Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'tottenham'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Évènements de Inter Club Paris

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

16 résultats trouvés

  1. "L’Inter était à un pas des huitièmes, à présent elle se retrouve proche de l’élimination, même s’il est vrai que la qualification dépendra du résultat du match face au Psv conjugué avec le match de Tottenham au Nou Camp." "Le but pris à Milan permet à Tottenham de se qualifier en cas d’égalité au classement grâce aux confrontations directes. Barcelone, déjà qualifié a joué le jeu en s’imposant en terre hollandaise, mais ils ont joué en survolant le match, en première mi-temps, les catalans ont pris le risque, à plusieurs reprises, d’être mené au score." "Reste à présent à voir quel attachement l’équipe de Valverde aura pour ce dernier match. Il n’y a pas de raison de croire que les Catalans aligneront le meilleur onze. De son côté l’Inter a perdu sur une action individuelle, mais elle n’a pas mal jouée. Elle a réalisé un match honnête et elle aurait même pu terminer avec une égalisation qui aurait été saluée." "La rage suite à une défaite sanguine change en revanche tous tes projets, la perception d’une saison, une situation vu à plus d’une reprise ces dernières années par les tifos, alors que l’équipe aurait dû mieux s’exprimer. Ce soir par contre, les limites étaient clair, facilement reconnaissance afin de pouvoir préparer au mieux la prochaine saison : Cette saison est une saison de consolidation où plusieurs joueurs doivent faire parler leurs expériences." "Pour ambitionner plus, il faudra attendre la saison 2019/2020. J’aurai tenu ce même discours, même en cas de qualification de l’Inter à Wembley. Tottenham a mieux joué, mais on ne peut pas dire qu’il a été nettement supérieur à l’Inter. En première mi-temps, Kane qui avait su se débarrasser de Brozovic et D’Ambrosio avait dû faire face à l’opposition d’Handanovic." "A la 12’, il remet le couvert en servant Dele Alli qui ne cadre pas. Brozo aurait même mérité un avertissement en ayant joué l’homme, mais Cakir l’a gracié. A la demi-heure, Icardi bien servi de la tête par Perisic aurait pu marquer s’il n’avait pas été arrêté fautivement par Alderweireld immédiatement averti." "Dès ce moment-là, l’Inter a perdu son centre de gravité et les Spurs sont devenus plus dangereux, avec au final une belle barre de Winks suite à un forcing important imposée par l’équipe anglaise. Nainggolan était évidemment en difficulté, une fatigue musculaire qui a forcé Spalletti a le remplacer en fin de première période par Borja Valero." "A ce stade l’Inter se rebiffe et joue long à la reprise, en étant plus compact dans le match, cela avait mis en difficulté les londoniens. L’entrée de Borja aura été marquante car il aura permis à l’équipe de jouer plus rapidement en possession de balle et en conséquence, d’être moins prévisible à la manœuvre. En très peu de minute, il est devenu l’Homme du match sur le terrain." "Cette rencontre s’est jouée sur le fil, car à la 70’ la tête de Vertonghen aurait pu connaitre un meilleur soir, les changements de Pochettino auront été décisif, avec Son et Eriksen. C’est justement le danois qui aura fait le plus mal à l’Inter en profitant d’une percée de Sissoko et d’un relâchement coupable des interistes qui n’ont pas su canaliser sa vitesse. Le français servait Alli qui n’avait plus qu’à libérer l’auteur du but." "Le but encaissé, on retrouve rapidement l’Inter dans la surface adverse et elle aura même l’occasion à deux reprises de croire au partage des points, mais cette fois-ci, pas de miracle en fin de match." "Il n’y a pas de procès à faire contre l’Inter, Tottenham est plus expérimenté en Ligue des Champions, les joueurs sont techniquement plus fort et le noyau est plus important que celui de Spalletti. De plus les Nerazzurri de Spalletti n’étaient pas complexé par ces manquements malgré un groupe disputé." "Il faut le reconnaître, l’Inter a perdu par manque d’expérience, on peut en vouloir à qui l’on veut, en vouloir comme toujours à l’entraîneur ou à vos avis référencés négativement, mais pour une partie de ce niveau, il faut reconnaître que l’Inter n’est pas encore mentalement à la hauteur, la mémoire collective à fait défaut ce soir, comme cela fut le cas à Barcelone." "Reste à présent la crainte d’une qualification considérée comme déjà acquise et qui à présent dépendra du sérieux du Fc Barcelone. Mais ce n’est pas une nouveauté, pour l’Inter, de jouer avec une oreille attentive à un autre match." "Une défaite amer, dure, mais elle est encore insuffisante pour que l’on puisse y a faire un solide procès." "Amala." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Un but marqué à dix minutes de la fin, un but qui laisse un goût amer en bouche pour l’Inter, qui jusqu’au but inscrit par Christian Eriksen, était l’auteur d’une partie optimale sur le plan tactique. Avec cette victoire sur le fil, le Tottenham de Mauricio Pochettino rejoint l’Inter avec 7 unités au classement. Toutefois, suite au but inscrit au Meazza par Tottenham, si le classement était figé après 5 journées, c'est bel et bien les Spurs qui se retrouvaient en huitième de finale. Fino alla Fine A présent ce sésame sera offert après l’ultime et dernière journée de la phase de groupe, une phase de groupe qui verra l’Inter recevoir le Psv déjà éliminé et Tottenham se rendre au Nou Camp pour y défier le Fc Barcelone déjà qualifié. Le duel proposé par les entraîneurs aura tourné à l’avantage de l’argentin, qui a retenu les leçons du match aller en y modifiant sa stratégie. Le changement gagnant sera celui de l’entrée en jeu d’Eriksen, qui entré dix minutes auparavant, inscrira le seul et unique but de la rencontre à la suite d’une percée de Moussa Sissoko. L’Inter de son côté ne pourra que regretter son manque de concrétisation et de grinta, surtout en première période. Ce qu’il faut retenir : Radja Nainggolan a du être remplacé dès la 44ème minute à la suite d’une blessure dont la gravité reste à définir Son remplaçant, Borja Valero était en feu sur le terrain L’Inter peut toujours se qualifier le 11 décembre 2018 : Si l’Inter gagne et que Tottenham ne bat pas le Barça Si l’Inter réalise un match nul, combiné à une défaite de Tottenham en terre espagnole Compter sur le sérieux catalan L'Inter devra espérer que le Fc Barcelone abordera son dernier match avec sérieux, lui qui est actuellement invincible dans son stade. En effet, Tottenham a été balayée par les catalans à Wembley, pour ce match retour, Tottenham n’a qu’une seule option, gagner pour se qualifier et envoyer l’Inter en Europa League, même en cas de victoire interiste. Toutefois les statistiques actuelles prouvent que le Nou Camp n’a plus été conquis depuis le 1 mai 2013, un 0-3 cinglant estampillé Bayern de Munich. Depuis lors, en Coupe d’Europe et plus précisément en Ligue des Champions, le Barça est imbattable depuis plus de 2050 jours. L’Inter devra donc se concentrer et ne pas sortir de son match face au PSV, un match qui aura lieu après le déplacement de l’Inter au Juventus Stadium… Dans ce groupe B annoncé comme le groupe de la mort et en sortant du pot numéro 4, forcer de constater qu’un grand nombre de Tifosi auraient signé pour décider de la qualification lors de cette ultime journée. En cas de victoire de l’Inter sur le Psv, l’Inter aura réalisé le très bon bilan de 10/16, ce qui est extrêmement bien après six années d’absence. Enfin, le Barça aura le luxe de choisir sa victime, celle qui sera éliminée de la compétition : Redoute-t ’il plus de devoir refaire face à l’Inter ou à Tottenham ? Amala ! Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Réactions de Tramontana Tottenham 1-0 Inter Buteur(s) : 80' Eriksen Tottenham: 1 Lloris; 24 Aurier, 4 Alderweireld, 5 Vertonghen, 33 Davies; 8 Winks (86' 15 Dier), 15 Sissoko; 27 Lucas (62' Son), 20 Alli, 11 Lamela (70' 23 Eriksen), 10 Kane Sur le banc: 22 Gazzaniga, 3 Rose, 16 Walker-Peters, 18 Llorente Entraîneur: Mauricio Pochettino Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij (82' 23 Miranda) 37 Skriniar, 18 Asamoah; 8 Vecino, 77 Brozovic; 16 Politano (83' 11 Keita), 14 Nainggolan (44' 20 Borja Valero) 44 Perisic; 9 Icardi Sur le banc : 27 Padelli, 10 Lautaro, 13 Ranocchia, 87 Candreva Entraîneur: Luciano Spalletti Arbitre: Cakir Averti(s) : Alderweireld (T), Lamela (T), De Vrij (I), Son (T), Borja Valero (I) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. C'est la conclusion de cette cinquième journée de la Ligue des Champions : En s'imposant face à l'Inter, Tottenham s'est lancé dans une partie cérébrale face aux Interistes. Le vainqueur sera très certainement celui qui saura gérer au mieux ses émotions sur le terrain, face à deux adversaires qui n'auront rien à gagner, ni à perdre.... En effet, Andrea Pirlo a tenu a recadrer l'Inter, le club qui l'a découvert au début de sa carrière : "C'est désolant pour l'Inter car elle avait la possibilité d'en terminer avec la phase de groupe déjà aujourd'hui. Mais elle souffrira jusqu'au bout. L'Inter devra seulement penser à gagner son propre match sans penser à vouloir connaitre le résultat du Nou Camp." "Je ne pense pas que le Barça va laisser le champs libre à Tottenham. L'Inter doit savoir que son match face au Psv ne sera pas facile." Même son de cloche chez les Spurs avec Hugo Lloris qui est également inquiet quant à une éventuelle qualification de son équipe : "Nous aurons besoin de répéter ce résultat obtenu face à l'Inter pour passer ce tour. J'espère que le Psv jouera son match avec passion et envie, en compliquant la vie des Nerazzurri. De notre côté, nous devrons réaliser le match parfait." L'avis des deux principaux intéressés : Mark Van Bommel pour le Psv : "Si nous analysons nos prestations depuis nos débuts en tour préliminaire, j'estime que nous avons fait d'évidents pas en avant. Nous sommes à présent capable de défier des équipes comme Barcelone, l'Inter ou Tottenham. C'est une confirmation que nous travaillons bien. Mais hélas, nous n'avons récolté qu'un seul point et nous sommes éliminés de toutes compétitions européennes." Gerard Piqué pour le Fc Barcelone: "Ce groupe était l'un des plus relevés de ces dernières années et nous avons joué de façon solide en proposant notre meilleur visage lors des matchs. C'est beau à présent de savoir que cette équipe sait parfaitement comment jouer en Ligue des Champions." Le mardi 11 décembre 2018 sera un jour à marquer d'une pierre blanche : 90 minutes riches en émotions sont à prévoir ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Victor Newman

    #Tot-Inter : Réactions d’après-match

    Luciano Spalletti et quelques joueurs ont analysé la défaite de l’Inter en Angleterre : Luciano Spalletti L’Inter aurait pût oser plus, pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ? "Je ne comprends pas à quoi vous faites référence, l’Inter a toujours su répondre sur le terrain forçant Tottenham à jouer depuis l’arrière, cela les a contraints à courir, l’équipe a fait ce qu’elle devait faire. Durant ce match, nous avons très certainement mal joué quelques ballons de trop, il y avait un contexte physique, un contraste, mais cela fait partie de leurs importantes valeurs." "J’ai constaté que nous étions plus en difficulté en première période qu’en seconde, d’ailleurs avant le but, Perisic avait eu sa chance face à Lloris. Nous aurions pu proposer quelque chose de plus et si cela aurait été le cas, cela n’aurait pas paru étrange." "Sur le but, Sissoko semblait s’enfermer après une telle conduite de balle, et vous connaissez la suite, cela a forcé l’Inter à se découvrir sur son aile droite et Tottenham a dès lors pu profiter de sa supériorité numérique." Comment va Naiggolan ? "Il a ressenti un pic de douleurs à sa cheville qui pourrait être due à une fatigue musculaire, car il souffrait durant la rencontre." Quel est l’impact de savoir que vous dépendez du Barça ? "Si nous faisons le job, nous passerons au tour suivant, j’en suit certain car il faut aussi que Tottenham l’emporte pour passer. Mon ressenti est qu’il suffit de s’imposer face au PSV, tout dépendra de nous." Pourquoi l’Inter est-elle un peu en-deçà de ce qu’elle proposait avant en Ligue des Champions ? "C’est une causalité, cela se déroule toujours de la même façon, je répète toujours la même chose depuis le premier jour, il faut analyser les situations. Tu peux commencer à souffrir, mais lorsque tu as tes possibilités, tu dois faire mal à l’adversaire. Ensuite, il y a les faits de match, les difficultés rencontrées, la qualité de joueurs sur le terrain est un paramètre à prendre en compte. Si parfois tu ne parviens pas à profiter d’un ballon, tout deviens plus difficile." "J’estime que nous avons tout de même bien réagis lorsque nous devions ressortir la balle lorsque nous étions dans des situations compliquées, je n’ai pas ressentie de grande différence, peu importe le secteur sur le terrain, et ce, durant toute la rencontre. On nous avaient annoncé une partie extrêmement dure, mais nous sommes parvenu à pratiquer notre jeu, j’ai peu de chose à dire à mes professionnels." Pourquoi êtes-vous si confiant dans le fait de vous qualifier ? "J’ai une ligne directe avec l’entraîneur du Barça…. Je sais que ses champions se disputent le Ballon d’Or, je sais qu’ils jouent pour la gagne, cela fait cinq ans que Barcelone n’a plus perdu à domicile, tout dépendra de nous, de notre victoire sur le PSV. C’est également évident que le résultat du Nou Camp sera important." Matteo Politano Véritable lapin sur le terrain en prenant le meilleur en pointe sur ses adversaires Matteo Politano s’est livré à son tour: "Nous savions que nous allions disputer une rencontre très difficile ce soir, car Tottenham est à son meilleur niveau. Nous avons été bon en première mi-temps dans le fait de les canaliser, puis à la reprise nous avons pris le contrôle du match et finalement ce but inattendu est tombé." "Nous allons monter sur le terrain face au PSV pour l’emporter et nous y parviendrons, ensuite tout dépend du résultat de l’autre match à Barcelone. Nous savions que nous allions vivre une première demi-heure très difficile, ce n’était pas facile de prendre les ailes pour y apporter une supériorité numérique." "En seconde mi-temps, j’ai cherché à mieux y parvenir, nous ressortions bien de la défense pour repartir en contre. Ce but arrive de nulle part, il démarre d’une très belle action de Sissoko, c’est le type de but qui te coupe les jambes, mais nous sommes conscient de notre potentiel et nous reprendrons le travail dès demain, car ce dimanche, une autre partie très importante nous attend en Serie A." Borja Valero en mode Modric à Sky Véritable dynamite sur le terrain, Borja Valero semble retrouver une seconde jeunesse sur les pelouses européenne, voici son ressenti : "C’est une défaite lourde de conséquence, même si nous avons réalisé un bon match en ayant eu nos occasion. Ensuite, le but est tombé, mais les deux équipes ont joué le jeu, la rencontre était ouverte à tout scénario." "Rentrer à la maison avec ce 1-0 en final n’est pas une fierté. Nous devrons penser à gagner notre match face au PSV, car sans ce résultat, nous n’irons nulle part. Ensuite il faudra voir ce qu’il se passera sur l’autre terrain." Joao Miranda Monté au jeu en fin de match pour y remplacer Stefan De Vrij, blessé, le Capitaine du Brésil s’est livré sur la défaite interiste: "Ce n’est pas le résultat que nous espérions. A présent, nous devons penser à la Roma et à la Serie A, ce sera un match très difficile. Je me sens bien, même si je joue qu’une minute ou une partie entière, l’important reste de toujours très bien s’entraîner, nous sommes de grands défenseurs." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Victor Newman

    Preview Tottenham - Inter

    C'est la Finale du Groupe B : L'Inter s'est envolée pour Londres afin d'y affronter Tottenham dans l'un des plus mythique stade du monde : Wembley. Même si la qualité du terrain n'est pas parfaite, tous les ingrédients sont bel et bien présents pour assister à une grande soirée de football. L'enjeu est une qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Au match aller, l'Inter s'est imposée 2-1 au Meazza et dispose à présent de trois points d'avance. Si pour les Nerazzurri un match nul vient à les qualifier, Tottenham devra l'emporter. Ces derniers sont actuellement dans une très grande forme, preuve en est la correction subie par le Chelsea de Sarri. Afin d'éviter de faire des calculs basés sur des confrontations directes, de la différence de buts et du calendrier encore à venir, avec Inter-PSV et Barcelone-Tottenham, les interistes disposeront de 90 minutes de jeu pour revenir avec, au moins, le point de la qualification en poche. Les Nerazzurri devront quoiqu'il arrive tout donner afin de ne pas avoir de regret au retour dans les vestiaires. Tottenham Mauricio Pochettino a déjà annoncé quelques changements comparé au match face à Chelsea. Cela se fera en défense avec Foyth, titulaire face au Blues, mais non repris sur la liste Uefa. A sa place, on retrouvera Vertonghen qui pour des raisons évidentes de santé, ne sera pas au meilleur de sa forme. Hélas pour lui, l'entraîneur des Spurs n'a pas d'autre choix, sauf celui de faire reculer Dier ou de lancer le jeune Walker-Peters. Rose fera aussi son retour, mais il a toutefois réintégré le groupe anglais qu'hier. Davies lui partira titulaire sur l'aile gauche. L'autre rempart touché est l'attaque, avec Lucas Moura ou Lamela à la place de Son. Pour le reste, on devrait voir sur le terrain Eriksen et Alli derrière la ligne d'attaque menée par Kane. Les joueurs indisponibles sont : Trippier, Sanchez, Wanyama, Dembelé et Janssen (ce dernier n'étant pas repris sur la liste Uefa) L'Inter Luciano Spalletti devra se passer des services de Sime Vrsaljko, l'aile droite sera donc confiée à Danilo D'Ambrosio. Skriniar et De Vrij devraient composer la charnière centrale et Asamoah le flanc gauche de la défense Nerazzurra. Miranda de son côté ne peut espérer que remplacer De Vrij, voire être titularisé à sa place. Par rapport au match face à Frosinone, Marcelo Brozovic fera son grand retour sur le terrain, Perisic sera titularisé sur l'aile gauche, Politano sur l'aile droite et Icardi en attaque. Nainggolan devrait également être sur le terrain dès la première minute. Si tel est le cas l'Inter proposera son désormais classique 4-2-3-1, même si ce dernier pourrait être amené à évoluer en fonction du déroulement du match. Les joueurs indisponibles sont: Dalbert (bléssé), Gagliardini et Joao Mario (non repris sur la liste Uefa) Les interistes sous le coup d'une suspension en cas de nouveau carton jaune sont: Skriniar, Brozovic et Perisic. Si ces derniers sont avertis ce soir, ils seront suspendu pour la réception au Meazza du PSV. Probables formations Tottenham (4-3-1-2): Lloris; Aurier, Alderweireld, Vertonghen, Davies; Sissoko, Dier, Eriksen; Alli; Lucas Moura, Kane Banc: Gazzaniga, Walker-Peters, Rose, Winks, Lamela, Son, Llorente Entraîneur: Mauricio Pochettino Suspendu(s): / Indisponible(s): Trippier, Sanchez, Wanyama, Dembelé Inter(4-2-3-1): Handanovic; D'Ambrosio, De Vrij, Skriniar, Asamoah; Vecino, Brozovic; Politano, Nainggolan, Perisic; Icardi Banc: Padelli, Miranda, Ranocchia, Borja Valero, Candreva, Keita Baldé, Lautaro Martinez Entraîneur: Luciano Spalletti Suspendu(s): / Indisponible(s): Vrsaljko Arbitre: Cüneyt Çakır - Turquie Assistant(s): Duran et Ongun Arbitres additionnels: Göçek et Simsek Quatrième arbitre: Eyisoy Here Comes To Pain ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Luciano Spalletti s'est livré en conférence de presse sur la rencontre décisive opposant l'Inter à Tottenham au Wembley Stadium. Deux résultats sur trois sont en faveur des Nerazzurri. Il sera donc important de bien gérer cette rencontre aussi bien tactiquement qu'émotionnellement. Tottenham doit l’emporter mercredi soir, qu’attendez-vous de cette équipe ? "J’ai écouté la conférence de Pochettino, je m’attends à ce qu’il a dit : Ils sont certains de pouvoir disposer des bonnes énergies pour remporter leurs deux derniers matchs, en s’imposant face à chaque adversaires. Je savais que nous allions devoir nous battre face à une équipe plus huppée que nous pour parvenir à nous qualifier. Pochettino est très fort du point de vue technico-tactique, l’équipe a changé de modulo et on retrouve la patte de l’entraîneur." "Il est aussi fort psychologiquement, ce qui est fondamental pour entraîner ce club, je confirme donc comme lui que tout peut arriver, mais aussi son contraire. Dans notre partie du monde, les choses peuvent être présentée comme je les vois, de façon divertissante : Cela faisait tant d’année que nous attendions un match de ce type, je veux dire à nos tifosi que nous sommes tous disposés à tout donner pour faire un résultat." "La qualification est quelque chose d’accessible, mais il faudra suer jusqu’à la dernière seconde : Mon équipe est capable de jouer le résultat face à n’importe quel adversaire, nous n’avons rien à cacher et nous jouerons à visage découvert." Pourrait-il s’agir, ce mercredi, d’un match marquant de l’Histoire Interiste ? "C’est une partie de ce calibre, le type de match que nous devons ambitionner et que nous devons jouer. Et nous ne sommes de toute façon pas sous pression car même si nous venons jouer dans ce monument du football qu’est Wembley, je tiens à dire que nous venons nous du Meazza est que nous sommes habitué à cette clameur, qu’elle soit positive ou négative." "Être sous-pression voudrais dire que nous n’aurions pas les qualités pour jouer dans l’une des équipes les plus fortes de l’Histoire Européenne, comme l’Inter, c’est là qu’il faut réaliser que nous sommes Da Inter. De ce que nous avons connu, excepté certains moments, nous sommes habitués à ce type d’engouement, celui d’affronter les grandes équipes. Et nous voulons continuer à les rencontrer et dans tous les cas, nous voulons nous améliorer." Quelle est la différence entre La Champion’s et la Serie A ? "Elle est d’un niveau différent car les équipes qui se sont qualifiée dispose d’une qualité de premier niveau dans leurs façon d’exprimer leur football. C’est le maximum, ce qui peut faire la différence, c’est que nous attendions de pouvoir disputer cette compétition depuis tant d’années." "Il y a six ans en arrière, cette compétition était vécue de façon différente, ces tournois sont fait de confrontations directes, demain, ce mercredi, ce ne sera pas une rencontre de groupe. Si nous ne ramenons pas des points à la maison nous pourrions ne plus être maître de notre destin. Jusqu’à présent, nous avions réalisé un très bon parcours et nous voulons conserver cette position que nous avons mérité." Comment gérer vous la possibilité d’avoir deux résultats positif sur trois ? "Il faut rester attentif. Nous devons gagner notre qualification, nous n’avons aucun avantage, les joueurs doivent penser de cette façon. Nous allons suer jusqu’à la fin, nous savions que nous allions connaitre cette situation en étant dans le quatrième pot. En ce qui me concerne, si quelqu’un pense fondamentalement à jouer à minima le résultat, il sera dans une mauvaise posture. Nous devons penser que la qualification au tour suivant se jouera sur ce match." Avez-vous été surpris par la façon dont Tottenham a maltraité Chelsea ? "J’ai vu la rencontre et j’ai envoyé des personnes sur place. Selon moi, ce match ne s’est pas passé comme vous le dite, ce n’était pas un mauvais traitement intégral. C’est vrai qu’ils sont très bien rentrés dans la rencontre et que Chelsea n’a pas réussi à faire tourner le ballon, je dirais même qu’ils en ont perdu énormément." "C’est clair que Tottenham était volontaire et convaincu, ils ont bien joué sur les ailes. Ils disposent de la force physique adéquate pour bien jouer au football sur un tel terrain. S’ils parviennent à rééditer cette performance, cela va nous poser des problèmes, selon moi, nous ferons face à un adversaire différent que celui que nous avons connu samedi soir." "Je pense que le plus important sera la façon d’aborder le match de façon concrète, en étant convaincu par nos caractéristiques. Si on laisse Tottenham gérer le match, cela va devenir très difficile." Avez-vous revu la rencontre de la Juve face à Tottenham de mars dernier ? "Beaucoup de temps s’est écoulé, je ne me souviens plus des conditions de l’époque. Je sais qu’actuellement Tottenham est à son meilleur niveau, bien entraîné car Pochettino est un grand entraineur. Tout dépendra toujours de la qualité des constructions des actions de jeu, nous ne devons pas être tenté par le fait de vouloir défendre le résultat que nous avons obtenu à la dernière seconde à la maison." "Cela peut mal tourner, prenez en exemple le résultat de Tottenham contre le PSV : Nous ne devrons pas leurs laisser d’espaces, ni leur offrir la possibilité de faire usage de leurs vitesses. Nous devrons faire notre match, je n’aime pas voir l’Inter attendre dans sa partie de terrain que son adversaire la piétine, je me sens mal en étant sous les coups des adversaires." "Outre le choix des joueurs, il y des rapports au quotidien que nous nous échangeons, sur la façon dont nous devons jouer au football, sur la façon dont nous construisons notre identité. Ensuite c’est évident que lorsque l’adversaire est en possession du ballon, nous devons clairement reculer et défendre. Nous ne pourrons pas être concentré par intermittence, cela pourrait nous faire vaciller…" Asamoah a déclaré que l’équipe avait muri comparé au match aller, dans quel secteur est-ce le cas ? "Je pense que nous avons pris, avant toute chose, confiance en cette réalité, que nous l’avons réalisé et vécu. Nous avons rencontré deux équipes plus fortes, et même au match aller, Tottenham nous avait mis en difficulté en proposant de bonnes choses." "Face à Barcelone, nous avons appris du match aller et cela s’est démontré lors du match retour où nous avions proposé une approche correcte, c’est évident que nous avions joué ce match à visage découvert. Toutes les rencontres donnent des indications, et nos joueurs ont le bon mental pour jouer dans une équipe du niveau de l’Inter." En phase de reconnaissance, vous avez analysé la pelouse : Comment l’avez-vous trouvé ? "Ce n’est pas un très bon terrain pour pratiquer un football de qualité, je pense que le spectacle en sera impacté. Ce terrain sera le même pour les deux équipes, cela se jouera à 11 contre 11, il y aura de l’émotion, de la peur, mais nous n’avons pas le temps d’être effrayé. Lorsque nous devons jouer sur un terrain de ce type, il faut se familiariser avec toutes des indications afin de pouvoir développer notre propre jeu." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Le match de Ligue des Champions entre Tottenham et l'Inter sera diffusé à la Taverne. https://www.facebook.com/events/265271821003460/
  8. Victor Newman

    Tottenham-Inter : L’UEFA critique Wembley

    Le match au sommet de la cinquième journée du Groupe B opposant l’Inter à Tottenham au Wembley Stadium ne sera pas reportée. Toutefois l’UEFA s’est montrée extrêmement critique vis-à-vis de la qualité du terrain anglais : "L’organisation du Football Européen est très déçue de la qualité de l’herbe. Le match entre les Spurs et les Nerazzurri se dispute seulement à quatre semaines d’intervalle de la rencontre de la NFL qui s’est déroulée sur le même terrain. Tottenham est également en attente de pouvoir retrouver son nouveau stade." Est-ce déjà une excuse en cas de Brexit ? Quoiqu’il en soit Mauricio Pochettino s’est livré à La Gazzetta Dello Sport sur la rencontre à venir et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas encore digéré le fait d’avoir été victime de la Pazza Inter, extraits : "Nous devons gagner bien sûr. Nous n’avons pas d’autres alternative si nous voulons parvenir à nous qualifier pour les huitièmes de finale en disputant notre dernier match à Barcelone. Nous ne sommes pas sous pressions, mais nous sommes stimulé par ce devoir de l’emporter, nous sommes confiant : L’Inter est une grande équipe qui est capable de faire des choses importantes, mais nous cherchons à reproduire notre prestation réalisée face à Chelsea. Si nous parvenons à jouer avec la même intensité que samedi dernier, nous pourrons l’emporter et atteindre notre objectif." Kane vs Icardi "Ce sont les meilleurs attaquants d’Europe, mais le football est un sport collectif, il ne se gagne pas via des individualités. De plus, outre Icardi, l’Inter dispose d’attaquants de qualités comme Lautaro et Keita. Cela vaut aussi pour nous avec Dele Alli, Lucas Moura et Lamela, nous sommes bien en attaque. Les deux joueurs auront leurs importance, mais pour gagner, il sera utile de réaliser une prestation d’équipe optimale." Kane & Icardi "Les grands joueurs peuvent coexister. C’est clairement le travail de l’entraîneur, que de parvenir à les rendre compatibles. Ils ont des qualités optimales via des caractéristiques différences. Ils pourraient faire un très beau duo d’attaque." 85’ minute, Giuseppe Meazza, le 18 septembre 2018 "C’est aussi difficile pour moi de comprendre ce qu’il nous est arrivé. Nous étions meilleur que l’Inter durant tout le match, mais nous avons perdu. Je ne peux pas nier que nous avons été marqués, car nous avions réalisé un grand match. Sortir battu du Meazza était une désillusion. Je ne cherche pas d’alibi ni à parler de chance dans le football, mais c’était une question de lucidité : Nous avons perdu notre concentration en fin de match et nous l’avons payé cher, la défaite est pour nous." L’heure de la revanche "J’espère que les supporters nous soutiendrons et que le stade sera plein. Que les 90 000 tifosi nous aiderons à gagner ce match. Nous allons affronter une grande équipe, l’une des plus importantes d’Europe, elle est composée de tant de grands joueurs. Nous avons la possibilité, si nous sommes à l’unissons de faire quelque chose d’important : Gagner." Le rival : Luciano Spalletti "Je le connais très bien, c’est un très grand entraîneur. Toutes ses équipes ont pratiqué un beau football et je m’attends à voir l’Inter venir à Londres pour jouer la gagne. Elle a un jeu très offensif mais aussi équilibré. Demain, nous jouerons tous l’attaque pour la gagne, je ne pense pas que l’Inter va venir ici pour défendre." La Légende Zanetti "Je l’ai toujours dis, j’ai eu la chance de jouer en équipe nationale avec ce champion qu’il est. Javier n’était pas qu’un simple équipier (il rit). C’est un ami cher avec qui j’entretien d’excellent rapports. C’est le Symbole de l’Inter, une personne exceptionnelle, un exemple de tout ce qui est correct. Je sais qu’il a tenu un beau discours à mon attention et j’en profite pour le remercier publiquement." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Victor Newman

    Vaincre le signe indien - Luciano Spalletti

    Comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, l'Inter compte mettre un terme à la série actuellement en cours contre Luciano Spalletti: Sur l'ensemble de sa carrière, à 7 reprises il a joué sur le sol anglais et à 7 reprises, il a goûté à la défaite. 15 buts encaissés contre 2 inscrits... Demain à Wembley, contre Tottenham, l'Inter va tenter d'offrir un cadeau à son entraîneur. Un résultat positif qui pourra adoucir la pilule des défaites subies face à Middlesbrough, Manchester, United, Chelsea, et Liverpool. De Middlesbrough 1-0 Roma de février 2006 au Liverpool 3-1 Zenit de février 2013, tout s'est toujours mal passé pour Luciano Spalletti au Royaume-Uni. Que ce soit en Ligue des Champions, ou en Europe League, toutes les équipes de Spalletti ont été conquises en Angleterre. Sur les 7 défaites, 5 l'ont été sur le score de 1-0, la défaite la plus retentissante restant bien entendu le 7-1 offert par le Manchester United estampillé Sir Alex Ferguson, avec une élimination logique de la Roma, en quarts de Finale de la Champion's League en avril 2007. Face à Boro, la Roma parviendra toutefois à se qualifier pour les quarts de Finale à la suite de sa victoire à l'Olimpico, via un penalty. A l'époque Spalletti s'était exprimé : "Nous avons commis une demi-naïveté en laissant des espaces trop larges." S'en suit une déclaration après la raclée d'Old Trafford: "La plus grande erreur que nous avons commise lorsque le score était de 1-0 était de nous projeter vers l'avant, nous nous sommes exposés à leurs contre-attaques. Nous avons démontré, moi le premier, que nous avions peu d'expérience face à une telle situation." Par la suite, United battra à nouveau la Roma à deux reprises, mais cette fois-ci à chaque fois sur le score de 1-0, le discours a changé : "Nous sommes une bonne équipe, qui a eu ses chances. Nous n'avions rien concédé." Puis face à Chelsea, en 2008-2009 à la suite d’un but de John Terry, malgré une très bonne performance de la Roma sur le terrain: "Nous allons nous souvenir de ce match pendant encore très longtemps, car il nous montre la façon de sortir de notre crise." Sans oublier la défaite face à Anfield Road en 2013 avec un Zenit déjà qualifié et à Arsenal le 24 février 2009 qui remportera ce match sur un pénalty, malgré 7 occasions de buts: "Trop de joueurs ont joué en deçà de leurs niveau. Dans le football, la force et les courses font la différence, la technique seule ne suffit pas. Et l'Angleterre était là pour nous le rappeler." Tel Brock Lesnar face à l'Undertaker à Wrestlemania 30, il est grand temps de mettre fin à ce règne sans partage des clubs anglais et de conquérir le berceau du football anglais : Wembley. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Victor Newman

    L'Edito: "Welcome to Wembley"

    Wembley est plus qu'un simple stade de football. C'est le temple du sport, le précurseur de l'idée d'un stade moderne basé sur les cendres de sa glorieuse histoire. C'est le berceau du football anglais. Suite aux travaux de construction du nouvel White Hart Lane, Tottenham a déménagé à Wembley depuis un an et demi. WELCOME TO THE TEMPLE Pour la première fois de son histoire, l'Inter aura rendez-vous avec Tottenham dans ce mythique stade pour la cinquième journée de la Ligue des Champions. Du 3-6 entre l'Angleterre et la Hongrie jusqu'à la Finale de la Ligue des Champions 2013, Wembley a été le théâtre de très importantes rencontres qui font partie de l'histoire. Beaucoup d'entre-elles sont synonymes de souvenirs agréables pour le Calcio. Les exemples les plus marquants sont les succès obtenus par l'Italie en 1973 sur un but de Fabio Capello et la victoire, il y a un an de la Juventus 1-2 face à Tottenham. Le stade de Wembley a également été le théâtre de la Finale de la Coupe du monde de 1966, où l'une des plus célèbres erreurs d'arbitrage de l'histoire du football a eu lieu : un but fantôme attribué à l'attaquant britannique Geoff Hurst, qui aura remporté l'unique Coupe du Monde pour l'Angleterre. Le temps a passé et au fil des années, les images vidéos ont pris de plus en plus d'importance, même si pour l'instant, la Var n'a pas été introduite en Ligue des Champions. BIG MATCH Dans cette prestigieuse arène, ce mercredi, un combat épique aura lieu entre l'Inter et Tottenham, deux équipes qui ont profondément changé par rapport au 18 septembre dernier, lorsque les Nerazzurri avait finalement triomphé des Spurs au Meazza en toute fin de rencontre. Depuis cette victoire, la Beneamata, mis-à-part le faux-pas de Bergame, a enchaînée les victoires en Serie A et s'est bien comportée sur la scène européenne avec une victoire face au PSV à l'extérieur, une défaite au Nou Camp et un match-nul mérité face au Fc Barcelone au Meazza. L'Inter est devenue plus mature, plus sure d'elle, et surtout, elle a pu compter sur les Héros de l'Olimpico du 20 mai 2018: Mauro Icardi et Matias Vecino. Après six ans d'absence, l'Inter est prête à affronter les britanniques qui, dans le même laps de temps, ont toujours su s'imposer. Mis à part en Ligue des Champions où l'équipe s'est inclinée face à Barcelone et a partagé les points face au PSV, avant de s'imposer sur le fil face aux néerlandais lors de la dernière journée européenne. L'ENNEMI Le jeu pratiqué par Tottenham diffère du style anglais classique adopté par la plupart des équipes militants en Premier League. Au détriment d'un football axé sur le contraste physique et la recherche humaine, Mauricio Pochettino a préféré miser sur le mental de ses joueurs, en prenant soin de sortir correctement le ballon, en adoptant un système fluide, efficace et opportun pendant la phase de construction d'une action. Dans ce 4-3-1-2 Spurs, le joueur crucial du Rombo, de part son physique, est Eric Dier. Accompagné de Moussa Sissoko placé devant la défense et qui a fait d'énormes progressions balle au pied. L'inspiration de Christian Eriksen, habile architecte du milieu de terrain permet au Spurs de verticaliser un jeu en mouvement vers les attaquants. Del Alli occupe le poste de Trequartista, même si c'est un joueur qui alterne le bon et le moins bon, il reste très difficile à arrêter s"il est au sommet de sa condition physique, comme en témoigne le dernier but encaissé par Chelsea. En attaque on retrouve Harry Kane qui n'est jamais réticent à aider l'équipe et Heung-min Son, qui lui conjugue la rapidité et une très belle conduite de balle. Le Duel Le duel que toute la planète foot attend sera celui opposant les deux centres-avant courtisés par Barcelone et le Real Madrid : Harry Kane et Mauro Icardi. L'Ouragan contre le Buteur des Buteurs. Le numéro 10 anglais est dévastateur dans la projection offensive, mais en face, on retrouve l'un des finisseurs les plus impitoyables de la scène du football mondial. Même si le premier a conduit son équipe à une quatrième place lors de la dernière Coupe du Monde, le second a transformé la colère de sa non-convocation chez les Albicelestes de la manière la plus explicite possible pour ses grands débuts en Ligue des Champions : 3 buts en 4 matchs. Statistiques avant Inter-Tottenham du 18 septembre 2018 Véritable leader d'une Inter qui revient en Europe après six ans d'absence, il veut tout faire pour emmener son équipe le plus loin possible. Sur son chemin, il fera face à un Harry Kane, un rival tout aussi combatif. Lors de leurs premiers duels, c'est bel et bien l'argentin qui aura pris le meilleur sur un l'anglais qui sera resté muet au Meazza. Un début imaginé par notre Capitaine qui a déjà convié tous les Tifosi à viser les étoiles. Revoir les étoiles est le slogan de l'Inter. Ce voyage dont le Commandant de bord n'est nul autre que Luciano Spalletti, devra faire face à son plus grand obstacle : soit le voyage continue vers le Temple du football mondial, soit c'est le retour sur Terre. L'Inter de Spalletti va rencontrer un adversaire têtu, dirigé par l'un des joueurs les plus forts du monde, devant près de 100 000 personnes. Pourtant Wembley n'est pas White Hart Lane, comme le souligne Mauricio Pochettino. L’atmosphère si chère au club londonien ne s'y retrouve pas. L'Inter devra profiter de cette situation, de ce manque d'attachement à son stade, et faire avec ses moyens pour s’imposer sur la plus légendaire pelouse du monde du football. Wembley a été conquis par la Vieille Dame Italienne, au tour de la Bien-Aimée de l'Italie de le conquérir un an après. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Damien

    LDC - J5 : Tottenham 1-0 Inter

  12. Damien

    LDC - J1 : Inter 2-1 Tottenham

  13. Pour son retour en Champions League six ans après, l’Inter tombe dans le groupe de la mort de cette édition 2018-2019. Mais ce tirage au sort est-il si terrible pour les nerazzurri ? Analyse des trois équipes concurrentes. Le Barça, épouvantail de ce groupe Le club espagnol, habitué à l’exigence du haut niveau de la Champions League depuis de nombreuses années, représente le plus grand danger pour la Beneamata. Cinq fois vainqueur de cette compétition, le Barça est un cador du football européen, seul le Real très loin devant et le Milan dans une moindre mesure, se positionnent devant au classement des vainqueurs de la compétition reine. Au regard des deux effectifs, le groupe catalan semble être mieux armé que le groupe nerazzurro avec des stars mondiales telles que Lionel Messi, Luis Suárez, Ivan Rakitic et j’en passe… Surtout, les catalans s’appuieront sur leur prodige maison Léo Messi capable de faire basculer un match à tout moment. Cependant, les intéristes ont leur carte à jouer dans un groupe très relevé. Des joueurs comme Nainggolan, Perisic, Miranda, Asamoah et Vrsaljko disposent d’une expérience européenne, le total de cette expérience dans le groupe est faible comparé à des mastodontes du football européen depuis de nombreuses années. Au vu des points abordés l’Inter a peu de chances face à l’ogre blaugrana mais la Pazza Inter est imprévisible et peut être redoutable pour toutes les équipes même le Real. Les supporters catalans se souviennent très bien de deux soirées européennes cauchemardesques il y a désormais huit ans où l’Inter avait réussi à faire déjouer la machine espagnole. Deux matchs d’anthologie pour un entraîneur de légende, un certain José Mourinho que les nerazzurri n’ont plus mais qui pourront s’appuyer sur un autre tacticien hors pair sur le jeu en contre-attaque. La principale arme de cette Inter sera sa philosophie de jeu, en effet les blaugrana détestent les équipes verrouillant leur célèbre tiki-taka. La contre-attaque peut être un grand danger pour les espagnols qui ont l’habitude de jouer très haut sur le terrain pour récupérer au plus vite le ballon et le garder dans les pieds. Sous l’ère de Spalletti, les intéristes ont l’habitude d’évoluer en un bloc équipe compact pouvant réaliser un pressing asphyxiant pour l’équipe adverse. Les premières minutes de ces deux confrontations pourraient être très animées. Deux styles de jeu différents s’affrontent. Tottenham, une équipe dangereuse Attention aux anglais ! Malgré une expérience historique européenne nettement moins importante que des clubs comme le Barça ou l’Inter dans le groupe, Tottenham est une équipe qui est montée en régime au fil de ces dernières années pour réussir à se qualifier dans la plus belle compétition européenne de façon récurrente. Cette équipe devient habituée aux grands rendez-vous européens pendant que l’Inter n’arrivait pas à stopper cette spirale négative. Maintenant, le club de White Hart Lane dispose d’un groupe aguerri et confirmé aux grandes soirées européennes avec un onze de grande qualité. Des joueurs tels que Son, Eriksen, Vertonghen, Alderweireld, Lloris mais aussi et surtout leur redoutable buteur Harry Kane ont de quoi faire frémir les travées de Giuseppe Meazza. Sans oublier un passé entre les deux clubs en Champions League où le jeune latéral gallois Gareth Bale a fait très mal aux légendes nerazzurri lors de la saison 2010/2011, Maicon en tête. Deux années plus tard, les deux équipes se retrouvent une nouvelle fois mais cette fois-ci en huitièmes de finale d’Europa League avec une Inter accrocheuse er revancharde qui aura donné du fil à retordre aux Spurs avec un match retour exceptionnel et une victoire 4-1 des nerazzurri malheureusement insuffisante après la fessée infligée à l’aller en Angleterre 3-0 avec un Gareth Bale encore une fois décisif contre l’Inter. Heureusement pour la Beneamata le latéral gallois est parti au Real depuis et ne pourra pas jouer les troubles fêtes lors de ces deux confrontations pouvant être décisives pour une qualification en huitièmes de finale. Malgré cela, les Spurs sont relativement dangereux avec leur jeu anglais direct ponctué d’une touche de possession implantée par leur coach argentin Pochettino. Cette recette en Premier League fait des ravages aux défenses anglaises mais en Europe les choses pourraient être différentes avec des erreurs qui se paient presque immédiatement. En effet, la principale faiblesse de cette équipe est son manque de concentration lors de certains matchs qui permet aux équipes adverses d’en profiter. Si les coéquipiers de Kane ne sont pas dans un bon jour, ça sera à l’Inter d’en profiter et d’enfoncer le clou avec des joueurs rapides et tranchants comme peuvent l’être Perisic, Politano mais aussi Keita Baldé. Le PSV, l’outsider Le club hollandais est certainement le club le moins craint par les nerazzurri en raison d’une équipe moins forte au niveau de la qualité et de l’expérience des joueurs dans le onze titulaire. Cependant, le PSV doit être pris au sérieux par l’Inter avec un passé européen avantageux : triplé réalisé en 1988 (championnat, coupe, Champions League). A cela doit s’ajouter le fait que le PSV est l’un des deux plus grands clubs de son pays avec l’Ajax. Une grosse ambiance devrait attendre la Beneamata aux Pays-Bas. Une chose est sûre, le PSV ne se laissera pas faire et jouera tous les coups à fond avec des joueurs plus que prometteurs comme le jeune mexicain Hirving Lozano, véritable révélation du dernier mondial. Malgré un effectif relativement jeune, le PSV reste un club rôdé aux soirées européennes à l’instar de l’Ajax. Au vu de la qualité des deux effectifs, l’Inter devrait remporter ces deux confrontations mais devra rester vigilante si elle ne veut pas se faire surprendre. Ces différents éléments seront à l’évidence pris en considération par des nerazzurri revanchards souhaitant redorer leur blason six ans après la terrible élimination contre l’OM en huitièmes de finale et un contrôle du dos d’un certain Brandao, cauchemar des intéristes. Rédigé par Stephane Cotte - Internazionale.fr
  14. Victor Newman

    Inter - Tottenham : +60 000 tifosi au Meazza

    C’est désormais officiel, les Spurs seront reçus dans un Giuseppe Meazza volcanique pour marquer le retour de l’Inter en Ligue des Champions. Malgré un horaire assez insolite, 18h55, les billets partent comme des petits pains. 60 000 tifosi au minimum… En effet, comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, "plus de 60 000 billets ont déjà été vendus et vu l’engouement, les meilleurs prévisions font état d’une présence de 70 000 passionnés." Vu l’amour des tifosi, l’Inter a décidé d’ouvrir également son 3e anneau, emplacement où seront également présent des supporters anglais : A quelques jours du match, la billetterie Nerazzurra du site officiel de l’Inter confirme l’état des lieux : le secteur bleu est sold-out. Concernant le jaune, il reste quelques places. Le secteur vert dispose d’un troisième anneau, tout comme le rouge, celui qui se situe derrière les bancs de touches. Dans ces derniers, il reste encore un bon paquet de places disponibles, surtout dans le troisième anneau. Ce raz-de-marée garantie un public dédié à l’Inter, qui marque son retour dans la Coupe d’Europe qui compte. Il s’agit également d’une retombée importante à la suite du mercato estival réalisé par le Suning afin de permettre à Luciano Spalletti de disposer d’une équipe compétitive. Augmentation des abonnements en un an En effet, au début du mois d’août, la campagne d’abonnement battait son plein et cette dernière a dépassé la barre des 37 000 tifosi. Il s’agit d’une augmentation de 20%, comparé à la saison dernière. Ces chiffres permettent à l’Inter de voir son Meazza rempli quasiment de moitié, rien que par le biais des abonnées. De plus le Club a maintenu pour tous ces matchs des prix attractifs. Pour retrouver trace d’un plus grand engouement du public, il faut remonter à l’Inter du triplé, lorsque l’Inter affrontait Barcelone et Chelsea : 80 000 spectateurs étaient présents. Pour retrouver trace d’un engouement similaire, il faut remonter au Derby Della Madonina Européen, en 2003 avec 76 000 fou furieux. A titre de comparaison, pour son dernier match en Ligue des Champions, face à l’Olympique de Marseille, 62 000 tifosi étaient présents. Comme le souligne la Gazzetta Dello Sport: "Cette année, il est évident qu’il s’agira d’une toute autre histoire !" Aux joueurs, à présent, de se montrer à la hauteur de l’évènement ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Un parcours extrêmement dur attend l'Inter en Ligue des Champions. Les Nerazzurri retrouvent l'Europe qui compte et ils se mesureront immédiatement à de grandes écuries. En effet, placé dans le chapeau 4, l'Inter pouvait s'attendre à 'se faire plaisir', elle qui voulait affronter que du lourd et elle ne sera pas déçue. Si le Fc Barcelone est le grand favori, un autre rival dangereux est présent également. Le Tottenham d'Harry Kane qui avait failli s'offrir la Juve, lors de la toute dernière édition de la compétition. Kane, Eriksen et Son sont les têtes de proues de l'équipe, le seul point faible pourrait se retrouver en défense. Pour finir, une équipe a ne pas sous-estimer, car très compétitrice: Le PSV Eindhoven. De son côté, l'Inter s'est renforcée cet été afin de faire bonne figure en Ligue des Champions. Sur le papier, elle n'a rien a envier aux anglais, elle devra cependant s’inspirer de la Roma de Di Franceco, qui avait fait preuve de caractère, il y a un an, en parvenant à éliminer le Fc Barcelone. Le détonateur de l'Inter devrait être Nainggolan, qui peut expliquer à ses équipiers, comment procéder. Pour Icardi, il s'agira également d'un premier examen grandeur nature, lui qui n'avait encore jamais disputé une compétition de cette envergure. Autant l'Inter était l’épouvantail du pot 4, autant le Fc Barcelone était l'un de ceux du pots un avec le Fc Barcelone, qui même s'il a perdu de sa superbe, dispose tout de même dans ses rangs de joueurs de haut niveaux tel que Messi, Suarez, Dembelé et Rakitic, qui ne veulent absolument plus revivre une cuisante élimination, comme celle qui s'est produite, lors de cette dernière édition. Les Réactions Javier Zanetti, Vice-Président de l'Inter "Nous savions que, dans cette compétition, il n'y a que des équipes très fortes, nous avons hérité d'un groupe difficile, nous allons bien nous préparer. Nous savons ce qu'est la difficulté, mais nous sommes l'Inter et nous nous devons de penser positif." Messi ? "Il n'y a pas que lui, le Barça dispose de grands joueurs, tous capable de réaliser des choses extraordinaires. Ils sont très bons dans la possesion du ballon, nous devrons bien nous préparer à ce match et augmenter notre niveau de qualité." Perez sur Modric ? "Sincèrement, je n'ai pas entendu sa déclaration et s'il s'est exprimé à ce sujet, je l'évaluerai au moment opportun." La Serie A ? "Nous travaillons en étant très confiant, nous n'en sommes qu'au début et nous devons améliorer notre condition. Ce samedi, nous avons un rendez-vous important pour renouer avec la victoire, face à Bologne. Ensuite, il y aura la trêve pour travailler plus sereinement. Je ne m'attendais pas à un départ de ce genre, mais c'est le Calcio, nous aurons d'autres difficultés, mais je sais que nous sommes capable d'y faire face." Alessandro Antonello, PDG de l'Inter "C'est un début de championnat auquel nous ne nous attendions pas. Mais il n'y a que deux journées d'écoulées, nous devons rester serein et travailler durement. La saison est encore longue." Le Groupe B "C'est un groupe intéressant et stimulant, mais tous les groupes sont difficiles. Figurer aujourd'hui, entre les meilleurs d'Europe, veut dire rencontrer des adversaires de valeurs. Nous devrons donner notre maximum. Nous sommes aussi la dernière équipe italienne à avoir remporté le titre et nous voulons faire de belles prestations contre les grands d'Europe. Nous espérons offrir de la joie aux tifosi." Si l'objectif est de se qualifier pour les huitièmes ? "Nous ne pouvons pas nous poser ni de limites, ni d'objectifs, nous devrons nous donner au maximum et honorer notre maillot, nous ferons le bilan par la suite." Giuseppe Baresi s'est exprimé sur les réseaux sociaux par le biais d'un "Tout est possible, Forza Inter" avec une référence à l'épopée 2010 Roberto Scarpini "J'ai parlé à Javier du groupe et il m'a répondu: Le Barça peut aussi perdre, car il souffre face aux équipes italiennes. Et c'est vrai qu'il n'a jamais eu de match facile avec nos clubs. Tu as ta chance. Ce n'est pas un groupe simple, mais c'est un groupe qui fascine et qui sera sold-out tous les matchs." Les joueurs Padelli, en une image Milan Skriniar et Radja Nainggolan sont également très motivés, ces derniers ont postés sur les réseaux sociaux des photos reprenant le groupe B accompagné d'un Biceps, cela montre leur envie de bien faire en Coupe d'Europe. D'autres joueurs, tel que Gagliardini se sont livrés à un "Forza Inter." Guillermo Amor, Dirigeant au Barça: "Dans ce quatrième pot, il y avait l'Inter et nous savions que ecla pouvais arriver. On parle là d'une équipe italienne que nous connaissons bien et qui a envie de faire bonne figure en Champion's, nous la respectons." 2010 ? "Nous avons cette envie de revanche. Nous sommes aussi bien concentré sur la Liga que sur la Champion's." L'image du jour en Catalogne Harry Kane, attaquant de Tottenham “C'est un groupe intéressant, nous jouerons dans des stades célèbres comme San Siro et Camp Nou. C'est un beau tirage, c'est du plaisir. L'année dernière, nous avons montré que nous pouvions concourir à ce haut-niveau, et plus particulièrement si nous analysons nos matchs face au Real, qui a fini par remporter le tournoi. Le Barça est un adversaire différent, mais nous irons au Nou Camp, pour y affronter certains des meilleurs joueurs du monde..." "C'est génial de jouer ce genre de matchs. Vous voulez toujours jouer contre les meilleurs joueurs et ce tirage au sort nous permet de nous mesurer aux meilleurs joueurs. Avec le PSV, ce sera difficile, c'est un grand club aux Pays-Bas. Comme l'Inter qui a une grande histoire. C'est un tirage brillant." Le rival de toujours, Alessandro Del Piero "Des quatre équipes italiennes, le Napoli et l'Inter sont ceux qui ont hérité des groupes les plus durs, surtout le Napoli qui est au-dessus du lot. Il y a aussi l'Inter, mais c'était prévisible vu qu'elle était placée dans le pot 4." Le Calendrier A noter que la fin du mois d'octobre sera très chaude pour l'Inter Avec la réception du Milan, le 21 octobre 2018. Le déplacement en Catalogne le 24 octobre 2018, avant de clôturer par l'Olimpico et la Lazio, le 28 octobre 2018. Barcelone n'est pas en reste vu qu'il rencontrera Séville le 21 et le Real le 28.... La note d'humour signé Biasin "Rencontrer le Barça, Tottenham et le Psv équivaut à rencontrer Mazinga Zeta, Chuck Norris et Federer. " "Difficile de faire pire, la bataille sera dur, mais il ne faut pas avoir peur." Mais surtout, il sait comment motiver Mauro Icardi "Mauro, n'oublie pas que tu as été vendu pour 4 000 lire. Il n'y a rien d'autre à ajouter..." Reste à espérer que ce message fera mouche... Le saviez-vous ? Florentino Perez a de nouveau attaqué l'Inter en frontal, lors de la cérémonie, en déclarant que le club voulait s'offrir l'un de ses joueurs gratuitement. Néanmoins, la plainte déposée à la Fifa pourrait ne pas amener à l'ouverture d'une enquête: "La FIFA pourrait même ne pas ouvrir une enquête, au-delà du simple préliminaire qui est un simple dû. L’explosion de rage de Perez pourrait donc se terminer par un flop: l’Inter est absolument calme, bien que contrarié par les attaques répétées dans la presse." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Victor Newman

    Ausilio va s'envoler à Londres pour Dembélé

    Parmi les objectifs du Mercato de l'Inter, l'arrivée d'un nouveau milieu de terrain pour jouer aux côtés de Brozovic fait son chemin. Et d'après le Corriere Dello Sport : "Dans le viseur de Piero Ausilio, on retrouve actuellement Moussa Dembélé qui évolue à Tottenham et, pour essayer de traiter avec les Spurs, un voyage à Londres a été programmé par le Directeur Sportif Nerazzurro. En ce moment, Dembélé est le premier choix pour renforcer le milieu de terrain, il serait placé aux côtés de Brozovic pour construire une paire forte qui combine force, physique et qualité." "Concernant Barella, l'Inter pourrait songer à le recruter également cet été mais en le laissant terminer son contrat actuel jusqu'en 2019. Une situation similaire à celle de Bastoni avec l'Atalanta." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×