Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'wikipédia'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... (ex : "mauro icardi") et non pas uniquement le nom.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentez-vous !
    • La Curva du Forum
    • Annonces du site et du forum
  • Les Lives
    • Vos Déplacements
    • Les Matchs
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Foot Européen
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Archives
    • Les Archives
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Série A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

3 résultats trouvés

  1. L'affaire de la désignation des arbitres du Calcio (aussi appelé Calciopoli) est un scandale sportivo-financier secouant en 2006 le football professionnel italien (première et seconde division). La Juventus a été reléguée en division inférieure pour matchs truqués, bien qu'elle ait été sacrée championne de son pays cette même saison. Le scandale de la désignation des arbitres Au printemps 2006, peu avant le mondial en Allemagne, le scandale éclate à la suite de la publication dans la presse italienne (La Gazzetta dello Sport et Il Corriere della Sera) de comptes rendus d'écoutes téléphoniques ordonnées par la justice deux ans plus tôt. Le public prend connaissance des conversations de Luciano Moggi, directeur général de la Juventus, et Pierluigi Pairetto, ancien arbitre, chargé par la fédération italienne de football de sélectionner les arbitres pour les rencontres de championnat entre 1999 et 2005. Lors de ces échanges, Moggi aurait soi-disant donné ses instructions pour la désignation des arbitres pour les matchs de son équipe. En septembre 2005, le parquet de Turin avait dans un premier temps classé l'affaire, les écoutes téléphoniques ne permettant pas d'établir de corruption ou d'achat de match. Mais la parution dans la presse révolte l'opinion publique. À la suite des publications des conversations téléphoniques, la commission disciplinaire du football italien est saisie du dossier. Le scandale implique plusieurs clubs évoluant dans le championnat d'Italie de football : la Juventus, le Milan AC, la Lazio (du président Claudio Lotito), la Fiorentin7 (du président Diego Della Valle), et la Reggina (en Serie B). Les arbitres concernés et mis en accusation sont: Massimo De Santis, Paolo Dondarini, Paolo Bertini, Domenico Messina, Gianluca Rocchi, Paolo Tagliavento et Pasquale Rodomonti. Le procureur pense alors avoir affaire à un système "sophistiqué" visant justement à se rendre invisible aux médias et à l'opinion publique en agissant lors de phases de jeu "litigieuses", mais pas sur des actions incontestables ». Les douze membres du Conseil d'administration de la Juve, dont faisait partie Moggi ou encore l'administrateur délégué Antonio Giraudo, démissionnent le 11 mai 2006. Inculpé et accusé d'association de malfaiteurs destinée à la fraude sportive par le parquet de Naples, chargé de l'enquête, Luciano Moggi est suspendu de toute fonction sportive pour une durée de cinq ans. Le 14 juillet 2006, le tribunal sportif rend sa décision. La Juve est déchue des titres acquis dans le Calcio lors des saisons 2004-2005 et 2005-2006 et ne pourra prendre part à l'édition 2006-2007 de la Ligue des champions. Elle est rétrogradée en Serie B (2e division) avec 30 points de pénalité où elle retrouvera la Fiorentina et la Lazio reléguées avec respectivement 12, et 7 points de pénalité. La quatrième équipe concernée, le Milan AC, reste en Serie A mais avec 15 points de pénalité. Les clubs italiens font appel. Ils mettent en avant le manque de témoignages les concernant. Le 25 juillet, contrairement à ce que demandait le procureur Stefano Palazzi qui souhaitait une aggravation des peines, la cour fédérale d'appel de la justice sportive les revoient à la baisse. La Juve est finalement le seul club relégué et le Milan AC, pénalisé de 8 points, passe de la seconde à la quatrième place et participera au tour préliminaire de la Ligue des champions. La Fiorentina et la Lazio restent en Serie A mais sont privées de Coupe d'Europe. Rebondissement le 27 octobre 2006 par suite de la décision de la Cour arbitrale du Comité national olympique italien : les clubs condamnés voient leurs pénalités réduites de façon importante, ainsi la Juventus passe de 17 à 9 points de retard, la Fiorentina de 19 à 15 et la Lazio de 11 à 3. Seul le Milan AC ne bénéficie pas dans cette décision d'une réduction de sa pénalité (8 points). Condamnations Condamnations des clubs italiens Club Relégation Réduction de points (pour la saison 2006-2007) Autres peines Première condamnation Résultat en appel Peine finale12 Première condamnation Résultat en appel Peine finale Première condamnation Peine finale AC Milan - - - Réduction de 15 points Réduction de 8 points Réduction de 8 points • Réduction de 44 points pour la saison 2005-2006 • Interdiction de disputer la C1 2006-2007 • Réduction de 30 points pour la saison 2005-2006 • Un match à domicile à huis clos. Fiorentina Relégation en Serie B Annulation Annulation Réduction de 12 points (Serie Réduction de 19 points (Serie A) Réduction de 15 points (Serie A) • Interdiction de disputer la C1 2006-2007 13 • Interdiction de disputer la C1 2006-2007 • Deux matchs à domicile à huis clos Juventus Relégation en Serie B Relégation en Serie B Relégation en Serie B Réduction de 30 points Réduction de 17 points Réduction de 9 points • 80 000 € d'amende • Scudetti de 2005 et 2006 enlevés • Interdiction de disputer la C1 2006-2007 • Relégation en Serie B. Lazio Relégation en Serie B Annulation Annulation Réduction de 7 points (Serie Réduction de 11 points (Serie A) Réduction de 3 points (Serie A) • Interdiction de disputer la C3 2006-2007 • Interdiction de disputer la C3 2006-2007 • Deux matchs à domicile à huis clos Reggina 14 (Pas de relégation) - - Réduction de 15 points (Pas de résultat en appel) Réduction de 11 points (Pas de peine) • 80 000 € d'amende Condamnations intermédiaires Club 2005-2006 2006-2007 Amende Suspension de terrain Juventus -91 points -9 points 120 000 € 2 matchs Fiorentina -30 points -19 points 100 000 € 3 matchs Lazio -30 points -11 points 100 000 € 3 matchs Milan AC -30 points -8 points 100 000 € 1 match Condamnations individuelles[ Les sanctions imposées lors du procès furent: Franco Carraro: Amende de 80 000 €. Massimo De Santis: Quatre ans de suspension. Paolo Dondarini: Acquitté. Pasquale Foti: Deux ans de suspension et amende de 30 000 €. Adriano Galliani: Cinq mois de suspension. Antonio Giraudo: Cinq ans de suspension et amende de 20 000 €, et une recommandation au président de la FIGC de suspension à vie comme membre de la FIGC à quelque niveau que ce soit. Pietro Ingargiola: Acquitté. Tullio Lanese: Deux ans de suspension. Claudio Lotito: Deux ans de suspension. Gennaro Mazzei: Un an de suspension. Innocenzo Mazzini: Cinq ans de suspension. Leonardo Meani: Deux ans et trois mois de suspension. Sandro Mencucci: Un an et cinq mois de suspension. Luciano Moggi: Cinq ans de suspension, et une recommandation au président de la FIGC de suspension à vie comme membre de la FIGC à quelque niveau que ce soit. Pierluigi Pairetto: Trois ans de suspension. Gianluca Paparesta: Trois mois de suspension. Claudio Puglisi: Trois mois de suspension. Fabrizio Babini: Un an de suspension. Andrea Della Valle: Trois ans de suspension. Diego Della Valle: Trois ans et neuf mois de susp
  2. Victor Newman

    Le Totonero

    Le Totonero 1980 est une affaire de corruption dans le monde du football italien qui a éclaté à la suite du match de championnat 1979-80. Totonero est un terme italien utilisé en journalisme pour décrire la pratique non autorisée de parier sur le sport, en particulier sur les matches de football. Nero est le mot pour « noir » en italien ; on parle donc de « parier au noir ». Le terme de totocalcio se réfère au « pot ». Généralité Le pari à quote fixe (totoscommesse, scommessa étant le mot italien pour « pari ») est autorisé depuis le décret no 174 du 2 juin 1998. Avant le décret, tout pari sportif était strictement interdit en Italie. Depuis le décret, il est légal mais hautement réglementé, l'argent étant à la charge d'agences officielles de l'État donc soumises à des inspections régulières de la part de la questure. Une récente décision de la Cour de cassation italienne déclare que les agences de pari étrangères n'ayant pas d'autorisation de l'État italien ne peuvent pas gagner de l'argent avec les paris des gens se trouvant sur le territoire italien. Scandale des années 1970-1980 dans le calcio La Serie A du football italien connaît un scandale de totonero pendant les années 1970 et 1980. Il était alors très courant que des footballeurs parient sur le résultat d'un match dans lequel ils joueraient. Ce genre de pari créait évidemment de lourds conflits d'intérêt, parce que le joueur pouvait ne pas jouer de son mieux, de manière à influencer le résultat du match et gagner le plus d'argent possible. Le phénomène était d'une dimension telle que lors des dénonciations de la part de deux commerçants romains, Trinca et Cruciani, la magistrature fit arrêter des personnes directement sur les terrains de football. Les équipes qui s'adonnaient le plus au totonero étaient alors le Milan AC, la SS Lazio, ainsi que le Pérouse Calcio. Les premières conséquences Le 25 juillet 1980, le tribunal sportif rend sa décision : Milan AC et Lazio Rome sont rétrogradée en serie B (2e division), Enrico Albertosi (Milan AC) est condamné à quatre ans, Bruno Giordano (Lazio Rome), Carlo Petrini et Giuseppe Savoldi (Bologne) sont suspendus pour trois ans et six mois des terrains de football, Giuseppe Wilson (Lazio Rome) est condamné pour trois ans, Franco Colomba (Bologne) est condamné pour trois mois ; Paolo Rossi rejoint Pérouse Calcio où éclate l'affaire du Totonero. Accusé d'avoir truqué le résultat d'un match, il est condamné à deux ans de suspension de toutes compétitions de football. Condamnations intermédiaires Club 1979-1980 1980-1981 Milan AC −36 point Serie B Lazio Rome −25 points Serie B US Avellino Serie A −5 points Bologne FC 1909 Serie A −5 points Pérouse Calcio Serie A −5 points Palerme Serie B −5 points Tarente Football Club 1927 Serie B −5 points
  3. L’arrêt Bosman est une décision de la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE), rendue le 15 décembre 1995 relative au sport professionnel. L'arrêt Bosman trouve sa source dans le litige opposant le footballeur belge Jean-Marc Bosman à son club du FC Liège. Celui-ci refusant son transfert vers le club français de Dunkerque, Bosman a porté l'affaire devant la CJCE. Il conteste la conformité des règles régissant les transferts, au regard du droit communautaire. Deux points étaient notamment contestés par Jean-Marc Bosman : la possibilité pour un club de réclamer une indemnité de transfert pour un joueur ayant fini son contrat (en 1995 cette possibilité a déjà été abandonnée dans la plupart des autres pays européens mais subsiste en Belgique) ; les quotas limitant à 3 le nombre de joueurs étrangers ressortissants de l'Union européenne dans une équipe de club, qui constituent une discrimination entre nationalités européennes. La CJCE donne raison à Bosman, considérant que les règlements de l'UEFA, et notamment ceux instaurant des quotas liés à la nationalité, sont contraires à l'article 48 du traité de Rome sur la libre circulation des travailleurs entre les États membres. Conséquences juridiques en Europe L'arrêt Bosman a une portée considérable, non seulement pour le football mais pour toutes les disciplines sportives professionnelles ou semi-professionnelles, et ce dans tous les pays membres de l’Union européenne. Cette décision (jurisprudence) établit l'illégalité des quotas de sportifs communautaires et de ceux de sportifs non communautaires ressortissant d’États ayant signé des accords d’association ou de coopération de l’Union européenne. C'est-à-dire que depuis cet arrêt, il n'est plus possible de limiter le nombre de sportifs des nationalités concernées dans une équipe ou une compétition professionnelle. Arrêts liés En 2002, une autre décision, l’arrêt Malaja rendue par un tribunal français a reconnu que la clause de non-discrimination sur la nationalité contenue dans l'accord conclu entre l'UE et la Pologne, alors pays associé à l’Union européenne, faisait que Maria Malaja, une fois légalement employée par son club de basket-ball ne pouvait plus être discriminée en raison de sa nationalité et dès lors faire l'objet d'un quota qui s'appliquait aux non-communautaires. Or, si l'arrêt Malaja ouvre les frontières, il ne s'applique à l'époque qu'en France. De nombreux tribunaux nationaux prennent par la suite également des décisions semblables en interprétant dans le même sens la situation de sportifs turcs et russes par exemple. Le 8 mai 2003, la Cour européenne rend l'arrêt Kolpak puis par la suite l'arrêt Simutenkov. Ces décisions rendues cette fois au niveau communautaire permettent aux sportifs ressortissants dans le premier cas de Slovaquie et dans le second de Russie de bénéficier également d'un traitement caractérisé par l'absence de discrimination sur la nationalité en ce qui concerne les conditions de travail. Dès lors, des quotas limitant leur nombre ne peuvent plus leur être appliqués. Un telle clause de non-discrimination se retrouve également dans les accords conclus entre l'UE et les pays ACP. Nationalités concernées En octobre 2011, cette jurisprudence est applicable dans tous les pays de l'Union européenne et concerne tous les ressortissants des États membres de l'Espace économique européen, de Suisse (Accords bilatéraux), de Russie (Accord de Corfou UE-Russie) et des 79 pays ACP (Accord de Cotonou) Afrique du Sud Allemagne Angola Antigua-et-Barbuda Autriche Bahamas Barbade Belgique Belize Bénin Botswana Bulgarie Burkina Faso Burundi Cameroun Cap-Vert République centrafricaine Chypre Comores République du Congo République démocratique du Congo Îles Cook Côte d'Ivoire Cuba Danemark Djibouti Dominique République dominicaine Espagne Estonie Fidji Finlande Grenade Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guinée Guyana Érythrée Éthiopie France Gabon Gambie Ghana Grèce Haïti Hongrie Irlande Islande Italie Jamaïque Kenya Kiribati Lesotho Lettonie Liberia Liechtenstein Lituanie Luxembourg Madagascar Malawi Mali Malte Mauritanie Îles Marshall Maurice Micronésie Mozambique Namibie Nauru Niger Nigeria Niue Norvège Ouganda Palaos Papouasie-Nouvelle-Guinée Pays-Bas Pologne Portugal Roumanie Royaume-Uni Russie Rwanda Saint-Christophe-et-Niévès Sainte-Lucie Saint-Vincent-et-les Grenadines Salomon Samoa Sao Tomé-et-Principe Sénégal Seychelles Sierra Leone Slovaquie Slovénie Somalie Soudan Suède Suisse Suriname Swaziland Tanzanie Tchad République tchèque Timor oriental Togo Tonga Trinité-et-Tobago Tuvalu Vanuatu Zambie Zimbabwe Conséquence pour le football L'UEFA s'est pliée à la jurisprudence communautaire et abolit les quotas de joueurs à partir de la saison 1996-1997. L'arrêt Bosman change considérablement le paysage du football européen. Les clubs pouvant engager autant de joueurs communautaires qu'ils le souhaitent, cela entraîne immédiatement une augmentation des transferts. Cet arrêt permet aux clubs de recruter les meilleurs joueurs à des prix incroyablement hauts. Ainsi, le Real Madrid recrute Zinédine Zidane contre 75 millions d'euros, le Portugais Luís Figo pour 61 millions d'euros, créant une équipe composée des joueurs parmi les meilleurs du continent. Cette équipe remporte la Ligue des Champions en 2002. Cette fin des restrictions à trois joueurs étrangers ressortissants de l'Union européenne dans un club entraîne des bouleversements dans les effectifs des plus grands clubs qui ont le pouvoir de recruter les meilleurs joueurs de clubs moins riches. Ces clubs ne sont plus obligés de se consacrer à la formation de joueurs locaux. Ainsi, le Chelsea Football Club est la première équipe à aligner onze titulaires sans aucun joueur anglais.
×
×
  • Créer...