Aller au contenu
Calendrier

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'stefan de vrij'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

39 résultats trouvés

  1. Stefan De Vrij, auteur d’une monstrueuse prestation, couronné d’un but, face à l’Ac Milan, s’est livré dans la presse de son pays natal : Les Pays-Bas Le but "J’avais déjà inscrit un but dans un autre derby. Le Derby m’apporte toujours quelque chose. Je me souviendrai pour toujours de ce but, il est arrivé à un moment très important dans une partie très importante." "C’est une émotion unique pour moi, le corner d’Antonio Candreva était excellent, j’ai plongé pour reprendre la ballon et quand je me suis retourné, j’ai vu que le ballon était rentré dans le but. C’est seulement à ce moment-là que je me suis rendu compte que j’avais marqué." "C’était une belle soirée. Quelle était belle l’ambiance au stade, très belle. C’était grandiose de revenir d’un handicap de 2-0 dans les 45 dernières minutes." Ibrahimovic "Milan avait dominé la première période, nous étions dans es cordes. Mais en seconde période, il s’est produit quelque chose. L’ambiance au stade était exceptionnel. C’est la première fois que j’affrontais Zlatan. Lorsque je suis arrivé à Feyenoord, il avait déjà quitté l’Ajax. Il a tant prouvé dans sa carrière. Il a marqué dimanche et réalisé une passe décisive." "Je savais qu’il s’agissait d’un attaquant difficile à marquer. J’ai beaucoup de respect pour lui, il est physiquement costaud. Nous ne nous sommes rien dit, même pas une parole." Les Pays-Bas "Je dois seulement continuer à faire ce que je fais, et de rester toujours positif. Les Pays-Bas ont énormément changé. Je suis un meilleur défenseur comparé à celui que j’étais en 2014, lorsque nous étions arrivé à la troisième place en Coupe du Monde." "Je jouais énormément à ce moment-là, à présent c’est différent. Mais je pense que cela prouve aussi comment s’est développé l’équipe nationale ces dernières années." La Serie A "A présent, nous sommes là, trois équipes fortes qui se livrent dans une guerre intense. Nous avons une meilleure différence de but comparé à la Juve, mais au final c’est la confrontation directe qui sera prise en compte.. Et nous avions perdu 1-2 à domicile face à la Juve." "La partie face à la Lazio dimanche sera à nouveau très importante, ce sont des parties que veulent jouer les joueurs. Nous sommes convaincu de nos qualités, nous sommes une équipe forte." "Si tu es capable de revenir de cette façon face au Milan, cela veut dire que l’équipe a du caractère. Nous devrons le démontrer semaine après semaine. Mercredi, nous allons disputer notre première demi-finale de Coupe d’Italie face au Napoli. C’est un autre objectif pour lequel nous nous battons" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Stefan De Vrij et d’autres Nerazzurri se sont livrés en conférence de presse d’après-match. Ce qui est sur, c’est que l’Inter est revenu des enfers après avoir tué le Diavolo. "Il y a tellement de satisfaction pour cette victoire, nous savons ce qu’il faut aussi améliorer. Nous avons très mal joué en première mi-temps et ils ont naturellement pris l’avantage. Mais nous sommes parvenu à l’emporter au caractère, l’entraîneur nous a fait comprendre ce qui n’allait pas." "Nous étions dans la merde en première mi-temps, mais nous avons du caractère. Par chance, nous avons immédiatement inscrit deux buts et nous sommes revenus dans le match, c’était un sentiment incroyable, des souvenirs qui resteront gravés pour toujours. Marquer dans le Derby et l’emporter reste une émotion unique." Le classement ? "Nous sommes tous proches, nous devons continuer à l’emporter. A présent, nous devons avoir la tête au prochain match car la Coupe d’Italie est un objectif." Romelu Lukaku "Nous avons fait de belle choses en seconde période, nous avions laissé trop d’espaces en première. Je félicite le Milan pour cela. Mais en seconde mi-temps, nous avons mis une autre intensité et avons inscrit quatre buts. Je suis très heureux de cette victoire." "La première période était difficile, le stade, en seconde mi-temps, a vu la mentalité de l’Inter : ne jamais abandonner et se battre jusqu’au bout du bout. Je travaille pour l’équipe et je l’aide à l’emporter. Je veux gagner et la tête est tourné au Napoli à présent." "Je remercie tout mes équipiers et le staff. Je connaissais la difficulté du championnat, mais le staff et les Tifosi m’ont toujours aidé." Roberto Mancini "Je me suis diverti. C’était un beau Derby. C’est beau d’assister à un championnat aussi serré avec des équipes qui se le disputent, c’est plus divertissant." "Le Milan était très bien en première mi-temps, il était meilleur. En seconde mi-temps, le but a froid les a plongé dans la peur et l’Inter a compris qu’elle pouvait revenir. Prendre les deux buts a été décisif car l’Inter, à 2-2, était devenue dévastatrice. La Juve contrôle le jeu, mais elle a fait face à deux équipes difficiles. Je crois que la Juve reste tout de même l’équipe la plus forte du Championnat." Matias Vecino "Après la première mi-temps, nous avions une vision noire de la situation. Nous nous sommes regardé et nous nous sommes dit qu’il fallait donner quelque chose en plus, sinon, cela aurait mal fini. Nous avons marqué immédiatement, nous sommes devenu plus agressif et nous avons repris la direction de la rencontre." "Le Derby se ressent toujours d’une façon spéciale. En fin de compte, tout s’est bien passé, j’espère que le Milan continuera à me porter chance." Ma faute sur Theo Hernandez? "Il faut parfois faire sentir une certaine présence, et cela a été positif pour l’équipe." Moi, l’Homme de la destinée ? "Ce sont des faits de jeux, mais objectivement, lorsqu’il y a un match spécial, je peux m’imaginer que quelque chose peut arriver, j’espère revivre d’autres soirées comme celle d’aujourd’hui." Daniele Padelli "C’était une très mauvaise première période, et cela vaut pour moi, j’aurai dû faire bien mieux sur le deux buts. Mais nous avons démontré avoir du caractère, être des vrais homme.. Si nous avions continué à jouer comme en première mi-temps, nous aurions encaissé d’autres buts." "C’est un message fort que nous avons envoyé à tout le monde. Ce Derby nous laisse avec des sensations fortes et nous prouve qu’il faut toujours jouer à 2 000 km/h. Nous revenons à la maison avec un Derby fantastique. Durant cette semaine, j’ai joué mentalement 3-4 matchs Da Tifoso." "La première mi-temps était dure au niveau mentale et dans sa gestion. A la reprise, je me suis un peu plus détendu, c’était mon premier Derby et mes équipiers ont été dévastateurs. En tant que Tifoso, j’étais au septième ciel." "Après le 4ème but, je me suis laissé pleurer. Nous avons envoyé un message à tous : il y a l’Inter et il y a des matchs qui, d’une façon ou d’une autre, sont remportées." L’image du soir "Il y a un nouveau Roi en ville" - Telle est la raison de la célébration, ô combien particulière du Diable Rouge. Steven Zhang Après Steven qui craque à l’Olimpico, place à Steven, le Tifoso qui ne s’est absolument plus senti lors du 4ème but Nerazzurro. Voici sa réaction d’après match via les réseaux sociaux : "Inter, tu es l’espérance et la lumière pour tous. Nous avons gagné ! Tu mérites le meilleur : Milano Siamo Noi !!! Pour toujours !!!!" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Lorsque l’on parle de "Mur" dans le Milan Nerazzurro, il s’agit d’une dénomination "sacrée" celle du surnom octroyé à Walter Samuel, un joueur qui évoque avec fierté une défense qui était imprenable. A présent, l’équipe de Conte travaille sur la possibilité de blinder également le but de Samir Handanovic, avec en pierre centrale et angulaire, l’invisible mais ô combien essentiel Stefan De Vrij. L’international hollandais s’est fait connaitre des tifosi par son humilité, son sens des responsabilités, il apporte de l’importance à l’attachement et à l’équilibre, cela se voit et se ressent. Daniele Mari, le Directeur de Fcinter1908, l’a de nouveau récompensé d’un 7 pour sa prestation face à l’Udinese. Défini comme le joueur absolu, il est également encensé par la presse transalpine : Corriere dello Sport : 7 – "Lecture claire de situation complexe. Intervention précise, jamais une erreur ou une incertitude, le Leader de la défense" La Gazzetta Dello Sport : 6,5 – "Ponctuel comme une taxe, pour les autres bien évidemment. Il ne se trompe jamais dans ses choix, ni même lorsqu’il doit sortir voir contrer un contre-pied de l’adversaire." Tuttosport : 6,5 – "Le solide géant au milieu de la défense, à présent ce n’est plus une « annonce ». Il est devenu dans le cœur des Nerazzurro, un Mur, qui reste pour toujours" Et vous, comment jugez-vous les prestations de notre Hollandais volant ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Antonio Conte et certains joueurs se sont exprimé à la presse suite au match nul obtenu par l'Inter sur le terrain de Lecce. Antonio Conte "Le résultat est dû au fait que nous sommes une équipe qui doit tourner à 200 km/h et que nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir quelqu’un qui n’est pas au niveau, car cela fait chuter ce dernier. Je peux comprendre que l’on partage l’enjeu dans un match que nous avions pourtant remporté à domicile." "Plus que de la compréhension, nous ne sommes pas une équipe qui, si elle ne met pas de la vitesse au milieu, parvient à l’emporter. Nous devons toujours nous donner au maximum, comme à l’aller, lorsque nous ne parvenons pas à nous donner au maximum, nous sommes une équipe normale." "Aujourd’hui, Lecce a changé son système de jeu, en jouant bas et en coupant les espaces, ce n’est pas simple lorsque deux systèmes similaires se font face, nous avons eu les occasions pour marquer. Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir d’autres joueurs en deçà, nous ne rentrerons pas avec à la maison. Ils ont été brave lors de la phase aller à tenir la cadence au maximum, je comprends qu’il y a des matchs où nous pouvons aller à un rythme de croisière, mais nous n’avons pas les qualités pour rentrer comme ça chez nous." Eriksen et le Mercato ? "Je ne dis rien, tous les entraîneurs savent que le mois de janvier est difficile. J’ai été très clair, chaque fois que je dis quelque chose c’est amplifié et instrumentalisé par la presse. Je suis content de mes joueurs. C’est au club de faire des évaluations, nous devons travailler et chercher à nous donner au maximum si nous souhaitons maintenir une moyenne de points importante." Êtes-vous fier d’être Salentino ? "C’est évident, c’est toujours une grande émotion et de l’attachement. Je suis un professionnel et je cherche à faire de mon mieux. Du point de vue émotionnel, j’ai passé mon enfance ici, j’étais ramasseur de balle et cela m’avait procuré de grandes sensations." "Liverani a changé de système de jeu. Lecce, aujourd’hui, n’était pas pro positif, il occupait sa moitié de terrain et partait en contre avec Babacar et Lapadula. Je les félicite, ils ont fait un grand match. Nous avons eu des occasions pour rentrer avec les trois points. Nous sommes une équipe en construction, nous devons tourner à plein régime pour maintenir la cadence car nous ne sommes pas une équipe qui mise sur la rapidité." Est-ce que l’Inter a payé, aujourd’hui, sa timidité dans la surface et en défense ? Qu’en pensez-vous ? "Nous avons pris un but qui me laisse un gout amer en bouche. C’est inévitable qu’il y ait des choses à améliorer lorsque tu prends un but. Sauf si tu te prends un but imparable, tu as toujours quelque chose à améliorer." De nombreux joueurs n’étaient pas au niveau. Dans un match comme celui-ci, il manquait un ailier qui aille jusqu’au bout et parvienne à centrer. Young peut-il le faire ? Comment va Sanchez ? "Je pense que ce groupe travaille depuis six mois de façon importante et il a toujours bien répondu. Nous avons terminé la phase aller de cette façon. Nous devons travailler et j’estime que nous le faisons." "S’il est possible de renforcer le noyau dans certains secteurs, je chercherai à le faire, mais je le répète, mon seul objectif est d’améliorer mes joueurs et de les porter à s’exprimer au maximum. Sanchez a disputé 60 minutes en Coupe d’Italie. Il s’entraîne en cherchant à retrouver sa meilleure condition. Je n’ai pas pu compter sur lui durant trois mois et je cherche à lui permettre d’être dans les meilleures conditions." "Ce que je retiens, c’est que l’on ne peut pas baisser en rien notre niveau. Que ce soit en phase de possession qu’en phase de non-possession, lorsque l’on commence à concéder quelque chose, nous sommes mis en difficulté. La phase aller peut s’expliquer de cette façon : Nous avons toujours tout donné sur chaque match en faisant attention aux détails, nous étions déterminés à chaque instant." "Cela fait partie du parcours de croissance, et nous avons compris comment nous devions nous comporter pour être gagnant. Nous avons perdu deux points à Florence, il y a toutefois des étapes, cela doit nous servir de leçon pour nous permettre de nous améliorer." Réactions d’après matchs des joueurs Alessandro Bastoni "Nous sommes venus ici à Lecce en sachant qu’il s’agirait d’un match difficile, sur un terrain difficile, dans un stade difficile. Nous avons eu énormément de mal à imposer notre rythme et cela nous a contrarié. Je suis déçu de laisser des points en cours de route. Il y a eu des périodes difficiles à comprendre. Le fait que je sois gaucher m’aide, nous avons fait preuve de bonne volonté, dommage d’avoir pris un but et de laisser deux points." Mon but ? "C’est une émotion incroyable, c’est si beau, mais la chose la plus importante aurait été de rentrer à la maison avec les trois points. Cela n’est pas arrivé et nous devons travailler. Nous savons que Cagliari ne sera plus la même équipe que celle que nous avons affronté en Coupe d’Italie. Nous espérons l’emporter." Stefan De Vrij "Objectivement, il y a énormément de désillusions pour les points perdus, nous voulions la victoire. Nous l’avons cherché, mais nous n’y sommes pas parvenus. Ils ont très bien défendu. Dommage que l’on ne soit pas parvenu à conserver notre but. Nous nous attendions à une autre partie, surtout au niveau de la formation et du changement de dispositif qui était défensif." "Ils se sont mis en retrait et ont décidé de gérer en parant en contre. Nous avons énormément centré, mais nous n’avons jamais su devenir plus dangereux." "Nous avons quasiment toujours joué dans leur partie de terrain. Pour nous les défenseurs, c’est important d’être organisé car lorsqu’ils frappent à la porte, tu dois être bon à t’engager et à intercepter le ballon. Nous avons été meilleur en début de match, après le but nous avons joué dans leur moitié de terrain en cherchant à marquer. Nous aurions dû hausser le rythme et jouer plus rapidement pour semer plus de doutes chez nos adversaires." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. L’Inter grandi grâce à Antonio Conte. Preuve en est le tableau réalisé par Transfermakrt, le site de référence de la valeur des joueurs. Trois Nerazzurri figurent dans le Top 10 des meilleurs croissances En tête de ce classement si particulier, on retrouve en Capolista, Lautaro Martinez qui a doublé sa valeur + 40 millions d’euros. A présent, Lautaro vaut 80 millions d’euros, même si on ne peut parler que d’une simple estimation. En effet, les valeurs de Mercato sont bien plus importantes pour les clubs. On retrouve également dans le Top 10 Stefan De Vrij qui est estimé a 60 millions d’euros (+10) Marcelo Brozovic également estimé à 60 millions d’euros (+10) A la seconde place, on retrouve la cible prioritaire du Mercato Hivernal : Dejan Kulusevski estimé à 25 millions d’euros (+19) Le podium est complété par Castrovilli, également évalué à 25 millions d’euros (+ 17) Top 20 des joueurs les plus important de la Serie A L’Inter prend le meilleur sur la Juventus avec pas moins de six Nerazzurri (Lautaro 80 millions d’euros, Lukaku 75 millions d’euros, De Vrij, Skriniar et Brozovic avec 60 millions d’euros, et Barella 45 millions d’euros). La Vieille Dame n’en compte que 5 (Dybala 85 millions d’euros, Ronaldo et De Ligt 75 millions d’euros, Pjanic 70 millions d’euros et Alex Sandro 50 millions d’euros.) La patte Marotta ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Quelques joueurs se sont livrés suite à l’élimination de l’Inter en Ligue des Champions Cristiano Biraghi "C’est normal qu’il y ait tant de déception, nous avons tout donné, nous avons tout tenté, nous n’avons rien à nous reprocher. Nous nous sentirons mal ce soir, mais demain nous devrons penser au prochain match, nous ne devons pas commettre l’erreur de trop souffrir de cette défaite." "Cela fait partie du jeu, nous sommes professionnels. Dimanche soir, ce sera une belle épreuve de maturité pour nous. Nous analyserons le match et nous comprendrons ce que nous aurions pu faire de mieux. Il y a beaucoup de qualité à Barcelone, parfois nous parvenions à sortir de la pression, mais nous devions reculer. C’est notre philosophie de jeu : Parfois tu parviens à réussir à voler le ballon en pressant haut, d’autres fois tu dois courir après, car eux sont plus doués." "Florence est un terrain difficile, lorsque les grandes équipes se présentent, l’ambiance monte d’un cran et cela motive en conséquence l’équipe. Ils ne traversent pas une belle période et ils vont vouloir se donner encore plus." Borja Valero "Le public nous a soutenu jusqu’au bout du bout, nous devons le remercier. Nous aurions mérité la qualification, mais ce sont les buts qui nous ont manqué. Le jeu était un peu lent au milieu du terrain, mais nos attaquants ont été bons pour se créer des occasions." "Ce n’est pas facile ce soir, c’est un coup dur. Mais les joueurs les plus expérimentés doivent faire comprendre à leurs équipiers qu’il y a tant de chemin à parcourir. Nous avons deux matchs important avant la trêve." Milan Skriniar "Nous avons réalisé une bonne partie sous l’aspect tactique, nous nous sommes créé tant d’occasions mais nous ne sommes pas parvenu à inscrire plus d’un but. Contre des équipes de ce niveau, cela se paye. Nous aurions mérité quelque chose en plus, mais hélas, cela se termine ainsi." "Nous ne sommes pas qu’une équipe sur le terrain, mais nous sommes aussi proche hors du terrain et c’est très important. Cette défaite ne doit pas nous stopper, car nous avons encore tant de matchs et d’objectifs. Nous sommes déçu ce soir. Mais dès demain,nous devrons penser au match de dimanche, une rencontre que nous devrons gagner pour rester en tête du classement." Stefan De Vrij "Il y a tant de désillusions pour la non-qualification, mais aucun regret, nous avons tout donné, nous avons eu des occasions et nous avons tout fait pour l’emporter, mais cela n’a pas suffi." "A présent, nous devons nous relever immédiatement et regarder devant nous, en nous concentrant sur le prochain match. Les difficultés doivent nous rendre encore plus fort, nous devons aller de l’avant dans notre parcours, pour remporter les prochains matchs." Samir Handanovic "Il nous a manqué ce second but en seconde mi-temps, nous avons attaqué et eu des occasions, nous avons tout donné, tout essayé. A présent, il faut aller de l’avant. C’est une défaite qui fait mal, mais qui ne doit pas impacter le championnat." "Nous avons encore deux matchs avant la trêve, nous devons récupérer et nous relancer. Pour ce que nous avons démontré lors de cette phase de groupe, nous aurions mérité de passer, mais nous devons aller de l’avant, nous avons connu des hauts et des bas, mais nous avons disputé de belles rencontres." Le message qui fait du bien "Les défaites sont difficiles, mais nous devons relever la tête et continuer à travailler encore plus. Je suis très fier de faire partie de ce groupe" – Lautaro Martinez ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Antonio Conte s’est présenté, accompagné de Stefan De Vrij, à la conférence d’avant-match qui verra le Slavia Prague recevoir l’Inter dans le cadre de la 5ème et avant-dernière journée de la Ligue des Champions. "Nous avons l’envie de bien faire et cela n’aurait pas de sens de se lamenter sur l’absence des joueurs aujourd’hui. J’ai toujours obtenu des réponses importantes de la part de mes joueurs, ils m’ont toujours tout donné, je suis serein, tranquille, j’ai un groupe fiable qui retrouve une grande force intérieure et de l’énergie, lorsqu'il faut surmonter les obstacles." "Nous savons que le match de demain sera très important, mais nous devrons faire avec les joueurs présents, je suis en totale confiance. Ce sera un match stimulant qui offrira de l’enthousiasme, et nous devrons le vivre avec joie, mais également avec la conscience que nous nous présenter grandi ici, bien plus que lors du match aller." Etape à franchir "Le résultat de demain est important, indépendamment de la façon dont nous jouerons. Je pars du principe que le résultat vaut 95 à 98% de la prestation. Une prestation positive équivaudra à un résultat positif, cela va de pair car pour grandir et bien jouer, il faut nous créer des occasions, tout cela est entremelé." "Comparé au match aller, nous sommes plus une équipe, nous sommes mieux préparé, nous avons eu le temps de comprendre quel football nous voulons pratiquer. Je me souhaite de continuer car nous avons besoin de ce type de rencontres." Croissance "Nous disputons la compétition la plus importante et nous affrontons les meilleurs équipes de chaque pays. Barcelone joue pour la victoire finale. Dortmund est l’anti-Bayern en Allemagne, le Slavia a gagné son championnat en faisant main basse, ils propose une mentalité structurée et conquérante sur le terrain." "Nous savons également que le Championnat Italien est semé de difficultés, nous avons débuté un parcours de croissance, nous voulons grandir en Italie et en Europe. Vu cette période historique en Europe, et nous n’en sommes qu’au début, il est important de continuer à disputer cette compétition qui propose des rencontres d’un certain niveau, elles vous font, ensemble, gagner en expérience." Mercato "Parler du mercato ne me semble pas juste vis-à-vis de tous. Il est plus juste de voir le club en parler. Aujourd’hui, je dois remercier les joueurs présents et qui ont tous proposé quelque chose d’important, je pense à aujourd’hui. Demain, ce sera un match important, nous allons jouer nos chances, même si elles sont faibles, mais nous allons jouer le jeu. Même le Slavia voudra proposer sa propre partition, que le meilleur gagne." Idée de jeu "J’estime que nous travaillons depuis le premier jour sur une idée. Avoir les idées claires est important... Tous les joueurs ont épousé cette cause et je ne vois pas de motif pour lesquels les absences de demain devraient nous changer. Tous les joueurs savent quel est l’enjeu, je suis serein car j’ai confiance en cette équipe, j'ai confiance aux joueurs que je voulais voir rester et j’ai une confiance maximale envers eux." "Le dernier par ordre d’apparition est Borja qui est monté face au Torino. Il s’était retrouvé dans une situation ou il ne faisait que s’entraîner durant trois mois, et il a su répondre présent. Vu sous cet angle, je suis serein... Changer notre façon de jouer serait négatif, je veux continuer à aller de l’avant, nous pouvons changer les interprètes mais ils savent tous que les phases de jeu seront et resteront les mêmes." Absences "Sensi, Barella et Asamoah sont absents. Politano et Gagliardini sont de retour." Stefan De Vrij "La saison est encore longue, je me sens bien, tout va bien. Il y a encore tant de match à jouer, il faut aller de l’avant. Les rencontres qui sont passées sont derrière nous." La différence entre l’Italie et l’Europe ? "Je joue en Italie depuis des années et l’équipe se connait. Nos adversaires par contre ne la connaisse pas, nous jouons physiquement et nous courrons beaucoup. Cela s’était vu à l’aller que nous étions confronté à un adversaire compliqué. Mais nous nous sommes énormément améliorés et nous sommes préparés pour demain." Clean Sheet "Contre Dortmund, nous n’avions pas pris de buts à la maison, mais lorsque tu joues en Ligue des champions, tu rencontres les meilleurs d’Europe : Barcelone a Messi et Suarez. Dortmund a de grands attaquants, ce sont des équipes qui savent comment remporter des matchs contre un adversaire tel que le Slavia qui s’incline que très difficilement." "Nous proposons un jeu offensif, vous l’avez déjà vu. Ce n’est jamais facile, mais je cherche toujours à faire en sorte que nous ne prenions pas de but, et je sais que nous pouvons encore tellement nous améliorer." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Plusieurs joueurs ont livrés leurs impressions en conférence d’après-match Stefan De Vrij "De façon personnelle, je cherche toujours à ne pas laisser l’adversaire marquer, mais lorsque je marque moi, c’est une très belle sensation. Nous sommes montés sur le terrain préparé, nous savions ce que nous devions faire, comment faire mal à l’adversaire. Nous avons été bons à concrétiser nos occasions face au Torino, nous avons su marquer immédiatement et nous n’avons jamais été mis en difficulté. Nous avons créé du jeu, sans jamais nous mettre en difficulté." Condition de jeu "Déjà lors de l’échauffement, j’avais remarqué que le terrain était lourd. Cela nous aurait été compliqué de construire de l’arrière. Nous avons été bon dans la lecture du match, nous avons jour ce match de la meilleure des façons." Lautaro Martinez "Nous savions que nous devions réaliser une grande prestation. Nous devons continuer de la sorte, jour après jour. J’estime avoir proposé de belles choses et je suis très content car derrière le terrain, on retrouve une équipe de caractère." "Je suis heureux car je me sens bien physiquement. Je ressens la confiance de l’entraîneur et j’espère continuer à aller de l’avant. Nous apprenons à nous connaitre au quotidien avec Lukaku. Le travail nous aidera à nous améliorer encore. L’important n’est pas celui qui marque, mais que l’équipe gagne." Federico Dimarco "Ce soir, je suis doublement heureux : Heureux pour la victoire et heureux pour mes débuts cette saison. Gagner à Turin n’est jamais facile, ce sont trois points très important. Être monté sur le terrain, pour moi était si important. Je ne jouais plus, depuis tellement de temps." "Je remercie mes équipiers qui m’ont toujours soutenu. Je suis content. Nous devons continuer à jouer de la sorte, il n’y a que de cette façon que nous pourrons nous battre pour le Scudetto. L’entraîneur fait ses choix sur base des matchs, je dois toujours savoir répondre présent." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Retenu en sélection, Stefan de Vrij prend son mal en patience mais ne s'inquiète pas d'avoir un rôle marginal au sein des Oranges. Actuellement en tête à égalité de points avec l'Allemagne, ils rencontreront l'Irlande du Nord demain et l'Estonie mardi prochain. Stefan a perdu sa place au fil au profit du monstrueux Virgil van Dijk et de l’ascension de Matthijs De Ligt. "Je suis maintenant un meilleur défenseur que lors de la Coupe du monde 2014, dans laquelle je jouais titulaire. Je dois rester positif, faire de mon mieux et attendre ma chance." Pour espérer du temps de jeu, ne serait-ce pas judicieux de se recycler sur le côté droit, comme lorsque vous jouiez au Feyenoord ? "Je n'ai pas joué ce rôle depuis longtemps et je suis venu ici en tant que défenseur central. Mais je le ferais si l'entraineur en a besoin." ®gladis32 - internazionale.fr
  10. Godin, de Vrij, Skriniar, un trio défensif dont peu d’équipes en Europe peuvent se vanter, eux qui symbolisent qualité et force. Pourtant, il s’agit actuellement du talon d’Achille de l’Inter. Les statistiques ne mentent jamais : au cours des 9 derniers matchs, l’Inter a encaissé 15 buts. Lors des 6 premières rencontres de la saison, les Nerazzurri n’en avaient encaissé que 2… Une situation qui, actuellement, n’a pas encore été réglée par Antonio Conte. C’est un fait, l’Inter, Conte l'a construite pour être une équipe offensive, le rendement en attaque est nettement supérieur comparé à la saison écoulée. Lorsqu’elle tourne à du 1000 à l’heure, cette différenciation est d’autant plus marquante. Quand la fatigue se fait ressentir et l’essence se fait plus rare en fin de rencontre, l’équipe doit faire preuve de plus de compacité pour défendre, et sous cet angle, quelque chose ne tourne pas rond. Si cet aspect a été mis peu en valeur suite à deux buts phénoménaux à Barcelone, contre le Borussia de Favre tous ces défauts ont été mis en avant. Il manque un filtre fondamental au milieu de terrain, surtout lorsque Brozovic commence à accuser le coup. Skriniar et Godin n’ont pas encore assimilé tous les mouvements de la défense à trois et sont donc toujours mis en difficulté. Le seul qui est à son avantage se nomme Stefan De Vrij et ce n’est une surprise pour personne de le retrouver parmi les meilleurs de cette saison. Lorsque son centre de gravité baisse, l’Inter est en difficulté, ne parvenant plus à défendre de façon compacte, le troisième but allemand étant emblématique de cette situation. Si Antonio Conte doit intensifier un travail en particulier, il s’agira surtout de la défense, et même si la fatigue occupe un rôle à ne certainement pas sous-évaluer, il est urgent de procéder à des ajustements Lazaro se révèle La bonne nouvelle en provenance de Dortmund reste la prestation de Valentino Lazaro, trop rapidement étiqueté comme un joueur bidon à 20 millions d’euros. Lazaro prouve qu’il est capable de jouer à un certain niveau. Son entrée en jeu, lors d’une période plus que compliquée, étant donné le déferlement de vague du mur jaune, n’est pas passé inaperçue. Sa rapidité, sa capacité à prendre le meilleur sur l’adversaire feront de lui un joueur important pour le futur. Il s’est révélé comme le seul à pouvoir apporter un certain danger via des actions individuelles. Un seul être vous manque…. Si L’Inter a rendu les armes en Allemagne, elle le paye également suite à l’absence de joueurs adéquats à certains postes. En effet, il n’y a rien de honteux de s’incliner à Dortmund lorsque l’on sait qu’Asamoah, Gagliardini, Sanchez et D’Ambrosio étaient absents. Si l’absence de Sensi s’est fait ressentir au niveau de la qualité de la manœuvre au milieu de terrain, une autre absence se fait cruellement ressentir dans le secteur défensif, celle de Danilo D’Ambrosio. C’est un fait, le rendement du défenseur italien dans la défense à droit a toujours été positif, surtout lorsqu’il est positionné à droite de la défense. Les statistiques sont de son côté. Avec Danilo aligné dès la première minute de jeu, l’Inter a disputé 6 rencontres, entre la Serie A et la Ligue des Champions. Le bilan est de 4 victoires, 1 nul et 1 défaite, pour 3 buts encaissés. Sans la présence de l’internationale italien, ou uniquement lorsqu’il rentre en cours de jeu, les statistiques sont différentes : 9 matchs, 6 victoires, 1 nul, 2 défaites. Mais la donnée la plus importante reste le nombre de buts encaissés sans la présence du numéro 33 : 13 buts encaissés. Si Godin, De Vrij et Skriniar démontrent une certaine solidité, tout comme Bastoni qui démontre au fil du temps sa valeur, l’absence de Danilo est préjudiciable, surtout qu’il n’y a qu’une très faible possibilité de proposer un turn-over dans le secteur défensif. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Antonio Conte et certains Nerazzurri se sont livrés en conférence d’après-match suite au succès de l’Inter au Rigamonti de Brescia grâce à des buts de Lautaro Martinez et Romelu Lukaku. Antonio Conte "Cela devient difficile de parler de la rencontre, car nous en sommes déjà à la quatrième en neuf jours, avec les mêmes joueurs. Ce soir, seuls les trois points comptaient et nous avons réalisé quelque chose d’extraordinaire. Je peux seulement remercier les garçons pour l’état d’esprit qu’ils ont proposé, il y a besoin de gagner certains matchs en souffrant." "A présent, nous devons récupérer car nous n’en sommes qu’à la moitié de ce tour de force unique, je n’ai jamais vu une équipe jouer 7 matchs en 20 jours. Il y aura Bologne samedi, puis le déplacement à Dortmund mardi. Sur ce terrain, d’autres équipes importantes ont souffert, ce n’était pas facile. J’aurais aimé avoir plus de temps pour préparer ces matchs mais nous devons faire en fonction." "Nous ferons un trésor de cette période pour démontrer des améliorations à tout point de vue. Il n’y a que comme cela que nous pourrons débuter un parcours important pour notre futur. Les résultats ne doivent pas nous faire fermer les yeux car notre moteur tourne actuellement à plein régime. Le mérite en revient à ce groupe qui réalise des choses au-delà des attentes." "Il n’y aura pas d’entrainement demain, les joueurs ont mérité d’avoir un jour de repos." Lukaku-Martinez ? "Ils se trouvent très bien, ils peuvent encore certainement s’améliorer. Ce sont deux joueurs qui travaillent énormément pour l’équipe, aussi bien en possession qu’en non-possession, comme je le demande." Antonio Candreva Pour l’anecdote, Antonio fête son 100ème match avec l’Inter : "C’est un grand honneur pour moi. Après l’amertume du match nul contre Parme, nous rentrons à la maison avec une grande victoire. C’était la quatrième rencontre en très peu de temps, on l’a ressenti. Mais nous devons à présent immédiatement penser à Bologne et à la Ligue des Champions, toutes les rencontres sont importantes." Stefan De Vrij "Ce n’était pas facile, en première mi-temps nous avions le contrôle du match. En seconde mi-temps, malgré d’importantes souffrances, nous sommes parvenus à ramener la victoire à la maison. Je suis fier car nous sommes sur la bonne route." "Nous savons qu’il y a toujours du travail pour nous améliorer, nous pensons match après match. Je me sens bien, le terrain de Brescia n’est pas facile, Corini dispose d’une bonne équipe qui nous a mis en difficulté, en nous pressant énormément." "Nous avons été bon pour l’emporter. C’est beau de jouer en si peu de temps, nous les joueurs vivons pour disputer des matchs. C’est fatiguant, mais je suis heureux." Lautaro Martinez "C’était un match très intense. Je savais que ce serait difficile sur ce terrain et nous savions que Brescia proposait un jeu fermé. Mais nous avons tenté de prouver notre jeu. Je suis fier car nous avons récolté une victoire importante." "Jouer tous les trois jours est difficile, il y a un peu de fatigue, car pour jouer notre football, il est nécessaire de mettre beaucoup d’intensité, mais je suis heureux. Nous travaillons bien avec Conte et nous sommes sur le bon chemin." "Nous devons raisonner match après match, chercher à jouer toujours en proposant la même intensité, à nous battre pour obtenir toujours les trois points." "Jouer au Rigamonti n’est pas facile, les supporters sont très chaud. Nous pensons à présent à Bologne et ensuite à la Ligue des Champions avec une grande motivation. Je suis fier de mon but, j’abats un grand travail et je dois continuer à jouer de la sorte et aider mes équipiers. Le bien de l’Inter est ce qu’il y a de plus important." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. C’est un fait, depuis son premier jour, depuis son premier match, les concepts d’Antonio Conte ont directement été mis en évidence. Une grande agressivité en phase de non-possession, une recherche de verticalisation, un jeu haut, mais par dessus tout une construction du jeu débutant dès la défense. Si Marcelo Brozovic apprécie cette nouvelle philosophie de jeu, en étant encore plus au centre du projet, du cœur Nerazzurro, cette année, l’un de ses équipiers parle la même langue : Stefano Sensi ! L’Inter de Conte, composée de deux meneurs de jeu dans son équipe-type 2019/2020 est conquérante, deux joueurs d’un tel niveau valant mieux qu’un seul... Qui pour pallier l’absence de Sensi blessé ? C’est effectivement un problème, mais la solution existe déjà, celle découlant de la prise de responsabilité d’un joueur : Stefan De Vrij. En effet, le défenseur néerlandais n’est pas seulement le Boss de la défense à trois d’Antonio Conte. Stefan participe également de façon pro-active à la manœuvre. C’est un fait, le natif de Lecce n’a jamais renoncé à son joyaux hollandais, si ce n’est lors des deux premières journées de Serie A, car il était blessé. Face au Borussia Dortmund, De Vrij a réalisé une prestation extraordinaire, et ce, malgré le fait qu’il avait reçu un coup à la cuisse en fin de première période. Défenseur rigoureux, élégant, c’est aussi un meneur de jeu et suite à l’absence de Sensi, il s’est révélé être également le second meneur de jeu Nerazzurro en étant l’auteur, lors de ces deux derniers matchs, de passes décisives fondamentales pour l’emporter face à Sassuolo et Dortmund. En Europe, il n’y a que très peu de joueurs pouvant rivaliser avec le Hollandais. Parmi les meilleurs championnats européens, entre compétitions nationales et coupes d’Europe, seul Chambers d’Arsenal peut se vanter de proposer une meilleure statistique que celle de De Vrij. Qu’adviendra-t-il de cette situation au retour de Sensi ? Il serait difficile d’imaginer voir De Vrij faire un retour en arrière... De toute façon, trois meneurs de jeu valent mieux que deux non ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Il ne se fait jamais remarqué, toujours concentré, il est actuellement considéré supérieur à Skriniar et Godin. Présent sous Spalletti, ce défenseur charismatique a faim d’international. De qui parle-t ’on ? De Stefan De Vrij. Nous sommes en fin de saison, l’Inter était à la recherche de plus-values et ne pouvait pas se permettre de refuser certaines offres. Un moment choisi par le Fc Barcelone pour se positionner sérieusement, avec une enveloppe de 50 millions, pour un joueur Nerazzurro. Le joueur visé ? Le Hollandais Volant. Conte aurait-il maintenu son calme ? Par Chance pour tous, il n''était pas aux commandes, mais quoiqu'il arrive Marotta et Ausilio ont pris la bonne décision en déclinant cette proposition: "De Vrij ne bougera pas d’ici." Ce jour-là, le duo Marotta-Ausilio a eu l’œil : L’International néerlandais est fondamental dans l’idée de jeu pratiquée par Conte, étant le seul capable de faire débuter une action depuis l’arrière garde. Il a les pieds, le temps de jeu, le ballon entre ses pieds, mais surtout il dispose également de qualités hors du commun. Titulaire Indiscutable Pour ces raisons et pour bien d’autres motifs, De Vrij est devenu le seul et vrai joueur indiscutable en défense, une position qu’aussi bien Skriniar que Godin ne peuvent revendiquer. Le premier ne s’est pas encore adapté à 100% au nouveau modulo, le second a vécu deux soirées compliquées face à Barcelone et la Juve. Celui qui n’aura jamais déçu reste Stefan De Vrij, qui match après match prend encore plus confiance en ses propres moyens. La prophétie d’Antonio Conte Dans ce dispositif défensif, le néerlandais représente pour Conte, le Bonucci de son passé. Le natif de Lecce l’avait prévu et c’est la raison pour laquelle l’assaut du Fc Barcelone a été immédiatement rejeté. Aujourd’hui, De Vrij est le leader technique et spirituel de la défense Nerazzurra, l’élément le plus solide et le plus coriace. Si en juin, personne n’aurait parié sur une telle prévision, Conte avait déjà été avant-guardiste : De Vrij est plus important que Skriniar et Godin… Le Saviez-Vous ? Dans une interview octroyée lors de la période de match internationaux, Milan Skriniar a révélé que son rêve serait de soulever un trophée avec l’Inter…revêtu du brassard de Capitaine ! Validez-vous cette analyse sur le Hollandais Volant ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Interviewé par Sky Sport et Sport Mediaset, Stefan De Vrij est revenu sur la contre-performance de l’Inter et l’échange houleux entre Lukaku et Brozovic "Celui qui a dit cala n’a jamais été dans un vestiaire, je n’ai rien à rajouter…Tant de choses ont mal tourné, nous n’avions pas le bon état d’esprit et cela ne plus se reproduire. Ils ont eu plus d’envie pour l’emporter, tandis que nous faisions preuve d’imprécisions. Ne pas parvenir à pratiquer notre jeu était décevant. Mais j’estime que nous devons aller de l’avant et ne plus y repenser..." "Avec l’entraîneur, nous nous sommes immédiatement remis au travail, nous avons revu le match en constatant nos erreurs et nous avons compris que ce type de prestation ne doit plus être proposée. A présent, c’est à nous seul de réagir." Le Derby ? "Nous sommes motivés, nous avons tous l’envie et nous somme concentrés dans l’idée de gagner le Derby. C’est toujours une très belle partie à disputer, elle est extrêmement importante pour notre parcours. Nous sommes très confiant, nous devons apporter une réponse. Ce sera un match extraordinaire pour les deux équipes. Nous devrons faire un résultat même si nous savons que le Milan est une bonne équipe, composée de joueurs fort et d’un brave entraîneur. Nous devons nous y préparer au mieux." Les nouvelles recrues ? "Godin est très fort, il nous aide tant. Cela va de mieux en mieux avec ce nouveau système défensif, nous devons continuer à y travailler. Lukaku est d’un physique impressionnant, il est très rapide, il travaille tant pour l’équipe. Et il y a aussi Sensi, il a surpris tout le monde, il est techniquement super, il tire bien et sait gérer le ballon. J’espère que cela continuera comme ça." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Stefan de Vrij a donné une brève réaction hier soir après la victoire aux t.a.b contre Tottenham, dans le cadre de l'ICC 2019. "Nous avons subi les quinze premières minutes. Nous avons directement pris du retard mais progressivement nous sommes revenus au score. Nous sommes donc satisfaits de la performance, face à une équipe très forte qui je le rappelle est arrivée en finale de Champions League la saison passée. Qui plus est dans son stade. Dans cette atmosphère et devant ces supporters ce n'était pas facile. Lamela de par ses mouvements nous a donné du fil à retordre, ce n'était pas simple de le marquer. Mais au final nous avons fait preuve de courage et de caractère. Je pense que nous pouvons mettre n'importe qui en difficulté. L'erreur est toujours possible mais l'attitude est importante. Maintenant Valence se profile. Ce sera une autre rencontre face à une équipe solide, puis le championnat arrivera contre Lecce. Nous devons donc nous préparer au mieux pour être prêts le premier jour." ®gladis32 - internazionale.fr
  16. Le recrutement d’Asamoah et de Stefan De Vrij, tous deux gratuits, ont porté leurs fruits. Un coup de maître réalisée par la Direction Nerazzurra comme le révèle Sky Sport. En effet, si l’Inter manque cruellement de liant entre son milieu et son attaque, elle peut s'enorgueillir de disposer de l’une des deux meilleures défenses d’Europe à domicile. Le duo central composé par Stefan De Vrij et Milan Skriniar fait la loi au Meazza, où elle est d’ailleurs sur la première marche en compagnie de l’Atletico Madrid d’un certain Diego Godin… futur recrue de l’Inter 2019/2020. Voici le nombre de buts encaissés, à domicile, dans les 5 grands championnats européens: Inter: 7 buts Atletico Madrid : 7 buts Lipsia : 8 Buts Paris : 8 buts Valence : 9 buts Liverpool : 10 buts Chelsea : 10 buts Juventus : 10 buts Lille : 10 buts Olympique de Marseille : 10 buts Real Madrid : 11 buts Getafe : 11 buts Arsenal : 12 buts Manchester City : 12 buts Bayern Munich : 12 buts Naples : 12 buts Qui plus est l’Inter, en ayant muselé l'Atalanta, a atteint la barre de 15 clean sheet. Elle occupe le second poste de ce classement ô combien spécial et important en Italie. Seul la Juventus fait mieux avec 18 clean sheat. Lorsque l’on sait qu’en Italie, les titres se remportent avec une bonne défense, l’Inter peut être fière de celle qu’elle a su former ces dernières années. L’arrivée d’un joueur du calibre de Godin pourra être que bénéfique pour ce secteur. Reste à présent à disposer d’un réel fond de jeu, et cela passera par le chantier relatif au milieu de terrain, sans oublier l’attaque qui devra, quoiqu’il arrive, offrir bien plus qu’un simple "attaquant-buteur". Un changement de dispositif, voir d’entraîneur, ne pourront que faire du bien. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. gladis32

    Doina Turcanu

    Doina Turcanu, petite amie de Stefan de Vrij. Elle a 27 ans (on est d'accord elle fait beaucoup plus jeune). Issue d'une famille d'origine moldave, mannequin, les deux sont ensemble depuis fin 2017. Étudiante en simultané, elle s'est faite remarquée le mois dernier en demandant sur les réseaux un travail de plusieurs pages sur le thème de l'espace dans l'histoire de l'art, en échange d'autographes de Stefan Si je ne connaissais pas de Vrij, là dessous je dirais qu'ils sont frère et sœur Photo de 2010 ci-dessous Perso c'est mon top 1
  18. Luciano Spalletti, Stefan De Vrij et Kwadwo Asamoah ont analysé le match nul des Nerazzurri à InterTv. Luciano Spalletti "Nous aurions dû exhiber un peu plus de qualités en attaque, mais nous avons également perdu des ballons faciles qui nous coûtent en énergie. Il nous a manqué quelque chose dans la gestion, nous ne parvenions pas à donner suite aux ballons récupérés et Sassuolo pouvait se réorganiser sur sa ligne défensive. Il s’agit forcément d’erreurs découlant d’une précipitation, peut-être qu’avec une qualité attendue, cela ne se serait pas produit. Nous avions dû à chaque fois verticaliser le jeu, alors que nous aurions dû faire circuler plus le ballon." C’est le premier nul avec Sassuolo, place au Torino à présent… "Nous devrons aller, comme toujours, à Turin pour faire notre jeu et mettre en évidence notre potentiel. Nous devrons nous mettre en condition pour tenter de remporter le match face à un client qui aujourd’hui a énormément incommodé et réalisé une belle prestation à Rome. On ne pourra pas faire autrement." Comment avez-vous vécu ce Meazza envahi par les enfants ? "C’était très bien, très beau, divertissant et cela m’a diverti. Il était facile d’entendre leur cris qui sont ceux de personnes qui veulent juste s’amuser sans chercher autre chose. C’était un stade plein d’amour pour le football." Exagérons-nous lorsque nous disons qu’un tel match, il y a un an, vous l’auriez perdu ? "Oui, ce que vous dites est assez dur. J’ai dit à l’équipe qu’elle a bien travaillé mais qu’il est encore utile de grandir. Les attentes sont très élevées, dès lors tout autre résultat qu’une victoire devient une contre-performance." Stefan De Vrij "Le but nous a manqué, nous l’avons cherché, mais nous ne sommes pas parvenus à concrétiser. Nous avons aussi dû faire face à plusieurs tentatives de Sassuolo qui est une bonne équipe. Handanovic est le plus méritant car il nous a sauvé une paire de fois. Nous avons fait un bon match, mais il nous a manqué de la hargne devant le but. A chaque fois que nous perdions un ballon banal, Sassuolo partait vite en contre. On aurait dû faire mieux." Le Torino ? "C’est une rencontre importante pour renouer avec la victoire, c’est ce que nous voulons. C’est aussi une bonne équipe, nous devrons bien nous y préparer." Le Meazza avec les enfants ? "C’était beau, l’ambiance était totalement différente et ils se sont fait entendre." Kwadwo Asamoah "Il nous a manqué la dernière passe pour aller au but. Nous avons connu tant de ratés. Spalletti nous demandé de rester calme, mais nous étions trop pressés, c’est ce qui nous a fait perdre trop de ballon. Nous devons travailler sous cet aspect : Lorsque tu ne marques pas de but, il y a ce moment où tu dois avoir la possession afin ensuite d’attaquer de la meilleure des façons." La campagne de sensibilisation sur la discrimination ? "Nous sommes des frères du monde, nous devons combattre le racisme, nous ne le sommes pas." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Stefan De Vrij s’est livré dans une interview à Match Programme disponible sur les canaux officiels de l’Inter. "Arriver au Meazza en tant qu’adversaire était comme un épisode de la série Westworld, vraiment. Il neigeait et je suis arrivé devant ce stade impressionnant, riche d’histoire, une arène qui semblait être d’un autre temps. Avant j’en avais peur, à présent en tant qu’interiste j’en ressens des émotions folles." "Je suis fier d’avoir le privilège de jouer pour ses couleurs. Je ressens le soutien continu des tifosi, mon objectif est simple : Honorer le maillot et je sais ce que je dois faire ici, c’est le meilleur endroit pour jouer au football." Ses débuts "Je jouais défensif au milieu, puis d'avantage en milieu de terrain et enfin sur l’aile droite et je dois dire que c’est à ce poste-là que j’étais le plus fort à Feyernoord. Je les ai convaincu de me replacer au centre." Mon premier but ? "Je m’en souviens bien, c’était toujours aux Pays-Bas, toujours avec Feyenoord, et c’était à l’occasion du dernier match de Roy Makaay qui m’avait délivré l’assit." Ses passions "Je tente de répondre aux tifosi sur les réseaux sociaux, à interagir avec eux...J’aime me livrer un peu sans exagérations. Ils sont tellement à m’écrire et cela me fait vraiment plaisir. J’aime lire lors de mon temps libre." Mon dernier livre ? "C’est un essai d’Anthony Robbins sur le Life Coach. Mon film préféré c'est "Les Evadés" et j’adore la série "Westworld". La raison est simple : Il y a une trame qui te fait réfléchir en continu" Le ping-pong ? "J’y joue et je suis le second plus fort de l’équipe derrière Brozovic, il est incroyable, il est toujours bon peu importe le sport." Le Saviez-vous ? Anthony Robbins est le maître incontesté du leadership, il a coaché les plus grandes fortunes du monde, dont Bill Clinton, en quête d’une puissante force mentale. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Parmi les protagonistes de la nouvelle Inter de Spalletti, on y retrouve l’ancien défenseur de la Lazio, Stefan De Vrij. Étant donné son expérience, il est devenu très rapidement un élément sûr de la défense Nerazzurra. Interviewé par le Corriere Dello Sport, l’international néerlandais s’est livré sur les objectifs du club, la Champion’s, sa vie à l’Inter et…un certain match qui s'est déroulé à l’Olimpico avec la Lazio. De Vrij, êtes-vous déçu de ce début de championnat interiste ? "C’est évident que je ne suis pas satisfait des résultats, car nous avons déjà perdu 5 points en trois matchs, mais nous sommes sur la bonne route à présent. Nous avons vu une bonne Inter lors du dernier match, nous devons continuer de la sorte." Quel est l’objectif de la saison ? "Être dans les 4 premiers et confirmer en Ligue des Champions." Beaucoup considèrent l’Inter comme l’Anti-Juve, êtes-vous d’accord ? "Je ne lis pas énormément les journaux italiens, je n’écoute pas non plus les programmes télévisés. J’ai appris à ne pas être conditionné et à me concentrer uniquement sur le terrain. C’est mieux de penser match après match, que de devoir penser que nous sommes l’Anti-Juve, cela peut devenir une obsession à force d’en parler." Totti a déclaré que la Juve fera un championnat à part… Pensez-vous comme lui ? "Si nous analysons son noyau, la Juve est celle qui dispose de plus de qualité, mais dans le Calcio, tout peut arriver, la saison est longue." Quand vous avez appris que les Bianconeri allaient recruter Cristiano Ronaldo, y avez-vous cru ou pensiez-vous que c’était impossible ? "Je le confesse, au début, je n’avais pas cru à son arrivée en Italie, mais lorsqu’on a continué à en parler… Son arrivée a été très positive pour la Serie A et le football en Italie, cela s’est répercuté à tous les points de vue." Pensez-vous déjà à votre première confrontation face à lui ? "Je l’ai déjà rencontré avec les Pays—Bas, lors d’un amical face au Portugal, peu avant le Mondial 2014. Nous avions fait match nul et lui avait marqué en fin de match, mais sur un corner." Quel est pour vous, l’attaquant le plus fort que vous avez rencontré durant votre carrière ? "Mbappé". Que pensez-vous de Spalletti, lui que vous affrontiez lors des Derbys romains ? "C’est quelqu’un de bon tactiquement, mon ami Strootman m’avait parlé de lui en bien." Et que pensez-vous de lui après deux mois de travail ensemble ? "C’est un entraîneur très positif et très clair : Il sait ce qu’il veut et comment l’obtenir sur le terrain. Il nous fait comprendre comment nous devons jouer et nous nous entraînons durement, c’est aussi une très bonne personne." Ce n’est pas le sergent de fer comme on peut le voir de l’extérieur ? "Non, il fait peur dans ses déclarations, mais jamais sur le terrain. Il n’est pas fou, mais il travaille énormément." Comment Spalletti vous a-t ’il convaincu de rejoindre l’Inter ? "Quand nous avons discuté ensemble et avec l’Inter, j’ai immédiatement compris qu’il voulait très fortement me recruter, pour moi c’était fondamental de me sentir si important." Spalletti dit de vous : De Vrij a la capacité de rendre des ballons jouables dès sa première passe, il est capable de faire la différence. C’est un beau compliment non ? "Oui, c’est très beau. En Italie, j’ai appris à marquer l’Homme, mais je reste toujours un défenseur néerlandais et quand je joue pour mon pays, je participe aussi aux phases techniques de la construction d’une action, c’est pour cette raison que j’ai appris à construire de l’arrière." Aimez-vous la comparaison que les tifosi font entre vous et Walter Samuel ? "Nous avons chacun nos caractéristiques, mais c’est une belle comparaison car Samuel a tout remporté avec l’Inter, il était extrêmement fort." En parlant de caractéristiques, qu’est-ce qui vous a le plus marqué lors de votre rencontre avec Skriniar, Miranda et Ranocchia ? "Skriniar est très fort dans les duels, idem pour Miranda qui est un maître dans l’art de l’anticipation. Ranocchia est bon tactiquement, c’est un joueur et une personne que j’affectionne beaucoup, lorsque je suis arrivé, il ne m’a pas considéré comme un rival, il m’a aidé à comprendre ce que voulait tactiquement notre entraîneur." Vous avez reçu un cadeau de Politano, sur son coup-franc face au Torino.... "Il devait me servir moi…il sourit. J’ai marqué de la tête, et je lui ai offert une assit qui sera comptabilisée dans ses statistiques." Que vous a dit Sneijder avant que vous signiez à l’Inter ? "Nous en avions déjà parlé dans le courant de l’année dernière, lorsque l’on faisait état de mon transfert à Milan. Un jour en équipe nationale, je lui ai demandé son avis et il m’a parlé en bien de l’Inter, en tant que Club... Il m’a dit qu’en plus on vivait bien à Milan et qu’il s’était bien senti dans la ville. Wesley est lié à l’Inter car il y a vécu ses plus beaux moments de sa carrière, je dirais qu’il m’a convaincu. Je le lui ai encore répété, la semaine dernière, lors qu’il faisait ses adieux en équipe nationale." Quel souvenir conserverez-vous de vos années passées à la Lazio ? "C’était une très belle expérience pour moi, j’y ai énormément grandi et j’ai encore de nombreux amis à Rome. Je m’y suis bien intégré et j’ai remporté la Super Coupe d’Italie, j’ai des souvenirs indélébiles de certaines nuits fantastiques passées à l’Olimpico et dans d’autres matchs." Y-en-a-t’ il un qui sort du lot ? "Les Derbys gagné son inoubliables, mais aussi la Super Coupe remportée face à la Juve ou notre dernier match en 2014-2015 sur le terrain du Napoli, cette victoire nous avais donné accès au tour préliminaire de la Ligue des Champions." Quel était votre rapport avec Simone Inzaghi ? "Optimal car c’est quelqu’un de doué, en tant qu’entraîneur, il m’a séduit. Parmi toutes ses qualités, il sait comment gérer un groupe, créer l'un pour l’autre. Il est sérieux sur le travail que nous réalisons sur le terrain, mais il a aussi tenu des déclarations sympathiques…" Avant de signer à l’Inter, un quotidien néerlandais avait déclaré au sujet de Lazio-Inter qui s’était terminé sur le score de 2-3 : Ce que nous pouvons dire de ce genre de personne, c’est qu’il a tout donné lors de ce match… Pourtant, en Italie, on n’y a pas cru… "C’est ainsi. On me connaissait à la Lazio et s’ils m’ont fait jouer, c’est qu’il avait confiance en moi. Aucun d’entre eux ne s’est exprimé sur la faute que j’ai commise et qui a provoqué le penalty sur Icardi. On peut commettre des erreurs dans le football, surtout vu la situation où nous étions en seconde période, j’étais très proche de mon but et j’ai dû faire face à un certain Icardi…" "Ce n’était pas un match facile, je voulais faire une belle prestation et prouver ma valeur lors de cet ultime rencontre avec la Lazio…ensuite il y a eu cette action…" Ce Penalty dont vous êtes le fautif… "J’ai cherché à reprendre le ballon qu’Eder avait servi dans la surface, ensuite j’ai vu qu’Icardi n’était pas signalé hors-jeu et qu’il était à deux pas de conclure, j’ai donc tenté de l’en empêcher et d’intercepter le ballon et cela s’est déroulé de la sorte (il mime la scène). Si j’avais repris le ballon, tout le monde aurait dit que j’avais été l’auteur d’une très grande intervention, mais à la place…." Est-ce que cela vous console, si je vous dit que cette faute de pénalty, vous a fait aimer du public interiste ? "Certains tifosi me l’ont dit, mais j’ai tout donné pour la Lazio ce soir-là, comme un vrai professionnel. Je n’ai jamais penser à favoriser l’Inter lors de ce dernier match. Lors de mes trois derniers matchs avec la Lazio, j’ai inscrit un but et sauvé un ballon sur la ligne face à Crotone." En Ligue des Champions, vous êtes le seul à avoir disputé les phases de qualifications et des play-off, mais pas encore la phase de groupe. Comment imaginez-vous vos début ? "J’espère que ce sera une belle expérience. J’ai déjà entendu l’hymne de la Champion’s en qualification et cela m’avait donné des frissons figurez-vous…" Comment marquer Kane ? C"’est l’un des attaquants les plus forts du monde, ce sera donc dur. Ce sera difficile pour moi, mais aussi pour lui…il sourit" Avez-vous déjà pensé à votre double confrontation face à Messi ? "En Coupe du Monde, au Brésil, je l’avais affronté en demi-finale. Mais c’est l’Argentine qui s’était qualifié aux tirs au buts après le 0-0." Que pensez-vous de ce groupe avec l’Inter qui fera face au Barça, à Tottenham et au Psv? "Il est bien beau. Mais je pense qu’aucune équipe, parmi tous les pots, ne souhaitait tomer sur l’Inter. Ce serait magnifique de passer ce tour." Après avoir remporté la Super Coupe d’Italie avec la Lazio, n’est-ce pas le bon moment pour remplir votre vitrine de quelques trophées ? "Ce serait beau. Je veux y parvenir avec l’Inter...." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. L'opération qui a amené De Vrij à l'Inter a été définie par beaucoup comme un chef d'oeuvre. L'ex de la Lazio est arrivé gratuitement avec des statistiques qui le placent comme l'un des meilleurs défenseurs disponibles sur le mercato. Dans sa panoplie de défenseur il possède des atouts très importants, de l' intelligence tactique au sens du positionnement en passant par sa faculté à être dangereux sur coups de pieds arrêtés. La saison passée, il finit meilleur buteur parmi les défenseurs avec sur le podium Koulibaly et son coéquipier Skriniar. Il n'est donc pas difficile de comprendre pourquoi Spalletti l'a voulu dans son effectif. Le néerlandais s'adapte à son nouveau club et l'Inter a absolument besoin de ses qualités. De plus, bénéficier des services d'un défenseur buteur pourrait se révéler très utile comme le souligne Inter TV : "Son profil offensif n'est plus à présenter et les statistiques que vante Stefan De Vrij mettent en évidence ses qualités dans ce domaine. Le superbe but marqué contre le Torino est son premier sous les couleurs de l'Inter, un premier but qui aurait d'ailleurs pu arriver une semaine plus tôt contre Sassuolo. Sa contribution de 6 buts et une passe décisive de la saison passée est exceptionnelle si on considère le poste qu'il occupe. Un véritable atout dans le jeu offensif, spécialement sur coups de pieds arrêtés. Physique, sens du placement et qualité de relance font déjà de lui l'un des meilleurs défenseurs du panorama européen. Ajoutons à cela les buts qu'il marque en étant défenseur et on a tout de suite un tableau encore plus beau. Il a toutes les cartes en main pour devenir un pilier de l'Inter. Son impact, pour l'instant, est dévastateur non seulement à cause du but contre le Torino mais aussi de la manière dont il s'est fondu dans l'effectif de l'Inter. Sa présence renforce un secteur qui peut déjà compter sur Skriniar, Miranda, Ranocchia et en l'occurrence D'Ambrosio. Sa contribution offensive fera énormément de bien à une équipe qui aspire à faire de grandes choses dans les trois compétitions". Samus - Internazionale.fr
  22. Stefan De Vrij s'est livré à la Gazzetta Dello Sport, au terme du match qui a opposé l'Inter à Sheffield United. Stefan, sous quel dispositif tactique préférez-vous jouer ? Avec la Lazio, la saison dernière, j'ai joué à trois défenseurs, mais jusque là, j'étais presque toujours dans une défense à quatre. Avec les Pays-Bas nous sommes passé d'une défense à quatre à une défense à trois. Jusqu'à présent, je n'ai pas trouvé difficile de m'y'adapter. L'important reste de savoir comment travailler, de façon individuelle, sur la ligne défensive : Si les choses sont claires, alors, cela ne change pour moi." Comment avez-vous ressenti cet impact de rejoindre le monde interiste et de travailler avec Spalletti ? "Ici, à l'Inter, vous travaillez dur, mes équipiers et les tifosi m'ont très bien accueilli. Nous avons affronté quatre équipes et toutes ont joué différemment. Nous nous préparons donc pour la saison." Ce que je pense de nous? "J'ai vu de bonnes choses et d'autres qui doivent encore être améliorées." Est-ce que votre objectif est le Scudetto? "Nous verrons match après match jusqu'où nous pourrons aller. Nous voulons combler le fossé avec les autres équipes qui visent le titre : La Juventus, Naples, Rome. C'est l'objectif d'un club ambitieux. Nous devons travailler dur et essayer de nous améliorer." La Juventus a Ronaldo, en plus... "Le football italien en tirera des avantages, la Serie A sera plus intéressante à suivre aussi de l'étranger." Si la Juve est imbattable ? "Patientez avant de le dire.... Je suis heureux d'être à l'Inter et je pense avoir fait un pas en avant dans ma carrière." D'ici-là, il y aura les débuts de la Ligue des Champions... "Je n'en peux plus d'attendre. C'est sympa de pouvoir se comparer aux meilleures équipes d'Europe. L'Inter est un club avec une telle ambition, il se doit de rester dans cette compétition." L'année passée, tellement d'équipes de grands calibres vous ont courtisé, pourquoi avez-vous choisi de signer à l'Inter ? "Parce que j'ai ressenti la confiance de la Direction Nerazzurra immédiatement. Ils m'ont présenté un programme ambitieux, exactement comme je le suis. C'était facile pour moi de prendre ma décision." Maintenant, vous jouez aux côtés de Skriniar. Quel est le coéquipier qui vous a impressionné le plus, en ce début de saison ? "Milan est un joueur très fort et c'est une très bonne personne, pour moi c'est toujours agréable d'être entouré de joueurs comme ça." Lautaro est-il difficile à marquer à l'entrainement ? "Il est vraiment fort, il le démontre tout le temps, il fait les bons mouvements. Lautaro est encore très jeune, mais on peut voir qu'il déborde tellement de qualité." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Troisième journée de stage et deuxième conférence de presse de présentation. Après Asamoah, c'est au tour de Stefan De Vrij, arrivé de la Lazio. Tout comme Asamoah, Stefan s'est livré sur Facebook Mon idole petit ? "Je n'ai jamais eu d'idole, j'ai suivi le football mais je n'en avais pas. De même, pour moi la défense 3 ou 4 est la même, tout dépend du concept et de la façon dont cela devra être géré." Mon accueil ? "Cela s'est très bien passé, très très bien même, je me sens à l'aise. J'ai choisi l'Inter pour la confiance que le club a placé en moi, c’est une grande satisfaction." Les couleurs du maillot ? "J'aime le Nerazzurro, tout le monde me dit qu'il en jette beaucoup." Physiquement ? "Au début, c'est normal de travailler dur pour retrouver le rythme." Mon objectif ? "Jouer le plus souvent possible avec ce maillot, faire de belles prestations et gagner." Ma vidéo de présentation ? "Je ne suis pas un bon acteur mais elle s'est bien passée." Stefan se présente ensuite en salle de conférence de presse L'arrivée de Cristiano Ronaldo ? "C'est une bonne nouvelle pour le Calcio, j'en suis content, mais je suis concentré sur mon équipe où je viens à peine de commencer. Nous sommes motivés, j'ai envie de prouver ma valeur, il y a tellement d'ambitions que nous voulons continuer à grandir." Pourquoi avoir choisi l'Inter ? "J'ai choisi l'Inter pour la confiance que le club m'a accordé, personne ne me voulait autant. Je crois en ce projet et aux ambitions que nous avons tous les deux. Je suis très heureux et convaincu d'avoir fait le bon choix. Le numéro 6 a toujours été un numéro que j'aime." La défense ? "J'ai déjà joué avec les modulos à 3 et à 4, je me sens bien dans les deux situations, tout dépendra de l'entraîneur." Lazio-Inter ? "J'étais très déçu lors du dernier match et tous ceux qui me connaissent, et avec qui j'ai travaillé, n'ont eu aucun doute sur la façon dont j'ai joué. Nous nous sommes dit au revoir et ils m'ont souhaité bonne chance. J'ai d'ailleurs déclaré que je n'allais pas renouveler mon contrat. Je ne souviens plus quand exactement, mais c'était deux à trois semaines avant le dernier match. J'essaie d'être un exemple avec ce que je fais, je suis positif et souriant et j'essaie d'aider mes coéquipiers là où je peux." L'équipier qui m'impressionne le plus ? "Il n'y a pas de joueur en particulier, j'aime être ici en stage pour apprendre à les connaitre, c'est fondamental pour faire de bonnes choses en équipe." Spalletti ? "Nous nous sommes parlé et comme je l'ai déjà dit, personne ne voulait de moi comme l'Inter et je les remercie pour la confiance qu'ils ont mis en moi. Je crois au projet, l'Inter veut grandir et l'équipe s'active bien, nous sommes ambitieux et nous voulons réaliser de belles prestations, dans chacune de nos compétitions où nous sommes engagés." Si je rejouerais Lazio-Inter ? "Maintenant, c'est passé, cela ne sert à rien de regarder derrière. Je peux me regarder dans un miroir et je sais que j'ai donné tout ce que je pouvais jusqu’à la dernière minute." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Quel duo se profile au Meazza ! Milan Skriniar, Stefan De Vrij, ensemble en défense centrale. Même si les postes seront encore à définir clairement pour Spalletti vu la présence de Miranda et le fait que l’Inter a terminé dans les meilleurs défense. De Vrij a du mental "En effet, depuis la confirmation du dépôt de son contrat à la Lega, par l’Inter, c’est un euphémisme de dire que le mois de mai de De Vrij a été très compliqué. De plus lors de la confrontation directe, il a été l’homme du match à la suite de sa faute qui a permis à Mauro Icardi d’obtenir un penalty et de permettre à l’Inter d’égaliser, avant de voir la Lazio complètement imploser dans les minutes suivantes." "Mais ce qui est évident, c’est que l’international néerlandais né en 1992 est arrivé à l’Inter gratuitement, vu la qualité du joueur, de sa jeunesse et de son expérience en Serie A, il semble incontestable qu’il s’agit de la meilleure recrue actuelle de l’Inter. Son salaire s’élèvera à 4M€, ce qui prouve que l’Inter a retrouvé ses ambitions et cette folle fin de championnat a permis au Club de réaliser une transaction dévastatrice, en ce sens où l’Inter a pris le meilleur sur les clubs les plus riches d’Europe, sur ceux qui ont la certitude d’être toujours présent en Ligue des Champions." "Pourtant, avec autant de courtisant, Stefan a confiance par-dessus tout dans le projet de l’Inter et il avait déjà fait son choix avant même que le club se qualifie en Ligue des Champions. Ce choix pourrait sembler fou pour un joueur qui avait l’embarras du choix" Spalletti voulait un défenseur central de qualité, il est servi "L’arrivée de De Vrij, renforce le secteur central défensif de l’Inter, qui malgré le manque de joueurs à ce poste, à bien répondu sur l’ensemble de la saison. Outre Luciano Spalletti, cette réussite provient également de Giuseppe Martusciello et du reste du staff qui a réalisé un travail de fond depuis juillet 2017. L’Inter a été élue en cette fin de saison, la troisième meilleure défense du championnat, mais le mérite en revient surtout à l’explosion de Milan Skriniar et au travail positif et expérimenté de Joao Miranda en défense, les deux compères se sont bien trouvés." "Le talon d’Achille de l’Inter était l’absence d’un quatrième défenseur central, ce qui lui aura couté très certainement deux points à Florence, l’arrivée de Lisandro Lopez était censé remédier à la situation. De plus, Andrea Ranocchia, lorsqu’il était appelé, a toujours bien répondu en faisant preuve d’une grande efficacité et de professionnalisme, il a d’ailleurs inscrit deux buts cette saison et son apport à l’Olimpico n’était pas négligeable. Il ne faut pas oublier qu’il a également disputer certains matchs en étant blessé pour le bien de l’Inter… Il peut être décrié certes, mais personne ne peut remettre en doute son amour pour l’Inter." "La saison prochaine De Vrij arrivera et il est déjà considéré comme un titulaire indiscutable qui sera aligné aux côté de Skriniar, ce sera le duo qui composera notre défense central, même si Milan est courtisé par les plus grands, ce dernier a fait part de son amour pour l’Inter. De plus, nos deux défenseurs centraux disposent d’un atout remarquable, car ensemble, ils sont capable d’inscrire une dizaine de buts." "Celui qui va faire les frais de l’arrivée de De Vrij sera, sans aucun doute, Joao Miranda, Capitaine titulaire du Brésil, qui même s’il verra son contrat prochainement prolongé à la demande de Spalletti, est plus en fin de carrière qu’au début de cette dernière. Sur le banc, on retrouvera également Andrea Ranocchia qui a prouvé, une nouvelle fois, qu’il avait "encore" l’Inter dans la peau. Il a répondu présent aux demandes insistantes de Spalletti. Il a su convaincre son entraineur, qui souhaitait pourtant disposer d’un autre défenseur central fiable en juillet." "Ranocchia est parfaitement bon pour prêter main forte à l’Inter et il s’est montré à son avantage durant les 10 mois qui se sont écoulés. D’ailleurs Spalletti s’est livré à son sujet : "Pendant toute la période où je serai à l’Inter, je veux qu’il reste ici, car il a un mental très fort et c’est la conscience du vestiaire." Certes, Ranocchia ne pourra pas prétendre à un poste de titulaire, mais avec les rencontres de Ligue des Champions, il pourrait trouver toutefois un certain temps de jeu." Il ne faut pas oublier également que la jeunesse est en cours de formation Et elle sera prête, pour le futur, à prendre le pouvoir avec Zinho Vanheusden, Alessandro Bastoni. De plus Piero Ausilio serait également disposé à recruter un joueur qu’il suit depuis quelques temps, Filip Benkovic, né en 1997 et qui évolue au Dinamo Zagreb. Ce géant croate semble être enfin prêt à tenter l’expérience italienne. Du côté du Dinamo, le club a besoin de remplir ses caisses et son prix pourrait osciller à 15M€. Une somme correcte si l’on se base sur le cas Bastoni et aux 10M€ d’investis pour le joueur italien C’est un fait, avec De Vrij, Skriniar, Miranda et Ranocchia, Spalletti ne pourra plus se plaindre, au niveau de sa défense centrale. L’arrivée d’Asamoah en latéral gauche et la présence de D’Ambrosio en latéral droit, en attente de l’ouverture du Mercato et de la tentative de l’Inter de recruter Joao Cancelo, peuvent permettre à l’Inter de disposer, à présent d’une défense, qui a du coffre. Qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Interviewé par RMC Sport, Arturo Diaconale, porte-parole du Club a tenu a s’exprimer sur l’implication de Stefan De Vrij, lors de la confrontation directe opposant l’Inter à la Lazio. "La veille du match, le joueur était dans une condition psychologique difficile. Nous avons parlé et il nous a semblé juste de le faire jouer, cela vaut aussi comme un signe de reconnaissance. Le comportement de l’Inter, d’officialiser le transfert du joueur, avant la rencontre n’était pas un comportement courtois." "Nous sommes déçu d’avoir manqué la qualification à la Ligue des Champions, mais il nous reste la sensation que tout le monde a fait de son mieux. La Lazio n’a pas eu de chance, car elle a été victime d’erreurs arbitrales…." Et Taré en remet une couche "A présent, c’est un chapitre clos, nous allons regarder devant nous. De Vrij a réalisé trois importantes saison à la Lazio et vice-versa. Sur la rencontre Lazio-Inter, seul le résultat compte, pas les polémiques. Pour un joueur, l’important est de terminer, avec Honneur, son parcours. " Cela apprendra la Lazio de nous l’avoir mis à l’envers en mai 2002, alors que le club n’avait plus rien à espérer cette saison-là. Retour à l’envoyeur. Et pour se remémorer ce mois de mai 2018: La Presse Les Tifosi Tramontana ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...