Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'seriea'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • Jeux video

Groupes de produits

  • T-Shirts Collection 2020
  • T-Shirts Logos
  • T-Shirts Art Portraits

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

45 résultats trouvés

  1. La Serie A doit reprendre le 20 juin, et certains clubs reprendront même d'ici le 12 juin avec la Coppa Italia. Le 8 juin prochain aura lieu un Conseil Fédéral, là où tout devrait être acté, où tous doivent tombés d'accord sur de nombreux thèmes. Cela promet une semaine de négociations folle entre dirigeants... Et les thèmes sont nombreux : le calendrier, les droits TV, les horaires des rencontres, les contrats des joueurs se terminant fin juin, l'algorithme suggestif inventé par Gabriele Gravina, d'éventuels playoffs que personne ne veut réellement... La liste est longue. Et il y a de fortes tensions entre certains dirigeants de clubs, déjà bien nourries pendant les derniers mois. C'est notamment le cas entre Giuseppe Marotta et Claudio Lotito. Le premier représente un club qui se sent lésé par le calendrier, et qui dès le départ lors de l'arrêt du championnat, n'appréciait pas spécialement l'idée de reprendre le championnat. Le second, Lotito avec sa véhémence caractéristique, a toujours été en première ligne pour une reprise de la Serie A et se sent encore plus en position de force avec la reprise des compétitions domestiques. Autant dire que nous pouvons nous attendre à des échanges houleux entre les deux ces prochains jours... ®gladis32 - internazionale.fr
  2. Alors que plusieurs régions forcent la main et permettent aux clubs de rouvrir leurs centre sportifs au moins pour les entrainements individuels (comme l'Emilie-Romagne, Sassuolo reprendra demain), rien n'est cependant acté. Et selon La Repubblica le sort de la Serie A est entre les mains du gouvernement. Le premier ministre Giuseppe Conte pourrait suivre, et ce dès mercredi, les exemples de la France et des Pays-Bas, en déclarant définitivement l'arrêt de la saison. Et ce même si son ministre des sports Vincenzo Spadafora, a sondé le comité technique et scientifique de la protection civile, d'évaluer la possibilité de reprise des athlètes d'intérêt national pour les sports individuels à partir de lundi, mais aussi pour les sports d'équipe. Une réponse est attendue sous peu. Agnelli et Marotta sur la même longueur d'onde Vendredi lors de l'assemblée de la Lega, les clubs ont réaffirmé l'idée de poursuivre la saison, comme en Bundesliga ou en Premier League. Comme le rapporte le Corriere dello Sport, deux personnes ont fait front pour le 'oui' ; Andrea Agnelli et Beppe Marotta. Les deux sont intervenus pour la même approche, une reprise des entrainements en groupe à partir du 18 mai et un redémarrage du championnat en juin. ®gladis32 - internazionale.fr
  3. La position de la Lega ne change pas, elle veut terminer la saison. Et même si hier le gouvernement, via son ministre des sports Vincenzo Spadafora, a souligné que sans aucun accord sur le protocole de retour présenté par le comité technique et scientifique, l'état italien assumera la mise à l'arrêt totale des championnats professionnels. L'assemblée de la Lega, réunie en téléconférence pour discuter des droits TV et des versements à venir, a réaffirmé son désir de terminer la saison. La position des vingt clubs ne bouge pas, et reste dans la lignée des décisions précédentes datant du 21 avril. Réaction de Damiano Tommasi, président de l'AIC "Nous connaissions déjà la position de la Lega qui souhaite finir la saison, en gardant le championnat ouvert. Nous sommes plus concentrés sur la partie du protocole concernant l'entrainement individuel des joueurs. Notamment sur l'ouverture des centres sportifs, même si tout est prévu pour le 18. Je pense que certains clubs peuvent ouvrir leur propre centre, pour leur donner la possibilité de s'entrainer. Cependant nous avons besoin d'une autorisation ministérielle. C'est une question d'intérêt national. Il y a un traitement inégal entre les sports individuels et collectifs. Ce serait également une étape importante pour les catégories inférieures. Nous voulons la terminer et il y a du temps pour y réfléchir. Toutefois nous ne pouvons faire de prédictions exactes. Ce que nous choisissons aujourd'hui ne sera peut être plus valable dans une semaine ou un mois. Nous avons appris à attendre, il n'y a pas de modèle de référence." ®gladis32 - internazionale.fr
  4. Le football pourrait bénéficier d'une aide précieuse suite à un décret approuvé lundi, accordant des garanties sur les prêts à toutes les entreprises du pays. Le premier ministre Giuseppe Conte a divulgué les lignes directrices avant sa publication au Journal Officiel. Selon la Gazzetta dello Sport, il s'agirait d'un financement proche de zéro et qui aura une durée de six ans, garanti par l'Etat à hauteur de 90%, voir totalement. Quelques conditions cependant. Il ne pourra dépasser 25% du CA de 2019 ou doubler les coûts du personnel. Les contraintes seront l'impossibilité de distribuer les dividendes dans les 12 mois suivant, et une gestion du personnel encadrée durant cette période. Un bémol, il faut cependant le feu vert de l'Union Européenne, car c'est une aide d’État (encadrée par l'article 107 du Traité sur le fonctionnement de l'UE, ndlr). Parmi les images qui reviennent souvent pour illustrer l'arrêt de la Serie A, celle d'un stade vide est inévitable. Elle est criante. Dans ce secteur les pertes sont significatives, et tous les clubs attendent des indications des autorités et des scientifiques sur la manière de réguler la fréquentation à l'avenir. Il est même étudié une reprise crescendo dans les stades pour la prochaine saison, ce qui abaissera les recettes billetterie 2020/21. Que choisiront les clubs : un remboursement partiel ? Une remise pour le prochain abonnement ? Comme pour tout ou presque, l'incertitude règne et seul le temps et la patience nous le feront découvrir. L'UEFA tente de s'affirmer Alors que personne ne sait réellement si tel ou tel championnat pourra reprendre, ou ne serait-ce que finir sa saison, Aleksander Ceferin tente de garder la main. Il a même brandit les menaces, preuve qu'il sait que l'association peut perdre beaucoup pendant cette gestion de crise. Le président de l'UEFA veut un champion, un numéro 2-3 etc... et ce pour chaque membre. Un positionnement radicale, qui laisse peu de place à l'improvisation, alors que chaque fédération est dans l'inconnue la plus totale. Qui plus est, la situation de ses 55 pays membres par rapport à la pandémie CoVid-19 est totalement différentes d'un pays à l'autre. L'UEFA est peut être en train de sentir qu'elle perd en influence... La FIFA, via son président Gianni Infantino, s'est quant à elle déclarée favorable à l'extension des contrats au-delà du 30 juin. Pour le moment aucun texte n'est sorti, mais elle donne un signe positif vers un possible redémarrage, tout du moins elle ne met pas de bâtons dans les roues. Sont concernés dans notre club, les joueurs prêtés comme Ashley Young, Alexis Sanchez, Victor Moses, Cristiano Biraghi ou encore Stefano Sensi. Il en est de même pour Icardi, Perisic, Lazaro... ®gladis32 - internazionale.fr
  5. Alors que L'Inter souhaite redémarrer le 4 avril et prendre le maximum de précautions (pour les séances en groupe les médecins suggèrent le 13 avril), dans d'autres clubs ce n'est pas du tout la même politique. Certains souhaitent reprendre des séances individualisées le plus tôt possible. Prévue initialement lundi pour la Lazio mais reconduite jeudi prochain à cause de l'évolution négative de coronavirus, la reprise de l'entrainement semble être le premier sujet de préoccupation de Claudio Lotito. Il insiste et souhaite que ses joueurs reprennent au plus vite. Son centre à Formello est déjà désinfecté et d'autres contrôles préventifs sont déjà prévus par la suite. Un avis qui n'est pas partagé par tous, l'Inter et la Juventus en tête, suivi de Damiano Tommasi, président de l'Assocation des footballeurs italiens (AIC). A noter que la Lazio, le Napoli et Cagliari, n'excluent pas de prendre des mesures contre ceux qui désobéiront aux convocations. Un clash en vue ? Selon la Gazzetta, les différents dirigeants des clubs de Serie A ont transmis à la Fédération une estimation respective des dommages causés par le coronavirus. Ils proposent également la suspension des salaires des joueurs. Les clubs se sentent légitimes à demander cette manœuvre, portée à connaissance de l'AIC également. Une solution collective à ce sujet fut discutée hier entre les différents acteurs du championnat. Et là aussi Claudio Lotito a exprimé une forte confrontation, lui qui souhaite que chaque président soit maitre de sa situation. Mais aussi un consensus sur d'autres sujets... Toujours selon la Gazzetta dello Sport, les autres propositions transmises concernent une modification des lois régissant les droits TV, une simplification de la bureaucratie pour ceux qui veulent construire une nouvelle enceinte, et la libération sur le sponsoring de paris sportifs. ®gladis32 - internazionale.fr
  6. Damiano Tommasi, président de l'AIC (Association des footballeurs italiens) s'est entretenu avec le Corriere dello Sport. Il tente de clarifier sa position sur la volonté redoutée des clubs de demander la réduction, voir la suspension des salaires des joueurs. Le ministre Spadafora et le président de la FIGC Gabriele Gravina espèrent un retour sur les terrains le 3 mai. Un commentaire ? "Comme pour les britanniques, je trouve plus correct de dire qu'il ne faut pas émettre un jour précis de reprise, mais plus dire que le championnat ne reprendra avant telle date. Je trouve cela plus correct. En Espagne, Valence compte 35% de personnes infectées. Le football doit prêter une attention particulière aux derniers évènements, en n'intégrant pas le coronavirus en son centre d'entrainement par exemple..." Donc pour vous il est clair que la reprise n'est pas d'actualité ? "Quiconque pense à profiter des ces moments pour s'entrainer plus tôt en espérant tirer profit de cette situation, je ne sais pas qu'il a en tête. Je le dis sans vouloir polémiquer car ce n'est pas l'endroit, mais s'entrainer maintenant n'a aucun sens. C'est aussi très dangereux." D'autres présidents ne pensent pas de la même manière... "En Espagne il y a des dizaines de joueurs positifs. Ici en Italie tous n'ont pas passé le test et il y a certainement plus d'asymptomatiques que vous ne le pensez." Gravina a déclaré que la réduction des salaires des joueurs n'était plus un tabou. Que répondez-vous ? "Que les premiers acteurs intéressés par la durabilité du "système football" soient les joueurs eux-mêmes, et toutes les personnes qui y travaillent. Nous sommes conscients que c'est un sujet à traiter, mais pas de suite. Premièrement les dommages doivent être quantifiés. Et cela ne sera possible seulement si la saison se termine plus tôt ou non. Alors ce sera résolu en temps voulu. Je ne comprends pas quel type d'accord ils nous offrent. Je le répète nous ne sommes pas en mesure de forcer les membres à accepter. Nous sommes d'accord avec la Lega pour anticiper les vacances d'été et considérer ces jours comme fériés, pour réduire ceux de juillet. Il y a aucun problème là dessus. Pour les salaires, nous verrons..." ®gladis32 - internazionale.fr
  7. En pleine quarantaine, les voyages de Cristiano Ronaldo et d'Higuain avec leurs familles ont suscité un certain étonnement, et ce même pour des raisons personnelles. Un comportement en totale contradiction et violation des différentes interdictions. Ce sont des règles très précises qui sont à destination de tous, du commun des mortels jusqu'au footballeur. Et cela vaut aussi pour notre club, où tous nos joueurs ont bien compris le message. Tutti a casa A l'Inter, aucun joueur n'a quitté Milan. Ils sont tous isolés et barricadés chez eux, et suivent les recommandations du club de n'avoir aucun contact extérieur. Aucune sortie, même pour faire sortir le chien. Pour le moment personne n'a été testé positif. Le 25 mars approche, date à laquelle la quarantaine des joueurs de l'Inter sera considérée comme terminée. Bien entendu ils suivront le confinement jusqu'au 3 avril, comme tous les italiens. Et il semble peu probable que les entrainements reprennent exactement à cette date, surtout au regard de la situation générale en Lombardie... ®gladis32 - internazionale.fr
  8. Tentons de faire un point sur les différentes éventualités pour finir la saison. Bien entendu, tout reste lié à l'évolution de l'épidémie. Les conséquences économiques Même si ce championnat arrive à son épilogue, les dommages économiques seront évidents. Sur le mercato estival par exemple avec moins d'argent à investir (baisse de 10% estimée à ce jour). Une perte de valeur des joueurs aussi. Le Corriere della Sera prend l'exemple de Tonali qui pourrait quitter Brescia pour 40M€. Toujours selon le journal, une annulation provoquerait des dégâts estimés entre 600-700M€ à ce jour. Petite bonne nouvelle, les clubs peuvent à partir d'aujourd'hui demander le report de paiement des charges et impôts au 30 avril. Quand la Serie A peut-elle reprendre ? Personne ne croit en la possibilité de revenir le 4 avril, plutôt début mai. La date retenue serait le 2 mai. Une reprise qui devrait être effectuée à huis clos. Il y a neuf weekends jusque fin juin et douze rencontres à rattraper, treize pour ceux qui n'ont pas joué la 23è journée (notre cas). En jouant dimanche et mercredi, en laissant des créneaux pour l'Europe c'est faisable. Vous pouvez éviter un crash total de la saison. Au delà du 30 juin tout devient plus compliqué puisque c'est la date d'expiration des contrats de nombreux joueurs, mais aussi des sponsors. Le cas extrême reste les playoff/playout, mais tous les clubs ne sont pas d'accord. La Roma souhaite faire une course au titre à 12 ou 6 équipes, l'Atalanta n'y est pas favorable. Bologne a émis l'idée de faire trois groupes : pour le Scudetto + la LdC, l'Europa et le maintien. La Lazio, l'Inter et Parme souhaitent finir la saison en trouvant des dates pour tous les matchs. Mais pour cela il faut que l'Euro soit reporté... L'UEFA a la main Les représentants des 55 fédérations se réunissent en visioconférence ce mardi. L'UEFA devrait annoncer le report de l'Euro, pour donner la possibilité à tous de finir les championnats domestiques. De cette décision dépend l'annulation ou une fin en marathon pour la Serie A. Pour ce qui est de l'Europa ou de la Champions League, l'association européenne n'a pas tranché. Un Final Four où il faudrait caler les derniers huitièmes retour et un quart de finale qui se joue en un seul match. Ou tout simplement l'annulation des compétitions. ®gladis32 - internazionale.fr
  9. Antonio Conte s'est exprimé après la défaite 2-0 à Turin contre la Juventus. Voici ses propos : Où avez perdu la rencontre ? "Après le premier but. Je pense que c'était équilibré. Nous avions bien commencé la seconde période, nous contrôlions mais le but de Ramsey a changé la donne sur le plan psychologique. Ça les a boosté, nous avons perdu confiance et ensuite nous avons souffert." Ce soir l'Inter abandonne-t-elle le rêve du titre, au delà de ce qui se passera mardi ? (réunion extraordinaire de la fédération) "A ce jour et sans compter le match en retard, nous avons une différence de six points avec la Juventus, soit les deux défaites contre eux. C'est un fait. Nous avons été bons pour rester dans leur sillage mais il est inévitable à réfléchir plus loin. Nous devons rester positifs et garder ce qui va, car même dans les défaites vous pouvez faire des comparaisons et prendre ce qui peut nous aider à grandir. Dans des domaines comme l'expérience, l'esprit et la qualité de jeu. Cette défaite doit nous aider à comprendre à quel poins nous sommes loin de notre but, sans pour autant désespérer. Nous avons perdu, le résultat est clair." Pouvez-vous faire quelque chose de différent, de nouveau tactiquement ? "La Juve est une équipe qui s'est améliorée d'année en année. L'Inter a commencé le voyage il y a sept mois avec moi. Même dans la composition de l'équipe nous essayons de faire notre mieux. Il n'y a pas de comparaisons à faire. D'un côté il y a une structure qui domine depuis huit ans et une autre qui tente de jouer des échéances plus élevées que par le passé. Il faut continuer à travailler et tout mettre en œuvre pour atteindre les niveaux de la Juventus, que ça soit dans l'expérience ou les qualités qu'ils expriment sur le terrain. Les autres en sont très éloignés. Il faut être patient." Après le but il n'y a pas eu de réactions. Comment se fait-ce ? "Nous avons une énorme marge de progression là dessus, et nous devons progresser sur ce point pour vraiment répondre présent dans les grosses échéances." Mais vous êtes déçu de ce fait ? "Non, c'est une question de caractère du joueur. Certains en ont plus, d'autres moins. Mais nous devons nous améliorer là dessus et essayer d'être plus déterminés." Un dernier mot sur la situation dans le pays ? "Nous sommes tous des êtres humains, nous avons tous une famille et les inquiétudes qui vont avec. La situation est préoccupante pour tous. La santé passe avant tout et le plus important c'est de la protection de tous." ®gladis32 - internazionale.fr
  10. Avec ce calendrier chamboulé, on peut s'y perdre assez vite alors faisons le point. Initialement prévu ce weekend mais remplacé par le derby d'Italia, Inter-Sassuolo sera joué la semaine prochaine, le dimanche 15 mars à 18h00. Conséquence, le Parme-Inter est décalé d'une semaine lui aussi, le dimanche 22 mars à 20h45 et prend la place de Inter-Brescia. Cette dernière rencontre n'a pas encore de date donc ! Ensuite du 23 mars jusqu'au retour le 5 avril pour Inter-Bologne, ce sont les matchs internationaux. Oui, vous comprenez bien, les matchs originellement prévus lors de ces weekends sont simplement remplacés par ceux des précédents. La journée 24 prend la place de la journée 25, qui elle prend les dates de la 26 etc... La Lega se penchera plus tard pour caser le Inter-Brescia. Car si notre parcours en Europa League s'arrête contre Getafe, ce serait assez simple d'intégrer cette rencontre en milieu de semaine. A l'inverse, avec une qualification en quarts à la clé, on repousserait tout ça fin avril minimum. Un joyeux casse tête en perspective. A noter que le Inter-Sampdoria, qui devait se jouer le 23 février dernier (journée 23) n'a toujours pas de date... ®gladis32 - internazionale.fr
  11. Le Président du Conseil a adopté ce dimanche un décret en cours de publication, qui reprendra et promulguera les mesures à adopter en regard à la gestion épidémique du Covid-19. Ce décret veut encadrer et discipliner les intervenants en garantissant une uniformité sur l’ensemble du territoire national. Comme le mentionne le texte, les mesures sont différentes en fonctions des aires géographiques d’intervention. Ces mesures sont applicables aux régions de l’Emilie-Romagne, la Lombardie, la Vénétie et dans les provinces de Pesaro-Urbino et de Savone. Il a été établi, aussi bien pour les régions que pour les provinces : - La suspension des évènements sportifs et des compétitions sportives de tout rang et de toutes disciplines jusqu’au 8 mars 2020, dans des lieux publics ou privés, sauf si celles-ci se déroule à huis-clos. Les séances d’entrainement sont autorisées, toujours à huis-clos. - Éviter le transfert organisé des tifosi résidents dans ces régions et dans les provinces de Pesaro-Urbino et de Savone, pour assister aux évènements et coopétitions sportives se déroulant dans les autres régions/provinces (...). Le décret vise donc Inter-Sassuolo et Bologna-Juventus, rencontres programmées le 8 mars à 15h00 au Meazza et à 1h au Dall'Ara, et ce même si l’Administrateur Délégué avait déjà anticipé la ferme opposition du club de la Viale Della Liberazione de jouer la rencontre face aux Neroverdi à huis-clos. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. gladis32

    Juventus-Inter reporté !

    Au départ prévu à huis clos, le choc de cette journée de championnat, Juventus - Inter, est reporté au 13 mai. Cette date correspondait aussi à la finale de Coppa Italia, elle-même reportée au 20 mai. La Lega justifie ce report par « l'urgence des mesures concernant le confinement et la gestion de l'épidémie du COVID-19 en accord avec les nombreuses interventions du gouvernement ces derniers jours, pour répondre à cette extraordinaire urgence de protection de la santé et de la sécurité publique » et précise également que d'autres rencontres sont reportées (Milan - Genoa ; Parme - SPAL ; Sassuolo - Brescia ; Udinese - Fiorentina). A ce rythme -et même si ça ne reste que du football- le reste du championnat semble compliqué à poursuivre. Nous avons donc deux rencontres en plus à caser dans un calendrier déjà chargé. A moins que la saison s'étire quelques jours/semaines de plus que la fin de saison prévue. ®gladis32 - internazionale.fr
  13. Le report d'une partie de la dernière journée de championnat a provoqué de vifs émois, dans les journaux comme sur internet. Nous avons cependant collecté l'avis des principaux acteurs de la vie sportive sur cette décision de la Lega Calcio. Gennaro Gattuso (entraîneur de Naples) "Ce n'est pas correct malgré l'urgence sanitaire, soit tout le monde joue soit tout le monde s'arrête. Jouer dans deux mois change tout. Il vaut mieux le faire à portes ouvertes mais, si la décision est prise de jouer à huit clos, alors il faut jouer à huis clos. Il faut raisonner avec des critères". Sebastiano Vernazza (journaliste Gazzetta Dello Sport) "Juve-inter a été reporté avec 4 autres matchs. De fait, la Lega, la FIGC et le Coni ont annulé la solution "huis clos". Donc la semaine prochaine, soit on jouera tous les matchs autorisés à ouvrir leurs stades ou d'autres matchs seront encore repoussés. Dans le cas contraire où les huis clos de la semaine prochaine ne seraient pas repoussés, il serait autorisé de penser à de mauvaises choses". Andrea Ramazzotti (Corriere Dello Sport) "Il est indéniable que la décision devait être prise avec plus d'anticipation, pas à 4 ou 5 heures avant le début de certains matchs. Cela a créé des problèmes. Jeudi tout le monde parlait de huis clos, et en un peu plus d'un jour tout a changé. L'incertitude sur le déroulement des matchs est une mauvaise image. L'urgence sanitaire vient bien entendu avant tout, mais tout pouvait être décidé en amont". Maurizio Pistocchi (Mediaset) "Il y a tous les éléments pour dire que ce championnat n'est pas totalement loyal. L'unique voie possible, à mon sens était celle des matchs à huis clos, là tout de suite, il n'y avait pas d'alternative, aussi parce que le renvoi des matchs engendre un chamboulement dans le calendrier qui n'est pas supportable. Quel sens cela a de jouer à Rome où nous avons enregistré des cas de Coronavirus et de renvoyer les autres matchs ? Mercredi, il y a le retour de Coppa entre Juventus et Milan et il me semble que le match soit régulièrement joué (avec la seule présence des supporters Piémontais) et il y a une autre chose qui cloche : on se rend compte de la situation absurde ? Ce n'est pas possible de jouer un match à portes ouvertes dans le même stade dans lequel trois jours auparavant on a repoussé un match." "Les institutions du football ne sont pas adaptées aux exigences de ce qui représente la 4ème entreprise du pays. Trop de petites guerres personnelles. Je pense par exemple à Atalanta-Lazio. Cela me déplaît de devoir le dire mais nous sommes encore dans un pays de clochers où tout le monde tire l"eau jusqu'à son moulin. Où personne ne cherche un intérêt commun qui est d'avoir un tournoi équitable et de vouloir voir nos équipes lutter à armes égales contre les adversaires Européens. L'Atalanta méritait d'être protégée. Au lieu de ça je vois Lazio Bologne avec une curva de la Lazio pleine, celle de Bologne pleine et je me demande pourquoi ces matchs sont reportés ? Quel sens à tout ça ?" Enzo Bucchioni (Radio Sportiva) "Décision ridicule, paradoxale, et par certains aspects complètement cosmique. La Fiorentina était déjà à Udine prête à jouer. Dans une situation d'urgence se révèle l'incapacité de direction de notre football. Priorité à la santé publique mais il y avait tout le temps pour trouver une solution juste sans faire de désordre. Le Scudetto est faussé parce que c'est une chose d'affronter certaines équipes à cheval entre février et mars, une autre de devoir jouer en mai". Marco Castelnuovo (CorSera) "Pourquoi reporter Juve-Inter et laisser ouvert un stade seulement pour les Piémontais pour Juve-Milan de mercredi ? C'est une urgence sanitaire ou un règlement de comptes ?". Matteo Marani (Sky) "Dès demain dans le Piémont, la vie reprend ses droits. Je veux dire qu'il est nécessaire d'avoir une stratégie de la part des institutions sportives. Il faut que les décisions soient anticipées. Le football ne peut pas rester suspendu, c'est un phénomène social le plus important du pays. C'est un business, de l'argent est en jeu comme l'ont confirmé les clubs. Je peine à trouver des explications à ces décisions, car en Série B les matchs se jouent dans les zones à risque. Peut être que se jouera la demi-finale entre Juventus et Milan, ouverte seulement aux piémontais, mais je ne comprends pas pourquoi. On a la sensation d'une situation non gérée et la situation actuelle le démontre. C'est ça qui me préoccupe le plus, il faut communiquer avant. La santé avant tout bien sûr, mais il faut de la transparence". Alberto Brandi (Sport MediaSet) "Pourquoi décider à la dernière minute de reporter ce match et les 4 autres ? Aucune explication. La protection de la santé et la sécurité publique évoquée dans le communiqué ne tient pas. Santé de qui ? Des joueurs entre eux ? Des dirigeants ? Des journalistes accrédités ? Seuls eux étaient présents, je ne veux pas y croire. Admettons, si nous essayons de mettre de côté les machinations, les côtés obscurs et les régurgitations d'un foot malade, seule une explication plausible aurait du subsister : le désir de ne pas montrer au monde un scénario apocalyptique d'une Italie en quarantaine, d'une nation dans laquelle le match de l'année, La Partita, serait déserte. Cette considération est acceptable et peut s'entendre, mais elle aurait pu être annoncée en début de semaine, et ne concerner que Juventus Inter." "Au lieu de ça nous avons assisté à un bal de décisions-contre décisions qui semblait terminée jeudi quand la Ligue annonçait jeudi, après 1000 tourments, le maintien des matchs à huis clos. Ils ont réussi à se faire mentir en un jour et demi, avec les équipes qui avaient déjà un pied sur la pelouse. Cette incertitude, cette approximation, a mis de l'huile sur le feu des polémiques, et a mis le parfait engrais pour raviver certaines vieilles suspicions". Fabio Liverani (Coach Lecce) "Il n'y a qu'en Italie que l'on peut prendre des décisions insensées et sans logique. Retour du côté obscur du football que nous avons tenté de nettoyer. Une décision de ce genre protège seulement quelques équipes qui ont des intérêts particuliers. Les règles doivent être les mêmes pour tout le monde". ®Karon - internazionale.fr
  14. Dans l’attente des décisions prises par la Lega Serie A, en regard au déplacement de l’intégralité de la journée de championnat, il a été décidé, sur base du décret imposé par Giuseppe Conte que cinq matchs de Serie A pourront être disputés à huis-clos. Il s’agit de : Atalanta-Lazio programmé le 7 mars à 18h Spal-Cagliari programmé le 7 mars à 20h45 Inter-Sassuolo programmé le 8 mars à 15h Vérone-Napoli programmé le 8 mars à 15h Bologna-Juventus programmé le 8 mars à 18h Les autres rencontres qui ne sont pas touchés peuvent se disputer « normalement ». ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. C'est officiel, le choc de dimanche Juventus-Inter se jouera à huis clos. Hier un conseil fédéral s'est réuni pour suivre l'évolution de l'épidémie de coronavirus dans le nord de l'Italie, et tenter de trouver une solution pour poursuivre tant bien que mal le championnat. Le président Gabriele Gravina a déclaré que plusieurs matchs se joueront à huis clos ce weekend. C'est pour l'instant la seule solution pour sauvegarder et maintenir la compétition sportive. Vers un scénario catastrophe ? Auparavant le CONI (comité olympique), sur ordre du gouvernement, a demandé l'annulation de toutes les compétitions sportives en Lombardie et en Vénétie. Certaines fédérations, comme le cyclisme, prennent les devants et annulent même leurs évènements dans d'autres régions comme le Piémont. Michele Uva, le vice-président de l'UEFA a indiqué au micro de la Rai Radio : "Nous sommes dans une phase d'attente et nous suivons l'évolution pays par pays. Le football doit suivre les indications gouvernementales des différents états et les compétitions ne seront bloquées qu'en cas d'aggravation de la situation." ®gladis32 - internazionale.fr
  16. gladis32

    Conte: "Deux cadeaux"

    Voici les propos d'Antonio Conte lors de la traditionnelle conférence d'après match, suivant la défaite 2-1 contre la Lazio ce dimanche. "C'était équilibré avec deux équipes qui ont une idée précise pour gagner. La performance est là mais je n'aime pas le résultat et la façon dont nous avons concédé les deux buts. Nous avons fait deux cadeaux à une équipe solide. Dans ces rencontres où il y a peu de marge, ça se joue sur les détails et nous avons été naïfs sur ces buts. Cela fait partie du processus de croissance. Cela c'est déjà produit contre Barcelone et Dortmund, nous menions et nous avons perdu. Ils doivent travailler plus pour aborder cette situation de meilleure manière. Vous pouvez perdre mais pas comme ça. Une grande équipe, ce que nous ne sommes pas encore, doit mieux gérer ces phases." "Nous essayons d'ennuyer le haut de tableau et arriver à cette confrontation doit nous rendre fiers. Mais il y a encore du chemin à parcourir. Ce n'est qu'une condition psychologique : la meilleure défense, c'est l'attaque. Mais il faut être patient, nous avons des joueurs qui ont changé leur façon de jouer. Il y avait de la pression mais c'était une belle prestation et j'ai aimé l'engagement. Il y a eu beaucoup d'efforts et je remercie les gars." Qu'es-ce que l'équipe a raté alors ? "Je dois faire quelques évaluations mais nous avons mal abordé la seconde période. Dans la phase de construction à la reprise ce n'était pas ça. Nous devons être maitres de la situation je le répète. Les évènements ne doivent pas nous conditionner." Pourquoi Eriksen était-il de nouveau sur le banc ? "Il faut toujours garder un équilibre sur la pelouse, et placer les joueurs pour cela. L'équipe ne change pas avec un joueur, nous sommes arrivés ici sans Eriksen. Nous essayons d'insérer les nouveaux de la meilleure façon, en continuant à travailler." Un commentaire sur Padelli ? "Il n'y a aucun problème. J'ai une grande confiance en tous mes joueurs et ce que je veux, c'est que chacun ait une confiance totale envers ses coéquipiers. Et je peux vous assurer que c'est le cas." Vous attendiez-vous à un peu plus de courage de la part de l'équipe ? "Nous sommes revenus sur le terrain avec la même envie et la même idée qu'en première mi-temps. Et deux minutes et demi après il y a le pénalty. Au retour du vestiaire il y a eu un peu plus de frénésie, d'agitation. Une nouvelle fois il faut mieux gérer ces situations. Nous avons le devoir de nous améliorer individuellement pour le bien de l'équipe." Que pensez-vous du niveau de la Serie A ? "Il a considérablement augmenté ces dernières années. Beaucoup d'équipes vous emmènent plus loin dans vos retranchements, que ça soit physiquement ou mentalement. C'est bien car ces dernières années il n'y avait pas beaucoup d'intérêts." ®gladis32 – internazionale.fr
  17. Certainement le meilleur nerazzurro hier, Ashley Young est revenu sur sa performance lors du choc contre la Lazio. Il est direct, sans fioritures. "Mon but ? C'était une grande émotion. Un anglais n'avait plus marqué avec ce maillot depuis l'époque de Paul Ince (25 mai 1997 contre le Napoli). Mais j'aurais préféré remporter les trois points." Que pensez-vous du pénalty de la Lazio ? "Je ne suis pas arbitre, c'est vraiment difficile de décider. Je ne sais pas quoi en penser. C'était une belle rencontre, bien joué par les deux équipes mais nous avons perdu, nous aurions donc dû faire plus." Pensez-vous que la Lazio puisse gagner le titre ? "Nous pensons à nous et à personne d'autres. Nous avons confiance en nous. Nous avons trois points de retard, nous sommes toujours dans la course. Maintenant nous regardons vers la prochaine échéance, jeudi contre Ludogorets où nous devrons tout donner." L'Inter peut-elle perdre d'autres points maintenant que l'Europa arrive ? "Chaque compétition est différente, et nous voulons gagner chaque match." Un commentaire sur Eriksen ? "Je le connais depuis la Premier League et c'est un joueur fantastique. Il va devoir s'installer mais sa valeur n'est pas discutée." ®gladis32 – internazionale.fr
  18. Il sera un protagoniste ce dimanche, Stefan de Vrij va retrouver le public de l'Olimpico, certainement chaud bouillant vu le contexte. Il se tient prêt comme il l'explique sur la chaine de la Serie A : "A mon avis mes qualités les plus importantes sont la concentration et le sens des responsabilités. Pour préparer un match j'utilise WyScout, une application qui propose des statistiques sur tous les matchs de football. Non seulement vous trouvez vos rencontres mais aussi ceux de vos adversaires. Comme ça vous pouvez mieux comprendre vos forces et mieux vous préparer. Je pense qu'il est capital de connaitre son adversaire. Plus vous vous préparez plus serez performant. Par exemple beaucoup m'ont félicité pour ma prestation contre Naples mais je sais qu'il y a des points d'améliorations. Je suis très critique envers moi-même et je tente de comprendre comment je peux faire mieux sur certaines améliorations." Comment voyez-vous Antonio Conte et l'équipe ? "Je pense que notre plus grande qualité ici c'est de savoir ce que le coach veut. Nous nous préparons bien et nous savons quoi faire pour gagner. Nous sommes prêts à gérer l'avant et comment gérer les moments difficiles. Nous sommes très soudés et cela nous aide à gagner. Conte a apporté cette mentalité de gagnant." Un mot sur le scudetto ? "C'est un grand moment pour la Lazio. Si nous continuons tous à gagner la course au titre sera passionnante. Je ne suis pas surpris par la Lazio, c'est une équipe qui n'abandonnent jamais." ®gladis32 – internazionale.fr
  19. Le Corriere dello Sport revient en chiffres sur notre première partie de saison. Et c'est plutôt excellent. Pour rappel nous avons donc 42 points au compteur après 17 journées. Ce n'est pas le record mais il y a peu de précédents chez nous. L'Inter de Roberto Mancini 2006-07 avait fait 48pts en 18 journées alors que celle de 2007-08 était à 43pts pour 17 rencontres. Nous égalons celle de Jose Mourinho en 2008-09 qui était elle aussi à 42pts en 17 matchs. Nous avons qu'une seule défaite pour le moment, contre la Juventus à domicile. 2006-07 ; 2007-08 ; 2004-05: ce sont les trois saisons où l'Inter est resté invaincu avant la trêve hivernale. Sur cette dernière, l'équipe de Mancio ne comptait seulement 24pts mais une flopée record de 12 matchs nuls ! En 2008-09 une seule défaite aussi. Ce n'était pas contre la Juventus mais contre les cousins de l'AC Milan que nous avions chuté (but de Ronaldinho). Côté défense, avec seulement 14 buts encaissés nous sommes les meilleurs cette année. Cependant en 2007-08 nous n'en n'avions pris que 9 ! Avec Mourinho en 2008-09 nous en étions à 11 encaissés et 31 inscrits, contre 36 cette saison. Ce ne sont que des chiffres certes, assez flatteurs mais sachez que dans chaque scénario, le titre a été au bout. Raccourci facile je vous l'accorde. ®gladis32 - internazionale.fr
  20. Une soirée de rêve. Première titularisation, premier but, qui plus est à domicile devant sa famille et le tout conclut par une large victoire 4-0 face à un Genoa relégable. C'est ce qu'a vécu Sebiastano Esposito, qui ne cachait pas sa joie au coup de sifflet final : "Ce fut une semaine fantastique pour moi mais dans le même temps difficile car j'étais anxieux. Je ne vais pas mentir hier je n'ai pas dormi. J'ai pensé à ce match toute la nuit. Je dois remercier l'équipe, le coach, le club... Romelu surtout, pour le pénalty. Ce sont de formidables personnes avant d'être d'excellents professionnels. C'est une émotion inouïe pour moi. Tous les sacrifices que j'ai fait portent leurs fruits. J'espère continuer sur cette voie." "Avec Romelu nous avons tout de suite été sur la même longueur d'onde. Il essaye toujours de m'aider, il m'a vu un peu inquiet et il m'a rassuré. Je suis content de la victoire de l'équipe, de la confiance du coach et du club. Ils sont derrière moi tous les jours. Nous travaillons toute la semaine pour préparer la rencontre de la meilleure façon. Nous voulons toujours gagner, c'est cette mentalité que l'entraineur nous a apportée. Vous devez l'écouter. "Un souhait pour 2020 ? Continuez à travailler comme ça." ®gladis32 - internazionale.fr
  21. Cible du Corriere Dello Sport ce vendredi, Antonio Conte a sorti -à juste titre- la sulfateuse lors de la conférence d’après match. Antonio Conte sur Inter TV "Au niveau de la prestation, nous nous sommes créés des occasions pour inscrire des buts. Cependant nous ne les avons pas concrétisé et nous avons encaissé un but qui fait mal. C'est cela depuis nos trois dernières sorties, face à la Roma, Barcelone et ici Florence. C’est dommage car aujourd’hui, nous avons proposé une belle partition en défense. C’est décevant de prendre un but à la 90’ sur un contre. Tout en étant déçu, cela veut dire que nous devons travailler encore plus, évaluer les situations et nous améliorer. Cela fait partie de la progression. Il faut se montrer patient, en cherchant à travailler et à nous améliorer. Il faut vouloir faire mieux." Êtes-vous encore vif, incisif ? "Certainement. Il ne faut pas oublier que nous avons évolué sur un terrain difficile, comme peut l’être celui de Florence. Nous méritions la victoire. Nous avons fait preuve de maturité, en concédant peu." "Nous avons engrangé peu de points comparé à d’autres fois. Nous devons faire preuve de patience, d'envie et de travail. C’est un peu tout ce qui tourne autour qui me laisse amer. Je préfère ne pas penser aux suspensions de Lautaro et Brozovic, cela va me provoquer de l’anxiété. J’étais déjà inquiet avant cela et vu les situations où j’ai déjà dû espérer et prier en espérant que plus rien n'arrive à personne... Pourtant ce sont des situations déjà connues, qui se répètent. Nous avons du mal aujourd’hui à trouver quelque chose, mais je vais y songer durant la semaine." C'est sur Sky Sport qu'il a vu rouge Premier à annoncer la maladie de Mihajlovic avant même sa conférence de presse. Puis il y a eu le cas du Black Friday avec Lukaku et Smalling en couverture et à présent Conte… Le quotidien a un passif, mais là le coach a explosé avec en ligne de mire Ivan Zazzaroni, le directeur du Corriere Dello Sport : Mais d'abord retour sur la prestation : "Nous avons engrangé moins de points lors de ces deux derniers matchs. Face à Barcelone, nous avons payé le fait de ne pas avoir marqué et d’avoir concédé deux occasions où nous aurions pu faire mieux. Aujourd’hui c’était une belle réponse de l’équipe. Je suis déçu car nous méritions plus lors de ces dernières parties. Nous devons chercher à nous améliorer dans toutes les situations." Trois matchs sans victoire, est-ce la fatigue ou autre chose ? "Aussi bien face à la Roma, que face à Barcelone, ou aujourd’hui, nous aurions pu parler de trois potentielles victoires. Je ne pense pas que j’’ai quelque chose à incriminer aux garçons sur leur engagement et leur détermination. C’est un processus de croissance, nous devons chercher tous à avoir la volonté d’être patient. Si nous ne le sommes pas et si nous pensons pouvoir remporter chaque rencontre car nous nous appelons l’Inter, cela ne va pas le faire, ce n’est pas encore le cas." Êtes-vous déçu de ne pas avoir tuer le match ? "Nous avons eu des occasions, même en seconde mi-temps. Nous parlons de joueurs qui jouent toujours, qui par la force des choses sont toujours les mêmes. La fatigue nous le fait un peu payer. C’était un terrain difficile et je suis amer d’en être ressorti qu’avec un point." Un apport mineur des attaquants aujourd’hui… "Ils sont en bonne condition physique, mais lorsque tu joues 7 matchs en 21 jours, cela te coute forcément quelque chose. Il y a des situations particulières à annexer comme la blessure de Sanchez qui aurait pu les appuyer. Je peux juste les remercier, ils ont besoin de se reposer, mais je ne peux pas me le permettre." Aujourd’hui, nous vous avons vu reculer. Quel est l’impact d’avoir pris un but comme celui-là lors d’un match aussi tactique ? "Ce sont des situations que je vais analyser et travailler. Je suis déçu d’avoir pris un tel but en contre. Nous devons évaluer le tout avec calme et travailler en étant plus précis." Un feu minier s'est déclaré depuis l’annulation de la conférence de presse : "Tout est entre les mains de l’avocat, nous allons en justice. C’est un choix de l’Inter, pas de mon fait. Nous parlons ici de respect et cela a pris une tournure personnelle. C'est fait par des gens qui n'ont pas l'habitude de manager, qui ne pensent qu'à leur propre personne. Si tu voulais faire un exemple, tu devais le faire avec toute la catégorie afin de ne pas manquer de respect. Ici c'en est un, clairement. Je suis surpris, personnellement que l’USSI (Union des médias sportif italiens) a fait cette déclaration, c’est absolument honteux." "On me manque de respect et ce serait à moi à m’excuser ? Un jour, ils font un titre sur le racisme alors que le monde entier rigole d'eux. Un autre ils anticipent la conférence de Mihajlovic. Et il y a encore autre chose cette fois. Tous doivent s’imposer une limite, il faut y mettre un frein. Celui qui possède le stylo ne peut avoir autant de puissance et d'irrespect. Nous avons demander à voir qui est à l’origine de cet émail, il pourrait aussi s’agir d’un mail fantôme. Nous verrons..." ®Antony Gilles - internazionale.fr
  22. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer la feuille de notes de Daniele Mari, le directeur de FcInter1908.it, suite au match nul entre l’Inter et la Fiorentina. Titulaires HANDANOVIC 5,5 : Le tir de Vlahovic est très beau, mais il reste surpris. Comme Skriniar. SKRINIAR 5 : Trop naïf et un peu spectateur sur l’action de but de la Viola. Il accompagne Vlahovic comme lorsque l’on accompagne un enfant à l’école. Mais l’enfant l’a puni ici. DE VRIJ 6,5 : On lui a changé ses équipiers en défense, mais lui ne se laisse pas piéger et gère comme toujours de façon impeccable. BASTONI 6 : Une grande personnalité. Il prend ses responsabilités et s’impose dans les actions. Auteur de quelques erreurs de jeunesse, mas cela peut arriver, comme ce soir. Boateng l’a dominé trop facilement une série de fois. D’AMBROSIO 5 : Il semble plus à son aise dans la ligne de trois. Lorsqu’il doit apporter un apport offensif, il est inévitablement trop prévisible et facilement marquable. VECINO 5 : Trop mou. Dans une soirée comme celle d’aujourd’hui, il aurait dû mettre tant de fois le pied, il se balade sur le terrain de façon un peu trop hasardeuse, on se demande parfois s’il n’est pas trop perdu sur la pelouse. BORJA VALERO 7 : L’Inter, en prise avec un nombre de défection, a remis son sort dans ses pieds et ses idées. C’était son meilleur match au milieu de la saison. Et il le fait justement contre sa Fiorentina. BROZOVIC 6,5 : Grande passe décisive pour Borja Valero. Il lui a laissé les rênes du milieu et s’est effacé mais il est parti, comme toujours, à la recherche de ses équipiers. BIRAGHI 5,5 : Il fait que des centres, dans toutes les positions. Les vrais dangers de la Fiorentina sont venus de son secteur. Trop juste. LUKAKU 5 : Un copier coller de sa rencontre face à Barcelone. Il se crée des balles de buts et les ratent de façon incroyable. L’erreur face à Dragowski est trop grave. LAUTARO 6: Il marque mais son but est annulé pour une question de centimètre. Il est moins brillant, mais il était un danger constant pour la défense de la Viola. Le banc POLITANO 5 : Entrée horrifique. Il perd la balle qui coute l’égalisation et il ne parvient pas à tenir le ballon. Auteur de quelques fautes précieuses. Se déplace sans idée sur le terrain. Agoumé : Non côté Le coach CONTE 6 : Il avait tout pour rentrer à la maison, cette fois-ci aussi. Avec une formation en état d’urgence et c’est peu de le dire. Arrive la baffe en fin de match. Il doit travailler sur le mental pour que les siens puissent tuer le match. Et il devra le faire à domicile, face au Genoa, sans Brozovic et Lautaro. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Quelques jours après son élimination en Ligue des Champions et suite aux turbulences découlant d’un article du Corriere Dello Sport, l’Inter se déplaçait sur le terrain de la Fiorentina. Dans un match disputé à un rythme très peu élevé, l’Inter a dominé le début de la rencontre, en ouvrant la marque par l’ancien de la maison, Borja « Papy » Valero. Par respect pour ses anciennes couleurs il ne célèbrera pas son but. Ce but tombé très tôt dans la rencontre à la 8' minute fera en sorte que l’Inter pratique ensuite un match moyen. Lukaku parvenant à s’offrir lui-même son occasion 5 étoiles, hélas comme ce fut le cas contre Barcelone, il n’a pas été capable de battre le portier, en tirant tout simplement sur lui. Lors de la fin de son temps fort, l’Inter parviendra à doubler la mise à la 39’. Lukaku lancé à la limite du hors-jeu part en profondeur avant de servir Lautaro qui met à genoux Dragowski. Après intervention de la VAR, Romelu est plus qu’à la limite du hors-jeu, celui-ci étant flagrant. Il s’agit pour l’anecdote du 4è but refusé pour cette raison en 4 jours. Plus le temps passe, plus la Fiorentina prend l’avantage physiquement. Et en toute fin de match, elle parviendra à arracher le match nul des œuvres de Dusan Vlahovic. L’Inter est à présent co-leader avec la Juventus en proposant un bilan similaire de 39 points. Un résultat que bon nombre de tifosi n’aurait jamais songé en début de saison. Reste à présent la confrontation face au Genoa, le dernier match à disputer avant les fêtes et le retour des blessés, voir des renforts. Dans ce secteur la situation est plus que dramatique étant donné, qu’outre les blessés, Lautaro Martinez et Marcelo Brozovic, avertis ce soir, sont tous les deux suspendus ! Tableau Récapitulatif Fiorentina 1-1 Inter Buteurs: 8’ Borja Valero (I), 92’ Vlahovic (F) Var: 39’but refuse à Lautaro Martinez. Fiorentina: 69 Dragowski; 4 Milenkovic, 20 Pezzella, 22 Caceres; 21 Lirola, 78 Pulgar, 5 Badelj (66’ 24 Benassi), 8 Castrovilli (83’ 16 Eysseric), 29 Dalbert; 25 Chiesa (59’ 28 Vlahovic), 10 Boateng. Banc: 1 Terracciano, 6 Ranieri, 9 Pedro, 11 Sottil, 15 Cristoforo, 17 Ceccherini, 18 Ghezzal, 23 Venuti, 27 Zurkowski. T1: Vincenzo Montella. Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 95 Bastoni (88’ 2 Godin); 33 D'Ambrosio, 8 Vecino, 20 Borja Valero (84’ 32 Agoume), 77 Brozovic, 34 Biraghi; 9 Lukaku, 10 Lautaro Martinez (83’ 16 Politano). Banc: 27 Padelli, 46 Berni, 13 Ranocchia, 19 Lazaro, 21 Dimarco, 30 Esposito. T1: Antonio Conte. Arbitre: Mariani. AR: Mazzoleni. Assistente VAR: Paganessi. Avertis: Brozovic (I), Bastoni (I), Badelj (F), Dalbert (F), Borja Valero (I), Lautaro Martinez (I), Pulgar (F), Caccia (F, ass. Montella Expulsé(s): / Affluence: 37.537 tifosi ®Antony Gilles - internazionale.fr
  24. Meilleur départ depuis la saison 1950/51. Première fois que nous gagnons nos sept premières rencontres à l'extérieur. Première fois que nous marquons sur nos treize premiers matchs... Un démarrage historique donc pour rester au contact de la Juventus. Antonio Conte s'est présenté en conférence de presse hier. Voici ses propos. "Nous craignions pas mal ce match contre une équipe forte, bien organisée et bien entrainée. Nous avons été féroces dans l'approche et la compréhension du jeu. Nous avons su comment bien exploiter les différentes situations et y trouver les bonnes solutions." Le championnat bat son plein avec un duel au somment. Suivre la Juve qui gagne toujours autant est plus un stress ou une stimulation ? "Ce que je dis à mes joueurs c'est d'abord voir ce que l'on fait nous. Vous n'avez pas à regarder ce qui est devant, même si ce qu'ils font est extraordinaire. Ils ont onze victoires et deux nuls et pourtant nous ne sommes qu'à un point. Ça stimule mais nous devons toujours faire de notre mieux, comme aujourd'hui. Il faut se concentrer sur soi. Je suis particulièrement heureux pour nos gars, ils sont récompensés pour le travail qu'ils accomplissent, les sacrifices qu'ils font, les longues séances tactiques... Ils récoltent ce qu'ils ont semé. Pour moi et mon staff c'est un plaisir d'aller à la Pinetina et de travailler avec eux." Vous continuez de battre des records historiques. Quelle est l'ambiance quand on regarde le classement ? "Très positive. C'est un état d'esprit qui doit nous galvaniser, et nos tifosi, car nous faisons des choses importantes. Cela dit vous savez très bien que nous ne sommes qu'au début, il n'y a que treize matchs à ce jour. Nous avons un matelas sur des équipes mieux équipées et qui travaillent avec le même entraineur depuis plus longtemps que nous. Cela doit nous rendre fiers. Si nous n'étions pas là vous auriez déjà fermé vos livres et vous auriez déjà attribué le Scudetto. Ça nous donne encore plus de force pour tenter de nous améliorer." A propos du bon accueil : "Le tifoso de l'Inter m'a accueilli d'une excellente façon et je ne peux que donner le meilleur de moi-même, les rendre fiers de l'équipe." De nombreuses confirmations sont arrivées, dont le duo d'attaque, et le clean sheet : "Cette solidité défensive c'est ce qui me rend le plus heureux. C'est très important. Si nous revenons à ce que nous étions en début de saison, totalement hermétique, nous serons plus sereins." Comment allez-vous gérer l'effectif avec l'enchainement des rencontres à venir ? Comment va Barella ? "Commençons par l'aspect positif ; Valero est rentré et a montré tout son professionnalisme et sa détermination. Il a travaillé dur, en silence et c'est très satisfaisant de voir qu'il répond présent. C'est un plaisir d'entrainer des gars comme lui ou Dimarco. Ce n'est pas simple de continuer à s'entrainer sans avoir de grandes chances de jouer. Je suis content pour eux, ils le méritent. J'espère maintenant que Barella n'a rien de grave car il est capital pour nous. Il passera des examens approfondis ce dimanche. Je veux rester positif." Parlez-nous de Lautaro : "Avec Romelu, Lautaro représente un potentiel offensif à développer. Il a 22 ans, le belge 26 et ce sont deux attaquants pour l'avenir de l'Inter, sur 7-8 ans pourquoi pas. Ils se développent de manière exponentielle. Je suis très heureux de leurs buts bien entendu, mais aussi pour le travail qu'ils fournissent à l'équipe. Ils auraient pu marquer plus ce soir mais l'équipe s'est rendue disponible pour leur apporter soutien et disponibilité." Un mot sur Icardi et Gabigol qui font plus que bien performer ? "Tout se passe au niveau des dirigeants. Cette année des joueurs comme Icardi, Nainggolan ou Perisic sont partis sans avoir d'incidences économiques positives. Nous avons peut être un trésor important." ®gladis32 – internazionale.fr
  25. Voici la conférence de presse d'après-match d'Antonio Conte, après la victoire 2-1 contre l'Hellas. "C'est une bonne réponse suite à Dortmund malgré le fait que Vérone a énormément joué à sept au moins derrière. L'objectif est de s'en sortir de manière de plus en plus forte. Nous n'avons pas perdu patience et nous avons montré un bon esprit après ce but encaissé. Si aujourd’hui nous n'avions pas tout donné, nous n'aurions pas gagné. Je dédie cette victoire à ma fille Vittoria qui a 12 ans, je vais passer une trêve sereine en famille. Nous allons pouvoir nous reposer et capitaliser sur cette victoire. Les gars me donnent tout et je suis vraiment heureux de les entrainer." Quatre mois après votre arrivée, où situez vous l'équipe ? "Voir ce classement est une source de fierté pour tous. C'est important d'avoir ces 31 points en douze matchs et je ne sais pas si cela suit les prévisions même les plus optimistes. Il est normal de reconnaitre les mérites aux joueurs, même en Champions League où nous avons été capables de regarder en face de grosses écuries. Il est bien entendu inévitable qu'il y ait des étapes à franchir en termes d'expérience et de maturité, mais nous travaillons très dur. Je dois absolument remercier tous ceux qui travaillent ici, pour leur disponibilité. Des joueurs en passant par le staff médical ou le personnel au centre d'entrainement. Nous sommes en tête aujourd'hui, même si c'est provisoire, après douze rencontres. Je ne peux qu'exprimer ma gratitude." Deux buts venus des milieux de terrain. Dans quelle mesure pour la suite est-il important de trouver une régularité dans ce domaine ? "Ce sera capital car vous le savez, dans mon idée de jeu je compte énormément sur ces buts de nos milieux. En début de saison c'est venu de là, puis nos attaquants ont pris le relais. Vecino et Gagliardini via leur physique peuvent monter et offrir des solutions. Barella s'intègre bien mais il doit encore s'améliorer sur sa finition. Il doit augmenter son total de buts même si celui de ce soir est très beau. Brozovic et Sensi peuvent aussi marquer et ils ont compris l'importance d'être frais pour faire face sur deux tableaux." Allez-vous récupérer des joueurs après la trêve ? Sanchez peut-il revenir plus vite ? "Il faut se focaliser sur nous, éviter de regarder ce qu'il se passe ailleurs. Nous devons faire de notre mieux, ce que nous faisons actuellement. Je suis fier de la performance de l'équipe, nous avons vaincu une équipe qui met de l'intensité. Nous avons quinze jours pour récupérer Gagliardini et Sensi. Danilo D'Ambrosio est revenu mais il a toujours une douleur. Cela montre son envie de se rendre disponible. Mais nous serons un peu plus serein dans les choix, avec moins de risques de blessures." Dimarco et Valero rentreront-ils dans la rotation ? "Tous les joueurs peuvent être des ressources. Aujourd'hui c'était important de choisir Candreva, il me propose des alternatives. Lazaro est issu de l'attaque, et tout comme Antonio, c'est un joueur de un contre un. Je suis content pour Valentino, que nous avons étudié et vraiment souhaité. Il a des caractéristiques intéressantes, c'est une corde de plus à mon arc. Borja et Dimarco s'entrainent de façon louable, et j'essaie toujours de faire les meilleurs choix pour l'équipe en fonction de l'adversaire." ®gladis32 - internazionale.fr
×
×
  • Créer...