Aller au contenu
  •   Bienvenue sur Internazionale.fr !

    Rejoignez dès maintenant la plus grande Communauté francophone de tifosi de l'Inter ! 🖤💙
     

Ranieri: "Sneijder n’est pas un problème."


Damien

Messages recommandés

1328461818_d871bb928ad7a05dfbcd528c9f396

 

APPIANO GENTILE - Claudio Ranieri a donné sa traditionnelle conférence de presse face aux journalistes avant le match de dimanche contre Catania

 

Internazionale.fr vous propose de découvrir ses propos:

 

L’équipe de Catania court beaucoup, comment voyez-vous le match de demain ?

 

"Pour gagner, nous devons marquer, ce que nous n’avons pas réussi à faire dernièrement. Pour le moment, Catania est enthousiaste, ils jouent bien, c’est une équipe avec de bons éléments et nous devrons donc être très attentifs."

 

Lors des derniers matchs vous avez essayé plusieurs schémas, et maintenant ?

 

"Je comprend ce discours, mais je concède qu’avoir gagné quatre matchs de suite avec le 4-4-2 change beaucoup de choses, même si c’était un 4-4-2 sans réels ailiers, comme Coutinho et Alvarez. Nous essayons toujours de jouer, même à Napoli où nous aurions pu aller chercher le match nul, tout comme à Marseille. Nous devons trouver le bon équilibre."

 

Sur Sneijder...

 

"Il doit jouer derrière deux attaquants, c’est son rôle. Je dois le laisser libre d’inventer son football."

 

Est-il devenu un problème ?

 

"Non, dire que Sneijder est un problème n’est pas exact. Wesley n’est pas dans sa meilleure saison, c’est pour cela qu’il agit d’une autre manière."

 

Est-il important de prendre des gants de votre part ?

 

"C’est très important sinon ça ne se passe pas bien, ils ont compris que les choses doivent se résoudre ensemble. La situation n’est pas bonne, mais elle était pire quand je suis arrivé. Nous devons être sereins et déterminés. Nous avons besoin de tout le monde. Je veux aussi déclarer ceci au public: lors du dernier match à la maison, nous avons été sifflés et hués mais il nous avait soutenu jusqu’à la 89ème minute. Les tifosi doivent être derrière nous et nous supporter. Ce sera important au point de vue du caractère."

 

Ces moments difficiles ont été attribués aux "sénateurs"...

 

"Je choisis toujours les joueurs qui peuvent faire la différence. Cette saison, l’Inter a connu onze victoires et onze défaites, mais certaines défaites n’étaient pas méritées. Quand je rencontre les autres entraîneurs, on en discute, nous sommes malchanceux mais nous devons être capable de réagir avec fierté, détermination et sang-froid. C’est peut-être vrai qu’il faut mettre du sang neuf sur le terrain, mais il faut aussi des joueurs qui peuvent faire face à de telles situations."

 

Les joueurs sont-ils conditionnés au point de vue mental ?

 

"La malchance influence, on y peut rien. C’est pour cela que demain, nous devrons montrer de l’engagement jusqu’à la fin, nous devrons avoir le sang-froid que nécessite la situation."

 

Forlan est-il le Milito d’il y a quelques mois, ou va-t-il se racheter d’un coup ?

 

"Oui, car j’ai la volonté de faire changer la situation de Forlan comme je l’ai fait pour Milito il y a quelques temps."

 

Trois raisons pour lesquelles l’Inter ne marque plus:

"Le manque de détermination que nous avons parfois, un peu de malchance qui accompagne cette saison, et une sérénité que nous devons retrouver, pour être plus fort que les évènements. Tout ne peut pas aller bien, mais nous analysons nos matchs, et nous pouvons dire que nous avons toujours été dangereux devant les buts. A Napoli et à Marseille, nous avons manqué de chance, comme contre Novara et Lecce, je ne le dis pas pour défendre mon travail mais pour souligner que la situation est paradoxale."

 

Avez-vous inventé quelque chose de différent pour reprendre l’équipe ?

 

"J’essaie tout, mais je n’ai pas de résultats. Ce n’est qu’en persévérant que nous nous en sortirons, je ne veux pas m’arrêter et je ne veux pas que mes garçons soient résignés."

 

Après cinq défaites, croyez-vous plus aux joueurs qu’à l’équipe ?

 

"Je crois en cette équipe, mais ce qui compte c’est de gagner ce match comme si c’était le dernier, pas pour moi, mais comme je le pense: parce que c’est une finale. Nous avons un problème et nous devons y remédier."

 

Voyez-vous ce match comme une finale, craignez-vous d’être congédié ?

 

"Je ne le vois pas comme un dernier combat, j’ai confiance en la société, nous sommes déterminés à bien faire, je veux que l’équipe soit libérée de son conditionnement. Je ne me sens pas sous examen car j’ai repris en main une situation beaucoup plus critique que l’actuelle, nous étions dos au mur, j’étais positif à cette période là comme je le suis maintenant. Nous sommes positifs."

 

Comment se porte Stankovic ?

 

"Il a des problèmes, je l’ai vu pas bien à l’entraînement. Il s’est plaint à Napoli ? Mais non, il a seulement dit qu’il était toujours remplacé, mais il a joué tellement peu qu’il ne peut pas être considéré comme étant toujours remplacé."

 

Que faut-il changer dans cette équipe ?

 

"Nous devons gagner, même si la victoire n’effacera pas tout car c’est une maladie trop importante. Il est important d’arriver au match contre Marseille avec un meilleur moral et on ne peut atteindre cela qu’avec une victoire."

 

"Je n’ai jamais vu une Inter défaitiste, nous n’arrivons pas à faire un pressing haut à cause du profil des joueurs. Je dois trouver le schéma juste pour bien faire jouer cette équipe. A Marseille, nous avons créé, contre Bologna et Novara nous sommes restés 90 minutes dans leur camp, mais le problème c’est le but."

Qu’est ce qui manque le plus, la tête, les jambes ou la qualité ?

 

"En ce moment, il manque la tête. Au début, nous étions compacts, volontaires, mais aujourd’hui, nous courrons plus mais nous courrons mal, avec frénésie."

 

Etes-vous préoccupé par Nagatomo ?

 

"Je l’ai trouvé un peu fatigué car un déplacement jusqu’au Japon n’est pas une mince affaire, mais son problème au mollet a disparu."

 

La réunion avec Moratti...

"On parle ensemble au moins une fois par semaine, c’était une réunion normale."

 

La polémique sur le coup de téléphone après Milan - Juve...

 

"C’est le football italien, ça ne change pas mes idées. Les liens Milan - Juve ? Je ne sais pas, quand j’y étais c’était une autre direction."

Juan a été convoqué...

 

"C’est une première car il a une force de caractère incroyable. Il s’entraîne très bien, j’ai voulu le récompenser bien qu’il ne soit pas encore prêt."

 

 

Rédigé par stan78 & p-h08 (fcinternews.it)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 0
  • Création
  • Dernière réponse

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...