Aller au contenu
  •   Bienvenue sur Internazionale.fr !

    Rejoignez dès maintenant la plus grande Communauté francophone de tifosi de l'Inter ! 🖤💙
     

Stramaccioni: "Le secret, c’est le travail acharné et moins de paroles."


Damien

Messages recommandés

1333737475_164469650.jpg

 

APPIANO GENTILE - Andrea Stramaccioni a donné sa traditionnelle conférence de presse face aux journalistes à la veille du match qui opposera Cagliari à l’Inter et qui se déroulera exceptionnellement au stade Nereo Rocco de Trieste ce samedi 7 avril à 15h00.

 

Internazionale.fr vous propose de découvrir ses propos:

 

Quelles sont les difficultés de ce deuxième match pour vous ?

"Au niveau de la préparation, les difficultés de cette deuxième semaine sont similaires à celles de la première. C’est positif car nous avons entamé une façon de travailler, un projet que j’ai mis en place depuis le premier jour, et qui a commencé avec une victoire. L’équipe a le bon enthousiasme, il y a une atmosphère positive, nous savons que nous n’avons encore rien fait et demain, nous devons confirmer ce que nous avons fait de bien lors de ce premier match."

 

Pensez-vous déjà à la saison prochaine ?

 

"Je pense à une progression dans le travail et à essayer de le perfectionner, de le mettre eu mieux sur le terrain entraînement après entraînement, en matière de football: le futur, c’est aujourd’hui, les choses changent rapidement, et moi et les garçons sommes seulement intéressés par le match de demain."

Contre le Genoa, avons-nous vu votre touche personnelle sur votre façon de travailler ? Quand Sneijder sera-t-il disponible et qu’est ce que ça changera ?

 

"Je pense que personne ne peut avoir la prétention d’avoir une incidence sur l’équipe en seulement quatre jours, nous travaillons. Contre le Genoa, nous avons fait une bonne première période avec une mentalité positive, il y a la volonté de donner de la continuité. Wes travaille dur, il veut revenir et continuer à démontrer sa valeur, et nous l’attendons."

 

Comment avez-vous fait pour faire revenir l’enthousiasme, et pourquoi était-il absent ?

 

"Je ne sais pourquoi il était absent. Si les garçons le disent, j’en suis heureux, j’ai mis sur le terrain ce que je sais faire et je pense que le secret c’est le travail acharné avec moins de paroles."

 

Vu de l’extérieur, pensez-vous que la troisième place est possible ?

 

"La valeur de l’équipe ne se discute pas, mais maintenant, nous ne devons penser que match après match, nous ne regardons pas le classement pour ne pas nous faire induire en erreur par les chiffres, nous raisonnons seulement match après match. Aujourd’hui, c’est Cagliari - Inter qui compte, et pour nous, c’est une finale."

 

Sacchi et Mourinho ont peu joué et sont devenus de grands entraîneurs, avec une société qui les a soutenus. Vous avez une expérience similaire: avez-vous besoin de ça et sera-t-il fondamental d’avoir un soutien de la société ? 

 

"D’abord, je n’étais pas mauvais en tant que joueur (il sourit, ndlr), mais il est évident que je mets sur le terrain ce que je sais faire. J’ai conscience d’être dans un top-club, mais j’ai besoin que les dirigeants, les administrateurs et les joueurs soient avec moi. J’ai la chance de faire partie d’une famille, je le sais car je viens du secteur jeunes. En ce moment, nous sommes très unis, et ça s’est vu également dimanche. Nous partageons le désir de bien faire avec l’Inter."

Il y a des joueurs qui ont eu une "chute de tension" après le départ de Mou: comment faire pour les ramener au niveau de concentration adéquat ?

"j’ai mon idée sur ce sujet: certains ont connu une période difficile et on a été dur envers eux parce qu’ils avaient été très bons, avaient tout gagné et avaient écrit l’histoire. Je vois des joueurs qui se se portent bien, mentalement et physiquement, y compris Lucio qui bien qu’il soit suspendu, s’est entraîné au maximum comme s’il devait jouer."

 

C’était important de partir du bon pied après être passé de la Primavera à l’équipe première ?

 

"Assez. Ca aurait été mieux d’encaisser quelques buts en moins, mais c’était fondamental pour beaucoup de raisons et nous savions que notre semaine de travail, qui avait été satisfaisante selon moi, aurait pu mal tourner ou pouvait ne pas être à la hauteur. Heureusement, la victoire est arrivée et on a vu une Inter qui proposait, en allant même chercher le quatrième but réduit à dix contre onze. Il y a eu un signal fort: même après l’expulsion et le penalty, on a toujours cherché la victoire, c’est sur ces signaux qu’il faut travailler."

 

Est-ce un avantage de jouer sur un terrain "neutre" ?

 

"Jouer à Cagliari n’est facile pour personne. Si Cellino a choisi Trieste, c’est qu’il a ses bonnes raisons, et nous, ça nous convient."

 

Sera-t-il difficile de contenir Cossu avec un 4-3-3 ?

 

"De ce que j’ai vu de Cagliari, c’est une équipe très organisée, solide, dangereuse et imprévisible devant. Leurs résultats parlent pour eux et je les ai vus sereins. Votre observation est correcte, nous verrons ce qui se passera sur le terrain."

 

Samedi, vous avez expliqué que vous aviez convoqué Livaja car vous aviez besoin d’un autre ailier, pourquoi n’est-il pas convoqué cette fois-ci ?

 

"Il n’est pas sorti meilleur du lot avec la Primavera, la semaine dernière il avait été plus brillant à l’entraînement."

Comment avez-vous trouvé Ranocchia ? Ca a été une année difficile pour lui, surtout psychologiquement...

 

"Je ne la qualifierais pas de difficile, c’est un joueur d’une valeur indiscutable et qui fait déjà partie de la Nazionale, il a aussi déjà été bon à l’Inter. Ca provient d’une période de malchance, même sur le plan physique, j’ai parlé avec lui sereinement, il s’est bien entraîné. C’est un joueur jeune et important, dans son secteur de jeu et à son âge, ce n’est pas facile. Après une remise en question, ça ira mieux."

 

A-t-il senti sa responsabilité dans ses derniers matchs ?

 

"Il fait partie du patrimoine du football italien, c’est un des meilleurs défenseurs centraux d’Italie, l’Inter a investi sur lui et peut-être a t-il payé au prix fort ses erreurs dans une période où il n’était pas bien physiquement. J’ai découvert un garçon serein qui s’entraîne dur."

 

Maicon, Sneijder, Julio Cesar et Lucio: quatre absences importantes...

 

"Oui, c’est vrai, mais l’Inter a une équipe importante capable de palier à ces absences."

 

Seriez-vous amusé à l’idée d’entraîner Balotelli ?

"Il est un patrimoine de Manchester City et du football italien, mais il n’est pas l’un de mes joueurs, et un commentaire de ma part n’aurait pas de sens."

 

Sur Guarin ?

"Il m’a fait bonne impression dimanche, il a modifié notre milieu de terrain avec ses caractéristiques, il nous a donné de la force et de la qualité. D’après moi, il a eu un bon impact et il me semble qu’il se porte bien."

 

Quelle équipe allez-vous mettre sur le terrain ?

"Je mettrai certainement la meilleure Inter possible, je le garantis."

 

Comment se fait-il que vous soyez diplômé en droit, et en quoi cela vous a-t-il servi pour devenir entraîneur ?

 

"Ma mère disait que l’école secondaire et l’université ouvraient l’esprit, ça m’a aidé. Mais la façon dont cela m’a influencé en matière de football, je vous le dirai quand j’arrêterai."

 

Pouvez-vous mettre Cagliari en difficulté avec les bons mouvements ?

 

"Je l’espère, mais cela prend du temps, en essayant, en apprenant, même dans la douleur, mais j’ai trouvé une équipe disposée à jouer, l’Inter a essayé de faire jeu et a réussi par moments. Cette équipe a de la qualité et a seulement besoin de croire à une continuité dans la qualité, donc je sais sur quoi travailler."

 

Balotelli est venu vous saluer lors de votre présentation, le connaissiez vous ?

"Non, je ne l’avais jamais croisé. Le gérer ? Encore une fois, il n’est pas un de mes joueurs et je suis concentré sur les miens en ce moment."

 

Le fait qu’il y ait un match à jouer mercredi influence-t-il vos choix ?

"Non, car nous devons jouer Cagliari - Inter le mieux possible et ensuite nous penserons à comment préparer le match suivant. Je mets toujours la meilleure Inter possible sur le terrain."

 

Quel est le meilleur rôle pour Guarin et que pensez-vous de Nagatomo ?

 

"D’après ce que j’ai vu, Guarin est meilleur dans l’axe du milieu de terrain, mais j’attends d’autres signaux du terrain, peut-être plus à droite qu’à gauche. Yuto est important car il est très polyvalent, il peut jouer à droite ou à gauche, en haut ou en bas. Il n’était pas au mieux dans la semaine, mais c’est un joueur important."

 

 

Rédigé par stan78 & p-h08 (fcinternews.it)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 0
  • Création
  • Dernière réponse

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...