Aller au contenu
  •   Bienvenue sur Internazionale.fr !

    Rejoignez dès maintenant la plus grande Communauté francophone de tifosi de l'Inter ! 🖤💙
     

Gasperini: "Pourquoi m’avoir appelé ?"


Damien

Messages recommandés

Image IPB

 

1309357858_gasperini2.jpg

 

TURIN - Le 20 Septembre à Novara, la brève histoire de Gian Piero Gasperini à l’Inter a pris fin après deux défaites et un match nul en championnat, une autre défaite en Ligue des Champions et la finale de Super Coupe d’Italie perdue à Pékin. Même pas une victoire en match officiel. Gasp a quitté l’équipe après un exercice d’incompréhension et de critique. Une demi-saison plus tard, revoici Novara de nouveau, cette fois-ci à San Siro. Pour la première fois, Gasperini revient sur le cauchemar de Milan.

Internazionale.fr vous propose de découvrir les déclarations de l’ancien entraineur nerazzurro:

Gasperini, comment vous rappelez vous de Novara?

"Comme le pire moment de toute ma carrière. Mais peut-être qu’à ce moment la, tout avait déjà été décidé, il y avait une atmosphère très négative autour de nous. Nous avions tout fait de travers."

Revenons un peu en arrière, lorsque vous avez été appelé par Moratti.

"Il a expliqué que le fair-play financier pourrait jouer un grand rôle, mais qu’Eto’o resterait. L’objectif était de reconstruire une équipe qui avait montré des signes de fatigue et de commencer à préparer des changements. Très bien. Pour moi, Palacio, un milieu de terrain et un défenseur auraient suffi a l’effectif, y compris pour palier à d’éventuelles blessures."

Qui aurait pu être ce milieu de terrain?

"Je pensais à Vidal. J’aimais bien Nainggolan aussi, mais l’Inter n’était pas du tout intéressée, et c’était aussi le cas pour Criscito et bien sûr Palacio. L’Inter était en train de sonder Sanchez, Lavezzi et Tevez, ceux qui étaient beaucoup moins abordables. Moi et le trident composé de Palacio, Eto’o et Milito étions prêts à défier le monde. La seule chose qu’on m’a accordée, c’est que Thiago Motta reste alors que le club lui avait demandé de se trouver un nouveau club vu que Milito avait refusé l’offre du PSG. Il ne fallait donc pas prendre beaucoup de joueurs, juste deux ou trois, et non les neuf que l’Inter a acheté par la suite. Avoir dû faire face au fair-play financier est mon plus grand regret, je n’avais que très peu de matière pour bien faire."

Au lieu de cela, le grand joueur qui est resté, c’est Sneijder.

"J’ai fait face à des difficultés pendant le marché des transferts avec le départ d’Eto’o. Puis, Forlan et Zarate, des profils très différents de celui de Palacio, sont arrivés à la dernière minute. Une grande équipe doit être définie au début afin que les joueurs puissent travailler ensemble. En juin, j’avais la moitié de l’équipe à l’entrainement, l’autre moitié était à la Copa America. En août, les joueurs internationaux ont commencé à rejoindre le groupe et j’ai eu tout le groupe seulement trois jours avant le début de la saison, sans avoir pu mettre les choses en place."

Contre Palermo, premier match et première défaite.

"Oui, mais nous avions bien joué. Certaines erreurs individuelles nous ont coûté le match. J’ai demandé à l’équipe d’être plus agressive et de contenir les adversaires afin de récupérer le ballon. Mais au contraire, l’équipe a eu peur de laisser trop d’espace derrière. Ils se projetaient avec la balle de sorte qu’il était plus facile de supporter les contre-attaques de Palermo. Nous avons corrigé ces défauts tactique, mais encore une fois, nous étions ensemble depuis peu de temps. Cependant, au lieu d’évaluer la performance de l’équipe à la lumière du contexte, on rejetait la responsabilité sur la défense a 3, c’était absurde..."

Moratti vous a soutenu publiquement. Avez-vous ressenti de la légitimité?

"J’étais convaincu qu’avec les bons joueurs que nous avions, nous ne pouvions que devenir de plus en plus performant collectivement. Je pensais qu’en les motivant avec un plan de jeu différent, ils trouveraient de nouvelles inspirations. Je suis toujours convaincu que l’Inter a de bons joueurs et peut toujours remporter le Scudetto. Mais à l’Inter, ils étaient convaincus du contraire: ces joueurs formeront une grande équipe seulement si ils jouent comme ils l’ont toujours fait. Mais alors, pourquoi m’avoir appelé ? Ils connaissaient mon style de jeu et ce n’est pas moi qui suis venu a eux: j’ai été choisi."

Est-il vrai qu’après le match contre Palermo, vous avez pensé à démissionner?

"Oui. Si j’avais su que les choses allaient tourner aussi mal, je l’aurais fait dès le début. A l’heure actuelle je serais alors peut-être sur un banc, comme Donadoni et Pioli."

Contre Trabzonspor vous avez remis une défense a quatre et un milieu en losange.

"En fait, nous avons donné le ballon aux turcs. L’équipe ne pouvait pas jouer avec deux attaquants et un meneur de jeu qui ne participent pas aux tâches défensives. On a perdu à cause de ce but hors-jeu, mais on a tous été pardonnés parce qu’on n’avait pas joué avec une défense a trois. Le lendemain, j’ai dit à mon équipe: ’plus jamais ça, sinon je préfère encore coacher des enfants’. Ce n’était pas mon football et je suis donc allé devant mes joueurs avec mes idées pour leur lancer un signal clair."

Le match nul 0-0 contre la Roma et le soutien de Moratti envers Pazzini.

"Pazzini est un grand buteur, mais pour moi il était indispensable de retrouver le meilleur Milito. Il est l’un des rares joueurs en Italie qui peut faire pencher la balance du jeu, comme il le montre d’ailleurs a l’heure actuelle. Il revenait tout juste d’une saison remplie de blessures, il avait besoin de jouer et je ne comprenais pas pourquoi il y avait tant de méfiance envers un joueur qui s’était montré si décisif pour l’Inter en contribuant à de nombreuses victoires. Contre la Roma, nous n’avions pas mal joué, Sneijder avait été fantastique, mais nous n’avions vraiment pas eu de chance devant le but. Wesley peut tout faire, c’est un joueur complet, mais il doit lui-même corriger certaines choses et apprendre à gérer certains comportements. Ensuite, il a été question de Pazzini et du schéma de jeu."

Puis il y a eu Novara...

"J’espérais être capable de regagner la confiance du groupe grâce aux performances sur le terrain, surtout avec les retours de Motta et Maicon. Au début, les garçons me suivaient, puis ils ont été gagné par le scepticisme qui régnait autour d’eux."

Tant et si bien que lors de ce match à Novara, Cambiasso a ordonné à Ranocchia de jouer avec une défense à quatre.

"Non c’est faux. Le lendemain du match, Cambiasso m’a appelé pour expliquer le geste montré par la télévision, où lors d’un corner, il a en fait dit à Ranocchia: ’il faut sortir puis rester à quatre pour les bloquer.’ Je n’ai pas eu de problèmes avec les joueurs, excepté un..."

Pouvez-vous nous dire de qui il s’agissait?

"Non, je ne veux pas créer de polémique. Le vrai problème, c’est que nous n’étions pas d’accord avec le club sur l’aspect tactique du jeu et sur l’évaluation de certains joueurs. J’étais censé laisser de la place à des jeunes comme Coutinho et Castaignos, mais il y avait Forlan et Zarate."

A propos de Balotelli, y’avait-il un accord de principe avec Moratti?

"Lorsque nous étions à Dublin, Moratti m’a parlé de la possibilité de recruter Mario. Peut-être qu’il avait parlé à Mancini... Mais ensuite, il a expliqué que nous étions les seuls à le vouloir à l’Inter. Juste le président et le coach: je pensais que c’était assez..."

Qu’est-ce qui vous a le plus blessé dans tout cela?

"Quand les gens ne me définissaient plus que comme celui qui avait provoqué le début catastrophique de l’Inter en championnat. J’étais là depuis seulement trois matchs, mais l’Inter avait déjà le niveau d’un 15ème ou un 16ème depuis des mois. Lorsque j’ai été licencié, le Milan n’avait qu’un point de plus que l’Inter. Et puis il y’avait aussi le fait qu’on dise que tous les problèmes qui touchaient l’équipe venaient de mon schéma tactique."

D’un match contre Novara à un autre, comment va Gasperini aujourd’hui?

"Je me sens gonflé a bloc, je regarde le football que j’aime, le football qui gagne. Celui où on récupère la balle et qu’on attende pas que les autres la perde, où on joue avec courage et rythme. Ce sont les résultats donnent de l’enthousiasme, mais la véritable inspiration vient de la performance. La Roma peut perdre des matchs, mais je sens toujours une grande facilité en regardant leur football. La Juve est meilleure parce qu’ils sont plus flexibles et imprévisibles. La Juve a battu le Milan à San Siro avec une défense à trois, tout comme Barcelone l’a fait aussi. Napoli et l’Udinese jouent très bien avec une défense à trois. Le football est en pleine évolution: ceux qui restent ancrés sur leurs positions et qui répètent sans cesse les choses qui ont été faites dans le passé, ils sont dépassés."

Est-ce que la Juve est le favori?

"Conte est leur valeur ajoutée. Il réussit à transposer le théorique à la pratique, de la formation au terrain. Nous avons un bon aperçu de chacune des équipes. Milan, peut recoller, la Lazio et l’Udinese font aussi des choses extraordinaires."

Qu’avez-vous appris de Barcelone?

"Je suis fasciné par la continuité de Pep, malgré leurs nombreux triomphes. Cette année, il a aussi essayé le 3-3-4. Il entraîne avec une grande supériorité sur le terrain, l’équipe joue avec une organisation parfaite. Une autre bonne chose, c’est que il n’y a pas de star dans cette équipe: ils jouent et s’amusent comme des petits enfants."

Est-il vrai que vous avez reçu une grosse offre venue de Chine?

"Disons que je gagnerais plus qu’à l’Inter, mais je n’ai pas le courage d’y aller... Mais le foot a un avenir dans la puissance économique chinoise."

Alors comment allez vous rebondir?

"Les expériences négatives vous rendent plus fort. Je cherche un club qui me permettra d’enseigner mon football, un club d’accord avec mes méthodes et mes objectifs. Ce n’est pas une bonne période pour les entraîneurs. Les gens vont toujours parler du ’joueur qui ne joue pas a sa place’ ou blâmer les schémas de jeu, comme si ils savaient comment résoudre tous les problèmes. Il y’a des choses qu’un joueur peut résoudre lui-même. Autrefois, l’entraîneur était une référence importante, aujourd’hui, il y’a toujours quelqu’un qui en sait plus. Je veux être un entraîneur qui entraine, pas un gérant ou un manager. Si un joueur doit moins boire, c’est le club qui doit le gérer. Mon travail à moi, c’est d’entrainer."

Rédigé par yom14 & p-h08 (Gazzetta Dello Sport)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 19
  • Création
  • Dernière réponse

S'il disait ce qu'il s'était passé, il ferait un petit mea culpa sur sa tactique et stratégie.

 

Un mea culpa sur quoi ? xD

Le mec c'est un spécialiste du 343 et uniquement du 343, on le recrute au dernier moment, on lui accorde aucune recrue, et se retrouve avec une équipe de vieux incapables de jouer dans ce module, tu m'étonnes qu'il s'est cassé les dents.

 

Faut enlever ses oeillères, ouais avec Sanchez, Tevez ou Cavanni on serait premier c'est pas si grave, il n’empêche que ce n'est pas ces choix qui ont été fait et que ceux qui ont été fait nous ont amené là où nous sommes : dans la merde.

Un Spécialiste du 343? Ah bon. J'aurai plutôt mis Guidolin et Mazzari dans ce rôle mais chacun sa vision.

On lui accorde aucune recrue, la dessus je suis d'accord, je ne mettrai pas TOUT sur le dos de Gasperini, mais avec l'effectif qu'il avait y'avait moyen de ne pas se prendre un 3-1 contre Novara ou un 1-0 contre Trabzonspor non? Ou y'aurait fallu absolument Eto'o ou Tevez pour ça?

Un mea culpa sur quoi, sur tout ça, ses choix tactiques désastreux, son incapacité à faire évoluer sur le terrain un effectif pas du tout taillé pour ce "352"..

Une grande équipe doit être définie au début afin que les joueurs puissent travailler ensemble. En juin, j’avais la moitié de l’équipe à l’entrainement, l’autre moitié était à la Copa America. En août, les joueurs internationaux ont commencé à rejoindre le groupe et j’ai eu tout le groupe seulement trois jours avant le début de la saison, sans avoir pu mettre les choses en place."

Mourinho a commencé à gagner dès le début avec un effectif remanié à 60%.. Sneijder etait arrivé fin aout, Lucio bien plus tard... Et nos joueurs n'avaient jamais non plus évoluer en 4231..

 

Je ne suis pas à 100% en désaccord avec lui, mais se plaindre, se plaindre en se trouvant es excuses, en faisant croire qu'il n'est en RIEN responsable des resultats de l'équipe qu'il ENTRAÎNAIT, à d'autres.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai pas dis que c'était le plus grand spécialiste au monde du 343...J'ai dis que c'est un coach qui ne connait que ça et que l'avoir recruter sans lui permettre de jouer comme ça c'est complètement la faute de la direction.

En plus sur la mauvaise préparation estival il a bien raison.

Gasperini c'est pas Mourinho c'était pas l'homme de la situation, il s'est retrouvé là au mauvais endroit au mauvais moment, comme Benitez.

 

Quant à la défaite contre Trabzon faut pas oublier que ceux qui étaient sur terrain ce sont les chèvres qui nous servent d'équipes, même foutu de battre une équipe de seconde zone.

 

Il ne cherche pas d'excuses mais au contraire éclaircit le contexte et essaye d'analyser un peu tout ce qui a fait qu'on en est arrivé là. Si tu veux tu peux t'accrocher à la version "Gasperini avec son 343 nous a foutu le club en l'air". Luis Enrique on lui à laisser le temps, c'est normal d'avoir des difficultés au début. Le mec passe après 3 coachs sur une équipe usée. Mourinho avait signé depuis un an, les arrivée de Lucio et Sneijder c'est pas comparable avec Forlan et Zarate.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Déjà c'était pas un 343, c'était un 3412, ou un 352 si tu préfères. Gasperini n'est pas du tout un spécialiste d'aucun modulo qui fait jouer trois attaquants.

 

Et puis je te parle pas de Forlan et Zarate, je te parle d'un effectif qui n'aurait jamais du se prendre trois pions par Novara.

 

Luis Enrique il a les joueurs pour son dispositif. Mourinho avait les joueurs pour son dispositif. Gasperini s'est entêté avec un modulo inadéquat avec son effectif, et aujourd'hui il nous chante sa jolie chanson sur sa défense à 3.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je me sens gonflé a bloc, je regarde le football que j’aime, le football qui gagne. Celui où on récupère la balle et qu’on attende pas que les autres la perde, où on joue avec courage et rythme.

 

 

"Oui, mais nous avions bien joué. Certaines erreurs individuelles nous ont coûté le match. J’ai demandé à l’équipe d’être plus agressive et de contenir les adversaires afin de récupérer le ballon. Mais au contraire, l’équipe a eu peur de laisser trop d’espace derrière. Ils se projetaient avec la balle de sorte qu’il était plus facile de supporter les contre-attaques de Palermo.

 

 

C'est ce que je retiens de cet Interview, ceci resoudrait tellement de problemes dans cette equipe.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il n'ai pas fait pour entrainer une grosse équipe, même en ayant eu les joueurs qu'il voulait il n'aurait pas réussi. Moratti s'est trompé sa s'arrête la. Il peut raconter ce qu'il veut sa ne changera pas mon avis.

 

Par contre déçus du fait que Moratti voulais vraiment reprendre Balotelli ! bon débarra celui la !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mourinho a commencé à gagner dès le début avec un effectif remanié à 60%.. Sneijder etait arrivé fin aout, Lucio bien plus tard... Et nos joueurs n'avaient jamais non plus évoluer en 4231..

 

Je ne suis pas à 100% en désaccord avec lui, mais se plaindre, se plaindre en se trouvant es excuses, en faisant croire qu'il n'est en RIEN responsable des resultats de l'équipe qu'il ENTRAÎNAIT, à d'autres.

Mourinho c'était sa 2e saison à l'Inter, lors de la 1re saison il a gagné 2 titres et connaissait le reste de l'effectif et de l'ossature du club. Il était en terrain connu et avait une légitimité de part son palmares global et de son expérience gagnante dès la 1re saison sur le banc nerazzurro.

 

Entre outre les Sneijder et autres Lucio, c'est lui qui les a voulu, ou du moins a donné son accord pour leur venue. Il savait quoi en faire et comment les utiliser.

 

Donc strictement rien à voir avec Gasp qui débarquait du Genoa, qui n'avait aucune connaissance du club et qui n'a eu aucun des joueurs qu'il demandait.

 

Gasperini ne dit pas qu'il n'est pas responsable. D'ailleurs il est resté trop peu de temps pour qu'on tire un jugement décent sur son expérience. Il dit à juste titre qu'on ne lui a pas donné les moyens de réussir.

Il a complétement raison, on savait qu'il il était et quelle était sa philosophie, on voulait pas de ça alors pourquoi l'avoir pris ?

 

C'est comme les anciens du Real qui disent à qui veut l'entendre que Mourinho sali l'image du Real. C'est Mourinho, ils pensaient quoi ? qu'en arrivant à Madrid il deviendrait un enfant de coeur et qu'il changerait de personnalité ? Hormis Porto, il a coaché des clubs mal aimés: Chelsea et Inter, du coup il entrait dans le moule. A Madrid c'est pas la même donne.

 

Bref, je suis à 100% derrière Gasp. C'est Moratti qui a déconné, tu prends pas un coach qui joue en 3-4-3 pour ne pas lui donner les joueurs correspondant et critiquer sa philosophie de jeu 3 semaines après.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un coach qui a les corones de parler! respect !

 

Vidal. Nainggolan , Palacio , ne pas vendre Eto'o.. et au Final rien de tout ça :bigrin:

 

Vous allez voir que cette été Ranieri va dire la meme chose ! qu'il voulait gardé Motta, et prendre des joueurs ailier etc .. et qu'il n'a rien eu !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

kid : en ce qui concerne les joueurs qu'il voulait qu'on recrute, je suis d'accord avec lui, mais à l'"entendre" il n'était pas anormal de se prendre des féssées contre Novara et autres Tabzonspor, je suis désolé mais là faut arrêter, je le répête mais s'il lui faut des Eto'o ou des Tevez pour battre ses équipes, qu'il aille entrainer le Real et rien d'autre, et puis beaucoup ont l'air d'oublier ses choix plus que judicieux pendant les matchs...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je pense surtout que le message n'a pas été réellement compris entre le vestiaire et Gasperini, ce qui explique certaines phases hallucinantes de la rencontre à Novare, je pense que le conseil des sages n'est pas exempt de tous reproches par rapport à cela.

 

Sinon, batista le fait bien de préciser, son changement qu'il avait opéré face à Rome, Muntari à la place de Forlan pour soi-disant fortifier notre adversaire qu'on dominait dans ce secteur est probablement le changement le plus ridicule de ces dernières années.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oué mais Batista, tu sais aussi qu'à l'Inter depuis au moins 15 ans, on avait toujours un grand attaquant qui fesait la différence à lui seul et qui nous sortait toujours de la misère contre ces "petite" équipes: Ronaldo, Vieri, Adriano, Ibrahimovic ou Eto'O. On se reposait beaucoup sur ce genre de joueur. Donc ok avec l'équipe on aurait du battre Novara ou le Trapbsonspor mais on a pas eu le temps de construire un collectif suffisamment fort pour le faire....On a toujours été une équipe mené par des individualités.

 

La seule fois ou ce n'était pas vraiment le cas c'était en 2010 ou on avait réussi à créer un collectif. Mais là on l'a plus ce collectif donc on a besoin au minimum de ce genre de joueur pour aider certain à briller. Un joueur comme Milito ou Pazzini exploseraient certainement plus avec un joueur comme Lavezzi ou Tevez à leurs coté.

 

On a commencé cet été avec Pazzo, Milito et Castaignos qui sont tous des attaquants de pointes à la base. Ceci jusqu'à la dernière journée du mercato ou on a débauché Forlan et Zarate. Pas de chance les 2 sont pour le moment des bides. Mais un fait qu'il faut retenir est qu'il a eu toujours un attaquant vedette ces 15 dernières années à l'Inter et on a du toujours mettre le prix pour l'obtenir (au moins 20-25 mio). Même Milito...

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Kart: un attaquant du calibre de ce dont on avait l'habitude d'avoir nous aurait vraiment empêché de prendre l'eau contre des promus de serie B? Le problème pour moi c'est pas qu'il manquait une star à la pointe de l'attaque, c'est pas à cause de ça qu'on jouait si mal, et c'est pas ce qui aurait empêché les choix complètement grotesque de Gasperini.

 

Moi, je n'ai absolument rien contre lui, il m'était même sympatique et j'étais curieux de voir son modulo avec notre effectif, j'aime bien sa bouille, ça n'a pas l'air d'être le méchant mec, mais alors venir se plaindre et pleurer de la sorte en mettant tout sur le dos du manque de temps, des joueurs et de Moratti sans à aucun moment avouer qu'il a aussi sa part de responsabilité, je supporte pas.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On est d'accord sur ce point. Il était pas terrible comme coach un peu trop entêté. Il n'a pas la carure pour un gros club c'est certain aussi. Mais comme Bentez je crois sincèrement qu'avec 3 joueurs qu'il voulait on aurait sans doute réussi à faire des choses intéressantes.

 

Je dis pas que Gasp est un visionnaire mais quant tu vois la Juve, le Napoli, le Barca et l'Udinese qui avec un effectif moins rayonnant que le notre arrivent à briller dans ce 3-4-3 ou plutôt 3-5-2. Sans parler des 6 autres petite équipe qui peuvent nous mettre la misère (Lecce ou Novara).

 

Je sais pas si ça sera une norme mais il faut signaler que cette défense à 3 devient quelque chose à la mode et le foot moderne nécessite une débauche d'énergie importante. Actuellement dans notre équipe y'a pas beaucoup de joueurs capable de faire un bon pressing (ou plutôt ne le sont plus).

 

Mais je suis complètement d'accord avec toi sur le fait qu'un bon technicien doit pouvoir s'adapter à l'effectif. Mancini, Mourinho et même Leonardo l'ont compris.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Quand on lit l'interview on constate nettement une différence de vision entre Gasperini et la direction (philosophie de jeu, recrutement, etc). C'est d'ailleurs hallucinant le pouvoir de pression qui a été excercé sur Gasperini. Pourquoi l'avoir pris ?

 

Ca reflette seulement une chose: l'entraineur n'est qu'une marionnette articulée au pouvoir extrêmement limité. Le jeu lui est imposé, le recrutement aussi. Super. A quoi il sert en fait ? Finalement, le seul depuis Mourinho qui a à peu près réussi à obtenir ce qu'il voulait c'est Leonardo.

 

Ce que je regrette avec Gasperini c'est uniquement son obsession à jouer en 3-4-3 alors que l'équipe n'était pas faite pour ce schéma tactique: nous n'avions par exemple aucun ailier, seulement Eto'o qui avait déjà joué à ce poste. Le recrutement n'a pas permis à l'équipe d'évoluer dans ce module, alors pourquoi s'est il entêtté ? C'est dommage. Tant pis.

 

Au final, quand je repense à Benitez et les joueurs qu'il voulait avoir pour renforcer l'équipe (Mascherano, Sanchez, etc) je me dis qu'on est peut être passé à côté de quelque chose. On jouait pas trop mal, on était loin d'être dégueulasse en début de saison, le ballon circulait bien, le schéma en 4-3-3 était cohérent, bref, je regrette qu'on ne lui ait pas laissé plus de temps. Me demande aussi ce que l'équipe aurait donné si le recrutement de début de saison avait été cohérent avec les choix tactiques de Gasperini. 'Fin bon on ne saura jamais.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Personellement, Gasperini, Ranieri, Leonardo, c'est la meme pour moi, echec, echec, echec, meme si Gasperini était un "novice" en grand club.

 

Régularité et réalisme sont les maitres mots de nos dernieres années de succés, appuyons nous sur ses bases pour le renouveau.

 

Modestie et abnegation serait les bienvenu au club ces derniers temps aussi... :nikel:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...