Aller au contenu
Calendrier

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'romelu lukaku'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

135 résultats trouvés

  1. L’intervention de Romelu Lukaku fait réagir. En conséquence, Stefano Marchesi, membre du P&P Sport Management, l’agence qui représente le Diable Rouge, s’est livré à TMW Radio: "Durant cette période, où le football joué manque, certains pensent que nous sommes en vacances, mais ce n’est pas le cas. Nous aidons les journalistes sur le fait de disposer d’informations de qualité, comme nous l’avons proposé hier." "Nous voulons rapporter cette thématique à une dimension normale. C’est la cas classique ou quelqu’un montre la lune et qu’en lieu et place, on fini par observer son doigt. Avec le service de Communication de l’Inter, nous avons immédiatement agit pour appeler à une juste perception des choses." "Je pense que Romelu a exprimé une légitime préoccupation en tant qu’Homme, Père et Fils d’une mère qui vit dans une situation délicate. Ce qu’il a dit sur Rugani, qui était le premier cas positif en Serie A, était une référence au fait que l’alarme tardive a été sonné après ce cas. Il est évident que la préoccupation était considérable étant donné que peu de jours avant la Juve venait d’affronter l’Inter." "Le sens de sa déclaration est très clair et est focalisé sur la santé de tous. Il s’agit d’un rappel à la responsabilité de l’ensemble du monde professionnel du Calcio, je crois qu’il est également utile de communiquer. L’honnêteté intellectuelle est importante: Soyons intellectuellement honnête et n’interprétons pas à volonté certains messages." "Je tiens à remercier l’Inter et vous les journalistes qui me permettez d’apporter immédiatement un correctif et des éclaircissements." Faut pas nous l’énerver notre Big Rom..... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. C’est un fait, Romelu Lukaku est un homme entier et, lorsqu’il y a quelque chose à dire, il n’y va pas par quatre chemin. A travers une interview organisée sur Instagram par Puma, Big Rom a dit tout haut ce que certains pensaient tout bas "La santé est ce qu’il y a de plus important. Si la santé n’est pas garantie à 100% pourquoi devoir jouer ? Une fois que l’on a appris qu’un joueur de la Juve a été malade, tout le monde a été mis en quarantaine, ce n’est pas normal." "Je reconnais que le football me manque, mais le plus important reste la santé des gens, tout le reste est secondaire." Son expérience à l’Inter "Pour moi, jouer à l’Inter est un rêve qui se réalise, c’est l’équipe que je supporte depuis tout petit." Pourquoi ? "Je voulais devenir comme Adriano. Dans mes tous tout premiers souvenirs qui remontent à la saison 98-99, j’avais 6-7 ans et je voyais Ronaldo "Il Fenomeno" jouer. J’ai grandi avec l’idée de devenir fort comme lui, Adriano et Drogba." "Le football aujourd’hui est très différent de cette ère là. A présent, on marque plus, on joue plus vers l’attaque, marquer 15 buts, lors de ces périodes-là, était extrêmement difficile." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. C’est une information relayée par Tuttosport et Calciomercato.com, le défenseur belge Jan Vertonghen se rapproche à très grands pas de l’Inter. Il y a quelques jours, le joueur s’est exprimé de son avenir et a confirmé sa volonté de faire face à un nouveau défi. Départ de Diego Godin L’arrivée à paramètre zéro de Jan Vertonghen scelle le sort de Diego Godin qui n’aura jamais su s’acclimater à l’Italie. Courtisé par Josè Mourinho, il est possible de voir l’uruguayen rejoindre la Premier League. Certaines rumeurs ibériques l’annoncent également de retour à l’Atletico de Madrid. Dispositif tactique Une fois le transfert acté, le Diable Rouge occupera le poste de défenseur gauche dans le 3-5-2 de Conte. Il s’agit d’un dispositif connu et apprécié par le Belge. Milan Skriniar coulissera sur le côté droit laissait libre par Godin, un poste bien plus adapté au slovaque. Qui plus est, Vertonghen pourrait également s’avérer utile dans un système de défense à 4 Le Saviez-Vous ? L’Intervention de Romelu Lukaku s’est avéré décisive. Une fois confirmée l’intention de Jan de quitter Tottenham, Marotta a décidé de se lancer à la conquête du Spurs. Selon les dernières informations en notre possession, le contrat proposé devrait être un biennal. Validez-vous l’arrivée de Vertonghen et cautionnez-vous cette envie de départ de Diego Godin ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. A travers son profil instagram, Romelu Lukaku a été le protagoniste d’un échange sympathique avec Kevin De Bruyne L'échange en vidéo En premier lieu Big Rom a adressé un message à tous ses followers : "Restez à la maison et respectez les consignes des Gouvernements." Les entraînements personnalisés : "Rester en quarantaine était sympa les trois quatre premiers jours, mais à présent c’est dur. Tout est fermé ici, il n’y a pas de circulation. J’ai fait un tour jusqu’au croisement de la route et je suis revenu sur mes pas, je n’ai vu aucune voiture passer. Je m’entraîne seul à la maison tous les jours, je me lève à 7 heures du matin, je reste en famille." La conversation a été interrompue par Romelu pour prendre son fils Romeo Est-ce qu’il dort ? "Pas encore et il ne regarde pas la télé." (Romelu sourit) "J’ai beaucoup de temps libre à présent (il rit avec Kevin). Quand j’étais en Italie,je recevais toujours mon repas à la maison, quotidiennement. C’était quelque chose qui me plaisait." Après avoir également questionné Kevin sur ses enfants et son confinement à domicile, Big Rom enchaîne sur le fait qu’il est très difficile de s’entraîner à la maison "C’est la première fois que j’utilise Powerpoint en huit ans (il rit) Se préparer à une séance d’entrainement me demande une heure de travail." "Je déteste faire du vélo d’appartement, je préfère le tapis roulant. Je nage tous les jours et je fais quelques promenades avec mes enfants." confirme le milieu des Citizens. "C’est pareil pour moi" a validé Big Rom Avec les établissement scolaires fermé, Lukaku confirme qu’il tente d’instruire Roméo, mais qu’il ne manque pas l’occasion de jouer à la PlayStation : "Sur ça, je ne change pas. J’y ai joué aujourd’hui et hier avec mon meilleur ami. Les Challenges (sur les réseaux sociaux) ? Il y avait le défi du plus beau but, du plus bel assist." Et l’entrainement avec ta fiancée? "Je vais t'ignorer." Les deux diables rouges se sont salués avec le sourire..... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. L’agent de Romelu Lukaku et d’Antonio Conte s’est livré à Tuttosport. A quel type de mercato doit-on s’attendre ? "En premier, et heure après heure, la priorité est la santé de tous. Il s’agira d’un mercato jamais vu dans les temps moderne. Nous faisons face à une crise planétaire et l’impact économique sur le monde du football sera petit, grand, ou énorme, en fonction des clôtures des championnat, mais dans tous les cas, il y aura un impact." "Je m’attends à une diminution des prix et à une meilleure créativité pour faire face aux carences techniques et économiques. Je pense que nous assisterons à plus d’échanges entre les grands clubs." L’année dernière, nous vous avons vu très proche d’une personne : Lukaku. Qui, s’il a fini à l’Inter était à un pas de la Juve lors de l’échange avec Dybala... "C’est vrai. Toutefois, les espérances de Romelu étaient de rejoindre l’Inter car il était marqué par l’affection des Tifosi Nerazzurri." Comment réagit Lukaku lors de ces jours sans football ? "Romelu est un garçon solaire. La semaine dernière, avant de partir à Bruxelles, il avait perdu un peu son sourire : Il était nostalgique de son fils qui vit en Belgique. Rentrer à la maison lui a fait du bien." "Il est redevenu lui-même, et comme tous les joueurs, il trépigne d’impatience de pouvoir rejouer." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. A peine arrivé, Antonio Conte a exigé à corps et à cri l’arrivée de Romelu Lukaku. Sûr de son fait, il voyait en lui le nouvel attaquant vedette, le nouveau bombardier de l’Inter pour les saisons à venir. Pressentiment Diabolique Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Antonio a eu du flair. Après de longues et interminables tractations, Romelu est arrivé à la fin de l’été à Appiano Gentile. Et le nouveau numéro 9 redore ce nombre, à coups de records: "Pour sa première saison, Romelu a inscrit 17 buts en 25 matchs de Serie A, une statistique bien meilleure que Ronaldo "Il Fenomeno". Seuls Giuseppe Meazza et István Nyers ont fait mieux que lui : 25 buts pour en 1929-1930 pour le premier contre 20 buts en 1948-1949 pour le second." souligne La Gazzetta Dello Sport Actuellement mis à l’arrêt, le Diable Rouge compte bien améliorer ses statistiques et battre d’autres records: "Big Rom, qui a trouvé un partenaire parfait en la personne de Lautaro Martinez, a marqué dans les quatre compétions : 17 buts en Serie A 2 en Ligue des champions 2 en Europa League 2 en Coupe d’Italie C’est une machine parfaite, avec un seul défaut : Celui de ne pas avoir su inscrire de buts lors des confrontations directs avec les grandes équipes." Lukaku aimerait marquer encore d’autres buts afin de battre Ronaldo l’Interiste en fin de saison : "Dans le Top 10 des attaquants interistes qui ont débuté en Serie A, l’attaquant belge est actuellement à la troisième place." "En 1997-1998 et après 25 journées, le brésilien était arrivé à 16 buts. La fin de saison du brésilien fut phénoménale : Ronnie inscrivant 7 buts en 9 matchs pour atteindre le palier des 25 buts. Seul Oliver Bierhoff avait inscrit deux buts de plus que lui pour finir Capocannoniere sous le maillot de l’Udinese." "Lukaku devra présenter une performance similaire, s’il souhaite rester devant lui." Comment jugez-vous l’intégration et l’éclosion de Romelu pour sa première saison en Serie A ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Si les entraînements ont été reportés à une date à définir et si il a été autorisé à rentrer en Belgique pour rejoindre les siens, Antonio Conte a émis, voire ordonné, une condition octroyant le départ de Romelu Lukaku. En effet, un plan d’étude a été mis en place par le Staff Nerazzurro avec l’objectif de voir Big Rom revenir en parfaite condition physique immédiatement…Et le Diable Rouge a obéit Comme le révèle la Gazzetta Dello Sport, parmi les joueurs autorisé à quitter Milan après les 15 jours d’isolement, on retrouve Lukaku. Tout comme ses équipiers, le Diable Rouge s’est entraîné à domicile pour se maintenir en forme. Il l’a d’ailleurs prouvé via quelques vidéos publiés sur les réseaux sociaux lors de la quarantaine Forme Physique digne de Top Gun En effet, avec son physique tout en puissance, Romelu est dans l’obligation d’entraîner ses muscles. Au début de la saison, il a d’ailleurs dû faire face à une période de remise à niveau. Avec Antonio Conte aux commandes, Romelu est devenu explosif et par-dessus-tout essentiel pour l’Inter. En conséquence, Big Rom ne disposera pas de la moindre seconde pour reprendre la compétition sur les mêmes termes qu’à son arrivée estivale: Pour Antonio Conte, lorsque la saison reprendra, lui et tous les autres d’ailleurs, devront répondre immédiatement présent! Comme le révèle la Rosea, l’attaquant Nerazzurro est reparti pour la Belgique en courant le risque de devoir réaliser à nouveau 14 jours d’isolement à son retour à Milan. Il s’est envolé afin de rejoindre sa mère et son fils. Pour le club, il est important que tous les joueurs puissent être proches des leurs. Son physiothérapeute personnel l’a accompagné à Bruxelles et ses journées seront composées d’entrainement et de régime alimentaire stricte : Il devra quotidiennement s’entraîner à vélo. Toutefois, à Milan, il était aidé par la Tecar et sa chambre hyper-barre, deux outils dont il ne dispose pas en Belgique. Ceci étant dit, il devra au moins s’entraîner quotidiennement deux heures par jours Concernant son alimentation, Pincella a adapté celle-ci afin de lui permettre de ne pas perdre trop de poids et donc de maintenir sa puissance. Si jusqu’à présent, les cuisiniers d’Appiano Gentile le servait sur un plateau, il devra préparer tout par lui-même. Romelu a déjà fait part de son envie de ne rien lâcher et de répondre présent dès la reprise de la compétition. Le reste du temps libre, Big Rom l’occupe également à ses cours online pour passer les diplômes d’entraîneur reconnus par l’UEFA. Reste juste à présent à ne pas nous énerver Antonio…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. C’est une information du Telegraph, Romelu Lukaku est une personnalité entière qui ne fait pas dans la demi-mesure. Selon la presse britannique, l’attaquant vedette de l’Inter mettrait à bon escient l’arrêt forcé du Championnat suite à la Pandémie du Coronavirus Prenant l’exemple de ses équipiers en équipe nationales que sont Axel Witsel et Kevin De Bruyne, Big Rom étudierait entre les séances d’entrainement imposée à domicile par Antonio Conte et son Staff, pour obtenir le diplôme d’entraîneur habilité par l’Uefa Quelle impression vous faites-vous de Romelu après ses premiers mois à l’Inter ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Romelu Lukaku est actuellement confiné comme bon nombre de concitoyens. Interviewé via Youtube par Ian Wright, le Diable Rouge s’est livré à cœur ouvert sur la période actuelle "J’ai presque paniqué un jour, je ne peux pas sortir, je ne peux pas aller faire de shopping, je suis renfermé. Cela fait neuf jours que je suis à l’isolement. J’ai su me procurer un vélo d’appartement. Tous les joueurs vivent dans le centre-ville. Je n’avais pas de vélo, j’ai donc demandé via un Chat de groupe qui avait une bicyclette. Après deux heures nous avons tous ont reçu un vélo." "La vie quotidienne me manque : Etre avec ma mère, avec mon fils ou mon frère, je pense à tout. C’est malheureux de ne pas pouvoir avoir de contacts avec les autres humains. L’entrainement me manque, comme jouer devant les tifosi me manque. Maintenant, j’apprécie ce que j’ai. Je suis un garçon chanceux, cette période te fait repenser à ton vécu, à ton enfance et toi, Ian, tu connais mieux que quiconque mon passé personnel." Protéger sa famille "Je dois rester très attentif, je pourrais être en contact avec quelqu’un qui a le virus et renter à la maison. Ma mère a le diabète, je dois encore mois aller à la maison et la toucher. Ma mère ne sort même pas de chez elle actuellement. Je fais une petite sortie rapide le soir et je rentre. Je suis les recommandations de mon physiothérapeute, il m’apporte de la nourriture tous les jours, j’observe un régime particulièrement très sévère. A la mi-journée, le déjeuner arrive, c’est du poisson et des légumes." Le départ de Manchester "Réaliser une mauvaise saison peut arriver à tout le monde, mais pour moi c’était une période vraiment très difficile. Je me devais de prendre une décision, je me devais d’aller ailleurs, dans un autre lieu, pour apprendre de nouvelles méthodes pour mon jeu, je voulais travailler avec quelqu’un qui voulait de moi." "Ole Gunnar Solskjaer voulait que je reste, mais je lui ai dis moi-même que c’en était terminé. Il m’a donc aidé à partir. Manchester United réalise un bon travail actuellement et obtient de bons résultat, je leur souhaite rien d’autres que le meilleur. Ce serait puéril de manquer de respect à Man U u à n’importe quel autre club où j’ai évolué en Angleterre." Courtisé par une Cougar "Oui, j’étais très proche de la Juventus. Mais tu sais que j’avais toujours dans mon esprit cette envie de rejoindre l’Inter et son entraineur. L’Inter pour moi a toujours été mon équipe préférée en Italie. Tout petit je regardais les prouesses d’Adriano, Ronaldo et Christian Vieri avec qui j’ai d’ailleurs des rapports excellent. Le Club et l’entraineur m’ont voulu avec force. Antonio Conte me voulait déjà lorsqu’il était à Chelsea. C’était donc pour moi le moment juste de partir et d’aller à sa rencontre." "Actuellement, je ne pense qu’à m’entraîner et à être en forme, sans trop penser à m’exprimer. Ici à l’Inter on travaille dur, mon Homme. Il y a a aussi une différence comparé à l’Angleterre au niveau de l’état d’esprit du groupe : Ici en Italie, toutes les 2-3 semaines nous faisons des restaurants en équipe où tout le monde y participe. Un ou deux joueurs offrent la tournée et nous invitent." "Nous avons tous des qualités mais nous devons nous démarquer en tant qu’équipe. Cela se voit dans notre façon de jouer, nous sommes l’équipe la plus agressive. L’entraîneur nous inculque cette mentalité, cette façon d’être plus agressif. C’est une question de préparation." Revenir à hauteur de la Juve "Si la saison va jusqu’à son terme, nous devrons alors penser que rien n’est fini tant que cela n’est pas fini. C’est ma mentalité. Tant que la mathématique dit que ce n’est pas terminé, nous avons encore une petite chance pour y croire. La Lazio et la Juve peuvent perdre une rencontre, mais nous, nous devons ne regarder que nous-même. Nous n’avons pas su profiter des faux pas passé de la Juve, lorsqu’ils ont perdu des points eux, nous en avions perdu nous aussi." 17 buts et une condition physique à retrouver pour la reprise "La chose la plus importante est d’être dans la bonne position, celle que te demande l’entraîneur. Après chaque match, nous réalisons des sessions vidéos et pour chaque journée, nous examinons la première période d’une rencontre et ensuite la seconde." "Tu ne peux jamais te reposer sur tes lauriers car Conte travaille par schéma et tu dois donc revoir tous les schémas à la fois. Il te fait toujours savoir si tu étais bien en place ou si tu as raté une phase bien déterminé, et devant tout le monde. Il me l’avait fait lors du match contre le Slavia Prague, il m’a parlé durant cinq minutes du duel que Cesar Azpilicueta, défenseur, avait gagné face à moi et comment il l’avait fêté, il me l’a martelé devant tout le monde." "C’était la première fois que cela m’arrivait en dix années de carrière. Face à une telle situation, soit tu réagis et tu joues bien soit tu coules, mais je ne pouvais pas avoir un comportement enfantin: J’ai donc choisi de travailler. Quelques jours plus tard, nous avons affronté le Milan et j’ai réalisé l’un de me meilleurs matchs de la saison." Romeo "A neuf mois, il marchait déjà, à dix, il a commencé à donner des coups de pieds dans un ballon. Nous avons installé un petit but dans le salon et le jardin de ma mère. Il se reveille à chaque fois dans les 7 heures et commence déjà à jouer." L'Interview en vidéo Little Rom a de qui tenir! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Calcio & Finanza s’est penché sur la masse salariale de l’Inter cette saison qui a vu la masse salariale de l’Inter et atteint plus de 100 millions d’euros bruts, via un impact important du décret apportant un allégement fiscal aux expatriés. Les deux joueurs les mieux payés du noyau nerazzurro bénéficient des normes fiscales suites à leurs arrivées en Italie : les économies pour Lukaku et Godin s'élèvent à environ 3 millions d'euros au total. Sur le podium, on retrouve Sanchez avec 5 millions. Les derniers entrants de cet hiver, Moses, Young et surtout Eriksen n’apparaissent pas dans ce tableau. Sur cet exercice le danois touche 3.75M€ sur les six prochains mois, donc 7.5M€ la saison. Les trois nouveaux arrivés de cet été composent donc ce podium des plus payés où l’on retrouve derrière eux De Vrij, Brozovic et Handanovic, suivi d’Asamoah, Skriniar et Candreva qui sont tous des joueurs présentant des revenus nets supérieurs à 3M€, selon les informations obtenues par la Gazzetta dello Sport. Parmi les arrivées estivales, on retrouve Barella et ses 2,5M€, Biraghi et ses 2M€, Sensi et Lazaro avec respectivement 1,8 et 1,5 M€. L'autrichien avait d’ailleurs également bénéficié du décret, tout comme le jeune Agoumé. Les données en brut sont toutes différentes comparée à l’année dernière étant donné qu’il y a eu un affinement sur la méthode de calcul du salaire brut (il n’a pas été tenu compte du TFR ni des prévisions, mais seulement l’Irpef a été pris en considération). ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Romelu Lukaku a rapidement su rentrer dans le cœur des tifosi de l’Inter. Le "Géant" belge propose un comportement pro-positif tout en étant énormément disponible sur le terrain, sans oublier ses marques d’affection pour les tifosi, qui apprécient certes les buts du Diable Rouge, mais surtout son aspect humain. Voici les réponses du Numéro Neuf nerazzurro sur Instagram aux questions posées par les tifosi: Qui sont les équipiers les plus sympathiques de l’Inter ? "Sensi et Young." Le temps fort de ta carrière ? "Mon but pour la Belgique face au Portugal sur une assist de Jordan (Lukaku)." Es-tu heureux de jouer à l’Inter ? "Très heureux." Es-tu fier de jouer à l’Inter ? "Oui." Comment te sens-tu en Italie ? "Très bien." Lautaro? "Un des meilleurs talents que je n’avais jamais vu." Tes idoles ? "Anelka et Drogba." Si tu pouvais jouer avec un joueur du passé, qui choisirais-tu ? “Thierry Henry.” Le meilleur milieu ? "De Bruyne, il a des yeux dans le dos." Que penses-tu des tifosi interistes ? "Ils sont les meilleurs du Monde." Tes pires équipiers ? "Je ne balance pas de la merde sur mes équipiers." Que penses-tu d’Esposito ? "C’est un grand talent. S’il continue ainsi, il deviendra un grand joueur." Que penses-tu de Brozovic ? "Si tu pars à la guerre et que tu dois amener quelqu’un avec toi, tu le prends lui : C’est une grande personnalité avec tellement de talent." Qui est le Roi de Milan ? "J’ai publié une photo après mon but lors du Derby." Comment te trouves-tu à l’Inter ? "Très bien." Ton but préféré cette saison ? "Le but face au Genoa." Que penses-tu de tes anciens équipiers à Manchester United "Ils sont allés dans la bonne direction, il y a un parcours de croissance à réaliser mais ils le feront." Pourquoi ne souris-tu jamais sur le terrain et toujours en dehors ? "Je suis très concentré." Qui est le plus rapide ? "Moi." Comment as-tu fait pour apprendre l’italien aussi vite ? "Je regarde la Serie A en italien depuis mes 14 ans." Ton meilleur ami à l’Inter ? "Je me sens bien avec tout le monde, c’est pour cette raison que je les appellent mes frères." Que penses-tu de Berni ? "C’est le liant de l’équipe. Quand tu as besoin de quelqu’un, il est toujours là. Toujours positif à te conseiller avec les bons mots avant d’aller jouer." Comment as-tu fait pour inscrire ce but face à Ludogorets ? Dans sa conception, il était fantastique..... "Avec de la chance et aussi un peu de qualité." Comment va Handanovic ? Comment est-il à l’entrainement ? "C’est une bête. Il s’entraîne quotidiennement avec une grande intensité." Quel est le défenseur le plus fort en Italie ? "Ils sont tous bons." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Ces derniers jours, la presse sportive anglaise a allumé Manchester United au sujet de Romelu Lukaku. C’est un fait, les performances du Diable Rouges ont été passé à la loupe et on peut déjà déclarer qu’Antonio Conte a su tirer le meilleur de son numéro neuf. Quelque chose qui ne s’est jamais produit dans le club mancunien Le Sun tire à balles réelles "Lukaku s’est transformé en l’attaquant que Manchester United pensait avoir recruté, et dont il aurait désespérément besoin actuellement. Romelu sait inscrire des buts, les statistiques parlent d’elle-même." Le Telegraph enchaîne "United et Lukaku ne sont pas parvenus à se rendre compte de la raison pour laquelle l’attaquant était en deçà. La faute à son système digestif qui faisait défaut. L’attaquant a perdu du poids à son arrivée à l’Inter. Trois kilos en 12 jours. Les résultats du nouveau programmes d’alimentation sont évident: Lorsque Lukaku a retiré son maillot et l’a placé sur le poteau de corner après avoir inscrit le but du 4-2 lors de la vitoire sur le Milan: Aucune trace de graisse, en fait, il s’agit du Lukaku d’Everton." Le Sun poursuit: "C’est un nouveau programme diététique basé sur le poisson, les pommes de terres douces, des pâtes et des légumes crus, qui ont réalisé ce miracle. Un module du jeu où il s’est adapté et le fait de disposer d’Antonio Conte comme entraîneur, lui qui sait comment obtenir le meilleur de lui et qui propose une attention importante sur le corps et les besoins." "Une idée que l’ont peut définir comme révolutionnaire, mais surtout des réflexions que United aurait très certainement du se poser, et appliquer facilement…Au lieu de commencer à calculer ses sous." Le Saviez-Vous ? Romelu est actuellement le joueur qui a disputé le plus de match à l’Inter cette saison : sur 31 rencontres, il a raté uniquement le match à Barcelone. Il a également été titularisé 29 fois sur 30. Il est donc impossible d’imaginer Antonio Conte faire sans le Diable Rouge. Raison pour laquelle, le Belge, dans son appartement du City-Life a investi dans un caisson hyperbare. Un système destiné à récupérer de la meilleure des façons dans un laps de temps très courts après des efforts particulièrement intense. La nuit du Derby, la légende veut qu’il ait rejoint ce trône, lui qui s’est auto-défini comme le nouveau Roi de Milan. Une motivation sans faille qui explique en grande partie ses performances actuelles. Validez-vous cette façon de vivre de Romelu ? Pensez-vous que les critiques de la presse anglaises sont justifiées ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Stefan De Vrij et d’autres Nerazzurri se sont livrés en conférence de presse d’après-match. Ce qui est sur, c’est que l’Inter est revenu des enfers après avoir tué le Diavolo. "Il y a tellement de satisfaction pour cette victoire, nous savons ce qu’il faut aussi améliorer. Nous avons très mal joué en première mi-temps et ils ont naturellement pris l’avantage. Mais nous sommes parvenu à l’emporter au caractère, l’entraîneur nous a fait comprendre ce qui n’allait pas." "Nous étions dans la merde en première mi-temps, mais nous avons du caractère. Par chance, nous avons immédiatement inscrit deux buts et nous sommes revenus dans le match, c’était un sentiment incroyable, des souvenirs qui resteront gravés pour toujours. Marquer dans le Derby et l’emporter reste une émotion unique." Le classement ? "Nous sommes tous proches, nous devons continuer à l’emporter. A présent, nous devons avoir la tête au prochain match car la Coupe d’Italie est un objectif." Romelu Lukaku "Nous avons fait de belle choses en seconde période, nous avions laissé trop d’espaces en première. Je félicite le Milan pour cela. Mais en seconde mi-temps, nous avons mis une autre intensité et avons inscrit quatre buts. Je suis très heureux de cette victoire." "La première période était difficile, le stade, en seconde mi-temps, a vu la mentalité de l’Inter : ne jamais abandonner et se battre jusqu’au bout du bout. Je travaille pour l’équipe et je l’aide à l’emporter. Je veux gagner et la tête est tourné au Napoli à présent." "Je remercie tout mes équipiers et le staff. Je connaissais la difficulté du championnat, mais le staff et les Tifosi m’ont toujours aidé." Roberto Mancini "Je me suis diverti. C’était un beau Derby. C’est beau d’assister à un championnat aussi serré avec des équipes qui se le disputent, c’est plus divertissant." "Le Milan était très bien en première mi-temps, il était meilleur. En seconde mi-temps, le but a froid les a plongé dans la peur et l’Inter a compris qu’elle pouvait revenir. Prendre les deux buts a été décisif car l’Inter, à 2-2, était devenue dévastatrice. La Juve contrôle le jeu, mais elle a fait face à deux équipes difficiles. Je crois que la Juve reste tout de même l’équipe la plus forte du Championnat." Matias Vecino "Après la première mi-temps, nous avions une vision noire de la situation. Nous nous sommes regardé et nous nous sommes dit qu’il fallait donner quelque chose en plus, sinon, cela aurait mal fini. Nous avons marqué immédiatement, nous sommes devenu plus agressif et nous avons repris la direction de la rencontre." "Le Derby se ressent toujours d’une façon spéciale. En fin de compte, tout s’est bien passé, j’espère que le Milan continuera à me porter chance." Ma faute sur Theo Hernandez? "Il faut parfois faire sentir une certaine présence, et cela a été positif pour l’équipe." Moi, l’Homme de la destinée ? "Ce sont des faits de jeux, mais objectivement, lorsqu’il y a un match spécial, je peux m’imaginer que quelque chose peut arriver, j’espère revivre d’autres soirées comme celle d’aujourd’hui." Daniele Padelli "C’était une très mauvaise première période, et cela vaut pour moi, j’aurai dû faire bien mieux sur le deux buts. Mais nous avons démontré avoir du caractère, être des vrais homme.. Si nous avions continué à jouer comme en première mi-temps, nous aurions encaissé d’autres buts." "C’est un message fort que nous avons envoyé à tout le monde. Ce Derby nous laisse avec des sensations fortes et nous prouve qu’il faut toujours jouer à 2 000 km/h. Nous revenons à la maison avec un Derby fantastique. Durant cette semaine, j’ai joué mentalement 3-4 matchs Da Tifoso." "La première mi-temps était dure au niveau mentale et dans sa gestion. A la reprise, je me suis un peu plus détendu, c’était mon premier Derby et mes équipiers ont été dévastateurs. En tant que Tifoso, j’étais au septième ciel." "Après le 4ème but, je me suis laissé pleurer. Nous avons envoyé un message à tous : il y a l’Inter et il y a des matchs qui, d’une façon ou d’une autre, sont remportées." L’image du soir "Il y a un nouveau Roi en ville" - Telle est la raison de la célébration, ô combien particulière du Diable Rouge. Steven Zhang Après Steven qui craque à l’Olimpico, place à Steven, le Tifoso qui ne s’est absolument plus senti lors du 4ème but Nerazzurro. Voici sa réaction d’après match via les réseaux sociaux : "Inter, tu es l’espérance et la lumière pour tous. Nous avons gagné ! Tu mérites le meilleur : Milano Siamo Noi !!! Pour toujours !!!!" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Ce dimanche soir aura lieu un Duel de géants, de deux Colosses qui ont en commun un vécu à Manchester United. Grands, puissants et redoutables finisseurs : Romelu Lukaku et Zlatan Ibrahimovic vont croiser le fer. Si les deux ont en commun le fait d’avoir été entraîné par Mourinho, Ibra qui revenait de blessure avait laissé le numéro 9 mancunien au Diable Rouge qui venait d’arriver d’Everton. Le Suédois optant pour le numéro 10, adepte des punch-line, Ibrahimovic ne se laissait pas démonter à l’entrainement devant la stature de Big Rom : "Lorsqu’il me faisait un tacle à l’entrainement, il y allait de toute ses forces. J’ai compris là à quel point il était motivé à être en compétition, à quel point il voulait le poste de titulaire. Ce moment m’a marqué, j’ai ouvert les yeux. En côtoyant Zlatan, j’ai appris à me concentrer, à travailler dur et à faire tout ce qui me divertissait. Car Zlatan reste une personne très divertissante." se souvient le Diable Rouge. "Moi aussi je le défiais." Ibra a dit un jour à Lukaku qu’il lui verserait 50 pounds à chaque fois qu’il réaliserait un contrôle correct. Cela avait fait parler, et c’est aussi suite à "cette expérience" que Lukaku n’appréciait pas le milaniste lorsqu’il entrait en jeu: "Il voulait être l’attaquant de pointe et jouer de façon excentré." Ensemble, ils n’auront joué que 120 minutes. Ce dimanche, ils seront fin prêt à se défier et à faire parler la poudre au point de faire trembler le Meazza. Le Saviez-Vous ? Lukaku, est meilleur que Mauro Icardi : c’est une statistique révélée par la le Corriere Dello Sport : En l’absence de Lautaro Martinez, Romelu Lukaku a répondu présent. Il est le seul joueur à avoir inscrit 12 buts lors des 11 premiers matchs à l’extérieur parmi les 5 plus grands championnat européen. Une statistique record depuis l’ère des trois points. Les statistiques de Romelu Lukaku, pour sa première saison sous le maillot de l’Inter, sont exceptionnelles : Lorsque Romelu marque, l’Inter l’emporte quasiment à chaque fois : 10 victoires pour 1 match nul, à domicile face à Parme. Auteur de 20 buts toute compétitions confondues (16 en Serie A, 2 en Ligue des Champions et 2 en Coupe d’Italie), il propose une moyenne d’un but inscrit toute les 123 minutes. Celui qui pense qu’il ne s’agit que d’un simple exploit, une simple exception, se trompe. S’il est vrai que l’année dernière Romelu n’avait inscrit que 9 buts à la même période de la saison, en 2017-2018, son compteur en affichait 19. 18 en 2016-2017 avec Everton, un club qui n’avait pas disputé de Coupe européenne. En 2015-2016, il proposait également, pour les même raison à nouveau, la moyenne de 19 buts inscrits. Le rendement du Diable Rouge est ainsi meilleur que celui d’Icardi qui évolue au PSG : 20 Buts pour le Diable Rouge contre 17 pour l’argentin. De plus, il y a un an, Maurito n’avait inscrit, à la même période, que 13 buts, 18 en 2017-2018 sans les Coupes d’Europe, 17 en 2016-2017 et 9 en 2015-2016, sans oublier les 16 buts inscrits en 2014-2015. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. La Reppublica est revenu sur la première partie de saison du « débutant » Romelu Lukaku en Italie, en revenant sur ses onzième et douzième buts à l’extérieur, en Serie A, un record absolu : « Un but sur une phase de jeu et un pénalty transformé, le tout en sept minutes pour mettre un terme à ceux qui forcément le critiquent encore sur ses capacités techniques » Le quotidien encense le Leadership du Diable Rouge en revenant sur un fait de jeu lors d’Inter-Genoa. Un comportement d’approche de Leader, orienté sur le bien du groupe en premier. À domicile face au Genoa, il était second meilleur buteur derrière Ciro Immobile. Pourtant, il a décidé de laisser ce penalty à Sebastiano Esposito, âgé de 17 ans, afin qu’il puisse inscrire son premier but en Serie A. Le Géant Belge dira être content pour lui, le tout avec le sourire. A présent, Lukaku est sur la troisième marche du podium, avec 16 buts, à trois longueur de Cristiano Ronaldo (19 buts). Si Sarri a ouvertement admis que son objectif était de voir Ronaldo remporter le classement des buteurs, pour Lukaku, le plus important reste de renforcer le sens du groupe et d’appartenance de « son » Inter. Le Saviez-vous ? Big Rom s’est « enfin » photographié près du Duomo. Il en a également profité pour répondre à Tiki Taka sur le Derby à venir et son duel à distance avec Zlatan Ibrahimovic : « C’était une grande émotion d’avoir marqué lors du Derby car c’était un rêve de venir jouer à l’Inter. La première finale que j’ai vu était Inter-Lazio en 1998. J’ai eu l’ambition de jouer en Italie et à l’Inter » Ibra ? « Ce sera beau de l’affronter. Pour moi, c’est un grand champion et un grand professionnel. C’est normal de le voir proposer ce qu’il propose à 38 ans. C’est quelqu’un qui travaille énormément. Lorsque nous étions à Manchester ensemble, il me donnait toujours des conseils » Ronaldo ? Il Fenomeno ? « Il est là-haut explique Big Rom d’un signe de la main » ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Au Friuli, Big Rom a proposé sa spécialité : résoudre les problèmes de son entraîneur en inscrivant des buts décisifs. Ce soir, Lukaku aura donc inscrit un nouveau doublé. Samir Handanovic et Stefano Sensi blessés, Lautaro Martinez suspendu, Brozovic convalescent, l’Inter décidait d’aligner Daniele Padelli, Barella au poste de Brozovic et Sebastiano Esposito, sans oublier l’intégralité des recrues hivernales : Moses, Eriksen et Young. Si l’Inter peine à trouver ses marques sur un terrain réputé compliqué, il aura fallu attendre l’heure de jeu pour voir cette rencontre se débloquer. En effet, l’Udinese, "classiquement", avait décidé de garer le bus et de jouer en contre. Pourtant à l’heure de jeu, et suite aux entrées d’Epic Brozo et de Sanchez, l’Inter parviendra à ouvrir la marque. Passeur décisif, Barella se fait sécher à la 64’ de jeu, toutefois sa balle arrive à destination, comprenez Romelu Lukaku qui, une fois à l’intérieur de la surface, régale un but malicieux aux Nerazzurri. Un petit pont en bonne et du forme qui surprend à la fois Bram Nuytinck et un Juan Messo très loin d’être irréprochable. L’Inter parviendra ensuite à tuer le match via une action individuelle et le jusqu’au boutisme d’Alexis Sanchez qui, partant seul au but, se fait sécher par le portier du Frioul. Si ce dernier aurait pu se voir expulser, Lukaku se chargera de la sentence en convertissant le penalty à la 71’. Ces trois points permettent à l’Inter de se présenter au Derby Della Madonnina en qualité de dauphin, dans l’attente du résultat du match en retard de la Lazio de Rome face à l’Hellas Verone qui, pour l'anecdote, a partagé l’enjeu avec le Milan. Mais est-ce que prendre un point face à ce Milan, cette saison, peut encore faire office de baromètre tellement il fait pitié ? Le Saviez-Vous ? Comme le souligne Opta, Big Rom rentre encore plus dans la légende pour un débutant en Serie A. En effet, depuis l’ère des 3 points par victoire, personne avant lui en Serie A n’était parvenu à inscrire au moins 11 buts lors des 11 premiers matchs à l’extérieur. Qu’il s’agisse de légende telle que Batistuta, Ronaldo, Del Piero, CR7,… Un véritable Conquistador ! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Udinese 0-2 Inter Buteur(s) : 64’, 71’ Lukaku (pen.) Udinese: 1 Musso; 50 Becao, 87 De Maio, 17 Nuytinck (72’ 8 Jajalo); 19 Stryger Larsen, 6 Fofana (83’ 91 Teodorczyk), 38 Mandragora, 10 De Paul, 12 Sema (72’ 77 Zeegelar); 15 Lasagna, 7 Okaka Banc: 88 Nicolas, 27 Perisan, 5 Troost-Ekong, 11 Walace, 18 ter Avest, 30 Nestorovski T1: Luca Gotti Inter : 27 Padelli; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 11 Moses (83’ 33 D’Ambrosio), 8 Vecino, 23 Barella, 24 Eriksen (58’ 77 Brozovic), 15 Young; 9 Lukaku, 30 Esposito (59’ 7 Sanchez) Banc : 1 Handanovic, 35 Stankovic, 2 Godin, 13 Ranocchia, 18 Asamoah, 32 Agoume, 34 Biraghi, 87 Candreva T1: Antonio Conte Arbitre: Di Bello Var: Fabbri Averti(s): Barella (I), Stryger Larsen (U), Bastoni (I), Vanoli (I), Musso (U), Lasagna (U) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Antonio Conte s’est livré, tout comme certains joueurs, à Sky Sport suite au nouveau doublé du Géant Belge. Que pensez-vous de la partie d’Eriksen ? "Je pense que pour un garçon qui est arrivé il y a cinq jours, qui vient de débuter en Serie A suite aux absences de Sensi, Gagliardini et Borja Valero et qui a réalisé un début positif. Il doit encore rentrer dans notre philosophie de jeu, mais on voit déjà de la personnalité. Il doit trouver le bon rythme afin de disputer ce type de match, mais je suis content de sa prestation." Que lui avez-vous demandé dans les deux phases ? "Je lui avait dit de, toujours, suivre les actions dans tous les cas. Il doit s’améliorer dans l’intensité, et faire mieux en phase offensive et défensive. Il doit réussir à comprendre ce que je veux de nos milieux, dans leurs positionnement. Mais je suis satisfait car ce n’était pas un match facile. L’Udinese est une équipe physique qui nous avait également posé des problèmes au match aller. Je suis content de sa proposition." Une telle rencontre peut-elle représenter un message ? "L’Udinese est une bonne équipe, elle était très attentiste et cherchait à repartir en contre. Nous étions toujours dans sa moitié de terrain, et ce n’est pas la première fois que nous faisons face à des équipes qui se regroupent devant nous. C’est pour cette raison qu’il fallait avoir plus de qualités à l’intérieur du noyau afin de disposer de plus de solutions." "La victoire est méritée, ce n’était pas facile. Je suis content, mis à part les dix dernières minutes où nous avons pensé qu’à défendre. La meilleure défense est l’attaque, il faut toujours presser l’adversaire et toujours se montrer dangereux." Que pensez-vous d’un tel Lukaku, leader du terrain ? "Il a des qualités importantes. Ce n’était pas son meilleur match aujourd’hui, il peut et il devait faire beaucoup mieux au-delà de ses deux buts, qui restent importants pour un attaquant. Mais pour nous, il est déterminant, il s’est intégré avec tous et avec beaucoup de bonne volonté. Je ne peux en parler qu’en bien, je suis fier d’avoir insisté pour qu’il signe." Handanovic sera-t-il disponible pour le Derby ? "Il a connu un pépin, il faut demander au médecin. Il a sept jours pour récupérer et c’est évident que le staff médical cherchera à le récupérer. Je suis content de Padelli qui a apporté de la sécurité à l’équipe en répondant dans les moments importants. J’estime tout ce groupe de joueurs, je sais qu’ils me répondent tous." Avons-nous vu, aujourd’hui, une Inter proche de la Juve ? "Pour être une équipe aussi importante, il est important de disposer de remplaçants importants, aujourd’hui, nous avons débuté avec un garçon de 20 ans et un autre de 17 ans. Je m’attelle à travailler pour le présent et pour le futur." "J’avais un peu peur de lancer Brozovic qui revenait d’une blessure tout de même importante. Alexis Sanchez cherche à retrouver sa meilleure condition, je lui souhaite qu’il y parvienne le plus tôt. Quand je prends mes décisions, je le fais de façon sereine, ce sont des choix techniques découlant du match et de son déroulement. Les remplaçants se sont montrés importants." Vous avez récupéré aussi Vecino… "Lors du dernier jour du mercato, j’ai entendu bon nombres d’attaquants que j’ai refusé. On a entendu de tout ce jour-là, car nous sommes l’Inter. Matias a mon estime, il a toujours été aligné avec moi." Romelu Lukaku Désigné Homme du Match, Big Rom s’est livré également à Sky Sport : "Après la victoire face à la Fiorentina, nous avons retrouvé de la confiance. Je savais que ce ne serait pas un match facile, mais à la reprise j’ai fait une bonne prestation en inscrivant deux buts, c’est important pour le reste de la saison." "Avec la Juve et la Lazio, nous proposons un beau défi. Pour nous, c’est important de rester là, au sommet. La semaine prochaine, nous affronterons le Milan qui propose de belles choses, j’espère continuer de la sorte." Moi guidant l’Inter ? "Non, je veux uniquement ce qu’il y a de meilleur pour l’équipe, c’est important pour moi que l’équipe se sente bien avec moi, que je puisse lui apporter de la confiance. Je marque énormément à l’extérieur, mais je veux aussi faire la différence au Meazza." Daniele Padelli Appelé à remplacer Captain Handanovic, Daniele Padelli a répondu présent et s’est livré sur ses "débuts" officiels en Serie A sous le maillot de l’Inter. "La première chose à laquelle je devais penser était de guérir car j’avais été un peu fiévreux, cela a fini par passer. C’était difficile pour moi, car cela faisait 1 200 jours que je n’avais plus évolué en Serie A. j’étais sous le coup de l’émotion car j’ai porté à nouveau le maillot de l’Inter qui est l’équipe que je supporte. A présent, je profite du moment." "Quand Samir Handanovic a pris ce coup, je pensais que c’était trois fois rien. Puis, j’ai compris que je pourrais jouer. J’ai toujours démontrer que j’étais sérieux à l’entrainement. Mon poste est particulier car je suis le remplaçant de l’un des meilleurs gardien du monde." "Samir ne lâche rien, j’ai tellement appris à ses côtés. Et c’est sur le terrain que l’on voit les améliorations. Aujourd’hui, j’ai fait un bon match, j’espère avoir apporté de la sécurité à mes équipiers." Milan Skriniar Handanovic absent, Milan Skriniar a endossé le brassard de Capitaine de l’Inter pour la première fois de sa carrière. "C’était un match difficile. Ce terrain est toujours très lourd, il n’est jamais facile. En première période, nous étions un peu bloqué, à la reprise tout est allé pour le mieux. Nous avons débloqué la rencontre et avons gagné." "Lors des 45 premières minutes, nous avons pris trop de contres. Nous savions que l’Udinese allait jouer de la sorte." Le brassard autour du bras ? "C’était un honneur pour moi. J’étais content, mais ma façon de jouer ne doit pas changer, j’ai toujours démontré vouloir faire le maximum pour cette équipe, pour ces couleurs. Il faut bien se préparer pour le Derby à présent. Une rencontre difficile nous attend, et il faudra se donner au maximum." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer l'intégralité des déclarations de Romelu Lukaku à Sky Sports Uk. Nombreux sont les thèmes abordés par l’avant centre de l’Inter, à commencer par sa situation personnelle pour sa première année à Milan : "Je suis content, surtout de vu comment se passent les choses. Tout se passe bien, je dois seulement continuer à travailler jour après jour et j’espère gagner d’autres titres." Sur Instagram tu as posté les photos de ta nouvelle maison. "Elle est très confortable et utile quand mon fils vient. Maintenant j’ai suffisamment d’espace pour qu’il puisse courir partout." Comment a chanté Ashley Young pour son premier jour? "Il a été le meilleur cette saison. Un vote ? 9 ou 10". Et toi, comment as-tu chanté cet été ? Et qui n’a pas été bon ? "J’ai très bien chanté. Godin par contre n’a pas chanté, nous l’avons exempté parce que c’est un vainqueur". Qu’as-tu chanté ? "J’ai chanté avec Lautaro, en espagnol, je voulais qu’il m’aide". Combien de langues parles-tu en tout ? "Sept. Ça a toujours été une chose naturelle pour moi. L’anglais par exemple, je l’ai apprise grâce au rap". Tu as tellement marqué en Premier League, tu es bien parti aussi en Italie. Qu’est-ce qui a changé par rapport à la saison dernière ? "J’ai dû repenser à beaucoup de choses. L’année dernière a été très difficile pour moi au niveau professionnel, les choses n’allaient pas bien et je ne donnais pas le meilleur de moi. J’ai dû chercher en moi même ce qui me manquais et je suis arrivé à la conclusion que le moment était venu de changer d’environnement." "J’ai pris ma décision autour du mois de mars, je suis allé voir la direction du club et je leur ai demandé de me trouver une destination. Je ne jouais pas bien, beaucoup de choses se sont succédées et je pense que se séparer a été bénéfique pour les deux parties." "De plus, Manchester United a pu donner du temps de jeu à tellement de jeunes que je pense que ce fût une décision gagnant-gagnant". Comment t'es-tu rendu compte que c’était fini ? "Tu le remarques. J’ai toujours cru en moi même, je m’entraîne toujours tellement, également quand je suis à la maison. Je sais que je peux faire mieux, je sais que je dois être prêt". Quels sont tes points forts en temps que joueur ? "Peut-être la capacité de marquer des deux pieds. Quand un centre arrive dans la zone de but je sais être dangereux. Et quand il y’a du mouvement autour de moi je donne le meilleur de moi, que ce soit ici ou avec la Belgique. Le 3-5-2 de Conte est semblable au 3-4-3 que nous utilisons avec la Belgique mais a aussi des différences parce qu’en sélection il y a beaucoup plus de liberté de mouvements. Et puis il y’a le travail, j’ai des objectifs à atteindre, avec l’Inter comme avec la Belgique". Quel club et quel entraîneur t’ont le mieux compris au cours de ta carrière ? "Roberto Martinez et Ronald Koeman. Mais Antonio Conte et José Mourinho aussi sont des grands entraîneurs, ce dernier aurait pu faire mieux s’il avait eu les joueurs qu’il voulait. Je dois aussi mentionner Steve Clarke: il m’a lancé en Premier League à 19 ans. Et puis je ne peux pas oublier mon entraîneur à Anderlecht qui m’a fait jouer quand j’étais jeune." "Je suis un garçon ouvert d’esprit, à la fin tu dois faire ce que te demandes ton entraîneur: je n’ai jamais eu de problèmes avec qui que ce soit. Et je pense que cela montre mon professionnalisme". Aux ordres de Conte tu marques tellement et tu sembles aussi t’amuser. Quelle importance ça a ? "Je vois tant d’enthousiasme autour de nous. Mais dans le vestiaire nous sommes très concentrés. Et c’est une bonne chose: je me souviens des premiers entraînements, je n’étais pas habitué à ce niveau d’intensité. On dit que la Premier League est un championnat physique, mais personne ne s’entraîne aussi durement qu’en Italie." "Les deux premières semaines je disais à mon agent que je souffrais beaucoup à l’entraînement, parce que je n’en avais jamais fait de tels, mais Conte était toujours là pour nous soutenir. Pour moi c’est une chose spéciale: parfois les entraîneurs sont là à blaguer, alors que lui te stimule à donner le maximum et à t’entraîner au mieux. C’est pour ça que nous n’abandonnons jamais, jusqu’à la fin. Finalement je peux atteindre mon plein potentiel". Conte semble être une personne à ne pas mettre en colère. "Absolument pas (il rit, ndlr). Et puis c’est un entraîneur qui te dit les choses en face: contre le Slavia Praga j’ai mal joué, et à la fin de l’a partie il me l’a dit devant toute l’équipe. Une chose pareille ne m’était jamais arrivée. La partie suivante était le derby de Milan, un de mes meilleurs matchs jusqu’à maintenant: sa claque m’a beaucoup aidée. Il traite tout le monde de la même façon: si tu travailles bien tu joues, autrement non". La Juventus court, ce sera un duel jusqu’à la fin ? "Nous savons que nous ne pouvons commettre aucune erreur d’ici à la fin de la saison. Nous essayons de le faire, je pense que notre équipe est forte, mais nous ne devons jamais penser d’avoir déjà gagné, quelque soit la partie. Conte a gagné, il sait comment faire pour gagner. Nous verrons à la fin ce que ça a donné". A quel point aide la présence de joueurs expérimentés ? "C’est important d’avoir ce type de joueurs. Des gens qui ont gagné, qui savent quand tuer un match. Nous sommes en course en Coupe d’Italie, en Europa League: nous voulons bien faire aussi dans ces compétitions. Nous avons une équipe forte, si nous restons en forme nous pourrons bien faire partout". Au delà du joueur, comment te décrirais-tu comme personne ? "Je sais quelle position adopter. Si tu ne me plaît pas je ne te parle pas, sinon nous pouvons devenir amis. Je suis un garçon qui a un lien fort avec sa famille: aider mes proches a toujours été ma motivation principale. Je suis toujours à la maison, j’aime les jeux vidéos, autant ceux de football que les autres. Et je suis un garçon qui aime aussi s’amuser, mais pour moi il y a une frontière clairement établie entre se divertir et penser à la famille". Tu as raconté à plusieurs reprises avoir connu la pauvreté. "Ça te reste en tête. Quelques fois tu y penses. Par exemple quand j’ai des difficultés dans le monde sur foot: j’y pense, et j’oublie. Ce que j’ai maintenant est une bénédiction, si nous le comparons à ce que j’ai vécu enfant." "Je partageais mes chaussures de foot avec mon père. Une fois nous sommes rentrés à la maison, nous n’avions pas payé le loyer depuis des mois: nous avons dû déménager parce qu’il n’y avait plus de mobilier. Je ne suis pas le seul à avoir affronté ce genre de situation, mais cela me motive à faire de mon mieux. Le football a été un cadeau pour moi, je voulais devenir footballeur à tout prix pour donner à mes enfants une vie différente". Comment c’est d’élever un enfant ? "C’est divertissant. Je rentre à la maison et mon fils veut jouer, il regarde les matchs et montre la télévision. Même s’il n’a que 13 mois il comprend tout: il marche depuis qu’il a 9 mois et joue au ballon depuis qu’il en a 10. Je suis impatient de l’emmener à l’entraînement." "Blague à part, je cherche à protéger le plus possible ma vie privée. Et mon fils est mon fils: je joue avec lui à la maison, j’essaie d’être un bon père, sans donner de leçons de vie. Quand il comprendra tout nous parlerons de tout, pour l’instant je m’amuse". Il y a eu tellement d’épisodes de racisme. Comment te sens-tu quand tu en entends parler ? "L’année dernière a été très triste. Je pense que cette année nous devons faire plus, prendre des positions claires. Et je ne parle pas seulement de football: je pense que l’éducation est la clé. Je suis allé à l’école, il y avait tellement de nationalités différentes et je ne discriminais personne: si tu étais cool avec moi je l’étais avec toi. C’est la chose la plus importante, et c’est aussi la leçon que j’enseignerai à mon fils: nous sommes tous égaux et tu dois respecter tout le monde." "Si tu trouves quelqu’un antipathique, ne lui parle pas et ça s’arrête là. Ce qui m’est arrivé à moi, à Balotelli, à Pjanic... Pour moi l'Italie est un beau pays, avec tant de beauté, de grands opéras et une cuisine fantastique. Mais elle a encore tellement de potentiel pour devenir meilleure et nous devons tous nous y engager afin que cela se produise. Nous devons nous retrousser les manches, sans tout laisser à la fédération de football". Nous les journalistes aimons le mercato, et surtout le dernier jour. C’est un jour stressant pour vous les joueurs ? "J’ai signé à Everton au dernier jour du mercato, j’étais prêt à retourner à West Bromwich Albion et Roberto Martinez m’a appelé et mes proches m’ont conseillé de chercher un autre défi. J’ai bien fait, cela m’a donné la possibilité de me mettre en valeur. Le dernier jour n’est pas tant amusant ou stressant si tu sais ce qui arrivera: l’approche du dernier jour est plus amusant et stressant. Cela dépend d’où tu veux aller." "Prends cet été: je savais que j’allais partir, mais je pouvais aller soit à Turin (à la Juventus, ndlr) soit au Milan. Je voulais venir à l’Inter, et quand mon agent me l’a dit j’ai exulté. Les deux derniers jours sont plus stressant que le dernier: à ce stade tu sais que quelque chose se passera". Tu suis encore tes anciens clubs ? "Oui, je suis les résultats d’Everton, Manchester United, Chelsea. Et bien sûr Anderlecht, qui est mon équipe". L’Euro 2020 approche. Peut-être que tu n’y penses pas, c’est aussi un de tes objectifs ? "En ce qui me concerne, j’espère que tout mes compagnons de sélection nationale arriveront en fin de saison au top physiquement. Et peut-être après avoir gagné des titres, parce que ça te donne plus d’assurance. Puis nous verrons comment ça se passera, si nous avons tous eu une bonne fin de saison nous affronterons l’Euro de la meilleure des manières". ®Le Kid - Internazionale.fr
  19. Lorsque le Présent interview le Passé, lorsque le Colosse actuel devient reporter devant le Colosse du passé, une Légende qui a inscrit plus de cent buts….Lorsque Romelu Lukaku devient reporter pour Inter TV devant Bobo Vieri Mais surtout Lorsque Christian révèle ses impressions sur Big Rom "Tu es celui qui me ressembles le plus. Tu es à l’Inter comme moi, tu es grand et costaud comme moi. Tu es gaucher comme moi. Tu joues pour l’équipe, tu fais et tu fais marquer des buts, et tu fais ce qui est le plus difficile : Toujours donner un coup de main à tes équipiers. J’étais durant tellement d’année le Bomber, à présent c’est à ton tour." "Avec Lautaro, vous pouvez inscrire tous mes buts, vous êtes le meilleur duo et les plus jeunes aussi en Europe. Vous êtes très forts, selon moi, en restant à l’Inter vous serez capable d’inscrire tellement de buts. Tu l’a déjà fait : 18 pour une première année ce n’est pas rien et tu en inscrira encore tellement." "Idem pour Lautaro qui est très fort. Vous composez un duo très redoutable car vous jouer l’un pour l’autre, c’est quelque chose de fondamental. C’est un peu comme je l’ai fait moi avec Ronaldo, Crespo et Recoba." "L’Inter a toujours eu de très grandissime attaquants : Toi et Lautaro vous inscrirez une avalanche de buts." Toi à Tiki Taka ? "Tu peux encore jouer durant 14-15 ans. Lorsque t’auras 40 ans, nous travaillerons ensemble. J’aurais 60 ans, mais tu dois jouer le plus longtemps possible !" Voici cet échange en vidéo Big Rom est-il, selon vous, l’héritier tout désigner de Bobo ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Romelu Lukaku marche sur l’eau avec l’Inter. Après une saison désastreuse avec Manchester United, Antonio Conte l’a remis sur le droit chemin. Voici quelques extrait de son interview à Sky Sport UK Il y a eu, en Europe, de très graves incidents racistes. Que ressentez-vos lorsque vous entendez parler de cela ? "[…] L’Italie est un très beau pays pour y vivre. Il y a la possibilité d’y disputer un grand championnat comme elle y a été habituée auparavant, mais nous devons travailler ensemble pour maintenir ces personnes ignorantes hors du stade. Cela s’est passé au Pays-Bas, j’ai échangé avec ce garçon qui en a été victime et dont le match a été stoppé durant une minute de jeu." "Je lui ai dit qu’il avait bien fait de sortir du terrain pour mettre en évidence les faits de ces ignorants. Je ne crois pas que nous devons laisser les fédérations agir seules. Les Pays-Bas réalisent un très bon travail et ont fait de fantastiques choses avec leurs joueurs. Dans les autres nations aussi, il faut prendre position pour nous, les joueurs." Comment décrire Lukaku, la Personne ? "Si tu ne me plais pas, je ne te parle pas. J’ai un groupe d’amis restreint et les personnes le savent. Je suis un garçon de famille, je veille sur ma mère, mon fils, mon frère et sur le reste de la famille du mieux possible. Pour moi, c’est ma motivation principale pour aller de l’avant." "Je suis un garçon casanier, je reste toujours à la maison. Je suis comme ça, un gars simple. J’aime me divertir l'été, mais lorsque je rentre de vacances, je suis ancré dans ma façon de travailler, je fais clairement la séparation entre me divertir et être un homme casanier et un père." Qu’est-ce qui a changé cette saison, comparé à la saison dernière ? "Je crois que je me suis retrouvé moi-même. L’année dernière fut difficile pour moi professionnellement, les choses n’allaient pas comme je le voulais et je ne parvenais pas à m’exprimer au mieux. J’ai aussi compris certaines choses et j’ai compris qu’il était temps pour moi de changer d’air. " "J’ai pris cette décision aux alentours du mois de mars, je suis allé dans le bureau de l’entraîneur et je lui ait dit qu’il était temps pour moi de vivre quelque chose de différent. On ne me faisait rien faire, je ne jouais pas, c’était préférable de se séparer et de prendre des chemins différents. United faisait de la place pour les jeunes, je pense qu’au final, tout le monde en ressort victorieux." Il y a une grande excitation sur le Scudetto. Comment se comporte Antonio Conte sur cela ? "L’excitation se retrouve parmi les personnes qui nous entourent. Nous les joueurs, nous sommes concentrés sur ce que nous avons à faire, car l’entraîneur est sur le qui-vive quotidiennement. C’est positif, car je me rappelle de ma première séance d’entrainement ici, je n’étais pas habitué à un tel genre de travail. Lorsque l’on parle de la Premier League, on la considère comme un championnat très dur physiquement, mais les entraînements que j’ai connu… personne ne s’entraîne aussi durement que nous." "Je me souviens de mes deux premières semaines ici, j’en ai parlé à mon agent et je lui ai dit : Je travaille tellement ici à l’entrainement, je n’avais jamais connu une pareille charge à l’entrainement, je n’avais jamais fait face à ce type de travail." "Conte est toujours là au bord du terrain à encourager chaque joueur à travailler. Si je regarde autour de moi, je ne vois personne se lamenter, tout le monde fait de son mieux." "Pour moi, c’est quelque chose de spécial, car souvent mes entraîneurs étaient entrain de vanner, tu n’y arriveras pas. Mais avec lui sur la ligne de touche, tu as toujours un plus, il t’encourage à faire plus. Il est très dur, comme vous pouvez l’imaginer, mais aucun joueur ne veut abandonner car lui te donne la force d’aller de l’avant. "Cela se voit sur l’intensité que nous mettons sur le terrain, nous sommes l’équipe qui avons le plus couru, nous nous créons de nombreuses occasions et nous avons une grande défense, nous n'abandonnons jamais jusqu’à la dernière seconde. C’est très beau à voir et pour moi, tout mon potentiel y est exprimé “. Conte fait-il parti de ceux que vous ne voulez pas décevoir ? "Non, absolument pas, je lui ai dit ouvertement. L’entraîneur te dit en face si tu fait de bonnes choses ou si tu te plantes. Je me rappelle face au Slavia Prague, lorsque j’avais mal joué, il est venu me le dire en face, devant tout le monde. Cela ne m’était jamais arrivé dans ma carrière, jamais." Balance-t-il des choses ou frappe-t-il dans des choses dans le vestiaire ? "Non, il m’a simplement dit que j’avais fait des choses honteuses et qu’il m’aurait remplacé après 5 minutes si je continuais de la sorte. Ce sont des petites choses. Ensuite, nous avons joué le Derby face au Milan et j’ai réalisé l’une des meilleures partie de la saison. Cela a renforcé notre confiance et en même temps, cela m’a réveillé. Il est ainsi avec tout le monde, il s’en fou de qui tu es, nous sommes tous égaux. Si tu t’entraînes durement, si tu travailles durement, alors, tu seras aligné. Si tu ne fais pas ce qu’il te dit, tu ne joues pas. Nous savons ce que nous avons à faire pour avoir son respect." Comment te sens-tu le plus dangereux ? "Je crois pouvoir marquer des deux pieds et de la tête. Lorsque je reçois un centre, je suis très dangereux. Lorsque il y a du mouvement autour de moi, comme ici ou avec la Belgique, je sais mieux m’exprimer car je peux créer ou être prêt à me préparer pour être à la réception de la dernière passe." "Avec l’Inter, je joue dans un système qui fait que tu dois te trouver à la bonne place au bon moment et si tu y parviens, tu as des occasions. C’est différent avec la Belgique, j’ai plus de liberté, mais j’ai plus de joueurs à mes côtés avec le 3-4-3." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Si Samir Handanovic est le Capitaine de l’Inter, le brassard étant solidement attaché à son bras, Antonio Conte a, selon Sport Mediaset, défini Romelu Lukaku comme son "Sergent", son "Captain Spirit" à l’intérieur du vestiaire de l’Inter ! Des concepts fondamentaux lui ont été formulés : Lukaku devra guider les nouvelles recrues en provenance de la Premier League, Young en premier. Il devra également contribuer à agir tel un "grand frère" pour Sebastiano Esposito, en compagnie de Lautaro Martinez. La Lula devra contribuer à la croissance du jeune et talentueux bijoux de l’Inter, qu’Antonio Conte en personne, à retiré du Mercato ! A présent, il y a lieu d’analyser sous un nouveau jour les déclarations de Romelu lors du repas qui s’est tenu ce mercredi 22 janvier 2020 dans un restaurant milanais : "Mes frères, mes garçons, mes amis, mes compagnons d’équipe"... Des mots qui peuvent à présent raisonner différemment dans l’esprit de tout à chacun. Un Captain Spirit qui démontre également l’atmosphère bénéfique que l’on peut respirer à Appiano Gentile. Gageons que l’attribution de ce brassard virtuel, de ce rôle de grand frère, ravira au plus haut point Mauro Icardi. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Le journal anglais s’est livré sur l'arrivée de Romelu Lukaku et celle à venir de Christian Eriksen, n’hésitant pas un seul instant à les catégoriser comme des joueurs en fin de carrière... Amertume quand tu nous tiens Le Daily Mail digère donc mal le départ de figures importantes de son championnat vers la Serie A et surtout vers l’Inter : "Eriksen, Ashley Young, Giroud et Lukaku sont comme des joueurs en fin de carrière : prêts à passer leurs derniers jours de leurs carrières dans un "vieux championnat"." Une déclaration choc lorsque l’on sait qu’Eriksen a 27 ans et Lukaku 26 ans. "L’Italie est devenu ce lieu où les stars décident de finir leurs carrières : Romelu Lukaku, Alexis Sanchez, Christian Eriksen, Ashley Young et Olivier Giroud n’ont pas seulement en commun de susciter l’intérêt de l’Inter. Non, ils n’étaient pas les premiers choix de leurs précédents club. Sauf peut-être Eriksen s’il n’avait pas eu la tête et ses pensées concentrées à un futur loin de Tottenham, qui peut être expliqué par la qualité des Grands de la Serie A." "C’est devenu le lieu où les stars sur le déclin viennent finir leur carrière : La Premier League d’il y a 25 ans !" Comment dit-on l’avoir mauvaise en anglais ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Sebastiano Esposito s’est livré à Dazn sur ses débuts pros à l’Inter: "Je dois commettre le moins d’erreurs possibles car je suis très exposé. Les interviews sont belles, je raconte mon passé et mes rêves. Parler comme un joueur me vient spontanément, mais je ne dois pas me planter, je dois m’exprimer sur moi-même, mais toujours dans les limites." Ton premier poste ? "J’avais 12 ans, c’était mon premier tournoi avec l’Inter. La partie s’était terminée avec un doublé d’Esposito J’ai dédicacé un but à ma maman, je le fais toujours. Ma mère est très importante. Lorsque j’étais petit, je savais que j’allais grandir rapidement, je n’étais pas un garçon comme un autre. Jouer à l’Inter n’est pas à la portée de tous, j’ai dû me sacrifier mais j’ai aussi connu de grandes satisfactions." Quel âge as-tu ? "Je ne nie pas lorsque quelqu’un me dit que j’en fais trois de plus." Les tatouages ? “J’ai une phrase D’Annunzio : Je suis en avance. Être le fils d’un footballeur ne te crée pas de pression, mon père a fait même plus en tant qu’entraineur. Lui a vécu le Calcio et il ne m’a jamais mis la pression. J’en ai toujours été écarté. Et aujourd’hui aussi, il ne me met pas la pression, il me conseille uniquement sur le type de personne que je dois être en dehors." Le Scudetto ? "Je ne sais pas ce que cela signifie…Il rit, je garde les pieds sur terre." Le Meazza ? "Je l’avais connu précédemment d’une autre façon, ensuite à ma façon et cela change tout." L’ambiance ? "Il n’y a pas de place pour le silence sur le terrain. Tu entends un Tifoso et tu ressens une pression extraordinaire. Tu rentres chez toi avec une valise d’émotions incroyables. C’est difficile à expliquer, c’est une sensation extraordinaire, quelque chose dont rêve un jeune de 17 ans... A long terme, il faut y passer, mais tu ne dois pas te laisser submerger par la pression." Les tifosi ? "J’ai 17 ans et ils viennent m’accoster!" Le penalty ? "J'ai entendu les tifosi, j’espérais que peut-être Lukaku m’aurait donné le ballon. Si j’avais pensé à la combinaison des trois éléments : Que Lukaku me donne le ballon, que je le prenne au Meazza, je ne l’aurais jamais tiré. Ma première idée était de tirer au centre, mais j’ai vu que Radu était aussi tenté, il était bien au centre. Ensuite, il a plongé." L’accolade avec maman ? "Elle a eu lieu ensuite, j’étais invité à la Sky Box. Après le premier but de Lukaku, j’étais surpris, je me demandais ce qu’elle faisait là-bas, car je n’en savais rien. A mes débuts, lors des premiers matchs, je n’étais pas titularisé. Je lui avait dit de ne pas venir et d’attendre que peut-être quelque chose se passe. Elle m’a écouté et j’ai commencé à jouer. Je vis en Internat, je ne la vois que très peu." Lukaku ? "Nous parlons en italien, il l’a immédiatement appris, c’est appréciable. Il m’a toujours aidé. Il m’a marqué car il me connaissait déjà, je ne sais pas comment. Il m’a dit qu’il m’avait observé lors de l’Euro U-17. Il m’a pris sous son aile dans le vestiaire et un rapport est né entre nous dès les premiers amicaux." Conte ? “Il donne de lui-même, Il est bon pour donner le bâton et la carotte. De l’extérieur tu crois qu’il n’y a que des coups de lattes, mais ce n’est pas comme ça. Il y a des moments où tu dois être stimulé et d’autres moments où tu te dois d’être secoué, réveillé." La chose la plus belle qui peut m’arriver ? "Que mes rêves deviennent réalité, mais il est difficile d’avoir les yeux fermés et de les obtenir. Il faut tellement de sacrifices, pédaler tellement. Et c’est difficile qu’avec deux pieds. Mes rêves les plus précieux, je me les garde pour moi." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Romelu Lukaku s’est offert à lui seul Cagliari en Coupe d’Italie. Auteur du but le plus rapide de la compétition, en à peine 21 secondes, il aura inscrit un second but injustement refusé pour un hors-jeu fantôme. Partie remise à la 22ème ou Borja Valero, dans le petit rectangle offre le 2-0 à l’Inter. A la reprise, Big Rom fait parler la poudre en inscrivant son second but de la tête à la 49'. Si Cagliari parvient à réduire la marque par Oliva à la 73’, Ranocchia mettra un terme à la fête à la 81’. Place à présent au déplacement à Lecce avant de rencontrer à nouveau les Sardes à Milan. L’Inter, au tour suivant, affrontera le vainqueur de la rencontre opposant la Fiorentina à l’Atalanta. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 4-1 Cagliari Buteur(s): 26”Lukaku, 49’ Lukaku (I), 22’ Borja Valero (I), 73’ Oliva (C), 81’ Ranocchia (I) Inter: 1 Handanovic; 2 Godin, 13 Ranocchia, 37 Skriniar; 19 Lazaro, 23 Barella, 77 Brozovic (70’ 12 Sensi), 20 Borja Valero, 21 Dimarco (78’ 34 Biraghi); 7 Sanchez (69’ 30 Esposito), 9 Lukaku Banc: 27 Padelli, 46 Berni, 6 de Vrij, 10 Lautaro Martinez, 31 Pirola, 32 Agoume, 87 Candreva, 95 Bastoni T1: Antonio Conte Cagliari: 90 Olsen; 24 Faragò, 40 Walukiewicz, 19 Pisacane, 22 Lykogiannis; 18 Nandez (80’ 14 Birsa), 17 Oliva, 21 Ionita (80’ 10 Joao Pedro); 29 Castro (46’ 6 Rog), 4 Nainggolan; 9 Cerri Banc: 1 Rafael, 28 Cragno, 8 Cigarini, 15 Klavan, 33 Pellegrini, Simeone T1: Rolando Maran Arbitre: Chiffi Var: Di Paolo Averti(s) : Lykogiannis (C), Godin (I), Sensi (I) Expulsé(s) : / Affluence : 28 914 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...