Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'serie a'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

434 résultats trouvés

  1. Les prestations optimales de l’Inter de Conte, lors de cette phase aller en Serie A, ont été exceptionnelles. Fort de ce constat et, sur base des accords de sponsorisation avec le Jiangsu Suning Sport Industry Co. Ltd, qui fait référence à Suning, le Club Nerazzurro a obtenu 4,6 millions d’euros de gains. En effet, comme nous le rappelle Calcio&Finanza, l’accord du 20 décembre 2016 prévoit une contrepartie à l’Inter équivalant à 66 millions d’euros globaux réparti sur 4 saisons. La moyenne est de 16,5 millions d'euros à l'année. L’Inter en 2016-2017 a encaissé un bonus à la signature d’une hauteur de 25 millions d'euros, pour un total un rien supérieur à 40 millions d’euros. Au cours de la saison 2017/2018, la sponsorisation a versé une valeur globale de 27,6 millions d’euros, le tout grâce à 11,1 millions d’euros de bonus. Cette somme est passée à 25,9 millions d’euros en 2018/2019, avec un peu moins de 10 millions d’euros de bonus. Répartitions des 4,6 millions d’euros 3,5 millions d’euros ont été récolté par l’Inter au terme de la phase aller. Le contrat avec Suning a prévu une prime financière dans le cas où l’équipe serait soit dans le peloton de tête du championnat, soit en zone Ligue des Champions. Le million d’euros restant provient des victoires face aux grandes équipes du Championnat, soit la Juve, le Napoli, la Roma et le Milan. Pour rappel, une victoire vaut 550 000 €. En outre, l’attention est également portée sur les prestations de la Primavera. Chaque compétition officielle remportée par les garçons de Madonna vaut 500 000 euros. A travers d’autres sponsors, la qualification à la Ligue des Champions peut permettre à l’Inter de toucher en bonus 100 000€ avec Bwin et 200 000€ avec Volvo. Attention aussi au classement final en Serie A La troisième place vaut 3,5 millions d’euros La seconde place 8 millions d’euros Le Scudetto vaut 10 millions d’euros ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. C’est une information d’Opta. L’Inter d’Antonio Conte est un véritable rouleau compresseur en première période. En considérant seulement les premières mi-temps de Serie A, l’Inter aurait récolté 43 points, soit 12 de plus que le premier poursuivant : la Juventus. Normal de caler en seconde période pour la Rosea La Gazzetta Dello Sport est revenue également sur cette statistique en mettant en valeur les performances à deux visages de l’Inter, face à l’Atalanta et face à Dortmund. Le déroulement de la partie est symbolique : Des lions jusqu’à la mi-temps, qui ont ensuite été touchés suite aux nombreux coups portés par l’Atalanta. Handanovic, Capitaine exigent et allié de Conte l’a souligné : "Lorsque nous avons l’avantage, nous devons mieux le gérer, nous devons nous améliorer." Conte, au-delà de ses discours sur un banc léger, utiles en vue du mercato, étudie probablement les corrections à apporter. Car la fatigue et l’impossibilité de proposer des remplacements à la hauteur ont un lourd impact, il faut trouver aussi des réponses de « terrain » pour intervenir ou limiter cette tendance structurelle." L’Inter, en seconde période a été victime des remontées de Barcelone, de Dortmund, elle a craquée face à la Juve. Ses quatre matchs nuls en Serie A en découle également. Les données statistiques mettent en évidence un coup d’arrêt des tirs effectués, une perméabilité plus importante de la défense (+25% de buts marqués en phase de conclusion) et une diminution sensible de centre et de la possession de balle. Le tout met en évidence cette différence de buts inscrits/encaissés : +17 en première période et +8 en seconde période. Il ne s’agit donc pas uniquement d’une question de résultat et de chiffres. On note également un repli visible au niveau du centre de gravité de l’équipe, un repli progressif au niveau du fond de jeu et toujours plus de difficultés à approvisionner le duo d’attaque. L’urgence continue qui poursuit Conte, il a également du y faire face avec l’Atalanta, reste les suspensions voir le retour en forme partiel des blessés, ce qui le limite dans ses choix. Il lui est donc impossible d’insérer des ressources au niveau pour lui permettre de trouver ce second souffle nécessaire. Et la nécessité, répétée à plusieurs reprises par l’entraineur, est de toujours se donner au maximum pour se montrer compétitif. L’Inter est l’équipe qui a été le plus souvent en avantage, plus que n’importe qui en Serie A (917 minutes) De façon génétique, elle ne peut et n’est pas apte à le gérer. Le jeu de Conte prévoit de toujours tout donner et de particulièrement se dépenser pour les attaquants. Le rendement de Lautaro est, en ce sens, révélateur et symptomatique, logique de cet état des lieux : Le Toro est fondamental entre les phases de transitions. Son pressing sur le premier porteur du ballon est continue, le tout en devenant le spécialiste des buts précoces. Sur les premières demi-heures de jeu, il est le meilleur attaquant d’Europe en activité avec 7 buts, en prenant le meilleur sur Lewandowski qui pourtant a marqué de façon globale plus que lui : 30 buts pour le polonais contre 15 buts pour l’argentin. 80% de ses réalisations sont inscrites en première mi-temps, seul trois buts en seconde période. Tout le travail qu’il abat et les minutes qui s’écoulent pèsent sur les jambes. On peut parler de détails, oui, mais c’est proprement sur ces points qu’un perfectionniste tel que Conte travaille, afin de booster la marge d’amélioration d’une équipe qui, depuis le début, y est allé extrêmement fort. Le Saviez-vous ? Handanovic, Lukaku et compagnie ont fait mieux que l’Inter du Triplé qui avait obtenu 45 points. Conte bat Mourinho et ses saisons interistes. La première année, il en avait obtenue "que" 43. Après le départ du portugais, ce fut le déluge 29 points en 2010-2011, une des pires années de l’Histoire de l'Inter qui fut battu seulement en 2014-2015 avec les 26 points qui ont précipité le renvoi de Walter Mazzarri et le retour de Roberto Mancini. Le meilleur résultat fut celui de Luciano Spalletti en 2017-2018 avec 41 points, 5 de moins qu’aujourd’hui. Il en avait obtenu 39 l’année dernière. Pour trouver une meilleure statistique que celle du Lusitanien et du Leccese, il faut remonter en 2006-2007 avec la première saison de Mancini et de la Juve en Serie B : 51 points et 49 l’année suivante, ce qui a eu un impact lors du bilan en fin de saison. Lors de sa période Juventine, Conte a reparti ses premières manches de la façon suivante : Aller 52 points et retour 50 points, l’année des 102 points Aller 41 points et retour 43 points soit 84 points Aller 43 points et 44 points soit 87 points Un résultat homogène ou le mot abandonner n’a jamais été pris comme une option Reste à présent à assurer une bonne condition physique pour maintenir la cadence sur tout un match. Et lorsque l’on sait que les équipes de Pintus performent en seconde partie de saison, l’avenir pourrait devenir radieux. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. En match avancé de cette dernière journée de phase aller de la compétition, l’Inter a partagé l’enjeu face à une très belle Atalanta au Meazza. Dans un match âprement disputé et viril dans les duels, c’est l’Inter qui sera la première à décocher une flèche, après 26 secondes de jeu, Romelu Lukaku touchera le poteau du portier bergamasque. L’Inter se verra dans la foulée récompensée par son excellent début de match, dès la troisième minute de jeu. Une combinaison Sensi-Lukaku-Martinez met en orbite l’argentin qui prend le meilleur sur la défense centrale, avant de tromper Gollini. S’en suivra quelques instants plus tard un sauvetage sur la ligne, de la défense bergamasque, sur une énième tentative du Toro argentin. Comme ce fut le cas à Dortmund, l’Inter qui s’est fort dépensée en première période où elle a roulée sur l’Atalanta, paie sa dépense énergétique. Conséquence, la seconde période est totalement dominée par l'équipe de Gian Piero Gasperini. L’équipe visiteuse égalisera méritoirement à la 75ème minute suite à une reprise de Robin Gosens qui reprend un ballon mal dégagé en défense. L'équipe visiteuse loupera la montre en or en fin de rencontre. Alessandro Bastoni, jusqu’alors dans son match, commet l’irréparable dans la surface de réparation sur Ruslan Malinovskyi, l’arbitre n’a d’autres choix que de désigner le point de pénalty. Dans le duel qui oppose Luis Muriel à Samir Handanovic, c’est le meilleur gardien de la dernière édition de Serie A qui s’imposera via un somptueux arrêt, scandé par le Meazza et le Speaker du match, tel un but inscrit. L’Inter termine donc cette phase aller avec 46 points au compteur, en ayant "que" deux points de retard sur la Juve qui s’est imposée face à la Roma. Plutôt pas mal pour l’Ere Zéro d’Antonio Conte, qu’en pensez-vous ? Le Saviez-vous ? Une phase a fait discuter en fin de première période. Une faute présumée de Lautaro Martinez dans la surface de réparation. Pourtant, il n'y a pas faute comme le souligne Tancredi Palmeri: "Avant la faute de Lautaro qui aurait dû amener à son expulsion, il y a lieu de noter le geste de Zapata sur Lautaro. Il s'agit de la première faute, celle-ci est favorable à l'Inter. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 1-1 Atalanta Buteur(s): 4’ Lautaro Martinez (I), 75’ Gosens (A) Inter: 1 Handanovic; 2 Godin, 6 de Vrij, 95 Bastoni; 87 Candreva, 5 Gagliardini, 77 Brozovic, 12 Sensi (71’ 20 Borja Valero), 34 Biraghi; 9 Lukaku, 10 Lautaro Martinez (80’ 16 Politano) Banc: 27 Padelli, 46 Berni, 7 Sanchez, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 19 Lazaro, 21 Dimarco, 30 Esposito, 31 Pirola, 32 Agoume. T1: Antonio Conte. Atalanta : 95 Gollini; 2 Toloi, 6 Palomino, 19 Djimsiti; 33 Hateboer (90’ 21 Castagne), 15 De Roon, 88 Pasalic (69’ 9 Muriel), 8 Gosens; 10 Gomez; 72 Ilicic, 91 Zapata (53’ 18 Malinovskyi) Banc: 31 Rossi, 57 Sportiello, 5 Masiello, 11 Freuler, 17 Piccoli, 20 Da Riva, 21 Castagne, 55 Okoli, 79 Traore, 87 Heidenreich T1: Gian Piero Gasperini. Arbitre: Rocchi Var: Irrati Averti(s) : Hateboer (A), De Roon (A), Palomino (A), Conte (I), Sensi (I), Godin (I), Malinovskyi (A) Expulsé(s) : / Affluence : 70.042 tifosi ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Antonio Conte s'est arrêté pour Dazn, la Sky et bien entendu pour Inter TV après le match nul contre l'Atalanta. Le mercato n'y est pas évoqué directement, mais il tente cependant de passer un message à ses dirigeants. Voici ses déclarations. L'Inter a montré deux visages, une explication ? "Nous nous sommes présentés sans quatre éléments (Barella, Skriniar, Vecino & D'Ambrosio), contre une équipe forte physiquement qui met de l'intensité. C'était compliqué mais nous avons réussi à marquer. La saison dernière ils ont fini devant nous, ici nous avons onze points de plus, c'est la preuve que nous faisons quelque chose de grand. Nous avons fait tout notre possible pour gagner et j'ai eu des réponses très positives, face à une excellente équipe. Elle doit être considérée comme une grande formation, capable d'ennuyer n'importe qui." Avez-vous le sentiment que l'équipe voulait simplement gérer l'avantage ? "C'était difficile contre eux et avec les absents nous avons tenu bon. Ils jouent avec intensité, c'est leur marque de fabrique maintenant. Ils sont solides. Nous avons du mérite d'être là où nous en sommes, d'avoir ces 46pts, mais nous devons être réalistes, il reste du chemin. Cependant je tiens à féliciter les gars pour leur travail, je pense que les tifosi le comprennent. Bergame est une référence dans le désir de toujours attaquer l'adversaire. Le fait de défendre le résultat a pris le dessus." Aujourd'hui Lukaku s'est senti un peu seul, le milieu n'a pas pu l'accompagner. "Ça s'est bien passé dans l'ensemble. Je me répète mais en face c'est un groupe qui travaille depuis de longues années ensemble, avec un coach qui dispose de joueurs aux caractéristiques propres à son jeu. L'Atalanta dispose de gars physiquement très forts, seul Gomez est petit, mais il est compliqué à gérer." Mais vous avez retrouvé Sensi ce soir : "Oui mais il doit jouer pour retrouver la condition adéquate. Je suis content parce qu'il a fait 70min dans une rencontre très physique. Nous avons retrouvé un joueur important. Lentement il reviendra et nous allons retrouver celui du début de saison. Nicolo Barella aussi est dans le même cas." Il y aura du renfort prochainement ? Où voyez-vous des améliorations à faire ? "Vous devriez poser cette question à ceux qui travaillent dessus. La seule chose que je demande c'est de ne plus avoir d'absents. A chaque fois il nous manque quelques gars, ça devient problématique. Barella était suspendu, Vecino a une douleur au mollet, Sanchez est en train d'être ramener dans les meilleures conditions. Puis vous regardez le classement et vous fermez les yeux sur de nombreuses situations. Je prie pour que tout le monde soit là, mais il y a toujours des suspensions ou des blessés, de ce fait nous sommes 'short' au niveau de l'effectif. Nous essayons de faire de notre mieux. Comme ce soir où nous avons tout donné, contre une équipe qui travaille depuis quatre ans avec le même entraineur, avec des joueurs spécifiques pour son idée du football. Tout le monde fait son travail, je fais le mien sur le terrain. Nous dansons sur un fil depuis six mois, mais être à +11 d'eux, cela signifie beaucoup." Qu'en est-il de Vidal ? "Vous savez très bien que je ne parle pas des joueurs extérieurs au club." Quel secteur a le plus besoin de renfort ? "Ce sont des discussions que j'ai déjà eues il y a deux mois avec le club. Ce ne sera pas public. Je peux faire mon interprétation, le club peut en avoir une autre. Mon travail consiste à rendre mes joueurs meilleurs, au maximum de leurs capacités. Vous avez assez d'expériences dans le milieu du foot pour comprendre où des interventions doivent être faites." Qu'est-ce qu'il manque pour grandir ? "L'approche est bonne de la part de l'équipe, il faut essayer de la garder et de continuer à grandir dans ce sens. Un club de haut niveau signifie faire de grandes choses. Nous avons besoin de temps et de patience pour faire les bons ajustements au fil du temps. Le championnat ne se termine pas en décembre. Nous avons pris 4pts sur les matchs à Naples et contre Bergame, et dans la situation où nous sommes j'aurais signé de suite. Nous sommes présents, mais ce n'est pas simple. Je suis heureux à 200% d'être leur coach, ils vont au-delà de toutes les attentes." ®gladis32 - internazionale.fr
  5. Inter vs Atalanta c'est une opposition qui pourrait être rempli de buts et pas seulement parce que ce samedi, deux des trois équipes les plus prolifiques de la saison s'affrontent. L'Inter de Conte est en tête du classement avec 45 points, ayant marqué 39 buts et bénéficiant d'un Romelu Lukaku en forme en attaque, meilleur buteur de l'Inter suite à ses 18 premières apparitions à l'ère des trois points pour une victoire. L'affrontement entre ces deux équipes est un combat qui a souvent vu ces dernières se rendre coup pour coup, avec sept buts marqués dans l'histoire des matches entre ces nerazzurri. Pour le plus récent, il faut regarder trois saisons en arrière, l'exemple le plus ancien remontant à trente ans. C'était le début des années 90. L'Inter de Trapattoni était de retour au sommet de la Serie A pour la nouvelle décennie, après avoir remporté un Scudetto record en une année qui s'est terminée par une victoire en Super Coupe et l'anticipation d'un défi pour la première Coupe UEFA, avec le match de quart de finale à venir contre l'Atalanta. Le match de championnat contre l'équipe d'Orobia a été le match qui a ouvert la décennie pour les Nerazzurri, mais ce match est entré dans l'histoire en raison des sept buts marqués par les Nerazzurri de Trapattoni. La première célébration est venue de Bergomi, qui a ouvert le score après seulement six minutes de jeu. 180 secondes plus tard, c'est le pied droit de Matthaus qui a doublé la mise. La première mi-temps a également vu des miracles de Baresi et Berti. La deuxième mi-temps a commencé avec un but de Ferri, suivi d'un excellent travail de Klinsmann et de Serena, notre numéro 11 créant notre cinquième but et la légende allemande envoyant au fond les deux derniers. INTER 7-2 ATALANTA, 25 mars 1990 Buteurs: 6 'Bergomi, 9' Matthaus, 24 'Baresi, 27' Berti, 46 'OG Ferri, 59' Serena A., 63 'et 70' Pen. Klinsmann, 73 'Nicolini INTER 7-1 ATALANTA, 12 mars 2017 Buteurs: 17' Icardi, 23 Pen. Icardi, 26' Icardi, 31' Banega, 34' Banega, 42' Freuler 52' Gagliardini, 67' Banega Rendez-vous ce samedi 11 janvier à 20h45 au stade Giuseppe Meazza ! Quel est votre pronostic ?
  6. Antonio Conte s’est présenté en conférence d’avant-match dans ce qui constituera l’affiche de ce samedi soir en Italie, à savoir la réception de l’Atalanta au Meazza. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations d’Antonio Conte. Atalanta "Ce sera très important de l’emporter face à l’Atalanta, c’est une équipe très forte, et c'est certainement la plus en forme du championnat. Elle est plus forte que l’année dernière, c’est un test important pour nous. Ces dernières années, elle a augmenté la valeur de son noyau en y ajoutant des améliorations et en travaillant énormément sur les détails. C’est toujours le cas avec son entraîneur, je le connais bien, en personne, c’est un grand travailleur." Type de rencontre "Je m’attends à une rencontre très intense, une partie physique qui se disputera sous une intensité importante proposée par les équipes. Pour nous c’est un beau test, face à une équipe qui, à l’heure actuelle, est très difficile à affronter et à jouer. Nous devons être heureux de notre parcours, nous chercherons à être bon au niveau de l’intensité sur tout le match." "Je nous estime préparé, tout comme eux, nous verrons ce qu’il en ressortira du match de demain." Urgence "Skriniar et Barella sont absent car suspendu, et non pour blessure. Pour Vecino nous verrons, il n’y a rien de particulier. Je ne l’exclurai pas comme quelqu’un l’a suggéré aujourd’hui." Vidal et Eriksen "J’ai déjà dit que je ne parlerai pas de Mercato, je ne parle pas des autres joueurs, donc ne me questionnez pas sur le marché des transferts. Je ne veux pas paraître impoli, mais d’ici à la fin du Mercato, seul le club s’exprimera à ce sujet." Champion d’hiver "Sincèrement, ce titre est minime. Le gagnant est celui qui franchit la lignée d’arrivée en premier et nous n’en sommes qu’à mi-parcours. Nous devrons encore l’emporter demain et ce ne sera pas facile." "Nous devrons chercher à disputer une grande partie, nous devrons beaucoup donner de nous-même, en allant au-delà de notre potentiel. Une rencontre difficile nous attendra demain. Au terme de la phase aller, nous pourrons faire un bilan avec les joueurs, voir où nous en sommes et ce que nous pourrons revendiquer." Polémique sur le jeu "Chacun fait son travail et voit le football comme il a envie de le voir. Nous allons de l’avant pour notre équipe en offrant des satisfactions à nos supporters. Il y a beaucoup de problèmes à résoudre." Meilleure attaque vs Meilleure défense "Oui, nous aurions même pu être la seconde meilleure attaque si la Lazio avait marqué un but en moins, cela dépend de comment l’on veut voir les choses. Parler est facile, surtout lorsque tu es devant le téléviseur." "Pour gagner un match, tu dois inscrire des buts, nous devons être bons en phases offensives et défensives, l’équilibre est fondamental car tu fais face à une équipe qui inscrit énormément de buts et où il t’es difficile d’en mettre." "Celui qui l’emportera sera celui qui encaissera le moins de buts, ce n’est pas la première attaque qui affrontera la seconde ou la troisième." Écart avec la Juve "Je reste toujours campé sur les évaluations que j’ai réalisé en début de saison, lorsque j’ai dit et répété que, mis à part l’Inter, toutes les autres équipes s’étaient également renforcées. Généralement, lorsque l’on procède de la sorte, l’écart avec nous aurait dû augmenter." "Mais nous réalisons quelque chose de positif, les nouveaux se sont bien intégrés, ceux qui étaient déjà là se sont responsabilisés et nous réduisons cet écart en proposant des choses positives. Les grandes équipes se construisent dans le temps, personne n’a de baguette magique. Je me souhaite d’avoir la patience et le temps pour réaliser tout cela pour l’Inter." Godin et le Mercato "Un mois de mercato est toujours un mois particulier car il faut en même temps être intelligent tout en comprenant qu’il y aura un paquet de rumeurs que vous devrez pourchasser, afin de pouvoir analyser de la bonne façon la situation." "Pour nous, les entraîneurs, il s’agit d’un mois un peu difficile car des informations auxquelles tu n’es pas préparé peuvent sortir. Tu te retrouves à devoir préparer un match tout en faisant face à certains noms et dont au final, rien de ce qui aura été dit est vrai." "Il faut être intelligent, travailler et ne pas disperser son énergie." Conquérant Quand est-ce qu’il m’est possible de savoir si nous pouvons l’emporter ? "Durant l’année, lors de la seconde partie de saison. Lorsque je vois qu’il y a une croissance exponentielle et que la concurrence commence à fléchir. Cela se passe toujours en seconde partie de saison. Cela vaut aussi en équipe nationale, vous suivez le même parcours. A un moment donné, vous comprenez le parcours qui se dresse devant vous, et vous devez être bons pour savoir y faire face." Le saviez-vous ? Conte a la dent dure, la réponse à la question posée sur Vecino "Je ne l’excluerai pas comme d’autres l’ont dit." fait suite à un article paru dans le Corriere Dello Sport, avec une soit disant absence de l'uruguayen suite à une blessure musculaire, ce qui l’aurait écarté de la rencontre, ou l’aurait mis du moins sur le banc. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Un message envoyé à la Juve de Cristiano Ronaldo. Une victoire historique et ô combien précieuse dans une saison dite de la Renaissance. Avec 45 points au compteur, et le scalp du Napoli entre ses mains, Antonio Conte s’est livré à Sky Sport. Capello Allume Conte C’est un terrain difficile. La solidité défensive de l’Inter lui permet d’être meurtrière en contre avec Lukaku. Naples a joué le un contre un et a pris des risques. Il a tenté de revenir en seconde période. L’Inter a concédé un peu, mais elle a été aidée par les erreurs de positionnements de la défense de Gattuso. La force de l’équipe de Conte est de défendre à la limite de sa surface de réparation, Candreva a été très important. Réponse du Berger à la Bergère Mon record de 100 victoires ? J’en ai été informé à la fin de la rencontre, je ne regarde pas énormément les statistiques. Mais je ne suis pas d’accord avec Capello qui déclare que nous avons évolué en défense et en contre. Aujourd’hui, nous sommes allés chercher haut le Napoli. Heureusement que nos adversaires nous témoignent plus de respect après la vision de la rencontre. Comme je le dis toujours, le football est beau car il peut être varié ou avarié. Performance Ce résultat à une valeur importante, gagner à Naples n’est jamais facile pour personne. Regardez ce que le Napoli a fait ces dernières années avec nous qui terminions derrière eux. Nous avons réduit cet écart de façon importante. Nous avons démontré une grande personnalité, ce sont des parties qui t’apportent de la confiance, une estime de soi-même. Nous avons besoin de continuer avec courage, en augmentant le niveau. Losque l’on se doit de défendre, nous jouerons la défense. Bastoni C’est notre futur et aussi notre présent. Je dois faire des choix. Il a 20 ans, de la personnalité, il aime jouer au ballon depuis l’arrière, il est à la recherche de situation qu’il affectionne. S’il devient plus agressif en défense, nous pourrons parler d’un joueur qui disposera d’un très grand futur. Amélioration Quand tu es agressif en jouant haut, il peut arriver parfois que tu ne presses pas assez bien et que tu souffres sur les contres de l’adversaire. Ce type de situation peut être mieux géré. Nos adversaires étudient notre façon de presser. Lukaku est une Pipe Lukaku ? C’est une Pipe ! J’en ai entendu de toutes les couleurs, c’est mieux qu’il continue ainsi, c’est mieux pour nous. C’est facile de parler de lui aujourd’hui, il a été monstrueux. Lui et Lautaro ont réalisé d’incroyables progrès. Ce sont deux diamants bruts à tailler. Ils travaillent ensemble sur leurs jeux, sur les mouvements. Nous parlons de très jeunes garçons. J’ai toujours suivi Romelu, je le voulais d’une force, même lorsque j’étais à la Juventus. A présent, je l’ai et je cherche à le rendre meilleur. Romelu Lukaku C’est important d’avoir un entraîneur comme Conte, c’est un Leader, il a tellement d’expérience, c’est d’un grand atout. Pour une équipe, jeune comme la notre, c’est très important d’avoir un tel entraîneur. Mon duo avec Lautaro ? Dès le début, sur et hors du terrain, nous sommes devenu amis, nous faisons tellement de choses ensemble. Lorsque nous jouons ensemble, nous savons que si l’un à son occasion, l’autre pourra aussi en avoir une à son tour. Je suis très content de ce que nous proposons, mais nous devons continuer à travailler encore plus. Lautaro Martinez Je suis fier, nous n’avions plus gagner ici depuis tellement longtemps. Nous l’avons fait et nous sommes fier de revenir avec les trois points sur un terrain difficile, face à une équipe qui aime jouer au football. Nous avons eu de la patience et du cœur, ce n’était pas facile. Nous avons bien fait tourner le ballon et bien attaqué les espaces. Je suis heureux. Lukaku et moi ? J’estime que nous travaillons bien ensemble et que nous faisons de notre mieux pour l’Inter. Nous devons travailler et tout donner pour l’Inter. Le retour des blessés ? Même celui qui a peu joué est revenu en donnant son meilleur dès son entré en jeu. Récupérer les joueurs blessés est important. J’en suis ravi, de même que les trois points. Nicolo Barella Naples est une équipe redoutable, mais nous avons démontré que nous étions une grande équipe qui a un objectif. Nous avons tout donné. Je me sens mieux, j’ai énormément travaillé. C’était un long mois, très difficile, je suis content de ce que sont parvenu à faire mes équipiers, je suis fier aussi de leur donner un coup de main. Brozovic ? Je n’ai pas besoin de le conseiller L’Atalanta Nous avons démontré que nous avions un objectif, nous voulons le jouer jusqu’au bout du bout, nous voulons tous faire de notre mieux, en souffrant aussi ensemble. Nous sommes une équipe forte avec l’un des meilleurs entraîneurs du Monde dans l’un des Clubs parmi les plus important du Monde. C’est l’Inter et nous devons continuer à nous comporter comme cela. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. 22 ans, plus de deux décennies… L’Inter a débuté 2020 comme elle a terminé 2019, par une victoire extrêmement importante sur un terrain ô combien difficile. La formation alignée par Antonio Conte a réussi a mettre un terme à un tabou… En effet, l’Inter n’était plus parvenu à l’emporter au San Paolo depuis 1997. Mieux encore, cette victoire Nerazzurra permet à l’Inter de recoller à la Juventus en tête de la Serie A avec 45 points au compteur. L’Inter de Conte aura vu la Lula sauter sur ses proies et ne laisser aucune chance à un Napoli privé de Koulibaly. Sur le but d’ouverture, Lukaku profite d’une glissade de Di Lorenzo dans la moitié de terrain Nerazzurra pour foncer au but en compagnie de Lautaro Martinez. L’appel de l’argentin permettra au Big Rom de prendre le meilleur sur la défense napolitaine. Son puissant tir heurtera le poteau avant de finir au fond des filets dès la 14e minute de jeu. Lukaku a toujours clamé haut et fort qu’il était un fan d’Adriano et l’Imperatore aurait très certainement apprécié ce raid solitaire. Mais le meilleur reste encore à venir. Lancé en profondeur sur l’aile gauche Nerazzurra, le géant Belge s’en va défier les réflexes de Meret. Le tir du Diable Rouge est extrêmement puissant, flashé à 111 km/h. Un tir surpuissant que Meret ne parviendra absolument pas à gérer, réalisant de la sorte une « papera » à la 33e. Naples reprends un peu espoir dès la 39e via un but inscrit par Milik à la limite du hors-jeu. Naples n’est plus que l’ombre d'elle-même et même si elle tente de recoller au score, les erreurs individuelles lui coûteront très cher. Preuve en est le centre de Vecino à la 61e. Si celui-ci arrive bien à destination, il atterrit dans les pieds de Manolas qui, très involontairement, offre une passe décisive à Lautaro Martinez pour une sanction immédiate. Naples ne s’en relèvera jamais malgré un arbitrage très favorable. Au rayon des bonnes nouvelles, il y a lieu de noter, outre les trois points, le retour de Sensi et Barella, entrés en cours de jeu. L’Inter peut à présent se préparer à un Derby de Lombardie avec la réception de l’Atalanta, ce samedi 11 janvier à 20h45 au Giuseppe Meazza. A noter les absences pour ce match de Milan Skriniar et Nicolo Barella suite à une accumulation de cartons jaune. Le Saviez-Vous ? Romelu Lukaku est devenu le sixième joueur de l’Histoire de l’Inter a inscrire un doublé en deux matchs consécutifs en Serie A depuis l’ère des victoires à trois points. Il rejoint de la sorte le club composé de Mauro Icardi, Alvaro Recoba, Christian Vieri, Zlatan Ibrahimovic et Samuel Eto’o. Tableau Récapitulatif Naples 1-3 Inter Buteur(s) 14’, 33’ Lukaku (I), 39’ Milik (N), 61’ Lautaro Martinez (I) Naples: 1 Meret; 22 Di Lorenzo, 23 Hysaj (82’ 11 Lozano) 44 Manolas, 6 Mario Rui; 8 Fabian Ruiz (84’ 9 Llorente), 5 Allan, 20 Zielinski; 7 Callejon, 99 Milik, 24 Insigne. Banc: 25 Ospina, 27 Karnezis, 12 Elmas, 13 Luperto, 34 Younes, 62 Tonelli, 70 Gaetano, 98 Leandro. T1: Gennaro Gattuso. Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 95 Bastoni; 87 Candreva, 8 Vecino, 77 Brozovic, 5 Gagliardini (56’ 23 Barella), 34 Biraghi; 9 Lukaku (88’ 20 Borja Valero), 10 Lautaro Martinez. Banc : 27 Padelli, 46 Berni, 2 Godin, 7 Sanchez, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 16 Politano, 19 Lazaro, 21 Dimarco, 30 Esposito. T1: Antonio Conte. Arbitre: Dover VAR: Calvarese Averti(s): Candreva (I), Barella (I), Conte (I), Esposito (I), Sensi (I), Skriniar (I) Expulsé(s) / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer la Pagelle di Daniele Mari, le Directeur de Fcinter1908.it, suite à la victoire de l’Inter au San Paolo du Napoli HANDANOVIC 6,5 : Appelé à défendre les siens suite à plusieurs attaques des Azzurri. Il a toujours répondu présent. SKRINIAR 6 : Moins à son avantage que le reste de ses équipiers de la défense. Insigne l’a fait trembler. Mais il a fait le job. DE VRIJ 7,5 : Que dire de ce joueur. Il risque de rejoindre Cambiasso comme la meilleure acquisition de l’Histoire de l’Inter à paramètre zéro. BASTONI 7 : Lauréat de l’examen du San Paolo. Le gamin grandi est est plus souvent titulaire que l’inverse. Même s’il ressent toujours le souffle de Godin dans son coup. CANDREVA 6 : Partie douloureuse, on l’a vu d'avantage en défense qu’en attaque, mais il a bien aidé. VECINO 6 : Il s’améliore sur la distance. Timide en première période, meilleur à la reprise lorsqu’il apporte un soutien en phase offensive. BROZOVIC 6,5 : Il s’est parfois perdu avec un touché de trop. Mais lorsqu’il relève la tête, il voit l’embuscade, certains joueurs restent toujours beau à voir. GAGLIARDINI 6 : C’est celui qui s’est le plus inséré en phase offensive en première période comparé à Vecino. Il n’était pas toujours en accord avec le rythme ambiant, mais il a répondu présent. BIRAGHI 6 : Il perd Callejon de vue sur l’action du but de Milik. Mais il n’a pas commis d’autres bavures aussi évidentes. LUKAKU 9 : Une furie, une authentique forcv de la nature, il a démoli la cage et ses adversaires. A présent les critiques sont mises de côtés. LAUTARO 7 : Un rapace. Cette fois, il n’a pas eu besoin de réaliser une super action ou de proposer une très grande prestation. Manolas se plante et il le punit… Comme le font tous les grands attaquants. BARELLA 5,5 : Il est encore un peu en rodage. Il prend immédiatement un jaune évitable et a toujours fleurté avec le fil rouge. Il a besoin de temps pour carburer. SENSI 6 : Retour graduel BORJA VALERO : Non noté CONTE 9 : Cela faisait 23 ans, il a mis fin à la malédiction Napoli avec une prestation solide et mature en proposant un beau football. Son Inter a très bien répondu à ses exigences : Un bosseur.
  10. Ce lundi marque la reprise du Championnat pour l’Inter avec, comme dessert lors de cette journée de la Befana, un déplacement à Naples. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations d’avant-match d’Antonio-Conte "J’ai retrouvé les garçons dans de bonnes conditions, reposés et avec de la bonne volonté et de la détermination, je suis content de cela. Une rencontre difficile nous attends à Naples, vous savez ce que je pense du noyau du Napoli: Il est d’une grande qualité, il a changé d’entraîneur et nous devrons être très attentif car c’est une grande équipe avec un entraîneur qui dispose d’un grand état d’esprit." Serie A "La rencontre la plus importante sera celle face à Naples, faire une bonne prestation et prendre des points nous apporterait encore plus de confiance, vu ce que l’on est parvenu à faire de bon jusqu’à présent. Nous avons débuté un nouveau parcours, nous savons qu’il y a tant de chemin à parcourir, nous ne devrons pas être trop simplistes dans les discours. Je sais que l’on a réalisé un très grand travail en récoltant 42 points, cela doit nous servir de garantie pour le futur." Futur "Ce qui m’intéresse, c’est de construire quelque chose de grandiose avec ces joueurs, vous avez vécu nos urgences durant cette saison, et personne ne se serait attendu à voir l’Inter en tête du classement. Nous devons continuer à grandir en étant conscient que cette route nous apportera des satisfaction. Gagner est facile à dire en parole, mais derrière cela, il faut réaliser de très grands efforts, nous le savons et nous voulons réaliser quelque chose de beau pour nos tifosi." Pourcentage "Je ne peux pas encore m’exprimer sur le pourcentage de croissance. Nous devons en finir avec la phase aller, mais l’équipe est crédible et stable, nous devons continuer à agir de la sorte pour le reste de la saison. Lorsque tu deviens stable, tu te mes en très bonnes conditions pour regarder devant toi." Gattuso "Je revois en lui cette grande passion qu’il a pour le Calcio, cette grande envie, il a fait son propre apprentissage, tout comme moi., j’ai un très grand respect pour lui qui a fait face à des difficultés à l’étranger. Nous ne sommes tous pas capable d’aller jouer notre propre jeu en Lega Pro. J’ai un grand respect pour lui, je suis content du travail qu’il a réalisé avec le Milan, son travail y a été sous-évalué. Le Milan a ajouté des éléments comparé aux joueurs de l'année dernière sans les vendre. ils sont allés sur le Mercato, et cela montre le grand travail qu'il a accompli. Je lui souhaite le meilleur, mais à partir de la rencontre d’après." Vidal "Vous savez que je n’aime pas parler des autres joueurs qui militent dans d’autres équipes, c’est une question de respect. Vous le savez très bien, je ne l’a pas fait dans le passé et je ne le ferai pas maintenant." Attentes "Nous devons continuer à travailler comme nous l’avons fait jusqu’à présent. Et c’est inévitable que les difficultés que nous avons rencontrés ont responsabilisé ce groupe. Tous ont épousé notre cause et se sont responsabilisés. C’est là l’amélioration. Chacun a compris qu’il avait besoin d’élever son propre niveau, en qualité de personne sur le terrain, mais également mentalement, c’est l’aspect le plus positif qui a été atteint lors de cette première partie de saison. "Nous devons continuer sous ce point de vue et c’est le rôle de l’entraîneur de valoriser au maximum le noyau, en cherchant à obtenir cela et avec ce groupe, c’est facile car il y a de l’envie." "C’est pour cela que j’ai dit que Gattuso a commencé un parcours qui demande tu temps. Nous ne devons pas tomber dans un enthousiasme facile, mais être conscient que le chemin que nous avons entrepris est le bon. Nous devons réduire cet écart." Mercato "Cela fait partie du parcours de croissance et nous ne pouvons pas penser à changer du jour au lendemain. Un écart s’est créé durant ces dernière années entre celui qui gagne et les poursuivants. Cet écart ne se réduit pas d’un coup de baguette magique, il y a des étapes à réaliser." "Les joueurs doivent les parcourir, avec du travail et la confiance du club qui cherche à améliorer cette situation. Il y a du travail à fournir, il y a de l’enthousiasme, mais je ne veux pas m’y étendre mais me rappeler qu’il y a un parcours à faire. Je ne me lève pas le matin en me disant qu’aujourd’hui nous avons déjà gagné." Asamoah "D’un point de vue médical, il y besoin de questionner le Staff médical et celui-ci devra répondre à mes demandes de façon spécifiques avec des réponses pertinentes. Depuis 6 mois, j’ai procédé à des évaluations avec le club et je suis ici pour valoriser et améliorer la situation. J’attend du club qu’il prenne des décisions qui auront un impact positif." Le noyau "C’est justement du au fait que nous sommes en phase de mercato, qu’il ne m’est pas possible de répondre à vos demandes. Nous avons réalisé des évaluations, le club en est conscient et les meilleurs décisions seront entreprise pour améliorer l’Inter." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Une adaptation qui aura un impact non-négligeable : l’IFAB, soit le Board qui régit les lois du football a introduit une tolérance relative au hors-jeu, octroyant à nouveau les pleins pouvoir au juge de ligne. Adieu donc aux hors-jeu millimétrés, voire à la pointe du bout du pied si celui-ci dépasse d’un millimètre la ligne des défenseurs: Le but ne sera plus annulé... Cette situation créait des polémique. Qui plus est pour juger un tel hors-jeu, il fallait pas moins de 12 caméra pour mettre en évidence une telle erreur de jugement. Voici ce que déclare le Secrétaire Général Brud : "Cette circulaire vise à désactiver la Var dans le cas où la décision n’est pas très claire. La décision prise en directe et décidée par le juge de ligne fera foi. Ce soit ces points qui sont les plus visés depuis l’introduction de la Technologie. Cela contraindra à maintenir le drapeau levé jusqu’à la fin de l’action et la décision sera communiquée par la suite, après visionnage des images." Règles à respecter La position de l’attaquant doit être prise en considération non pas lorsque le ballon part du pied du passeur, mais au moment exact où celui qui délivre la passe entre en contact avec le ballon. Il a souvent été prouvé à la télévision qu’il n’était pas possible d’établir un instantané précis. Sur base de cette nouvelle ligne directrice, le hors-jeu pourra être appliqué dans le monde du football européen, à commencer par les matchs de la Ligue des Champions en février. Le but est de corriger les erreurs claires et évidentes et de ne pas incriminer la Var. Le premier a avoir demander une adaptation du règlement est le Président de l’Uefa en personne, Aleksander Čeferin. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. C’est une information du Corriere Dello Sport, Christian Eriksen qui est le joueur le plus courtisé du Mercato, car en fin de contrat en juin 2020, a déjà été approché par Piero Ausilio en novembre 2019. "Il faut remonter à la mi-novembre, une réunion s’est tenue à Londres. A Wembley, l’Angleterre affrontait le Montenegro, 7-0 score final. Mais le voyage du Directeur Sportif interiste avait été associé à l’intérêt porté pour Olivier Giroud. En réalité, Piero Ausilio a profité de cette occasion pour s’entretenir avec la Direction de Tottenham." "L’Inter manifestait de la sorte, et de façon officielle, sa disponibilité à acquérir Eriksen déjà lors du Mercato Hivernal. Une situation qui permettait aux Spurs de pouvoir encaisser quelque chose, au lieu de voir le joueur partir librement au mois de juin, sans percevoir le moindre centime." "A cette époque, l’équipe Nerazzurra était encore en course pour le second tour de la Ligue des Champions et le Danois devait être le cadeau parfait découlant de la qualification. Finalement, le parcours européen ne s’est pas déroulé comme prévu, mais à la Viale Della Liberazione, il a été décidé que cette piste n’allait pas être abandonnée." "Le milieu de terrain fêter le 14 février 2020 ses 28 ans. Sur la table, les 25 millions d’euros proposés sont toujours d’actualité, il s’agit d’une somme reprenant la valeur du joueur et les différentes commissions. Celles-ci transformées en amortissement annuel, représentent 5,5 millions d’euros, soit les 6 mois restants jusqu’au 30 juin 2020, soit un coût soutenable." "Le vrai investissement devait être fait pour garantir les émoluments au joueur, une sommes qui ne peut pas être inférieure à ce que perçoit déjà Romelu Lukaku, soit un salaire estimé entre 9 et 10 millions d’euros net par saison. Dans le cas de Christian Eriksen, tout comme ce fut le cas pour le Belge, le décret croissance permettrait d’atténuer l’impact financier sur le bilan." Confirmation de La Gazzetta Dello Sport "Transférer à Milan un Homme qui aligne 200 présences en Premier League et qui vaut 100 millions d’euros n’est jamais facile, tant est plus qu’arrivé en fin de contrat, la concurrence est présente. Au-delà des prétendants crédibles, il y a lieu de considéré cette tentative comme un acte de croissance." En effet, le danois a refusé de prolonger avec le club anglais, se disant prêt à tenter une nouvelle expérience, une expérience en Serie A serait donc séduisante. On a parlé il y a quelques temps du Real Madrid avec le possible départ de Modric, mais le Rosea l’assure, "l’Inter et l’Italie sont des destinations à prendre en considération." "Si l’on pense au salaire du joueur, pour le contenter, il devrait percevoir un salaire similaire à celui de Lukaku : 7,5 millions d’euros plus 1,5 millions de bonus. Il ne serait donc pas utile de proposer une douzaine de bonus." Libre en juin, Eriksen pourra aller où il veut, néanmoins Tottenham souhaite rentabiliser un transfert dès cette fenêtre de Mercato Hivernal : "Vu que la formule d’un prêt avec rachat n’est pas praticable, l’Inter ne peut pas ne pas agir en janvier." La Concurrence ? "Il y a United, un club que Christian a déjà refusé l’été dernier. Paris et le Real veulent attendre l’été. L’Inter espère donc que le joueur n’a pas déjà choisi son futur club et espère en ses chances de le convaincre à épouser le projet sportif mis en place par Antonio Conte." Pensez-vous réellement à un tel recrutement dès ce mercato ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Antonio Conte s’est peut-être réjoui un peu trop vite. La rumeur courant sur une blessure de Danilo D’Ambrosio lors du dernier entrainement de 2019 est à présent confirmée par le Corriere dello Sport "Alors que l’infirmerie semblait définitivement se vider, Conte perd une autre cartouche. Lors de l’ultime entrainement de 2019, Danilo D’Ambrosio a ressenti une douleur. L’International italien a réalisé une IRM ce jeudi qui a mis en évidence , un ressentiment musculaire de sa jambe droite." La situation sera réévaluée la semaine prochaine, mais ce type de blessure peut perdurer une vingtaine de jours. Il est donc plus que probable de revoir Danilo soit le 19 janvier contre Lecce soit le 26 janvier face à Cagliari. Pour rappel, D'Ambrosio avait déjà été écarté durant un mois suite à une fracture d’un orteil , entre le mois d’octobre et de novembre. Élément précieux du Onze de Conte, l’Inter n’avait de cesse que d’encaisser des buts durant son absence. Une situation connue qui devrait être, à présent, mieux gérée. Le point sur l'infirmerie des deux clubs La situation est totalement différente pour Sensi et Barella. L’ancien de Sassuolo devrait être titularisé d'entrée de jeu, ce lundi face au Napoli. Le sarde lui, devrait débuté sur le banc. Ce match marquera aussi le grand retour de Marcelo Brozovic et Lautaro Martinez, qui avaient été suspendus face au Genoa. Du côté du Napoli, la situation est bien plus compliquée : Kalidou Koulibaly déclare forfait. Blessé le 14 décembre dernier lors de la confrontation face à Parme, le temps de récupération est à présent estimé à plus d’un mois. Outre l’absence du pilier défensif, Gattuso devra également se passer des services de Nikola Maksimovic. Quel est votre pronostique pour l'affiche de la Beffana! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Partie 1: Du retrait du brassard à Icardi à l'annonce de Marotta Une nouvelle année tire à sa fin, et 2019 a été bipolaire pour l'Inter. En essayant de remettre en ordre chronologique les épisodes qui ont marqué l'année du club nerazzurro, toutes ses situations, ses transferts qui caractérisent le monde du football, on voit émerger un fil rouge qui lie au final, les premiers mois de l'année à cette dernière qui voit l'Inter en tête du classement de SerieA. La première partie de la saison sous Conte est marquée du slogan Pazza Inter No More, pour marquer un terme avec une ancienne "philosophie" qui, quelques semaines avant l'arrivée du nouvel entraîneur, était toujours présente comme le témoigne la rocambolesque qualification en Champions League en fin de saison. Prêts à replonger dans l'année 2019 de l'Inter ? Commençons donc par les 5 épisodes de la première partie. Episode 1: Une requête de transfert et un retrait de brassard L'Inter est une équipe à cheval sur les traditions. Et par tradition, en hiver elle souffre. Malgré la victoire contre le Napoli lors du Boxing Day, 2019 commence mal pour l'Inter. Après la trêve hivernale en début janvier et la victoire probante contre Benevento en Coppa Italia, l'Inter se refocalise sur le championnat. Mais en deux semaines, la saison semble partir en cacahuètes. Après un soporifique match nul contre Sassuolo, arrive l'annonce de Marotta: Ivan Perisic a réclamé un transfert et est par conséquent exclu temporairement de l'effectif. A cette annonce font suite une défaite contre le Torino, une élimination en Coppa contre la Lazio dans une séance de tirs aux buts qui verra des ratés de Lautaro et Nainggolan et une autre très douloureuse défaite contre le Bologne de Mihajlovic à domicile. C'est peut-être le premier moment où, pour les médias, Spalletti a un pied et demi hors d'Appiano Gentile. Après la débâcle à domicile contre les hommes de Sinisa, il se murmure même que pour la fin de la saison une arrivée de Cambiasso, héros du Triplete et homme particulièrement apprécié de la tifoseria, serait dans les tuyaux. Le président Zhang et Marotta confirment cependant l'entraîneur, mais c'est probablement à ce moment que la décision a été prise de se tourner vers quelqu'un d'autre. La révolte arrivera ensuite après Parme lors d'une rencontre très compliquée que l'Inter remportera grâce à un exploit de Lautaro entré en cours de match. Cela semble d'ailleurs ramener le calme à l'Inter. Cela est aussi dû au fait que le mercato s'achève et que l'Inter n'a pas eu à brader Ivan Perisic, le croate redevient convocable pour l'entraîneur. "Semble ramener le calme" car, effectivement, dans les vestiaires du Tardini ce soir là, un évènement chamboule tout. La goutte d'eau qui fait déborder le vase. Et la semaine suivante, un tweet vient bouleverser l'histoire de l'Inter, le nouveau capitaine de l'Inter est Samir Handanovic. Il est inutile de revivre toutes les étapes qui ont porté à la destitution d'Icardi, de même inutile de parcourir les 51 longs jours durant lesquels le numéro 9 d'alors est indisponible. Une situation qui a empiré rapidement. Tout démarre d'un renouvellement de contrat qui a dégénéré et provoqué une absence qui marquera peut-être l'histoire de l'Inter. L'effectif en attaque est décimé. Keita Baldé se blesse, Nainggolan fait des allers-retours à l'infirmerie, l'Inter se fait éliminer de l'Europa League et le 3 mars elle se fait même dépasser par le Milan après une énième défaite, contre Cagliari. La saison semble avoir pris un tournant décisif avec à l'horizon, un derby della Madonnina déjà décisif. Episode 2: Il Derby del Toro Au cœur de la tempête, l'Inter garde quand même certaines certitudes. L'expérience de Spalletti permet d'empêcher que la barque ne sombre. Dans des moments décisifs de la saison il a su compter sur des performances d'individus qui ont fait la différence. Le derby retour a valu son pesant d'or, en effet, une qualification en Champions League était en jeu : l'Inter y arrive en quatrième du championnat après une période désastreuse et avec un Mauro Icardi toujours aux abonnés absent. C'est donc Lautaro Martinez qui prend les choses en main. Il Toro fournit l'assist de l'ouverture du score à Vecino avant de faire le break sur penalty en deuxième mi-temps en portant le score à 3-1, un but qui permet de prendre les trois points. Une lueur d'espoir après une période de ténèbres, qui lui donne aussi les faveurs du public de San Siro. Quelques jours après, Icardi revient dans le groupe et Spalletti cherchera à alterner Icardi et Lautaro mais les 53 jours d'absences auront délivré leur verdict: on sait à ce moment qui sera l'attaquant titulaire en 2019/2020. Episode 3: Pazza Inter, la dernière chance La saison suit donc son cours, l'Inter avance tant bien que mal vers une quatrième place inespérée. Les nerazzurri perdent à domicile contre la Lazio, puis s'enfoncent dans une série de matchs nuls étonnamment sans grandes conséquences, mais qui empêchent quand même de sécuriser l'objectif C1. Le climat est alors étrange, on commence déjà à parler d'Antonio Conte et d'une possible, probable révolution en été. Beaucoup de choses semblent déjà être considérées pour acquises, la qualification notamment. Lautaro se blesse, Keita ne convainc pas, Perisic disparaît des radars et pourtant l'Inter est toujours là, à résister, à s'agripper à sa défense pour ne pas rater le coche. Spalletti a alors l'occasion de sécuriser la qualification contre le Napoli mais une nette défaite renvoie donc les débats, encore une fois, à l'ultime journée, contre une équipe d'Empoli en lutte contre une descente en Serie B, qui par conséquent, vendra sa peau chère. Une rencontre "pazza", bon nombre de tifosi s'accorderont pour dire que cet Inter-Empoli fait partie des matches les plus durs qu'ils ont suivi. Les résultats des autres matches seront toujours clairs et nets, l'Inter est obligée de gagner. Le but tarde à arriver, il semble qu'il faudrait un miracle à l'Inter. Dans les tribunes tout le monde retient son souffle. Keita semble marquer un but décisif, exactement une demi-saison après le but qui devait lui permettre de se lancer. Mais l'Empoli ne rend pas les armes, assiège la surface de Handanovic et réussit à trouver l'égalisation. Le Meazza alors en fusion, semble subitement rempli de fantômes. A la fin, "l'homme de Spalletti", Radja Nainggolan, protagoniste de tant d'aventures extrasportives, sera l'artisan de la qualification, à la réception d'un ballon renvoyé après une galopade de Vecino. Un but qui envoie le Meazza au septième ciel. Les dernières minutes sont ensuite une torture, Empoli est partout sur le terrain et sur le dernier assaut des toscans, un ballon contré par Danilo D'ambrosio finit sur la transversale de Handanovic. Fin du match. Le baiser de Skriniar sur la tête du gardien slovène montre comment le nouveau capitaine, de par ses parades, le mental du groupe et aussi un peu de chance ont permis à l'Inter d'arracher la qualification en Champions League. C'est comme si tous le savaient à ce moment-là, que tout allait changer, un dernier hommage à une tradition folle. Spalletti salue son public pour la dernière fois, le cœur lourd à cause de la maladie de son frère. Une fin tragique qui dépasse le sport. Episode 4: No more Le "jour C" sera le 31 Mai. Antonio Conte est le nouvel entraîneur de l'Inter avec à la clé un contrat de 12 millions par saison. Marotta continue donc sa révolution du monde nerazzurro en intégrant Conte qui sortait d'une expérience de deux saisons à Chelsea et d'un quasi exploit avec l'Italie contre l'Allemagne à l'Euro 2016. L'annonce de son arrivée montre d'ailleurs un clair changement de régime, une nécessité de franchir un cap, aussi bien sur le plan sociétal que sur le plan sportif pour pouvoir espérer se hisser de nouveau dans l'élite du football mondial. L'Inter a beaucoup à faire, Conte le dit lui-même: "à moi de jouer". Dans sa vidéo de présentation, il descend d'une voiture devant le siège de l'Inter avec le président Zhang qui attend son arrivée dans les nouveaux bureaux du siège de l'Inter. Un symbole d'une relation déjà bien ficelée et confirmée dans cette vidéo où on peut aussi apercevoir Alessandro Cattelan. Antonio Conte annonce: "Pazza Inter No More". Crédible ? Episode 5: L'annonce de Marotta Un autre signal du changement de régime prend la forme d'une annonce de Beppe Marotta. En surprise il parle à SkySport lors d'une interview peu avant le ritiro "bunker" à Lugano: Mauro Icardi et Radja Nainggolan sont hors du projet Inter et seront vendus au cours du mercato. Personne n'est habitué à ce style de communication, par conséquent, sur les réseaux sociaux, les discussions s'enflamment. Tout le monde craint que cette double vente annoncée, difficile à concrétiser rapidement, ne bloque le mercato de l'Inter. Au final Nainggolan partira le 5 août, destination Cagliari en prêt. La telenovela Icardi par contre, s'enrichira d'autres chapitres avant sa conclusion au PSG. Le triptyque sera complété lorsque, après quelques matches amicaux, Conte s'exprime aussi sur Perisic, dont les défauts et le manque d'implication sont impossibles à conjuguer pour l'employer en milieu latéral de son légendaire 352. Lui aussi prendra donc place dans le charter des départs, direction Munich. de même pour Joao Mario, prêté au Lokomotiv Moscou. Ces derniers rapporteraient en cas de rachat, plus de 100 millions à l'Inter. Nainggolan lui semble destiné à revenir en attendant de savoir ce que le club souhaite en faire. Dès le ritiro en tout cas on remarque que la musique a changé, tout pour ne pas se retrouver dans la situation de janvier 2019, quand la saison a failli être vendangée après l'implosion du vestiaire des nerazzurri. ®Samus - internazionale.fr
  15. Le Corriere dello Sport revient en chiffres sur notre première partie de saison. Et c'est plutôt excellent. Pour rappel nous avons donc 42 points au compteur après 17 journées. Ce n'est pas le record mais il y a peu de précédents chez nous. L'Inter de Roberto Mancini 2006-07 avait fait 48pts en 18 journées alors que celle de 2007-08 était à 43pts pour 17 rencontres. Nous égalons celle de Jose Mourinho en 2008-09 qui était elle aussi à 42pts en 17 matchs. Nous avons qu'une seule défaite pour le moment, contre la Juventus à domicile. 2006-07 ; 2007-08 ; 2004-05: ce sont les trois saisons où l'Inter est resté invaincu avant la trêve hivernale. Sur cette dernière, l'équipe de Mancio ne comptait seulement 24pts mais une flopée record de 12 matchs nuls ! En 2008-09 une seule défaite aussi. Ce n'était pas contre la Juventus mais contre les cousins de l'AC Milan que nous avions chuté (but de Ronaldinho). Côté défense, avec seulement 14 buts encaissés nous sommes les meilleurs cette année. Cependant en 2007-08 nous n'en n'avions pris que 9 ! Avec Mourinho en 2008-09 nous en étions à 11 encaissés et 31 inscrits, contre 36 cette saison. Ce ne sont que des chiffres certes, assez flatteurs mais sachez que dans chaque scénario, le titre a été au bout. Raccourci facile je vous l'accorde. ®gladis32 - internazionale.fr
  16. L’Inter termine cette première partie de la meilleure des façons possible: Malgré une multitude de blessés, l’Inter a étrillé le Genoa 4-0 au Meazza, pour rester co-leader avec la Juventus. Ce leadership partagé, personne n’y aurait songé un instant au début de saison. Antonio Conte avait réclamé à corps et à cri Romelu Lukaku. Si sur la scène européenne, le travail de Conte devra seulement porter ses fruits, Big Rom s’est déjà très bien adapté à la Serie A, en y étant le second meilleur buteur du championnat. D’ailleurs ce samedi, Romelu a fait du sale, du très sale même en inscrivant un doublé, en délivrant sa première assist en Serie A à Roberto Gagliardini qui aime Gênes et en offrant un cadeau de Noël inestimable à Sebastiano Esposito pour sa première titularisation dès la première minute de jeu : Un penalty. Un geste salué par tout le Meazza qui démontre une fois de plus la personnalité attachante du Gentil Géant. Un geste encore plus important étant donné qu'il s'agit du premier but pro de Sebastiano Esposito. L’Inter doit à présent satisfaire Antonio Conte en recrutant les joueurs désirés lors du Mercato Hivernal. En effet, si personne ne songeait à disputer le Scudetto dès cette saison, il est à présent important de jouer le coup à fond et d'utiliser ce code promo zebet. La pression ne sera jamais sur les épaules interistes mais bien juventines, étant donné qu’il s’agit de l’An Zéro de l’Ere Conte. Remporter le Scudetto dès cette année au nez et à la barbe de la Vieille Dame serait donc un "extra". L’objectif étant d’ores et déjà atteint, à savoir réduire au maximum l’ecart sur le Napoli. Reste à colmater le plus possible la différence importante entre le noyau Bianconero et Nerazzurro. Place à présent au prochain match, à savoir le déplacement au San Paolo du Napoli, le lundi 6 janvier à 20h45! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo https://www.youtube.com/watch?v=zNp910nU3M8 Inter 4-0 Genoa Buteur(s): 31’, 70’ Lukaku, 33’ Gagliardini, 65’ Esposito (R) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 95 Bastoni; 87 Candreva (74’ 19 Lazaro), 8 Vecino, 20 Borja Valero, 5 Gagliardini (72’ 12 Sensi), 34 Biraghi (78’ 21 Dimarco); 30 Esposito, 9 Lukaku Banc: 27 Padelli, 46 Berni, 2 Godin, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 16 Politano, 32 Agoume, 33 D'Ambrosio T1: Antonio Conte Genoa : 97 Radu; 14 Biraschi, 17 Romero, 4 Criscito; 18 Ghiglione, 15 Jagiello (62’ 65 Rovella), 21 Radovanovic, 29 Cassata, 28 Agudelo; 9 Sanabria (75’ 56 Cleonise), 99 Pinamonti (72’ 30 Favilli) Banc: 22 Marchetti, 93 Jandrei, 5 Goldaniga, 13 El Yamiq, 20 Schöne, 27 Sturaro, 32 Ankersen, 33 Pajac T1: Thiago Motta Arbitre: Pairetto Var: Di Bello Averti(s): Cassata (G), Bastoni (I), Romero (G) Expulsé(s): / Affluence: 57.490 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Une soirée de rêve. Première titularisation, premier but, qui plus est à domicile devant sa famille et le tout conclut par une large victoire 4-0 face à un Genoa relégable. C'est ce qu'a vécu Sebiastano Esposito, qui ne cachait pas sa joie au coup de sifflet final : "Ce fut une semaine fantastique pour moi mais dans le même temps difficile car j'étais anxieux. Je ne vais pas mentir hier je n'ai pas dormi. J'ai pensé à ce match toute la nuit. Je dois remercier l'équipe, le coach, le club... Romelu surtout, pour le pénalty. Ce sont de formidables personnes avant d'être d'excellents professionnels. C'est une émotion inouïe pour moi. Tous les sacrifices que j'ai fait portent leurs fruits. J'espère continuer sur cette voie." "Avec Romelu nous avons tout de suite été sur la même longueur d'onde. Il essaye toujours de m'aider, il m'a vu un peu inquiet et il m'a rassuré. Je suis content de la victoire de l'équipe, de la confiance du coach et du club. Ils sont derrière moi tous les jours. Nous travaillons toute la semaine pour préparer la rencontre de la meilleure façon. Nous voulons toujours gagner, c'est cette mentalité que l'entraineur nous a apportée. Vous devez l'écouter. "Un souhait pour 2020 ? Continuez à travailler comme ça." ®gladis32 - internazionale.fr
  18. Dernière conférence de presse d’avant-match 2019 pour Antonio Conte. Présent au Media House, voici ses déclarations à la veille d'Inter-Genoa Est-ce la rencontre la plus importante de la saison ? "Certainement, car c’est la dernière qui reste à disputer et j’ai toujours dit que pour nous, il serait important d’arriver à Noel de la meilleure des façons possibles. Cela fait des mois que je fais face à d’important problèmes, nous les surmontons et j’estime que nous le faisons de la bonne façon. Le fait est que nous sommes en situation d’urgence, et que ces problèmes ont responsabilisé le groupe et les joueurs ont compris qu’ils devaient se donner encore plus." Croissance "Ces garçons ont énormément grandi, cela vaut aussi pour Esposito et Agoumé qui se sont entraîné avec nous et qui ont fait leur début avec mérite. Ils grandissent et ils ont les capacités nécessaires pour devenir fondamental à l’Inter durant de nombreuses années. Je crois tellement en eux et je sais que la réponse sera positive car ils se donneront toujours au maximum sur le terrain." "En ce qui concerne les blessés, il reste encore un entrainement, je ferai mes évaluations en sachant que Brozovic et Lautaro sont suspendu, ce qui nous place dans un état d’urgence encore plus important. Nous aborderons ce match avec la volonté de toujours donné notre maximum, même en cas de difficultés." Première Place "Ce serait un message important pour nous, pour le groupe et pour l’environnement. Comme je l’ai dit avant, je reste très préoccupé car il y a des situations qui me contraignent à faire des choix obligatoires, à miser toujours sur les mêmes joueurs. J’avais dit que je voulais arriver à Noel de la meilleure des façons et nous y voilà, ce serait fantastique si demain, dans une situation d’extrême urgence, nous remportions ce match." "Nous allons affronter le Genoa qui a besoin de points et qui vient de perdre un match à domicile, nous connaissons sa valeur et en même temps, nous devrons jouer avec notre tête, notre cœur et nos jambes." Victoire "Si j’analyse les trois derniers matchs, il y a beaucoup à critiquer, mais je demande beaucoup en même temps. Je dois être objectif et dire que ce que nous avons récolté est bien moindre que ce que venions de réaliser. Je ne parle pas de malchance, mais nous aurions pu nous en sortir autrement et être bien meilleur dans nos phases défensives." "Je sais que le résultat final reste le jugement de la prestation. Je me souhaite de voir de l’envie, de l’intensité et une bien meilleure attention. Nous devrons être parfait si nous voulons rentrer à la maison avec la victoire." Trêve hivernale "L’objectif qui est le nôtre est de devenir une équipe incroyable, celui qui doit nous affronter doit savoir que ce sera un match difficile. Nous avons débuté un parcours et nous y travaillons, nous l’avons très bien débuté. Ensuite, il a été semé d’embûches, de saletés, il a fallu que nous y grimpions tous." "Nous avons été bons pour faire face aux difficultés et aller de l'avant. Je pense que pour ce parcours entamé, il faut faire preuve de patience, moi en premier, je dois chercher à continuer cette construction. Il y a des situations où même si vous ne l’emportez pas, vous poser tout de même les fondations de cette construction." "Notre intention est de faire les choses bien, avec sérieux, si nous parvenons à raccourcir ce temps, c’est mieux, mais nous avons aussi et pas que nous, qu’il y a des équipes qui ont emprunté ce même chemin depuis tellement de temps." Être l’entraîneur de l’Inter "Plus le temps passe, plus je suis à fond derrière le projet, derrière la situation. Cela fait cinq mois que je travaille et nous avons travaillé non sans difficultés en donnant tellement sur le physique et le mental. Je savais que j’allais débuter un nouveau projet et que cela allait être difficile, mon histoire parle clairement pour moi." "Je n’ai jamais été confronté à des situations stables, mais toujours à des situations où il fallait faire face, des situations dont tu n’as pas envie de devoir faire face. Je réalise un très grands travail pour construire quelque chose d’important et laisser ma marque. Et cela ne signifie pas que la Victoire, mais aussi la pose de fondations. La culture du travail, de l’enseignement, de comment s’y dédier est importante." SANCHEZ "La blessure d’Alexis a été une tuile importante pour nous, même si j’ai toujours eu Romelu et Lautaro de disponible, cela aurait permis de les faire se reposer. Malgré cette blessure, Esposito a grandi. Il a la volonté de débuté, il aime les défis, la compétition, il ronge son frein, il a besoin de respecter les temps, mais il a cette volonté. Je me souhaite que cette volonté et son désir de jouer puisse lui offrir ce quelque chose en plus." SKRINIAR ET GODIN “Sincèrement, si je vous parle de Skriniar, vous savez que ce sera toujours en bien. Vu comment je l’utilise et la considération qu’il a envers nous. C’est un joueur moderne, jeune et qui travaille tellement pour s’améliorer. Il a 24 ans et toute une vie devant lui pour s’améliorer, il réalise des belles prestations comme le font ses équipiers en défense. Si nous sommes aussi proche de la tête du classement, cela démontre que tous réalisent de très belles prestations." BILAN "C’est une année à diviser en deux parties. Dès janvier j’ai eu des échanges avec des clubs intéressés. J’ai trouvé une entente très importante avec l’Inter et le fait que j’ai déjà travaillé avec Marotta m’a séduit. Nous avons travaillé ensemble. J’ai adoré ce que m’a dit le Président sur l’ambition de la Propriété, sur son désir de construire quelque chose de très important, tout en sachant que l’on revenait de très loin." "Cinq mois se sont passés et je suis content d’avoir trouvé ce groupe, j’aime venir au Centre sportif et travailler avec eux, ce sont toutes des personnalités spéciales, cela m’a surpris positivement et je suis heureux de continuer à travailler, même s’il y a des situations dont j’aimerai me passer." Noyau complet "Je travaille depuis le début de la saison sur des concepts bien définis et je pense qu’ils ont bien été intégré par l’équipe. Lorsque tu débutes un nouveau cycle, tu as besoin de temps. Il est inévitable que plus le temps passe, plus l’idée rentre dans la tête des joueurs." "Lorsque je parle d’idée, je parle de fondations importantes, je parle du temps de travail que je passe avec les garçons, de la gestion de la rencontre. Ce sont tous des détails sur lesquels il faut travailler, mais seul le temps peut te venir en aide. Je vois un beau parcours réalisé et les garçons peuvent s’améliorer." Le saviez-vous ? Conte a demandé son cadeau de Noel à Steven Zhang. En contrepartie, il souhaite l’emporter face au Genoa pour passer un Noël de premier de classe. Sa demande ? Dejan Kulusevski, un joueur qu’il souhaite avoir immédiatement sous ses ordres. Steven est prêt à le satisfaire et à anticiper la concurrence de la Juventus pour le transférer à Milan. La transaction devrait avoisiner les 35 millions d’euros avec l’insertion de Politano comme possible contrepartie technique. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Comment aligner une équipe digne de ce nom au milieu de terrain. Telle est la question soumise par le Corriere Dello Sport. Pour rappel, outre Alessandro Bastoni, Borja Valero s'est également blessé, à tel point que le dernier survivant de l'empire du Milieu se nomme Matias Vecino. Marcelo Brozovic, lui, est suspendu. L'infirmerie pourrait libérer Stefano Sensi et Roberto Gagliardini, mais est-ce vraiment nécessaire de courir un risque avec eux ? Lucien Agoumé devrait, selon toute vraisemblance être aligné, mais aux côtés de qui ? "L'hypothèse la plus probable est de faire monter Skriniar qui a déjà évolué en tant que milieu de terrain en équipe nationale. Il pourrait également y avoir Agoumé, âgé de 17 ans, qui a fait ses début au Franchi. Reste aussi à prendre en considération Antonio Candreva qui est celui qui offre le plus de garantie au niveau de la récupération." "Il est également possible d'opter pour le trident, ou au mieux d'un duo de Trequartisti derrière Lukaku. Le tandem pourrait être composé de Politano et Esposito, voire Lazaro. Dans un tel cas de figure, il y auraut devant la défense, deux récupérateurs, dont Milan Skriniar et un joueur à définir à ses côtés" Pour rappel, outre Marcelo Brozovic, Lautaro Martinez est également suspendu pour accumulation de cartons jaune. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Voici l'interview d'après match de Borja Valero : "C’est dommage de ne pas être parvenu à l’emporter, c’était le plus important. C’était très touchant de revenir au Franchi. C’était mon dernier match dans ce stade, il y avait donc tellement d’émotions. Il fallait se battre jusqu’à la dernière seconde, dommage de ne pas y être parvenu." Peut-on dire que l’Inter est fatiguée ? "Cela se voit que nous étions cuits. Nous avons tant de joueurs qui ont disputé toutes les rencontres, et tant de blessés. Mais nous ne pouvons pas chercher d’alibis ou d’excuses. Nous devons continuer à nous battre et à vouloir prendre les trois derniers points encore en jeu pour finir en beauté 2019." Que vous a dit Conte après l’élimination en Ligue des Champions ? "Il sait très bien comment on vit ce moment. C’était un match important que celui pour la Champions mais nous avons immédiatement pensé à celui de Florence. Nous devions tout de suite nous remettre à gagner et partir au combat. Nous devons le faire aussi pour retourner dans la compétition. Nous devons faire de bonnes choses en championnat. Faire le maximum pour récolter des points et retrouver la Ligue des Champions sans oublier de nous battre pour quelque chose d’important, si nous faisons cela, tout sera possible." Vous êtes blessé ? "Oui à la cuisse, j’ai eu un peu mal et j’ai demandé le changement." ®Antony Gilles - internazionale.fr
  21. Cible du Corriere Dello Sport ce vendredi, Antonio Conte a sorti -à juste titre- la sulfateuse lors de la conférence d’après match. Antonio Conte sur Inter TV "Au niveau de la prestation, nous nous sommes créés des occasions pour inscrire des buts. Cependant nous ne les avons pas concrétisé et nous avons encaissé un but qui fait mal. C'est cela depuis nos trois dernières sorties, face à la Roma, Barcelone et ici Florence. C’est dommage car aujourd’hui, nous avons proposé une belle partition en défense. C’est décevant de prendre un but à la 90’ sur un contre. Tout en étant déçu, cela veut dire que nous devons travailler encore plus, évaluer les situations et nous améliorer. Cela fait partie de la progression. Il faut se montrer patient, en cherchant à travailler et à nous améliorer. Il faut vouloir faire mieux." Êtes-vous encore vif, incisif ? "Certainement. Il ne faut pas oublier que nous avons évolué sur un terrain difficile, comme peut l’être celui de Florence. Nous méritions la victoire. Nous avons fait preuve de maturité, en concédant peu." "Nous avons engrangé peu de points comparé à d’autres fois. Nous devons faire preuve de patience, d'envie et de travail. C’est un peu tout ce qui tourne autour qui me laisse amer. Je préfère ne pas penser aux suspensions de Lautaro et Brozovic, cela va me provoquer de l’anxiété. J’étais déjà inquiet avant cela et vu les situations où j’ai déjà dû espérer et prier en espérant que plus rien n'arrive à personne... Pourtant ce sont des situations déjà connues, qui se répètent. Nous avons du mal aujourd’hui à trouver quelque chose, mais je vais y songer durant la semaine." C'est sur Sky Sport qu'il a vu rouge Premier à annoncer la maladie de Mihajlovic avant même sa conférence de presse. Puis il y a eu le cas du Black Friday avec Lukaku et Smalling en couverture et à présent Conte… Le quotidien a un passif, mais là le coach a explosé avec en ligne de mire Ivan Zazzaroni, le directeur du Corriere Dello Sport : Mais d'abord retour sur la prestation : "Nous avons engrangé moins de points lors de ces deux derniers matchs. Face à Barcelone, nous avons payé le fait de ne pas avoir marqué et d’avoir concédé deux occasions où nous aurions pu faire mieux. Aujourd’hui c’était une belle réponse de l’équipe. Je suis déçu car nous méritions plus lors de ces dernières parties. Nous devons chercher à nous améliorer dans toutes les situations." Trois matchs sans victoire, est-ce la fatigue ou autre chose ? "Aussi bien face à la Roma, que face à Barcelone, ou aujourd’hui, nous aurions pu parler de trois potentielles victoires. Je ne pense pas que j’’ai quelque chose à incriminer aux garçons sur leur engagement et leur détermination. C’est un processus de croissance, nous devons chercher tous à avoir la volonté d’être patient. Si nous ne le sommes pas et si nous pensons pouvoir remporter chaque rencontre car nous nous appelons l’Inter, cela ne va pas le faire, ce n’est pas encore le cas." Êtes-vous déçu de ne pas avoir tuer le match ? "Nous avons eu des occasions, même en seconde mi-temps. Nous parlons de joueurs qui jouent toujours, qui par la force des choses sont toujours les mêmes. La fatigue nous le fait un peu payer. C’était un terrain difficile et je suis amer d’en être ressorti qu’avec un point." Un apport mineur des attaquants aujourd’hui… "Ils sont en bonne condition physique, mais lorsque tu joues 7 matchs en 21 jours, cela te coute forcément quelque chose. Il y a des situations particulières à annexer comme la blessure de Sanchez qui aurait pu les appuyer. Je peux juste les remercier, ils ont besoin de se reposer, mais je ne peux pas me le permettre." Aujourd’hui, nous vous avons vu reculer. Quel est l’impact d’avoir pris un but comme celui-là lors d’un match aussi tactique ? "Ce sont des situations que je vais analyser et travailler. Je suis déçu d’avoir pris un tel but en contre. Nous devons évaluer le tout avec calme et travailler en étant plus précis." Un feu minier s'est déclaré depuis l’annulation de la conférence de presse : "Tout est entre les mains de l’avocat, nous allons en justice. C’est un choix de l’Inter, pas de mon fait. Nous parlons ici de respect et cela a pris une tournure personnelle. C'est fait par des gens qui n'ont pas l'habitude de manager, qui ne pensent qu'à leur propre personne. Si tu voulais faire un exemple, tu devais le faire avec toute la catégorie afin de ne pas manquer de respect. Ici c'en est un, clairement. Je suis surpris, personnellement que l’USSI (Union des médias sportif italiens) a fait cette déclaration, c’est absolument honteux." "On me manque de respect et ce serait à moi à m’excuser ? Un jour, ils font un titre sur le racisme alors que le monde entier rigole d'eux. Un autre ils anticipent la conférence de Mihajlovic. Et il y a encore autre chose cette fois. Tous doivent s’imposer une limite, il faut y mettre un frein. Celui qui possède le stylo ne peut avoir autant de puissance et d'irrespect. Nous avons demander à voir qui est à l’origine de cet émail, il pourrait aussi s’agir d’un mail fantôme. Nous verrons..." ®Antony Gilles - internazionale.fr
  22. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer la feuille de notes de Daniele Mari, le directeur de FcInter1908.it, suite au match nul entre l’Inter et la Fiorentina. Titulaires HANDANOVIC 5,5 : Le tir de Vlahovic est très beau, mais il reste surpris. Comme Skriniar. SKRINIAR 5 : Trop naïf et un peu spectateur sur l’action de but de la Viola. Il accompagne Vlahovic comme lorsque l’on accompagne un enfant à l’école. Mais l’enfant l’a puni ici. DE VRIJ 6,5 : On lui a changé ses équipiers en défense, mais lui ne se laisse pas piéger et gère comme toujours de façon impeccable. BASTONI 6 : Une grande personnalité. Il prend ses responsabilités et s’impose dans les actions. Auteur de quelques erreurs de jeunesse, mas cela peut arriver, comme ce soir. Boateng l’a dominé trop facilement une série de fois. D’AMBROSIO 5 : Il semble plus à son aise dans la ligne de trois. Lorsqu’il doit apporter un apport offensif, il est inévitablement trop prévisible et facilement marquable. VECINO 5 : Trop mou. Dans une soirée comme celle d’aujourd’hui, il aurait dû mettre tant de fois le pied, il se balade sur le terrain de façon un peu trop hasardeuse, on se demande parfois s’il n’est pas trop perdu sur la pelouse. BORJA VALERO 7 : L’Inter, en prise avec un nombre de défection, a remis son sort dans ses pieds et ses idées. C’était son meilleur match au milieu de la saison. Et il le fait justement contre sa Fiorentina. BROZOVIC 6,5 : Grande passe décisive pour Borja Valero. Il lui a laissé les rênes du milieu et s’est effacé mais il est parti, comme toujours, à la recherche de ses équipiers. BIRAGHI 5,5 : Il fait que des centres, dans toutes les positions. Les vrais dangers de la Fiorentina sont venus de son secteur. Trop juste. LUKAKU 5 : Un copier coller de sa rencontre face à Barcelone. Il se crée des balles de buts et les ratent de façon incroyable. L’erreur face à Dragowski est trop grave. LAUTARO 6: Il marque mais son but est annulé pour une question de centimètre. Il est moins brillant, mais il était un danger constant pour la défense de la Viola. Le banc POLITANO 5 : Entrée horrifique. Il perd la balle qui coute l’égalisation et il ne parvient pas à tenir le ballon. Auteur de quelques fautes précieuses. Se déplace sans idée sur le terrain. Agoumé : Non côté Le coach CONTE 6 : Il avait tout pour rentrer à la maison, cette fois-ci aussi. Avec une formation en état d’urgence et c’est peu de le dire. Arrive la baffe en fin de match. Il doit travailler sur le mental pour que les siens puissent tuer le match. Et il devra le faire à domicile, face au Genoa, sans Brozovic et Lautaro. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Quelques jours après son élimination en Ligue des Champions et suite aux turbulences découlant d’un article du Corriere Dello Sport, l’Inter se déplaçait sur le terrain de la Fiorentina. Dans un match disputé à un rythme très peu élevé, l’Inter a dominé le début de la rencontre, en ouvrant la marque par l’ancien de la maison, Borja « Papy » Valero. Par respect pour ses anciennes couleurs il ne célèbrera pas son but. Ce but tombé très tôt dans la rencontre à la 8' minute fera en sorte que l’Inter pratique ensuite un match moyen. Lukaku parvenant à s’offrir lui-même son occasion 5 étoiles, hélas comme ce fut le cas contre Barcelone, il n’a pas été capable de battre le portier, en tirant tout simplement sur lui. Lors de la fin de son temps fort, l’Inter parviendra à doubler la mise à la 39’. Lukaku lancé à la limite du hors-jeu part en profondeur avant de servir Lautaro qui met à genoux Dragowski. Après intervention de la VAR, Romelu est plus qu’à la limite du hors-jeu, celui-ci étant flagrant. Il s’agit pour l’anecdote du 4è but refusé pour cette raison en 4 jours. Plus le temps passe, plus la Fiorentina prend l’avantage physiquement. Et en toute fin de match, elle parviendra à arracher le match nul des œuvres de Dusan Vlahovic. L’Inter est à présent co-leader avec la Juventus en proposant un bilan similaire de 39 points. Un résultat que bon nombre de tifosi n’aurait jamais songé en début de saison. Reste à présent la confrontation face au Genoa, le dernier match à disputer avant les fêtes et le retour des blessés, voir des renforts. Dans ce secteur la situation est plus que dramatique étant donné, qu’outre les blessés, Lautaro Martinez et Marcelo Brozovic, avertis ce soir, sont tous les deux suspendus ! Tableau Récapitulatif Fiorentina 1-1 Inter Buteurs: 8’ Borja Valero (I), 92’ Vlahovic (F) Var: 39’but refuse à Lautaro Martinez. Fiorentina: 69 Dragowski; 4 Milenkovic, 20 Pezzella, 22 Caceres; 21 Lirola, 78 Pulgar, 5 Badelj (66’ 24 Benassi), 8 Castrovilli (83’ 16 Eysseric), 29 Dalbert; 25 Chiesa (59’ 28 Vlahovic), 10 Boateng. Banc: 1 Terracciano, 6 Ranieri, 9 Pedro, 11 Sottil, 15 Cristoforo, 17 Ceccherini, 18 Ghezzal, 23 Venuti, 27 Zurkowski. T1: Vincenzo Montella. Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 95 Bastoni (88’ 2 Godin); 33 D'Ambrosio, 8 Vecino, 20 Borja Valero (84’ 32 Agoume), 77 Brozovic, 34 Biraghi; 9 Lukaku, 10 Lautaro Martinez (83’ 16 Politano). Banc: 27 Padelli, 46 Berni, 13 Ranocchia, 19 Lazaro, 21 Dimarco, 30 Esposito. T1: Antonio Conte. Arbitre: Mariani. AR: Mazzoleni. Assistente VAR: Paganessi. Avertis: Brozovic (I), Bastoni (I), Badelj (F), Dalbert (F), Borja Valero (I), Lautaro Martinez (I), Pulgar (F), Caccia (F, ass. Montella Expulsé(s): / Affluence: 37.537 tifosi ®Antony Gilles - internazionale.fr
×
×
  • Créer...