Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'triplé'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Groupes de produits

  • T-Shirts Collection 2020
  • T-Shirts Logos
  • T-Shirts Art Portraits

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

7 résultats trouvés

  1. Dans une interview accordée à Il Giornale, notre ancien gardien Francesco Toldo a évoqué la défaite en Ligue des Champions lors du demi-finale retour contre Barcelone, il y a 10 ans. Bien que l'Inter ait perdu le match, elle a été en finale de la Ligue des champions grâce à un score cumulé de 3-2. "Nous étions monumentaux. Tout le monde dans le monde sait à quel point Barcelone est fort, surtout à domicile. Ils ont des caractéristiques extraordinaires et peuvent mettre n'importe quelle équipe en difficulté, mais ils ne l'ont pas montré contre nous. Je me souviens encore du grand arrêt que Julio Cesar a réalisé sur Lionel Messi et malgré l'expulsion de Thiago Motta, nous avons réussi à tenir jusqu'à la fin du match." Il a ensuite révélé que les choses avaient mal tourné dans le camp interiste la veille du match retour, mais qu'elles avaient été réglées à temps avant le match : "La veille, il y a eu une grosse bagarre pendant le déjeuner pour des raisons que je ne peux pas vous dire. Ces raisons sont des secrets d'états mais tout a été résolu de la meilleure façon et nous sommes venus sur le terrain plus unis que jamais." Toldo, qui a passé neuf ans avec l'Inter et a pris sa retraite après cette finale, a ensuite parlé de quelque chose qui, selon lui, était crucial pour le succès de l'équipe : "La vraie force de ce groupe était que tout était fait directement. Nous disions les choses face à face sans que personne ne soit offensé. Il y avait aussi de grands joueurs qui se sont rendus disponibles et ont fait passer les intérêts de l'équipe avant leurs intérêts personnels." Toldo a mentionné celui qui était le plus génial à l'époque, le manager Jose Mourinho, qui a été absolument crucial dans la triple victoire historique de l'Inter : "Il est avant tout psychologue, la gestion de l'homme est fondamentale pour lui, la clarté et la communication sont des points forts. Il obtient le respect de l'équipe. Plusieurs fois, il a attaqué les grands joueurs pour diverses raisons sans que personne ne soit offensé. Il était le premier à s'entraîner et le dernier à partir. Avec lui, vous pouviez facilement discuter de n'importe quel sujet, il était toujours prêt. Son talent pour parler plusieurs langues étrangères fut déterminant et il l'a démontré lors de sa présentation à Pinetina." Toldo est revenu sur le 5 mai 2002 : "C'était l'épilogue le plus amer d'une saison qui a été sacrifiée au détriment de la méritocratie sportive." Il a également parlé de l'ancien coéquipier Ronaldo : "Ronaldo ? Il est le meilleur et le plus sympathique des brésiliens que j'ai connus, malgré ses difficultés physiques, il arborait toujours un sourire contagieux." Un dernier message. "Par rapport aux années précédentes, je pense que le niveau a été relevé, même si ce n'est pas suffisant pour rivaliser avec la Juventus ! L'Inter a une histoire remarquable et mérite bien d'autres victoires en Serie A." ®alex_j - internazionale.fr
  2. Vice-Président de l’Inter et Parrain d’Internazionale.fr, Javier Zanetti s’est livré à Sky Sport sur la Pandémie actuelle et la vie future de la Beneamata : "Nous vivons une situation dramatique, très difficile à travers la planète. Il y a tant de population qui sont touchés, il ne faut absolument rien sous-évaluer, nous les premiers avions des informations de ce qu’il se passait en Chine vu notre propriétaire chinois, et nous nous sommes rendus compte que c’était quelque chose de très grave." "Ensuite, cela a été le tour de l’Italie avec tant de décès et tant de personnes qui se battent pour vivre. Aujourd’hui songer à une reprise est très difficile. En ce moment, nous devons rester à la maison. Ensuite, on parlera d’un retour graduel et il est difficile de penser à une reprise." "Ceux qui prendront une décisions pour le Calcio devront être très attentif car on parlera de la santé des joueurs comme de ceux qui tournent tout autour. Il y a une grande préoccupations, ce sont des êtres humains et ils ont des familles." "Je suis à la maison et mes enfants font l’école On-Line, je travaille d’ici. Je suis en contact avec Conte, Lele, les joueurs. Je cherche aussi à agir avec nos partenaires." La Belgique a suspendu définitivement le Championnat en assignant le titre au Club de Bruges, qu’en pensez-vous ? "C’est compréhensible. Nous sommes confiné à domicile jusqu’au 13 avril, ensuite nous espérons que la situation viendra à s’améliorer. C’est une période importante pour réfléchir sur tant de choses. Nous avons compris tant de choses, qui servirons à tous et au monde footballistique." Il se dit que trois équipes, la Juve, la Lazio et l’Inter, pourraient se disputer le Scudetto, qu’en pensez-vous ? "Je pense que trouver une formule est compliquée. Les demi-finales de la et la finale Coupe d’Italie, les Coupes internationales, il faut plus de temps. Il faudra voir quand on pourra jouer et être attentif à ne pas compromettre la saison prochaine. Ce n’est pas une décision facile à prendre, j’espère que le bon choix sera effectué." Quel est le match et l’entraîneur qui vous ont le plus marqué au cœur ? "Choisir un match est difficile. Je me rappelle de ma première rencontre avec l’Inter, c’était un rêve, devant ma famille, la première fois que je cavalais sur le terrain du Meazza. Je pourrais aussi dire la Finale de la Coupe Uefa où j’ai marqué." "Il y a tellement d’entraîneurs, chacun a apporté quelque chose, si je peux en citer qu'un au vu de ce qu’il a réalisé, je dirais en premier Simoni, puis Mourinho. Avec lui nous avons réalisé quelque chose d’extraordinaire." Une anecdote sur la Finale de Madrid ? "C’était un moment de grande émotion. J’aime me rappeler le parcours pour arriver à Madrid. A Kiev, nous étions éliminé de la Ligue des Champions est nous sommes revenu dans une partie extrêmement importante. La partie où j’ai le plus souffert était à Barcelone, après un match aller exaltant, le match retour était difficile. Lorsque je la regarde à nouveau, j’en souffre encore, c’était une partie interminable." "La nuit de Madrid…nous avons couronné un rêve que nous poursuivions depuis tellement de temps. A 37 ans, c’était ma dernière possibilité de soulever ce trophée et j’ai compris que c’était le moment de ma carrière où j’éais le plus fier." "J’ai disputé 700 matchs avec l’Inter et gagner cette finale est inoubliable." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. En effet, comme le souligne le Corriere Dello Sport, il faut remonter au début de la dernière décennie, pour voir l’Inter, se battre en février, surtout les tableaux. Lors de la saison 2010/2011 suite au renvoi de Benitez, Leonardo, l’actuel Directeur Sportif de Paris avait repris en main l’Inter et pouvait se battre pour la Ligue des Champions (en qualité de tenant du titre), pour la Serie A et pour la Coupe d’Italie, dernier titre remporté par l’Inter. Il faut également remonter à la saison 2012-2013 et 2015-2016 pour retrouver trace de l’Inter en demi-finale de la Coupe d’Italie. Antonio Conte réalise donc une incroyable prouesse, lui qui 10 ans jours pour jours après le Tripleé de Mourinho pourrait, en cas de succès sur l’ensemble des compétitions, réaliser un Mini-Triplé (Europa League – Serie A – Coppa Italia) 1 défaite en 23 matchs C’est l’impressionnante statistique de l’Inter en Serie A. Mis à part la défaite à domicile face à la Juve, l’Inter ne s’est incliné face à aucune autre équipe de Serie A. Qui plus est, l’Inter retrouve à nouveau la première place, en compagnie de la Juve et peut se permettre de rêver de façon ambitieuse Selon Opta, l’Inter a le droit de rêver : L’Inter a proposé, dans son histoire à 4 reprises un tel résultat. En fin de saison, le résultat final était sans appel : Le Scudetto ! Signeriez-vous pour une victoire pourrie au Stadium de Turin et un titre remporté à la 38ème journée avec un point d’avance ? En poussant le vice plus loin, avec un but dans les dernières secondes du match ? Ou Signeriez-vous pour une victoire/partage au Stadium de Turin, combiné avec un titre remporté avant la dernière journée de Serie A ? Autre question : Aimez-vous l’appétit de Conte qui vise les trois compétitions ou préféreriez-vous ne miser que sur une seule ? Si oui, laquelle ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Diego Milito s’est laissé aller à une longue interview pour la Gazzetta Dello Sport. Il Principe Di Milano s’est livré sur l’Inter de Conte, Lautaro Martinez et un certain Mauro Icardi... "J’ai appelé Pupi, je lui ai parlé d’un garçon, c’était Lautaro. Je le connaissais déjà, je n’avais pas besoin d’en savoir plus, ni d’en reparler à plusieurs reprises. Je lui ai dit : avec lui, tu joues la sécurité. Et il est ici." Ok, mais n’êtes-vous pas surpris de son rendement si élevé ? "Honnêtement non, pourquoi devrais-je l’être ? J’étais convaincu à l’époque qu’il allait montrer toute l’étendue de son talent et j’ajoute : Il a une marge d’amélioration importante, il est le seul à pouvoir s’imposer une limite. J’ai souvent entendu ce que dit Conte de lui et je suis d’accord avec lui. Cela dépend uniquement de Lautaro, à lui de savoir où il veut arriver. Mais il peut sereinement devenir un Top Player." Vous parlez d’une marge de progression, quelle est-elle ? "Par-dessus tout : Le tempérament. Un attaquant doit prendre moins de cartons jaunes, je lui ai déjà dit cela en personne. Je me souviens que la saison dernière, il a raté un match en Coupe d’Europe à la suite d’une addition de cartons jaunes. Dans une grande équipe telle que l’Inter, tu dois prêter attention à ce genre de chose. Mais il a le temps pour l’apprendre, cela fait partie de son processus de maturité qui n’est pas encore finalisé." Quelles ont été les difficultés auxquelles il a dû faire face ? "Je ne sais pas s’il avait des problèmes avec son précédent entraîneur, je ne crois pas. Il devait probablement et simplement s’habituer à un nouveau championnat et à de nouvelles habitudes. Le temps n’est pas égal pour tous, mais je ne crois pas qu’il en ait connu énormément." Quels sont vos rapports ensemble ? "Nous nous appelons, même si ce n’est pas tous les jours, nous avons un très beau feeling. Je l’ai connu lorsqu’il était plus jeune, il a débuté en me remplaçant… Je vois en lui un joueur de grand niveau, je ne me trompe pas." Peut-il réitérer votre propre parcours ? "Je lui souhaite le plus grand qu’il puisse atteindre et, qu’un jour, il lui arrive de ressentir les mêmes émotions que celles que j’ai éprouvé, qu’il puisse laisser quelque chose en souvenir au club. Je suis fier de faire partie de l’Histoire de l’Inter, lui il a tout pour réussir." Sauf si Messi le transfère à Barcelone… "Le feeling avec Leo est naturel, on le voit à l’œil nu qu’ils entretiennent un bon rapport, les grands joueurs se cherchent. Je ne sais pas à quel point est vrai l’intérêt de Barcelone, mais c’est normal qu’il puisse séduire. Mais de ce que je sais, Lautaro est très fier d’être à l’Inter." D’attaquant à attaquant, que pensez-vous de Lukaku ? "C’est un grand attaquant. Il y a lui et aussi Sanchez qui est actuellement blessé. L’Inter, en attaque, est bien fournie." J’ai oublié Esposito... "Je l’ai vu faire son entrée face à Dortmund. On comprend que ce garçon propose quelque chose de différent. Il m’a fait une forte impression, il a beaucoup de qualités, mais il est jeune, il est né en 2002. Il doit rester serein et chercher à apprendre et il peut se féliciter d’être entraîné par Conte, il est parfait pour le faire grandir." D‘argentin à argentin : Cela s’est mal terminé avec Icardi… "Je dirais que cela s’est bien terminé. Au-delà du jugement qu’il peut se faire de l’extérieur, son départ a été une bonne affaire pour tous. Pour Mauro qui en allant à Paris fait de très belles prestations, mais aussi pour l’Inter qui a su le remplacer correctement." Handanovic a été votre équiper, aujourd’hui il est Capitaine, vous auriez quasiment pu rester avec lui… "Il y a aussi Ranocchia et D’Ambrosio qui était de mon Inter. Samir est extraordinaire comme garçon et comme gardien, c’est un professionnel très sérieux. Et je suis fier qu’il soit encore un protagoniste à l’Inter." De qui ou de quoi êtes-vous le plus marqué à l’Inter ? "Par Sensi, il n’a même pas accusé le coup du transfert de Sassuolo vers un grand club. Il propose d’excellentes choses…Il y a aussi Barella....." Pourriez-vous offrir, à l’Inter, un autre cadeau à la Lautaro ? "C’est difficile, mais si je devais citer un nom, c’est Mati Zaracho, convoqué en U-23 de l’Argentine et également en sélection. C’est un très grand." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. De passage en Italie, Jose Mourinho s'est rendu sur le plateau de la célèbre émission Tiki Taka. "L'Inter est ma maison, ma famille. Moratti est un ami, mon président. Je m'y sens comme en famille. C'est un sentiment très spécial car ce sont des personnes spéciales. L'histoire du triplé est fantastique et après Madrid si je retournais à Milan je n'aurais pas pu repartir. Lors du scudetto remporté la première année, j'ai compris l'émotion de tout un peuple. D'ailleurs après la demie contre Barcelone j'ai imaginé ce à quoi ressemblerait Milan. Tous ceux qui se trouvaient dans le vestiaire formaient une famille. Je savais que je partirais, je ne pouvais pas dire non au Real Madrid une troisième fois. Et je voulais gagner en Espagne." "Il y a tellement de moments clés pour un titre. Je me souviens de la victoire à Kiev, le début de tout. Ou de la meilleure défaite de ma carrière, à Barcelone, chose étonnante. Puis des deux dernières semaines avec trois finales. C'était presque un film avec une fin parfaite et un scénario fantastique pour moi." Qu'en est-il de votre futur ? "Cela fait huit mois que je n'ai pas travaillé. Voyons ce qui se passe mais je ne pense pas que ce sera en Italie." Vous avez toujours eu un contact spécial avec le public : "J'essaie toujours de créer de l'empathie avec les gens, je ne suis pas quelqu'un qui se protège. J'arrive dans un club et j'y suis entièrement, à y détester les adversaires. De là vous pouvez créer cette relation privilégiée. Ensuite vous gagnez et cela se transforme en passion. C'est ce que c'était ici." C'est alors qu'Antonio Cassano arrive sur le plateau, tandis que Mourinho esquisse un large sourire. "Je l'aime bien, même quand il était notre adversaire. Il était très talentueux et il a fait du bien pour le spectacle, même s'il pouvait faire mieux. Je me souviens de bons moments avec lui. Mais je dis toujours peu importe si tu n'as pas su faire mieux que ce que tu pouvais, du moment que tu t'es amusé." ®gladis32 - internazionale.fr
  6. Flash-back, nous sommes en mai 2010, l’Inter bat 2-0 le Bayern de Munich et rentre dans l’Histoire en devenant la seule équipe italienne a réaliser le Triplé, un titre convoité et jalousé par les grands d’Italie. Pourtant, dès l’arrivée des joueurs au Meazza, après une nuit blanche festive, pour communier avec les Tifosi, Josè Mourinho est le grand absent. "Je dois vous dire quelque chose que je n’avais jamais dit, il s’agit de la raison pour laquelle je ne suis pas rentré à Milan après le match. Je pensais que si j’y retournais, je ne signerai pas au Real Madrid." En effet, le Special One avait déjà refusé à deux reprises l’offre des Merengues "J’avais pris la décision d’aller à Madrid, je n’avais pas encore signé le contrat, mais j’avais pris cette décision. J’avais déjà dit non à deux reprises et le redire une troisième fois m’était impossible. Je savais seulement que si je retournais à Milan pour fêter la Ligue des Champions que j’y aurais changé d’idées. Ce fut là mon erreur, celle de n’avoir salué personne de façon plus affectueuse." Les anciens "Ils me manquent, le temps ne revient pas en arrière et je ne peux plus revivre ces moments, mais les joueurs sont devenus mes amis pour toujours, ce sont mes amis et je suis leur ami, c’est ainsi que je le vois." Après le départ de Mourinho, l’Inter a commencé sa traversée du désert en ne remportant la saison suivante que la Coupe d’Italie, avant d’être sanctionnée par l’Uefa et changé de Présidence à trois reprises….A présent présidée par le Suning, l’Inter semble au bout du tunnel et voit la lumière du jour sous l’égide d’Antonio Conte, qui a été préféré à un certain Josè Mourinho… ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Manchester - Josè Mourinho s’est livré suite à la victoire de United sur la Sampdoria (2-1). Le Special One a tenu à remercier, à travers Samp Tv, la chaine du club, la Sampdoria, qui pour elle, a eu un impact direct sur le Triplé Nerazzurro. En effet, la Roma s’était effondrée face à la Sampdoria avec un Pazzini des grands jours, auteur d'un doublé....Lançant l’Inter vers sa destinée : L’Italie ? "Les personnes me manquent, le Calcio me manque, sept années se sont écoulées, mais il y a trop de choses impossibles à oublier. Actuellement Pazzini me manque. La Sampdoria, pour moi, fait partie de notre historique Triplé, car sans elle, cela n’aurait pas été possible. Ensuite, il y a aussi Rapetti, Viganò, qui ont travaillé avec moi. C’était un plaisir, pour moi, de rejouer la Sampdoria." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...