Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'uefa'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Évènements de Inter Club Paris

News

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

42 résultats trouvés

  1. Victor Newman

    Message subliminal d’Icardi

    Alors que la presse espagnole s’excite comme une pucelle quant à l’arrivée future de Mauro Icardi dans sa Liga, le Capitaine argentin a diffusé un message sur les réseaux sociaux. Face au Psv, Mauro Icardi a fêté son 200ème match comme il le fait toujours, en marquant. A travers son propre profil Instagram, l’argentin a tenu à célébrer cet événement spécial : 200 présences avec l’Inter, 119 buts. A suivre…. Il semble donc bel et bien que l’attaquant argentin confirme de cette façon son attachement personnel aux couleurs de la Beneamata. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Les sorties de route du Napoli et de l’Inter, en Ligue des Champions, ont comme un impact économique direct pour les deux clubs, ces derniers doivent à présent limiter les dommages en faisant un beau parcours en Europa League. Merci à la réforme En effet, la récente réforme relative à la nouvelle distribution des primes de la plus prestigieuses des compétitions continentale a déjà assuré d’importantes recettes. Selon Calcio&Finanza, les Nerazzurri percevront 42,7 millions d’euros pour 44,2 millions d’euros pour les Azzurri. Les deux clubs pourront également percevoir une somme minimale de 3,9 millions d’euros, voire maximale de 5,4 millions d’euros en fonction de la suite de la compétition réalisée par la Juventus et la Roma, soit l’effet du Market Pool. Si les deux équipes étaient parvenue à passer le tour suivant, elles auraient perçue chacune 12 millions d’euros et les sommes du Market Pool auraient été valorisées avec un minima de 5 millions d’euros et un maxima de 6,7 millions d’euro. Combler le manque à gagner A présent, pour les deux clubs, il s’agit de combler entièrement ce manque à gagner en jouant à fond l’Europa League. Voici le détails des différents gains : Champion d’Europe : 13,5 millions d’euros (sans considérer les sommes relatives au Market Pool de l’Europa League) Qualification en huitième de finale : 1,1 millions d’euros par club Qualification pour les quarts de finale : 1,5 millions d’euros par club Qualification pour les demi-finales : 2,4 millions d’euros par club Qualification pour la finale : 4,5 millions d’euros par club Le finaliste percevra également 4 millions d’euros supplémentaire. En cas de consécration, le lauréat rencontrera le Champion d’Europe de la Ligue des Champions en Super Coupe d’Europe, la prime pour le lauréat est de 3,5 millions d’euros. Il s’agira donc d’un parcours long et complexe pour parvenir à récupérer ce manque à gagner, un manque un gagner relatif à une seule partie en plus en Ligue des Champions. Si le Napoli va très certainement se concentrer sur la Serie A, le Suning qui veille sur les finances Nerazzurra va-t-il donner comme consigne de jouer la compétition jusqu’au bout ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Victor Newman

    L'Inter sera tête de série en Europa League

    L'Inter et le Napoli, qui sont troisième des deux groupes les plus durs de la Ligue des Champions et sont reversés en seizième de finale de l'Europa League. Comme nous en informe le Corriere Dello Sport : "Le Napoli est sans conteste le meilleur troisième, de son côté l'Inter fait partie des quatre meilleurs troisième. Aussi bien les Nerazzurri que les Azzuri seront tête de série. Ils rencontreront ainsi une équipe classée deuxième de son groupe à l'issue de la phase de groupe, voir l'un des pires quatre troisième de la Ligue des Champions également reversé en "C3". Ce qui est sûr, c'est que Galatasaray figure dans l'un de ses pots. Arsenal, Chelsea, le Dinamo Kiev et l'Eintracht Francfort seront évités. Il est également impossible d'assister à des confrontations italiennes face à la Lazio de Rome déjà qualifiée, ni face à Milan si ce dernier décroche son billet demain. Place à présent au tirage au sort qui aura lie le lundi 17 décembre 2018 à 13h00 à Nyon. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Victor Newman

    Inter 1-1 PSV : Direction la Ligue Europa

    Les rêves de qualification vers les huitièmes de finale sont partis en fumée pour l'Inter de Spalletti. Suite à la combinaison des matchs nuls entre l'Inter et le Psv et du Fc Barcelone face à Tottenham, c'est le club anglais qui passe, pourtant à égalité de points avec les Nerazzurri, mais les confrontations directes départagent les deux équipes : Le but à l'extérieur aura été à nouveau fatal à l'Inter dans la plus prestigieuse compétition européenne. L'Inter s'est compliquée elle-même la vie lorsque, à la 13ème minute de jeu, Kwadwo Asamoah commet une faute professionnelle qui verra le ballon terminer sa course dans les filets Nerazzurri des œuvres de Hirving Lozano. Avant ce but, l'équipe était bien en place et a payé au prix fort sa seule erreur du match en défense. L'Inter tente de rééquilibrer la rencontre, mais tétanisé par l'enjeu, reste insipide en première période. L'équipe se reprend en seconde période poussée par un duo Icardi-Politano de très haut niveau. Si l'argentin perdra un face à face avec Zoet, ce dernier parviendra à le battre de la tête suite à un excellent centre de l'italien à la 73ème minute. Spalletti décide en fin de match de jouer le nul en remplaçant Politano par Vrsaljko à la 83ème en sachant que le Fc Barcelone menait alors 1-0 au Nou Camp. Trois minutes plus tard, Lucas Moura égalisait pour les Spurs avec une conséquence directe : un effondrement psychologique des Nerazzurri. Jouer le match nul était risqué, calculé et pris en considération par le natif de Certaldo, lui qui voyait ce match comme le plus important de sa carrière à l'Inter a joué avec le feu... Et a fini par être brûlé, tout comme les rêves de Mauro Icardi de continuer dans la compétition. L'argentin pour sa première Ligue des Champions sera le joueur au dessus-du lot avec ses 4 buts inscrits en 6 matchs. Le saviez-vous ? Averti lors de ce match, Marcelo Brozovic et Milan Skriniar seront suspendu pour le premier match de l'Inter en Europa League. Les tifosi interistes gardent en travers de la gorge le comportement du Psv sur les réseaux sociaux. En effet les Hollandais ont contacté les Spurs avec le message suivant: " Vous nous remercierez plus tard" Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Réactions de Tramontana Inter 1-1 Psv Buteur(s): 13' Lozano (P), 73' Icardi (I) Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij, 37 Skriniar, 18 Asamoah (69' 10 Lautaro Martinez); 87 Candreva (56' 11 Keita), 77 Brozovic, 20 B. Valero; 16 Politano (83' 2 Vrsaljko), 9 Icardi, 44 Perisic Sur le banc: 27 Padelli, 13 Ranocchia, 14 Nainggolan, 23 Miranda Entraîneur: Luciano Spalletti Psv: 1 Zoet; 22 Dumfries, 20 Sainsbury, 4 Viergever, 6 Angelino; 18 Rosario, 8 Hendrix; 11 Lozano (94' 7 Pereiro), 25 Gutierrez (65' 32 Sadilek), 17 Bergwijn (71' 14 Malen); 9 de Jong Sur le banc: 13 Room, 2 Isimat-Mirin, 3 Behich, 16 Rigo Entraîneur: Mark van Bommel Arbitre: Zwayer Averti(s): Brozovic (I), Zoet (P), Bergwijn (P), Politano (I), Sadilek (P), Dumfries (P), Skriniar (I) Expulsé(s): / Affluence: 62.635 tifosi ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Victor Newman

    Inter-Psv : Make History

    En cette veille de Ligue des Champions, l’Inter de Luciano Spalletti se prépare pour affronter le Psv Eindhoven dans une rencontre décisive en vue de l’accession aux huitièmes de finales. Si l’entraîneur devrait finalement récupérer Vecino resté au repos, il devrait se passer de Radja Nainggolan. Le milieu belge ne sera pas risqué, mais il se pourrait qu’en fonction de l’évolution de son état de santé qu’il puisse être repris dans la liste des convoqués. Absent face à la Juve, Vecino devrait composer le milieu de terrain en compagnie de Brozovic et Borja Valero. En défense, De Vrij et D’Ambrosio feront leurs retour. En attaque le trident sera composé de Politano, Icardi et Perisic. Keita devrait débuter sur le banc tout comme Lautaro Martinez, mais il n’est pas exclu de les voir rentrer en cours de jeu, en fonction du déroulement de la rencontre. 14 millions d’euros en jeu Comme nous le confirme le Corriere Dello Sport, si l’Inter parvient à se qualifier, elle encaissera au moins 14 millions d’euros en provenance de l’Uefa et des recettes à venir. Une telle somme ferait le plus grand bien au bilan financier, après plus de six ans d’absence. La Curva Nord sort le grand jeu Un match spécial pour une nuit spéciale. L’ambiance du Meazza sera volcanique ce mardi, le club ayant demandé à ses tifosi, via un communiqué officiel, d’aider l’équipe en la soutenant. Le message a été entendu : Les portes du stade ouvriront dès 18h00 même si le coup d’envoi est à 21h00. L’importante affluence des supporters au stade ont contraint le club à ouvrir les différentes entrées avec au moins 2 heures d’avance sur le coup d’envoi, afin d’éviter à la fois les longues files et des désillusions. Face au Psv, les tifosi seront donc à nouveau plus de 60 000 et il s’agira d’une ambiance digne des plus grandes occasions. Le public sera invité, en cette nuit qui nécessite la présence de la Pazza Inter, à activer la torche de ses smartphones afin d’obtenir une pluie d’étoiles qui brillera dans le ciel nocturne de Milan, ceci afin de motiver encore plus les joueurs à surmonter cet ultime obstacle. 200 Il n’a pas encore 30 ans, lui, le Capitaine de l’Inter qui fêtera sa 200ème cape sous le maillot Nerazzurro à l’occasion de la réception du Psv au Meazza. L’attaquant argentin a contribué au retour de l’Inter de façon déterminante en étant une machine à buts de plus en plus performante années après années, Mauro veut fêter ce chiffre symbolique de la meilleure des manières en marquant et en qualifiant l’équipe pour les huitièmes de finales : Comme nous le rappel le Corriere Dello Sport : "Depuis l’été 2013, période de son transfert de la Sampdoria à la Pinetina, Mauro Icardi a collectionné 199 présences sous la maillot de l’Inter pour 118 buts inscrits, soit une moyenne de 0,59 but par match. De plus Mauro n’a jamais pensé à quitter Milan ni à lui faire défaut lorsque l’équipe traversait sa période la plus difficile : Sans Coupe d’Europe." Mauro souhaite encorne plus concrétiser les tractations en cours pour la prolongation de son contrat qui a été reportée en 2019. Va Fan....Forza Piqué! En 2010, les Tifosi de l'Inter scandait un chant peu flatteur envers le trop arrogant Gerard Piqué du Fc Barcelone. Quelques années se sont écoulées et cette fois-ci, il faudra soutenir "l'ennemi" de toujours qui jouera le jeu : "C'est évident que nous jouerons pour gagner. Notre histoire en est la preuve. De plus, nous ne voulons pas interrompre la bonne dynamique des résultats obtenus lors de nos dernières sorties. Nous voulons encore une fois maintenir notre but inviolé. En ce qui regarde l'Inter et Tottenham, je souhaite que le meilleur se qualifie. Ce qui est sur, c'est que nous irons sur le terrain pour l'emporter." La motivation Les formations Inter (4-3-3): Handanovic D’Ambrosio, de Vrij, Skriniar, Asamoah Vecino, Brozovic, Borja Valero Politano, Icardi, Perisic PSV Eindhoven (4-2-3-1): Zoet Dumfries, Schwaab, Viergever, Angelino Rosario, Hendrix Lozano, Pereiro, Bergwijn de Jong Daiiiii Ragazzziiiiii! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Plus maître de sa destinée, l’Inter peut espérer passer le Groupe B de la Ligue des Champions en l’emportant face au Psv dans Meazza une nouvelle fois plein. Dans le même temps, Tottenham pourra tout faire, sauf gagner au Nou Camp. L’Inter a-t ’elle encore les certitudes qu’elle semblait avoir, il y a un mois ? "En ce qui me concerne, nous les avons maintenus. Comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, nous ne parvenons pas à maintenir notre attention durant toute la rencontre et c’est précisément dans ce laps de temps que l’adversaire prend l’avantage. Excepté la rencontre face à l’Atalanta durant laquelle il y a eu un effondrement général, je n’ai rencontré aucun problème. C’est évident que si tu ne remportes pas tes matchs, tout devient plus difficile. D’après moi, l’équipe va bien, elle a toutes les cartes (ndlr: et les code promo pmu) en main pour l’emporter et faire plaisir à nos tifosi." L’équipe ne semble-t ’elle pas manquer d’un peu de caractère pour remporter des matchs comme ceux de Londres et de Turin ? "Nous avons fait face à une équipe qui était arrivée, il y a un an, en quart de final. La seconde l’a remporté depuis plus de dix ans. Ce sont deux équipes du top. Partant des matchs, l’analyse est que nous avions des périodes où nous pouvions prendre l’avantage, mais que ces dernières occasions ont été vendangées. Je n’ai pas vu une telle différence face à la Juve lors du match, nous jouions à armes égales." "Je repense plus aux victoires manquées face à Parme ou l’Atalanta, deux équipes contre qui il est nécessaire de maintenir un niveau d’attention. Tu peux perdre à Bergame, mais pas de cette façon. Nous avons besoin de maintenir un haut niveau sur les 38 journées, nous devons faire mieux. Face à la Juve, nous nous sommes créé nos opportunités. Face à Tottenham ou même face à la Juve, tu peux perdre, mais il faut aussi savoir l’accepter." Que se passe-t ‘il avec Icardi ? "Il était à Madrid avec une délégation de la Juve et des dirigeants Interistes, je ne vois pas où est le problème. C’est quelque chose qui se gère dans le mental et le règlement, il a eu l'autorisation d'aller voir un match. Il aurait pu aussi partir avec sa femme et voir un autre spectacle." Etes-vous lassé d’entendre dire que Barcelone pourrait se passer d’énormément de titulaires ? "J’ai aussi lu cette information hier. Je viens à penser que Barcelone s’offenserait lui-même, j’estime qu’il mettrait en doute sa propre éthique professionnel. C’est un club qui est suivi car il a toujours envoyé des signaux à tout le monde depuis des années : A Barcelone, seules des personnes sérieuses y travaillent. L’unique erreur que nous pourrions faire c’est de nous focaliser notre attention sur le Barça. Nous devons gagner notre match." "Ce sont des vrais professionnels. Nous devons battre une équipe qui était dans le troisième chapeau. Ils occupent un meilleur poste que nous. De plus c’est clair que chacun peut dire ce qu’il veut, parler et créer des attentes ou tenter de mettre une pression plus importante sur ce match. Ce match est le plus important depuis que je travaille à l’Inter." "Je me dois de remplacer cette joie que nous avons connu lors de la dernière journée de championnat face à la Lazio, c’est l’étape suivante : Nous avons besoin de jouer et de gagner. Nous sommes parvenu à prendre des points dans les matchs importants. Lorsque j’entends que nous n’avons pas su battre Tottenham, je repense au fait que ces derniers disputent la Ligue des Champions depuis des années." "Nous sommes à la dernière journée et nous nous battons pour la qualification, voilà la réalité. Cela me tape sur les nefs, car ce sont aussi des professionnels. Au moment du tirage au sort, qu’auriez-vous dit si vous saviez que l’on jouerait la qualification à domicile avec Tottenham qui est obligé de l’emporter à Barcelone ? Nous avions tous vu que ce groupe était très difficile. Tout est encore possible." A quoi peut-on lier le manque de tirs aux buts de ces derniers matchs ? "J’évalue les tirs cadrés, pas les autres. Quand un tir touche du bois, je les inclus dans les tirs qui sont non-cadrés de peu. Il y a toujours des tirs cadrés, mais ils sont trop centrés ou à moins d’un mètre." En ce moment, nous pensons qu’il s’agit d’un match déterminant pour tous, comme pour Perisic, que se passe-t ’il sur son rendement ? "Je les ai tous avertis de manière précise de l’importance de ce match. Il savent qu’il faut faire plus attention aux gestes qui sont déterminants comme une passe décisive ou un but, mais il y a aussi des mètres à parcourir, des ballons à reprendre. Ivan est utile car il a cette course qui nous permet de ne pas être en infériorité numérique lorsque tu te décides à faire le match dans la moitié de terrain de ton adversaire. Ses percées sont volontaires, contrastantes, il a un physique important et un très bon jeu de tête." "C’est l’un des plus fort lorsqu’il s’agit de faire accélérer le ballon, lorsqu’il faut presser et lancer les attaquants. Il y a aussi d’autres statistiques, il ne faut pas uniquement penser aux passes décisives qu’il réalise. J’ai compris que je devais être un entraîneur qui devait composer un rempart offensif de trois joueurs qui pourraient disposer de statistiques importantes, ensuite, tu as la difficulté du championnat en lui-même." "D’autres choses compte aussi : Je ferais une tournée générale si j’étais sûr que nous avions en Keita un joueur capable de marquer 10 buts, Lautaro 20 buts et Icardi 30 buts. Ce n’est pas toujours l’addition de deux joueurs ensemble qui te donne un résultat cru mathématiquement, tu as besoin d’une cohésion d’équipe et de faire en fonction des qualités de chacun." "En tout premier lieu, je les considère tous, j’ai entendu que l’on a parlé de moi, lorsque Politano était ici en conférence : Je suis aussi celui qui l’aligne sur le terrain depuis la première minute et qui choisit la tactique… Et je suis aussi celui qui décide de procéder aux changements…il sourit…" Vous avez souvent fait référence au sentiment d’appartenance, quel en sera son importance demain ? "Je m’attends à une présence émotive qui doit se transférer demain soir en un spectacle. Je tire une conclusion : Cette Inter a la seule certitude d’avoir un public qui mérite toujours d’avoir un maillot de titulaire. Ce sont ceux qui ont le mieux travaillé cette saison et la saison passée. Ils s’entraînent toujours mieux, ils sont toujours présent, font entendre leur soutiens à l’équipe, même dans des matchs où nous n’étions pas capable d’exprimer notre football. Il y a des rencontres où nous n’avons pas su exprimer notre maximum, et j’y mets aussi la rencontre face à Sassuolo." "Nous devons penser que nous sommes comme des lions et que nous n'avons que 38 journées à dévorer. C’est cette mentalité qu’il faut pour surmonter l’écart avec la Juve, car lors de notre confrontation directe, nous avons démontré que nous pouvions aussi jouer la victoire, même si eux ont mérité la leur. La différence est que nous devons maintenir le niveau de qualité à avoir sur l’ensemble de la longueur de la compétition." Devons-nous nous attendre à quelques nouveautés ? Comment vont Vecino et Naingollan ? "Vecino doit encore passer un examen et il ne sera probablement pas disponible. Nainggolan a passé un autre examen en début de semaine et il a besoin de quelques jours car il risque de devoir refaire face à sa blessure. Je les évalueraient au cas par cas. Il me semble difficile que Vecino soit disponible." Comment préparer la rencontre de demain où il faudra faire preuve de cynisme ? "Les joueurs ne sont plus des enfants comme on dit. Ce sont des professionnels qui doivent savoir évaluer l’importance de la partie et la disputer. Nous avons regardé des vidéos de l’équipe que nous allons affronter, je vais faire usage de déclaration pour rappeler l’engouement et le professionnalisme. Puis, il faudra songer à une tactique en fonction des connaissances que nous avons de l’adversaire. Il faut toujours agir de cette manière, les joueurs savent très bien faire leurs jobs, il suffit de regarder d’où nous sommes parti. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Pour punir le Milan, l’Uefa s’est inspirée de l’Inter. C’est l’affirmation de la Gazzetta Dello Sport : La sanction imposée au club pourrait être revue si toutefois les comptes s’améliorent et seront dans les limites imposées par le Fair Play Financier. Une partie de l'amende sera ainsi suspendue ou liée à l'aspect conditionnel qui pourrait affecter jusqu'à deux tiers de la pénalité. Exemple probable : Nyon établit le paiement de 15 millions, cinq à payer immédiatement et les dix autres seront abandonnés lorsque le budget sera à nouveau équilibré. En mai 2015, la Beneamata fut sanctionnée de la même façon : amende de 20 millions dont 6 à débourser lors de la première année et les 14 millions restants en fonction du rendu économique de l’Inter et de son évolution. Cette ligne de conduite serait celle choisie par l’Uefa pour orienter et tenir à l’œil les Rossonerri. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. L'Inter a souvent été critiquée pour sa gestion financière vis-à-vis du respect à tenir envers le Fair-Play-Financier. Raillée par d'autres grands clubs, il semble que notre Beneamata a très bien fait de se comporter de la sorte, car les sanctions peuvent être lourdes de conséquences en cas de fraude. En effet, ce fait d'actualité est assez important pour également figurer sur notre site : Manchester City, le club leader de la Premier League et entraîné par Giuseppe Guardiola, est sur le point d'être exclu de toute Coupe d'Europe. Pourquoi une telle enquête ? L'Uefa enquête précisément sur une partie de la sponsorisation de l'Etihard Airlines pour une somme de 68 millions de livres sterling par an. En réalité, il est présumé que cette somme aurait été payée par l'Abu Dhabi United Group (ADUG), le propriétaire du club. Selon Der Spiegel et Football Leaks, l'ADUG aurait créé un système de paiement relatif aux droits d'image, connu en interne comme "Project Longbow". Concrètement, City aurait payé les les droits d'image aux joueurs, en passant toujours par ses propriétaires, ce qui aurait généré des recettes estimées à 11 millions de livre sterling annuellement. La position de l'Uefa La presse anglaise indique que l'enquête indépendante promise par l'Uefa est en phase de conclusion. Des recommandations vont être formulées par les enquêteurs et des sanctions pourraient foudroyer Manchester City. Le Président de l'Uefa, Ceferin, a d'ailleurs déclaré en Comité Exécutif : "Nous évaluons la situation, nous avons fait appel à un organisme indépendant qui travaille sur ce dossier. Très rapidement nous recevrons les réponses sur ce qu'il s'est passé concrètement." La sanction Si les enquêteurs confirment la véracité des faits relayés par Der Spiegel et Football Leaks, l'exclusion automatique de Manchester City de toute compétition européenne jusqu'à la fin de la saison prochaine serait activée, surtout qu'il s'agirait d'agissements pratiqués par la Direction des Citizens depuis 2014. Giuseppe Guardiola commence à perdre patience sur le sujet : "Si l’UEFA trouve quelque chose, le club fera une déclaration et j’aimerais cela, car ainsi nous saurons exactement de quoi il en retourne et ces rumeurs cesseront. Nous saurons si nous avons commis des irrégularités et si ce n’est pas le cas, les gens arrêteront d’en parler." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Victor Newman

    Preview Tottenham - Inter

    C'est la Finale du Groupe B : L'Inter s'est envolée pour Londres afin d'y affronter Tottenham dans l'un des plus mythique stade du monde : Wembley. Même si la qualité du terrain n'est pas parfaite, tous les ingrédients sont bel et bien présents pour assister à une grande soirée de football. L'enjeu est une qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Au match aller, l'Inter s'est imposée 2-1 au Meazza et dispose à présent de trois points d'avance. Si pour les Nerazzurri un match nul vient à les qualifier, Tottenham devra l'emporter. Ces derniers sont actuellement dans une très grande forme, preuve en est la correction subie par le Chelsea de Sarri. Afin d'éviter de faire des calculs basés sur des confrontations directes, de la différence de buts et du calendrier encore à venir, avec Inter-PSV et Barcelone-Tottenham, les interistes disposeront de 90 minutes de jeu pour revenir avec, au moins, le point de la qualification en poche. Les Nerazzurri devront quoiqu'il arrive tout donner afin de ne pas avoir de regret au retour dans les vestiaires. Tottenham Mauricio Pochettino a déjà annoncé quelques changements comparé au match face à Chelsea. Cela se fera en défense avec Foyth, titulaire face au Blues, mais non repris sur la liste Uefa. A sa place, on retrouvera Vertonghen qui pour des raisons évidentes de santé, ne sera pas au meilleur de sa forme. Hélas pour lui, l'entraîneur des Spurs n'a pas d'autre choix, sauf celui de faire reculer Dier ou de lancer le jeune Walker-Peters. Rose fera aussi son retour, mais il a toutefois réintégré le groupe anglais qu'hier. Davies lui partira titulaire sur l'aile gauche. L'autre rempart touché est l'attaque, avec Lucas Moura ou Lamela à la place de Son. Pour le reste, on devrait voir sur le terrain Eriksen et Alli derrière la ligne d'attaque menée par Kane. Les joueurs indisponibles sont : Trippier, Sanchez, Wanyama, Dembelé et Janssen (ce dernier n'étant pas repris sur la liste Uefa) L'Inter Luciano Spalletti devra se passer des services de Sime Vrsaljko, l'aile droite sera donc confiée à Danilo D'Ambrosio. Skriniar et De Vrij devraient composer la charnière centrale et Asamoah le flanc gauche de la défense Nerazzurra. Miranda de son côté ne peut espérer que remplacer De Vrij, voire être titularisé à sa place. Par rapport au match face à Frosinone, Marcelo Brozovic fera son grand retour sur le terrain, Perisic sera titularisé sur l'aile gauche, Politano sur l'aile droite et Icardi en attaque. Nainggolan devrait également être sur le terrain dès la première minute. Si tel est le cas l'Inter proposera son désormais classique 4-2-3-1, même si ce dernier pourrait être amené à évoluer en fonction du déroulement du match. Les joueurs indisponibles sont: Dalbert (bléssé), Gagliardini et Joao Mario (non repris sur la liste Uefa) Les interistes sous le coup d'une suspension en cas de nouveau carton jaune sont: Skriniar, Brozovic et Perisic. Si ces derniers sont avertis ce soir, ils seront suspendu pour la réception au Meazza du PSV. Probables formations Tottenham (4-3-1-2): Lloris; Aurier, Alderweireld, Vertonghen, Davies; Sissoko, Dier, Eriksen; Alli; Lucas Moura, Kane Banc: Gazzaniga, Walker-Peters, Rose, Winks, Lamela, Son, Llorente Entraîneur: Mauricio Pochettino Suspendu(s): / Indisponible(s): Trippier, Sanchez, Wanyama, Dembelé Inter(4-2-3-1): Handanovic; D'Ambrosio, De Vrij, Skriniar, Asamoah; Vecino, Brozovic; Politano, Nainggolan, Perisic; Icardi Banc: Padelli, Miranda, Ranocchia, Borja Valero, Candreva, Keita Baldé, Lautaro Martinez Entraîneur: Luciano Spalletti Suspendu(s): / Indisponible(s): Vrsaljko Arbitre: Cüneyt Çakır - Turquie Assistant(s): Duran et Ongun Arbitres additionnels: Göçek et Simsek Quatrième arbitre: Eyisoy Here Comes To Pain ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Luciano Spalletti s'est livré en conférence de presse sur la rencontre décisive opposant l'Inter à Tottenham au Wembley Stadium. Deux résultats sur trois sont en faveur des Nerazzurri. Il sera donc important de bien gérer cette rencontre aussi bien tactiquement qu'émotionnellement. Tottenham doit l’emporter mercredi soir, qu’attendez-vous de cette équipe ? "J’ai écouté la conférence de Pochettino, je m’attends à ce qu’il a dit : Ils sont certains de pouvoir disposer des bonnes énergies pour remporter leurs deux derniers matchs, en s’imposant face à chaque adversaires. Je savais que nous allions devoir nous battre face à une équipe plus huppée que nous pour parvenir à nous qualifier. Pochettino est très fort du point de vue technico-tactique, l’équipe a changé de modulo et on retrouve la patte de l’entraîneur." "Il est aussi fort psychologiquement, ce qui est fondamental pour entraîner ce club, je confirme donc comme lui que tout peut arriver, mais aussi son contraire. Dans notre partie du monde, les choses peuvent être présentée comme je les vois, de façon divertissante : Cela faisait tant d’année que nous attendions un match de ce type, je veux dire à nos tifosi que nous sommes tous disposés à tout donner pour faire un résultat." "La qualification est quelque chose d’accessible, mais il faudra suer jusqu’à la dernière seconde : Mon équipe est capable de jouer le résultat face à n’importe quel adversaire, nous n’avons rien à cacher et nous jouerons à visage découvert." Pourrait-il s’agir, ce mercredi, d’un match marquant de l’Histoire Interiste ? "C’est une partie de ce calibre, le type de match que nous devons ambitionner et que nous devons jouer. Et nous ne sommes de toute façon pas sous pression car même si nous venons jouer dans ce monument du football qu’est Wembley, je tiens à dire que nous venons nous du Meazza est que nous sommes habitué à cette clameur, qu’elle soit positive ou négative." "Être sous-pression voudrais dire que nous n’aurions pas les qualités pour jouer dans l’une des équipes les plus fortes de l’Histoire Européenne, comme l’Inter, c’est là qu’il faut réaliser que nous sommes Da Inter. De ce que nous avons connu, excepté certains moments, nous sommes habitués à ce type d’engouement, celui d’affronter les grandes équipes. Et nous voulons continuer à les rencontrer et dans tous les cas, nous voulons nous améliorer." Quelle est la différence entre La Champion’s et la Serie A ? "Elle est d’un niveau différent car les équipes qui se sont qualifiée dispose d’une qualité de premier niveau dans leurs façon d’exprimer leur football. C’est le maximum, ce qui peut faire la différence, c’est que nous attendions de pouvoir disputer cette compétition depuis tant d’années." "Il y a six ans en arrière, cette compétition était vécue de façon différente, ces tournois sont fait de confrontations directes, demain, ce mercredi, ce ne sera pas une rencontre de groupe. Si nous ne ramenons pas des points à la maison nous pourrions ne plus être maître de notre destin. Jusqu’à présent, nous avions réalisé un très bon parcours et nous voulons conserver cette position que nous avons mérité." Comment gérer vous la possibilité d’avoir deux résultats positif sur trois ? "Il faut rester attentif. Nous devons gagner notre qualification, nous n’avons aucun avantage, les joueurs doivent penser de cette façon. Nous allons suer jusqu’à la fin, nous savions que nous allions connaitre cette situation en étant dans le quatrième pot. En ce qui me concerne, si quelqu’un pense fondamentalement à jouer à minima le résultat, il sera dans une mauvaise posture. Nous devons penser que la qualification au tour suivant se jouera sur ce match." Avez-vous été surpris par la façon dont Tottenham a maltraité Chelsea ? "J’ai vu la rencontre et j’ai envoyé des personnes sur place. Selon moi, ce match ne s’est pas passé comme vous le dite, ce n’était pas un mauvais traitement intégral. C’est vrai qu’ils sont très bien rentrés dans la rencontre et que Chelsea n’a pas réussi à faire tourner le ballon, je dirais même qu’ils en ont perdu énormément." "C’est clair que Tottenham était volontaire et convaincu, ils ont bien joué sur les ailes. Ils disposent de la force physique adéquate pour bien jouer au football sur un tel terrain. S’ils parviennent à rééditer cette performance, cela va nous poser des problèmes, selon moi, nous ferons face à un adversaire différent que celui que nous avons connu samedi soir." "Je pense que le plus important sera la façon d’aborder le match de façon concrète, en étant convaincu par nos caractéristiques. Si on laisse Tottenham gérer le match, cela va devenir très difficile." Avez-vous revu la rencontre de la Juve face à Tottenham de mars dernier ? "Beaucoup de temps s’est écoulé, je ne me souviens plus des conditions de l’époque. Je sais qu’actuellement Tottenham est à son meilleur niveau, bien entraîné car Pochettino est un grand entraineur. Tout dépendra toujours de la qualité des constructions des actions de jeu, nous ne devons pas être tenté par le fait de vouloir défendre le résultat que nous avons obtenu à la dernière seconde à la maison." "Cela peut mal tourner, prenez en exemple le résultat de Tottenham contre le PSV : Nous ne devrons pas leurs laisser d’espaces, ni leur offrir la possibilité de faire usage de leurs vitesses. Nous devrons faire notre match, je n’aime pas voir l’Inter attendre dans sa partie de terrain que son adversaire la piétine, je me sens mal en étant sous les coups des adversaires." "Outre le choix des joueurs, il y des rapports au quotidien que nous nous échangeons, sur la façon dont nous devons jouer au football, sur la façon dont nous construisons notre identité. Ensuite c’est évident que lorsque l’adversaire est en possession du ballon, nous devons clairement reculer et défendre. Nous ne pourrons pas être concentré par intermittence, cela pourrait nous faire vaciller…" Asamoah a déclaré que l’équipe avait muri comparé au match aller, dans quel secteur est-ce le cas ? "Je pense que nous avons pris, avant toute chose, confiance en cette réalité, que nous l’avons réalisé et vécu. Nous avons rencontré deux équipes plus fortes, et même au match aller, Tottenham nous avait mis en difficulté en proposant de bonnes choses." "Face à Barcelone, nous avons appris du match aller et cela s’est démontré lors du match retour où nous avions proposé une approche correcte, c’est évident que nous avions joué ce match à visage découvert. Toutes les rencontres donnent des indications, et nos joueurs ont le bon mental pour jouer dans une équipe du niveau de l’Inter." En phase de reconnaissance, vous avez analysé la pelouse : Comment l’avez-vous trouvé ? "Ce n’est pas un très bon terrain pour pratiquer un football de qualité, je pense que le spectacle en sera impacté. Ce terrain sera le même pour les deux équipes, cela se jouera à 11 contre 11, il y aura de l’émotion, de la peur, mais nous n’avons pas le temps d’être effrayé. Lorsque nous devons jouer sur un terrain de ce type, il faut se familiariser avec toutes des indications afin de pouvoir développer notre propre jeu." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Victor Newman

    Tottenham-Inter : L’UEFA critique Wembley

    Le match au sommet de la cinquième journée du Groupe B opposant l’Inter à Tottenham au Wembley Stadium ne sera pas reportée. Toutefois l’UEFA s’est montrée extrêmement critique vis-à-vis de la qualité du terrain anglais : "L’organisation du Football Européen est très déçue de la qualité de l’herbe. Le match entre les Spurs et les Nerazzurri se dispute seulement à quatre semaines d’intervalle de la rencontre de la NFL qui s’est déroulée sur le même terrain. Tottenham est également en attente de pouvoir retrouver son nouveau stade." Est-ce déjà une excuse en cas de Brexit ? Quoiqu’il en soit Mauricio Pochettino s’est livré à La Gazzetta Dello Sport sur la rencontre à venir et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas encore digéré le fait d’avoir été victime de la Pazza Inter, extraits : "Nous devons gagner bien sûr. Nous n’avons pas d’autres alternative si nous voulons parvenir à nous qualifier pour les huitièmes de finale en disputant notre dernier match à Barcelone. Nous ne sommes pas sous pressions, mais nous sommes stimulé par ce devoir de l’emporter, nous sommes confiant : L’Inter est une grande équipe qui est capable de faire des choses importantes, mais nous cherchons à reproduire notre prestation réalisée face à Chelsea. Si nous parvenons à jouer avec la même intensité que samedi dernier, nous pourrons l’emporter et atteindre notre objectif." Kane vs Icardi "Ce sont les meilleurs attaquants d’Europe, mais le football est un sport collectif, il ne se gagne pas via des individualités. De plus, outre Icardi, l’Inter dispose d’attaquants de qualités comme Lautaro et Keita. Cela vaut aussi pour nous avec Dele Alli, Lucas Moura et Lamela, nous sommes bien en attaque. Les deux joueurs auront leurs importance, mais pour gagner, il sera utile de réaliser une prestation d’équipe optimale." Kane & Icardi "Les grands joueurs peuvent coexister. C’est clairement le travail de l’entraîneur, que de parvenir à les rendre compatibles. Ils ont des qualités optimales via des caractéristiques différences. Ils pourraient faire un très beau duo d’attaque." 85’ minute, Giuseppe Meazza, le 18 septembre 2018 "C’est aussi difficile pour moi de comprendre ce qu’il nous est arrivé. Nous étions meilleur que l’Inter durant tout le match, mais nous avons perdu. Je ne peux pas nier que nous avons été marqués, car nous avions réalisé un grand match. Sortir battu du Meazza était une désillusion. Je ne cherche pas d’alibi ni à parler de chance dans le football, mais c’était une question de lucidité : Nous avons perdu notre concentration en fin de match et nous l’avons payé cher, la défaite est pour nous." L’heure de la revanche "J’espère que les supporters nous soutiendrons et que le stade sera plein. Que les 90 000 tifosi nous aiderons à gagner ce match. Nous allons affronter une grande équipe, l’une des plus importantes d’Europe, elle est composée de tant de grands joueurs. Nous avons la possibilité, si nous sommes à l’unissons de faire quelque chose d’important : Gagner." Le rival : Luciano Spalletti "Je le connais très bien, c’est un très grand entraîneur. Toutes ses équipes ont pratiqué un beau football et je m’attends à voir l’Inter venir à Londres pour jouer la gagne. Elle a un jeu très offensif mais aussi équilibré. Demain, nous jouerons tous l’attaque pour la gagne, je ne pense pas que l’Inter va venir ici pour défendre." La Légende Zanetti "Je l’ai toujours dis, j’ai eu la chance de jouer en équipe nationale avec ce champion qu’il est. Javier n’était pas qu’un simple équipier (il rit). C’est un ami cher avec qui j’entretien d’excellent rapports. C’est le Symbole de l’Inter, une personne exceptionnelle, un exemple de tout ce qui est correct. Je sais qu’il a tenu un beau discours à mon attention et j’en profite pour le remercier publiquement." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. L'UEFA a un plan pour mettre un terme à la création de la Super League : Valoriser encore plus la Ligue des Champions. Comme nous en informe Calcio&Finanza qui relaye le quotidien espagnol "As", la Fédération européenne de football envisage une stratégie pour répondre à l'éventuelle arrivée de la Super League. L'idée serait valide pour 2021-2024, elle consisterait à déplacer les rencontres européennes au week-end, en laissant la place en milieu de semaine, aux matchs nationaux. Une hypothèse contre laquelle des ligues nationales ont déjà été manifestés durant les dernières semaines. L'European Leagues qui est l'entité qui représente les championnats nationaux à travers l'Europe, a déjà approuvé un document dans lequel elle place une limite à la négociation avec l'Uefa pour les 3 ans concernés. Il y a deux points fondamentaux où l'European Leagues ne faiblira pas : Elle n'a aucune intention de renoncer aux matchs nationaux le week-end. Elle n'aucune intention de tolérer une augmentation d'écart des gains entre la Ligue des Champions et l'Europa League. Il semble pourtant que ce soit la voie suivie par la Fédération Européenne. Pour plaire aux meilleurs clubs, qui sont séduits par l'idée de créer la Super League, l'Uefa pourrait réviser les revenus de la Ligue des Champions à la hausse, après une réforme déjà introduite pour la saison actuelle : Les Clubs Historiques. En effet, une meilleure attention doit être accordée aux clubs historiques avec l'introduction d'un classement historique qui sera employé comme facteur de distribution des prix. L'Uefa est-elle sur le point d'imploser de l'intérieur sous la pression des grands d'Europe ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer l'excellent article précis et complet réalisé par Clément Pons pour le compte de Rmc Sport, sur ce qui s'annonce être la nouvelle guerre entre l'Uefa et la Fifa. Gianni Infantino, le président de la FIFA, veut créer deux nouvelles compétitions pour augmenter les sources de revenus de son instance. L’UEFA, le patron du foot européen, n’y est clairement pas favorable. Les réformes entamées par Gianni Infantino et le bureaux exécutif de la FIFA ne plaisent pas à tout le monde. Surtout pas du côté de Nyon, où se trouve le siège de l’UEFA. Car la sacro-sainte C1 pourrait être menacée par l’émergence de nouvelles compétitions voulues par le successeur de Sepp Blatter. Deux nouvelles compétitions dans les cartons Le suisso-italien prépare en effet un plan visant à créer deux nouveaux tournois "mondiaux". Des négociations secrètes auraient déjà été engagées avec un consortium international d’investisseurs – dont la banque japonaise SoftBank – qui a promis d’engager 25 milliards de dollars dans le projet explique le Financial Times. La proposition envisage une expansion de la Coupe du monde des clubs à 24 équipes (dont 12 européennes, contre sept en tout actuellement). Celle-ci se déroulerait tous les quatre ans. Une nouvelle ligue, cette fois-ci pour les sélections nationales, devrait également être créée. Elle viendrait s'ajouter à la Ligue des nations, organisée par... l'UEFA. La FIFA veut diversifier ses sources de revenus Les raisons avancées par Infantino? "Des avantages sportifs évidents pour le football dans le monde et une croissance durable de notre jeu en attirant des investissements jusqu’alors jamais vus dans le foot". Du côté de l’UEFA, on monte au créneau. Mercredi, l’instance européenne a critiqué le "timing hâtif et le manque d’informations concrètes" sur ce plan. Créer de nouvelles compétitions permettrait à la FIFA de s’émanciper de la seule Coupe du monde, qui représente 90% de ses revenus (droits TV et commerciaux), et diversifier ses revenus. Des diffuseurs télés avides de grosses affiches La nouvelle version de la Coupe du monde des clubs permettrait aux diffuseurs télé de mettre en scène de grosses affiches entre les mastodontes européens. Surtout, cela viendrait remplir les agendas déjà ultra-chargés des clubs. Mais la FIFA a des arguments: la Coupe du monde des clubs aurait lieu en juin à la place de la Coupe des Confédérations qui n’existerait plus. Pour la Ligue des nations "made in FIFA", les matchs auraient lieu sur des créneaux jusqu’alors réservés aux matchs amicaux. La semaine dernière, plusieurs "superclubs" dont le Barça, la Juventus de Turin ou le Real Madrid ont apporté leur soutien à cette réforme. D’autres équipes, attachées à l’esprit (un peu plus) universaliste de la C1, se rangent du côté de l’UEFA et craignent un renforcement des disparités entre les clubs européens les plus riches et les plus pauvres. La guerre ne fait que commencer...
  14. gladis32

    Ranking UEFA : l'Inter va mieux

    Milan - Avec la victoire contre Tottenham, l'Inter est passé de 16 à 22 points, terminant à la 60ème place. L'Inter est de retour en Champions League et a fait de son mieux en battant Tottenham lors de ses débuts. Une victoire fondamentale permettant aux nerazzurri de jouer pleinement leur chance de passer le premier tour, mais pas seulement. Les trois points obtenus par l'Inter ont également permis un grand bond en avant en ce qui concerne le classement UEFA. Le club avait terminé la saison 2017/18 à la 83ème place (la conséquence, le chapeau 4 lors du tirage) et maintenant avec la qualification pour la Champions la saison dernière et la victoire de mardi, l'Inter est passé de 16 à 22 points. Grimpant à la 60ème place et laissant la 83ème à son cousin l'AC Milan AC avec 14 points. Le Real Madrid reste en tête avec 133 points, suivi du Bayern et de Barcelone. Le premier des italiens est la Juventus, cinquième avec 109 points. Voici le classement des Italiens: 13) Rome - 68 000 15) Naples - 67 000 40) Lazio - 33 000 60) Inter - 22 000 Voici comment sont attribués les points aux participants à la Champions League 2018/19: Prime de participation à la phase de groupes - 4 points Victoire en phase de groupes - 2 points Nul en phase de groupes - 1 point Prime de participation au second tour - 4 points ® JY DS - internazionale.fr
  15. L'UEFA a donné son feu vert à la création dès 2021 d'une troisième coupe européenne, ouverte à 32 clubs, a annoncé mardi Andrea Agnelli, président de la Juventus Turin et de l'Association européenne des clubs (ECA). "Le feu vert a été donné à la création d'une troisième compétition européenne de clubs, portant à 96 le nombre total de clubs participant aux compétitions, à partir de la saison 2021/2022", a indiqué M. Agnelli lors de l'assemblée générale de l'ECA à Split (Croatie), selon le compte Twitter de l'ECA. L'UEFA "réfléchit en permanence au format de ses compétitions et étudie une variété d'options", a indiqué l'UEFA dans une réaction transmise à l'AFP. L'instance "discute de différentes idées au sein de la Commission des compétitions de clubs, avant qu'une décision ne soit prise sur des changements potentiels", a-t-elle encore ajouté. La création de cette nouvelle compétition, voulue par les petits championnats, doit encore être officiellement validée par le Comité exécutif de l'UEFA. Cette réforme, si elle est adoptée, impliquera de faire baisser de 48 actuellement à 32 le nombre d'équipes engagées en Europa League pour atteindre le nombre de 96 équipes engagées dans les trois compétitions. Aucune précision n'a encore été donnée sur les modes de qualification pour cette 3e Coupe d'Europe. Il n'existe plus que deux Coupes européennes des clubs, la Ligue des Champions et la Ligue Europa, depuis la disparition en 1999 de la Coupe des Coupes, ouverte aux clubs vainqueurs de leur Coupe nationale. Le dernier vainqueur en était la Lazio Rome. Le Paris-SG l'avait remportée en 1996, en battant le Rapid Vienne (1-0). A la suite "des demandes de membres de l'ECA d'augmenter le nombre de clubs participants aux compétitions de clubs de l'UEFA, l'option privilégiée a été de développer une 3e compétition avec 32 équipes", a ajouté M. Agnelli, dans un communiqué de l'ECA. "Le facteur déterminant a été le besoin d'accroître la valeur globale des compétitions", a-t-il ajouté. ®AFP
  16. JY DS

    Souvenirs et destins croisés

    Le voir comme ça, portant une veste et une cravate, fait toujours une certaine impression. Très élégant, comme il l’était sur le terrain, Javier Zanetti est toujours déterminé à défendre son Inter : "Les mots de Perez sur Modric seront évalués le moment venu". Il l'a défendu 860 fois sur le terrain, une histoire infinie. Il continue à le faire en tant que manager, après l’énième flèche lancée par le président des Blancos. Le sentiment que vous avez en le regardant, c’est qu’il peut retourner sur le terrain tranquillement et faire la différence à nouveau. Il aimerait sûrement le faire cette année. L’Inter revient en Champions League, sept ans après sa dernière apparition. Schalke 04 - Inter, 13 avril 2011. Sur le terrain, dans le onze de départ, il était là évidemment. Il jouait dans le milieu de terrain déployé par Leonardo avec Stankovic et Thiago Motta à ses côtés. Au stade Veltins Arena, les Nerazzurri devaient remonter le 2 à 5 du match aller. Une mission impossible, qui sera confirmée en tant que telle. Un salut triste à la plus belle compétition du monde, mais lui au moins il peut dire qu’il a déjà soulevé ce trophée. Car le splendide parcours de l’Inter de Mourinho est encore dans toutes les têtes. Pour y parvenir, Zanetti et ses coéquipiers ont dû d'abord éliminer Barcelone : une victoire 3-1 à San Siro lors du match aller, une défaite 1-0 au Camp Nou au match retour, avec beaucoup de suspens dans les dernières minutes. Pour défendre les cages de Julio César du siège catalan ainsi que des 96 000 personnes du New Camp, il était également présent, lui Le Capitaine. Cette année cependant, il devra se contenter de regarder son Inter depuis la tribune. Oui, parce que l'Inter est de retour dans l’Europe qui compte et rencontrera justement Barcelone. Du triplé à la tentative de renaissance, d'un règne européen à une équipe qui veut essayer de gagner à nouveau. Tant de choses ont changé : d'une part il ne reste plus que Messi, Busquets et Piquè, d'autre part ... personne. Pas même Milito, le héros de ce millésime. À sa place, il y aura Icardi, que Barcelone connaît très bien. Il l'a goûté, l'a rêvé. Il est arrivé à l'âge de 14 ans, après avoir échappé à la pauvreté en Argentine après avoir marqué 384 buts en six saisons avec les jeunes du Vecindario. Dans la « cantera » blaugrana, il marque 38 fois en deux ans, mais son style de jeu est trop éloigné du tiki-taka de Guardiola, tout comme l’était Ibra. Ce soir là, Icardi, a très probablement regardé le match depuis les tribunes. Ou sur la ligne de touche, où le garçon était ramasseurs de balle avec ses amis. Maintenant, il va jouer et il va devoir faire face à Vidal. Presque acheté par l'Inter mais le club s’est tourné vers un rêve plus ambitieux. Qui sait lequel des 2 pourra prendre sa revanche ? Un saut en avant le 2 novembre 2010 : L’Inter de Benitez a du mal à décoller en Serie A, mais en Champions League, c'est une merveille. Sept points dans les trois premières journées du groupe, avant le voyage à White Art Lane. De l'autre côté, le Tottenham d'Harry Redknapp, de retour dans l'Europe qui compte après 48 ans. Une petite créature qui est en train de naître et qui éliminera le Milan d'Allegri en 1/8 ème. Ce soir-là, les Nerazzurri en paieront le prix, battu par 3-1. Le but de Van Der Vaart débloquera la partie. Sur assist de ? Luka Modric, l'ironie du destin. Un grand talent de 25 ans, qui compte désormais 4 Ligue des Champions, et la médaille d’argent au mondiaux de Russie. L’Inter cet été l'a rêvé, peut-être touché… Comme un certain Bale au match aller. Le 20 octobre de la même année, au Meazza, l’Inter s’est imposé 4-3. Match plein de rebondissements, vous dites ? Mais non, ce n'est pas comme ça que ça s’est passé. C'est un 4-1 qui, dans le temps additionnel, s’est transformé par les chevauchées de ce Gallois, né dans la même ville de Giggs et passionné de rugby. Dans la « Scala Del Calcio » il marquera un triplé, le premier de sa carrière. Il en fera beaucoup d'autres, atteignant un total de 151 buts marqués. En attendant, il est devenu l'une des nombreuses stars du Real Madrid qui, trois ans après la nuit magique de San Siro, l'a achetée pour 100 millions. Inter, que le temps passe vite… Véloce. Comme Ronaldo, « Il Fenomeno ». Sa première équipe européenne ? le PSV, le champion néerlandais en titre et le prochain adversaire de l'Inter en Ligue des Champions. À la fin de l'année 1995, sur le Guerin Sportivo, un article a été publié sur les jeunes promesses du football mondial. En photo, il y a lui, capturé dans une action de jeu. La photo semble presque bougée tant ça va vite. Rien d'étrange pour celui qui, un an auparavant, avaient décroché le titre de champion du monde au Brésil sans jouer une minute. Pour celui qui est arrivé en Hollande pour six millions de dollars de Cruzeiro après une enfance très difficile, il avait traumatisé l'ensemble de l'Erdevise avec 30 buts en 33 matchs. "Il y a l’Inter sur lui". Deux étés plus tard, voici le transfert à l’Inter. Moratti en est amoureux et décide de payer la totalité de la clause de résolution de 48 milliards de lires. Il le fait en remplissant les coffres de ... Barcelone. 1 an seulement en Blaugrana, juste le temps de marquer 47 buts sur 49 matches officiels et de marquer le penalty décisif qui amène à Barcelone la Coupe des vainqueurs de coupe au détriment de Psg. Histoires de champions. Buts et records. Histoires de Ligue des Champions. Inter, Barcelone, Tottenham et PSV, unis par le passé, par les chiffres et par les protagonistes. D'un seul but commun : passer le virage et continuer la route vers Madrid. Voici un autre coup du destin : Le 22 mai 2010, à Madrid, l'Inter gagnait la Ligue des Champions après 45 ans. Oui, comme le temps passe vite … Trop vite. ® JY DS - Internazionale.fr
  17. En effet, à la mi-juillet, l'inter a conclu un accord avec l'UEFA qui permettra à Luciano Spalletti de ne pas se priver d'un joueur dans sa liste des 22. Pour quel motif ? Normalement, l'Inter aurait dû, pour disputer la Ligue des Champions 2018-2019, se conformer à des limitations similaires à celles qu'elle avait connue lors de son dernier tournoi en Coupe d'Europe, soit l'Europa League 2016-2017. Lors de cette saison, un mécanisme était en place, il était interdit au club de reprendre sur sa liste un joueur recruté pour une valeur supérieure à celle de la meilleure vente réalisée. C'est la raison pour laquelle, il y a deux ans, Kondogbia, Joao Mario, Gabriel et Jovetic se sont retrouvés exclus de cette liste. En 2016-2017, l'Inter était confrontée à une situation bien compliquée, car elle ne disposait pas de joueurs "incroyables", l'équipe était en pleine restructuration et avait perdu quelques joueurs partis gratuitement. Comble de la situation, au cours de ces deux dernières saison, la valeur de ces joueurs a explosé après l'effet Neymar... L'Uefa a tenu compte de ce facteur En effet, l'instance européenne a inséré dans le cumul des ventes de l'Inter, non seulement l'argent récoltés par la vente des joueurs inscrits en Europa League 2016-2017 (Murillo, Eder, Banega, Medel), mais l'Uefa a également pris en compte les ventes de ceux qui n'ont pas été repris sur la liste européenne, à savoir Kondogbia, Jovetic et les jeunes pousses sacrifiées... En conséquence L'Inter n'aura plus à respecter cette règle pour compiler sa liste, ce qui aurait été douloureux pour Spalletti. En effet, le travail réalisé par Gardini, Ausilio et Baccin, au cours des 14 derniers mois, en regard aux ventes de nos joueurs, a porté ses fruits. De fait, la totalité de l'argent récolté dans sa "Tirelire", permet à l'Inter de pouvoir insérer dans sa liste des 22, n'importe quel joueur de son noyau. Cela vaut pour Dalbert, Skriniar, Gagliardini, Vecino et la cuvée 2018-2019. Il est également évident qu'il faudra prendre en considération l'arrivée éventuelle de joueurs importants En effet à titre d'exemple, si Luka Modric vient à signer, il pourra être repris dans la liste, mais forcément, un joueur présent actuellement à l'Inter verra "sa" place prise. De plus, en fonction de divers facteurs, il faudra le cas échéant réaliser une ou plusieurs ventes, afin de ne pas "dépasser" le montant récolté dans la tirelire interiste. Pour l'heure, tous les joueurs sont convocables. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Nulla E Impossibile per Questa Inter ! Piero Ausilio a réussi l'impossible en atteignant les 45M€ de plus-values, à l'aide des trois transferts qui seront officialisés ce samedi 30 juin ! L'information a été dévoilée sur Sky Sport et a été publiée par nos confrères de Fcinter1908.it. Le mérite de cette réussite, dans ce parcours du combattant, revient entièrement à notre Directeur Sportif qui a dû jongler entre le Gouvernement de Pékin et l'UEFA. Les trois transferts qui permettent à l'Inter d'être à l'équilibre, au niveau de son bilan 2017/2018, sont : Nagatomo à Galatasaray Jonathan Biabiany à Parme Carraro à l'Atalanta Feu vert du Suning Piero Ausilio aura aussi marqué les esprits en recrutant, à de très bons prix, Radja Nainggolan et Politano. Moussa Dembélé et Alessandro Florenzi sont également dans le viseur de l'Inter ! Comment est-ce possible que l'Inter puisse recruter du "lourd" ? Pour faire simple, la Direction de l'Inter a reçu l'ordre du Suning, tout en respectant une limite économique, de construire une équipe qui sera immédiatement capable de se battre et de concourir en Ligue des Champions. Et dire que le Mercato n'a pas officiellement débuté... Grazie Piero ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Il s'agit du plus grand paradoxe que l'Inter ait connue : Grâce aux sanctions, qui étaient prévisibles, l’UEFA a permis à l'Inter de blinder Skriniar. Rappel des faits La réponse tant attendue de Nyon est arrivée : "L'Inter n'a pas eu droit à une libération anticipée, d'une année, du Settlement Agreement. Forcément être sous le coups de cette sanction reviens à remettre à l’UEFA une liste moins importante de joueurs convocables pour la prochaine Ligue des Champions." L'Inter va devoir équilibrer ses recettes et ses dépenses, mais en ce qui concerne les recettes, si l'on se base sur la liste des joueurs, des gains en capitaux pourraient débarquer, de là où on ne les attendait pas. En effet, une plus-value doit être réalisée sur les joueurs qui ont été repris lors de la dernière édition européenne de l'Inter, soit lors de la saison 2016-2017. En 2016-2017, la liste était composée des joueurs suivants : Handanovic, Carrizo, Berni; Andreolli, Ansaldi, D'Ambrosio, Miranda, Murillo, Nagatomo, Ranocchia, Santon; Banega, Brozovic, Candreva, Medel, Felipe Melo; Eder, Icardi, Palacio, Perisic, Biabiany. Le Changement, c'est Maintenant Plusieurs joueurs sont arrivés à Milan après la saison 2016/2017 Škriniar (25 millions) Dalbert (20 millions + bonus) Asamoah (gratuit), De Vrij (gratuit) Vecino (24 millions), Borja Valero (5,5 millions) Gagliardini (22,3 millions) Lautaro (25 millions) Karamoh (7 millions) Le total de ses acquisitions est de 128,8 millions dépensés. Au niveau de l'argent récupérés, pour l'heure, nous pouvons compter sur : Murillo (10 millions), Medel (2,5 millions), Banega (7,7 millions) Nagatomo (qui devrait partir environ 3 millions) Ansaldi (qui devrait signer au Torino pour 4 millions d' euros) Le total des ventes est de 27,2 millions d'euros La différence entre 128,8 et 27,2 est donc de de 101,6M€ de déficit et ce sans tenir compte de la dépréciation des joueurs déjà présent dans l'équipe, comme l'avais souligné Ernesto Paolillo et dont il règne sur certains joueurs, quelques incertitudes. Avec l'Inter, rien n'est jamais simple, ce n'est pas pour rien qu'on la surnomme "Pazza Inter" Depuis la saison 2016-2017, des joueurs sont venus et d'autres sont aussi vite repartis. Pourtant l'objectif mis sur les nouveaux arrivants était de les voir percer pour ne pas être forcé de les revendre, de fait, l'Inter aurait pu être dans les clous de l’UEFA. Certaines restrictions, en 2016/2017, avaient également forcé l'Inter à se priver de Kondogbia, Jovetic, Joao Mario et Gabriel. Voici donc la raison pour laquelle, l'Inter n'a pas eu droit aux mêmes égards que la Roma, et c'est tout à fait logique. L’UEFA nous blinde Skriniar Il faut absolument prendre connaissance de cette information, il serait inutile de vendre Milan Skriniar, même pour 70 millions. Cela ne permettrait pas à l'Inter de résoudre ces problèmes, car le défenseur slovaque ne faisait pas partie de l'équipe en 2016/2017. Le Règlement de l’UEFA est précis et stipule que tout gain ne serait uniquement utile que pour des raisons budgétaires (avec leurs économies et sur base du tableau d'amortissement.) Pour l'Inter, le plus intéressant serait de vendre deux joueurs qui sont apparus dans la dernière liste présentée à l'UEFA. Mais ce qui se passe pour Skriniar, est également valable pour Joao Mario, Gabriel, Vecino et Borja Valero. Leurs ventes n'auraient aucun impact sur la liste des 22. L'Inter pourrait aligner son Armada, à une condition L'Inter a besoin d'apport et d'obtenir de bons avantages économiques, si elle tient à se libérer quasi immédiatement du Settlement Agreement, mais pour ce faire, il faudrait combler ce trou de 101,6M€. Si l'on se fie à la liste des joueurs présents lors de la dernière Coupe d'Europe, trois joueurs présents à l'époque pourraient remettre immédiatement l'Inter sur de bons rails: Icardi et ses 110M€ équilibreraient immédiatement les comptes Mais si l'Inter veut éviter de perdre son Capitaine, elle peut mettre en "vente" ses Croates: Brozovic, même s'il dispose d'une clause de 50M€ pourrait être vendu pour un meilleur prix, tout comme Perisic. L'objectif concernant ses deux derniers serait de récolter 70M€, ce qui porterait le passif du club à 31,6M€. Si cela, venait à se faire, l'Inter devrait alors laisser certains de ces achats "post-2016-17" hors de la Champions, comme par exemple ne pas reprendre Gagliardini et Vecino, qui ont été respectivement payés 22,3 millions et 24 millions. Concernant Dalbert et ses 20 millions, il ne faut même pas en discuter. Comment mettre en place une liste des 22 et se remettre à niveau ? L'Inter est aux prises avec l'entente du règlement signé avec l’UEFA et doit faire très attention lors de la compilation de sa liste pour la Ligue des Champions. Comme vous le saviez tous, le bilan de l'Inter, lors de sa saison en Europa League en 2016/2017, aurait dû être à l'équilibre. Si tel avait été le cas, l'Inter aurait pu inscrire ses nouvelles recrues et ses joueurs déjà présents dans l'équipe, mais qui ne figuraient pas dans la liste de l'Europa League. Le Corriere Dello Sport nous éclaire sur le sujet Si l'on prend la situation, aujourd'hui, toute une liste de joueurs ne seraient pas convocables : Škriniar Gagliardini Vecino Borja Valero Lautaro Martinez Nainggolan Pour que ces derniers puissent être repris, la solution la plus facile serait de vendre Icardi, mais l'Inter reste zen et détendu, Chinese Spirit. Des ventes qui ont fait du bien Avec le rachat de Murillo par Valence et certains départs des joueurs de la saison 2016/2017, l'Inter a déjà récolté 25M€, auxquels on peut rajouter la marge de ceux qui ne sont restés que 2 ans au club, soit 10 millions. Plus les recettes des joueurs qui n'étaient pas inclus dans la liste 2016/2017 de l'Europa League, mais qui ont été vendu : Kondogbia 25 millions et Jovetic 10 millions. L'Inter pourrait aussi se séparer de Vecino, si Sarri va à Chelsea. Si tel est le cas, une offre de 30M€ est déjà prête du coté de Londres. Pour augmenter ce chiffre, l'Inter a également vendu ses jeunes qui étaient sur la liste B: 3,5 millions sont arrivés de Miangue 12 millions, pour Radu et Valietti Seul Pinamonti est manquant Et il est fort probable que Santon et Biabiany se voient aussi montrer la porte de sortie Cette manne d'argent permet à l'Inter de garder le sourire et de faire le job, car avec la vente de certains indésirables, l'Inter serait déjà capable de récupérer 56,5M€. Et comme on sait que notre club compte encore vendre cet été (Mario, si tu nous entends...) il est fort à parier que l'Inter sera définitivement "libre" en 2019. Sauf vente exceptionnelle, dès cette année. Le Saviez-vous ? L'Inter doit se "mettre" en règle sur base de la saison 2016/2017: Pour chaque joueur qui arrive, il faut en sortir un avec une valeur égale. C'est la théorie, mais dans la pratique, l'Inter a déjà vendu des joueurs, pour une somme avoisinant les 30 millions d'euros et le travail continue. Un vrai tournant peut venir de la concession que l'UEFA a faite dans l'accord de règlement : La possibilité de libérer de la place en vendant même ceux qui ne faisaient pas partie de cette liste mais qui étaient dans le noyau. Et nous parlons, bien sûr, de Kondogbia, Jovetic, Joao Mario et Gabriel. Mais cette concession est-elle valable pour tous ou existe-t-il une limite ? Voici ce que nous dévoile Calcio&Finanza "L'accord de règlement a également imposé des sanctions sportives : Une limite de 21 joueurs pouvant être inscrits pour les compétitions de l'UEFA Champions League ou de l'UEFA Europa League durant la saison 2015/2016 et une limite de 22 joueurs pour la saison 2016/2017, avec la possibilité que ces limites s'étendent à l'UEFA Champions League ou UEFA Europa League pour les saisons 2017/2018 et 2018/2019 dans le cas où Inter ne se conforme pas aux sanctions financières prévues dans l'accord." "Il est autorisé aux joueurs juste achetés d'être enregistrés pour l'UEFA Champions League ou l' UEFA Europa League dans les saisons 2015/2016 et 2016/2017 dans la mesure où le coût des nouveaux joueurs inscrits est tiré du produit des joueurs qui sortent de la liste, avec la possibilité d'exception pour un joueur qui a disputé la saison 2015/2016 et de deux joueurs pour la saison 2016/2017. Il existe une extension possible pour les sessions 2017/2018 et 2018/2019, si l'Inter ne respectent pas les sanctions financières envisagées dans l'accord." Voici le point clé Des places peuvent être trouvés en se basant sur des joueurs qui étaient interiste en 2016/2017. L'un en étant vendu, les deux autres figurant parmi les exceptions. On parle donc ici de Kondogbia et Jovetic. Mais il se pourrait aussi que le troisième larron puisse être Joao Mario. L'Inter peut se construire une équipe compétitive pour la Serie A, pour cette saison la Ligue des Champions est à considérer comme une "manne financière" bonus qu'il fallait absolument atteindre, pour viser plus haut à l'avenir. Répondez à cette question: Préférez-vous être libéré du FPF via la vente d'Icardi ou préférez-vous connaitre une saison compliquée en Ligue des Champions, avec votre Capitaine à la barre ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. C’est confirmé, l’Inter devra faire face aux limites imposées par le Fair-Play-Financier sur base de la saison 2016/2017, année où le club n’a que partiellement atteint les objectifs fixés. Quelles seront les sanctions pour le Fair-Play-Financier 2018/2019 ? En conséquence, des sanctions sportives telles que des restrictions sur les transferts et la limitation du nombre de joueurs attribuables aux compétitions européennes seront appliquées pendant la saison 2018/19. Pour simplifier, le régime du Settlement Agreement (le contrat qui nous lie à l'UEFA) restera en application pour l’année à venir. Ce qui était déjà prévu lors des accords signés, en son temps, par Erick Thohir. L’UEFA admet que l’Inter a respecté ses obligations de rentabilités En effet, en analysant le bilan du 30 juin 2017, la Fédération Européenne souligne le fait que l’Inter a clôturé son budget à l’équilibre. Les comptes de l’Inter ont donc été approuvés, y compris les sponsorisations Made In Suning. Des accords que l'UEFA, si elle ne les avait pas considéré à leur juste valeur, auraient pu être réduits dans les comptes du club. Qu’est-ce qui a empêché l’Inter de sortir du Settlement Agreement, comme la Roma ? Des palettes n’ont pas été approuvées. Elles concernent la zone sportive, en particulier le montant de l'amortissement des joueurs. L'Inter a en effet eu l'obligation de faire baisser la dépréciation, selon l'accord signé avec l'UEFA. Cependant, les nombreux achats de ces dernières saisons, comme Joao Mario et Gabriel n’ont pas permis au club de se conformer à cette obligation, puisque non seulement la dépréciation n’a pas diminué, mais elle a même augmenté. Impact sur La Ligue des Champions et sur le Mercato Comme ce fut le cas récemment, l’Inter maintiendra également pour la prochaine saison certaines restrictions. La limite imposée de 22 joueurs (Liste A) pour disputer la Coupe d’Europe en fera partie. Il y aura également et comme d’habitude, l’obligation d’avoir les recettes et les dépenses sur le Mercato, en équilibre. Communiqué officiel de l’Inter au Club Financial Control Body de l’UEFA "Le FC Internazionale prend acte de ce qui lui a été communiquée par l’UEFA aujourd'hui. Le Break-Even pour la saison 2016-2017 a été atteint, et le Settlement Agreement, qui devait prendre fin en juin 2019, reste effectif. En conséquence, l’Inter appliquera les restrictions relatives au noyau destiné aux compétitions européennes, à savoir déposer une liste de 22 joueurs, tout en conservant la nécessité de maintenir un équilibre entre la valeur des joueurs achetés et vendus." Aucun impact sur le mercato “L’Inter aura des restrictions sur la liste de l'UEFA, ce qui signifie que chaque joueur inclus dans la liste doit correspondre à un transfert de valeur identique. Ainsi, si l'Inter achète Radja Nainggolan pour 30M€, elle devra pour le mettre dans la liste des 22, vendre un autre joueur pour la même somme. Cette restriction ne concerne que la Ligue des Champions." Mais ce n'est absolument pas nouveau pour l'Inter, le club savait déjà depuis longtemps qu'elle serait la position de l’UEFA. Et en ce qui concerne l’équilibre au 30 juin 2018, comme convenu dans le Settlement Agreement, l’Inter parviendra à le résoudre et faire en sorte qu’il n’y ait aucun problème, ni pour elle, ni pour le mercato. Il est bien plus facile d’agir de façon correcte, lorsque l’on est déjà au courant de la situation. Ernesto Paolillo donne son avis sur les sanctions prises à l’écart de l’Inter par l’Uefa "Selon le contrat signé avec l'UEFA, nous aurions pu en discuter, nous avons eu raison de le signer, l'Inter s'est engagé à maintenir l'équilibre du budget et un équilibre entre les achats et les ventes. Pour acheter Radja Nainggolan et le mettre dans la liste de l'UEFA, L’Inter doit vendre pour une valeur égale, il n'y a rien à faire." Donc Skriniar, qui n'était pas sur la liste de l'UEFA il y a deux ans n’est pas concerné, car il y a eu une année d’amortissement ? "Exactement. Si un joueur a été acheté 30M€ sur une période de trois ans, cela signifie que l’on en retire 10M€ par an, ce n’est pas rien. Vous ne pouvez pas vous permettre de faire un "Grand Mercato", vous devez agir de façon modérée et intelligente. Donc, pas de folie à la Neymar. Il faut que le tout puisse parvenir à l’équilibre. Vous pouvez faire de bons achats, mais vous n’aurez pas des joueurs qui décident du jeu." "Il existe cependant une façon de contourner ce système : Celui de se faire prêter pour un an, un joueur et l’acheter à la fin du prêt, et commencer à payer pour cela à partir de l'année après." Icardi, la solution ? "C’est évident que vendre Icardi mettrait fin à tous les problèmes du Fair-Play-Financier. Si vous le vendez, le bilan se porte mieux et il y a un plus grand gain en capital, mais en terme de joueur : L’Inter est lié à Icardi." Joao Mario et Gabriel ? "Chaque transfert surpayé est une erreur…" La Primavera ? "Depuis plusieurs années, l’Inter ne se sert plus dans son vivier pour alimenter l’équipe première… Ce lien a disparu. Il suffirait de les voir jouer un match en équipe première pour voir leurs valeurs augmenter. Ils ne sont pas prêt à disputer la Ligue des Champions, mais ils pourraient remplacer des joueurs, en Championnat, qui disputeraient cette compétition." "Mourinho a eu l’idée de lancer Santon et Balotelli. Mais dans le contexte actuel, vous ne pouvez pas lancer des jeunes en Serie A à 1M€ la saison comme Pinamonti et ne pas les faire jouer. Vous êtes en tort sur deux points : Le premier est de l’avoir signé et le second de ne pas l’aligner." Mon avis sur le Fair-Play-Financier ? "Le Fair-Play financier s'est avéré ne pas être parfait, il n'attire plus les investisseurs dans le football. Si j'achète un club, et je ne parle pas de notre Indonésien, mais bien de nos Chinois, je me retrouve confronté à tout le poids du passé, je ne peux pas investir et je ne peux pas mettre à niveau le club. Vous devez trouver un moyen d'amortir des achats et d'encourager l'investissement, cela n'existe pas. C’est un point qui aurait besoin d’être corrigé." Cette décision n’a aucun impact sur l'avenir de Nainggolan à l’Inter Selon la Gazzetta Dello Sport, les deux parties, l’Inter et le joueur, sont très proche et l’affaire est sur le point de se conclure pour plusieurs motifs : Le premier de tous est le feeling entre Nainggolan et Luciano Spalletti, qui voulait déjà recruter le Ninja il y a un an, mais la prolongation de son contrat durant la tournée américaine a mis fin à cet espoir. Le second point est que Luciano a toujours suivi Radja et ces dernières semaines des sondages ont eu lieu afin de voir si un mariage était plausible. Les relations entre l’Inter et l’agent du joueur, Beltrami, sont au beau fixe, preuve en est un café pris fin mai à Milan avec Piero Ausilio. Le dégoût envers la Roma : En effet, le club de la Capitale a mis en vente deux joueurs : Nainggolan et Strootman, et si elle ne devait en garder qu’un, ce serait le Hollandais. De plus, du coté de la Roma, pour sortir définitivement du Settlement Agreement, il suffit au club de réaliser une simple cession pour rentrer dans les paramètres de l’Uefa. Tous les voyants sont aux verts quant au départ de Radja Nainggolan. La dernière offre concernant Radja est la suivante 25M€ + un jeune de la Primavera Championne d’Italie. La Roma souhaiterait augmenter le prix du transfert et la transaction semble devenir expéditive, à tel point que Luciano Spalletti attend son Ninja le 9 juillet à Appiano. L’arrivée du Fair-Play-Financier 2.0 Prochainement, les conditions pourraient changer grâce à l'introduction du Fair-Play-Financier 2.0. Ce dernier se basera sur les bilans clôturés au 30 juin et devrait permettre plus de compromis que l’actuel Fair-Play-Financier. En effet, ce dernier songerait à sanctionner tout club à quasi un an de distance. Cela se fera par la présentation d'un projet sur le bilan suivant et une évaluation serait réalisée sur les incidences du précédent bilan. Comme c’était prévu par Ausilio : vendre d’ici le 30 juin et acheter intelligemment, beaucoup l’ont critiqué, mais si l’Inter limite la casse, elle le doit en partie à son Directeur Sportif. Bonne Chance à l'Ac Milan.... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Combien peut dépenser l’Inter sur le Mercato, dès le 1er juillet 2018 ? Cette question conditionne chaque année les rêves des tifosi. Marco Iaria, de la Gazzetta Dello Sport s’est penché sur le sujet : 30 Juin 2018 "L’Inter doit récolter une quarantaine de millions de plus-value, pour faire face aux obligations qui la lient au Fair-Play-Financier. Une fois cette situation entérinée, Piero Ausilio pourra se faire "plaisir". Dès le 1er juillet, les palettes imposées par la nouvelle version du Fair-Play-Financier de l'UEFA seront beaucoup moins rigoureuses, ce qui permettra à tous les clubs, d'avoir également une plus grande portée d'action sur la liste de l'UEFA qui jusqu'à présent imposait l’équilibre entre les achats et les ventes." Le futur passe par le Suning La facturation de l’Inter a décollé depuis l’arrivée de notre propriétaire : 274M€ en 2016-2017, un peu plus de 300M€ pour l’année 2017-2018. Et cette saison, il y a la Ligue des Champions, dont les 40M€ de revenus supplémentaires seront utilisés dans la campagne d'achat, ainsi que le soutien habituel de Suning qui donne de l'oxygène aux dépenses courantes comme les salaires et les amortissement ont augmenté. Notre tendance sera donc de continuer à voir ces sommes grandir. Le saviez-vous ? Au NET des cessions, l’Inter pourra se permettre un solde négatif sur les transferts de 70M€, qui devront être étalés sur plusieurs exercices. Une fois sorti du Settlement établi par Erick Thohir, le Fair-Play-Financier existera toujours pour tous les clubs, avec 30 millions de pertes maximales en 3 ans (dont 25 qui seront couvertes par l'actionnariat). ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Le Fair-Play-Financier essaye de donner de la stabilité au système du football, mais actuellement, il est créé encore plus d'écart entre les clubs riches et ceux qui cherchent à récupérer leurs lustres d'antan. Les nouvelles règles de Fair-Play 2.0 mèneront à une plus grande transparence. Cette nouvelle formule évitera de voir les riches s'enrichir de plus en plus. Les sanctions de l'UEFA pour le PSG pourraient arriver au sujet des transactions relatives aux transferts de Neymar et MBappé. Selon La Gazzetta Dello Sport "Le système actuel est pervers car il lie la croissance d'un club exclusivement à la hausse des revenus. Et il est arrivé ces dernières années que des techniques de sponsorisations opaques ont permis d'établir des avantages pour des "Clubs-Etats", tel que Manchester City et le Psg. Les gardiens de l'autre puissance transversale restent les deux grands d'Espagne: Le Real et le Fc Barcelone. Tout comme l'âme populaire du Bayern, qui est l'emblème de la locomotive allemande de la Bundesliga." "Toutefois, un terrible peloton des plus grands clubs est en train de se former : Manchester, Liverpool, Chelsea et Arsenal. Ces derniers peuvent s'appuyer sur une base solide financièrement, ce qui a pour but inévitable d'établir des transferts à coûts élevés. Cette réalité est inévitable, tous comme les exigences qui en découlent." Il doit exister une façon d'agir similaire et bonne pour tous "L'Italie perd le lourd héritage laissé par les départ de Berlusconi et Moratti du Milan et de l'Inter. Les deux clubs, en dépit de leurs blasons et de leurs histoire, ont énormément de mal à décoller. Sans entrer dans les vicissitudes de Monsieur Li et des conséquences sur le Milan, on peut également s'attarder sur le fait que même la famille Zhang, qui possède elle une base très solide, doit être soumise à des contrôles constants." "La semaine prochaine, la Direction de l'Inter, va négocier de nouvelles conditions en Suisse, à la suite de l'application du Fair-Play-Financier 2.0. Il faudra exactement savoir ce qu'il en sortira avant de pouvoir formellement dire que l'Inter sera sortie du long tunnel du Settlement de l’UEFA. L'Inter a fait ses devoirs en son âme et conscience, à présent place à une série d'examens qui pourraient ne pas encore se terminer." Le Saviez-vous ? Selon Michel Platini, ce sont Massimo Moratti et Silvio Berlusconi qui ont anticipé ce qu'il allait se produire à l'avenir et qui ont demandé au français l'instauration d'un système financier... d'où la naissance du Fair-Play-Financier. ®Antony Gilles - Internazionale.fr Mise à jour du 14/06 :
  23. Victor Newman

    Les primes de la Ligue des Champions

    L'UEFA a annoncé officiellement les critères pour la distribution des primes pour la prochaine Ligue des Champions. Le classement historique a été la plus grande nouveauté : 30% des primes seront attribuées sur la base du classement du rendement des clubs, sur base des performances réalisées lors des dix dernières décennies. Il s'agit là de meilleurs gains, tout en conservant des primes fixes en fonctions des prestations réalisées. la somme totale de cette nouvelle distribution des gains s'élève à 585M€. Comment est calculé le Ranking ? En plus des points de coefficient accumulés au cours de cette période, le classement comprend des points bonus en cas de succès européen, dans l'histoire des clubs participants : Victoire de l'Uefa Champion's League / Coupe des Champions Victoire de l'Uefa Europa League / Coupe de l'Uefa ou Coupe des Coupes. En se basant sur ces paramètres, une classification a été établie, avec un total de 585 050 000€ divisés en "actions de coefficient". Chaque part de coefficient vaut 1 108 000 euros. Pour faire simple, l'équipe la plus faible du classement recevra donc une seule part de ce coefficient (1 108 000 euros). Un quota sera ajouté à chaque poste, de sorte que le leader de ce classement recevra 32 actions de coefficient (35 460 000 euros). On peut alors déjà établir une classification des revenus, en attendant que les six derniers postes soit attribués après les tours préliminaires Classement C'est une surprise pour personne, le Real Madrid est en tête. Il est suivi par le Fc Barcelone et le Bayern de Munich. La première équipe italienne est la Juve qui est classée 7ème, l'Inter 22ème, Napoli 28ème et la Roma 32ème. Le comble restera la 15ème place de l'Ac Milan... Classement actuel des équipes déjà qualifiées En attendant de voir quels seront les six derniers qualifiés, on peut déjà déduire que la Juve percevra 29,9M€. Les Bianconeri sont d'ailleurs les seuls à avoir cette confirmation. Dans l'état actuel des choses, l'Inter serait 15ème et pourrait percevoir 19,9M€. Cependant, si l'Ajax et le Benfica se qualifie, l'Inter glisserait à la 17ème place et percevrait 17,7M€. Il en va de même pour le Napoli et la Roma. Toutefois, la qualification à la Ligue des Champions aura déjà permis aux clubs italiens de récolter : 45,2M€ pour la Juve 35,2M€ pour l'Inter 30,8M€ pour le Napoli 29,7M€ pour la Roma ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. ®Uefa.fr - Le format de l'UEFA Champions League et de l'UEFA Europa League va changer à partir de 2018. Présentation du nouveau système, qui comprend un nouveau tour de qualification. Présentation du nouveau système LES CHANGEMENTS CLÉS 26 équipes sont désormais directement qualifiées pour la phase de groupes de l'UEFA Champions League, dont les vainqueurs de l'UEFA Champions League et de l'UEFA Europa League, six équipes gagnant leur billet via les tours de qualification. Chaque équipe éliminée dans les tours de qualification de l'UEFA Champions League aura une seconde chance en UEFA Europa League. 17 équipes sont désormais directement qualifiées pour la phase de groupes de l'UEFA Europa League avec 10 équipes directement reversées de l'UEFA Champions League plus 21 équipes gagnant leur billet via deux voies différentes (voie des champions de l'UEFA Europa League et voie de la ligue) Il y aura un tour préliminaire en éliminatoires de l'UEFA Champions League (disputé sous forme d'un mini-tournoi) et de l'UEFA Europa League (disputé sous forme de confrontations aller-retour) Il n'y a aucun changement quant aux formats à partir de la phase de groupes mais il y aura des coups d'envoi étalés à 18h55 et 21 heures en UEFA Champions League comme en UEFA Europa League UEFA CHAMPIONS LEAGUE Phase de groupes Il y aura désormais 26 équipes automatiquement qualifiées conformément à la liste d'accès (en anglais) conformément aux coefficients des clubs des associations de l'UEFA à l'issue de la saison 2016/17. Pour 2018/19, il y aura... Tenant du titre de l'UEFA Champions League Tenant du titre de l'UEFA Europa League 4 premiers des associations classées de la 1re à la 4e place : Espagne, Allemagne, Angleterre, Italie (16) 2 premiers des associations classées aux 5e et 6e places : France, Russie (4) Champions des associations classées de la 7e à la 10e place : Portugal, Ukraine, Belgique, Turquie (4) Voici les équipes qui sont qualifiées pour la phase de groupes de l'UEFA Champions League 2018/19. ESP : Barcelone*, Atlético Madrid*, Real Madrid*, Valence GER : Bayern Munich*, Schalke, Hoffenheim, Borussia Dortmund ENG : Man. City*, Man. United, Tottenham, Liverpool ITA : Juventus*, Napoli, Roma, Internazionale Milano FRA : Paris Saint-Germain*, Monaco, Lyon RUS : Lokomotiv Moscou*, CSKA POR : Porto UKR : Shakhtar Donetsk BEL : FC Bruges TUR : Galatasaray CZE : Viktoria Plzeň Si le tenant de l'UEFA Champions League s'est qualifié pour la phase de groupes via son championnat national, la place laissée vacante est attribuée au champion de l'association classée 11e (République tchèque), qui dispute sinon la voie des champions Si le tenant de l'UEFA Europa League s'est qualifié pour la phase de groupes via son championnat national, la place laissée vacante est attribuée au troisième de l'association classée cinquième (France), qui dispute sinon la voie de la ligue Une association peut avoir un maximum de cinq équipes en phase de groupes Qualification Comme actuellement, il y aura deux voies : la voie des champions et la voie de la ligue. Les équipes sont définies conformément à la liste d'accès basée sur les coefficients des clubs des associations de l'UEFA à l'issue de la saison 2016/17. Voie des champions (4 billets pour la phase de groupes) Cette voie comprend les champions des associations classées 11e et au-delà, et comprend désormais un tour préliminaire ainsi que trois tours de qualification et un tour de barrage : Tour préliminaire (disputé sous la forme d'un mini-tournoi) : quatre équipes participantes Premier tour de qualification : 33 équipes plus le vainqueur du tour préliminaire Deuxième tour de qualification : 3 équipes plus les 17 vainqueurs du premier tour de qualification Troisième tour de qualification : 2 équipes plus les 10 vainqueurs du deuxième tour de qualification Barrages : 2 équipes plus les 6 vainqueurs du troisième tour de qualification Toutes les équipes éliminées dans la voie des champions entre le tour préliminaire et le troisième tour de qualification auront une seconde chance de participer à une compétition européenne en étant reversées dans la nouvelle voie des champions des éliminatoires de l'UEFA Europa League. Les équipes éliminées en barrages de la voie des champions participeront directement à la phase de groupes de l'UEFA Europa League. Voie de la ligue (2 billets pour la phase de groupes) Cette voie comprend les troisièmes des associations classées aux cinquième et sixième places, et les deuxièmes des associations classées de la septième à la 15e place. Il y aura trois tours au total : Deuxième tour de qualification : 6 équipes participantes Troisième tour de qualification : 5 équipes plus les 3 vainqueurs du deuxième tour de qualification Barrages : 4 vainqueurs du troisième tour de qualification Toutes les équipes éliminées au deuxième tour de qualification de la voie de la ligue auront une seconde chance de participer à une compétition européenne en étant reversées au troisième tour de qualification de la voie de la ligue de l'UEFA Europa League. Les équipes éliminées dans la Voie des champions et en barrages de la voie de la ligue participeront directement à la phase de groupes de l'UEFA Europa League. UEFA EUROPA LEAGUE Phase de groupes Il y aura désormais 17 équipes automatiquement qualifiées conformément à la liste d'accès (en anglais) basée sur les coefficients des clubs des associations de l'UEFA à l'issue de la saison 2016/17. Pour 2018/19, il y aura... 2 équipes des associations classées de la 1re à la 5e place : Espagne, Allemagne, Angleterre, Italie, France (10) 1 équipe des associations classées de la 6e à la 12e place : Russie, Portugal, Ukraine, Belgique, Turquie, République tchèque, Suisse (7) Dix équipes se qualifient également pour la phase de groupes directement de l'UEFA Champions League : six équipes éliminées dans la voie de la ligue (troisième tour de qualification et barrages) et quatre équipes éliminées en barrages de la voie des champions. Qualification À partir de 2018/19, il y aura deux voies : la voie des champions et la voie de la ligue. Les équipes sont définies conformément à la liste d'accès basée sur les coefficients des clubs des associations de l'UEFA à l'issue de la saison 2016/17. Voie des champions (8 billets pour la phase de groupes) Cette voie comprend les équipes éliminées dans la voie des champions entre le tour préliminaire et le troisième tour de qualification : Deuxième tour de qualification : 20 équipes éliminées au tour préliminaire et au premier tour de qualification de l'UEFA Champions League Troisième tour de qualification : 10 équipes éliminées au deuxième tour de qualification de l'UEFA Champions League plus les 10 vainqueurs du deuxième tour de qualification de l'UEFA Europa League Barrages : 6 équipes éliminées au troisième tour de qualification de l'UEFA Champions League plus les 10 vainqueurs du troisième tour de qualification de l'UEFA Europa League Voie de la ligue (13 billets pour la phase de groupes) Cette voie comprend les participants restants à l'UEFA Europa League issus des 55 associations plus les équipes éliminées à partir du deuxième tour de qualification de l'UEFA Champions League Tour préliminaire : 16 équipes participantes Premier tour de qualification : 86 équipes plus les 8 vainqueurs du tour préliminaire Deuxième tour de qualification : 27 équipes plus les 47 vainqueurs du premier tour de qualification Troisième tour de qualification : 15 équipes (dont les trois équipes éliminées au deuxième tour de qualification de la voie de la ligue de l'UEFA Champions League) plus les 37 vainqueurs du deuxième tour de qualification Barrages : 26 vainqueurs du troisième tour de qualification CALENDRIER DES RENCONTRES UEFA Champions League 2018/19 26 juin : demi-finales du tour préliminaire 29 juin : finale du tour préliminaire 10/11 juillet : premier tour de qualification aller 17/18 juillet : premier tour de qualification retour 24/25 juillet : deuxième tour de qualification aller 31 juillet/1er août : deuxième tour de qualification retour 7/8 août : troisième tour de qualification aller 14 août : troisième tour de qualification retour 21/22 août : barrages aller 28/29 août : barrages retour 18/19 septembre : phase de groupes, 1re journée 2/3 octobre : phase de groupes, 2e journée 23/24 octobre : phase de groupes, 3e journée 6/7 novembre : phase de groupes, 4e journée 27/28 novembre : phase de groupes, 5e journée 11/12 décembre : phase de groupes, 6e journée 12/13/19/20 février : 8es de finale aller 5/6/12/13 mars : 8es de finale retour 9/10 avril : quarts de finale aller 16/17 avril : quarts de finale retour 30 avril/1er mai : demi-finales aller 7/8 mai : demi-finales retour Samedi 1er juin : finale - Estadio Metropolitano, Madrid UEFA Europa League 2018/19 28 juin : tour préliminaire aller 5 juillet : tour préliminaire retour 12 juillet : premier tour de qualification aller 19 juillet : premier tour de qualification retour 26 juillet : deuxième tour de qualification aller 2 août : deuxième tour de qualification retour 9 août : troisième tour de qualification aller 16 août : troisième tour de qualification retour 23 août : barrages aller 30 août : barrages retour 20 septembre : phase de groupes, 1re journée 4 octobre : phase de groupes, 2e journée 25 octobre : phase de groupes, 3e journée 8 novembre : phase de groupes, 4e journée 29 novembre : phase de groupes, 5e journée 13 décembre : phase de groupes, 6e journée 14 février : 16es de finale aller 21 février : 16es de finale retour 7 mars : 8es de finale aller 14 mars : 8es de finale retour 11 avril : quarts de finale aller 18 avril : quarts de finale retour 2 mai : demi-finales aller 9 mai : demi-finales retour Mercredi 29 mai : finale - Olympic Stadium, Bakou La Super Coupe de l'UEFA 2018 sera disputée le mercredi 15 août à Tallinn ®Uefa.com
  25. AFP - Aucun accord n'a été trouvé entre l'AC Milan et l'UEFA ces dernières semaines dans le cadre du fair-play financier. Sixième de Serie A et qualifié pour la prochaine Ligue Europa, le club milanais pourrait être lourdement sanctionné en juin. Coup dur pour l'AC Milan Accusé de ne pas respecter les règles du fair-play financier, le club milanais a vu son dossier être transmis à l'instance de jugement du contrôle financier des clubs, a annoncé ce mardi l'UEFA. Une décision qui ouvre la porte à des sanctions. La chambre d'instruction de l'instance européenne de contrôle financier des clubs (ICFC) a décidé de "transmettre le dossier de l'AC Milan à la chambre de jugement pour non respect des règles du fair-play financier, concernant notamment la nécessité d'équilibre financier", a précisé l'UEFA dans un communiqué. Après examen des pièces et des explications fournies par le club, "la chambre d'instruction de l'ICFC considère que les circonstance ne permettent pas la conclusion d'un accord" avec le club, comme le réclamait l'AC Milan. Les juges instructeurs estiment notamment qu'il "demeure des incertitudes quant au refinancement d'un prêt qui doit être remboursé en octobre 2018". Jusqu'alors propriété de l'ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi, le prestigieux club italien avait été officiellement racheté le 13 avril dernier pour 740 millions d'euros par des investisseurs chinois menés par Li Yonghong. 200 millions d'euros dépensés l'été dernier Depuis, l'UEFA s'est inquiétée de la stabilité financière du consortium qui a dépensé quelque 200 millions d'euros l'été dernier pour recruter de nouveaux joueurs et qui a dû contracter un prêt colossal auprès du fonds d'investissement américain Elliott. Le 20 avril dernier, à la sortie d'une réunion au siège de l'UEFA à Nyon, Marco Fassone, directeur général du club, avait envisagé que son club serait frappé par des sanctions de l'UEFA qu'il espérait cependant "limitées". "J'espère que l'UEFA tiendra compte du fait que nous sommes de nouveaux propriétaires", avait-il lancé. "Nous faisons de notre mieux, mais je pense que les sanctions seront inévitables", avait-il ajouté, lucide. Selon lui, la direction actuelle du club paie les erreurs du management de Berlusconi. "Les personnes responsables du club avant nous n'ont pas respecté les règles", avait-il dénoncé. La décision finale sur d'éventuelles sanctions est attendue début juin. Comme le rappelle Sky Italia, l'AC Milan risque diverses sanctions, sportives ou financières, allant jusqu'à l'exclusion de la prochaine Ligue Europa, pour laquelle il s'est qualifié en terminant à la 6e place de la Serie A. ONZE MONDIAL: Milan dans les pas de Malaga ? L’instance européenne vient en effet d’annoncer qu’elle avait rejeté le dossier du club italien qui demandait un accord à l’amiable. Elle va désormais analyser les comptes du club en détails, avant une audience qui se tiendra devant la chambre arbitrale de l'Organe de Contrôle Financier des Clubs durant le mois de juin. Au terme de ce rendez-vous, il sera décider d'éventuelles sanctions à l’encontre des Rossoneri qui peuvent aller d’une simple amende, à une interdiction de recrutement, mais aussi à une exclusion de la Ligue Europa. Un véritable cataclysme pour le club milanais qui a entamé une phase ambitieuse de reconstruction avec l'arrivée de nouveaux propriétaires chinois il y a tout juste un an. Si la club lombard s'est attiré le foudres des comptables de l'UEFA, c'est parcequ'il a dépensé presque sans compter depuis 3 ans. Plus de 250 M€ précisément. Résultat, les caisses milanaises accuseraient un déficit de 100 millions d'euros. Inacceptable pour l'UEFA. Rappelons qu'en 2013 dans un contexte assez similaire Malaga avait goûté aux sanctions de l'instance européenne. Quart de finaliste de la ligue des Champions cette année-là, le club andalou avait été écarté des coupes d’Europe sur la période 2014-2017, une sanction qui avait précipité sa chute en Liga et le départ des propriétaires qataris. Un cas de figure qui angoisse déjà les tifosi rossoneri. Et comme dirait Prisco ®AFP & ONZE MONDIAL
×