Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ronaldo'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

8 résultats trouvés

  1. Au cours d'une longue interview accordée au Guardian, Ivan Zamorano a rappelé son expérience de cinq saisons à l'Inter : "Le numéro 1+8 ? L'idée est née lors de l'arrivée à l'Inter du meilleur joueur du monde. J'ai dû lui céder le numéro 9. Je n'ai pas eu l'occasion de jouer avec beaucoup de brésiliens mais j'ai joué avec le meilleur de tous, Luis Nazario de Lima Ronaldo. C'était le meilleur de tous ceux avec qui j'ai joué. Le seul domaine où il n'excellait pas est celui où j'étais le meilleur : les buts de la tête. Il n'a pas souvent marqué de la tête mais pour tout le reste il était complet. Pied droit, pied gauche, puissance, technique, magie ! Il avait tout pour lui. Il était encore meilleur à l'entraînement que pendant les matchs. C'était un phénomène." Le numéro 1+8 "Avec l'arrivée de Ronaldo et Roberto Baggio, les numéros 9 et 10 étaient pris. Le DS Sandro Mazzola me conseilla de choisir deux chiffres dont la somme fait 9. J'ai demandé : "Je peux mettre un signe + ?" Il m'a répondu de ne pas le faire. J'ai dit: " Pourquoi pas? Demandez la permission !" J'en ai ensuite parlé avec Moratti et il en a discuté avec la Ligue Italienne de football. C'est ainsi que j'ai commencé à jouer avec le 18, 1+8, je n'ai pas perdu mon numéro." "C'était une grande Inter, nous jouions avec le cœur. Nous avons gagné une Coupe de l'UEFA. Nous avons aussi atteint deux finales, une gagnée l'autre perdue. Nous avons surtout créé l'essence d'un club, quelque chose qui appartient aux tifosi. J'ai eu l'honneur de jouer avec Ronaldo, Vieri, Baggio, Zanetti, Bergomi, Paul Ince... " ®Samus - internazionale.fr
  2. Présent à un évènement organisé par les Inter Club Pugliesi, Francesco "Checco" Moriero a raconté les étapes de sa carrière qui a atteint son apogée à l'Inter : "Après 6 ans à Lecce avec Mazzone, je débarque à Cagliari toujours avec Mazzone et ensuite à la Roma. Trois ans après j'étais en discussion avec une équipe anglaise quand mon téléphone sonna et au bout du fil il y avait Galliani qui m'invitait au Milan. J'ai donc signé pour les rossoneri, effectué les visites médicales et la présentation. Et il y a eu cette transaction entre les deux clubs." "J'arrive à l'Inter avec un seul souci : Zanetti jouait à droite, comment pourrais-je bien jouer ? Le groupe était fantastique, dès le premier jour du ritiro. Cela se voyait avant l'entraînement nous mangions tous ensemble. Il y avait Ronaldo, Zamorano, Winter, Simeone, West, Djorkaeff. Simeone était le leader, un grand leader. J'ai eu la chance de porter ce maillot grâce à Zanetti qui, humble comme il est, a accepté de céder son côté droit à un autre joueur pour le bien de l'Inter. Nous avions l'Inter dans le cœur. Quiconque a vécu cette aventure sait ce qu'est l'Inter." ICARDI "Si le club décide qu'Icardi doit rester, les tifosi soutiendront Icardi. Je ne sais pas ce qui a bien pu se passer mais quiconque porte ce maillot doit toujours être encouragé et vous savez, les gens parlent beaucoup... S'il souhaite vraiment rester il le prouvera par des faits. Et Conte est assez intransigeant sur les règles, c'est ce qui fait sa force. Ceux qui arriveront à l'Inter savent déjà à quoi s'attendre. Antonio se comportait ainsi quand il jouait et possède la même ligne de conduite aujourd'hui qu'il entraîne, c'est l'homme idéal pour faire gagner l'Inter. Il est différent de Marcelo Lippi. C'était un excellent coach mais Conte a la gagne en lui. Il mourra au premier entrainement pour ce maillot. Et je ne dis pas ça parce que c'est un ami et qu'il est lui aussi de Lecce ! Quand il entrera dans San Siro il se rendra compte de ce qu'est l'Inter, ce sera un nouveau Conte. Son caractère sera encore plus exacerbé, il sera déchaîné." Justement parlez-nous d'Antonio Conte : "C'est mon frère. Nous avons commencé à jouer ensemble à six ans. Antonio a été une référence pour nous, plus jeune, c'était un grand professionnel. Il n'hésitait jamais à aller au contact. Quand il a commencé avec les équipes de jeunes il a subi deux fois une fracture tibia-péroné, mais il s'est toujours relevé et a fini à la Juve. C'est l'un des meilleurs entraîneurs du monde, avec énormément de cœur. Lorsqu'il porte un maillot, il donne tout pour ces couleurs. J'ai entendu des gens parler parce qu'il a été à la Juventus... etc, oubliez ça. Lorsque le moment sera venu, il les malmènera aussi. En tant que leccese (les deux sont nés à Lecce) il est allé entraîner à Bari, sans se préoccuper de la rivalité. C'est un vrai professionnel. Je suis content qu'il soit à l'Inter, il fera du bon travail. C'est normal qu'il ait une équipe forte à diriger, c'était trop douloureux de souffrir comme nous l'avons fait. Le dernier match du championnat, je n'ai même pas pu en voir la fin mais heureusement, cela s'est bien passé. Le premier coup de fil que j'ai passé était à Zanetti, je lui ai dit que je n'en pouvais plus de souffrir ainsi ! Il a rit, pour lui aussi cela a été tellement dur." Qu'avez-vous pensé du cas Nainggolan ? "J'ai aussi fumé, ce n'est pas un problème. Mais porter un tel maillot, ce n'est pas donné à tous. Tout le monde ne peut pas l'endosser, il "pèse". La direction va faire de nouveaux achats et nous reviendrons vers la victoire. A mon époque il y avait des gars comme Pirlo, Cauet, Ventura, Ze Elias qui n'étaient pas spécialement sous la lumière mais qui mettaient tout leurs cœurs. C'était une équipe heureuse, enthousiaste. Bergomi c'est quelqu'un que l'on pouvait voir pleurer pendant l'hymne, et se re-concentrer aussitôt. Nous étions une bande d'imbéciles heureux. Cependant nous étions un groupe très fort. Lors de la finale de l'UEFA contre la Lazio, le coach me laisse sur le banc et je ne comprends pas. Je demande au coach pourquoi et il me répond "Tu comprendras." - Alors que nous sommes en train de gagner il me dit "Checco va aider Ronaldo à marquer." - Je rentre et ça se fait. Ronaldo fait un tour de rein à Marchegiani... C'était une équipe d'hommes avant tout. Moratti dit que cet Inter est resté dans son cœur, il nous a toujours appelé. C'était un grand président et une grande personne." Quel joueur vous ressemble le plus ? "Personne, chacun a ses propres caractéristiques." SIMONI "Il a été comme un père avec moi, c'est un grand interiste. Parmi tous les nullards, il m'a choisi. Mazzola m'a appelé pour me dire de venir à l'Inter. Je n'y ai pas réfléchi plus d'une seconde et j'ai accepté. Pour son limogeage après le 2-2 du derby il y avait déjà des rumeurs. Ce match nous l'avions joué pour lui, c'était un honneur. Après les victoires contre la Reggina et le Real Madrid, nous sommes allés voir Moratti mais il a sorti "Merci mais j'ai décidé." - Ensuite s'en est suivi beaucoup de coachs et une année désastreuse. Nous voulions Lippi juste après Simoni." RONALDO "Un jour lors d'un rassemblement Simoni entre dans le vestiaire et dit "Nous sommes tous pareils sauf un." C'était Ronaldo. Un joueur qui arrivait en premier et qui repartait le dernier. C'était quelque chose d'incroyable, je l'ai vu sur le terrain. A l'entraînement il faisait des merveilles. Pour devenir un champion comme lui vous devez faire beaucoup de sacrifices. Je remercie Dieu d'avoir pu jouer à ses côtés. La saison suivante l'Inter a pris Baggio de ce fait cet Inter avait des joueurs qui étaient comme des fous sur le terrain. Si vous n’êtes pas une équipe dans le vestiaire, vous ne pouvez pas gagner. Vous devez trouver des joueurs qui donnent tout." Une anecdote ? "Je me souviens d'un voyage à Moscou, un froid absurde. Ronaldo s'approche et me dit "On parie que je marque deux buts ?" Je ne vous dirai pas ce qu'il pariait, mais il a marqué deux splendides buts. Ce soir là seul un grand champion pouvait faire la différence." RONALDO vs IULANO "Regardons vers l'avant, on nous a appris à respecter le football. Ça fait mal parce que nous aurions gagné à 100%. Dans le football, il faut toujours un perdant et un gagnant mais nous aurions dû gagner et ça toute l'Italie le sait. On peut commettre des erreurs mais au moins il faut avoir l'humilité de les admettre. Cette année l'Inter aura une grande équipe." Et pour clore comment ne pas parler de sa magnifique chevauchée contre à Piacenza : "Tous ceux qui suivent l'Inter savent que c'est un but important mais aussi très beau. Juste avant le coach me criait "Checco passe la balle !" J'ai donc décidé de tous les dribbler. Alors il pouvait me remplacer." ®Samus & gladis32 - internazionale.fr
  3. Aujourd’hui Luigi Simoni, dit Gigi Simoni fête ses 80 ans. Entraîneur de l’Inter ayant remporté la Coupe de l’UEFA 1997/1998, ce dernier est revenu sur son amour pour l’Inter, sur son parcours interiste marqué au fer rouge par l’épisode Iuliano/Ronaldo et sur l’Inter actuelle. "Mon premier amour était le Grand Torino que j’ai vu enfant avec mon père. De plus, j’avais joué au Toro avec Meroni, il m’appelait Luigi D’Oro, c’est la raison pour laquelle je garde toujours une sympathie pour le Toro, de plus Cairo a toujours été très amical avec moi et il y a Petrachi mon ancien joueur qui est très brave. Mais je suis un vrai Tifoso de l’Inter, mon grand amour professionnel. Pour tous les tifosi, je serai toujours l’entraîneur de l’Inter." Pourtant cela s’était mal terminé avec l’Inter… "Je ne m’attendais pas à être remercié. Moratti a tout de même reconnu avoir commis une erreur et nous avons gardé de très bons contacts, c’est aussi parce qu’il s’agit d’une personne splendide. A Noël, il m’a envoyé un Panettone énorme avec ses vœux." Votre plus beau souvenir reste la Coupe de l’UEFA ? "Seulement au niveau sportif, car j’étais très amer dans les vestiaires suite aux rumeurs qui circulaient sur la possible arrivée de Zaccheroni. C'est pour ça que je ne suis sur aucune photo de fêtes. Au niveau personnel par contre, le plus beau souvenir reste l’ovation reçue par les Tifosi au Meazza, tous sont venu m’applaudir lors de mon premier retour avec Piacenza au stade. Moratti m’a même dit que personne d’autre n’avait connu un tel accueil." Comment vous êtes-vous retrouvé à Piacenza ? "J’avais été contacté par Del Sol pour entraîner Séville et Erickson m’avais contacté pour Benfica. Peut-être que j’aurais pu devenir le Chef de Mourinho à ce moment-là, mais j’ai refusé pour des raisons personnels, je préféré reprendre à Piacenza…." Avez-vous évacuer cette rage pour le pénalty non sifflé de Ceccarini sur Ronaldo ? "Je resterai toujours marqué, c’est aussi dû au fait que Cecarrini répète qu’il avait vu juste." Avez-vous eu encore des contacts avec lui ? "Non. Et même lorsque nous nous sommes retrouvé ensemble lors d’une cérémonie, je suis allé le saluer et il a fait semblant de ne pas me reconnaître." Ronaldo ? "C’est le plus fort que j’ai entraîné, j’ai conservé son maillot en l’état, rempli de boue après son doublé à Moscou. Mais je n’oublie pas West qui m’envoi encore des tortues en bois." Quand recomptez-vous voir une Inter Da Scudetto ? "J’ai peu d’espoir, car c’est aussi une équipe qui peut battre n’importe qui et qui peut aussi perdre face à n’importe qui, comme faire seulement un point sur six sur deux confrontations face au Sassuolo." Aimez-vous Spalletti ? "C’est un bon entraîneur, mais j’ai parfois du mal à le comprendre." Qui voudriez-vous voir, à l’avenir, à son poste ? "Simeone serait l’idéal, c’est d’une toute autre catégorie. Je l’ai eu comme joueur et je savais déjà qu’il avait ce profil, celui de s'enseigner des méthodes de travail de tous ses entraineurs. Je n’en ai jamais connu un autre pareil que lui." Le fait qu’Icardi est muet peut-il être conditionné par son contrat ? "Je ne crois pas car il est fort sur et hors du terrain. Comme attaquant, il n’a pas de rival et il mérite de rester à l’Inter, même s’il me semble que cette tractation semble un peu compliquée." Bon anniversaire Gigi ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Ce vendredi, la Juventus et l'Inter s'affronteront pour le Derby d'Italie. Une rencontre qui rappelle toujours ce fameux match de 1998, avec le penalty non sifflé sur Ronaldo après un contact avec Iuliano. Salvatore Fresi, ex-défenseur de l'Inter est revenu dessus. Vendredi, il y a Juve-Inter, pas de surprise ou les nerazzurri ont quand même des chances de victoires ? "Pour l'Inter ça peut être le match référence qui relance le championnat. La Juventus est bien sûr favorite et une victoire lui assurerait à 60-70% le trophée. C'est une équipe compacte avec, cerise sur le gâteau, Ronaldo". Comment faire pour battre cette Juve ? "Je les attaquerais très haut, il faut empêcher le milieu Bianconero de développer son jeu, et cela part toujours de Pjanic." Vous étiez un des titulaires côté nerazzurro lors de Juve-Inter en 1998 avec le fameux épisode Iuliano-Ronaldo. 20 après qu'en pensez-vous ? "Énormément de regrets parce que tous nos sacrifices consentis se sont révélés vains." Vous sentez vous lésé ? "Bien sûr. Il y a eu d'autres épisodes lors de ce championnat, nous méritions le scudetto." Y a t-il eu des explications avec l'arbitre Ceccarini ? "Personne n'a réussi à lui parler, nous avons tous quittés le terrain furieux." Après votre passage à la Juve avez vous remarqué un traitement différent de la part des arbitres ? "Peut-être qu'ils étaient conditionnés lorsqu'ils arbitraient contre la Juventus parce qu'en faisant des erreurs défavorisant la Juve, ils risquaient leur carrière." Vendredi M. Fresi supportera la Juventus ou l'Inter ? "Je suis interista à 100% alors..."
  5. Ronaldo légende de l'Inter Milan évoqué la possibilité que Luka Modric quitte le Real Madrid pour rejoindre les Nerazzurri. L'Inter peut-elle signer Luka Modric ? ''Je ne sais pas, nous verrons'' a déclaré Il Fenomeno dans une interview accordée à Sky Sport. "Le marché des transferts est étrange mais comme toujours, Forza Inter. En Espagne, le marché se clôture le 31 août, nous devrons donc attendre et voir ce qui se passera. Toutes les équipes se renforcent, tout comme l'Inter. " Un mot sur le transfert de Cristiano Ronaldo à la Juventus ? Le Brésilien, considéré comme l’un des plus grands joueurs de football de tous les temps, a ensuite évoqué l’arrivée de Cristiano Ronaldo à la Juventus. Ce transfert pourrait (re)propulser le football italien sur le devant de la scène. "L'arrivée de Cristiano Ronaldo est une très bonne chose car le football italien n'a pas passé de bons moments récemment", a conclu Ronaldo. Rheyou Diamweli - Internazionale.fr
  6. Matteo Marani s'est livré sur le Derby d'Italie, en soulignant le travail accompli par Luciano Spalletti , qui a été en mesure de se remettre de la crise des résultats et de permettre à l'Inter de réaliser un championnat très positif: "Les défaites face à Madrid et face au Napoli ont marqué violemment la Juventus, je pense que, dans son environnement actuel, il y a trop d'émotivité et trop de critiques. C'est le week-end où le Scudetto peut se décider. La Juve va avoir droit à un match très compliqué face à une Inter, qui aura toutes les intentions de stopper net les espoirs des Bianconeri." "L'Inter se redresse, les statistiques le prouvent. Elle n'avait plus engrangé autant de points depuis des années et cela montre le travail effectué par Spalletti, qui au début de la saison est allé, bien au-delà des attentes, en trompant tout le monde. Ensuite, il y a eu une crise de résultats, mais Luciano s'est montré apte à remodeler l'équipe et mettre de côté, ceux qui avaient été recruté à sa demande, sur le Mercato, à savoir Borja Valero et Vecino." "Luciano a préféré se concentrer sur Brozovic, qui est, peut-être aujourd'hui, le joueur le plus complet de l'Inter. Son duo avec Gagliardini était excellent, mais avec la blessure de l'italien, l'Inter a perdu quelque peu de sa superbe. L'Inter, non sans effort, fait de son mieux pour jouer et faire des résultats et c'est évident que des joueurs comme Icardi et Perisic sont fondamentaux." "Je me mets à la place des fans de l'Inter: Quoi de plus beau que de prendre le Scudetto à la Juventus, 20 ans après l'épisode Ronaldo-Iuliano. Ce sera un match très dur, plus difficille que les précédents Derby. Le travail de Spalletti n'a pas été facile car travailler à l'Inter est compliqué, quand les choses tournent mal, la pression est toujours plus forte que dans d'autres clubs." "Je pense que Roma et Lazio sont supérieurs, mais les Nerazzurri sont là. L'entraîneur a maintenu une continuité, il a toujours orienté l'équipe avec son schéma. Rafinha était l'une des clés, il est le liant du jeu interiste... Si des buts doivent tomber, je m'attends à ce que ce soivent d'autres joueurs qu'Icardi et Perisic." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Les célébrations du Hall Of Fame, pour les 110 ans de l'Inter, ont couronné Ronaldo en qualité de meilleur attaquant. Ce dernier s'était livré à un discours de remerciement qui laisse s'entrouvrir une guerre vieille de 20 ans... Ronaldo est le premier attaquant à entrer dans le Hall of Fame des nerazzurri, un prix décerné par Bedy Moratti "C'est un grand honneur pour moi d'être ici, c'est très excitant. Je tiens à remercier ceux qui ont voté pour moi, mais surtout Massimo Moratti, mon "père", toute sa famille, pour m'avoir amené ici, où j'ai grandi et où je suis devenu le Fenomeno, comme ils m'appellent." "Je remercie aussi la famille Pirelli qui m'a toujours aidé et qui était toujours proche de moi. A mon époque, nous avons combattu toutes les équipes et suite à la découverte d'un système corrompu, nous avons tous découvert qu'à l'époque nous aurions mérité plus de victoires." "Je voulais remercier les générations qui me précèdent, Mazzola, Corso, tous mes amis, Berti. Celui-ci était l'un des premier à me venir en aide, lors de mon arrivée en Italie, il m'a fait me sentir chez moi. Cette génération, celle qui m'a précédé, m'a fait devenir ce que je suis devenu, ils étaient des références, nous devons continuer l'histoire et l'histoire doit continuer. Je remercie les tifosi de l'Inter qui ont pleuré avec moi, qui se sont réjouis mais surtout ceux qui ont souffert avec moi durant cette période où j'étais blessé, une période dont je suis ressorti grandi." Ca pique ! Ce discours destiné à l'Inter et à ses tifosi a "chatouillé" un joueur en particulier, Mark Iuliano, défenseur de la Juve lors de la saison 1997-1998. Cette année-là, le Derby d'Italie allait rentrer dans l'Histoire, et déjà ternir le Calcio. Voici les déclarations de l'ancien juventine sur Radio Sportiva "Ronaldo est un gars exceptionnel et encore plus lorsqu'il parle de l'Inter, il le fait avec le cœur. La Juve était la meilleure de toutes les équipes, sur et en dehors du terrain." Un système corrompu ? "Je ne sais pas ce que Ronaldo voulait dire, mais à cette époque, la Juventus n'était pas la seule aux commandes, elle avait "sept soeurs" et les équipes italiennes étaient les meilleures équipes du monde. C'est facile de parler de la relégation de la Juve, car pour certaines choses, la mémoire est longue, tandis que pour d'autres, la mémoire est plus courte.' 'De Milan ou d'ailleurs, plus ou moins toutes les équipes ont connu des problèmes. En tout cas, en tant qu'homme de football, je ne me suis jamais soucié de la politique de ce dernier." Ça démange encore docteur Iuliano s'est à nouveau livré au CorriereTV : "Je suis désolé parce que Ronaldo et moi avons été protagonistes, des acteurs involontaires d'une action que l'on voit tellement. C'était une rencontre importante, mais je ne pense pas que nous puissions discuter de la puissance de cette Juve par rapport aux autres équipes." La VAR ? "En Angleterre j'ai vu les mêmes soi-disantes fautes et personne n'en a fait une histoire. Laissons la Var de coté." Ronaldo parle de système corrompu... "Nous avons toujours gagné par le mérite, nous avions l'équipe la plus forte et nous l'avons prouvé à chaque fois, nous avons travaillé plus que les autres. Nous étions l'équipe au grade le plus haut, nous étions toujours ensemble hors du terrain." Il y a aussi l'altercation avec Cuper... "Il pensait être mon ennemi, ensuite il y a eu le 5 mai puis plus rien, nous avons fait notre travail, l'Inter le sien. Cuper est venu me voir après l'entraînement et m'a dit : "tu m'as fait perdre beaucoup d'argent". Je lui ai dit: "Monsieur, c'était de votre faute". Vous aviez un stade Nerazzurri, même les fans de Lazio vous ont acclamés." L'avis de l’entraîneur Nerazzurro en 1998, Luigi Simoni, qui s'est livré à Radio Kiss Kiss Napoli en revenant sur ce Juventus-Inter de 98 qui mettait en vedette Ronaldo et Mark Iuliano : "S'il y avait eu la VAR à l'époque de Iuliano-Ronaldo? Cela se serait mal déroulé, car Ceccarini aurait probablement essayé de l'éviter, mais je suis absolument favorable à l'utilisation de la technologie. Tout le monde est convaincu que cet épisode, avec l'aide des images, aurait été évalué différemment." La vidéo de l'action Penalty flagrant refusé pour l'Inter, sur le contre penalty généreux pour la Juve 20 ans plus tard, cette histoire fait encore couler beaucoup d'encre... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Invité de l'évènement organisé par un Inter Club sur Milan, l'ancien entraineur Gigi Simoni revient sur quelques anecdotes et son parcours à l'Inter. "Avec Ronaldo nous avions fait un pari. Il voulait me raser les cheveux si nous gagnions la Coupe UEFA. J'étais convaincu que nous allions la perdre donc j'ai accepté. Au final il avait la paire de ciseaux dans sa main mais au dernier moment il ne l'a pas fait. Je l'en remercie encore, c'était une bonne chose... D'ailleurs il était le seul footballeur de l'équipe à être autorisé à boire du Coca Cola, ça n'avait pas d'incidence sur lui." Inévitablement le championnat et la Juventus reviennent... "Il y avait une main qui régissait tout, comme une main de pantin. La Juventus était au pouvoir et il y a eu trop d'erreurs dans ce championnat. Ce n'était pas normal. Si nous continuons de parler de l'épisode Iuliano/Ronaldo après tant d'années c'est qu'il y a une raison. Qu'en est-il de l'arbitre Piero Ceccarini ? Et bien il dira peut être "J'ai peut être eu tort, j'ai dû prendre ma décision rapidement". Pour moi le pénalty était là, bien présent. Le titre 2005/06 ne rattrape pas celui perdu de 97/98. Maintenant la pilule est passée, s’apitoyer est inutile. Il faut de nouveau gagner ce championnat, il faut peut être demander à la Juventus comment ils font. J'ai pardonné à Massimo Moratti. C'était une équipe merveilleuse et facile à diriger. C'est un grand homme je l'aime beaucoup. Je le pardonne." ® gladis32 - internazionale.fr
×
×
  • Créer...