Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'romelu lukaku'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

81 résultats trouvés

  1. Mauro Icardi s’est livré à une longue interview à la Gazzetta Dello Sport. L’attaquant argentin parle de la Ligue 1, mais également de l’Inter dont il fut encore le Capitaine, il y a un an... "Je ne m’attendais pas à une telle marque d’affection de la part des supporters, ils m’ont bien accueilli dès mon premier échauffement au Parc des Princes. Ensuite, j’ai eu la chance de jouer immédiatement le Real de Madrid, avant de faire face à une légère blessure." "A présent, je me sens bien, la machine est repartie même si je dois continuer à travailler car j’ai connu une période estivale compliquée, et je n’étais pas à 100% lors de mon arrivée à Paris." Avec vous le PSG dispose à présent d’une attaque impressionnante… "Neymar, Mbappé, Cavani sont tous très forts, cela me fait plaisir de jouer avec des Fuoriclasse qui peuvent changer la tournure d’un match jusqu’à la dernière minute, comme l’a fait Neymar. Je le découvre petit à petit, aussi hors du terrain. Avec Mbappé par exemple, nous sommes allé ensemble voir un match à Lyon. Je me trouve en réalité dans un groupe optimal. On parle espagnol dans le vestiaire, ce qui m’aide beaucoup." Vous avez déjà un bon feeling avec Verratti... "J’ai déjà parlé avec Marco avant de venir à Paris et il m’a donné un coup de main pour l’intégration. Nous parlons ensemble en italien. C’est normal de ressentir ce feeling sur le terrain." Votre concurrent direct est Cavani... "C’est une concurrence positive. Actuellement, Edy est blessé, c’est pour cela qu’il n’a pas eu la possibilité de jouer immédiatement. Mais lorsqu’il reviendra à disposition, ce sera à l’entraîneur de choisir le meilleur à aligner sur le terrain, en fonction du match, et des caractéristiques propres à chacun. J’ai de bons rapports avec Edy, il n’y a pas de rivalité, juste une saine concurrence." Combien de buts vous êtes-vous fixé comme objectif saisonnier ? "Je ne le fais jamais, mais je veux respecter ma moyenne de mes dernières saison. L’important est que les buts permettent à Paris de remporter des titres." Le PSG vise la Ligue des Champions. Un objectif possible avec un Icardi en plus ? "Le PSG a des bons joueurs pour faire de belles choses, mais la Ligue des Champions est un titre qu’ambitionne toutes les grandes équipes. Cela n'enlève rien au fait que nous voulons aussi faire de notre mieux, pour faire oublier aux supporters les mauvaises expériences connues lors des dernières saisons." Et si Paris devait affronter l’Inter en huitième de finale ? "Je le vivrais de la meilleure façon possible. Ce sera à moi d'aller sur le terrain. En tant que professionnel, je ferais tout pour défendre mon nouveau maillot." Est-ce mieux que l’Inter se concentre sur le championnat ? "Non, je ne peux souhaiter que le meilleur à l’Inter, dans chaque compétition. J’ai encore tant d’amis à Milan." Vu de Paris, est-ce la bonne année pour voir l’Inter remporter le Scudetto ? "Oui, l’Inter a à présent un entraîneur comme Conte qui veut gagner et les joueurs en veulent tout autant. C’est à eux à continuer le travail que nous avions débuté nous auparavant, à réduire l’écart avec la Juve qui reste une équipe du top." Pourquoi ne pas avoir quitté votre maison milanaise ? "Nous avons une maison à San Siro, mais nous en avons fait construire une nouvelle (en face du siège de l’Inter) car Milan est la ville où je souhaite vivre à la fin de ma carrière." Comment est la vie à Paris ? "Pour l’instant, je vis à l’hôtel, je cherche une maison, je n’ai pas eu le temps de faire le touriste. Je suis allé voir la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe. Je suis un gars tranquille, j’aime rester en famille lorsque je le peux." Est-ce mieux Paris ou Milan ? "Milan est une ville splendide, mais elle est un peu plus petite que Paris qui est tout aussi belle, d’un autre niveau. J’espère la connaitre mieux dans les prochains mois." Où mange-t-on le mieux à Paris ou à Milan ? "Il rit…C’est en Argentine que l’on mange le mieux. Je le dis car j’aime énormément la viande et l’argentine est la meilleure." Vous êtes arrivé en prêt au PSG avec un droit de rachat. Pensez-vous y rester au terme de la saison ? "Pour cette année, je suis au PSG, et mon objectif est de faire le maximum pour ce maillot. Ensuite, à la fin de la saison, nous verrons ce qu’il se passera en mai ou en juin, il est encore trop tôt pour dire quelque chose." Comment vous sentez-vous avec le nouvel entraîneur ? "Tuchel est convivial avec les joueurs, il parle énormément, il plaisante, il a essayé de me mettre à l’aise dès mon premier jour. Je pense lui avoir fait une bonne impression. Ensuite, il est logique qu’il me demande de marquer des buts. Et je m’entraîne durement pour démontrer que je peux être à la hauteur du club." Vous étiez Capitaine, Leader, un point de référence de l’Inter. Au PSG, vous vous retrouvez dans un vestiaire avec tellement d’Etoiles et de Leader, est-ce mieux comme ça ? "C’est un peu différent comparé à l’Inter, même si je n’ai pas de vrai point de comparaisons, car je n’ai pas joué dans d’autres grands clubs dans le passé. Ici, je me sens bien et dans le fond, les demandes sont similaires à celles que j’avais à l’Inter : marquer des buts, ce qui pour un attaquant et pour l’équipe est ce qui compte le plus." Vous semblez vous être adapté tout de suite. À l’Inter, Lukaku semble connaitre des hauts et des bas... pourquoi selon vous ? "Il ne me semble pas que Lukaku traverse une période de difficulté. Au contraire, il a débuté en inscrivant immédiatement une série de buts. Ensuite, lui aussi s’est blessé et c’est peut-être ce fait qui a fait émerger les critiques. Lukaku représente un grand investissement du club et il a été fortement voulu par Conte, il se doit de démontrer être à la hauteur des attentes, mais ce n’est facile pour personne d’évoluer en Italie." "La Serie A est le championnat le plus défensif d’Europe. Peut-être qu’il aura besoin d’un peu plus de temps pour s’intégrer, mais c’est un joueur qui a énormément marqué durant sa carrière. Des buts, il en inscrira encore. Cela peut arriver à tout le monde de traverser une période plus délicate, ensuite lorsque tu repars, tu ne t’arrêtes plus." Quelle idée vous êtes-vous fait de la Ligue 1 ? "Je ne suis pas le football de façon général, mais je savais que l’on parlait d’un championnat très physique et tout aussi défensif." Le 27 octobre aura lieu PSG-OM, une des rencontres parmi les plus attendues en France... "Ce sera aussi l’anniversaire de ma fille ! Je me suis organisé pour avoir ma famille au stade. C’est une sorte de Derby d’Italie, j’aime jouer ce type de match." Ressentez-vous moins de pressions au PSG comparé à l’Inter ? "Je suis habitué à la pression, mais je crois que ce qui aide à présent, c’est que nous ayons toujours gagné. Et lorsque tu gagnes tout vas bien. En Italie, un cercle vicieux s’était créé dans certains milieux journalistiques où nous avons toujours fini par trop parler de tout ce tournait autour de moi...Ce n’est pas le cas à Paris." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Damien

    Romelu Lukaku

    Romelu Lukaku Informations Générales Nom : Lukaku Bolingoli Prénom : Romelu Menama Poste : Avant-centre Date de naissance : 13/05/1993 Lieu de naissance : Anvers Pays : Belgique Taille : 191 cm Poids : 94 Kg Numéro de maillot : 9 Au club depuis : 08 août 2019 Position sur le terrain Biographie Romelu Lukaku, né le 13 mai 1993 à Anvers, est un footballeur international belge qui évoluait au poste d'attaquant à Manchester United. Né à Anvers de parents belgo-congolais, Romelu Lukaku découvre le football au Rupel Boom où il s'affilie à six ans, puis dans le club de Wintam (P-B) à la suite du déménagement de ses parents. En 2004, il est repéré par les recruteurs du Lierse SK, qui le font venir au club. Auteur de 130 buts en deux saisons chez les jeunes, il devient la cible du RSC Anderlecht, qu'il rejoint en 2006, avec son frère Jordan Lukaku. Il marque 121 buts en 87 matchs de championnat chez les jeunes. Après avoir commencé des études de baccalauréat en informatique à l'École Industrielle et Commerciale d'Ecaussinnes, Romelu Lukaku préfère y mettre un terme et se consacre totalement au football. Carrière en Clubs RSC Anderlecht Lukaku fait ses débuts en Jupiler Pro League à 16 ans et 11 jours, le 24 mai 2009, lors d'un match opposant Anderlecht au Standard de Liège. Il entre à la 69e minute de jeu en remplacement du défenseur hondurien Víctor Bernárdez, alors que le score (1-0) offre le titre de champion de Belgique aux Liégeois. Il se fait remarquer par sa puissance malgré son jeune âge. En 2009-2010, il est intégré à temps partiel à l'équipe première et non totalement à cause de sa scolarité. Il profite de la blessure de Tom De Sutter et de Nicolás Frutos pour obtenir du temps de jeu. Lors de son quatrième match avec Anderlecht, il marque son premier but contre Zulte Waregem. Il devient le plus jeune joueur à évoluer en Ligue des champions, à 16 ans, contre l'Olympique lyonnais au cours du tour des barrages. Lors du premier match d'Anderlecht en 2009 en Ligue Europa au Dinamo Zagreb, le 17 septembre 2009, il entre en jeu à la 86e minute et deux minutes plus tard, après un déboulé de plus de 45 mètres, il effectue une passe décisive à Jonathan Legear. Une semaine plus tard, Lukaku est titulaire pour la première fois face à La Gantoise en championnat. Il inscrit par ailleurs son second but en championnat quatre jours plus tard en déplacement à Mouscron. Le 27 septembre 2009, il inscrit son troisième but en championnat et son premier au Parc Astrid. Le 16 décembre 2009, il offre la première place du groupe à son club en marquant un doublé à la 13e et 22e minute face à l'Ajax Amsterdam, marquant ainsi ses deux premiers buts en Ligue Europa. Le 20 décembre 2009, il est élu Espoir sportif belge de l'année lors du gala du sport belge. Le 29 janvier 2010, il réalise son premier doublé en championnat sur le terrain du Germinal Beerschot où son équipe s'impose sur le score sans appel de 0-5. Il devient ainsi à ce moment-là le meilleur buteur du championnat belge, et continue de marquer par la suite. Le 25 février 2010, il trompe le gardien basque après seulement trois minutes de jeu face à l'Athletic Bilbao (16e de finale de la Ligue Europa). Son centre à la 29e minute provoque ensuite un but contre son camp. Son club se qualifie pour le tour suivant en battant l'équipe espagnole par 4 buts à 0. En huitième de finale de la Ligue Europa, il marque le premier but face à Hambourg SV (victoire 4-3 pour Anderlecht). Le 18 avril 2010, il devient champion de Belgique avec le RSC Anderlecht et meilleur buteur du championnat, alors qu'il n'a encore que seize ans. En mai 2010, à la suite de cette saison pleine, Lukaku signe une prolongation de contrat jusque 2015 avec le Sporting. Durant le marché des transferts estival de 2010, le jeune belge suscite déjà l'intérêt de ténors européens, son club refuse d'ailleurs une offre de quinze millions d'euros du Chelsea FC et une offre de vingt millions d'euros provenant de Tottenham Hotspur. Durant le mois d'août, le quotidien espagnol Marca dévoile également l'intérêt du Real Madrid et de son entraîneur Josè Mourinho. Interrogé à ce sujet, Mourinho déclare qu'à la suite d'une discussion avec les parents du joueur le dossier est clos, et postposé à l'été suivant. En effet, Roger Lukaku, le père du joueur, souhaite que son fils termine ses études secondaires à Bruxelles avant d'envisager un départ à l'étranger. À la suite de cette discussion, Mourinho s'exprime publiquement : "Lukaku a des parents intelligents (...) Son père a dit qu'il devait rester à Anderlecht afin de terminer ses études. Je trouve ça fantastique ! Où trouve-t-on encore de tels parents ? Trop de jeunes joueurs et leurs parents pensent seulement à l'argent. Il devrait y avoir plus de parents comme ceux de Lukaku." Le 10 janvier 2011, la presse anglaise relance les rumeurs d'un transfert pour la somme de vingt-quatre millions d'euros en direction du Liverpool FC. Mais Romelu Lukaku répète qu'il ne souhaite pas quitter Bruxelles avant la fin de ses études. Le club ne souhaite plus commenter les informations. Le 19 janvier 2011, il finit 2e au soulier d'or juste derrière son coéquipier anderlechtois, Mbark Boussoufa. Chelsea FC Il signe pour cinq saisons à Chelsea le 18 août 2011. Prêt à West Bromwich Le 10 août 2012, Lukaku est prêté jusqu'à la fin de la saison à West Bromwich Albion. Lors de son premier match pour lequel il rentre en cours de jeu, il marque le troisième but des siens contre Liverpool. Le 22 septembre 2012, il inscrit l'unique but du match qui oppose son club à Reading. Lors du dernier match de la saison, Lukaku — entré au jeu en seconde mi-temps — inscrit un triplé contre Manchester United lors d'un match spectaculaire (5-5) pour le dernier match d'Alex Ferguson à la tête de Manchester United. Par la même occasion, Lukaku porte son total de but sur la saison à dix-sept buts, ce qui est un record pour un joueur de West Bromwich. Après une très bonne saison à West Brom, Lukaku retourne à Chelsea pour tenter de percer et de devenir titulaire indiscutable. Auteur d'une très bonne pré saison durant laquelle il termine meilleur buteur du club, il affiche clairement son ambition de devenir l'attaquant numéro un à Chelsea. Prêt à Everton De retour à Chelsea, il dispute la préparation avec le club mais, barré par l'Espagnol Fernando Torres, le Sénégalais Demba Ba et le Camerounais Samuel Eto'o arrivé à la fin du mois d'août, il n'est plus que le quatrième choix de son entraîneur Josè Mourinho pour le poste d'attaquant de pointe. Le 2 septembre 2013, juste avant la fin du marché des transferts estival, Romelu Lukaku est de nouveau prêté pour un an, cette fois à Everton, où il retrouve son compatriote Kevin Mirallas. Le 21 septembre 2013, lors de la cinquième journée du championnat d'Angleterre de football 2013-2014, Lukaku entre en jeu à la mi-temps contre West Ham United. Il inscrit alors lors de son premier match le but qui donne la victoire aux siens (2-3) à la 85e minute. Il est titularisé pour la première fois à l'occasion de la sixième journée de championnat et s'offre un doublé et une passe décisive qui permettent à son club de dominer Newcastle sur le score de trois buts à deux. Le 5 octobre 2013, Lukaku ouvre le score contre Manchester City mais Everton s'incline sur le score de 3-1. Il inscrit un doublé et est élu "homme du match" contre Liverpool le 23 novembre suivant. Il est l'un des meilleurs buteurs du championnat anglais en 2013 avec quinze buts inscrits.Il prend part à trente-trois matchs toutes compétitions confondues (seize buts) avant de réintégrer l'effectif des Blues. Everton FC Le 30 juillet 2014, Lukaku s'engage pour cinq saisons avec l'Everton FC. Le 19 février 2015, il marque son premier triplé sous le maillot d'Everton lors du seizième de finale aller de Ligue Europa face aux Young Boys Berne (1-4). Lors du match retour à Goodison Park, il inscrit un doublé, marquant ainsi cinq buts en deux confrontations. Lukaku termine co-meilleur buteur de la Ligue Europa cette saison avec huit réalisations, et ce malgré l'élimination des Toffees dès les huitièmes de finale. La saison suivante, l'attaquant belge inscrit vingt-cinq buts, dont dix-huit en Premier League. Il termine ainsi quatrième au classement des buteurs, derrière Vardy, Agüero et Kane. Le 5 mars 2017, Lukaku devient le meilleur buteur de l'histoire d'Everton en Premier League en réduisant le score face à Tottenham Hotspur (score final 3-2 pour les Spurs). Le 18 mars suivant, il inscrit un doublé face à Hull City et devient le premier joueur d'Everton à atteindre les vingt buts sur une saison de Premier League. Le même jour, l'attaquant belge devient le quatrième joueur à dépasser les 80 buts en Premier League avant 24 ans, après Michael Owen, Robbie Fowler et Wayne Rooney. Le Belge conclut la saison 2016-2017 à vingt-cinq buts en Premier League et termine deuxième au classement des buteurs derrière Harry Kane (vingt-neuf buts). Manchester United Le 10 juillet 2017, Romelu Lukaku s'engage pour cinq ans avec Manchester United. Le 8 août suivant, le Belge joue son premier match sous le maillot des Red Devils lors de la Supercoupe de l'UEFA face au Real Madrid. Il inscrit l'unique but des Anglais qui s'inclinent 2-1 à Skopje. Cinq jours plus tard, il fait ses débuts en Premier League sous le maillot des Red Devils face à West Ham United et se fait remarquer en inscrivant un doublé. Le 12 septembre 2017, Lukaku dispute sa première rencontre de Ligue des champions avec MU lors de la première journée de la phase de groupes face au FC Bâle. Il se distingue en inscrivant le second but des siens et Manchester United s'impose 3-0. L'attaquant belge inscrit vingt-sept buts en cinquante-et-un matchs toutes compétitions confondues lors de sa première saison sous le maillot du club mancunien, qui termine vice-champion d'Angleterre et qui échoue en finale de la Coupe d'Angleterre. Entre fin février et début mars 2019, Lukaku marque un doublé lors de trois matchs consécutifs : le 27 février face à Crystal Palace en Premier League (1-3), le 2 mars contre Southampton (victoire 3-2), puis le 6 mars à l'occasion du huitième de finale retour de la Ligue des champions face au Paris Saint-Germain (1-3). Internazionale Milano Il rejoint l'Inter le 8 août 2019 suite à l'accord obtenue entre les deux écuries sur base d'un transfert estimé à 75 millions d'euros. Joueur désiré par Antonio Conte, il est amené à devenir la pièce maîtresse de l'Inter du Suning Equipe Nationale Romelu Lukaku est appelé pour la première fois avec les Diables Rouges en mars 2010, alors qu'il n'a que seize ans. Le 3 mars 2010, Dick Advocaat lui fait jouer ses premières minutes à 16 ans et 294 jours lors d'un match amical face à la Croatie au stade Roi Baudouin (0-1). En novembre 2010, il inscrit un doublé avec la sélection belge pour une victoire 2 à 0 en Russie. Le 15 août 2012, après une longue période sans le moindre but en équipe nationale, il marque le troisième but de la Belgique face aux Pays-Bas en match amical. Le 11 octobre 2013, Lukaku joue son premier match comme titulaire lors de la phase de qualification pour la Coupe du monde 2014 et inscrit un doublé face à la Croatie à Zagreb. La Belgique remporte le match 1-2, ce qui lui permet de se qualifier pour la Coupe du monde 2014. Le 26 mai 2014, il inscrit son premier triplé avec l'équipe nationale face au Luxembourg lors d'un match amical de préparation à la Coupe du monde 2014. Cependant, le match ainsi que ces trois buts ont été annulés à la suite d'une décision de la FIFA, le sélectionneur belge Marc Wilmots ayant procédé à un remplacement surnuméraire (sept remplacements ont été effectués chez les Diables rouges pour un maximum de six remplacements autorisés en match amical). Il participe à la Coupe du monde 2014. Il est titularisé lors des deux premiers matchs face à l'Algérie et la Russie mais déçoit face à ces équipes qui optent pour un jeu très défensif, ce qui permet au jeune Divock Origi de s'illustrer et de prendre sa place de titulaire. Lukaku sauve cependant son mondial lors de son entrée au jeu durant la prolongation du huitième de finale face aux États-Unis en délivrant une passe décisive à Kevin De Bruyne et en inscrivant le second but synonyme de victoire. Les Diables Rouges sont éliminés au stade des quarts de finale par l'Argentine (1-0). En juin 2016, il fait partie des joueurs belges qui participent à l'Euro 2016. Il se distingue en inscrivant un doublé lors du second match des Belges face à l'Irlande (3-0). Le 14 novembre 2017, Lukaku inscrit l'unique but du match contre le Japon (1-0). Les médias s'empressent alors de faire de lui le meilleur buteur de l'histoire de sa sélection avec 31 réalisations, oubliant au passage l'annulation de son triplé face au Luxembourg en 2014 par la FIFA, chose que l'organisation internationale rappelle dès le lendemain. Romelu Lukaku comptabilise donc 28 buts en équipe nationale à la fin de l'année 2017. Le 7 juin 2018, il inscrit son 31e but avec la sélection belge face à l'Égypte et devient officiellement le meilleur buteur de celle-ci. En 2018, Lukaku fait partie des vingt-trois joueurs sélectionnés par Roberto Martínez pour participer à la Coupe du monde en Russie. Auteur de deux buts contre le Panama (3-0) puis face à la Tunisie (5-2), Lukaku devient le premier joueur à inscrire deux doublés consécutifs en Coupe du monde depuis Diego Maradona en 1986. L'attaquant belge conclut son Mondial avec quatre buts en six matchs, terminant ainsi troisième meilleur buteur du tournoi. La Belgique est éliminée en demi-finale face à l'équipe de France (1-0) mais termine troisième à la suite de sa victoire contre l'Angleterre lors de la petite finale (2-0). Le saviez-vous ? Il est le fils de l'ancien footballeur professionnel Roger Lukaku. Il a un frère, Jordan Lukaku, également international belge, qui évolue à la Lazio Rome. De religion catholique, Romelu Lukaku est très croyant : il lit des passages de la Bible plusieurs fois par jour et a déjà été en pèlerinage à Lourdes. Il est également polyglotte et parle six langues : tout d'abord ses deux langues maternelles qui sont le français et le néerlandais (lui qui est né à Anvers, dans la région flamande de Belgique), ainsi que le lingala (langue parlée en République démocratique du Congo, dont ses parents sont originaires), l'espagnol, l'anglais, et le portugais. Son père est à l'origine de la création du club congolais de l'Association sportive Rojolu. Le nom du club provient des initiales de Romelu, Jordan et Lukaku. Palmarès: RSC Anderlecht Champion de Belgique en 2010 Manchester United Vice-champion d'Angleterre en 2018 Finaliste de la Coupe d'Angleterre en 2018 Belgique Médaille de bronze à la Coupe du monde en 2018. Parcours: En Club: Rsc Anderlecht (2008-2012) Chelsea (2011-2014) West Bromwich Albion Fc (2012-2013 - prêt) Everton Fc (2013-2014 - prêt) Everton Fc (2014-2017) Manchester United (2017-2019) Internazionale FC : Depuis le 08 août 2019 En équipe nationale 2009: Belgique U-18 2009: Belgique Espoirs 2010 : Belgique Distinctions personnelles Recordman du nombre de buts inscrits avec la sélection belge Espoir belge de l'année en 2009 Meilleur buteur du championnat de Belgique en 2010 (15 buts) Espoir masculin de la Communauté française en 2010 Soulier d'ébène belge en 2011 Co-meilleur buteur de la Ligue Europa en 2015 (8 buts) Meilleur buteur d'Everton en Coupe d'Europe (8 buts) Joueur du mois de Premier League en mars 2017 Membre de l'équipe-type de Premier League en 2017. ©Wikipedia
  3. En effet, Romelu Lukaku est le transfert phare de l’été Nerazzurro. Voulu à tout prix par Antonio Conte, il s’est immédiatement calqué au projet Nerazzurro par le biais de son enthousiasme, son envie, sa disponibilité et son sens du sacrifice. Voici l’analyse de la Gazzetta Dello Sport "Romelu a débarqué début août, mais l’Italie semble déjà sienne. Ce n’est pas une surprise pour ceux qui le connaissent. Car l’attaquant polyglotte a notre pays dans le cœur depuis toujours. Et ici, il a trouvé ce qui lui a manqué à Manchester : Il se sent voulu, désiré." "En ce sens, la Langue revêt un aspect fondamental : L’Italien, il l’a appris à la télévision, en observant les commentaires diffusés par notre Sky sur son frère qui évolue à la Lazio : Jordan." Toutefois, les deux frères n’auront pas su se défier, Lukaku Junior n’était pas convoqué suite à une nouvelle blessure. 6ème sens "Romelu n’a pas besoin de livre de grammaire, il dispose d’un sixième sens pour les langues : Il parle l’anglais, le français, l’espagnol, l’allemand, le néerlandais, le portugais et le lingala qui est la langue parlée au Congo. Romelu, en avait fait usage, lors de son aventure avec Everton, avec son compagnon Bolasie pour mettre en défaut ses adversaires." "À peine arrivé à Appiano, le Diable Rouge flocké du numéro 9 a fait une demande particulière à Antonio Conte : Lui parler toujours en Italien. Une obligation selon Romelu, et ce pas uniquement pour comprendre au mieux toutes les instructions de Conte à l’entrainement ou en Match, mais aussi pour se retrouver plus à son avantage sur le terrain: En effet, Romelu veut savoir ce que se disent les défenseurs adverses, et ce afin de profiter au moment opportun d’un manque de cohésion entre eux..." "Romelu le regarde pas la télévision italienne, toutefois, il garde un œil sur les journaux afin de prendre confiance en se basant sur l’italien écrit. Actuellement, il semble tout comprendre et en si peu de mois à Milan, il a déjà réalisé d’énormes progrès racontent ses proches." "Lorsque l’on parle Affaire, là il préfère parler anglais, sinon c’est l’italien à tous les coups. Même lors des interview, il ne vaut pas d’anglais ou de français, le voir s’exprimer après le Derby démontre qu’il dispose déjà d’un vocabulaire footballistiques déjà très approprié." "Sa vie actuelle est lié aux entraînements : Milan-Appiano en aller-retour, telle est sa journée type. A la Pinetina, il a su passer outre les tensions avec Marcelo Brozovic suite à la soirée compliquée face au Slavia. Lukaku est complice avec Sanchez, les deux entretiennent un bon feeling depuis Manchester et les tifosi aspirent à les voir aligner ensemble." "Le Diable Rouge entretien également de très bon liens avec le très jeune Sebastiano Esposito. Qui plus est, Big Rom est très admiratif et fait preuve d’une très grande estime pour son Capitaine : Samir Handanovic Déménagement "Après avoir vécu son premier mois dans un Hôtel situé à deux pas du Meazza, début septembre, Romelu a déménagé vers la Porta Nuova, situé près du siège de l’Inter. Il s’agit toutefois d’une solution provisoire, lui qui attend que sa maison située à la City Life soit fin prête. Dans ce quartier à la mode, il retrouvera plusieurs compagnons d’équipe." "Il s’agira d’une maison très importante vu qu’il y vivra de la même façon qu’à Manchester, avec son ami d’enfance Tay qui l’aide au quotidien, sans oublier la présence de sa mère Adolphine et de son fils Romeo né en décembre. La maman de Lukaku était déjà à Milan pour les débuts en Ligue des Champions, elle se déplace également à Rome pour être proche et épauler aussi le Lazial Jordan." La Mondanité Milanaise ? "Ce n’est absolument pas une priorité pour le Belge. Après le Derby, il s’est octroyé un restaurant avec Lazaro et quelques amis. Dimanche, il était entouré de Federico Pastorello, son agent, et ses filles Sofia et Vittoria: Des petites choses de la normalité pour un géant." "Le Duomo, il l’a vu du coins de l’œil. Lukaku n’a été aperçu qu’une seule fois dans le centre de Milan, lors de son arrivée. Il avait besoin de comprendre certaines choses et un entretien avait eu lieu à la Rinascente, discret, il était passé par une entrée secondaire, pour ne pas attirer les regard." À présent, Lukaku l’Italien, prend son pied au Meazza. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Interviewé par la Gazzetta, Julio Cesar s'est livré longuement sur de multiples sujets. Conte, le derby, les gardiens brésiliens, son avenir... Voici ses propos. Qu'avez-vous pensé du derby ? "J'ai vu un bel Inter, solide et organisé. L'AC Milan moins. Le travail de Conte est excellent. Il cherche la perfection et les joueurs semblent l'avoir compris. Ce n'était pas évident et c'est aussi son mérite. Avec Conte l'Inter restera sous pression jusqu'à la fin du championnat. Je l'ai compris cet été quand je l'ai rencontré lors de la tournée asiatique et les deux premières rencontres m'ont confirmé mon impression. C'est un gagnant. Mais je ne vais pas partir dans des comparaisons avec Mourinho, les deux sont de grands techniciens très professionnels. Les tifosi adorent Mourinho car il a fait des choses incroyables. J'espère que Conte pourra le suivre." Le mot scudetto peut-il être prononcé ? "Après huit ans ce serait aussi l'heure... Beaucoup avaient des doutes sur Antonio Conte, peut être à cause de son passé à la Juventus. Des discours dénués de sens. C'est un grand pro, un top coach." Parlons de la défense, un département quasi inégalable avec Handanovic, Godin, Skriniar et de Vrij : "Ils sont singulièrement forts. S'ils réussissent à s'entendre ce sera un bloc. En Italie nous travaillons beaucoup sur la défense et avant de dire qu'ils sont les meilleurs, vous devez gagner. Ils ont besoin de résultat." Handanovic est votre digne héritier... "Pour moi c'est l'un des trois meilleurs au monde. Il a moins d'attention de la part des médias car il n'a pas eu autant d'opportunités que les autres, notamment en ne jouant pas régulièrement la Champions League. Mais ceux qui le connaissent n'ont pas de doutes." Aujourd'hui à ce poste les brésiliens sont-ils les plus forts ? "Oui, Alisson et Ederson sont extraordinaires. Alisson a fait de grandes choses avec Liverpool. Il y a eu une belle école ses dernières années ; Helton, Diego Alves, Gomes. Quand je suis arrivé en Italie j'entendais souvent qu'au Brésil les bons gardiens étaient rares." Comment ne pas parler de Romelu Lukaku ? "Il a un physique bestial et un véritable sens du but. Ce n'est pas simple de changer de pays, de langue, de culture footballistique et de s'habituer si rapidement. C'est une personne positive. Avec ses mots il a donné une gifle d'éducation aux racistes. Dimanche dernier j'ai vu des choses incroyables lors du match Atalanta-Fio. C'est bien que l'arbitre ait stoppé la rencontre." C'était comment lorsque vous jouiez ? "La situation semble s'être améliorée. Je me souviens de ce joueur de Messine (Marc-André Zoro) qui voulait quitter le terrain mais qui fut convaincu de rester. Avec les connaissances actuelles ce n'est juste pas possible de discriminer pour une couleur de peau. Le foot se bat depuis plus de vingt ans et doit gagner ce combat. Depuis Gianni Infantino le travail a redoublé." Passons à la Champions League. Un bien mauvais début... "Heureusement le Borussia et le Barça ont fait un nul. Mais ce n'est que le début. En 2010 personne ne croyait à cet Inter et Il a fallu un but de Sneijder pour nous qualifier. Ensuite nous avons vaincu tous les champions nationaux : Chelsea, CSKA Moscou, Barcelone et enfin le Bayern. Ce n'est pas la meilleure période pour le Barça en ce moment. J'y crois et si vous passez ce tour vous avez l'occasion d'emmagasiner une énorme charge positive." Avons-nous encore un complexe d'infériorité en Europe ? "Le constat est là. Les champions ne viennent plus autant qu'avant. Nous devons les reconquérir. Cristiano Ronaldo à la Juve c'est un coup de pouce pour tout le monde. Il attire l'attention et rehausse le niveau." Qu'allez-vous faire par la suite ? "J'étudie pour devenir agent. J'organise cette activité à Lisbonne où je vis maintenant." ®gladis32 - internazionale.fr
  5. Au terme du Derby, plusieurs Nerazzurri se sont livrés à Inter Tv: Danilo D’Ambrosio Comment avez-vous fait pour ne pas marquer ? "Je veux toujours faire le maximum, j’avais envie de briser leurs espoirs dans l’œuf, j’étais convaincu que j’allais marquer et c’était une erreur. Heureusement cela n’a eu aucune incidence à la fin. Il m'est aussi facile de me créer des occasions de but que de jouer dans la défense à trois, il n'y a pas de grande différence. Les dynamiques changent, mais l’intensité doit toujours être très importante pour savoir l’emporter." "Cette équipe a été construite pour poser des problèmes aux plus grands qui, ces dernières années ont fait mieux que nous. Notre course est lancée, nous sommes premier, mais nous ne sommes qu’en septembre. Avoir un entraîneur comme Conte permet de se revaloriser et de faire grandir les attentes." "Faire un match nul équivaut à une défaite pour nous. Nous avions une dynamique de jeu différente de celle du Milan, et il y a encore tant de choses à améliorer, nous ne vous avons pas encore démontré ce dont nous étions capable à 100%, avec de l’abnégation et la volonté de s’améliorer, nous ferons de grands pas en avant, c’est certain." Samir Handanovic "Mes équipiers ont été bon à me donner peu de travail : Nous avons disputé une grande rencontre et nous méritions de gagner. Nous avons joué un grand match et nous l’avons remporté au mental. Je dois être un exemple, je suis ici depuis tant d’années et je devais prendre la responsabilité de faire comprendre les choses, à ceux qui arrivent à l’Inter." "Nous jouons avec deux pointes en attaque, ce qui te permets d'avoir une option supplémentaire.. Les défenseurs n’ont pas été inquiété, ils ont joué l’homme, nous nous sommes créés plus d’espaces. Notre façon de jouer au ballon de l’arrière n’est pas une mode, elle est bénéfique au jeu d’équipe." "Le match nul en Ligue des Champions a été utile pour notre croissance, nous avons compris sur quoi travailler et cela nous a aider à l’emporter aujourd’hui." Romelu Lukaku "Je suis très heureux de cette victoire, pour ces trois points, car c’était une rencontre particulière. Nous devons à présent penser immédiatement à la Lazio qui sera tout autant difficile." Mon rapport avec Conte ? "Il est très fort, c’est un entraîneur qui aide énormément ses joueurs à grandir. A 26 ans, je ressentais le besoin et l’envie d’avoir un tel entraîneur, qui te motive tout les jours, je suis fier de porter ce maillot." "Nous avons joué avec l’intensité et la mentalité de Champions. Sur mon but, le bisou et la dédicace était pour ma maman, je ne pouvais pas avoir d’autre meilleure occasion pour lui dédier un but." "Je pense que l’entraîneur et le Staff font du bon travail, nous étions bien préparé pour affronter le Milan, nous aurions pu inscrire plus de buts, mais je suis content, nous avons mieux joué qu’en Ligue des Champions." "Physiquement, je me sens bien, j’aime travailler avec Conte, et avec toute l’équipe. Nous nous sentons tous bien en ce moment et à titre personnel, c’est mieux de jouer le plus souvent, même durant la semaine." Le Saviez-vous ? Romelu Lukaku est très reconnaissant envers sa mère. Preuve en est, après son premier but pour son premier Derby, Romelu a déclaré : "Je t’aime Maman ! " suivi d’un bisou. Sur les réseaux sociaux, il a enfoncé le clou : "L’unique femme qui compte pour moi sur la terre : "Je t'aime Maman“." La rixe entre Lukaku et Brozovic ? C’est de l’histoire ancienne, au coup de sifflets finale, les deux "grandes" gueules Nerazzurre ont été aperçues bras dessus bras dessous, le tout sans intervention d’Oriali et de Conte! Fabrizio Biasin était en mode Sniper en conférence d’après-match : "Handanovic aurait pu aller au concert de Jovanotti, cela n'aurait rien changé. C'est la façon la plus simple pour vous expliquer la victoire d'une belle Inter face à un Ac Milan dénué de tout sens." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. La rumeur bat son plein: Marcelo Brozovic et Romelu Lukaku ont failli en venir aux mains suite à la contre-performance de l’Inter face au Slavia Prague dans le cadre de la première journée de la Ligue des Champions. Timing incorrect Selon Sport Mediaset, la "discussion" entre les deux joueurs ne se serait pas tenue à la fin du match, mais bel et bien à la pause. Cette situation serait partie en vrille lorsque le Belge a demandé à ses coéquipiers de faire preuve de plus de courage dans les phases offensives. Conte, présent, aurait volontairement adopté une position attentiste. Pour Conte il peut y avoir des discussions, mais celles-ci doivent toujours être orientée vers la victoire. Il avait donc dans son optique laisser les joueurs échanger avec l’objectif de les voir parvenir à trouver une solution pour remporter un match jusqu’alors compliqué. Cette version semble plus cohérente, étant donné qu’en fin de rencontre, Lukaku s’est présenté pour signer des autographes et réaliser des selfies, sans démontrer en apparence un quelconque problème De Vrij pour la forme ? Questionné par Sport Mediaset, Stefan De Vrij a botté en touche sur la rixe entre Brozovic et Lukaku : "Ceux qui ont écrit cela n’ont jamais été dans un vestiaire. Il n’y a rien à dire, rien à répondre." L’indic d’Internazionale.fr confirme De Vrij "Il n’y a pas eu de dispute comme le suggèrent les médias, mais un échange entre les joueurs, tous les joueurs. Lukaku a parlé du fait qu’il ne recevait pas beaucoup de ballons. Brozovic a réagit avec un ton un peu élevé, car il était énervé par le rendement global de l’équipe. Mais il n’y a eu aucune bagarre, ni rien." Situation actuelle "Ce qu se passe dans le vestiaire n'est, la plupart du temps pas connu à l'extérieur. L'Inter n'est pas inquiète sur la situation concernant Lukaku et Brozovic. Conte espère d'ailleurs que l'équipe conservera la même animosité lors de la confrontation face au Milan." "Ce serait la meilleure réponse suite à l'attitude mollassonne proposée en Ligue des Champions. Certes, les deux joueurs sont resté un peu en froid, mais c'était inévitable. Heureusement, grâce à leurs équipiers, ils n'en sont pas venu aux mains, seules des insultes entre les deux parties ont eu lieu." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Interviewé par Sky Sport et Sport Mediaset, Stefan De Vrij est revenu sur la contre-performance de l’Inter et l’échange houleux entre Lukaku et Brozovic "Celui qui a dit cala n’a jamais été dans un vestiaire, je n’ai rien à rajouter…Tant de choses ont mal tourné, nous n’avions pas le bon état d’esprit et cela ne plus se reproduire. Ils ont eu plus d’envie pour l’emporter, tandis que nous faisions preuve d’imprécisions. Ne pas parvenir à pratiquer notre jeu était décevant. Mais j’estime que nous devons aller de l’avant et ne plus y repenser..." "Avec l’entraîneur, nous nous sommes immédiatement remis au travail, nous avons revu le match en constatant nos erreurs et nous avons compris que ce type de prestation ne doit plus être proposée. A présent, c’est à nous seul de réagir." Le Derby ? "Nous sommes motivés, nous avons tous l’envie et nous somme concentrés dans l’idée de gagner le Derby. C’est toujours une très belle partie à disputer, elle est extrêmement importante pour notre parcours. Nous sommes très confiant, nous devons apporter une réponse. Ce sera un match extraordinaire pour les deux équipes. Nous devrons faire un résultat même si nous savons que le Milan est une bonne équipe, composée de joueurs fort et d’un brave entraîneur. Nous devons nous y préparer au mieux." Les nouvelles recrues ? "Godin est très fort, il nous aide tant. Cela va de mieux en mieux avec ce nouveau système défensif, nous devons continuer à y travailler. Lukaku est d’un physique impressionnant, il est très rapide, il travaille tant pour l’équipe. Et il y a aussi Sensi, il a surpris tout le monde, il est techniquement super, il tire bien et sait gérer le ballon. J’espère que cela continuera comme ça." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Voici l'article paru sur le site belge 7sur7.be: "Les débuts de Romelu Lukaku à l’Inter ne sont pas de tout repos. Si tout se passe bien en championnat (l’Inter est en tête de Serie A avec neuf points sur neuf), Big Rom’ a tout de même déjà eu droit à un traitement particulier de la part des supporters italiens, à Cagliari. " "Et d’un point de vue sportif, les Nerazzurri ont connu leur premier sérieux revers, mardi soir, en Ligue des Champions. Alors qu’ils ont un groupe particulièrement compliqué à négocier, avec le Borussia Dortmund et le Barça, les Interistes ne pouvaient pas se permettre un faux-pas, chez eux, contre le Slavia Prague." "Ils ont dû s’arracher pour éviter une défaite d’entrée. Suffisant pour que de premières tensions se ressentent dans le vestiaire. Selon la Gazzetta dello Sport, Romelu Lukaku et Marcelo Brozovic en sont même quasiment venus aux mains, dans le vestiaire, après le match, mardi soir." En cause? "Des critiques que Romelu Lukaku auraient adressées à ses coéquipiers et que l’international croate a prises pour lui. Anecdotique ou pas? Seul l’avenir le dira... " Ce qu'il en est exactement via Fcinter1908.it Information en provenance de la Gazzetta Dello Sport: Romelu Lukaku a demandé à tous une attitude plus combative, en invitant tout le groupe à respecter le plan tactique défini par Conte. Cette façon de faire n'a pas plus à Brozovic, à tel point que le Croate a eu des paroles, pas vraiment amicale, visant des références personnelles du Diable Rouge. Même si il n'y a pas eu de coup à proprement parler , c'est un fait que le croate voulait se mesurer à Lukaku. A tel point qu'ils ont été séparé par leurs équipiers. Mais Ils n'en sont pas venu au main pour se comprendre. "Cette réaction du Croate n'est pas la première, lui qui avait connu également des problèmes de ce type avec l'ancien détenteur du numéro 9...Mauro Icardi qui n'est plus là." Voici un complément d'information de la part du Corriere Della Sera: "Brozovic a entendu le discours et l'a interprété comme étant lui-même le premier visé et non l'équipe. Les deux hommes ont menacé de se retrouver, ils sont entrés en contact, puis tout s'est terminé là." "Tout le monde décrit Lukaku comme un gentil géant, mais il reste un Géant. Brozovic a plutôt un caractère plutôt fumeur. [...] Les deux ont quitté le stade en partant presque simultanément, sans dire un mot...Ils se sont vus hier à Appiano, où il n'y a pas eu de suite, ni de clarification" une situation loin d'être idéale avant le Derby. De son côté, Conte remet en question certaines personnalités de l'équipe, le match proposé par l'Inter étant de très faible facture. Pour l'heure Marotta prône la confiance. Le Saviez-Vous ? Conte a été marqué, à tel point qu'il est parti passer la nuit suivant le match à Appiano Gentile afin d'y passer une nuit blanche en vue d'analyser les erreurs commises et chercher des solutions. Lors de la première séance d'entrainement qui a suivi, Conte était ferme en soulignant les erreurs commises et ne devait pas être répété. Pensez-vous que Romelu a fauté ? Ou est-ce que le "dernier élément croate" reste le dernier élément perturbateur d'un noyau qui avait pourri le vestiaire, par le passé ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Antonio Conte s’est livré en conférence d’après-match, tout comme plusieurs joueurs, suite à la contre-performance de l’Inter face au Slavia Prague: "Sincèrement, je ne peux pas être satisfait ni de la première mi-temps, ni de la seconde. Rien ne m’a plu. Je n’ai pas aimé le match, c’était une mauvaise prestation de notre part. Nous n’avons rien montré de notre idée du football, nous avons seulement fait usage de long ballon." "Je ne les entraîne pas à ça. Eux, ce sont montrés agressif, ils nous ont pressé mais nous nous entraînons sous pressions. Nous devons grandir, je ne considère pas qu’il s’agisse d’un beau match nul, c’est un laid match nul, c'est bien plus qu’un pas en arrière." "J’endosse la responsabilité, je n’ai pas su être aussi incisif comme j’aurais dû l’être dès le début et durant le match, tout comme dans la préparation de la partie. Je n’aime pas cela car ce n’est pas le football que je veux pratiquer. Quelqu’un m’a demandé si les long ballons étaient le plan B, mais il n’existe pas de plan B. Je n’aime pas les longues balles." "Nous devons nous améliorer sous tous les points de vue, aussi au niveau mental. Nous devons savoir faire preuve de stabilité aussi dans des moments de difficultés. Lorsque nous nous entraînons, nous le faisons avec une équipe qui nous attend dans la première moitié de terrain, et nous devons chercher à être bon dans la construction, afin de savoir surmonter ce type d'obstacle." "Nous travaillons sous pression comme pour tous les matchs que nous avons connu. Aujourd’hui, nous avons proposé que très peu, ils ont été meilleur en tout. Ils avaient plus d’envie, ils ont gagné à tout point de vue, ils nous ont été supérieur. Ces garçons peuvent être sereins et calmes car ils ont bien travaillé et ont tout donné. Je me dois de prendre la responsabilité car je n’ai pas été bon dans l’impact. Cela fait partie d’un, parcours." "Tant de personnes pensent que l’on arrive avec une baguette magique et que tout change du jour au lendemain…Il y a tant à changer, il faut savoir faire preuve d’auto-estime, de confiance et de stabilité dans les moments difficiles. Je suis touché, je suis ici dans ce but et je vais chercher à donner tout de moi-même pour aider ces garçons car ils le méritent, comme le mérites les tifosi qui étaient à nouveau nombreux." "Je n’aime pas parler des individualités après de si mauvaises sensations. Après une belle prestation oui. L’équipe a été en dessous de toute suffisance et je suis le premier à me prendre la note la plus basse et le bonnetd’âne. Personne n’était au niveau de suffisance aujourd’hui." Milan Skriniar "Le Slavia était un adversaire plus coriace à affronter comparé à nos trois matchs de championnat. Nous étions moins concentrés, nous aurions du jouer tout le match comme ce que nous avons proposé en toute fin de rencontre, nous aurions dû l’emporter." "La première partie est toujours la plus importante mais il nous en reste cinq. Nous devrons faire de notre mieux, mettre plus de grinta, de personnalité, sinon cela tournera mal. Il est difficile de dire ce qu’il nous a spécifiquement manqué." "Nous avions des difficultés dans la construction, mais nous devons parler de ce match en étant clair. Je suis impatient que le Derby arrive à présent, c’est un match différent des autres et il nous apportera le bon mental pour gagner." Romelu Lukaku "La première mi-temps était très difficile pour nous : Le Slavia l’a joué très physique. Dans les vingts dernières minutes, nous avons tenté de marqué, mais aujourd’hui ce n’était pas un bon match, surtout que nous ne l’avons pas emporté. Nous devrons travailler encore plus cette semaine." Mon dos ? "Ce matin, j’avais encore un peu mal, mais je serai déjà à l’entrainement ce mercredi avec le groupe. L’équipe se doit de travailler tous les jours pour atteindre les objectifs préfixés. Nous devons suivre le chemin qu’un club si ambitieux se doit d’atteindre. Tous ceux qui affronteront l’Inter devront savoir que ce sera difficile pour eux, nous devons être prêt à cela." Stefano Sensi "Je suis amer, car nous n’avons pas joué la première mi-temps que nous voulions. Nous avons connu, en seconde période, une réaction caractérielle, mais nous devons travailler pour répondre présent dans cette compétition où nous n’avons plus le droit à l’erreur. Demain, nous repenserons à nous erreurs et nous ferons une analyse de la rencontre." Le Derby ? "Nous devrons hausser notre attention car les tactiques importe peu dans un Derby, seule la grinta compte et on ne peut pas se planter." Danilo D’Ambrosio "On aurait dû faire plus. Ils sont venu nous presser haut et nous ne sommes pas parvenu à mettre en pratique tout ce que nous aurions voulu faire, le démérite est nôtre. Nous aurions dû jouer plus rapidement avec le ballon, peut être avec des une-deux comme nous le faisons à l’entrainement. Nous devons travailler sur ces erreurs pour ne plus les répéter." Le Derby ? "Nous devrons faire attention, être bon dans le pressing et lucide en possession de balle." Nicolo Barella "Ils ont été mieux organisé que nous, mais nous aurions dû faire mieux. Nous ne sommes toujours pas parvenu à faire ce que demandait l’entraîneur. A présent nous allons faire face à d’autres combats et nous devrons faire du mieux possible." "Je suis serein, je cherche à bien faire, le groupe m’a si bien accueilli et c’est normal d’avoir une période d’adaptation lorsque tu changes d’équipe. Nous sommes l’Inter et malgré ce partage, nous jouerons tous les matchs pour parvenir à nous qualifier en huitième." Le saviez-vous Tuttosport nous confirme que l’Inter va passer un sale quart d’heure: "Conte se fera entendre aujourd’hui, ce sera une rude reprise des entraînements." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Interviewé par la Gazzetta dello Sport, l'ex capitaine de l'Inter Beppe Bergomi a parlé de l'équipe de Conte et des recrues arrivées lors du mercato: "On voit déjà la patte de Conte. Le travail d'Antonio se voyait dès les premières minutes du premier match contre Lugano. Conte est comme ça, il part avec ses idées, transmet ses concepts aux joueurs qui doivent ensuite les intégrer et les utiliser très tôt. Je pense aux deux premiers matchs qui ont été très différents." Lecce a essayé de jouer au foot et a été massacré. A Cagliari par contre Maran a copié Conte et a laissé très peu d'espace. Il a fallu un exploit de Sensi avec ce penalty qu'il s'est procuré pour gagner le match". A propos de Sensi, peut-on dire que c'est la plus grande surprise de ce début de projet? "Même en Nazionale il a montré sa personnalité et ses qualités. Et puis je pense que sa force, c'est surtout le fait qu'il arrive à jouer à tous les postes du milieu à un très bon niveau. Regista, trequartista, mezzala, il sait tout faire et donne de très bons résultats. Je savais que c'était une bonne recrue, mais je n'aurai jamais pu prévoir qu'il serait déjà aussi décisif". Barella par contre n'a pas aussi bien démarré.... "C'est plus un joueur d'instinct et c'est peut-être pour cela qu'il a moins bien commencé. Il est arrivé en retard et ça se voit qu'il est encore en retrait sur le plan des automatismes mais il a toutes les qualités pour être le milieu de terrain typique pour le jeu de Conte: il a trois poumons, il sait récupérer des ballons, il sait s'insérer dans les espaces. Je vais être clair, Barella me plaît énormément". On attend encore de voir au complet la GDS. Pensez-vous que Godin, De Vrij et Skriniar auront du mal avec la défense à trois? "Je le pensais aussi mais dans les quelques minutes où Godin a joué à Cagliari, j'ai été surpris de son comportement à droite. Je croyais qu'il allait avoir tendance à rester collé à l'axe mais il a été parfaitement placé et s'est même permis de sortir de la défense balle au pied. Pour jouer à trois derrière, il faut savoir coulisser correctement pour maintenir la défense hermétique en phase défensive comme en phase offensive". A quel Sanchez faut-il s'attendre? "Je pense que ce n'est plus celui de l'Udinese qui était inarrêtable quand il avait de l'espace. A Manchester il a eu des soucis mais à Arsenal il a été très bon en étant plus proche des cages. Il a besoin d'être à 100% pour être décisif et Conte est fort pour cela, il sait remettre les joueurs sur pieds, mentalement comme physiquement, s'il revient bien sa qualité fera la différence". Lukaku, par contre est déjà bien à l'aise... "C'est mon type d'attaquant préféré. J'ai toujours aimé les buteurs forts physiquement, les Vieri, Ibrahimovic, Van Basten, ces joueurs là font la différence. Romelu est clairement la meilleure recrue de l'Inter, un attaquant complet qui aime jouer pour l'équipe, qui crée de l'espace pour ses coéquipiers et qui les encourage lorsqu'ils se ratent. Dans la profondeur, avoir un joueur comme le Belge c'est exceptionnel. Et puis quand on sait que les équipes de Conte jouent à mille à l'heure vers l'avant, c'est une bonne chose qu'il soit arrivé". Nous n'avons pas encore vu Lazaro à l'oeuvre... "Eh bien c'est un attaquant excentré, qui a toujours joué avec un latéral pour le couvrir, il va falloir qu'il s'adapte et apprenne le rôle de piston latéral et cela prend du temps". Allez, une question directe: l'Inter est-elle l'anti-Juve? "La Juventus reste plus forte mais la Serie A est dans une année avec beaucoup de changements, dans les clubs donc on ne sait jamais. Je dirais que si la Juve fait des faux-pas, l'Inter sera prête à en profiter. Ce qui est sûr c'est que le gap de 20 points des dernières années s'est résorbé". ®Samus - Internazionale.fr
  11. Lors de Cagliari-Inter, Romelu Lukaku a été pris à parti par les tifosi sardes, ces derniers entonnant et proposant d’immondes cris racistes. Le Diable Rouge, qui a condamné ce comportement en après-match, a reçu le soutien de milliers de personnes à travers le monde. Selon le Sun, la Lega Serie A aurait pris contact avec Lukaku, mais également avec le défenseur du Napoli Koulibaly, pour devenir les visages d'une campagne anti-raciste. Cette campagne serait très similaire à celle active en Angleterre et qui se nomme Kick It Out. Les deux joueurs devraient donc revêtir un rôle central dans cette initiative. Validez-vous ce projet ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Si lors d’une première interview, Steven Zhang s'est exprimé sur le mercato et son entrée à Genève, il s’est également penché sur l’incident dont a été victime Romelu Lukaku à Cagliari. En effet, les champs racistes ont amené Lukaku à dénoncer cette situation à la Police qui devra enquêter sur l’affaire. Voici la position de Steven Zhang: "Je parlerai avec lui à son retour de sélection. L’Inter est fondé sur l'intégration et l’internationalité, elle lutte contre la discrimination et a toujours soutenu les personnes de toutes les couleurs de peau, de cultures différentes." "Cela fait partie de l’Adn Nerazzurro et ce sera aussi le cas dans le futur. J’espère que les "Buu" finiront par disparaître en Italie et dans le reste du monde. Le football doit seulement être un outil de divertissement et non un outil de violence ou de racisme. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Francesco Guidolin a eu sa petite carrière de joueur, mais c'est surtout en tant qu'entraîneur qu'il s'est fait connaître. Connu pour ses relations compliquées avec l'ex-dirigeant de Palerme et pour ses belles performances avec Udinese, il reste un spécialiste reconnu pour son goût pour l'ancienne école italienne fondée sur la tactique comme Ancelotti, Mancini, Sarri et ... Conte. Comme eux, il aura été recruté en Angleterre. Guidolin se livre ainsi à Tuttosport et revient sur les dernières emplettes de l'Internazionale Milano, en commençant par un joueur qu'il a bien connu. Guidolin, quel type de joueur était Alexis il y a 9 ans ? "J'ai de très bons souvenirs de lui parce que cette saison, avec la suivante, ont été palpitantes pour l'Udinese. Alexis a marqué 12 buts et fait 10 passes décisives et ils faisaient un duo dévastateur avec Toto Di Natale, sa contribution pour arriver 4ème fut déterminante. Mais Sanchez, j'avais déjà eu l'occasion de le voir à la TV et en vrai en tant qu'adversaire dans le championnat quand j'étais à Parme. J'avais remarqué qu'il était prometteur, qu'il avait un potentiel, mais qu'il n'avait pas encore explosé. Quand je l'ai connu à Udine et que j'ai pu travailler avec lui de façon quotidienne, j'ai eu l'intuition de le placer sur un autre poste, en tant que numéro 10 et pas en tant qu'ailier. Lui meneur de jeu-seconde pointe derrière Di Natale qui avait le numéro 10 sur son maillot, mais qui jouait en 9. Dans ce rôle Sanchez était plus vif dans le jeu, il pouvait mieux exprimer ses capacités. Je dirais que ça s'est bien passé, à nous en tant qu'équipe, mais aussi pour Alexis". Comment était Alexis en dehors du terrain ? "Quelqu'un de bien. Je le décris avec trois mots : travailleur, humble et généreux". On imagine que vous avez suivi sa carrière les années suivantes, entre Barcelone, Arsenal et Manchester United. En quoi s'est-il amélioré ? "Il y a 9 ans, Sanchez était un garçon avec beaucoup de talent et qui avait très faim, la volonté d'émerger, mais bien entendu il lui manquait l'expérience qu'il a accumulé par la suite à Barcelone avec Guardiola et Arsenal avec Wenger, où il s'est exprimé à son maximum. On s'est vus une fois à l'Emirates et nous avons discuté. Je l'ai suivi après et je n'ai pas compris ce qui n'a pas fonctionné à Manchester United. Je pensais qu'il aurait continué sur sa lancée, qu'il aurait passé une nouvelle étape à Old Trafford, mais il s'est arrêté. Mais je répète, je ne connais pas le motif, je sais seulement que je n'ai pas vu le Sanchez que tout le monde connaissait". Que peut-il apporter à l'Inter ? "Regardez, selon moi, dans sa période entre Barcelone et les débuts à Arsenal, Sanchez était parmi les 10 meilleurs joueurs du monde et avec Conte il peut revenir à ce niveau. Sanchez est le joueur qu'il manquait à l'Inter parce qu'il est habile entre les lignes, il sait sauter le joueur en face et créer la supériorité numérique. En plus, il sait dialoguer avec les joueurs comme un milieu de terrain et aider en phase de non-possession. Il est complet, mais il doit redevenir celui qu'il était il y a deux ans". A l'Inter il retrouvera Lukaku, qui lui aussi a connu une saison mi-figue mi-raisin à Manchester. "Sanchez est en plein dans sa maturité athlético-physique, il a 30 ans, je m'attends encore à de grandes choses de lui et avec le Chili il a démontré d'être encore bien. Le Sanchez que j'ai connu moi, avec les expériences qu'il a eu ces dernières années, devrait faire de grandes choses à l'Inter, voire extraordinaires. Avec Lukaku selon moi, il peut former un duo exceptionnel pour notre championnat. Nous verrons, je suis très curieux". Conte pour l'instant a joué avec un 3-5-2 et a réaffirmé de vouloir continuer comme ça pour les caractéristiques techniques des milieux de terrain. Selon vous avec Sanchez, il pourrait essayer le 3-4-3 grâce à des joueurs comme Politano et Lazaro qui peuvent également jouer sur le côté droit du trident ? "Sanchez peut tout faire, il a les jambes pour jouer meneur de jeu derrière deux pointes, en reculant presque comme un mezzala. Il est polyvalent. Je l'ai connu qui jouait ailier d'une attaque à 3, mais pour moi il est mieux en seconde pointe. Conte à Chelsea jouait souvent un 3-5-2 déguisé en 3-4-2-1 avec deux meneurs derrière une pointe, mais des fois l'un des deux était Fabregas, un milieu qui revenait à son poste en phase défensive. Pour moi le 3-5-2 est idéal pour l'Inter et aussi pour Sanchez, mais clairement Conte est le mieux placé pour évaluer ce qui est le mieux pour son équipe". En dehors de Lukaku, Sanchez trouvera à Milan Lautaro Martinez. Parfois le belge devra souffler, comment voyez vous ensemble les deux sudaméricains ? "Bien, car quand on parle de joueur de talent et de qualité, on se trompe rarement. Lautaro me plaît, il est jeune et comme Sanchez d'il y a 10 ans il doit évoluer, mais déjà lors de la dernière saison il s'est grandement amélioré. Le temps joue en sa faveur et il trouvera sa place, j'en suis certain". En élargissant votre analyse sur toute l'Inter, il y a un joueur qui plus que les autres vous a attisé votre curiosité et vous a surpris en ce début de saison ? "Je serai banal, mais je vais répondre Sensi, pour ce qu'il a montré et pour sa place sur le terrain. Je pensais, en l'ayant suivi ces dernières années, qu'il serait plus un constructeur de jeu reculé, une sorte de vice-Brozovic et peut être que l'Inter l'a pris pour cette raison. Mais on voit ici que la patte d'un grand entraîneur comme Conte qui, travaillant avec lui, a découvert ses qualités et a su les exploiter au mieux. Sensi est un excellent mezzala, il a la technique, l'inspiration, la capacité à jouer 20 mètres plus haut que la ligne de milieu de terrain dans une zone où il est plus difficile d'émerger parce qu'il y a moins d'espaces, et où tu es pris en tenaille entre les milieux et les défenseurs. Mais le garçon a montré son agilité, son dribble, son ancrage avec les joueurs et un bon tir lointain". Pour vous aussi ce sera une lutte à 3 entre la Juventus, Naples et Inter ? "Si je devais donner le tiercé de fin de championnat, oui, je dirais ceux-là, mais tout peut arriver, nous ne sommes qu'au début. Selon moi les deux romaines sont fortes, et peuvent essayer de s'insérer : la Lazio a un schéma qui peut donner de la continuité au parcours et au projet créé par le club ces dernières années, la Roma s'est renforcée et a un gros effectif". Ce samedi à San Siro, ce sera l'Udinese, votre Udinese. Quel championnat pour les friulani ? "Contrairement à ce qui est arrivé ces dernières années, quand sont partis les meilleurs en échange de jeunes pleins de belles promesses, cette année l'Udinese a pris des joueurs plus matures, comme Jajalo qui me plaît beaucoup ou Nestorovski, et De Paul est resté. L'Udinese est connue pour avoir lancé tellement de jeunes, mais je vous assure que ce n'est pas simple chaque année de sortir des joueurs de qualité, prêts immédiatement pour apporter quelque chose à l'équipe. J'espère et je pense que l'Udinese cette année finira mieux classée, de façon plus sereine que l'an passé". L'Inter alignera Handanovic, Asamoah et Sanchez, trois anciens de l'Udinese. Ils étaient plus jeunes, mais ils faisaient partie d'une très bonne équipe arrivée 4ème et l'année suivante, sans Sanchez, troisième, en jouant deux fois les playoff de Champions League, même s'ils n'ont pas eu le succès par la suite. Handanovic déjà à l'époque était une assurance, Asamoah a gagné en personnalité. J'espère les voir tous jouer samedi parce que je serai là pour Dazn (chaîne de télévision italienne). Ils ont mis en valeur mon travail, je les remercierai toujours. Ils ont été très très bons humainement, et splendides comme joueurs".
  14. Auteur d’un triplé en équipe nationale, en à peine 45 minutes de jeu, face au Mexique, Lautaro Martinez rentrera à l’Inter en proposant un profil bien plus important qu’il n’y parait pour Antonio Conte. "Ce n’est pas tous jours que tu marques trois buts sous ce maillot. C’est le fruit de sacrifice. C’est difficile d’arriver ici et pour y arriver, il vaut toujours démontre quelque chose d'inattendu. Rester en équipe nationale est toujours très difficile car il y a des joueurs importants. Je suis heureux et je remercie le Staff technique et mes compagnons d’équipe, pour la façon dont j'ai toujours été traité. J’espère continuer sur cette voie." C’est un fait, Lautaro Martinez est confiant et sûr de lui La naissance d’une amitié Sur son profil Instagram, le Toro s’est livré au partage du message suivant : "Fier de m’avoir clôturé mes deux rendez-vous de cette façon. Une excellente partie pour tous, pour continuer à grandir, merci pour vos messages." De son côté, Romelu Lukaku qui est l’auteur d’un but et d’une passe décisive avec la Belgique, a tenu a s’exprimer envers son compagnon d’équipe L’annonce qui fait tâche Beto Yaque a encensé son poulain en lançant à nouveau un appel du pied au Fc Barcelone, lors de son interview à Tyc Sport: "Ce serait si beau de le voir avec Léo à Barcelone. Le voir jouer de cette façon, aussi relaxé et fier, c’était si beau. Il est heureux lors qu’il évolue pour l’équipe nationale, et ce depuis ses classes de jeune. Il a un contrôle orienté impressionnant et il en fait usage au bon moment. Pour un défenseur, c’est très dur de le marquer." "Lautaro est très humble, lorsque je suis allé le chercher à Bahia Blanca, ce n’était pas facile car j’avais à faire à un garçon très attaché à sa Famille. Il souffrait de devoir être éloigné de sa maison. La chance que j’ai eu, c'est que ses parents m’ont fait confiance." La Coupe du Monde ? "C’était une très dure désillusion, mais il y était préparé. Avant d’aller à l’Inter, je lui avait dit de ne pas en être marqué et d'ambitionner cela comme un objectif à atteindre. Lautaro la mérite, car ce n’est pas facile de jouer au Meazza et d’y évoluer comme à sa maison." Prolongation de contrat en vue C’est un fait, Lautaro Martinez a démontré, très rapidement, qu’il était l’un des meilleurs jeunes attaquant en circulation au Monde. Comme le souligne Sky Sport, l’Inter a bien compris cela et s’entretient actuellement avec l’agent du joueur pour revaloriser le contrat de la pépite argentine: La fumée blanche et les tractations ne devraient pas durer très longtemps. En effet, l’ancien joueur du Racing pourrait potentiellement affoler le Mercato en atteignant rapidement la barre des 100 millions d’euros. Avec de telles performances, il sera donc très dur pour Antonio Conte d’écarter Lautaro Martinez au profit d’Alexis Sanchez. En route vers le 3-4-3 ? C’est un fait, Antonio Conte n’est pas un adepte de nouveauté, préférant se baser sur un solide système de jeu, le 3-5-2. Toutefois, vu les performances de ses poulains, il y a lieu de se poser les bonnes questions. Comme le révèle Tuttosport, l’Inter prépare depuis ce mardi le match face à l’Udinese. Si Antonio Conte attend le retour de ses internationaux, la formation qu’il alignera face aux Friulani est loin d’être déjà définie: "Conte fera de son mieux pour mettre Sanchez en condition, afin qu’il puisse rapidement être utile à sa cause. Le Chilien devrait évoluer en qualité de second attaquant aux côtés de Lukaku." Un 3-4-3 pourrait devenir une nouveauté. Conte devant précédemment procéder à des tests dans le laboratoire de la Pinetina avant de le proposer en match. "L’unique possibilité de voir Sanchez coexister avec Lautaro Martinez, serait de laisser place au 3-4-3. Ce qui permettrait au Niño Maravilla d’être titulaire et non plus de monter au jeu en cours de match. Il s’agira là de la préoccupation majeur de Conte qui devra apporter des certitudes à un groupe qui se cimente grâce à l’auto estime et un bon nombre de victoire." "Le fait est que Conte pourrait insérer deux grands joueurs que sont Sanchez et Godin, l’autre nouvel acquisition. Ce qui pourrait accélérer un processus de maturation qui se doit d’être rapide. Celui qui permettra de juger l’Inter face à ses adversaires et surtout face à Barcelone au Nou Camp, dans une nuit qui aidera à comprendre le parcours réalisé depuis le 2-0 du 24 octobre dernier. Malgré l’absence de Messi, les rêves de gloire de Spalletti s’étaient envolé." Alexis Sanchez titulaire , vraiment ? La pause internationale a permis de mettre en valeur les forces en présence. Et si l’Inter se prépare déjà à recevoir l’Udinese samedi soir, Antonio Conte peut se targuer de disposer de multiples réponses positives après cette trêve internationale, à commencer par l’absence de blessé. Toutefois, la condition physique des joueurs devra être évaluée et confirmée, comme c’est le cas pour Vecino qui ne sera de retour que ce jeudi, soit à 48 heures du match. Positive attitude Quoiqu’il en soit, Conte peut être fier des prestations de ses joueurs à travers le monde: Avec l’Uruguay, Vecino a démontré ses qualités d’incursion et d’élément "de fatigue" au milieu de terrain. Si lors de ces deux premiers match à l’Inter, Barella n’était pas dans une condition physique optimale, Conte compte toujours sur lui. Attention toutefois à voir si le joueur arrivera tardivement en Italie, car cela pourrait ouvrir la voie à d’autre sénaris. Un duo On Fire Mais la meilleure des nouvelles reste le duo formé par Lukaku et Martinez. Les deux flèches Nerazzurre sont en forme, preuve en est les prestations de très haut niveaux proposées aussi bien par le Belge que par l’Argentin : Des buts, des passes décisives…Le message envoyé à l’Udinese a été reçu cinq sur cinq. Comme le souligne Sky Sport, les deux complices peuvent se vanter de proposer d’impressionnantes statistiques en équipe nationale: Lukaku qui est le meilleur buteur belge de tous les temps à seulement 26 ans, a déjà inscrit 49 buts en 82 sélections. Lautaro Martinez, lui, peut se targuer d’en avoir inscrit 9 en 13 match internationaux. La seule inquiétude pour Conte sera donc de prendre connaissance de la condition physique de ses trois attaquants à Appiano Gentile et plus en particulier Lautaro Martinez. En cas de besoin, Alexis Sanchez pourrait déjà débuter face à "son" Udinese, lui qui avait vu le Chili autoriser le retour du joueur à Milan afin qu’il puisse s’entraîner au mieux et retrouver une condition physique optimale. Le tout sans oublier Matteo Politano qui, sous les ordres de Roberto Mancini a également prouvé qu’il était déjà fit et en avait sous la semelle. Seriez-vous tenté par un 3-4-3 à la Conte ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Auteur du premier des quatre buts inscrits en Ecosse et d'un caviar de passe décisive à Kevin De Bruyne, Romelu Lukaku s'est livré en conférence d'après-match. "C'était un beau but, cela faisait très longtemps que je n'avais plus inscrit un but comme ça. Nous avons prouvé que nous étions l'une des équipes parmi les plus dangereuses en contre-attaque. J'ai marqué un but et offert une passe décisive, nous avons gagné 4-0 sans concéder de buts." "La chose la plus importante est que l'équipe joue comme elle l'a fait ce soir. Après San Marin, beaucoup sont restés déçu de notre prestation, nous y compris. Ce soir nous avons démontré de la concentration, de l'intensité et inscrit de beaux buts. Je pense que nous pouvons tous en être fier." Le banc à San Marin ? "Je comprends le point de vue du Sélectionneur National. Il voulait que je profite de cette période pour m'entraîner du mieux possible, étant donné que ma préparation avec Manchester n'était pas idéale. Ces derniers jours, j'ai bien travaillé et je suis prêt d'un point de vue physique et tactique pour le reste de la saison." L'Inter ? "Finalement, je suis avec Conte, l'entraîneur qui me voulait depuis tant d'années. De plus, nous formons un beau groupe comme ici en équipe nationale. J'étais fier de revoir chacun de mes amis ici." "Nous avons gagné deux matchs sans encaisser de buts en équipe nationale. Je dois chercher à rester en forme pour être le plus fort possible, lorsque l'on se retrouvera à nouveau." Le Saviez-Vous ? Une complicité voit le jour entre Lautaro Martinez et Romelu Lukaku, l'argentin encensant le Diable Rouge sur Instagram. La réponse du Belge ne s'est pas fait attendre: "Lautaro mon frèreeeeeee" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Romelu Lukaku s’est livré dans le cadre d’une longue interview à Rolling Stone Italia. Auteur de deux buts en deux matchs, voici les déclarations de ce garçon solaire qui est déjà adopté par le peuple Nerazzurro. Pourquoi l’Inter ? "Avant tout, c’est un choix sportif. L’Inter était le club pour lequel je voulais jouer en Italie et l’entraîneur a été un autre facteur important dans ma décision, outre le fait que je savais que l’équipe disposait déjà de joueurs de qualité. Du point de vue familial, c’est un très bon choix car mon frère est déjà ici." "Je pense que l’Italie est un bel endroit pour vivre, je suis une personne qui aime découvrir des cultures différentes. Je ne suis pas là que pour jouer dans différents championnats, j’aime apprendre de ces différentes cultures, c’est pour cela que je suis très heureux d’être ici" Not For Everyone "Ce slogan selon moi est parfait pour le Club, car les tifosi de l’Inter sont extrêmement fidèles, c’est quelque chose qui n’est pas pour tous. Le soutien à ces couleurs se transmet de génération en génération. : A chaque match, le stade est plein, suivi toujours par les mêmes passionnés. C’est si beau de faire partie de tout cela, d’un club aimé d’une manière aussi sincère de la part de ses tifosi." La Révérence "Dès ma signature à l’Inter, j’ai fait face à des personnes excitées à l’idée de mon arrivée, ils m’ont appelés, envoyés des messages directement sur Instagram, lorsque je suis arrivé de Milan pour la première fois en provenance de Bruxelles, il y avait déjà un paquet de personnes qui étaient là pour moi." "La prochaine fois je ferai une célébration dont les gens pourront reconnaître considérer qu’il s’agit de la mienne, ce qui est certains, c’est que la révérence reviendra." Racisme "Je pense que c’est une très bonne chose pour le club d’avoir lancé la campagne Buu, "Brothers Universally United". Et je tiens à y apporter ma contribution. Pour l’heure, je ne pense qu’à ce que je dois faire sur le terrain, c’est-à-dire aider mes équipiers à l’emporter." Si j'abandonne ce terrain ? "Non, mais je dois penser à y prendre position, car le racisme est quelque chose envers quoi il y a besoin de répondre. Regarder ce qu’il s’est passé récemment en Angleterre, à Manchester United et à City. Cette question doit être débattue." "Le football est quelque chose d’international, de multiculturel. Si tu veux attirer les meilleurs joueurs du monde, tu dois les accueillir à bras ouvert, c’est aux supporters à s’adapter à la culture de ceux qui arrivent. C’est fondamental de ne pas discriminer et d’apprécier ce que l’on peut apporter de par sa présence." Fier de ses origines "Je suis fier d’être congolais, je suis très fier de mes origines, de là où je viens. A la maison, je parle avec ma mère dans la langue de mes parents, le Lingala, et je le fais aussi avec mon fils. C’est important pour moi de conserver mes racines, il ne faut jamais oublier d’où l’ont vient." "Si je dois faire référence à une personnalité historique que j’aurai aimé rencontrer, je dirais Nelson Mandela, pour son Histoire, sa lutte contre l’Apartheid. En ce qui regarde mon pays d’origine, je dirais Patrice Lumumba (protagoniste de l’indépendance du Congo envers la Belgique en 1960). Je voudrais tout savoir sur lui, sur quoi il s’est battu. Musique "Je suis un DJ mais pour me divertir. J’avais un DJ-Set à ma maison à Manchester, mais ici je vis dans un appartement. Donc je ne peux pas faire ce que jeu veux avec mon voisinage. Mais ensuite, je continuera à le faire. J’ai aussi un petit DJ-Set chez ma mère et dans l’appartement de mon frère, je continuerai à mixer. " "J’ai un ami cher qui rappe, il s’appelle The Colour Grey et je lui ai demandé de me l’enseigner. Le rap est une fête, mais ce qui m’intéresse personnellement c’est le beat, le son." Jay-Z "Il est tout pour moi, c’est The Guy. Il a une super tête et c’est un de mes grands amis. Après mon premier match à l’Inter il a déclaré qu’il était très heureux pour moi. Il m’aide dans tout ce qui n’est pas sportif, vu que mon agent est Federico Pastorello. Il s’occupe de mon marketing, sur comment je peux m’améliorer hors du terrain. Il est d’une grande contribution." Le Saviez-vous ? Questionné par la presse en après-match de San Marin - Belgique, Romelu a déclaré: "J'ai pris connaissance de ce message des tifosi. Je préfère que l'on se concentre sur mes prestations. Le plus important est que l'on parle de mes prestations et de l'Inter, j'ai dit ce que j'avais à dire et sur l'Inter.... Il faut, à présent, tourner la page." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Victime de cris racistes, Romelu Lukaku n’a pas réagi à chaud, préférant se laisser un temps de réflexion. Voici le communiqué publié sur ses réseaux sociaux officiels et relayé également par Rtl-Sport : "De nombreux joueurs ont subi des insultes racistes ces derniers mois. J’en ai souffert à mon tour hier. Le football est un jeu que tout le monde doit pouvoir apprécier. Nous ne devrions pas accepter la moindre forme de discrimination qui pourrait le faire glisser dans la honte." "J’espère que les fédérations du monde entier réagiront avec virulence contre toute forme de discrimination. Les réseaux sociaux doivent aussi travailler d’avantage avec les clubs de football. Chaque jour, vous pouvez voir au moins un commentaire raciste sous le post d’un joueur de couleur. Nous le signalons depuis des années, mais il n’y a toujours pas d’action…" "Mesdames et Messieurs, nous sommes en 2019 et au lieu d’avancer, nous reculons. Je pense qu’en tant que joueurs, nous devons nous unir et faire un communiqué pour garder ce sport propre et appréciable pour tous" Réponse surréaliste de la Curva Nord, le groupe des Ultras de l’Inter "Ciao Romelu, Nous t’écrivons au nom de la Curva Nord, le groupe de supporters qui t’a souhaité la bienvenue à peine arrivé à Milan. Cela nous attriste beaucoup que tu ai pensé que ce qu’il s’est produit à Cagliari soit considéré comme du racisme." "Il faut comprendre que l’Italie n’est pas comme de nombreux autres pays où le racisme est un VRAI problème. Nous comprenons que ce qu’il s’est produit peut y être assimilé mais ce n’est pas le cas. En Italie, nous faisons usage de "certaines" méthodes uniquement pour "aider l’équipe" et pour chercher à rendre nerveux les adversaires, non pour du racisme, mais pour les perturber." "Nous sommes une tifoserie multi-ethnique et nous avons toujours accueilli les joueurs du monde entier, nous avons également utilisé certaines de ces méthodes dans le passé face à joueurs adverses et nous le ferons très certainement à l’avenir. Nous ne sommes pas racistes, de même que les supporters de Cagliari." "Il faut comprendre que dans tous les stades italiens, les personnes supportent leurs équipes, mais ceux-ci sont aussi habituer à conspuer l’adversaire, non pas par racisme, mais pour aider leur propre équipe. Nous vous prions de considérer ce comportement des tifosi italiens comme une forme de respect, dû au fait qu’ils ont peur de ce que vous pouvez leur faire, et non pas car ils sont racistes ou qu’ils vous haïssent." "Le racisme est totalement différent et tous les tifosi le savent bien. Lorsque vous déclarez que le racisme doit être combattu en Italie, vous ne faites qu’encourager la répression envers les tifosi, en incluant également vos supporters, vous contribuer à mettre en avant un problème qui n’existe pas ou qui, du moins, n’est pas perçu de la même façon dans d’autres pays." "Nous sommes sensibles et ouverts à tous, nous pouvons vous garantir qu’il y a parmi notre communauté des personnes de races et d’origines différentes qui partagent cette vision de provoquer les adversaires de l’Inter, et ce, même lorsqu’ils appartiennent au même groupe ou à la même origine géographique." "Nous souhaitons vous demandez de l’aide, il faut clarifier ce qu’est le racisme et déclarer que les tifosi ne sont pas racistes. Le combat contre le VRAI racisme doit débuter dans les écoles, pas dans les stades, les tifosi ne sont que des passionnés et ils agissent de façon différentes au stade que dans la vie réelle." "Nous vous assurons que ce qu’ils disent ou font à un joueur de couleur adverse n’a rien à voir avec ce qu’ils pourraient dire ou faire dans la vie réelle. Les tifosi ne sont pas parfait, nous comprenons votre frustration que certaines expressions ont pu provoquer en vous, mais elles ne le sont pas à des fins discriminatoires." "Nous te souhaitons, encore une fois… Bienvenue Romelu." La FIFA prend la situation très au sérieux A travers un communiqué, la FIFA a tenu a réagir sur la situation connue par Romelu Lukaku : "Le racisme n'a pas sa place dans le football. La FIFA demande instamment à toutes les fédérations, ligues, clubs et terrains de sport associés d’adopter les procédures requises, ainsi qu’une tolérance zéro pour les incidents liés au racisme dans le football et d’appliquer les sanctions sévères prévues dans des cas similaires. " Gabriele Gravina, Président de la Fédération italienne de football "C’est un problème très grave, peu importe le nombre de participants qui y ont participé. La FederCalcio est déterminée à imposer les sanctions plus sévères et à les appliquer plus rapidement." "Je ne veux pas entrer dans la sphère de contrôle de la Justice Sportive, qui agi de façon autonome conformément à la législation, mais l'image proposée par le football italien ne reflète pas les valeurs de notre monde. Je condamne cette situation quelle que soit l'issue de l'enquête. Nous devons appliquer les sanctions envisagées afin d’éviter une dérive injustifiable et nous montrer encore plus sévère et rapide dans l’application de ces dernières." Pour rappel, l'Inter lutte contre le Racisme à travers sa Campagne "Buu" "Internazionale.fr se démarque de la Curva Nord et soutient entièrement et intégralement la lutte contre toute forme de discrimination possible. Les sanctions les plus sévères doivent être prises afin d'éradiquer un fléau qui n'a pas sa place, sur le terrain, comme dans la vie réelle." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Les institutions footballistiques italiennes se montrent très préoccupées en matière de racisme, surtout depuis le communiqué publié par la Curva Nord de l'Inter. En effet, les faits sardes, soit les cris de singes à l’encontre de Romelu Lukaku ont ré-ouvert la polémique du racisme. Et lorsqu’il s’agit de jeter de l’huile sur le feu, on pense immédiatement à la Curva Nord interiste qui a publié un communiqué officiel adressé à l’attaquant belge. Sur ce dernier, elle stipule qu’il ne s’agissait pas d’actes racistes à Cagliari, mais d’une tentative de déstabilisation destinée à rendre nerveux l’adversaire afin de venir en aide à son équipe. La Lega Calcio, la Figc, mais les arbitres se montrent également préoccupés par la situation, à tel point qu’il pourrait être décidé de suspendre les matchs suite aux possibles coalition entre les groupes de supporters dans toute l’Italie. Voici l’analyse du Corriere Dello Sport “Dans les Curves principales de la Serie A, et d’autres que celles-ci, circule l'hypothèse de voir les forces se regrouper, et ce afin de faire face à une bataille sur certaines thématiques communes telle que le désir de faire percevoir l’image des ultras d’une différente façon que celle reconnue actuellement par l’opinion publique de même que les forces de l’ordres et de la politique." "Car dans ce monde des ultras, ceux-ci ne sont pas juste reconnus pour des incidents ou de la violence, mais également pour des gestes de bienfaisances. Partant de ce constat, et même si l'idée est encore à l’étude, l'objectif est de proposer un front commun. Si cela venait à se produire, l’explications de la part des Ultras Nerazzurri qui disculpent ceux de Cagliari aurait un sens…un sens qui serait interprété comme une source de très grande préoccupation par la Figc et la Lega Serie A" Comment se comporter si une façon de penser commune est suivie par l’intégralité des Ultras ? "Certes, il y aura des cas d’idéologie politique à définir, mais comment se comporter si les Ultras s’associent sur le fait que les "Buu" ne sont pas des cris racistes ? La Figc et la Lega Calcio sont convaincus qu’un éventuel accord sur le "Buu" de la part des Ultras ne sera pas facile à trouver, ni même à respecter étant donné les premières et lourdes sanctions de la Justice Sportive." Pour le moment, un complément d’enquête sur les évènements qui se sont produit à Cagliari a été exigé. L’espoir est que ce qu’il s’est produit à la Sardegna Arena reste un cas isolé. L’Italie est-elle prête et surtout préparée à agir sur cette thématique ? Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Michael Yormark, Président de Roc Nation Sports Europe, s'est livré sur l'arrivée de Romelu Lukaku à l'Inter, pour le compte de la Gazzetta Dello Sport. L'ambitieux siège européen de la célèbre agence fondée par Jay-Z, gère les intérêts de Romelu Lukaku, mais également d'autres stars du ballon rond, sans oublier la NBA et la NFL : "Romelu Lukaku est fan de Jay-Z depuis ses 16 ans, il a compris l'histoire et la vision de notre compagnie. Il écoute la musique de nombreux de nos artistes et il veut faire grandir la marque dans le monde. Nous étions très intéressés de l'intégrer dans notre famille, car c'est un joueur et un être humain incroyable." Monsieur Yormark, Antonio Conte a déclaré que Lukaku est un géant avec le sourire... "C'est vrai, Romelu est fort, grand et il cache quelque chose de spécial. Il a des valeurs importantes, il adore sa famille, il croit en l'amitié et il est sensible. Il n'est pas uniquement grand par le physique, il a aussi un grand cœur, c'est un gentil géant." Que peut-il apporter à l'Inter sur et hors du terrain ? "Lukaku est l'un des sportifs parmi les plus professionnels que j'ai rencontré dans ma carrière. Il se lève tôt pour s'entraîner, il travaille seul, en plus de ses entraînements en club. C'est un leader né, il aime ses équipiers, il aime créer un environnement familier dans l'équipe...L'Inter a recruté l'un des meilleurs attaquants du monde." "Il propose un pack complet. Tu fais face à un joueur important et tu as aussi un homme de grande influence sur tout ce qu'il se passe autour de lui, même hors du terrain. Il a déjà un très bon feeling avec les tifosi interiste. Je crois que Romelu représente l'équipe et le club de la façon la plus professionnelle possible." Vous étiez présent pour ses débuts face à Lecce "La passion des tifosi m'a impressionné. Je regarde le football partout et je me suis retrouvé, au Meazza, baigné dans l'une des meilleures ambiances du monde. Je comprends aussi pourquoi Romelu était tellement excité à l'idée de venir jouer à l'Inter, de faire partie du Calcio. J'espère faire rentrer dans notre agence des joueurs qui voient la Serie A comme une opportunité de croissance." Est-ce possible que Roc Nation travaille, en collaboration, avec l'Inter ? "J'ai longtemps parlé avec la Direction au Meazza, nous pouvons faire beaucoup de choses pour faire grandir la marque Inter à travers le monde, la rendre plus dominante. C'est un sujet dont je discuterai avec les plus hauts représentants du club, lors de ma prochaine visite à Milan." Quelle est l'importance d'avoir Jay-Z à la tête de Roc Nation ? "C'est une bénédiction. Jay est une célébrité mondiale. Sa carrière est incroyable, il est admiré de tous. Son nom ouvre énormément de portes et t'offre des opportunités gigantesques. Sa marque est très puissante, peu importe où tu te trouves dans le monde, tu as énormément de crédibilité si tu a signé pour Roc Nation. L'avoir comme Capitaine de notre équipe est fondamental." Est-ce que Jay-Z aime le football ? "C'est certain. Et il viendra voir plusieurs match en Europe maintenant que notre marque a grandi. Il entretient de bons rapports avec nos athlètes et c'est un grand ami de Romelu. Lukaku a déclaré, un jour, lorsqu'il avait besoin de conseils : "Quand j'étais à Los Angeles, nous avons passé une soirée ensemble. J'ai discuté avec Jay de sa carrière et je lui ai demandé quelle serait sa prochaine étape..." Lukaku ne voit pas seulement Jay comme le propriétaire de la société, mais il le considère comme un Mentor, quelqu'un avec qui il peut apprendre encore beaucoup de choses." Avez-vous toujours, dans votre écurie, Kevin Durant... "KD est un grand ami, nous l'avons aidé à donner naissance à son entreprise. Il y est très impliqué à présent, il fait partie de notre famille et nous somme fier de ce qu'il fait sur et hors du terrain." Lukaku peut-il devenir un Symbole comme Durant ? "Qui sait...Romelu aime énormément le basket... Si je dois faire une comparaison, je le vois tirer à trois points sur les ailes, à la Karl Malone lorsqu'il évoluait à l'Utah. Romelu est rapide, puissant et dispose d'importantes qualités, comme Malone." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. L'Inter s'est retrouvée, bien malgré elle, au centre d'une polémique qui fait la une des journaux du monde entier. Voici ce que révèle La Gazzetta Dello Sport. "Le nom RL9 est une "marque" connue à travers le monde, l'Inter en a eu la preuve dans le courant de cette semaine. D'un côté, il y a une visibilité à son niveau maximale, comme lorsque Lukaku marque un but, voir deux en deux matchs de Serie A, ce qui n'est pas quelque chose de banal ." "Mais d'un l'autre il y a aussi le revers de la médaille. Le tour du monde aura pris 80 minutes...Celui qui aura vu la Curva Nord répondre à travers un communiqué mardi soir à Romelu Lukaku, en lui signifiant que les faits qu'il a connu à Cagliari ne sont pas, à proprement parlé, des faits de racismes..." "Le vaste écho n'a pas seulement été relayé à travers les réseaux sociaux, mais cette situation fait la Une des principaux journaux en ligne du monde entier. Pour l'instant, Lukaku a préféré ne pas répondre à ce communiqué, tout comme l'Inter. Il s'agit-là d'une ligne de conduite dictée par le Président Steven Zhang." Pour l'heure, il n'y a donc pas de réponse officielle au Communiqué de la Nord, mais il est pratiquement annoncé de possible et concrète nouvelles sanctions envers le Meazza. En effet, la saison dernière, l'Inter avait immédiatement sanctionné de deux matchs à huis-clos et un troisième sans la présence de la Curva Nord." C'est également lors de cette suspension, découlant des incidents post Inter-Napoli, que l'Inter a lancé la Campagne "Brothers Universally United" A quand la suspension à vie de certains supporters ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Du racisme au rêve de jouer à l'Inter...Sebastiano Esposito, véritable révélation de l'été 2019 de l'Inter s'est livré au Corriere Dello Sport. Lukaku-Cagliari "J'étais sur le banc et je pense que Lukaku a été grand. Il a répondu aux racistes en inscrivant un but, sans alimenter de polémique, il a démontré qui avait raison et qui avait tort." Est-ce que cela se passe à votre âge ? "Jamais, c'est un truc d'adulte, malheureusement. Mais nous les jeunes, nous pouvons inverser cette tendance. Nous avons le devoir de nous y efforcer car nous sommes l'exemple d'une intégration possible, de notre départ à l'école jusqu'à notre montée sur le terrain. Ici, en Nazionale, il y a Udogie et Tongya et je vous garantis qu'ils sont aussi italiens que moi." "Les tifosi, pour perturber l'adversaire, font des choses sans réellement se rendre compte de la portée de leurs actes. Ils n'imagine pas les dégâts qu'ils peuvent occasionner dans la tête d'un footballeur qui en a été victime." Antonio Conte "C'est un honneur de suivre les entraînements avec l'équipe première, même si je dois avant tout penser encore à la Primavera. Durant l'été, j'ai fais le tour du monde avec le maillot de l'Inter et j'étais impatient que mon heure arrive." "Je ressens de la confiance autour de moi, on croit en moi. Conte est une personne fantastique, nous entretenons de bons rapports, il a la capacité de transmettre de l’adrénaline pure, il fait partie de ceux qui en ont...il rit." Le but que j'aurai voulu inscrire ? "Celui de Ronaldo face à la Lazio lors de la finale de la Coupe de l'Uefa en 1998. De la folie, une feinte, une contre-feinte et le dribble sur le gardien." "Je pense aussi à celui de Totti contre la Sampdoria lorsqu'il a repris le ballon du gauche à la volée au Marassi. Ce sont mes deux idoles." Mes rêves à concrétiser ? "Débuter en Serie A avec l'Inter et remporter le Mondial U-17. Je crois que ce sont deux choses qui peuvent se concrétiser." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Fcinter1908.it s'est livré dans une analyse du match remporté par l'Inter sur le terrain, ô combien hostile, de Cagliari "Une victoire remportée avec quelques difficultés. L'Inter d'Antonio Conte a rejoint la Juve et le Torino en tête de la Serie A. Un classement acerbe, mais proposant une graine destinée à germer sous le signe de la continuité prôné par l'entraîneur Nerazzurro." "La lumière arrivera après en avoir terminé avec le rodage, mais dans une arène comme celle de Cagliari, il sera difficile pour tous d'aller y faire un résultat, et ce, tout au long de la saison. Ce sera toujours la même chanson: Les équipes qui seront au sommets seront celles qui parviendront à récolter le plus de points difficiles dans des circonstances difficiles, face à des défenses regroupées et des publics enflammés. C'est en Province que les trois première places seront jouées." Le Joker dans la manche "Il ne lui manque que quelques centimètres pour prétendre à être autre meneur de jeu, invoqué à plusieurs reprises par les tifosi, Stefano Sensi propose dans sa palette de l'imprévisibilité, celle qui a ouvert la voie sur un terrain difficile, lors de situations difficile, comme ce fut le cas la nuit dernière." "C'est l'atout plus de l'Inter qui devait faire face, dans le passé, à des équipes regroupées, qui jouaient à dix en phase défensives. Arraché au Milan Ac par un arrogant duo, Marotta et Ausilio, Stefano augmente la qualité du milieu de terrain, de part son touché de balle, de par sa vision." "Conte en est conscient et il espère à présent continuer à augmenter le niveau technique de son milieu de terrain au fil des mercatis à venir, avec un projet de Champions qui prend forme de plus en plus." Soirée compliquée pour Lukaku "Romelu Lukaku, même s'il a marqué le match de son empreinte via une passe décisive pour Sensi dans l'occasion qui a amené le but, sans oublier la conversion de celui-ci, a été stigmatisé, victime de chants racistes. Une situation très similaire à celle de la Curva Nord envers Kalidou Koulibaly." "L'environnement interiste avait le rire jaune en se souvenant des sanctions exemplaires dont le club avait été victime en post Inter-Napoli. Reste à présent à espérer que la Justive Sportive aura la main lourde. Il n'y a que de cette manière qu'ne sanction exemplaire aura un sens, et ce afin de mettre un terme à une rhétorique agaçante." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Il y a une semaine, Romelu Lukaku a inscrit son premier but en Serie A. Ce lundi, il s’est montré décisif face à Cagliari en inscrivant le but de la victoire sur penalty. Durant le week-end écoulé, Big Rom s’est livré à Inter Tv. "Je suis prêt et je m’entraîne bien. Sur l’occasion qui amène mon but, je savais simplement où allait devoir finir la balle. C’était un moment fantastique, toute ma famille était au Stade. Je savais aussi que nous allions l’emporter, car nous nous étions très bien entraîné." Une première devant les 64 000 tifosi du Meazza "C’était très particulier, une ambiance aussi chaude me manquait. Le stade était déjà comble avant le match, c’était spécial, j’étais touché. J’avais la chair de poule car je ressentais et je respirais l’Histoire du Club. J’ai pensé à tous les grands joueurs qui ont évolué dans ce stade, à chaque action où les supporters les motivaient." "Je ressens aussi clairement que cette année, quelque chose de spécial est né. Nous devrons continuer à travailler car la route qui nous attend devant nous est encore longue... Mais mes débuts ont été fantastiques." Tifoso Nerazzurro "La première fois que j’ai vu l’Inter, c’était lors de la Finale au Parc des Princes, Inter-Lazio (3-0). C’est une des raisons qui fait que j’ai toujours suivi le Calcio. Je n’oublierai jamais le but de Ronaldo et ses feintes à Paris, quel spectacle… Ensuite, j’adorais Adriano, grand, gaucher, il me plaisait beaucoup." Enfance compliquée "J’ai tracer ma route et ça m’a permis d’arriver jusqu’ici. A 17-18 ans, je me suis dit de ne jamais regarder en arrière, le passé est le passé. Objectivement, je n’oublie pas d’où je viens, mais je pense au présent et au futur car je ne veux pas que ma famille vive ce que j’ai vécu. Je veux qu’elle ait une belle vie, sans pour autant oublier les principes fondamentaux de la vie... "Pour moi, être ici est une chance, j’ai toujours les pieds sur terres. Je continuerai à travailler quotidiennement pour offrir de belles opportunités à ma famille, et aussi pour aider mes équipiers à gagner les matchs." Prestance physique C’est un fait, à l’Inter, le géant Lukaku est confronté à d’autres géants: "Chacun a des caractéristiques importantes : Skriniar te marque à la culotte. De Vrij se positionne très bien. Godin anticipe bien. Ranocchia et D’Ambrosio sont bons, il y a aussi Bastoni qui est jeune, mais qui m’a impressionné, il construit bien le jeu." "Ils sont tous talentueux et c’est très utile de m’entraîner avec eux. Je veux jouer avec les meilleurs car c’est comme cela qu’un match se prépare." Milan "J’aime la ville, elle me plait et plait à ma famille. Je suis un gars simple, je vais m’entraîner puis je rentre retrouver le miens à la maison." La Ligue des Champions "Il n’y a qu’une seule façon d’aborder ce groupe : Se préparer au mieux à chaque match. Ensuite, j’espère qu’après la trêve internationale, nous reviendrons tous en forme et sans blessures. Nous penserons à ce moment-là à l’Udinese et ensuite à la Ligue des Champions. Il faut penser match après match, en partant de celui face à Cagliari." Le Saviez-Vous ? Romelu a été victime de chants racistes lors du match à Cagliari. Dans ce stade, Moise Kean, Blaise Matuidi et Sulley Muntari ont connu pareille situation. La Fare, l’organisation qui lutte contre l’intolérance et la discrimination avec l’UEFA, a confirmé que Cagliari connait des précédents historiques sur cette thématique.La BBC, de son côté a souligné que Cagliari est très sévèrement critiqué sur les réseaux sociaux. Pour l’heure, le Club sarde n’a pas daigné réagir. Grâce à son but face à Cagliari, malgré un loupé "à la Lukaku" qui aurait pût lui permettre d’inscrire un doublé, Romelu est devenu le quatrième joueur, sur les 25 dernières années, à avoir inscrit au moins deux buts lors de ses deux premiers matchs à l’Inter. Les autres joueurs sont Stevan Jovetic, Giampaolo Pazzini et Roberto Carlos. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Après la précieuse victoire 2-1 à Cagliari, Antonio Conte s'est d'abord exprimé pour Sky Sport puis en conférence de presse. Voici ses propos : "C'était une rencontre difficile et je m'y attendais, j'avais prévenu tout le monde. Je sais que pour gagner ici il faut suer et se mettre au niveau du point de vue combativité et agressivité. J'ai demandé à l'équipe de rester haute pendant la fin de match. J'ai noté un pas en avant question mentalité. Je pense que nous avons alterné de bons moments avec d'autres à améliorer. La route est longue mais gagner vous donne de la confiance et le moral. J'insiste sur le fait que j'ai trouvé un très bon groupe, de bons gars disponibles et à l'écoute. Cela augmente mon désir ainsi que celui de mon staff également. Il ne faut pas oublier que dans cette équipe peu ont gagné quelque chose. Une mentalité de gagnant vous donne les victoires et vous fait comprendre ce qu'il faut faire pour y arriver. Il reste encore un fossé, et nous voulons le combler par le travail." La performance de Sensi : "Nous parlons de quelqu'un qui voit et comprend le football comme je le lui dis. Je pense qu'il était un peu suffisant lors de la première mi-temps, puis il est monté crescendo et c'était extraordinaire à voir. Nous avons des joueurs qui se rapprochent des caractéristiques que j'avais : Vecino, Barella, Brozovic peuvent jouer en mezzala ainsi que Sensi. Nous devons amener tout le monde dans les meilleures conditions et j'en attends pas moins par exemple de Vecino et de Gagliardini. L'uruguayen peut y exceller tandis que Gagliardini peut redevenir le joueur que j'appréciais par le passé. Sensi l'a directement compris. Barella éprouve quelques difficultés et ne peut pas jouer devant la défense. Mais il peut jouer un peu plus haut et il a tout pour devenir vraiment fort." Comment allez-vous vivre le dernier jour de mercato ? Icardi sera à Paris ? "Je vais le vivre d'une manière très sereine sachant que notre mercato est bouclé. A moins qu'il ne se passe quelque chose qui puisse me surprendre, positivement je l'espère. Je suis heureux de mon équipe. Quand vous voyez quelqu'un comme Ranocchia jouer pour la seconde fois et gagner grâce au travail, tout le monde peut devenir important." Et concernant Icardi ? "Hé hé..." Conte sourit et botte en touche pour boucler l'entretien. On enchaine ci-dessous avec une partie de la conférence de presse. Ce soir Romelu Lukaku a une nouvelles fois subi des hurlements racistes, une habitude à Cagliari. "Je dois être honnête, je pense que dans beaucoup d'autres situations en Italie nous devrions être beaucoup plus respectueux à l'égard de ceux qui travaillent dans ce secteur. Il y a quelques semaines Carlo Ancelotti s'est plaint d'avoir été insulté. A l'étranger les supporters se rendent au stade pour encourager leur équipe. Ils ont des exigences mais cela s'arrête là, ils n'insultent pas ceux qui y travaillent. Nous devons nous améliorer à cet égard." Qu'avez-vous pensé de votre département offensif ? Ne serait-il pas judicieux de jouer en 3-4-3 ? "Lautaro va pouvoir continuer à accumuler les minutes en sélection c'est bien. Je connais très bien Sanchez. Il a performé à Barcelone puis à Arsenal mais au cours des deux dernières années il n'a pas fait grand chose à United. Nous devons le ramener sur de bonnes bases et nous comptons sur lui. Nous allons parier sur lui, sur Lautaro, sur Lukaku et sur Esposito. La perforation de nos milieux dans les lignes adverses est une arme. Nos adversaires s'adapteront et seront plus défensifs, mais nous devrons toujours en être capable, dans n'importe quel cas. Comme aujourd'hui où Cagliari a changé de modulo. Cette hypothèse peut se présenter en effet." Le protocole de la VAR est-il à revoir ? "Les nouvelles règles introduites sont très audacieuses et cela change la vision du foot. Surtout sur les fautes de main. Je n'en suis pas effrayé puisque je considère la VAR comme un outil utile mais la question de la main est dangereuse. Voir litigieuse car de nombreuses situations sont difficiles à comprendre. Nous devrions peut être amputer les bras de nos joueurs pour ne pas en être inquiéter, mais ce serait alors compliqué de jouer." ®gladis32 - internazionale.fr
  25. Présent sur le plateau de Tiki Taka, Christian Vieri, légende interiste, s'est livré sur Romelu Lukaku "Lukaku est un grand attaquant, vous l'avez-vu jouer hier soir ? Il est très fort, il conserve le ballon, il est bon de la tête, il marque et il sait offrir des buts, c'est ce que voulait Conte." Est-ce l'effet Conte ? "Je dirais que oui. On voit aussi l'attachement des Tifosi." Icardi ? ""Je suis fier et je ne laisserai personne dire qu'il n'y a pas de place pour moi.... Je partirai le premier. Le Club peut te le dire, le Président aussi, mais lorsque l'entraîneur qui compose l'équipe te le dit aussi, tu dois vraiment comprendre à ce moment-là que tu n'a plus ta place." "Je me mets dans la peau de Lautaro: Il s'entraîne en donnant tout. L'Inter a acheté Lukaku et Sanchez et il faudrait qu'Icardi joue 10% de matchs?" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...