Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'var'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Évènements de Inter Club Paris

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

7 résultats trouvés

  1. L'ancien arbitre Paolo Casarin, s'est livré dans le Corriere Della Sera sur la prestation de Di Bello, l'arbitre qui a dirigé le derby de Milan, ce mercredi 04 avril 2018: Di Bello ? "Je lui donne un 6.5. Il a bien géré Milan-Inter, son travail a été facilité par la comportement correcte des différentes parties sur le terrain. Il n'y a que la faute de Skriniar, sur Cutrone, à 20 mètres du but, qui lui a échappé. Au milieu du terrain, l'arbitre a rapidement rappelé les limites autorisées avec quelques avertissements justifiés." "Lors de la 37ème minute, Icardi part au but, à partir d'une position correcte pour un juge de ligne...Mais avec la VAR, il vous est possible de mesurer les centimètres, ce but a été annulé sur base d'une décision rapide prise par Valeri. Cette technologie vaut celle de la Goal Line, qui se trouve sur les buts." "En seconde période, le but de Crutone est bien entendu hors-jeu, il a d'ailleurs été correctement évalué par le juge de ligne Costanzo." Pour ou contre la Var ? Le débat n'est pas prêt de s'arrêter... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Victor Newman

    La VAR prive l'Inter de la troisième place

    Il y a encore quelques semaines, le peuple Nerazzurro aurait signé des deux mains pour obtenir un point précieux, lors de ce Derby de la phase retour. Pourtant, c'est bel et bien l'Inter qui pourra, le plus amèrement regretter de ne pas avoir remporté la mise, tant la bande à Spalletti dominait son sujet. Le joueur du match est Mauro Icardi, auteur d'un triplé au match aller, il est clairement sur le retour actuellement. En temps normal, le but qu'il a inscrit aurait été validé, en temps normal.... Mais peu de temps après son but, l'arbitre central est contacté dans l'oreillette, après quelques instants la décision tombe, le but de l'argentin est refusé pour un hors-jeu millimétrique. Cette décision est autant plus surprenante, car dans leurs premières intentions, ni l'arbitre central, ni le juge de ligne n'avait signifié un quelconque hors-jeu.... Ce but aurait offert les trois points à l'Inter, une troisième place au classement, quatre points d'avance sur la Lazio et Milan à onze points.... soit. L'analyse du match À la 17e minute arrive la première occasion pour l'Inter, un tir du droit de Candreva repoussé par Donnarumma. Handavonic lui répond à la 21ème: Sur un coup de pied arrété de Calhanoglu, Bonucci reprend le ballon, mais le gardien slovène fait preuve d'un reflexe incroyable. Milan tente à nouveau sa chance à la 27ème par Cutrone, mais Handanovic est là. À la 38e minute, les Nerazzurri prennent les devants. L'auteur du but est Mauro Icardi, mais sur décision de la Var, le but est refusé. Au retour des vestiaires, Perisic touche la barre transversale à la 48e minute. A la 52ème, le Milan réagit et Handanovic prend le meilleur sur Crutone. Dans les arrêts de jeu, Milan aurait pû prendre l'avantage par Kalinic, mais sa tête ne pose aucun danger. La dernière action est à mettre à l'actif d'Icardi qui dévore un but tout fait devant la cage vide milanaise, sur une excellente passe à ras-de-terre de Joao Cancelo Après trois minutes de récupération, le match se termine par un nul vierge. L'avis des entraîneurs L'Inter a "perdu" deux points et Maurito a manqué deux buts offerts par la suite, deux actions qui en temps normal, et pour un joueur de sa trempe, sont surprenantes. Mais les erreurs sont compréhensibles, comme en témoigne Spalletti: "Je me sens biens, car l'Inter a fait son match en prouvant qu'elle savait où elle voulait aller. Pour moi c'est ce qui est fondamental, le résultat vient ensuite. Les actions ratées de Mauro peuvent se comprendre, je suis déçu car gagner aurait été très important, mais je ne veux pas remettre son implication sur ces petites actions. Je ne veux pas également polémiquer sur un hors-jeu d'un centimètre, je ne veux polémiquer sur aucun buts ratés. Il y aura des discussions sur cela dans le temps. Nous devons continuer sur notre lancer, nous devons en vouloir toujours plus." Gattuso sait qu'il a éviter le pire: "C'est un point de gagné car nous avons risqué, à plusieurs reprises de nous prendre un but, L'Inter méritait quelque chose en plus. Tant qu'il y a de l'espoir, nous continuerons à lutter, mais à présent, nous devrons reprendre des forces. Lors des vingts dernières minutes, nous avons beaucoup soufferts car les joueurs traverse une période compliquée". Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Milan 0-0 Inter Buteur(s): / Milan (4-3-3) : Donnarumma; Calabria, Bonucci, Romagnoli, Rodriguez; Kessie, Montolivo (69 'Locatelli), Bonaventura (81' Borini); Suso, Cutrone (69 'Kalinic), Calhanoglu Entraîneur : Gattuso Inter (4-2-3-1) : Handanovic; Cancelo, Skriniar, Miranda, D'Ambrosio; Brozovic, Gagliardini; Candreva (78'Eder), Rafinha (70 'Borja Valero), Perisic; Icardi Entraîneur : Spalletti Arbitre: Di Bello di Brindisi Averti(s): Cancelo (I), Perisic (I), Skriniar (I), Candreva (I), Suso (M) Expulsé(s): / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Victor Newman

    Comment fonctionne la Var en cas de hors-jeu ?

    Milan – Comment fonctionne la Var en cas de hors-jeu ? Une réponse a été apportée à cette question lors de la réunion de la Lega Calcio regroupant les arbitres et les entraîneurs, lundi dernier. "Si les images laissent apparaître un doute, c’est la décision qui sera prise sur le terrain qui prévaudra…" Comme le souligne la Repubblica, quelques arbitres ont été surpris par la déclaration de Gasperini, qui sur le but de Mertens face à son Atalanta, avait défini comme inacceptable, la décision prise par le corps arbitrale. Pourtant, lors de cette réunion milanaise, lui et ses collègues avaient pût être mis en situation à l'aide de photos similaires, d’écoutes audios reprenant les échanges entre l’arbitre principal et l’arbitre-vidéo. Une ligne directrice est à respecter : En cas de doute, il ne faut rien faire. Cela a eu une incidence sur le but de Mertens, mais aussi sur le but annulé d’Hamsik. Les arbitres ont pris leurs responsabilités et ont décidé de suivre l’instinct du terrain. Le Hors-Jeu d’une retransmission d’un match n’est pas le Hors-Jeu diffusé par la Var Et cela fait toute la différence. En effet, la façon dont part le ballon doit être prise en grande considération. Lors de l’image diffusée à la télévision, le ballon a déjà quitté le pied du joueur. Pour définir s’il y a hors-jeu ou pas, il y a lieu d’analyser le réel départ du ballon, celui précédent les images diffusées à la télévision Si l’on se base sur cette position, le but de Mertens n’aurait pas été remis en doute, car la décision prise par Orsato et Giacomelli est légitime. La Var invitée de l’International board L’organe qui régit le football mondial va s’attarder sur ce sujet lors de son meeting annuel. L’expérimentation italienne, qui est définie comme ayant un rôle-clé, va être analysée. De plus, il y a une volonté d’ouverture et de s’adapter au mieux, envers ceux qui recherchent des fautes qui s’avèrent inexistantes. La Var va aussi faire l’objet d’une discussion, avec son application lors des tournois internationaux. Une décision est attendue le 2 mars afin de savoir, si elle sera appliquée ou non au Mondial. Pour la Champion’s le résultat est déjà tombé, c’est un "non" ! La raison est simple, adapter un stade coûte des centaines de milliers d’euros : ce qui n’est pas possible financièrement, pour certains pays européens. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Milan – "Les prévisions sur la VAR, l’assistance vidéo, sont meilleures que prévues ! Nous sommes en mesure de dire, qu’après seulement 4 à 5 mois d'activité, et sur base de la phase aller de la Série A, que les résultats sont positifs. Sur un total de 900 cas, il n’y a seulement que 5 erreurs de commises." - Marcello Nicchi, Président de l’Association des arbitres du Calcio qui s’est livré à Radio Crc. "La VAR analyse toujours tout : Les buts valident, les hors-jeux, les changements de position. Dans 900 cas analysés, la VAR a presque toujours laissé le soin à l’arbitre de laisser libre-court à son interprétation. Dans 70 de ces cas, la VAR est venu en aide à l’arbitre principal et dans 20 cas, les décisions ont été inversées." Sur 900 cas, nous n’avons connu que 5 erreurs, le bilan est donc très positif "C’est un outil qui permet de rendre justice et les arbitres l’utilisent avec beaucoup d’enthousiasme. Nous travaillons pour l’améliorer, mais les résultats sont encourageants. La FIFA et l’UEFA nous prennent comme exemple en vue d’exporter notre façon de faire compte tenu que l’Italie devient, du point de vue de l’arbitrage, une référence dans le monde." Le comportement de certains arbitres ? "Je pense qu’il est insultant de penser que certains arbitres rejettent la technologie : les arbitres sont excités. Le fait que Calvarese n’ai jamais eu recours à la VAR ? Quand j’arbitrais, il ne m’était jamais arrivé de ne pas concéder de penaltys pendant 10 matchs de suites, pour en accorder 3 ensuite en un seul match. Nous réalisons et faisons nos preuves dans ce domaine expérimentales et il peut y avoir certaines difficultés d’adaptation. Je ne veux pas parler d’un arbitre en particulier, mais je tiens à ce que les tifosi connaissant la vérité : L’arbitre sur le terrain reste essentiel, parce que c’est lui qui prend la première et la dernière décision au final." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Milan – Gianluca Rocchi, arbitre international Italie, s’est livré sur l’assistance vidéo, au Corriere Dello Sport : "Les polémiques naissent des interprétations. Il n’y a aucune autre raison contraire. C’est un aspect fondamental du Calcio : L’arbitre interprète aussi les images qui se présentent devant lui sur le téléviseur, pour lui c’est comme-ci il serait aidé par un collègue supplémentaire, je pense qu’il est juste de parler d’arbitrage-vidéo." Nous sommes à la fin du premier tour, version VAR. Mais les polémiques récentes ont, comment dire, une impression de déjà-vu… "Je n’avais jamais pensé que les polémiques allaient s’arrêter, ce ne serait pas du football, notre Calcio. C’est un discours plus culturel que sportif. C’est une période décisive pour le championnat, et il sera toujours attendu au tournant. Mais je fais une considération à voix haute : Je pense que certaines choses se seraient produites sans la VAR, surtout que cette saison, il y a quatre à cinq équipes qui peuvent se disputer le Scudetto." Un premier bilan ? "Il est absolument positif. C’est une évidence, nous sommes toujours en phase de rodage et durant cette période, tout le monde est confronté à des petites difficultés, c’est comme cela qu’on va acquérir de l’expérience. L’erreur peut être acceptée, on a même les éléments prévus pour faire dans la prévention. Objectivement, le travail réalisé n’en est qu’à ses débuts. Nous sommes partis de zéro et nous commençons à trouver un bon rythme. C’est une expérience nouvelle pour nous tous, et cela passe par le fait de ne plus mal évaluer une situation. Vu la croissance de son usage, c’était inévitable que l’on y mette le prix et que l’on passe par là." Quel est l’impact, dans le métier d’arbitre, de cette arrivée technologique ? "L’arbitre reste l’arbitre et c’est lui qui prend la décision au final, comme on le voit via le Field Review. La VAR, selon moi, ne doit pas être invasive, mais un support de travail adapté pour l’arbitre qui lui permet de voir quelque chose qu’il n’aurait pas vu et qui, sans son usage serait une erreur. Dans tous les cas, la VAR est là pour aider l’arbitre sur le terrain et pas pour mettre en évidence une erreur de l’un de ses collègues : Cela ne fait pas parti du concept. Quand j’emploie la VAR ou que l’un de mes collègues le fait pour moi, il s’agit d’un moyen de support qui vient en aide à l’arbitre principal de la rencontre qui se trouve sur le terrain." Vu cette phase aller, y-a-t ’il certaines choses qui devront être retravaillées d’ici à la fin de la saison ? "Il doit y avoir une plus grande marge d’amélioration lors des communications Arbitre-Arbitre VAR." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Milan – Le Var, malgré les polémiques de certaines personnalités du monde du Calcio, plait et semble convaincre de plus en plus de personnes. Nos confrères du Secolo XIX, se sont penchés sur les principales raisons qui devraient définir cette révolution tant attendue et appropriée: Le but : Protéger la compétition "La régularité de la compétition doit être garantie, sans qu’aucun incident puisse passer inaperçu. Dans un championnat tel que la Serie A, toutes les équipes se doivent d’être considérées de la même façon par le biais de cet outil électronique: La Var se veut impartiale. Cette impartialité est le plus important changement. C'est celui qui est le plus en lumière, car il permettra, à terme d’en finir avec certaines dépendances psychologiques, une dépendance qui ne manquera à personne." "Il y a aussi un autre changement, qui semble moins évident mais qui affecte la partie, pour ceux qui y assistent, c’est le temps mis en place pour qu’il y ait une correspondance entre le temps joué réellement sur le terrain et le temps écoulé en vue de l’obtention des images." "Le Var a déjà sanctionné divers comportements sur le terrain de la part des joueurs. C’est une révolution qui va impacter tout le monde, car les joueurs devront se préparer à disputer leurs matchs, en sachant que leurs comportements seront filmés et peuvent être jugés. Pour l’instant, on peut dire que, sur les premières journées, il peut y avoir des choses à revoir, tel que le temps écoulé pour prendre une décision, mais les erreurs les plus graves ont certainement pu être évitées." Et vous, que pensez-vous de l'arbitrage vidéo ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Milan – Luciano Spalletti s’est livré à sa sortie des bureaux de la Lega où se tenait une réunion entre les arbitres et les entraineurs pour parler de l’arbitrage vidéo : "La VAR est une innovation. Le bilan est de 90% de positif et 10% d’erreur. Il faut travailler sur ce dernier point. Nous avons tout pour atteindre la perfection, y renoncer serait un dévastateur retour en arrière." Avez-vous parlé de l’aide que cela apporte à l’arbitre sur certaines phases ? "Ce que nous nous sommes dit c’est qu’il faut réglementer tout ça. Les éléments doivent être utilisés à bon escient. Chaque erreur doit être ajustée, mais aujourd’hui, une réunion parfaite s’est déroulée pour améliorer les choses encore plus. On y travaille bien." Pourriez-vous, de part vous-même, demander à employer la VAR ? "Comment le faire ? C’est difficile. Ce sera surement possible dans le futur. Le pouvoir de revenir en arrière serait utile, pour l’instant nous devons nous appuyer sur les possibilités qui nous sont offertes. Ce sont des réunions qui sont importantes. On ne parle ni d’émotivité, ni d’émotions." Qu’avez-vous demandé de plus ? "Je ne suis pas venu ici pour faire l’espion. Vous devez vous adresser à quelqu’un d’autre." Avez-vous parlé des hors-jeux ? "Oui, sur cette tempête qu’est le hors-jeu. Le but est de laisser l’action se dérouler et ensuite d’analyser les images. S’il n’y a qu’un écart de 10 cm entre les joueurs, si c’est plus d’un mètre, ce sont à nos juges de lignes de prendre leurs responsabilités. Nous avons un pourcentage de décisions favorables, qui peut être encore amélioré par la VAR. Nous analysons une partie où l’on peut remarquer, à présent, qu’il manquait un tel support visuel dans le passé. Maintenant nous sommes habitués à la VAR." Êtes-vous satisfait de Lisandro Lopez ? "C’est la confirmation que nous avons des Directeurs talentueux, nous devons agir en prenant en considération chaque composant. Ils sont doués pour anticiper la concurrence." Rafinha ? "Je ne peux encore rien dire à ce sujet." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×