Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'samir handanovic'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

33 résultats trouvés

  1. "Nous n’avons réalisé que 5 journées, il faut rester calme. L’entraîeur a tout pour faire de belles choses et pour continuer ce si beau début. " Francesco Toldo s’est livré au Milano Calcio City, sur l’Inter actuelle Les recrues ? "Il faut éviter des jugements personnels car ils sont tous talentueux, aucun n’est supérieur à un autre. Ensuite, il est évident que Sensi a la capacité de faire tourner l’équipe d’une façon remarquable. Mais il ne faut pas rentrer dans les comparaisons, chacun a sa personnalité, et c’est divertissant de les voir jouer." Qu’est-ce qui a changé comparé aux années précédentes ? "Ce qui a changé, c'est le temps de programmation, les ressources pour y parvenir et avoir les hommes justes. Je ne dis rien mais..." Le Scudetto est possible? "Nous venons à peine de débuter la saison, c’est une demande inopportune." Handanovic a égalé Julio Cesar avec 300 présences sous le maillot Nerazzurro. Il n’a encaissé qu’un but, c’est une statistique de fou… "Je le dis depuis 7 années, même lorsque l’Inter n’était pas en tête du championnat. Handanovic a toujours été sous-estimé. C’est juste de lui avoir donné le brassard de Capitaine. Non par manqué de mérites des autres, mais pour son mérite à lui. Il aurait déjà dû l’avoir avant, c’est un garçon avec tant de qualité." Le Saviez-vous ? Samir Handanovic a été victime d’un vol de voiture. Alors qu’il était présent lors du match opposant l’Inter à la Lazio, son véhicule avait été volé dans le quartier San Siro. Son véhicule, selon Affariitaliani.it a été retrouvé ce matin par la police à la Via Pisanello, non loin de la Scala du Calcio. L’opération a été rapide, moins d’un jour et demi, étant donné que le dispositif de localisation installé sur le véhicule de Samir a permis de le tracer et donc de le retrouver. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Présent sur la tribune du Triennale de Milan, l’ancien président de l’Inter, Massimo Moratti, s’est livré à un échange dont il était le sujet principal. Le nom du thème étant plus qu’évocateur ‘Tutti gli uomini del Presidente’: Il y a dix ans, vous débutiez le parcours de l’Inter vers le Triplé. Au jour d’aujourd’hui que retenez-vous de cette saison ? "C’est l’adrénaline qui te conditionnes sur la façon de penser au futur, elle qui te permet de te rendre compte que ce que tu as fait est quelque chose d’exceptionnel...D’avoir rendu tant de personnes heureuses." Quel était votre état d’esprit durant ce mois de mai 2010 ? "Je me félicite moi-même, il rit, Certaines choses présentent dans mes bureaux me font m’en rappeler. C’était une période de grande fierté et c’était sans aucun doute de la satisfaction. Et plus le temps passait, plus cela allait plus loin que de la simple satisfaction. Je me rappelle de toute les personnes avec qui j’ai travaillé, Mourinho, les joueurs…" Avez-vous encore des contacts avec ce groupe ? "Avec les joueurs oui, nous avons un Chat, c’est quelque chose de très bien. Nous restons encore en contact et c’est une belle confidence: Je ne fais pas partie de ce Chat pour incapacité, mais je suis souvent en contact avec quelques joueurs, lorsque l’on se rencontre ils restent très affectueux. Je suis resté très marqué, il n’y a aucun sentiment particulier si ce n’est qu’une très grande affection, c’est quelque chose de sympathique." Lors de la remise des Prix à Monaco l’été suivant, tous ont remercié Moratti, comme si vous étiez un père.... "Ce fut une très bonne année. Par après, il n’y avait pas eu de bonnes relations avec l’entraîneur initial et lorsque Leonardo est arrivé, nous sommes arrivé second et avions remporté la Coupe d’Italie. Pour un grand nombre d’entre eux, comme Eto’o, je suis encore appelé Papa." "Je me rappelle de Kalilou Fadiga, qui n’est resté qu’un jour, car il avait dû arrêter sa carrière suite à un problème au cœur, il était si gentil. Ensuite, il y a aussi l’arrivée de Materazzi et lui aussi me demandait certaines choses: Il avait compris qu’il faisait partie d’une famille et il a tout donné, c’est aussi une attitude sentimentale. Parfois les plus beaux succès sont obtenus avec plus de froideur, mais à l’Inter, c’était l’opposé." Percevez-vous l’amour des tifosi qui vous considère comme ‘Il Presidente" ? "Oui, Je ne suis pas très modeste, mais oui. C’est si beau, je suis très sincère, dans le passé ou actuellement, je suis toujours touché par ces marque de grandes affections. Lorsque certains m’appelle papa…Je reçois l’affection des tifosi et cela me touche énormément." Le but d’Eto’à à Londres ouvre la voie à deux mois incroyables…Après une défaite à Catane, vous l’emportez à Stamford Bridge…Il se dit tout de même que Balotetti était entré dans le vestiaire en chantonnant l’Hymne du Milan. "Cela ne m’a jamais été rapporté." À partir de là, débuterons les 67 jours les plus incroyables de l’Histoire, deux mois qui feront que tout ne sera jamais plus pareil. Que vous rappelez-vous de ces deux mois en apnée ? "C’était une symphonie toujours plus forte, j’avais énormément confiance en Mourinho. Même lorsque les rumeurs sur le Real de Madrid sont parues, nous étions très complices dans nos échanges. Je m’étais mis d’accord avec Mourinho après le départ de Mancini. Il avait posé les bases en créant un groupe et Mourinho a amélioré le tout vers la victoire." "Mon souvenir de Mancini est très positif, j’ai encore beaucoup d’affection pour lui. Lorsque je reviens sur ces deux mois, je ne voulais pas distraire Mourinho avec une polémique, rien ne s’était donc produit Le soir de Madrid, il aura pu faire ce que j’ai fait et revenir à Milan, mais il avait déjà fait sa part du travail à la perfection." Quelle chose vous a marqué chez Mourinho ? "J’ai le souvenir d’une personne spéciale, intelligente, importante pour son professionnalisme. C’était surprenant qu’une personne avec un tel caractère pouvait avoir le professionnalisme pour inventer des choses. Nous avons un bon rapport, affectueux, même s’il ne m’a jamais appelé papa. Mourinho n’est pas le plus facile des entraîneurs, il est très exigeant. Mais il a été le seul à ne pas m’exiger un joueur, je dois être sincère." Comment a eu lieu les débuts entre vous et Mourinho ? "Je ne l’avais jamais vu avant ce repas parisien. Mourinho m’avait marqué lorsqu’il avait entraîné Porto, il venait de réaliser un partage en demi-finale de la Ligue des Champions face au Deportivo La Corogne et après le match, il pensait déjà à la finale." "Je m’étais dit que c’était un phénomène. Lorsque nous nous sommes vu, je lui ai demandé si dans les deux mois à venir, il prendrait en considération l’idée de venir entraîner l’Inter et il m’avait répondu : "Dès aujourd’hui, je me considère comme l’entraineur de l’Inter". Il a toujours été très sérieux." Aviez-vous la sensation que vous n’alliez pas perdre la Finale de Madrid ? "Oui, Mourinho m’avait rassuré énormément, de par le fait qu’il avait bien étudié l’adversaire. Il les connaissait tous très bien, leurs mouvements, l’entraîneur." Que lui avez-vous dit après avoir vu le Bayern vaincu 2-0 ? "Qu'il avait bien étudié l’adversaire, j’avais confiance." Antonio Conte peut-il être comparé à Josè Mourinho, au-delà du péché originel de son Adn ? "Je ne suis pas présent au Club. Je ne connais donc pas les méthodes de Conte et son rapport avec les joueurs. Il est très attentif et participe aux discours individuel et cognitif de l’équipe. En cela, il est aussi bon que Mourinho. Mais je ne le connais pas assez bien pour les comparer. De plus, les comparaisons entre entraîneurs ne sont jamais facile à faire." Le fait que vous étiez aussi un Tifoso compliquait-il votre rapport avec les entraîneurs ? "Je ne pense pas avoir briser les couilles de tant d’entraîneurs, je n’ai jamais proposé de formations, tout comme je n’ai jamais prétendu vouloir insérer quel joueur. Un jour, j’ai informé Roy Hodgson du recrutement de Youri Djorkaeff et il m’a répondu : "C’est bien Président, mais je resterai l’entraîneur…"Je n’ai pas influencé mes entraîneurs, tout comme je ne les ai jamais forcé à faire certaines choses." Quand a eu lieu votre dernier repas avec Josè Mourinho ? "Après la victoire en Ligue des Champions." Le renvoi de Luigi Simoni ? "Je retiens que c’est terrible de remercier un entraîneur après une défaite. Et c’était une erreur car Simoni tenait bien la barque, il avait mis en valeur Ronaldo…A l’époque, je ne l’avais pas compris." Peut-on dire que le Triplé de 2010 a été la dernière victoire d’une certaine façon de diriger le football ? "Je ne sais pas si on peut être d’accord sur le concept de Famille au sein d’une équipe, mais les joueurs que j’ai connu ont joué avec ce sentiment, celui que j’étais proche de l’équipe, on m’y voyait curieux et enthousiaste." "L’Inter est à présent géré par la Famille Zhang qui est à la tête d’une très grande industrie, vu sous cet angle, nos comparaisons sont très similaires. Je ne sais pas si le Triplé est le dernier titre d’un certain type de football, mais les sommes dépensées pour recruter un joueur de très haut niveau régissent le jeu. Les industriels de ce niveau, tu peux les retrouver en Russie, en Chine où ils ont tellement d’argent, mais peut-être que la passion ne sera pas la même." "C’est une expérience un peu différente, mais tu vas acquérir tout de même de la souffrance et t’unir au sens du devoir, je pense que c’est cela le secret de ce métier, le tout en ne faussant pas, par ta présence, la vie des gens." Que pensez-vous par le fait de quitter le Meazza ? "Je vais au Meazza depuis tout petit, sentimentalement et de façon rationnelle, cela me semble être une exagération. À présent, il faut rentrer dans les comptes des clubs et y défendre les intérêts. Ils ont proposé un type de projet, basé sur des bénéfices en provenance du public, mais il peut aussi y avoir une attraction plus importante, étant donné que le Milan doit encore trouver un acquéreur final." "L’Inter est convaincue par la bonté du nouveau stade. Il y a des réalités éloignées de l’histoire des Clubs et de Milan, on ne pourra pas leurs transmettre l’expérience et l’affectif que nous avons, pour leurs faire comprendre ce que signifie le Meazza pour nous." "Eux, ils réalisent des calculs bien différents, pour eux, c’est le nouveau Duomo et il sera donc très beau, on devra s’y habituer. Le monde avance de la sorte, pour le Meazza, nous aurons tous des sentiments qui resteront gravés dans la mémoire." Avez-vous prévu une célébration pour fêter les dix ans du Triplé, le 22 mai 2022 ? "Je crois que je ferai quelque chose avec les joueurs." Massimo Moratti s’est aussi livré pour FcInternews.it Le Meazza ? "Il est clair qu’il y a un lien affectif particulier, à commencer avec les tifosi. Si vous me demandez s’il est juste de l’abattre, ma réponse instinctive sera non." "La réaction découle par contre de nouveaux projets et de la vision du Milan du futur, et surtout des intérêt des clubs, ils réalisent des changements et proposent de bonnes choses. Je suis déçu et on ne pourra pas empêcher des personnes d’être mécontente." Avez-vous déjà vu les deux projets ? "Seulement en photos sur les journaux, je ne les connais pas bien." Êtes-vous enthousiaste par le départ de l’Inter ? "Elle est bien partie, et elle fait même mieux que ce à quoi on pouvait s’attendre. En Championnat, ne pas perdre de points dès le début de saison est extrêmement important." Qu’est-ce qui diffère comparé aux années précédentes ? "Par-dessus-tout : Conte. Il fait du très bon travail, il est très vivace. Il met tout le monde en condition d’arriver à un résultat et il transmet sa volonté aux joueurs, qui répondent très bien à ces attentes." Pouvez-vous comparer Conte à Mourinho ? "Comparer des personnes est très difficile, encore plus lorsque l’on parle d’entraîneur." Aimez-vous Conte ? "Oui, c’est un excellent entraîneur." Toldo a déclaré que Samir Handanovic aurait mérité de revêtir le brassard de Capitaine plus tôt. Qu’en pensez-vous ? "Je pense qu’Handanovic est un phénomène, il est très bon et il l’a prouvé encore mercredi. C’est vrai, il a le caractère pour l’être. J’imagine que s’il l’avait obtenu le brassard avant, il y aurait tout de même eu une polémique avec Icardi, et je ne veux pas m’attarder sur cela, mais Handa a le caractère." Mercredi, il a rejoint Julio Cesar en atteignant le palier des 300 présences à l’Inter... "Julio a collectionné la troisième présences et remporté plusieurs titres." Quel conseil donner à l’Inter pour battre Messi ? "Conte a la connaissance et l’expérience pour faire bien face à Messi et face à Barcelone." A choisir, qui battre entre la Juve et le Barça ? "On est contraint de tout gagner, toujours. En Ligue des Champions, car même avec le partage face au Slavia, faire un match nul ne serait pas suffisant. Nous devons partir de ce principe, celui de toujours l’emporter. Face à la Juve, il est obligatoire de partir avec cet état d’esprit." L’Inter est-elle l’Anti-Juve ? "Actuellement, je dirais oui." Lukaku est un attaquant physique comme Ibrahimovic. Vous l’aviez vendu au Barça pour remporter ensuite la Ligue des Champions....Pensez-vous que Lukaku puisse être adapté à ce football ? "Nous devrons donc vendre Lukaku à Barcelone ? ...Il sourit. Je ne veux pas le comparer avec Ibra, mais le belge a des qualité qui permettent à l’Inter de pratiquer un beau jeu." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. L’Inter réussi la passe de 5 en Serie A. Après l’avoir emporté face à une redoutable Lazio, Antonio Conte et certains joueurs se sont livrés à Inter TV. Antonio Conte "C’était une victoire qui a du poids, difficile, face à une équipe très forte qui travaille ensemble depuis 4 années et qui s’est renforcée lors de ces dernières saisons. Pour l’analyse, il faut scinder la rencontre en deux parties. En première période, je n’étais pas satisfait, nous avons débuté en étant agressif, nous avons cherché à rester haut et ils ont tenté de nous faire mal en contre." "Après le but, nous avions baissé notre garde, laissant la Lazio s’insérer et c’est un grand Handanovic qui a fait la différence. En seconde période, l’équipe est revenu avec plus de personnalité, nous les avons dominé en renforçant notre succès. Il nous a juste manqué un but pour tuer le match, nous aurions du mieux exploiter les occasions dès la reprise." "Cinq victoires de suite, ce n’est pas habituel, nous devons encore grandir, mais j’estime que nous sommes en train d’adopter la bonne mentalité." Danilo D’Ambrosio & Nicolò Barella DD33: "Ce qui compte, c’est lest trois points. Face à Milan, j’ai manqué de peu le but, mais par chance, mon erreur n’a pas été décisive. En première mi-temps, nous ne parvenions pas à pratiquer le jeu demandé par l’entraîneur, nous nous sommes secoués et nous avons mérité la victoire." "Nous aurions mérité d’inscrire un second but en seconde mi-temps pour assurer le résultat, mais au final, nous rentrons avec les trois points à la maison, c’est ce qu’il y a de plus important. Je me sens bien dans ce type de poste, être dans le cinq au milieu ou à trois derrière ne fait pas de différence. Lorsque tu as un entraîneur comme Conte, cela te permet de mémoriser la façon dont il faut jouer à un poste et à te donner à 100% à tous les matchs." "La Lazio est une équipe experte et de qualité dans tous ses secteurs. Si nous nous étions incliné ou réalisé un match nul, le résultat du Derby n’aurait eu aucun sens." NB23: "Je savais que cela allait être difficile, l’entraîneur m’avait prévenu, mais en seconde période, nous avons grandi. Mes équipiers et l’entraîneur m’aide énormément pour bien m’intégrer dans l’équipe. J’ai joué comme me l’a demandé Conte, j’ai toujours joué sur la gauche, mais j’irai là où le demande l’entraîneur." Mon raté ? "J’aurai dû faire mieux, heureusement que Danilo avait déjà pensé à marquer. Place à présent à la Sampdoria, nous devons continuer à gagner. Ensuite, nous aurons le temps de nous préparer pour le match face à Barcelone." Cristiano Biraghi "Lazzari me connait et il est parti pour me couvrir sur le côté gauche, j’ai donc décidé de rentrer sur mon pied droit et de réaliser un beau centre…." "Mon objectif était de revenir à l’Inter, je travaillais tous les jours pour cela. Je me donnerai quotidiennement au maximum pour cette équipe." Samir Handanovic "Aujourd’hui, c’était un match compliqué, la Lazio est une grande équipe. Nous avons souffert un peu en première période et nous aurions dû tuer le match. Nous avions eu de nombreuses occasions à la reprise, mais l’important reste la victoire. La défense commence de notre attaque, en seconde mi-temps, nous les avons mieux pressé et nous sommes parvenu à les sortir du match." Un but en cinq match ? "En Italie, ceux qui l’emportent sont ceux qui encaissent le moins de buts, il faut continuer ainsi. Chaque saison, je sens que je m’améliore, je ne m’impose aucune limite, je suis un joueur qui doit pouvoir s’améliorer s’il veut jouer. Je ferais un pas de côté lorsque je saurai que je ne serais plus capable de m’améliorer." "Aujourd’hui, c’était une victoire dans la douleur, mais elle reste très importante. Le championnat est très équilibré. C’était important d’obtenir les trois points, mais nous devrons travailler pour corriger les erreurs vues aujourd’hui." "Nous devrons aussi reprendre nos forces pour notre rencontre de samedi à Gênes." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Face à la Lazio, Samir Handanovic a atteint la barrière des 300 matchs disputés avec les Nerazzurri. Lui qui a rejoint l’Inter en 2012, est devenu un point ferme du vestiaire, avant de devenir le Capitaine de l’Inter. À présent, il égale Julio Cesar parmi les portiers historiques de l’Inter, en ayant Ivano Bordon dans son collimateur, second derrière l’intouchable Walter Zenga. Il pourrait rejoindre "Spiderman" s’il parvient à rester en place jusqu’à la fin de son contrat qui devrait être prolongé jusqu’en 2022. Le projet à venir de l’Inter En le prolongeant d’une année, l’Inter souhaite s’assurer de disposer d’un gardien de très haut niveau, au moins jusqu’en 2022. Par la suite, Radu devrait rejoindre le club milanais. L’idée Nerazzurra est d’éviter une transition des plus compliquées lors qu’il y aura lieu de s’attarder sur la définition du nouveau gardien titulaire. Radu pouvant continuer à grandir et à prendre de l'expérience ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Interviewé par la Gazzetta, Julio Cesar s'est livré longuement sur de multiples sujets. Conte, le derby, les gardiens brésiliens, son avenir... Voici ses propos. Qu'avez-vous pensé du derby ? "J'ai vu un bel Inter, solide et organisé. L'AC Milan moins. Le travail de Conte est excellent. Il cherche la perfection et les joueurs semblent l'avoir compris. Ce n'était pas évident et c'est aussi son mérite. Avec Conte l'Inter restera sous pression jusqu'à la fin du championnat. Je l'ai compris cet été quand je l'ai rencontré lors de la tournée asiatique et les deux premières rencontres m'ont confirmé mon impression. C'est un gagnant. Mais je ne vais pas partir dans des comparaisons avec Mourinho, les deux sont de grands techniciens très professionnels. Les tifosi adorent Mourinho car il a fait des choses incroyables. J'espère que Conte pourra le suivre." Le mot scudetto peut-il être prononcé ? "Après huit ans ce serait aussi l'heure... Beaucoup avaient des doutes sur Antonio Conte, peut être à cause de son passé à la Juventus. Des discours dénués de sens. C'est un grand pro, un top coach." Parlons de la défense, un département quasi inégalable avec Handanovic, Godin, Skriniar et de Vrij : "Ils sont singulièrement forts. S'ils réussissent à s'entendre ce sera un bloc. En Italie nous travaillons beaucoup sur la défense et avant de dire qu'ils sont les meilleurs, vous devez gagner. Ils ont besoin de résultat." Handanovic est votre digne héritier... "Pour moi c'est l'un des trois meilleurs au monde. Il a moins d'attention de la part des médias car il n'a pas eu autant d'opportunités que les autres, notamment en ne jouant pas régulièrement la Champions League. Mais ceux qui le connaissent n'ont pas de doutes." Aujourd'hui à ce poste les brésiliens sont-ils les plus forts ? "Oui, Alisson et Ederson sont extraordinaires. Alisson a fait de grandes choses avec Liverpool. Il y a eu une belle école ses dernières années ; Helton, Diego Alves, Gomes. Quand je suis arrivé en Italie j'entendais souvent qu'au Brésil les bons gardiens étaient rares." Comment ne pas parler de Romelu Lukaku ? "Il a un physique bestial et un véritable sens du but. Ce n'est pas simple de changer de pays, de langue, de culture footballistique et de s'habituer si rapidement. C'est une personne positive. Avec ses mots il a donné une gifle d'éducation aux racistes. Dimanche dernier j'ai vu des choses incroyables lors du match Atalanta-Fio. C'est bien que l'arbitre ait stoppé la rencontre." C'était comment lorsque vous jouiez ? "La situation semble s'être améliorée. Je me souviens de ce joueur de Messine (Marc-André Zoro) qui voulait quitter le terrain mais qui fut convaincu de rester. Avec les connaissances actuelles ce n'est juste pas possible de discriminer pour une couleur de peau. Le foot se bat depuis plus de vingt ans et doit gagner ce combat. Depuis Gianni Infantino le travail a redoublé." Passons à la Champions League. Un bien mauvais début... "Heureusement le Borussia et le Barça ont fait un nul. Mais ce n'est que le début. En 2010 personne ne croyait à cet Inter et Il a fallu un but de Sneijder pour nous qualifier. Ensuite nous avons vaincu tous les champions nationaux : Chelsea, CSKA Moscou, Barcelone et enfin le Bayern. Ce n'est pas la meilleure période pour le Barça en ce moment. J'y crois et si vous passez ce tour vous avez l'occasion d'emmagasiner une énorme charge positive." Avons-nous encore un complexe d'infériorité en Europe ? "Le constat est là. Les champions ne viennent plus autant qu'avant. Nous devons les reconquérir. Cristiano Ronaldo à la Juve c'est un coup de pouce pour tout le monde. Il attire l'attention et rehausse le niveau." Qu'allez-vous faire par la suite ? "J'étudie pour devenir agent. J'organise cette activité à Lisbonne où je vis maintenant." ®gladis32 - internazionale.fr
  6. Au terme du Derby, plusieurs Nerazzurri se sont livrés à Inter Tv: Danilo D’Ambrosio Comment avez-vous fait pour ne pas marquer ? "Je veux toujours faire le maximum, j’avais envie de briser leurs espoirs dans l’œuf, j’étais convaincu que j’allais marquer et c’était une erreur. Heureusement cela n’a eu aucune incidence à la fin. Il m'est aussi facile de me créer des occasions de but que de jouer dans la défense à trois, il n'y a pas de grande différence. Les dynamiques changent, mais l’intensité doit toujours être très importante pour savoir l’emporter." "Cette équipe a été construite pour poser des problèmes aux plus grands qui, ces dernières années ont fait mieux que nous. Notre course est lancée, nous sommes premier, mais nous ne sommes qu’en septembre. Avoir un entraîneur comme Conte permet de se revaloriser et de faire grandir les attentes." "Faire un match nul équivaut à une défaite pour nous. Nous avions une dynamique de jeu différente de celle du Milan, et il y a encore tant de choses à améliorer, nous ne vous avons pas encore démontré ce dont nous étions capable à 100%, avec de l’abnégation et la volonté de s’améliorer, nous ferons de grands pas en avant, c’est certain." Samir Handanovic "Mes équipiers ont été bon à me donner peu de travail : Nous avons disputé une grande rencontre et nous méritions de gagner. Nous avons joué un grand match et nous l’avons remporté au mental. Je dois être un exemple, je suis ici depuis tant d’années et je devais prendre la responsabilité de faire comprendre les choses, à ceux qui arrivent à l’Inter." "Nous jouons avec deux pointes en attaque, ce qui te permets d'avoir une option supplémentaire.. Les défenseurs n’ont pas été inquiété, ils ont joué l’homme, nous nous sommes créés plus d’espaces. Notre façon de jouer au ballon de l’arrière n’est pas une mode, elle est bénéfique au jeu d’équipe." "Le match nul en Ligue des Champions a été utile pour notre croissance, nous avons compris sur quoi travailler et cela nous a aider à l’emporter aujourd’hui." Romelu Lukaku "Je suis très heureux de cette victoire, pour ces trois points, car c’était une rencontre particulière. Nous devons à présent penser immédiatement à la Lazio qui sera tout autant difficile." Mon rapport avec Conte ? "Il est très fort, c’est un entraîneur qui aide énormément ses joueurs à grandir. A 26 ans, je ressentais le besoin et l’envie d’avoir un tel entraîneur, qui te motive tout les jours, je suis fier de porter ce maillot." "Nous avons joué avec l’intensité et la mentalité de Champions. Sur mon but, le bisou et la dédicace était pour ma maman, je ne pouvais pas avoir d’autre meilleure occasion pour lui dédier un but." "Je pense que l’entraîneur et le Staff font du bon travail, nous étions bien préparé pour affronter le Milan, nous aurions pu inscrire plus de buts, mais je suis content, nous avons mieux joué qu’en Ligue des Champions." "Physiquement, je me sens bien, j’aime travailler avec Conte, et avec toute l’équipe. Nous nous sentons tous bien en ce moment et à titre personnel, c’est mieux de jouer le plus souvent, même durant la semaine." Le Saviez-vous ? Romelu Lukaku est très reconnaissant envers sa mère. Preuve en est, après son premier but pour son premier Derby, Romelu a déclaré : "Je t’aime Maman ! " suivi d’un bisou. Sur les réseaux sociaux, il a enfoncé le clou : "L’unique femme qui compte pour moi sur la terre : "Je t'aime Maman“." La rixe entre Lukaku et Brozovic ? C’est de l’histoire ancienne, au coup de sifflets finale, les deux "grandes" gueules Nerazzurre ont été aperçues bras dessus bras dessous, le tout sans intervention d’Oriali et de Conte! Fabrizio Biasin était en mode Sniper en conférence d’après-match : "Handanovic aurait pu aller au concert de Jovanotti, cela n'aurait rien changé. C'est la façon la plus simple pour vous expliquer la victoire d'une belle Inter face à un Ac Milan dénué de tout sens." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Le Corriere dello Sport est revenu ce matin sur le futur de Samir Handanovic, qui s’apprête à vivre un nouveau Derby de Milan comme Capitaine de l’Inter. "Avec tant d’année de militance, Handanovic est devenue une conscience critique à l’intérieur et à l’extérieur du vestiaire. Lorsqu’il s’agit d’intervenir, de prendre la parole, il ne recule jamais." Ce rôle est totalement reconnu par l’Inter. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu'un nouveau contrat est en cours de préparation, avec une prolongation allant jusqu’en 2022 contre 2021 actuellement. "L’idée est de concéder une augmentation salariale au joueur pour que son salaire dépasse le palier des 3 millions d’euros. Un acte voulu pour le Capitaine de l’équipe étant donné que le niveau salarial de l’équipe a sensiblement augmenté." Qui plus est, lors de cette dernière potentielle saison, il pourrait former son successeur désigné : Radu. Le roumain dispose encore d’une paire d’année au Genoa, ce qui lui permettra d’être fit pour l’Inter. Ce sera ensuite à Radu à prouver tout le bien que l’on pense de lui, sans avoir à regretter Handanovic. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Nous y sommes, la Ligue des Champions frappe à la porte du Giuseppe Meazza, avec au programme de très belles affiches européennes. Si le départ devrait se faire en "douceur" face au Slavia Prague, la suite de la compétition réserve aux Nerazzurri le Borussia Dortmund et le Fc Barcelone. L’entraîneur Nerazzurro, Antonio Conte, et le Capitaine de l’Inter, Samir Handanovic, se sont livrés à la traditionnelle conférence d’avant-match Le début de la compétition Conte : "Nous allons débuter notre parcours en Ligue des Champions, après trois match de Serie A, et il sera important de partir du bon pied. Nous allons faire face à un adversaire qui a remporté son championnat face au Viktoria Plzen, qui occupe une présence permanente en Coupe d’Europe. " "J’estime que nous parlons d’une équipe physique, technique, qui joue avec intensité. Elle joue toujours pour la gagne, elle a la bonne mentalité. Nous devrons la respecter et rester prudent, mais dans le même temps nous voulons jouer notre match. Nous avons joué, il y a deux joueurs, demain, il faudra savoir se montrer bon au combat." Antonio Conte Handanovic : "Vous savez déjà tout sur l’entraîneur, je n’ai pas besoin de vous en parler" Lukaku Conte : "Il y a un entrainement encore à réaliser, il reste 24 heures pour faire des évaluations et voir qui sera en condition. Il devrait jouer car c’est une garantie nécessaire, autrement, ce sera quelqu’un d’autre" Dispositif tactique Conte : "C’est ici en Italie qu’on y reste figé. Le dispositif n’est pas important, il faut savoir sentir certains matchs. Il faut savoir sentir tant de chose, il y a tant de choses, comme le fait que l’on ne gagne pas qu’à trois en défense. Le football évolue, il est nécessaire de rester dans l’ère du temps, cela ne change pas si l’on joue à trois ou avec un autre dispositif. Tout dépend comment on attaque, la pression environnante et tant d’autres choses." "Je m’attendais à cette question, en Angleterre, on s’en fou comme personne de la façon dont il faut s’aligner, on veut voir du courage et de l’intensité. Je veux que l’on se divertisse, c’est ce qu’il y a de plus important et nous allons tenter de le faire." Calendrier surchargé Conte : "C’est évident, si je devais être honnête, il est inévitable que lorsque tu débutes un nouveau parcours, tu as besoin de plus de temps entre deux parties, c’est bien plus simple d’entrer dans la tête des joueur pour réussir à faire ce que je veux. Dans le même temps, la Ligue des Champions est une grandissime motivation, pour moi, pour les joueurs, pour le Club et pour nos tifosi. Nous devons penser à nous construire de façon égoïste, je dirais qu’avec plus de temps, ce serait plus simple." Conte, vous n’êtes pas un entraîneur "Da" Champion’s ? Conte : “Vous partez dans des clichés. J’ai disputé trois Ligue des Champions, la première, je l'ai gagné avec la Juve après avoir remporté le Scudetto deux semaines plus tôt. En pratique, j’ai joué seulement deux saisons en Ligues des Champions avec la Juve et une autre année avec Chelsea." "Les personnes pensent que j’aurais dû la remporter, mais ça ne fonctionne pas de cette façon, surtout dans ce tournoi où tu as besoin de travailler. J’y ai toujours participé avec une créature à peine née, les autres avec des créatures déjà solides. C’est ce que je veux dire aux savants." Handanovic: "Si je ne ressentais plus rien, je ne jouerais plus au football. Entendre cette symphonie est une émotion unique." Gérer l’enthousiasme Conte : "C’est important qu’il y ait un tel enthousiasme tout au tour, mais il ne doit pas être porté que par le résultat, sinon ce ne serait qu’éphémère. Nous devons présenter, ce que je cherche à construire: Rome ne s’est pas construite en un jour. J’estime que nous travaillons durement." "Je remercie pour cela le Club mais par-dessus tous les joueurs car ils se montrent disponible, ils veulent construire ensemble quelque chose d’important. Je n’aime pas lier le résultat à l’enthousiasme. Nous devons être enthousiasmé par les fondations que nous posons et qui se développeront dans les années à venir." Le potentiel de l’Inter Handanovic : "Ces trois dernières années, nous nous sommes énormément renforcés. Nous avons connu tellement de changement, à présent, nous devons travailler pour nous améliorer. Je ne sais pas si nous sommes plus fort que les dernières années, mais nous devrons démontrer notre potentiel tous les trois jours, lorsque nous jouerons." Le Slavia Prague Conte: “Comme l’Udinese, c’est une équipe physique. Elle a de la qualité, est rapide sur les ailes et sa ligne d’attaque est forte. Il y a de la solidité défensive. Il faudra mouiller le maillot, comme pour tous les matchs que nous aurons à disputer. Nous devrons être à 110%, ce ne sera pas une promenade de santé. Nous devrons faire notre match avec courage et idéaux, accompagné par 65.000 tifosi qui nous ont toujours tant soutenu." Les objectifs Conte : "Je ne peux pas définir d’objectif, seule la route que nous ferons démontrera les objectifs que nous pourrons revendiquer. En parler aujourd’hui serait insensé. J’ai dit aux garçon de ne pas s’imposer de limite pour ne pas se créer d’alibis, il faut chercher à donner le maximum et à être à 100% durant les matchs. Ensuite nous verrons ce qu’il se passera avec le temps et où nous nous situerons. Il serait fou aujourd’hui de parler d’objectifs, nous savons que nous devrons pédaler énormément." Stabilité Conte : "Nous devrons faire preuve de stabilité. En maintenant juste de la continuité, tu peux jouer pour quelque chose d’important. Sur les montagnes russes, tu vis des journées de sensations fortes mais nous, par contre, nous voulons donner aux tifosi ce signe de stabilité. Il n’y a que de cette façon que l’on se montrera dangereux pour n’importe qui." Biraghi Conte : "Je lui ai parlé lorsqu’il est arrivé, il s’est très bien entraîné. Physiquement, il a atteint un bon niveau. Ce qui me préoccupe le plus c’est au niveau tactique, il faut du temps. Il faut réaliser les mouvements à plusieurs reprises pour savoir mémoriser le mécanisme." "Je dois avoir tous les joueurs autour d’une même idée pour ne pas enrayer la machine. Je veux atteindre le risque zéro, et c’est le cas pour tous les garçons qui sont arrivés sur le tard. J’ai une très grande confiance en tous et je sais qu’ils sauront me renvoyer l’ascenseur." Conte à Inter TV "Nous aborderons ce match avec la bonne attention, avec le bon enthousiasme, les trois matchs en championnat ont eu l’effet escompté. Il y a une grande envie chez nous de débuter ce parcours en Ligue des Champions." Le Slavia Prague ? "J’estime que l’on parle d’une bonne équipe, qui a dominé son championnat face à des équipes de qualité. Nous devons être bon pour les repousser avec intensité, nous savons que nous allons affronter une belle équipe, qui a déjà poser des problèmes aux gros." "Nous devrons gagner, c’est le premier match, même si ce ne sera pas facile. Je me fie au soutien de nos 65.000 tifosi qui nous aideront comme toujours. Notre groupe est composé de grands adversaires, mais je pense qu’ils feront preuve de respect envers nous lors de nos confrontations." Handanovic à Inter TV "Ce math arrive bien, le Slavia Prague est un adversaire redoutable, l’année dernière, il a éliminé Séville en Europa League et a fait de très belle prestation face à Chelsea. Nous savons qu’une partie très difficile nous attends, nous nous y préparons au mieux." Les rencontres de notre groupe ? "C’est stimulant pour nous, mais aussi pour nos adversaires. Ce sont tous des matchs important. Il faut bien démarrer, c’est très important au vue du travail que nous réalisons, cela nous permettra d’être encore plus fort." La partie de demain ? "Je m’attends à un Slavia qui vient pour jouer le jeu, c’est une équipe redoutable et experte, elle sait ce qu’elle veut. Je l’ai déjà un peu observé l’année dernière, j’espère que ce sera une belle partie et que nous ferons un bons match." "À présent, nous allons jouer six matchs tous les trois jours. Il faudra uniquement penser au football, ce sera très important d’aborder les rencontres en pensant match après match." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Ils répondent toujours présent. Les tifosi de l'Inter ont envahi le cours Vittorio Emanuele pour assister à la présentation du maillot third. Et après une heure d'attente, il est finalement apparu devant le Nike Store. Toute l'équipe l'avait sur le dos en arrivant à l'événement au centre de Milan. En chef de file, Javier Zanetti a pris la parole pour s'adresser aux tifosi, laissant ensuite place aux joueurs. RANOCCHIA: "Un beau maillot, le porter sera toujours un honneur". POLITANO: "C'est ma deuxième saison, c'est super d'être ici et de porter ce maillot". DIMARCO: "Le public nerazzurro est un des meilleurs en Italie, je suis intériste depuis tout petit et c'est super d'être présent ici". BARELLA: "Merci pour votre accueil : Superbe ville, les gens sont chaleureux. J'espère vous rembourser sur le terrain toute l'affection que j'ai reçu". D'AMBROSIO: "Mon intervention contre Empoli ? A chaque fois que je le regarde je suis submergé d'émotions. Ce maillot te pousse à lutter pour de grands objectifs et ainsi nous avons réussi à retrouver la Champions". BIRAGHI: "Je suis très content d'être revenu à la maison, merci à tous". HANDANOVIC: "Les deux premier matchs, des réussites ? Comment c'est possible de ne pas s'élever face à un tel public ? Vos enfants et vos couleurs sont les seules choses auxquelles vous ne pouvez pas renoncer. Pour nous les joueurs, c'est la même chose. Nous ressentons votre affection et nous vous remercions encore pour ce dernier match où vous nous avez poussé jusqu'à la Champions, merci encore les gars !". Des tonnerres d’applaudissement ont également été poussés pour Godin et Alexis Sanchez. Ranocchia, super selfie avec les tifosi Les tifosi chambrent Antonio Conte Sur la place était également présent Antonio Conte, mais ce dernier n'a pas fait de déclaration. Les tifosi se sont mis à chanter "Chi non salte bianconero è" ou "Qui ne saute pas est bianconero". Alors que le public et les joueurs sautaient, de larges sourires pour l'entraîneur, mais pas de saut. Derrière, les commentateurs sportifs n'ont pas manqué de vouloir transformer ce chambrage en affaire d'Etat : TACCONI : " S'il avait sauté je me serais tiré les cheveux. Conte a la malchance que s'il gagne tout va bien, mais s'il perd on le désignera comme Juventino. Mais les tifosi selon moi seront satisfaits des résultats. L'Inter peut le faire cette année, mais la Juve a deux équipes. Il faudra voir si Sarri est capable de gérer le groupe de façon unie et satisfaire tout le monde." MUSMARRA: " Cela aurait été crédible qu'il saute ? Non. Il n'est pas venu brosser les tifosi dans le sens du poil, et personne ne s'attend à ce qu'il le fasse".
  10. Francesco Guidolin a eu sa petite carrière de joueur, mais c'est surtout en tant qu'entraîneur qu'il s'est fait connaître. Connu pour ses relations compliquées avec l'ex-dirigeant de Palerme et pour ses belles performances avec Udinese, il reste un spécialiste reconnu pour son goût pour l'ancienne école italienne fondée sur la tactique comme Ancelotti, Mancini, Sarri et ... Conte. Comme eux, il aura été recruté en Angleterre. Guidolin se livre ainsi à Tuttosport et revient sur les dernières emplettes de l'Internazionale Milano, en commençant par un joueur qu'il a bien connu. Guidolin, quel type de joueur était Alexis il y a 9 ans ? "J'ai de très bons souvenirs de lui parce que cette saison, avec la suivante, ont été palpitantes pour l'Udinese. Alexis a marqué 12 buts et fait 10 passes décisives et ils faisaient un duo dévastateur avec Toto Di Natale, sa contribution pour arriver 4ème fut déterminante. Mais Sanchez, j'avais déjà eu l'occasion de le voir à la TV et en vrai en tant qu'adversaire dans le championnat quand j'étais à Parme. J'avais remarqué qu'il était prometteur, qu'il avait un potentiel, mais qu'il n'avait pas encore explosé. Quand je l'ai connu à Udine et que j'ai pu travailler avec lui de façon quotidienne, j'ai eu l'intuition de le placer sur un autre poste, en tant que numéro 10 et pas en tant qu'ailier. Lui meneur de jeu-seconde pointe derrière Di Natale qui avait le numéro 10 sur son maillot, mais qui jouait en 9. Dans ce rôle Sanchez était plus vif dans le jeu, il pouvait mieux exprimer ses capacités. Je dirais que ça s'est bien passé, à nous en tant qu'équipe, mais aussi pour Alexis". Comment était Alexis en dehors du terrain ? "Quelqu'un de bien. Je le décris avec trois mots : travailleur, humble et généreux". On imagine que vous avez suivi sa carrière les années suivantes, entre Barcelone, Arsenal et Manchester United. En quoi s'est-il amélioré ? "Il y a 9 ans, Sanchez était un garçon avec beaucoup de talent et qui avait très faim, la volonté d'émerger, mais bien entendu il lui manquait l'expérience qu'il a accumulé par la suite à Barcelone avec Guardiola et Arsenal avec Wenger, où il s'est exprimé à son maximum. On s'est vus une fois à l'Emirates et nous avons discuté. Je l'ai suivi après et je n'ai pas compris ce qui n'a pas fonctionné à Manchester United. Je pensais qu'il aurait continué sur sa lancée, qu'il aurait passé une nouvelle étape à Old Trafford, mais il s'est arrêté. Mais je répète, je ne connais pas le motif, je sais seulement que je n'ai pas vu le Sanchez que tout le monde connaissait". Que peut-il apporter à l'Inter ? "Regardez, selon moi, dans sa période entre Barcelone et les débuts à Arsenal, Sanchez était parmi les 10 meilleurs joueurs du monde et avec Conte il peut revenir à ce niveau. Sanchez est le joueur qu'il manquait à l'Inter parce qu'il est habile entre les lignes, il sait sauter le joueur en face et créer la supériorité numérique. En plus, il sait dialoguer avec les joueurs comme un milieu de terrain et aider en phase de non-possession. Il est complet, mais il doit redevenir celui qu'il était il y a deux ans". A l'Inter il retrouvera Lukaku, qui lui aussi a connu une saison mi-figue mi-raisin à Manchester. "Sanchez est en plein dans sa maturité athlético-physique, il a 30 ans, je m'attends encore à de grandes choses de lui et avec le Chili il a démontré d'être encore bien. Le Sanchez que j'ai connu moi, avec les expériences qu'il a eu ces dernières années, devrait faire de grandes choses à l'Inter, voire extraordinaires. Avec Lukaku selon moi, il peut former un duo exceptionnel pour notre championnat. Nous verrons, je suis très curieux". Conte pour l'instant a joué avec un 3-5-2 et a réaffirmé de vouloir continuer comme ça pour les caractéristiques techniques des milieux de terrain. Selon vous avec Sanchez, il pourrait essayer le 3-4-3 grâce à des joueurs comme Politano et Lazaro qui peuvent également jouer sur le côté droit du trident ? "Sanchez peut tout faire, il a les jambes pour jouer meneur de jeu derrière deux pointes, en reculant presque comme un mezzala. Il est polyvalent. Je l'ai connu qui jouait ailier d'une attaque à 3, mais pour moi il est mieux en seconde pointe. Conte à Chelsea jouait souvent un 3-5-2 déguisé en 3-4-2-1 avec deux meneurs derrière une pointe, mais des fois l'un des deux était Fabregas, un milieu qui revenait à son poste en phase défensive. Pour moi le 3-5-2 est idéal pour l'Inter et aussi pour Sanchez, mais clairement Conte est le mieux placé pour évaluer ce qui est le mieux pour son équipe". En dehors de Lukaku, Sanchez trouvera à Milan Lautaro Martinez. Parfois le belge devra souffler, comment voyez vous ensemble les deux sudaméricains ? "Bien, car quand on parle de joueur de talent et de qualité, on se trompe rarement. Lautaro me plaît, il est jeune et comme Sanchez d'il y a 10 ans il doit évoluer, mais déjà lors de la dernière saison il s'est grandement amélioré. Le temps joue en sa faveur et il trouvera sa place, j'en suis certain". En élargissant votre analyse sur toute l'Inter, il y a un joueur qui plus que les autres vous a attisé votre curiosité et vous a surpris en ce début de saison ? "Je serai banal, mais je vais répondre Sensi, pour ce qu'il a montré et pour sa place sur le terrain. Je pensais, en l'ayant suivi ces dernières années, qu'il serait plus un constructeur de jeu reculé, une sorte de vice-Brozovic et peut être que l'Inter l'a pris pour cette raison. Mais on voit ici que la patte d'un grand entraîneur comme Conte qui, travaillant avec lui, a découvert ses qualités et a su les exploiter au mieux. Sensi est un excellent mezzala, il a la technique, l'inspiration, la capacité à jouer 20 mètres plus haut que la ligne de milieu de terrain dans une zone où il est plus difficile d'émerger parce qu'il y a moins d'espaces, et où tu es pris en tenaille entre les milieux et les défenseurs. Mais le garçon a montré son agilité, son dribble, son ancrage avec les joueurs et un bon tir lointain". Pour vous aussi ce sera une lutte à 3 entre la Juventus, Naples et Inter ? "Si je devais donner le tiercé de fin de championnat, oui, je dirais ceux-là, mais tout peut arriver, nous ne sommes qu'au début. Selon moi les deux romaines sont fortes, et peuvent essayer de s'insérer : la Lazio a un schéma qui peut donner de la continuité au parcours et au projet créé par le club ces dernières années, la Roma s'est renforcée et a un gros effectif". Ce samedi à San Siro, ce sera l'Udinese, votre Udinese. Quel championnat pour les friulani ? "Contrairement à ce qui est arrivé ces dernières années, quand sont partis les meilleurs en échange de jeunes pleins de belles promesses, cette année l'Udinese a pris des joueurs plus matures, comme Jajalo qui me plaît beaucoup ou Nestorovski, et De Paul est resté. L'Udinese est connue pour avoir lancé tellement de jeunes, mais je vous assure que ce n'est pas simple chaque année de sortir des joueurs de qualité, prêts immédiatement pour apporter quelque chose à l'équipe. J'espère et je pense que l'Udinese cette année finira mieux classée, de façon plus sereine que l'an passé". L'Inter alignera Handanovic, Asamoah et Sanchez, trois anciens de l'Udinese. Ils étaient plus jeunes, mais ils faisaient partie d'une très bonne équipe arrivée 4ème et l'année suivante, sans Sanchez, troisième, en jouant deux fois les playoff de Champions League, même s'ils n'ont pas eu le succès par la suite. Handanovic déjà à l'époque était une assurance, Asamoah a gagné en personnalité. J'espère les voir tous jouer samedi parce que je serai là pour Dazn (chaîne de télévision italienne). Ils ont mis en valeur mon travail, je les remercierai toujours. Ils ont été très très bons humainement, et splendides comme joueurs".
  11. p-h08

    Samir Handanovic

    SAMIR HANDANOVIC Informations Générales : Nom : Handanovic Prénom : Samir Poste : Gardien Date de naissance : 14/07/1984 Lieu de naissance : Ljubljana Pays : Slovénie Taille : 194 cm Poids : 88 Numéro de maillot : ? Position sur le terrain : Biographie : Samir Handanovic est un gardien slovène né le 14 juillet 1987. Formé dans les équipes de jeunes du club slovène du ND Slovan, il rejoint ensuite le club de Domzal où il restera pendant deux ans. En 2004, il est recruté par l'Udinese, mais le club ne compte pas tout de suite sur lui et il enchaine les prêts (à Treviso, à la Lazio puis à Rimini). Il revient à l'Udinese en 2007 pour prendre la succession de Morgan De Sanctis, parti au FC Seville, et il fera les beaux jours du club frioulan pendant cinq saisons en battant notamment le record du nombre de pénalties arrêtés en une seule saison (6 tentatives repoussées lors de la saison 2010-2011). En juillet 2012, il signe à l'Inter. Clubs: 2002-2004: Domzale 2004: Udinese 2005-2006: Treviso (prêt) 2006: Lazio (prêt) 2006-2007: Rimini (prêt) 2007-2012: Udinese 2012-?: Inter
  12. L'un des meilleurs joueurs de la saison de l'Inter fut assurément Samir Handanovic. Le slovène promu capitaine de l'Inter après l'explosion du cas Icardi, a gardé le niveau auquel il nous avait habitué ces dernières années, et a notamment été excellent lors de la dernière journée de championnat contre Empoli. Et le club nerazzurro a bien l'intention de le récompenser pour cela : selon Tuttosport les discussions ont été engagées dans l'optique d'une prolongation de son contrat jusqu'en juin 2022. La question de son suppléant a été aussi réglée, ce sera de nouveau Daniele Padelli qui hier a paraphé son renouvellement d'un an avec l'Inter. Pour illustrer tout cela : ®Samus - internazionale.fr
  13. La Lega Serie A a décidé d’élire les meilleurs joueurs de la saison. Un interiste figure dans la liste des lauréats, et pas des moindres, étant donné qu’il s’agit du Capitaine Nerazzurro : Samir Handanovic. Voici les lauréats Meilleur gardien : Samir Handanovic (Inter) Meilleur défenseur : Kalidou Koulibaly (Napoli) Meilleur milieu de terrain : Milinkovic-Savic (Lazio) Meilleur attaquant : Fabio Quagliarella (Sampdoria) Meilleur jeune : Nicolò Zaniolo (Roma) MVP de la saison : Cristiano Ronaldo (Juventus) Méthode de calcul La méthode de travail relative à cette élection a été élaborée par Ernst & Young qui prend en considération les performances statistiques et caractéristiques de chaque postes concernés. Les performances ont été relevées via des opérateurs spécialisés, à savoir STATS et OPTA. Les statistiques de performances fournissent un indice basé sur des centaines, auxquels on ajoute les statistiques d’OPTA, pondérées en raison de la différence de mesure d’échelle. Les caractéristiques de performance renvoient un classement allant de 1 à 10 en identifiant les particularités de chaque rôle. La pondération des deux valeurs génère un indice sportif global par rôle en tenant compte de toutes les compétitions nationales : La Serie A Tim, la Coppa Italia et la Super Coupe d’Italie. Le saviez-vous ? L’Ecole Militaire Teulié à Milan a procédé également à sa traditionnelle récompense de prix, le Premio Gentleman Nerazzurro, qui en est déjà à sa 24 ème édition. Le plus beau but de la saison Nerazzurra assigné par les abonnés d’Inter Tv : Lautaro Martinez Le prix de la révélation Gentleman a été assigné par le Comité organisateur : Lautaro Martinez Le prix Gentleman F.C. Internazionale, assigné par les votes des tifosi : Stefan De Vrij Le prix de la Fidélité remis par le Comité Organisateur est revenu à Andrea Ranocchia Le prix du jeune talent : Marco Pompetti ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations d’après-match de Steven Zhang, Président de l’Inter, Luciano Spalletti, l’entraîneur et Samir Handanovic, Capitaine, suite à l’importante victoire de l’Inter sur le Milan, ce dimanche soir. Steven Zhang Président, deux victoires lors des deux Derby de Milan, celle de ce soir était une victoire surtout émotionnelle "C’est toujours spécial, je veux que l’on se félicite tous, je savais que cela serait dur, en jouant jeudi, nous n’étions pas en condition idéale. Mais nous avons continué à nous battre, en cherchant à tout prix à gagner. C’est une victoire méritée." Quelque chose a-t ’il changé physiquement et mentalement chez les joueurs et l’entraîneur ? "Spalletti a très bien préparé les garçons, sinon ils n’auraient pas pu jouer de la sorte en l’espace de 48 heures. Spalletti a su exploiter tout le potentiel de l’équipe, preuve en est la prestation proposée sur le terrain est signe d’un bon entrainement. Si nous n’avions pas vécu ce qu’il s’est passé cette semaine, nous n’aurions peut-être pas apporté une telle réponse." Icardi ? "L’Inter est toujours unie. Nous devons offrir à l’équipe et aux tifosi une énergie positive, c’est en se montrant positif que les choses tournent bien. Ils se sont toujours battus jusqu’à la dernière seconde, dans chaque situation. Nous devons toujours agir de la sorte, montrer que nous avons cette envie de nous battre à ceux qui aiment ce sport, c’est l’essence même du sport." Luciano Spalletti Spalletti, il s’agit d’un Derby remporté avec de la personnalité, trois jours après le match de l’Eintracht "Le Derby gagné prime sur tout cela, lorsque tu sors de cette façon et que tout le monde te tombe dessus car tu t’appelles Inter, c’est évident que tu te dois de prendre des risques si tu veux rester dans la course. J’ai eu ce besoin de redéfinir les rôles, redéfinir les comportements pour que derrière, nous retrouvions cet union d’équipe, il fallait absolument oublier tout ce qu’il s’était passé avant." "C’est terminé de faire des analyses sur ce que l’on avait connu, nous devons nous mettre à penser et à agir en fonction du match suivant. Aujourd’hui nous nous sommes libérés d’un poids." Vecino a été très bon dans ce 4-4-1-1 "Non, j’ai aligné trois milieux, Vecino est celui qui est le plus habile dans l’insertion. Il a aussi réalisé une grande partie, il a eu la faculté de rendre tout facile, je lui ai juste dit qu’il avait de la cervelle, il l’a ensuite prouvé, il a parcouru 14 kilomètres sur le match et ce n’était pas un problème pour lui." Que pensez-vous de la prestation d’équipe sans Icardi ? "Je dois féliciter Lautaro pour le Penalty, il y a aussi les bonnes rentrées de Perisic et Politano dans le match. Je les ai tous grandement félicité, aussi ceux qui font partie du vestiaire, ils ont été tous bons, très brave. De plus, c’est du bonheur si les sportifs te font comprendre qu’ils apportent leurs contributions, surtout si l’on analyse la période que nous traversons et aussi la condition physique faible de Marcelo Brozovic." Quelle a été l’importance de travailler sur le mental ? "C’est devenu important, lorsque tu fais partie de l’Inter, tu sais que tu as des comptes à rendre derrière. Ensuite chacun fait en fonction de ses possibilités, de sa culture, de son expérience, et lorsqu’on lui demande des comptes, il l’explique de cette façon, la plus opportune, sur base de ce qu’il a proposé. Le métier d’entraîneur est fait ainsi, j’avais besoin d’avoir des joueurs qui se révoltent complètement." "Nous faisions face à un Milan qui pratique un beau football et qui avait les pronostics en sa faveur, aller les chercher et prendre la partie en main n’était pas facile. Le Milan a fait un grand match, Gattuso peut en être satisfait. Quand les équipes font de telles prestations, tout le monde en sort gagnant, Nous avons Honoré le Calcio, les milanais méritent d’avoir un tel Derby." Il y a eu des minutes durant lesquelles l’Inter a souffert, mais l’équipe s’est immédiatement rendu compact sans perdre la tête, quelle est la chose la plus importante ? "C’est vrai, nous n’avons pas perdu notre lucidité. Sur le second but, ils ont décidé de jouer rapidement le corner et nous avions deux hommes en retard sur le marquage, ils ont donc su nous rentrer dedans facilement. Nous sommes restés marqués mais nous ne nous sommes pas divisés, nous connaissions nos rôles et nous avions l’avantage. Ils ont été bons sur leur premier but, mais nous aurions pu faire mieux : Avec Skriniar et De Vrij, nous sommes une équipe physique, c’est difficile de nous marquer des buts." Lautaro Martinez est devenu ce Leader Pazzesco (fou) "Il est très bon pour attaquer en profondeur, il est fort de la tête, il a de la personnalité. Il suffit de regarder son regard pour comprendre combien il a de la personnalité, il a été très bon sur le pénalty. Nous avons trouvé l’attaquant qui nous permets de remettre chaque chose à sa place." Quel a été son impact sur la victoire, s’il faut le définir ? "Les 60%." Samir Handanovic "Nous n’avons rien fait de particulier depuis ce jeudi, nous avons cru en nos moyens et en ce que nous étions capable de faire, il y a déjà quelques temps. Jeudi nous étions en situation d’urgence, c’était une très mauvaise défaite, mais nous devions ne plus y penser et nous préparer au Derby, c’est un match qui se prépare seul." "C’est une partie remportée méritoirement, à présent nous devons recharger nos batteries, Il y a eu de l’envie, de la personnalité, nous avons tous tout donné, c’est si beau de disputer un Derby, même si tous ne le comprennent pas. Même lors du match aller nous avions prouvé que nous étions meilleurs qu’eux, nous devions seulement le remettre en pratique." Mon comportement sur le pénalty ? "Je me suis retourné, comme cela m’arrive souvent, aujourd’hui, il était si important, que je n’ai pas voulu le regarder." La trêve arrive-t ’elle au bon moment ? "Oui, elle sera utile à tout point de vue, aussi au niveau physique, nous devons la mettre à disposition pour préparer le rush final." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. En cette vieille de journée européenne, l'Inter a pris une décision extrêmement importante : Samir Handanovic est le nouveau Capitaine de l'Inter. A travers son profil Twitter, l'Inter a fait part de cette information: Ce rôle appartenait depuis trois saisons à Mauro Icardi. Samir Handanovic est lié à l'Inter depuis 2012 et compte 275 titularisations. Les motivations officielles n'ont pas été communiquées, mais il semble évident que les faits relatifs à l'argentin ces derniers temps ont poussé le club à procéder à ce changement drastique. Le saviez-vous ? Selon Sky Sport Italia, cette décision a été prise d'un commun accord entre la Direction et Luciano Spalletti. Concernant Spalletti, il existe plusieurs similarités entre cette saison et la dernière de son aventure romaine. Des critiques envers le club, une crise existentielle avec le Capitaine de l'équipe. La seule différence est qu'à Rome, il était en fin de contrat. A Milan, il est lié jusqu'en 2020. Selon Fabrizio Biasin, il serait également fort probable que le numéro 9 interiste soit le grand absent du déplacement au Rapid de Vienne. Update Abian Morano, l’ancien agent d’Icardi s’est livré sur la situation : "Pour un club comme l’Inter, prendre une telle décision a une signification claire : J’espère que Mauro voit plus loin que cette décision et qu’il s’est rendu compte que le respect doit se gagner." Le changement de capitanat semble satisfaire le vestiaire: "Le Bleacher Report, a posté une photo de cette Bombe Nerazzurra. Si vous y prêter plus attention, vous verrez apparaitre le Like de Marcelo Brozovic, qui semble avaliser le choix pris par la Direction. Il en va de même avec Sky Sport." Fabrizio Ravezzani s'est également livré "Selon moi, enlever le brassard d'Icardi a été une erreur. Il aurait été mieux de le laisser sur le banc pour lui lancer un signal. La décision est très forte, trop forte. Elle compromet définitivement le rapport avec le joueur. A voir." Ivana Icardi, soeur de Mauro "Chronique d'une mort annoncée Mon pauvre frère, mais pourquoi continues-tu à te permettre tout cela ? A l'Inter, ce genre de comportement n'est pas permis. Si tu avais été une personne sérieuse, tu aurais pris acte de la situation et tout cela ne se serait jamais passé." Le motif de la rébellion Wanda Nara est à l'origine des maux actuels de son mari, un audio datant de mai 2018 est à l'origine de l'implosion du vestiaire: "Mauro a un poids très important à l'Inter. Il peut lever un doigt et faire renvoyer des personnes ou insérer des personnes dans l'équipe. Jamais on ne penserait à lui retirer son brassard de Capitaine." En mai 2018, cette phrase de Wanda Nara, prononcée en direct à la radio, donnait le coup d'envoi au vestiaire de l'Inter de la rébellion envers son époux. OFFICIEL : MAURO ICARDI ABSENT A VIENNE Mauro Icardi est le grand absent de la liste des 19 convoqués en vue du seizième de finale de l'Europa League opposant l'Inter au Rapid de Vienne. Voici la liste des convoqués: Gardiens: 1 Handanovic, 27 Padelli, 46 Berni; Défenseurs: 6 De Vrij, 13 Ranocchia, 18 Asamoah, 21 Cedric Soares, 23 Miranda, 33 D’Ambrosio, 64 Nolan Milieux: 8 Vecino, 14 Nainggolan, 20 Borja Valero, 44 Perisic,60 Schirò, 65 Roric Attaquants: 10 Lautaro Martinez, 16 Politano, 87 Candreva Alessandro Altobelli, ancien attaquant de l'Inter "Lorsqu'un club te retire le brassard de Capitaine, c'est qu'il y a quelque chose derrière: L'Inter est très enragée vis-à-vis de Wanda Nara qui va dire sur les plateaux télés des choses à ne pas dire. La prolongation d'Icardi ? Je ne pense pas qu'un million de plus ou de moins change quelque chose pour l'Inter qui dans les dernières années a dépensé tant d'argents. Faire cette prolongation ne servait à rien, je ne l'aurait pas fait car même le joueur vient à être déprécié. A présent, je juge à 30% les possibilités de voir Icardi rester à l'Inter." Corrado Orrico s’est livré sur le changement de brassard "Ce qui se passe est énorme, un séisme. Mais du point de vue de l’Inter, c’est inestimable : Samir Handanovic vu son ancienneté et son comportement dans le groupe de travail mérite ce brassard, mais la saveur est sujette a polémique, sans parler de la réponse à fournir de Wanda. L’arrivée de Beppe Marotta est synonyme de sévérité : Il est ferme et il est juste de mettre de l’ordre dans toute cette série de discours polémiques. Il est juste et opportun de miser sur la discipline et non sur les activités en cours, il a bien fait de faire fermer des bouches." "Icardi peut rester à l’Inter si la situation s’améliore au niveau salarial. Les Bandiere à l’heure actuelle n’existe plus, nous sommes tous citadins du monde et les joueurs vont là où ils sont le mieux payé. Si un club propose 110 millions d’euros à Wanda, il partira. Dans tous les cas, on ne peut pas dire qu’il s’agit d’une situation négative, car cela peut peut-être secouer Icardi qui s’était endormi sur ses lauriers." "Il y a déjà eu une situation similaire à Parme avec Radja Nainggolan qui a retrouvé son moteur dans le milieu interiste. Marotta veut montrer qu’il est là et qu’il est ferme, je suis curieux de voir les réactions de Spalletti car seul Helenio Herrera et Josè Mourinho ont su tenir leurs vestiaires à l’Inter et ceux qui sortaient de leurs lignes des conduites, ils leurs donnaient un coup de pied au cul pour les remettre dans les rangs. Pour le reste, on a eu droit à tout à l’Inter…" Maurizio Pistocchi "Nous faisons face à une situation insoutenable, avec l'épouse et agent du joueur qui attaque à la télé le Club, l'entraîneur et les joueurs. L'Inter a pris l'unique décision possible. Si Mauro Icardi aime les couleurs Nerazzurri, c'est le moment pour lui de le prouver." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Un grand nombre de tifosi ont apprécié le changement de Capitanat. Néanmoins beaucoup ont été surpris de voir Samir Handanovic primé alors que Milan Skriniar est le Capitaine de cœur de nombreux tifosi. Matteo Barzaghi, présent à Vienne pour Sky Sport, a révélé la motivation du club : "Handanovic est un des leaders du club. Il s’agit d’un homme qui ne parle pas énormément, mais qui, lorsqu’il décide de s’exprimer, est écouté par tous. De plus Handanovic, et c'est à ne pas négliger, est un homme qui lorsqu’il se trompe, n’hésite pas à prendre ses responsabilités et ce, même devant les caméras." "Les qualités de Samir ont mis tout le monde d’accord, aussi bien la Direction que l’intérieur du vestiaire." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Ce week-end, Samir Handanovic a de nouveau prouvé être un gardien de confiance, en maintenant une nouvelle fois sa cage inviolée. Malgré son âge, il restera quoiqu’il arrive un maillon fort de l’Inter actuelle pour les prochaines années. Toutefois l’Inter est dans l’obligation de songer à son successeur, le jour où ce dernier prendra sa retraite ou partira pour un dernier défi. Selon Calciomercato, l’Inter et Cruzeiro se sont mis d’accord sur le transfert de Brazao, jeune gardien brésilien né en 2000. Le coup du transfert est estimé à 2,4 millions d’euros et Brazao arrivera en Italie au terme du tournoi U-20 qui se déroule actuellement en Amérique du Sud. Dès son arrivée en Italie, il sera initialement prêté pour 18 mois au Chievo Vérone afin d’engranger l’expérience nécessaire pour devenir le futur gardien titulaire de l’Inter. Le dernier transfert d’un portier en cours de saison remonte à Janvier 2005 où dans l'anonymat le plus complet, le club de Flamengo avait céder son portier pour une somme de 2,45 millions d’euros au Nerazzurri. Prêté également dans l’ombre il aura fini par prendre le poste de Francesco Toldo dans les cages interistes. Ce gardien se nommait Julio Cesar. La Fiche de Brazao sur Internazionale.fr Souhaitons à Brazao de connaitre un parcours similaire à Julione chez nos Nerazzurri, un parcours couronné de succès et de titres ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Malgré un début de saison compliqué, Samir Handanovic a retrouvé toute sa superbe. Ce matin, la Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur le numéro 1 Nerazzurro actuel, Homme du match avec une nouvelle prestation de très haut niveau face à Sassuolo. "Prenez Handanovic et le 0-0 qui va avec face Sassuolo. Ce point engrangé par l'Inter porte la signature de son gardien. Son réflexe sur la tête de Boateng, ce contre sur Boga ont permis à l’Inter d’engranger un point destiné à s’envoler. Hier très probablement que Marotta, Ausilio et Gardini ont dû en discuter avec Luciano Spalletti lors du petit déjeuner à Appiano Gentile" Best of The Best 2018 Il n’y a personne qui rivalise avec le gardien Nerazzurro sur l’année solaire 2018 : à 18 reprises, il a conservé ses cages inviolées. Au Meazza, nous en sommes à présent à une septième rencontre de suite sans prendre un but, soit plus de 630 minutes de jeu. Le dernier à l'avoir battu fut Chiesa, ou plutôt Skriniar le 25 septembre. L’auto-but du Slovaque est le dernier but encaissé par l’Inter au Meazza. L’Inter est à la recherche d’un titre et pour cela elle mise sur sa défense qui verra Godin se rajouter. Parlant du Mercato, Handanovic a écarté toute hypothèse d’un changement de poste actuellement. Le choix de Brazao qui ira en prêt au Chievo pour 18 mois d’apprentissage confirme que le portier Nerazzurro ira jusqu’à la fin de son contrat qui est en 2021. En effet, les points qu’il rapporte compte lors du décompte final et le moins que l’on puisse dire c’est qu’Handanovic en rapporte énormément. Demain, l’Inter reprendra les chemins de la Pinetina, après une journée de pause octroyée par Spalletti. L’entraîneur devra s’attarder sur le manque de mordant de son attaque, et il devra aussi prêter attention et confirmer les statistiques de sa défense. Au niveau défensif, l’Inter peut se targuer de disposer de la seconde place, immédiatement derrière la Juve qui n’a subi que 14 buts. Statistique intéressante, l'Inter est la meilleure défense des premières-mi-temps jouées sur l’ensemble des cinqs plus grands championnats européens. Le mérite de Samir revient également aux mécanismes défensifs de l’Inter, une constante que l’on ne retrouve pas hélas en attaque où il n’y a pas cette fluidité offensive.... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Le gardien slovène de l’Inter, Samir Handanovic, a été interviewé par la chaîne télévisée DAZN après le match nul face à Sassuolo. Les Neroverdi s'étaient procurés les meilleures occasions au Meazza mais ont butté sur un Samir Handanovic des grands soirs. "J'ai fait quelques arrêts, mais c'est mon travail", a-t-il déclaré en haussant les épaules. "Ce fut une rencontre équilibrée et je pense que le partage des points a été le meilleur résultat (au vu de la physionomie de la rencontre).Les deux équipes voulaient pratiquer un beau jeu, mais il est temps pour nous de nous de nous focaliser sur notre prochain match". "Lorsque vous gardez votre cage inviolée, le mérite revient à toute l’équipe, mais cela dépend aussi du nombre de chances que vous accordez à vos adversaires. Nous sommes bons, mais nous devons nous améliorer. Ce fut un bon début." Ce match était inhabituel, car il se jouait à huis clos à cause des abus racistes des supporters de l'Inter. Vous avez donc bénéficié d'une dérogation spéciale permettant à 11 000 enfants d'écoles locales d'assister à cette rencontre. "Nous avons vu les enfants s'amuser et faire du bruit. C'était charmant, car c'est triste de jouer dans un stade vide.”
  20. Samir Handanovic traverse actuellement une période faste. Hauteur d'arrêts cruciaux, il est parvenu à relancer le débat relatif à ses performances, mais également à son âge. Tuttosport s'est également penché sur le sujet, voici l'analyse du quotidien turinois: "L'idée de Suning est de marcher dans les pas de la Juve, de ce qu'elle a réalisé durant ses quatre saisons où Buffon était titulaire, tout en ayant recruté d'autres gardiens dont Szczesny qui a pris le temps de s'acclimater et de devenir l'autre "numéro un" de la Vieille Dame, plutôt que le classique douzième homme." "Sans manquer de respect à Storari qui était le remplaçant de Buffon de 2010 à 2015, dès la saison 2015-2016 la Juve a décidé de songer à l'avenir en partant à la recherche d'un gardien réserviste : Neto, Szczesny et à présent Perin. Soit trois joueurs qui dans n'importe quel autre club auraient eu un rôle en titulaire." "L'Inter présente une similitude, car malgré tout le respect que l'on a pour Carrizzo ou Padelli, nous sommes loin de l'âge d'or, de l'effectif des titres et du Triplé, d'une période ou Mancini et Mourinho pouvaient aisément compter sur Julio Cesar et Francesco Toldo pour défendre ses buts." Il suffit de se baser sur les saisons 2016-2017 et 2017-2018 pour comprendre cette évolution "Buffon, en deux saisons, a disputé 51 matchs sur 76, en laissant 8 matchs à Neto en 2016-2017 et 17 matchs à Szczesny en 2017-2018. Du côté de l'Inter, Handanovic a disputé 75 rencontres, en octroyant un match à Carrizo lors de la saison 2016-2017 et aucun à Padelli l'année dernière." "Padelli qui est l'actuel remplaçant de notre Samir voit son contrat arriver à son terme en juin 2019. Pour l'heure les discussions sont gelées, aussi bien par le Club, que par le joueur qui évaluerait l'idée de vivre une nouvelle expérience." "L'Inter dispose de jeunes gardiens qui font actuellement leurs dents dans diverses catégories. L'un d'entre-eux sort du lot: Ionut Andrei Radu. Vendu au Genoa l'été dernier pour 7 millions d'euros, l'Inter dispose d'un droit de rachat. Actuellement le roumain joue en qualité de titulaire en alternant les performances, néanmoins il est évident qu'il dispose de qualités importantes." "L'autre joueur en ligne de mire se nomme Alessio Cragno. Âgé de 24 ans, il est l'un des meilleurs gardiens de la Serie A actuelle. Ne faisant "seulement" qu'1m84, il est observé par l'Inter." Trouvez-vous bonne cette idée de continuer avec Samir Handanovic, en attendant de former son successeur ? Cette situation s'est déjà produite lors de l'arrivée de Julio Cesar à l'Inter... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Samir Handanovic est actuellement l'auteur d'une saison en demi-teinte. Auteurs d'excellentes prestations, il est également capable de connaitre des absences qui, vu son poste, peuvent s'avérer fatale pour l'Inter. Vu son âge, le Club est à présent dans l'obligation de songer à l'avenir. Un digne descendant des Légendes En effet, le futur gardien de l'Inter aura une lourde responsabilité sur ses épaules. Ce dernier, qui revêtira le maillot flocké du numéro 1, succédera à une armada de gardiens légendaires et qui auront marqué l'histoire de l'Inter. De Walter Zenga à Samir Handanovic, tous ont connus leurs moments de gloire. De Francesco Toldo à Valence, au Triplé de Julio Cesar, tous ont su s'avérer décisifs à l'instant X. Pour la Gazzetta Dello Sport, même si Handanovic est un titulaire indiscutable, l'Inter se doit de partir à la recherche de son remplaçant, d'un gardien qui pourra endosser immédiatement le rôle de gardien numéro un de l'Inter. Dans ce milieu très fermé, deux joueurs sortent du lot actuellement: Alphonse Areola Agé de 25 ans, il évolue à Paris, mais il souffre de la concurrence proposée par Gianluigi Buffon. Ces derniers jours, la presse française fait part d'un certain mal-être du joueur qui, étant en fin de contrat, pourrait quitter le club parisien gratuitement durant l'été. En effet, même si Paris souhaite prolonger le joueur, ce dernier n'a toujours pas paraphé de prolongation. L'Inter analyse la situation et est prête à intervenir en cas de rupture entre l'international français et le club de la Capitale. Pour Piero Ausilio, il se pourrait également, vu le nombre de soupirants, qu'Areola se voient proposer un salaire plus important qu'à la normale. Cette option est à prendre très au sérieux. Alessio Cragno Il s'agit du second gardien évalué par Piero Ausilio. Concernant ce dernier, la situation serait différente de celle proposée à Areola. Si pour le français, un poste de titulaire est proposé, pour Alessio, l'Inter souhaiterait le recruter, conserver Handanovic qui devrait l'accompagner dans sa croissance et dans son intégration à l'Inter, durant peut-être une saison, avant de lui laisser les gants. Recruter Cragno ne serait pas gratuit. En effet, Giulini a refusé, il y a un an, une proposition estimée entre 18 à 20 millions d'euros en provenance du Napoli. Questionné au sujet de l'intérêt de l'Inter, voici ce qu'à répondu l'italien : "Je n'y pense pas, et je n'ai même pas le temps d'y penser, je me sens trop bien à Cagliari, je suis lié à ce club, je veux faire de belles choses ici. J'ai acheté une maison dans le centre, c'est un investissement." S'il fallait choisir l'un des deux au niveau de la motivation, nul doute que l'italien s'est tiré une balle dans le pied... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Internazionale.fr vous propose les réactions des joueurs après-match suite à la défaite face à l'Atalanta. Aucun commentaire sur les réseaux sociaux. Seuls deux joueurs nerazzurri ont accepté de répondre aux questions de DAZN (obligation contractuelle). Gianluca Mancini - "L'un des premiers messages était celui de Materazzi, pour moi il reste quelqu'un d'important qui me sert d'inspiration. Le but m'a apporté de la joie, car nous les défenseurs nous ne marquons pas tous les dimanches. Mais ces 3 dernières semaines cela m'est arrivé. Pendant la semaine nous avons tellement travaillé sur nos possibilités sur coup de pied arrêté, Gasperini a insisté sur le fait que nous pourrions faire mal de cette façon. Nous avons su être durs. Et nous avons aussi été bons à ne pas nous renfermer après ce début de seconde période. Le penalty ? Je ne sais pas s'il est justifié ou pas. A chaud, il me semblait que non, Politano était trop près, et je ne sais pas où j'aurais pu mettre mon bras sans que le ballon ne le touche. Mais ça ne change rien". Samir Handanovic - "Qu'est-ce qui change après ce match ? Nous avons besoin de redescendre d'une marche, ce match confirme que nous ne sommes peut être pas assez matures pour tenir certains discours. Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné ? Rien n'a fonctionné. L'Atalanta a été meilleure dans tous les compartiments du jeu et mérite sa victoire". Roberto Gagliardini - "Le match contre Barcelone a influé, mais ça ne doit pas être une excuse. Trop d'erreurs, trop d'inattentions. Nous savions comment ils jouent et nous n'avons pas réussi à reproduire sur le terrain ce que nous avions travaillé. Une lourde défaite, cela doit seulement être une erreur de parcours. Nous devons nous remettre tout de suite en piste après la trêve. Ce n'est pas facile de faire de la possession de balle avec cette Atalanta. Nous avons fait des erreurs et par dessus tout surtout quand nous reprenions le ballon. De chaque défaite nous devons apprendre de nos erreurs et les examiner. Aujourd'hui c'est un faux pas. Il sera important après les matchs internationaux de reprendre le bon chemin".
  23. C'est la controverse du moment, en conférence d'après match, Mark Van Bommel, l'entraineur du Psv et ancien Rossonero, a critiqué ouvertement l'arbitrage de la rencontre, suite à la non-expulsion de Samir Handanovic et d'un hors-jeu de Mauro Icardi sur le but inscrit par Mauro Icardi. Le hors-jeu étant extrêmement limite, nous nous concentrons uniquement sur l'action qui fait réagir actuellement, la sortie ratée du portier slovène. La Réaction de Van Bommel et l'analyse de la presse transalpine Pour Luca Marelli, ancien arbitre, Mirolad Mazic a bien agi en n'excluant pas Handanovic. "Voici une rapide explication sur le carton jaune attribué correctement à Samir Handanovic : Bergwjin arrive lancé sur l'aile gauche et Handanovic sort de sa surface de réparation. L'attaquant du PSV Eindhoven n'allonge pas la balle verticalement, mais il la déplace à sa droite." "Sur cette première photo, Handanovic n'a pas encore touché le ballon, mais Bergwin est déjà distant de ce dernier d'un bon mètre." "Si Handanovic n'avait pas touché la balle avec sa main, l'attaquant aurait du s'arrêter, inverser la direction de sa course, reprendre possession de la balle qui était partie sur sa droite et contourner le gardien avant de frapper au but." "Combien de temps cela aurait-il mis pour accomplir une telle opération ? Disons quelques secondes pour être dans un temps de jeu serré." "Durant ces quelques secondes, les trois défenseurs de l'Inter se seraient retrouvés dans cette zone, et celui qui était le plus proche d'Handanovic aurait pu facilement contrer Bergwjin. " "De plus, si nous considérons la position excentrée de l'action, et en étant un minimum objectif, je ne trouve pas un seul élément qui pourrait soutenir la sortie d'un carton rouge." Etes-vous d'accord avec Marelli ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...