Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'sandro mazzola'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

4 résultats trouvés

  1. L'Inter a touché le fond dimanche dernier et l'ambiance au Meazza est plus que morose. Il y a ceux qui pointent Spalletti, d'autres Icardi, toute l'équipe, les dirigeants... en bref la patience a ses limites. Le site fcinter1908.it est parti s'entretenir avec Sandro Mazzola pour tenter de décrypter la situation et y trouver des solutions. Bonsoir Sandro. Est-ce que l'Inter a vraiment touché le fond contre Bologne ? "Ma première impression est oui. Mais ces choses peuvent arriver dans le football. C'est difficile de dire comment l'équipe est arrivée à ce point. Selon moi elle s'est progressivement relâchée et a commencé, match après match, à ne plus faire ce qu'il fallait." Qui est selon vous le plus responsable ? "Il faudrait être présent tous les jours à Appiano et assister à chaque entrainement pour y répondre. C'est difficile de l'extérieur de porter un jugement." Ne pensez-vous pas qu'il manque des idées à Spalletti ? Au delà des joueurs disponibles, ce qui semble manquer, c'est du jeu. "Je vais parler de mon époque. Cela arrivait que l'entraineur n'avait pas la main-mise sur notre manière de jouer. Il arrivait que sur le terrain, 3-4 joueurs du groupe disaient à moment donné «On change tout». De même manière qu'à la mi-temps le coach faisait pareil, en proposant les solutions que nous avions déjà adoptées. Ce que je veux dire c'est que parfois les joueurs eux-mêmes doivent décider quoi faire." Donc ça manque de vrais leaders ? "Oui. Vous avez besoin de joueurs comme Godin. Plusieurs comme lui serait utile." Comment expliquez-vous le fait que depuis des années, et malgré la valse des joueurs et entraineurs, à un moment donné il y a cette perte de motivation ? "En premier lieu ça doit venir du coach. Je me souviens quand Helenio Herrera nous disait «Je forme ton esprit, ensuite tes jambes». Le problème est là. Spalletti doit surement essayer mais les joueurs ne répondent probablement pas correctement." Marotta a récemment parlé du concept d'appartenance. C'est possible que ces joueurs manquent d'attachement au maillot ? "Je pense qu'un maillot si important te donne toujours un petit quelque chose au fond de toi. Je ne les connais pas personnellement c'est donc difficile à dire. C'est aussi contre productif de changer l'effectif très souvent. Créer un groupe prend du temps, à moins que vous n'ayez 5-6 phénomènes." Icardi est très critiqué ces derniers temps. Il semble presque se cacher. Ne devrait-il pas monter au créneau ? "Non à mon avis dans ces situations là, moins on parle mieux c'est. C'est à l'intérieur du vestiaire qu'un capitaine doit s'exprimer. Je ne sais pas si c'est le cas mais en dehors ce n'est pas utile. Je ne suis pas d'accord avec ceux qui le voulaient devant les caméras après Bologne. La presse peut facilement vous mettre en difficulté et vous forcez à lâcher des noms sans le vouloir. Ce n'est pas bon." Que doit faire le club ? Les tifosi crient au licenciement de Spalletti... "Je lui ferais encore confiance." En cas d'éviction, comment voyez-vous l'arrivée de quelqu'un comme Cambiasso ? Antonio Conte pourrait-il être le bon coach pour la saison prochaine ? "Ce sont des solutions radicales, il faut faire attention à certains choix. Comme je l'ai dit j'attendrais avant de prendre une décision. Pour moi Spalletti est un excellent entraineur, mais il est clair que Conte est l'un des meilleurs coach au monde." Les objectifs sont maintenant de maintenir la troisième place et d'aller au bout en Europa. Spalletti peut encore le faire ? "Oui tant que vous travaillez en symbiose avec les joueurs. Le problème de l'Inter n'est pas dans les jambes, c'est mental." ®gladis32 - internazionale.fr
  2. Milan - Légende du club avec notamment ses 565 présences sous le maillot nerazzurro, Sandro Mazzola s'est brièvement exprimé au Corriere dello Sport. Son premier derby (octobre 1962) "Nous venions de prendre un but à la 63'. J'avais toujours un milanais qui me marquait, je ne me souviens plus de son nom. Il me suivait partout, même quand j'allais voir Herrera pour suivre ses consignes. Sans lui Mazzola n'aurait pas été là. Herrera entrainait d'abord la tête, puis les jambes. Il avait toujours le mot juste, au bon moment. C'était un motivateur exceptionnel. Mourinho lui ressemble." Un derby qui dépasse les frontières "Américains, chinois, ce derby n'est plus le fait des joueurs mais des fans. Pour un étranger c'est une victoire comme une autre mais pour un tifoso, il veut absolument être l'équipe milanaise victorieuse. Cela conserve des valeurs qui viennent de loin." Le coach "J'aime Spalletti il est déterminé. Gattuso je ne le calcule pas. Je suis pro-Prisco, pour moi l'AC Milan n'existe pas. Comme l'avait si bien dit Peppino, à Milan il y a deux équipes, l'Inter et sa Primavera." ®gladis32 - internazionale.fr
  3. Inter-Torino pour Sandro Mazzola n'est pas un match comme les autres c’est aussi une affaire de famille. Le père champion avec le « Grande Torino » et lui avec l’Inter avec qui il a disputé 565 matchs, inscrit 158 buts et tout gagné. Un champion sur le terrain et en dehors qui a lié sa carrière aux couleurs Nerazzurre, mais aussi inévitablement à celle de Turin, dont le père était un grand protagoniste. « Le Filadelfia est lié à mon premier grand succès en tant qu'attaquant" - dit l'ancien capitaine de l'Inter- "Pour me faire jouer cette partie, Italo Allodi a dû exercer une pression diplomatique sur le directeur de mon école. Le match était prévu le jour qu’avait choisi mon professeur de maths pour me faire passer mon interrogation décisive. Ou je passais ou j’étais recalé. Ma mère, quand je lui ai dit que je devais aller à Turin, a refusé de signer une fausse justification. Si je n'avais pas réussis cette interrogation je n’aurais probablement plus revus de terrain de football pour un long moment... Allodi a demandé à anticiper l’interrogation au vendredi et je m’en suis bien sorti...trois questions avec des réponses pas très claires. "Le professeur Gagliardi était sympathique et comme à son habitude il m’a fait remplir sa grille de loto-foot, un rituel avec lui" Le match ? J'ai marqué des buts et nous avons gagné. Mais c'était la première fois que je passais à Turin et en voiture je suis passé devant Superga... C'était la première fois que je la voyais, je n'avais jamais voulu y aller. Je n'ai pas pleuré, mais j'ai tremblé.... J'avais tellement mal au ventre que j'ai essayé de vomir. À partir de ce moment, je pense que le Torino est devenue ma deuxième équipe. Je suis désolé de ne pas y avoir joué, mais j'étais à l'Inter, je me sentais « bandiera »… Je suis heureux d'avoir clôturé ma carrière de manager à Turin. Icardi ou Belotti dans mon équipe idéale ? Je choisis Belotti. Chaque fois qu'il attrape le ballon, il vous donne le sentiment qu'il perfectionne le jeu avec des mouvements imprévisibles. Il se dépense beaucoup pour l’équipe, il créé des espaces pour ceux qui viennent de derrière. Il est très complet, il est destiné à devenir titulaire de l'équipe nationale. Icardi ? Il est l'homme classique dans la surface de réparation. La solution finale. Lorsque le milieu de terrain ou l'aillier sont en difficulté, ils envoient la balle à Icardi qui trouve le moyen de devenir dangereux... Mazzarri ? Je l'ai toujours aimé et en tant que manager, je l'aurais bien pris si j’étais dirigeant. Je suis heureux qu’il ait pris en main le Torino et que le mercato ait relancé l’équipe. Spalletti ? Il plait aux tifosis et il est très impliqué dans ce qu’il fait. Je ne pense pas qu'il devrait se sentir menacé par les autres entraîneurs. Il a une équipe qui est l'anti Juve, forte dans tous les compartiments et avec d'excellentes alternatives. Il doit bien travailler avec les hommes à sa disposition, et je suis convaincu qu'il le fera". ®JY DS - Internazionale.fr
  4. Milan - Piero Ausilio s’est livré sur la crise de l’Inter à l’Université d’Etudes de Milan. Ses déclarations ont déclenché un séisme jusqu’à Nankin qui pourrait bien lui couter sa place Moratti - Thohir "Tu ne peux pas avoir un projet si tu n’as pas une continuité managériale et de Propriété. J’en suis à ma troisième année et j’estime que l’on doit repartir avec un nouveau projet. Nous avons abandonné le concept d’une magnifique propriété tels que cela se passait avec Massimo Moratti, c’était purement une famille qui a gagné suite à un parcours passionné, il ne pensait pas aux affaires : Moratti n’a pas gagné un Euro sur le dos de l’Inter." "Puis, il y avait un gentleman en Indonésie qui a acheté l’Inter, il en a fait une belle entreprise et a certainement contribué à ce que l’Inter puisse, aujourd'hui se renforcer dans la logique d’un nouveau marché, où les revenus doivent être envisagées, compte tenu du fait que l’UEFA ne permet pas plus de dépenser trop d’argent et de pratiquer le football sous cet aspect. Tout doit être lié aux recettes. Nous avons aussi l’obligation de respecter les conditions qui nous ont été imposées si nous souhaitons continuer à participer aux compétitions européennes." Les joueurs discrédités et ode à la Juve "Tous les jours, je lis dans les journaux des noms de joueurs et des sommes que nous allons dépenser, mais la vérité est que je dois respecter un plafond salarial. Notre compte est entre 200 et 230 millions d’Euro. Celui de la Juve, qui dispute chaque année la Champions League est de 400 millions." "Après la relégation, ils ont travaillé à la suite d’une idée d’entreprise avec une grande vision depuis le point de vue managerial. Ils ont construit leur propre stade et augmente progressivement les salaires. La Juve a travaillé sur le développement commercial et, à partir du moment où vous gagnez et vous participez à la Champion’s, vous pouvez déjà débuter avec un bénéfice de 50 millions d’euros." "Ils peuvent le faire avec continuité et c’est pourquoi il y a une grande différence avec les autres. C’est une paire de ciseaux qui peut s’élargir encore et qui est difficile à rattraper, car tu n’y parviens même pas avec le Mercato. Tu ne sais pas recruter les meilleurs joueurs, car les meilleurs footballeurs vont là où il ’y a le plus d’argent et où ils peuvent jouer la Champion’s League. Parce qu’ils veulent gagner." "Cela ne signifie pas que nous abandonnons, nous devons développer un discours, risquer quelque chose, et même lorsque les risques sont parfois bien calculés, cela ne va pas. Vous pouvez aussi prendre des risques en prenant des jeunes joueurs." Gabriel ? "Ce n’est pas quelque chose de différent, et je ne peux rien commenter. Nous avons tenté de recruter Paulo Dybala, mais il y avait 20M€ de différence avec la Juve et il est parti là-bas. A l’heure actuelle, c’est impossible de penser que tu puisses dépenser entre 200 à 300M€ sur le Mecato. Pas par manque d’envie, mais parce que c’est impossible." Le Suning "Aujourd'hui, nous avons un propriétaire fort, solide. Notre propriétaire pourrait tranquillement recruter les meilleurs joueurs du Monde, tel que Cristiano Ronaldo. Mais la vérité est qu’elle ne peut pas se le permettre à cause de ce fameux Fair-Play-Financier qui tient compte des développements du club, et cela vaut aussi sur sa structure à arriver à des joueurs d’un certain niveau. C’est un parcours qui demande du temps, des idées, du management. Nous avons le besoin de faire le moins d’erreurs possible et très certainement beaucoup moins que cette année où il y en a tellement." Faux départ "La saison a commencé avec le très grand enthousiasme lié à la nouvelle propriété. Nous avions un entraineur qui avait débuté la préparation estivale et qui, pour mille raisons, a décidé d’aller voir ailleurs et s’est barré. C’est la raison pour laquelle nous sommes partis sur un entraineur qui ne connaissait pas le Championnat italien. Mais dans un tel cas, même si tu n’es pas très imaginatif, tu peux comprendre que ce n’est pas la meilleure façon de débuter la saison, car si elle démarre mal, tu seras en retard sur tes rivaux." "Nous avons dû recommencer la préparation, il a dû faire la connaissance des joueurs et reprendre le concept de l’équipe qui avait établi des préférences auparavant avec un dispositif différent. Il devait savoir à quel joueur il pouvait le plus se fier par rapport à d’autres…Dans le Calcio, c’est comme dans une maison, si cela n’est pas bien programmé, tu vas tout droit vers une saison négative et l’Inter, cette année n’a rien programmé de bons : Nous avons eu 4 entraineurs et nous allons finir septième ou huitième. Pourtant, le noyau de l’Inter est composé de bons joueurs, mais nous pouvons que constater la différence de classe lorsque l’on disait de nous que nous étions l’Anti-Juve. Allegri l’a dit, Sarri et Spaletti aussi. Si tu ne programmes pas tout d’une certaine façon, tout devient plus anarchique." La communication "Nous, en tant que société, devons être plus fort au niveau de la communication. Quand nous étions partis à Turin pour y affronter la Juve, un journal avait en couverture Conte à l’Inter. Nous avons perdu la partie et durant toute la semaine un discours s’est tenu sur l’entraineur qui viendrait à la place de Pioli. C’est dans ce genre de moment que tu dois soutenir l’entraineur. A l’heure actuelle, le Calcio est surtout de la communication, c’est inutile de vouloir se la raconter. Tu as des télévisions qui ta transmettre tout durant 24 heures et chaque jour, quelque chose peut se dire. Mis à part l’Espagne, il n’y a pas d’autre pays en Europe qui dispose de trois journaux où tout doit s’articuler autour du football et donc du mercato. Il y a donc des jours où tu dois inventer quelque chose sur les joueurs et les entraineurs, quelqu'un doit arriver, d’autres doivent partir." Dans les derniers matchs, nous n’avons pas vu les joueurs courir. Est-ce dû à l’entrainement, ont-ils envie de rester ensemble ? "Je me rappelle que depuis le Triplete, Eto’o était arrivé en stage et il avait, avant tout, demander à parler avec Benitez. Il lui avait immédiatement dit qu’il ne le ferait plus jouer en ailier. Quand tu as remporté tes objectifs, tu es aidé par un sentiment de solidarité, une énergie, de la force qui te lien après certains moments passé." "La Juve est extrêmement forte, solide et a des joueurs qui ont de grandes personnalités, elle est bien structurée. Il faudra voir comment elle se comportera quand elle perdra quatre à cinq joueurs qui ont apporté cette structure, cette personnalité, ce mental que l’on ne retrouve plus aujourd'hui dans le Mercato." "Si tu pers en même temps Zanetti, Cambiasso, Milito et Samuel, même si tu conserves une structure élargie de joueurs, tu n’as plus la personnalité des joueurs qui t’ont quitté et qui t’on permis de surmonter des moments négatifs. Chiellini et Buffon sont allés en Serie B avec la Juve. Bonucci et Barzagli ont connue des saisons négatives avant de commencer à gagner, c’est là base sur laquelle la Juve s’est construite. L’Inter est en phase de construction, elle a débuté avec Mancini et il avait toujours rajouté sa petite chose." "A Appiano, tu as des joueurs qui ne s’entrainement pas. Tu en as aussi qui s’entraine et qui le fond bien. J’y suis présent tous les jours. Il manque le sens de solidarité, je ne suis pas parvenu à créer le groupe pour question d’ethnie, mais aussi de personnalité, de valeurs humaines. Tu n’as pas de joueurs qui sont volontaires, qui arrivent le matin, qui mangent et s’entrainent ensemble, tout le monde s’enferme dans son monde. Cela me fatigue aussi à trouver des choses négatives, et c’est évident qu’ils ont aussi leurs défauts. Ce n’est pas un groupe solidaire qui pense à l’unissons, il y a tant de petit groupe, des gens qui pensent à eux-mêmes. Plus personne ne donne du sien, il n’y a pas de grande personnalité, ni de volonté de s’animer." Est-ce que vous allez miser sur un entraineur à la Conte ? "Nous avons besoin de confronter notre situation contractuelle, à celle du Mercato. J’estime que l’on pense aux entraineurs qui ont ces caractéristiques. On peut aussi remarquer que les entraineurs du Top sont à Chelsea, à Tottenham, a l’Atletico, à la Juve…. Nous avons besoin de faire face à ce genre de situation." Le Suning songe à le renvoyer ! C’est un fait, Piero Ausilio a critiqué, voir descendu sous divers aspect la période que traverse l’Inter….à un tel point que ses déclarations ne sont pas passées inaperçues au Club. Selon Sky Sport, aujourd’hui, seul la prolongation du contrat de Pinamonti aurait dû avoir lieu, mais la Direction de l’Inter est réunie au siège afin de s’entretenir avec Ausilio sur les déclarations qu’il a tenu en sa qualité de Directeur Sportif Nerazzurro: "Même si Ausilio, dans son interview est sincère et fait son mea-culpa sur ce qu’il s’est produit ces derniers mois, il est anormal qu’un dirigeant de son rang se laisse aller à de telles déclarations. Ausilio risque donc d’être sanctionné suite à sa sortie plus que spectaculaire." De plus selon Sportmediaset, son aventure à l’Inter pourrait être terminer, car il faudra voir comment il lui sera possible de sortir de cette situation et de voir si l’Inter le liquidera, à coup de millions d’Euros: "Pour l’Inter, il est nécessaire d’avoir une structure sociétale forte et c’est la raison pour laquelle Sabatini a été le premier à être recruté, le club a besoin d’homme et de dirigeants de personnalité et du monde du Football. L’Inter pourrait licencier Ausilio et serait également en train de faire le nécessaire pour le retour d’Oriali." La réaction d’un Sage Sandro Mazzola, s’est livré à Sportmediaset.it sur les déclarations de Piero Ausilio sur l’absence du groupe: "Je n’approuve pas ses déclarations car c’est lui qui a construit ce groupe et sa déclaration veut aussi dire que ce groupe n’est pas à la hauteur et n’a pas la carrure d’une équipe de l’Inter. Je connais bien Ausilio, je l’ai fait venir à l’Inter car il me semblait que c’était un jeune très talentueux." "Tu ne peux pas cependant faire des suppositions sur un projet de ce type. Je n’aurais jamais fait ses déclarations, la chose la plus importante est de parler en face-à-face avec les joueurs et l’entraineur et comprendre les vrais problèmes. Agir comme il l’a fait ne résoudra rien. Nonobstant ce qu’il à fait, l’Inter doit reprendre avec lui car il y connait l’ambiance et le monde du Calcio." Dire tout haut ce que l'on pense tout bas, qu'en pensez-vous ? ® Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...