Aller au contenu
Calendrier

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'samir handanovic'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

49 résultats trouvés

  1. Suite à la positivité de Rugani (Juventus) l’Inter a été mise en quarantaine. La période d’isolement obligatoire étant terminée hier, le Club a autorisé, comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, le départ de ces internationaux non-italiens pour raisons personnelles familiale grave. "Pour l’heure personne n’a été dépisté et personne n’a présenté de symptômes." En accord avec la législation en vigueur, deux joueurs ont pu rentrer au pays Marcelo Brozovic Parti hier soir à destination de Zagreb, Brozo est resté impressionné par deux secousses sismiques qui ont apeuré les citoyens de la Capitale de la Croatie dimanche à l’aube. Par chance, aucune victime n’est à déplorer mais une trentaine de personnes ont été blessés. 250 bâtiments sont sérieusement touchés. La famille proche de Marcelo vit à Zagreb et, immédiatement après avoir reçu l’autorisation de l’Inter, l’unique pensée du milieu de terrain était de rejoindre la Croatie, lui qui se montrait plutôt détendu et plaisantin sur les réseaux sociaux lors des premiers jours d’isolement Samir Handanovic Revenu sur le terrain face à la Juve, il a été autorisé à rentrer à Lubiana (Slovénie) où le nombre de contagion au Coronavirus est sous la barre de 500 contaminés. Si le Club conseille de ne pas quitter Milan, ses "étrangers" peuvent disposer de plus de liberté. Romelu Lukaku & Cie Mis à part son Capitaine et son Vice-Capitaine, l’Inter n’a vu aucun autre joueur introduire une demande pour rentrer dans son pays natal Pourtant, un des joueurs qui est pourtant parmi les plus atteint de cet isolement se nomme Romelu Lukaku. La Famille de Big Rom vit à Bruxelles et une demande de départ pour la Belgique n’est pas à exclure, étant donné qu’aucune date de reprise à l’entrainement n’a pas été programmé En Uruguay, la presse locale annonce un possible retour au pays de Diego Godin et Mattias Vecino, si rien n’est confirmé à l’heure actuelle, la situation reste en constante évolution ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Une absence de 45 jours, c'est long. Et quand il s'agit de l'un des meilleurs portiers d'Europe, ça pèse. Demain Samir Handanovic fera son retour sur la pelouse du Juventus Stadium et il est appelé à une mission bien relevée, défendre son antre pour tenir l'équipe dans la course au titre. Celui qui en est à sept clean sheet cette année en Serie A, se verrait bien en refaire un nouveau ce dimanche soir. Autre statistique, il compte 30 pénaltys repoussés sous nos couleurs, un de moins que Gianluca Pagliuca. Et c'est justement ce dernier qui s'est exprimé pour le Corriere della Sera, lui qui a connu de nombreux derbys d'Italie aussi. "Son retour est fondamental. Bien entendu être un mois et demi sans jouer peut poser problèmes à tout gardien de but. Il faudra un moment pour reprendre ses repères, notamment sur les sorties. Il est clair que l’œil reprendra un temps pour s'y habituer et c'est une question de millisecondes. Mais c'est une référence depuis des années et l'avoir pour ce type de match, c'est capital. C'est une chose d'avoir son gardien de réserve, une autre d'avoir son portier titulaire sur le terrain, qui plus est le capitaine de l'équipe. C'est facile de dire qu'un gardien ne doit que stopper ce qui arrive, mais ce n'est pas ça du tout. Il doit gérer sa défense, les distances, les moments calmes et plus délicats, où son rôle est crucial pour tous." Son absence s'est faite sentir, surtout que son remplaçant Padelli n'a pas répondu aux attentes en coutant des points au groupe. "Il y a un niveau de compétences qui, dirons-nous, est indiscutable. Mais ce qui est encore plus important c'est le niveau psychologique. Avoir le capitaine de retour ça redonne confiance au reste de l'équipe. Quand il n'est pas là, ce sont beaucoup de certitudes qui s'en vont avec lui." Au match aller l'Inter avait subi sa première défaite en championnat, la seule jusque celle contre la Lazio il y a peu. Elle se présente à Turin loin de chez elle et sans public, pour y jouer une échéance très importante pour le reste de la saison : "S'il y avait eu le public j'aurais donné un avantage, disons 55%, pour la Juventus. Mais à huis clos tout est remis à zéro, et Handanovic est un gros point positif en faveur de l'Inter." ®gladis32 - internazionale.fr
  3. Samir a accordé une longue interview au mensuel Il Calciatore. Il y évoque son enfance, les ambiances et des sujets plus graves. Extraits : "Au départ quand je faisais du foot à cinq je ne jouais pas gardien. Je n'ai d'ailleurs pas fait que du foot même si j'ai eu plusieurs albums Panini, mais aussi du basket et du volley. C'est plus tard vers 11-12 ans que j'ai fait le choix d'aller dans les cages. C'est en regardant mon cousin Jasmin, qui est six ans plus âgé, que je l'ai fait. J'ai cru en cette possibilité et je remercie encore mes parents pour leurs sacrifices. Un jour l'Udinese a appelé et je suis parti. Je suivais déjà le football italien donc je me trouvais chanceux d'y être. Là-bas ils m'ont aidé à grandir et j'y ai trouvé d'excellentes personnes." Les caméras jouent-elles sur votre comportement ? "Je trouverais triste que l'attitude des joueurs ne s'améliore que par le fait des caméras qui sont pointées vers eux. Nous avons le privilège d'être professionnels dans ce qui d'abord et avant tout un sport. Un domaine aux valeurs morales élevées, claires et communes à toutes les disciplines. Nous ne devons pas oublier la responsabilité d'avoir des millions de personnes qui nous regardent, sachant qu'il y a une partie d'enfants." L'important c'est de gagner ? "Oui toujours. Le plaisir pour moi c'est de bien jouer et de gagner, mais ça va aussi sans bien jouer. C'est valable en match mais aussi à l'entrainement car c'est là que tout se construit. La mentalité, l'attitude, l'harmonie entre nous. Les rencontres c'est entre 20 et 30% de notre temps, où on récolte ce que l'on a semé auparavant." Le racisme touche beaucoup le foot : "Il provient de l'ignorance. C'est une bataille à mener avant tout en amont. Nous sommes en fin de chaine et nous ne pouvons que condamner. Pour la violence en tribune, c'est un autre combat. Je pense qu'il suffirait de voir comment ils ont résolu le problème ailleurs. J'ai du mal à trouver le sens de certains épisodes que je vois ou lis." Un mot sur votre futur ? "Il est tôt et pour l'instant je ne pense qu'au prochain match." Regardez-vous les compositions avant le match ? "Non je ne les regarde généralement pas, même si dans certaines circonstances j'ai quelqu'un qui me dit ce qui mérite mon attention." Quelle est votre match parfait ? "Pour le moment j'en ai deux. La sérrie de play-off en 2010 contre la Russie pour aller à la Coupe du Monde 2010, en Afrique du Sud. Nous nous sommes qualifiés au retour à la maison, à Maribor dans un stade plein et en feu. C'était un peu David Contre Goliath, on se sentait désavantagés. Après le but de Dedic, que j'ai célébré tout seul dans ma surface, j'ai trouvé la rencontre très longue." Et au contraire une partie à rejouer ? "Pour tout dire, tous ceux qui se sont finis par une défaite. Mais si je dois en démarquer un ou deux, le Arsenal-Udinese et celui contre Dortmund cette année. Le premier car l'équipe était décimée par les blessures. Nous n'étions pas au complet et nous avons perdu 1-0 et 2-1. Et celui contre le Borussia car ce n'était pas du tout ce que nous voulions." Quels sont vos stades préférés ? "Ceux qui sont le plus chaleureux comme le Marassi, le Meazza, le Celtic Park et celui du Borussia aussi. Les tifosi sont proches. Je ne suis jamais allé à Anfield et j'aimerai vraiment connaitre l'ambiance à laquelle tout le monde fait référence." ®gladis32 - internazionale.fr
  4. Si en ce premier jour de la semaine, l’Inter a toute les raisons d’avoir la gueule de bois suite à sa défaite à l’Olimpico et une troisième place de Serie A, une éclaircie est venu égayer la journée d'Antonio Conte. Samir Handanovic est de retour ! En effet, si Ludogorets à toute ses chances de trouer les filets vu la présence quasi confirmée de Daniele Padelli dans la cage Nerazzurra, dès ce week-end, le Capitaine Nerazzurro reprendra sa place de titulaire indiscutable. Voici la révélation de la Gazzetta Delo Sport: "Le plan est le suivant : Padelli jouera, en qualité de titulaire, encore un match: Celui de L’Europa League face à Ludogorets, ensuite puor le match à domicile face à la Sampdoria de ce 23 février, on mise sur le retour d’Handanovic." "La rencontre face aux Blucerchiati sera pour le gardien slovène un test en vue de la Super-Rencontre de Turin face à la Juve, un match où toute erreur sera interdite. L’optimisme et de mise sur la guérison du Capitaine, sa fracture du petit doigt gauche arrivant à terme. Toutefois, le Capitaine Nerazzurro continuera à suivre une thérapie afin de ne pas brûler les étapes." "Handanovic même durant ces deniers match courrait, renforçait ses jambes et se présentait sur le banc en avant-match. C’est d’ailleurs lui qui entraînait Padelli avec des tirs. Mais c’est un fait objectif, Handanovic n’avait plus touché de ballon. Réévalué quotidiennement par le Staff Médical de l’Inter, Samir est sur la voie de la guérison, mais la prudence reste de mise." Reste juste à prévenir Lukaku de ne pas lui envoyer une mine à la Meret à l’entrainement ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. p-h08

    Samir Handanovic

    Actualité et biographie de Samir Handanovic : https://www.internazionale.fr/joueurs/samir-handanovic/
  6. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport, notre Capitaine sera de retour, en pleine possession de ses moyens pour la confrontation face à la Sampdoria le 23 février prochain, sauf complication. Samir sera donc absent ce soir face au Napoli et pour la confrontation directe face à la Lazio ce dimanche soir. Le fait que Samir récupère bien complique la signature de Viviano qui, s’il a réussi sa visite médicale, est clairement hors forme. En effet, pour que Viviano soit pleinement opérationnel, il faudrait à ce dernier une dizaine de jour avant de l’aligner, soit le 22 février prochain. Toutefois, le club et le staff technique restent toujours penché sur la question. Conte réclame un nouveau gardien En effet, si Batmanovic va prolonger son contrat, derrière lui, reste le néant: Daniele Padelli, hors sujet face au Milan va sur ses 34 ans, Tommaso Berni, troisième gardien et homme du vestiaire va sur ses 36 ans. Samir lui-même est âgé de 35 ans L’avenir de la cage Nerazzurra pourrait donc se voir confier dans le futur à l’un des trois joueurs suivant : Juan Musso qui évolue à l’Uidnese. Alex Meret qui avait bien débuté au Napoli avant de connaitre quelques problème avec Gattuso Ionut Radu qui fait partie de l’Inter, mais qui est parti en prêt à Parme, la veille de la blessure du numéro 1 slovène. Comme vous pouvez le constater, Viviano n’est en aucun cas cité....Sur qui miseriez-vous pour l’avenir ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Interviewé par Inter TV dans le cadre de l’émission ‘Unboxing’, le Capitaine de l’Inter a décidé de se livrer sans filtre. Le livre de l’Histoire de l’Inter "J’aime lire, cette passion est née quand j’étais plus jeune et que je jouais à Rimini et à Udine. Je lisais ce qui m’intéressait. Un jour, lorsque j’ai commencé à lire quelque chose d'intéressant, j’ai commencé à vouloir lire plus. A début, je m’intéressais plus aux livres sportifs ou de ceux sur la psychologie, puis j’ai commencé à lire un peu de tout." Mes auteurs ? "Nabokov, Dostojevskij même si je l’ai peu lu. Mon livre préféré est "La défense de Luzin" de Nabokov. Il s’agit d’un joueur d’échec, ce qui est aussi une autre de mes passions. Le meilleur final que j’ai lu se retrouve dans "La Forêt Norvégienne." Pourquoi cela m’a-t’il marqué ? "Il faut le lire." Le masque de Batman "C'est le surnom de Roberto Scarpini, et il me convient." Que veut dire défendre les buts de l’Inter ? "C’est toujours une fierté et un privilège, pour moi cela signifie beaucoup, c’est le rêve de nombreux enfants." "Le métier de gardien a beaucoup changé ces dernières années, notre rôle a toujours plus d’importance dans le jeu, un gardien doit savoir faire plus de choses comparé au passé. Les règles ont changés, les ballons sont plus rapides, il faut savoir jouer avec les pieds." "Le rôle a évolué. Et selon moi, il est amené à encore plus évoluer et à avoir encore plus d’importance. Le gardien est un homme seul, c’est comme s'il pratiquait un sport individuel, et lorsqu’il se plante, c’est un but derrière, personne ne peut lui venir en aide." Ma plus belle parade ? "Celle du derby l’année dernière face à Hakan Calhanoglu. Le niveau était très difficile." Le brassard de Capitaine "Il signifie tellement, c’est une fierté. Je pense aussi que mes équipiers en sont ravi. Juste dire que j’en suis fier n’est pas suffisant." A quoi penses-tu avec une toque de cuisine ? "A bien manger, le cuisinier de l’Inter est très bon. Mon épouse m’aide en cuisine, j’aime bien manger comme tout le monde." Que cuisines-tu de bon ? "Va le demander à mon épouse, je cuisine le poisson. J’aime toute la cuisine italienne, si je devais opter pour une chose en particulier, ça serait la Pizza. Une marinière simple." Il se dit aussi que tu aimes la glace… "J’aime les glaces, j'en mange une fois par semaine et quasiment tous les jours en été. A Milan, les glaciers sont très bons, j’y amène mes amis et ils sont toujours surpris, j'ai une faible pour la pistache, la noisette et le chocolat." Le kit du pécheur "J’aime pécher avec des filets, j’aime aider les pécheurs à le retirer. Lorsqu’il y a du monde, je peux y rester longtemps. Cela me relaxe durant 3-4 heures, tu ne penses à rien d’autre, c’est dans un sens une forme différente d’entrainement." "C'est une belle chose qui demande aussi de l’organisation. Je suis plutôt un homme de la mer, je préfère le chaud au froid, j'aime bien nager au soleil." Où je me vois dans le futur ? "Je ne sais pas, j’aime l’instant présent, jouer au football. Je resterai très certainement actif dans le sport. Je veux rester dans cette ambiance, j’aime le terrain. Je suis un passionné de football, je vis l’instant présent et je ne me fais pas de plan." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Absent face à l’Udinese pour cause d’une fracture du petit doigt gauche, Samir Handanovic pourrait tout de même être aligné pour le Derby de Milan ce dimanche. Révélation du Corriere Dello Sport La journée décisive aura lieu ce vendredi ou ce samedi. A ce moment-là, le Numéro Un slovène testera la condition physique de sa main gauche. Son éventuel titularisation reste un danger, car pour guérir d’une telle fracture il faut au moins 3 semaines. Le Derby se tiendra après tout juste 10 jours... Raison pour laquelle Conte, qui pleure pour son retour, devrait conserver en cas de titularisation, le dernier changement jusqu’à la toute dernière seconde, afin de parer à l’éventualité de voir Samir recevoir un autre coup sur ce doigt. Du côté de Daniele Padelli, qui avait été fiévreux la semaine dernière, celui-ci s’est entraîné régulièrement. Candreva/Moses ? Reste à présent à voir qui sera aligné sur l’aile droite Nerazzurra. Qui pourra mieux contrer Theo Hernandez entre Moses et Candreva... En terme de vitesse pure, le nigérian est capable de contrer le gaucher rossonero, mais rien ne dit qu’il sera capable de tenir l’intégralité de la rencontre. En effet, Moses à Udine, avait calé dès la reprise. Serait-il plus judicieux de le lancer en cours de match vu le prochain tour de force à venir ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Suite à la victoire de l’Inter face à l’Udinese, Samir Handanovic s’est soumis à des examens médicaux afin de faire l'éclaircissement sur la nature de ses douleurs ressenties à la main gauche. Voici le communiqué du club : "Samir Handanovic s’est livré à une radio suite à un traumatisme ressenti à sa main gauche lors d'un entrainement. Les résultats ont mis en évidence une fracture du cinquième doigt. Sa condition physique sera réévaluée quotidiennement." Entrainement avec un tuteur... Selon la Gazzetta Dello Sport, Handa s’entrainera avec un tuteur particulier afin de comprendre si, malgré cette blessure, il sera capable de jouer. Dans le cas contraire, ce sera à nouveau à Padelli de veiller sur la cage Nerazzurra. ….mais attention à ne pas empirer la situation Le Corriere Dello Sport est revenu sur la blessure de Samir Handanovic qui s’est fracturé le petit doigt. De façon objective, ce type de blessure nécessite un arrêt estimé entre 3 et 4 semaines. Calendrier à la main, le Capitaine Nerazzurro devrait donc être de retour au plus tôt pour le 23 février face à la Sampdoria, au plus tard, le 1er mars à Turin face à la Juventus. L’espoir Nerazzurro consiste à le voir de retour afin de disputer la Coupe d’Italie, voir l’Europa League, raison pour laquelle la situation sera réévaluée quotidiennement. Handanovic s’est blessé à l’entrainement durant le premier entrainement en compagnie du préparateur des gardiens Bonaiuti, avant de rejoindre l’équipe. Le Capitaine de l’Inter a immédiatement compris qu’il s’agissait d’une blessure importante vu la douleur ressentie. Radio en main, la fracture a été confirmée. Toutefois, en tant que grand professionnel, le Capitaine n’a pas hisser le drapeau blanc et s’est présenté dans le car samedi après-midi direction le Frioul. Il avait souhaité être proche de son ami Padelli qui allait devoir jouer. L’avis de Luca Marchegiani Celui qui fut la chose de Ronaldo lors de la Finale de la Coupe de l’Uefa 1998 au Parc des Princes, s’est livré sur le type de blessure dont souffre Handanovic. "Handanovic ? L'index et le pouce sont les doigts qu'utilisent un portier, le petit doigt inquiète moins. Je le bandais afin qu'il soit rigide et je le pliais légèrement." Le regret Radu En effet, si cette blessure avait eu lieu ne fut-ce que 3 à 4 heures avant la fermeture du mercato hivernal, l’Inter aurait rapatrié Ionit Radu qui venait de partir en prêt à Parme. Il n’aurait donc fallu qu’une seule journée pour disposer d’un gardien de haut niveau dans les cages. A présent, et en fonction de l’évolution de la guérison, l’Inter analysera la situation, mais pour l’heure, elle refuse de retourner sur le Mercato afin de recruter en qualité d’agent libre soit Emiliano Viviano qui en a terminé avec le Sporting Lisbonne depuis septembre dernier, mais qui s’entraine avec la Samp, soit Curci. En cas d’indisponibilité importante, retourneriez-vous sur le mercato à l’instar de ce qu’il s’est produit dans l’Inter de Stramaccioni en 2011 avec la blessure de Diego Milito ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Selon le Corriere Dello Sport, une fois ce mercato hivernal terminé et outre les opportunités à paramètres zéros à venir, l’Inter veut mettre fin aux discours relatifs à deux de ses piliers : Le contrat de Samir Handanovic devrait être prolongé d’un an, avec une importante augmentation. Le contrat de Lautaro Martinez, avec une clause libératoire de 111 millions d’euros qui n’avait pas été activé l’été dernier par le Fc Barcelone, devrait également être prolongé, avec peut-être une augmentation de la clause libératoire. Il se dit également que les contrats d’Esposito, de Barella, de Bastoni et de D’Ambrosio seront révisés. Valideriez-vous l’intégralité de ces transactions ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Pourquoi Handanovic s’est livré de la sorte en conférence de presse ? En effet, Inter-Cagliari a laissé des traces à la Casa Inter. Pas au niveau de l’adversaire qui a joué le jeu, mais plutôt au niveau des décisions arbitrales qui n’ont pas plus à Antonio Conte, qui a d’ailleurs été victime d’un malaise en après-match. Pourtant, vu ce contexte, l’Inter, au lieu de se terre en Silenzio Stampa a dépêché Stellini, le bras droit de Conte et Samir Handanovic. Plus que de la râge, le Capitaine et dernier rempart Nerazzurro s’est montré "anormalement" calme: "Nous n’avons pas réalisé le nul par la faute de l’arbitre, il y a de la lassitude pour cette victoire qui nous a échappée. Si nous n’avis pas gaspiller nos nombreuses chances, on ne parlerait pas de tout cela" L’arbitre ? "Je dirais seulement qu’il n’a jamais rien sifflé en faveur de nos attaquants, mais ce n’est pas le motif du partage…" Mais pourquoi une telle conciliance ? La Gazzetta Dello Sport nous révèle que c’est la ligne de conduire qui a été adoptée suite à une réunion qui s’est tenue entre l’équipe au complet et le Staff dans le Vestiaire. Qui plus est, la Direction Nerazzurra a exigé de voir la Direction Arbitrale afin de faire part d’un arbitrage très particulier ®Antony Gilles -Internazionale.fr
  12. Samir Handanovic s'est livré suite à la contre-performance Nerazzurra face à Cagliari. "Ces matchs doivent être tués. Aujourd’hui nous ne l’avons pas fait et nous nous sommes fait remonter au score, mais nous devons aller de l’avant. Lorsque tu ne réussi pas à gagner, tu as aussi bien de la rage que de amertume. En seconde période, nous avons calé un peu, nous ne parvenions plus à gérer le match." "Aujourd’hui, l’adversaire à tout fait pour égaliser. Nous devons oublier ce match rapidement et nous préparer pour mercredi. Nous serons capable de faire ce que nous ne sommes pas parvenu à faire aujourd’hui." Enragé et fatigué par ce partage ? "Oui, nous sommes toujours enragés lorsque nous ne l’emportons pas, et nous sommes enragé par le fait de ne pas avoir profiter de nos occasions." Un mot sur l’arbitrage ? "Nous n’avons pas fait match nul par la faute de l’arbitre. Nous devons prendre cette responsabilité pour nous-même et ensuite pour d’autre choses. Ce sont des choses qui se comprennent. Il y avait de la nervosité, vous voulez tout donner. Mais ce n’est pas la faute de l’arbitre. Nous aurions dû tuer le match plus tôt. Nous avons eu les occasions, si nous avions marqué avant, nous n’aurions pas parlé de tout cela." Que manque-t-il ? De la lucidité ? Être concret ? "Il nous manque quelque chose certainement, mais ce n’est pas une excuse. Lorsque l’on arrive en fin de match, on perd de la lucidité, nous aurions dû l'emporter plus tôt. Nous avons eu des occasions, il y a eu des erreurs à ne pas commettre si nous voulons ambitionner quelque chose d’important." Conte et l’équipe sont-ils préoccupés ? "Nous ne sommes pas préoccupés parce que nous créons. Ensuite, tu as l’équipe qui est moins brillante, cela peut arriver, mais nous proposons du jeu toujours et dans une certaine quantité. Mais il manque ce petit plus, cette qualité en ce moment. Ce serait plus préoccupant de ne rien proposer et de mal jouer." Y-avait-il trop de pression à être en tête au classement ? "Non, aucune pression. L’Inter doit ambitionner des choses importantes et occuper les premières places. Il y a donc pas de pression qui entre en jeu." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Si Samir Handanovic est le Capitaine de l’Inter, le brassard étant solidement attaché à son bras, Antonio Conte a, selon Sport Mediaset, défini Romelu Lukaku comme son "Sergent", son "Captain Spirit" à l’intérieur du vestiaire de l’Inter ! Des concepts fondamentaux lui ont été formulés : Lukaku devra guider les nouvelles recrues en provenance de la Premier League, Young en premier. Il devra également contribuer à agir tel un "grand frère" pour Sebastiano Esposito, en compagnie de Lautaro Martinez. La Lula devra contribuer à la croissance du jeune et talentueux bijoux de l’Inter, qu’Antonio Conte en personne, à retiré du Mercato ! A présent, il y a lieu d’analyser sous un nouveau jour les déclarations de Romelu lors du repas qui s’est tenu ce mercredi 22 janvier 2020 dans un restaurant milanais : "Mes frères, mes garçons, mes amis, mes compagnons d’équipe"... Des mots qui peuvent à présent raisonner différemment dans l’esprit de tout à chacun. Un Captain Spirit qui démontre également l’atmosphère bénéfique que l’on peut respirer à Appiano Gentile. Gageons que l’attribution de ce brassard virtuel, de ce rôle de grand frère, ravira au plus haut point Mauro Icardi. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Après une victoire au San Paolo, l’Inter est ressorti intacte de son duel avec l’équipe en forme du moment. Pas de défaite, mais un match nul logique au vue de la prestation de l’Atalanta en seconde période. Samir Handanovic Interview à Sky Sport "Le moment pour repousser une tentative est toujours le bon. C’était important, vu la physionomie de la partie, nous savions que l’Atalanta était une équipe difficile à affronter. Je pense que c’est un résultat équitable. Nous devons nous améliorer sous un aspect, lorsque l’on a l’avantage, nous devons gérer différemment les parties. Nous sommes ensemble depuis 5-6 mois et nous nous sommes améliorés. Ce match, peut également nous permettre de grandir, je félicite l’Atalanta." Est-ce de l’étude ou du talent qui vous a permis de stopper le penalty ? "C’est un peu de tout." Les tireurs les plus fort que vous avez affrontés aux tirs au but ? "Perotti, Balotelli, Jorginho et Mendieta. Ils regardent toujours le portier jusqu’à la dernière seconde." Que vous a dit Muriel ? "Comment j’y suis parvenu. Cela faisait deux ans que je n’en stoppais plus… (il rit). Il m’a dit qu’il m'avait vu plonger. Au final on dit beaucoup de connerie." Punchline à Sport Mediaset Qu’auriez-vous dit à celui qui aurait pronostiqué l’Inter en tête du classement en fin de phase aller ? "Qu’il avait raison. Nous avons commencé fort, nous sommes bien partis en première période et nous avions bien préparé la rencontre. En seconde mi-temps, nous avons connu un coup de mou, eux qui étaient sorti un peu du match sont revenus et ont prit le dessus." "Je pense que, finalement, le résultat est juste. Je rajoute également que l’Atalanta est une équipe très forte, cela fait quatre ans qu’elle évolue avec le même entraîneur et dispose de joueurs importants. Ce n’était pas un match facile ce soir." Aux micros de Dazn Quelle était l’ambiance dans le vestiaire ? "Ce qui se passe dans le vestiaire reste dans le vestiaire." Comment vous sentez-vous après ce penalty arrêté ? Vous en avez contré 24 et égalé le record de Pagliuca... "Nous savions que nous aurions une rencontre difficile car l’Atalanta est difficile à jouer, elle a des joueurs très forts. Elle l’a prouvé en Italie et en Europe. Ce n’est pas l'adversaire le plus facile vu le type de jeu que nous pratiquons." "En première période, nous étions les meilleurs, en seconde c’était eux, ils sont revenus dans le match et ont pris le dessus, le nul est équitable." Pensez-vous à la Juve et au classement à présent ? "Nous devons penser à nous améliorer nous-même et la partie de ce soir l’a démontré, nous avons beaucoup de points à améliorer." Stefano Sensi à Inter Tv "Nous savions qu’il s’agissait d’une partie très difficile, avec un rythme très élevé. Nous avons cherché à les presser haut en première mi-temps, en seconde ils ont pris le contrôle du terrain. L’important est que l’équipe réagisse bien lors des moments difficiles. Nous avons souffert ensemble et ramené à la maison un point important. "Je me sentais bien lorsque Conte m’a remplacé. Il est clair que lorsque tu ne joues pas durant deux mois et demi, quasiment trois, que tu le ressens dans le rythme du match. Je m’entraîne avec une grande intensité. Je n’ai pas connu de problèmes et je me sens bien. C’est important." "Nous avons fait face à une Atalanta qui a mis toutes les équipes en difficulté. Nous avons appris à souffrir durant la saison et nous sommes parvenus à conserver notre zone du terrain. Demain, nous observerons nos erreurs et les aspects positifs." "Je suis content mais pas assez, je veux donner toujours plus. Nous avons battu plus d’un record cette année, mais cela ne doit pas nous monter à la tête. Nous voulons arriver en fin de saison de la meilleure des façons possibles." Lautaro à Inter TV "Toute la rencontre fut intense, c’était une rencontre très difficile. Nous avons démarré avec un pressing haut et les équipes ont joué avec une intensité de jeu élevé. Cela me convient, nous devons continuer à travailler. J’aurai pu doubler la mise, mais je ne suis pas parvenu à le faire, c'est dommage." "Je suis déçu d’avoir perdu des points, mais je sais qui nous affrontions. A présent, nous devons continuer à travailler : L’important est de continuer à travailler et de porter l’équipe à un niveau supérieur. Nous avons déjà besoin de nous concentrer sur le match de ce mardi." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Quelques joueurs se sont livrés suite à l’élimination de l’Inter en Ligue des Champions Cristiano Biraghi "C’est normal qu’il y ait tant de déception, nous avons tout donné, nous avons tout tenté, nous n’avons rien à nous reprocher. Nous nous sentirons mal ce soir, mais demain nous devrons penser au prochain match, nous ne devons pas commettre l’erreur de trop souffrir de cette défaite." "Cela fait partie du jeu, nous sommes professionnels. Dimanche soir, ce sera une belle épreuve de maturité pour nous. Nous analyserons le match et nous comprendrons ce que nous aurions pu faire de mieux. Il y a beaucoup de qualité à Barcelone, parfois nous parvenions à sortir de la pression, mais nous devions reculer. C’est notre philosophie de jeu : Parfois tu parviens à réussir à voler le ballon en pressant haut, d’autres fois tu dois courir après, car eux sont plus doués." "Florence est un terrain difficile, lorsque les grandes équipes se présentent, l’ambiance monte d’un cran et cela motive en conséquence l’équipe. Ils ne traversent pas une belle période et ils vont vouloir se donner encore plus." Borja Valero "Le public nous a soutenu jusqu’au bout du bout, nous devons le remercier. Nous aurions mérité la qualification, mais ce sont les buts qui nous ont manqué. Le jeu était un peu lent au milieu du terrain, mais nos attaquants ont été bons pour se créer des occasions." "Ce n’est pas facile ce soir, c’est un coup dur. Mais les joueurs les plus expérimentés doivent faire comprendre à leurs équipiers qu’il y a tant de chemin à parcourir. Nous avons deux matchs important avant la trêve." Milan Skriniar "Nous avons réalisé une bonne partie sous l’aspect tactique, nous nous sommes créé tant d’occasions mais nous ne sommes pas parvenu à inscrire plus d’un but. Contre des équipes de ce niveau, cela se paye. Nous aurions mérité quelque chose en plus, mais hélas, cela se termine ainsi." "Nous ne sommes pas qu’une équipe sur le terrain, mais nous sommes aussi proche hors du terrain et c’est très important. Cette défaite ne doit pas nous stopper, car nous avons encore tant de matchs et d’objectifs. Nous sommes déçu ce soir. Mais dès demain,nous devrons penser au match de dimanche, une rencontre que nous devrons gagner pour rester en tête du classement." Stefan De Vrij "Il y a tant de désillusions pour la non-qualification, mais aucun regret, nous avons tout donné, nous avons eu des occasions et nous avons tout fait pour l’emporter, mais cela n’a pas suffi." "A présent, nous devons nous relever immédiatement et regarder devant nous, en nous concentrant sur le prochain match. Les difficultés doivent nous rendre encore plus fort, nous devons aller de l’avant dans notre parcours, pour remporter les prochains matchs." Samir Handanovic "Il nous a manqué ce second but en seconde mi-temps, nous avons attaqué et eu des occasions, nous avons tout donné, tout essayé. A présent, il faut aller de l’avant. C’est une défaite qui fait mal, mais qui ne doit pas impacter le championnat." "Nous avons encore deux matchs avant la trêve, nous devons récupérer et nous relancer. Pour ce que nous avons démontré lors de cette phase de groupe, nous aurions mérité de passer, mais nous devons aller de l’avant, nous avons connu des hauts et des bas, mais nous avons disputé de belles rencontres." Le message qui fait du bien "Les défaites sont difficiles, mais nous devons relever la tête et continuer à travailler encore plus. Je suis très fier de faire partie de ce groupe" – Lautaro Martinez ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Samir Handanovic figure dans la liste des meilleurs gardiens du Monde. France Football a, en effet, dévoilé les noms des dix nominés en lice pour le Prix Yachine, soit le Ballon d’Or pour un gardien de but. Le numéro Un Nerazzurro fait parti de l’Elite, des possibles lauréats en compagnie d’Alisson Becker (Liverpool), Manuel Neuer (Bayern Munich), Ederson (Manchester City), Andre Onana (Ajax), Wojciech Szczesny (Juventus), Jan Oblak (Atletico Madrid), Kepa Arrizabalaga (Chelsea), Hugo Lloris (Tottenham), et Marc-André ter Stegen (Barcelone) Croyez-vous aux chances de notre portier ? Pensez-vous à un bon classement ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. "Nous n’avons réalisé que 5 journées, il faut rester calme. L’entraîeur a tout pour faire de belles choses et pour continuer ce si beau début. " Francesco Toldo s’est livré au Milano Calcio City, sur l’Inter actuelle Les recrues ? "Il faut éviter des jugements personnels car ils sont tous talentueux, aucun n’est supérieur à un autre. Ensuite, il est évident que Sensi a la capacité de faire tourner l’équipe d’une façon remarquable. Mais il ne faut pas rentrer dans les comparaisons, chacun a sa personnalité, et c’est divertissant de les voir jouer." Qu’est-ce qui a changé comparé aux années précédentes ? "Ce qui a changé, c'est le temps de programmation, les ressources pour y parvenir et avoir les hommes justes. Je ne dis rien mais..." Le Scudetto est possible? "Nous venons à peine de débuter la saison, c’est une demande inopportune." Handanovic a égalé Julio Cesar avec 300 présences sous le maillot Nerazzurro. Il n’a encaissé qu’un but, c’est une statistique de fou… "Je le dis depuis 7 années, même lorsque l’Inter n’était pas en tête du championnat. Handanovic a toujours été sous-estimé. C’est juste de lui avoir donné le brassard de Capitaine. Non par manqué de mérites des autres, mais pour son mérite à lui. Il aurait déjà dû l’avoir avant, c’est un garçon avec tant de qualité." Le Saviez-vous ? Samir Handanovic a été victime d’un vol de voiture. Alors qu’il était présent lors du match opposant l’Inter à la Lazio, son véhicule avait été volé dans le quartier San Siro. Son véhicule, selon Affariitaliani.it a été retrouvé ce matin par la police à la Via Pisanello, non loin de la Scala du Calcio. L’opération a été rapide, moins d’un jour et demi, étant donné que le dispositif de localisation installé sur le véhicule de Samir a permis de le tracer et donc de le retrouver. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Présent sur la tribune du Triennale de Milan, l’ancien président de l’Inter, Massimo Moratti, s’est livré à un échange dont il était le sujet principal. Le nom du thème étant plus qu’évocateur ‘Tutti gli uomini del Presidente’: Il y a dix ans, vous débutiez le parcours de l’Inter vers le Triplé. Au jour d’aujourd’hui que retenez-vous de cette saison ? "C’est l’adrénaline qui te conditionnes sur la façon de penser au futur, elle qui te permet de te rendre compte que ce que tu as fait est quelque chose d’exceptionnel...D’avoir rendu tant de personnes heureuses." Quel était votre état d’esprit durant ce mois de mai 2010 ? "Je me félicite moi-même, il rit, Certaines choses présentent dans mes bureaux me font m’en rappeler. C’était une période de grande fierté et c’était sans aucun doute de la satisfaction. Et plus le temps passait, plus cela allait plus loin que de la simple satisfaction. Je me rappelle de toute les personnes avec qui j’ai travaillé, Mourinho, les joueurs…" Avez-vous encore des contacts avec ce groupe ? "Avec les joueurs oui, nous avons un Chat, c’est quelque chose de très bien. Nous restons encore en contact et c’est une belle confidence: Je ne fais pas partie de ce Chat pour incapacité, mais je suis souvent en contact avec quelques joueurs, lorsque l’on se rencontre ils restent très affectueux. Je suis resté très marqué, il n’y a aucun sentiment particulier si ce n’est qu’une très grande affection, c’est quelque chose de sympathique." Lors de la remise des Prix à Monaco l’été suivant, tous ont remercié Moratti, comme si vous étiez un père.... "Ce fut une très bonne année. Par après, il n’y avait pas eu de bonnes relations avec l’entraîneur initial et lorsque Leonardo est arrivé, nous sommes arrivé second et avions remporté la Coupe d’Italie. Pour un grand nombre d’entre eux, comme Eto’o, je suis encore appelé Papa." "Je me rappelle de Kalilou Fadiga, qui n’est resté qu’un jour, car il avait dû arrêter sa carrière suite à un problème au cœur, il était si gentil. Ensuite, il y a aussi l’arrivée de Materazzi et lui aussi me demandait certaines choses: Il avait compris qu’il faisait partie d’une famille et il a tout donné, c’est aussi une attitude sentimentale. Parfois les plus beaux succès sont obtenus avec plus de froideur, mais à l’Inter, c’était l’opposé." Percevez-vous l’amour des tifosi qui vous considère comme ‘Il Presidente" ? "Oui, Je ne suis pas très modeste, mais oui. C’est si beau, je suis très sincère, dans le passé ou actuellement, je suis toujours touché par ces marque de grandes affections. Lorsque certains m’appelle papa…Je reçois l’affection des tifosi et cela me touche énormément." Le but d’Eto’à à Londres ouvre la voie à deux mois incroyables…Après une défaite à Catane, vous l’emportez à Stamford Bridge…Il se dit tout de même que Balotetti était entré dans le vestiaire en chantonnant l’Hymne du Milan. "Cela ne m’a jamais été rapporté." À partir de là, débuterons les 67 jours les plus incroyables de l’Histoire, deux mois qui feront que tout ne sera jamais plus pareil. Que vous rappelez-vous de ces deux mois en apnée ? "C’était une symphonie toujours plus forte, j’avais énormément confiance en Mourinho. Même lorsque les rumeurs sur le Real de Madrid sont parues, nous étions très complices dans nos échanges. Je m’étais mis d’accord avec Mourinho après le départ de Mancini. Il avait posé les bases en créant un groupe et Mourinho a amélioré le tout vers la victoire." "Mon souvenir de Mancini est très positif, j’ai encore beaucoup d’affection pour lui. Lorsque je reviens sur ces deux mois, je ne voulais pas distraire Mourinho avec une polémique, rien ne s’était donc produit Le soir de Madrid, il aura pu faire ce que j’ai fait et revenir à Milan, mais il avait déjà fait sa part du travail à la perfection." Quelle chose vous a marqué chez Mourinho ? "J’ai le souvenir d’une personne spéciale, intelligente, importante pour son professionnalisme. C’était surprenant qu’une personne avec un tel caractère pouvait avoir le professionnalisme pour inventer des choses. Nous avons un bon rapport, affectueux, même s’il ne m’a jamais appelé papa. Mourinho n’est pas le plus facile des entraîneurs, il est très exigeant. Mais il a été le seul à ne pas m’exiger un joueur, je dois être sincère." Comment a eu lieu les débuts entre vous et Mourinho ? "Je ne l’avais jamais vu avant ce repas parisien. Mourinho m’avait marqué lorsqu’il avait entraîné Porto, il venait de réaliser un partage en demi-finale de la Ligue des Champions face au Deportivo La Corogne et après le match, il pensait déjà à la finale." "Je m’étais dit que c’était un phénomène. Lorsque nous nous sommes vu, je lui ai demandé si dans les deux mois à venir, il prendrait en considération l’idée de venir entraîner l’Inter et il m’avait répondu : "Dès aujourd’hui, je me considère comme l’entraineur de l’Inter". Il a toujours été très sérieux." Aviez-vous la sensation que vous n’alliez pas perdre la Finale de Madrid ? "Oui, Mourinho m’avait rassuré énormément, de par le fait qu’il avait bien étudié l’adversaire. Il les connaissait tous très bien, leurs mouvements, l’entraîneur." Que lui avez-vous dit après avoir vu le Bayern vaincu 2-0 ? "Qu'il avait bien étudié l’adversaire, j’avais confiance." Antonio Conte peut-il être comparé à Josè Mourinho, au-delà du péché originel de son Adn ? "Je ne suis pas présent au Club. Je ne connais donc pas les méthodes de Conte et son rapport avec les joueurs. Il est très attentif et participe aux discours individuel et cognitif de l’équipe. En cela, il est aussi bon que Mourinho. Mais je ne le connais pas assez bien pour les comparer. De plus, les comparaisons entre entraîneurs ne sont jamais facile à faire." Le fait que vous étiez aussi un Tifoso compliquait-il votre rapport avec les entraîneurs ? "Je ne pense pas avoir briser les couilles de tant d’entraîneurs, je n’ai jamais proposé de formations, tout comme je n’ai jamais prétendu vouloir insérer quel joueur. Un jour, j’ai informé Roy Hodgson du recrutement de Youri Djorkaeff et il m’a répondu : "C’est bien Président, mais je resterai l’entraîneur…"Je n’ai pas influencé mes entraîneurs, tout comme je ne les ai jamais forcé à faire certaines choses." Quand a eu lieu votre dernier repas avec Josè Mourinho ? "Après la victoire en Ligue des Champions." Le renvoi de Luigi Simoni ? "Je retiens que c’est terrible de remercier un entraîneur après une défaite. Et c’était une erreur car Simoni tenait bien la barque, il avait mis en valeur Ronaldo…A l’époque, je ne l’avais pas compris." Peut-on dire que le Triplé de 2010 a été la dernière victoire d’une certaine façon de diriger le football ? "Je ne sais pas si on peut être d’accord sur le concept de Famille au sein d’une équipe, mais les joueurs que j’ai connu ont joué avec ce sentiment, celui que j’étais proche de l’équipe, on m’y voyait curieux et enthousiaste." "L’Inter est à présent géré par la Famille Zhang qui est à la tête d’une très grande industrie, vu sous cet angle, nos comparaisons sont très similaires. Je ne sais pas si le Triplé est le dernier titre d’un certain type de football, mais les sommes dépensées pour recruter un joueur de très haut niveau régissent le jeu. Les industriels de ce niveau, tu peux les retrouver en Russie, en Chine où ils ont tellement d’argent, mais peut-être que la passion ne sera pas la même." "C’est une expérience un peu différente, mais tu vas acquérir tout de même de la souffrance et t’unir au sens du devoir, je pense que c’est cela le secret de ce métier, le tout en ne faussant pas, par ta présence, la vie des gens." Que pensez-vous par le fait de quitter le Meazza ? "Je vais au Meazza depuis tout petit, sentimentalement et de façon rationnelle, cela me semble être une exagération. À présent, il faut rentrer dans les comptes des clubs et y défendre les intérêts. Ils ont proposé un type de projet, basé sur des bénéfices en provenance du public, mais il peut aussi y avoir une attraction plus importante, étant donné que le Milan doit encore trouver un acquéreur final." "L’Inter est convaincue par la bonté du nouveau stade. Il y a des réalités éloignées de l’histoire des Clubs et de Milan, on ne pourra pas leurs transmettre l’expérience et l’affectif que nous avons, pour leurs faire comprendre ce que signifie le Meazza pour nous." "Eux, ils réalisent des calculs bien différents, pour eux, c’est le nouveau Duomo et il sera donc très beau, on devra s’y habituer. Le monde avance de la sorte, pour le Meazza, nous aurons tous des sentiments qui resteront gravés dans la mémoire." Avez-vous prévu une célébration pour fêter les dix ans du Triplé, le 22 mai 2022 ? "Je crois que je ferai quelque chose avec les joueurs." Massimo Moratti s’est aussi livré pour FcInternews.it Le Meazza ? "Il est clair qu’il y a un lien affectif particulier, à commencer avec les tifosi. Si vous me demandez s’il est juste de l’abattre, ma réponse instinctive sera non." "La réaction découle par contre de nouveaux projets et de la vision du Milan du futur, et surtout des intérêt des clubs, ils réalisent des changements et proposent de bonnes choses. Je suis déçu et on ne pourra pas empêcher des personnes d’être mécontente." Avez-vous déjà vu les deux projets ? "Seulement en photos sur les journaux, je ne les connais pas bien." Êtes-vous enthousiaste par le départ de l’Inter ? "Elle est bien partie, et elle fait même mieux que ce à quoi on pouvait s’attendre. En Championnat, ne pas perdre de points dès le début de saison est extrêmement important." Qu’est-ce qui diffère comparé aux années précédentes ? "Par-dessus-tout : Conte. Il fait du très bon travail, il est très vivace. Il met tout le monde en condition d’arriver à un résultat et il transmet sa volonté aux joueurs, qui répondent très bien à ces attentes." Pouvez-vous comparer Conte à Mourinho ? "Comparer des personnes est très difficile, encore plus lorsque l’on parle d’entraîneur." Aimez-vous Conte ? "Oui, c’est un excellent entraîneur." Toldo a déclaré que Samir Handanovic aurait mérité de revêtir le brassard de Capitaine plus tôt. Qu’en pensez-vous ? "Je pense qu’Handanovic est un phénomène, il est très bon et il l’a prouvé encore mercredi. C’est vrai, il a le caractère pour l’être. J’imagine que s’il l’avait obtenu le brassard avant, il y aurait tout de même eu une polémique avec Icardi, et je ne veux pas m’attarder sur cela, mais Handa a le caractère." Mercredi, il a rejoint Julio Cesar en atteignant le palier des 300 présences à l’Inter... "Julio a collectionné la troisième présences et remporté plusieurs titres." Quel conseil donner à l’Inter pour battre Messi ? "Conte a la connaissance et l’expérience pour faire bien face à Messi et face à Barcelone." A choisir, qui battre entre la Juve et le Barça ? "On est contraint de tout gagner, toujours. En Ligue des Champions, car même avec le partage face au Slavia, faire un match nul ne serait pas suffisant. Nous devons partir de ce principe, celui de toujours l’emporter. Face à la Juve, il est obligatoire de partir avec cet état d’esprit." L’Inter est-elle l’Anti-Juve ? "Actuellement, je dirais oui." Lukaku est un attaquant physique comme Ibrahimovic. Vous l’aviez vendu au Barça pour remporter ensuite la Ligue des Champions....Pensez-vous que Lukaku puisse être adapté à ce football ? "Nous devrons donc vendre Lukaku à Barcelone ? ...Il sourit. Je ne veux pas le comparer avec Ibra, mais le belge a des qualité qui permettent à l’Inter de pratiquer un beau jeu." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. L’Inter réussi la passe de 5 en Serie A. Après l’avoir emporté face à une redoutable Lazio, Antonio Conte et certains joueurs se sont livrés à Inter TV. Antonio Conte "C’était une victoire qui a du poids, difficile, face à une équipe très forte qui travaille ensemble depuis 4 années et qui s’est renforcée lors de ces dernières saisons. Pour l’analyse, il faut scinder la rencontre en deux parties. En première période, je n’étais pas satisfait, nous avons débuté en étant agressif, nous avons cherché à rester haut et ils ont tenté de nous faire mal en contre." "Après le but, nous avions baissé notre garde, laissant la Lazio s’insérer et c’est un grand Handanovic qui a fait la différence. En seconde période, l’équipe est revenu avec plus de personnalité, nous les avons dominé en renforçant notre succès. Il nous a juste manqué un but pour tuer le match, nous aurions du mieux exploiter les occasions dès la reprise." "Cinq victoires de suite, ce n’est pas habituel, nous devons encore grandir, mais j’estime que nous sommes en train d’adopter la bonne mentalité." Danilo D’Ambrosio & Nicolò Barella DD33: "Ce qui compte, c’est lest trois points. Face à Milan, j’ai manqué de peu le but, mais par chance, mon erreur n’a pas été décisive. En première mi-temps, nous ne parvenions pas à pratiquer le jeu demandé par l’entraîneur, nous nous sommes secoués et nous avons mérité la victoire." "Nous aurions mérité d’inscrire un second but en seconde mi-temps pour assurer le résultat, mais au final, nous rentrons avec les trois points à la maison, c’est ce qu’il y a de plus important. Je me sens bien dans ce type de poste, être dans le cinq au milieu ou à trois derrière ne fait pas de différence. Lorsque tu as un entraîneur comme Conte, cela te permet de mémoriser la façon dont il faut jouer à un poste et à te donner à 100% à tous les matchs." "La Lazio est une équipe experte et de qualité dans tous ses secteurs. Si nous nous étions incliné ou réalisé un match nul, le résultat du Derby n’aurait eu aucun sens." NB23: "Je savais que cela allait être difficile, l’entraîneur m’avait prévenu, mais en seconde période, nous avons grandi. Mes équipiers et l’entraîneur m’aide énormément pour bien m’intégrer dans l’équipe. J’ai joué comme me l’a demandé Conte, j’ai toujours joué sur la gauche, mais j’irai là où le demande l’entraîneur." Mon raté ? "J’aurai dû faire mieux, heureusement que Danilo avait déjà pensé à marquer. Place à présent à la Sampdoria, nous devons continuer à gagner. Ensuite, nous aurons le temps de nous préparer pour le match face à Barcelone." Cristiano Biraghi "Lazzari me connait et il est parti pour me couvrir sur le côté gauche, j’ai donc décidé de rentrer sur mon pied droit et de réaliser un beau centre…." "Mon objectif était de revenir à l’Inter, je travaillais tous les jours pour cela. Je me donnerai quotidiennement au maximum pour cette équipe." Samir Handanovic "Aujourd’hui, c’était un match compliqué, la Lazio est une grande équipe. Nous avons souffert un peu en première période et nous aurions dû tuer le match. Nous avions eu de nombreuses occasions à la reprise, mais l’important reste la victoire. La défense commence de notre attaque, en seconde mi-temps, nous les avons mieux pressé et nous sommes parvenu à les sortir du match." Un but en cinq match ? "En Italie, ceux qui l’emportent sont ceux qui encaissent le moins de buts, il faut continuer ainsi. Chaque saison, je sens que je m’améliore, je ne m’impose aucune limite, je suis un joueur qui doit pouvoir s’améliorer s’il veut jouer. Je ferais un pas de côté lorsque je saurai que je ne serais plus capable de m’améliorer." "Aujourd’hui, c’était une victoire dans la douleur, mais elle reste très importante. Le championnat est très équilibré. C’était important d’obtenir les trois points, mais nous devrons travailler pour corriger les erreurs vues aujourd’hui." "Nous devrons aussi reprendre nos forces pour notre rencontre de samedi à Gênes." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Face à la Lazio, Samir Handanovic a atteint la barrière des 300 matchs disputés avec les Nerazzurri. Lui qui a rejoint l’Inter en 2012, est devenu un point ferme du vestiaire, avant de devenir le Capitaine de l’Inter. À présent, il égale Julio Cesar parmi les portiers historiques de l’Inter, en ayant Ivano Bordon dans son collimateur, second derrière l’intouchable Walter Zenga. Il pourrait rejoindre "Spiderman" s’il parvient à rester en place jusqu’à la fin de son contrat qui devrait être prolongé jusqu’en 2022. Le projet à venir de l’Inter En le prolongeant d’une année, l’Inter souhaite s’assurer de disposer d’un gardien de très haut niveau, au moins jusqu’en 2022. Par la suite, Radu devrait rejoindre le club milanais. L’idée Nerazzurra est d’éviter une transition des plus compliquées lors qu’il y aura lieu de s’attarder sur la définition du nouveau gardien titulaire. Radu pouvant continuer à grandir et à prendre de l'expérience ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Interviewé par la Gazzetta, Julio Cesar s'est livré longuement sur de multiples sujets. Conte, le derby, les gardiens brésiliens, son avenir... Voici ses propos. Qu'avez-vous pensé du derby ? "J'ai vu un bel Inter, solide et organisé. L'AC Milan moins. Le travail de Conte est excellent. Il cherche la perfection et les joueurs semblent l'avoir compris. Ce n'était pas évident et c'est aussi son mérite. Avec Conte l'Inter restera sous pression jusqu'à la fin du championnat. Je l'ai compris cet été quand je l'ai rencontré lors de la tournée asiatique et les deux premières rencontres m'ont confirmé mon impression. C'est un gagnant. Mais je ne vais pas partir dans des comparaisons avec Mourinho, les deux sont de grands techniciens très professionnels. Les tifosi adorent Mourinho car il a fait des choses incroyables. J'espère que Conte pourra le suivre." Le mot scudetto peut-il être prononcé ? "Après huit ans ce serait aussi l'heure... Beaucoup avaient des doutes sur Antonio Conte, peut être à cause de son passé à la Juventus. Des discours dénués de sens. C'est un grand pro, un top coach." Parlons de la défense, un département quasi inégalable avec Handanovic, Godin, Skriniar et de Vrij : "Ils sont singulièrement forts. S'ils réussissent à s'entendre ce sera un bloc. En Italie nous travaillons beaucoup sur la défense et avant de dire qu'ils sont les meilleurs, vous devez gagner. Ils ont besoin de résultat." Handanovic est votre digne héritier... "Pour moi c'est l'un des trois meilleurs au monde. Il a moins d'attention de la part des médias car il n'a pas eu autant d'opportunités que les autres, notamment en ne jouant pas régulièrement la Champions League. Mais ceux qui le connaissent n'ont pas de doutes." Aujourd'hui à ce poste les brésiliens sont-ils les plus forts ? "Oui, Alisson et Ederson sont extraordinaires. Alisson a fait de grandes choses avec Liverpool. Il y a eu une belle école ses dernières années ; Helton, Diego Alves, Gomes. Quand je suis arrivé en Italie j'entendais souvent qu'au Brésil les bons gardiens étaient rares." Comment ne pas parler de Romelu Lukaku ? "Il a un physique bestial et un véritable sens du but. Ce n'est pas simple de changer de pays, de langue, de culture footballistique et de s'habituer si rapidement. C'est une personne positive. Avec ses mots il a donné une gifle d'éducation aux racistes. Dimanche dernier j'ai vu des choses incroyables lors du match Atalanta-Fio. C'est bien que l'arbitre ait stoppé la rencontre." C'était comment lorsque vous jouiez ? "La situation semble s'être améliorée. Je me souviens de ce joueur de Messine (Marc-André Zoro) qui voulait quitter le terrain mais qui fut convaincu de rester. Avec les connaissances actuelles ce n'est juste pas possible de discriminer pour une couleur de peau. Le foot se bat depuis plus de vingt ans et doit gagner ce combat. Depuis Gianni Infantino le travail a redoublé." Passons à la Champions League. Un bien mauvais début... "Heureusement le Borussia et le Barça ont fait un nul. Mais ce n'est que le début. En 2010 personne ne croyait à cet Inter et Il a fallu un but de Sneijder pour nous qualifier. Ensuite nous avons vaincu tous les champions nationaux : Chelsea, CSKA Moscou, Barcelone et enfin le Bayern. Ce n'est pas la meilleure période pour le Barça en ce moment. J'y crois et si vous passez ce tour vous avez l'occasion d'emmagasiner une énorme charge positive." Avons-nous encore un complexe d'infériorité en Europe ? "Le constat est là. Les champions ne viennent plus autant qu'avant. Nous devons les reconquérir. Cristiano Ronaldo à la Juve c'est un coup de pouce pour tout le monde. Il attire l'attention et rehausse le niveau." Qu'allez-vous faire par la suite ? "J'étudie pour devenir agent. J'organise cette activité à Lisbonne où je vis maintenant." ®gladis32 - internazionale.fr
  22. Au terme du Derby, plusieurs Nerazzurri se sont livrés à Inter Tv: Danilo D’Ambrosio Comment avez-vous fait pour ne pas marquer ? "Je veux toujours faire le maximum, j’avais envie de briser leurs espoirs dans l’œuf, j’étais convaincu que j’allais marquer et c’était une erreur. Heureusement cela n’a eu aucune incidence à la fin. Il m'est aussi facile de me créer des occasions de but que de jouer dans la défense à trois, il n'y a pas de grande différence. Les dynamiques changent, mais l’intensité doit toujours être très importante pour savoir l’emporter." "Cette équipe a été construite pour poser des problèmes aux plus grands qui, ces dernières années ont fait mieux que nous. Notre course est lancée, nous sommes premier, mais nous ne sommes qu’en septembre. Avoir un entraîneur comme Conte permet de se revaloriser et de faire grandir les attentes." "Faire un match nul équivaut à une défaite pour nous. Nous avions une dynamique de jeu différente de celle du Milan, et il y a encore tant de choses à améliorer, nous ne vous avons pas encore démontré ce dont nous étions capable à 100%, avec de l’abnégation et la volonté de s’améliorer, nous ferons de grands pas en avant, c’est certain." Samir Handanovic "Mes équipiers ont été bon à me donner peu de travail : Nous avons disputé une grande rencontre et nous méritions de gagner. Nous avons joué un grand match et nous l’avons remporté au mental. Je dois être un exemple, je suis ici depuis tant d’années et je devais prendre la responsabilité de faire comprendre les choses, à ceux qui arrivent à l’Inter." "Nous jouons avec deux pointes en attaque, ce qui te permets d'avoir une option supplémentaire.. Les défenseurs n’ont pas été inquiété, ils ont joué l’homme, nous nous sommes créés plus d’espaces. Notre façon de jouer au ballon de l’arrière n’est pas une mode, elle est bénéfique au jeu d’équipe." "Le match nul en Ligue des Champions a été utile pour notre croissance, nous avons compris sur quoi travailler et cela nous a aider à l’emporter aujourd’hui." Romelu Lukaku "Je suis très heureux de cette victoire, pour ces trois points, car c’était une rencontre particulière. Nous devons à présent penser immédiatement à la Lazio qui sera tout autant difficile." Mon rapport avec Conte ? "Il est très fort, c’est un entraîneur qui aide énormément ses joueurs à grandir. A 26 ans, je ressentais le besoin et l’envie d’avoir un tel entraîneur, qui te motive tout les jours, je suis fier de porter ce maillot." "Nous avons joué avec l’intensité et la mentalité de Champions. Sur mon but, le bisou et la dédicace était pour ma maman, je ne pouvais pas avoir d’autre meilleure occasion pour lui dédier un but." "Je pense que l’entraîneur et le Staff font du bon travail, nous étions bien préparé pour affronter le Milan, nous aurions pu inscrire plus de buts, mais je suis content, nous avons mieux joué qu’en Ligue des Champions." "Physiquement, je me sens bien, j’aime travailler avec Conte, et avec toute l’équipe. Nous nous sentons tous bien en ce moment et à titre personnel, c’est mieux de jouer le plus souvent, même durant la semaine." Le Saviez-vous ? Romelu Lukaku est très reconnaissant envers sa mère. Preuve en est, après son premier but pour son premier Derby, Romelu a déclaré : "Je t’aime Maman ! " suivi d’un bisou. Sur les réseaux sociaux, il a enfoncé le clou : "L’unique femme qui compte pour moi sur la terre : "Je t'aime Maman“." La rixe entre Lukaku et Brozovic ? C’est de l’histoire ancienne, au coup de sifflets finale, les deux "grandes" gueules Nerazzurre ont été aperçues bras dessus bras dessous, le tout sans intervention d’Oriali et de Conte! Fabrizio Biasin était en mode Sniper en conférence d’après-match : "Handanovic aurait pu aller au concert de Jovanotti, cela n'aurait rien changé. C'est la façon la plus simple pour vous expliquer la victoire d'une belle Inter face à un Ac Milan dénué de tout sens." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Le Corriere dello Sport est revenu ce matin sur le futur de Samir Handanovic, qui s’apprête à vivre un nouveau Derby de Milan comme Capitaine de l’Inter. "Avec tant d’année de militance, Handanovic est devenue une conscience critique à l’intérieur et à l’extérieur du vestiaire. Lorsqu’il s’agit d’intervenir, de prendre la parole, il ne recule jamais." Ce rôle est totalement reconnu par l’Inter. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu'un nouveau contrat est en cours de préparation, avec une prolongation allant jusqu’en 2022 contre 2021 actuellement. "L’idée est de concéder une augmentation salariale au joueur pour que son salaire dépasse le palier des 3 millions d’euros. Un acte voulu pour le Capitaine de l’équipe étant donné que le niveau salarial de l’équipe a sensiblement augmenté." Qui plus est, lors de cette dernière potentielle saison, il pourrait former son successeur désigné : Radu. Le roumain dispose encore d’une paire d’année au Genoa, ce qui lui permettra d’être fit pour l’Inter. Ce sera ensuite à Radu à prouver tout le bien que l’on pense de lui, sans avoir à regretter Handanovic. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Nous y sommes, la Ligue des Champions frappe à la porte du Giuseppe Meazza, avec au programme de très belles affiches européennes. Si le départ devrait se faire en "douceur" face au Slavia Prague, la suite de la compétition réserve aux Nerazzurri le Borussia Dortmund et le Fc Barcelone. L’entraîneur Nerazzurro, Antonio Conte, et le Capitaine de l’Inter, Samir Handanovic, se sont livrés à la traditionnelle conférence d’avant-match Le début de la compétition Conte : "Nous allons débuter notre parcours en Ligue des Champions, après trois match de Serie A, et il sera important de partir du bon pied. Nous allons faire face à un adversaire qui a remporté son championnat face au Viktoria Plzen, qui occupe une présence permanente en Coupe d’Europe. " "J’estime que nous parlons d’une équipe physique, technique, qui joue avec intensité. Elle joue toujours pour la gagne, elle a la bonne mentalité. Nous devrons la respecter et rester prudent, mais dans le même temps nous voulons jouer notre match. Nous avons joué, il y a deux joueurs, demain, il faudra savoir se montrer bon au combat." Antonio Conte Handanovic : "Vous savez déjà tout sur l’entraîneur, je n’ai pas besoin de vous en parler" Lukaku Conte : "Il y a un entrainement encore à réaliser, il reste 24 heures pour faire des évaluations et voir qui sera en condition. Il devrait jouer car c’est une garantie nécessaire, autrement, ce sera quelqu’un d’autre" Dispositif tactique Conte : "C’est ici en Italie qu’on y reste figé. Le dispositif n’est pas important, il faut savoir sentir certains matchs. Il faut savoir sentir tant de chose, il y a tant de choses, comme le fait que l’on ne gagne pas qu’à trois en défense. Le football évolue, il est nécessaire de rester dans l’ère du temps, cela ne change pas si l’on joue à trois ou avec un autre dispositif. Tout dépend comment on attaque, la pression environnante et tant d’autres choses." "Je m’attendais à cette question, en Angleterre, on s’en fou comme personne de la façon dont il faut s’aligner, on veut voir du courage et de l’intensité. Je veux que l’on se divertisse, c’est ce qu’il y a de plus important et nous allons tenter de le faire." Calendrier surchargé Conte : "C’est évident, si je devais être honnête, il est inévitable que lorsque tu débutes un nouveau parcours, tu as besoin de plus de temps entre deux parties, c’est bien plus simple d’entrer dans la tête des joueur pour réussir à faire ce que je veux. Dans le même temps, la Ligue des Champions est une grandissime motivation, pour moi, pour les joueurs, pour le Club et pour nos tifosi. Nous devons penser à nous construire de façon égoïste, je dirais qu’avec plus de temps, ce serait plus simple." Conte, vous n’êtes pas un entraîneur "Da" Champion’s ? Conte : “Vous partez dans des clichés. J’ai disputé trois Ligue des Champions, la première, je l'ai gagné avec la Juve après avoir remporté le Scudetto deux semaines plus tôt. En pratique, j’ai joué seulement deux saisons en Ligues des Champions avec la Juve et une autre année avec Chelsea." "Les personnes pensent que j’aurais dû la remporter, mais ça ne fonctionne pas de cette façon, surtout dans ce tournoi où tu as besoin de travailler. J’y ai toujours participé avec une créature à peine née, les autres avec des créatures déjà solides. C’est ce que je veux dire aux savants." Handanovic: "Si je ne ressentais plus rien, je ne jouerais plus au football. Entendre cette symphonie est une émotion unique." Gérer l’enthousiasme Conte : "C’est important qu’il y ait un tel enthousiasme tout au tour, mais il ne doit pas être porté que par le résultat, sinon ce ne serait qu’éphémère. Nous devons présenter, ce que je cherche à construire: Rome ne s’est pas construite en un jour. J’estime que nous travaillons durement." "Je remercie pour cela le Club mais par-dessus tous les joueurs car ils se montrent disponible, ils veulent construire ensemble quelque chose d’important. Je n’aime pas lier le résultat à l’enthousiasme. Nous devons être enthousiasmé par les fondations que nous posons et qui se développeront dans les années à venir." Le potentiel de l’Inter Handanovic : "Ces trois dernières années, nous nous sommes énormément renforcés. Nous avons connu tellement de changement, à présent, nous devons travailler pour nous améliorer. Je ne sais pas si nous sommes plus fort que les dernières années, mais nous devrons démontrer notre potentiel tous les trois jours, lorsque nous jouerons." Le Slavia Prague Conte: “Comme l’Udinese, c’est une équipe physique. Elle a de la qualité, est rapide sur les ailes et sa ligne d’attaque est forte. Il y a de la solidité défensive. Il faudra mouiller le maillot, comme pour tous les matchs que nous aurons à disputer. Nous devrons être à 110%, ce ne sera pas une promenade de santé. Nous devrons faire notre match avec courage et idéaux, accompagné par 65.000 tifosi qui nous ont toujours tant soutenu." Les objectifs Conte : "Je ne peux pas définir d’objectif, seule la route que nous ferons démontrera les objectifs que nous pourrons revendiquer. En parler aujourd’hui serait insensé. J’ai dit aux garçon de ne pas s’imposer de limite pour ne pas se créer d’alibis, il faut chercher à donner le maximum et à être à 100% durant les matchs. Ensuite nous verrons ce qu’il se passera avec le temps et où nous nous situerons. Il serait fou aujourd’hui de parler d’objectifs, nous savons que nous devrons pédaler énormément." Stabilité Conte : "Nous devrons faire preuve de stabilité. En maintenant juste de la continuité, tu peux jouer pour quelque chose d’important. Sur les montagnes russes, tu vis des journées de sensations fortes mais nous, par contre, nous voulons donner aux tifosi ce signe de stabilité. Il n’y a que de cette façon que l’on se montrera dangereux pour n’importe qui." Biraghi Conte : "Je lui ai parlé lorsqu’il est arrivé, il s’est très bien entraîné. Physiquement, il a atteint un bon niveau. Ce qui me préoccupe le plus c’est au niveau tactique, il faut du temps. Il faut réaliser les mouvements à plusieurs reprises pour savoir mémoriser le mécanisme." "Je dois avoir tous les joueurs autour d’une même idée pour ne pas enrayer la machine. Je veux atteindre le risque zéro, et c’est le cas pour tous les garçons qui sont arrivés sur le tard. J’ai une très grande confiance en tous et je sais qu’ils sauront me renvoyer l’ascenseur." Conte à Inter TV "Nous aborderons ce match avec la bonne attention, avec le bon enthousiasme, les trois matchs en championnat ont eu l’effet escompté. Il y a une grande envie chez nous de débuter ce parcours en Ligue des Champions." Le Slavia Prague ? "J’estime que l’on parle d’une bonne équipe, qui a dominé son championnat face à des équipes de qualité. Nous devons être bon pour les repousser avec intensité, nous savons que nous allons affronter une belle équipe, qui a déjà poser des problèmes aux gros." "Nous devrons gagner, c’est le premier match, même si ce ne sera pas facile. Je me fie au soutien de nos 65.000 tifosi qui nous aideront comme toujours. Notre groupe est composé de grands adversaires, mais je pense qu’ils feront preuve de respect envers nous lors de nos confrontations." Handanovic à Inter TV "Ce math arrive bien, le Slavia Prague est un adversaire redoutable, l’année dernière, il a éliminé Séville en Europa League et a fait de très belle prestation face à Chelsea. Nous savons qu’une partie très difficile nous attends, nous nous y préparons au mieux." Les rencontres de notre groupe ? "C’est stimulant pour nous, mais aussi pour nos adversaires. Ce sont tous des matchs important. Il faut bien démarrer, c’est très important au vue du travail que nous réalisons, cela nous permettra d’être encore plus fort." La partie de demain ? "Je m’attends à un Slavia qui vient pour jouer le jeu, c’est une équipe redoutable et experte, elle sait ce qu’elle veut. Je l’ai déjà un peu observé l’année dernière, j’espère que ce sera une belle partie et que nous ferons un bons match." "À présent, nous allons jouer six matchs tous les trois jours. Il faudra uniquement penser au football, ce sera très important d’aborder les rencontres en pensant match après match." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...