. Si la victoire sur le Torino permet aux nerazzurri de conserver le statut de prédateur privilégié de la Vieille Dame, Antonio Conte et Romelu Lukaku, explosent quant à eux, tous les records. Voici l'analyse de la Gazzetta Dello Sport : Le record, dans l’histoire récente de l’Inter de Giovanni Trapattoni a été battu, lui qui avait proposé 10 victoires lors des 13 premiers matchs de Serie A. Il faut remonter en 1950-1951 pour retrouver trace d’une série de 11 victoires en 13 matchs de l’Inter. L’Inter propose également un bilan de 34 points sur 39 à disposition, en ayant réalisé qu’un match nul et subi qu’une seule défaite, l'œuvre de la Juve. Onze buteurs différents ont déjà marqué pour l’Inter cette saison, sans oublier l’impact de la Lula. De plus, personne dans l’histoire n’était parvenu à remporter les 7 premiers matchs à l’extérieur. Personne, n’a réussi une telle performance dans les 5 plus grands championnats européens. Romelu déménage Il a inscrit son dixième but de la saison alors que nous sommes qu’au mois de novembre… Seul un joueur, débutant en Serie A, a réalisé au moins autant de buts lors des 13 premières journées : Stefano Nyers, en 1948/49. Et si Lukaku éprouve des difficultés en Ligue des Champions, l’Inter peut compter sur sa pépite argentine : Lautaro Martinez déjà auteur de 3 buts en 4 matchs en Coupe d'Europe. Au total, la Lula a déjà inscrit 16 buts pour l’Inter en Serie A, dont 13 inscrits à l’extérieur… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Meilleur départ depuis la saison 1950/51. Première fois que nous gagnons nos sept premières rencontres à l'extérieur. Première fois que nous marquons sur nos treize premiers matchs... Un démarrage historique donc pour rester au contact de la Juventus. Antonio Conte s'est présenté en conférence de presse hier. Voici ses propos. "Nous craignions pas mal ce match contre une équipe forte, bien organisée et bien entrainée. Nous avons été féroces dans l'approche et la compréhension du jeu. Nous avons su comment bien exploiter les différentes situations et y trouver les bonnes solutions." Le championnat bat son plein avec un duel au somment. Suivre la Juve qui gagne toujours autant est plus un stress ou une stimulation ? "Ce que je dis à mes joueurs c'est d'abord voir ce que l'on fait nous. Vous n'avez pas à regarder ce qui est devant, même si ce qu'ils font est extraordinaire. Ils ont onze victoires et deux nuls et pourtant nous ne sommes qu'à un point. Ça stimule mais nous devons toujours faire de notre mieux, comme aujourd'hui. Il faut se concentrer sur soi. Je suis particulièrement heureux pour nos gars, ils sont récompensés pour le travail qu'ils accomplissent, les sacrifices qu'ils font, les longues séances tactiques... Ils récoltent ce qu'ils ont semé. Pour moi et mon staff c'est un plaisir d'aller à la Pinetina et de travailler avec eux." Vous continuez de battre des records historiques. Quelle est l'ambiance quand on regarde le classement ? "Très positive. C'est un état d'esprit qui doit nous galvaniser, et nos tifosi, car nous faisons des choses importantes. Cela dit vous savez très bien que nous ne sommes qu'au début, il n'y a que treize matchs à ce jour. Nous avons un matelas sur des équipes mieux équipées et qui travaillent avec le même entraineur depuis plus longtemps que nous. Cela doit nous rendre fiers. Si nous n'étions pas là vous auriez déjà fermé vos livres et vous auriez déjà attribué le Scudetto. Ça nous donne encore plus de force pour tenter de nous améliorer." A propos du bon accueil : "Le tifoso de l'Inter m'a accueilli d'une excellente façon et je ne peux que donner le meilleur de moi-même, les rendre fiers de l'équipe." De nombreuses confirmations sont arrivées, dont le duo d'attaque, et le clean sheet : "Cette solidité défensive c'est ce qui me rend le plus heureux. C'est très important. Si nous revenons à ce que nous étions en début de saison, totalement hermétique, nous serons plus sereins." Comment allez-vous gérer l'effectif avec l'enchainement des rencontres à venir ? Comment va Barella ? "Commençons par l'aspect positif ; Valero est rentré et a montré tout son professionnalisme et sa détermination. Il a travaillé dur, en silence et c'est très satisfaisant de voir qu'il répond présent. C'est un plaisir d'entrainer des gars comme lui ou Dimarco. Ce n'est pas simple de continuer à s'entrainer sans avoir de grandes chances de jouer. Je suis content pour eux, ils le méritent. J'espère maintenant que Barella n'a rien de grave car il est capital pour nous. Il passera des examens approfondis ce dimanche. Je veux rester positif." Parlez-nous de Lautaro : "Avec Romelu, Lautaro représente un potentiel offensif à développer. Il a 22 ans, le belge 26 et ce sont deux attaquants pour l'avenir de l'Inter, sur 7-8 ans pourquoi pas. Ils se développent de manière exponentielle. Je suis très heureux de leurs buts bien entendu, mais aussi pour le travail qu'ils fournissent à l'équipe. Ils auraient pu marquer plus ce soir mais l'équipe s'est rendue disponible pour leur apporter soutien et disponibilité." Un mot sur Icardi et Gabigol qui font plus que bien performer ? "Tout se passe au niveau des dirigeants. Cette année des joueurs comme Icardi, Nainggolan ou Perisic sont partis sans avoir d'incidences économiques positives. Nous avons peut être un trésor important." ®gladis32 – internazionale.fr
  10. Ces dernières années, l’Inter était devenu dépendante de l’état de forme de Mauro Icardi. Fort de son importance, le joueur avait connu la folie des grandeurs, avant de tomber sur plus fort que lui : Giuseppe Marotta. En conséquence et en accord avec Antonio Conte, l’Inter a pris des décisions fortes et importantes en décidant de se séparer de son secteur offensif, comprenez Icardi, Perisic et Nainggolan. Le tout en décidant de miser sur le duo Lautaro-Lukaku. Si l’argentin n’était que le "remplaçant d’Icardi" il y a un an, cette année est placée sous le signe de la révélation, au même titre que Romelu Lukaku qui débute à peine en Serie A. Voici l’analyse de la Gazzetta Dello Sport L’Inter a récupéré 8 points à la Juventus comparé à l’année dernière, en passant de -9 à -1. Il s’agit d’ores et déjà là d’une victoire attendue. Il fallait, en effet, reformer une ligne offensive orpheline d’Icardi et Perisic, qui était depuis des années les références de ce secteur. Révolution totale et satisfaisante A présent, l’Inter est devenue une machine à buts. Il n’y a pas un seul match cette saison où l’Inter n’a pas pas fait trembler les filets. Le concept adopté est donc satisfaisant et déjà remboursé à 100% de satisfaction. L’Inter marque et marque beaucoup. En inscrivant des beaux buts et des buts utiles, personne dans le Top 5 européen ne peut revendiquer une telle constance. En effet, jouer face à l’Inter est actuellement considéré à évoluer avec le score de 1-0 en sa défaveur. A titre de comparaison, Liverpool et Manchester City ont inscrit 95% de buts lors de l’ensemble de leurs matchs. Conte peut revendiquer 32 buts inscrits par son Inter, dont nombreux proviennent de phases de jeu étudiées et mémorisées à l’entrainement. S’il fallait en choisir, l’entraîneur pourrait citer le but de Sensi face à l’Udinese sur une assist de Godin, en tête de son classement. Une phase de jeu qui résume à la perfection le travail réalisé et répété à Appiano. Dans l’absolu, l’Inter cette saison a déjà inscrit 4 buts de plus comparé à l’année dernière, 5 buts si l’on prend en considération la Ligue des Champions. La répartition est également équilibrée : sur les 26 buts inscrit en Serie A, 13 l’ont été en première période, les 13 autres l’étant forcément dans la seconde. A eux seuls, Lukaku et Lautaro représentent 50% des buts inscrits. Un duo attendu au tournant par Conte qui ne peut qu’être satisfait. L’Inter compte cette année 10 buteurs différents sur l’ensemble de son noyau. A titre de comparaison, la Juve qui dispose d’un noyau plus important est derrière avec 9 buteurs différents. Si l’on rentre dans le détail, l’Inter est capable de marquer de n’importe où Toutes compétitions confondues, l'Inter peut marquer du droit, du gauche, de la tête, à l’intérieur de la surface (26 buts) mais également à l’extérieur (6 buts). L’apport des milieux de terrain où personne n’est exclus est également important. S’il fallait proposer une galerie d’art des plus beaux buts, il y a lieu de mettre en avant les réalisations de Barella face à Vérone, de Lukaku face à Brescia, de Brozovic et de Candreva face à Lecce, de Lautaro à Dortmund sans oublier le but de Sensi à l’Udinse et le but inscrit par Vecino au Borussia. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Un duo de rêve, celui dont certains tifosi avaient perdu espoir. Un duo inexistant depuis de trop nombreuses années. La Lula, comme l’a rebaptisé le peuple Nerazzurro fait des étincelles, elle qui est aimée suite aux performances des deux attaquants qui la composent, et ils ont raison, car les statistiques démontrent l’impact d’une attaque complémentaire. En effet, un tel duo propose bien plus dans le jeu, qu’un simple attaquant égoïste esseulé dans la surface adverse. La Lula, comprenez Lukaku et Lautaro, lorsqu’elle est alignée, permet à l’Inter de toujours réaliser quelque chose. Le duo est à la base des 12 derniers buts interistes : 10 à eux seuls, deux de Candreva. Voici l’analyse de la Gazzetta Dello Sport "Tout compétition confondue, la Lula a inscrit douze but lors du dernier mois écoulé, dont deux avec la collaboration de Candreva. Lorsque les deux joueurs sont titularisés ensemble, il y a toujours but. Pour ainsi dire, lorsque le Belge et l’Argentin sont sur le terrain, l’Inter démarre toujours avec l’avantage du 1-0. Cette condition explique en grande partie le bilan des 9 victoires en 13 matchs cette saison. "Plus que tout, la gestion de l’Inter par Antonio Conte lui a permis de voir son équipe, à chaque fois, trouver le chemin des filets. Il n’y a pas eu un seul match où l’Inter n’a pas inscrit le moindre but. Après deux mois de compétitions, et peu importe le niveau de l’adversaire, le ballon a toujours fini dans les filets. Cette donnée est révélatrice." Au net de leurs prestations, le duo Lukaku-Lautaro est l’auteur de 12 buts, 7 pour Big Rom, 5 pour le Toro en Serie A. Sur le sol italien, ce duo n’est "surclassé" que par le duo de la Lazio (13 buts) et de l’Atalanta (14 buts) : Immobile 10 buts et 3 pour Correa. Le meilleur duo étant celui de l’Atalanta avec Muriel 8 buts et Zapata 6 buts. A titre de comparaison, la ligne offensive de la Juve n’est pas aussi performante : Ronaldo 5 buts, Dybala 1, Higuain 2. Et l’Europe ? Avec 12 buts au compteur, la Lula semble s’être trouvée. Une situation d’autant plus particulière étant donné que Lautaro dispute sa réelle première saison, lui qui n’était que l’ombre de l’ancien capitaine déchu de l’Inter et que Lukaku ne dispute que son deuxième mois de compétition dans le Championnat le plus tactique et défensif du Monde. Lula figure actuellement dans le Top 5 des plus grands championnats européens: As Monaco 14 buts Ben Yedder (9 buts) + Slimani (5 buts) | Atalanta 14 buts – Muriel (8 buts) + Zapata (6 buts) Lazio 13 buts Immobile (10 buts) + Correa (3 buts) Chelsea 12 buts Abraham (8 buts) + Mount (4 buts) | Lyon 12 buts Dembelé (7 buts) + Depay (5 buts) | Leicester 12 buts Vardy (9 buts) + Maddison (3 buts) Inter 10 buts Lukaku (7 buts) + Lautaro Martinez (5 buts) Dortmund – Reus (5 buts) + Alcacer (5 buts) | Lille – Osimhen (7 buts) + Remy (3 buts) | Barcelone – Suarez (6 buts) + Messi (4 buts) | Liverpool – Manè (5 buts) + Salah (5 buts) Pas mal pour une première ! Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. L’Inter traverse une période positive. Après l’avoir emporté contre Brescia et contre Bologne, les Nerazzurri restent dans le sillage de la Juventus: -1 point. Et si la période est si favorable, elle l’est également en partie grâce à Romelu Lukaku qui pointe déjà à 9 buts en 11 match de Serie A. Après la rencontre face à Brescia, le Diable Rouge a invité l’équipe au restaurant, en proposant et en démontrant le climat optimal qui règne dans le vestiaire Nerazzurro Voici l’analyse de Tuttosport "Via la complicité d’Antonio Candreva qui avait filmé le tout, une vidéo a été postée sur Instagram. On y retrouvait une scène au restaurant, en présence des Nerazzurri et le geste de Lukaku a marqué les esprit. L’ambiance y était relaxante, quelques secondes après sa déclaration, les interistes avaient le sourire, s’en est suivi des applaudissements." "L’atmosphère qui ressort de cette scène est une très belle vision, alors que l’Inter est actuellement confrontée à une série de de rendez-vous importants. La sensation qui transparaît de ce groupe est sa si belle compacité. Le mérite en revient à des petits gestes, comme celui de Lukaku qui, dans le jour de repos octroyé par Antonio Conte, a trouvé le moyen de réunir le Vestiaire." "Un geste que l’entraîneur aura surement apprécié, étant donné que les joueurs ont préféré passer la soirée ensemble, alors qu’ils auraient pu tranquillement rester avec ceux qu’ils chérissent. Lukaku, lui, traverse une période positive. Pourtant, il a connu un début de saison caractérisé par une recherche de sa meilleure condition physique, sans oublier les douleurs importantes ressenties à son dos." "En championnat, il totalise 9 buts en 11 matchs, mieux encore, il a toujours inscrit son nom au marquoir depuis la trêve internationale. Un doublé face à Sassuolo, un but d’attaquant face à Parme et un très beau but de classe face à Brescia. Une perle qui a fait le tour d’internet et qui décompose les supporters de United qui mardi soir se serait plus attendu à un tweet de regret." "Depuis la défaite face à la Juve, Lukaku a décidé de porter l’Inter sur ses épaules en attendant d’inscrire son premier but en Ligue des Champions, un but qui pour l’heure, lui a échappé. Qui sait si Dortmund sera le meilleur endroit pour faire sauter ce tabou." En attendant, Romelu continuera à dérouler, comme ce fut le cas face à Bologne, en Serie A…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Javier Zanetti s’est livré à CDF sur l’Inter actuelle et la blessure subie par Alexis Sanchez Alexis Sanchez "Il s’est blessé malheureusement au moment où il était prêt physiquement. Il avait une telle envie, à Barcelone, il avait très bien joué, en réalisant une très grande première période. C’est un vraiment malheureux qu’il a subit cette blessure, mais les blessures font parti du football." "Je l’attend, nous attendons tous en première lieu qu’il récupère de la meilleure des façons et qu’il puisse représenter cet élément fondamental auquel nous nous attendons.Il est très important pour nous, car nous avons des attaquants proposant chacun différentes caractéristiques, lorsqu’ils jouent ensemble, ils sont bien complémentaires." Un trio Lautaro, Lukaku Sanchez "Ils peuvent jouer tranquillement ensemble car ce sont des attaquants très intelligents, ils aident énormément l’équipe. Et avec toutes les parties à disputer, personne n’est titulaire ou réservistes, tous se sentent important et c’est très important. Tous sont importants, personne n’est plus important qu’un autre. Et au final, c’est ce qui fait la différence." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Le « Géant » a offert à l’Inter trois points fondamentaux dans la course au titre et à la Ligue des Champions, un doublé extrêmement important qui a permis à l’Inter de revenir au score et de l’emporter sur le fil. Dans un match ô combien compliqué, l’Inter se présentait quasiment avec son onze type. En première période, l’Inter aura joué de malchance inscrivant deux buts, tous deux refusés pour des positions de hors-jeu. A la reprise, Bologne ouvre la marque des œuvres de Soriano, son tir à l’extérieur de la surface, contré involontairement par Stefan De Vrij, surprenant Samir Handanovic à la 59’. Bologne résiste ensuite aux assauts interistes, jusqu’à la 75‘ Milan Skriniar voit son tir repoussé par Lukasz Skorupski, tel un prédateur, Big Rom qui se trouvait au bon endroit au bon moment ne laisse aucune chance au bolognais. L’Inter tente le tout pour le tout en fin de match et Lautaro Martinez obtient un pénalty à la Cristiano Ronaldo dans le timing, mais pas dans les faits car pour l'argentin il y a bien faute de Riccardo Orsolini. Malgré les protestations des joueurs évoluant à domicile, le tir au but et bel et bien accordé. A ce petit jeu, Romelu Lukaku, à nouveau victime de chants racistes, envoi un tir puissant secouer les filets. L’Inter remporte sur le fil un match qu’elle aurait perdu ces dernières années. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Bologne 1-2 Inter Buteur(s): 59’ Soriano (B), 75’, 91’ Lukaku (I, pen.) Bologne: 28 Skorupski; 15 Mbaye, 23 Danilo, 13 Bani,11 Krejci; 16 Poli (72’ 5 Medel), 32 Svanberg; 7 Orsolini, 21 Soriano (76’ 31 Dzemaili), 10 Sansone (84’ 9 Santander); 24 Palacio. Banc: 1 Da Costa, 97 Sarr, 4 Denswil, 6 Paz, 17 Skov Olsen, 25 Corbo, 26 Juwara, 29 Cangiano, 30 Schouten. T2-T3: Miroslav Tanjga – Emilio De Leo Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 19 Lazaro (85’ 16 Politano), 5 Gagliardini (72’ 8 Vecino), 77 Brozovic, 23 Barella, 34 Biraghi (74’ 87 Candreva); 10 Lautaro Martinez, 9 Lukaku. Banc: 27 Padelli, 46 Berni, 2 Godin, 13 Ranocchia, 12 Sensi, 20 Borja Valero, 21 Dimarco, 30 Esposito. T1: Antonio Conte Arbitre: La Penna Var: Valeri Averti(s): Brozovic (I), Danilo (B), Gagliardini (I), Skriniar (I), Bani (B), Vecino (I), Medel (B) Expulsé(s): 93’ Bigon, Directeur Sportif(B) Affluence : 28 498 tifosi Réactions d’après-match d'Antonio Conte Il y a eu une grande réaction de la part de l’équipe. Nous avions pris un but qui, vu comment il est arrivé, aurait pu nous démoraliser. En lieu et place les garçons ont démontré une grande force intérieure et c’est une grande nouvelle pour nous. Sur un terrain difficile, contre une équipe comme Bologne, gagner en méritant de gagner est un signal important. Lukaku-Lautaro Les attaquants sont extrêmement importants pour solutionner notre jeu. Ce sont des attaquants atypiques, qui peuvent alterner en première et seconde pointe, ils parlent énormément ensemble, j’estime qu’ils réalisent du bon travail et j’en suis heureux au-delà des buts qu’ils offrent car ils viennent énormément en aide à l’équipe, lorsque celle-ci n’a pas le ballon. Derrière eux, grandi un jeu joueur prometteur : Esposito qui pourrait connaitre un futur important. La Juve Nous devons penser à nous-même à nous améliorer, à envoyer des messages positifs surtout à nos tifosi. Notre objectif est de devenir crédible et de sortir avec le maillot trempé. Ces garçons l’ont fait et à présent nous rentrons à Milan en nous concentrant sur la rencontre face à Dortmund, nous connaissons tous l’importance de cette rencontre. J’aime les défis, j’aime ramener une équipe vers la victoire après qu’elle ait connu des années difficiles. Ma carrière le démontre et j’espère parvenir aussi à le faire avec l’Inter. J’estime que nous travaillons tellement et la chose qui me rend le plus fier est d’être en contact avec un groupe de garçons sérieux et disponibles. Aujourd’hui, ceux qui sont rentrés en cours de jeu ont réalisé une belle prestation, tous ont le feu sacré, celui qui te permet de ne pas craquer face à l’adversité, c’est l’aspect le plus important. Les critiques Je suis heureux car j’ai noté une chose : L’Inter commence à présent à déranger. Réactions d’après-match de Romelu Lukaku C’était un penalty extrêmement important car nous devions l’emporter, nous avions besoin de ces trois points. Je dois féliciter Bologne qui a joué avec beaucoup d’intensité, en nous pressant beaucoup. Mais nous avons un grand mental et je suis fier de l’avoir emporté. Je travaille quotidiennement pour m’améliorer, j’ai 26 ans et je peux encore grandir. Je ne regarde pas le résultat des autres équipes, je reste concentré sur l’Inter et je ne pense qu’à cela : rentrer sur le terrain pour gagner. Lorsque tu travailles pour un objectif, les choses deviennent plus simple. Au moment du penalty, je pensais uniquement à marquer et à faire gagner l’équipe. Bologne avait inscrit un beau but, mais dans les dernières vingt minutes, l’intensité et la mentalité ont fait la différence. C’est très important pour moi de travailler tous les jours afin d’être en forme, d’avoir un impact positif en marquant des buts et en délivrant des passes décisives. Aujourd’hui, je suis très heureux de l’avoir emporté. Avec Lautaro, nous réalisons un grand travail pour l’équipe, nous voulons tous les deux l’emporter. Réactions d’après-match de Valentino Lazaro Ce n’était pas facile, mais je suis très fier, c’était extrêmement important de gagner. Je me sentais bien sur le terrain, j’ai tenté de venir en aide à l’équipe, je n’ai encore rien fait, on ne parle que d’un match. Fin de match compliquée Nous allons analyser, comme toujours, la prestation de l’équipe avec l’entraineur afin de voir où l’on peut s’améliorer. On ressent une belle atmosphère dans le vestiaire, le coach et le staff y sont pour beaucoup. C’était un bon match. Aujourd’hui, c’était particulier pour moi de débuter en tant que titulaire, dans un grand club comme l’Inter. Je suis concentré sur le fait de travailler durement et de m’améliorer encore, la victoire de l’équipe était ce qu’il y avait de plus important. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Les critiques envers Romelu Lukaku n’ont que très peu de sens actuellement, preuve en est les statistiques du Diable Rouge qui égale et surpasse un vieux record établi en 1997/1998 signé Ronaldo. En effet, avec 9 buts en 11 matchs, Big Rom réalise un meilleur début qu’Il Fenomeno qui en avait inscrit « que » 8 en 11 matchs. Cette performance est d’autant plus remarquable étant donné que le numéro 9 Nerazzurro n’a pas suivi le stage de pré-saison avec l’Inter. Sans oublier la complicité avec Lautaro Martinez, Sport Mediaset s’était déjà penché sur les statistiques de Romelu en avant-match et le constat est simple : Les débuts de l’ancien Red Devil à l’Inter est l’un de ses meilleurs début de saison dans l’ensemble de sa carrière. Après avoir égalé Il Principe Milito, en inscrivant six buts lors de ses premiers matchs, une autre légende a été rejointe en la personne de Ronaldo, le légendaire brésilien de l’Inter, suite à la victoire de l'Inter sur Bologne avec 2 buts de Lukaku. Si à présent, Romelu ne peut plus viser ou égaler le record d’un monstre sacré, dès son prochain match, il pourrait établir un nouveau record difficile à battre. Le précédant ayant plus de vingt ans ! Le saviez-vous ? Milan Skriniar est entré dans le légendaire club des centenaires. En effet, face à Bologne, Milan a intégré la liste des joueurs à avoir disputé au moins 100 matchs à l’Inter. Pour l’anecdote, Milan a atteint ce palier en comptant 100 matchs en qualité de titulaire. Auteur de 4 buts, il compte 52 rencontres gagnés dont 39 sans avoir permis à l’adversaire d’avoir inscrit le moindre but. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Il Corriere dello Sport, dans son éditorial signé par Alberto Dalla Palma, est revenu sur les prestations de Lautaro Martinez et d’Antonio Conte lors d’Inter-Dortmund. "Lukaku a été le grand investissement de Zhang sur le mercato, suite au cadeau Icardi au Psg, mais à présent, le véritable hériter de Maurito est bel et bien le jeune argentin qui a eu le temps de s’adapter et de mieux connaitre notre Calcio, bien plus que le lion belge." "Ressentant la confiance de l’Inter, Lautaro répond sur le terrain en ayant inscrit au moins un but lors des quatre dernières rencontres, il a également permis de relancer son équipe en Ligue des Champions, surmontant de la sorte les problèmes découlant des deux premières journée de la compétition : le match nul face au Slavia et la défaite à Barcelone." "L’objectif de l’Inter était de gagner, via peut être un football à l’ancienne, qui n’est divertissant que par le résultat. En championnat, la Juve ne dispose d'ailleurs que d’un petit point d’avance. Si Josè Mourinho était encensé lorsqu’il pratiquait un tel football, pourquoi ne pourrait-on pas attribuer ce même mérite à Antonio Conte ? Qui a baffé le Borussia en ne tirant concrètement qu’à deux reprises, disposant de la sorte d’un bel avantage en vue du match retour." "Conte qui la joue à la Mourinho ?… Il semble que nous ne soyons qu’au début, car plus le temps passera, plus l’Inter assumera et assimilera les caractéristiques de son entraîneur." Validez-vous ces comparaisons ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Romelu Lukaku et Lautaro Martinez composent la paire d’attaque titulaire de l’Inter. Les prestations de la ligne offensive Nerazzurra, auteur de nombreux buts, ravissent Antonio Conte. Voici l’analyse de la Gazzetta Dello Sport "Le terrain a vu la naissance de la Lula. La complicité augmente match après match, et lorsque les deux joueurs sont alignés dans le onze titulaire ensemble, l’Histoire nous démontre qu’il est certain d'inscrire des buts. Comme cela s’est produit en Reggio Emilia, les deux joueurs peuvent être également l’auteur de doublé, en échangeant leurs rôles sur les tirs au penalty. Tant mieux ! Pour l’Inter et surtout pour Conte pour qui la complicité entre les deux est la pierre angulaire d’une saison aux avants postes." "Sur le terrain, les deux parlent en espagnol, il s’agit de la langue maternelle de Lautaro et pour Romelu, d’une simple formalité. Le belge parlant six langues a également demandé à ses équipiers et au staff de lui parler uniquement en Italien dès son premier jour à Appiano. Cette façon de se comprendre sur le terrain permet aux joueurs d’échanger des indications voir d’adversaires durant le match, même au marquage." "Professionnel jusqu’au bout du moindre détail, Romelu vit avec sa mère Adolphine et son fils Roméo. Lors de son temps libre, il passe la plupart du temps à jouer à la PlayStation ou avec son bébé. Lors de son arrivée à Malpensa, Romelu est arrivé avec une toute petite valise qu’il a ensuite déposé dans le véhicule mis à sa disposition, un véhicule où l'on retrouvait également des peluches et au milieu un emplacement pour sa console." "En somme, les choses indispensables pour débuter une nouvelle aventure. En après-match, Romelu s’octroi un dîner à l’extérieur avec ses amis dans le quartier du Duomo où il a déjà trouvé un restaurant de référence où il lui est possible de se détendre dans une salle privée. "Romelu est une personne qui est présente sur les réseaux sociaux, tout en étant réservé, même s’il partage ses moments de détentes en compagnie de 5 millions de followers. Lautaro est également adepte des réseaux sociaux, lui qui dispose de 2 millions de fans sur son profil." "L’intégralité de ses messages sont exclusivement dédiés au terrain, que ce soit avec l’Inter et avec la sélection Argentine. La seule incartade qu’il s’autorise est sa jolie blonde Augustine, Top Modèle argentine très populaire. Ensemble et réservé, Lautaro est bien loin des milieux mondains où l’ont pourrait faire face à certaines tentations." Ce comportement sérieux de la part de sa ligne offensive, rend fier l’Inter. Et vous, que pensez-vous de ce duo ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Malgré le fait qu’une pluie de critiques lui tombe dessus, Romelu Lukaku a décidé de faire parler la poudre sur le terrain. Dimanche, face à Sassuolo, le Diable Rouge a été l’auteur d’un doublé, inscrivant de la sorte 4 buts lors de ses 4 premiers matchs à l’extérieur en Serie A. Le précédent détenteur de ce record est un certain Diego Milito, qui en 2009 était le seul à réussir pareil exploit sous la vareuse Nerazzurra…. Préféreriez-vous un Lukaku plus technique et moins buteur ou un Lukaku Serial Buteur bien moins technique ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. L'Inter a répondu à la Juventus en s'imposant sur le terrain, ô combien difficile, du Mapei Stadium en Reggio Emilia, le terrain de sa "bête noire", celui du Sassuolo et sur le score spectaculaire de 3 buts à 4. L'Inter prend immédiatement l'avantage, via Lautaro Martinez sur sa première occasion dès la première minute de jeu. Sassuolo réagit par l'intermédiaire de Berardi sur sa première réelle action, le tir croisé du droit de Berardi ne laissant aucune chance à Samir Handanovic à la 16'. L'Inter reprend ensuite le contrôle du match par le biais de Romelu Lukaku auteur d'un doublé. Lancé par Stefan De Vrij à la 38', le géant belge impose son physique pour prendre le meilleure sur la défense italienne. A la 45', Big Rom ne tremblera pas devant Consigli pour convertir son penalty. Le Toro verra un second but annulé suite à une intervention de la Var, pour une faute de Lukaku dans la surface de réparation. Sassuolo verra également dans le courant de cette mi-temps, un but refusé par la Var pour un hors-jeu. L'Inter se crée de très belles occasions dès la reprise par l'intermédiaire de Lautaro et de Candreva. A la 71' Nicolo Barella est séché dans la surface Neroverde, la sentence est sans appel et un nouveau penalty est octroyé à l'Inter. Lautaro se chargera de le convertir signant le second doublé de la rencontre après celui du Diable Rouge. L'Inter reste Pazza et joue à se faire peur, la sortie d'Antonio Candreva sera le tournant du match, Lazaro rencontrant d'importantes difficultés à succéder à l'italien. Sa perte de balle dans son camps permettra à Djuricic de relancer le match à la 74' sans oublier Boga auteur d'un très joli but sur une action individuelle, à la 81'. La fin de match est stressante, Sassuolo pousse, l'Inter fait le dos rond et rentrera finalement avec les trois points. Grâce à cette victoire, l'Inter reste dans le sillage de la Juve en ayant qu'un seul petit point de retard. Un écart se creuse déjà entre les rivaux historiques et le troisième, l'Atalanta étant à -4 et surtout le Napoli à -5. Place à présent à la réception, ce mercredi 23 octobre à 21h00, du Borussia Dortmund dans un match qui sera capitale en vue de la qualification en huitième de finale de la Ligue des Champions. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Sassuolo 3-4 Inter Buteur(s): 1’, 71’ Lautaro Martinez (I, 1pen.), 16’ Berardi (S), 38’, 45’ Lukaku (I, 1 pen.), 74’ Djuricic (S), 81’ Boga (S) Var: But annulé à Lautaro Martinez suite à une faute de Romelu Lukaku dans la surface, but annulé à Caputo pour un hors-jeu Sassuolo: 47 Consigli; 17 Müldür (77’ 22 Toljan), 2 Marlon, 13 Peluso, 33 Tripaldelli; 14 Obiang (52’ 7 Boga), 4 Magnanelli, 8 Duncan; 23 Traoré (66’ 10 Djuricic); 25 Berardi, 9 Caputo Sur le banc: 63 Turati, 64 Russo, 11 Defrel, 18 Raspadori, 19 Romagna, 35 Piccinini, 44 Ghion, 73 Locatelli, 77 Kyriakopoulos T1: Roberto De Zerbi Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 87 Candreva (73’ 19 Lazaro), 5 Gagliardini, 77 Brozovic, 23 Barella, 34 Biraghi; 10 Lautaro Martinez (72’ 16 Politano) 9 Lukaku (90’ 8 Vecino) Sur le banc: 27 Padelli, 46 Berni, 2 Godin, 13 Ranocchia, 21 Dimarco, 18 Asamoah, 19 Lazaro, 20 Borja Valero, 30 Esposito T1: Antonio Conte Arbitre: Giacomelli Var: Mazzoleni Averti(s): Obiang (S), Duncan (S), Magnanelli (S), De Vrij (I), Müldür (S), Lazaro (I), Bastoni (I) Expulsé(s): / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Cristian Stellini a remplacé Antonio Conté en conférence d’après-match. Voici les déclarations de l’entraîneur-adjoint de l’Inter et de plusieurs joueurs : L’Absence de Don Tonio: "Antonio était un peu éprouvé, déjà avant le match, il avait été fiévreux. Il a tout donner pour guider l’équipe, comme il le fait toujours durant les 90 minutes de jeu. Mais à présent, il fait face à ces quelques problèmes de santé qui, heureusement, ne l’ont pas empêché d’avoir été présent sur le banc aujourd’hui." L’analyse du match "Revenir sur le terrain et retrouver le rythme après une trêve internationale n’est jamais simple, surtout lorsque les joueurs reviennent sur le tard à la base. Cela touche plusieurs équipes, pas uniquement la nôtre." " Les difficultés sont apparues après 70-75 minutes où nous dominions, il y a eu un black-out qui sera analysé en profondeur. Nous avons repris notre chemin. Mais nous devons travailler encore tellement, car nous devons rentrer à la maison, en faisant preuve de plus de simplicités dans certains matchs." La fin de match ? "Sassuolo a augmenté le rythme, nous avions moins d’énergie et nous ne parvenions plus à ressortir le ballon dans le terrain adverse, chose que nous étions parvenu à bien faire jusqu’alors. Nous avons perdu deux ballons et nous avons été pris au dépourvu et à découvert sur les contres du Sassuolo qui a, trop facilement, trouvé le chemin des filets." "Nous avons encore tant de chemin à parcourir et nous devons travailler sur ces situations, c’est ce qu’il y a de plus important pour nous." Romelu Lukaku Auteur de son premier Doublé en Serie A, et auteur de 5 buts en 8 matchs, voici les déclarations du Diable Rouge "En première période, nous avons tous fait de belle choses. En seconde période, nous aurions dû marquer dans le premier quart d’heure afin de tuer le match. En lieu et place, nous avons mal défendu et relancé un match qui était pratiquement terminé. Je suis heureux de cette victoire." "Je me sens bien, mais je dois travailler encore plus pour aider l’équipe durant tout le match. Je suis tout de même content car la victoire était importante pour tout le groupe. Je dois à présent penser à m’améliorer encore." Cristiano Biraghi "Je ne crois pas qu’il s’agissait d’un problème physique, nous sommes rentrés dans une mer tempétueuse après le 4-2. Nous avons été bons à tuer le match avant, car nous avons pris le risque de ne pas rentrer à la maison avec la victoire. Par chance, nous sommes parvenu à récolter les trois points mais cet épisode doit nous servir de leçon car il ne peut plus se reproduire quelque chose de similaire. Nous devons apprendre des erreurs que nous commettons." Lautaro Martinez Auteur d’un Doublé en Serie A et auteur d’une dédicace spéciale en ce jour de fête des mères en argentine, Lautaro Martinez était tout simplement en Feu au Mapei Stadium. "Je savais que Sassuolo était une équipe qui jouait bien, qui joue comme des grands au ballon. Au final, nous avons commis des erreurs en fin de match, nous avons perdu de l’ordre sur le terrain. A un moment, nous avons concédé un but, ensuite ils sont revenus à 3-4 et nous avons souffert dans un match que nous avions dominé. Nous devons nous améliorer." L’entente avec Lukaku ? "Nous avons travaillé ensemble durant la semaine, nous continuons avec Romelu à nous connaitre. Il est arrivé cette saison et nous cherchons à améliorer notre complicité pour porter l’Inter à la victoire. Je me sens très bien physiquement." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Il peut être critiqué mais Romelu Lukaku reste un joueur à part. Motivé, voire sur-motivé, il démontre au quotidien son attachement à l’Inter. Son nouveau fait d’arme séduira les Tifosi, Antonio Conte et l’Inter. En effet, Big Rom souhaite retrouver sa meilleure condition physique le plus tôt possible, avec comme objectif, la reprise de la Serie A, à Reggio Emilia contre Sassuolo. Ce lundi 14 octobre, Romelu s'est présenté à Appiano avec une demande un peu particulière "Lundi matin, Lukaku s’est présenté à Appiano et a demandé à faire l’objet d’un entrainement "extra" en solitaire, le tout en attendant de retrouver dès mardi le reste du groupe Nerazzurro. Avec l’indisponibilité de son ami, Alexis Sanchez, Romelu sait qu’il va devoir accélérer son processus de croissance afin de permettre à l’Inter de rester dans la roue de la Juve, et de jouer au mieux ses cartes en vue de la qualification en huitième de finale de la Ligue des champions, une compétition où il n’a pas encore été protagoniste" révèle Sky Sport. Appréciez-vous ce comportement du Géant Belge ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Mauro Icardi s’est livré à une longue interview à la Gazzetta Dello Sport. L’attaquant argentin parle de la Ligue 1, mais également de l’Inter dont il fut encore le Capitaine, il y a un an... "Je ne m’attendais pas à une telle marque d’affection de la part des supporters, ils m’ont bien accueilli dès mon premier échauffement au Parc des Princes. Ensuite, j’ai eu la chance de jouer immédiatement le Real de Madrid, avant de faire face à une légère blessure." "A présent, je me sens bien, la machine est repartie même si je dois continuer à travailler car j’ai connu une période estivale compliquée, et je n’étais pas à 100% lors de mon arrivée à Paris." Avec vous le PSG dispose à présent d’une attaque impressionnante… "Neymar, Mbappé, Cavani sont tous très forts, cela me fait plaisir de jouer avec des Fuoriclasse qui peuvent changer la tournure d’un match jusqu’à la dernière minute, comme l’a fait Neymar. Je le découvre petit à petit, aussi hors du terrain. Avec Mbappé par exemple, nous sommes allé ensemble voir un match à Lyon. Je me trouve en réalité dans un groupe optimal. On parle espagnol dans le vestiaire, ce qui m’aide beaucoup." Vous avez déjà un bon feeling avec Verratti... "J’ai déjà parlé avec Marco avant de venir à Paris et il m’a donné un coup de main pour l’intégration. Nous parlons ensemble en italien. C’est normal de ressentir ce feeling sur le terrain." Votre concurrent direct est Cavani... "C’est une concurrence positive. Actuellement, Edy est blessé, c’est pour cela qu’il n’a pas eu la possibilité de jouer immédiatement. Mais lorsqu’il reviendra à disposition, ce sera à l’entraîneur de choisir le meilleur à aligner sur le terrain, en fonction du match, et des caractéristiques propres à chacun. J’ai de bons rapports avec Edy, il n’y a pas de rivalité, juste une saine concurrence." Combien de buts vous êtes-vous fixé comme objectif saisonnier ? "Je ne le fais jamais, mais je veux respecter ma moyenne de mes dernières saison. L’important est que les buts permettent à Paris de remporter des titres." Le PSG vise la Ligue des Champions. Un objectif possible avec un Icardi en plus ? "Le PSG a des bons joueurs pour faire de belles choses, mais la Ligue des Champions est un titre qu’ambitionne toutes les grandes équipes. Cela n'enlève rien au fait que nous voulons aussi faire de notre mieux, pour faire oublier aux supporters les mauvaises expériences connues lors des dernières saisons." Et si Paris devait affronter l’Inter en huitième de finale ? "Je le vivrais de la meilleure façon possible. Ce sera à moi d'aller sur le terrain. En tant que professionnel, je ferais tout pour défendre mon nouveau maillot." Est-ce mieux que l’Inter se concentre sur le championnat ? "Non, je ne peux souhaiter que le meilleur à l’Inter, dans chaque compétition. J’ai encore tant d’amis à Milan." Vu de Paris, est-ce la bonne année pour voir l’Inter remporter le Scudetto ? "Oui, l’Inter a à présent un entraîneur comme Conte qui veut gagner et les joueurs en veulent tout autant. C’est à eux à continuer le travail que nous avions débuté nous auparavant, à réduire l’écart avec la Juve qui reste une équipe du top." Pourquoi ne pas avoir quitté votre maison milanaise ? "Nous avons une maison à San Siro, mais nous en avons fait construire une nouvelle (en face du siège de l’Inter) car Milan est la ville où je souhaite vivre à la fin de ma carrière." Comment est la vie à Paris ? "Pour l’instant, je vis à l’hôtel, je cherche une maison, je n’ai pas eu le temps de faire le touriste. Je suis allé voir la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe. Je suis un gars tranquille, j’aime rester en famille lorsque je le peux." Est-ce mieux Paris ou Milan ? "Milan est une ville splendide, mais elle est un peu plus petite que Paris qui est tout aussi belle, d’un autre niveau. J’espère la connaitre mieux dans les prochains mois." Où mange-t-on le mieux à Paris ou à Milan ? "Il rit…C’est en Argentine que l’on mange le mieux. Je le dis car j’aime énormément la viande et l’argentine est la meilleure." Vous êtes arrivé en prêt au PSG avec un droit de rachat. Pensez-vous y rester au terme de la saison ? "Pour cette année, je suis au PSG, et mon objectif est de faire le maximum pour ce maillot. Ensuite, à la fin de la saison, nous verrons ce qu’il se passera en mai ou en juin, il est encore trop tôt pour dire quelque chose." Comment vous sentez-vous avec le nouvel entraîneur ? "Tuchel est convivial avec les joueurs, il parle énormément, il plaisante, il a essayé de me mettre à l’aise dès mon premier jour. Je pense lui avoir fait une bonne impression. Ensuite, il est logique qu’il me demande de marquer des buts. Et je m’entraîne durement pour démontrer que je peux être à la hauteur du club." Vous étiez Capitaine, Leader, un point de référence de l’Inter. Au PSG, vous vous retrouvez dans un vestiaire avec tellement d’Etoiles et de Leader, est-ce mieux comme ça ? "C’est un peu différent comparé à l’Inter, même si je n’ai pas de vrai point de comparaisons, car je n’ai pas joué dans d’autres grands clubs dans le passé. Ici, je me sens bien et dans le fond, les demandes sont similaires à celles que j’avais à l’Inter : marquer des buts, ce qui pour un attaquant et pour l’équipe est ce qui compte le plus." Vous semblez vous être adapté tout de suite. À l’Inter, Lukaku semble connaitre des hauts et des bas... pourquoi selon vous ? "Il ne me semble pas que Lukaku traverse une période de difficulté. Au contraire, il a débuté en inscrivant immédiatement une série de buts. Ensuite, lui aussi s’est blessé et c’est peut-être ce fait qui a fait émerger les critiques. Lukaku représente un grand investissement du club et il a été fortement voulu par Conte, il se doit de démontrer être à la hauteur des attentes, mais ce n’est facile pour personne d’évoluer en Italie." "La Serie A est le championnat le plus défensif d’Europe. Peut-être qu’il aura besoin d’un peu plus de temps pour s’intégrer, mais c’est un joueur qui a énormément marqué durant sa carrière. Des buts, il en inscrira encore. Cela peut arriver à tout le monde de traverser une période plus délicate, ensuite lorsque tu repars, tu ne t’arrêtes plus." Quelle idée vous êtes-vous fait de la Ligue 1 ? "Je ne suis pas le football de façon général, mais je savais que l’on parlait d’un championnat très physique et tout aussi défensif." Le 27 octobre aura lieu PSG-OM, une des rencontres parmi les plus attendues en France... "Ce sera aussi l’anniversaire de ma fille ! Je me suis organisé pour avoir ma famille au stade. C’est une sorte de Derby d’Italie, j’aime jouer ce type de match." Ressentez-vous moins de pressions au PSG comparé à l’Inter ? "Je suis habitué à la pression, mais je crois que ce qui aide à présent, c’est que nous ayons toujours gagné. Et lorsque tu gagnes tout vas bien. En Italie, un cercle vicieux s’était créé dans certains milieux journalistiques où nous avons toujours fini par trop parler de tout ce tournait autour de moi...Ce n’est pas le cas à Paris." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. En effet, Romelu Lukaku est le transfert phare de l’été Nerazzurro. Voulu à tout prix par Antonio Conte, il s’est immédiatement calqué au projet Nerazzurro par le biais de son enthousiasme, son envie, sa disponibilité et son sens du sacrifice. Voici l’analyse de la Gazzetta Dello Sport "Romelu a débarqué début août, mais l’Italie semble déjà sienne. Ce n’est pas une surprise pour ceux qui le connaissent. Car l’attaquant polyglotte a notre pays dans le cœur depuis toujours. Et ici, il a trouvé ce qui lui a manqué à Manchester : Il se sent voulu, désiré." "En ce sens, la Langue revêt un aspect fondamental : L’Italien, il l’a appris à la télévision, en observant les commentaires diffusés par notre Sky sur son frère qui évolue à la Lazio : Jordan." Toutefois, les deux frères n’auront pas su se défier, Lukaku Junior n’était pas convoqué suite à une nouvelle blessure. 6ème sens "Romelu n’a pas besoin de livre de grammaire, il dispose d’un sixième sens pour les langues : Il parle l’anglais, le français, l’espagnol, l’allemand, le néerlandais, le portugais et le lingala qui est la langue parlée au Congo. Romelu, en avait fait usage, lors de son aventure avec Everton, avec son compagnon Bolasie pour mettre en défaut ses adversaires." "À peine arrivé à Appiano, le Diable Rouge flocké du numéro 9 a fait une demande particulière à Antonio Conte : Lui parler toujours en Italien. Une obligation selon Romelu, et ce pas uniquement pour comprendre au mieux toutes les instructions de Conte à l’entrainement ou en Match, mais aussi pour se retrouver plus à son avantage sur le terrain: En effet, Romelu veut savoir ce que se disent les défenseurs adverses, et ce afin de profiter au moment opportun d’un manque de cohésion entre eux..." "Romelu le regarde pas la télévision italienne, toutefois, il garde un œil sur les journaux afin de prendre confiance en se basant sur l’italien écrit. Actuellement, il semble tout comprendre et en si peu de mois à Milan, il a déjà réalisé d’énormes progrès racontent ses proches." "Lorsque l’on parle Affaire, là il préfère parler anglais, sinon c’est l’italien à tous les coups. Même lors des interview, il ne vaut pas d’anglais ou de français, le voir s’exprimer après le Derby démontre qu’il dispose déjà d’un vocabulaire footballistiques déjà très approprié." "Sa vie actuelle est lié aux entraînements : Milan-Appiano en aller-retour, telle est sa journée type. A la Pinetina, il a su passer outre les tensions avec Marcelo Brozovic suite à la soirée compliquée face au Slavia. Lukaku est complice avec Sanchez, les deux entretiennent un bon feeling depuis Manchester et les tifosi aspirent à les voir aligner ensemble." "Le Diable Rouge entretien également de très bon liens avec le très jeune Sebastiano Esposito. Qui plus est, Big Rom est très admiratif et fait preuve d’une très grande estime pour son Capitaine : Samir Handanovic Déménagement "Après avoir vécu son premier mois dans un Hôtel situé à deux pas du Meazza, début septembre, Romelu a déménagé vers la Porta Nuova, situé près du siège de l’Inter. Il s’agit toutefois d’une solution provisoire, lui qui attend que sa maison située à la City Life soit fin prête. Dans ce quartier à la mode, il retrouvera plusieurs compagnons d’équipe." "Il s’agira d’une maison très importante vu qu’il y vivra de la même façon qu’à Manchester, avec son ami d’enfance Tay qui l’aide au quotidien, sans oublier la présence de sa mère Adolphine et de son fils Romeo né en décembre. La maman de Lukaku était déjà à Milan pour les débuts en Ligue des Champions, elle se déplace également à Rome pour être proche et épauler aussi le Lazial Jordan." La Mondanité Milanaise ? "Ce n’est absolument pas une priorité pour le Belge. Après le Derby, il s’est octroyé un restaurant avec Lazaro et quelques amis. Dimanche, il était entouré de Federico Pastorello, son agent, et ses filles Sofia et Vittoria: Des petites choses de la normalité pour un géant." "Le Duomo, il l’a vu du coins de l’œil. Lukaku n’a été aperçu qu’une seule fois dans le centre de Milan, lors de son arrivée. Il avait besoin de comprendre certaines choses et un entretien avait eu lieu à la Rinascente, discret, il était passé par une entrée secondaire, pour ne pas attirer les regard." À présent, Lukaku l’Italien, prend son pied au Meazza. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Interviewé par la Gazzetta, Julio Cesar s'est livré longuement sur de multiples sujets. Conte, le derby, les gardiens brésiliens, son avenir... Voici ses propos. Qu'avez-vous pensé du derby ? "J'ai vu un bel Inter, solide et organisé. L'AC Milan moins. Le travail de Conte est excellent. Il cherche la perfection et les joueurs semblent l'avoir compris. Ce n'était pas évident et c'est aussi son mérite. Avec Conte l'Inter restera sous pression jusqu'à la fin du championnat. Je l'ai compris cet été quand je l'ai rencontré lors de la tournée asiatique et les deux premières rencontres m'ont confirmé mon impression. C'est un gagnant. Mais je ne vais pas partir dans des comparaisons avec Mourinho, les deux sont de grands techniciens très professionnels. Les tifosi adorent Mourinho car il a fait des choses incroyables. J'espère que Conte pourra le suivre." Le mot scudetto peut-il être prononcé ? "Après huit ans ce serait aussi l'heure... Beaucoup avaient des doutes sur Antonio Conte, peut être à cause de son passé à la Juventus. Des discours dénués de sens. C'est un grand pro, un top coach." Parlons de la défense, un département quasi inégalable avec Handanovic, Godin, Skriniar et de Vrij : "Ils sont singulièrement forts. S'ils réussissent à s'entendre ce sera un bloc. En Italie nous travaillons beaucoup sur la défense et avant de dire qu'ils sont les meilleurs, vous devez gagner. Ils ont besoin de résultat." Handanovic est votre digne héritier... "Pour moi c'est l'un des trois meilleurs au monde. Il a moins d'attention de la part des médias car il n'a pas eu autant d'opportunités que les autres, notamment en ne jouant pas régulièrement la Champions League. Mais ceux qui le connaissent n'ont pas de doutes." Aujourd'hui à ce poste les brésiliens sont-ils les plus forts ? "Oui, Alisson et Ederson sont extraordinaires. Alisson a fait de grandes choses avec Liverpool. Il y a eu une belle école ses dernières années ; Helton, Diego Alves, Gomes. Quand je suis arrivé en Italie j'entendais souvent qu'au Brésil les bons gardiens étaient rares." Comment ne pas parler de Romelu Lukaku ? "Il a un physique bestial et un véritable sens du but. Ce n'est pas simple de changer de pays, de langue, de culture footballistique et de s'habituer si rapidement. C'est une personne positive. Avec ses mots il a donné une gifle d'éducation aux racistes. Dimanche dernier j'ai vu des choses incroyables lors du match Atalanta-Fio. C'est bien que l'arbitre ait stoppé la rencontre." C'était comment lorsque vous jouiez ? "La situation semble s'être améliorée. Je me souviens de ce joueur de Messine (Marc-André Zoro) qui voulait quitter le terrain mais qui fut convaincu de rester. Avec les connaissances actuelles ce n'est juste pas possible de discriminer pour une couleur de peau. Le foot se bat depuis plus de vingt ans et doit gagner ce combat. Depuis Gianni Infantino le travail a redoublé." Passons à la Champions League. Un bien mauvais début... "Heureusement le Borussia et le Barça ont fait un nul. Mais ce n'est que le début. En 2010 personne ne croyait à cet Inter et Il a fallu un but de Sneijder pour nous qualifier. Ensuite nous avons vaincu tous les champions nationaux : Chelsea, CSKA Moscou, Barcelone et enfin le Bayern. Ce n'est pas la meilleure période pour le Barça en ce moment. J'y crois et si vous passez ce tour vous avez l'occasion d'emmagasiner une énorme charge positive." Avons-nous encore un complexe d'infériorité en Europe ? "Le constat est là. Les champions ne viennent plus autant qu'avant. Nous devons les reconquérir. Cristiano Ronaldo à la Juve c'est un coup de pouce pour tout le monde. Il attire l'attention et rehausse le niveau." Qu'allez-vous faire par la suite ? "J'étudie pour devenir agent. J'organise cette activité à Lisbonne où je vis maintenant." ®gladis32 - internazionale.fr
  25. Au terme du Derby, plusieurs Nerazzurri se sont livrés à Inter Tv: Danilo D’Ambrosio Comment avez-vous fait pour ne pas marquer ? "Je veux toujours faire le maximum, j’avais envie de briser leurs espoirs dans l’œuf, j’étais convaincu que j’allais marquer et c’était une erreur. Heureusement cela n’a eu aucune incidence à la fin. Il m'est aussi facile de me créer des occasions de but que de jouer dans la défense à trois, il n'y a pas de grande différence. Les dynamiques changent, mais l’intensité doit toujours être très importante pour savoir l’emporter." "Cette équipe a été construite pour poser des problèmes aux plus grands qui, ces dernières années ont fait mieux que nous. Notre course est lancée, nous sommes premier, mais nous ne sommes qu’en septembre. Avoir un entraîneur comme Conte permet de se revaloriser et de faire grandir les attentes." "Faire un match nul équivaut à une défaite pour nous. Nous avions une dynamique de jeu différente de celle du Milan, et il y a encore tant de choses à améliorer, nous ne vous avons pas encore démontré ce dont nous étions capable à 100%, avec de l’abnégation et la volonté de s’améliorer, nous ferons de grands pas en avant, c’est certain." Samir Handanovic "Mes équipiers ont été bon à me donner peu de travail : Nous avons disputé une grande rencontre et nous méritions de gagner. Nous avons joué un grand match et nous l’avons remporté au mental. Je dois être un exemple, je suis ici depuis tant d’années et je devais prendre la responsabilité de faire comprendre les choses, à ceux qui arrivent à l’Inter." "Nous jouons avec deux pointes en attaque, ce qui te permets d'avoir une option supplémentaire.. Les défenseurs n’ont pas été inquiété, ils ont joué l’homme, nous nous sommes créés plus d’espaces. Notre façon de jouer au ballon de l’arrière n’est pas une mode, elle est bénéfique au jeu d’équipe." "Le match nul en Ligue des Champions a été utile pour notre croissance, nous avons compris sur quoi travailler et cela nous a aider à l’emporter aujourd’hui." Romelu Lukaku "Je suis très heureux de cette victoire, pour ces trois points, car c’était une rencontre particulière. Nous devons à présent penser immédiatement à la Lazio qui sera tout autant difficile." Mon rapport avec Conte ? "Il est très fort, c’est un entraîneur qui aide énormément ses joueurs à grandir. A 26 ans, je ressentais le besoin et l’envie d’avoir un tel entraîneur, qui te motive tout les jours, je suis fier de porter ce maillot." "Nous avons joué avec l’intensité et la mentalité de Champions. Sur mon but, le bisou et la dédicace était pour ma maman, je ne pouvais pas avoir d’autre meilleure occasion pour lui dédier un but." "Je pense que l’entraîneur et le Staff font du bon travail, nous étions bien préparé pour affronter le Milan, nous aurions pu inscrire plus de buts, mais je suis content, nous avons mieux joué qu’en Ligue des Champions." "Physiquement, je me sens bien, j’aime travailler avec Conte, et avec toute l’équipe. Nous nous sentons tous bien en ce moment et à titre personnel, c’est mieux de jouer le plus souvent, même durant la semaine." Le Saviez-vous ? Romelu Lukaku est très reconnaissant envers sa mère. Preuve en est, après son premier but pour son premier Derby, Romelu a déclaré : "Je t’aime Maman ! " suivi d’un bisou. Sur les réseaux sociaux, il a enfoncé le clou : "L’unique femme qui compte pour moi sur la terre : "Je t'aime Maman“." La rixe entre Lukaku et Brozovic ? C’est de l’histoire ancienne, au coup de sifflets finale, les deux "grandes" gueules Nerazzurre ont été aperçues bras dessus bras dessous, le tout sans intervention d’Oriali et de Conte! Fabrizio Biasin était en mode Sniper en conférence d’après-match : "Handanovic aurait pu aller au concert de Jovanotti, cela n'aurait rien changé. C'est la façon la plus simple pour vous expliquer la victoire d'une belle Inter face à un Ac Milan dénué de tout sens." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...